Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Galerie des glaces Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Tristan Gwened
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 49
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 28
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 20 Aoû 2017 - 23:24 Répondre en citantRevenir en haut

[Toute fin Mystraku 918 (donc peu après l'éclosion des œufs de Ky'rinth)]

Depuis qu'il avait assisté à la naissance de dragonneaux sur les Sables du Mar Menel, et vu à l'œuvre la magie de Flarmya dans l'Empreinte qui s'était réalisée pour Ottilia, Zoran et Iniaki, depuis ce jour, donc, Tristan s'efforçait de faire bonne figure, tout en ruminant doutes et perspectives d'échec. Il en revenait généralement à la même conclusion : jamais il ne pourrait y arriver, lui. Certainement qu'il n'aurait jamais dû quitter Ablah. Ou alors, si, car il le fallait, mais pas pour aller sur Tol Orëa, ce continent dédié aux seigneurs des cieux, et où il n'avait assurément pas sa place. Mais alors, où, et pour quoi faire ? Il était bien conscient de n'avoir que peu de talents hors d'une bibliothèque.

Jusqu'à lors, il avait gardé pour lui ses réflexions, sans en faire part à Sable ou Asra. Lesquelles l'avaient justement libéré de toute obligation pour l'après-midi, l'engageant à prendre un peu de temps pour lui-même. En cela, elles seraient suivies : après avoir tourné en rond un moment, indécis, l'évidence lui était apparue, et il s'était décidé à se mettre en quête de glace qu'il pourrait former à son idée en toute tranquillité. Il appréciait tellement cette activité, à Ablah, et en ressortait toujours comme renouvelé, débarrassé d'une partie de ses démons. Ici, sur l'île volante du Kaerl Céleste, il n'avait pas encore eu l'occasion de tester si cela se passerait de la même manière, mais la saison et l'altitude devraient lui fournir la matière première nécessaire, et lui permettre d'être fixé sur ce point.

Les gants fins en peau de chevreau passés à sa ceinture, qui soutenait de l'autre côté la trousse de ses indispensables outils, un long manteau de couleur sombre assez indéfinie l'enveloppant, et le bonnet aux flocons de grand-mère Enide enfoncé jusqu'aux oreilles, il avait commencé par se rendre au centre de la cité, à la grand place. Il y avait évidemment bien trop de monde pour qu'il y reste, mais c'était un lieu de passage souvent inévitable entre les différentes parties du Mar Menel, comme il l'avait rapidement constaté. Il commença par balayer du regard la zone que ne couvraient pas les imposants bâtiments officiels, cherchant par où commencer sa quête. Le vert sombre de quelques sapins attira son regard, et il se dirigea vers ce signe de présence naturelle.


Ce ne fut pas là, ni dans les petits coins suivants qu'il visita, qu'il trouva son bonheur. La glace n'était pas assez épaisse, ou pas assez froide, ou trop souillée, ou encore, tout simplement, inexistante. Désespérant de dénicher un bloc convenable, il finit par se satisfaire d'un modeste ovale, dont il dût racler la surface pour en ôter les débris végétaux et minéraux qui s'y étaient incrustés, et venaient gâcher la transparence irisée propre à la glace pure. Dans cette petite cour déserte, il s'absorba bien vite à sa tâche familière, mais toujours passionnante pour lui. Et sous les coups de gouge et de ciseau, commença bientôt à apparaître une silhouette féline, grandeur nature, qui semblait plongée dans un sommeil bienheureux.

Tout à son œuvre, Tristan ne perçut bientôt plus rien de ce qui l'entourait, en dehors de l'eau solide qu'il travaillait. Son esprit était retourné à Ablah, auprès du modèle de chair et de pelage qu'il retranscrivait aujourd'hui. Car si la cité des neiges éternelles élevait des chèvres angora, elle abritait aussi de nombreux chats, généralement bien rembourrés également. Ces animaux étaient les bienvenus dans les bibliothèques, pour en protéger les précieux manuscrits contre les pillages de rongeurs. En outre, les félins domestiques s'accordaient bien à l'ambiance studieuse des lieux, et on pouvait souvent en croiser un, paisiblement endormi dans un coin, ou auprès d'un feu allumé là pour chasser la froideur de ces hautes altitudes, voire sur les genoux d'un lecteur accueillant.

Peu à peu, le neishaan passa à des outils plus fins, à mesure qu'il précisait les détails. Les doigts des pattes se séparèrent, la fourrure épaisse s'affirma doucement, et le museau émergea à moitié de l'extrémité de la queue qui s'y recourbait. Moustaches et vibrisses furent les derniers éléments à apparaître, et si la difficulté de réalisation d'éléments si fins le fit en casser quelques-uns, il en resta suffisamment pour que la représentation reste claire. Il gratta encore quelques infimes détails, de-ci, de-là, cherchant la perfection. Puis, enfin, ses mains s'écartèrent du chat de glace, et avec un soupir de satisfaction, il se recula légèrement pour considérer son œuvre.



Publicité





MessagePosté le: Dim 20 Aoû 2017 - 23:24 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2010
Messages: 467
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 197
Race: Humain
Âme Soeur: Hanelvig
Fonction: Escadron d'Elite
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 24 Aoû 2017 - 19:22 Répondre en citantRevenir en haut

Il faisait bien frisquet au Màr Menel, ce qui n’avait rien d’anormal en cette fin d’année. Le froid hivernal se faisait sentir avec plus ou moins de force sur tout le continent des dragons. Certes Tol Orëa était riche en micro-climats, que ce soit pour d’honnêtes causes géographiques (côtes exposées aux courants glacés venus du nord, souffles chauds venus des zones volcaniques etc..) soit en raison d’ influences peu scientifiquement justifiées et sentant fort la magie. Des aberrations météorologiques extrêmes pouvaient survenir dans tel ou tel endroit habituellement tempéré. On accusait l’intervention de mages mauvais, détraqueurs de temps, la volonté des dieux fâchés contre l’impiété des hommes ou bien les résultats déplorables d’essais ésotériques imprudents du côté de l’Académie. Mais qu’attendre d’une terre où l’existence d’une île aérienne fait partie des réalités ordinaires ? Le Màr Menel quant à lui observait avec régularité le régime des quatre saisons et ne souffrait que rarement des vents si souvent violents en altitude.

Lordan avait revêtu son grand manteau d’hiver, bleu foncé et chaudement doublé et, à la manière des trappeurs, s’était coiffé d’une casquette en peau de lapin munie de deux oreilles rabattues sur les siennes. Il n’avait certes pas l’air martial qu’un casque de cuir bordé de fourrure d’ours ou de loup aurait conféré à un redoutable guerrier. Mais n’étant que guerrier d’occasion et d’expression naturellement pacifique, il cherchait seulement à se protéger du froid vif de l’espace.
En effet il avait décidé qu’aujourd’hui il s’envolerait avec Hanelvig pour s’entraîner à une figure, dite du "Tire-bouchon inversé", recommandée par le Manuel du Parfait Dragonnier (Tome VI).
Lordan n’était pas du genre à cabrioler dangereusement dans les airs pour le plaisir ou pour le risque, ce que lui reprochait parfois son dragon d’humeur encore joueuse. Mais la figure était censée être très efficace pour échapper à une bande de wyvernes telles qu’on en trouvait au nord du Vaendark ou à certaines attaques vicieuses de dragons entraînés au Màr Tàralöm. On disait que pour assurer leur suprématie les Ardents s’inspiraient en vol des monstres les plus redoutables et pratiquaient les techniques aériennes les plus risquées. Lordan ne croyait pas devoir un jour tirebouchonner dans l’espace ni d’ailleurs, en être capable, mais en tant que maître, il estimait devoir au moins avoir essayé prudemment, au cas où un aspirant lui demanderait ce qu’il pensait de la manœuvre. Voilà pourquoi il se dirigeait d’un pas vif vers la grande porte de l’Ouest.

Hanelvig devait l’y attendre au delà des remparts, sur l’un des vastes terre-pleins qui occupaient ici et là les bords de l’île aérienne. Ces espaces permettaient les manœuvres d’atterrissage quand on ne sortait pas de l‘Interstice directement en ville où les embouteillages étaient à craindre en cas de vols groupés. Ces zones d’herbe et de petits bosquets avaient aussi un effet salutaire sur les habitants du Màr Menel qui auraient pu se sentir quelque peu à l’étroit, embarqués qu’ils étaient sur le navire céleste, si celui-ci n’avait offert cette transition avec le vide qui les entourait
.. Lordan suivait donc le chemin de son rendez -vous, sa besace sur l’épaule et d’assez joyeuse humeur devant ce qui était à la fois un exercice d’entraînement (motif indiqué pour justifier sa sortie ) et surtout une occasion de se retrouver seul avec son lié et d’admirer de haut les plaines enneigées, peut-être aussi quelques cascades prises par le gel.

Il s’approchait des murailles quand, traversant un groupe de quelques sapins, il entendit un curieux bruit de raclement et des coups secs et brefs, vaguement cristallins. Il pensa à un animal. Dans les petits parcs naturels et jusque dans les cours des cottages qui ponctuaient les lisières intérieures du kaerl, on trouvait des daims, des renards, des écureuils et les chiens et chats fugueurs du kaerl y venaient volontiers. Mais il était difficile d’attribuer le bruit entendu à ces animaux et Lordan envisagea un instant un oiseau, genre pic-vert, tambourinant sur un tronc rendu particulièrement sonore par le gel et l’air sec.
Mais quand il quitta l’ombre des arbres, le bruit cessa et quelques pas plus loin, il aperçut dans une petite cour ouverte sur le côté d’un appentis, un homme immobile devant un objet que Lordan prit d’abord pour une statuette de cristal. En s’approchant, il vit qu’il s’agissait d’un chat et que, étant donné les éclats un peu mouillés qui jonchaient le sol, l’inconnu devait l’avoir lui-même sculpté dans la glace. Il tenait d’ailleurs encore un ciseau délicat à la main. Le sculpteur portait un bonnet tricoté d’un style peu usité qui mettait une touche de fantaisie dans son vêtement par ailleurs très ordinaire.
Lordan reconnut un aspirant, aperçu lors de réunions ou croisé aux Spires. Il se souvenait de son prénom : Tristan, car il en aimait beaucoup la sonorité à la fois ferme et douce, discrète et nostalgique. Pour le reste, des bribes de rapport d’identité lui revinrent brièvement en mémoire : un tout jeune homme ramené par Cyriandil, lequel se promenait beaucoup ces derniers temps... un sang- mêlé, neishan en partie sans doute, vu la finesse de son allure générale, la pâleur translucide de son teint. Et aussi, il se souvint, sauf erreur de sa part, du fait qu’il venait d’Ablah, cité de la Grande Barrière, dite aussi Andram, la chaîne montagneuse qui traverse le Vaendark et comporte des régions très isolées. Ablah était connue comme une ville où le savoir est grand et Lordan s’était dit qu’il faudrait qu’il se renseigne davantage sur cette cité. Il était lui-même un ami des livres et des grimoires bien que sa vie de chevalier et de maître l’ait quelque peu éloigné des bibliothèques. Il aimait ces lieux envoûtants, remplis d’ombre et de silence, mais où brillent les lumières de l’esprit et résonnent les mille voix du passé.

Charmé par la beauté de l’oeuvre et le caractère insolite de la situation, Lordan fit encore quelques pas et s’arrêtant, salua le sculpteur d’un geste simple, prêt à passer son chemin s’il se sentait de trop. Certains artistes n’aiment pas être interrompus quand ils créent, mais ce chat scintillait si joliment sous le soleil clair de l’hiver, sa pose était si gracieuse et si justement rendue qu’il était naturel de vouloir exprimer son plaisir et aussi son admiration.
Lordan se décida donc à parler :

-Je suis Lordan Ventaren, maître céleste. Pardonnez mon intrusion. Je ne savais pas que le Màr Menel s’était enrichi d’un artiste et qui plus est, sculptant la glace, ce qui n’est pas commun. Ce chat de cristal éphémère est une réussite totale ! J’espère que le temps très froid va perdurer pour qu’il ne disparaisse pas trop vite. Est-ce un art particulièrement enseigné dans votre patrie ?

Il se pencha un peu sur la figurine, ravi de constater la finesse des détails puis se relevant, regarda le jeune sculpteur pour voir s’il ne l’avait pas importuné.



Tristan Gwened
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 49
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 28
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 10 Sep 2017 - 21:33 Répondre en citantRevenir en haut

Absorbé dans son ouvrage, Tristan n'avait ni vu, ni entendu l'approche de Lordan. Il s'essuyait le front d'un revers de manche, car la sculpture sur glace lui donnait toujours quelques suées. Il les supposait dues à la concentration mobilisée pour l'occasion, sans soupçonner le moins du monde qu'il pouvait s'agir d'autre chose. L'explication était simple et logique, il n'avait pas de raison d'aller chercher plus loin.
Lorsque le Maître Bronze entra franchement dans son champ de vision, il eut donc un franc sursaut d'étonnement, et resta un instant aussi figé que sa statuette, à le dévisager. Étrange accoutrement que ce couvre-chef à oreilles, ou du moins, inattendu en ces lieux : la plupart des Chevaliers l'auraient sans doute vu comme une offense à leur dignité, malgré le côté assurément pratique d'un tel objet.

Le jeune neishaan se reprit rapidement, et baissa regard et visage en même temps, alors qu'il réalisait comme il venait de fixer l'inconnu, en une attitude qui n'avait rien de poli. Naturellement, ses pommettes en profitèrent pour se colorer de carmin, couleur qui se propagea à mesure du discours de Lordan, lequel mettait à mal l'humilité de l'adolescent. Les compliments allumèrent cependant un sourire dans ses yeux ambrés, et un brasillement tiède dans sa poitrine.
Ce n'était jamais désagréable d'entendre semblables louanges, même s'il les minimisait en songeant que, sans doute, l'autre n'avait pas souvent eu l'occasion d'admirer des sculptures en cette matière bien particulière, et qu'un véritable artiste aurait fait bien mieux que lui. A bien y réfléchir, lui-même n'avait guère d'élément de comparaison pour jauger son savoir-faire - ni en bien, ni en mal.
« Messire, je vous remercie, et suis heureux que ce modeste ouvrage vous réjouisse la vue. Je m'appelle Tristan, Tristan Gwened, »
termina-t-il en saluant correctement,
« et vous, vous êtes le… enfin, je veux dire, vous avez été le maître d'Ottilia, n'est-ce pas ? Elle m'a parlé de vous, un peu. Je suis ravi de vous rencontrer. »

L'aspirant retourna un regard presque maternel sur sa sculpture, un mince sourire aux lèvres. Non, il n'était pas mécontent de son chat, malgré la maigre quantité de glace de qualité qu'il avait réussi à dénicher. Dans cet art, il fallait aussi s'adapter à la matière première qu'on parvenait à obtenir, et cela avait été son principal défi pour cette œuvre-ci, l'autre ayant été de retrouver les gestes habituels après quelque temps sans pratiquer, et dans un environnement qui avait largement été modifié.
« Oh, vous savez, je crois que je n'aimerais pas tailler dans un matériau qui reste longtemps sous la forme que je lui aurais donnée, comme la pierre. Je préfère que ce soit éphémère… le contraire me semblerait… présomptueux. »
Il lui était difficile de formuler une explication franche à ce goût pour le non durable. Son ressenti se basait plutôt sur une intuition. D'une part, il y avait l'idée de profiter maintenant de ce qui ne serait plus demain, concept sans doute bien plus fëalocë que neishaan - mais ne le lui dites surtout pas. D'autre part, figer un ouvrage pour les siècles futurs obligerait, selon lui, à admettre qu'il était proche de la perfection, et cela, même s'il s'y efforçait, il n'était pas de l'avis qu'il s'en approchait suffisamment. Son amusement ne méritait pas de tels honneurs. Et enfin, plus personnellement, il associait chaque sculpture à l'état d'esprit du moment, généralement, un genre de mélancolie, qu'il avait l'impression de couler dans la forme qu'il faisait apparaître. Aussi, quand la glace se délitait lentement, c'était son triste sentiment qui, peu à peu, disparaissait aussi.

« A la vérité, il n'y a pas plus d'enseignement là-dessus, qu'ailleurs… du moins, je ne crois pas, »
tempéra-t-il avec un haussement d'épaules d'ignorance.
« J'ai surtout appris… en faisant. En essayant. Et avec quelques livres, aussi, qui en parlaient, mais… ce n'est pas la meilleure manière. »
Un mince sourire releva les coins de ses lèvres alors qu'il songeait à ses premiers essais, les tâtonnements pour comprendre comment amincir sans briser, quand changer pour un outil plus précis, où commencer par ôter de la matière pour ne pas risquer un effondrement…
« Je suppose que l'influence de là d'où je viens, elle se fait plutôt sentir sur mon choix de la glace. Je suis des montagnes du Vaendark, et nous n'en manquons pas, là-bas. Cela aurait été plus compliqué si j'étais né à Qhara… »
De nouveau, le mince sourire passa comme un fugitif éclat de lumière, alors qu'il revoyait, cette fois, les jungles humides que Sable Lewë lui avait fait découvrir quelques temps auparavant.

Esquissant un pas de côté, il s'écarta pour laisser l'homme examiner son travail plus à loisir. D'habitude, il sculptait surtout pour lui-même, et il gardait une certaine réserve à l'idée d'exhiber son résultat, mais il était aussi en train de découvrir que le partage n'était pas nécessairement une mauvaise idée. Cela n'avait décidément rien de désagréable, de constater que celui-ci se trouvait apprécié.
« Je n'ai pas encore eu l'occasion de discuter de tels sujets depuis que je suis arrivé au kaerl, mais… l'art y est-il courant ? Et sous quelles formes ? Vous-même, si je peux me permettre, en pratiquez-vous un ? »



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:40 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu