Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Rencontre d'Ondins Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Qonoziux Bâmaré
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 23 Aoû 2017
Messages: 10
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 5
Race: Ondin
Maître: Athelstan Thrawnen
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 23 Sep 2017 - 07:36 Répondre en citantRevenir en haut

Isashaniku - Hiver 919


Je regarde la lettre que je tiens à pleines mains. Autant je maîtrise la lecture des cartes, autant celle des textes m’est plus fastidieuse. Je n’ai jamais compris l’intérêt de lister des mots les uns à côté des autres pendant des lignes et des pages, là ou un dessin et quelques notes sont suffisants.

Ce courrier ne faisait pas exception, des longues phrases savamment tournées pour une résultat des plus simple : Athelstan Thrawnen est mon maître dragon, en sept mots.
Je lis la lettre une troisième fois, en buttant de nouveau sur un mot ou deux. Le message est clair mais s’en suivent des questions :
- Qui est-il ?
- Quel est son caractère ?
- Quel est son comportement ?
- Comment est-il physiquement, est-il au moins plus vieux que moi ou vais-je être formé par un gamin ?
- Est-il expérimenté, dont avec des ondins qui viennent à peine de découvrir ce qu’est un dragon, que ça existe ailleurs que dans les comptes de taverne, et que Tol-Orëa n’est pas qu’un bout de roche désert mais un continent bien peuplé ?

Je m’assois au sol, pose la lettre devant moi. Une autre question me vient, comment procéder à présent ? Il n’est pas mentionné si je dois me présenter ou s’il va venir à moi. Est-ce qu’un rendez-vous doit être planifié, avec cérémonie privée à la clé ?

Ma décision est prise, je me lève et m’apprête pour sortir. Aller le voir directement sera plus efficace que d’écrire laborieusement un courrier et d’en attendre la réponse. Je descends les quelques étages pour gagner la base de la tour en quête d’informations pour trouver l’emplacement de l’appartement mon maître.

Il faut que je perde l’habitude de dire Capitaine, je ne suis pas certain que ça plaise...

Je me rends ensuite en quête d’un présent à offrir pour m’attirer ses faveurs ; après tout mon avenir au Kaerl repose entre ses mains. Je choisis la facilité et la sécurité et me procure deux petites bouteilles de vin : une pour mon maître et une pour moi.

Je reviens à ma chambre pour poser ma bouteille. Je regarde dans mon petit tas de pièces de bois sculptées et choisis une confection en buis, l’une des plus réussies. Mon argumentaire de vente me revient à l’esprit : l’amitié et la fraternité.
Je ne sais pas encore si ce genre de grigri peut lui plaire ou le laisser de marbre. Je manipule la pièce puis me souviens de cette fâcheuse coupure qui laisse sur mon pouce une petite ligne dans la parfaite continuité avec celle du bois.

L’objet prend place dans ma poche et je porte ma bouteille à mes lèvres pour en boire une gorgée.
- Pour le courage !
Le vin a bon goût pour le prix pourtant modeste, déjà une chose de réussite. Je reprends une gorgée.
- Pour la prestance !
Être de bon humeur et se sentir en confiance aide à faire une bonne impression.
- Pour les marches à grimper !
Je remarque que ma bouteille est déjà bien attaquée. J’en déduis que mes joues sont certainement rougies mais je pourrais toujours accuser les étages.

Je franchis de nouveau la porte pour me rendre aux appartements de mon maître. Toutes mes questions me reviennent en tête et je regrette de ne pas avoir pris avec moi ma demi-bouteille restante. Je prends une profonde inspiration et décide de taper en rythme :

tap_tatap_tatap_tap____tap_tap



Publicité





MessagePosté le: Sam 23 Sep 2017 - 07:36 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 371
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 245
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 27 Sep 2017 - 12:25 Répondre en citantRevenir en haut


Athelstan Thrawnen & Lhassa


Lovée dans un coin de la pièce en essayant de prendre le moins de place possible, Lhassa observait les cents pas agités de son Lié avec de grands yeux luisant de méfiance et d’anxiété. Un regard qui ne la quittait pratiquement jamais aux côtés d’un ondin pareil. Athelstan Thrawnen arpentait ses appartements en tous sens, les bras chargés de piles de livres et parchemins, d’ustensiles à l’usage obscur pour sa mémoire de dragonne, de flacons opaques ou de draps sales jetés en tas dans un coin. Son Lié donnait l’impression de préparer un déménagement. Ce n’était pas le cas. A la vérité – et cela inquiétait fréquemment la Bleue -, la raison à cette tempête se trouvait dans le fait qu’il s’ennuyait.

Lhassa était une créature paisible, volontiers paresseuse et rapidement effrayée par tout. Vivre avec Athelstan, qui pourtant n’était ni un audacieux aventurier ni un homme violent dans son comportement, relevait du défi. Lhassa avait cru plusieurs fois mourir de peur. Elle l’avouait sans honte. Avec ironie, elle se demanda si elle ne méritait pas une médaille pour sa bravoure : celle de la dragonne timorée partageant l’existence du génie fou. Un exploit au quotidien. Flarmya avait parfois de drôles de lubies ne liant l’âme d’êtres aussi différents qu’une souris et un tigre.

Les coups frappés à la porte figèrent immédiatement l’ondin, resplendissant dans sa veste bleue brodée de nacre importée de Qahra et l’ire se peignit un instant sur ses traits. Plus que jamais, il donnait l’image d’un scientifique contrarié par les insignifiances de la vie. Il laissa tomber son énième pile de livres à ses pieds, poussa un fauteuil outrageusement placé sur son chemine et ouvrit la porte d’un coup sec. Lhassa sursauta. Ce ne fut rien à côté du couinement apeuré du messager qui attendait derrière la porte. Celui-ci déposa la missive dans la main tendue d’Athelstan et décampa sans demander son reste.

Le silence s’étira. Lhassa osa dérouler quelques anneaux de sa longue queue serpentine, faisant bruisser ses écailles sur les dalles. Le bruit l’incommodant, Athelstan leva une main sans la regarder pour l’arrêter. La Bleue cessa de bouger et même de respirer. Son Lié avait besoin de toute sa concentration.

- On m’attribue un Aspirant.
° C’est une bonne nouvelle ° hasarda-t-elle.
°Un marin non-natif du Màr. Un bouseux sans éducation. Qu’ai-je à faire de l’apprentissage de cet homme ? Je n’ai pas de temps à perdre ! °

Froissant la lettre entre ses longues mains maigres, il la jeta à terre et reprit ses tâches. La Bleue l’observa de ses grandes opales en silence pendant plusieurs minutes jusqu’à ce qu’elle trouva le courage – ou la folie – de renchérir :

° Tu es devenu Maître récemment. On te fait confiance. C’est ton devoir de former des Aspirants. Cela va t’occuper un moment avant… Avant de reprendre tes recherches. °

Lhassa n’avait pas peur de son Âme Sœur. Elle craignait davantage les horreurs qu’il pouvait s’infliger à lui-même. Toute cette agitation, causée par l’ennui le plus vil pour un être aussi brillant, était une torture. Pour elle, de le voir ainsi tourmenté, comme pour lui.

Athelstan réfléchissait encore à cette possibilité lorsqu’on frappa de nouveau à la porte. Plus calmement que la première fois, il alla ouvrir et tomba nez à nez avec un ondin, d’à peu près son âge, qui patientait là. Un coup d’œil lui suffit pour enregistrer son image et une foultitude de détails dans son esprit grâce à sa mémoire eidétique. Cet homme était fraîchement arrivé au Kaerl Englouti. Ses vêtements de bonne facture n’avaient pas été confectionnés ici. La rougeur de ses joues témoignait soit d’une montée difficile des marches de la tour, soit d’un goût prononcé pour l’alcool. De plus, qu’est-ce qui pousserait un inconnu à frapper à la porte de Maître Thrawnen ?

- Aspirant Qonoziux Bâmaré, je présume ? Entrez. Je suis Maître Athelstan Thrawnen et voici Lhassa, présenta-t-il rapidement en désignant la dragonne lovée près de la cheminée.

Athelstan ferma la porte derrière l’ondin puis alla se jeter dans un fauteuil – non encombré de bibelots -, mains et jambes croisées, son regard d’aigle fixé sur l’Aspirant. Il n’avait pas encore décidé s’il acceptait la charge de prendre cet Aspirant sous son aile, non pas que les responsabilités l’effraient mais il préférait être sûr que cela soit dans son intérêt.

- Que pouvez-vous me dire sur vous ? Qu’est-ce qui vous motive, Aspirant ?



Visiter le site web du posteurMSN
Qonoziux Bâmaré
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 23 Aoû 2017
Messages: 10
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 5
Race: Ondin
Maître: Athelstan Thrawnen
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 28 Sep 2017 - 15:14 Répondre en citantRevenir en haut

Je me tiens debout face à cet homme qui attise ma curiosité. Je me sens jugé, jaugé, évalué tel un sujet d’expérience ou un artiste itinéraire espérant trouvé grâce auprès d’un banquet de nobles. Je regrette mon arrivée impromptue puis me rassure sous le couvert qu’il est au courant que je suis son nouvel aspirant ; il devait donc s’attendre à ma visite. Les messagers du Kaerl s’étaient montrés synchronisés et efficaces.

Sa posture montre une forte assurance et une supériorité bien qu’il soit assis. Sa tenue des plus élégante est plus coutumière pour un ondin que la mienne, renforçant le tableau dans lequel j’ai le sentiment d’être pris au piège.
Nous sommes peu ou prou du même âge mais son charisme est en tout point différent. Il dégage une maturité et une présence qui me surpassent et j’en perds mon ivresse, si ce n’est pas elle qui me fait perdre mes moyens.

La bouteille que je tiens à la main me démange et me dit qu’une gorgée me ferait du bien, tant au moral qu’au courage. Je la tends alors à mon nouveau Maître pour ne pas prendre le risque de l’ouvrir par habitude.

- Tenez, pour vous remercier par avance de tout ce que vous allez m’apprendre. Ce n’est certainement pas le meilleur cru que l’on puisse trouver au Kaerl, mais j’ai connu pire piquette, je vous l’assure.

D’un regard succinct, j’observe la pièce afin entre autre de rompre le contact imposant que m’inflige mon hôte. Je remarque que le logement ne semble pas être des plus ordonnées et déculpabilise quand à la tenue du miens qui laisse à désirer. Mon attention se pose distraitement sur Lhassa qui se tient en retrait. Bien qu’arrivé depuis plusieurs jours déjà, la vue des dragons me fascine toujours autant. J’apprécie les traits de la bleue et y vois une source d’inspiration pour de nouvelles sculptures de bois. Au moins une créature que je vais apprécier côtoyer.

Je me ressaisis et me concentre à nouveau sur l’instant, ne me reconnaissant pas dans cette attitude de jeune moussaillon boutonneux hésitant et effrayé par une simple présence autoritaire. J’active mon esprit pour trouver une réponse adéquate à la question d’Athelstan et opte pour une formulation simpliste mais qui a déjà fait ses preuves :

- En un mot, ma motivation est la curiosité. Non pas que je sois un grand... érudit, mais j’aime voyager et découvrir du pays. J’ai passé de nombreuses années en mer et a dire vrai j’aime tout ce qui se rapproche de près ou de loin à notre bienfaiteur Kainalu. D’ailleurs je suis charpentier de marine, j’ai eu l’occasion de m’occuper de quelques belles pièces en mer...

"En un mot" ne fut finalement pas un expression appropriée. J’ai l’impression d’agacer mon maître et suis surpris de ne pas avoir encore été coupé dans mon élan. J’ai connu moins patient.

Plaçant ma main dans ma poche pour adopter une posture plus décontractée, je sens le pendentif choisi précédemment et décide de saisir l’occasion pour l’offrir :

- Travailler le bois est également une de mes passions. Je sculpte principalement des petites amulettes que je vends à l’occasion mais je peux sculpter un peu de tout. Tenez, voici pour vous un petit porte bonheur.

- Et vous, cher Cap... je masque un hoquet discret, cher Maître ? Vous en avez des livres dans cette pièce, vous avez trouvé le temps d’en finir un ou deux?



Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 371
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 245
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 14 Oct 2017 - 22:57 Répondre en citantRevenir en haut


Athelstan Thrawnen & Lhassa


Athelstan n’était pas homme à laisser transparaître toutes ses émotions. Si l’attitude de ce potentiel Aspirant le déstabilisait, nul n’aurait pu le savoir en essayant de déchiffrer son expression faciale. En revanche, s’il existait bien une créature en ce monde qui connaissait – oh malheur – chacun de ses états d’âme, c’était sa Liée. Lhassa sentait le ballet de crispation, d’amusement, de dépit et de curiosité agiter son Lié sans rien trouver à y redire. Il s’agissait d’un phénomène naturel. Athelstan détestait souvent ce type de confusion sentimentale, qui l’empêchait de réfléchir clairement. Mais à force de côtoyer une telle dragonne, il fallait s’y résoudre.

Le Maître Bleu attrapa la bouteille, sous l’œil curieux de Lhassa et la jugea d’un rapide coup d’œil. Il huma son parfum sans y tremper ses lèvres. Il ne quittait pas Qonoziux des yeux. L’alcool ne ferait que ternir son jugement alors il se contenta de poser la bouteille au pied du fauteuil. Il surprit le regard fasciné du jeune homme glisser vers la dragonne dans l’ombre et s’en amusa. Lhassa faisait souvent cet effet aux gens. Elle n’était ni la plus belle ni la plus intelligente des dragonnes – à son grand dam – mais elle était semblable aux créatures fabuleuses sur les vitraux ou décrites dans les contes. Le genre de créature dont on ne peut pas avoir peur, bien au contraire.

Durant tout le discours – un peu hésitant – de Qonoziux, Athelstan ne desserra pas les lèvres. Il savait se montrer patient et écouter. Il enregistrait chaque mot prononcé par l’Aspirant pour mieux l’analyser. Il en ressortait le portrait suivant : un homme débrouillard, respectueux mais familier, avec peu d’éducation et sans aucun doute superstitieux. La marine avait toujours été réputée pleine de croyances toutes plus abracadabrantes les unes que les autres. Quelque peu déçu par ce premier aperçu, Athelstan prit néanmoins le petit objet en bois sculpté qu’on lui tendait. On lui offrait peu de cadeaux, plus encore de la part de parfaits inconnus.

Il examina l’amulette de plus près. De bonne facture, plutôt jolie. Athelstan ne croyait pas en la chance. Il laissait volontiers ce genre de fariboles à sa petite sœur, Harmony. Il joua un instant avec l’objet entre ses doigts et dit simplement :

- Merci.

Ses lèvres s’incurvèrent en un léger sourire tandis qu’il attrapait au hasard un livre posé sur une pile non loin de lui. Il s’agissait d’un traité de médecine et d’anatomie humanoïde. Un marque-page en tissu s’en échappa. Un énième rappel de ses recherches inachevées.

- Je fais beaucoup de recherches. Donc je lis beaucoup. J’apprécie la curiosité : c’est le plus beau des défauts. En revanche, je ne suis ni superstitieux, ni friand d’alcools.

Dépliant sa longue silhouette, l’ondin lissa distraitement les pans de sa veste et serra avec plus d’attention l’amulette dans sa main. Le bois absorbait sa chaleur. Ce n’était pas désagréable. Le visage du Maître Bleu se ferma, pour redevenir aussi lisse qu’une plaque de verre. Un frisson parcourut l’échine de Lhassa par anticipation. Son Lié avait pris sa décision ; et elle la craignait.

- Je crains cependant que l’intendance n’ait commis une erreur. Je ne suis pas le mieux placé pour répondre à vos attentes. Je vous invite à trouver un autre Maître plus… Adapté à vos besoins.

Il traversa la pièce d’un pas assuré, sans un regard pour Qonoziux et ouvrit la porte donnant sur le couloir. Il planta ses yeux d’or dans ceux de l’ondin. Il ne fit pas un geste de plus, attendant seulement que l’autre comprenne qu’il n’était pas intéressé et qu’il était temps de partir. Les yeux clairs de la Bleue suivaient le jeune homme vers la sortie. Mue par une incompréhensible impulsion, elle lança son esprit vers le sien au moment où il franchissait la porte :

° Ne perds pas espoir. Il lui faut du temps. Il sera ton Maître. °

Qu’Athelstan la maudisse donc quand il le saura ! Mais elle ne laisserait pas son Lié en proie aux affres terribles de l’ennui.



Visiter le site web du posteurMSN
Qonoziux Bâmaré
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 23 Aoû 2017
Messages: 10
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 5
Race: Ondin
Maître: Athelstan Thrawnen
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 19 Oct 2017 - 13:24 Répondre en citantRevenir en haut

Ni superstitieux, ni alcoolique, les présents que j’avais apportés s’avèrent des plus maladroits, ce qui n’est pas pour aider à contenir l’inconfort que je ressens. L’homme en face de moi est définitivement porté sur le raffinement et l'intellect, le moindre geste de sa part semble savamment calculé et les miens épiés.

En cet instant, tout nous oppose et le refus en est presque évident. Son regard doré semble lui même plus noble que le miens. Ce n’est pas la première fois que je me vois mis à la porte mais un goût des plus amères s’installe dans ma bouche et ma gorge se serre.

Une parole s’installa dans mon esprit et me perturbe avant de comprendre enfin que la dragonne s’adresse à moi. Cela est encore nouveau, je ne m’y suis toujours pas habité. Je regarde cette majesté et lui adresse un sourire masquant lamentablement ma déception. Je me tourne de nouveau vers mon Maître qui ne l’est déjà plus :

- Merci pour votre temps, messire. Bonne journée à vous

Je franchis la porte et quitte les lieux. Pendant ma marche, mon esprit vide n’arrive pas à analyser la scène qui vient de se produire et mon esprit n’exprime plus aucune pensée : le silence total s’est installé.

Mon ventre est noué quand je gagne enfin ma chambre. Ma main se pose machinalement sur ma bouteille qui m’attend et la porte à mes lèvres. Mes dents butent sur le bouchon et un juron rompt enfin le silence. Je m’approprie enfin le précieux liquide et mon esprit reprend doucement de la vigueur.

La lame de mon couteau s’active sur la table pour y graver une silhouette qui ne ressemble qu’à une boule difforme. Une voix résonne encore dans mon esprit :

° Ne perds pas espoir. Il lui faut du temps. Il sera ton Maître. °

Je finis de graver ce qui ressemble à un museau quand ma bouteille se tari. De colère, je la jete à travers la pièce en poussant un cri bestial dénué de sens. Après quelques secondes de béatitude, j’éclate de rire en prenant pitié pour ma personne. Je me fais honte.

Ma bourse dans ma main, j’en prélève une part de son contenu puis repose le reste sur la table. Je l’ouvre de nouveau pour en prendre un pièce supplémentaire, puis une deuxième, avant de franchir la porte.

****


- « l’intendance a commis une erreur » qu’il m’a répondu, non mais y crois tu, toi?
Je me lève péniblement, m’affale sur une table vide puis me redresse. Mon compagnon de beuverie se marre à s’en renverser en arrière. J’explose de rire à mon tour à en perdre haleine.

Je vide le premier tier de ma nouvelle chope de bière puis aide mon camarade à se relever.

- Il sera ton Maître, qu’elle m’a dit l’écailleuse. Donc il est mon Maître et voilà. Après tout ils ne forment qu’un, c’est bien ça qu’ils ont dit, non ? Enfin, qui je suis pour parler de ça ? Peux pas savoir les détails, monsieur l’élite n’a pas voulu de moi comme apprenti...

Mon regard vitreux plongé dans mon verre à tiers plein, j’exprime mes pensées à voix haute :

- Vais lui ramener un livre la prochaine fois, il va être content le garçon.

Je me lève et prends appuie contre un pilier de bois. De ma main gauche, je le caresse brièvement avant de me ressaisir. Je finis ma chope que je pose avec énergie sur la table et en fait sursauter mon compère qui succombait à la fatigue.

****


D’après la luminosité des tours et la calme régnant dans le Kaerl, la nuit est à son apogée. Cependant la rougeur de mes joues témoignent que mon esprit n’en a pas la même analyse.

Armé de deux nouveaux présents, un livre de cuisine dans une main et un pain aux 4 graines encore chaud dans l’autre, je regarde la porte qui soutient mon regard avec impunité :

- Tu es bien la porte de ton propriétaire, tout aussi hautaine que lui. Sache que je suis son apprenti donc dans la hiérarchie, l’apprenti c’est au dessus de la porte. Fait donc un peu moins la maligne veux-tu ?

Je glisse le livre sous mon bras et de ma main libre frappe avec énergie sur la porte : tap_tap_tatatatatap

- Maître, je suis sûr que vous êtes là ! Quand est-ce qu’on commence ? abois-je à travers la porte, affichant un grand sourire remontant mes pommettes rouges et accentuant mes petits yeux lourds d’alcool.



Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 371
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 245
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 16 Nov 2017 - 18:59 Répondre en citantRevenir en haut


La Bleue Lhassa


Les éclats de voix, bien qu’assourdis par la porte, réveillèrent la créature lovée dans la pièce principale. De par sa petite taille, plus proche de celle d’une Verte que d’une Bleue, elle pouvait se permettre de passer quelques nuits dans les appartements de son Lié. Elle aimait ses frères et sœurs. Elle aimait son Màr de naissance, son foyer et s’y sentait chez elle. Cependant, son manque de sociabilité la mettait souvent à l’écart, en dépit des efforts des autres à vouloir tenter un rapprochement. La dragonne était une ombre évanescente. Et cela lui convenait parfaitement.

Les coups frappés vivement contre le bois achevèrent de la tirer du sommeil. Lhassa ouvrit ses grandes opales teintées d’inquiétude, scruta la pièce en désordre, huma l’air à la recherche de la présence de son Lié. Mais Athelstan n’était pas encore rentré. Sans doute était-il encore à la Flèche du Cadastre. Elle aurait pu effleurer son esprit mais elle redoutait de troubler sa tranquillité et de récolter sa colère, par la même occasion. Au lieu de cela, elle se redressa doucement pour se diriger vers la porte. Elle jeta un regard impuissant à la poignée avant de se résigner à adopter une forme fatigante qu’elle n’appréciait que peu. Une jeune femme en longue chemise de nuit, si pâle et si frêle qu’on aurait cru à un fantôme, se matérialisa à la place de la dragonne d’azur suite à une forte concentration de lumière. Ses longs cheveux bleus, de la même teinte que ses écailles, masquaient une partie de son visage. Elle ouvrit la porte, jeta un rapide coup d’œil à l’ondin aviné derrière, le reconnut et s’effaça pour le laisser entrer.

- Entre. Athel… Je veux dire : Maître Thrawnen n’est pas encore rentré.

Elle referma la porte derrière Qonoziux et le contempla longuement sans bouger.

- Je suis Lhassa. Tu te souviens de moi ? Je n’aime pas cette apparence mais c’est plus pratique parfois, il paraît… J’avais peur que tu réveilles tout le monde à force de taper contre la porte.

Elle s’approcha brusquement d’un pas et le renifla. La curiosité limitée de la Bleue la poussait à examiner ce bipède. Il était le premier Aspirant auquel elle prêtait réellement attention. Ne connaissant ni la honte ni les excès de confiance en soi, elle renchérit après s’être reculée :

- Maître Thrawnen sera un bon maître-dragon. L’Intendance a fait le bon choix… Mais moi, je ne sers pas à grand-chose. Je n’ai rien d’exceptionnel… Je suis souvent un poids plus qu’autre chose... Tu as de la chance d’avoir mon Lié pour Maître. Ne t’en fais pas : il t’acceptera dans notre Triade. Je t’en fais la promesse.

Qonoziux pouvait y voir une forme de courage de la part de la dragonne – s’il avait compris que celle-ci avait une piètre opinion d’elle-même et l’acceptait tel quel. Lhassa ne se sentait ni plus forte ni plus déterminée qu’auparavant. Mais elle savait ce qui manquait à Athelstan. C’était inévitable. Il serait le Maître de ce Qonoziux Bâmaré, elle le savait. Ce n’était qu’une question de temps. Personne ne dérogeait aux lois établies du Màr Luimë sans en souffrir. Elle ne voulait pas qu’Athelstan ne souffre.

- Tu as l’air malade, dit-elle en penchant la tête de côté, observant de ses yeux draconiques le jeune homme. Tu devrais t’asseoir. Mon Lié ne va pas tarder à rentrer.



Visiter le site web du posteurMSN
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:12 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu