Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Un maître et son lié rencontrent une danseuse Douée Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Ewen Njall
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2017
Messages: 50
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 32
Race: Elfe
Maître: Alkhytis Doréhor
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 18 Mar 2018 - 12:57 Répondre en citantRevenir en haut

Iolyaku 919


&

Maître Doryl Dunstan et le Brun Anduras


Cela faisait maintenant une bonne heure que Doryl arpentait les rues de Tramaghel, la capitale d’Orën, à la recherche de quelques produits exotiques que l’on ne trouvait qu’ici. Accompagné de son lié, le brun Anduras qui restait à ses côtés sous sa forme humanoïde, il était plongé dans une petite conversation avec lui. Le beau temps était présent avec le soleil réchauffant les terres qui s’éveillaient après un long et dur hiver, les oiseaux chantants et les personnes parcourant les rues en profitant de la douceur des rayons de l’astre du jour.

Plus tôt dans la journée, un marchand sans don avait demandé au maître brun s’il était possible qu’il aille chercher quelques spécialités dans la capitale d’Orën. En bon maître qu’il était, Doryl avait accepté, profitant de l’occasion pour voir s’il n’y avait pas un potentiel aspirant caché parmi la foule. Se servir de telles opportunités pour amener de nouvelles personnes au kaerl capable de se lié à de futurs dragons était certainement une bonne chose. Lui et Anduras n’étaient pas sûr de trouver un doué, mais au moins, ils ne pouvaient pas dire qu’ils ne s’y étaient pas intéressé. En général, l’homme brun évitait de s’encombrer avec des responsabilités, mais impossible d’ignorer son rang de maître.

Un peu plus tard, sur une place animée par de la bonne musique, une petite elfe attira l’attention du couple de liés. Le brun l’observa un moment avant de se tourner vers Doryl.

« La petite elfe qui danse, elle possède le Don. »

Un sourire se dessina sur les lèvres du maître, réfléchissant un instant sur ce qu’il venait d’entendre.

«Oh ! Mais je suis certain qu’on pourrait passé à côté. T’es sûr qu’elle à le Don ? Sinon on va d’voir s’occuper d’une aspirante. »

« La joie qui t’anime est incroyable, Doryl. Mais maintenant que l’ai vue, elle viens avec nous. Elle se liera à un de mes semblables. »

« Alors allons voir cette p’tite danseuse ! »


Doryl se dirigea vers la joyeuse petite troupe d’artistes et observa la demoiselle qu’ils avaient repérés. Ses mouvements étaient amples et gracieux, signe d’une souplesse travaillée. La demoiselle était dotée d’une peau pâle et de beaux cheveux bruns bouclés. Ses vêtement ample et colorés ajoutaient une certaine beauté a ses mouvements. L’elfe captait toute l’attention de Doryl, qui remarqua quelque chose chez elle. Anduras avait l’air tout aussi captivé par la danseuse, mais certainement d’une toute autre manière. Les dragons n’avaient en général pas les même points de vues que les humains, rendant parfois certaines choses assez comiques.

« On fait quoi ? On attend qu’elle termine ? »

« C’est certainement mieux que d’interrompre la performances des artistes. Un peu de respect pour leur travail. »

« Alors on ira la féliciter et on lui demandera une petite conversation privée. »

« Que tu es intelligent ! »

« Et toi donc »


Doryl et Anduras riaient de bon coeur, attendant la fin de ce merveilleux spectacle qui s’offraient à eux.




Publicité





MessagePosté le: Dim 18 Mar 2018 - 12:57 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Eileen Ekhweel
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2018
Messages: 27
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 10
Race: Elfe
Maître: Doryl Dunstan (PNJ)
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 18 Mar 2018 - 20:34 Répondre en citantRevenir en haut

Ce matin est particulièrement dur. Je me suis levé avec le soleil encore parfois timide de ce début de printemps, mais franchement, j'aurais bien laissé à mon esprit et à mon corps quelques heures supplémentaires. Pourquoi ne pas le faire alors ? Je pourrais me le demander, mais la réponse est limpide. Je ressens ce matin une excitation particulièrement grande, j'en sautille même sur le chemin entre mon lit de fortune et la terrasse sur laquelle je fais mes étirements matinaux. Cette excitation, je la cultive depuis mon arrivée à la capitale, elle est mon moteur pour mener à bien ma collecte de fond. Et plus je m'approche du but, et plus l'excitation est grande, et moins je dors et plus je fatigue et pourtant, je suis bien.
En m'étirant méticuleusement, profitant encore de l'ambiance tranquille de l'aube, je commence à définir des objectifs pour la journée. Il me faut continuer à gagner quelques sous, plus grand chose maintenant, et aujourd'hui, le meilleur lieu c'est la place du boulanger, dans les quatre quartiers. Cette place, assez petite, possède l'avantage d'être fréquenté dès le matin et puis par pique de fréquentation aux moments de repas. En plus de la population, le cadre est fleural, et surtout la musique résonne, donnant des effets charmants qui ne laisse jamais indifférent. Sur place, je trouverais la troupe de Mànas, un jeune ménestrel amical avec qui je collabore depuis mon arrivée en ville.
Bon aller. Je me redresse, satisfaite, et je pars m’apprêter, faire fuir cette mine encore un peu endormie pour enfin trotter en direction de la place du boulanger. Arrivée sur place, je fauche dans le plus grand des calmes et la plus grande des discrétions un petit bout de pain déposé un peu trop près de mes mains sur l'étale. Après ce repas fort gratuit, je m'approche du jeune humain de l'autre côté de la place, luth à la main.

Bonjour Mànas, alors, tu es prêt pour enflammer la scène ?

Oh, bonjour Eileen. Tu es toujours aussi matinale. Alors, on part sur quoi aujourd'hui ? Tu préférerais de la musique simple, entrainante ?
Dit-il en jouant quelques airs dansants. Ou bien une version plus théâtrale où je relaterais l'aventure de quelques héros ? Il a dit ça d'une voix bien plus noble, en tournant lentement autour de moi avec des gestes lents et maîtrisés. Ou bien encore juste de la rythmique ? Cette fois, il joue des accords, changeant de rythme, exprimant la virtuosité dont il fait souvent preuve.

Je vois que toi aussi, tu t'es levé du bon pied. Je sens qu'aujourd'hui va nous réussir. Et bien si ça te convient, aujourd'hui, on part sur de la musique entrainante !

Dans son rôle volontairement exagéré, il s'incline alors au plus bas que son équilibre le permet.

S'en suivi une petite heure de représentation, puis une matinée. En début d'après-midi, nous avions fait plusieurs représentations, entre-coupé de pauses que j'avais comblé en discutant de-ci de-là avec des spectateurs curieux et des musiciens de la ville.
En milieu d'après-midi, en pleine danse, deux spectateurs happent mon regard. Ils sont différents. Et pourtant l'un deux a une tête relativement proche de celles des humains du coin, mais lui comme la personne avec qui il semblait discuter me laissait une sensation d'étranger. Celui qui semble venir du continent est brun assez clair, il a une barbe fourni et un regard qui pourrait être qualifié de malveillant. J'ai déjà croisé des gens comme lui à Tramaghel, la plupart étaient rustres et malveillant. L'autre, aux cheveux beaucoup plus sombres, est beaucoup difficile à cerner, il a l'air d'avoir un regard à moitié amusé à moitié analytique quand il scrute ma danse, peut-être s'intéresse-t-il de près à la danse.
Alors que je les observais du coin de l'œil, ils se mirent à rire, je détourne alors rapidement le regard, me concentrant sur la musique, et mes pas.

L'homme à la tête malveillante ne m'inspire pas. Je m'approche de Mànas une fois la représentation terminée, lui expliquant ce sentiment. Après avoir ramassé l'argent et fait le partage avec le musicien, je m'enfuis en prenant l'air le plus normal du monde en direction de quelques ruelles que je sais pleines de cachettes et propices à distancer quelqu'un qui ne connaîtrait pas aussi bien la rue qu'une enfant qui y vit.



Ewen Njall
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2017
Messages: 50
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 32
Race: Elfe
Maître: Alkhytis Doréhor
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 21 Mar 2018 - 12:09 Répondre en citantRevenir en haut

&

Maître Doryl Dunstan et le Brun Anduras



Une fois sa représentation terminée, la jeune elfe se rapprocha du musicien pour récupérer ce qui leur était dû puis s’en alla avant même que Doryl ne puisse l’approcher. La maître la suivit un instant du regard avant de faire un pas dans sa direction. Anduras mit une main sur l’épaule de son lié pour l’arrêter.

« Elle va croire qu’on la poursuit pour lui faire du mal. La demoiselle n’avait pas l’air rassurée en nous voyant. »

« Génial, il ne manquait plus que ça. »


Doryl porta une main à sa barbe, réfléchissant au meilleure moyen d’aborder la jeune douée sans la faire fuir. Voilà un défi qui plaisait à l’homme.

« Tu sais quoi, on la rattraper et lui dire qu’on voulait la féliciter avant qu’elle ne parte. »

« Et tu comptes l’interpeller devant tout le monde ? »

« On lui demandera d’aller dans un endroit tranquille, comme prévu. »

« Et si elle refuse ? »

« On improvisera. »


Anduras acquiesça d’un mouvement de tête, peu convaincu. Enfin, c’était toujours mieux que de la laisser partir sans rien faire. C’est alors que le couple de liés partit dans la direction que la jeune elfe avait prise un peu plus tôt. Pourquoi fallait-il toujours que les futurs aspirants s’enfuient ? Ils ne pouvaient pas rester tranquille un peu ? Cela faciliterait grandement les choses. Mais si tout était facile, la vie deviendrait bien ennuyante.

Le déplacement dans les rues était relativement facile et la jeune elfe restait bien dans les champs de vision du maître et de son dragon. Ils faisaient en sorte d’avoir l’air le plus naturel que l’on puisse avoir malgré cette apparence douteuse dont ils étaient dotés. Certes, Doryl avait été autrefois un voleur, mais c’était désormais du passé. Le besoin de détrousser les personnes n’était plus et c’était bien mieux ainsi. Lorsqu’ils furent suffisamment proche de la jeune elfe, le maître l’interpella d’une voix assez forte pour qu’elle l’entende.

« Hé ! Jeune fille, je voudrais vous parler de votre danse de tout à l’heure. Vous êtes partie si vite que je n’ai pas eu le temps de vous adresser le moindre mot.»

Anduras fixait Doryl, ne croyant pas une seule seconde à l’efficacité de la méthode employée. Si jamais la demoiselle prenait les jambes à son cou, le dragon n’hésiterait pas à lancer quelques moqueries envers son lié. Si c’était comme ça qu’il s’y prenait pour avoir un air naturel, il venait de tout louper. Le maître attendait la réaction de la demoiselle, quelque peu tendu à l’idée qu’elle puisse s’enfuir en courant et se cacher.




Eileen Ekhweel
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2018
Messages: 27
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 10
Race: Elfe
Maître: Doryl Dunstan (PNJ)
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 21 Mar 2018 - 15:32 Répondre en citantRevenir en haut

Ils me suivent. Pas besoin de me retourner, je le sais, ils me suivent. Ce n'est pas la première fois que j'ai affaire à des personnes louches qui m'en veulent, étant donné que j'ai la manie de m'occuper de ce qui ne me regarde pas et de faire régner ma justice. Mais ces deux-là, ils sont différents. Déjà, je ne les ai jamais vus, alors qu'ici, ce sont bien souvent des têtes connues qui font leurs lois. D'autre part, ils dégagent quelque chose, je ne sais pas trop comment le comprendre, mais ils ne me donnent pas l'intuition de danger brutal que me donnerait un malfrat disons ... standard. Eux semblent plus méthodiques. Enfin, ils ne semblent pas animés de mauvaises intentions, enfin, ... C'est ce que je commençais à penser avant que le plus visiblement louche me sorte une excuse tellement souvent entendu qu'il rentre dans mon top trois des cas d'école.

Cependant ...

Je commence presque imperceptiblement à accélérer le pas, allonger ma foulée par instinct, sans même m'en rendre compte.

Cependant, je suis curieuse tout de même. J'ai décidé que je vivrais l'aventure, je ne vais pas tourner le dos sans essayer d'en apprendre plus. Cela ne dit pas question de me retrouver face à face avec plus fort que moi.

Une cachette, un endroit où je peux les observer, voilà ce qu'il me faut. Ma course prend une autre allure, d'hésitante et errante, elle devient franche et déterminée. Je sais où je vais. Un peu plus en périphérie de la ville, il y a un ensemble de ruines qui servent le plus souvent la nuit pour des affaires dont je préfère ne pas me mêler. Ces ruines, même de jour, proposent un ensemble non-négligeable de cachettes, et l'écho de ce lieu est tel que si quelqu'un parle dans l'ombre d'un muret, il sera difficile de le repérer.

J'attends d'avoir au moins perdu de vu mes poursuivants avant de bifurquer dans le sens du lieu choisi. S'ils sont vraiment aussi intéressants que mon instinct le dicte, ils sauront me retrouver. Une fois dans les ruines, je trouve un recoin, au deuxième étage d'une ruine, dans un lieu accessible que par les souris (ou les petites elfes habiles).

Une fois suffisamment proche des ruines, je leur lancerais un :

"Qui êtes-vous? Que me voulez vous ?"



Ewen Njall
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2017
Messages: 50
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 32
Race: Elfe
Maître: Alkhytis Doréhor
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 5 Avr 2018 - 10:34 Répondre en citantRevenir en haut

&

Maître Doryl Dunstan et le Brun Anduras



La jeune elfe accéléra le pas lorsque Doryl prononça sa phrase pas du tout discrète. Comme Anduras l’avait dit, ce fut un échec total. Le maître grimaça et décida donc de suivre l’elfe en pressant le pas pour ne pas la perdre de vue. Le dragon grommela quelque chose d’incompréhensible, qui devait très certainement être quelques phrases peu glorieuses destinées à la mauvaise tournure des évènements. Le couple de liés devait certainement avoir l’air de deux prédateurs maladroits chassant une jeune proie agile et rapide. Il est vrai que voir deux hommes suivre une demoiselle avait le don d’éveiller les soupçons, mais il s’agissait là d’un cas exceptionnel. Perdre une potentielle aspirante, et donc par la même occasion un jeune dragon, n’était pas possible. Puis, le drame que Doryl redoutait arriva. Il perdit la demoiselle de vue.

« Nom d’un chien ! La voilà disparue. »

« Doryl, je crois bien l’avoir vue partir par là. »

« Alors allons-y »


Le maître et le dragon bifurquèrent vers le passage indiqué par le dragon lui-même quelques secondes plus tôt. Il ne leur fallu que peu de temps avant de se retrouver face à des ruines d’on ne savait quel bâtiment.

« Je te parie qu’elle est partie se cacher là-dedans. »

« J’allais dire la même chose »


Anduras y entra le premier, suivit de près par Doryl. La bâtisse possédait deux étages et sentait la poussière. La lumière s’infiltrait par les nombreuses ouvertures que les murs proposaient et quelques souris s’amusaient à gratter le sol par-ci par-là. Malheureusement, le site offrait de nombreux endroits pour se cacher et ainsi se faufiler en douce pour s’échapper. Il leur fallait absolument trouver la jeune elfe rapidement, avant qu’elle ne s’enfuit. Si cela n’était pas déjà fait. Les deux hommes se mirent donc à chercher un peu partout. Doryl essaya tout de même de convaincre la jeune Douée, sans grand espoirs de succès.

« Allez jeune Elfe ! Sors d’ta cachette. Mon compagnon ici présent et moi-même avons une proposition à t’faire. Crois-moi, ça en vaut la peine. Il faudra juste voyager un peu ! »

Anduras fixa un moment Doryl, se demandant s'il avait déjà oublié son échec de tout à l'heure. Enfin bon, si cela marchait, tant mieux pour eux. Autrement, ils allaient devoir redoubler d’efforts et d’ingéniosité.




Eileen Ekhweel
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2018
Messages: 27
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 10
Race: Elfe
Maître: Doryl Dunstan (PNJ)
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Ven 6 Avr 2018 - 15:08 Répondre en citantRevenir en haut

Dissimulée dans ce petit espace, je ne tarde pas à voir apparaître d’abord la chevelure sombre du premier puis la barbe espiègle du second de mes poursuivants. Il a l’air d’y avoir entre eux une complicité qui me laisse admirative, et qui sème en moi le doute quant à leurs mauvaises intentions.

Le plus petit des deux lance son appel, je l’attendais, c’est toujours lui qui prend la parole d’ailleurs, j’aimerais bien entendre l’autre, qui m’a l’air plus rassurant. Sortir de ma cachette, qu’il me demande, il est plein d’assurance l’humain ! J’ai fait tout ce chemin pour me cacher et pouvoir évaluer leur dangerosité, et lui, il veut que je sorte simplement parce qu’il me le demande. Mais déjà, cela me confirme que je n’ai pas affaire au premier venu, il a compris que j’étais dans le coin.

Son compagnon a sans doute compris comment j’allais interpréter ces paroles, parce qu’il regarde son acolyte avec cette intensité qui juge, sans doute pas méchamment, mais quand même.

Je vais profiter de la réverbération des sons, j’espère juste qu’ils sont moins compétents que ce que je redoute.

« Vous êtes bien inquiétant monsieur à la barbe. Comprenez qu’avec votre air louche et votre volonté de ne pas me quitter des yeux, je vous prenne pour un danger plus que pour une curiosité. Avant de me proposer quoi que ce soit, il serait de bon ton de se présenter et de m’apporter une preuve que vous n’êtes pas dangereux. –Petit silence—Il ne parle pas, votre compagnon ? Il a l’air moins louche, lui, peut être choisira-t-il mieux ces mots ? hi hi »

Dans cette ruine baignée de lumière, ma voix douce et rieuse se répercutes sur le moindre pan de mur, on a même l’impression que certains échos sortent de nul part, de derrière mes opposants, comme de sous le sol. A mon grand étonnement, ma voix avait envahi les lieux, apportant une part de mystère qui ne me déplait pas. Mon rire en particulier, si sincère, avait donné des couleurs à ce lieu symbolisant la chute, le rendant, l’espace d’un instant, aussi joli qu’un jardin en été. Ma voix rieuse trahit mon amusement enthousiaste pour cette situation. Je dois avouer qu’au fond de moi, ce n’est pas de la crainte qui m’anime mais du jeu. Dans mon espièglerie habituelle, je prends un malin plaisir à ne pas me laisser attraper.

« On va jouer à un jeu, si tu devines mon âge, je sors de ma cachette ! »



Ewen Njall
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2017
Messages: 50
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 32
Race: Elfe
Maître: Alkhytis Doréhor
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 1 Mai 2018 - 11:18 Répondre en citantRevenir en haut

&

Maître Doryl Dunstan et le Brun Anduras



« Vous êtes bien inquiétant monsieur à la barbe. Comprenez qu’avec votre air louche et votre volonté de ne pas me quitter des yeux, je vous prenne pour un danger plus que pour une curiosité. Avant de me proposer quoi que ce soit, il serait de bon ton de se présenter et de m’apporter une preuve que vous n’êtes pas dangereux. –Petit silence—Il ne parle pas, votre compagnon ? Il a l’air moins louche, lui, peut être choisira-t-il mieux ces mots ? hi hi »

Ces simples mots semblaient sortir de part et d’autre des ruines. Repérer la source de la voix était quasiment impossible dans de telles conditions. Au son du petit rire cristallin de la jeune elfe, le lieu devint, l’espace d’un instant, aussi beau et accueillant que les jardins fleuri et coloré. Que venait-il de se passer ? La confusion s’installa bien vite chez Doryl et Anduras, qui avaient besoin de quelques minutes pour comprendre qu’il s’agissait là de magie. Le dragon sortit bien vite de son état de confusion et s’adressa à l’elfe à sa demande. Si la petite voulait jouer à "trouve mon âge et je sort de ma cachette", alors ils allaient y jouer. Le maître décida de faire confiance à son lié, mais resta tout de même prêt à intervenir.

« - Tu voudrais que l’on trouve ton jeune âge, petite Elfe ? Hum…. » Anduras se mit à marcher tout en se donnant un air hésitant. « Je dirais seize ou dix-sept ans. C’est ce qui me paraît le plus probable. »

Doryl sourit en voyant le dragon qui avait l’air de prendre du plaisir à se laisser aller comme un humain. Anduras continua de marcher, tout en observant les moindres recoins de l’endroit où ils se trouvaient.

« Tu sais, si tu sort de ta cachette, nous aurons très certainement quelque d’incroyable à te montrer. C’est sûrement difficile pour toi de nous accorder ta confiance, mais ça en vaut la peine. Ce sont des aventures uniques qui t’attendent. Si tu veux plus de détails, il va falloir que tu sorte de là et que tu nous accorde quelques minutes de ton temps pour te révéler les secrets qui t’attendent. »

Le maître acquiesça avec un geste de la tête, ses lèvres étirées en un grand sourire et les bras croisés sur sa poitrine. Dans son attitude décontractée, il essayait d’inspirer un peu plus de confiance à la jeune elfe, qu’il comptait bien emmener avec lui au Màr Luimë. Le couple de liés attendait désormais la réponse de la demoiselle aux oreilles pointues.




Eileen Ekhweel
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2018
Messages: 27
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 10
Race: Elfe
Maître: Doryl Dunstan (PNJ)
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 1 Mai 2018 - 17:56 Répondre en citantRevenir en haut

C'est pas cool, le deuxième, auquel j'avais demandé de parler, a trouvé de suite. Je voulais dire "c'est plus !" ou "c'est moins !" moi ... Bon, les paroles que m'apporte ce deuxième homme ne sont pas du tout rassurantes, j'ai déjà entendu ce genre de discours prononcer par des personnes malveillantes pour endormir les enfants que je côtoie. Mais d'un autre côté il a bien répondu et j'ai dis que je sortirais, et puis d'une certaine manière, ils ont même fait tout ce que je leur demandais. Donc je vais leur laisser une chance. Partir à toute allure reste une option, je connais encore la ville mieux qu'eux.

L'homme avançait, tachant de trouver ma cachette. J'attendis qu'il m’ait dépassé passer pour sauter dans le vide en dessous de moi, et me retrouver à quelques pas de lui, sur le sol froid de la ruine.

C'est pas marrant, tu as trouvé trop vite. Mais bon, je vous ai fait jouer et j'ai perdu. Vous ne vous êtes pas présenté, vous avez honte de vos noms où alors vous avez peur des oreilles indiscrètes ? Je jette un petit regard à droite puis à gauche, pour montrer sur mon visage ma détermination pour l'avertissement que je vais donner. Je vous préviens, si vous êtes louches, je m'enfuis. Et s'il vous plaît, si ça arrive, laissez moi tranquille, moi, je veux juste voyager, pas m'attirer des ennuis.

Je repense à la scène que je viens de vivre. Tout porte à croire que mes deux poursuivants sont des rustres qui ne savent si comment parler, ni comment se comporter dans un endroit civilisé. D'une certaine manière, je trouve ça attendrissant. Ils ont de la chance d'en vouloir à moi et non à quelqu'un de plus impulsif qui leur aurait sans doute fait tâter soit de quelques coups bien placés, soit de quelques tirades bien choisis pour les remettre à leur place.

Vous savez les gars. Vous n'avez aucune manière, je ne sais pas d'où vous venez, mais il va vraiment falloir revoir votre façon de communiquer. Si vous voulez, je vous apprendrais !

Sur ces mots, je commençais à ressentir de la fatigue. S'enfuir au travers de la ville, réfléchir vite, se tenir discrète et tout ceci à la suite d'une performance m'avait coûté de l'énergie, bien plus que prévu. Il me semblait pourtant que j'avais plus d'endurance que ça, avant. L'air et la vie en ville seraient-ils moins sains que la vie nomade que j'avais jusque là au point de diminuer mes capacités ?



Ewen Njall
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2017
Messages: 50
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 32
Race: Elfe
Maître: Alkhytis Doréhor
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Ven 25 Mai 2018 - 11:09 Répondre en citantRevenir en haut

&

Maître Doryl Dunstan et le Brun Anduras



Les remarques de la jeune elfe eu pour effet de clouer sur place le Maître et le dragon. En effet, ils avaient complètement oublié de se présenter. Doryl et Anduras se regardèrent, étonnés. La demoiselle avait du mordant, ce qui n’était pas pour déplaire à l’homme. Cette caractéristique pourrait bien être une qualité non négligeable pour certaines situations quelque peu compliquées. Aussi, le couple de liés décida de se présenter à leur peut-être future aspirante.

« Je m’appelle Doryl Dunstan. Mon compagnon ici présent c’est… »

« Anduras. Et toi jeune elfe ? Quel est ton nom ? »

A peine la question fut-elle posée que des voix se firent entendre un peu plus loin dans les ruines. Voilà qui allait rendre la tâche beaucoup plus compliquée. Comme si elle ne l’était déjà pas suffisamment ainsi. Pour rajouter encore plus de difficultés à leur situation, l’elfe commençait à être sérieusement fatiguée. La magie utilisée peu de temps avant ainsi que le course au travers des rues de la ville avaient très certainement brûlé une grande partie de son énergie. Le temps commençait à jouer contre eux, sans compter que les voix se rapprochaient. Elles se rapprochaient tellement que l’on pouvait désormais distinguer qu’il s’agissait de trois voix d’hommes et ce qu’il se disait.

« Sérieux, c’étaient deux hommes qui suivaient une petite elfe. »

« Ouais, même qu’ils sont rentrés ici et qu’on ne les a pas encore vu sortir. »

« Vous croyez qu’ils sont armés ? Si ça se trouve… Ils voulaient la kidnapper ! »

« Quoiqu’il en soit, là, tout de suite, j’ai envie d’une bonne bagarre. Ces sales types sont vraiment venus au mauvais endroits pour leurs petites affaires. »


Les trois hommes se mirent à rire ensemble et Anduras commençait à piétiner le sol d’impatience. Doryl réfléchit à toute vitesse et la seule solution qu’il trouva était de partir d’ici au plus vite. Mais la faiblesse de l’elfe risquait de les ralentir et leur fuite de l’achever. Ils avaient besoin qu’elle reste éveillée et un minimum lucide. Tant pis, ils allaient devoir passer à la vitesse supérieure.

« Ecoute-moi demoiselle. Ces types sont pas là pour rigoler. Et tu es bien trop fatiguée pour marcher toute seule. Il va falloir que tu me fasses confiance. »

« Et on te racontera notre petite histoire sur le chemin. Et on s’arrêtera dans un endroit calme histoire de ne plus se faire embêter par des sales types. » Il rajouta intérieurement que s’il avait pu, ils les auraient fait fuir grâce à sa forme de dragon.

Le maître prit la demoiselle dans ses bras et la calla contre sa poitrine pour qu’elle soit le plus à l’aise possible et qu’elle ne se fasse pas mal durant leur fuite. Il savait bien que la jeune elfe n’était pas du tout rassurée, mais il espérait que le fait de la porter comme une princesse la rassurerait un minimum. Anduras fit signe à son lié vers un passage à l’opposé des voix des trois hommes, un peu étroit, mais suffisamment discret pour leur permettre une bonne avance. Une fois dehors, ils se dirigèrent vers la sortie de la ville en prenant soin d’éviter au maximum les personnes grâce à des ruelles peu fréquentées. Il leur fallut plusieurs longues minutes pour enfin sortir de la ville et trouver un endroit loin des regards indiscrets. Doryl posa la jeune elfe au sol, contre un arbre afin qu’elle puisse s’adosser et se calmer tranquillement. Il lui tendit une gourde remplie d’eau et un peu de pain qu’il sortit de son sac de voyage.

« Tiens, ça va t’aider à reprendre des forces. »

« Doryl ? »

« Attend un peu. J’ai pas envie de la faire fuir et de lui courir de nouveau derrière. »

« Comme tu voudras ! »


Au final, ils avaient décider d'attendre un peu avant de conter leur histoire et c'était certainement mieux ainsi pour la future aspirante.




Eileen Ekhweel
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2018
Messages: 27
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 10
Race: Elfe
Maître: Doryl Dunstan (PNJ)
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 3 Juin 2018 - 19:39 Répondre en citantRevenir en haut

Alors que je balaye une vague naissante de fatigue, voilà que j'apprends enfin l’identité de mes rustres poursuivants. Ils ont l'air assez proche l'un de l'autre, il semble parfois que des regards suffisent pour qu'ils se comprennent. C'est à la fois admirable et un peu effrayant.

Et bien bonjour Doryl et Anduras. Je me présente alors...

J'ai été coupé par des voix, elles viennent de l'extérieur des ruines. Je ne peine pas à les reconnaitre. Il s'agit de Dan et sa petite troupe de bras-cassé et de casse bras, une petite équipe qui sont visiblement suffisamment stupide pour oublier la silhouette de celle qui les empêche régulièrement de brutaliser des enfants. Ils ne sont pas dangereux, mais le regard de Doryl en entendant ce qu'il se passe en dit beaucoup sur sa volonté de ne pas créer d'histoire.

Eileen, je suis Eileen Ekhweel.

A peine ma phrase fini que Doryl me lance une tirade précipitée avant de m'attraper dans ses bras. Je suis prise de surprise, tétanisée. C'est la première fois que cela m'arrive. Je ne sais pas trop comment comprendre ce que je perçois et ressent. D'un côté le stress de la situation voudrait que je panique, mais d'un autre côté, il émane une aura protectrice, ces intentions transpercent son apparence de rustre, et d'un coup je ne vois plus un potentiellement danger mais un garde du corps protecteur.

Nouvelle vague de fatigue. Cette situation dégénère, les informations se bouscules alors que je me laisse transporter. Alors que met yeux voient au ralenti ce qui se trame dans le présent, mon esprit revois ce début de journée à toute vitesse, tentant de se raccrocher à quelque chose de rassurant. Le stress monte, ma respiration devient difficile, à chaque secousse des pas précipités de Doryl mon cœur rate un battement. Mon esprit m'échappe, mes pensées s'éloigne, je me raccroche a mes perceptions, tente d'analyser ce que je vois ce que j'entends. Petit à petit, des tâches sombres envahissent ma vue alors qu'un sifflement aigu commence à se faire entendre, devenant de plus en plus assourdissant. Je tente une respiration...

Autour de moi tout est blanc. Je ne sens plus mon corps, je ne peux pas non plus bouger. Je sens quelque chose frapper modérément mon dos, mes bras bouger sans que je ne leur commande. Le blanc laisse alors petit à petit place à une gourde en gros plan, alors qu'une voix stressée et légèrement fébrile se fait entendre. Mais je n'arrive pas à comprendre les mots prononcés. Il me faut quelques secondes pour reprendre le contrôle de mon corps. J'attrape la gourde faiblement et commence à boire. L'eau est chaude, mais elle passe dans ma bouche puis ma gorge comme un élixir de vie, de l'énergie liquide et je me sens reprendre des couleurs. La voix de Doryl que je viens d'entendre se tourne désormais vers son compagnon, toujours aussi stressé. Son compagnon quand à lui semble beaucoup plus serein, comme si il n'avait pas vécu émotionnellement la même chose que Doryl.

Après avoir mangé un morceau de pain et fini le contenu de la gourde, je tente puis abandonne l'idée de me lever. Je suis contre un arbre, autour de moi une forêt assez clairsemée est visible. Nous sommes aux abords de la ville, en sécurité des petites frappes et des regards indiscrets. Mais d'un autre côté, je suis désormais à leurs merci, mais cette idée n'est maintenant pour moi qu'un possible très peu inquiétant. Je tourne la tête vers les deux bruns, avant prononcer faiblement :

Ceux que nous avons évités sont de petites frappes de la ville, mais merci de nous avoir sorti d'ici.

J'ajoute ensuite avec une pointe d'humour :

Je suis désormais sans défense face à vous.

Je reprends un air sérieux, une larme d'impuissance coule sur ma joue :

Je ne comprends pas ce qu'il m'arrive, pourquoi cette fatigue, pourquoi cette perte de conscience. C'est la première fois que mon corps ne soutient pas ma volonté.

De la détresse doit se sentir dans mes yeux alors que je m'examine, tentant de comprendre ce que mon état me permet encore de faire, bougeant les mains, étendant les jambes, essayant de forcer, d'attraper. Mis à part mon incapacité à soutenir mon propre point, le reste semble fonctionner.



Ewen Njall
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2017
Messages: 50
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 32
Race: Elfe
Maître: Alkhytis Doréhor
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 5 Juin 2018 - 15:29 Répondre en citantRevenir en haut

&

Maître Doryl Dunstan et le Brun Anduras



Après avoir consommer ce que Doryl lui avait donner, Eileen semblait reprendre des couleurs. Anduras s’était posté dans un coin afin de s’assurer de ne plus être déranger par quelques curieux passant par-là, comme par hasard, voulant savoir ce qu’il se passait. La jeune elfe se mit à parler d’une voix faible, remerciant les deux hommes de les avoirs sorti des ruines. Les gars qui les avaient dérangés plus tôt avaient beau être une troupe de bras-cassés, ils ne devaient en aucun cas découvrir ce pour quoi le dragon et le maître étaient avec l’elfe. D’ailleurs, leur protégée fit même un peu d’humour, ce qui fit sourire Doryl. Puis de l’humour, elle passa à la détresse. Ce qui était tout à fait normal lorsqu’on se trouvait dans une telle situation. Le Maître dragon entreprit de la rassurer avec quelques explications sur sa soudaine faiblesse.

« Il t’arrive que tu as simplement utiliser ta magie sans t’en rendre compte. Utiliser la magie demande de l’énergie. Si on ne la maîtrise pas on peut vite se retrouver à court d’énergie et se sentir très fatigué. Comme toi actuellement. »

Doryl s’accroupit face à Eileen et essuya la petite larme qui coulait sur sa joue.

« Je connais un endroit où tu pourras apprendre à la maîtriser. C’est exactement de cet endroit que je viens et où je comptais te ramener depuis le début. Mais avant je te dois quelques explications. » Il s’éclaircit la voix avant de reprendre. « Chez moi, tu es ce qu’on appelle une Douée. Ce qui veux dire que t’as le Don. Et le Don sert, accroche toi-bien parce que c’est dur à croire, à communiquer et à se lier avec un Dragon. »

Anduras, qui avait entendu le mot dragon, se tourna et s’approcha. Doryl se releva et posa une main sur l’épaule de son lié.

« Tu vois ce grand gaillard ? Il a quelque chose de très spécial. »

« Je suis un dragon déguisé en bipède. A moins que ce soit Doryl le dragon et moi le maître. Ce serait drôle d’échanger les rôles pour une fois »


Le maître éclata de rire avant de reporter son attention vers sa protégée.

« Maintenant, la suite. Les jeune Doués sont amenés par les Maître et Chevaliers dans ce qu’on appelle un Kaerl. Des kaerl il y en a trois en tout, sur un continent assez loin d’ici et dont on garde le secret. Il est bien sûr normal que celui ou celle qui te trouve t’embarque dans son kaerl d’appartenance. Une fois là-bas, tu entameras un Aspiranat avec un maître jusqu’à ce que tu te lies à un dragon. C’est l’Empreinte. Un passage important dans la vie d’un jeune chevalier. »

Il laissa le temps à Eileen de digérer tout ce qui venait d’être dit, jusqu’à ce qu’Anduras s’exprima.

« Doryl, je commence vraiment à ne plus supporter cette forme. »

« C’est bon, vas-y, je reste à côté d’elle »


Anduras reprit ainsi sa forme de dragon, un magnifique saurien aux écailles brunes, possédant des ailes membraneuses, des griffes aiguisées, deux magnifiques cornes et quelques crocs pointues. Enfin il put étirer ses ailes avant de les replier le long de son corps. Le brun s’installa, les pattes avant croisées, et s’introduisit dans l’esprit d’Eileen.

*Comment tu me trouves ? Je suis sûr que tu ne t’y attendais pas du tout. *

Anduras grogna, amusé, laissant Doryl répondre aux éventuelles questions de leur petite protégée.




Eileen Ekhweel
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2018
Messages: 27
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 10
Race: Elfe
Maître: Doryl Dunstan (PNJ)
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 20 Juin 2018 - 01:11 Répondre en citantRevenir en haut

J'écarquille les yeux. Je dois avoir fière allure, là, assis contre un tronc, avec le regard le plus hébété que je n'ai jamais su arborer. Voilà que Doryl me parle de magie. Moi qui fait de la magie, c'est une grande blague. La magie que je connais n'est pas si fatigante que ça, en effet, il s'agit de trucs et astuces de prestidigitateurs, d'illusionnistes qui font toujours leur effet dans un spectacle. Je suis doué à cela, ça je le sais, mais ce n'est pas de la magie ! Je secoue la tête pour me sortir de cette torpeur de surprise mais je n'ai pas le temps d’aligner deux syllabes que mon professeur improvisé enchaîne en s'accroupissant face à moi.

"Mais ..."

La suite de son explication amplifie mon malaise déjà bien présent. Je serais une personne différente, une sorte d'élue ou de douée comme il me l'a formulé. Et qu'est-ce que j'entends à présent ? Il me parle de communiquer et de se lier à un Dragon. Mais les dragons sont dans les contes et légendes. Je commence à avoir la tête qui tourne, cet amas d'information plus que douteuses mais sorti avec cette assurance me fait douter de mes connaissances, d'une certaine manière, il semble prononcer une vérité. Je ne comprends pas comment, mais je le crois.

Le temps que je remette à nouveau de l'ordre dans ces nouvelles informations, Anduras s'approche de moi à son tour. Il a un regard et un sourire rassurant mais de l'inquiétude pointe tout de même dans mon esprit. Il n'en a pas encore fini avec les révélations je le sens. Je reste donc immobile et muette, attendant en serrant le poing l'apogée de cet exposé. Le rassurant Anduras est un dragon. Mon cerveau vient de changer de tactique, il absorbe désormais et cache tout ça dans un coin le temps que cette tempête se termine, je me surprends à ne pas être surprise.

"Donc ! Si j'ai bien suivi, je suis une douée, je sais utiliser de la ... magie, toi, tu es un chevalier, Anduras, lui, est un dragon, et vous voulez m'emmener dans un ... Kaerl pour que je devienne votre apprentie et que je me lie à un dragon moi aussi."

Un silence s'en suit, le dit chevalier semble attendre que je reprenne un peu de solidité pour en rajouter une couche.

"Je suis ... perturbé, je ... je ne sais pas trop quoi dire. ... Balance la suite qu'on en finisse, je prendrais le temps de m'évanouir une ou deux fois et on pourra en parler calmement."


Je ne suis pas déçu par la suite car rapidement, Anduras commença a se métamorphoser devant mes yeux. Son visage semble pousser, prendre peu à peu l'apparence d'un museau alors que son corps tout entier grandit et change de couleurs. Les vêtements qu'il portait disparaissent pour laisser place à un tapis d'écaille brunes, deux ailes apparaissent dans son dos. Ces deux mains rejoignent le sol tandis qu'elles grandissent et changent de forme. J'ai face à moi un Dragon brun qui a fier allure, et qui ne tarde pas à s'asseoir nonchalamment. Je n'ai encore fini de me décrocher la mâchoire qu'une voix s'insinue dans ma tête, celle d'Anduras, qui veut que je juge son allure.

"Je te trouve euh ... grand et ... pas humain et ..."

Je me retourne, perdant ma position assis pour une semi-couchée. J'ai besoin l'espace d'une seconde de voir quelque chose de normal, uniquement normal, dans mon champs de vision. Après quelques secondes à reprendre bruyamment mon souffle, je me retourne à nouveau.... Et recommence ces dernières étapes trois fois, le temps de bien encaisser cette nouvelle connaissance.

"C'est bon ?"

Mon regard est suppliant, une nouvelle supplémentaire et mon esprit m'échappe sans doute définitivement.

"Laissez moi quelques heures, voir une nuit pour réfléchir, poser des questions, comprendre. Si j'ai bien tout compris, toi, Doryl, tu est un chevalier qui veut m'emmener avec toi pour devenir, à terme, comme toi, une chevalière lié à un dragon, et si là tout de suite, tu veux mon avis, si ... si tu as l'intention de le demander. Sache que je ne peux pas te répondre."

Sur cette dernière phrase, de la peur m'a empli, je me rend compte de ma position. Si ils ont jusque là étaient dignes de confiance, ils ont une suprématie complète sur moi et je sais des choses qui doivent rester secrètes. Malgré moi, je recule et assumant mon acte, je décide de me placer derrière le tronc qui me servait s’appuie, en tentant, sans réussir, de me dresser sur mes jambes.

Aujourd'hui, ma vie marque un tournant, soit je les suis, soit je meurs, soit je saurais à jamais que dans ce monde déjà si beau et vaste, certains contes ne sont pas sorti de l'imagination d'auteurs fantaisistes.



Ewen Njall
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2017
Messages: 50
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 32
Race: Elfe
Maître: Alkhytis Doréhor
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 9 Juil 2018 - 18:17 Répondre en citantRevenir en haut

&

Maître Doryl Dunstan et le Brun Anduras



Eileen avait l’air de s’être perdue dans le flot d’informations qu’elle venait de recevoir. La pauvre Elfe ne savait ni quoi dire, ni quoi faire. Ce qui était tout à fait normal. Doryl et Anduras venaient de donner vie à des histoires que la demoiselle prenait pour de simples légendes. Il lui fallait du temps pour réfléchir et donner sa réponse. De plus, son état ne lui rendait pas les choses faciles, bien au contraire. Le maître comprenait très bien ce qu’elle ressentait à ce moment là. Il était lui-même passé par là il y a un moment déjà.

La jeune elfe se glissa derrière le tronc sur lequel elle prenait appui, sans pour autant pouvoir se relever. Son non contrôle de la magie l’avait totalement vidée de ses forces et la situation l’empêchait de réfléchir correctement. Une bonne nuit de sommeil lui ferait le plus grand bien. Doryl réfléchit un instant, se souvenant d’une petite auberge à l’entrée de la ville. Le trajet était suffisamment court et il pourrait prendre une chambre pour Eileen et une autre pour lui. Cela faciliterait grandement les retrouvailles le lendemain. Anduras, quant à lui, devrait se trouver un endroit où il pourrait chasser et se reposer en toute tranquillité. Oui, c’était là une très bonne idée.

« Eileen, j’me souvient avoir vu une petite auberge à l’entrée de la ville. Nous pourrions y aller pour cette nuit, comme ça tu m’donnera ta réponse demain matin et nous seront déjà en ville pour récupérer tes affaires, où bien pour te relâcher. »

Doryl s’approcha de l’elfe pour la porter, comme précédemment, et la rassura.

« T’inquiète, je t’ai dit tout c’que j’avais à dire. Tu peux te reposer un peu, j’vais marcher doucement. Ont devrait arriver à l’auberge assez vite. »

*Anduras, tu sais c’que t’as à faire.*

*Je resterais le plus discret possible. Mais suis heureux de ne plus avoir à supporter cette forme de bipède. *


Doryl laissa échapper un petit rire, puis se tourna en direction de la ville. De longues minutes de marche s‘écoulèrent et le soleil commençait à descendre lentement pour laisser place à la nuit. Des regards curieux se tournèrent vers eux lorsque Doryl arriva dans les rues avec Eileen dans ses bras. Le maître ignora les regards et les remarques pour entrer dans l’auberge. Sans poser la jeune elfe, il se dirigea d’un pas assuré vers le comptoir.

« Je voudrais deux chambres, s’il vous plaît. »

« J’veux bien vous les donner pour c’te nuit, mais il lui est arrivé quoi à la p’tite d’moiselle ? »

« Elle est fatiguée. Maintenant donne moi les clés que je puisse aller la laisser dormir. »

« Bien, bien, tenez. C’est au premier étage, tout au fond. Vous pouvez pas les louper elles sont l’une en face de l’autre. Les escaliers sont juste là-bas. »

« Merci »


Doryl libéra une de ses mains tant bien que mal pour prendre les clé et se dirigea vers les escaliers pour atteindre les chambres. Le maître ouvrit une des deux portes, entra et déposa Eileen sur le lit.

« Bouge pas d’ici, je vais te ramener de quoi manger et de quoi boire. »

Il repartit en direction de la sortie. Le temps passait lentement, les minutes se faisant passer pour des heures, lorsqu’enfin il revint avec de quoi faire un bon repas. Le maître avait également acheter une gourde qu’il avait soigneusement remplie d’eau pour sa peut-être future aspirante.

« Tiens, c’est pour toi. Mange bien et repose toi. Tu as besoin de reprendre des forces. »

Doryl partit en direction de chambre, se retourna au passage pour souhaiter une bonne nuit à l’elfe et disparut derrière la porte qui se fermait dans un léger grincement. Il n’y avait plus qu’à attendre que la nuit passe, afin de connaître la réponse d’Eileen. Le maître espérait qu’elle accepte, mais rien n’était si sûr. Enfin, il souhaita, grâce à ses pensée, une bonne nuit à Anduras , qui s’était trouvé un endroit suffisamment discret et éloigné des habitations, puis ferma les yeux afin d’entamer une nuit sans rêves.




Eileen Ekhweel
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2018
Messages: 27
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 10
Race: Elfe
Maître: Doryl Dunstan (PNJ)
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 9 Juil 2018 - 23:34 Répondre en citantRevenir en haut

Alors que le contenu de ma tête ressemble à un gribouillis circulaire en écriture constante, les idées s'enchaînant pêle-mêle sans hiérarchie ni ordre, je vois que Doryl semble peser des idées dans sa tête. Des idées qui aboutissent sur l'idée de prendre une chambre d'auberge pour la nuit. Je me sens assez mal, je ... je le sens assez mal. Je n'ai jamais dormi dans la grande ville autrement que sous un toit de fortune ou une tente mais le plus gros problème viens du fait que Doryl sera là alors que je serais dans l'inconscience. D'un autre côté il m'a donné toute les preuves de son honnêteté et bien plus. Mais il reste quand même une personne assez louche dans son physique comme dans ces actes, du moins sa manière. Je n'ai pas vraiment le temps de réfléchir, mon tourbillon de pensée paralyse ma mâchoire. Je suis désormais muette. N'ayant pas envie de forcer mon corps fatigué, je décide qu'advienne que pourra, je suis à sa merci jusqu'à pouvoir marcher.

Je remarque au passage que je suis au bout de mes surprise, selon ses dires, ce point me réjouis surprenamment alors qu'il me trimbale dans la ville sous les regards abasourdis des passants, dont certains qui me connaissent ....

Arrivé à l'auberge, je me tape le front intérieurement en voyant le regard avec un font de colère de la tenancière qui nous accueille. Elle, je lui ai un peu abimé ses deux fils qui se prennent pour les rois du cercle dans les quartiers proche, il va falloir espérer que je ne vois pas leurs têtes à eux, et surtout que tout se passe bien.

Une fois monté dans ma chambre, seule, je ne bouge pas ... sur la demande narquoise de mon hôte qui n'aurait pas manqué de me faire rire grossièrement si j'en avais eu les moyens, à la place de ça, c'est un regard noir qui accueille son sourire malicieux. Mais une fois la nourriture entre les mains qui reprennent déjà leurs forces, ce regard est devenu redevable. La nourriture est sommaire mais je suis habitué à moins que ça, et surtout cette nourriture, le temps d'un instant, a rendu mon esprit focalisé sur une tâche et calmé mon corps tout entier. Enfin, pour la première fois depuis ma rencontre avec Doryl, je suis détendu. Je ne parle pas pour autant, désormais, je réserve mes mots au lendemain, car cette nuit, je vais devoir beaucoup réfléchir.

Une fois qu'il soit parti, j'attends, l'esprit le plus vide possible, j'attends. Longtemps. Le temps qu'il faut pour me donner la volonté de bouger, de me rendre compte que mon corps me répond à nouveau, que je peux me déplacer à ma guise, du moins si je fais attention. A ce moment là, lentement, j'entreprends de passer la fenêtre et de me poser sur une partie assez horizontal du toit. Ce sera pour cette nuit mon lieu de méditation, une méditation que je pratiques d'abord et surtout en effectuant les exercices qui ne me quittent plus depuis que mon père adoptif me les a enseignés. Petit à petit, mon esprit reprend une forme convenable, me permet d'analyser. Je transforme ce que je viens d'apprendre à la lumière des chants et des danses concernant les légendes que j'avais apprise. Dans ma tête une image commence à prendre forme, une image de danse, de feu et de ciel, un spectacle sans bordure ni limite, quelque chose qui était un fantasme et qui ne l'ai désormais plus.
Les dragons existent.
J'arrête enfin mes exercices, mon corps est à nouveau confortable, et un sourire satisfait fend mon visage. Je me couche sur la toiture, observant le ciel, reliant les étoiles pour former des constellations imaginaires, des tableaux apparaissent, des batailles pour certains, le feu et les armes s'entrechoquant, des scènes plus aventureuses pour d'autre, montrant des hommes et des femmes, planant aux côtés de gigantesques créatures ailées.
Les chevaliers dragons existent.
Alors que je m'endors petit à petit, toutes les images se mêlent à mes rêves, des rêves où le sol n'est qu'une dimension à explorer comme une autre, où les nuages ne sont plus uniquement visibles par en dessous, où le sommet des montagnes est un point atteignable sans prévoir une semaine d'expédition, où, enfin, la danse n'est plus limité à la hauteur de mes sauts et mes chants ne sont plus limités aux légendes déjà trop contées.
Et je peux en être une.


Cette nuit là, je dormis sur le toit, et au petit matin, les premiers rayons du soleil m’accueillent, apportant avec eux des promesses d'avenir mais avant tout un message : on se bouge ma fille.

Après de brèves minutes de réveil, je saute déjà du toit, non ressentir un petit pincement au coeur en voyant que j'étais peut être un peu haut pour tenter cet exploit. Mais c'est sans mal que je poursuit ma route. Doryl devra attendre un peu, j'ai des petits points à régler avant de partir. A commencer par disparaitre de mon désormais ex lieu de vie. Je m'y rend en l'espace de quelques minutes seulement et commence à ranger mes petites affaires, à commencer par la dague ouvragée que j'avais astucieusement cachée dans le vieux parquet désormais vermoulu de cette bâtisse sans toit. Je trouve un morceau de tissus suffisant pour cacher tout ça dans un petit ballotin et on peut s'occuper de la suite.

Je me rend désormais sur la place qui fut le théâtre de ma rencontre avec un nouveau monde, j'y dansais alors en compagnie d'un jeune homme qui doit se faire un sang d'encre. Il est là, en train de s'accorder quand j'arrive. Je remarque d'ailleurs qu'il n'est pas seul, deux personnes l'accompagnent, il s'agit de Bùr et Roseau, l'un lave son tambour et l'autre plaisante comme à leur habitude. Roseau tient son surnom d'un de ses instruments préféré, le hautbois, qui contient une lamelle de la dite plante, mais aujourd'hui, elle tient dans sa main une petite flute. Je cours vers eux, à vrai dire, je cours depuis que j'ai quitté mon toit, je suis bien trop heureuse d'à nouveau sentir mes jambes pleines d'énergie.

"Hey Mànas ! Et Hey la troupe ! Mànas, désolé pour hier, j'ai du te quitter rapidement et surtout je ne suis pas réapparu, tu ne t'es pas inquiété ?"

"Hey petite !" scande Bùr, un sourire aux lèvres.

"Te voilà bien équipé aujourd'hui." rajoute Roseau. Ce à quoi je leur répond un sourire amical.

"Oh ! Eileen ! Content de te voir vivante et souriante ! Tu sais, je te connais, tu vis toujours de petites aventures, je savais bien que ces deux louches gaillards ne suffirait pas à te mettre en déroute. C'était qui d'ailleurs, tu le sais maintenant ?"

"Euh ... je sais pas trop à vrai dire, je ... je sais juste qu'ils n'en avaient pas après ma vie, ce qui est rassurant. Je dois partir pour voyager maintenant, j'ai désormais obtenu ce qui me manquait pour partir !"


"Et bien, tu me viens de bon matin avec de bonnes nouvelles, mais je sens que tu me caches des choses" Regard complice. "Tu penses avoir le temps pour une petite danse ?"

"Petite alors". J'arbore sans aucun doute un grand sourire, ce qui pousse Mànas à se lever promptement et commencer une de ces musiques les plus entrainantes laissant au groupe qui l'entoure uniquement le temps de prendre place et pour moi le temps pour poser mon ballotin et me concentrer.

*Musique d'illustration* clic(sans la harpe, du coup)

S'en suis un moment de communion apprécié des spectateurs certes mais apprécié surtout des acteurs qui se disent adieu à la manière qui leurs convient le mieux, par des modes de communications les plus proche de leurs essences respectives. De brefs adieux plus formel plus tard, je repars, ballotin sous le coude.

Sur le chemin du retour, je remarque qu'on m'attends, je m'attendais à Doryl, mais c'est sur les deux rejetons de la tenancière que je tombe. Et ils n'ont pas l'air de vouloir jouer, bien au contraire, ils semblent déterminés à en découdre. Je fais volte face et repars en sprint dans la direction opposé, ce qu'ils s'empressent de faire également. Deux poursuites en deux jours, j'aurais fais fort pour mon départ de cette grande cité.
Je souris en me rendant compte que contrairement à Doryl et Anduras, ces brutes pataudes ne tiennent pas la distance, cependant, ils ont un avantage bien supérieur : ils connaissent l'endroit comme leurs poches. C'est donc sur la vitesse qu'il me faut les distancer, partant dans des rues bien plus éloignés, denses de monde, faisant coucou aux musiciens que je venais de quitter, non sans un sourire, j'entreprends de faire une grande boucle pour revenir à l'auberge.
Malgré cette longue boucle, ils sont toujours derrière moi, bien qu'un peu rouge, quand je remarque le regard hébété de Doryl, posté devant l'auberge. Je passe à côté de lui, ne m'arrêtant pas pour autant, mais lançant au passage :

"On s'en va, vite ! Ils n'en valent pas la peine !"



Ewen Njall
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2017
Messages: 50
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 32
Race: Elfe
Maître: Alkhytis Doréhor
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Hier à 22:30 Répondre en citantRevenir en haut

&

Maître Doryl Dunstan et le Brun Anduras




La nuit s’était relativement bien passée pour Doryl, qui se réveilla en pleine forme au petit matin. Après quelques étirements, il sorti de son lit et dirigea quelques phrases mentales à l’attention de son lié.

*Anduras, bien dormi gros lézard ? *

Quelque part dans la forêt, le dragon brun étira tout ses membres avec un bâillement si grand qu’il dévoilait toutes ses crocs blanches et pointues.

*Très bien dormi. j’imagine que je dois m’abstenir de tout repas jusqu’à notre arrivée au kaerl ? *

Doryl laissa échapper un petit rire.

*Ce serait bête de mourir d’une indigestion au beau milieu d’un endroit triste et glaciale. *

*Et qu’est-ce que tu ferait sans moi ? *


*Pas grand-chose, je le craint. Bon, je vais chercher de quoi manger un peu pour plus tard et ensuite je vais chercher Eileen *

*Je vous attend ! *


Le maître brun fini de s’habiller, prit ses affaires et se dirigea vers la sortie de l’auberge. Les marchands terminaient à peine de préparer tout leurs étalages rempli de fruits, de légumes, de viandes et d’objets en tout genre. Doryl prit quelques fruits qui ne poussaient que sur ce continent, ainsi que du pin et de la viande séchée. Une fois son sac rempli, il retourna à l’auberge pour aller voir Eileen. Il slalomait entre les passant qui commençaient à affluer de tout les côté afin de parcourir les différents étals des marchands. Doryl arriva enfin à l’auberge, mais lorsqu’il fut devant la porte de sa chambre et que personne ne répondait après avoir toquer à trois reprises, l’inquiétude s’empara du maître. Il entra dans la chambre et s’aperçut bien vide que la pièce était totalement vide avec la fenêtre ouverte. Se serait-elle enfuie ? Voilà un problème qu’il aurait préféré garder de côté. L’homme s’approcha donc pour fermer la fenêtre après avoir jeter un petit coup d’oeil au dehors. C’est alors qu’il remarque une certaine agitation un peu plus haut dans la rue. Celle-ci semblait se diriger par ici. Sans attendre, Doryl prit ses affaires dans sa chambre et se précipita dehors. Eileen apparût à ce moment précis et passa devant lui sans s’arrêter et lui lançant une phrase qui voulait tout dire.

« Décidément, t'en rate pas une toi ! »


Sans prendre le temps de regarder qui étaient ceux qui poursuivaient sa future aspirante, Doryl emboîta le pas de la jeune elfe jusqu’en dehors de la ville. Alors qu’il courait, le maître donna un pont de rendez-vous a son lié, c’est à dire au même endroit que la veille. Le dragon acquiesça et l’homme prit Eileen par le poignet.

« J’imagine que si t’as prit tes affaires, c’est qu’tu viens avec. Alors suis-moi, on a pas d’temps à perdre avec ces deux imbéciles. »

Cela faisait maintenant plusieurs minutes qu’ils couraient, lorsqu’ils atteignirent la petite clairière de la veille. Doryl se laissa tomber sur le sol, essoufflé. Anduras fit son apparition presque aussitôt et s’adressa aux deux bipèdes aux joues rougies par l’effort de la course.

*Alors, encore des problèmes de poursuite ? Ça commence à devenir une habitude on dirait. *

« Tait toi un peu gros lézard brun. Toi t’as juste à t’cacher. »

Doryl pris une profonde inspiration et se tourna vers Eileen.

« Bon, je vais t’expliquer c’qu’on va faire. On a tout les deux grimper sur l’dos d’Anduras et prendre l’Interstice pour rejoindre le kaerl. Au début, ça surprend. c’t’un voyage qui dure l’temps de trois respiration il paraît. Au début ça fait peur, mais tu vas t’y faire. L’seule truc désagréagle c’est le grand froid. Et faut surtout bien s’accrocher au dragon. C’est l’plus IM-POR-TANT »

Le maître insista fortement sur le dernier mot de sa phrase.

*Eileen, tu n’as qu’a monter devant Doryl, comme ça il te tiendra bien. *

« Bonne idée gros lézard »

Anduras se baissa et mis sa patte contre lui pour aider les passagers à monter sur son dos. Doryl aida Eileen à monter et la rejoignit ensuite derrière elle. Le maître passa ensuite son bras autour de la poitrine de l’elfe afin de la maintenir contre lui, le plus en sécurité possible. S’il avait su, il aurait prit de quoi attacher un harnais, mais c’était trop tard. 

« Prête ? Alors on y va ! »

Aduras déplia ses ailes et s’envola, faisant en sorte d’être le stable possible pour éviter toute chute ainsi que d’effrayer leur jeune elfe. Le dragon se concentra ensuite sur sa destination et quelques battements de coeur plus tard, ils se retrouvèrent sous le dôme aquatique du kaerl englouti. Le brun resta en vol encore quelques instants pour laisser Eileen observer les merveilles du kaerl que sont ses bâtiments ouvragé et les animaux aquatiques qui nageaient tout autour du dôme. Enfin ils se posèrent à l’Agora, le lieu où débuterait leur petite visite. Doryl descendit et aida la jeune elfe à descendre.

« Le voyage était agréable ? Je l’espère parce que j’vais t’faire visiter ta nouvelle maison. Bienvenue au kaerl englouti, Eileen !»




Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:21 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu