Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] La quête d'identité d'un elfe perdu Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Ewen Njall
Aspirant(e) Errant(e)
Aspirant(e) Errant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2017
Messages: 17
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 11
Race: Elfe
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 19 Sep 2017 - 17:33 Répondre en citantRevenir en haut

Toute fin Mystraku 918



Dans l’ombre du Mont Gerikor, durant une froide matinée, la fine silhouette d’un solitaire drapé d’une cape juste assez épaisse pour ne pas mourir de froid avançait d’un pas vif et sûr. Le vent froid qui fouettait le visage pâle et balayait la chevelure immaculée vers l’arrière obligeait l’elfe de fermer à demi ses paupières afin de protéger ses yeux bleu larmoyant.

Ewen, au fil d’une de ses lectures, avait vu des passages parlant d’un Oracle vivant au sommet du Mont. Depuis, il ne cessait de se poser des questions et d’attendre le moment propice pour s’y rendre. L’aspirant s’était donc renseigné dans d’autres livres pour savoir comment atteindre l’Oracle. Pour cela, il fallait aller au sommet dans une ascension difficile pour ceux qui n’en avaient ni le courage, ni la motivation. Durant cette ascension, il pouvait se passer des choses, comme avoir des visions du passé. Bien sûr, la récompense qui se trouvait au bout du chemin en valait la peine.

Après avoir réussi à trouver quelqu’un qui soit d’accord pour l’emmener à un endroit pas trop proche de sa véritable destination avec un motif qui ressemblait à "On m’a demander d’aller chercher quelque chose là-bas et j’ai besoin de quelqu’un pour m’y emmener". Ewen avait ensuite attendu que le chevalier reparte pour sa mission et entama son chemin vers le Mont. Personne au Kaerl ardent ne devait connaître ses véritables intentions. Pour lui, les ardents étaient pour la plupart des êtres qui n’hésitaient pas à malmener ceux qu’ils considéraient comme trop faible, d’autres prenaient même du plaisir à tuer. Ce n’était pas la vie qu’il cherchait. Pourquoi l’avait-on emmené dans ce lieu ? Pourquoi le destin ne l’avait tout simplement pas laissé avec les marchands sur ce navire ? La tempête avait créer dans la vie de l’elfe un véritable angle droit qu’il n’avait pas su prendre et le voilà désormais qui s’était prit un mur infranchissable. C’était une des raisons pour laquelle il se trouvait ici aujourd’hui. La deuxième, c’était sa quête familiale. Où se trouvait désormais son frère ? Qui était donc son père et où était-il parti ? Ces questions le hantaient depuis bien plus longtemps que celles qui se posaient sur sa présence chez les ardents.

Désormais dans le hall de pierre, transi jusqu’aux os par le froid et tremblant, l’elfe observait ce qu’il se trouvait autour de lui. De magnifiques sculptures de pierres en forme de dragon semblaient fixer Ewen de leur regard pénétrant. Une sensation d’oppression apparût dans son coeur, le faisant douter de sa réelle motivation et de son envie de connaître les réponses à ses questions. C’est la peur qui pointait le bout de son nez au sein de esprit fragile. De quoi aurait-il peur ? Peut-être de repartir avec encore plus de questions qu’il n’en avait en arrivant. L’elfe serra les poings et entendit un cri de femme retentir. C’était là un cri de douleur qui semblait durer une éternité. Ewen chercha d’où pouvaient provenir ces cris et courut droit devant, vers l’endroit qui lui semblait le plus probable. La voix semblait réveiller quelque chose en lui, mais quoi ? Il prit le chemin le plus à droite, suivant le son de la voix.

Lorsqu’il arriva dans une sorte de petite salle, l’elfe n’entendit plus les cris. La pièce se mit soudainement à briller, laissant place à une pièce plus sombre. Une femme, allongée sur un lit, avait le ventre très rond et semblait souffrir. Ses cheveux noirs étaient trempés de sueur tandis que d’autres femmes s’affairaient autour d’elle. Un autre cri, puis un enfant apparu. Cette femme, Ewen la connaissait. Il assistait à sa naissance et celle de son frère.

« Ce sont des garçons ! Regardez... »

« Je n’en veux pas de ces gosses ! Hors de ma vue ! »


Deux des trois jeunes femmes emmenèrent les nouveaux-nés dans une autre salles.

« Pauvres enfants. Rejetés par leur mère et nés sans père. Il ne leur reste que l‘orphelinat, un bordel n’est pas un endroit pour des enfants. »

« Tu as raison Anja. On devrait leur donner un nom à ces petits. Que dirait tu d'Ewen et Awen ? »

La vision s’estompa et Ewen se surprit avec des larmes coulant sur ses joues. Leur mère ne les avaient jamais aimés, lui et son frère. Mais l'entendre lui fit l'effet d'un coup de poignard en plein coeur. Et ces femmes qui avaient pitié d'eux...Frustré, il tapa le sol avec son poing pour évacuer la colère qui s'emparait de lui, essuya les larmes d’un revers de la main, se releva et continua. Maintenant qu’il était arrivé si loin, il n’allait pas reculer. Revoir son frère, même si petit, lui redonna la détermination qu’il avait en arrivant. Retrouver sa famille et savoir ce qu’il devait faire avec ce fichu kaerl ardent était bien plus important que tout le reste. Marchant d’un pas plus que déterminé, il grimpa les escaliers, oubliant le froid et la peur qui auraient pu entraver sa route. Pourquoi donc l’Oracle lui avait-il montrer cette vision ? Ewen savait déjà qu’il était né dans un bordel. Peut-être pour qu’il sache que sa mère considérait ses fils comme de simples bâtards et qu’ils ne méritaient aucune considération de sa part car ils venaient d’un homme qui avait pour seul but de prendre du plaisir avec une jeune femme.

Après plusieurs minutes d’errance dans des chemins ascendants et descendants, Ewen commençait à sentir ses jambes devenir douloureuses. Un peu plus loin, un carré plat au milieu des escaliers montant, un bon endroit pour faire une petite pause. L’elfe pressa un peu le pas pour s’y rendre et reprendre son souffle, mais à peine eut-il mit le pied sur la surface plane que des vertiges le firent tomber, les mains et genoux au sol. Une vive lumière l’obligea à fermer les yeux et lorsqu’il les rouvrit, ce fut sur le dos d’un elfe avec de longs cheveux blancs descendant en cascade dans son dos. Face à lui, la jeune elfe à la chevelure noire qu’il avait vu plus tôt et qui avait mit au monde les deux frères jumeaux. L’homme mis ses mains sur les épaules de la femme et fit glisser la robe sur les bras fins et ensuite le long du dos de la jeune femme. Ewen comprit de suite ce qui allait se passer, devint aussi rouge que des pommes bien mûres et se cacha les yeux. Lorsqu’il risqua un coup d’oeil au travers de ses doigts, la vision avait disparue. Un elfe au longs cheveux blancs était avec sa mère. Se pourrait-il qu’il soit on père ? C’était plus que probable.

Le temps commençait à se faire long et les jambes de l’elfe se faisaient de plus en plus lourdes. La faim et la soif le tenaillaient et la fatigue se fit sentir au bout de quelques pas vers l’avant. Un grondement plus que terrifiant fit paniquer Ewen et de la fumée noire apparue, le tout accompagné d’un crépitement de flamme. Une autre vision s’offrit alors à l’elfe. En plein hiver face à un lac gelé, des flammes consumaient les arbres. La chaleur était telle que la glace fondit en un rien de temps. Lorsque les cendres brûlantes allèrent dans sa direction, Ewen prit la fuite et se retrouva ainsi dans l’obscurité. Combien de temps s’était écoulé depuis son arrivée ? Il n’en savait rien. Mais lorsqu’il se retourna, l’elfe se retrouva face à un grand dragon, calme, proche de lui. Ewen fit un pas en arrière, surprit de voir une telle créature apparaître ainsi alors que quelques secondes en arrière il n’y voyait que les ténèbres.

*Soit le bienvenue, Ewen Njàll, jeune elfe à qui la vie a réservé bien des soucis. Ces visions t’ont-elle aidé ? Ou bien as-tu besoin de quelques paroles pour en comprendre le sens ? *

Pétrifié, Ewen mit du temps à comprendre qu’il se trouvait face à l’Oracle. Celui-ci connaissait son nom et son passé. Connaissait-il son futur ? L’elfe mit plus de temps encore à répondre aux questions posées par l’Oracle.

« Oracle, je crois bien savoir que les deux premières visions sont du passé, mais la dernière ? Comment puis-je trouver mon frère si je ne connais que son visage d’enfant ? Et mon père ? Un elfe vu de dos, n’est-ce pas ?»

* Ton frère, tu l’as déjà trouvé. Tu le côtoie sans même savoir qui il est. La tempête à voulu vous rassembler ce jour là, à vous de vous retrouver. Quant à ton père, il est parti avant ton arrivée. Cet elfe en exil ne reconnaît pas la chair de sa chair. Sache que les retrouver ne sera point difficile. Ce sont les retrouvailles et les rencontres qui seront les plus dures, jeune elfe. Ces deux personnes, tu les as perdues de vue depuis bien des années, ne l’oublie pas.*

Bien évidemment, tout comme avec les visions, les paroles ne lui disaient pas vraiment où se trouvaient son père et son frère. Il mémorisa bien chaque mots de chaque phrases et posa la question qu’il se posait depuis son arrivée.

« Oracle, est-ce que j’ai bien fait de suivre ce maître dragon et son dragon blanc ? Le kaerl ardent… J’ai l’impression que j’ai prit la mauvaise déscision. »

* Jeune elfe. Tu as saisit une opportunité de venir sur tol orea. Cette chance, tu ne l’aurait peut-être pas eu une seconde fois. Mais sache que la glace n’est pas capable de supporter les flammes qui finiront par la faire disparaître. Seule l’eau sera capable d’éteindre ces flammes brûlantes et aider la glace à se reformer. *

« La glace ? Comme celle que je suis capable de faire ? D’ailleurs, pourquoi est-ce que j’ai ce don ? »

* C’est grâce à ce don que tu es encore en vie aujourd’hui, n’est-ce pas ? Voit le comme quelque chose qui t’a été donné pour t’aider à suivre ta destinée. Pas tout le monde n’arrive à utiliser la magie. *

Ewen, pour la première fois de sa vie, se rendit compte qu’il avait reçu à sa naissance un précieux cadeau pour l’aider à avancer dans la vie. Finalement, celle-ci ne l’avait pas complètement abandonnée. Mais il restait toujours le problème du kaerl ardent. Comme pour répondre à ses réflexions, l’elfe se rappela de ce qui s’était passé dans les bains. Non, ce n’était pas possible de revivre une chose pareille, sans compter Ansehelm et Ashtad qui n’étaient pas des plus agréables selon lui. Quant à son co-aspirant… Une révélation lui parvint tel un éclair dans les cieux. Alwin…

« Oracle... »

* Je ne peux te répondre, Ewen. C’est à toi de trouver les réponses que tu cherche. Je t’ai suffisamment guidé. Tu doit prendre tes propres décision. Tu te trompera peut-être, mais tu devra continuer à chercher et persévérer. *

« Dans ce cas… Je vous remercie. »

*Je n’ai fait que ce que j’ai à faire, jeune elfe. Guider une âme en quête de réponses *

Ewen fit un signe de la tête et se retourna pour partir, ses pensées se bousculant dans sa tête. Il avait ce qu’il était venu chercher. Il avait peut-être une piste pour retrouver son frère, son père "en exil" pouvait-être n’importe où et la seule chose qu’il avait pour se repérer était une vision de lui de dos. Pour le kaerl, s’il comprenait bien ce qu’on lui avait dit et montrer, les flammes pourraient être le kaerl ardent, ce qui paraissait logique à ses yeux, la glace faisaient certainement allusion à la magie de l’elfe, mais l’eau ? Comment l’eau pouvait aider la glace à se reformer ? Et reformer quoi d’ailleurs ? Plus Ewen avançait sur le chemin du retour, plus il se posait de questions. Mais une chose était sûre, il ne remettrait plus jamais les pieds au kaerl ardent.

Une fois au pied du Mont Gerikor, la nuit arriva bien vite. Là, un autre problème s’imposa à Ewen. S’il ne rentrait pas au kaerl ardent, où allait-il passer la nuit ? Aller à Loméanor était bien trop risqué s’il ne voulait pas qu’on le retrouve. Et le chevalier qui l’avait amené et devait le récupérer ? L’elfe pria les Dieux pour qu’il ne parte pas à sa recherche. Aucun ardent ne devait le retrouver tant qu’il ne savait pas comment trouver l’eau qui l’aiderait. Ewen partit donc à la recherche d’un abri dans la forêt la plus proche, drapé de sa cape qui ne pouvait en rien l’aider à lutter contre la froideur de la nuit d’hiver. Tout au long de sa marche, il se promit de faire un bon feu de camp et de réchauffer de l’eau pour avoir de quoi boire. Pour se nourrir, il fera comme il a toujours fait. E n attendant il pouvait bien rester l’estomac vide. Ce n’était pas comme s’il n’avait jamais vécu ce genre de situation.




Publicité





MessagePosté le: Mar 19 Sep 2017 - 17:33 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu