Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Les vies que l'on mène Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Tristan Gwened
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 135
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 65
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 11 Déc 2017 - 23:46 Répondre en citantRevenir en haut

le titre est celui d'une chanson (et même de l'album correspondant), certes pas très gaie, mais qui correspondait pas mal par certains côtés…


Llefelysku 919

Ce matin-là, Tristan s'était réveillé avec l'impression que son cerveau était à bouillotter depuis des heures, à mijoter lentement mais sûrement, et que là maintenant, il devait être bien assez tendre, et qu'on ferait bien d'éteindre le fourneau. Ce genre de désagrément n'était pas si rare, chez lui, et il avait pris l'habitude, contestable, de passer outre aussi longtemps qu'il en était capable. Tout simplement parce que, s'il s'arrêtait à chaque petit inconfort, il ne ferait jamais rien. On n'avait même pas besoin de se tenir droit pour consulter un livre, et donc, ce ne serait pas sa faiblesse physique qui le forcerait à abandonner toute activité mentale.

Cependant, ce jour-là, la Triade devait se réunir. L'aspirant avançait sur les connaissances théoriques avec facilité, comme cela avait toujours été le cas, et sur la pratique, moins aisément, du fait de son peu d'affinité et d'habitude pour tous les travaux où le manuel prenait davantage d'importance. A l'heure dite, il se présenta malgré tout chez Sable, en tâchant de paraître à peu près en état. La Maîtresse bleue avait certainement beaucoup d'occupations, tout comme sa dragonne, et il ne voulait pas les déranger en demandant un report : ça irait bien comme ça pour la matinée. C'était cependant méjuger des capacités d'observation des deux Liées, et trop présumer de ses propres dons pour la dissimulation dans ce cas précis.

Il ne fallut pas bien longtemps pour que sa pauvre tentative de supercherie soit percée à jour, et qu'il se retrouve, l'air piteux, à descendre lentement les escaliers des spires, flanqué de la demi-sang. Finalement, il en était soulagé : plus besoin de faire semblant que tout allait bien, alors qu'il avait l'impression que son crâne n'en finissait plus de fondre à son feu intérieur. Une fois devant leur destination, la porte de l'antre des guérisseurs, il retrouva un peu de fierté, et se fit un devoir de toquer lui-même. La dame Lewë le laissa là avec un signe de tête à la fois sec et approbateur, puis s'en retourna à ses affaires après une brève pression sur son épaule, signe simple, mais dont il perçut le caractère significatif, étant donné le peu d'expansivité de la Maîtresse.



Il lui fallut attendre un peu avant que la porte s'ouvre, sur un assistant marqué par la lassitude d'une longue nuit de veille. Quand le neishaan lui expliqua ce qui l'amenait, il leva un sourcil comme si ce n'était pas ce à quoi il s'attendait, mais s'excusa bientôt de ne pas pouvoir prendre davantage de temps pour son cas, et le pria de bien vouloir patienter quelques instants dans l'antichambre où il venait d'entrer. Les sons qui parvenaient à l'oreille fine de Tristan, malgré la gangue poisseuse qui ralentissait sa pensée, dénotaient d'une activité inhabituelle en ces lieux généralement calmes et baignés dans un halo d'apaisement. Là, il y avait comme un bourdonnement d'hyperactivité, les pas étaient pressés, les voix lâchaient des informations succinctes ou des consignes brèves, et il semblait évident que personne n'avait le moindre instant à perdre.

L'aspirant, lui, s'était donc assis sur une chaise vacante et, tête baissée, s'efforçait de penser à quelque chose de frais. Comme la glace de la caverne du maître Lordan Ventaren, où il s'était d'ailleurs rendu un long moment la veille, pour continuer une grande sculpture qui lui tenait à cœur : un dragon, forcément, avec un luxe de détails que méritaient bien ces créatures fantastiques. Était-ce à cette occasion qu'il avait pris froid ? Curieusement, y songer ne lui faisait pas de bien, il lui semblait même que c'était le contraire. Il n'eut cependant pas le loisir d'y réfléchir davantage, que l'apprenti guérisseur était de retour, une tasse fumante à la main, qu'il glissa entre celles du neishaan. Toujours en pleine précipitation, il lui fut conseillé de retourner à sa chambre pour la boire tranquillement, de se reposer là-bas, et de se refaire des infusions régulières avec les herbes d'un sachet qui fut fourré entre ses doigts encore libres. Tristan eut à peine le temps d'opiner, que l'autre avait déjà décampé.

Pas si vif que s'il avait été en pleine possession de ses moyens, le rouquin se releva donc, mais avant de rentrer à ses pénates, céda à la curiosité, et décida de s'approcher un instant de la zone où l'on s'activait comme dans une fourmilière, pour tenter de comprendre les causes de cette agitation. Avant qu'il n'ait compris ce qui se passait, la porte s'ouvrit de nouveau de manière énergique, et de surprise, il en lâcha sa boisson brûlante. Le gobelet chut au sol dans un fracas de vaisselle brisée, tout en éclaboussant les pieds des deux protagonistes : lui-même, et celui qui s'apprêtait à sortir de l'infirmerie, un humain qu'il ne connaissait pas, vêtu d'habits simples principalement faits de cuir, et dont le port martial dissuadait assez de venir lui chercher des ennuis.

Tristan se recula d'un bond tout instinctif, puis resta un instant les bras ballants, le regard passant de ses mains vides aux tessons de tasse, en passant par les bottes de l'homme, comme s'il n'arrivait pas à réaliser ce qui venait de se passer. Son visage commença ensuite à prendre des couleurs, et il lui sembla que ce n'était plus seulement son cerveau qui menaçait de fondre sous la chaleur, mais sa tête toute entière. Il commença un hochement qui en resta au stade d'esquisse, car le mouvement ne faisait que renforcer son malaise, et retrouva enfin sa voix :
« Oh, je… je suis désolé… je suis d'une maladresse… j'espère que vous… vous allez bien ? C'était très chaud. Vraiment, je suis confus, je… je vais nettoyer ça, »
finit-il par assurer un peu plus fermement. Il jeta un œil par l'ouverture, en quête d'une aide quelconque, mais tous les guérisseurs semblaient trop occupés pour avoir seulement remarqué son geste. Il allait pourtant bien falloir qu'il répare ses bêtises…



Publicité





MessagePosté le: Lun 11 Déc 2017 - 23:46 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 304
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 191
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 3 Jan 2018 - 21:07 Répondre en citantRevenir en haut

Peddyr était une fois de plus passé à l'infirmerie. Il soupira cette fois. Combien de temps encore allait-il devoir voir le maître-guérisseur pour s'assurer que tout allait bien ? Celui-ci savait les raisons de ce contrôle régulier, dans le cadre des suspicions que l'on portait sur lui et sur son retour miraculeux de l'interstice. Rien ne prouvait que Drazahir guettait son moment au sein de son esprit ou de son corps... C'était impossible. Mais le prouver était impossible. Mais le fait qu'il ait été "recraché" de l'interstice, en ayant vieilli de dix ans, aurait du suffire à convaincre...sauf quand il s'avérait qu'on était l'unique cas de connu, d'aussi loin que remontait l'Histoire du Kaerl et les mémoires draconiques. Heureusement, il n'avait pas cherché à se battre avec cela, s'accordant totalement sur les décision de la Dame Céleste et de son consort. Et bien que le temps passait, il devait toujours demeuré dans le Kaerl.

Pour lutter contre l'ennui, il avait décidé d'apporter son concours, dans le moyen de ses capacités. Nalecean avait de suite accepté, voyant là autant une opportunité d'avoir une aide en plus de ses effectifs habituels, que pour permettre à bien des célestes, de voir que le maître brun était toujours quelqu'un de fiable, quoi qu'on pouvait en dire. Dans les deux cas, en raison du nombre élevé de malades, Peddyr n'était pas de trop.

Bien que Peddyr ne possédait pas les connaissances d'un guérisseur novice, il s'employait à des tâches plus sommaires, comme d'aller chercher des ingrédients au marché du Kaerl quand il en manquait. C'était sur cette tâche là qu'il était quand il sortit de l'infirmerie et qu'il percuta quelqu'un. Peddyr manqua de tomber en arrière sous le choc et se rattrapa rapidement. Mais il sentit un liquide chaud imbiber ses bottes. Heureusement qu'elles étaient épaisses, sinon, il aurait été bon pour rejoindre les blessés du moment, en plus des malades de la petite épidémie qui traînait en ce moment au Kaerl.

Silencieusement, il attendit que le jeune inconnu trouve le temps de se calmer. Il paraissait tellement paniqué qu'il cherchait même de l'aide en regardant autour de lui. Mais Peddyr n'allait pas le laisser poireauter comme cela. Il leva une main, tout en affichant un sourire rasséréné.

''Du calme, jeune homme. Il n'y a pas mort d'homme. C'est juste un accident. Et pour te rassurer, je vais très bien. Ce sont juste mes bottes qui ont pris et tant mieux. Quand à la maladresse, je suis aussi fautif. J'avais qu'à regarder devant moi. Donc, je vais très bien et tu n'as pas à t'en vouloir. Si tu veux, je vais t'aider à refaire le contenu de ce gobelet. Je me rendais justement au marché pour regarnir les réserves de Nalecean, qui se vident rapidement. ''

Peddyr espérait que cela suffirait à calmer le jeune Neishaan. Mais pour détendre l'atmosphère, il décida d'engager la conversation.

''Es-tu un des tout nouveaux apprentis de Nalecean ? Je ne crois pas avoir encore eu l'occasion de te croiser parmi eux. ''

En même temps, il n'était pas tout le temps là et passait plus comme patient pour se faire ausculter par Nalecean en personne. Mais bon, il cherchait à détendre l'atmosphère, pour mettre plus à l'aise ce jeune homme que de l'enfoncer dans sa détresse.



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Tristan Gwened
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 135
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 65
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 7 Jan 2018 - 15:10 Répondre en citantRevenir en haut

L'homme n'était pas tombé, heureusement, sinon Tristan aurait fini par tourner de l'œil de culpabilité. Mieux, il semblait calme, à peine ennuyé par sa bourde et, gagné par la tranquille assurance qui en émanait, l'aspirant s'en trouva un peu soulagé. Un peu seulement : la plupart du temps, il n'était même pas nécessaire de le punir pour ses erreurs, puisque sa propension à s'auto-accuser s'en chargeait très bien, pour tout les cas où il avait joué ne serait-ce qu'un rôle de figurant. Une pointe d'espoir perça dans sa voix mal assurée :
« Vous êtes sûr que tout va bien ? Vos bottes... elles ne vont pas être abîmées ? S'il faut que je vous les remplace, je le ferai. Je vais tout de même devoir nettoyer cela, il serait dommage que quelqu'un trébuche et se blesse... »
termina-t-il avec un regard pour les éclats de porcelaine qui avaient, quelques instants plus tôt, été une tasse ordinaire. Il s'agenouilla lentement, pour que sa tête, qui pulsait toujours, ne soit pas changée trop brusquement de niveau. Avançant la main vers l'un des plus gros morceaux, il s'en saisit précautionneusement entre le pouce et l'index, avant de le reposer, indécis. Il allait falloir un contenant, et un balai pour collecter tous les petits éclats dispersés autour du point d'impact, mais son esprit ralenti ne parvenait pas à imaginer la manière de se les procurer.

Le neishaan, étonné, releva les yeux des preuves de sa culpabilité lorsqu'il lui fut proposé de renouveler le contenu de son récipient. Il avait décidément beaucoup de chance, d'être tombé sur quelqu'un d'aussi bonne composition. Les habitants du Mar Menel avaient beau posséder, dans l'ensemble, d'aimables caractères, il n'aurait pas parié sur un tel accueil après son incroyable maladresse : alors qu'il venait de manquer de peu d'ébouillanter cet homme, celui-ci lui proposait de l'aider à réparer, et plus encore ?
« Oh... vous êtes guérisseur ? Parce que... je ne sais pas ce que c'était, qu'il y avait dedans.  »
avoua-t-il d'un air penaud. Malgré les mots rassurants, il s'en voulait toujours. Et il allait donner du travail supplémentaire aux soigneurs, qui semblaient déjà débordés, à cause d'une stupidité de sa part... La question de Peddyr vint donc à point nommé pour l'empêcher de replonger dans d'inutiles remords.
« Moi ? »
fit-il d'un air incrédule, certain qu'il ne pouvait pas ressembler à un apprenti guérisseur. C'était un domaine qui lui faisait bien trop horreur pour qu'il aie la moindre envie de s'en approcher. Il respectait ceux qui en faisaient leur vie, et d'autant plus qu'il s'en savait totalement incapable, mais ne se faisait pas la moindre illusion sur ses propres capacités à pouvoir évoluer et réfléchir dans un univers de sang à épancher, et autres fluides corporels plus ou moins répandus. Songer à ce qui pouvait être vu en ces lieux suffisait à le faire frémir d'horreur. Autant donner un hachoir à un chevreuil.

Avec, de nouveau, une lenteur toute étudiée pour épargner son cerveau en surchauffe, il esquissa un hochement négatif.
« Non, c'est normal que vous ne m'ayez pas vu. Je venais juste chercher... quelque chose pour... enfin, parce que j'ai dû prendre froid. Mais ils ont l'air plutôt débordés, aujourd'hui. Se passe-t-il quelque chose de particulier ? »
Il ne voulait pas paraître trop curieux, et avait baissé la voix, comme pour ne pas indisposer ceux qui se trouvaient à l'intérieur. Il n'avait pas souhaité poser la question qui lui brûlait les lèvres à l'apprenti, lequel n'avait à l'évidence pas eu un instant à perdre. Cet homme, par contre, semblait moins pris dans le ballet frénétique ambiant : peut-être pourrait-il simplement le renseigner ? Et puis, Tristan rechignait à le laisser partir avant d'avoir trouvé un moyen de s'excuser plus concrètement.



Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 304
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 191
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 9 Mar 2018 - 12:46 Répondre en citantRevenir en haut

Peddyr estima juste d'attendre un peu que le jeune homme eut terminé de ramasser les débris et de nettoyer un peu. Visiblement, celui-ci était quelqu'un d'abord timide et qu'il ne fallait pas trop bousculé, même si c'était pour le rassurer avec la plus grande des bienveillances que tout allait bien. Mais heureusement, le vieux chevalier brun savait comment réagir. le malheureux maladroit lui rappelait son année d'aspiranat, quand lui-même était perdu et en proie à ses propres angoisses. Mais cela, c'était quelque chose qui avait été différent, que jamais ce jeune homme ne connaîtrait. Mais Peddyr se comprenait dans ses propres pensées.

Il avait toujours le sourire rasséréné à l'égard du jeune inconnu et regarda sommairement ses bottes, remuant l'une d'elles pour faire tomber un dernier morceau de porcelaine.

''Mes bottes ont connu pires. Tu peux remercie le tanneur et le cordonnier qui ont contribués à les concevoir d'avoir un cuir bien solide. Donc nil besoin de te ruiner pour cela. Un bon cirage à la graisse de pied de boeuf et elles seront comme neuves. Quand à être un guérisseur moi ? ''

Il manqua de rire. Peut être qu'il avait désormais l'allure d'un vieil homme, et que la barbe devait offrir l'image d'un vieux sage sortant de sa bibliothèque, mais il était loin d'être un guérisseur. Avoir quelques notions dans ce domaine ne lui permettait même pas d'avoir le titre d'apprenti.

''Je suis loin d'être un guérisseur, même si mon physique donne cette impression. Et à ce que je comprends maintenant, tu n'es donc pas un apprenti. Donc toi comme moi, nous sommes deux néophytes dans le coin, rien que pour donner un coup de main. Et bien, je me sentirai désormais moins seul dans les environs. Mais je vais essayer de sentir ce que tu transportais dans cette tasse. ''

Il se préparait à prendre un des gros morceaux de porcelaine tenus dans les mains du jeune homme quand il remarqua un sachet d'herbes médicinales par terre, non loin d'eux.

''Tiens, cela doit être à toi. Tu as du le faire tomber durant notre rencontre...percutante. ''

Peddyr ne perdit donc pas de temps pour se baisser et prendre le dit sachet. Il était léger et on sentait déjà une forte odeur de plantes médicinales séchées. Le vieil homme le huma et fit un léger sourire.

''Je crois savoir ce qu'il y avait eu dans ta tasse et vu que tu penses avoir froid, je sais quoi te préparer. On va te refaire une tasse. Ainsi, tu n'entameras pas ton sachet et tu pourras te sentir soulagé de pas ennuyer les guérisseurs. Il est vrai qu'ils sont pas mal occupés. Il y a beaucoup de malades et il manque un peu de place. Il y a eu une petite épidémie et qui se propage encore. Mais je te rassure, rien de bien dangereux pour nous tous. C'est juste que... cela dérange un peu les intestins, si tu vois ce que je veux dire. ''

Il parut réfléchir et se remémora les ingrédients qu'il devait aller se procurer sur le marché.

''Une partie de ce qu'il faut manque dans la réserve. Je m'apprêtais à me rendre au marché. Tu peux venir avec moi et ainsi, cela te fera prendre un peu l'air pour te détendre un peu. Je ne veux pas te mettre mal à l'aise mais tu es tellement tendu que tu donnes l'impression que tu vas te figer comme une statue dans la minute qui vient. D'ailleurs, mon garçon ? As tu un nom ? ''



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Tristan Gwened
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 135
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 65
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 3 Avr 2018 - 21:11 Répondre en citantRevenir en haut

Embarrassé par les éclats de tasse dont il ne savait que faire, le rouquin finit par les rassembler en un tas qu'il compacta de son mieux, tout en le serrant bien contre le mur. C'est qu'il ne faudrait pas que quelqu'un aille se blesser en trébuchant dessus... mais ainsi, il lui semblait que cela ne dérangerait pas de trop, et qu'une personne plus informée que lui pourrait déblayer ces petits déchets lorsqu'elle en trouverait le temps. Ce n'était pas idéal, mais pas non plus catastrophique.
« Je songerai à prier Gaïa de les récompenser pour leur excellent travail, en ce cas, »
répondit-il à propos du tanneur et du cordonnier, sans la moindre trace de plaisanterie.
Ainsi, l'homme n'était pas plus guérisseur que lui. Tristan ne savait pas s'il avait fait cette supposition en lien avec son allure, ou simplement parce que, de base, quelqu'un sortant de l'infirmerie avait d'assez grandes chances d'être un guérisseur. Il confirma d'un hochement de tête qu'il n'était pas non plus un familier des lieux - hormis lorsque sa constitution fragile lui jouait des tours. A la vérité, il n'était pas venu pour aider, à l'origine, mais si son interlocuteur avait une idée pour cela, il ne la dédaignerait pas. Ce serait une manière de s'acquitter de la dette due à la tasse brisée et aux ennuis consécutifs pour l'entourage de maître Nalesean, et cela revêtait pour lui une importance majeure.

Décidément, l'inconnu était tout de bienveillance à son égard, et son sens de l'observation devait aussi être plus affûté, car il repéra la petite dose d'herbes séchées que le neishaan avait laissées échapper, et auxquelles, dans sa confusion, il ne pensait même plus du tout.
« Oh, oui, c'est... pour pouvoir en refaire d'autre. Merci. Vous devez tout de même vous y connaître un peu plus que n'importe qui, pour pouvoir ainsi identifier les plantes à l'odeur. J'en serais incapable. Merci, c'est vraiment très gentil. »
Finalement, l'identité de son presque-percuté s'avérait quasi providentielle : pas entièrement guérisseur, donc pas concerné par la frénésie ambiante, mais pas non plus totalement ignorant des arcanes des soins, et donc capable de l'aider à réparer ses bêtises...
Vint l'explication sur la surcharge de travail visible alentours, et l'apprenti tourna instinctivement le regard vers la porte, comme s'il pouvait ainsi augmenter ses chances de saisir ce qui se passait derrière.
« Je comprends, en ce cas. Savez-vous d'où cela vient ? Peut-être qu'ils n'ont pas encore trouvé ? J'espère que cette, hum, épidémie se calmera bientôt, même si ce n'est pas très grave, elle doit désorganiser tout le kaerl, s'il y a tant de personnes atteintes. »
Non, décidément, le métier de guérisseur ne devait pas être très ragoutant. Rien qui tente Tristan, assurément.

L'homme annonça ensuite qu'il avait été brisé dans son élan vers la place du marché, pour remplir les réserves d'herboristerie, y compris pour des plantes nécessaires à la fameuse tisane qui avait fini au sol. Cependant, sa manière sans fard et légèrement paternaliste de pointer le comportement gêné et crispé du rouquin, ne fit rien pour atténuer les manières en question, et il se renfrogna tout en rougissant de plus belle... intéressant mélange.
« Tristan, »
répondit-il tout d'abord de mauvaise grâce, passant sur la formulation de la question qui lui donnait envie de faire une remarque désagréable. Mais sa mauvaise humeur resta fugitive car, il se devait bien de l'avouer, l'inconnu n'avait pas tord. Ni sur son attitude, ni sur les bienfaits d'un grand bol d'air frais. Laissant donc là sa susceptibilité, il fit donc un effort pour compléter, après un temps :
« Tristan Gwened, apprenti dans la triade de la Bleue Asra, et de Sable Lewë. Et vous-même, si je puis me permettre ? »
Voilà, il avait retrouvé toute son amabilité bien polie. Il espérait toujours que mentionner ses instructrices serait regardé de leur part comme une marque de respect envers elles, mais il craignait également de leur causer quelque honte par ses actes pas toujours suffisamment réfléchis, et sûrement jamais assez parfaits... Pourtant, elles étaient si discrètes, dans la vie du Màr Menel, qu'il ne manquait pas une occasion de les citer, avec un ton plein d'estime qui aurait certainement moins détonné pour l'un de ces personnages bien en vue de leur petite île flottante, où la crème n'était que dans la couleur de la pierre, sans rien avoir de commun avec les anglais, et où les œufs durcissaient sur les Sables chauds sans que quiconque ne songe un instant à les battre en neige...

En prévision de la sortie, le jeune neishaan resserra les pans de sa cape contre lui. Les couloirs du kaerl n'étaient déjà pas bien chauds, nul besoin donc d'aller chercher un vêtement supplémentaire, il avait pris ses précautions avant de se rendre à l'infirmerie. Il inspira le plus discrètement possible, pour s'aider à retrouver un peu de sérénité, et s'apprêta à suivre l'homme, trouvant dans la situation une certaine ressemblance avec sa rencontre du maître Lordan Ventaren, même si les circonstances qui y avaient présidé s'avéraient totalement différentes. Restait que dans les deux cas, il finissait par suivre un aîné humain vers on ne savait trop quelles aventures... quoique, de prime abord, la place du marché semble un lieu fort ordinaire, mais savait-on jamais ce qui pouvait s'y passer.
« Quelles sont les plantes qui vous manquent ? Je ne pourrais pas les reconnaître à l'odeur, mais j'ai peut-être déjà lu des choses à leur sujet, et il est possible qu'une planche d'herbier me revienne en mémoire, une fois face à l'étal approprié. »
Pour cela, comme pour le reste, Tristan avait une connaissance livresque, et pas beaucoup plus. Mais les professionnels sauraient les orienter en cas de besoin, et leur éviter la regrettable confusion entre ciguë et livèche. Du moins, l'espérait-il, il ne se le pardonnerait pas, sinon. Ses réflexion continuèrent à voix haute, signe qu'il se détendait finalement un peu plus.
« Qui sait ? Peut-être qu'un apprenti cuisinier s'est trompé en allant chercher les herbes aromatiques du dernier dîner, et qu'un intrus au pouvoir laxatif s'est glissé dans le bouquet garni... »



Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 304
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 191
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 22 Avr 2018 - 09:29 Répondre en citantRevenir en haut

Peddyr sentit comme une bouffée satisfaisante l'envahir un bref instant, en se rendant compte comment il était plaisant de converser avec quelqu'un qui était loin des considérations qu'on pouvait porter à des ragots. Surtout quand ces dernières le concernaient. Et quand viendrait le moment d'évoquer son nom, puisque le jeune homme s'était présenté, il verrait bien la réaction de ce dernier. Autant ne pas se faire d'illusions et réagir comme il se devait en cas de mauvaise ou bonne réaction de la part du jeune aspirant.

*Je ne peux me permettre de rester anonyme ou de mentir sur mon nom. Ce serait une attitude totalement lâche de ma part*

Après tout ce qu'il avait vécu, il n'était plus à cela près de toute manière.

''Enchanté Aspirant Tristan Gwened. Je suis Peddyr Thelrand, chevalier-dragon et lié au Dragon Brun Sveargith''

Voilà, il s'était présenté. Advienne que pourra. Et puis, il avait cité un titre qui ne correspondait réellement à ce qu'il était. Mais au vue de sa situation un peu particulière au sein du Kaerl.... Il revint de toute façon sur l'histoire des plantes.

''Quand tu auras comme moi rouler ta bosse un peu partout à travers le Rhäeg, tu sauras les reconnaître. Rien ne vaut le pouvoir guérisseur des plantes contre certains maux que la magie ne sait pas résoudre. Quand à cette maladie, et bien, il y a quelques hypothèses qui circulent parmi les guérisseurs. La maladie a pu avoir un genre de petite ''mutation'' qui la rend plus virulente que d'ordinaire. Ou alors cela viendrait des gens qui vont et viennent à travers le Rhaeg et qui ont ramené un petit cadeau sans le vouloir, lui aussi tout aussi virulent que ce que les habitants du Kaerl ont l'habitude d'avoir. IL y a des phases comme cela qui démontrent que la lutte contre les maladies est perpétuelle. Et qu'on a dû avoir un certain relâché quand à certaines précautions à avoir quand on revient des autres continents. L'interstice ne tue pas tous les germes visiblement...''

Il était heureux que le mal qui contaminait bon nombre de personnes n'était que bénin. Qui sait comment les choses auraient pu être si la maladie avait été plus conséquente ? Quitte à menacer la vie des hommes et des femmes de ce Kaerl, menaçant au passage la vie des dragons liés ? Il n'osait imaginer cela et chassa ce scénario de son esprit.

''Le Kaerl est un peu au ralenti, il est vrai. Mais nous allons contribuer à y remédier. ''

Ils se rendirent donc vers le marché. Le jeune homme qui l'accompagnait s'était vite préparé et ne l'avait pas quitté d'une semelle. Une fois arrivés devant les étals, les deux hommes se mirent en quêtes des plantes convoitées.

''Hum, les plantes qui me manquent. Alors que je me rappelle bien : des bourgeons de cassis, des feuilles d'aigremoine, des racines de pissenlit... Et pour toi, pour ce qui manque pour refaire ton mélange, des feuilles de menthe, de thym, de romarin et de verveine. ''

Il lui adressa un sourire.

''Il y a de grandes chances que tu en reconnaisses certaines avec un peu d'observations. Car il est vrai que les plantes séchées ont des fois des aspects un peu différents de ce qu'on se rappelle, même via un herbier. ''

Puis il était devenu songeur quand à la réflexion que s'était faite visiblement Tristan à voix haute.


''Hum.... tu sais que ce n'est pas impossible, ce que tu viens de dire là ? Je pense qu'une fois rentrés, nous irons aux cuisines fouiller un peu ce qui a été préparé sur les deux derniers jours....''



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Tristan Gwened
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 135
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 65
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 29 Avr 2018 - 14:29 Répondre en citantRevenir en haut

Le neishaan inclina légèrement la tête lorsque l'autre se présenta. Ce nom lui disait quelque chose... mais dans quelles circonstances l'avait-il entendu ? Il était certain de ne pas avoir encore rencontré l'homme, c'était donc forcément que quelqu'un lui en avait parlé, ou qu'il avait surpris une conversation à son sujet. Laisser traîner ses oreilles était une manière de s'informer sans devoir s'impliquer outre mesure, ainsi qu'il l'avait constaté depuis son arrivée au kaerl. Mais là, il ne se rappelait rien de très précis. Il lui semblait que l'homme était lié aux tristes événements dus au mage noir, mais aussi, aux troubles politiques qui s'étaient déroulés plus ou moins dans le même temps, et à une étrange affaire liée à l'Interstice. Dans tout cela, il n'avait su démêler le vrai du faux, ou peut-être ne possédait-il pas encore suffisamment de connaissances de son nouveau foyer, pour réellement comprendre ce qui s'y était déroulé peu avant son arrivée.

Aux yeux du jeune aspirant encore plein de rêves de lointaines contrées, l'évocation de voyages restait cependant bien plus attirante que les eaux ombreuses et troubles du passé de son interlocuteur, ou que les pratiques d'herboristerie, aussi utiles soient-elles.
" Vous avez donc beaucoup exploré notre monde ? Est-ce le cas pour tous les chevaliers-dragons ? Il est vrai qu'une fois Lié, et une fois le dragon adulte, il doit être plus simple de se déplacer sur de longues distances. Vous avez visité beaucoup de continents ? "
Il était clairement avide d'entendre des récits exotiques, et autres histoires révélant les usages de civilisations qu'il ne connaissait que par les écrits d'Ablah, exception faite des voyages que Maîtresse Sable avait entrepris en sa compagnie. Voyages qu'il rappelait à sa mémoire à grand plaisir, mais seulement une fois que ceux-ci étaient passés : découvrir de nouvelles régions s'avérait d'un intérêt inestimable, mais les conditions pratiques demeuraient, dans le meilleur des cas, inconfortables. Ce qui ne l'empêcherait pas de vouloir recommencer à la prochaine occasion.

Visiblement, le chevalier Peddyr avait déjà réfléchi, ou ouï dire de la part des guérisseurs, certaines possibilités d'explication pour cette petite épidémie. Il opina, tout en réfléchissant à sa propre situation, et notamment, ses premiers pas sur l'île volante.
" Eh bien, je ne sais pas comment font les autres, mais lorsque je suis arrivé ici, il ne me semble pas qu'il y ait eu de... précautions... spécifiques. Et je ne saurais pas lesquelles prendre si j'étais dans ce cas... Qu'est-ce qui devrait être fait, selon vous ? "
Il ne voulait mettre personne en cause, et était certain que tout le monde prenait ses devoirs à cœur au sein du Màr Menel, mais peut-être que les consignes à ce sujet avaient été négligées avec le temps et la présence de soucis plus immédiats, ou mal transmises d'une génération à la suivante. Difficile de se tenir à des règles contraignantes, lorsqu'on n'en voit pas l'utilité immédiate.


Ainsi s'en furent-ils jusqu'au marché, dont les stands tous en diversité et en couleurs venaient apporter une petite touche de presque désordre, autour de l'ovale parfait dessiné par la grand'place du Kaerl Céleste. Tristan remercia intérieurement Kaziel, qui avait sans doute présidé à la rencontre -percutante- avec le chevalier brun : malgré un démarrage aussi chaotique que le voulait le dieu en question, il se surprenait maintenant à apprécier la petite sortie. Alors que seul, il n'en aurait assurément jamais pris l'initiative, et se serait plutôt contenté de retourner s'enfermer dans ses quartiers, ainsi que l'avait suggéré l'apprenti guérisseur.
" La seconde liste me parle davantage... je connais le cassis en fruits, mais non en bourgeons, et je n'identifierais probablement pas une racine de pissenlit une fois séparée du reste de la plante, et séchée. Mais, n'y a-t-il pas plusieurs sortes de menthe ? Il me semble en avoir vu des suites de pages, entre lesquelles je jouais quasiment au jeu des sept erreurs... ce qui n'était pas évident. Enfin, les herboristes doivent savoir ce qu'ils ont, j'imagine. "

Laissant le Lié de Sveargith conduire leur petite troupe jusqu'à l'étal qu'il souhaitait aborder, et qu'il connaissait manifestement, l'aspirant se mit en devoir de faire un peu de conversation, à sa manière à la fois naïve et parfois maladroite.
" Vous êtes depuis longtemps au Kaerl ? Et votre dragon, quel âge a-t-il ? Vous ne voulez pas devenir Maître, former de nouveaux candidats ? "
Le tout avait été énoncé d'un ton égal, le neishaan ignorant totalement qu'il mettait les pieds dans le plat de la manière la plus directe qui soit. Non, seulement, pour lui, l'aspect de Peddyr indiquait un âge certain, où la plupart des Chevaliers étaient déjà passés Maîtres, parfois depuis longtemps. Sauf dans le cas de ceux qui ne souhaitaient pas une telle responsabilité, et il avait bien compris que cela existait, même s'il saisissait difficilement leurs raisons. Mais justement, en discuter avec le chevalier Thelrand lui permettrait peut-être de mieux comprendre le phénomène.

Ce qu'il avait supposé sans vraiment y accorder de sérieux, fut écouté plus attentivement par son aîné, ce qui n'avait rien de désagréable. De nouveau, il opina, sans y croire tout à fait, mais en espérant secrètement qu'ils trouveraient quelque chose. Ce serait quand même superbe, si des non guérisseurs parvenaient à comprendre ce que les professionnels du domaine n'avaient pu déceler. Mais il était vrai que ceux-ci avaient trop à faire dans l'immédiat, pour pouvoir mener des investigations en-dehors de leur infirmerie.
" L'idée ne me déplaît pas... "
La brillance de ses yeux dorés suggérait même tout le contraire. Décidément, cette rencontre avait été une bénédiction, et le rouquin retrouvait un enthousiasme qu'il n'aurait pas cru possible un peu plus tôt. Sans compter qu'il n'en fallait pas davantage, pour stimuler son imagination jamais à court.
" Je ne suis pas certain d'être bon enquêteur, mais au moins, nous essayerons. Et peut-être que nous trouverons des pistes à suivre ! Ou des indices qu'il faudra déchiffrer... "
Oui, il s'emballait un peu. Après tout, le sang paisible des neishaans n'était pas seul à courir dans ses veines.



Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 304
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 191
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 28 Mai 2018 - 14:17 Répondre en citantRevenir en haut

Peddyr ne put s'empêcher de sourire. Le jeune homme qui l'accompagnait était désormais plus à l'aise en sa présence et donc lui posait des questions un peu plus approfondies. L'ancien Maître-Dragon se ferait un devoir de lui apporter satisfaction. Après tout, même si Tristan n'était pas son aspirant, il restait un jeune aspirant qui demandait à rassasier sa curiosité. Et Peddyr prenait toujours autant de plaisir à apporter ce désir d'apprentissage.

''Je ne suis pas vraiment un explorateur, mais j'ai effectivement exploré une bonne partie du monde. Je suis originaire d'Orën et avant de devenir aspirant dragon, j'ai vécu une bonne décennie sur Sshyl'Shar. J'ai mis le pied sur tous les continents du Rhaëg, mais je ne peux pas affirmer que je les connais tous. Il y a tellement de villes, de villages, de culture, qu'il faudrait toute une vie de dragon d'exploration pour les connaître. Il y a toujours des choses à apprendre de toute manière, car le monde est en constance évolution et comme nous vivons aisément plus d'un siècle par le Lien, nous avons le temps de voir évolué plusieurs générations de communs. Quand à savoir si tous les chevaliers-dragons partent en exploration, je peux te rassurer : tous ne le font pas. Même si nous sommes des célestes, il y a bon nombre de chevaliers et de maîtres qui restent assez casaniers ou qui préfèrent consacrer leur temps à leur métier, pour peu qu'ils en avaient un quand on les découvrit avec le Don. Tu as sans doute remarqué que nous n'avions pas que des Sans-Dons dans bon nombre de professions au sein du Kaerl. Et pour toi, là j'anticipe, tu trouveras ta voie en fonction de ce que tu désires. Tout est possible au sein de notre Maàr, tant que tu respectes ses valeurs. Mais cela, je ne doute pas un seul instant que tu sauras le faire avec brio. ''

Et maintenant qu'ils étaient au marché, Peddyr pourra terminer ses emplettes et ainsi donc compléter ce qui lui manquait. Et là encore, il ne manqua pas de répondre aux interrogations de son compagnon du moment.

''Il existe plusieurs sortes de menthe en effets. Il y a la menthe citronnée, poivrée, pomme, chocolatée ou encore la menthe sshyl'sharienne
pour ne pas dire marocaine :
. On sait les reconnaître par leur goût et odeur, pour les deux premières par exemple. On ne les appelle pas ainsi pour rien. Pour la menthe pomme, elle a le es feuilles claires et n'a pas vraiment de goût selon moi et la dernière sert beaucoup pour les tisanes et est la seule qui pousse plus hautes que les autres en plus d'avoir des feuilles plus effilées. Si tu viens à jouer aux sept différences rien qu'avec la menthe.. bon courage. Mais c'est formateur. Et oui, un herboriste sait toujours ce qu'il a en réserve, mais c'est une question d'habitude. C'est un peu comme toi. Ne sais-tu pas ce que tu possèdes ? ''


Il laissa l'aspirant méditer sur ce dernier point. Mais le hic était qu'un herboriste avait plus de choses à retenir que de simples biens personnels. Mais c'était un détail sur le sujet en question. Puis peddyr prit ce qui lui manquait, paya et écouta en même temps les nouvelles questions de l'aspirant. Il manqua de se tendre un peu. Il ne pouvait cacher la vérité et puis, il aimait la franchise. Autant aborder le sujet en souplesse.

''Ne te fies pas aux apparences. Je parais vieux, mais je ne suis pas un ancien parmi les célestes. Je dois être au kaerl depuis quelques bonnes années déjà et mon dragon n'a pas dépassé la décennie encore.... même s'il en parait autrement. J'ai été maître et j'ai formé bien des aspirants. Mais à mon retour au Kaerl, pour une question de sécurité, j'ai été destitué, le temps qu'on confirme que l'Ombremage n'a pas pu revenir avec moi. ''

Tristan connaissait son nom, maintenant, il pourra faire le lien s'il n'avait pas encore fait le rapprochement.

''Bien des choses inexpliquées font vieillir le corps ou l'âme, voir les deux. ''

Qui sait comment réagira Tristan face à cette nouvelle information.

''On ne naît pas enquêteur, on le devient. Et je suis certain que tu pourrais être un bon enquêteur. C'est de toi que viens la suggestion des soucis en cuisine. Nous pourrions interroger le personnel des cuisines et voir de quoi il en retourne avant de fouiller plus en profondeur....''

Pour peu que l'aspirant accepte de le suivre, car il ne savait pas encore comment réagira le jeune homme quand ce dernier comprendra avec qui il se trouve....



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Tristan Gwened
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 135
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 65
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 10 Juin 2018 - 17:04 Répondre en citantRevenir en haut

Le chevalier ne se fit pas prier pour étancher sa soif d'anecdotes sur les lointains continents. Il opina durant la longue tirade de celui-ci, retenant poliment ses commentaires jusqu'à ce qu'il en ait terminé, pour ne pas lui couper la parole.
« Oh, vous aviez déjà voyagé avant ? Moi, j'étais à peine sorti de mon village... Mais je trouve cela encourageant, de savoir qu'il y aura toujours quelque chose à apprendre. Vous vous imaginez, comme ce serait ennuyeux, s'il était possible de venir à bout de tout ce qui existe, et n'avoir ainsi plus rien à découvrir ? »
Au sujet des voyages potentiellement effectués par les couples de Liés, Tristan avait en effet réalisé qu'il n'existait pas de règle absolue. Il fut cependant étonné que l'humain prenne la peine de se pencher sur son cas, et lui annonce avec une sincérité brute que, quelque part, il croyait en lui. C'était toujours étonnant pour le neishaan, d'entendre cela, alors que lui-même doutait tant. Un peu bas, car tout cela était finalement bien personnel, il avoua :
« Je ne suis pas certain de savoir ce que je désire... mais je ferai au mieux pour ne pas faire honte à ces lieux ou ceux qui en ont la charge. »
L'image de la Dame du kaerl en presque sosie de Flarmya s'imposa à son esprit. On ne pouvait pas risquer de décevoir semblable figure. Pareillement pour son sauveteur du Labyrinthe, juste après l'éclosion qui avait vu son trio de fraîchement trouvés amis se Lier chacun à une jeune dragonne.

Une fois au marché, les sujets plus spécifiques qui les amenaient ici furent abordés. Toujours avide d'apprendre, l'aspirant ouvrit de grands yeux alors que la menthe s'avérait comporter toute une famille, bien davantage que ce qu'il avait cru.
« Vous avez l'air d'en connaître un rayon. Avez-vous bu de cette boisson à la menthe du Ssyl'shar, qui est selon certains la seule chose absorbée par les nomades, là-bas ? »
Il ignorait s'il s'agissait d'une réalité, ou d'une exagération, voire d'une invention totale de la part des explorateurs qui avaient ensuite couché cet usage sur du papier. Lequel, bien longtemps après, se retrouverait dans les bibliothèques d'Ablah, puis entre les mains d'un jeune sang-mêlé aux cheveux roux, notamment. Le Ssy'shar... rien que le nom sonnait si étrange, ce continent que Solyae chauffait à l'extrême devrait constituer un dépaysement constant pour un natif des hauteurs du Vaendark comme lui.


Le Lié de Sveargith avait visiblement trouvé tout ce dont l'infirmerie avait besoin à ce seul étal, et Tristan s'était efforcé de bien observer le contenu des différents sachets achetés, pour avoir une idée un peu meilleure de ce à quoi ressemblaient les plantes évoquées précédemment. Cependant, sa question toute innocente sembla jeter un froid, et il comprit qu'il y avait là quelque blessure qui ne pouvait cicatriser, et sur laquelle il avait involontairement appuyé. Il resta muet alors que Peddyr évoquait son étrange destinée, cernant enfin un peu mieux à qui il avait affaire, même si tous ces événements datant d'avant son arrivée restaient un peu confus pour lui. Il finit par retrouver sa voix, et s'il faisait montre d'une certaine gêne, ce n'était certainement pas pour les raisons que craignaient l'ancien Maître.
« Oh, je... je suis désolé. Je ne voulais pas me montrer impoli en pointant du doigt votre apparence, ni vous rappeler des moments qui... qui ont dû être compliqués pour vous. Mais, puisque tout va bien, vous allez être replacé à votre juste grade, n'est-ce pas ? »

Avec une naïveté certaine, l'aspirant n'imaginait pas que quelque chose du sombre ennemi des dragons ait pu s'immiscer chez ce si patient humain, ni que les décideurs puissent volontairement le tenir éloigné de la position de Maître à laquelle il avait droit. Et, d'après ce qu'il en voyait, dans laquelle il devait être tout à fait compétent. Il se contenta de hocher prudemment la tête à l'assertion qui suivit, peu désireux de mettre de nouveau les pieds dans le plat, et laissa planer un nouvel instant de silence, le temps de trouver ses mots, avant de reprendre, toujours un peu hésitant :
« Vous savez, l'âge n'est pas forcément à voir sous un jour négatif. Je crois que... chez vous, si je peux me permettre, on a surtout l'impression que vous avez plus de... d'expérience de la vie. Et comme vous acceptez volontiers de la partager, c'est plutôt... un bon point, un très bon, même. Enfin, ce n'est que l'opinion d'un jeune ignorant, arrivé ici depuis quelques mois seulement, naturellement, »
termina-t-il avec un sourire mi-figue, mi-raisin, qu'il espérait propre à désarmer la tension s'étant insidieusement immiscée dans leur paisible conversation.


L'idée de poursuivre leur collaboration parmi les marmitons et autres préparateurs des mets servi au kaerl, l'enthousiasmait toujours. Il craignait plutôt d'ennuyer Peddyr Thelrand avec une idée initialement lancée en l'air, mais qui finalement, lui plaisait malgré tout.
« Allons porter votre butin aux guérisseurs, et si cela ne vous dérange pas de venir avec moi jusqu'aux cuisines, bien volontiers. Mais, je ne voudrais pas vous écarter de devoirs plus pressants... »
Il n'avait peut-être plus d'Aspirant sous son aile, ni de place officielle au sein du Màr Menel, mais cela ne voulait pas dire qu'il n'avait rien à faire. Les simples chevaliers ne semblaient pas s'ennuyer, habituellement. D'ailleurs, lui-même avait rarement suffisamment de temps pour se livrer à des excentricités comme celle d'aujourd'hui ou, quelques mois plus tôt, en compagnie de Lordan Ventaren...

Alors qu'ils entamaient leur chemin de retour, Tristan se redressa soudain, les yeux brillants.
« J'ai une idée ! Pour les besoin de notre petite "enquête"... est-ce que nous ne devrions pas nous rendre aux cuisines séparément ? Peut-être que nous n'obtiendrons pas les mêmes réponses. Je peux commencer par y aller, avec les herbes qu'il faut pour me refaire une tasse, cela ne devrait pas sembler trop étrange, étant donné que l'infirmerie est pleine à craquer. Et je pourrais commencer à poser quelques questions. Le temps que vous alliez porter vos achats vers les réserves de maître Nalesean, je pourrais avoir terminé. Et même dans le cas contraire, ce n'est pas impossible que deux personnes aient eu la même idée sans se concerter, et donc, viennent interroger sur le même sujet. Vous pourrez mener vos investigations, et nous nous retrouverons ensuite dans un autre lieu, pour croiser nos indices éventuels... Qu'en dites-vous ? Cela vous semble productif ? Ou c'est complètement stupide ? »
Comme il l'avait mentionné plus tôt, il n'avait pas grande idée de la manière de procéder, et donc, l'avis de l'ex-Maître serait de la plus haute importance pour lui. En attendant, il était tout entier lancé dans cette nouvelle aventure, et en avait presque oublié ses faiblesses du début de journée.



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:05 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu