Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Un nouveau départ Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Thorvald Errocë
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2016
Messages: 37
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 27
Race: Fëalocë-Torhil
Maître: Elerinna de Galastden
Affiliation: Maison Galastden
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 30 Déc 2017 - 17:42 Répondre en citantRevenir en haut

Il avait été tranquillisé une fois qu'ils s'étaient éloignés. Il sentait toujours une certaine tension au fond de lui mais la taisait. Une fois débarbouillé, ils avaient repris leur chemin.

En général mon physique suffit à dissuader les plus téméraires ou du moins les plus stupides. Par suite, mon grand père était formateur dans l'armée, il m'a appris le maniement de l'épée, de la lance et de l'arc dès mon plus jeune âge. Je préfère les deux premiers à l'arc, je suis un fantassin avant tout, comme lui.

Il lui sourit à cette information, il savait que c'était sa spécialité. Ils continuèrent à discuter en attendant le chevalier. Lorsqu'il arriva, Thorvald observa encore avec plaisir le dragon qui lui était lié. Il aimait ces créatures majestueuses et espérait être digne un jour de pouvoir se lier à l'un d'eux. Son souhait le plus cher serait de se lier avec un descendant de Kiruna, il ne savait pas si cela serait possible, il l'espérait toutefois.


Je reviendrai le mois prochain pour prendre ma commande et je vous rapporterai l’onguent promis contre les brûlures. A bientôt, Thorvald !

Elle s'envola sur ces paroles, il mit deux doigts à sa tempe et la salua d'un mouvement, la regardant s'éloigner dans les cieux. Il repartit vers la ville, il allait dormir ici ce soir, chose rare mais il était trop tard pour rentrer. Il pouvait utiliser une pièce à l'arrière de la forge.

Il rebroussait chemin et allait arriver à la forge lorsqu'il croisa les hommes de tout à l'heure. Un s'écroula dans le caniveau, vomissant ses tripes, l'autre rigolait et le reconnut.

Hey, c'était toi qu'était avec la jolie poupée tout à l'heure ! Belle plante mon gars. Alors tu lui as fait la totale ? Hein ? Hein ? Hein ?

Il le saisit à la gorge d'un mouvement rapide et le plaqua contre le mur.

Je vais mettre tes paroles sur le compte de l'alcool et te pardonner pour cette fois.

Le sang lui battait au niveau des tempes.

Mais ne t'avise jamais de reparler d'elle comme ça, ni d'aucune autre. Soit respectueux envers les autres même si visiblement tu ne te respectes pas vraiment. Me suis-je bien fait comprendre ?

Il avait détaché chaque syllabes de cette dernière phrase afin de la ponctuer. Resserrant légèrement son emprise.

Bien monsieur, pas de problème monsieur, désolé de vous avoir causé du souci monsieur.

Il le reposa à terre.

Tant que tu as compris, cela m'ira.

J'ai compris, oui j'ai compris.

Il s'inclina, terrifié et repartit sans lâcher Thorvald des yeux. Ce dernier soupira, son côté maternelle avait une fois de plus prit le dessus et il s'y était laissé entraîner. Il le regarda s'éloigner et rejoignit la forge, le lendemain allait être consacré à la réalisation des pointes de flèches. L'obsidienne n'allait pas arriver tout de suite et la réalisation de la lame allait être plus complexe.


8 Llefelysku


Le terme de l'échéance allait arriver, la lame avait été forgée dans la sueur, la chaleur et l'effort. De nombreux essais avaient été nécessaires avant de parvenir à un résultat qui avait satisfait Thorvald et maître Gowan. De nombreuses crises de colère de la part de ce dernier avait également éclaté. Mais pas des colères dévastatrices, plutôt des colères sourdes, froides, de celles qui rendent une ambiance pesante et électrique. Sa placidité l'en avait tenu éloigné quelques fois mais son caractère de feu l'avait bien souvent supplanté, le travail se poursuivant alors dans une ambiance morose.
Ils avaient passé de nombreux jours à varier les alliages, les dosages. Ils avaient également réalisé rapidement que l'un des principaux problèmes était la mauvaise fusion de l'obsidienne. Le feu ne chauffait pas suffisamment et ce malgré le pouvoir de Thorvald.

La conclusion s'imposait d'elle même, le feu des dragons était nécessaire. Ils avaient alors rejoint une forge plus éloignée et maître Gowan avait fait appel à son lié, le Bronze Ahongas. Thorvald avait été honoré de voir enfin ce dragon dont il avait entendu parler, bien souvent à demi mot. Il avait également été honoré d'être le témoin de cet art que maître Gowan maîtrisait, il avait passé beaucoup de temps à observer et écouter. Le savoir de ce maître était inestimable et il se devait d'en acquérir la théorie avant de pouvoir un jour s'y essayer, si le Destin le voulait. Ils avaient travaillé de concert et enfin cette lame était née.

Elle était d'un noir aussi sombre que la nuit, les reflets l'irisant de mille feux. Le manche d'argent ouvragé, recouvert de fines bandelettes de cuir noir entrelacées, se terminant par une tête de dragon d'un réalisme frappant. Il avait beaucoup appris lors de la réalisation de cette arme et même si des tensions avaient éclaté, il lui semblait que le maître le considérait différemment aujourd'hui. Peut être se faisait-il des idées.



Publicité





MessagePosté le: Sam 30 Déc 2017 - 17:42 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Eirwen Tümay
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 103
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 76
Race: Elfe-Neishaane
Maître: Lokni Ceallaigh
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 1 Jan 2018 - 12:06 Répondre en citantRevenir en haut

Un mois s’était écoulé pendant lequel Eirwen avait travaillé d’arrache-pied avec sa Maitresse Lokni. Elle s’était notamment entraînée au maniement de l’épée et n’excellait pas dans la discipline à son grand désarroi, puisque sa Maîtresse jugeait cet enseignement indispensable.
Lors de ses rares temps de liberté, elle s’occupait de ses herbes pour ne pas oublier tout ce qu’elle avait appris lors de son voyage et elle avait commencé des carnets où elle dessinait et listait les bienfaits et les dangers des plantes, des racines et des écorces, ainsi que les lieux où on les trouvait facilement. Un énorme travail qu’elle s’imposait pour que son savoir perdure, puisqu’elle n’avait pas et n’aurait probablement jamais de disciple ou d’élève auquel le transmettre.

Dès que Lokni lui accorda une journée de liberté, Eirwen se précipita à la taverne où le Chevalier Arnault prenait ses repas et lui demanda quand il pourrait l’emmener à Lòmëanor. Elle eut la chance qu’il lui réponde avec le sourire qu’il le pourrait le surlendemain en milieu de matinée. Son cœur bondit de joie à l’idée que le poignard devait être prêt et qu’elle pourrait le lui offrir sans tarder pour le remercier de se charger d’elle chaque fois qu’elle lui demandait ce service. Il lui tardait également de revoir Thorvald et son visage souriant. Elle se rappela qu’il ne lui avait pas vraiment répondu sur ses « points forts »… Il devait savoir autre chose que de battre à l’épée ! Peut-être avait-il tu sciemment ses autres dons… C’était son droit.

Elle passa cette journée d’attente forcée à essayer de contenter sa maîtresse du mieux qu’elle le pouvait, à plaisanter avec sa Liée verte, et à préparer les onguents contre les brûlures qu’elle avait promis de rapporter à la Forge. Elle en prévit plusieurs pots pour tous les forgerons, ne voulant pas privilégier Thorvald ou le gêner.

Lòmëanor… Le temps était gris et plus froid. Eirwen s’était habillée de son manteau de peau, ce manteau qu’elle traînait depuis son voyage. Il avait bien perdu de sa superbe, mais faisait encore son office. Par contre, elle se demandait bien où elle allait pouvoir s’abriter si la pluie tombait drue. Elle allait bien trouver, quitte à rester dans la Forge si Maître Gowan l’y autorisait.

D’un pas vif, après avoir convenu de l’heure du retour avec Arnault, elle descendit la butte, longea la Grand-rue de la ville et descendit vers le Temple du Feu, comme elle l’appelait avec le sourire. Dès l’entrée, elle en sentit la chaleur que diffusaient les fours des ateliers.

Bonjour, Maître Gowan. Je viens vous saluer et voir si ma commande est prête. J’espère que la dague que je vous ai commandée ne vous a pas donné trop de mal ?

Pour sûr que la lame nous a donné du mal ! Heureusement que j’avais Thorvald pour faire des essais jusqu’à ce qu’on obtienne ce que vous vouliez ! Pour tout vous dire, cette dague l’a monopolisé presque entièrement !

Oh ! J’en suis désolée… Si j’avais su, j’aurais choisi un modèle moins extravagant… Je ne mesurais pas…

Il y a eu aussi des avantages : nous avons maintenant la recette des lames noires et nous sommes les premiers à l’avoir trouvée. Ça, nous vous le devons et les flèches vous sont offertes par la maison ! Ha ha ha…
THORVALD ! LA DAGUE NOIRE !!!


C’est très généreux de votre part.


Elle vit arriver Thorvald portant un objet enroulé dans des linges. Il était, comme la dernière fois, maculé de suie, et son sourire n’en était que plus éclatant. Maître Gowan déplia les tissus et la dague apparut devant les yeux émerveillés d’Eirwen.

Qu’elle est belle ! Je n’ai jamais vu d’objet plus admirable !!! C’est une réelle œuvre d’art… et cette lame… je comprends qu’elle vous ait demandé du temps et des efforts ! Merci… C’est au-delà de ce que j’espérais.
Auriez-vous dans votre stock, une épée un peu originale pour une femme plutôt petite mais très forte dans cet art ? J’aimerais également un cadeau pour ma Maîtresse… et c’est l’arme qu’elle préfère.

Elle emballa la dague avec dévotion avant de sortir sa bourse. Elle se doutait que tout cela allait lui coûter fort cher, mais depuis qu’elle était au Màr Luimë, elle ne dépensait rien et avait pour elle seule les avoirs de ses ventes médicinales. D’ailleurs, à ce propos…

J’allais oublier… Je vous ai apporté des pots d’onguent contre les brûlures pour vos élèves, disciples et vous, peut-être, car même les plus aguerris dans un art se font piéger quelquefois ? Cette pommade apaise la douleur, protège la peau lésée des infections et l’aide à se réparer plus vite. Elle peut s’appliquer autant de fois que nécessaire.







*Carnet de route*
Thorvald Errocë
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2016
Messages: 37
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 27
Race: Fëalocë-Torhil
Maître: Elerinna de Galastden
Affiliation: Maison Galastden
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 9 Jan 2018 - 08:46 Répondre en citantRevenir en haut

Le plus important était l'attention et la concentration. Il était à un moment où il ne devait pas relâcher ses efforts sous peine de se voir blesser, plus ou moins sévèrement. Il travaillait à une commande particulière, une nouvelle, pour le compte de l'aristocratie du kaerl Céleste. Il ne pouvait se permettre de louper cette commande, non seulement pour l'atelier mais pour lui également.
Maître Gowan commençait à lui confier d'autres missions particulières et son nom se répandait parmi la clientèle. toutefois,
lui ne savait pas pour qui il travaillait, peut être était ce mieux ainsi. Cela forçait son objectivité et lui permettait un travail serein. Les leçons s’enchaînaient au kaerl et l'apprentissage ici également. Il n'avait que peu de temps pour lui mais cela lui convenait parfaitement pour le moment. Il avait soif d'apprendre et cette soif était étanchée.

Il maintenait une orbe de feu autour d'un morceau de métal, il avait réussit à l'en envelopper au prix de longues minutes de concentration et maintenant tentait d'en concentrer la puissance afin de faire fusionner le coeur métallique. De la sueur perlait sur son front, ses pupilles étaient contractées, telles celles d'un chat, la tension se lisait sur son visage pour éviter le faux pas.

THORVALD ! LA DAGUE NOIRE !!!


Tout se brisa en une fraction de temps. Ne s'attendant pas à cette injonction et surtout de cette puissance, il ne put conserver l'attention requise pour cette manipulation. L'orbe de feu explosa en une gerbe incandescente, le coeur d'acier à peine rougi. Une des flammèche de l'orbe alla marquer le cou de Thorvald, emportant avec elle une partie de sa chair.
Il réprima un cri de douleur et frappa dans un ballot de paille situé à proximité de son poste.
Thynel lui envoya par dessus l'atelier une serviette humide qu'il appliqua directement sur la brûlure.

Jolie balafre, voilà qui va ravager ton charme naturel.

Thorvald sourit à l'elfe.

Avoue que tu aimerais bien.
Cela ne serait pas déplaisant.

Il lui rendit son sourire et se replongea dans son travail. Même si les rapports avaient été préalablement tendus avec Thynel, les choses se passaient désormais bien mieux. Il tapota légèrement sa brûlure, la regardant brièvement dans un éclat de glace placé sur une étagère. Moins d'une dizaine de centimètre de long pour à peine deux de large. Cela piquerait, cela lui ferait mal mais il devrait y survivre aisément.

Il secoua la tête et récupéra la dague, non s'en y avoir jeté un dernier regard. Elle était vraiment magnifique et, en tant qu'artisan, était fier d'avoir participé à sa réalisation. Il entra dans la boutique, avisa Eirwen et lui sourit. Encore une fois il apparaissait comme un souillon mais n'en avait cure, après tout c'était son travail, non?
Elle sembla véritablement enthousiaste pour la dague et avait espéré cette réaction de sa part. Après tout, un client heureux est un client qui revient.

En espérant qu'elle vous convienne, ainsi qu'à son futur propriétaire.

Il ne se départit pas de son sourire et recula ensuite d'un pas, laissant son maître en avant. Il laissait à ce dernier le soin de préciser le prix qu'il estimait. Pour sa part, il n'avait pas calculé les coûts de revient de la main d'oeuvre et n'avait aucune idée des cours des matières premières aussi n'intervenait il pas.
Entendant la requête pour la maîtresse d'Eirwen, il se permit une question, sous le regard observateur de Gowan.

Souhaitez-vous une épée de style disons plutôt classique, ou bien de style rapière, ou encore plus oriental? Savez-vous si votre maîtresse à une préférence?

Elle avait entre temps sorti plusieurs pots et lorsqu'elle en expliqua le contenu, Thorvald la remercia intérieurement en sentant la morsure à la fois glaciale et brûlante de sa peau meurtrie par l'explosion de l'orbe quelques minutes plus tôt. Il se dit que cela allait être très utile d'ici un laps de temps étonnamment court.



Eirwen Tümay
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 103
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 76
Race: Elfe-Neishaane
Maître: Lokni Ceallaigh
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 9 Jan 2018 - 12:24 Répondre en citantRevenir en haut

Eirwen réfléchit quelques instants à la proposition de Tholvald, jeta un coup d’œil à Maître Gowan, et se lança :

C’est vrai que ma Maîtresse a toutes sortes d’épées, mais je ne crois pas qu’elle en ait de style oriental. Alors, ce serait, soit une lame sinueuse comme un serpent destinée à désarmer l’adversaire, soit une lame courbe et très tranchante. La garde et la poignée de la dague me plaisent beaucoup si vous pouviez la refaire en respectant les proportions de l’arme… J’ai dessiné ceci :

Elle étala sur la table les croquis qu’elle avait imaginés.

Ils étaient très explicites, les proportions respectées, elle s’était appliquée. Elle n’avait pas encore payé la dague et les couteaux à lancer, mais elle savait que s’il le fallait, elle trouverait de quoi payer l’épée dans le mois qui venait.
Elle regardait Thorvald. Elle avait tant de choses à lui demander et lui si peu de temps à lui accorder qu’elle ne savait pas comment aborder les choses, surtout avec Gowan entre eux.

Maître Gowan, pourriez-vous trouver dans vos surplus, une épée d’entraînement pour moi ? Même d’occasion… Je ne suis pas très douée dans cet art de combat et ma Maîtresse voudrait que j’y accède honorablement avant l’épreuve de l’empreinte. Elle affirme que sans cela, j’y échouerai et cela me ferait mal au cœur pour elle.

Le Maître éclata de rire et disparut dans l’arrière-boutique… Elle n’avait que quelques minutes en tête-à-tête avec Tholvald.

Vous appartenez au Màr Menel et vous excellez à l’épée, n’est-ce pas ? A ces deux titres, j’aurais des services à vous demander. Pouvons-nous nous voir aujourd’hui ou ce soir après le travail ? Je suis là pour la journée. C’est très important ! Je ne vous demanderai rien de…

Maître Gowan revenant avec une épée droite qui avait déjà vécu, elle se tut et lui sourit.

Extraordinaire ! Vous comblez toujours tous mes vœux. Mais vous remarquerez que je suis moins exigeante pour moi que pour les autres ! Faites-moi le compte de ce que je vous dois…

Elle compta toutes les pièces de sa bourse et put payer la dague qui valait un bon prix, ce qui était normal et les couteaux. Mais l’épée d’occasion, elle ne le pouvait pas.
Je n’ai pas assez ce mois-ci pour prendre mon épée. Me la prêteriez-vous jusqu’à ma prochaine visite ? Je ne pense pas l’abîmer plus qu’elle n’est… et…

Prenez-la ! Elle ne vaut pas grand-chose : entraînez-vous, rendez-la-moi et économisez pour vous en offrir une neuve bien à vous ! Ha ha ha… A moins que quelqu’un ne vous l’offre avant ? Tout peut arriver. Moi-même, je vous offre les pointes de flèches et je ne suis qu’un vieil homme ! Ha ha ha !

Eirwen eut un petit sourire triste. Merci Maître. Elle jeta un coup d’œil à Thorvald qui n’avait pas eu le temps de lui répondre. Je prendrai tout ce soir, avant de repartir. Encore merci.

Elle sortit lentement de la forge, ne sachant pas trop si Thorvald allait avoir le temps de discuter avec elle.







*Carnet de route*
Thorvald Errocë
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2016
Messages: 37
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 27
Race: Fëalocë-Torhil
Maître: Elerinna de Galastden
Affiliation: Maison Galastden
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 11 Jan 2018 - 11:00 Répondre en citantRevenir en haut

A la réponse d'Eirwen le sang-mêlé hocha la tête. Il voyait très bien la lame qu'elle avait en tête, rien de particulièrement compliqué ou insurmontable. De plus, il aimait bien forger des lames courbes dans le style des katanas ou des cimeterres ainsi que les lames sinueuses des Kriss.
Alors qu'elle avait sorti les dessins, il s'en était approché doucement, non sans avoir jeté un oeil à maître Gowan, après tout, il ne se chargerait peut être pas de la commande. Ce dernier le regarda furtivement et acquiesça très légèrement.
Il s'en chargerait donc. Ses finances, ce mois-ci, seraient florissante et il le devait en majeure partie à Eirwen.

Le maître sortit et il vit la jeune femme se rapprocher rapidement.

Vous appartenez au Màr Menel et vous excellez à l’épée, n’est-ce pas ? A ces deux titres, j’aurais des services à vous demander. Pouvons-nous nous voir aujourd’hui ou ce soir après le travail ? Je suis là pour la journée. C’est très important ! Je ne vous demanderai rien de…

Il releva la tête, un air interrogateur sur le visage. Il n'eut pas le temps d'en entendre plus ou même de demander des précisions, Gowan était revenu. Il l'a regarda payer puis partir, le visage presque implorant, peut être voulait elle s'assurer d'avoir été comprise.

Il ne savait pas quoi en penser, un service d'accord mais de quel genre? Et surtout en quoi son appartenance au Kaerl Céleste entrait il en ligne de compte? Il était intrigué mais en même temps se méfiait. Il irait voir ce quelle souhaitait lui demander. Si cela ne porte pas atteinte à la sécurité du Kaerl, si cela n'impliquait pas de devoir manquer à son honneur alors il lui rendrait service. Toutefois, elle allait devoir lui prouver que ce quelle lui demanderait ne pourrait pas être considéré comme un acte de trahison.

Oho, Thorvald!

Il sortit de ses pensées lorsque le maître claqua des doigts juste devant ses yeux.

Veuillez m'excuser maître, j'étais perdu dans mes pensées.

J'ai bien vu. Ne t'encombre pas des sentiments, tu ne pourras que souffrir ainsi.

Hein? Ah non, non, rien de tel. Je me questionnais sur la lame et je me suis perdu dans mes souvenirs.

Hum, ça marche aussi pour ce cas de figure ci. Allez tient la boutique pour les deux prochaines heures puis tu prendras ta pause. Et passe donc de son baume sur ta brûlure, comment tu t'es fait ça d'ailleurs? La manipulation n'a pas tenu?

Non, quand vous m'avez appelé je ne m'y attendais pas et l'orbe a implosé.

Manque de concentration et je ne considère pas ça comme ma faute. Contrôle toi mieux.


Il lui passa devant, un léger sourire en coin et disparut dans les ateliers. Thorvald hocha la tête. Classique de la part de maître Gowan. Il prit les bocaux et alla les ranger. Il en ouvrit un et se passa un peu du baume sur sa plaie. Une impression de froid lui parcourut l'échine alors qu'il l'étalait.

Deux heures plus tard, il sortait de la boutique et se dirigea vers la taverne pour y prendre un repas chaud. Le froid était mordant et le contraste avec la chaleur étouffante de la forge n'en était que renforcé. Il entra à l'intérieur et y aperçu la jeune femme. Il alla droit à sa table, non sans avoir fait signe au patron. Il enleva sa veste de peau et la regarda.

Quelque soit la nature de ce que vous allez me demander, sachez que je ne ferais rien allant à l'encontre des règles de mon Kaerl et en rien je ne le trahirais. Ces bases étant claires, je vous écoute, en quoi pourrais-je vous aider?



Eirwen Tümay
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 103
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 76
Race: Elfe-Neishaane
Maître: Lokni Ceallaigh
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 11 Jan 2018 - 20:15 Répondre en citantRevenir en haut

En sortant de la forge, Eirwen s’était dirigée vers la taverne en fredonnant, par précaution, une mélodie qui la rendait invisible aux autres. Constatant qu’il n’y avait pas beaucoup de clients à cette heure, elle s’était tue puis installée à une table et commandé une tisane. De toute façon elle n’avait plus que quelques pièces en poche et ne pouvait guère s’offrir autre chose. Elle sortit un livre ancien de sa besace et se mit à lire les enseignements contenus sur les lézards de feu. De temps en temps, elle mettait la main dans sa poche pour caresser Kiona qui y dormait bien au chaud.
Quand Thorvald arriva, elle ferma poliment son livre, le rangea et l’écouta, étonnée d’une telle mise en garde.

Vous me blessez quelque peu de penser de moi que je pourrais vous demander une telle chose. Je vous parais aussi mauvaise ? Mais vous avez raison, les bases sont claires !

Elle fit une pause, buvant un peu de tisane refroidie et le laissant commander son repas. Puis elle posa un parchemin roulé et fermé par un ruban sur la table.

Ceci est le dernier écrit d’un mourant que j’ai rencontré dans les montagnes du Vaendark, mais que je n’ai pas pu soigner. Il était trop tard. Il m’a demandé, comme sa dernière volonté, de remettre cette lettre à sa femme, s’il elle est encore vivante ou à sa fille… Sa famille ou ce qu’il en reste, appartient à votre Kael, Thorvald. J’ai naturellement pensé à vous pour leur faire parvenir ses adieux. Je ne peux pas y aller moi-même… Regardez, c’est adressé à à Ariadne de Leysse ou à sa fille Cassandre du Màr Menel.

Elle regardait Thorvald avec froideur. Qu’il ait cru, ne serait-ce que quelques secondes, qu’elle avait l’intention de lui demander de trahir son Kaerl ou même de se parjurer lui-même, la mettait mal à l’aise. Mais après tout, ils ne se connaissaient pas tant que ça. Elle s’était fourvoyée tant il était jovial et accessible…

J’ai autre chose à vous demander, mais c’est moins important, c’est pour moi. Je crois vous l’avoir dit, je ne suis pas très habile au combat à l’épée et je me demandais si vous accepteriez de m’entraîner sur vos heures de liberté. Je me doute qu’elles doivent être rares et je ne veux pas abuser de votre temps libre. Vous pouvez aisément refuser.
Une petite heure à votre sortie de la forge, le soir… Je me débrouillerai pour venir plus souvent.


Thorvald avait fini son assiette et il restait au bord, un petit bout de viande, certainement un nerf immangeable. Elle lui demanda la permission de le prendre. Puis elle le mit dans sa poche, celle où était Kiona. Evidemment, ce comportement pouvait paraître stupéfiant alors elle s’expliqua.

Le mourant dont je vous ai parlé m’a donné son lézard de feu. Kiona aime la viande cuite, c’est une friandise pour elle. Mais aujourd’hui, j’ai dépensé toute ma bourse chez Maître Gowan. Elle devra attendre ce soir, tout comme moi.

Elle mit la main sur le parchemin, de retour dans ses pensées.
Je ne l’ai pas ouvert, pourtant c’est un simple ruban à dénouer… Si vous voulez prendre connaissance de son contenu avant de l’accepter, je vous en prie… Mais gardez le secret de son nom. Il est trépassé maintenant et nous devons le laisser en paix.

Elle se leva, reprit sa besace et attendit de voir si Thorvald prenait le parchemin. Dans le cas contraire, elle le récupérerait et trouverait un autre messager, parce qu’elle avait promis.







*Carnet de route*
Thorvald Errocë
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2016
Messages: 37
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 27
Race: Fëalocë-Torhil
Maître: Elerinna de Galastden
Affiliation: Maison Galastden
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 16 Jan 2018 - 08:29 Répondre en citantRevenir en haut

Il sentait le regard de la jeune femme fixé sur lui comme un prédateur regarde sa proie. Il concevait qu'elle puisse être déçu qu'il ne lui ai pas fait confiance de primer abord. Mais après tout, ils se connaissent peu et faire confiance n'a jamais été le fort de Thorvald. Méfiant et solitaire, le fait de parler autant avec quelqu'un et de se confier ainsi était déjà un grand effort pour le sang-mêlé. Aussi n'en eut-il aucune gène quand il eut terminé sa précision. Pour lui, cela semblait normal.
Il s'essuya doucement la bouche.

Vous ne me paraissez pas mauvaise, ça non. Mais comprenez que, d'un aspirant à un autre, si quelque chose doit être fait pour le Kaerl, il le sera. La fin pouvant justifier les moyens, je préfère que les choses soient claires. Disons que je me méfie très facilement lorsque je connais peu et, ne nous mentons pas, je ne vous connais que peu pour le moment. Ni voyez aucune malice, si ce n'est de la prudence.


Il avait posé sa main sur le parchemin alors qu'elle s'était levée.

Asseyez vous, s'il vous plait.

Il la regardait d'un regard neutre, sans grande expression que sa nonchalance habituelle qui refaisait surface. Donner la lettre en l'état, non, définitivement non. Y jeter un œil avant de la transmettre, oui, c'était déjà plus dans ses cordes.

Comprenez que je ne peux transmettre cette lettre sans y jeter un œil avec pour seule raison la parole donnée à un mourant. Le fait que vous souhaitiez tenir votre parole est louable et je tacherais de vous y aider. Toutefois, pour ma tranquillité d'esprit et celle du Kaerl, je préférerais y jeter un œil.

Il gardait le parchemin sous la main tandis qu'il la fixait, essayant de voir si elle était d'accord avec cette idée, qu'elle ne viendrait pas à en avoir des regrets.

Pour ce qui est des leçons d'escrime, pas de problèmes. Je ne suis pas ici tous les soirs mais lorsque je suis ici, retrouvons nous et je tâcherais de vous aider à progresser. Je ne peux rien vous promettre, n'ayant jamais entraîné personne. Ce sera une première.

S'imaginer en instructeur lui arracha un timide sourire. Il se figurait mal cette facette de sa personnalité.



Eirwen Tümay
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 103
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 76
Race: Elfe-Neishaane
Maître: Lokni Ceallaigh
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 17 Jan 2018 - 14:20 Répondre en citantRevenir en haut

Je vous l’ai dit, si vous voulez le lire, libre à vous. Moi, je n’en ai pas besoin. Mais peut-être préférez-vous que ce soit moi qui l’ouvre ? Très bien !

Elle dénoua le ruban et déroula le parchemin. Elle le parcourut rapidement, puis le tendit à Thorvald. Voici ce qu’il put y lire :

A ma chère Ariadne, mon amour…
Et si tu n’es plus, à ma chère Cassandre, notre enfant.

Sachez que je n’ai pas passé un seul jour de ma vie où je n’aie pensé à vous depuis toutes ces années, toutes ces décennies, et où je vous ai regrettées toutes les deux. Je vous aimais, je vous aime et je vous aimerai au-delà de ma mort. Oui, elle est à ma porte dans ce froid hivernal et la guérisseuse à laquelle je vais confier cet écrit n’y peut rien. Ne lui en veuillez pas.
L’artefact maléfique vous aurait fait du mal et je ne le voulais pas. Aussi vous ai-je quittées pour votre bonheur, ne m’en voulez pas. Je me suis exilé, le cœur lourd de notre séparation par amour pour vous. Pardonnez-moi ! Il a largement fait mon malheur puisque je n’ai jamais pu vous rejoindre, mais je pense avoir préservé notre Màr et surtout vous.

Si rien ne vous est arrivé, je suis heureux et je pars tranquille en vous attendant, mes amours.

Ezra


Alors ? Puis-je vous charger de rechercher cette femme ou sa fille ? Il me semble que c’est une lettre d’adieux tout ce qu’il y a de plus crédible, bien qu’elle parle d’un artéfact. Je ne devrais pas vous le dire, mais il me l’a confié également et il est en possession des instances de mon Kaerl. Je ne sais pas pourquoi ni comment il est maléfique et je ne suis plus partie prenante dans cette affaire. Je n’ai pas les compétences pour juger.

Elle était toujours très sérieuse et ne s’aventurait pas à lui sourire. Elle avait promis et sa parole valait de l’or. Elle ne se dédierait pas, même si elle ne pouvait pas accomplir cette mission elle-même. Elle était intimement persuadée que c’était le bien. Or, dans sa tête et son monde, il n’y avait que le bien et le mal, pas d’entre deux. Alors, assise, elle attendait que Thorvald se positionne.

Et puis il avait répondu à sa demande de leçons d’escrime positivement, même s’il paraissait peu sûr de lui. Voilà qui lui faisait plaisir, elle aurait au moins l’occasion de le revoir. Elle était rassurée de prendre des leçons avec lui. Elle se doutait qu’il ne la ménagerait pas, mais elle avait tout à gagner dans ce challenge.

Elle se leva à nouveau.

Alors, cette missive, allez-vous vous en occuper, tout en gardant le secret de l’expéditeur et du destinataire ? Puis-je vous faire confiance ? Allez-vous m’aider à tenir ma parole ?
Merci pour votre aide en ce qui concerne ma formation à l’épée. Dites-moi quels seront les jours où je dois vous rejoindre ici et je ferai tout mon possible de mon côté.


Elle lui sourit, laissant le parchemin déroulé sur la table et partit vers la forge pour récupérer ses commandes. Ce soir, Arnault allait être surpris mais heureux, espérait-elle…







*Carnet de route*
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:16 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu