Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Une rencontre enflammée Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Iniaki Morrigane
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2015
Messages: 131
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 84
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Azaltëha
Fonction: Membre de la Garde
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 19 Mai 2017 - 15:10 Répondre en citantRevenir en haut

Zakerielku 918


L'Hiver était finalement arrivé. Iniaki détestait cette saison qui faisait mourir fleurs et soleil. Et encore n'avait-elle connu que celui d'Orën, cette contrée au climat si doux et hospitalier. Cet hiver serait le premier qu'elle vivrait sur Tol Orëa et il ne s'annonçait pas de tout repos. Certes, le temps était loin d'être aussi impitoyable que celui du Vaendark (apprendre que gens vivaient réellement dans un endroit pareil étonnait à chaque fois la jeune fille, pourquoi s’infligeaient-ils volontairement un tel sort ?) mais il faisait froid où qu'elle aille. Les grandes pièces de pierre étaient froides, peu importe le nombre de feux qui pouvaient être allumés. C'était un comble tout de même, pour un endroit peuplé de Dragons !

Les vêtements qu'elle avait apporté de sa terre natale ne suffisaient évidemment pas à la protéger du froid mordant, aussi avait-elle du faire l'acquisition de nouveaux atours : une tunique marron grossièrement découpée, mais épaisse et peu chère, et une grande cape de fourrure noire qui faisait sa fierté. L'habit était un peu trop grand et seconde main, mais cela ne lui importait guère : il était chaud et surtout doté d'une multitude de poches dans son revers. La jeune Fëalocë n'avait pas grand chose à y mettre, mais la simple idée de posséder une cape aussi originale la remplissait de joie.
Les nouveaux vêtements n'étaient pas la seule chose qui avaient changé dans son apparence physique : en arrivant il y a quelques mois, elle arborait de longs cheveux cuivrés bien entretenus, qui avaient jadis fait la fierté de sa mère, qui passait parfois une heure à les coiffer, s'amusant à les parer de toutes sortes de bijoux. Elle disait qu'ils montraient à quel point son sang de Fëalocë était pur et qu'elle devait les arborer comme une couronne.
Mais des cheveux aussi longs nécessitaient un entretien que l'adolescente n'avait pas voulu leurs accorder, et après avoir été délaissés quelques mois, les nœuds dans ses longueurs étaient devenus tels que tout couper avait été la seule solution envisageable. Si elle avait su, elle aurait attendu la fin de l'hiver cependant, car sa nuque était maintenant elle aussi exposée au froid.

La rouquine n'avait qu'une envie, celle se lover sous sa grosse cape et de rester près des flammes en attendant que de meilleurs températures reviennent. Mais son Maître en avait décidé autrement : l'empreinte arrivait dangereusement vite et son Aspirante lui semblait tout sauf prête à relever ce défi. Aussi avait-elle été sommée de se documenter beaucoup plus sur divers sujets lui semblant nécessaires. Elle devait passer un temps considérable aux Archives et la Maitresse Verte arrivait parfois à l'improviste pour vérifier la présence de son élève. Impossible donc de se dérober à son injonction.

Si l'adolescente ne se serait pas prêtée avec joie à l'exercice dans des conditions normales, le froid environnant achevait de lui ôter toute envie d'étudier. Bien qu'emmitouflée dans ses vêtements les plus chauds, elle grelottait encore, assise devant son livre. L'absence d'activité physique achevait de rendre la température insupportable. Après quelques minutes passées à fixer une page retraçant l'histoire de quelque obscur Valheru de jadis, la Fëalocë referma soudainement le livre sans une once de délicatesse, s'attirant quelques regards offusqués. Sans s'en formaliser, elle se leva pour aller reposer l'imposant ouvrage. Elle regardait autour d'elle avec appréhension, espérant ne pas voir Elvira arriver. Mais après tout, pourquoi s'inquiétait-elle ? Ce n'était pas un entraînement qu'elle subissait, mais un bourrage de crâne inutile, pourquoi devait-elle subir cela alors que ses camarades avaient un Maître digne de son nom ? Qui passait du temps à leurs apprendre des choses utiles au lieu de leurs dresser une liste de choses à apprendre par eux même, choses inutiles qui plus est ?

Un choc parcouru la frêle jeune fille, et le livre atterrit par terre. Elle leva des yeux embués de larmes de colère et de fatigue vers le responsable du choc qui se révéla être un jeune homme roux.

"Fais attention où tu marches !"
s’exclama t-elle à son attention, déchargeant envers ce pauvre innocent toute la colère et la frustration qu'elle ressentait.




Merci à Heryn pour la signature ! ~ Carnet de route ~
Visiter le site web du posteur
Publicité





MessagePosté le: Ven 19 Mai 2017 - 15:10 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Tristan Gwened
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 67
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 33
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 20 Mai 2017 - 19:01 Répondre en citantRevenir en haut

Tristan ne serait pas arrivé au Kaerl Céleste depuis un mois, mais déjà, sa faible constitution aurait protesté contre le changement de climat et d'ambiance, en plus de la tension provoquée par le virage aussi serré qu'inattendu qu'avait pris sa vie. Il aurait donc fait connaissance avec l'un des guérisseurs du Mar Menel, et passé la journée précédente alité. Aujourd'hui, il se sentirait un peu mieux, mais il ne pourrait pas se livrer à quoi que ce soit de trop actif, et Maîtresse Sable lui aurait recommandé de rendre une première visite aux Archives célestes, avec une totale liberté pour le domaine qu'il lui plairait d'approfondir : l'idée serait davantage de se familiariser avec les lieux, leur ordonnancement et les possibilités qu'ils offraient. Il se sentirait encore un peu nauséeux, et vaguement décalé de la réalité, mais il aurait docilement obéi. Apparemment, la dame Lewë en profiterait pour régler quelque affaire personnelle hors de la présence de son aspirant. Il ignorerait quoi, et d'ailleurs, n'aurait pas souhaité la questionner à ce sujet : de telles interrogations auraient été bien peu légitimes de sa part. Et puis, il ne pourrait pas faire grand chose d'autre que de se retrouver en compagnie d'écrits divers.

Arrivé au royaume livresque du Kaerl, avec les sentiments confus générés autant par les brumes de son esprit fatigué que par les souvenirs de sa vie précédente, bien trop proches pour qu'il puisse rester vraiment serein, il déambulerait au hasard entre les rayonnements, lentement, en jetant un œil distrait sur les tranches des ouvrages. Ici, l'anatomie humaine et draconique. Là, l'histoire des grandes familles Célestes. Là-bas, les descriptions des courants marins autour de Tol Orëa. Indécis, le neishaan poursuivrait son errance, peinant à se concentrer sur quelque chose, et même à choisir parmi l'immensité des sujets proposés par les étendues d'étagères. Vaguement absent, il finirait par retirer un ouvrage de son logement, et l'amener à la table la plus proche. Il aurait dépassé la zone historique, et se trouverait maintenant dans les récits légendaires ou mystiques. Un sursaut de clarté intellectuelle lui inspirerait de rechercher la légende dont lui avait parlé Sable lors de son arrivée, celle qui fondait l'existence même des Chevaliers-dragons en obligeant les grands sauriens à se lier à un bipède pour survivre. Il tournerait les pages, tentant de se concentrer sur l'écriture, mais les pulsations de son cœur qui sembleraient résonner jusque dans son crâne ne l'y aideraient pas.

Un bruit inattendu le tirerait de la torpeur dans laquelle il aurait été en train de s'enfoncer doucement, et il sursauterait à ce claquement de pages et de couverture refermée. Réagissant à retardement, il tournerait la tête pour en apercevoir l'origine, mais les alignées de livres lui dissimuleraient la Fëalocë. Lentement, il se lèverait, réalisant qu'il ne trouverait probablement pas ce qu'il cherchait dans l'ouvrage initialement sélectionné. Il ne s'agirait que de récits bien plus récents, il lui faudrait trouver quelque chose d'autre. Il retournerait donc auprès de l'endroit où il penserait devoir le reposer, mais ce ne serait visiblement pas la bonne place. Toute son attention focalisée sur les titres qui se succéderaient, pour trouver à quel moment glisser ce qu'il tiendrait en main, il continuerait d'avancer le long de l'étagère. Jusqu'à ce qu'il soit arrêté brutalement. Perturbé, il tournerait les yeux vers la (très) jeune fille qui, de son point de vue, serait la responsable de cet arrêt. Elle serait petite, et rousse, avec une teinte de peau toute caractéristique de la race dont lui-même aurait préféré ne pas porter de trace si ostensible. Et elle ne serait pas contente, pas du tout, à l'évidence. L'esprit désespérément lent, Tristan ne trouverait rien à répondre face à ses paroles enflammées, et se contenterait de se baisser pour ramasser précautionneusement le lourd ouvrage tombé à terre entre eux.

Il le retournerait en tous sens avec un respect manifeste, pour vérifier qu'il n'avait pas souffert de sa chute, et en prononcerait le titre à voix basse, avant de reporter le regard sur l'offensée en le lui tendant.
" Désolé. Mais ça va, il n'est pas abîmé. Rien de méchant. "
A retardement, il réaliserait l'air vraiment énervée de la petite, et comprendrait que ces seuls mots risqueraient de ne pas suffire à la tranquilliser. Et aussi, qu'il l'avait emboutie, pas rapidement, et en étant lui-même tout le contraire d'une montagne, mais tout de même… Ainsi étaient les réflexes appris à Ablah : on se souciait d'abord des livres, ensuite de tout le reste, fût-ce son semblable. Mais il comprendrait aussi que telle n'était pas la manière de réagir la plus commune, ni la plus appréciée, alors, il tenterait de se rattraper, maladroitement, comme plus d'une fois auparavant.
" Euh, ça va ? C'est pas grave, hein ? Je cherchais où ranger ça, "
ferait-il en montrant l'œuvre qu'il tiendrait, piètre excuse sans doute pour expliquer son inattention, mais inventer quelque chose ne lui serait pas même venu à l'esprit. Il se masserait distraitement l'avant-bras qui aurait encaissé la plus grande part du choc, tout en considérant Iniaki d'un regard vague.



Iniaki Morrigane
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2015
Messages: 131
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 84
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Azaltëha
Fonction: Membre de la Garde
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 23 Mai 2017 - 20:30 Répondre en citantRevenir en haut

L'inconnu n'a absolument pas la réaction escomptée. Au fond d'elle, Iniaki espérait qu'une dispute soit enclenchée, ce qui lui aurait donné une raison de crier et tempêter autant qu'elle l'aurait souhaité. Mais non, le garçon reste planté là à se préoccuper du sort des livres. Iniaki dévisage l'autre adolescent et lui trouve une apparence encore plus étrange que son attitude : ses cheveux et ses yeux sont tout ce que l'on attendrait d'un Fëalocë, mais quand au reste, il en est le pur contraire : pâle comme un fantôme et fluet comme une fillette. Un coup de vent semblerait pouvoir le casser.
Pas fluet du type maladif comme Zoran, non, on voit bien au gabarit de ce garçon là qu'il ne peut guère s'épaissir même s'il mange un sanglier entier. La curiosité prend le pas sur la colère et la Fëalocë change subitement de comportement. Elle s'approche sans gêne du jeune homme en fronçant les sourcils, afin de mieux l'observer.

"-Tu es un sang-mêlé, toi !"


Il n'y a pas une once d’agressivité dans sa voix, simplement beaucoup de curiosité. Sans lui laisser le temps de répondre, la jeune fille continue sur sa lancée :

"Je n'en avais jamais rencontré avant qui en portait autant la trace ! Pendant presque toute mon existence je n'ai côtoyé que des sang-purs. C'est ennuyeux de voir tout le temps la même chose !"

Elle recule de deux petits pas gracieux pour mieux observer l'hybride de haut en bas, laissant son regard vert couler sur la moindre parcelle du corps chétif du garçon.

"C'est magnifique... Tu es magnifique."


Elle prononce cette dernière phrase comme si elle parle de la pluie et du beau temps et non du corps d'un jeune homme qu'elle vient de scruter d'un œil intéressé. Il est facile de comprendre que seule l'innocence et la curiosité habite son âme et qu'elle ne voit pas en quoi ses propos peuvent être mal interprétés. Elle pense simplement que le métissage du jeune homme est très beau à voir. La jeune fille réalise soudainement que cette conversation ne doit avoir ni queue ni tête pour cet inconnu, et qu'il ne faut pas que quelqu'un d'aussi intéressant le demeure, d'inconnu.

"Je suis Iniaki, Aspirante au kaerl céleste. Désolée de t'avoir crié dessus tout à l'heure. Et toi, tu es ?"

Elle lui adresse un sourire encourageant en attendant sa réponse et doit réprimer une envie de toucher sa peau afin de vérifier si la texture de la sienne est aussi spéciale qu'elle en a l'air. Il doit avoir du sang Neishaan, décide t-elle, car cette fragilité excessive qui émane de lui n'est pas sans lui évoquer celle de ce peuple si différent d'elle. Peut-être autre chose aussi ? Elle n'en sait rien. Qu'il est passionnant d'avoir différentes origines ! On peut s'amuser à définir ce qui vient de telle ou telle race. Elle ne peut pas le faire, elle, son sang n'est bêtement que Fëalocë. Elle espère pouvoir rencontrer d'autre sang-mêlés. La vie ici est bien trop passionnante pour la perdre dans des livres.




Merci à Heryn pour la signature ! ~ Carnet de route ~
Visiter le site web du posteur
Tristan Gwened
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 67
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 33
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 30 Mai 2017 - 19:57 Répondre en citantRevenir en haut

Un instant, la petite rousse avait l'air prête à lui sauter à la gorge, puis le suivant, voilà qu'elle le détaillait comme s'il était un bouc reproducteur proposé à la vente. Enfin, à peine aussi précisément, ce qui était heureux pour lui. Et qu'il ne soit à l'évidence pas de pure race semblait l'intéresser au plus haut point : se moquait-elle ? Il ne put répondre à cette question, car le tourbillon de paroles de la jeunette l'empêchait de réfléchir. A fortiori d'en placer une. Il fronça à son tour les sourcils, consterné par le manège de la Fëalocë.
« Mais… »
Elle n'avait pas l'air de pouvoir être raisonnée. Était-ce donc cela, l'attitude de ce peuple enflammé, qu'elle portait si manifestement sur toute sa personne ? En ce cas, il n'y avait aucune difficulté, pour Tristan, à comprendre que son grand-père maternel n'ait pu rester à Ablah. Le visage désormais aussi rouge que ses cheveux, il battit des bras de manière désordonnée, dans l'espoir d'échapper à la scrutation dont il était l'objet non consentant.
« Non, mais… ça va pas… fiche-moi donc la paix ! »
L'énervement que l'épisode précédent n'avait pas réussi à faire naître en lui, voilà que l'évocation de ses origines non neishaanes, et l'insistance sur leur caractère prononcé, y parvenait sans peine. Comme d'habitude avec ce sujet particulièrement sensible aux yeux du jeune sang partiellement mêlé.

Il allait se détourner ostensiblement de cette jeune partiellement folle, pour ranger les livres à leur place, quand elle décida de se présenter. Aussitôt, son début de demi-tour s'interrompit, et il se figea au prénom qu'elle prononça. C'était donc elle, cette amie dont Ottilia lui avait parlé ? Les conseils qui s'y étaient rattachés lui revinrent : de toute évidence, la demoiselle était une habituée des bourdes, voire un assez bon aimant à ennuis. Il vaudrait mieux essayer de ne pas rester trop longtemps en sa compagnie. Pourtant, l'esprit de Tristan, toujours ralenti par la convalescence, se laissa prendre à l'amabilité soudaine de ses mots, ainsi qu'à l'attitude amicale reflétée par le petit minois.
« Iniaki ? »
répéta-t-il tout d'abord, même si de toute évidence, il avait très bien entendu. Plus par réflexe qu'autre chose, il ajouta après un instant, avec toutefois une méfiance persistante :
« Tristan. Aspirant également. »
Il ne jugea pas nécessaire de préciser qu'il appartenait lui aussi au Kaerl au sein duquel ils se trouvaient : c'était plutôt évident, de son point de vue. Un étranger n'aurait certainement pas pu déambuler librement parmi les archives du Mar Menel, du moins était-ce l'impression qu'il en avait. A Ablah, on ne permettait jamais à un visiteur d'arpenter sans surveillance les bibliothèques.
« Je crois que… enfin, on m'a parlé de toi. Ottilia. Vous êtes amies, non ? Elle s'inquiétait un peu de ne pas t'avoir vue depuis un moment. »



Iniaki Morrigane
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2015
Messages: 131
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 84
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Azaltëha
Fonction: Membre de la Garde
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 19 Juin 2017 - 19:04 Répondre en citantRevenir en haut

L' inconnu n'eut pas du tout la réaction escomptée. Habituellement, les gens réagissaient avec plaisir à un compliment, non ? Vu qu'elle venait de lui en faire plusieurs d'affiliées, ce garçon aurait dut être ravi. Et bien, s'il l'était, il ne le montrait pas du tout. C'était limite s'il ne feulait pas comme un chat sauvage. Alors que l'Aspirante tentait encore de décrypter l'injonction qu'il lui avait adressé, à savoir de lui "ficher la paix" - c'était la première fois qu'elle entendait pareille expression -, il reprit une apparence plus apaisée et se présenta enfin. Il s’appelait Tristan, donc, était Aspirant tout comme elle et fait plus étonnant, connaissait Ottilia.

"Ah ah, et qu'est-ce qu'elle t'a dit sur moi ? Pas grand chose sur mon assiduité à l'étude, sûrement !"


Un petit rire ponctua cette déclaration, ce qui lui attira un regard peu amène d'un lecteur situé non loin. Iniaki sourit au souvenir de tous les plans farfelus dans lesquels elle avait entraîné cette pauvre Ottilia. Mais cette jeune fille trop sage avait bien besoin de se décoincer un peu, selon elle. Rester aussi sérieux à cet âge, ça aurait été d'un triste ! Même si les autres habitaient du Mar ne partageaient sûrement pas cet avis et rêvaient probablement qu'Ottilia ait une plus grande influence sur sa cadette.

"Si tu veux que nous continuons à parler, il faudrait songer à sortir d'ici. Non pas que je me soucie de me faire rabrouer, mais tu n'as pas l'air d'être du genre à aimer ça."
chuchota Iniaki, songeant à la rougeur qui empourprait le visage du jeune hybride quelques minutes auparavant qu'elle avait assimilé à une grande timidité.

Prenant pour acquis le fait que le jeune homme allait la suivre, l'Aspirante continua de parler comme si rien ne l'avait interrompue.

"Effectivement, cela fait longtemps que je ne l'ai pas vue ! Depuis son anniversaire, je crois. Dont je n'ai presque aucun souvenir, mis à part un horrible mal de crâne. Je me suis réveillée dans mon lit sans avoir le souvenir d'être sortie de la taverne, c'était très bizarre. M'enfin, aux dires d'Ottilia et de Zoran, il m'arrive toujours des trucs bizarres, ah ah !"


Interrompant son monologue, elle se retourna vers le rouquin, ayant soif de satisfaire sa curiosité. Détaillant à nouveau ce visage clair aux traits régulier, elle demanda sans détour :

"Pardonne ma curiosité, Tristan, mais tu es en grande partie Neishaan... non ?".

Enfin la question qui lui brûlait les lèvres était venue au grand jour ! Au vu de la réaction de Tristan quand elle avait parlé de ses origines, la jeune Fëalocë se doutait bien qu'aborder ce sujet n'allait pas plaire au sang-mêlé. Mais quand elle avait quelque chose en tête, cela ne pouvait rester un secret très longtemps. Si elle tentait de dissimuler la moindre chose, il ne fallait guère plus de cinq minutes pour que son interlocuteur ne découvre le pot aux roses.

"Tu avais l'air énervé, tout à l'heure, quand je t'ai parlé de tes origines. J'espère que tu n'as pas honte d'être un sang-mêlé. Toutes les races ont quelque chose de beau à offrir."

Il n'y avait pas une once de reproche dans sa voix enfantine, seulement le timbre affirmé de celui qui détient la seule vérité.




Merci à Heryn pour la signature ! ~ Carnet de route ~
Visiter le site web du posteur
Tristan Gwened
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 67
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 33
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 12 Juil 2017 - 18:47 Répondre en citantRevenir en haut

Conservant un brin de méfiance envers la rouquine, Tristan répondit tout d'abord d'un haussement d'épaules désengagé (ouais, parce que « sans engagement », ça fait vraiment forfait téléphonique).
« Oh, elle a juste évoqué des sorties que vous aviez faites ensemble, et qui étaient, euh… un peu bizarres, »
compléta-t-il en baissant le ton, gêné de se trouver en compagnie de cette jeune fille pour qui la règle de la discrétion au sein d'une bibliothèque ne semblait absolument pas naturelle. Déjà, elle voulait sortir, et sans avoir remis le volume qu'elle consultait en place ? Le neishaan non plus n'avait pas encore reposé le sien à son juste emplacement, et il fronça ses fins sourcils roux.
« Évidemment, personne n'aime se faire reprendre, à moins que ce ne soit ton cas ? Je dois d'abord ranger ça, »
rappela-t-il sans indulgence, son livre à la main, et tendant celui plus volumineux d'Iniaki.
« Tu veux que je m'occupe de celui-là aussi ? »
Il commençait à douter qu'elle prenne la peine de le remettre au bon endroit. Alors, ceux qui viendraient après en ayant besoin de son contenu pourraient chercher longtemps avant de le trouver. Pour un natif d'Ablah, ce genre de désordre livresque n'était pas acceptable, et il préférait largement prendre la charge de classer l'ouvrage lui-même, plutôt que de le voir abandonné n'importe où.

Pendant que la Fëalocë persistait dans son bavardage, il continua donc à examiner les rayonnages pour dénicher le bon endroit. De toute façon, elle avait l'air d'assurer la conversation à elle seule, sans s'interrompre pour lui laisser le temps de répondre ou de commenter. Mais quand donc reprenait-elle son souffle ? Après ses digressions sur Ottilia et leurs dernières aventures communes, elle finit par lui faire face de nouveau, pour le fixer encore, ramenant l'irritation du jeune neishaan sur le devant de la scène, et la poussant même à un cran de plus. Ses bras remuèrent comme pour chasser un insecte importun, et il grogna :
« On ne t'a jamais appris les bonnes manières ? Personne ne t'a dit qu'il était malpoli de fixer quelqu'un ainsi ? Et puis, qu'est-ce que cela peut bien faire, que je sois ceci ou cela, et en quelles proportions ? On a tous une tête et deux yeux, non ? »

Malheureusement pour le livre qu'il tenait en main, ses moulinets désordonnés le lui avait fait temporairement oublier, et arriva ce qui devait arriver : l'ouvrage s'échappa, pour partir en vol plané. Tout aurait pu s'arrêter là, mais le hasard, ou un autre puissance tout aussi nébuleuse, devait en avoir décidé autrement. L'objet percuta une étagère qui, curieusement, avait été mal montée. Peut-être que la personne qui s'en était chargée s'était trop pressée, qu'il s'agissait de sa dernière tâche avant d'autres activités plus passionnantes, ou encore, qu'il s'était agi d'un novice en la matière ? A moins qu'il ne lui ait manqué un petit élément qui aurait permis d'assurer le tout plus solidement ? Sans doute ne connaîtrait-on jamais le fin mot de l'histoire, mais la conséquence avérée fut un basculement soudain du meuble percuté par le livre volant (tout à fait identifié), dans un vacarme qui fit se tourner toutes les têtes dans sa direction, et par la même occasion, dans celle des deux aspirants.

Tout cela avait semblé se dérouler au ralenti pour Tristan, dont le regard horrifié fixait le désastre. Sortant brusquement de son immobilité, les joues de nouveau rougies, il se précipita vers le contenu de l'étagère, éparpillé au sol. Son cœur de natif d'Ablah était tout chamboulé à la vision de ces livres ouverts en pagaille, aux pages froissées, certains même bloqués sous les planches de bois qui les avaient entraînés dans leur chute, et pesaient désormais sur leurs fragiles reliures.
« Oh non, oh non, c'est pas vrai… »
soupira-t-il pour lui seul, en s'affairant à sauver d'abord ce qui pouvait l'être le plus immédiatement.
« Aide-moi donc, »
intima-t-il soudain à l'autre aspirante, d'un ton qui hésitait entre le tranchant d'une lame et la supplique d'un condamné. Cela n'allait tout de même pas recommencer ici ! Comment avait-il pu être suffisamment maladroit pour en arriver là ? Il n'était tout de même pas venu jusqu'au Mar Menel pour que l'histoire se répète ? Penaud autant qu'en colère contre lui-même, il ne semblait plus rien voir autour de lui, alors qu'il rassemblait les livres en une pile bien ordonnée, lissant ici une page avec une application maternelle, refermant là une couverture, et mettant de côté les blessés qui auraient besoin de soins plus complexes, tout en ressassant en silence sa culpabilité d'hier et d'aujourd'hui.



Iniaki Morrigane
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2015
Messages: 131
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 84
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Azaltëha
Fonction: Membre de la Garde
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 12 Sep 2017 - 16:30 Répondre en citantRevenir en haut




« On ne t'a jamais appris les bonnes manières ? Personne ne t'a dit qu'il était malpoli de fixer quelqu'un ainsi ? Et puis, qu'est-ce que cela peut bien faire, que je sois ceci ou cela, et en quelles proportions ? On a tous une tête et deux yeux, non ? »

Interloquée par la violence des propos de Tristan, Iniaki ne lui répondit pas. Les mots assassins tournoyaient dans son esprit, lui lacérant le cœur plus que de raison. Avec une rapidité fulgurante, l'expression d'étonnement inscrite sur ses traits se mua en grande détresse. La Fëalocë était une habituée des brusques changements d'émotion, mais cette fois-ci, cela n'était comparable à rien de ce qu'elle avait put connaître par le passé. Tristan n'en était bien entendu pas la seule cause, mais cette nouvelle petite piqûre achevait de rendre insupportable la blessure qui lui lacerait douloureusement le cœur depuis quelques semaines : sa famille et Tramaghel commençaient à lui manquer terriblement, elle se sentait rejetée par Elvira qui semblait perpétuellement déçue de son Aspirante et avait le sentiment que tout le monde au kaerl se portait bien mieux avant son arrivée. Ceci couplé à une fatigue constante et une sensibilité exacerbée, cela donnait une jeune fille sous le point de craquer au moindre coup de vent. Coup de vent qui s'avéra donc être Tristan.

"Je... je suis désolée..." réussit-elle à baragouiner afin de s'enfuir comme une voleuse. Ce fut à peine si elle remarqua le vacarme produit par l'étagère se fracassant au sol, tant elle devait se concentrer pour éviter de pleurer toutes les larmes de son petit corps en public.

Utilisant le relief de forces qu'il lui restait, elle courut à en perdre haleine dans les couloirs. Elle ignorait où elle allait, ne pensant qu'à mettre le plus de distance possible entre elle et Tristan, ou plutôt entre elle et le monde. Instinctivement, ses pas la conduirent jusqu’aux baies vitrées indiquant l'entrée du Jardin d'Hiver, où elle fondit à travers les bosquets. Comme si le Jardin sentait ses besoins, elle se retrouva face à un amas de bosquet laissant juste assez de place pour qu'elle puisse s'y installer à l'abri des regards. Dès que la jeune fille s'y installa, les dernières vannes scellant vaillamment ses émotions cédèrent complétement. Les sentiments douloureux qu'elle avait tenté de faire oublier derrière un voile de bonne humeur refirent surface avec une violence amplifiée, comme si les avoir tus n'avait fait que renforcer leur potentiel destructeur. Le visage ruisselant de gouttes salées, elle ne prenait même plus la peine de vouloir atténuer ses sanglots. Actuellement, se faire surprendre à pleurer était le cadet de ses soucis, surtout que le fait d'être à l'abri des regards lui donnait la rassurante et fausse impression d'être dans un lieu qui n'appartenait qu'à elle.

Soudainement, un fait autrement plus préoccupant la tira de sa crise de larmes. Le souffle bien trop court, elle ne parvenait plus à remplir ses poumons d'air et avait l'impression de suffoquer. Que se passait-il ? Paniquée, elle se tint le haut de la poitrine, comme si cela allait l'aider à mieux respirer. Bien entendu, cela ne fit pas effet, et plus elle tentait de contrôler sa respiration, moins elle y parvenait.

* Je vais... mourir ? Non ! Pas maintenant !*

Elle tenta d’appeler à l'aide, mais seul un faible râle sortit de sa bouche. La panique faisait trembler tout ses membres tandis que de la sueur froide perlait lentement sur son visage, s'entremêlant aux quelques larmes qui perlaient encore. La souffrance rendait le temps étonnement long, même si en réalité il n'avait guère du s'écouler plus de quelques minutes. Puis, lentement, elle se sentit avec impuissance glisser dans la torpeur tandis qu'un voile noir obscurcissait son champ de vision.




Merci à Heryn pour la signature ! ~ Carnet de route ~
Visiter le site web du posteur
Tristan Gwened
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 67
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 33
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 22 Sep 2017 - 19:49 Répondre en citantRevenir en haut

Tristan entendit à peine la timide expression des regrets de la fëalocë et, le regard happé par la catastrophe livresque qu'il était en train de provoquer, il se rendit encore moins compte de son départ précipité. Il s'absorba immédiatement dans un sauvetage attentionné, ou plutôt, de son point de vue, une tentative de réparer sa faute, bien trop lourde pour sa faible carrure. D'aucuns auraient trouvé ridicule d'évoquer la possibilité d'une empathie pour un recueil d'écrits, simple objet utilitaire aux yeux des esprits cartésiens. Pourtant, c'était bien ce que ressentait le neishaan, et il se trouvait la poitrine oppressée pour le volume coincé sous une planche de bois, les muscles endoloris pour la page froissée, les os ébranlés pour la reliure brisée, et le cœur battant trop fort pour tous les ouvrages culbutés par le tremblement d'étagère dont, au final, il était le seul responsable.

Ce n'est qu'au bout de longs instants, qu'il réalisa comme Iniaki ne répondait pas à sa sollicitation. Quoi, elle ne voulait même pas l'aider à remettre un semblant d'ordre ? Vexé, il releva les yeux pour lui réitérer sa demander, mais eut la surprise de ne pas apercevoir la petite rouquine. Lentement, il balaya les alentours du regard : rien. Elle avait donc fui, l'abandonnant seul face aux conséquences de ce qui, au final, n'avait rien été d'autre qu'un geste mal maîtrisé aux conséquences malheureuses. Cette constatation ne fit qu'alimenter davantage la flambée irritée qui grandissait en son cœur, et dont un écho sauvage commençait à danser dans ses yeux fauves. Perplexe autant qu'excédé par cet acte indigne d'une Céleste, il resta un moment les bras ballants, en pleine indécision. Devait-il la chercher pour lui réclamer son aide ? Oui, mais où ? Il n'avait aucun moyen de savoir vers où elle avait bien pu partir, la tentative était vouée à l'échec. De toute manière, elle ne lui avait pas semblé stupide, alors, elle avait sans doute choisi de se dissimuler quelque part où il ne risquerait pas de la dénicher.

Ses mouvements saccadés trahissant son agitation intérieure, il reprit le rangement des volumes à terre, mais il n'était plus concentré, alors qu'il ressassait en lui-même le reniement qu'il venait d'essuyer. Comment avait-elle pu le laisser ainsi, sans un geste ni un mot de bonne volonté ? Sans compter que c'était de la non assistance à livre en danger… Et tandis qu'il faisait seul monter la mayonnaise de son (selon lui) juste courroux, apparut soudain une flammèche, sur la tranche de l'ouvrage qu'il tenait en main à cet instant. Effrayé, encore davantage par l'éventualité de répétition d'un épisode qu'il aurait préféré oublier, que par le risque d'incendie, pourtant déjà suffisamment traumatisant, il ferma les yeux avec l'espoir bien vain de retrouver une réalité plus à son goût ensuite. Mais lorsqu'il les rouvrit, le feu avait continué à manger le cuir de la reliure, lentement, mais sûrement.



Incapable d'en supporter davantage, il lâcha l'ouvrage et, en pleine confusion, se rua au-dehors des salles des archives. S'il y eut quelques commentaires sur le passage répété et à grande vitesse de jeunes gens à la chevelure flamboyante, depuis ces lieux d'étude vers l'extérieur, il n'en perçut rien, trop occupé qu'il était à fuir. Il commençait à frissonner, sans bien comprendre pourquoi, et se tourna donc instinctivement vers un lieu tiède, au minimum. Il lui fallait aussi pouvoir se trouver un recoin isolé, loin de tout regard de bipède. Où d'autre aurait-il pu achever sa course folle, que sous les verrières du jardin d'Hiver ? Il y avança un moment sans but, et comme, malgré ce qu'imaginait l'adolescent, il n'était pas si différent de celle qui l'y avait précédé, ses pas suivirent la piste quasi invisible, en toute ignorance de son existence. Quelques bosquets touffus dont l'allure ne pouvait qu'attirer un aspirant en quête de refuge solitaire, apparurent bientôt devant lui. Toujours grelottant, il écarta lentement le feuillage, avec l'intention de s'y pelotonner, sa cape bien serrée autour de lui, l'écran de verdure le dissimulant à la vue d'autrui.

Quelle ne fut pas sa surprise de constater que, non seulement, la place était déjà prise, mais qu'en plus, il s'agissait d'Iniaki Morrigane elle-même ! Il s'immobilisa un instant, avec l'impression que le monde était en train de lui jouer un mauvais tour. Déjà, retrouver une étincelle qui prenait sur un livre, sans raison apparente, cela avait été de trop. Mais retomber sur celle qui l'avait délaissé quelques instants plus tôt, alors qu'il n'avait eu aucune conscience de la chercher ? Brusquement, Tristan se mordit l'intérieur des joues, cherchant à une logique dans ce qu'il vivait, ou à défaut, une réaction ordinaire à ces événements qui ne l'étaient pas franchement. Le plus simple restant la réaction de négation envers l'incompréhensible, il rejeta férocement tout cela de côté, pour se concentrer sur le présent. Et son esprit analysa un élément capital, pour finalement comprendre : la fëalocë avait besoin d'aide. Sa race avait de nombreux défaut, selon le neishaan, mais ce n'était pas une raison pour lui refuser son assistance. Malgré le froid qui l'avait envahi, il devait faire quelque chose. Elle avait l'air dans un état encore plus piteux que lui, dans son inconscience qui ne pouvait être confondue avec un sommeil paisible. Il s'approcha, mais le natif d'Ablah n'était en rien un guérisseur : quels gestes adopter, dans cette situation dont il ne comprenait pas les causes ?

Dans le doute, il commença par sortir un mouchoir bien plié de l'une de ses poches, et par essuyer le plus délicatement possible le délicat visage inondé, tout en réfléchissant à ce qu'il devait faire ensuite. Il avait bien lu quelques petites choses sur la manière de ramener quelqu'un à la conscience, mais… il ne pouvait définitivement pas asséner une claque à la jeune fille. Il n'était pas une maîtresse ardente à poutre, lui. A défaut, il la saisit par les épaules, et heureusement pour lui, il ne s'agissait pas sa torhille d'amie. Pas très vigoureusement, il tenta de la secouer, en faisant bien attention à ne pas la griffer aux branches qui l'entouraient. En même temps, il l'appela à mi-voix par son prénom, espérant contre toute attente que cela suffirait à la faire revenir à elle. Sinon, il ne lui resterait plus qu'à aller chercher du secours auprès des guérisseurs… qui remarqueraient sans doute que lui-même n'était pas dans une forme olympique, tremblotant et encore plus pâle qu'à l'habitude.
" Iniaki ! Hé, Iniaki, s'il te plaît. Allez, réveille-toi, réveille-toi Iniaki, il ne faut pas rester là comme ça ! S'il te plaît, je n'ai pas du tout envie de courir à l'infirmerie, il vont poser des questions, et qu'est-ce que je pourrai répondre, hein ? Iniaki ! Allez, reviens… S'il te plaît. "





Dernière édition par Tristan Gwened le Mar 31 Oct 2017 - 20:00; édité 1 fois
Iniaki Morrigane
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2015
Messages: 131
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 84
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Azaltëha
Fonction: Membre de la Garde
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 13 Oct 2017 - 14:47 Répondre en citantRevenir en haut

Il faisait sombre. Sombre et froid. Enveloppée dans un glacial manteau de ténèbres, Iniaki demeurait étrangement consciente des bruits du monde extérieur, tout en se sentant bien incapable de ne serait-ce qu’ouvrir la bouche ou un œil. Cette situation n’était pas confortable du tout, mais la jeune fille n’arrivait pas relier son dé. Etait-ce donc cela, mourir ? Sentir son corps se détacher doucement de son âme ? Mais enfin, c’était ridicule, comment cela avait-il pu arriver ?
« Je ne veux pas mourir ! » voulu-t-elle hurler, comme si cela allait bien pouvoir changer quelque chose à son sort. Ses lèvres livides demeuraient hermétiquement closes. Elle tenta tant bien que mal d’agiter les bras, dans l’espoir idiot d’attirer l’attention d’un improbable promeneur. Mais elle fut là aussi confrontée à l’absence de réactivité de son corps.
Elle eut vaguement conscience de sentir son corps se mouvoir contre sa volonté. Était-ce là l’œuvre de son imagination ou quelqu’un était-il contre tout probabilité tombée sur elle ? Il lui sembla entendre son prénom, murmuré par une voix douce qui lui était inconnue.

Un éclat de lucidité vint subitement dissiper la brume qui la maintenant au sol, et son corps engourdi lui répondit enfin. Comme si toute l’énergie qu’elle avait prodigué à essayer de se mouvoir juste auparavant devait à tout prix trouver une issue, elle se redressa avec une force incroyable… et eut le sentiment que sa tête venait d’exploser alors que cette dernière rencontrait un obstacle anguleux et très douloureux.

Elle se roula en boule sur le sol, tenant le haut de son crâne endolori entre ses mains, les yeux envahis de larmes de douleur. Aussi impossible que cela puisse avoir semblé encore quelques minutes auparavant, la douleur commença à décliner et la Fëalocë commença doucement à relever les yeux. Devant elle se tenait un visage au teint aussi clair que la neige surplombée d’une chevelure aussi enflammée que la sienne. Tristan ! Mais que faisait-il donc là ? Elle prit alors conscience que l’obstacle douloureux qui lui avait fendu le crâne n’était autre que le menton de l’infortuné Neishaan…
Elle l’observa pendant de longues minutes sans mot dire, incapable de mettre de l’ordre dans ses idées après tous les bouleversements émotionnels qui venaient de se succéder dans sa petite tête bien incapable de gérer sereinement tout ça. Lorsqu’elle fut capable de rompre le silence, ce fut simplement pour demander d’une voix faible, autant à l’attention d’elle-même qu’au sang-mêlé :

« Je suis en vie ? »

Elle se pinça la peau de l’avant-bras, comme pour constater qu’elle disposait bien encore d’une enveloppe charnelle.

« Je suis en vie. »
répéta-t-elle, sur le ton de l’affirmation cette fois.

Un soupir de soulagement lui échappa.

« Je n’ai rien compris de ce qu’il vient de se passer, mais je crois bien que je viens de te faire mal. »
constata-t-elle d’un ton qu’elle voulut léger mais qui trahissait la terreur qui secouait encore. Ses membres tremblotaient toujours. Elle constatait maintenant à quel point la situation avait été sérieuse : son corps dégoulinait encore de sueur froide et elle ne parvenait pas à retrouver un souffle vraiment régulier.




Merci à Heryn pour la signature ! ~ Carnet de route ~
Visiter le site web du posteur
Tristan Gwened
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 67
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 33
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 31 Oct 2017 - 22:04 Répondre en citantRevenir en haut

Malgré ses exhortations, certainement vaines, à reprendre le contrôle de sa carcasse, le pantin de chiffon qu'il avait trouvé là restait aussi mou et inerte que s'il avait été fait de chair de citrouille. Le neishaan hésitait à abandonner, après tout, il n'y connaissait rien, comment pouvait-il espérer réussir à quelque chose ? Tant pis pour la discrétion, il allait falloir se rendre à l'infirmerie, trouver maître Nalesean ou ses assistants, les déranger pour que l'un d'eux vienne s'occuper de la demoiselle aux cheveux couleur de citrouille illuminée… oui, il allait falloir s'y résoudre, d'autant que lui serait bien mieux réellement au chaud, sous une couverture.
C'est tout perdu dans ses réflexions et hésitations, que Tristan fut donc totalement pris de court par la réaction soudaine, propulsant la tête de la jeune fille en avant comme si on venait de relâcher un élastique qui, auparavant, l'avait maintenue à l'écart. Rien n'avait laissé prévoir ce sursaut, comme de juste, fortement perturbant pour l'aspirant, d'autant plus que son menton eut le malheur de se trouver dans la trajectoire directe de la citrouille Fëalocë. La couleur était parente, en tout cas, et même si la taille ne correspondait pas, la solidité restait comparable : c'est qu'elle avait la tête dure, la petite Iniaki !
Tout d'abord trop surpris pour réagir, Tristan ne fut que spectateur de la scène, dans laquelle il tenait pourtant l'un des rôles principaux, et ce malgré lui. Se sentant étrangement détaché, à moins que ce ne soit une manière inconsciente de se protéger de l'incompréhensible, il resta immobile comme une citrouille au champ, hésitant à s'approcher davantage de sa camarade. Une attitude bienveillante aurait certainement requis de lui demander s'il pouvait l'aider de quelque manière, mais la précédente expérience avait été suffisamment… percutante, pour qu'il montre un rien de prudence, et préfère s'abstenir dans un premier temps.

S'ensuivit un moment d'observation réciproque, tous deux se tenant en citrouilles de faïence, l'un face à l'autre, et n'osant bouger ni vrille ni foliole. Seuls les sourcils du neishaan remuèrent lorsque la revenante parla enfin, posant une question parfaitement surréaliste. Encore trop sonné pour réussir à répondre quelque chose de sensé, il la laissa faire elle-même ses expérimentations, et ne trouva assez de présence d'esprit pour confirmer que lorsqu'elle sembla en avoir terminé :
« Cela me semble en effet la possibilité la plus probable. Étant donné que je n'ai pas de raisons de ne pas l'être également, du moins, pour ce qu'il me semble… Et qu'a priori, les morts et les vivants ne se promènent pas aux mêmes endroits. »
Elle n'avait toujours pas l'air bien vaillante, mais les instants précédents avaient prouvé qu'elle gardait des réserves d'énergie même lorsqu'elle se trouvait dans un état proche de celui de la citrouille cuite à cœur. D'ailleurs, voilà qu'elle évoquait l'incident à demi-mot, et Tristan finit par se décider à effleurer précautionneusement son menton de ses doigts fins de lettré. Assurément, il prendrait une teinte sombre dans les jours à venir, et il faudrait éviter d'en approcher quoi que ce soit… Le neishaan ne dit tout d'abord rien, puis se força à émerger de la semi-léthargie induite par ce froid qui continuait à le tenir.
« Je n'ai pas compris grand chose non plus, je dois l'avouer. Mais il n'y a rien de grave, pas pour moi en tout cas. Et toi, est-ce que… ça va ? Tu as l'air… épuisée. Je peux te raccompagner quelque part ? »



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:19 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu