Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] L'ombre a des crocs et des griffes Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 217
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 123
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Jeu 30 Nov 2017 - 18:14 Répondre en citantRevenir en haut

Début Llefelysku 919



Tout citadin aimait les potins. On s’échangeait les nouvelles du jour sur le marché, d’une porte à une autre, au détour d’un couloir ou entre deux battements d’ailes. Les rumeurs étaient plus vives que les courants d’air sifflant entre les crocs saillants des Pics de Cendres. Il devenait difficile de louvoyer parmi ces innombrables ragots pour en démêler le vrai du faux. C’était un travail pour une araignée de talent, une créature vouée à l’ombre et aussi dangereuse que le silencieux serpent caché sous un rocher. Dans la toile gigantesque tissée au sein du Kaerl – et même au-delà -, les rumeurs venaient se piger d’elles-mêmes, pour être ensuite récupérées par le maître-espion. Car il ne fallait jamais sous-estimer le bouche-à-oreille ni les mots déversés au hasard d’une conversation anodine. L’Inquisiteur Suprême le savait fort bien : chaque parole dictée par l’émotion laissait filtrer une information susceptible d’être intéressante. Voilà pourquoi lui-même maîtrisait quasi à la perfection ses propres émotions et ainsi éviter de se trahir. Aucune brèche dans l’armure de l’elfe au cœur de pierre. Tant d’autres à exploiter chez autrui…

Ohiro Maïtera avait été relâché il y a quelques temps. Cette affaire avait fait trembler les esprits les plus fragiles du Màr Tàralöm. Car s’il demeurait l’un des leurs de par la noirceur de son âme, le jeune homme était surtout un cas à part, encore jamais vu d’après les archivistes. A l’époque où il était un Aspirant turbulent, on ne savait déjà que penser de lui. Etait-il fou, partagé entre deux personnalités à l’opposée l’une de l’autre ? Etait-il réellement le réceptacle de deux âmes et cela allait-il altérer sa nature au point de le tuer ? Il avait fallu une tragédie pour y voir plus clair. Lorsque l’âme de son frère avait quitté son corps, cette disparition avait également entraîné la mort de la dragonne s’étant liée à eux… Ou plutôt, à l’autre frère. Ohiro s’était brusquement retrouvé seul. Complètement seul. Déchu de son rang, devenu violent et incontrôlable depuis cette double perte, les autorités n’avaient eu d’autre choix que de l’enfermer. Et d’attendre.

Sa libération faisait encore débat. Son ancien maître, le Prêtre de Flarmya, n’ayant pas encore repris en main son apprentissage, le statut d’Aspirant de cet humain demeurait précaire. Il aurait suffis d’un rien pour l’expulser du Màr comme un paria, faire de lui un cobaye ou tout simplement le reléguer à un métier de bas étage pour servir les intérêts de la communauté. Il se disait déjà que la Shaman en disgrâce, Mora Del Caelan, s’intéressait de très près à son cas. Nul doute qu’Ohiro attirait la convoitise, pas en tant que personne mais pour en apprendre davantage sur la manière dont il avait réalisé son rituel nécromantique pour ramener l’âme de son frère. On ne bernait pas la déesse Isashani si facilement. Les secrets d’un tel sort pourraient devenir une fabuleuse arme.

Eléderkan ne voyait pas le retour à la civilisation de ce Maïtera d’un bon œil. Il craignait – à juste titre – la soif de pouvoir de certains Ardents. Ce Chevalier déchu ferait un parfait instrument de discorde au sein du Kaerl. Prévoyant de le rencontrer en personne en tête à tête pour se faire son idée de l’homme, il avait évidemment omis de mettre dans la confidence son Lié. Avec son tempérament de feu, Thémos risquait de provoquer la colère du jeune homme et de le pousser à la violence. Il fallait quelqu’un de posé et de réfléchi pour analyser ce cas particulier – et certainement pas d’un malin dragon adorant semer le chaos.

Hélas, même l’Inquisiteur Suprême ne pouvait pas obtenir tout ce qu’il souhaitait.


Le Bronze Thémos

Thémos surprit le projet de l’elfe et, bien qu’il comprit le danger que représentait une entrevue avec cet élément instable… Il ne put résister bien longtemps. Le Bronze épia la signature télépathique de cet étrange sans-écaille, le repéra aux Dôl Nàrë un jour avant la rencontre prévue par son Lié et s’envola aussitôt pour rejoindre sa position. Sur le chemin, il tenta de se rappeler à quoi avait ressemblé la dragonne défunte. Il la savait verte, jeune au moment de sa mort, une petite chose encore insignifiante née d’une couvée de la reine Lye’Den. Quel gâchis !...

Survolant les plus hautes corniches, tous ses sens dirigés vers le sol, il guettait les vibrations d’une farouche âme errante emplie de haine. Il plana sur plusieurs centaines de mètres avant de trouver sa cible. Il descendit en cercles en contrebas, sans pour autant se poser. Il chercha l’esprit de ce jeune rebelle, venant susurrer sous son crâne tel un mauvais génie.

° Oh mais que vois-je ? Un petit sans-écaille et sans âme… Ici sont les dragons. Tu viens contempler ce que tu as perdu ? °

L’ombre du Bronze tranchait la froide lumière que projetait Solyae jusqu’au sol.



Publicité





MessagePosté le: Jeu 30 Nov 2017 - 18:14 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Ohiro Maïtera
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2017
Messages: 26
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 8
Race: Humain
Maître: Aucun
Affiliation: Aucune
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 13 Jan 2018 - 21:32 Répondre en citantRevenir en haut

Certains jours étaient meilleurs que d'autres. En général lorsqu'il se réveillait sans entendre résonner les voix de son frère et de leur liée à l'intérieur de son crâne, c'était signe qu'il pourrait passer une journée aussi normale que possible au vu de sa situation. Et peut-être même parviendrait-il à contenir la haine et la colère qu'il ressent continuellement. Ce jour était une de ces journées bénie où il était seul dans son crâne, sans fantôme pour le hanter.

Il put ainsi profiter d'une matinée relativement tranquille à la fosse, s’entraînant et frappant sur les mannequins présents, relâchant de manière brutale sa colère et sa frustration, sentant le bandeau qui recouvre son visage se soulever au rythme de sa respiration. L'effort physique lui vidait l'esprit, lui permettant de se concentrer sur d'autres problèmes, de réfléchir à nouvelles choses. La plus importante et la plus urgente étant bien entendu son statut au sein du Kaerl. Chevalier déchu, il ne pourrait rester éternellement aspirant sans maître et il était absolument impossible pour lui d'envisager de n'être qu'un simple civil au sein du domaine. Non seulement cela allait contre son orgueil naturel, mais en plus cela rendrait tout plan de vengeance absolument impossible à réaliser. Il lui fallait redevenir chevalier, voire maître.Être lié à nouveau. Ensuite seulement il pourrait fondre sur les personnes responsable de la mort de son frère, de sa liée et de sa bien aimée.

Et voir brûler le Kaerl ardent avec eux.

Un crac sonore le sortit de ses pensées, le mannequin sur lequel il s’entraînait présentant un bras brisé. Ohiro y vit le signe qu'il était temps d'arrêter et se dirigea vers les cuisines, en tentant d'éviter les lieux les plus peuplés. Non pas qu'il souhaitait particulièrement éviter la foule et les regards curieux que posaient sur lui les ardents, mais la solitude prolongée dans sa cellule avait fait en sorte qu'il perde l'habitude de contrôler son pouvoir en présence de nombreux gens. Cela reviendra sans nul doute, mais il préférait éviter la foule pour l'instant. Il prit donc de quoi se faire un repas rapide et fila dans son autre lieu de prédilection au sein du domaine : les Dôl Nàrë. Quelques fusses ses intentions et ses sentiments vis à vis de ses congénères, Ohiro ne pouvait s’empêcher de ressentir une forme d'admiration pour les dragons et les voir voler au dessus des corniches était un spectacle dont il ne pouvait se lasser.

Perdu dans ses pensées, se laissant simplement aller à la vue des dragons volant et virevoltant au dessus de lui, il ne prêta pas vraiment attention à l'approche du bronze, se contentant de l'associer au vol des autres écailleux. Il eu donc un bref instant de surprise en entendant la voix résonner dans son crane, son regard se portant alors sur le possesseur de cette dernière. Il grogna légèrement, avant de répondre avec un brin d'irritation.

"Vous devriez faire attention... A surprendre les gens ainsi, vous pourriez provoquer des réactions... désagréables. Et je suis certain que ni vous, ni moi ne souhaiterions cela. Et je me contente de profiter d'un spectacle agréable pour l'instant. Quand à ce que j'ai perdu, j'ai bien l'intention de le retrouver. Mais je suppose que vous n'êtes pas là uniquement pour vous moquer, dragon. Alors dites moi... que me voulez-vous?"



Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 217
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 123
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Ven 19 Jan 2018 - 13:56 Répondre en citantRevenir en haut

Aussi vif et changeant qu’un volcan en constante activité, débordant autant de malice que de cruauté, il était souvent difficile de prévoir les réactions d’un dragon tel que Thémos pour les simples mortels. Le seul être qui ne soit pas étranger à ses sautes d’humeur et sa dangereuse imprévisibilité était son propre Lié. Bien que par habitude – ou amusement -, Eléderkan Garaldhorf se contente de hausser un sourcil devant les comportements douteux de son Âme Sœur. A quoi bon s’épuiser à chercher des explications là où il n’y en aurait jamais, puisque le dragon faisait tout pour contrarier la logique d’autrui ?

Le Bronze s’était attendu à la réaction de l’ancien Aspirant. A ses yeux de créature sacrée, ce dernier n’était guère plus qu’un petit animal rongé par la haine, qu’on avait trop longtemps acculé et qui était prêt à mordre tout ce qui l’approchait. Un animal enfermé dans son propre esprit aussi bien que dans une geôle du Kaerl. Fidèle à sa réputation, le petit Ohiro Maïtera montrait les crocs sous le masque d’une orageuse politesse. Thémos aurait pu rire de sa ridicule menace à son encontre mais il avait une bien meilleure idée. Continuant de voler en cercles au-dessus de l’humain, déchirant la radiance de Solyae de ses vastes ailes en jouant dans les chauds courants aériens, il se savait bien trop haut pour risquer d’être piqué par les lames d’un bipède. Insignifiante menace ! C’était risible. Il savait pourtant qu’il ne tarderait pas à céder à la tentation d’aller taquiner Maïtera de plus près.

° Ce que je souhaite ? Ce que je veux ? En vérité, c’est d’une simplicité enfantine ! Tu ne connais donc rien aux dragons, après tout ce temps ? Les Enfants de Flarmya ne ressemblent en rien aux vers de vase que vous êtes, les bipèdes. Il ne sert à rien de calquer les comportements de tes congénères sur nous, c’est ridicule ! °

Petit à petit, le cercle rétrécissait dans le ciel. Le soleil d’hiver était pâle et froid mais la chaleur issue des crevasses souterraines, emplies de magma canalisé par la magie du Gardien, attirait les dragons sur les corniches comme des mouches sur du miel. Thémos ne pourrait pas résister longtemps. Plus il était prêt de sa proie, plus il s’amusait.

° Tu as raison d’admirer les merveilles que nous sommes, petit bipède. °

A bonne distance de l’haleine chargée de colère de Maïtera mais suffisamment près pour le vriller de ses grandes opales, Thémos atterrit sans grâce, ses ailes largement déployées, en veillant à ce que les rayons du soleil fassent chatoyer la moindre de ses écailles. Il découvrit un rictus plein de crocs longs comme un avant-bras d’homme, qui pouvait passer pour un sourire, en laissant le sinople de la malignité emplir ses prunelles.

° Me moquer est ma spécialité. Tu es la plus belle plaisanterie qu’il m’ait été donné de voir depuis des années. Je profite simplement du spectacle. °



Ohiro Maïtera
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2017
Messages: 26
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 8
Race: Humain
Maître: Aucun
Affiliation: Aucune
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 19 Fév 2018 - 17:05 Répondre en citantRevenir en haut

Ohiro se contenta de grogner en réponse au dragon qui s'approchait de plus en plus.Il n'avait jamais été intéressé plus que ça dans les affaires politiques du Kaerl et ne connaissait Thémos et son lié que de loin, aussi prévoir les réactions du bronze n'était pas pour lui chose facile. Cela ne voulait pas pour autant dire qu'il comptait se montrer plus prudent qu'à son habitude.

" Si c'est cela tout ce que vous recherchez, j'ai bien peur que mon opinion de votre race n'en soit quelque peu... diminuée. Je m'attendais à mieux de la part d'une créature si merveilleuse, pour laquelle nous ne sommes que des vers, qu'un comportement d'adolescent moqueur. En soit, pour cela au moins la rencontre fut productive."

L'ardent planta son regard dans celui du dragon, une lueur moqueuse y brillant clairement. Si c'était là ce à quoi le bronze voulait jouer, Ohiro était prêt à se montrer tout aussi moquer que l'écailleux. L'une des rares choses que ces mois d'enfermement lui avait apprise était un minimum de résistance aux moqueries. Toujours bien inférieure à celle du commun des mortels, mais c'était toujours cela de pris.

En même temps, il glissant lentement sa main droite sur la poignée de son poignard. IL était évident qu'il ne pourrait vaincre le dragon en combat singulier, un seul jet de flammes aurait raison de l'humain, mais si la situation devait dégénérer, il comptait bien montrer de quoi il était capable. Et partir en emportant avec soi l'oeil de son opposant ne lui semblait pas être une mauvaise idée.

"Et je n'ai pas l'intention de rester dans ce statut de... plaisanterie ainsi que vous l’appelez. Je compte bien récupérer ce qui m' a été pris avec quelques... compensations pour le vol que j'ai subi. Nous verrons alors qui de nous deux rira encore. Vous apprendrez rapidement qu'il en faut beaucoup pour m'abattre et me laisser au sol. Ce ne serait pas la première fois que je parviens à vaincre la mort elle même."



Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 217
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 123
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mar 10 Avr 2018 - 15:38 Répondre en citantRevenir en haut



L’opinion de l’Aspirant comptait peu, voire pas du tout. Par ailleurs, l’opinion de qui que ce soit n’importait guère aux yeux du fils de Tintaglia. Sauf en période de Vol Nuptial. Tout jugement de quelque sorte que ce soit glissait sur les brillantes écailles du dragon. Il n’y avait que les louanges, les flatteries et les marques de vénération, qui puissent marquer celui-ci. Le reste n’avait pas d’importance.

Les yeux de braises du grand mâle exhalaient des flammes de malachite, malignes et cruelles, celles d’un prédateur qui joue avec sa nourriture avant de la tuer. Oh, il n’avait aucune intention de salir son palais avec ce bipède insignifiant. Mais il en donnait l’impression. Thémos se réjouissait de sa trouvaille, tel un chat avec une souris bien grasse, car il flairait les ennuis aussi sûrement qu’un fin limier sait reconnaître sa proie blessée. Ohiro Maïtera représentait une source de distraction comme il n’en avait pas connu depuis longtemps.

Que ce petit sans-écaille au cœur écorché à vif croit ce qu’il voulait. Son avis ne revêtait aucune espèce d’importance. Le dragon éluda les interrogations muettes de sa provocation. Ohiro paraissait déifier les Enfants de Flarmya et le Bronze aurait été bien en peine de le contredire. Il avait parfaitement raison sur ce point. Toutefois, il ne pouvait que sourire – si tant est qu’un reptile géant le puisse – en savourant sa déception. Oui, les dragons étaient les créatures les plus parfaites de Rhaëg. Mais de par leur supériorité naturelle, il était normal qu’elles profitent de chaque occasion de le prouver. Ohiro n’était rien d’autre qu’un réceptacle vide à l’heure qu’il est. Son esprit étroit, embrumé par la vengeance, ne percevait-il pas la futilité de telles croyances ?

° Personne ne peut vaincre la mort. Nous pouvons seulement la retarder. Tôt ou tard, Isashani prend son dû. C’est ainsi. C’est faire preuve d’une bêtise incommensurable que de croire le contraire. °

Cette déclaration sans appel s’exprimait sur un ton désinvolte et néanmoins sérieux. Thémos avait vécu suffisamment longtemps pour savoir qu’on ne pouvait pas discuter les arrêts du destin, ni les caprices des dieux. Si les bipèdes voulaient croire à l’impossible pour se sentir rassurés, grand bien leur fasse. C’était ce qui les rendait si intéressants, par ailleurs. Mais jamais Thémos ne ferait cette erreur.

Le feu vert de ses prunelles se teinta d’un orange annonciateur de périls en se posant sur la main tenant la dague. Il présumait peut-être de ses forces – sans aucun doute – mais il était certain que ce petit pic à glace ne lui ferait aucun dommage. Cet Aspirant était risible.

° Pauvre petit. Tu joues à un jeu dangereux. Accepte la vérité telle qu’elle est et tu te sentiras mieux, tu verras. Quand le comprendras-tu ? Tu n’es encore en vie que parce que les hautes instances le veulent bien. Bientôt, elles cesseront leurs querelles à ton sujet et décideront du meilleur sort à t’accorder. Tu seras disséqué par les savants du Màr, tu envieras la mort et jamais plus tu n’auras accès aux Cavernes Flamboyantes. C’est ainsi. Profite bien du temps qu’il te reste ! C’est tout de même triste… °

En dépit de son caractère changeant et de sa proverbiale insolence, Thémos n’était pas un adepte du chaos. Il respectait, défendait et aimait les valeurs de son Màr. Ardent jusqu’au bout des griffes, il serait toujours fier de son foyer. Il en représentait la pérennité tout autant que les reines rouges. Ce qui ne l’empêchait nullement de titiller la bienséance ou de chercher les ennuis.

° Je suis étonné que tu te ne sois jamais posé la question mais saches qu’un dragon ne peut se lier à deux âmes. Errya a été l’Âme Sœur d’un des deux frères Maïtera, certainement pas des deux. Pose-toi les bonnes questions... Tu devrais faire plus attention si tu tiens tant que ça à rester en vie. Tu es une coupe vide qui ne peut être remplie que par l’âme d’un dragon. Rien de plus, rien de moins. °



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:17 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu