Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [Recensement] Présentation des nouveaux Aspirants du Màr Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 7 Sep 2013 - 15:48 Répondre en citantRevenir en haut

[AAARGHHH j'ai perdu tout mon texte sans sauvegarde!! Désolée pour la médiocrité du résumé, mais j'ai plus trop le temps!]

Sous le dôme aquatique de la Rotonde, la session de présentation du jour ne captivait pas exactement l'attention de la Dame. Dinjelaï, depuis quelques jours, était hantée par la question de son statut, en proie au doute. Les événements qui l'avaient assise sur le trône des illustres Seigneurs et Dames des temps passés avait l'agréable goût du plébiscite, mais pas la clarté du mandat. La tradition du Kaerl voulait d'un vote donne le pouvoir au dirigeant pour une donnée précisée avant l'élection. Mais le coup d'état, initié contre le gré de Dinjelaï ne mentionnait aucune durée d'exercice du pouvoir...

L'elfe regarda de droite et de gauche. Le Conseil avait l'air d'être à son plein, puisque quelques remplaçants se tenaient droits sur leurs sièges, très attentifs. Mais il manquait à l'elfe ses deux meilleurs soutiens. Darshan était absent depuis plusieurs semaines, au prétexte fallacieux de trouver un Aspirant, Din savait qu'il voulait se retrouver un peu seul avec Orphéus. Quant à Nolan, il avait initié un petit tour auprès de toutes les oreilles diligentes qui écoutaient pour le compte du Màr Luimë.

Une fine silhouette se glissa à travers l'entre-baîllement de la grande porte de la Rotonde, ramenant aussitôt l'attention de Din sur la séance de présentation du jour. Ainsi ce serait elle... Wirenth, la petite lézarde de feu roulée en boule sur ses genoux, l'avait prévenu depuis plusieurs minutes. En vagabondant un peu plus tôt sur l'Agora, elle avait vu Doryl accompagné d'une jeune fille aux yeux écarquillés. La minuscule dragonne d'or était venue prévenir sa Liée et Dinjelaï avait vu là une bonne occasion de prendre une nouvelle Aspirante sous son aile. Elle avait donc envoyé le Croc d'Argent en faction pour la journée à la rencontre du Maître Brun pour le prévenir. L'elfe ne prêta pas grande attention aux présentations qui suivirent, elle fixait la nouvelle arrivée, probablement Neishaane, de ses grands yeux d'améthyste, jusqu'à ce qu'elle prenne la parole...

Le discours qui franchi les lèvres de la future Aspirante était exactement celui que voulait entendre les Conseillers présents depuis quelques heures: claire, concis et précis. Dinjelaï hocha la tête. Elle avait laissé les salutations officielles à Nealyan, la vieille guérisseuse depuis le début de la matinée, mais comme Alrüne avait fait la dernière présentation du jour, elle tenait lui souhaiter personnellement la bienvenue:

Le chemin qui mène à la meilleure connaissance de soi-même est souvent sinueux et difficile à parcourir. Je souhaite que le Màr Luimë t'offre la force que tu désires et qui te seras indispensable pour avancer. Le petit sourire qui étira ses lèvres sembla compléter sa phrase d'un "mais je n'en doute pas".

Je suis Dinjelaï Al'Ysiria. Et je serais ton guide sous la Bulle Engloutie.

Si Alrüne avait la même propension qu'elle aux questions existentielles alors cela promettait de belles soirées en perspectives... Elle se garda de faire une telle remarque en public et préféra se lever et faire quelques pas dans la direction de la neishaane, avant de murmurer à son oreille:

Le Conseil va maintenant se réunir en session fermée, j'en ai encore pour une heure ou deux. Lorsque tu sortiras d'ici, demande le chemin du Cirban Telemna, la vallée des Dragons. Tu y retrouveras mon Lié, Anareinth, et je vous rejoindrais tous les deux là-bas.

Elle adressa à Alrüne un sourire d'encouragement avant de retourner s'asseoir.


[HRP] Tu peux directement ouvrir un nouveau topic au Cirban avec ta réponse!
Publicité





MessagePosté le: Sam 7 Sep 2013 - 15:48 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Vaughan Neresyr
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 23 Sep 2013 - 22:22 Répondre en citantRevenir en haut

Vaughan évoluait encore comme dans l'irréalité de ce qui était en train de lui arriver.
Il avait cette impression étrange que chacun de ses battements de cœur serait celui qui le ramènerait sur cette plage d'Undomë, où il s'éveillerait et se rendrait compte avoir rêver la rencontre avec l'Elfe et son magnifique Lié.
Il se demandait si jamais il s'en remettrait si cela devait effectivement arriver. Si jamais il pourrait encore vivre et espérer si la chance qu'il venait de se voir offrir devait être avortée.
Est-ce que tout ne lui paraîtrait pas délavé et sans intérêt s'il devait découvrir qu'il n'avait ni Don, ni Aspirant ni Chevaliers Dragons ?

Dragon, sublime créature issu de ses rêves d'enfant. Fantasme de liberté qu'il voyait à présent s'avérer vrai.
L'ivresse et l'adrénaline du premier vol jusqu'au Kaerl résonnait toujours dans les veines du jeune homme, un souvenir chéri qui resterait sans doute pour toujours en surface de son esprit.
Ça et la reconnaissance éternelle qu'il éprouvait envers Dinjelaï pour l'avoir trouver, pour lui avoir fait cadeau d'un espoir allant encore au-delà de tout ce qu'il aurait jamais pu imaginer.

Et c'est à présent la boule au ventre qu'il s'en allait se présenter officiellement au Conseil.
Mais tout le stress au monde n'aurait pu l'empêcher d'admirer la magnificence de la Cité qui l'entourait.
Lui qui avait tant de de fascination pour l'océan et sa puissance, il en était ici entouré. Ses iris améthystes vagabondaient d'un toit à l'autre, d'une personne à la suivante.
La nouveauté était partout pour Vaughan. Que cela soit dans l'aspect des gens, l'architecture, les odeurs ou même la tiède chaleur qui régnait au Mar Luimë.
Le Fëalocë était un habitué des grands espaces, là-bas perdu dans ses montagnes. Mais le Kaerl Englouti avait quelque chose d'encore plus grisant, il vous donnait des vertiges tout en vous gardant enfermés dans sa bulle.

Il manqua soudain de se prendre une gigantesque porte dans la face, et comprit ainsi qu'il était arrivé. La Rotonde, ça y était. Et il ne s'était même pas perdu, tiens !
Enfin...il avait passé une petite heure à visiter avant de trouver, mais ça ne comptait pas, c'était tout a fait volontaire.
En même temps les instructions qu'il avait reçu étaient un peu vagues.

Prenant une longue inspiration, le jeune homme passa ses doigts gantés de cuir brun dans sa chevelure cuivré et dégagea les quelques mèches qui s'aventuraient sur son visage.
Il se rendait compte avoir le trac, une chose étrange et peu habituelle. En effet il était d'habitude un orateur hors pair. Par les dieux ! Il adorait être au centre de l'attention !
Mais les circonstances étaient ici bien différentes.

Évidemment, alors qu'il était plongé dans ses pensées et ses craintes, l'imposante porte avait pivoté dans un grincement qui avait du résonner jusque dans les abysses et il se retrouva en train de se recoiffer sous le regard du Conseil dans son entièreté.
Tu parles d'une première impression réussie...

Mais le ridicule n'ayant jamais tué personne, et seulement fait appelé la mort à grands cris par ses victimes, Vaughan baissa les mains, lissa ses vêtements et entra d'un pas volontaire dans la salle circulaire, se cachant derrière un masque d'assurance qu'il ne ressentait pas.

S'inclinant légèrement puis relevant le menton tout en embrassant l'assemblée d'un regard violet, il déclara :

Ainsi je me présente à vous, nobles Membres du Conseil. Mon nom est Vaughan Neresyr, cela ne vous dit probablement rien, et c'est normal. D'origine inconnue j'ai été élevé dans les froides montagnes d'Undomë et je doute que mon histoire retienne votre attention plus de quelques secondes tant elle est banale.

Le jeune homme fit une courte pause, un sourire aux lèvres puis reprit :

Banale jusqu'à aujourd'hui où mon Don m'a été miraculeusement révélé par Dame Dinjelaï et son Lié Anareinth.

Son regard se fit un brin plus sérieux.

Et je promets sur l'hiver et les neiges éternelles de faire honneur à la chance que vous m'offrez en m’accueillant parmi vous.

Vaughan ne savait pas si son serment était réellement de circonstances, mais c'était le plus solennel que son peuple lui ait jamais appris.
Dinjelaï Al'Ysiria
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 7 Oct 2013 - 12:29 Répondre en citantRevenir en haut

Lorsque la porte pivota, dévoilant un Vaughan perdu dans ses pensées qui se recoiffait machinalement, un sourire amusé étira les lèvres de Dinjelaï. En tant que dirigeante du Conseil, elle tâcha de se recomposer bien vite un visage sérieux, mais son regard continua de pétiller pendant la présentation du jeune homme qu'elle avait été chercher sur une plage d'Undòmë, quelques jours auparavant. Son désir de faire honneur au Màr était un plaisir pour l'elfe qui avait plutôt l'habitude de voir des nouveaux Aspirants bégayant et timides au point qu'ils en étaient presque paralysés.

La rencontre nocturne qui avait uni les deux Doués rendait inutiles la traditionnelle réponse de bienvenue qu'elle offrait habituellement aux nouveaux arrivants, Dinjelaï adressa un regard entendu à la vieille guérisseuse Nealyan Shamar, laquelle se leva de son siège malgré ses genoux arthrosiques:


Nealyan Shamar, Guérisseuse du Màr Luimë


Le regroupement de Doués égarés de part le Rhaëg est une mission pour les Engloutis, mais avant tout un véritable soulagement et plaisir pour tous ceux de ce Kaerl.

Nealyan hocha la tête en direction de la Dame du Kaerl. La vieille femme savait lire la satisfaction sur le visage de Dinjelaï, et un sourire fit naître de nouvelles rides sur son visage plissé par les ans:

Puisse votre ardeur se démultiplier au fil de votre Aspiranat, afin que l'Empreinte fasse de vous un Chevalier comblé.

Elle s'assit, et toute l'assemblée put entendre le craquement de ses genoux, comme une ponctuation de sa bénédiction.
Baldrik Corbeciel
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2014
Messages: 32
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 21
Race: Humain
Maître: Aléiya d'Elvrydden (
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 17 Juil 2014 - 09:33 Répondre en citantRevenir en haut

✠ Gaïaku 918, le lendemain de l'arrivée au Kaerl.


Il avançait, claudiquant tandis que sa béquille marquait un rythme erratique quant-à ses pas. Ses plaies étaient encore douloureuses car celles-ci n'avaient pu se refermer correctement.
Le Duc était passé non loin de l'amputation en ce qui concernait son pied, mais ce n'était pas un peu de pus qui allait l'arrêter dans ses devoirs, non.

Il sentait son corps emmitouflé dans les divers bandages, les fils passés à travers sa peau serrant les bords de plaies multiples et variées sur l'ensemble de son corps. Il serrait les dents, avançant. Baldrik n'avait jamais écouté les médecins, même lorsqu'il avait perdu son oeil, oui ceux-ci étaient utiles et faisaient correctement leur travail. Ils sous-estimaient néanmoins la résistance du corps humain, prenaient trop de précautions avec leurs patients.

On lui avait dit de garder le lit, il avait demandé une béquille. On avait tenté de le forcer à rester coucher le temps de se remettre, il leur avait signalé que si on ne lui apportait pas de béquille ce seraient-eux qui auraient besoin de garder le lit. Voilà comment il avait fait pour, le lendemain même de son arrivée, se diriger vers la Rotonde pour suivre le protocole.


Un nouvel arrivant se devait de se présenter. Certes il était désorienté et risquait de prendre son temps pour arriver à destination mais après tout on ne lui avait pas donné d'heure précise. Baldrik devait remplir ses devoirs, coûte que coûte, ce n'était pas la perte d'un oeil qui l'en avait empêché autrefois alors pour quelques plaies...

De temps en temps il jetait un oeil vers ce qui leur servait de ciel en ces lieux ; admirant la vie sous marine qui nageait dans les cieux liquides, parfois un dragon passait ; volant entre les hautes structures centenaires pour vaquer à quelque occupation que ce soit. Tout était si étrange ici...
Son oeil unique se tourna vers un habitant au dos vouté et aux bras épais ; le stéréotype même du serf. Soit, il n'avait pas de problèmes avec la plèbe.

« Dans quelle direction se trouve l- »

L'homme en question avait continué son chemin sans se soucier de celui qui lui avait dressé la parole. Baldrik fronça le sourcil, car après la blessure reçue en travers de sa face plus qu'un des deux sourcils ne fonctionnait, et il tendit sa béquille pour bloquer le chemin de l'homme aux larges bras qui s'arrêta en poussant un grognement.

« Je t'ai posé une question et j'attend une réponse. Dans quelle direction se trouve la Rotonde ? »

L'homme se tourna de ¾ vers lui tout en le toisant de ses yeux bruns. En Corbeciel un manque de respect aussi flagrant envers sa personne était synonyme du carcan sur la place du village. Baldrik n'appréciait que modérément qu'on le traite comme un vulgaire paysan, les Dieux avaient donnés des rôles aux hommes pour que ceux-ci les suivent, non pas qu'ils se prélassent en s'insultant à tour de rôle et en oubliant leurs devoirs.

« M'cherche pas l'borgne. Ta rotonde l'est là bas maintenant dégage avant que j't'en mette une dans la trogne. »

Répondre à une telle provocation relevait de l'imbécilité la plus totale. Baldrik offrit un sourire mauvais à l'homme avant de reposer sa béquille au sol pour continuer son chemin, à peine arrivé que déjà des ploucs lui parlaient comme à un moins que rien, il toucherait deux mots à la hiérarchie du Kaerl concernant les convenances, mais seulement lorsqu'il sera remit de ses blessures et un peu mieux installé dans la dite hiérarchie.

« Ouais, tourne les talons hé, couard. Et bonne journée pauv' imbécile ! »

Il avait tant envie de lui envoyer sa béquille dans la face qu'il accéléra le pas pour éviter de commettre un impair. Après plusieurs minutes de marche qui s'étirèrent comme des heures pour lui il arriva enfin au lieu dit. Le style architectural était magnifique, même lui qui avait toujours été assez sobre ne manquait pas d'apprécier la façon dont la pierre était taillée et placée, les colonnes, les sculptures de dragon, etc...

Il s'assit en voyant une petite fille face à l'entrée et attendit son tour. Lorsqu'enfin vint le temps pour lui d'entrer il se racla la gorge et fit ses premiers pas dans la vaste salle circulaire sous les yeux des puissants du Kaerl.

Suivant le protocole il s'arrêta au centre et jeta un regard circulaire avant de poser le poing sur le coeur et d'incliner le chef en guise de salut respectueux. Baldrik n'était pas élitiste, ni ploucocrate, il croyait simplement en la loi et l'ordre et face à lui se trouvaient les membres les plus éminents de l'ordre qu'on l'avait fait rejoindre. La voix forte et claire, à l'accent dénotant ses origines nobles mais aussi son côté de seigneur combattant, retentit dans la grande salle. Sans agression mais d'un ton habitué à diriger il s'imposait généralement grâce à ses cordes vocales, se faisant entendre sans mal depuis des années de par des centaines d'hommes et de femmes.

« éminents membres du Kaerl Englouti, je suis le Duc Baldrik Corbeciel. Je tiens à m'excuser pour ma tenue mais les récents évènements ne m'ont pas permit d'emporter mes plus beaux atours pour cet instant, j'ose espérer que vous saurez voir en moi plus qu'un borgne doté d'une béquille. »

Il leur offrit un maigre sourire, ses paroles n'étaient en rien insultantes et avaient pour vocation de s'excuser avec un léger humour pour ses guenilles et son état de santé. Voyant qu'on l'enjoignait à développer ses dires il continua donc sur sa lancée, ne prenant presque pas appuis sur le bout de bois qui l'avait aidé à arriver jusqu'ici.

« Je fus seigneur du Duché de Corbeciel en Undòmë et ce jusqu'à récemment. Mes terres sont hélas occupées pour l'instant et je n'en reste pas moins Lié envers mon roi et mes devoirs de Duc. Cependant j'ose croire pouvoir coupler mes obligations envers votre Ordre et mes serments. Par conséquent, si vous me le permettez, je vais prononcer mes voeux. »

Il n'attendit pas spécialement qu'on lui dise de poursuivre, le protocole voulait qu'un chevalier prenne toujours les devants en telle occasion. Il serra les dents et s'agenouilla en posant son poing droit sur le coeur et regardant fixement face à lui.

« Par les divins et mon honneur. Je jure aujourd'hui fidélité à cet ordre, de le défendre et de le faire croître au mieux de mes capacités. Que son code devienne mon code et que son âme devienne mon âme, si je devais rompre mes voeux dans l'avenir, qu'Ouranos m'ôte la vie en cet instant... »

Petite pause dramatique, comme s'il attendait de voir si Ouranos allait bel et bien le tuer pour prouver qu'il se montrerait déloyal à l'avenir envers son serment. Comme cet instant n'arriva pas il continua donc, toujours de cette voix forte du Duc qu'il fut et qu'il était toujours. Il était noble et cela se ressentait dans le moindre de ses gestes, dans la plus petite inflexion de Syllabe dans sa bouche, mais non pas cette noblesse de jeune coq en pâte gavé de gibier avec de l'argenterie. Celle du chevalier, de l'homme ayant plus de traits en commun avec un magistrat, un chevalier, qu'avec un être humain normal.

« ... Aujourd'hui et jusqu'à la fin de mes jours, je lie mon avenir et mon honneur au Kaerl et sa hiérarchie. »

Voilà, c'était prononcé. Il resta dans cette position jusqu'à ce qu'on lui intime de se relever. Chose qu'il fit sans faire montre de la douleur de son corps. Il prit appuis sur la béquille pour se relever plus aisément mais ce avec une certaine dignité, ce n'était pas un oisillon tombé du nid mais bien un homme habitué à recevoir des coups qui se tenait devant eux.

La question de son aspiranat arriva sur le tapis, il voyait dans leurs regards que le cérémoniel n'était pas leur tasse de thé et que sa petite déclaration en avait laissé quelques uns perplexes. Baldrik inclina son visage pour signifier qu'il avait réponse à cette question; qui allait le former ? Son choix se porta donc vers la seule personne apte qu'il connaissait en ces lieux. Oh il y en avait certainement bien d'autres mais il n'avait pas connaissance de leurs noms ou de leur existence.

« Certes, pour me former la Maîtresse Aléiya et sa... Liée Serenah me semblent être des personnes de choix pour m'instruire aux us et coutumes de votre ordre, ainsi qu'à mes devoirs d'aspirant. Je n'abuserai pas plus de votre temps, éminents membres du Kaerl et vous laisse à vos devoirs. J'ose croire que des questions plus importantes que ma personne requièrent votre attention. »

Il se retira donc, non sans un dernier salut respectueux envers les personnes assises en ces lieux. Il recula de trois pas, serrant les dents tandis que ses pieds protestaient, puis tourna les talons pour retourner à l'infirmerie... il avait besoin que l'on change les bandages de ses jambes ; ceux-ci étaient salis de sang.



Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 9 Juil 2015 - 08:57 Répondre en citantRevenir en haut

.:: Fin Gaïaku 918, 2 jours après l'arrivée au Kaerl ::.



Les pas feutrés et mal assurés de l'aspirante fraîchement débarquée raisonnaient dans le long couloir qui menait à La Rotonde. Son cœur battait à la chamade, encouragé par le stress grandissant à chaque nouvelle seconde qui passait. Deux jours qu'elle était arrivée, et elle avait tardé à appliquer les formalités d'usage et s'en sentait terriblement honteuse. On allait la prendre pour une étourdie, une imbécile incapable de faire la moindre tache simple. Parfait. Comme si elle n'était pas assez dépitée comme cela.

Sa rencontre avec un blanc peu commode le jour précédent avait chamboulé encore plus la pauvre créature impressionnable qu'était Andaranielle. Dur, froid, il n'était pas passé par quatre chemins pour lui dire ce qu'il pensait d'elle : il la méprisait, elle le dégouttait presque, elle en était certaine. Et peut être n'avait-il pas tort. Elle qui n'avait eu aucun avenir en vu, Alkhytis et le Màr etait venu lui en offrir un, sous la sécurité du Dôme. En remerciement, elle chouinait. Elle se plaignait, telle une princesse trop gâtée par la vie, redoutant l'empreinte avec peur et appréhension. Un simple prix en contrepartie. Une vie pour une vie. Et elle, elle se comportait en égoïste. Pourquoi la gardait-on encore ici?

La jeune fëalocë soupira discrètement, s'attelant à la descriptions des lieux pour se changer un peu les idées. Tout était empreint d'une sorte de fantaisie irréelle, avec la lueur bleutée qui entourait chaque chose et chaque être. C'était magnifique, simplement. Au centre, une grande table en arc s'étendait, avec neuf personnes qui y étaient attablées. L'un des sièges était plus imposant, un trône d'argent minutieusement ouvragé par des mains expertes et soignées. Andaranielle inspira un bon coup et s'avança d'un rythme plus résolu vers eux.

Elle avait insisté pour qu'Alkhytis ne l’accompagne pas, volant affronter cette épreuve seule. Elle souhaitait se prouver à elle même qu'elle était capable de changer pour le mieux, en prenant plus de confiance en sa personne. Enfin arrivée devant le conseil, elle s'inclina élégamment, priant silencieusement Solyae pour ne pas bégayer lors de sa présentation.

Je vous salue, commença-t-elle avec une voix hésitante, membres.. du conseil. Je me nomme simplement Andaranielle. Je-je viens d'Undòmë, près des montagnes du Vaendark.

Elle s'arrêta un temps, pour reprendre sa respiration après son mensonge quant à son nom. Elle ne souhaitait plus être reliée aux Sédrinak d'une quelconque façon. Elle serait donc une sans-nom durant un temps.

Mon histoire n'a rien de bien palpitant, je le crains. Aucun drame ou exploit à relater, encore un mensonge, ma Maîtresse sera Alkhytis Doréhor, Liée de la Verte Belareth. Je vous remercie d'avoir pris le temps de m'écouter et sur ce, je vous quitte.

L'aspirante s'inclina une dernière fois avant de trottiner rapidement vers l'Agora. C'était fait! Elle avait réussit. Le cœur battant, elle alla rejoindre sa maîtresse avec une bonne humeur. La journée commençait bien.
Lysmeria Minendir
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2015
Messages: 38
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 26
Race: Fëalocë
Maître: Klaus Sullivan (PNJ)
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Ven 7 Aoû 2015 - 14:30 Répondre en citantRevenir en haut

Flarmyaku 918 (premier quartier)– Arrivée au Kaerl


......Lysmeria n'avait pas eu le temps de savoir si elle devait s’extasier ou être horrifié de se trouver sous l'eau, à peine arrivé au Kaerl Englouti, Klaus l'avait conduite devant un grand bâtiment et lui avait dit d'entrer sans plus de précision que celle qu'elle devait s'y présenter. *Ce ne doit être qu'une simple formalité* pensa-t-elle, *Mais j'aurais bien aimé me reposer un peu avant*. En effet, en plus d'avoir découvert l'existence des dragons, elle avait bien bu et était montée sur l'empereur noir dans cet état puis ils avaient fait un voyage dans l'interstice, cela l'avait éprouvé – en plus, ses côtes souffraient à présent des coups de coude qu'elle s'était prise pour s'être collé à son maître plus que nécessaire.

......Elle haussa les épaules et poussa la porte de la Rotonde. *Au moins, ce sera fait...*
......Elle entra dans la salle où la même lueur bleuâtre qui éclairait le Kaerl filtrait par le dôme cristallin. En face d'elle, neuf sièges étaient occupés par des personnes qui discutaient tranquillement entre elles. Détendue, Lysmeria s'approcha et les conseillers portèrent leur attention sur elle. L'homme assis sur le trône Argenté la salua d'un signe de la main et prit la parole.

......Comme Klaus l'avait dit, il s'agissait bien d'une simple présentation en bonne et due forme. Elle sourit et s'approcha encore un peu du demi-cercle avant de prendre la parole d'une voix forte.

– Je vous remercie de m’accueillir dans cette communauté et je suis honorée de vous rencontrer. Je m'appelle Lysmeria Minendir et mon maître est Klaus Sullivan, lié de l'empereur noir Amestan. Je viens de l'archipel d'Ys, plus précisément de la cité portuaire de Karasdorg. Mes parents sont taverniers et j'ai travaillé avec eux jusqu'à aujourd'hui.

......Elle n'avait rien d'autre à ajouter, sa vie n'avait pas été très passionnante jusqu'ici – du moins, pas d'une façon qui pouvait intéresser le conseil. Alors qu'un homme griffonnait rapidement sur un papier ce qu'elle avait dit, l'homme sur le trône reprit la parole et elle l'écouta attentivement. Peut-être la chance de se lier à un dragon... Elle ne comprenait pas encore tout ce que cela impliquait mais ça avait l'air merveilleux, une âme sœur...
......Puis il se lança sur le règlement du Kaerl, et c'est d'une oreille distraite qu'elle continua de l’écouter. Ce qu'elle voulait c'était être libre et vivre comme elle l'entendait. Elle avait hâte de commencer son apprentissage – et surtout, de le terminer.

......Elle remercia une fois encore le conseil puis s'en alla.



Visiter le site web du posteur
Arkanius Druzath
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 26 Sep 2016 - 14:08 Répondre en citantRevenir en haut

Flarmyaku 918


Arkanius marchait depuis plusieurs heures déjà, laissant son regard curieux et émerveillé se balader sur tous les petits détails qui faisaient la beauté du Kaerl qui était devenu son foyer. Si sa première rencontre avec la beauté de ce lieu avait été le Cirban Telemna, et même si ce lieu l'avait figé sur place, le reste du Kaerl regorgeait de lieux tout aussi, si ce n'est plus, magnifique et époustouflant.

Le jeune orphelin ne pouvait néanmoins pas trop s'attarder, il devait retrouver rapidement sa maîtresse pour la suite de sa formation mais elle lui avait demandé avant cela d'aller se présenter devant le conseil. Il se demandait encore comment est-ce qu'il devrait s'y prendre et surtout s'il était réellement digne de le faire. Après tout il n'était pas arrivé il y a très longtemps et il doutait encore de sa capacité à réellement pouvoir s'élever au rang de Chevalier dragon. Toutefois, si Amaélis lui avait demander cela, c'est qu'elle estimait, elle, qu'il était prêt, ainsi le garçon n'y trouva rien à redire.

Au cours de ses pérégrinations au sein du Kaerl afin de trouver la Rotonde, siège du Conseil, il avait plusieurs fois été tenté de s'arrêter pour observer les lieux ou en visiter les moindres recoins mais il était tout aussi impatient d'en apprendre plus auprès d'Amaélis. Aussi, le garçon se retint de partir en exploration et rejoignit tant bien que mal la Rotonde.

L'orphelin mis presqu'une heure à trouver ce qu'il cherchait et quand ce fut enfin le cas, il se demanda comment il avait put passer à côté. L'entrée de la Rotonde est gardée par une énorme porte à double battant en argent et Arkanius mit plusieurs minutes à pouvoir détacher son regard des deux imposant dragons qui décoraient ladite porte. Il avait beau avoir rencontré un vrai dragon, leur existence lui paraissait toujours aussi lointaine et impalpable. Surpassant son désir de contemplation, le jeune homme passa la porte pour enfin arriver dans le cœur de la Rotonde.

Si le mot majestueux avait été inventé pour décrire quelque chose, ce quelque chose était sans aucun doute ce lieu. La beauté de la coupole de diamant répondait à la majesté des statues de de dragon répartis entre les dix-sept imposantes colonnes de la salle. Malgré son désir de rester impassible et illisible aux yeux des observateurs, Arkanius dut laisser sa bouche s'entrouvrir devant le spectacle architectural qu'il voyait. Il continua malgré tout d'avancer d'un pas hésitant, comme un enfant qui apprends à marcher, et il remarqua à peine la table centrale représentant, semble-t-il une carte en relief du monde.

En face de lui, exactement en face de la porte d'entrée, entre deux colonnes, se tenait un gigantesque trône, flanqué de deux autres trônes plus modestes,au lieu d'une statue de dragon comme dans les autres emplacements. Il y avait une dame assise sur l'un des trônes et quelques conseillers discutaient paisiblement autour. A la vue de l'aspirant, les discutions cessèrent et tous les regards se posèrent sur Arkanius qui se sentit d'un coup minuscule. Réunissant le peu de courage qu'il lui restait, le garçon prit la parole comme Amaélis le lui avait suggéré.

Bonjour à toutes et à tous, comme il est de coutume au sein du Kaerl lorsque nous arrivons, il est demandé de venir se présenter devant vous. Le garçon fit une pause mais le silence se prolongea douloureusement, aussi il reprit la parole. Je suis arrivé il y a peu avec Amaélis Yodera et son dragon. Si tant est qu'une silence puisse être silencieux et bruyant à la fois, c'est la sensation que ressenti Arkanius à la prononciation du nom de sa maîtresse. Tentant d'ignorer le léger malaise qu'il sentait poindre, l'orphelin poursuivi son monologue. Je me nomme Arkanius Druzath, je suis orphelin et j'ai longtemps navigué en temps que marin. Dame Yodera m'a trouvé et m'a expliqué que j'avais un don particulier bien que j'ignore toujours en quoi cela consiste et pourquoi je l'ai.

Alors qu'il finissait sa phrase, l'un des conseillers nota quelques choses sur un parchemin et adressa un regard à la dame assise qui acquiesça sans un mot.Les discutions reprirent et Arkanius ne vit plus un seul regard posé sur lui. Hésitant quand à la marche à suivre, il estima que l'entretien devait être terminé. Il effectua une légère inclinaison du buste en guise de salut et fit demi-tour, quittant les lieux l'estomac un peu dénoué mais l'esprit tourmenté par cette rencontre quelque peu étrange et intimidante.
Eilon Sednereï
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2016
Messages: 15
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 12
Race: Ondin
Maître: Folken Krienh
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 11 Mar 2017 - 19:22 Répondre en citantRevenir en haut

Fin Ouranosku 918


Depuis qu’il était revenu, Eilon avait beaucoup de mal à retrouver ses marques. Rien n’avait bougé sinon lui et rien ne paraissait comme avant. L’enfant s’était évanoui en un homme plus fort et plus méticuleux. Est-ce qu’ils avaient déjà vu que les colonnes de l’Agora se fissuraient par endroit ? Est qu’il était naturel qu’un tel bazar se soit installé à la Flèche du Cadastre ? Peut-être que son père avait bien fait de l’éloigner pour qu’il revienne ainsi. Eilon sentait que le Màr avait besoin de lui, tout tombait en ruine selon lui et il était temps qu’il y ait du sang neuf et un œil vif pour rafraîchir tout ça.

Depuis quelques jours, Erhali ne manquait un instant de vanter les mérites de son élève. Eilon fut bien étonnée qu’une femme si vite arrivée trouve alors raison dans les espoirs de son père. Est-ce qu’il avait avorté de croire en son fils où était-ce encore une manche en lice ? Le jeune Ondin se doutait des manœuvres maladroites bien que bienveillantes de son père, aussi il se chargea de lui préparer une surprise lors de sa présentation. Car oui, il s’était enfin décidé à suivre les talons d’un Maître, et son choix avait été étudié avec soin.

Le Conseil se réunissait dans la matinée, il ne fallait plus tarder. Eilon sortit une ravissante toilette de velours bleu, mit un peu d’ordre dans ses cheveux et allait pour trouver la sortie quand un pli sur sa couche le retint. Il soupira devant son incompétence, sortit ses gants et refit le lit deux fois avant qu’il le trouve satisfaisant. L’Ondin enfila pour la dernière fois ses gants et se promit de ne pas les ôter avant la fin de la journée.

Dehors, il remonta les couloirs, franchit quelques allées et se trouva à frapper à la porte d’Eirwen.

-Je suis Eilon, Eilon Sednereï. Je viens pour vous accompagner à la Rotonde. Mon père a dû vous prévenir ? J’espère que vous n’êtes pas en retard, le Conseil ne nous attendra pas.

.: O :.


Les deux compagnons arrivèrent face à la porte de la Tolérance. Curieux nom pour un lieu qui ne connaissait rien de l’humilité au travers de toute sa grandeur. Peut-être était-ce pour rappeler aux dirigeants que cette vertu était un devoir et non un droit ? Eilon donna son nom au serviteur et sentit un silence pesant… Ah oui elle… Elle était en mesure de s’exprimer non ?

On les fit patienter quelques instants. La matinée avait déjà bien été entamée, mais ils étaient les deux seuls aspirants attendus. Aussi, Eilon espérait faire bonne impression. Il regarda sa voisine pour la première fois depuis qu’il était allé la chercher. Elle était ravissante, peut-être que ses charmes de Neishaane avait eu bon des freins de son père ? Non… Sobeêk n’aurait jamais laissé faire ça. Il lui offrit un petit sourire mal à l’aise. Après tout, il l’était.

Enfin, on les fit pénétrer dans cette salle que ses yeux d’enfants n’avaient pas encore parcourus. Avant tout, ce fut la voûte diamantée qui l’hypnotisa ainsi que sa vue sur les profondeurs ainsi que cet éclat qui berçait la pièce de magie tempérée. Devant eux, la lourde table du Conseil et au fond, le Trône du Seigneur. Eilon sentit son pouls s’accélérer, c’était son moment.

Les visages se tournèrent vers eux et c’est Eilon qu’on désigna pour débuter. L’Ondin s’approcha, s’inclina avec grande déférence.

-MonSeigneur, Mesdames et Messieurs les Conseillers, je suis Eilon Sedne…
-Sednereï ! Ah ton père t’a ramené de la ferme alors ?

Le jeune homme se pétrifia, horrifié qu’on l’eût interrompu. Il se redressa et constata avec dégoût que c’était le Seigneur lui-même qui avait fait capoter son entrée. Que devait-il répondre ? Il laissa échapper quelques secondes avant de comprendre que les membres présents attendaient qu’il sache s’exprimer.

-Je suis de retour et prêt pour servir le Kaerl.

Si un autre membre devait d’ordinaire poser les questions le Sénéchal sembla dans son élément.

-Bon tu vas écouter les conseils de ton père je présume ?.. aborda-t-il sur un ton moqueur.
-Non Sire.. Je suis voué à une toute autre voie. Aussi j’ai demandé au Maître... au Maître Folken Krienh de suivre ma formation…
Le silence d'abord puis le Seigneur se fit sévère.
-N’avais-tu pas commencé, enfant ?
-Si, mais je n’étais pas prêt, articula l’Ondin, rougissant.

Les membres du Conseil murmurèrent entre eux, préoccupé par ce nom qui revenait en lumière. Le Seigneur les fit taire finalement d'un geste de la main.

-Maître Krienh, quel choix… surprenant Aspirant ou dirai-je même osé. Garde-toi de prendre trop exemple sur lui, bien que depuis son retour, il soit caché aux archives… Ne mérites-tu pas un Maître qui représenteras nos valeurs plutôt qu'un sinistre reflet de ce que fûrent les plus affreuses heures du Màr? Est-ce lui qui est venu à toi? Pourquoi veux-tu de son nom sur l'éclat de ta lignée?
-Non, nous nous sommes rencontrés et je m'intéresse grandement aux écrits, aux lois. Je fus l'assistant d'un magistrat su le Continent et j'espère porter mes connaissances jusque dans nos murs.
-Parce qu'il pense t'apprendre la loi ou la justice? Intervint un autre Maître du Conseil dont Eilon ignorait le nom.
-Ce n'est pas cela, il dit savoir ce qu'il se passe lorsqu'on s'éloigne de la Justice. Il comprend ma quête alors, il sera à même de me guider...

Javerth Seram joua de sa langue quelques secondes, pesant le pour et le contre, furieux et intrigué par cette insolite affiliation. Le fils d'un Grand Sénateur avec le désastreux successeur de la vénérable Elfe... Le temps était passé pourtant, ce serait un moyen de savoir ce qu'il se tramait en lui. Le Seigneur frappa d’élan sur son accoudoir, il fallait bien laisser se dérouler l'avenir et s’exclama magnanime:

Sois le Bienvenu, Eilon Sednereï, Fils du notre Kaerl. Que ton Maître sache te guider et se racheter par ton mérite. Je suis heureux de voir le sang du Màr revenir à ses sources. J'ai confiance en ton destin petit, ne t'égare pas.

Était-ce un encouragement ou une menace? Quoi qu'il en soit, l’Ondin s’inclina plein de gratitude, ses parents n’allaient pas du tout apprécier son choix. Il recula de quelques pas avant de se tourner et lança un regard toujours aussi tendu à la délicate Eirwen.



Dinjelaï d'après la description de l'Ancien Conseil a écrit:


Nom, prénom, surnom : Javerth Seram, dit "Le Sénéchal"

Âge : 68 ans, lié depuis 53 ans

Alignement, Kaerl : Align au choix, Kaerl Englouti

Race : Humain

Rang : Maitre Dragon, lié au Brun Tyom. Ancien Sénéchal du Conseil du Màr Luimë, déchu pour faute grave.

Liens : Il connait énormément de gens au Màr Luimë, dans toutes les strates de la société, il a ses contacts. Il a une petite-fille appelée Keren, qu'il adore, et qui après avoir été élevée à Lòmëanor par des serviteurs durant une bonne partie de sa vie, vient d'arriver au Kaerl pour réaliser son Aspiranat. Ils espèrent tous deux qu'elle se liera à une Argentée.

En quelques mots : Vieil homme à la moustache blanche soigneusement entretenue qui à fait sa notoriété, l’ancien Sénéchal était un homme plutôt sympathique, intelligent, franc et honnête quoi qu’ayant peu d’humour. Droit dans ses bottes et certain de ses idées, il a longtemps su taper du poing sur la table et fusiller du regard ses ennemis prêchant l’ouverture du Kaerl. Vous l’aurez compris, Javerth est un traditionnaliste depuis son plus jeune âge. Les cheveux longs et blanc, assortis à sa moustache, sont attachés en un catogan élégant, seule marque de coquetterie. Son visage pâle et ridé n’a pas été exposé à la lumière directe du soleil depuis quelques années, puisque, comme il aime à le répéter : « Le Màr Luimë est une famille, et un monde à part entière, qu’ai-je besoin de sortir de mon monde pour me frotter à des gens qui ne me ressemblent pas ? »

Après son renvoi du Conseil, pour faute grave, Javerth s’est retrouvé isolé, très isolé, tandis que le courant prônant l’ouverture prenait plus d’ampleur. Il s’est aigri de cette déchéance, et reste la plupart du temps silencieux, persuadé que son heure viendra à nouveau. Il se mêle peu à ses pairs, préférant la compagnie de son lié et de ses Aspirants, qu’il forme de façon sévère et auxquels il inculque des valeurs qui lui sont chères : la prédominance absolue du Màr Luimë sur les autres Ordres, la puissance des sang-nobles, issus directement des Valherus mais également le respect de la cosmogonie Tol Orëanéenne …
A ce jour, Javerth attends donc des jours meilleurs dans l’ombre, complotant des projets dans son coin. Son intelligence s’est muée en ruse, voir en sournoiserie, mais il s’arrange pour ne jamais être mis en cause directement dans les affaires qui ennuient le Conseil. Pour Folken et ses pairs, c’est un ennemi de premier plan, qui ne laissera pas passer une occasion de reprendre le pouvoir.

Le Sénéchal est un enfant du Kaerl, de deux parents Chevaliers. Il suit donc le fil logique de l’Aspiranat dès son plus jeune âge et se lie au brun Tyom à l’âge de quinze ans. Intelligent et rigoureux, il se destine au poste d’Intendant du Màr et étudie donc auprès du Maître en poste afin de donner du corps à ses ambitions. Traditionnaliste jusqu’au bout des ongles, Javerth a un moment de gloire au Màr Luimë, lorsqu’après la guerre des Ordres, le Kaerl se replie sur lui-même. Alors représentant de son courant, il a été porté par ses pairs jusqu’au siège de Conseiller qu’il a occupé pendant plus de vingt ans.
Le début de sa déchéance a été la disparition de la Dame du Kaerl, Darweel. Opposé farouchement à obéir à une femme, on aurait pu imaginer que son absence lui laisse les coudées franches, mais tétanisé par ce pouvoir qui lui tombait dans les mains sans qu’il n’y soit préparé, passant trop rapidement du statut d’opposant à celui de décideur, il n’a pas su profiter de ce moment… Les deux années d’absence de Darweel n’ont vu venir aucun changement majeur dans la régie du Màr, un immobilisme pesant s’est installé, jusqu’à ce qu’un drame ne vienne secouer le Kaerl…

La malfaisante Ketesh, dans son objectif de ressortir le Kaerl Maudit des brumes de l’oubli, a tenté, en revenant dans son Màr d’origine de subtiliser des œufs d’une couvée de Reine. La gestion désastreuse de l’évènement par le Sénéchal a entrainé la destruction de nombreux œufs… Réveillant tous les Engloutis sur l’importance d’un Seigneur ou d’une Dame à même de gérer ce genre de troubles, l’élection de la Dame Lalwendë Valendil a été le deuxième pas de Javerth vers la déchéance… La première action de la vieille elfe fut de destituer le Sénéchal.
Depuis ce moment, dans le secret de sa chambre des Tours Joyaux, Javerth ourdit complots sur complots, enseigne à ses Aspirants la rigueur et leur inculque les réalités de la vie au sein d'un Kaerl… Lesquels Aspirants sont fréquemment mis en cause dans des rixes au sein du Màr et doivent sans cesse être contrôlés par le Conseil.

Le Sénéchal est le personnage poil-à-gratter du Kaerl. Il a de nombreux liens avec les habitants du Kaerl, plutôt négatifs avec ceux du Conseil mais très sympathiques pour tous les gens qui ne s’intéressent pas à la politique. Il est toujours possible d’adapter son caractère en le rendant un peu plus souple et plus ouvert. C’est typiquement le genre de personnage capable de monter la population pour promouvoir la guerre contre les autres Kaerls.




Eirwen Tümay
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 66
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 47
Race: Elfe-Neishaane
Maître: Erhali Sednereï
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 11 Mar 2017 - 22:08 Répondre en citantRevenir en haut

C’était un jour particulièrement important et la jeune Neishanne changea peut-être trois fois de toilette et autant de fois de coiffure avant d’être satisfaite. Elle avait finalement arrêté son choix sur une robe d’un bleu très profond, mettant en valeur sa carnation claire et ses cheveux argentés. Elle les avait coiffés avec une demi tresse sur son épaule gauche, qui laissait le reste de sa chevelure soyeuse descendre jusqu’à ses reins. Elle portait le bijou elfique de son père au cou, le bracelet offert par son Maître au poignet et une chaînette d’or sertie de saphirs sur le front.
Le tout était d’une grande classe sans être ostentatoire.

Quand le fils du Maître frappa à sa porte, elle était fin prête, assise sur son lit et l’attendait en essayant de calmer ses appréhensions.
Elle ouvrit la porte et se trouva devant un homme jeune mais plus âgé qu’elle, qui n’avait certes pas l’assurance de son père mais qui lui ressemblait beaucoup. Elle nota qu’ils avaient tous deux choisi la couleur bleue du Kaerl pour leurs vêtements, pour lui un peu plus clair que pour elle. Eilon se mit en marche sans croiser son regard et elle le suivit sans un mot. Après tout, il était venu la chercher par obligation et non par sympathie, alors elle savait ne devoir s’attendre à rien venant de lui. Et cela lui convenait très bien.

Au cours du trajet, ils n’échangèrent ni un regard ni un mot. Elle s’appliquait à rester à sa hauteur et non pas derrière lui pour lui signifier qu’ils étaient tous deux soumis à la même épreuve, sans rivalité et sans différence.

La Porte de la Tolérance… Cela augurait d’un bon dénouement. Un serviteur les accueillit et Eilon donna son nom en la laissant donner le sien. C’était logique et elle trouva ce comportement respectueux. Puis ils attendirent, silencieux, dans une antichambre… Si elle sentit son regard sur elle, elle n’en fit aucun cas. Elle, elle l’avait bien vu, elle avait détaillé son costume, son visage et sa coiffure bien avant et elle n’avait pas besoin de le regarder à nouveau. En plus, elle se doutait bien qu’elle le reverrait dans des circonstances moins stressantes.

Ils furent appelés et Eilon se présenta le premier. Apparemment le choix de son Maître parut étonner le Seigneur du Kaerl et le Conseil qui l’entourait. Mais le jeune fils Sednereï répondit très correctement et il fut admis au Kaerl Englouti.

Puis ce fut son tour.

Monseigneur, Membres émérites du Conseil, je me nomme Eirwen Tümay et je viens des montagnes neigeuses de Vandaerk. Ma lignée Neishanne et Elfique est un peu atypique, mais le Don que j’ai a été découvert par Maître Erhali Sednereï qui m’a offert sa protection et son tutorat.
En plus de mon travail assidu pour l’honorer et devenir Chevalière puis Maître à mon tour, j’ai l’ambition d’étudier pour participer au bon fonctionnement du Kaerl.


Le Seigneur paraissait dubitatif qu’une femme aussi jeune et frêle ait autant d’ambition mais la question vint d’un membre du Conseil.

Vous paraissez bien déterminée et bien présomptueuse, mon enfant ! Votre programme de vie risque de durer bien des années… Il toussa rauque et cracha discrètement dans un mouchoir qu’il cacha dans sa poche.

Tout est affaire de volonté, Conseiller. Pour honorer mon Maître, je suis motivée à étudier et à passer toutes les épreuves nécessaires. Mais vous, Conseiller, si votre crachat est sanguinolent, consultez un docteur ou un apothicaire sans tarder, vous êtes en danger si j’en juge par votre teint… Pardonnez-moi.

Le Seigneur du Kaerl se leva et tourna vivement la tête vers son Conseiller, lui faisant signe de se retirer au plus vite. Puis il s’adressa à Eirwen :

Nous vous souhaitons la bienvenue au sein de notre Màr, Aspirante Eirwen Tümay. Vous avez été choisie par un excellent Maître et nous vous souhaitons la réussite que vous méritez.

Le Seigneur et tout le Conseil se retira sur ces paroles et Eirwen se retrouva au milieu de la grande salle vide, l’esprit tout aussi vide. Il fallut qu’Eilon lui tape sur l’épaule pour qu’elle reprenne ses esprits et le suive à l’extérieur. Dans son cerveau tournaient les mots en lettres de feu : « Tu as réussi… Tu as réussi… Tu as réussi… »







*Carnet de route*
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:06 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu