Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Les vies que l'on mène Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Tristan Gwened
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 93
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 43
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 11 Déc 2017 - 22:46 Répondre en citantRevenir en haut

le titre est celui d'une chanson (et même de l'album correspondant), certes pas très gaie, mais qui correspondait pas mal par certains côtés…


Llefelysku 919

Ce matin-là, Tristan s'était réveillé avec l'impression que son cerveau était à bouillotter depuis des heures, à mijoter lentement mais sûrement, et que là maintenant, il devait être bien assez tendre, et qu'on ferait bien d'éteindre le fourneau. Ce genre de désagrément n'était pas si rare, chez lui, et il avait pris l'habitude, contestable, de passer outre aussi longtemps qu'il en était capable. Tout simplement parce que, s'il s'arrêtait à chaque petit inconfort, il ne ferait jamais rien. On n'avait même pas besoin de se tenir droit pour consulter un livre, et donc, ce ne serait pas sa faiblesse physique qui le forcerait à abandonner toute activité mentale.

Cependant, ce jour-là, la Triade devait se réunir. L'aspirant avançait sur les connaissances théoriques avec facilité, comme cela avait toujours été le cas, et sur la pratique, moins aisément, du fait de son peu d'affinité et d'habitude pour tous les travaux où le manuel prenait davantage d'importance. A l'heure dite, il se présenta malgré tout chez Sable, en tâchant de paraître à peu près en état. La Maîtresse bleue avait certainement beaucoup d'occupations, tout comme sa dragonne, et il ne voulait pas les déranger en demandant un report : ça irait bien comme ça pour la matinée. C'était cependant méjuger des capacités d'observation des deux Liées, et trop présumer de ses propres dons pour la dissimulation dans ce cas précis.

Il ne fallut pas bien longtemps pour que sa pauvre tentative de supercherie soit percée à jour, et qu'il se retrouve, l'air piteux, à descendre lentement les escaliers des spires, flanqué de la demi-sang. Finalement, il en était soulagé : plus besoin de faire semblant que tout allait bien, alors qu'il avait l'impression que son crâne n'en finissait plus de fondre à son feu intérieur. Une fois devant leur destination, la porte de l'antre des guérisseurs, il retrouva un peu de fierté, et se fit un devoir de toquer lui-même. La dame Lewë le laissa là avec un signe de tête à la fois sec et approbateur, puis s'en retourna à ses affaires après une brève pression sur son épaule, signe simple, mais dont il perçut le caractère significatif, étant donné le peu d'expansivité de la Maîtresse.



Il lui fallut attendre un peu avant que la porte s'ouvre, sur un assistant marqué par la lassitude d'une longue nuit de veille. Quand le neishaan lui expliqua ce qui l'amenait, il leva un sourcil comme si ce n'était pas ce à quoi il s'attendait, mais s'excusa bientôt de ne pas pouvoir prendre davantage de temps pour son cas, et le pria de bien vouloir patienter quelques instants dans l'antichambre où il venait d'entrer. Les sons qui parvenaient à l'oreille fine de Tristan, malgré la gangue poisseuse qui ralentissait sa pensée, dénotaient d'une activité inhabituelle en ces lieux généralement calmes et baignés dans un halo d'apaisement. Là, il y avait comme un bourdonnement d'hyperactivité, les pas étaient pressés, les voix lâchaient des informations succinctes ou des consignes brèves, et il semblait évident que personne n'avait le moindre instant à perdre.

L'aspirant, lui, s'était donc assis sur une chaise vacante et, tête baissée, s'efforçait de penser à quelque chose de frais. Comme la glace de la caverne du maître Lordan Ventaren, où il s'était d'ailleurs rendu un long moment la veille, pour continuer une grande sculpture qui lui tenait à cœur : un dragon, forcément, avec un luxe de détails que méritaient bien ces créatures fantastiques. Était-ce à cette occasion qu'il avait pris froid ? Curieusement, y songer ne lui faisait pas de bien, il lui semblait même que c'était le contraire. Il n'eut cependant pas le loisir d'y réfléchir davantage, que l'apprenti guérisseur était de retour, une tasse fumante à la main, qu'il glissa entre celles du neishaan. Toujours en pleine précipitation, il lui fut conseillé de retourner à sa chambre pour la boire tranquillement, de se reposer là-bas, et de se refaire des infusions régulières avec les herbes d'un sachet qui fut fourré entre ses doigts encore libres. Tristan eut à peine le temps d'opiner, que l'autre avait déjà décampé.

Pas si vif que s'il avait été en pleine possession de ses moyens, le rouquin se releva donc, mais avant de rentrer à ses pénates, céda à la curiosité, et décida de s'approcher un instant de la zone où l'on s'activait comme dans une fourmilière, pour tenter de comprendre les causes de cette agitation. Avant qu'il n'ait compris ce qui se passait, la porte s'ouvrit de nouveau de manière énergique, et de surprise, il en lâcha sa boisson brûlante. Le gobelet chut au sol dans un fracas de vaisselle brisée, tout en éclaboussant les pieds des deux protagonistes : lui-même, et celui qui s'apprêtait à sortir de l'infirmerie, un humain qu'il ne connaissait pas, vêtu d'habits simples principalement faits de cuir, et dont le port martial dissuadait assez de venir lui chercher des ennuis.

Tristan se recula d'un bond tout instinctif, puis resta un instant les bras ballants, le regard passant de ses mains vides aux tessons de tasse, en passant par les bottes de l'homme, comme s'il n'arrivait pas à réaliser ce qui venait de se passer. Son visage commença ensuite à prendre des couleurs, et il lui sembla que ce n'était plus seulement son cerveau qui menaçait de fondre sous la chaleur, mais sa tête toute entière. Il commença un hochement qui en resta au stade d'esquisse, car le mouvement ne faisait que renforcer son malaise, et retrouva enfin sa voix :
« Oh, je… je suis désolé… je suis d'une maladresse… j'espère que vous… vous allez bien ? C'était très chaud. Vraiment, je suis confus, je… je vais nettoyer ça, »
finit-il par assurer un peu plus fermement. Il jeta un œil par l'ouverture, en quête d'une aide quelconque, mais tous les guérisseurs semblaient trop occupés pour avoir seulement remarqué son geste. Il allait pourtant bien falloir qu'il répare ses bêtises…



Publicité





MessagePosté le: Lun 11 Déc 2017 - 22:46 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 295
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 188
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 3 Jan 2018 - 20:07 Répondre en citantRevenir en haut

Peddyr était une fois de plus passé à l'infirmerie. Il soupira cette fois. Combien de temps encore allait-il devoir voir le maître-guérisseur pour s'assurer que tout allait bien ? Celui-ci savait les raisons de ce contrôle régulier, dans le cadre des suspicions que l'on portait sur lui et sur son retour miraculeux de l'interstice. Rien ne prouvait que Drazahir guettait son moment au sein de son esprit ou de son corps... C'était impossible. Mais le prouver était impossible. Mais le fait qu'il ait été "recraché" de l'interstice, en ayant vieilli de dix ans, aurait du suffire à convaincre...sauf quand il s'avérait qu'on était l'unique cas de connu, d'aussi loin que remontait l'Histoire du Kaerl et les mémoires draconiques. Heureusement, il n'avait pas cherché à se battre avec cela, s'accordant totalement sur les décision de la Dame Céleste et de son consort. Et bien que le temps passait, il devait toujours demeuré dans le Kaerl.

Pour lutter contre l'ennui, il avait décidé d'apporter son concours, dans le moyen de ses capacités. Nalecean avait de suite accepté, voyant là autant une opportunité d'avoir une aide en plus de ses effectifs habituels, que pour permettre à bien des célestes, de voir que le maître brun était toujours quelqu'un de fiable, quoi qu'on pouvait en dire. Dans les deux cas, en raison du nombre élevé de malades, Peddyr n'était pas de trop.

Bien que Peddyr ne possédait pas les connaissances d'un guérisseur novice, il s'employait à des tâches plus sommaires, comme d'aller chercher des ingrédients au marché du Kaerl quand il en manquait. C'était sur cette tâche là qu'il était quand il sortit de l'infirmerie et qu'il percuta quelqu'un. Peddyr manqua de tomber en arrière sous le choc et se rattrapa rapidement. Mais il sentit un liquide chaud imbiber ses bottes. Heureusement qu'elles étaient épaisses, sinon, il aurait été bon pour rejoindre les blessés du moment, en plus des malades de la petite épidémie qui traînait en ce moment au Kaerl.

Silencieusement, il attendit que le jeune inconnu trouve le temps de se calmer. Il paraissait tellement paniqué qu'il cherchait même de l'aide en regardant autour de lui. Mais Peddyr n'allait pas le laisser poireauter comme cela. Il leva une main, tout en affichant un sourire rasséréné.

''Du calme, jeune homme. Il n'y a pas mort d'homme. C'est juste un accident. Et pour te rassurer, je vais très bien. Ce sont juste mes bottes qui ont pris et tant mieux. Quand à la maladresse, je suis aussi fautif. J'avais qu'à regarder devant moi. Donc, je vais très bien et tu n'as pas à t'en vouloir. Si tu veux, je vais t'aider à refaire le contenu de ce gobelet. Je me rendais justement au marché pour regarnir les réserves de Nalecean, qui se vident rapidement. ''

Peddyr espérait que cela suffirait à calmer le jeune Neishaan. Mais pour détendre l'atmosphère, il décida d'engager la conversation.

''Es-tu un des tout nouveaux apprentis de Nalecean ? Je ne crois pas avoir encore eu l'occasion de te croiser parmi eux. ''

En même temps, il n'était pas tout le temps là et passait plus comme patient pour se faire ausculter par Nalecean en personne. Mais bon, il cherchait à détendre l'atmosphère, pour mettre plus à l'aise ce jeune homme que de l'enfoncer dans sa détresse.



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Tristan Gwened
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 93
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 43
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 7 Jan 2018 - 14:10 Répondre en citantRevenir en haut

L'homme n'était pas tombé, heureusement, sinon Tristan aurait fini par tourner de l'œil de culpabilité. Mieux, il semblait calme, à peine ennuyé par sa bourde et, gagné par la tranquille assurance qui en émanait, l'aspirant s'en trouva un peu soulagé. Un peu seulement : la plupart du temps, il n'était même pas nécessaire de le punir pour ses erreurs, puisque sa propension à s'auto-accuser s'en chargeait très bien, pour tout les cas où il avait joué ne serait-ce qu'un rôle de figurant. Une pointe d'espoir perça dans sa voix mal assurée :
« Vous êtes sûr que tout va bien ? Vos bottes... elles ne vont pas être abîmées ? S'il faut que je vous les remplace, je le ferai. Je vais tout de même devoir nettoyer cela, il serait dommage que quelqu'un trébuche et se blesse... »
termina-t-il avec un regard pour les éclats de porcelaine qui avaient, quelques instants plus tôt, été une tasse ordinaire. Il s'agenouilla lentement, pour que sa tête, qui pulsait toujours, ne soit pas changée trop brusquement de niveau. Avançant la main vers l'un des plus gros morceaux, il s'en saisit précautionneusement entre le pouce et l'index, avant de le reposer, indécis. Il allait falloir un contenant, et un balai pour collecter tous les petits éclats dispersés autour du point d'impact, mais son esprit ralenti ne parvenait pas à imaginer la manière de se les procurer.

Le neishaan, étonné, releva les yeux des preuves de sa culpabilité lorsqu'il lui fut proposé de renouveler le contenu de son récipient. Il avait décidément beaucoup de chance, d'être tombé sur quelqu'un d'aussi bonne composition. Les habitants du Mar Menel avaient beau posséder, dans l'ensemble, d'aimables caractères, il n'aurait pas parié sur un tel accueil après son incroyable maladresse : alors qu'il venait de manquer de peu d'ébouillanter cet homme, celui-ci lui proposait de l'aider à réparer, et plus encore ?
« Oh... vous êtes guérisseur ? Parce que... je ne sais pas ce que c'était, qu'il y avait dedans.  »
avoua-t-il d'un air penaud. Malgré les mots rassurants, il s'en voulait toujours. Et il allait donner du travail supplémentaire aux soigneurs, qui semblaient déjà débordés, à cause d'une stupidité de sa part... La question de Peddyr vint donc à point nommé pour l'empêcher de replonger dans d'inutiles remords.
« Moi ? »
fit-il d'un air incrédule, certain qu'il ne pouvait pas ressembler à un apprenti guérisseur. C'était un domaine qui lui faisait bien trop horreur pour qu'il aie la moindre envie de s'en approcher. Il respectait ceux qui en faisaient leur vie, et d'autant plus qu'il s'en savait totalement incapable, mais ne se faisait pas la moindre illusion sur ses propres capacités à pouvoir évoluer et réfléchir dans un univers de sang à épancher, et autres fluides corporels plus ou moins répandus. Songer à ce qui pouvait être vu en ces lieux suffisait à le faire frémir d'horreur. Autant donner un hachoir à un chevreuil.

Avec, de nouveau, une lenteur toute étudiée pour épargner son cerveau en surchauffe, il esquissa un hochement négatif.
« Non, c'est normal que vous ne m'ayez pas vu. Je venais juste chercher... quelque chose pour... enfin, parce que j'ai dû prendre froid. Mais ils ont l'air plutôt débordés, aujourd'hui. Se passe-t-il quelque chose de particulier ? »
Il ne voulait pas paraître trop curieux, et avait baissé la voix, comme pour ne pas indisposer ceux qui se trouvaient à l'intérieur. Il n'avait pas souhaité poser la question qui lui brûlait les lèvres à l'apprenti, lequel n'avait à l'évidence pas eu un instant à perdre. Cet homme, par contre, semblait moins pris dans le ballet frénétique ambiant : peut-être pourrait-il simplement le renseigner ? Et puis, Tristan rechignait à le laisser partir avant d'avoir trouvé un moyen de s'excuser plus concrètement.



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:01 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu