Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [Aspirant] Qonoziux Bâmaré Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Qonoziux Bâmaré
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 23 Aoû 2017
Messages: 6
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1
Race: Ondin
Maître: Athelstan Thrawnen
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 23 Aoû 2017 - 18:03 Répondre en citantRevenir en haut

Nom : Qonoziux Bâmaré

Surnom : La termite : nom donné par le capitaine du navire Le Marachant dû aux nombreuses gravures qu’il faisait sur chaque morceau de bois qui passait entre ses mains. Et pour un charpentier de marine, ce ne sont pas les occasions qui manquaient.

Age : Printemps : 25 ans lors de l’Hiver 918.

Race : Ondin

Physique, Caractère :
Sa peau n’est pas des plus claires pour un Ondin, et il le doit aux nombreuses heures passées en mer, exposé au soleil. Ses yeux bleus font quant à eux honneur à ses origines et l’aident à attirer l’attention de ces dames dans les tavernes (ou peut-être est-ce sa bourse de pièces mise en évidence).
Ses cheveux sont toujours très courts pour en simplifier l’entretien, tandis que sa barbe traîne facilement quelques jours par feignantise.
Il arbore quelques tatouages coutumiers des ondins : l'un principalement dans le dos, l'autre à la cuisse droite et un troisième partant de l'épaule jusqu'au bras gauches.
Ses mains, principalement la gauche car il est droitier, sont marquées de nombreuses petites cicatrices blanches. Il a toujours une petite coupure fraîche.

Son activité de marin lui a permis de développer une musculation appréciable sans être non plus une force de la nature. Ni grand, ni petit, il excelle dans la normalité.

En bon marin, il est très sociable et facile à aborder. Habitué à changer régulièrement de compagnons selon les opportunitées il ne s’attache que peu aux gens, préférant les relations brèves et sans contraintes : sortez de l’alcool et il devient votre meilleur ami, amitié qu'il n’hésitera pas à troquer contre une pièce d’or. Seul son père a gagné son profond respect et une grande admiration, il est la seule personne pour qui il a une réelle affection.

Toujours partant pour trinquer, il a un véritable faible pour l'alcool et pour les festivités en général. Il n'aime pas les complications et préférera contourner un problème pour le laisser à ceux que ça intéresse.

Alignement : Chaotique neutre

Clan choisi : Kaerl Englouti

Lié(e) : Aucun pour le moment

Histoire :

- Hey !
Je me réveille doucement, perdu. Mes yeux ne m’aident que peu à me situer tant la lumière est faible.
- Gamin, réveille toi !
Mon ouïe m’informe bien plus efficacement que je suis en mer, jusque là rien d’inhabituel.
- Allez, je sais que tu es réveillé, fais pas semblant.
Mes mains sont froides et mes poignets me font mal. Je réalise enfin que je suis attaché. C’est déjà moins commun.
- Où suis-je ?
- Dans un bateau.
- Mille mercis, je pensais être dans une clairière.
- Si tu n’aimes pas la réponse, tu n’avais qu’à ne pas poser la question...

Ma mémoire se réveille enfin. Nous venons de perdre face aux mercenaires. Quelle idée aussi que de vouloir arnaquer des arnaqueurs professionnels. Au moins, le capitaine du navire marchant Tuhain'mar aura appris une dernière leçon avant son dernier plongeon.

J’ai toujours mon collier, mais semblerait que mon porte chance n’ai pas été un franc succès... Après réflexion, je ne suis pas encore mort, c’est mieux que rien.

- Pourquoi m’as-tu réveillé ? Je suis encore un peu bougon, mal réveillé.
- Ca fait des jours que tu dors et moi des semaines que je n’ai pas eu de compagnie. On pourrait se taper la causette, qu’en penses-tu ?
- Des jours ? Ils ne m’ont pourtant pas drogué, si ?
- Des jours, des jours... je ne suis pas porté sur les mathématiques mon garçon, mon truc c’est plutôt le poisson, vois-tu ?
Mon porte bonheur est définitivement défectueux.

Je teste les liens, rien à redire le travail a été bien fait. Je regarde autour de moi, rien ne m’inspire suffisamment de tranchant pour couper la corde qui me retient, je vais devoir supporter mon compagnon.

- Hey, gamin. Pourquoi ils ne t’ont pas tué, toi ? Car le reste de ton équipage y est passé, tu sais...
Une question de moins à poser.
- Quitte à mourir, j'ai préféré retourner ma veste et leur proposer mes services.
Ma réponse n'est certe pas des plus honorables mais a le mérite d'installer un bref silence dans la cale. Je réfléchis à mes possibilités qui sont maigres et décide de profiter du savoir de mon compagnon d'infortune.

- Et toi, comment as-tu atterri ici ? Sais-tu où nous allons ?
- Je suis une commande, mon fils a payé ces mercenaires pour me ramener. Mais je n’ai pas envie de parler de moi, j’ai déjà raconté mon histoire aux cinq précédents. A ton tour, t’es qui, tu viens d’où ?
- Juste un marin, rien de bien original.
- Fais pas ton égoïste, déballe. Quitte à mentir, au moins distrais moi !


Pour une raison que je ne peux expliquer, ma bouche prend les devants et répond sans ma permission.
- Qonoziux, charpentier de marine.
- De la famille ?
- Ils ne viendront pas me chercher ici.
- Tu voyages seul ? D'où viens-tu comme ça ?

Le trajet va être long de toute façon, autant s’occuper comme on peut. Je lui déballe donc mon histoire que je n’arrive pas à retenir.

***


Ma mère Ondine eu deux enfants d’une première union avec un Torhil. Au décès de ce dernier, elle trouva refuge après de Bonron, son ami d’enfance. Une union plus pragmatique que de coeur, cela ne les empêcha pas de profiter des joies de la chair, joies qui finirent par porter leurs fruits en ma personne.

Plusieurs années me séparent de mes ainés mi-Torhils. Sur des centres d'intérêts différents, nous n'avons jamais eu une complicité à la hauteur de celle qu'ils se partageaient ; il m'arrive de regretter de ne pas avoir de petit frère ou soeur.

Ma mère a toujours été plus distante avec moi qu'avec ses beaux demi-sangs. Comportement à l'opposé de mon père qui voit en moi son favoris ; la fierté du sang. Bonron est pêcheur et d’aussi loin que remontent mes souvenirs, j’étais toujours en mer avec lui et son équipage. Trop jeune pour prendre part aux activités, je trouvais toujours moyen de mettre la main sur un couteau pour aller dessiner quelques gravures là où je ne dérangeais personne.

Un jour de mon 5ème printemps, la lame s’écarta de sa trajectoire et vint trouver ma main. J’éclatais en sanglot et les matelots accoururent.
- Je vais mourir papa ? demandais-je en le regardant à travers mes larmes.

L’équipage éclata de rire tandis qu’on apportait de quoi nettoyer ma blessure de surface.
- Au pire une petite cicatrice ; que je te souhaite d’ailleurs, ça fait craquer les filles.

Rentré à la maison, le discours était tout autre. Ma mère reprochant une fois de plus le manque de prudence de mon père qui, lui, claqua la porte pour aller chercher du réconfort à la taverne.

***


J’avais à présent 10 ans et n’avais nullement cessé de fréquenter le bateau de pêche de mon père. J’avais gagné quelques cicatrices supplémentaires, le navire quant à lui était recouvert de gravures. Cela fascinait beaucoup moins l’équipage qui le tolérait uniquement car je devenais utile à bord. Mes premières bases de navigation n’avaient pas de quoi rougir et je faisais une petite paire de mains frêle mais serviable.

- Gamin, ça te dis de passer la journée sur le bateau pour ton anniversaire ?
- Oui !
- Non, il a école. Ce n’est qu'un enfant, pas un marin.

Ma mère s'obstinait toujours à tenter de ramener un peu de raison dans ma vie et voulait que je suive les traces de mes aînés studieux, tempérés et bien intégrés dans le village.
Je n'étais pas mauvais à l'école mais préférais écouter les histoires de monstres marins que celles des vieilles guerres entre peuples pour réclamer un lopin de terre.

- C’est son anniversaire, il peut bien faire ce qu’il veut de sa journée. Tu as vu comment il est content de venir ?
Ma mère était consciente qu'elle me vouait moins d'affectation qu'à ses deux aînés et en culpabilisait les jours où j'étais à l'honneur. Dans cette situation, il lui était difficile de se montrer ferme et cédait facilement pour me faire plaisir.

C’était une belle journée et j’en profitais pour continuer une gravure sur le toit de la cabine pendant que le bateau gagnait le point de pêche. Le soleil était à son zénith quand Bonron m'appela pour manger un morceau. Il me tendit un couteau de poche qui m’était inconnu.
- C’est le tiens celui-ci, prends en soin.
Alors que je réalisais tardivement que c’était mon cadeau d’anniversaire, j’enlaçai mon père puis posai mon regard sur mon bien le plus précieux.

De retour sur la terre ferme, je me trouvais devant la taverne. Ce lieu de tous les mystères, où tous les secrets n'en sont plus, l’aimant de toutes les âmes errantes et videur de bourses.
- Pas un mot à ta mère, compris ?

Émerveillé était le bon terme. L’odeur était forte mais rien d’insupportable comparée à des cales de poissons males nettoyées. Le sol était moite et les tables poisseuses, le brouhaha couvrait les conversations tel la houle. Les hommes étaient tous joyeux à l’hystérie.
Je me sentais bien, tel en mer, et garde encore aujourd’hui un très bon souvenir de cette première fois. Je me revois boire ma chope de bière coupée à l’eau, grimacer de dégoût mais me forcer à la finir tel un grand. L’apogée de ce moment fut le regard d’admiration et de tendresse de mon père lorsque je posais ma chope vide.

***


La tempête des jours passés s'était enfin calmée et il me tardait de retourner en mer. Je ramassai un morceau de bois mis à ma disposition grâce aux intempéries.

Je travaillais ma trouvaille lorsque je vis au loin un navire imposant se dévoiler au tournant d’une falaise. Je jetai ma pièce et pris le chemin du port. Le bateau peina à aborder dans un cadre sous dimensionné.

J’étais fasciné par cette créature d’une toute autre dimension et n’était pas le seul au vu de la foule qui se constituait sur le quai. Je me frayais un chemin puis parvins à capter l’attention d’un marin. Après plusieurs heures, mon père vint m’arracher à ma nouvelle distraction, sauvant le peu de patience restante du pauvre homme qui subissait ma curiosité.

Le Marachant, tel était le nom de cette créature des mers, resta à quai plusieurs jours. Cette escale improvisée permit à l'équipage de réparer les récents dégâts accumulés que la tempête avait aggravés.

Un soir, mon père vint discrètement me réveiller alors que j’étais à peine couché.
- Habille toi en silence, m’ordonna-t-il de son sourire plein de malice.

Je me trouvais face à la Taverne, une fois encore. Je ne m’y rendais pas des plus souvent mais un jeune de 12 ans se fait facilement remarquer entouré de marins alcoolisés.
- L’équipage du Marachant est au complet ce soir, tu sais qu’ils partent demain, n’est-ce pas ?
- Oui... J’ai réussi à monter dessus hier, leur navire est impressionnant !
- Je sais, je sais. Je pense que tu connais l’équipage au complet mieux que quiconque au village, même que ces dames.
- Elles s’intéressent aussi aux navires ? C’est pour ça que vous passez autant de temps ici, donc !

Mon père éclata de rire. Autant j’étais adulte lorsqu’il était question de navires, autant les choses de la vie me faisaient défaut. C’est étonnant de voir à quel point ses collègues avaient sû conserver un registre courtois en ma présence.

Le lendemain, mon père me réveilla dès le levé du soleil. Un gros baluchon était déjà prêt à ses pieds.
- Nous partons en mer plusieurs jours ?
- En quelque sorte. Prépare toi vite, nous sommes en retard.


Nous arrivâmes au port et mon père m’arrêta devant le Marachant qui était prêt à lever l’ancre.
- Ta mère n’aurait jamais accepté si je lui en avais parlé.
- Accepter quoi ?
- Ils ont besoin d’un apprenti charpentier. Je t’ai proposé.


Le capitaine s’était montré intéressé à l’idée de former un jeune ondin. De mon coté, je n'allais pas laisser passer une telle occasion de voyager et de vivre toutes les expériences fascinantes contés par les marins.

J’étais devenu Qonoziux, l’apprenti charpentier du Marachant. J’y ai passé de nombreuses et très agréables années durant lesquelles j’étais le petit frère de tout l’équipage et le fils du charpentier qui n’en avait jamais eu.

***


- Tu as dû en voir du paysage !
Mon compagnon de cellule me tire de mes rêveries. J’ai effectivement cessé de parler, perdu à contempler tout ce bois qui semble vierge de gravure et qu’il me démange de souiller.

- Oui, nous avons même un jour mis le cap vers Tol Orëa. Notre navigateur passait plus de temps à regarder le fond de son verre que ses cartes. Pas peu fier d'avoir mis mon nez dans ses affaires ce jour-là.

Lors de mon 17ème printemps, le Marachant s'approche de ma ville natale et je négocie avec le Capitaine d'y faire un crochet. Ce fut de nouveau l’événement au village car des navires de cette dimension ne s'arrêtent pas dans ce petit port, sauf urgence. D'ailleurs, aucun autre n'y avait fait d'escale depuis notre départ cinq ans auparavant.

Mon père fut heureux de me voir et le sentiment était partagé. J'étais tellement pressé de lui raconter mes expériences que je ne souhaitais plus qu'une chose : faire un crochet à la taverne.
Ma mère aussi était contente de me voir mais fut moins démonstrative. Je n’avais pas beaucoup écrit ces cinq dernières années, pas suffisamment pour calmer celle qui m'en voulait que je sois parti sans un mot. La distance et le temps eu raison du peu que nous avions en commun elle et moi, et un désir restreint quant à s'intéresser l'un à l'autre s'était installé.

Durant ma vingtaine de jours au port, je passa plus de temps à la taverne qu’au domicile familiale, heureux de raconter mes aventures à qui voulait bien les entendre.

- Tu vas me faire croire que ton navire est resté vingt jours au port ? Même si tu mens, fais le avec sérieux...
- Non, j’ai pris de mon père l’addiction des tavernes. J’ai raté le départ du Marachant, retenu dans un lit d’une auberge en très bonne compagnie, la tête quant à elle douloureuse au réveil. C’est aussi pour ça que je suis resté aussi longtemps chez mes parents ; ces dames ont habillement distrait mon attention et ma bourse y est passée, l’auberge m’a jeté.


Las des disputes avec ma mère sur nos modes de vie trop différents et de l’absence totale de conversation avec le reste de la fratrie, j’embarquai sur un navire contre service et continua mon parcours en mer.

Après quelques trajets chaotiques, je finis mendiant pour mes 18 ans. Je tentais de vendre mes sculptures de bois sans grand succès. Je vendis un petit collier improvisé porte chance et en tire un prix décent. Il n’en fallut pas plus pour me reconvertir en vendeur de totems pour tous les usages. J’y gravais de vieux symboles Ondin, mon imagination complétant mes lointains souvenirs approximatifs.

Le succès fut au rendez-vous et je devins brièvement célèbre dans le voisinage. Bien que sceptique sur les réels pouvoirs que mes clients prêtaient à mes totems, je finis par me reconstituer une fortune suffisante pour passer quelques bons moments à la taverne.

L’appel de l’aventure se faisait cependant de plus en plus grand et repris la mer lors de mon 19ème printemps. J’embarquai sur divers bateaux pour de brèves traversés puis posai mes affaires sur le Arcami, navire de mercenaires occasionnellement pirates.
J'appris à me battre sur le tas. Je n’étais pas la plus fine lame mais j’eu quelques petits moments de gloire. Après tout, mes différents pendentifs n’étaient peut-être pas des plus inutiles.

Après la mission de trop, l'Arcami sombra au combat. Je me retrouvais de nouveau à vagabonder de port en port, j'avais alors 23 ans.

***


La trappe de la cale s’ouvre sans ménagement et une torche s’approche de mon compagnon d'infortune.

- Cap’taine, je crois qu’il est mort lui.

Je regarde la silhouette en face de moi, elle semble effectivement inerte. Le capitaine soupire puis descend dans la cale à son tour. Il juge la distance et semble conclure que je ne suis pas responsable du décès. Un homme pragmatique me dis-je. Après considération, l’apparence du défunt laisse à penser qu’il ne lui fallait plus grand chose pour passer dans l’au-delà.

La culpabilité tente de s'installer en moi quand le capitaine des mercenaires m'interpelle.

- Tu as dis être charpentier ?
- C’est exacte mon Capitaine. Je sais également coudre les voiles, j’ai des bonnes notions de navigation, un peu de ...
- Tais toi ! J’ai besoin d’un larbin, pas d’une chanteuse, il y a les auberges pour ça.
- Je ne dirais pas non pour un crochet dans une auberge, une chope me ferait grand bien.
- Et avec quel argent ?
- Vous les payez combien, vos charpentiers ?
- Nos larbins, nous évitons de les tuer.
- Entendu mon Capitaine.
- Et qu’est-ce qui me dit que tu ne vas pas essayer de me faire un sale coup ?
- La vengeance ne ramène pas les morts.


Me voilà de nouveau larbin à bord d'un navire de mercenaire. Je prends aisément mes repères grâce à mon expérience sur l'Arcami et deviens rapidement un membre à part entière de l'équipage pour un peu plus d'un an.

***


Je pose ma sixième, ou peut-être septième, chope de bière puis suis cette ravissante demoiselle qui m’attire à l’étage. Sa main est douce et de mon pouce, je la caresse délicatement tandis que je monte les escaliers. J’évite de tomber avec grand mal mais conviction, motivé à vouloir faire bonne impression ; la soirée ne semble pas terminée.

Nous ouvrons une première porte mais découvrons la chambre bien occupée. Je heurte un compagnon de beuverie en refermant la porte et constate qu’il a l’alcool mauvais. Il me prend par le col pour me plaquer contre le mur, se trompe de côté, je me retrouve à passer par dessus la rambarde. J’atterri sur une table fraîchement nettoyée, l’alcool aidant à ne pas ressentir la douleur.

Viré de la taverne, non remboursé de la nuit pourtant non-consommée, je regagne le navire en titubant et y découvre mes affaires sans dessus dessous une fois de plus, la fois de trop. Je réunis mes affaires, mon glaive d’un côté, poignard de l’autre, couteau de poche placé comme bien nommé. Arrivé sur le pont, je trie brièvement mes pendentifs de bois pour n’en garder qu’un, promettant un voyage heureux. Je jette les autres à la mer et quitte le bateau.

Fatigué de naviguer, je m’engage sur un chemin sans la moindre idée de la distance pour gagner la prochaine ville. Après quelques heures de marche, je ne titube plus mais avance d’un bon rythme. Le sentier monte et arrive finalement en haut d’une petite colline, sur un plateau circulaire de pierre. La vue, certainement magnifique de jour, fait office de cul de sac.
Je me pose derrière un buisson puis laisse la fatigue l’emporter.

***


Je ne suis plus seul, une conversation me réveille. Je tâte distraitement mes affaires et remarque que tout semble en place. Je tente d’ignorer la conversation, enclin à quelques heures supplémentaires de sommeil mais ma curiosité l’emporte, intriguée par une voix étrange.

Je sors de ma cachette et me retrouve face à un lézard géant. Un homme se tient à ses côtés et lui parle. La situation semble plus naturelle pour lui que pour moi envers un chien, même ivre.
Je sors mon poignard, prêt à me défendre. Je regarde la bête puis considère la taille de ma lame.
Je sors mon glaive de son étui et me sens enfin en sécurité.

L’homme me sourit, ce qui a le mérite de m’agacer.
- Tu n’as rien à craindre, il est inoffensif
* c’est plutôt lui qui est inoffensif, il croit pouvoir me faire quoi avec ses lames ? *
- Vous rien, mais je me ferai un plaisir d’embrocher votre lézard s’il m’approche de trop près.
* je crois qu’il a le dons *
- peut-être pas un don mais mes lames ne sont pas uniquement là à but décoratif. Je sais les manier !
- il t’a entendu effectivement.


Je regarde l’homme à deux fois, sa voix n’est pas constante. Puis je réalise enfin :
- c’est cette chose qui a parlé ?

Fort de patience, l’homme et son compagnon écailleux prennent le temps d’expliquer les grandes lignes tandis que je débouche et bois quelques gorgées de ma dernière bouteille.

- Tol Orea, mais il n’y a rien là bas à part des démons ! Uniquement des falaises, réputé inaccostable ni même approchable...
Le dragon déploie ses ailes et feint de s’étirer, un sourire semblant se dessiner sur son visage.
- J’ai compris, je retire ma question.

- Alors, es-tu intéressé pour nous rejoindre ? Tu n’es pas le plus jeune que nous recueillons mais tu as encore l’âge d’être un aspirant.
* Sa bouteille est bien avancée, je ne suis pas certains qu’il soit en pleine possession de ses moyens *
- De la piquette, de l’eau avec un mauvais goût. Ça ne compte pas. Un aspirant, un apprenti, c’est bien ça ?
- Oui. Mais comme je t’ai dis, il te faudra te séparer de tes proches...
- Ce sera rapide de ce côté là.
- J’en conclus que tu es intéressé ?
- Ma bouteille est vide, je ne dirais pas non à me faire transporter. Je n’ai pas envie de rebrousser chemin à pied, mais comme tu… vous pouvez le voir je suis coincé.

* Je ne suis pas un simple transporteur *
- Attend, faut que je trouve mon propre dragon avant de venir ? Mais je croyais qu’on les trouvait uniquement sur votre île ?
* continent *
- Non, ce que nous voulons dire, c’est qu’il n’est pas question d’un simple trajet mais d’un plein engagement irréversible.

Je pose délicatement ma bouteille vide et tente d’aborder une bonne posture. Cela fait des années que je n’ai pas fait le fier.
- Ce serait un honneur de vous suivre, Capitaine.
- Capitaine ?

* Je crois qu’il essaye d’être respectueux *


Possessions :
Armes : son équipement pour le combat de mêlée est un glaive de 60 cm dans la main droite, un poignard de 20 cm dans la main gauche. Il préfère cependant les confrontations discrètes lors desquelles il emploiera uniquement son poignard, privilégiant l’effet de surprise. Il n’a aucun remord à tuer un ennemi en le poignardant dans le dos.
Il ne porte que rarement son glaive, estimant un poignard suffisant au sein du Kaerl.

Il a cependant toujours avec lui son couteau de poche, dont la cible est le bois, jamais la chaire (mise à part la sienne quand il se coupe). Il a d'ailleurs très souvent un morceau de bois qui traîne dans ses poches.
Son collier est composé d’une chaîne au bout de laquelle pend une petite pièce sculptée, un porte bonheur. Il n’accorde que peu d’importance à son collier en soit, le perdant régulièrement. Il est habitué à le refaire occasionnellement et en a toujours plusieurs de prêts dans ses affaires.

Magie :
En plus du Don, il peut enchanter les objets de bois qu'il sculpte pour leur associer un effet : porte bonheur, bonne fortune, réussite, malédiction...
Qonoziux n’est pour autant pas convaincu de leur réel pouvoir. Selon lui, les personnes sont tellement persuadées que ses sculptures fonctionnent qu’elles se portent chance ou malchance elles-mêmes.
Bien qu'il sculpte depuis des années, il lui arrive encore très régulièrement de se couper lors de sa pratique. C'est son sang d'Ondin qui donne leurs propriétés magiques aux objets qu'il travaille.

Divers : Rien


Dernière édition par Qonoziux Bâmaré le Mar 29 Aoû 2017 - 16:41; édité 3 fois
Publicité





MessagePosté le: Mer 23 Aoû 2017 - 18:03 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Qonoziux Bâmaré
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 23 Aoû 2017
Messages: 6
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1
Race: Ondin
Maître: Athelstan Thrawnen
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 24 Aoû 2017 - 21:48 Répondre en citantRevenir en haut

Histoire retravaillée. J'ai finalement troqué le cliché "famille décimée" pour un bon vieux désir d'aventure (un peu rose bonbon, j'admet).

Merci d'avance pour votre lecture et commentaires Oops
Heryn Amlug
Dame du Kaerl Céleste
Dame du Kaerl Céleste

Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2007
Messages: 3 511
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 159
Race: Demi-Fëalocë
Âme Soeur: Rintrah
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 26 Aoû 2017 - 18:31 Répondre en citantRevenir en haut

Alors, alors ! Vu que j'ai supprimé mon message précédent afin d'éviter les doublons, je réitère les salutations d'usage : sois le bienvenu officiellement parmi nous, j'espère que tu t'y sentiras bien et que tu t'y amuseras comme il convient !

Maintenant passons aux choses sérieuses : pour avoir lu les deux versions, je pense que le désir d'aventure est une bien meilleure idée que la famille décimée par une soeur psychopathe, qui t'aurait demandé un certain travail d'explication supplémentaire ^^.

Au niveau de la description physique / caractère : c'est assez concis, si on visualise à peu près le personnage, ça manque quand même d'informations complémentaires ! Est-il grand, petit, musclé, mince, a-t-il la démarche chaloupée, une voix bourrue, grave, un accent éventuel, est-ce qu'il se tient la tête haute ou est-ce qu'il est plutôt méfiant, et niveau personnalité, si tu devais le présenter à quelqu'un, qu'est-ce que tu dirais de lui ? Est-ce qu'il est aimable, serviable, plutôt égoïste, sensible / insensible, est-ce qu'il a confiance en lui ou pas du tout, est-ce qu'il est nostalgique ou plutôt porté vers l'avenir, qu'est-ce qu'il pense de lui, des autres, de la société, du bien, du mal, est-il cultivé ou non, etc ... Tu n'es pas obligé de répondre à ces questions là précisément, ce sont de simples pistes lancées en vrac comme ça pour te donner des exemples ^^. Bref, on veut en savoir plus sur Qon !

Petite question subsidiaire et sans conséquence : pourquoi avoir choisi un Ondin =D ? Une autre race peut aussi rentrer dans la marine ^^. (J'explique le fond de ma pensée : pour le moment, je trouve que Qon ressemble assez peu à un Ondin, mais plus à un Torhil, au niveau attitude mais aussi vis à vis de son avatar ^^. Et pourtant, j'adore les Ondins, hein, donc c'est pas que je les aime pas et que je te pousse à choisir une autre race XD)

Ensuite, pour l'histoire, tu retraces bien les grandes étapes de sa vie, celles qui l'ont amenée à ce qu'il est aujourd'hui, et il n'y a pas de faute majeure de contexte ou de chose qui me choque, c'est un bon point ! Par contre, comme souvent, j'ai une armée de "pourquoi ?" qui ont popé dans ma tête à la lecture ^^.
J'ai aussi repéré par mal de petites erreurs de conjugaison, au passé simple, à "je", ce n'est pas "je mangea" ou "je dansa", mais je "mangeai" ou "je dansai". On fait la différence avec l'imparfait avec la terminaison : à l'imparfait c'est "je mangeais" ou "je dansais". Raison pour laquelle j'évite d'écrire à la première personne dans un texte au passé, sauf quand j'ai envie de me lancer des défis littéraires XD. (Ou alors, je garde à portée de main mon Conjugueur en permanence)

Ensuite, pour la série des questions complémentaires :
* Avant toute chose, sauf erreur de ma part, tu ne situes pas la région ni le continent sur lequel il est né ! N'hésite pas à inventer une ville portuaire ou un village de ton choix, un continent c'est vaste.
* "On a perdu face aux mercenaires. Quelle idée aussi que de vouloir arnaquer des arnaqueurs professionnels. Au moins, le capitaine aura appris une dernière leçon avant son dernier plongeon." => je ne crois pas que tu en parles par la suite, qu'est-ce qui leur est arrivé exactement ?
* "Ma mère Ondine a eu deux enfants d’une première union avec un Thoril. Au décès de ce dernier, ma mère a trouvé refuge après de Bonron, son ami d’enfance." => c'est "Torhil" avec le h après le r ^^. Sinon, une union interaciale comme ça, ça doit faire jaser ! Et un remariage suivi d'une naissance après, aussi. Certains pourraient penser qu'il est le fils du premier mari ... Ou qu'ils se sont mariés exprès parce que la femme était tombée enceinte, etc ^^.
* "Ma mère était toujours perdante sur ce terrain. Elle me montrait moins d’affection et culpabilisait dès qu’il était question de me faire plaisir." => ben, pourquoi ? Et tu ne dis pas non plus pourquoi elle insiste tant pour qu'il aille à l'école (est-ce qu'elle a de grands projets pour lui ?).
* "J’étais devenu Qonoziux, l’apprenti charpentier du Marachant." => qu'est-ce que Qon ressent à l'idée de s'engager en mer ? Content, pas content, anxieux, excité ?
* "Oui, j’ai même approché le fameux Tol Orëa. Notre navigateur passait plus de temps à regarder le fond de son verre que ses cartes. Pour le coup, rien à voir à part des falaises." => s'ils l'ont approché, c'est de très loin (ils n'ont pas pu en voir grand chose), les courants sont traitres dans le secteur, et un bateau qui ne possède pas un navigateur formé sur Tol Orëa a de grandes chances de s'échouer ou pire ! Le continent est réputé maudit / très dangereux, en plus, les gens évitent de s'en approcher ^^.
* "Lors de mon 17ème printemps, j’ai eu l’occasion de faire un crochet dans ma ville natale. Ce fut de nouveau l’événement au village qui n’avait pas vu de tel navire depuis le départ du Marachant cinq ans auparavant." => sauf si à l'origine l'escale du Marachant n'était pas prévue dans un petit village comme celui là, ça me parait quand même très long 5 ans sans repasser par son village ? Je veux dire, en terme de circuit à travers le monde, d'un continent à l'autre, ils risquent pas de gagner grand chose s'ils mettent 5 ans XD. Enfin, bref, pourquoi pas, mais pourquoi, dans tous les cas ?
* "Mon père fut heureux de me voir, ma mère beaucoup moins." => pourquoiii ? Sa maman a la dent dure quand même, elle ne voit pas son fils pendant cinq ans et elle lui fait quand même la gueule (juste parce qu'il lui a pas envoyé de lettres et qu'il est parti sans lui faire de bisous) ? ^^
* "- Cap’taine, je crois qu’il est mort lui." => ça arrive un peu soudainement, non ? Ou alors il fait semblant ?
* Pour toute la suite et la fin, s'il est enchainé / fait prisonnier / gardé comme larbin, comment ça se fait qu'au bout d'un moment il ait le droit d'aller et venir à sa guise, et même de quitter le navire, temporairement puis définitivement, comme ça ? Pourquoi est-ce qu'ils l'ont épargné lui, particulièrement ? Et pourquoi le garder, et ne pas le vendre ?

Et je crois que ça sera tout, rien de bien dramatique en somme, juste un petit travail de précision et de peaufinage qui te permettra de mieux cerner ton personnage ! Rien à redire sur le pouvoir, ça peut toujours être développé ultérieurement au cours de son aspiranat ou après l'empreinte ! Le coup du porte-bonheur en plusieurs exemplaires m'a beaucoup fait rire, aussi XD.

Voilààà ! Si tu as des questions, n'hésite surtout pas ! Encourage




oO°Carnet de Route de la Lady°Oo

-- Rythme de RP lent, merci de votre compréhension ! <3 --
Visiter le site web du posteur
Qonoziux Bâmaré
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 23 Aoû 2017
Messages: 6
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1
Race: Ondin
Maître: Athelstan Thrawnen
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 28 Aoû 2017 - 15:46 Répondre en citantRevenir en haut

Merci pour la relecture efficace et complète !

Dans ce message, mes réponses à tes questions. J'ai tenté d'intégrer au mieux les réponses dans ma fiche.

Physique / caractère : J'ai complété un peu.

Pourquoi un Ondin :
1 - Il est parti plutôt jeune en mer, je trouvais cela plus crédible pour un Ondin de partir jeune en mer étant réputés bons navigteurs (que j'ai généralisé à "bon en mer")
2 - Pour utiliser son sang dans son pouvoir
3 - J'ai finalement ajouté des tatouages ondins, ça fait toujours "badass" des tatouages
4 - l'image est provisoire, je vais en chercher une autre prochainement

Conjugaison :
- C'est l'une de mes motivations pour m'être inscrit ici, je souhaite améliorer ma maitrise du Français.
- L'écriture à la première personne est également un défi littéraire. Compte tenu de mon niveau, c'est certainement mettre la barre très haute mais sauf si tu déposes un véto que j'accepterai, je vais perséverer !

Géolocalisation :
Je trouvais que cela n'apportait rien à l'histoire de nommer la ville. Je préfère ne pas encombrer le lecteur avec des noms supplémentaires. Seulement les choses importantes ont un nom :
- son père Bonron
- les deux navires sur lesquels il a e une expérience enrichissante : Marachant où il est devenu Charpentier de marine et Arcami où il a appris à se battre.

Sa mère non plus n'a pas de nom. Si tu préfères, je rejoute un nom, pas de soucis !

Perdu face aux mercenaires :
J'ai voulu rester bref sur le "comment il est arrivé dans cette cale", car c'était plus le fait d'être dans la cale qui m'intéressait, pour introduire qu'il raconte sa vie. De plus, il parle de son pendentif porte chance...
=> j'ai ajouté des précisions.

Deuxième union de sa mère :
Je ne voulais pas m'étendre sur sa famille pour faire court. Je ne voyais pas trop l'impact que pouvait avoir les soucis de réputation des parents à son égard. Tu as effectivement soulevé des points intéressants.
=> j'ai complété un peu cette partie, j'espère que c'est suffisant. Après, je voulais plus parler de Qonoziux que de ses parents.

Qonoziux à l'école :
Sa mère veut qu'il aille à l'école, surtout elle ne veut pas qu'il aille en mer jugeant que c'est dangereux. Un gamin n'a rien à faire sur un bateau de pêche. C'est tout, pas de grand projet. Sa mère n'a pas d'importance outre mesure que c'est sa mère. (Certains trouveront peut-être que son intérêt pour ces dames dans les tavernes reflète le trop peu d'affection de sa mère à son égard...)
Je voulais juste faire un clin d'oeil à la situation conflictuelle des parents pour insister sur le fait que Qonoziux était rangé du coté de son père, d'où son intérpêt pour la mer qui elle renforce sa complicité avec son père. Sa mère, c'est vie paisible pas très joyeuse / son père l'aventure.

Devenu apprenti charpentier :
=> J'ai complété sur son sentiment.

Approcher Tol Orëa :
Je voulais juste faire un clin d'oeil en lien avec la rencontre avec le chevalier + ajouté un peu d'humeur.
=> J'ai tempéré.

Le Marachant dans la ville natale :
L'escale était exceptionnelle. J'ai indiqué que le port n'était pas dimensionné pour ce type de navire. Mais effectivement, encore une fois, j'ai été trop léger.
=> Détails ajoutés.

Sa mère lui fait la gueule à son retour :
Ca n'a jamais été le grand amour fou même si c'était sa mère. Elle avait ses favoris d'une union heureuse et un troisième un peu plus pour faire les choses biens avec son nouveau conjoint. Donc quand il est parti avec ingratitude, elle a fait une croix dessus.
=> Réaction retravaillée.

Compagnion de cale mort :
Il savait qu'il allait mourrir et donc voulait que Qonoziux parle pour le bercer avant de sombrer dans son dernier sommeil. Il faisait sombre donc Qonoziux n'a pas vraiment remarqué que l'inconnu était mal en point.

Je suis désolé, je ne vois pas bien ce qui dérange mais peut-être suis-je trop dans mon histoire qui me parait évidente car c'est moi qui l'écrit. Si selon toi ce n'est toujours pas cohérent, je reverrai pour remettre en situation son introduction.

Suite et fin :
J'ai tenté une ellipse pour ne pas insister sur des banalités de voyageur.
=> Détails ajoutés.


Content d'avoir réussi au moins à te faire rire avec le pendentif, ce ne fut pas un texte écrit pour rien !
Heryn Amlug
Dame du Kaerl Céleste
Dame du Kaerl Céleste

Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2007
Messages: 3 511
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 159
Race: Demi-Fëalocë
Âme Soeur: Rintrah
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 28 Aoû 2017 - 19:45 Répondre en citantRevenir en haut

Me revoilà ! Après relecture, tes réponses et tes ajouts me conviennent, c'est tout bon ! Quant au choix de la première personne, sincèrement je ne me permettrai pas d'émettre un veto ou quoi que ce soit d'autre, ça serait mal avisé de ma part, voire insultant envers toi ^^. Ma remarque sur les défis littéraires était à vocation humoristique (parce que moi aussi je galère avec la première personne au passé), et n'avait pas pour but de te rabaisser, si tu l'as mal pris, je m'en excuse platement ! Tu es le bienvenu ici (encore une fois).

Il reste par contre deux trois petites fautes maxi, il me semble, rien qu'une bonne relecture ne puisse arranger. Inspecteur

Concernant la géolocalisation, personnellement ce qui m'intéressait ce n'était pas tant le nom du bled, si tu préfères rester dans le vague, c'est ton choix et je respecte ^^ pas de soucis, mais plus justement le continent et la région globale d'où il vient. Ca permet de tisser des liens plus tard avec les autres personnages en disant "hey tiens moi aussi je viens de là-bas, si ça se trouve ils se sont croisés", etc. Même si effectivement Qon a beaucoup voyagé, donc sa région natale n'a pas énormément d'importance pour lui ^^. Ça ajoute du relief au personnage de savoir d'où il vient ...

Pour le reste, ça roule ! Tu as donc ma validation, toutes mes félicitatiooooons ! Yahou

Idéalement, un autre staffeux devrait pouvoir passer pour jeter un regard complémentaire à ta fiche et s'assurer que tout est en ordre, et après ça sera bon pour l'entrée en jeu !




oO°Carnet de Route de la Lady°Oo

-- Rythme de RP lent, merci de votre compréhension ! <3 --
Visiter le site web du posteur
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 4 269
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1 186
Race: Humain
Âme Soeur: Sveargith
Fonction: Ex-Ambassadeur
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 29 Aoû 2017 - 08:28 Répondre en citantRevenir en haut

Les grandes lignes ont été abordées

tu as ma validation également Smile



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
Qonoziux Bâmaré
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 23 Aoû 2017
Messages: 6
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1
Race: Ondin
Maître: Athelstan Thrawnen
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 29 Aoû 2017 - 16:49 Répondre en citantRevenir en haut

Merci Heryn Amlug et Merci Peddyr Thelrand pour vos validations ! Hourra

J'ai réussi à trouver quelques fautes mais trop peu, je pense qu'il m'en manque encore... Je fairai une relecture supplémentaire dans la semaine.


Heryn, pas besoin d'excuse, je n'ai rien mal pris ! (l'en faudra bien plus pour commencer à me froisser Clin d'Oeil )

Je n'ai toujours pas ajouté de précisions sur la géolocalisation de sa ville natale... Je pense le faire un jour mais j'aimerai mieux connaitre l'univers et creuser un peu plus les étapes non détailées.
Persée Garaldhorf
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2008
Messages: 1 667
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 345
Race: Elfe-Fëalocë
Âme Soeur: Vraël
Fonction: Ex Ancalikon
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 4 Sep 2017 - 23:21 Répondre en citantRevenir en haut

Bienvenue officiellement !

Je tamponne la fiche : lue et approuvée !
Tout y est.
Le caractère et le physique sont assez concis mais on sent bien la personnalité du personnage dans l'histoire.
Pas d'erreurs repérées.

Bref : validation de ma part ! Ce qui t'en fais trois donc bienvenue en jeu ! Miaou

Citation:
Te voilà officiellement partie intégrante de l’univers de Tol Orëa, nouvelle pierre apportée à son édifice ! Tu peux d'ors et déjà ouvrir ton RP de rencontre avec ton Maitre ou ta Maitresse sur ton continent actuel.

Si tu cherches encore un Maître ou une Maîtresse tu peux faire une demande juste ici !

Puisque tu es prêt à vivre sous les eaux cristallines de la Baie d'Eau Claire, glisse-toi derrière le Rideau et vole donc jusqu’aux Loges Noyées, QG hors-RP des membres du Kaerl Englouti, ou Màr Luimë. Tu y trouveras par exemple les présentations de tes confrères, tu pourras participer à des débats et trouver des informations sur les diverses quêtes célestes et sur l’organisation de l'Ordre Draconique Neutre. Tout est discutable en son sein et les idées ou suggestions sont les bienvenues.

Ensuite, tu pourras aller te présenter in RP au membres du Conseil Neutre, en te rendant à la Rotonde, afin d'entrer officiellement dans ta nouvelle demeure !

Dans tous les cas pour tes rps, il te faudra indiquer la date en cours en jeu. Plus d’information, il faut te rendre dans le topic Notions Indispensables Diverses, chapitre "Mesure du Temps". Par exemple, nous sommes actuellement XXXXX, tu peux te placer un peu après cette date pour arriver à la fin des évènements liés au scenario actuel, dont tu trouveras le Carnet de Route par là !

Peut-être que lors de ta découverte du forum, de ta visite en son sein, en plus de la lecture studieuse des différents explicatifs du Codex et du Liber Draconis, tu as déjà découvert ces différents points essentiels que je vais te présenter ensuite. Permets-moi de te les évoquer malgré tout :

Tu peux avoir le loisir de suivre les différentes triades ou "quel maître dragon a quel aspirant sous son aile". Il y a également les Les Missives Seigneuriales, pour les avancées des scénarios lancés, des nouveautés ou améliorations importantes du forum, en plus des newletters que tu recevras par mail (veille bien à avoir coché dans ton profil "accepter les mails de tol orëa").

Dans les Missives Seigneuriales, tu découvriras aussi le Panneau de Quêtes, indispensable, te dévoilant des quêtes ou des scénarios effectués dans les Kaerls (complément à la Chronologie de Tol Orëa).

Autre lien utile, tu pourras faire un petit suivi des aventures de ton personnage dans les Carnets de Route, non obligatoire mais quand même bien utile pour s'y retrouver temporellement entre ses différents RPs.

Pour égayer le rp entre deux topics, il y a souvent des concours organisés dans l'Acamédie, installée à Lòmëanor. Si tu as la plume qui te démange, tu peux écrire à la suite des concours précédents, ils restent ouverts pour qui veut rajouter une petite touche d'imagination en plus !

Si une réponse entre deux RPs se fait attendre ou que tu as du temps de libre, tu peux aller te détendre dans les nombreux topics de notre section flood, les Alcôves Dérobées, où tu trouveras une section débats et sondages, une autre pour les rencontres IRL, mais aussi une section pour les petits jeux de "mots" et d'écriture, le Fil des Moires. Si le défi te tente, tu pourras y participer chaque mois à notre RP Challenge, petit jeu d'écriture où l'on te propose d'imaginer un texte (de préférence lié à l'univers de tol orëa mais pas forcément à ton personnage), en relation avec une musique, selon ce qu'elle t'inspirera.

Voilà, je crois que je t'ai tout dit ... N'hésite pas si tu as des questions et surtout amuse-toi bien !



Visiter le site web du posteur
Qonoziux Bâmaré
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 23 Aoû 2017
Messages: 6
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 1
Race: Ondin
Maître: Athelstan Thrawnen
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 5 Sep 2017 - 13:13 Répondre en citantRevenir en haut

Merci Persée Garaldhorf pour cette troisième validation décisive.

Merci à vous tous, je tacherai d'honorer votre confiance.

*happy*
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:38 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu