Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Mise à l'épreuve Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 661
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 610
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Sam 12 Aoû 2017 - 17:19 Répondre en citantRevenir en haut


Adhâvan Ilaiyaraja & La Blanche Rakesh

Theme Song :
Motherland – Proud Music


~ Zakerielku 918


La fraîcheur hivernale du corridor offrait un contraste mordant à la douce chaleur qui régnait auparavant dans les appartements d'Aodren del Hendrake. L'aube d'un nouveau jour pointait tout juste au dessus des Pics de Cendre, et une nouvelle mission lui avait été confiée, la première d'une longue série si tout se déroulait conformément aux plans de son maitre.
Contenant un soupir, Adhâvan glissa avec le plus grand soin dans la sacoche accrochée à sa ceinture le rouleau scellé à la cire, porteur des armoiries de la Maison Hendrake. Il allait devoir trouver le Spectre des Cendres et membre du Clan Dominant Nagendra Tuncay, pour lui remettre la parole de leur Haut Représentant. Connaissant Aodren, en parfait courtisan, main de fer dans gant de velours, sous un vernis d'exquise politesse, la convocation était probablement formulée de manière à ne laisser aucune possibilité de refus.
Adhâvan inclina respectueusement le buste face à son maitre, un poing serré au niveau du cœur en signe d'obédience et, un instant après, les lourds battants se refermaient dans un bruit sourd, le laissant seul dans la pénombre. Enfin, seul, pas tout à fait, car sa Liée, sous sa forme humanoïde et une moue boudeuse plaquée sur ses lèvres charnues, ses bras croisés faisant ressortir son abondante poitrine, fixait son regard sur lui avec une certaine irritation.

« Kishan ... »

Devinant par avance la teneur des pensées de la Blanche, l'Elfe fit volte face sans attendre pour emprunter en sens inverse l'étroit couloir qui longeait les weyrs situés au niveau le plus élevé du Kaerl, ceux des Maitres de noble extraction ou de haut rang, et ceux des Maitres suffisamment riches pour s'offrir de vastes et confortables appartements. Derrière lui, passé le choc d'être ainsi ignorée, il entendit la dragonne accélérer pour revenir à sa hauteur, ses nombreux bijoux produisant un léger cliquetis en s'entrechoquant au rythme de ses pas.

« Il ne devrait pas te traiter comme ça ! »

Adhâvan jeta un regard neutre à sa Liée, sans pour autant lui répondre, les lèvres pincées, attendant qu'elle poursuive sur sa lancée, comme elle allait sans l'ombre d'un doute le faire, pressentant quelque longue diatribe sur l'indignité de sa situation.

« T'envoyer porter son message, comme un vulgaire garçon de courses … N'a-t-il pas de mission plus digne de toi ? Comme, au hasard, t'envoyer récolter des informations pour ourdir quelque machination de son cru ? Ou assassiner secrètement des gens ? N'est-ce pas pour ça qu'il t'a pris à son service ? »

Sur ces derniers mots, le regard pâle de la dragonne s'était éclairé, et un sourire mauvais y avait fait écho. Aodren gérait habituellement les sautes d'humeur et la susceptibilité de sa Liée avec une habileté consommée – autour de son cou, elle arborait d'ailleurs orgueilleusement le dernier collier que leur maitre leur avait offert en récompense, tout en perles de pierres semi-précieuses – mais ces derniers temps, la dragonne s'était montrée plus difficile à satisfaire. L'inaction lui pesait, tout autant que ce qu'elle considérait comme de la passivité inutile, et elle se montrait particulièrement irritable.
Cependant … Parler ouvertement contre Aodren là où n'importe qui pouvait l'entendre risquait de leur attirer des ennuis, en dépit de toute la compréhension dont le noble Fëalocë faisait preuve en apparence. A ses yeux, ils représentait des outils utiles dont il pouvait se servir, des pions sacrifiables ou non sur son échiquier, et rien de plus. Il savait ce qu'il était : une lame offerte à celui qui voudrait bien de lui. Il lui jeta un coup d'oeil d'avertissement résigné.

« Rakesh, surveille tes paroles. »

Là où la Blanche était toute en volubilité et en apparence charmeuse, Adhâvan se caractérisait par une efficacité austère et laconique ... Ce qui ne manquait pas d'induire fréquemment certains conflits entre elle et lui. Inutile de chercher à la convaincre des intérêts sur lesquels cette simple mission pourrait déboucher à l'avenir, pas plus que sur le fait qu'Aodren pouvait difficilement se présenter en personne face au Chevalier Bronze. Elle se focalisait entièrement sur le plaisir de l'instant présent, jugeant que se préoccuper de l'avenir était une perte de temps.
Vexée, la dragonne se renfrogna, se contenant de le suivre en silence, tout en jouant avec les perles de sa nouvelle parure, mais irradiant néanmoins la désapprobation par toutes les pores de sa peau. Satisfait d'avoir obtenu d'elle qu'elle tienne sa langue à défaut d'avoir pu la ramener à de meilleures dispositions envers leur maitre, Adhâvan reporta son attention sur le corridor au devant d'eux, juste à temps pour éviter une collision avec une élégante silhouette couronnée d'une abondante crinière couleur de rubis.

« Maitresse del Aeran. »

S'effaçant pour lui laisser le passage, le Chevalier s'inclina une nouvelle fois en une respectueuse révérence, faisant mine de ne pas voir l'expression méprisante qui s'était affichée sur le séduisant visage de la Maitresse Incarnate, tout autant que la mimique de dégoût prononcé qui avait ourlé ses lèvres. Une main reposant dans le creux de sa hanche, elle les toisait de toute sa hauteur, et il pouvait lire à travers son attitude qu'elle accordait foi – et même plus encore – à toutes les rumeurs qui pouvaient courir sur lui et Rakesh. Laquelle lui transmettait à présent des ondes de pure rage, le submergeant du désir de s'abreuver du sang de cette femme, de l'abattre elle et sa grosse poule pondeuse rouge, et de la voir à genoux pour quémander sa pitié et sa clémence.

Se redressant lentement, il prit une profonde inspiration pour calmer les battements erratiques de son coeur, et tendit fermement un bras sur le côté pour retenir sa Liée, qui s'y accrocha en plantant profondément ses ongles dans sa chair. Ignorant le sang chaud qui commença à suinter de ces cinq petites plaies – il savait que plus tard Rakesh lui ferait payer bien plus cher que ça son intervention – il fixa ses iris d'or brun dans ceux de la Fëalocë, l'expression visiblement ennuyée. Qu'elle continue à croire ce qui lui chantait sur eux, tant qu'elle ne se mettait pas en travers de leur route.

« Le Seigneur del Hendrake est prêt à vous recevoir. »

La satisfaction qui éclata dans son esprit – Rakesh, encore – valait bien le risque encouru pour cette petite pique. En vérité, ce n'était qu'un coup de bluff, car il ignorait où se rendait réellement la Fëalocë, bien qu'en tant que membre du Clan Dominant, il y avait de fortes probabilités pour que Darlana ait quelques affaires à traiter avec Aodren, de quelque nature que ce soit.

**Il ferait bien de la soumettre dans son lit. Je suis sûre qu'elle ne refuserait pas.**

Jetant un coup d'oeil en biais à sa Liée, un imperceptible sourire consterné étirant bien malgré lui le coin de sa bouche – Rakesh avait la désagréable habitude de se mêler des affaires de coucherie des bipèdes, en particulier des siennes – il s'inclina à nouveau, plus légèrement cette fois, sa voix aux inflexions chaudes résonnant sous la haute voûte.

« Si vous voulez bien m'excuser, Maîtresse. »

Sans plus s'attarder, laissant là la Fëalocë la bouche entr'ouverte avec colère, il s'éloigna, maussade, entraînant la Blanche à sa suite en direction des escaliers qui descendaient aux niveaux inférieurs du Weyr.



Face à la porte des appartements de Nagendra Tuncay – au vu de la précocité du jour, il avait jugé qu'il avait plus de chances de le trouver chez lui – Adhâvan s'agita, en proie à un certain malaise.

Porter une missive dans le cadre officiel était une chose, il l'avait d'ailleurs fait pour rassembler le Clan Dominant suite à la défaite de Martel, mais s'imposer dans son intimité alors qu'il n'était pas attendu … Il avait certes un grade supérieur au sien dans la hiérarchie Màr Tàralöm, en tant que Verseur de Sang, mais ceci ne concernait pas les affaires de l'armée. Envoyé par le Sang Aodren del Hendrake, il était garant de la bonne réussite de son entreprise. Si le Chevalier Bronze refusait de répondre à l'appel de son maitre à cause de lui, ce dernier serait extrêmement mécontent. Et il savait que le déplaisir du Fëalocë n'était en aucun cas une chose à traiter à la légère, son absence de tolérance pour l'échec étant des plus notables.

Cela faisait à présent un peu plus de six lunes qu'Aodren les avait officiellement pris sous son aile, lui et Rakesh, suite au sang-froid et à l'efficacité dont ils avaient fait preuve lors de la bataille contre les Morts-qui-Marchent, et en dépit - ou peut-être à cause - de leur réputation douteuse ... Et déjà son maitre se mettait en quête d'une nouvelle pièce unique à ajouter à sa collection. Tuncay avait attiré l'attention du Haut Représentant Dominant dans les gradins de la Fosse, le jour où le Seigneur Iskuvar avait vaincu Martel Dehlekna par la voie des armes. Adhâvan savait, pour l'avoir surveillé au compte d'Aodren, que l'intérêt du noble Fëalocë pour le Spectre des Cendres avait été en constante croissance. Jusqu'à aujourd'hui, où il avait décidé de le mettre à l'épreuve pour voir jusqu'où il accepterait d'aller … Et où allait sa loyauté.

Pris dans ses pensées, il ne remarqua pas sa dragonne qui roulait des yeux agacés face à tant d'atermoiements, pas plus qu'il ne la vit se rapprocher pour frapper fortement à la porte – au temps pour la discrétion de leur mission – annonçant d'une voix retentissante le Chevalier Adhâvan Ilaiyaraja, lié de la Blanche Rakesh. Un rire argentin, faussement innocent, résonna dans son esprit alors qu'il portait un regard écœuré sur elle, et elle haussa les épaules tout en lui adressant un clin d'oeil égrillard, lourd de sous-entendus.

**Détends-toi Kishan, au besoin les gens penseront que tu lui rends visite pour des motifs purement … personnels. N'est-ce pas pour ça que Aodren t'a choisi pour cette mission de "la plus haute importance" ?**

La porte s'ouvrit avant qu'il n'ait le temps de répliquer, le ventre noué par une soudaine tension quant aux intentions de sa Liée, et le visage sérieux et surpris de Nagendra Tuncay s'effaça pour les laisser pénétrer dans son weyr. Si l'attention de Rakesh se porta immédiatement sur le jeune Bronze – Llyr, rectifia-t-elle d'une pensée fugitive – la Blanche rajustant sa robe de lin outrageusement courte et passant une main voluptueuse dans sa chevelure blonde, Adhâvan commença à mémoriser par automatisme l'agencement des appartements du Spectre des Cendres, et à décrypter ce que cela pouvait révéler sur son mode de pensée et ses habitudes.

Puis, son regard revenant sur l'Humain et ses réflexions à l'accomplissement de sa mission première, le Chevalier Blanc inclina poliment la tête, sa longue tresse d'or blanc bleuté basculant par dessus son épaule pour aller cascader sur son plastron de cuir, et sans plus de cérémonie, lui tendit le rouleau scellé.

« Chevalier et Spectre des Cendres Nagendra Tuncay, mon maitre vous transmet ses plus respectueuses salutations. »



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***



Dernière édition par Oracle Tol Orëanéen le Mer 16 Aoû 2017 - 19:43; édité 1 fois
Visiter le site web du posteur
Publicité





MessagePosté le: Sam 12 Aoû 2017 - 17:19 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 467
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 259
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 13 Aoû 2017 - 16:52 Répondre en citantRevenir en haut

&

– Nagendra Tuncay, Spectre des Cendres, Chevalier Lié au Bronze Llyr –


Le jour était encore jeune, et pourtant, Nagendra sentait l’ennui poindre – insidieusement, comme la douleur d’une vieille plaie mal cicatrisée. Se détachant du mur contre lequel il était appuyé, le Chevalier passa une énième fois en revue la pièce. Il régnait dans ses appartements un froid particulier, plus dû à l’absence d’effets personnels qu’au manque d’éclairage ou de chauffage. L’arsenal du Spectre des Cendres, en guise d’unique élément décoratif, luisait de l’éclat glacé de l’acier ; aucune feuille ne dépassait des piles de parchemins disposées sur un bureau en bois sombre. Avec un soupir, l’Humain fit mine de les tasser à nouveau, puis, comme cela ne suffisait pas, il s’assura que ses bottes étaient correctement lacées. Sur sa couche de sable, Llyr s’étirait lentement, suivant paresseusement son Lié d’un regard embrumé de sommeil. À chaque bâillement, le bruit de ses crocs résonnait avec fracas dans le silence mortuaire du Weyr. Nagendra serra inconsciemment les mâchoires – il ne supportait plus l’indolence du Bronze, écho trop prononcé à son propre désœuvrement.

Ces derniers temps, la situation politique chaotique avait nui aux velléités aventurières de l’Humain. Il fallait rester au Kaerl, jouer au bon gardien de la sécurité en son enceinte, car personne ne pouvait dire quelle tournure prendraient les évènements après le retour d’Iskuvar et l’exil de Martel. En attendant de retrouver le confort des cieux et de leur horizon infini, Nagendra faisait passer sa rage dans la Fosse, au milieu de ses frères d’armes – il ne s’abaissait toujours pas à rouer de coups les recrues les plus hargneuses, tout autant engoncé dans sa fierté qu’il l’était dans son armure austère. Il n’avait pas eu de retour suite à la mission aux Chutes de Nightfall, au début de l’automne, mais cela ne l’avait pas empêché de croiser le fer avec la Chevalière On Nïksé. À n’en pas douter, Maître Zenghwei était actuellement retenu par des affaires plus importantes. Tout le Concile s’agitait afin de dissimuler les manigances formées en l’absence d’un Seigneur, pour mieux revenir s’aplatir devant le trône et lutter pour conserver leur place.

° Je les déteste. Tous, autant qu’ils sont. ° Nagendra entendit Llyr grogner son approbation dans un coin de son esprit. Le Dragon ne souhaitait rien d’autre que de voir son Lié sombrer dans les affres de la haine, mais l’Humain était trop sage, trop réservé pour se laisser aller à une telle étroitesse d’esprit. Dorcha ne l’avait pas éduqué de la sorte – et jamais il n’aurait sali son nom et sa mémoire. Pour le moment, il n’était qu’un Spectre des Cendres, un chien parmi les loups et les moutons. Son devoir était d’obéir aux puissants, et d’aboyer pour faire trembler les faibles. Un vague sentiment de mépris le saisit à la gorge en même temps que les iris rubescents du Bronze se plantaient dans sa nuque. Nagendra se massa l’épaule, retenant un soupir ennuyé. Il craignait toujours autant que l’ardeur impulsive de Llyr n’influence son propre intellect – et, plus les mois passaient, plus le Dragon révélait son caractère dominant et féroce. Leurs sangs, l’un chaud et l’autre froid, se heurtaient pour former une écume bouillonnante dont les brumes floutaient les contours entre raison et impétuosité. L’Humain le savait : il faudrait tirer le meilleur parti de cette alliance, mais le chemin vers l’harmonie était pavé de contraintes et d’incertitudes.

En quelques pas, il fut devant le Bronze et s’agenouilla pour flatter les pointes en bordure de ses cornes. Il plongea son regard d’ambre dans les nuées embrasées qui couvaient dans celui de son Lié.

° Patience, Llyr. Un jour, tu seras fier de moi et toutes les Incarnates seront à toi. °
° Fillette. Ne fais pas de promesses que tu ne pourras pas tenir ; il me semble que c’est contraire à ta religion. On ne permet pas aux animaux domestiques de passer la laisse à leur maître. °
° Je n’ai pas de maître. °


Nagendra tourna le dos au Dragon, lequel souffla une fumée moqueuse par les naseaux. À cet instant, on frappa à la porte et l’Humain se raidit subitement. Ils n’attendaient personne, et sûrement pas le Chevalier Ilaiyaraja, dont l’allégeance envers le Sieur et Sang del Hendrake n’avait rien d’un secret. Le jeune Humain ne s’était jamais frotté de trop près aux intrigants, même ceux de son Clan, car il les méprisait tout autant que les autres. Évidemment, le Fëalocë ne dérogeait pas à la règle. Une telle visite ne présageait rien de bon, surtout si tôt après sa nomination en tant que Haut Représentant, et le Chevalier songeait déjà à un millier de raisons d’en craindre le motif. Enfin, il ne fallait pas faire attendre leur visiteur, et Nagendra fit taire ses appréhensions pour aller l’accueillir, son expression froide reflétant la plus infime once d’étonnement. Aux côtés de l’Elfe se tenait sa redoutable Liée, dont la posture et l’accoutrement provoquèrent un frissonnement de dégoût chez le Chevalier si prude, qui avait hérité de son enfance la crainte et le dénigrement de la chair féminine. Llyr détailla nonchalamment la Blanche, flatté malgré tout de l’attention qu’elle lui portait.

« Chevalier et Verseur de Sang Adhâvan Ilaiyaraja, Dragonne Rakesh. » Nagendra s’inclina sèchement, puis se redressa pour accepter le rouleau qu’on lui tendait. « Mes hommages au Seigneur del Hendrake. »

La démarche militaire, il se dirigea vers le bureau afin d’y briser le sceau, et enjoignit d’un geste de la main ses invités à s’installer. Il ne possédait pas grand-chose, car Nagendra ne recevait jamais, et les maigres fournitures ayant échappé à son désir d’épure avaient sans doute appartenu au précédent occupant des lieux. En des termes alambiqués, quoique laissant peu de place à la négociation, Aodren le notifiait d’un ordre de mission à Qahra. Immédiatement, Llyr se mit à agiter la queue, brûlant d’envie de goûter aux chaleurs étouffantes et humides de la jungle. Le Chevalier, lui, se renfrogna devant l’absence de clarté concernant la véritable portée de ce voyage – et il aurait détesté être forcé de s’en remettre aux bonnes grâces du Fëalocë. Une laisse passait encore, mais il ne désirait pas les chaînes. Néanmoins, il ne pouvait pas se permettre de montrer trop ostensiblement sa loyauté envers l’ancien dirigeant du Clan et rechigner ainsi à obéir. Del Hendrake faisait un bon parti de substitution : il était patient, intelligent et fin stratège. Auprès de lui, il pourrait être en sécurité… ° Du moment que je ne lui sers pas de pièce dispensable, ou de sujet d’expérimentation pour une quelconque manigance de son cru. Je n’ai pas pour intention de me mettre en porte-à-faux, et surtout pas pour servir les intérêts d’un autre bouffon du Concile. °

Il lissa le papier et releva les yeux vers Adhâvan, l’air sérieux sous ses sourcils froncés.

« Je suis tout à fait honoré de la confiance que me porte votre Maître et mon Seigneur. » annonça-t-il, esquissant l’ombre d’un sourire – car, après tout, rien ne l’empêchait de se montrer courtois. « Cependant, je ne puis que m’interroger : pourquoi s’en remettre à un simple Spectre des Cendres quand il dispose déjà de serviteurs loyaux et efficaces ? »

Distraitement, il se mit à jouer avec les lacets ornant ses gantelets en cuir. Malgré son envie de faire confiance à l’Elfe qui se tenait en face de lui, il connaissait les modalités de sa situation, et savait qu’il lui était par conséquent interdit de pécher par honnêteté. De plus, la présence de Rakesh faisait peser comme une menace implicite. La réputation de la Blanche, véritable Incarnate sous couvert d’écailles pâles, n’était plus à prouver. S’il se permettait une seule faute aujourd’hui, Llyr ne lui pardonnerait jamais sa naïveté envers les membres du Kaerl. Après toutes ces années passées dans l'ombre de Dorcha, Nagendra ne doutait pas vraiment qu'il réussirait à tirer son épingle du jeu, aussi préféra-t-il ne pas prêter attention à l'incrédulité dédaigneuse émanant du Bronze.

« J’obéis aux ordres, mais je ne cours pas aveuglément après la gloire. Même la fidélité d’un chien de guerre doit s’acquérir, et il faut pour cela que son maître fasse preuve de probité. Je pense que nous nous comprenons. Je suis avant tout un soldat du Màr, et c’est le Màr que je sers. »



Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 661
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 610
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Mer 16 Aoû 2017 - 19:42 Répondre en citantRevenir en haut



C'était une pièce dépourvue de tout ornement décoratif qui s'offrait à son regard, à la froideur toute fonctionnelle. Seuls rutilaient dans un coin les écailles flamboyantes du jeune Bronze, presque déplacées dans le dénuement austère de son environnement, cela et l'acier soigneusement entretenu qui faisait d'un simple soldat un bon guerrier. Les conclusions sur la personnalité du maitre des lieux s'imposèrent à son esprit, et Adhâvan en prit machinalement bonne note. Alors que le Chevalier s'emparait du rouleau pour prendre connaissance de son contenu, Llyr les observait. Adhâvan lui rendit son regard, une expression soigneusement composée sur son visage anguleux, ses iris d'or brun rendus plus sombres par la pénombre environnante. Nagendra avait beau se montrer courtois, il pouvait percevoir qu'ils n'étaient pas tout à fait les bienvenus ici : il l'avait pris au dépourvu et l'Humain s'était aussitôt placé dans une posture défensive. Quant à la réaction de dégoût instinctive qui l'avait agité, face, tant à l'attitude de Rakesh qu'à son accoutrement, il n'avait pas manqué non plus de la percevoir, bien que Nagendra ait habilement tenté de la masquer.

Se détournant de son examen méticuleux, il relâcha un soupir léger, reportant son attention sur la Blanche à son côté, qui s'était accrochée à son bras, dans un mélange de provocation et d'arrogance. Autant commencer par mettre son interlocuteur plus à l'aise …

*Habille-toi.*

La formulation était ferme, mais le ton tenait plus de la supplique désabusée. Subtil mélange. Rakesh eut une petite moue hargneuse, levant les yeux au ciel, et haussant les épaules d'une manière qui, il en était sûr, avait pour but étudié de mettre en valeur sa poitrine. Malheureusement pour elle, cela faisait bien longtemps que telles astuces ne fonctionnaient plus sur lui.

*Rakesh ...*
**Ma parole, c'est qu'il est presque aussi guindé que toi !**

Les poings sur les hanches, elle fixa un regard accusateur sur Adhâvan, avant que ses contours ne s'adoucissent et ne se floutent dans une douce lueur, qui laissa progressivement place à une silhouette écailleuse gracile et élégante. Ses écailles d'un blanc nacré capturant les moindres rayons de lumière dans la pièce pour les démultiplier en une myriade d'arc-en-ciel, elle adressa finalement un nouveau clin d'oeil moqueur à son Lié, tandis que Nagendra les invitait à prendre place, dans un geste aussi rigide que poli.

**Mais peut-être que tu pourrais lui apprendre deux ou trois petites choses, après tout ?**

La démarche languide, ignorant la mine rembrunie d'Adhâvan, elle entreprit d'aller s'allonger auprès du Bronze sur la couche de sable, à distance respectueuse mais néanmoins dans une attitude qu'il ne pouvait que qualifier de ''langoureuse'', si tant est qu'un tel terme puisse être employé chez les dragons. L'Elfe ne put alors empêcher son cœur de battre un peu plus vite, admirant non sans désespoir la beauté de sa Liée, comme au jour de leur première rencontre, sur les sables des Cavernes Flamboyantes.
Rakesh savait faire tourner les têtes, et cela faisait partie du danger qu'il y avait à se confronter à elle. Elle n'était pas aussi courtisée que les Vertes, ni aussi honorée que les Incarnates, mais elle avait trouvé sa propre voie pour évoluer dans l'atmosphère vénéneuse du Màr Tàralöm. Quitte à ce que leur réputation en pâtisse ... Au moins, leurs noms ne se noyaient pas dans la masse anonyme de la foule. C'était l'argument implacable qu'elle lui assénait invariablement lorsqu'il tentait - en vain - de la raisonner.

Assis avec raideur sur un tabouret plus fonctionnel que réellement confortable, face à Nagendra, il l'observa patiemment parcourir les lignes déliées tracées par Aodren, et se renfrogner visiblement face à la mission qui lui était assignée. Qahra … Iskuvar n'était pas le seul à s'y intéresser. Cela au moins il devait le savoir.
Lissant le parchemin qui n'en avait aucunement besoin, les sourcils froncés, le Spectre des Cendres fixa un regard grave sur Adhâvan, qui le lui rendit sans se laisser ouvertement impressionner. Il le savait d'avance avant même qu'il n'ouvre la bouche, il allait leur falloir négocier.

De son côté, alanguie auprès de Llyr, l'effleurant à peine du bout d'une aile taquine, Rakesh lui transmit l'enthousiasme évident du Bronze, en totale contraste avec l'expression soucieuse de son Lié. A l'image de son aînée, apparemment, le jeune Dragon rongeait son frein au Kaerl, et avait hâte de reprendre les airs.

**En voilà un qu'il est facile de contenter !** murmura-t-elle tout bas, dans le silence partagé de leurs esprits, presque déçue de ne pas rencontrer plus de résistance. La petite Blanche couvait d'un un regard verdoyant le Bronze à ses côtés, se faisant aussi innocente et inoffensive que possible sous son attention. Adhâvan s'abstint cependant de lui répondre, préférant se focaliser totalement sur son vis à vis, qui, apportant un grand soin au choix de ses mots, lui exposait sans hésitation ses réticences et incertitudes.

Prudent et méfiant, Nagendra l'était, et il demandait des garanties, après la brève expression de reconnaissance et d'honneur qu'il ressentait d'avoir été choisi par le Seigneur del Hendrake pour cette mission. Le Chevalier Blanc haussa un fin sourcil tout en l'écoutant, le soupesant du regard. Il avait posé les bonnes questions. Son frère d'armes était loin d'être idiot – les imbéciles survivaient rarement au long terme au Màr Tàralöm – et prenait un risque, calculé ou non, en s'adressant à lui avec autant d'honnêteté. Servir les intérêts du Màr … Sur ce point, ils pouvaient s'entendre.

Une fois encore, le doute s’immisçant dans son cœur, il se demanda pourquoi Aodren l'avait choisi pour porter son message, et il baissa les yeux sur la sacoche accrochée à sa ceinture. Une lourde bourse d'or y reposait, son maitre lui ayant confié dans ''l'éventualité improbable où il pourrait en avoir besoin''. Le Sang passait pour être bon juge des caractères, et une fois encore il ne s'était pas trompé : Nagendra n'était de toute évidence pas de ceux que l'or pouvait corrompre. Alors, pourquoi lui ?

**C'est une mise à l'épreuve. Autant pour toi que pour lui !**

Il y avait une inhabituelle gravité dans le ton féroce de sa Liée, mêlée à une certaine excitation face à la délicatesse de la mission qui leur avait été confiée. Il oubliait parfois que sous ses dehors libertins, lorsqu'elle s'en donnait la peine, la dragonne n'était pas dotée d'un esprit creux, bien au contraire. Tout ce qui pouvait servir son orgueil démesuré était bon.

**Ce n'est pas tellement à l'opposé de ce que tu fais habituellement, Kishan. Observer, déduire, conclure, et … Attaquer ! Vas-tu retourner en gémissant auprès d'Aodren, pour lui lécher la main comme un bon chien obéissant, en espérant qu'il te pardonne ton échec ?**

Se raidissant de colère contenue face à la provocation, il passa une cheville bottée sur la cuisse de son autre jambe, dont le revers de souple cuir marron recouvrait jusqu'au genou, tandis dans son visage anguleux l'éclat de ses iris d'or brun se faisait plus aiguisé. Près de dix ans qu'il était au Màr Tàralöm, et il n'était pas retourné une seule fois sur sa terre de naissance. S'il n'obtenait pas l'accord de Nagendra, ce serait certainement à lui que serait confiée cette mission. Qahra. Tant de souvenirs qui y étaient associés, des plus sanglants pour la plupart.

C'était la Verte K'jenriath, la Liée de la redoutable Ioana Cyallaïd-Cèlt’har – sous la tutelle de qui il avait fini par suivre son Aspiranat – qui l'avait trouvé, ce jour là, dans une ruelle poussiéreuse de Qerumi. Le marché aux esclaves de l'Oasis Ssyl'Sharienne était des plus réputés, et il aurait du y être vendu, si son regard éteint n'avait pas croisé celui de la dragonne, à ce moment précis où son existence avait de nouveau basculé.
''Maharani'', l'avait-il appelée, ''Grande Reine'', car à ses yeux, elle ne pouvait qu'être l'incarnation de la légendaire Reine Émeraude, la Reine des Serpents des jungles de Qahra. Et, lorsqu'elle lui avait offert la liberté – effrayante perspective pour celui qui n'aspirait qu'à mourir – il l'avait alors suppliée de le laisser la servir. Plus par ironie qu'autre chose, la Verte l'avait baptisé en retour, ''Adhâvan'', ''Celui qui a l'éclat du soleil'', nom sous lequel il serait ensuite connu au Kaerl. Qu'avait-elle vu en lui, elle avant tous les autres, qu'elle aille insister longuement auprès de Ioana pour qu'elles l'emmènent sur la Terre de l'Aube ?

Un bon chien de guerre. Oui, ils se comprenaient. Et le Chevalier ne manquerait pas de le lire clairement inscrit sur son visage.

Un sourire amer apparaissant fugitivement sur ses lèvres, il s'arracha à l'attraction brumeuse de ses souvenirs pour se recentrer sur la tâche qui l'attendait. Ses iris d'or brun se fixèrent aux deux ambres flamboyantes de Nagendra, étudiant le Chevalier, le jaugeant et s'interrogeant. Quels étaient les sentiments qui l'agitaient ? Quelle était la raison, les motivations profondes qui le poussaient à avancer, jour après jour ? Que recherchait-il désespérément ? Qu'il trouve la réponse à ces questions, et la partie serait gagnée.

« Le Seigneur del Hendrake a pu apprécier vos états de service des plus excellents dernièrement, dans des situations pour la plupart demandant un doigté certain. Sous sa protection, vous pourriez vous élever dans la hiérarchie militaire. Etre promu Verseur de Sang … Intégrer la Garde Embrasée. Cette mission pourrait n'être qu'une première étape vers beaucoup plus. »

Il accompagna sa déclaration d'un haussement d'épaules, sa tresse d'or blanc oscillant dans son dos, indiquant par là que la chose ne dépendait pas de lui.

« Mon maître sait apprécier à sa juste valeur un bon guerrier, et valorise la loyauté, que ce soit envers notre Màr, ou envers lui-même, si d'aventures vous acceptiez son offre ... »

Voilà qui était dit. A demi mot, il venait de soulever un point important : envers qui sa loyauté allait-elle ? Le Chevalier s'était soigneusement tenu à l'écart des machinations politiques du Clan. Etait-ce réellement par désintérêt ? Il ne le pensait pas. L'autre lui paraissait trop intelligent pour ça. Adhâvan savait qu'il allait devoir décider s'il jouait maintenant sa carte maîtresse, l'appât qui déciderait ou non de la réussite de leur affaire.

« Quant au choix de Qahra … Vous n'êtes pas sans ignorer que l'attention du Màr Tàralöm, et du Seigneur Iskuvar en particulier, s'est récemment portée sur la richesse des mystères que ces terres recelaient. Des éclaireurs y ont été envoyés. Le Seigneur Iskuvar lui-même y a été porté disparu lors d'une mission diplomatique officieuse, pour ne reparaître que plusieurs lunes plus tard. Le Seigneur del Hendrake souhaiterait en savoir plus sur le sujet. »

Une pause. Il n'avait pas pour habitude de parler aussi longuement. Reprenant lentement sa respiration, il s'inclina en direction du bureau, faisant tinter imperceptiblement le bijou à son oreille. Nagendra s'était montré honnête envers lui, et il souhaitait lui rendre la pareille. Ils pouvaient poursuivre cet échange sur un pied d'égalité.

« Aodren suppose que notre Seigneur cache volontairement des informations importantes sur les découvertes qu'il a fait à Qahra, et que les lieux recèlent plus qu'il ne veut bien l'admettre. »

Dans son esprit, une poussée d'exultation et d'impatience. Rakesh. Elle avait toujours eu le goût du risque, et il venait de jouer particulièrement gros sur la base d'une simple supposition de leur maitre.



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 467
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 259
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 16 Aoû 2017 - 23:45 Répondre en citantRevenir en haut

&

– Nagendra Tuncay, Spectre des Cendres, Chevalier Lié au Bronze Llyr –


Si Nagendra n’était pas habitué à sentir autant de présences peuplant l’espace réduit de ses appartements, il y avait un autre être dont la possessivité extrême empêchait la moindre expression d’amabilité. Encore trop jeune pour vraiment ressentir les pulsions sauvages communes aux Bronzes, mais aussi assez vieux pour être déjà influencé par les préférences de ses confrères, Llyr avait observé, l’œil rougeoyant sous ses paupières lourdes, la Liée de l’Elfe prendre place sur sa couche. Rakesh… La Blanche était précédée par une réputation aussi encombrante que son ego, mais il fallait bien avouer que son aura n’avait rien de semblable à celle des autres Dragonnes. Avisant la candeur innocente de ses iris, il souffla un mince filet de fumée par les naseaux, puis fit mine de ne plus lui prêter attention. Malgré une attirance certaine envers le défi, il sentait que son Âme Sœur surveillait étroitement son attitude envers son aînée. Il préférait feindre le désintérêt – ainsi, son Lié passerait à autre chose et lui pourrait réfléchir tranquillement à une manière d’exciter le caractère de la Blanche. Nagendra, loin d’être dupe, laissa peser un regard lourd de reproche sur la masse écailleuse, immobile, comme assoupie.

° Llyr. Je t’interdis de faire foirer cette opportunité. Je n’ai absolument pas envie de devoir ensuite subir tes remontrances sur ma supposée incompétence, quand tu n’es même pas capable de… °

Pour toute réponse et avant même qu’il ait pu finir sa pensée, il y eut un grondement obstiné et agacé, évoquant un haussement d’épaules, et l’Humain pinça les lèvres devant tant de nonchalance. Il ravala sa réplique et préféra reporter son attention sur l’affaire qui nécessitait actuellement toute son attention – à savoir, l’Elfe qui le fixait toujours, son visage froid et impassible à peine éclairé par la lumière chaude que diffusaient ses iris. Le Chevalier n’appréciait pas foncièrement l’examen minutieux dont il faisait l’objet, mais se contenta d’opposer à Adhâvan une expression farouche et hautaine – celle qu’il arborait avec le plus de facilité. Un bref instant, l’Elfe s’autorisa à détourner le regard, et celui de Nagendra suivit instinctivement. Il espérait qu’en matière de négociations, leur nouveau Haut Représentant privilégiait l’éclat de l’or à celui de l’acier.

° De quoi as-tu peur ? Que vous en veniez à briser le mobilier ? Allons, fillette, il y a assez de place ici pour faire s’affronter les jeunes recrues de l’armée. Et puis, on s’ennuie tellement… °
° Si c’est pour le spectacle que tu restes, tu ferais mieux d’aller voir ailleurs. Ici, ce sont les intelligences qui s’affrontent. °
° Vous ne servez à rien. Regardez-vous, cachés derrière vos querelles bavardes… Vous faites honte à votre Màr. °
° Silence ! Retourne donc faire les yeux doux à cette Blanche qui cherche à t’abuser. °


Un éclat de rire résonna dans son esprit, et il aurait pu jurer que le Bronze avait vaguement soufflé un ° Jaloux ! ° moqueur avant de le laisser en paix, dirigeant effectivement son intérêt en direction de la Dragonne alanguie. Il ne se souciait guère des ambitions de son Lié – la sienne était plutôt de réveiller un tant soit peu son sang, fatigué de ne plus connaître la morsure du vent ou la chaleur d’un soleil lointain. Comme partageant une plaisanterie avec la Blanche, il vint piquer ses flancs du bout de la queue, le regard parcouru d’éclairs de jade.

Nagendra posa fermement ses mains sur ses genoux, son sang-froid mis à rude épreuve par le comportement de son Âme Sœur. Face à lui, Adhâvan paraissait aussi connaître un accès de contrariété. De ce qui se murmurait dans les couloirs, le Verseur de Sang et sa Blanche ne partageaient pas une relation de plus banales, ni certainement des plus sereines. L’Humain n’accordait aucun crédit aux rumeurs, même s’il connaissait leur pouvoir, et lui-même était bien heureux d’avoir trouvé un Bronze au jour de l’Empreinte. À l’échelle du Kaerl, et de son grand théâtre où comptaient bien souvent plus les préjugés et les apparences que la valeur véritable, il ne pouvait que s’étonner de l’ascension de l’Elfe. Comment l’expliquer, alors ? Nagendra trouva sa réponse, gravée sur les traits ciselés d’Adhâvan et dans son regard figé qui l’épiait à nouveau. Que cherchait-il avec autant d’application ? Le visage de l’Humain demeurait aussi lisse qu’un lac, jusqu’à ce qu’un sourire vienne en faire frémir la surface, car il était incapable de garder son sérieux plus longtemps devant l’acharnement impassible de son visiteur. L’amusement fit étinceler dans ses yeux une myriade de particules cuivrées, et il se recula dans sa chaise, imitant la posture de l’Elfe.

« Est-ce là ce que notre Seigneur peut produire de mieux en guise de compliment, ou bien êtes-vous piètre flatteur ? Si de tels faits ont déjà atteint ses oreilles, je n’ai guère de raison de m’inquiéter concernant ma promotion. Vous m’insulteriez en voulant me traiter comme le dernier des opportunistes. »

Il prit appui sur le bureau, joignant les mains pour y poser son menton, et rappelant par la même occasion à Adhâvan qu’il se trouvait chez lui. Enfin, l’Elfe lui en révélait plus sur les intentions d’Aodren, et l’expression du Chevalier s’adoucit imperceptiblement. Ses mots ne le réjouissaient pas pour autant, mais il approuvait une conversation franche.

« J’obéis aux ordres. Le fait que j’obéisse aux siens ne fera pas de moi son sujet. Que désire-t-il vraiment ? Un bras pour exécuter ses desseins, ou un fervent défenseur de sa cause ? »

Il sentit Llyr se tendre dans un coin de son esprit, réagissant plus à la propre anxiété de son Âme Sœur qu’à ses paroles osées. Nagendra ne cherchait qu’à désarmer son adversaire, conscient qu’il ne courrait aucun danger tant qu’il resterait dans le droit chemin. Mais, alors qu’il s’était détendu, pensant avoir repris l’avantage, Adhâvan se mit à expliciter le détail de la mission. À la première mention d’Iskuvar, le doute avait bondi. Aodren n’escomptait tout de même pas l’envoyer sur les traces du Seigneur du Màr… Le Chevalier Blanc se tendit vers lui, comme qui sur le point de faire une confidence. Nagendra eut une moue désapprobatrice, levant le visage et baissant les yeux vers l’Elfe.

° Tu penses qu’il sait ? °
° On ne peut pas me reprocher d’avoir soutenu l’ancien représentant de notre Clan. De plus, il est d’usage que les Dominants se démarquent par leur désir… de dominer. Aodren ne serait pas le premier à tenter de renverser Alauwyr. °


Le jeu d’Adhâvan était risqué. Del Hendrake était-il confiant au point de laisser ses sbires aller répandre ses secrets dans tous les recoins du Màr ? Les sourcils de l’Humain se haussèrent face à une telle idée. Mais pourquoi lui ? Et pourquoi s’intéresser de si près à ce qu’avait bien pu faire Iskuvar pendant son absence ? Une lueur de curiosité s’alluma dans son regard, bien vite noyée par une ombre soucieuse. Nul doute qu’on cherchait à nuire à ce scélérat, qui avait osé revenir clamer haut et fort que le trône lui appartenait – après l’avoir abandonné ! Nagendra ne pouvait pas se laisser aveugler par sa colère. Tuer ne lui posait aucun problème, personne ne lui disait pourquoi il devait le faire ; il le faisait. Espionner son Seigneur était à des lieux de son devoir en tant que Spectre des Cendres. Il inspira profondément, les yeux plongés dans ceux de l’Elfe, les fouillant à la recherche du moindre indice sur la portée de l’affaire. Déjà, il avait l’impression – désagréable – d’en savoir trop. L’honnêteté était louable, mais pouvait aussi se transformer en piège.

« N’en dites pas plus. Le Seigneur del Hendrake a-t-il perdu l’esprit ? Ce ne sont pas là des mots, ni des ambitions, que l’on révèle à qui veut bien l’entendre. » L’Humain se leva, les paumes à plat contre le bois. « Je ne porte pas Alauwyr Iskuvar dans mon cœur, je n’étais pas au milieu de ses partisans lors du Duel. Cela a bien dû remonter aux oreilles de votre Maître, chez qui je semble avoir éveillé un certain intérêt. Est-ce pour cela qu’il veut me confier cette mission ? Je ne suis qu’un Spectre ; nous sommes des centaines à hanter le Màr, anonymes et confondus. Qu’il sache que je souhaite le demeurer. »

Et si cette mission pouvait lui permettre d’œuvrer au retour de Martel Dehlekna… Non, il devait se contenir. Pour le moment, il était un simple détracteur d’Iskuvar. Rien de plus.

« Je ne fais pas de politique, Chevalier Adhâvan. Je ne m’interrogerai pas sur les raisons qui poussent Aodren à émettre de pareilles suppositions concernant notre Seigneur, ni sur ce qu’il souhaite en tirer. Je dois savoir, au demeurant, quel destin on me réservera si je devais découvrir plus que ce qu’il m’est permis de connaître. »

L’Humain reprit sa place, ajustant sa tunique cintrée. Une nouvelle aura, prédatrice, encadrait sa silhouette raide, se réfléchissant jusque dans l’ambre de ses yeux, leur conférant un éclat presque semblable aux écailles de son Lié.



Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 661
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 610
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Jeu 17 Aoû 2017 - 19:54 Répondre en citantRevenir en haut


Adhâvan Ilaiyaraja & La Blanche Rakesh

Theme Song :
Solace – Salim Daïma


Lorsque l'Humain s'était levé brusquement, les paumes plantées bien à plat sur le bois de son bureau, Adhâvan avait levé un regard surpris vers lui. Il ne s'attendait certainement pas à une réaction si … marquée. Et cela ne fit que nourrir la tension déjà bien trop présente en lui.

L'avait-il mal jugé ? Avait-il fait une erreur en révélant trop tôt les intentions d'Aodren ?

**Il se sent piégé. Et comme tout animal sauvage qui se respecte, dans ce genre de situation, il panique. Offre-lui une porte de sortie.**

Sagement alanguie aux côtés du jeune Bronze, la tête reposant sur ses pattes, immobile en dehors des ondulations paresseuses qui agitaient le bout de sa queue, Rakesh entr'ouvrit un œil, dans lequel se mêlait, au vert du plaisir, des éclats orangés d'excitation. Le ton sur lequel elle avait conseillé son Lié laissait à entendre que cela relevait de la plus pure évidence, et Adhâvan dut se mordre la joue pour s'empêcher de répliquer vivement. Ce que la dragonne ne manqua pas de percevoir, provoquant un nouvel éclat de rire cristallin dans son esprit.

Tout au long de la discussion, la Blanche avait poursuivi son entreprise de séduction de son jeune frère, tandis qu'Adhâvan étudiait les émotions se succéder sur le visage du Chevalier, comme des vagues ridant tour à tour la surface impassible d'un lac : froideur hautaine et amusement provocateur, adoucissement fugitif bien vite balayé par un regard désapprobateur, et enfin, une infime lueur de ce qui pouvait être de la curiosité … Expressions qui toutes furent noyées par une ombre soucieuse. Plus que les bénéfices, c'était la considération des risques encourus qui avait provoqué ce soudain mouvement d'humeur. A juste titre, Nagendra s'inquiétait de son avenir si son implication venait à se faire connaître. Soupir infime. En dépit du côté donneur de leçon de sa remarque, il lui apparaissait que Rakesh avait raison.

Lorsque Llyr lui avait délicatement taquiné le flanc de la pointe de sa queue, elle l'avait laissé faire sans plus réagir, s'allongeant plus confortablement sur la couche de sable, en apparence oublieuse de la situation, mais ne perdant pas une miette des réactions du Bronze. Visiblement, son tempérament était à la hauteur de la flamboyance de ses écailles, à des lieux du calme stratège que désignait le comportement de son Lié. Par expérience, elle savait que cela pouvait provoquer des désaccords ponctuels entre les deux âmes-soeurs, jusqu'à ce que leur lien soit assez mûr pour leur permettre d'y trouver un équilibre. Y avait-il quelque chose à exploiter dans ce fait ?

*C'est un couple étrangement formé ...*

Oh, que la naïveté de son Elfe pouvait être rafraîchissante, parfois ! Se rengorgeant intérieurement avec orgueil, elle s'auto-félicita une fois de plus de l'avoir choisi, lui plutôt qu'un autre, pour partager son âme. Comme si Flarmya n'avait pas eu son mot à dire dans leur Empreinte ...

**Voyons, pas plus que toi et moi, Kishan. Il semblerait que ce garçon te ressemble bien plus que tu ne veuilles l'admettre ...**

Silence. S'il avait été perturbé par ses doucereuses insinuations, Adhâvan n'en avait laissé rien paraître extérieurement, empêchant habilement toute émotion de filtrer par leur Lien. Tant pis. Continuant alors de feindre d'ignorer l'autre dragon, après l'attention soutenue qu'elle lui avait porté jusque là, Rakesh s'amusa intérieurement à guetter l'accueil que son comportement recevrait. Llyr n'était pas un Bronze pour rien, et il était probable que son soudain désintérêt pique à vif sa fierté … et ses hormones. Tout au long du discours dubitatif de Nagendra, elle avait maintenu la distance avec son compagnon, allant jusqu'à bailler légèrement, dévoilant ses crocs d'ivoire effilés. Si le Bronze voulait jouer à l'ignorer, elle voulait bien parier qu'il serait au final perdant. Et lorsque l'Humain avait face à son Lié, la tête haute et le regard flamboyant, l'aura presque prédatrice, elle avait eu un ronronnement bas et approbateur, quasi inaudible. Brave petit. Il ne manquait pas de cran.

S'étirant de tout son long, elle bascula sur le flanc pour faire face son jeune frère, les iris toujours verdoyants, l'englobant d'un regard rusé et joueur.

**Pourquoi n'irions-nous pas nous dégourdir les ailes pendant que nos Liés font assaut d'esprit ? Toutes ces considérations de bipède m'ennuient à mourir ...**

La proposition avait été lancée de manière à ce que les deux hommes dans la pièce puissent l'entendre également. Tandis que Nagendra se rasseyait lentement à sa place, rajustant sa tunique en un geste vif, Adhâvan tourna la tête vers elle, ses fins sourcils froncés sur ses iris d'or brun, l'air méfiant.

« Rakesh, tu ne ... »

Avant que son Elfe ne puisse aller plus loin, elle le coupa, se redressant d'ors et déjà pour étirer ses ailes, faisant jouer habilement la lumière sur ses écailles nacrées pour les mettre en valeur, s'adressant à Llyr :

**Je te promets, mon frère, que mon Lié n'entreprendra aucune mauvaise action à l'égard du tien. Ne sont-ils pas deux hommes adultes et posés, capables de négocier en faisant preuve de maturité ?**

Son regard opalescent se tourna vers Nagendra, l'étudiant innocemment, et elle poursuivit, flattant outrageusement l'égo de l'autre dragon :

**Et dans l'éventualité où la situation devait dégénérer par la voie des armes, je ne doute pas qu'un grand Bronze tel que toi, au vol fort et rapide, saura soumettre à sa volonté la faible Blanche que je suis ...**

Enfin, à l'attention seule d'Adhâvan, rien qu'une promesse chuchotée, aux sous-entendus soudain angoissants, qui lui donna l'impression qu'une lourde pierre venait de tomber dans son estomac, le laissant vaguement nauséeux :

**Aie confiance, je ne ferai rien qui puisse mettre en péril ta mission, ou qui puisse aller contre ... tes intérêts.**

Ses intérêts. La Blanche en avait souvent une conception radicalement différente, dans la plupart des domaines. C'était elle qui l'avait poussé à rallier le Clan Dominant … Puis elle encore qui l'avait incité à accepter l'offre d'Aodren, après des années à se cantonner à obéir aux ordres et à servir son Kaerl sans se mêler des intrigues. Tout comme il avait observé Nagendra avant que leur maitre ne l'envoie lui porter sa proposition, il ne doutait pas que le Seigneur del Hendrake l'avait étudié et analysé, longuement, décortiquant ses faits et gestes avant de l'approcher finalement, au printemps de cette année. Une offre de celles qu'on ne pouvait pas refuser.
Avec un rictus qui pouvait passer pour un sourire si l'on ne s'y attardait pas trop, il donna son accord d'un signe de tête, quêtant celui de Nagendra. Aodren savait ce qu'il faisait en les envoyant, tous les deux. Cela en était presque effrayant.

Laissant Llyr à la charge de Rakesh, il préféra reporter son attention sur son vis à vis, tâchant de rassembler ses pensées tout en se forçant à décrisper ses mains du tissu de coton de ses chausses bouffantes. Il y avait plus en jeu qu'une simple négociation sur un ordre de mission. Et il avait beau se dire qu'il était parfaitement en capacité de mener la discussion à bon terme, il ne pouvait s'empêcher de sentir excessivement déplacé dans les circonstances présentes.

Tout comme Nagendra auprès de Dorcha Elerinna, Adhâvan avait été formé par l'impitoyable Ioana Cyallaïd-Cèlt’har, qu'il considérait objectivement comme la meilleure lame du Màr Tàralöm. Et si elle l'avait éveillé à l'usage des armes, elle l'avait également amené dans les alcôves du Sanctuaire de Flarmya, pour lui apprendre à écouter et entendre, et dans les gradins de la Fosse, pour lui apprendre à observer les courants qui s'y tramaient … Car on ne devenait pas membre du Concile sans chercher développer impérativement ce genre de talents chez ses Aspirants. Selon elle, bien plus qu'une épée aux conséquences souvent irréversibles, l'intelligence était la première arme dont il fallait se servir.

Par un effort conséquent, il parvint à rétablir le calme dans son esprit, se concentrant sur la visualisation mentale d'une épée au tranchant affûté, dansante face à la garde levée de son adversaire. Son visage à nouveau serein, ses mains aux longs doigts fins croisées dans son giron, il releva le regard pour croiser les deux ambres inquisitrices du Spectre des Cendres. Qu'avait-il perçu de son trouble ?

« Chevalier Tuncay, commença-t-il posément, comprenez que plus que de la flatterie, il n'y avait que la simple exposition d'un fait. En effet, d'autres que le Seigneur del Hendrake vous approcheront peut-être, attirés ou non par vos faits d'armes, et libre à vous d'accepter ou de refuser leurs propositions. Je vous crois suffisamment intelligent pour choisir seul où vont vos intérêts. »

Secouant légèrement la tête tout en haussant les épaules, il indiquait ainsi que le sujet, n'était pas, à ses yeux, des plus importants.

« Quant à ce que mon maître attend de vous, vous le savez certainement mieux que moi. Tout dépend de ce que vous êtes prêt à lui offrir. Sachez cependant qu'il n'acceptera rien de moins que votre totale loyauté … En échange de son serment d'agir toujours pour le bien du Màr Tàralöm. Bras armé et fervent défenseur ne sont peut-être pas tant en opposition que vous le concevez.  »

Ce qui représentait des notions bien subjectives. Iskuvar et Dehlekna eux-mêmes ne s'étaient-ils pas affrontés sur les sables de la Fosse portés par une même et profonde conviction ? Il doutait que Nagendra se montre dupe de ses paroles, mais en toute sincérité, il n'avait pas d'autre réponse à lui apporter. Il espérait que celui-ci saurait le percevoir et l'accepter comme tel.

« Vous avez bien sûr la possibilité de réaliser cette mission sans vous encombrer de la protection de notre Haut Représentant, en simple Spectre des Cendres, un parmi la multitude, répondant aux ordres d'un haut gradé. Cependant, considérant les risques que vous encourriez alors … Je ne saurais que vous conseiller d'accepter sa proposition, pleine et entière. »

De sa voix grave, charriant encore des accents oubliés de sa terre natale, il s'exprimait lentement, sans précipitation aucune, pour permettre au Spectre des Cendres de bien intégrer ses paroles. Lentement, mais sûrement, ils étaient arrivés au cœur de ces tractations. Devait-il à nouveau lui parler sans détour, au risque de l'affoler encore plus ? Ses iris d'or brun, méditatifs, se détournèrent un instant sur le rouleau oublié, reposant entre eux sur le bureau.

« N'y voyez pas là une menace, je vous prie, car ce n'est pas de cela qu'il s'agit. Je suis venu à vous en potentiel allié et non en adversaire. Mon maître s'interroge sur vos loyautés, actuelles et passées. C'est une offre faite à votre curiosité, votre professionnalisme, et non pas une insulte à votre sens de l'honneur. Il ne vous demande pas de trahir qui que ce soit, mais simplement de le servir, lui. »

Un soupir imperceptible et une brève inclinaison de tête dans sa direction, avant de poursuivre. Ce qu'il allait évoquer alors, peu en connaissaient les réelles implications.

« Pour vous parler franchement, vous n'ignorez sans doute pas que le Seigneur Iskuvar n'a pas hésité, par le passé, à employer la manière forte pour réformer le Concile selon son goût. Il serait d'autant plus aisé pour lui de faire disparaître un Spectre des Cendres, anonyme parmi tant d'autres, s'il devait arriver qu'il s'implique un peu trop dans ses affaires ... Ou qu'il le considère comme une potentielle menace pour son trône. Aodren del Hendrake peut vous protéger de son nom. »

Il écarta légèrement les mains l'une de l'autre, concluant sa longue déclaration par un geste d'impuissance concédée. Pourquoi son maître avait-il choisi Nagendra ? Il n'était pas sûr de pouvoir lui apporter une réponse. Il y avait ses possibles accointances avec Martel, sous-entendues dans la discussion, ainsi que ses liens passés avec Dorcha, mais la véritable raison restait obscure. La plupart des ramifications tortueuses de l'esprit d'Aodren lui échappaient, et il n'était pas sûr, de toute façon, de vouloir s'y plonger, au risque de le regretter amèrement.

« Si vous souhaitez disposer de plus de temps pour réfléchir calmement à cette mission, je pense pouvoir vous offrir jusqu'au crépuscule de ce jour. »

Une porte de sortie donc, et sincèrement proposée. Pour Nagendra avant tout, mais également pour lui.



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:32 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu