Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [Recensement] Présentation des nouveaux Aspirants du Màr Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Lalwendë Valendil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 5 Avr 2009 - 19:53 Répondre en citantRevenir en haut

Le Dôme cristallin qui surplombe la Rotonde diffuse dans la grande pièce circulaire la douce lueur bleutée qui illumine le Kaerl Englouti dans la journée, et éclaire une scène particulière: le Conseil, réuni au grand complet. Les neuf sièges sont disposés en arc de cercle autour de la grande table sculptée représentant, en relief, le continent de Tol Orëa. L'atmosphère pourrait être plus solennelle sans les conversations et les mines détendues des Conseillers qui siègent, mais l’objectif de cette petite réunion n’est nullement d’intimider les auditeurs qui vont se présenter…

La Dame du Kaerl se tient, une fois n’est pas coutume, sur le trône d’argent. Derrière elle l’oriflamme brodé reprend les armoiries du Màr Luimë… Logique, Eloquence, Adresse… C’est parce que ces trois mots vous représentent et sont désormais votre devise que vous vous trouvez dans cette salle, entouré par tous les membres du Conseil. Désormais, ceux-ci ont arrêté de parler et vous regardent avec bienveillance et peut-être également un peu d’amusement…

Le Maître Dragon qui vous a recueilli à bien insisté à votre arrivée sur la place de l'Agora: tout nouvel Aspirant à pour premier devoir d'aller au devant du Conseil du Màr Luimë, afin de se présenter en quelques mots. La séance de présentation a lieu toute les semaines, et le Conseil prend un soin tout particulier à informer les Aspirants de leur avenir, proche et lointain, ainsi que les règles de vie qui ont lieu dans la nouvelle communauté.

La vieille femme qui se tient sur le trône d’argent lève légèrement la paume en guise de salut, et prend la parole, d’une voix grave et mesurée :

Aspirant, le Conseil du Màr Luimë te souhaite la bienvenue au sein de notre Kaerl.
Je t’en prie, présente-toi ici, nous aimerions connaître ton nom, ainsi que celui du Maître qui te prendra désormais à charge.


Alors que vous commencez à parler, vous remarquez que l’un des Conseillers s’est approché de l’étrange table, et rédige quelques mots dans un grand manuscrit. Il s’agit là du Registre des Aspirants que compte le Màr Luimë.

Bien, j’imagine que tu connais déjà l’objectif de ta présence ici… Comme tu as pu le voir aux abords du Kaerl, les dragons sont ici les amis et frères des simples mortels que nous sommes. L’apprentissage que tu vas suivre te permettras d’exploiter au mieux le potentiel qui couve en toi, le Don… A force de travail, de logique, d’éloquence et d’adresse, La vieille femme vous adresse un sourire malicieux tu auras peut-être la possibilité de te lier avec l’une de ses fantastiques créatures ailées, lors de l’Empreinte… Suite à cet événement, sans doute le plus marquant de la vie d’un dragonnier, ton âme se scindera pour accueillir en son sein celle d’un dragonneau…

La Dame du Màr marque une légère pause avant d’étouffer un petit rire et reprendre son petit discours :

Bien évidement, ceci est un résumé bien rapide. Il faut que tu saches que le but de tout Aspirant est de réussir l’Empreinte…
Quant aux règles et lois d’usage dans le Màr… Il s’agit de celles coutumières dans toutes les communautés.
Une ombre passe sur le visage ridé de la vieille elfe, son ton se fait plus grave. Malheureusement… Nous vivons des temps quelques peu troublés… L’unique passage qui rattache le Kaerl à la côte, est momentanément coupé. Pour se rendre sur le continent, il te faudra donc partir avec un Maître Dragon…

Bien, si tu as des questions immédiatement, je t’en prie, nous tâcherons d’y répondre ! Sinon, tu auras tout le loisir de les poser à ton tuteur. Pour conclure, je ne peux que te répéter mes premières paroles : tu es le bienvenu parmi nous !








[HRP] Merci aux nouveaux Aspirants du Kaerl de venir poster un petit message, signalant comme demander leur nom, celui de leur Maître, ainsi que quelques bribes de leur histoire (pas la peine de copier/coller votre fiche quand même !) Merci Clin d'Oeil Sauf question posée, n’attendez pas nécessairement de réponse ! [/HRP]
Publicité





MessagePosté le: Dim 5 Avr 2009 - 19:53 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Alyin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 6 Avr 2009 - 09:16 Répondre en citantRevenir en haut

"Alyin, Je suis Alyin" énonça la Neishaane, en une litanie tant de fois répétées.
Mus par un automatisme inconscient, ces mots là franchissaient ses lèvres sans peine, flottant dans la salle par la voix cristalline de leur créatrice, s'accordant à la splendeur muette et froide du marbre veiné de bleu.

Sous le regard intense des conseillers, pour qui pareille attitude n'était que l'expression d'une attention polie acquise toute entière à l'aspirante, Alyin se sentait frémir. Les Célestes sûrement, n'avaient pas ébruité les circonstances de sa disparition, sans quoi l'évocation de son nom auraient simplement suscité davantage que de vagues hochements de tête. Des conseillers attablés autour du continent sculpté, symbole du monde qui s'ouvrirait à l'aspirante dès lors qu'elle aurait franchi cette épreuve, pire même que l'Empreinte si la chose fut possible car il n'y aurait jamais pour elle de seconde chance, il émanait une tranquillité aimable, sérénité emplie de sagesse pour mieux dissimuler l'amertume et la sévérité que revêtirait cette cour si elle apprenait jamais avoir été dupé.

Et Alyin, la Neishaane qui jamais n'avait su mentir sinon par omission, qui ne pouvait tolérer de fléchir devant le conseil du Màr Luimë alors qu'elle avait jadis affronté de vive voix la Dame du Màr Menel, se taisait. Le silence l'englobait, l'oppressait, la mettant au supplice de proférer un mot, d'amorcer une des phrases qui s'amoncelaient dans son esprit pour aussitôt refluer, telles les vagues inlassables qui baignait la baie, par delà la voûte cristalline, par delà les flots laconiques retenus par magie. A la lisière de sa conscience, une dragonne blanche s'échinait à lui insuffler courage et à lui dicter les mots salvateurs, mais Alyin ne l'écoutait pas. Pour convaincre cette assemblée, il lui fallait se convaincre elle-même.
Elle était aspirante. Elle ne pouvait donc être liée.

"Mellisane se charge de mon enseignement." avoua-t-elle finalement d'une voix hésitante.

Et le conseil eut tôt fait de voir dans les maladresses de la Neishaane la marque de l'intimidation naturelle de quiconque n'a pas grandi dans des demeures luxueuses, où la richesse ostentatoire s'affiche dans la richesse des matériaux, dans la puissance des dragons dont les écailles rutilent comme autant de joyaux, dans la sage perspicacité des représentants du Màr.

Alyin se retira dès qu'on lui eut donné congé, courant d'air léchant les murs, errant dans les corridors immenses à la recherche de Dealra, sûre qu'elle ne trouverait pas sa liée qui se prélassait au soleil à des lieux de là au bord de la falaise, mais sûre de ne trouver la paix dans aucune autre activité.
Belosnejka Kitaëv
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 7 Avr 2009 - 21:16 Répondre en citantRevenir en haut

J'ai pris quelques libertés afin de pouvoir quand même communiquer. Si cela pose un problème, je corrigerai rapidement.


Ah ! Qu'il est difficile de répondre à de simples questions de ce style quand on ne parle pas !
Plantée au milieu de la vaste salle, Belosnejka passa après une jeune fille du nom de Alyin, qui transpirait l'assurance. Elle-même s'avança devant les 9 trônes, près d'un globe qui représentait un territoire qu'elle ne connaissait pas. Pas encore. Au milieu de cette salle blanche, étincelante, à la pierre marbrée de la couleur des rois, la jeune fille aux cheveux immaculés, se sentait parfaite, magnifique, en adéquation avec l'ambiance. Car ses couleurs s'accordaient avec le décor : du blanc, et du bleu, comme les millions de fils de lune qui partaient de son crâne pour venir caresser ses reins, comme les reflets des métaux de son bijou.

Son regard bleu barbeau passa sur les visages chaleureux des conseillers, puis, elle s'inclina, et un sourire bon enfant creusa des fossettes dans ses joues. Sa main droite monta à son cou, enserrant sa gorge. La jeune femme vit de la curiosité : personne ici ne pensait que l'on pouvait se moquer des conseillers, et Bel n'avait même pas eu à l'esprit de se jouer d'eux.

A la place, sa main descendit, effectuant le trajet inverse. L'autre se leva à mi hauteur, afin que tous les adultes aux connaissances ancestrales voient qu'à l'intérieur, il y avait un morceau de papier plié en quatre. Amorçant un pas en avant, la Neishaan alla donner le parchemin à l'un des conseillers qui s'était levé, il en prit connaissance et des vannes semblèrent s'ouvrir en lui : les petites rides de questionnement qui creusaient ses pattes d'oies s'effacèrent subitement, alors qu''il sourit de connivence avec la jeune femme.

" Cette jeune fille s'appelle Belosnejka Kitaëv. Elle s'excuse de ne pas pouvoir prendre la parole, mais en raison de son aphanie, elle ne peut et ne pourra jamais le faire. " Il adressa un coup d'oeil à chacun des membres du conseil. Apparemment, cette information était acceptée.

" Elle est originaire du continent d'Orën et n'a pas pour le moment de Maître Dragon car elle vient juste d'arriver. "

Pour un message griffonner 2 minutes auparavant sur un vieux morceau de papier, la formule était belle. Bel s'inclina une nouvelle fois, ses cheveux couvrant sous visage comme un rideau miséricordieux de sa position actuelle : les autres aspirants la regardaient et chuchotaient doucement. Apparemment, il y avait ici peu de personne qui ne pouvait pas parler.
Laer Y'perril
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 13 Avr 2009 - 12:25 Répondre en citantRevenir en haut

Quand Laer arriva dans la Rotonde, il fut d’abord impressionné par le luxe qui y régnait : argent, pierres précieuses; tout respirait la richesse. Cependant, il en était de même dans la demeure de ses parents. Tournant son regard vers le plafond, l'elfe resta bouche bée devant la coupole en diamant, beaucoup plus impressionnante et inédite. Il s’en dégageait une aura particulière, comme si elle était vivante et cherchait à protéger le Màr Luimë. Cela rassura le jeune elfe, qui n’était pas très à l’aise à l’idée de se savoir sous la mer. Il ne voulait pas mourir noyé ! Il lui fallut cependant quelques minutes pour détourner ses yeux du spectacle qui s’offrait à lui : il pouvait voir le fond marin, mais par en-dessous. C’était une situation bien incongrue. Laer ne s’aperçut qu’à cet instant qu’il se trouvait face au Conseil du Màr Luimë, qui lui avait demandé de se présenter. Il n’avait pas vraiment écouté le reste, passionné par la coupole. Mais malgré son trouble, il prit la parole calmement comme à son habitude :

- Je m’appelle Laer Y'perril.

Ne sachant pas quoi dire d’autre, l’elfe se tut. Un des membres du Conseil semblait écrire quelque chose dans un grand manuscrit, et Laer se demanda ce que cela pouvait bien être. Le regard des autres membres du Conseil était mi-moqueur mi-accueillant. L’elfe comprit alors qu’il était le bienvenu, et se décida à raconter ce qui l’amenait ici :

- Je suis originaire d’Undòmë. J’errais par les chemins quand Jilian m’a amené ici. Etant aspirant, je n’ai pas encore de maître.

Laer trouva après coup qu’il avait résumé son histoire bien vite, mais il ne voulait pas ennuyer les membres du Conseil : ceux-ci avaient certainement des choses plus importantes à faire. Comme pour lui donner raison, le Conseil du Màr Luimë l’autorisa à prendre congé. L’elfe sortit alors de la salle, déçu de devoir quitter la Coupole aussi vite mais ravi de se soustraire au regard des membres du Conseil, assez impressionnants.
Isabeau
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 14 Avr 2009 - 21:48 Répondre en citantRevenir en haut

La coupole de cristal attirait irrémédiablement son regard, loin au dessus de sa tête elle admirait cette véritable œuvre d’art qui laissait passer le doux éclat bleuté de la mer présent juste là. C’était d’ailleurs cette coupole qui faisait l’originalité de cette salle pourtant fantastique. Fantastique ? Bien faible mot pour désigner tant de splendeurs. Ah ! Qu’elle avait hâte de pouvoir visiter cette ville sous les eaux, elle se morigéna et bien qu’à regret, le regard d’Isabeau finit toutefois par revenir se poser sur le Conseil où la Dame du Màr Luimë prenait la parole.
La jeune Ondine écouta sagement en rêvassant sur l’idée qu’elle puisse avoir l’honneur de rencontrer de nouveau ces dragons mystiques et caressa celle de se lier un jour. Que de possibilités…

Lorsque ce fut son tour, Isabeau s’avança de deux pas et s’inclina poliment devant ces grands Hommes et grandes Dames qui prenaient soin du Kaerl pour ses habitants. Elle commença d’une voix calme, un masque froid imprimé sur le visage, contrairement aux multiples émotions qui bouillonnaient en elles et voulait qu’elle déclame rapidement son texte avant de partir à grandes enjambées.

- Je suis Isabeau du Havre des Tempêtes. Etant donné que je viens d’arriver, je n’ai pas encore la chance de connaître mon maître. Je suis originaire des Iles d’Ys, j’ai toutefois passées la majeur partie de ma courte vie à voyager avec mon père sur différents continents.

Elle esquiva toute pensés qui lui avait fait choisir « voyager » comme terme, après tout c’était ce qu’ils faisait la plupart du temps… presque. Evitant de se mordiller la lèvre inférieure, elle observa la réaction du conseil à ses paroles. Voyant qu’ils les acceptaient avec bienveillance, elle s’inclina avant de reculer de deux pas pour laisser place aux prochains aspirants.


Dernière édition par Isabeau le Jeu 7 Mai 2009 - 16:15; édité 1 fois
Shayán Tavaril
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 16 Avr 2009 - 13:53 Répondre en citantRevenir en haut

[HRP = Heu en fait je ne sais pas si je suis censée poster ce Rp, puisque tout nouveau aspirant se retrouve face au Conseil, à la Dame et à la Seconde du Kaerl, or si, d’après un Rp en cours, je risque d’en faire partit… Est-ce que le Conseil est l’ancien ou le nouveau ? ^^’ Enfin je l’ai écrit alors je le poste, au pire c’est vite fait de la supprimer ^^’]
Edit d'Alyin : En considérant qu'y a eu un pseudo-conseil provisoire pour la transition de l'ancien au nouveau, ou un conseil restreint, genre la Dame, la Seconde, l'Archiviste, l'Intendant,... Je pense que ça ne pose pas de problème -en considérant que la présentation de Shayán a lieu avant sa convocation à la Rotonde bien sûr-...

Le maître Dragon l’ayant mené au Kaerl Neutre avait insisté sur le recensement. Si elle voulait trouver au plus vite un maître pour la prendre en charge, cela l’aiderait. De plus il était indispensable qu’elle se fasse connaître du Conseil, de la Seconde et de sa Dame. Etait tenu un registre, des plus complets, permettant à tout instant de connaître le nombre précis de personnes présentes dans le Màr, leur nom, et autres renseignements des plus utiles.

Elle comptait écouter cet homme, seulement son arrivée en plein jour de marché sur l’Agora lui avait fait comprendre qu’il lui était très douloureux de rester en présence de beaucoup de personne, et dès lors elle avait fuit l’endroit, ne le traversant que la nuit. Seulement il était inconvenant d’aller se faire recenser en plein milieu de la nuit, de toute façon les institutions étaient fermées. De plus l’assassinat de son futur Maître Dragon n’avait pas aidé. C’était donc indépendamment de sa volonté qu’elle avait tout simplement omis son recensement.

Finalement c’était la vue d’une nouvelle arrivée qui lui avait rappelé son oubli. Elle s’empressa donc de rectifier le tir. Grâce à la gentillesse d’une vieille dame qui lui indiqua où avait lieu le dit recensement, elle se rendit un matin, l’aube tout juste naissait, à la Rotonde. D’autres personnes attendaient visiblement pour la même chose qu’elle, mais elle ne prit pas la peine d’engager la conversation. Elle préféra attendre sagement son tour. Lorsqu’il vint, elle suivit d’un pas sûr l’homme qui la mena dans une autre pièce. Une fois entré, il se retira la laissant seule face au Conseil au grand complet accompagné de la Dame du Kaerl et de sa Seconde. Elle s’avança, ‘inclina la tête en signe de salut puis déclara, comme il lui était demandé :

« Je me nomme Shayán. Je vivais sur le continent de Vahendark, dans un village de fëalocë du nom de Minassë. Le Maître Dragon m’ayant mené ici même était un humain, dont j’ignore le nom »

L’évocation de ces noms lui semblait déjà si lointaine, mais néanmoins pas inconnue. Les souvenirs menacer envahir son esprit, elle les chassa avant puis continua.

« Si j’ai tardé à venir me faire recenser, car voilà déjà plusieurs mois que je suis arrivée, c’est en parti puisque le maître qui devait me prendre en charge était le Seigneur Llewelyn Nemeryan. »

Elle ne s’appesantit pas plus sur le sujet, tous le monde savait, il n’était pas nécessaire d’en dire plus.

« Actuellement, c’est la Chevalière Blanche, Dinjelaï Al’Ysiria, que j’ai eu la chance et l’honneur de rencontrer, qui me dispense son enseignement, faute d’avoir pu trouver un Maître Dragon. »

Une fois son discours terminé, et les informations scrupuleusement notées sur le registre, le scribe lui fit signe qu’il en avait terminé. Après un rituel salut de la tête, elle se retira sans demander son reste.
Lenyu Hyatel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 6 Mai 2009 - 15:24 Répondre en citantRevenir en haut

Lenyu entra dans la salle, admira le dôme, et jeta un coup d'œil sur le conseil. Il frémit: il y avait plusieurs Elfes en face de lui !
Il se raidit, et déglutit difficilement: il se sentait tellement gauche, disgracieux, ridicule... et les sourires bienveillants des Maitres ne faisaient que renforcer cette impression.
Il se força à prendre la parole et dit d'une voix altérée:

"Je... Mon nom est Lenyu Hyatel... Et je suis l'enseignement de Kunaï El'Azad et de son lié..."

Il se força à regarder le mur derrière les membres du conseil pour se calmer.

"Je vivais sur Undomë avant que Jilian ne m'amène ici, et je vous promet que vous n'aurez pas à regretter son geste !"

Il avait prononcé la fin de sa déclaration d'un ton plus assuré, comme répondant à un hypothétique défi.
Il encouragea mentalement le conseiller à écrire ses informations plus vite, s'empressa de saluer et sortit en vitesse, libéré de la pression que lui infligeait la présence des Elfes.
Norkana Westerburg
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 19 Juil 2009 - 07:38 Répondre en citantRevenir en haut

Après un voyage éprouvant pour un homme peu habitué aux grandes escapades, Norkana resta un temps inerte, comme subjugué par une émotion trop forte pour son organisme, et qui semblait le paralyser des pieds à la tête. Mais son esprit, quant à lui, bouillonnait. Comment les évènements avaient t'ils pu s'enchaîner aussi rapidement, sans même l’avoir prévenu, jusqu’à l’emmener par des forces profondément ancrées en lui, au devant de l’immense et intrigante porte du Conseil de la Rotonde.

Est-ce cela que l’on nomme le destin ? Pensa t-il. Il était bien trop tôt pour le dire, il le savait, et au fond de lui une étrange impression semblait grandir, une impression de désarroi, de peur et à la fois, de fascination. Se mordant les lèvres pour ne pas dire un seul mot déplacé devant l’homme qui l’avait amené ici, et qui n’avait pas bougé d’un centimètre depuis leur arrivée devant la porte, Norkana souffrait néanmoins de ne pas avoir de réponses. Allaient t-elles venir avec le temps ? Comprendrait t-il enfin pourquoi le sort a ainsi décidé de son avenir sans que rien ne lui ai été dévoilé ?

Profondément troublé et excité, le jeune homme sorti rapidement de sa léthargie, et reprit un peu du poil de la bête. Il se rappela, comme si cela était dans une autre vie, ou dans un rêve lointain, les moments où il s’était pris de pitié pour le héros d’une histoire presque similaire, contraint par sa destinée à vouloir en savoir plus sur son existence, et qui devait s’arracher à son ancienne vie afin de découvrir sa véritable identité, exploiter ses véritables talents. Quelque peu rassuré par ces lectures anciennes, Norkana s’avança un peu, et observa longuement l’homme qui disait s’appeler Folken Krienh, sans mot dire.

Ce dernier sembla remarquer ce mouvement et lança un regard fugace à Westerburg, qui baissa rapidement les yeux. Ce regard est fort difficile à supporter, cet homme est-t-il réellement bon ? Ou bien m’attire t-il dans un piège ?
L’homme ne parla pas, mais semblait sourire intérieurement, peut-être était-il amusé de la gène de Norkana, mais ne fit rien pour le rassurer. La porte s’ouvrir, et les deux personnages entrèrent à l’intérieur de la Rotonde. Le jeune homme fût, et c’est bien normal, intensément subjugué par la beauté des lieux, dépassant celle du plus fou de ses rêves. Mais peut-être n’était-il pas réellement en bonne posture pour apprécier complètement l’esthétique des lieux, car son épine dorsale se glaça rapidement. C’est tout simplement incroyable…Impossible même.

Devant lui, et imposant de grâce et de sagesse, se tenait le Conseil, et ce dernier donna à Norkana une impulsion si forte qu'il n'en cru pas ses yeux. Ce Conseil, aussi incroyable que cela puisse paraître, il en avait déjà entendu parler. Comment ? Il ne pouvait le savoir, mais une piste subsistait dans son esprit, plus jeune, il se rappelait d'un conte de sa mère, évoquant une scène tout à fait similaire. Etait-t-il possible que sa génitrice ai connue des histoires à propos du Conseil de la Rotonde ? Impossible, se dit-il intérieurement, et pourtant...cela me semble si familier.

Alors Krienh s'avança à ses côtés, puis s'éloigna afin de rejoindre les membres du conseil, qui portaient sur Norkana un regard sympathique, mais qui avaient dans leurs yeux les souvenirs de bien d'autres aspirants avant lui. On invita Norkana à se présenter, et à désigner son Maître.

-Je me prénomme Norkana Westerburg, je suis en ces lieux un humble conteur et aspirant barde, je recherche avant tout les origines de ma lignée, afin de pouvoir établir un équilibre en mon sein, et plus tard, autour de moi. Et je pense que la meilleure manière d'y parvenir, est de me lier à votre ordre, afin de servir vos intérêts, car il semble que ce soit mon destin.

Toutefois, la question du Maître ne fût pas directement abordée, et Norkana resta longtemps hésitant, alors que son silence commença à être étonnant, il se tourna vers Krienh, un sourire parfait aux lèvres, et dit avec engouement : Et comme maître, je choisirais sans hésiter le Seigneur Krienh, si bien entendu, cela lui convient.
Solvej S. Fylyola
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 27 Juil 2009 - 22:07 Répondre en citantRevenir en haut

Six ans, cela faisait six interminables années que Solvej cherchait à se lier et aujourd'hui, il devait à nouveau se présenter devant le conseil. Comme si la honte qui lui enserrait le coeur ne suffisait pas, il fallait qu'il se présente parmi tous ses jeunes et frais aspirants. Eux arrivaient à peine avec leurs espoirs et leurs craintes et lui... lui il savait à quoi s'attendre. Il connaissait ses dix-sept colonnes. Il connaissait ses seize dragons de pierre. Seuls les membres de ce nouveau conseil lui étaient inconnus, ou presque. Peu importait, rien ne pouvait être pire que de se présenter... encore une fois.

°Encore une fois, me voici devant ces gens...°

Se plaindre était inutile, une pure perte de temps et d'énergie. D'ailleurs, Solvej commençait à ressentir l'impérieux besoin de se nourrir. Les quelques légumes qu'il avait avalé quelques heures auparavant avaient tout juste suffi à le réveiller de la torpeur dans laquelle il était tombé après son entraînement quotidien à l'épée.

Les yeux d'une froideur bleuâtre du jeune homme s'attardèrent sur les colonnes de l'édifice... comme ils l'avaient fait six ans auparavant.

°Pourvu qu'une fois de plus malgré leur convulsion, les colonnes tiennent et que le dôme ne nous tombe pas sur la tête.°

Avec une souplesse toute féline, Solvej s'approcha à distance respectable de la dame du Kaerl. Il aimait beaucoup les Elfes, ils avaient une grâce que les Ondins devaient ignorer.

Alors qu'il fixait la dame, sa voix douce et calme se fit entendre : « Mes hommage ma dame, il s'inclina légèrement, je suis Solvej Syegfryed Fylyola, résident de Màr Luimë depuis six ans. Mes maîtres sont Aëryss Saun et son lié Fdjey. »

Tout avait été dit il y a six ans, Solvej ne voyait pas l'intérêt de dépenser son énergie à se répéter.

Il cligna des yeux, c'était la première fois depuis qu'il avait franchi la porte de la Rotonde. Les membres du conseil ne lui faisaient pas peur, il ne se sentait pas impressionné. Mais cela ne l'empêchait pas d'avoir beaucoup d'estime pour eux, mais surtout pour leur fonction.
Lalwendë Valendil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 28 Juil 2009 - 17:13 Répondre en citantRevenir en haut

Lalwendë fixa avec une attention toute particulière le visage de Solvej... L'ondin semblait dépité, une fois de plus et son expression avait bien changé depuis le premier jour où il s'était présenté au Màr Luimë. La Dame oubliait rarement les visages des Aspirants, mais jamais elle n'avait pu ôter de ses souvenirs la mine dépitée de ceux qui échouaient l'Empreinte. La Maîtresse Argentée savait que tous ses Conseillers se posaient la même question: l'échec du jeune ondin était-elle dûe à son manque de potenciel? Ou bien aux qualités de professeur qui faisaient visiblement défaut au Maître Aëryss Saun...

Lalwendë avait eut à ce sujet une conversation avec Niennor, la gardienne du Màr à la suite de son nouveau dépit sur les Sables d'Argent, alors que le Kaerl entier célébrait une nouvelle ère de liesse et des temps plus heureux pour tous. Visiblement, le destin avait une fois de plus oublié Solvej. Elle décida de mettre un terme aux questions qui flottaient en silence dans la salle et se leva pour évoquer la conversation avec Niennor Del Cirth, espérant qu'elle redonnerait vigueur au jeune homme...

Solvej Syegfryed Fylyola, n'aborez pas cette mine déconfite et ne culpabilisez pas sur cet échec. Les Aspirants n'avancent pas toujours au même rythme, mais votre tour viendra. La Gardienne du Màr m'a appuyé cette affirmation. Si vous êtes parmi nous, c'est que vous êtes appellé à vous lier et à devenir Chevalier-Dragon.

Il faut donner le temps au temps, nul n'est responsable de cela, ni vous, ni votre Maître. Solvej, votre heure viendra.


Une fois le dernier mot de sa sentence prononcé, Lalwendë se rassit et inclina la tête, en un dernier geste qui se voulait rassurant...
Solvej S. Fylyola
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 28 Juil 2009 - 18:18 Répondre en citantRevenir en haut

Solvej, qui se sentait observé, fit demi tour et fixa ses yeux inexpressifs sur la dame. Elle devait se souvenir de lui, elle avait bonne mémoire disait-on. L'aspirant savait quelles rumeurs couraient sur lui. Il n'avait pas assez de potentiel, il se montrait trop peu vif... Ces langues de vipères pouvaient bien cracher leur inutile venin, il ne leur donnerait jamais la joie de baisser les bras et ainsi abandonner l'espoir de devenir un jour maître dragon.

°Un jour je serai le meilleur maître dragon, je me battrait sans répit. Je ferai tout pour être vainqueur et gagner les défis...Je parcourrai Tol Orëa entier, traquant avec espoir, les dragons et leurs mystères, le secret de leur pouvoir...°


Mais le pire pour lui étaient ceux qui affirmaient que ses maîtres ne présentaient pas les qualités requises pour faire de bons professeurs. Foutaises que tout cela, Solvej préférait même imaginer que son don était trop faible plutôt que de mettre en cause Aëryss Saun et son lié Fdjey.

A l'écoute des douces paroles de la dame, son âme torturée et attristée s'apaisa. Lalwendë Valendil paraissait pouvoir lire au plus profond de son être. C'est alors qu'il sembla à l'aspirant que tous les artifices pour dissimuler ses sentiments ne pouvaient tromper cette dame elfe. Il lui vint alors un sentiment de respect extrême pour cette femme. Ses jolis yeux d'améthyste le fascinaient. Tant de beauté...

°Ne nous égarons pas...°

Il rosit imperceptiblement.

"Ma dame, votre confiance en mes capacités vaut tout ce qu'il y a de plus doux dans ce monde. Je vous jure que je ne gâcherai nullement ce précieux présent."

Il aurait voulu lui dire des choses plus spirituelles. Mais les mots lui manquaient. Il se contenta donc de s'incliner un peu plus profondément que la dernière fois avant de sortir, le coeur plus léger. Son don l'avait quitté un instant, mais lorsqu'il franchit la porte, il redevint aussi froid qu'une pierre tombale un jour d'hiver.


EDIT by Lalwendë : Pourrais-tu s'il te plait modifier la couleur de tes paroles/pensées: bleu foncé sur noir il faut mettre le texte en surbrillance pour pouvoir lire! Merci!

Réponse: Je suis désolé, sur mon écran cela rendait bien (je n'éprouve aucune difficulté à me relire), j'éviterai donc cette couleur à l'avenir.


Dernière édition par Solvej S. Fylyola le Jeu 30 Juil 2009 - 12:39; édité 2 fois
Sagael Indayon
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 16:43 Répondre en citantRevenir en haut

Sagael arriva en compagnie de Folken Krienh et de son Lié devant « la Rotonde » tel qu’il nommait cet endroit, où siégeait le Conseil du Màr Luimë. Le Maître Dragon lui expliqua qu’il devrait se présenter au Conseil et leur prouver qu’il était déterminé à devenir Chevalier Dragon. Après quoi un Maître Dragon et son Lié lui seraient assignés pour l’instruire sur les Dragons.

- D’ailleurs, je suis l’Archiviste du Conseil. Mon rôle est de garder en mémoire les réunions passées. Il lui tapa sur l’épaule. Essaie de faire bonne impression devant la Dame du Màr Luimë.

Sagael ferma les yeux et respira tranquillement, appréhendant ce qui se trouvait derrière cette porte. Il rouvrit les paupières et poussa le lourd battant qui le séparait de la salle du Conseil. Il s’avança dans la grande pièce suivi de Folken qui le devança et alla s’installer parmi les personnes qui faisaient face au jeune homme. Il inspecta rapidement la pièce d’un coup d’œil et put admirer la magnifique salle de marbre bleuté dans laquelle il se trouvait. Il regarda devant lui et vit la Dame du Kaerl Englouti, assise sur son trône d’argent, qui le regardait d’un regard perçant.

Sentant le poids des regards sur lui, il prit la parole alors que Folken écrivait quelques mots dans un grand et ancien livre posé devant lui.

- Bonjour, grand Conseil du Màr Luimë. Je suis Sagael Indayon, du continent d’Ys.


Il leur raconta ensuite son histoire, le récit de son départ de chez lui après la blessure infligée à son frère, sa traversé des océans en compagnie d’Eizyekel le marin, sa volonté d’apprendre et de devenir plus fort. Il raconta sa rencontre avec le Maître de Bronze et sa décision de venir au Mar Luimë, conscient de l’honneur qui lui était fait.

Après qu’il se fut présenté, il entendit les membres du conseil murmurer entre eux. Sagael attendit patiemment, sentant sa gorge se nouer d’anxiété. Enfin, un Conseiller l’informa qu’il commencerait son apprentissage avec Kunaï El’Azad, un Maître de Bronze, ainsi qu’avec son Lié Djama. Sagael s’inclina rapidement et sortit de la salle du Conseil.
Siegfried Vidaris
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 14 Aoû 2009 - 01:17 Répondre en citantRevenir en haut

Deux jours… C’était le temps du voyage par les airs qu’avait pratiqué Siegfried en compagnie de Telvan Black’Mor pour arriver à cet endroit. Telvan lui avait expliqué approximativement les us et coutumes de Tol Orëa et plus exactement celui du Kaerl Englouti.

A présent, il se trouvait face à la Dame et à ses conseillers. Cela lui rappelait l’époque où il s’était retrouvé devant son souverain et ses généraux lors des briefing des missions dont son unité devait se charger dans le plus grand secret, ce sentiment de nostalgie le rendit mal à l’aise.
Son malaise ne faisait d’ailleurs qu’empirer car malgré tout ce qu’il lui avait appris sur Tol Orëa, Telvan ne lui avait pas expliqué comment il devait s’adresser à ces personnes qui le dévisageaient au point que Siegfried se sentait comme nu devant eux.

Puis il serra les poings, certes cette situation n’était pas un briefing pour une mission mais si elle lui rappelait la manière dont il devait se tenir face à un souverain et ses conseillers. Eh bien soit !

Posant le genou au sol et baissant la tête comme il l’avait fait autrefois pour jurer allégeance, il s’exprima toutefois avec une rudesse militaire.

« Madame, je me nomme Siegfried Vidaris, originaire de Vaëndark et trouvé par Telvan Black’Mor en Undomë. »

Il remonta son visage pour regarder cette Dame elfe si impressionnante. Il ne put réprimer de légers frissons en la voyant.

*Une vraie reine comme en voit seulement dans les légendes…* pensa-t-il.

En effet, telle que Siegfried voyait la Dame Lalwendë Valendil, cette dernière ressemblait en tous points aux grandes souveraines des temps de légendes où l’on parlait des Chevaliers Dragons. Siegfried rêvait depuis sa plus tendre enfance de découvrir un tel monde puis avec le temps, il avait fini par oublier ce qui l’avait autant fait rêver lui et Tatiana et ce qui lui avait fait promettre ce voyage.

A présent, il n’était plus le jeune paysan qui travaillait les champs pour pouvoir se nourrir lui ainsi que sa famille, ni le grand guerrier de Vaëndark qui avait défendu sa patrie avec honneur jusqu’à la fin de son contrat, ni le voyageur qui avait exploré en compagnie de sa sœur les régions les moins hostiles de Vaëndark et d’Undomë, ni même le vulgaire poivrot qu’il était devenu au moment où son cœur fut brisé. Non, il était juste Siegfried, l’enfant qui rêvait d’aventure et de récits qu’il raconterait à sa sœur plus tard, celui qui écoutait avec émerveillement les contes du ménestrel qui faisait halte dans son village avant de reprendre la route pour de nouvelles contrées le lendemain, ce même enfant qui avait soif de liberté et dont la curiosité l’avait poussé à en savoir toujours plus sur le monde qui l’entourait.

Tout ce qu’avait souhaité l’enfant qui était en lui, Siegfried le voyait maintenant. Cela était trop beau et l’homme n’arrivait toujours pas à saisir la tournure que le destin lui proposait.

Sa gorge s’étouffa puis il garda le silence pendant quelques secondes avant de reprendre d’une voix plus douce.

« Ma Dame, je vous suis éternellement reconnaissant pour votre accueil et l’aventure que vous me proposez par ce biais. Je vous jure solennellement de m’en montrer digne et vous offrirait mes bras pour cultiver votre terre ou mon épée pour défendre votre vie si c’est votre demande. Je ne demande qu’une chose, Telvan Black’Mor, le chevalier qui m’a amené ici, m’a promis que je pourrai voyager à travers le monde et je ne vous cache pas que c’est pour cette raison que j’ai accepté de l’accompagner jusqu’ici. Aussi, j’espère que vous m’autoriserez, dès qu’il m’en sera possible, de partir pour explorer toutes ces contrées que mon cœur m'ordonne de découvrir depuis si longtemps. »

Puis il se tut, restant à genoux devant la Dame et gardant le regard fixe comme on le lui avait enseigné.
Lalwendë Valendil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 16 Aoû 2009 - 10:04 Répondre en citantRevenir en haut

Lalwendë posa sur le jeune Aspirant qui venait de se présenter un regard doux et grave, celui qu'elle adoptait spontanément pour ce genre de cérémonies. Elle appréciait les séances de présentation des nouveaux Aspirants, bien qu'elles prennent parfois des tournures bien monotones, et aimait à découvrir les nouveaux visages du Kaerl Englouti. Parfois la séance ne révélait que de très jeunes gens intimidés et fuyant le plus rapidement cette présentation, parfois une légère tristesse étreignait tous les coeurs, lorsqu'il s'agissait d'Aspirants ayant déjà échoué à l'Empreinte... Mais de temps en temps, un visage se relevait plus fier, plus franc, plus expérimenté peut-être, et Lalwendë ne pouvait s'empecher de rêver à la destinée du présenté... Maître dragon sage ou fougueux, professeur ou guerrier... Le jeune homme qui venait de s'incliner face à elle, Siegfried Vidaris, faisait partie de ces derniers, de ceux dont on peut entrevoir leur futur et leurs rêves dans les yeux brillants...

Un sourire se dessina sur les lèvres de l'elfe, faisant naître de fines ridules au coin de ses yeux.

Siegfried Vidaris, votre question prouve de façon touchante à quel point vous êtes novice au Màr Luimë. Personne n'est prisonnier en ce lieu et vos comptes ne sont à rendre à personne. De plus nous avons grand besoin d'explorateurs à hauteur de vos rêves, j'espère que vous aurez rapidement rendez-vous sur les Sables de l'Aire d'Eclosion.

La Dame marqua une courte pause avant d'ajouter, d'un ton serein:

Mais je ne doute pas des capacités de Telvan à vous enseigner tout ce qu'il faut savoir pour devenir Chevalier Dragon...
Je vous souhaite du courage pour les heures d'études qui vous attendent, puissent-elles ne pas émousser vos désirs d'aventures et de conquêtes.


Lalwendë accompagna cette dernière bénédiction d'un petit hochement de tête, ses grands yeux mauves fixés sur le visage de l'Aspirant.
Siegfried Vidaris
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 16 Aoû 2009 - 20:56 Répondre en citantRevenir en haut

Ainsi la Dame lui accordait sa bénédiction quant à ses futurs voyages à travers le monde. Ceci ne fit que ravir d’avantage Siegfried qui se releva au moment où Lalwendë hocha la tête.

Le jeune aspirant se mit à sourire et déclara avec ferveur :

« Ma Dame, je ne peux que vous remerciez de la bénédiction que vous m’accordez et je ferai en sorte de ne point décevoir mon Maître ainsi que votre personne. »

Il observa une dernière fois le visage de Dame Valendil. Oui, elle avait vraiment l’air d’une de ces grandes reines issues des histoires des plus grands conteurs.

Mais ce qui l’intriguait le plus était surtout la beauté dont elle avait héritée de ses aïeux, les elfes. Sur Vaendark, il n’avait vu que très peu de représentants de cette espèce. Certains venaient parfois à la capitale mais n’y restaient pas assez longtemps pour qu’il puisse converser avec eux ou bien c’était à lui de partir en mission et là, il y avait encore moins de chances de rencontrer un elfe au sein de l’armée. A vrai dire, Siegfried n’avait d’ailleurs jamais eu le souvenir de s’être battu aux côtés d’un des leurs, ni même n'en avoir eu pour adversaire.

*Je sens que j’aurais beaucoup de choses à te raconter quand nous nous reverrons Tatiana…*

Finalement, il salua son hôtesse ainsi que les conseillers présents.

« Eh bien ! Je vais devoir prendre congé de vous ma Dame afin de parfaire mon instruction le plus tôt possible. Puisse la chance toujours être à vos côtés ! »

Il se retourna puis partit en direction de la sortie où Telvan l’attendait un sourire en coin.

« Mon garçon, ton oratoire était très fort bien manié, malgré toutes ces cérémonies plutôt inutiles si tu veux mon avis, mais ne t’attends pas à ce que je t’enseigne de suite ce qu’il y a savoir sur Tol Orëa. Pour l’instant, je préfèrerais me désaltérer, qu’en penses-tu ? »

Lorsque Siegfried répondit à son Maître, ces derniers étaient déjà trop loin pour pouvoir être entendus de la Rotonde…
Crylith Avanaël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 30 Sep 2009 - 20:29 Répondre en citantRevenir en haut

Son voyage avait été particulièrement éprouvant. Crylith avait pourtant le souvenir d'avoir voyagé sur le dos d'Ezilith, mais c'était comme si l'effet euphorique qu'elle éprouvait étant jeune avait disparu avec ses souvenirs. Elle avait presque eu des nausées et était encore sous l'emprise de vertige. A vrai dire elle se demandait si le Lié de Dymphnea ne l'avait pas quelque peu malmené pendant ce voyage. Peu importait elle était enfin là où elle devait être.

La jeune femme fut conduite à la Rotonde, afin de se présenter à la Dame du Kaerl, Lalwendë Valendil, nom que Dymphnea lui avait donné quelques minutes plus tôt. Elle était un peu stressée et était impressionnée par tout ce qu’elle voyait. Dymphnea, son maitre dragon maintenant, l’amena à travers un couloir lumineux et la laissa devant une porte gigantesque pour les yeux si jeunes de l’ondine.

Prenant son courage à deux mains, elle entra dans la Rotonde et fut tout de suite impressionnée par l’architecture. Elle n’avait pas encore visité le Kaerl et c’était le premier moment depuis son arrivée où elle pouvait prendre quelques secondes pour admirer le lieu où elle se trouvait. Elle en profita donc pour explorer du regard le lieu qui l’entourait et fut émerveillée par tous les détails que recelaient cette pièce. Elle en resta bouche bée si bien qu’elle sursauta quand elle se rendit compte qu’elle n’était pas seule.

Crylith ne savait pas quel comportement adopté. Devait-elle s’incliner, faire une révérence, mettre un genou à terre. Dymphnea ne lui avait rien dit à ce propos. Elle s’inclina donc légèrement et attendit que la Dame prenne la parole.

« Je me nomme Crylith Avanaël, ma dame et je viens de Qahra. Dymphnea sera mon Maitre à présent et elle m’a déjà expliqué en quoi consistaient les règles, les lois, les droits et les devoirs de tout aspirant et j’espère me montrer assez digne pour passer l’empreinte et me lier avec un dragon. Je vous remercie infiniment pour votre accueil »

La jeune ondine attendit quelques instants puis se retira pour réjoindre Dymphnea qui elle l’espèrait lui montrerait un peu le Mar Luimë.
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:49 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu