Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Sérénade pour Torhils Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 381
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 254
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 23 Déc 2017 - 19:39 Répondre en citantRevenir en haut

14e jour de Llefelysku 919


Il avait neigé ces derniers jours. Des nuages semblaient couronner les toits pentus de Lòmëanor. Les habitants balayaient devant leur porte les feuilles mortes apportées par un vent glacial, tandis que les enfants jouaient avec les derniers flocons rescapés avant qu’une pluie sale ne remplace ces derniers. Il faisait frais ce soir-là, pour la célébration en l’honneur de la déesse de l’amour. La population de Tol Orëa s’avérait relativement croyante. L’ensemble des coutumes étaient respectées, tous les dieux honorés. Si certains s’offraient des petits présents ce jour d’hui pour prouver leur attachement à leur famille, d’autres arpentaient les rues de la cité en quête des chants, des danses, des rites et des jeux proposés par les auberges et autres tavernes de passage dans l’espoir surréaliste de rencontrer l’élu(e) de son cœur.

Mon regard perdu dans la contemplation de cette frivole effervescence, par-delà la vitre, je ne pus m’empêcher de soupirer. En me retournant, je surpris le regard mi désapprobateur mi compatissant de la vendeuse. Elle devait se demander ce qu’un gaillard comme moi pouvait trouver comme occasion à bouder la fête des amoureux. Comment dire… Ma vie sentimentale était un désastre – quand ce n’était pas un désert. Et, de fait, je n’avais pas de temps à perdre avec ces futilités. Dépenser mon maigre pécule pour ces bêtises ? Hors de question ! Faire l’erreur de croire à l’amour éternel et fidèle ? Que nenni !
Je repris ma progression dans la boutique. L’étagère proposant des lotions pour lustrer les écailles me faisait de l’œil. Tous ces produits pour prendre soin de son dragon coûtaient chers mais ils en valaient la peine. Après son dernier bain de mer, Elérion était revenu avec des coquillages entre ses écailles. Cela avait été un calvaire de tous les enlever ! En me dirigeant vers les brosses pour dragon de grande taille, je manquai trébucher contre une Chevalière Engloutie entourée de son armada de lézards de feu complètements fous. Je retins un grognement et m’emparai de la brosse géante. L’échoppe était bondée aujourd’hui. Ma parole, tout le monde était amoureux de son Lié pour venir dans cette boutique précisément le jour où je faisais mes courses ?

Se mêlant à la foule en liesse – ou pressée de rentrer chez soi bien au chaud -, Elérion sillonnait les rues commerçantes de la bourgade. Il promenait ses yeux curieux sur tout ce qu’il voyait. Les vitrines décorées aux couleurs de la déesse honorée. Les couples qui se tenaient par la main. Les enfants qui couraient entre les passants. Les inévitables mendiants et escrocs de tous poils. Sa grande taille et sa musculature, semblables à celles d’un Torhil, permettaient au Bronze de se frayer sans mal un passage. Sa peau burinée par le soleil tranchait avec la pâleur hivernale qui régnait sur la ville. Une bise glacée soulevait ses mèches de cheveux blonds comme les blés. Il dépassait d’une bonne tête de la foule.

On le bouscula. On s’excusa. Il continua son chemin. On accrocha sa manche de manteau. On ne s’excusa pas. Elérion jeta un regard aigu à un pauvre bougre au nez rougi par le froid, qui lui tendait un petit papier plié en quatre en l’implorant du regard.

- S’il… S’il vous plait ! Vous pouvez donner ceci à ma place ? C’est pour la fille-là, avec les yeux argentés. C’est une surprise… Vous pouvez le faire pour moi, s’il vous plait ?

Si Elérion connaissait le principe de la fête en l’honneur de Llefelys, cela ne signifiait pas qu’il en comprenait toutes les subtilités. Il hocha la tête et prit le papier. L’autre s’esquiva sans demander son reste avec un sourire soulagé. Le dragon se dirigea dans la direction indiquée. Face à la vitrine d’une échoppe se trouvaient quatre jeunes filles. Laquelle était-ce ? L’une d’elles se tourna à demi et il aperçut l’éclat gris de son regard derrière la cascade de ses cheveux bruns. Il franchit la distance qui les séparait après un instant d’hésitation. Il la fixa du regard en se raclant doucement la gorge pour attirer son attention.

- Excusez-moi. Je dois vous donner ceci.

Et il lui tendit poliment le petit papier. Lequel contenait des mots d’amour maladroits. « Tu es la plus belle fleur du jardin du monde. Sois ma princesse et je serai ton chevalier servant. » Elérion n’avait aucune idée de ce que contenait le message, ni de ce qu’il devait faire ensuite. De fait, il était probable qu’il ne comprenne pas non plus l’embarras de la situation.

Car hélas, à deux pas de là, une autre fille aux yeux gris s’en allait gaiement avec ses amies.


Nota bene : Elérion donne le papier à Ottilia et non à la jeune fille désignée ^^



Visiter le site web du posteurMSN
Publicité





MessagePosté le: Sam 23 Déc 2017 - 19:39 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Ottilia Théandore
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2015
Messages: 199
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 105
Race: Torhille
Âme Soeur: Briinah
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 31 Déc 2017 - 16:15 Répondre en citantRevenir en haut

Entre la brise froide et les quelques flocons restants, quelques enfants s’amusaient à courir ici et là pour s’amuser avec la neige, prenant soin de ne pas embêter les adultes qui discutaient ou déblayaient la rue pavée juste devant chez eux. Ottilia se baladait avec Briinah sans pour autant profiter des doux instants qui s’offraient à elle. Aujourd’hui, c’était la soit disant fête de l’amour. En temps normal la chevalière en aurait bien profité avec toutes les décorations et les délicieuses senteurs, mais voir autant de gens si proches la mettait en rogne. Elle savait très bien pourquoi, tout comme son âme-sœur. A chaque personnes ou couples qu’elle voyait et qui s’embrassaient, l’image de l’elfe qui lui avait voler un baiser lui revenait en mémoire. La torhille avait tout fait pour se débarrasser de cette image, en vain. Heureusement, la Verte était toujours là pour lui redonner le sourire et lui avait proposer d’aller à Loméanor pour se changer les idées et avoir quelques saucisses au passage.

Le temps passait relativement vite, aucun admirateur secret ne vint glisser un petit papier ou une proposition dans sa poche ou dans les doigts gantés de la torhille. Peut-être était-ce la présence de la dragonne qui dissuadait les gens de venir. Ou bien personne ne s’occupait d’elle, tout simplement. Ottilia soupira de soulagement et s’arrêta devant la vitrine d’une échoppe pour voir ce qu’ils pouvaient bien vendre à l’intérieur. Il s’y trouvait des breloques en tout genre, des vêtement chauds plus au fond et de quoi se mettre aux pieds pour la saison froide. Non loin de là, trois fille papotaient sur divers sujets qui n’étaient d’aucune utilité à ses oreilles de chevalière. Parler de garçons, de mariage et tout ce qui allait avec ne l’intéressait pas du tout. Du moins pour l’instant. Un jour peut-être qu’elle y songerait, si Briinah ne prenait pas les devants. La petite saurienne avait l’air particulièrement intéressée par les mâles de son espèce. Ottilia avait découvert par la suite que la frivolité était dans la nature des vertes. A quoi Flarmya avait-elle pensé en la liant à Briinah ? Voulait-elle qu’elle aille plus vers les hommes ? La chevalière repoussa cette pensée puis chercha son âme-sœur lorsqu’elle se rendit compte de sa disparition. Au moment où elle eut une idée d’où la chercher, quelqu’un l’interpella. La chevalière se tourna vivement et vit un torhil qui la dépassait bien en taille. Il s’excusa et lui tendit un petit papier qu’elle lut non sans rougir.

« Vous êtes sérieux ? Vous vous êtes sûrement trompé de personne... »


L’embarras s’empara ainsi d’Ottilia qui, une fois de plus, ne savait pas comment réagir. Par chance, un éclat vert familier apparu dans son champ de vision. Briinah, en train d’avaler une saucisse, se planta devant le torhil.

*Ottilia, je savais pas que tu fréquentais des dragons. En plus il est même pas du kaerl.*

La chevalière secoua un peu la tête pour rependre ses esprits.

*Non mais, je fréquente pas des dragons ! En plus je suis pas censée savoir que c’en est un.*

*C’est pour ça que je te le dis.*


Briinah grogna, amusée, et s’assit à côté de sa liée. Ottilia planta son regard dans celui du dragon qui se présentait sous sa forme de bipède et chercha ses mots.

« Hmm… Dites moi, ce n’est pas de vous ce mot j’espère. Parce que sinon, c’est vraiment… Bizarre. »





Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 381
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 254
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 9 Jan 2018 - 00:37 Répondre en citantRevenir en haut

Même après quelques années d’observation des bipèdes, y compris en côtoyant son propre Lié, Elérion ne saisissait pas encore toutes les subtilités qui les animaient. L’attitude de la jeune torhille lui parut concorder avec l’embarras qu’on pouvait attendre en se faisant interpeller subitement par un inconnu. Il lisait de l’étonnement dans ses yeux gris. Mais aussi de l’incompréhension, sans savoir d’où celle-ci venait. Le mot ne semblait pas lui faire plaisir. Elérion répondit à son interrogation en fronçant les sourcils.

- Pardon ?

Un éclat vert passa furtivement devant ses jambes avant de se planter devant lui. Une dragonne avalant goulûment une saucisse – sortie d’on ne savait pas où – le dévisageait sans honte. Elérion releva les yeux sur la jeune fille, devinant qu’il s’agissait d’une nouvelle Chevalière. Il ne se souvenait pas de l’avoir croisée, ni elle ni sa Liée, au Màr Luimë. Mais il pouvait se tromper.

- Je ne suis que le messager. Ce mot ne vous était pas destiné ?

Il n’y avait pourtant pas tant de filles aux yeux argentés dans cette rue. Se serait-il trompé ? Passablement confus, il jeta un coup d’œil par-dessus son épaule et aperçut l’homme qui lui avait remis le message. Celui-ci se frappa le front du plat de la main. Le faux torhil pencha la tête de côté. Quelque chose lui échappait.

- Vous n’êtes pas la promise de cet homme ?

Soit elle avait honte et cet amour n’était pas partagé, soit il s’était bel et bien trompé de fille. Fichus bipèdes qui se ressemblaient tous ainsi emmitouflés dans leurs vêtement d’hiver… Le regard fixe de la dragonnelle le mettait particulièrement mal à l’aise. Une sensation de démangeaison parcourait sa peau. Il mourait d’envie de prendre sa forme originelle. Cet embarras agissait tel du poil à gratter sur cette enveloppe magique.

- Je suis désolé, finit-il par déclarer en affaissant les épaules. Je vous ai confondu avec une autre… Je suis un piètre messager.

Il rendit son regard à la Verte et toucha doucement son esprit.

° Mes excuses à ta Liée, petite sœur. °



Visiter le site web du posteurMSN
Ottilia Théandore
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2015
Messages: 199
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 105
Race: Torhille
Âme Soeur: Briinah
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2018 - 12:14 Répondre en citantRevenir en haut

A l'instant où le dragon à l'apparence de Torhil lui répondit par une autre question, composée d'un seul mot, Ottilia eut l'envie soudaine de disparaître et de se faire minuscule au milieu des hautes montagnes enneigées du Vaendark. Non, vraiment, cette situation était plus qu'embarrassante. Enfin, le fait de savoir que le dragon n'était en fait qu'un messager et qu'il avait fait erreur sur la personne aurait dû la soulager, si seulement elle n'avait pas vu l'auteur du message se taper sur le front et que la véritable destinataire du message s'en allait avec ses amies. La chevalière se serait décomposée intérieurement si Briinah n'avait pas été là à ses côtés.

*Au moins, on peut dire qu'il n'est pas doué avec les relations entre les couples celui-ci *

Les yeux de la dragonne reflétaient son amusement et un petit filet de fumée s'échappa de ses naseaux. Le dragon-torhil s'excusa de l'avoir confondue avec une autre. Qu'il soit dragon ou non, il semblait lui aussi mal à l'aise. Ottilia se sentit dans l'obligation de lui dire quelque chose et de ne pas le laisser ainsi. Elle prit une grande inspiration pour calmer ses émotions et se lança.

"Vous savez, ce sont des choses qui arrivent. Qu'on soit dragon ou non, on peut bien se tromper un jour ou l'autre. Enfin... La situation est certes embarrassante, mais qui sait, un jour peut-être qu'on rira en y repensant."

La chevalière esquissa un petit sourire pour se montrer confiante, bien qu'intérieurement elle le soit moins. Le dragon rendit son regard à la jeune verte et s'excusa auprès d'elle via son esprit. La dragonelle se mit sur ses deux pattes arrière et les ailes entrouvertes pour garder un certain équilibre et lui répondit.

*J'accepte les excuses pour ma liée alors. Mais c'est pas grave si elle a l'air aussi embarrassée. Elle l'est à chaque fois qu'un homme s'approche d'elle en lui faisant un petit compliment.*

Briinah se rassit tranquillement, un brin de malice apparaissant dans ses yeux.

*Ma liée a toujours du mal à accepter les compliments, alors je la pousse un peu pour l'aider. Elle fait comme si elle n'aimait pas ça, elle à beaucoup progressé depuis que je suis à ses côtés.*

Au moment où Ottilia ouvrit la bouche pour parler, un flocon de neige passa devant elle. La chevalière leva la tête pour observer le ciel et vit d'autres flocons qui descendaient lentement vers le sol. Certains n'eurent jamais l'occasion de se poser car une dragonne verte les attrapaient avant qu'ils ne puissent atteindre leur destination. La jeune torhille laissa quelques flocons se déposer au creux de sa main avant de la secouer pour les déloger.

"Je ne pensais pas qu'il allait encore neiger aujourd'hui."

Elle reporta son attention vers le dragon.

"Au fait, comment vous appelez-vous ? Je ne crois pas vous avoir déjà croisé quelque part."





Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 381
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 254
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 4 Avr 2018 - 18:08 Répondre en citantRevenir en haut

Elérion ne se souvenait pas d’avoir vécu pareille situation auparavant. C’était très embarrassant. Il n’aurait pas cru les sans-écailles si chatouilleux sur leur manière de déclarer leur affection. Quoiqu’avec moi, son propre Lié, il aurait dû soupçonner ce fait depuis longtemps. Chez les dragons, tout lui paressait plus simple, plus naturel. Si une femelle plaisait à un mâle, ou vice-versa, le langage corporel parlait plus sûrement que les mots pour s’en apercevoir. Sauf s’il s’agissait d’une reine. Tout devenait plus complexe en présence d’une reine. Mon Bronze était bien placé pour le savoir.

Fichus bipèdes et leurs imbroglios relationnels… Hey ! J’entends tes pensées, gros lézard ! Ne t’avise pas de me comparer à tous les bipèdes que tu croises !

- J’ai hâte que ce jour vienne, répliqua Elérion en clignant des yeux comme une chouette, toujours aussi confus. Je préfère en rire plutôt que d’être une source de malaise.

Il secoua les épaules, non dans un haussement désinvolte comme le ferait un homme mais davantage comme un dragon étirerait ses ailes. La forme humaine le démangeait de plus en plus. Sa perplexité face à la Chevalière - et le comportement des bipèdes en général – déréglait sa magie. Il n’était jamais bon de contrarier un dragon sous cette forme car maintenir celle-ci demandait trop d’énergie et de concentration pour ne pas être affectée par des émotions négatives. D’autant plus qu’Elérion ne s’entraînait que peu à la maîtrise de ce pouvoir.

Il sourit. Réflexe de son enveloppe humanoïde ou réminiscence de ses observations, ses lèvres s’étirèrent en un sourire attendri en regardant la dragonnelle attraper en l’air les flocons de neige. Lui-même n’aimait guère la neige – et le froid de manière générale. Il était une créature issue des profondeurs volcaniques. La chaleur aride d’un désert lui seyait davantage que ce climat hivernal. Il n’appréciait la neige que parce que ça lui rappelait son imbécile de Lié, neishaan né au Vaendark. En l’occurrence, moi.

- Nous ne nous sommes jamais croisés, en effet. Je m’appelle Elérion. Félicitations pour votre union à toutes les deux. Votre Empreinte s’est faite récemment, non ?

Il ne pouvait pas se targuer de connaître l’ensemble des habitants du Màr Luimë. Il pouvait en revanche se remémorer les différentes Empreintes qu’il avait vécue depuis son intégration à son nouveau foyer. Il ne reconnaissait pas la jeune torhille ni sa Liée, ce qui n’avait rien d’étonnant. Cependant, il savait qu’aucune Empreinte ne s’était déroulée à la bonne période pour que la petite Verte puisse être née sur les sables blancs du Kaerl Englouti.

- J’espère ne pas vous avoir faire perdre votre temps.

Elérion le Neutre, toujours aussi poli au point d’en être ridicule !



Visiter le site web du posteurMSN
Ottilia Théandore
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2015
Messages: 199
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 105
Race: Torhille
Âme Soeur: Briinah
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 13 Juin 2018 - 10:41 Répondre en citantRevenir en haut

Elerion semblait toujours aussi confus, malgré ce qu’Ottilia lui avait dit. Il est vrai que la situation était des plus embarrassante, mais il ne servait à rien de rester dans cet état plus longtemps. Le dragon esquissa tout de même un sourire, bien qu’il n’avait plus l’air d’être très à l’aise sous sa forme humaine. Ce sourire était apparu grâce à Briinah qui s’amusait avec les flocons de neige. La verte avait un don pour redonner le sourire aux gens, quelle que soit la situation. La jeune chevalière en avait déjà fait l’expérience. La dragonnelle était une véritable source de bonheur. Puis Elerion se présenta et demanda à la torhille si leur Empreinte s’était faite récemment.

« Je suis Ottilia. Merci pour les félicitations. Notre Empreinte s’est faite en fin Mystraku. Il n’y a même pas deux mois donc. »

En entendant le mot Empreinte, la verte releva la tête en direction de son âme sœur avant d’aller se coller contre ses jambes pour essayer de se réchauffer un peu.

*Je commence à avoir froid. On rentre bientôt ? *

A ces mots, Ottilia se baissa pour prendre la petite saurienne dans ses bras et la garder contre elle en l’entourant de ses bras recouverts par son épais manteau. Cela faisait un petit moment que les deux liées se baladaient dans les rues de Loméanor et le froid commençait à avoir raison de la petite Verte au sang froid. La jeune chevalière reporta son attention vers Elerion qui espérait de ne pas leur avoir fait perdre du temps.

« Oh non, au contraire. On est là depuis un petit moment. Je pense qu’on serait peut-être mieux au chaud. Vous ne savez pas où ils vendent des bonnes boissons chaudes ici ? Je sais très bien où aller quand je suis au Kaerl, mais ici je connais déjà un peu moins. »



Désolée pour l'attente ! Et aussi pour la petite taille de ce rp Mea Culpa





Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 381
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 254
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 19 Juil 2018 - 18:00 Répondre en citantRevenir en haut

Ah oui… Les bipèdes supportaient encore moins bien la chaleur que les dragons. Il s’en souvenait maintenant. Concernant la petite Briinah, qui pouvait compter avec ses écailles les jours qui s’étaient écoulés depuis sa sortie de l’œuf, il n’ignorait rien de sa fragilité. Mais l’extrême faiblesse des humanoïdes face au climat l’étonnait toujours. Pour des races aussi prolifiques et ayant colonisé tous les continents, leur piètre robustesse dans certaines situations devenait cocasse. Elérion ne les jugerait pas sur ce point. Il avait conscience que sans son feu intérieur, qui permettait de réguler sa température de créature à sang-froid, lui aussi serait couvert de fourrures et de cuir pour se protéger de l’hiver.

- Enchanté Ottilia, répliqua le Bronze avec un sourire encourageant. Oui, je connais quelques endroits pour se restaurer et se protéger du froid par ici. Cela plusieurs années que j’explore Lòmëanor avec mon Lié – quand il n’est pas trop occupé ailleurs…

… A faire n’importe quoi, merci Elérion, j’avais compris.

Il releva les yeux, parcourut la foule du regard un instant, en quête d’une tignasse d’argent vieilli, soudain soucieux.

- Il ne devrait pas tarder à me rejoindre. Je crois qu’il était coincé dans une boutique prise d’assaut par les clients. Une histoire de promotion sur les lotions pour écailles de dragon, il me semble.

Je n’étais pas prêt de sortir de ce guet-apens. Elérion aurait alors tout le loisir de sympathiser, ou de se ridiculiser, avec ces deux-là. En apercevant la file interminable devant la caisse et tous ces gens les bras chargés de paquets, je l’enviais presque…

- Un peu plus loin dans cette rue se trouve une auberge de bonne réputation. C’est un lieu assez calme. Vous pourrez vous y abriter.

Jetant un coup d’œil à la Verte lovée dans les bras de sa Liée, il se demanda si la politesse lui était connue. Il ne s’agissait ni d’un jugement ni d’une marque de désapprobation. Néanmoins, il s’étonnait que personne ne lui ait appris à se présenter elle-même, de dragon à dragon. Elle était encore jeune et en pleine phase d’apprentissage ; lui-même était un mâle dans la force de l’âge et un peu trop à cheval sur les règles et les convenances. Il n’y avait rien à pardonner dans cet écart au protocole. Il devait cependant admettre qu’il aurait été curieux de connaître le nom de sa mère et son Kaerl.
Un dragon se présentait généralement en énonçant sa lignée maternelle, ce qui était un gage d’honneur et de fierté. Certes, lui-même avait appris à taire la sienne, par prudence, depuis quelques temps. Il était parfois autant détesté chez son ancienne famille que dans la nouvelle. Mieux valait ne pas dévoiler à tous les inconnus la source de sa honte.

- Je peux vous accompagner, si vous voulez ? Je crois qu’un certain « chevalier servant » m’en veut encore pour ma maladresse…

Son sourire s’agrandit, ourlé de malice autant de que courtoisie.



Visiter le site web du posteurMSN
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:21 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu