Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Petite cueuillette innocente Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Fallan Rimoerdis
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 13 Sep 2008 - 13:35 Répondre en citantRevenir en haut

Fallan appréciait les spectres. Ou peut être était ce le contraire. Toujours est il qu'il existait une étrange entente cordiale entre eux, comme si l'apparence évanescente du chevalier les rapprochait suffisamment d'eux pour qu'il soit considéré comme l'un des leurs. Ou peut être était ce tout simplement qu'à force de cotoyer et provoquer sans état d'âmes la mort, fallan avait passé un cap particulier. Il ignorait les spectres, comme peu préoccupé par leur présence. Les spectres étaient moins dangereux que les humains, d'un certain point de vue. Il ignorait également les ruines présentes en ces lieux. Ce n'était pas elles qui l'intéressaient dans la lande d'Eru. Le dos courbé, les mains jointes contre sa poitrine, le regard furtif, Fallan progressait avec lenteur dans la brume, observant avec application ce qui l'entourait. Sans préavis, sa main monta à sa ceinture, en décrochant la serpe d'argent qui y était attaché, le neishan se penchant pour couper avec minutie une petite plante que son regard de fouine avait intercepté.

*Les spectres se rapprochent Fallan*

La voix fluette et teigneuse de Krusnik resonna dans son esprit, faisant lever un visage au traits tendu à l'homme. Venir ici n'était pas sans danger. Mais c'était le seul endroit ou il pouvait récuperer certaines plantes très particulières. L'une était un composant essentiel pour ses potions fortifiantes, sans qui rester éveiller aussi longtemps comme il le faisait sans perdre de sa vigileance ou de son habilté devenait trop difficile. Indispensable. L'autre était une herbe empoisonné qui entrait dans la composition de certaines de ses poisons. Les viscères se désintégraient avec une rapidité qui faisait presque passer la douleur pour un détail. A moins de vouloir éliminer quelqu'un en réel discretion, il pouvait s'en passer. C'était surtout utile pour certaines commandes provenant de personnes trop bien intentionnées qui demandaient "une morte rapide et sans souffrance" pour les personnes qu'elles faisaient disparaitre par son intermédiaire. Cela devait être une forme particulière de remord.

Le souffle erathique, Fallan déboucha sa gourde, en portant le goulot à ses lèvres.

"Il suffit de ne pas les agresser, ignore les."
*Je ne supporte pas ces dragons des temps anciens, ils sont si arrogants ! Si tu me laissait leur donner une bonne correction...*
"Oh non, non Krusnik ! Déjà que nettoyer le sang de tes écailles n'est jamais facile, mais alors te depetrer d'un spectre, je crains de ne devoir t'abandonner ici."
"Et tu rentrerais à pied au Kaerl ?"

Fallan leva les yeux au ciel, soupirant suffisamment fort pour que sa lèvre boudeuse amène les cheveux sur son front à s'éparpiller, poussé par son souffle agacé. Krusnik secoua la tête avec nervosité. Les désaccord étaient fréquentes entre eux, mais jamais sérieux. Krusnik, tout teigneux qu'il était, accordait plus d'importance à la santé bardé de déboire psychosomatiques de Fallan. Le neishaan se releva, rejoignant son dragon pour glisser avec soin des herbes dans les poches en cuir de son harnachement. Celui ci était fort minime, comme à son habitude, le chevalier comme le dragon n'étant pas vraiment accro aux harnachements lourds et encombrants que portaient certaines dragons.

Un bruit de gravier se fit entendre, tandis qu'un silhouette se découpait vaguement dans le brouillard. La respiration un peu sifflante, Fallan se recula sans un bruit, sa démarche feutrée évitant les bruits et les obstacles, pour venir se coller contre Krusnik, prêt à fuir au moindre signe d'alerte.  
Publicité





MessagePosté le: Sam 13 Sep 2008 - 13:35 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Aman Caran'Eithel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 16 Sep 2008 - 21:21 Répondre en citantRevenir en haut

Une semaine. Cela faisait une semaine qu'Aman était au Màr Tàralöm et il n'avait déjà plus qu'une envie : en sortir. Non pas que le Kaerl Ardent ne lui convenait pas, mais il se sentait à l'étroit, comme à chaque fois qu'il se retrouvait en ville. Sans doute avait-il trop pris l'habitude de voyager et d'être totalement libre de ses faits et gestes. Sur ce plan, il avait de grosses difficultés à supporter le Kaerl. Bien qu'il se soit montré discipliné - puisque cela semblait être ce qu'on attendait de lui -, il devait reconnaître que la rigueur et l'obéissance, imposées dans la cité, étaient des plus étouffantes. Heureusement pour lui, il n'avait pas écopé du pire des Maîtres Dragon. Eirlys était sévère, stricte et pointilleuse, mais cela restait à peu près supportable. Il avait déjà pu remarquer que certains Aspirants étaient moins bien lotis que lui.

Alors, quand, la veille, la neishaane lui avait annoncé une journée de repos, il s'était empressé de prendre quelques affaires et de se rendre à Loméanor, profitant qu'un jeune chevalier s'y rendait aussi. Il y avait passé la nuit, jouissant au mieux de cette liberté provisoire, et avait pris la route dès l'aube pour la Lande d'Eru.

Une des premières choses qui l'avait attiré au Màr Tàralöm était l'Observatoire. Certes le nom du lieu lui était horripilant, mais le savoir contenu dans les livres qui s'y trouvaient était immense. Pour palier à sa cécité, une liseuse lui avait été attribuée : Uryee. La jeune femme était née dans la cité et y vivait en tant que servante, puisqu'elle ne possédait pas le Don. Rapidement séduite par l'elfe, elle cédait à toutes ses demandes, ce qui lui avait permis d'avoir des lectures hors de celles traditionnellement réservées aux Aspirants et dont il ne pouvait se contenter. L'histoire de la Lande d'Eru avait retenu son attention. Des ruines. Une des choses qu'il aimait le plus. Et peu lui importait qu'elles soient réputées hantées : il ne croyait pas aux esprits. Feänaro avait enregistré l'image de la carte du continent et Aman avait attendu patiemment l'occasion de pouvoir s'y rendre.

Et l'occasion était enfin là. La fraîcheur de l'aube se faisait sentir sur les parties nues de la peau du jeune homme et des perles de rosée humidifiaient ses chausses. Peu habitué à ce climat, il se félicita d'avoir pris une cape suffisamment épaisse pour le voyage. Il lui fallut quatre bonnes heures de marche soutenue pour atteindre la Lande d'Eru. Là, il marqua une courte pause pour réfléchir au plan que lui montrait le dragon fée, avant de reprendre sa route d'un pas décidé.

Au fur et à mesure qu'Aman se rapprochait de sa destination, son compagnon, lui, se faisait plus craintif et ne s'éloignait plus que de quelques mètres. Le terrain accidenté l'obligeait à une progression plus lente. Le temps sembla s'allonger. Au bout d'une heure, alors que la matinée touchait à sa fin, Aman commença à se demander s'il ne s'était pas perdu quand Feänaro lui envoya l'image qu'il attendait tant. Le petit être s'installa sur son épaule et sembla ne plus vouloir en bouger. L'elfe dût reconnaître que les sensations qui le traversaient étaient assez étranges. Mais il n'allait pas reculer pour si peu. Sa main rencontra le premier mur de pierre et le trouble que provoqua ce contact le fit frissonner. Il avança lentement au milieu des murs délabrés et recouverts de mousse et de lierre, découvrant les lieux de façon tactile.

Plus il avançait et plus sa main tremblait. Un sourire se dessina sur les lèvres de l'elfe. Il y avait effectivement quelque chose dans ces ruines. Aman pouvait le sentir par tous ses sens actifs. Il le sentait par les pores de sa peau en contact avec la pierre, dans les sons qui lui parvenaient, dans l'odeur âcre des lieux et dans le goût étrange qu'avait pris sa salive. Son sourire s'élargit. Est-ce magique ? Les présences qu'il ressentait autour de lui n'avaient rien de vivant. Devait-il finalement admettre l'existence des spectres ? Une chose était certaine, ce qui régnait en ces lieux n'était pas à sa portée. Pas encore. Sa raison l'emporta sur l'excitation de la découverte et il se laissa guider par Feänaro pour s'éloigner du centre des ruines.

Pourtant, Aman ne pouvait se résigner à partir de suite. Il resta donc à errer à proximité de la défunte cité, une pointe de regret de se savoir trop faible pour affronter ce qui s'y trouvait, tandis que les rayons du Soleil de midi faisaient une timide percée à travers la brume de la Lande.

Un bruit indistinct attira son attention, ainsi que celle du dragon fée, vers une autre direction. L'elfe en prit la direction, la main posée sur la garde de son épée : ce bruit là était "vivant".
Fallan Rimoerdis
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 17 Sep 2008 - 18:47 Répondre en citantRevenir en haut

Le petit dragon blanc courba l'échine, prêt à frapper au moindre signe d'alerte, vrai ou imaginaire. Dans les ombres, ici, tout était possible. L'éclat fugace d'une lame apparue au yeux de Fallan, le faisant déglutir précipitamment. Allons donc, qui pouvait le suivre jusqu'ici ? Peu importait qui c'était, ce qu'il fallait c'était partir, et au plus vite. Comme toujours, face à tout danger, la meilleure tactique restait la fuite. Pas que Fallan eut crains de tuer ou de blesser un ennemi. Il était simplement plus adepte des coups dans le dos, et dans l'ombre de préférence. Le face à face n'était pas une option. Et pour un peu que l'autre fut accompagné, pire, que cela fut une embuscade !? L'esprit paranoïaque de Fallan commençait à s'emballer, et le neishan de grimper en vitesse sur le dos de son dragon, que celui ci remua légèrement les épaules, secouant au passage son compagnon, fétu de paille sur son dos.

*Fallan, ce n'est pas un chevalier..*
*Il faut juste un bras pour manier une épée, le dragon est en option !*


Face au sentiment insistant de son dragon, Fallan céda et coula un regard vers la silhouette parvenue plus en avant. Bien que l'épée fut presque sortie au clair, son attitude n'était pas menaçante. Il semblait plutôt prêt à se défendre contre d'éventuels agresseur, comportement on ne peut plus normal en ces lieux. Mais c'était sans compter le regard détourné de Fallan, qui ne voyait dans cette lame à nue qu'une agression toute prête. Son regard sinua sur la silhouette de l'inconnu, jaugeant sa taille, sa force potentielle, ainsi que les armes qu'il pouvait dissimuler. Au 2eme passage sur son visage, le neishaan haussa un sourcil, soupçonneux, devant ce regard fixe et vide. L'homme n'était pas normal. Ou plutôt, l'elfe, à en juger par les traits de son visage, et ses oreilles qu'il distinguait nettement désormais qu'il était plus proche.

Derrière eux, un geyser vrombit, faisant rater un battement de cœur à l'herboriste, qui se crispa sur le dos de son dragon, indécis quand à la conduite à suivre. Il fallait dire que cet homme au regard fixe, dépourvu de dragon en ces lieux, aiguisait sa curiosité de fouine. Le neishaan palpa ses avant bras, vérifiant la bonne mise en place des lames sous ses protèges poignets, avant de sauter au bas de son dragon avec légèreté, presque sans un bruit, observant l'inconnu à la dérobée. Fallan avait pour habitude de fuir les regards, mais celui ci était étrangement vide... Suffisamment pour que le blond finisse par regarder directement le visage de l'inconnu, se rapprochant de lui. Celui ci n'eut aucune réaction à sa présence.

*Il ne te voit pas...*

Un bruit aigu se fit entendre, alors que le dragon fée avertissait Aman de la présence de son frère blanc et du neishaan. Celui-ci hoqueta, surpris de la présence de la créature qu'il n'avait pas encore remarquée, celle ci ayant été dissimulée à son regard derrière des fourrages secs à quelques pas.

"Ah non, ne me griffe pas !"

Gémit-il en levant les avant bras devant son visage, comme pour le protéger.
Aman Caran'Eithel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 20 Sep 2008 - 19:04 Répondre en citantRevenir en haut

La main toujours posée sur la garde de son épée, Aman était à l'affût du moindre bruit. Il crut entendre un frôlement de tissus et quelques crissements sur la poussière du sol, qui l'incitèrent à s'immobiliser. Etait-il victime de son imagination ou bien l'individu, quel qu'il soit, était-il extrêmement discret ? L'elfe percevait à peine quelques signes de mouvement et, s'il n'avait pas entendu ce bruit métallique quelques minutes auparavant, il serait sans doute persuadé d'avoir à faire à un animal.

Bien que son visage exprime un grand calme, ses doigts s'étaient resserrés sur son arme et son cœur battait un peu plus vite que de coutume. Que faisait Feänaro ? Pourquoi ne lui montrait-il rien ? Une désagréable impression d'être observé lui fit froncer les sourcils. Il tira légèrement sur sa lame, la faisant ainsi sortir de quelques millimètres de son fourreau.

* Bon sang ! Mais où est-il ? Feänaro !! *

Comme en réponse à son interrogation muette, le dragon fée lui envoya l'image d'un homme blond aux traits tirés et d'un dragon blanc, tout en poussant un petit cri. Près. Beaucoup trop près pour sa propre sécurité. Aman eut un mouvement de recul. L'homme, un neishaan, peut-être un ondin (l'image avait été trop brève pour qu'il en soit certain), avait déjà dû constater sa cécité. Il était trop tard pour faire croire le contraire. Un danger supplémentaire.

Alors qu'il s'apprêtait à dégainer entièrement Urulòki, la voix de l'inconnu s'éleva dans un gémissement, presque une plainte. L'elfe se figea, surpris par ce comportement. Feänaro, lui, semblait trouver la situation fort drôle, car il envoya l'image de l'homme se protégeant le visage de ses bras et la laissa dans son esprit assez longtemps, tout en sifflant de petites trilles moqueuses. La persistance de la vision, offrit tout le loisir au jeune homme de détailler son vis-à-vis. Il s'agissait effectivement d'un neishaan, chose que sa voix aux modulations chantantes lui avait déjà confirmée. Ce dernier devait sans doute être joli garçon quand il n'avait pas les traits aussi tirés. Mais quelque chose lui disait que cet état devait être constant.

Le blond devait être Chevalier ou Maître. Mais de quel Kaerl ? Et puis, ce comportement effrayé était-il feint ou sincère ? Dans le doute, Aman préféra rester prudent. Il retira sa main de la garde de son épée et se contenta de la laisser sur le pommeau. L'attitude paraissait donc non menaçante mais lui permettait de rester près, pour le cas où. Feänaro se posa sur l'épaule de son maître et se teint près à le prévenir de tout changement dans la scène qu'il avait sous les yeux.

L'elfe esquissa un sourire rassurant qu'il teinta cependant d'une pointe d'amusement, pour mieux coller à la situation. Sa main libre se leva pour aller caresser le cou du dragon fée, tandis qu'il inclinait poliment la tête, dans un salut bref.

- N'ayez crainte. Feänaro n'a jamais griffé, ni mordu, qui que ce soit. Il voulait simplement me prévenir de votre présence. Je suis navré que son attitude vous ait effrayée. Il faut dire que, ni lui ni moi, ne nous attendions à rencontrer quelqu'un de vivant dans un tel endroit. Je suppose que la seule chose que je puisse faire pour me faire pardonner serait de me présenter en premier. Je suis Aman Caran'Eithel.


Aman s'abstint du traditionnel "enchanté". Une formulation qu'il n'aimait pas. Il s'abstint également de préciser qu'il était aspirant, estimant que cela devait se voir suffisamment. Quant à dire qu'il venait du Màr Tàralöm sans savoir de quel Karl venait l'autre ... Il était encore trop tôt pour ça.
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:49 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu