Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Une initiation bien étrange... Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Eirwen Tümay
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 112
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 84
Race: Elfe-Neishaane
Âme Soeur: Shahara
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 10 Jan 2018 - 19:03 Répondre en citantRevenir en haut

Haskèlku 919 (Hiver)


Depuis son retour des montagnes neigeuses du Vaendark, Eirwen était cantonnée au Màr Luimë. Même si sa Maîtresse Lokni et sa Liée Kohana étaient reparties pour une mission où elles ne pouvaient pas l’emmener, la jeune Neishanne-Elfe n’en profitait pas pour leur désobéir. Elle continuait néanmoins ses sorties périodiques à Lòmëanor pour rencontrer Tholvald lorsqu’il était libre et parfaire son apprentissage à l’art du combat à l’épée. Le jeune forgeron était un bon épéiste et curieusement, Eirwen montrait avec lui, plus de patience et de persévérance qu’avec Lokni.

Elle continuait aussi ses cueillettes en dehors du Màr, mais en cette saison, elle ne trouvait que des lickens, des racines, des écorces, quelques baies persistantes et des pierres de Kaolin. Heureusement qu’elle avait fait des réserves d’autres plantes les saisons précédentes.
En parallèle, elle continuait à remplir son carnet médicinal de dessins colorés de feuilles, de fleurs, etc… et écrivait leur nom, leurs propriétés, la préparation qu’elles réclamaient (fraîches ou séchées, crues ou cuites, infusées ou en décoction, en emplâtre…) mais aussi leurs senteurs, leurs goûts et leurs effets nocifs s’il y en avait. Bref, tout ce qu’elle avait appris auprès des herboristes et guérisseurs pendant son voyage de trois ans. Elle n’avait pas vraiment progressé dans ses connaissances depuis lors et craignait de perdre la somme de savoirs acquis.

Il lui arrivait aussi d’aller à la Grande bibliothèque pour se renseigner sur les Lézards de feu et comment les rendre heureux. Depuis qu’elle avait Kiona, la petite lézarde blanche, elle s’y était plus attachée qu’elle ne l’aurait cru. C’était une véritable compagnie.
Ce fut d’ailleurs elle qui attira l’attention d’Eirwen sur une missive glissée sous sa porte. Elle l’ouvrit interloquée, qui pouvait bien lui écrire ? La lettre était signée :
Sarkha El’Zohreh
Iejir du Màr Luimë
Prêtresse de Gaïa


Eirwen était impressionnée. Pour se moquer d’elle, Galaad lui avait dit un jour qu’elle deviendrait peut-être la Iejir du Kaerl Englouti… et depuis, elle rêvait de rencontrer cette illustre personne, mais ne s’en sentait pas digne. Et là, elle recevait une invitation pressante pour le lendemain…

Eirwen ne sauta pas de joie, ce n’était pas dans son tempérament, mais elle mesurait l’honneur qui lui était fait. Elle sourit simplement à Kiona, lui envoyant des ondes de bonheur.

Nous allons chez la Prêtresse Sarkha, demain matin, ma belle ! Tu seras priée d’être sage ! C’est vraiment une grande chance pour moi d’apprendre encore…





*Carnet de route*
Publicité





MessagePosté le: Mer 10 Jan 2018 - 19:03 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Alwin Ingialdr
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2016
Messages: 36
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 27
Race: Elfe
Maître: Ansehelm (PNJ)
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 4 Mar 2018 - 17:07 Répondre en citantRevenir en haut


Sarkha & Markab
  

Theme Song     


Les premiers rayons du jour fendirent enfin les ondes brumeuses, atteignant le simulacre de ciel séparant le peuple englouti des masses toutes puissantes de l’océan. Un doux sourire émergea sur les lèvres pulpeuses de la Iejir, taisant l’espace d’un instant la sévérité de son beau visage d’ébène. Elle fixa ses étendues glacées sur la clarté naissante du halo de lumière azurée, puis ferma les paupières, laissant les sensations se substituer au regard qui ne savait saisir l’entièreté des choses.

La jeune femme se focalisa sur sa respiration, se laissant doucement glisser dans l’état méditatif lui permettant d’entrer en résonance avec sa Déesse et sa création. Après une bonne heure qui lui sembla ne durer qu’à peine une minute, elle y était enfin. La chaleur familière de la puissance de la nature, douce et terrible, lui semblait couler en ses veines. Une voix suave, profonde, émana de ses lèvres encore à demi-closes. Aucune langue commune n'était reconnaissable dans ces syllabes chantantes, qui semblaient pourtant étonnement mélodieuses et cohérentes. Un souvenir doux-amer émanait à son écoute, comme un rêve ancien que l'on ne parvenait à saisir malgré sa proximité.

Puis, à regret, la Prêtresse s’interrompit et son visage redevint morose, fermé. Si elle s’écoutait, elle passerait ses journées ainsi. La vie du kaerl lui semblait bien terne, vis à vis de ce qu'elle avait pu connaître grâce à sa Déesse. Mais une mission de première importance l'attendait. Car aujourd’hui, elle allait enfin rencontrer une potentielle nouvelle servante de Gaïa. Enfin, officiellement, il n'en était encore rien, bien sûr. La principale concernée n'avait reçu qu'une simple invitation.

Lokni Ceallaigh avait mandé son aide pour s’occuper de sa jeune Aspirante, qui lui semblait posséder toutes les dispositions nécessaires à recevoir son exigeant enseignement. La Maîtresse Verte était tout ce qui pouvait se rapprocher d’une amie pour la Iejir, qui ne souffrait pas la compagnie des hommes ou de ceux n’accordant aucune importance à la Terre. Autant dire qu’au sein d’un kaerl maritime, les candidats étaient peu nombreux. La sang-mêlée était par son ascendance bien plus proche de la nature qu’elle-même ne pourrait jamais l’être… Sa peau tannée et ses cheveux noirs étaient le vibrant héritage du clan des marais brumeux ayant fait de leur vie un hommage à Gaïa, même s’ils ne la nommaient pas ainsi.
La Maîtresse Bronze désespérait de trouver quelqu’un pouvant potentiellement prendre sa suite. Elle se sentait enfin prête à transmettre son savoir, mais les candidats de qualité ne se bousculaient pas au portillon, loin s’en fallait.
De sa démarche féline, Sarkha El’Zohreh entreprit de quitter sa masure afin de rejoindre l’infirmerie se dissimulant au cœur des bains céruléens. Le domaine de Nealyan Shamar lui avait semblé être le lieu tout désigné pour une première rencontre. La Sève et le Souffle étaient si liés dans leurs fonctions qu’il lui aurait semblé incohérent que tout n’y commence pas. D’autant plus que la petite Eirwen était, aux dires de Lokni, fortement versée dans le domaine de la guérison. La thaumaturge espérait toutefois que la demi-Elfe ne lui file pas entre les doigts au bénéfice des guérisseurs… il y en avait bien assez ! Chacun son tour.

C’est à peine si la Maîtresse Bronze jeta un regard à la sublime bâtisse d’argent. Même les plus belles créations des hommes lui semblaient futiles et insignifiantes au regard des œuvres naturelles. A grandes enjambées, elle atteignit la porte marquant l’entrée de l’infirmerie, et y entra sans toquer. Le silence régnait dans la pièce, mais cela n'avait rien d'inhabituel, car les bouches se taisaient toujours à l'approche de la Iejir. L'étrangeté de sa personnalité versatile et de ses pouvoirs était une rumeur bien ancrée au sein du kaerl, et nul ne voulait la déranger durant un de ces imprévisibles moment de mauvaise humeur. Cette distance ne peinait pas Sarkha, qui trouvait au contraire avoir déjà bien trop affaire aux autres mortels.

Elle laissa planer son regard bleu acier sur les environs, cherchant une jeune fille à la chevelure blanche du regard.








Merci à Ryryn pour la signature <3
Eirwen Tümay
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 112
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 84
Race: Elfe-Neishaane
Âme Soeur: Shahara
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 6 Mar 2018 - 15:58 Répondre en citantRevenir en haut

Eirwen s’était levée très tôt le lendemain, après une nuit où le sommeil l’avait longtemps fui et où il avait été perturbé des rêves étranges le reste du temps. Elle s’était interminablement perdue dans un labyrinthe végétal inconnu passant et repassant dans les mêmes endroits ou peut-être pas, essayant de s’accrocher à des détails qui n’étaient que repères trompeurs. Elle y entendait des voix dont elle ne comprenait pas les paroles mais qui insistaient pour lui révéler des choses impalpables. Elle ne se sentait portant pas en danger, cheminant sans angoisse réelle, seulement avec un sentiment d’inconnu et de renouvellement dont elle ne ressentait aucune peur, mais plutôt de la curiosité saine. Elle marchait calmement, suivant le chemin entre les arbres et, tendant les bras en croix, elle en frôlait les feuilles de ses mains fines comme pour y laisser son souvenir, ses empreintes, son odeur, sa douceur… Au détour d’un sentier, elle se trouva face à l’entrée d’une grotte sombre qui lui fit battre le cœur. Elle avança d’un pas, puis d’un autre, très lentement, mais…

Le réveil l’arracha à sa découverte. Il était très tôt, la nuit était toujours présente au travers des vitres de sa fenêtre. Elle se leva et décida, après un petit déjeuner frugal, de profiter de cette avance sur son rendez-vous avec la Iejir, pour aller se purifier aux Bains Céruléens.

Ses ablutions terminées, propre et débarrassée des pieds à la racine des cheveux des miasmes naturels de sa peau, elle alla se plonger avec délices dans le grand bassin à peine tiède pour dynamiser tous les muscles de son corps et réveiller son esprit. Elle prit plaisir aux frôlements de l’eau sur sa peau, à cette apesanteur qui la rendait presque irréelle. Cet élément avait quelque chose de magique, même si elle préférait de beaucoup le vent qui lui demandait de lutter contre lui parfois. Puis elle finit par se faire coiffer d’une tresse torsadée sur le front nouée sur l’arrière de la tête, laissant le reste de sa chevelure sécher à l’air ambiant, bien brossée et aérée.

Elle était prête pour se présenter à son rendez-vous avec la Iejir à l’infirmerie. Contournant l’herboristerie qu’elle connaissait bien, elle poussa les portes du lieu consacré aux soins et attendit. Elle ne pouvait empêcher sa nervosité de surgir à l’idée qu’elle serait bientôt en présence de cette illustre prêtresse du Kaerl sur laquelle couraient les rumeurs les plus contradictoires. Elle ne l’avait jamais vue et ne savait pas de quoi elle avait l’air, mais supposait qu’elle la reconnaîtrait à sa noblesse et à sa prestance.

Elle essayait le plus possible de ne pas anticiper sur cette confrontation, désirant être « neuve » pour entendre ce qu’elle avait à lui dire ou à lui demander. Elle se voulait ouverte et prête, comme sa Maîtresse Lokni le lui avait appris.





*Carnet de route*
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:21 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu