Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Renaissance(s) Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 661
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 610
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Jeu 20 Avr 2017 - 17:49 Répondre en citantRevenir en haut


Sable Lewë et la Bleue Asra


Zakerielku 918


D’un ample mouvement, elle tira les voiles suspendus entre les colonnades afin de laisser entrer l’air définitivement froid d’une matinée hivernale et les rayons timides du soleil, enveloppés par une brume cotonneuse. Son haleine se matérialisa en fumée à peine irisée, et elle observa les lambeaux s’évaporer sous la brise. Éblouie par l’éclat de la Citadelle, Sable battit vaguement des cils avant de retourner à son bureau où l’attendait depuis des mois pléthore de parchemins traitant de diverses questions administratives, d’ordres de mission et de missives personnelles jamais ouvertes. Elle fit mine de les classer, ne serait-ce que pour donner l’illusion d’être organisée, et son regard tomba sur la dernière lettre que lui avait apportée un Lézard de Feu, la veille. Estampillée du sceau de l’Intendance, elle confiait à la Maîtresse Bleue la charge d’un nouvel Aspirant – chose qui était devenue rare, ces derniers temps.

Il avait fallu attendre le retour de la Dame Amlug pour qu’Asra sorte enfin de sa léthargie mélancolique et cesse de n’étendre ses ailes que pour chasser des confrères trop inquiets. Sans doute n’y avait-il aucun lien entre ces évènements, mais, face à l’indifférence maladive de sa Liée, Sable n’avait d’autre choix que de s’accrocher à des suppositions. Avec un soupir discret, la Sang-Mêlé glissa le parchemin au sommet de la pile et posa ses mains à plat devant elle.

° Ton cœur bat plus vite que d’ordinaire. Qu’est-ce que tu ressens ? °
° Une étrange appréhension. Il y a bien longtemps que personne n’a plus franchi le pas de cette porte. °


De violentes bourrasques s’infiltrèrent par les fenêtres ouvertes et vinrent éparpiller les feuilles bien rangées tandis que la Bleue s’installait sur le balcon, veillant à ne pas arracher les voiles qui voltigeaient en tous sens. Deux orbes ternis par une morosité infinie se posèrent sur la frêle silhouette de Sable, penchée pour réparer les dégâts causés par l’arrivée de son Âme Sœur.

° Désolée. °
° Non, tu ne l’es pas. °
contra la Maîtresse avec un fin sourire amusé, et elle abandonna espoir de faire une première impression convenable quand la Dragonna souffla par les naseaux, achevant de disperser les parchemins épars et libérant quelques mèches de cheveux prisonnières d’une coiffure trop austère. La Sang-Mêlé eut un éclat de rire éraillé, puis s’assit sur l’une des banquettes de la pièce – assez grande pour accueillir deux personnes, couverte de coussins moelleux brodés d’arabesques et de fleurs cuivrées.

° Comment s’appelle-t-il ? ° Il y avait une vraie curiosité cachée derrière la nonchalance de la question, et Sable promena un regard appuyé le long des immenses yeux de la Bleue, cherchant à en percer les mystères.

° Tristan. Tristan Gwened. Une trouvaille du Cartomancien, semblerait-il. Je ne savais pas qu’il lui arrivait de sortir de ses appartements. °

Malgré plusieurs décennies de présence au sein du Màr Menel, elle ne pouvait certainement pas se targuer de connaître ses habitants. Certains noms ne lui étaient pas inconnus – soit parce qu’elle les avait accompagnés jusqu’à l’Empreinte, soit parce que leurs échos avaient été portés à ses oreilles effilées par les murmures perpétuels résonnant entre les murs de la Citadelle. Si elle faisait l’effort de se montrer intéressée, parfois, Sable ne possédait plus en elle la force d’accueillir durablement quelconque relation ni de s’attacher véritablement aux visages qui lui souriaient. Elle ne considérait pas cela comme une fatalité, mais ne jugeait pas bon de s’acharner en dépit de ce que lui soufflait son cœur. Peut-être était-ce l’incompréhensible apathie de son Âme Sœur qui avait ainsi fait dévier ses sentiments ; ou bien n’était-ce là que le résultat d’une fatigue venue d’encore plus loin.

La décoration raffinée de la pièce lui parut soudain un affront à son caractère, mais il était trop tard pour de telles préoccupations. Une série de coups timides furent frappés à sa porte, et la Maîtresse Bleue se redressa, ajustant délicatement le tomber de sa robe vert-de-gris.

« Vous pouvez entrer ! »



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***



Dernière édition par Oracle Tol Orëanéen le Mar 25 Avr 2017 - 23:56; édité 2 fois
Visiter le site web du posteur
Publicité





MessagePosté le: Jeu 20 Avr 2017 - 17:49 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Tristan Gwened
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 47
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 21
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 21 Avr 2017 - 13:10 Répondre en citantRevenir en haut

Tristan se sentait perdu, comme dans le brouillard d'un songe. Depuis la veille, tout avait changé. Depuis qu'il avait couru après le chevalier Ciryandil pour le prier de l'emmener malgré son refus initial, il avait été plongé dans un monde auquel aucun des précieux livres d'Ablah ne l'avait préparé. Cela avait d'abord été la confrontation avec une créature qui n'aurait pas dû exister, selon ses connaissances. Mais le dragon blanc Aramanth était on ne peut plus réel, il dut bien l'admettre lorsqu'il fut invité à prendre place sur son dos en même temps que son Lié. Sans qu'il n'ait un instant pour reprendre ses esprits, voilà que le vide glacial et effrayant de l'Interstice, le temps de trois interminables respirations, s'était imposé tout autour de leur étrange trio. Qu'était-ce donc que ce lieu, ou plutôt, cette absence totale de lieu ? Il avait serré les jambes sur le cuir draconique, et les doigts sur les vêtements humains, le temps du passage, pour émerger finalement sur une terre qu'on disait inhabitée, inhospitalière… alors que sous ses yeux apparaissait une bourgade d'aspect tout à fait ordinaire, pour autant qu'il pouvait en juger.

Son guide avait expliqué avoir à faire en cette cité qu'il lui présenta comme Lomëanor, la ville neutre du continent, où se rencontraient des Liés de tous ordres, et des dépourvus de Don. Encore une fois bien rapidement à son goût, Tristan se retrouva livré à lui-même, avec pour seul repère l'auberge où le Chevalier avait retenu de quoi passer la nuit, et la recommandation d'une taverne, la Vouivre de Jade, où il pourrait probablement rencontrer quelques aspirants pendant que Ciryandil s'occuperait de sa mystérieuse tâche. Le tout frais arrivant parcourut donc quelques rues au hasard, se perdit invariablement, le sens de l'orientation ne s'acquérant pas dans les livres, et trouva finalement la porte de la dite taverne avec l'aide de passants secourables. La soirée s'acheva de manière moins catastrophique qu'il ne l'aurait pensé. Bien sûr, il y avait ces étranges chevaliers du Kaerl Ardent et leurs remarques dérangeantes, mais il trouva aussi deux jeunes gens du clan où il se rendait, et leur manière de le considérer immédiatement comme l'un des leurs lui fit chaud au cœur. Finalement, peut-être qu'il arriverait à trouver sa place ici…

Le lendemain devait lui apporter également son lot de surprises. Le chevalier Ciryandil l'avait prévenu de la nature du Mar Menel, mais qui pourrait s'attendre à voir de ses propres yeux une cité parmi les nuages ? Sans attendre, le servant de Mystra l'avait abandonné à l'intendante des lieux, laquelle était visiblement déjà au courant de son arrivée, et lui avait indiqué le chemin des appartements de Sable Lewë, Maîtresse Dragon qui lui avait été attribuée comme… responsable ? initiatrice ? enseignante ? Un peu tout cela à la fois, de ce qu'il avait compris. Et sans doute davantage. Il décida qu'il préférait faire sa connaissance au plus vite, c'est donc armé de ce seul nom, ainsi que des directions à prendre pour la trouver, qu'il s'aventura dans la zone résidentielle du Kaerl. Se répétant mentalement le chemin pour éviter de se tromper, il finit par arriver devant la porte qu'il pensait être la bonne, et toqua doucement, comme il était d'usage dans le silence studieux d'Ablah.

La réponse qui lui parvint le poussa à appuyer sur la poignée, et à s'avancer d'un pas par la porte entr'ouverte, restant sur le seuil comme un animal prêt à s'enfuir.
" Bonjour… euh… vous êtes Sable Lewë ? "

Il ne manquerait plus qu'il se trompe de personne. La confirmation le détendit un peu, et il osa un pas supplémentaire, en s'efforçant de ne pas détailler tout ce qui l'entourait. Mais ses yeux avaient bien du mal à ne pas revenir sur le dragon bleu qui se tenait là en même temps que l'elfe, ou l'ondine, il n'arrivait pas à le déterminer. Accepter la réalité de ces grands reptiles n'était pas simple, et ne se ferait pas du jour au lendemain. La fascination que lui inspiraient ces légendes vivantes n'était pas prête de s'atténuer.

" Je m'appelle Tristan Gwened. Je viens d'arriver, enfin, euh, hier, et… on m'a dit de venir vous trouver. L'intendance. Vous êtes au courant, peut-être ? "
termina-t-il avec une note d'espoir perçant sous son accent du nord. Pourvu que la nouvelle ait eu le temps de faire son chemin jusqu'à elle, il ne se voyait pas la lui annoncer comme ça. Surtout qu'il s'embrouillerait certainement dans des explications dont il n'était pas certain d'avoir tout saisi.



Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 661
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 610
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Ven 21 Avr 2017 - 15:21 Répondre en citantRevenir en haut


Sable Lewë et la Bleue Asra


La porte s’ouvrit doucement pour révéler un jeune homme, visiblement bien mal à l’aise de se trouver là. Sable fit quelques pas dans sa direction, affirmant d’un bref signe de tête qu’elle était effectivement la personne qu’il cherchait. Ses yeux ambrés revenaient toujours sur la Dragonne Bleue, dont les iris, teints d’un turquoise curieux, ne voulaient plus quitter leur nouvelle source d’intérêt. Sable en profita pour détailler rapidement l’Aspirant. Sa stature frêle, ses épaules rentrées et son visage juvénile lui inspiraient d’ores et déjà une certaine volonté de le protéger du monde extérieur, mais elle s’efforça de ne pas prêter attention à cette pensée. On ne pouvait pas lutter contre sa nature profonde ; on pouvait simplement s’en prémunir quand elle n’occasionnait que souffrance et déception. La Maîtresse Bleue avait plus d’une raison de considérer avec méfiance sa propre compassion.

Passés les premiers instants d’hésitation, le garçon s’agita tandis qu’il se présentait tant bien que mal et tentait d’expliquer sa présence. La Sang-Mêlé lui adressa un sourire léger, ni amusé ni attendri. Il s’exprimait d’une manière qu’elle ne reconnaissait pas et cette fois, songeant soudain au contraste qu’offrirait sa propre voix, faite de vagues languides, un franc éclat de gaieté vint scintiller furtivement dans ses yeux aussi lisses qu’un lac.

« Oui, je suis au courant. L’intendance m’a effectivement avertie de votre arrivée. » Puis, désignant la pièce : « Entrez, je vous en prie. »
Elle le précéda afin d’arranger une corbeille de fruits et disposer des biscuits secs sur un plateau, qu’elle fit ensuite glisser sur la table basse. « Avez-vous faim, soif ? N’hésitez pas. »

Sable l’invita à s’asseoir, prenant place sur la banquette opposée. Asra étira un peu plus son cou car elle ne désirait pas perdre l’Aspirant de vue. Le spectacle d’une rencontre était certes récurrent, mais toujours unique, comme si chaque fois était différente. La Dragonne trouvait cela véritablement fascinant, car elle ne pouvait concevoir ni les mécaniques presque innées qui étaient alors mises en œuvre, ni les émotions que déclenchait pareille situation. Peu importait qu’elle partage l’âme de Sable, elle n’avait jamais réussi à percer le mystère des sentiments, pas même à en ressentir pleinement les effets. Elle resta silencieuse, incapable de se conformer à des convenances qu’elle ne partageait pas.

° L’usage voudrait que tu lui donnes ton nom. Aussi, il n’est pas recommandé de dévisager ainsi son prochain. ° lui vint en aide la Sang-Mêlé, d’un ton peu convaincu, avant de s’adresser à Tristan. La Bleue cligna une seule fois des paupières, lentement, mais ne prit pas en considération les paroles de sa Liée.

« Avant de commencer, je suppose que vous avez de nombreuses questions. J’y répondrai, car tel est mon rôle, mais il y a certaines choses que vous devrez apprendre par vous-même. » Elle posa son menton fin sur ses mains croisées, couvant Tristan de son regard où flottait en permanence une brume cendrée.

« Je serai votre référente, ici, au Màr Menel. Mon enseignement vous mènera jusqu’à l’Empreinte, mais pourra également vous suivre après, si vous en éprouvez le besoin. » Cette façon qu’elle avait de le vouvoyer n’avait rien d’une marque de respect, et ne servait qu’à imposer une distance, selon elle, nécessaire. Elle érigeait cela en barrière, qu’elle se plaisait alors à penser infranchissable. Et qui aurait-voulu la gravir ? De l’autre côté, il n’y avait qu’un océan sombre et froid, battu par des rafales infinies – ni horizon, ni abri, ni rien à quoi se raccrocher.

° Pourtant, la noyade est si poétique. C’est une métaphore que les auteurs semblent apprécier. C’est… romantique, dites-vous ? °
° Beaucoup de concepts paraissent beaux quand on les abstrait suffisamment pour n’en garder que l’essence. La réalité n’a rien d’enviable. °


Asra médita la question, laissant à sa Liée le loisir de contempler une orange particulièrement rebondie.



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***



Dernière édition par Oracle Tol Orëanéen le Mar 25 Avr 2017 - 23:56; édité 2 fois
Visiter le site web du posteur
Tristan Gwened
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 47
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 21
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 21 Avr 2017 - 17:55 Répondre en citantRevenir en haut

La curiosité qu'il éprouvait envers le grand reptile était visiblement réciproque. Il ne savait trop comment interpréter le suivi dont il était l'objet par les larges yeux : devait-il se sentir honoré d'un tel intérêt, ou au contraire s'en inquiéter ? Et puis, comment s'adressait-on à un dragon ? Était-ce même correct de le faire, quand on n'était qu'un ridicule petit bipède ? Dans le doute, Tristan préféra donc s'abstenir, et se concentrer sur celle des deux créatures qu'il avait le plus de chances de comprendre, dans cette pièce. Quoique, il ne lui semblait pas non plus évident de saisir la signification du sourire étrangement détaché, ou de l'éclair lumineux qui passa furtivement dans les yeux étale de la Maîtresse Dragon. Toujours hésitant, il hocha la tête alors qu'elle le dispensait de donner davantage d'explications, et se décida à s'avancer, d'une démarche dépourvue de la souplesse neishaane, démontrant son manque d'aise.

" Merci. Merci beaucoup. "
Il ne toucha cependant à rien, le genre d'attente incertaine dans laquelle il se trouvait ne l'incitant pas du tout à souhaiter garnir son estomac. Qui, au demeurant, n'avait pas besoin de grandes quantités pour fournir le nécessaire à sa frêle silhouette. Tristan posa donc légèrement sa personne là où il y était invité, pas exactement en face de Sable pour éviter la gêne d'un tête à tête trop flagrant. De biais, c'était mieux. La dragonne continuait à l'observer, et il lui adressa un sourire timide, sans trop savoir si la créature comprendrait cette mimique de bipède.

" Euh… oui. Oui, c'est vrai. En fait… "
Alors qu'il cherchait quelle question il souhaitait poser à maîtresse Sable, il fut soudain frappé par l'immensité de ce qu'il ignorait sur sa nouvelle vie, alors qu'il avait toujours cru que question savoir, il n'était pas du tout mal placé en comparaison du reste du monde. Mais là… tout lui semblait inconnu, et cela générait une angoisse qui enflait dans son cœur. Il resserra ses mains l'une contre l'autre, et battit un instant des paupières avant de se reprendre.

Il avait choisi de venir ici, personne ne l'y avait obligé. Ce n'était simplement plus possible de rester à Ablah. Certes, la séparation et le changement n'avaient rien de simple. Mais il l'avait voulu, et toute autre solution aurait été pire… il inspira pour se forcer au calme, et finit par avouer d'une petite voix :
" Je ne sais pas trop bien par où commencer… Peut-être… si vous pouviez me dire de quoi seront faites mes journées ? Est-ce que vous allez me donner des cours ? De quoi ? "
Se réfugier dans du concret, oui, c'était un bon début. Il remua un peu sur la banquette, attendant la réponse en examinant avec une attention artificielle les détails de la table basse.
" Et puis, ce que je devrai faire et ne pas faire ? Enfin, les règles qui… qui sont en place ici."
C'était étrange, avec le regard qu'elle posait sur lui, il avait l'impression d'avoir affaire à une personne très lointaine, alors qu'elle se tenait quasiment face à lui. Il lui semblait qu'il manquait quelque chose, mais quoi ? Sans doute était-ce lui qui ne s'était pas comporté comme il le fallait, il avait si peu d'expérience des contacts avec des extérieurs, mais il n'avait pas la moindre idée de la manière de redresser la barre…





Dernière édition par Tristan Gwened le Sam 22 Avr 2017 - 21:50; édité 1 fois
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 661
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 610
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Ven 21 Avr 2017 - 22:43 Répondre en citantRevenir en haut


Sable Lewë et la Bleue Asra


Patiemment, Sable attendit que le jeune Tristan parvienne à formuler une véritable question. Elle pouvait concevoir, sans trop de peine, l’anxiété et la nervosité qui semblaient le travailler – elle-même ne savait pas comment se montrer avenante, au premier abord, et redoutait la confrontation d’une première rencontre autant que le pouvaient les caractères les plus timorés. Ce manque flagrant d’aisance en société avait sans doute participé à creuser son trou de solitude, mais en grandissant dans l’autarcie la plus totale, on avait rarement l’occasion d’apprendre les bases d’un comportement … civilisé. Que dire, en plus, de ce que le jeune homme devait ressentir face à une cité volante, peuplée de Dragons et de gens étranges qui communiquaient avec eux comme avec un voisin de chambre ? La Sang-Mêlé inclina la tête comme pour l’encourager. Même s’il lui paraissait important qu’il puisse se sentir confortable et en sécurité, sans redouter un quelconque jugement de la part de la Maîtresse ou de sa Liée taciturne, Sable craignait de se porter préjudice en prononçant un mot de travers – c’était là l’un de ses rares talents. Alors, elle se contenta de faire peser sur la silhouette tendue un regard qu’elle cherchait à rendre compréhensif.

Il l’interrogea sur la teneur d’une formation d’Aspirant, et la Maîtresse Bleue sentit l’incertitude lui nouer la gorge. Cela faisait-il donc si longtemps qu’elle n’avait pris personne sous son aile ? Elle toussa doucement, puis répondit d’une voix claire :

« Selon vos aptitudes et vos préférences personnelles, je pourrai vous enseigner l’histoire, l’art, les lois… Généralement, nos Aspirants sont également tenus de suivre un entraînement physique, mais si les armes ne sont pas votre domaine de prédilection, nous ne ferons que le strict nécessaire. Vous vous doutez bien, cependant, qu’on n’apprend pas à voler à dos de Dragon sans une constitution qui le permet. » ajouta-t-elle, un sourire timide aux lèvres, couvrant avec une pudeur gênée une épaule dénudée qui ne laissait que peu de doute quant à la fragilité de sa propriétaire.

« Dans un premier temps, il me faudra cerner votre personnalité et mettre en lumière les potentiels que vous recelez, afin de pouvoir vous proposer un parcours adéquat. Néanmoins, il vous faudra passer avant cela par toutes les… banalités qu’il est d’usage de servir aux nouveaux arrivants. »

Dans un coin de son esprit, elle sentit Asra retenir un souffle impatient, et elle lui jeta un bref coup d’œil. La Dragonne s’était redressée, son cou glissant sur le sol de la pièce comme un serpent gigantesque pour aller retrouver l’air du dehors.

° Serais-tu déjà lasse de l’observer sans rien dire ? °
° Vous avez l’air ma foi fort occupés. Je reviendrai quand je ne courrai plus le risque de mourir d’ennui, si cela ne te disconvient pas. Je m’en remets à ton indulgence. °

Sable eut un soupir amusé, un sourire franc venant créer des fossettes dans le marbre de ses joues, puis elle salua vaguement la Bleue qui prenait congé. Elle réalisa que la scène devait être déconcertante pour un Aspirant tel que Tristan, encore trop peu habitué aux habitudes des Doués et des Liés, et prit donc le temps de lui expliquer la situation.

« Asra, ma Liée, jugeait notre conversation trop ennuyeuse, alors elle va aller faire un tour, en attendant. » La Sang-Mêlé s’empara d’un biscuit qu’elle fit tourner distraitement entre ses doigts. « Nos lois sont assez simples à respecter, et si vous avez été amené ici, c’est qu’elles ne vous sont pas inconnues. Il est interdit de voler, de heurter physiquement ses semblables ou de tenir des propos insultants à leur égard, de faire quoi que ce soit de répréhensible – sans l’avis de votre Maître, en tous cas, pour ce dernier point. En tant qu’Aspirant, vous n’êtes pas autorisé à quitter librement l’enceinte du Kaerl. Il s’agit d’une simple question de sécurité, le ciel n’est pas peuplé que de Dragons amicaux. »

Elle s’autorisa une bouchée avant de reprendre :

« En ce qui me concerne, je vous fais confiance et je ne vous imposerai pas d’autre obligation que celle de venir me trouver si une question ou un doute vous taraude, afin d’éviter les malentendus. Vous avez tout loisir de faire ou non ce que je vous demande, tout en gardant à l’esprit que je ne le fais sans doute pas sans raison. »

Si son discours pouvait paraître sévère, il n’en était rien. Sable appréciait les choses simples, et cela passait par une parole franche et dépourvue d’ambages. Un peu de rudesse pouvait vous préserver d'embarras nettement plus dommageables.



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***



Dernière édition par Oracle Tol Orëanéen le Mar 25 Avr 2017 - 23:56; édité 1 fois
Visiter le site web du posteur
Tristan Gwened
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 47
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 21
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 22 Avr 2017 - 16:23 Répondre en citantRevenir en haut

Au moins, Tristan ne pourrait pas se plaindre d'être trop poussé à parler, alors qu'il avait surtout besoin de mettre de l'ordre dans ses idées. La Maîtresse Dragon était à son écoute, tout le montrait. Lointaine, mais attentive. Peut-être était-ce normal, après tout : lui venait tout juste d'arriver aux abords de l'échelle des Liés, et n'avait aucune garantie de même parvenir à poser le pied sur le premier barreau… alors que la dame Sable l'avait gravie au fil des années précédentes, pour se retrouver aujourd'hui bien proche du sommet… Pas tout à fait satisfait par cette explication de la distance maintenue par sa référente, le Neishaan décida cependant de s'en contenter.
Autre chose retenait d'ailleurs son attention : il était question d'entraînement aux armes, et des conditions nécessaires pour monter un dragon. Voulait-elle dire qu'il pourrait s'avérer trop frêle pour cela ? Il détourna les yeux, tout aussi gêné qu'elle, lorsqu'elle ramena un pan de tissu sur sa chair fine. Mais il avait eu le temps de remarquer qu'en termes de solidité, elle ne devait pas non plus se classer première. Ses yeux ambrés assombris d'inquiétude, il se décida à quêter quelques précisions.

" C'est vraiment obligatoire d'apprendre à se battre ? Je veux dire… je n'ai jamais fait ça. On n'a pas d'armes, chez nous. Je serai sûrement très mauvais. Et puis… qui oserait s'en prendre à quelqu'un qu'accompagne un dragon ? "
objecta-t-il avec un coup d'œil pour la bleue, déjà imposante de son point de vue. Oui, il raisonnait encore en habitant de Vaendark pour qui ces créatures de légendes ne pouvaient que faire forte impression. Son regard, qui s'était posé sur son interlocutrice le temps de s'adresser à elle, revint sur ses pieds, et n'en bougea plus.
" Est-ce que vous voulez dire que… que je ne pourrai peut-être pas faire ça ? Voler… sur le dos… d'un dragon ? "
Ça lui paraissait complètement dingue, d'envisager cela comme possible. Lui ? Mais quel genre de dragon pourrait vouloir le choisir ? Et s'imaginer, lui, sur le dos d'une légende ? Il secoua la tête, en se demandant si on ne s'était pas fichu de lui dès le départ. Le Chevalier Ciryandil avait l'air honnête, pourtant, et cette dame Sable aussi…
"Je ne devrais pas être ici, c'est ça ? Il y a eu une erreur ? "

Il releva le nez, les mains serrées l'une contre l'autre, sans savoir quelle réponse il redoutait le plus. Allait-on le renvoyer à Ablah ? Ou ailleurs ? Ou l'obliger à rester ici et à apprendre le combat, que sa nature Neishaane rejetterait par tous les pores ? Qu'est-ce donc qui lui avait pris, de foncer tête baissée dans une vie nouvelle dont il ignorait tout ? Encore une réaction irréfléchie à mettre sur le compte du sang brûlant et honni de Feolacë… Perturbé, il n'entendit que vaguement la dénégation de la femme, ni ce qui suivit. La mouvement de la dragonne vint à point pour le ramener à la réalité. Il nota la visible intimité entre son interlocutrice et le grand reptile, et en éprouva un pincement d'envie, mais se contenta de hocher la tête lorsque Sable s'abaissa à lui détailler le pourquoi du comment.

" Asra, "
répéta-t-il d'un ton bas, comme pour graver le nom dans sa mémoire. Il suivit la sus-nommée des yeux, un peu déçu qu'elle le fuie aussi rapidement, puis en revint à la Maîtresse Sable.
" Elle est belle. Vous avez de la chance… "
formula-t-il avec une naïveté enfantine, avant de s'éclaircir la gorge, mesurant ce que ses paroles précédentes pouvaient avoir de risible.
" Les dragons nous écoutent toujours ? Et… vous, vous lui parlez, mais est-ce que n'importe qui le peut aussi ? "

Venait le moment des règlements, et il ne semblait rien y avoir de terriblement complexe. Seul le dernier point lui posait vaguement question
" Pas librement ? Ça veut dire que… je devrai vous demander l'autorisation ? Ou être avec quelqu'un d'autre ? "
Il y avait forcément des passes-droits, ou alors, il n'aurait pu rencontrer Ottilia et Zoran à la taverne de Lomeanor. A mois que ceux-ci n'aient bravé une interdiction, mais il n'avait aucune intention de jouer les délateurs envers ceux qui l'avaient le plus chaleureusement accueilli sur Tol Orëa, à l'heure actuelle.
La suite lui tira un nouveau hochement de tête, mais il ne put s'empêcher de se demander si la dame Sable lui accordait cette confiance uniquement par souci de tranquillité personnelle. Elle n'avait pas l'air du genre à apprécier être suivie partout comme une mère canne par son caneton, sans même parler de la poule qui ouvrait ses ailes pour ses petits protégés. Mais quoi, n'était-il pas adulte ? Il devrait plutôt se sentir honoré de cette confiance, qu'il n'avait pas l'impression de mériter.
" Je tâcherai de ne pas l'oublier, "
promit-il, plein de sérieux. Puis il relança sur ce qu'il avait le sentiment d'avoir vaguement manqué, curieux malgré tout d'avoir davantage de précisions, et désireux de cerner un peu mieux ce qu'on attendrait de lui :
" Vous parliez de ce qu'il est d'usage de répéter à chaque personne qui arrive parmi vous ? "



Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 661
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 610
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Dim 23 Avr 2017 - 19:33 Répondre en citantRevenir en haut


Sable Lewë et la Bleue Asra


Les souvenirs de son arrivée au Kaerl, une éternité plus tôt, batifolaient joyeusement sous le couvert hermétique de son esprit. Elle voyait encore clairement le regard austère de son Maître, et le rictus contrarié quand il se posait sur la silhouette gracile de son élève, genoux à terre, incapable de tenir correctement l’arme qui lui avait été assignée pour la journée. Alors, elle battit des cils et posa ses mains à plat devant elle, comme pour statuer sur la nécessité d’un entraînement martial.

« Être bon ou mauvais bretteur n’est pas la question. Je ne suis certainement pas plus adepte des armes que vous. Qui oserait s’en prendre à nous ? Les Liés des autres Kaerls, ceux qui ne sont pas animés de bonnes intentions – pour ne citer qu’eux. La vie d’un membre du Màr Menel, comme de tous les Ordres de Tol Orëa, est destinée à connaître le péril, que nous le cherchions activement ou que nous tentions de l’éviter. Avec le temps et l’expérience, vous comprendrez où je veux en venir, et alors, tout cela vous paraîtra nettement moins insurmontable qu’aujourd’hui. » Elle ne cherchait pas à l’effrayer, et, devant l’air de plus en plus inquiet de son Aspirant, Sable opta pour un ton plus doux. « N’ayez crainte, les capacités des Doués sont diverses, mais tous arrivent à l’Empreinte. Loin de moi l’idée d’insinuer que vous ne seriez pas capable de voler… L’entraînement est là pour vous empêcher de tomber, pour vous apprendre la manière de se tenir et ainsi éviter les blessures. Voilà tout. »

Tristan semblait être d’un caractère naturellement émotif. Une lueur de surprise dans le regard, Sable sentit son cœur se serrer en écoutant les doutes du jeune homme. Elle s’accorda un temps pour réfléchir à une réponse adaptée, tournant les yeux vers les morceaux de ciel visibles entre les colonnades.

« Il n’y a eu aucune erreur. » Puis, comme si elle avait pu deviner les pensées qui tracassaient autant le Neishaan : « Je ne vais pas faire de vous ce que vous n’êtes pas. Mon but est que vous puissiez être libre de vivre votre vie sans craindre de la voir basculer, aux mains de plus puissant et plus mauvais. Et, quand le temps sera venu et que votre âme sera Liée à celle d’un Dragon, de pouvoir le protéger comme il vous protégera. »

La Sang-Mêlé doutait que ses paroles aient été aussi rassurantes qu’escompté, mais seul lui importait que l’Aspirant arbore un air plus serein. Le sujet obliqua vers les Dragons, et la Maîtresse eut un sourire tendre quand Tristan loua la beauté de la Bleue, la voix emplie d’une admiration encore fraîche et enfantine. Elle caressa le tissu de la banquette du bout des doigts, fredonnant son approbation.

« Son caractère est des plus particuliers, mais en cela, elle est bien mon Âme Sœur. Oui, les Dragons nous écoutent et comprennent notre langage. Certains sont plus à l’aise au milieu des bipèdes que d’autres… N’importe qui possédant le Don, comme vous, Tristan, peut en effet communiquer avec eux. Quand Asra de retour, pourquoi n’essaieriez-vous pas de lui parler ? En pensée, j’entends. »

° … Et sous ma supervision. ° ajouta Sable pour elle-même. Asra avait la fâcheuse manie d’investir sans aucun scrupule les parties les plus subtiles de ses compagnons humains, s’y perdant avec délectation et désespoir afin de partager ce qu’ils appelaient leurs sentiments, et qu’elle ne connaissait pas. Si elle avait appris à en comprendre les manifestations physiques, elle n’avait toujours pas trouvé la source de ces élans, pourtant communs à toute créature consciente. Son absence de considération envers l’intimité des autres plongeait parfois sa Liée dans un embarras sans nom.

La Maîtresse Bleue posa sur son Aspirant de grands yeux intrigués quand il demanda des éclaircissements concernant l’interdiction de sortir. S’était-elle mal exprimé ? Discutait-il sa légitimité ? Son souffle s’emballa imperceptiblement alors qu’elle tentait de se calmer, et de ne pas laisser sa nervosité la détourner du bon sens.

« Par principe, il vaudrait mieux que vous me demandiez l’autorisation dès que vous en avez l’occasion. Ainsi, en cas d’imprévu, je serai sans doute mieux placée pour régler un litige – en attendant que vous appreniez à mieux connaître votre nouvel environnement. Cependant, comme je vous le disais, je vous fais confiance. » Elle agita un poignet, l’air nonchalant. « Essayez juste de ne pas vous faire prendre si vous enfreignez un interdit. Les discours moralisateurs des hautes instances ne sont pas ma tasse de thé. »

Sable se tint droite, guettant un signe d’incompréhension sur le visage de son vis-à-vis. Elle n’en trouva aucun, et comme il formulait son engagement, elle hocha brièvement la tête, sans rien ajouter de plus. Tristan ne donnait pas l’impression d’être un fort caractère, mais certains avaient besoin d’une période d’acclimatation avant de se montrer sous leur véritable jour, aussi préféra-t-elle ne tirer aucune conclusion hâtive.

« Oui, un discours qui ne diffère que très peu, d’un Maître à l’autre. » acquiesça la Sang-Mêlé en croisant les jambes. « Mais c’est une discussion qui attendra. J’aimerais d’abord que vous me parliez un peu de votre vie d’avant. D’où venez-vous ? Que savez-vous ? »

Elle n’éprouvait pas de réelle curiosité à cet égard. Seulement, elle était convaincue que le jeune homme se montrerait plus réceptif si une sorte de familiarité était instaurée.



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Tristan Gwened
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 47
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 21
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 30 Avr 2017 - 16:02 Répondre en citantRevenir en haut

La Maîtresse Sable sembla vouloir mettre les choses au clair. Il n'était pas obligatoire d'aimer l'entraînement martial, donc. Mais à l'évidence, il n'y couperait pas pour autant. Les paroles de la semi-elfe ne manquèrent pas de lui évoquer son unique sortie à la taverne de Lomëanor, et sa première rencontre avec des Ardents. Auraient-ils vraiment pu aller jusqu'à la violence physique ? Il avait du mal à le croire, et puis, il n'était pas totalement sans défense : à Ablah, on apprenait à tous les enfants quelques petites comptines qui devaient leur permettre, grâce au don de leur race, de se tirer de petits embarras…
Mais sans doute que ce qu'évoquait la femme ne se situait pas à la même échelle. Une chansonnette neishaane suffirait-elle face à quelqu'un de vraiment déterminé, et habitué, à faire le mal ? Et Tristan aurait-il seulement l'énergie de s'y opposer ? Quant à l'éventualité de devoir lutter pour sa vie, il peinait à ne serait-ce que l'envisager. Il songea à une phrase lue dans un des innombrables volumes de sa cité natale : tuer n'est pas aussi simple que le croient les innocents. Mais c'était bien pire quand l'innocence se teintait de non-violence fervente. Comment allait-il faire ? Il secoua la tête pour chasser ces pensées inopportunes : il serait toujours temps d'y songer le moment venu.

Mieux valait, sans doute, s'en tenir aux paroles présentes de celle qui allait être responsable de lui en ces lieux. Et malgré le ton plus rassurant qu'elle s'efforçait de prendre, il n'était pas franchement tranquillisé. On pouvait donc tomber de dragon ? C'était effrayant, pour le moins. Ou se faire mal en fréquentant les grands sauriens. Oui, certainement : ils semblaient si puissants… Il prit cependant sur lui de faire taire ses inquiétudes, même si ce ne serait certainement que temporaire, alors que, après un temps de flottement qui fit encore monter son angoisse, arrivait la confirmation qu'il était bien à sa place ici. Son regard comme sa posture se raffermirent.
« Je vous remercie de me laisser cette chance, et vous promets de faire de mon mieux pour m'en montrer digne, et… parvenir à tout cela, »
assura-t-il, plein de sérieux. Il était de bonne volonté, certes. Mais il doutait que cela suffise, malgré les affirmations de la Maîtresse Bleue.
« Pardonnez-moi, mais il y a en effet plusieurs choses que je ne suis pas bien certain de comprendre. Quelle est exactement la fonction des couples de Liés ? Je n'ai pas eu beaucoup de temps pour discuter avec le Chevalier Ciryandil, »
ajouta-t-il en guise d'excuse.

Puis un nouveau témoignage de ce qui unissait Asra et Sable lui fut offert, en même temps que la bipède soulignait leur non-conformité. Il en aurait fallu davantage pour le faire fuir, cependant, et il commenta doucement :
« Nous sommes tous particuliers pour quelqu'un… »
La proposition de tenter un échange mental avec la dragonne emporta son adhésion immédiate, mais là non plus, il n'avait pas la moindre idée des modalités pratiques.
« Mais, comment fait-on ? Je veux dire, elle ne va pas entendre tout ce que je pense, alors comment je peux choisir ce que je lui… transmets ? Et comment faire pour ne pas le dire aussi aux autres dragons ? »
C'était tellement étrange, tout cela…

Au moins, le confinement à l'intérieur du Mar était plus clair, et il acquiesça d'un signe de tête, laissant un mince sourire affleurer sur ses lèvres. Quelque part, Sable ne lui interdisait pas d'outrepasser cette règle, elle lui conseillait seulement de le faire avec subtilité, et cela lui convenait assez. Il n'arrivait jamais à respecter absolument toutes les consignes, et plus elles étaient rigides, plus il se sentait tenté de les enfreindre… Elle ne semblait pas non plus très friande des lieux communs, et préféra orienter la discussion sur lui-même. Ces questions-là, au moins, étaient simples, et l'effet attendu se fit sentir, détendant un rien le tout frais aspirant.
« Je suis d'Ablah, dans le nord de Vaendark. Dans les montagnes. »
Il préféra ne pas se raccrocher à ses certitudes sur la réputation de son lieu d'origine, et supposa plutôt que Sable en était aussi ignorante que lui envers Töl Orëa.
« C'est une cité Neishaane où nous avons une collection de livres… vraiment immense. Les principales occupations tournent autour de leur rangement, leur restauration, et la recherche d'informations qu'on vient nous demander. Sur à peu près n'importe quel thème. Enfin, sauf les dragons et Töl Orëa, bien sûr. Donc, j'ai lu beaucoup de choses… »
Il en avait fait bien moins, mais il n'était pas forcément nécessaire de le formuler aussi clairement, ou alors, pas tout de suite.



Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 661
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 610
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Dim 30 Avr 2017 - 20:48 Répondre en citantRevenir en haut


Sable Lewë et la Bleue Asra


Sable inclina gracieusement la tête, comme pour montrer qu’elle prenait note du serment de Tristan, qui renouvelait son engagement à se montrer digne de son héritage. En vérité, la Sang-Mêlé n’accordait que très peu d’importance au mérite. Des esprits moqueurs auraient pu montrer du doigt son propre temps en tant qu’Aspirante, communément qualifié de médiocre, et l’accuser d’être si bienveillante dans l’unique but de ne pas plus heurter sa fierté – mais son Maître, bien que sévère et attaché aux convenances, lui qui appartenait à une noble famille du Màr, s’était toujours attaché à ne pas juger son élève. Sable, pourtant, avait dû lui causer de nombreux soucis. Elle n’avait jamais su comporter en société, se fichait des noms et des traditions comme d’une guigne, et sa morale – si elle en avait un jour possédé une – dérogeait à toutes les règles. La clémence d’Éphialtès Chantevent à son égard restait encore aujourd’hui une des principales lignes de conduite de la Maîtresse Lewë.

« L'important ce n'est pas ce qu'on est à la naissance, mais ce que l'on devient par la suite. » avait plus d’une fois asséné le défunt Maître à ceux qui refusaient de comprendre ce qu’il pouvait bien trouver à la jeune Sang-Mêlé d’alors, rien de plus qu’une sauvageonne élevée par des dégénérés et dont elle avait sans doute hérité une vision tordue de la vie. En dépit de tout ce qu’il avait fait pour elle, elle savait qu’elle resterait toujours à l’écart. Éphialtès avait été un personnage sensible, animé de grands espoirs ou de grandes illusions, quand Sable ne s’était jamais accordée le privilège de l’ambition. L’espace d’un instant, elle sentit le poids de l’absence peser sur son cœur désormais froid et, entre quelques battements de cils, vit se dessiner en teintes de gris le visage de son ancien tuteur. Elle le chassa sans trop s’appesantir sur les nœuds qui se créaient dans son ventre, et porta son plutôt attention sur Tristan, espérant y trouver une distraction bienvenue.

« Vous voulez parler du Lien ? » La Maîtresse Bleue doutait qu’il y eût une quelconque autre fonction à l’existence de Liés. « Il est nécessaire pour les Dragons. Sans ce Lien, s’il n’y avait pas un être humain pour se Lier à eux, ils mourraient. C’est là le résultat d’une très ancienne maladie, ou malédiction. Afin de rendre grâce à Flarmya, qui nous a accordé sa confiance, nous parcourons le Rhaëg à la recherche d’autres Doués et nous nous employons à devenir meilleurs pour protéger celui ou celle avec qui nous avons réalisé l’Empreinte. »

Sable eut un faible sourire à la remarque du Neishaan.

« En réalité, Asra pourrait tout à fait capter la moindre de vos pensées. » Et il y avait fort à parier que la Bleue ne s’était pas embarrassée de lui demander son avis. Cela, cependant, elle préféra ne pas le révéler. « Les Dragons sont télépathes, et il leur est permis de s’immiscer dans nos esprits. Ils ne le font pas, par respect et parce qu’ils savent que ce n’est pas là notre premier choix de communication. Tout est une histoire d’intention, comme lors d’une conversation courante. Si vous désirez vous adresser à elle, vous n’avez qu’à le penser pour le concrétiser. »

Sable ajouta ensuite, songeant aux implications de ses paroles, qui auraient pu occasionner un certain sentiment de panique :

« Je vous apprendrai à mieux contrôler votre esprit. Cela vous sera utile. »

Nul doute qu’un tel travail ferait l’objet d’une de leurs premières leçons, car Asra était une Dragonne vorace, dont le principal défaut était de ne pas s’encombrer de toute notion qu’elle percevait comme subjective ou trop aléatoire. Sa logique, purement rationnelle, ne prenait jamais en compte l’existence de sentiments chez autrui – même si, en vieillissant, elle faisait l’effort de croire sur parole les affirmations de sa Liée à ce sujet, sans plus demander d’explications.

Tristan lui parla d’Ablah, et si Sable avait eu l’occasion de visiter la cité durant ses jeunes années de Chevalière, elle se garda de couper l’Aspirant dans son discours. Avec satisfaction, elle remarqua que celui-ci semblait s’exprimer plus librement.

« Vous avez donc vécu en ermite ? Les livres demandent parfois plus de soin que les enfants, mais force est de constater qu’ils posent moins de problèmes quand on arrête de les surveiller. » La Sang-Mêlé s’était longtemps occupée d’orphelins, plus rarement d’ouvrages écrits. « Je comprends que ce soit le Chevalier Ciryandil qui vous ait trouvé. Il se passionne pour beaucoup de choses qui n’ont malheureusement pas leur place à la bibliothèque du Kaerl. Nous avons en effet nos propre Archives, peut-être apprécierez-vous d’aller les visiter, un jour. Et que lisiez-vous, là-bas ? Si vous m’en parliez, je pourrais mieux cerner ce qui vous intéresse. »



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Tristan Gwened
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 47
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 21
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 13 Mai 2017 - 13:56 Répondre en citantRevenir en haut

Sa question sur les Chevaliers-dragons et leurs compagnons ailés était sans doute étrange pour Sable Lewë, qui lui demanda des précisions. Il cherchait comment reformuler, lorsqu'elle lui livra les informations correspondant à ce qu'elle avait compris de son interrogation. Ce n'était pas exactement ce qu'il avait souhaité savoir au départ, mais cela y répondait tout de même indirectement. Le jeune neishaan ouvrit les yeux un peu plus grands, visiblement horrifié à l'idée que l'existence des dragons ne tienne à ce point qu'à un fil. Enfin, pas si ténu que ça, étant donnée la passion qui semblait exister chez leurs Liés, et qui les faisait rechercher des candidats pour les générations suivantes. Son regard s'égara un instant dans la direction où avait disparu la Bleue, puis revint à la bipède.
« C'est donc la survie même des dragons qui est la raison d'être des Chevaliers de Tol Orëa ? Je crois avoir lu quelque chose en ce sens, en effet. C'était présenté comme une légende, bien sûr…la malédiction des Valherus… Mais, pardonnez encore mon ignorance… protéger les dragons ? Ils n'ont pas l'air d'êtres fragiles, à moins que ce ne soit dans leurs jeunes années, ou que les apparences ne soient trompeuses ? »
Chaque réponse suscitait une dizaine de nouvelles interrogations chez Tristan, curieux de nature, et désireux de comprendre le monde en général. Mais il n'avait pas pour autant l'intention d'abandonner sa demande initiale.
« En vérité, ma question portait plus exactement sur la nature du… du métier, si je peux m'exprimer ainsi, des personnes Liées à un dragon. Vous m'avez donné de nombreux éléments déjà, mais… est-ce que les soins à Asra, et la recherche de gens capables de les entendre, constitue vraiment la totalité de votre existence ? Je veux dire, c'est sans doute déjà très prenant, mais… les dragons ont l'air capables de… de grandes choses. »
Difficile de croire que ces puissants reptiles n'étaient pas les féroces gardiens de trésors oubliés, ou les terreurs ailées d'un fléau inconnu, quand on n'avait jusqu'alors entendu parler d'eux que dans les récits épiques dont ils étaient tour à tour héros magnifique et ennemi ultime.

Les yeux de Tristan brillaient d'intérêt alors que la semi-elfe l'éclairait sur la télépathie draconique. Il hocha la tête en assentiment à la promesse de s'entraîner à maîtriser davantage ses pensées, mais pour l'instant, il avait surtout envie d'effectuer une première tentative.
« Je peux essayer, maintenant ? Elle n'a pas besoin d'être proche pour m'entendre ? »
Son regard se perdit dans le vague alors qu'il repensait à la belle Bleue qui s'était tenue auprès d'eux quelques instants plus tôt, et c'est avec son image en tête qu'il tourna la pensée d'une salutation pleine de respect en sa direction.
° Dragonne Asra ? Vous êtes là ? °

Concernant sa ville natale, l'aspirant laissa un mince sourire affleurer sur ses lèvres.
« En quelque sorte, oui, dans le sens où Ablah se trouve comme en retrait du reste du monde… mais nous sommes tout de même une petite communauté à y vivre, je n'y étais pas seul. Et il y a quelques relations avec l'extérieur, un ou deux voyages vers les cités de la plaine à la belle saison, pour des échanges, même si tout le monde n'y va pas… et puis, les visiteurs qui viennent nous consulter. »
Il se rembrunit lorsque la Maîtresse bleue compara les ouvrages précieux à des enfants. Avait-ce été le raisonnement de son paternel, qui avait préféré la compagnie des premiers à la sienne ? Leonyd avait dû lire la lettre qu'il avait laissée à son intention en partant de la cité, désormais. Qu'avait-il pensé, ressenti ? Avait-il été soulagé de voir disparaître l'élément perturbateur que devenait son fils ? Non, malgré la tentation d'y croire, il savait pourtant que c'était faux. Son père serait attristé, et sans doute, perplexe. Malgré le temps qu'il avait consacré à sa tentative d'explication couchée sur papier, il n'était pas du tout certain que son départ serait compris pour ce qu'il était : la seule issue positive, la seule solution tenable pour tous sur le long terme. Enfin, pour lui, il n'en était pas certain, mais si tel était le prix de la tranquillité d'Ablah…

Le neishaan se força à prêter attention aux paroles de la sang-mêlée. Il ne pouvait plus changer ce passé-là, il lui fallait donc se concentrer sur le présent, et l'avenir. Lentement, il décrispa les doigts qu'il avait inconsciemment refermés en poings serrés, tout en acquiesçant d'un signe à la possibilité de se rendre aux Archives du Mar Menel.
« Un jour, oui. Mais, si je peux me permettre, dans l'immédiat, j'aimerais plutôt… voir autre chose. Oh, j'ai parcouru un peu de tout, mais j'ai toujours apprécié les contes et légendes, et les ouvrages d'histoire, qui se confondent parfois. Un certain nombre de manuels scientifiques, aussi. Et puis, plus récemment, des récits de voyages, d'exploration, ce genre de choses. »



Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 661
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 610
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Sam 27 Mai 2017 - 17:50 Répondre en citantRevenir en haut


Sable Lewë et la Bleue Asra


La curiosité de son élève fit doucement sourire Sable. Une main perdue dans ses mèches d’outremer, elle inclina la tête, attentive aux réflexions qui lui échappaient, comme si les formuler à haute voix lui permettrait de mieux comprendre. La Sang-Mêlé ne comptait pas noyer Tristan sous trop d’informations, cependant, aussi garda-t-elle les lèvres closes, préférant s’accorder un instant pour organiser ses réponses.

« Je peux concevoir que cela vous semble surréaliste. En vérité, les Dragons ne sont certainement pas des êtres frêles ou incapables de se défendre – mais, vous, une fois votre âme Liée à celle d’un Dragon, vous devenez le réceptacle de son destin. Si vous veniez à mourir, votre Lié vous suivrait dans l’oubli. Le Lien est ainsi fait. L’un ne peut survivre sans l’autre. »

Elle sentit des picotements familiers, quelque part dans sa poitrine, et se força à sourire un peu plus. Ses compagnons d’autrefois avaient été trop faibles, trop peu entraînés ; ils n’avaient pas saisi la véritable portée de ces mots. Et quand la guerre était venue, ils avaient été balayés, un par un, aussi sûrement que des pétales dans la tempête. Sable répugnait l’idée de briser l’innocence des cœurs purs, mais si c’était là le prix à payer pour ne plus jamais connaître cet interminable hiver du deuil et des regrets…

La Maîtresse se reprit, incapable de continuer sur cette pensée, et, un battement de cils plus tard, elle parvint à retrouver son masque de délicatesse froide. « Cela dépend de vos aspirations. Certains intègrent les forces armées du Kaerl, d’autres se retrouvent sous la tutelle de notre Maître Guérisseur. Certains partent à la découverte de Rhaëg, quand d’autres sont forgerons, artisans… Prêtres, comme le Chevalier Ciryandil. Il n’y a aucune obligation. » Elle entremêla ses doigts afin d’y poser son menton.

« De plus, les Maîtres Dragons sont responsables de l’éducation des Aspirants. C’est un travail assez prenant, en soi, qui s’apparente à celui des professeurs. Personnellement, je ne me suis pas vraiment éloignée de ce que je faisais avant d’arriver sur Tol Orëa. » ajouta-t-elle, une lueur de tendresse dans ses iris pâles. « Je m’occupais d’orphelins, dans une Maison de l’Aube. »

De longues années s’étaient écoulées, depuis. Une éternité, semblait-il. Elle acquiesça d’un bref signe de tête encourageant quand Tristan voulut tenter de communiquer avec Asra. La Dragonne volait calmement au-dessus des toits, chassant les éclats de lumière qui se heurtaient contre le marbre et l’or. Les autres Dragons l’évitaient soigneusement. Elle perçut les salutations de l’Aspirant, timides et encore enveloppées d’une hésitation qui faisait comme un brouillard autour de sa voix, et elle eut du mal à en comprendre le sens.

° Non, je ne suis pas là. Si j’étais là, tu me verrais. °

Sable retint un soupir agacé, puis haussa les épaules quand elle croisa le regard de Tristan. La Bleue n’était certes pas connue pour son amabilité. Il n’y avait aucune méchanceté chez elle, cependant, et l’éventuel cynisme dont elle faisait preuve parfois n’était tout au plus qu’un refuge. La Sang-Mêlé félicita Tristan, d’une voix égale mais avec un sourire sincère.

« Vous voyez, ce n’est pas si difficile. Avec un peu de pratique, cela finira par vous sembler tout à fait naturel. »

Quelque chose dans son discours au sujet de son ancienne vie avait dû heurter la sensibilité du jeune homme car Sable, toujours vigilante, avait remarqué la façon dont il s’était soudain tendu. Bien sûr, elle avait oublié le sentiment de déracinement qu’expérimentaient les nouveaux venus – elle-même n’avait jamais ressenti autre chose que celui-ci, et avait fini par ne plus y penser. ° Il est venu à ma naissance et ne m’a jamais quitté. À croire que je suis étrangère au Rhaëg entier. °

° Qui sait ? Peut-être es-tu une enfant des astres ? °

Sable manquait de connaissances ésotériques pour se permettre ce genre de conjectures. Elle aimait les choses enfouies, dissimulées sous la terre ou sous les eaux, mais tout ce qui avait trait au ciel la plongeait dans un profond désarroi. Ce n’était pas le bon moment non plus, et Tristan l’observait, dans l’attente d’une réponse. La Sang-Mêlé se fendit d’un sourire mutin.

« Vous avez de la chance, j’apprécie beaucoup les voyages. Nous aurons sans doute l’occasion de partir à l’autre bout du monde, sur les traces de telle ou telle légende. Avant cela, que diriez-vous d’explorer votre nouvelle maison ? »

La Maîtresse Bleue accordait généralement beaucoup de temps libre à ses Aspirants, et il valait mieux que Tristan commence dès maintenant à apprivoiser la Citadelle Céleste s’il voulait en profiter pleinement. Elle se leva, surplombant l’Aspirante de sa haute silhouette, quoique guère épaisse, et désigna d’un geste le balcon. Le vent du matin était encore piquant, et, même si le soleil brillait désormais avec détermination, l’air était chargé de vagues effluves de neige fondue. Sable huma la brise avec un plaisir non dissimulé, avant que Tristan ne la rejoigne. Vue d’ici, la cité ressemblait à un champ d’étoiles ou d’écume, ses reliefs confondus et floutés par un scintillement aveuglant. Elle porta une main au-dessus de ses yeux pour mieux voir, jetant de temps à autres des coups d’œil intrigués en direction de l’Aspirant, curieuse de voir quelle serait sa réaction.



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Tristan Gwened
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 47
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 21
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 7 Juin 2017 - 22:36 Répondre en citantRevenir en haut

Patiemment, Tristan attendit que la dame Bleue trouve ses mots. Il n'était pas pressé, et son passé lui avait appris que ceux qui disposent de la connaissance ont parfois besoin de l'arranger de manière claire, avant de la présenter à un profane, ce qu'il était complètement pour tout ce qui se rapportait aux dragons.
« Oh, »
laissa-t-il échapper lorsque vint l'explication, prouvant qu'il n'avait pas poussé la réflexion jusqu'à ce point, et son exclamation contenait une touche navrée alors qu'il comprenait que, réellement, tout Lié tenait la vie de son âme sœur entre ses mains. Et par conséquent, se devait de mener sa propre vie avec prudence, pour le salut du dragon qui l'accompagnait. Le sujet était trop sérieux pour qu'il puisse ajouter quoi que ce soit, et il se contenta d'un signe de tête accompagné d'une assurance pleine de gravité :
« je comprends. »
L'histoire des grands reptiles de Tol Orëa était décidément pleine de tristesse, et le drame semblait capable de couver à chaque détour. L'évocation de l'un d'eux disparaissant suite au décès de son compagnon bipède, faisait vibrer un archet mélancolique chez Tristan, et sa sensibilité toute neishaane faisait émerger dans sa mémoire les complaintes les plus tristes qu'il avait pu entendre, lors de ces veillées tant aimées, au coin d'un feu dans une époque sans soucis…

Son interlocutrice sembla un instant vaguement différente dans son attitude, elle aussi. Troublée, peut-être pour la même raison ? Mais à l'évidence, elle maîtrisait bien mieux que lui ce que reflétait son visage, et on en revint à des questions bien plus terre à terre. Les combattants, les guérisseurs… ces premières évocations ne lui parlaient guère, lui que la vue du sang insupportait, qu'il soit question de le verser ou de stopper son épanchement. Le reste ne l'inspirait pas tellement plus, et ses lèvres s'étirèrent légèrement de perplexité : quelle place lui allait-il bien pouvoir trouver ? Bah, il serait temps de s'en soucier le jour où la question se poserait, et si jamais il arrivait à se Lier. Il releva les yeux vers Sable alors qu'elle parlait d'elle, pour la première fois depuis le début de ce petit entretien ? Voilà qui la faisait paraître moins lointaine, et un peu plus accessible.

« Une Maison de l'Aube ? Qu'est-ce donc ? »
fit-il d'un ton intéressé, tout en restant léger. Il se retint de lui demander où elle exerçait, craignant de faire revenir la distance glaciale, et de manière probablement plus implacable qu'auparavant, s'il cherchait à trop en savoir dès maintenant. Il saurait se contenter des quelques miettes gagnées pour l'heure.
« Les aspirants sont peut-être plus âgés, tout de même ? »
Il aurait voulu apparaître comme plus assuré, et moins lié à sa vie d'avant, pour qu'une telle comparaison ne soit pas venue à l'esprit de la Maîtresse Bleue, mais force était de constater qu'il devait ressembler à un enfant perdu, si peu de temps après son départ - choisi, mais regretté - du havre de paix qui était tout ce qu'il connaissait.

Malgré la presque rebuffade d'Asra, le neishaan sourit, heureux d'avoir réussi ce premier exercice sans trop de difficultés.
* Ah, pardon, je voulais juste savoir si vous pouviez m'entendre ! Je ne croyais pas que ce serait si simple. *
A l'évidence, il ne tenait pas rigueur à la dragonne pour son commentaire. Mais les rouages de son esprit le rattrapèrent bien vite, conduisant à de nouvelles interrogations.
« Et, pour d'autres dragons, cela fonctionne de la même manière ? Est-ce qu'il y a besoin de les connaître un peu d'avance, ou… de connaître leur Lié ? Ou est-ce qu'il suffit de les voir une fois pour pouvoir leur parler en esprit ? Et, pour ceux des autres Kaerls, est-ce différent ? »
Ciryandil avait évoqué les Engloutis et les Ardents, bien qu'avec une réticence visible, ce qui n'avait fait que titiller la curiosité de son passager. Il n'était pas bien certain de saisir tout ce qui les séparait, voire les opposait, et espérait que son instructrice accepterait de lui en dire davantage.

De nouveau, un soupçon de naturel émergea chez la dame Lewë, la rendant comme plus jeune, moins indifférente. Il lui rendit son expression, timidement.
« Je serais ravi de vous accompagner, vraiment. Qui sait, peut-être aurai-je quelques variantes de vos légendes à vous proposer ? »
s'enhardit-il à commenter. Puis, à sa suite, il gagna la balustrade qui s'ouvrait sur l'extérieur, en ouvrant grands les yeux pour ne pas manquer une miette du spectacle.
« Bien sûr, oui. Je n'ai pas encore eu l'occasion de visiter vraiment le… le Mar Menel. »
Partout, la pierre immaculée reflétait le soleil, l'imitait par ses incrustations dorées. Éblouissant était le premier mot qui venait à l'esprit. Tristan avait beau être habitué aux neiges éternelles du Vaendark, les constructions de marbre qui s'offraient ici à son regard n'en étaient pas moins exceptionnelles dans leur blancheur éclatante. Mais cette couleur apportait aussi, en même temps que la fraîcheur de la température, une ambiance vaguement familière, qui l'aidait subtilement à se sentir un peu plus à l'aise dans ce nouvel environnement.

Malgré son envie d'en prendre littéralement « plein les yeux », il ne tarda pas à les plisser pour les protéger de la trop grande luminosité, et tenter de mieux distinguer ce qu'ils surplombaient. Parmi tout cet ivoire, une tache verdoyante attira son regard. Il reprit son souffle, qu'il n'avait pas eu conscience de retenir jusque-là, pour s'adresser à la sang-mêlée, mais sans pour autant se détourner du spectacle à ses pieds.
« C'est… impressionnant. Tout est donc construit dans cette pierre scintillante, ici ? Ce grand espace, c'est la place par où je suis arrivé, c'est bien cela ? Et là-bas, tout ce vert, il y a… un bois ? des jardins ? Ça a l'air grand. »



Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 661
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 610
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Mar 13 Juin 2017 - 18:26 Répondre en citantRevenir en haut


Sable Lewë et la Bleue Asra


D’humeur toujours enveloppée d’une certaine nostalgie, comme on savourerait le contact réconfortant de vieilles fourrures, Sable se demanda vaguement combien de temps encore Tristan saurait garder cet air d’émerveillement sur son visage. La Sang-Mêlé n’appréciait les premières fois que pour la saveur âcre qu’elles laissaient derrière elles. Si elle avait eu un penchant plus prononcé pour la poésie, elle aurait sûrement trouvé une quelconque analogie entre les sonorités de son prénom et la façon dont les vagues effacent toute trace sur les plages, ou le vent dans le désert. La Maîtresse Bleue accorda à son Aspirant un instant, afin qu’il ancre en lui ce souvenir du Kaerl au matin, au lendemain de son arrivée sur Tol Orëa. Elle chercha du regard un signe qu’Asra se trouvait non loin, mais les éclairs de lumière lancinants l’empêchaient de correctement distinguer le ciel.

Car Sable n’avait pas encore pris le temps de répondre aux questions qu’avaient soulevées ses précédentes paroles, elle se mit en tête de remonter le fil de leur conversation, espérant ne pas perdre le Neishaan. Une certaine partie d’elle-même rechignait à l’idée de trop en dévoiler. Cependant, parce que Tristan avait l’air plus intéressé par des choses dont il ignorait l’existence que par le passé de la Sang-Mêlé, elle prit la peine d’emprunter un ton suffisamment neutre :

« Les Maisons de l’Aube sont des établissements consacrés à la Déesse Iolya. Elles sont une maison pour tous ceux qui n’en ont pas – ou qui n’en ont plus. On y soigne les malades, également. » Un voile d’obscurité tomba sur son visage, noyant l’éclat de ses iris clairs. Elle ne souhaitait pas que Tristan se laisse aller à des interprétations hâtives – ou justifiées – sur la personnalité de sa Maîtresse. « Certains Aspirants sont très jeunes, d’autres sont plus vieux. Enfin, nous sommes sûrement tout aussi innocents et ignorants que des enfants, quand nous devons commencer une nouvelle vie. »

Un sourire lointain accompagna ces mots, emplis d’une espèce de sagesse douce-amère. Le jeune homme n’avait pas à craindre son jugement, et il ne devait pas se montrer honteux de n’être rien de plus que lui-même. Elle ne s’alarmerait ni de ses échecs, ni de ses hésitations. Encore une fois, l’esprit de Sable s’égara entre les nuages à la recherche de son Âme Sœur, laquelle n’avait pas jugé nécessaire de continuer la conversation engagée plus tôt par Tristan.

« Oui – pour les autres Dragons. Vraiment, c’est tout comme parler avec une autre personne. Vous n’avez pas besoin de voir un Dragon. Avoir conscience de son existence, quelque part, est suffisant. Seulement, selon la force de votre Don, vous ne pouvez pas converser si trop de distance vous sépare. Même avec notre propre Lié, la communication est plus ardue à mesure que nous nous trouvons éloignés. Vous comprendrez mieux les mécanismes, à force de les côtoyer. »


Elle songea que son élève avait abordé les autres Kaerls, et s’étonna que le Chevalier Ciryandil ait eu l’occasion d’en évoquer la présence. Avait-il douté de l’âme du Neishaan, ou bien la curiosité de ce dernier avait-elle eu raison de son légendaire mutisme ? Contrairement à nombre de confrères brisés par la Grande Guerre, Sable ne nourrissait que peu de rancune à l’égard des Ordres Neutre et Mauvais. Aucune sorte de vengeance ne lui ramènerait Éphialtès ou ses frères d’Empreinte, aucune larme ne parviendrait à faire fleurir à nouveau son cœur. Ce n’était pas de la résignation, c’était du bon sens. Elle tourna son regard vers le vide.

« L’allégeance du Dragon n’a pas d’impact sur votre capacité à lui parler, ni sur la manière de le faire. Certains, sans doute, vous recommanderaient de faire preuve de plus de prudence à l’égard d’un saurien né au Kaerl Ardent. » Puis, elle ajouta, un rire gentiment moqueur résonnant au fond de sa voix posée : « Que savez-vous de ces Ordres, alors ? Je vois que le Chevalier Ciryandil a pris de l’avance sur votre apprentissage. »

Alors que Tristan s’extasiait devant la taille de la Citadelle Céleste, Sable s’accouda à la balustrade, imaginant déjà ce que son élève trouverait à dire quand ils partiraient à la découverte du Rhaëg – et à dos de Dragon ! Elle ressentait parfaitement la perplexité de sa Liée, guère habituée aux élans de tendresse vainement refoulés qui animaient la Sang-Mêlé depuis l’apparition du Neishaan, mais n’en fut pas troublée. Elle était heureuse que l’Intendance lui ait envoyé cette missive. Tel qu’elle le percevait maintenant, il existait différentes sortes de solitude ; celle d’Asra était subie, tandis que la sienne était douce et désirée. Cependant, elle pouvait tout à fait conserver cette solitude sans refuser toute présence humaine à ses côtés. Elle acquiesça silencieusement quand l’Aspirant demanda si ce qu’il observait depuis le balcon était bien ce qu’il imaginait, même s’il ne pouvait pas la voir.

« On appelle cet endroit le Jardin d’Hiver. C’est une verrière où l’on trouve toute sorte de plantes exotiques. » Elle pencha gracieusement la tête sur le côté, plissant les yeux pour mieux se souvenir, un son comme un fredonnement s’élevant d’entre ses lèvres closes. « C’est un lieu propice à la rêverie. On dit souvent que les émanations y sont tellement envoûtantes qu’elles vous font tourner la tête. Il y a les Dragons-Fées, également. Ils aiment jouer des tours aux bipèdes. »

Du doigt, Sable désigna une large coupole éclatante. « Le grand dôme de verre, là-bas, ce sont les Thermes de Naira. Quand vous les visiterez, vous remarquerez, effectivement, que les bains aussi sont construits dans cette même pierre. Je ne sais pas si les couleurs de l’Ordre rendent hommage à ce marbre, ou s’il s’agit de l’inverse. »

La Maîtresse Bleue frissonna sous la brise hivernale et tourna les talons afin de rejoindre la tiédeur plus agréable de ses appartements – laissant Tristan, pour peu qu’il le souhaite, profiter un peu plus longtemps du spectacle.



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Tristan Gwened
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 47
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 21
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 19 Juin 2017 - 12:48 Répondre en citantRevenir en haut

Tristan restait là à contempler sa nouvelle demeure, toute scintillante sous l'éclat des rayons matinaux de Solyae. Les habitants de ces lieux finissaient-ils par les trouver ordinaires ? Il espérait bien que non, et sans doute était-ce là l'un des buts de leurs bâtisseurs : laisser une empreinte inoubliable, qui témoignerait de leur magnificence passée, encore longtemps après leur disparition.
« Ce sont les Vaherus qui ont construit tout cela ? »
demanda-t-il à voix basse, comme pour éviter de déranger les âmes damnées qu'il évoquait. Il était quasiment certain de la réponse, tellement la marque d'êtres supérieurs se dégageait de l'ensemble : il ne pouvait s'agir que de cette race mythique dont le passé se confondait avec la légende.

Avec dans le ton une absence de sentiment qui dissuada le neishaan de chercher à en savoir plus, la Maîtresse Bleue le renseigna sur la nature du lieu où elle avait exercé ses talents avant de connaître Tol Orëa. Il opina doucement, le regard toujours papillonnant sur les bâtiments immaculés du kaerl. Il connaissait Iolya, bien sûr, même si la tradition d'Ablah poussait plutôt à vénérer Kishi, durant les longues nuits glaciales de leurs hautes montagnes. Il retourna finalement le regard vers la sang-mêlée lorsqu'elle prononça ce qui ressemblait à une maxime tout juste trouvée, quêtant dans son attitude un indice sur ce qu'elle avait vraiment voulu dire. Cependant, la mélancolie distante qui se dégageait de Sable ne l'aidait en rien, et l'incitait seulement à faire bien attention à ce qu'il allait dire, pour éviter de réveiller une peine qui semblait se dissimuler en de nombreux recoins de l'âme de la semi-elfe. Pour l'instant, il préféra donc se taire.

L'un comme l'autre semblaient bien plus à l'aise dans une conversation plus caractéristique de leur statut de maître et d'élève, le premier demandant, et la seconde enseignant en conséquence. Voire posant de nouvelles questions pour mieux comprendre ce que son apprenti avait intégré ou non.
« Oh, euh, il m'a juste dit qu'il y en avait d'autres que là où il vivait, qu'on les appelait familièrement les Ardents et les Engloutis, en rapport au lieu qui les abritait, et, euh… qu'il pouvait être plus prudent de les éviter pour commencer, ou au moins, de rester sur ses gardes en leur présence… »
Il sembla hésiter encore un peu, visiblement gêné par la question, puis prendre une décision qui le fit hausser les épaules, avant de se lancer à compléter :
« En fait, le chevalier Ciryandil est arrivé à Tol Orëa hier soir, mais il avait affaire dans la ville de… Laumenaur ? »
prononça-t-il de manière approximative, et en fronçant les sourcils dans son effort pour rappeler à sa mémoire ce nom nouveau et un peu étrange.

« Il m'a laissé là-bas, et m'a conseillé une taverne où… où je pourrais rencontrer des aspirants du Kaerl Céleste, mais peut-être aussi des… des autres. Et il avait vu juste. Il y avait un homme mystérieux qui n'a pas dit d'où il venait, et deux Ardents. »
Il espérait que ses paroles n'allaient pas valoir de blâme à celui qui l'avait amené sur le continent des dragons, puisque d'après les consignes de Maîtresse Sable, il n'était pas très recommandé de se promener seul en-dehors du Mar Menel, quand on n'en était qu'un aspirant. Ou même pas encore, dans son cas de la veille. Mais peut-être était-ce là une justification, certes contestable, à telle entorse au règlement. Quoi qu'il en soit, il avait préféré révéler cet épisode, car l'idée de faire des cachotteries à son instructrice dès son arrivée le mettait encore plus mal à l'aise. Et puis, elle n'avait pas eu l'air de tenir à l'inflexibilité des lois, il ne s'inquiétait donc pas outre mesure.

Elle lui détailla ensuite certaines des constructions qu'ils pouvaient apercevoir, et il s'efforça d'en distinguer davantage de détails jusqu'à s'en faire mal aux yeux. Une expression, cependant, suscita son intérêt immédiat, par la nouvelle merveille qu'elle semblait évoquer.
« Les dragons-fées ? Est-ce une espèce particulière de dragons ? »
Il se promit de visiter rapidement ces Jardins, pour expérimenter de lui-même ce qu'évoquait la dame Lewë, mais resta encore un peu au balcon après qu'elle l'eut quitté. La fraîcheur ne le dérangeait pas, et la vue restait si époustouflante qu'il lui était difficile de s'en détacher. Il compara mentalement aux paysages qui lui étaient familiers, ces alignements de cols et de pics enneigés. Mais la nature et l'ouvrage de ses créatures étaient tellement différent qu'il ne put déterminer lequel méritait davantage de louanges, et il résolut finalement de détourner le regard pour rejoindre la Liée d'Asra.



Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 661
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 610
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Jeu 29 Juin 2017 - 00:54 Répondre en citantRevenir en haut


Sable Lewë et la Bleue Asra


« Oui, ce sont eux. » Le ton craintif de l’Aspirant avait fait naître un semblant de malice dans son regard clair. « Leur sang coule dans vos veines, vous savez, mais peut-être avez-vous raison de craindre leur nom. Je ne sais pas jusqu’où allait l’affection qu’ils portaient à leurs enfants – s’ils étaient seulement capable d’en éprouver. »

Certains Doués appréciaient se vanter de leurs vénérables Ancêtres, même au Kaerl Céleste, pourtant bien éloigné des velléités qui avaient agité les membres du Quatrième Ordre avant leur déclin. Jusqu’à la génération d’Éphialtès, la famille Chantevent en avait fait partie, et, à en juger par leur histoire maculée de drames, Sable doutait qu’il y eût grand bénéfice à tirer d’un culte voué au passé – en particulier un passé désormais enfermé dans les Limbes par la volonté des Dieux. Il y avait peu de choses ou de gens face auxquels la Sang-Mêlé acceptait de courber l’échine, mais elle se soumettait aisément à ce qu’on interprétait comme la volonté divine. Sûrement, l’existence lui aurait paru bien vaine sans la présence d’êtres supérieurs – comme si le fait de n’être qu’un jouet entre les mains d’un étranger dotait le premier du mérite de servir ce dernier.

° Pourquoi devrait-on venir au monde pour satisfaire un but ? °
° Parce qu’il faut bien une raison pour nous permettre d’accepter et d’endurer la souffrance. °


La Bleue, distante et incapable de saisir de tels concepts, émit un vague grondement qui résonna dans l’esprit de sa Liée. La Dragonne ne s’embarrassait pas de réflexions philosophiques : elle vivait parce qu’elle était en vie ; ni par choix, ni par plaisir, ni par volonté de laisser une trace de sa présence sur Rhaëg. Sable savait qu’Asra ne poserait pas la question, mais ses yeux se posèrent sur Tristan, qui constituait à lui seul une raison tout à fait acceptable. La Maîtresse vivait pour guider les jeunes âmes et pour leur faire découvrir tout ce qui était caché à l’intérieur d’elles-mêmes. La Sang-Mêlé, elle, n’avait plus à grand-chose à exhumer, et ne nourrissait plus l’espoir de connaître à nouveau l’exaltation – du moins, pas au travers de sa propre personne.

« Lòmëanor. » corrigea-t-elle, malgré tout un peu surprise que Ciryandil ait abandonné un Aspirant en plein cœur du village, ses lèvres s’ouvrant sur un o intrigué. Sans doute aurait-elle dû réprimander l’attitude du Chevalier Blanc, mais, si elle en avait le pouvoir, elle n’en avait pas l’envie, et préféra laisser échapper un rire léger et cristallin tandis qu’elle imaginait le désarroi de Tristan, ainsi plongé au milieu d’une taverne Tol Orëanéenne quand, quelques heures auparavant, il n’imaginait même pas l’existence de l’île aux Dragons.

Elle n’avait pas bien saisi l’hésitation du jeune homme au moment de confesser ses aventures. Une partie d’elle-même aurait voulu lui expliquer qu’il n’avait rien à craindre, et qu’elle serait son bouclier s’il venait à commettre quelques impairs. Malheureusement, Sable ne pouvait se résoudre à une telle proximité, et elle se contentait donc d’observer l’Aspirant à travers les murailles de glace qui la préservaient de l’extérieur.

« Je vois. » conclut-elle simplement, d’un ton dépourvu de jugement ou d’inquiétude, espérant que celui-ci suffirait à rassurer Tristan quant à sa décision de ne pas garder le secret.

Quelques courtes minutes après sa retraite, l’Aspirant la rejoignit. La Maîtresse Bleue se trouvait à son bureau, occupée à lire la lettre de l’Intendance, et quand elle remarqua la présence de Tristan, elle leva son visage vers lui, un sourire froid mais sincère accroché à ses lèvres sombres.

« En-dehors des Dragons comme Asra, il existe deux autres espèces : les Dragons Fées et les Lézards de Feu. » Elle se lança dans leur description, avec une sorte de tendresse, moins due à son attrait pour ces créatures que pour celui d’enseigner. « Les Dragons Fées possèdent des ailes évoquant celles des papillons, et ils créent et manipulent les illusions, de la même manière que le font les Neishaans avec leur voix. Les Lézards de Feu nous servent principalement de messagers. Ils ne peuvent pas parler comme les Dragons, mais s’expriment par des émotions et des images issues de leur mémoire. Ces deux espèces sont bien plus petites que les Dragons. Il arrive que certains se Lient à eux, au cours d’une Empreinte, mais c’est un phénomène plus rare et certainement beaucoup moins cérémonieux que pour nos Âmes Sœurs. »

Sable reprit rapidement sa lecture, un doigt perdu dans ses mèches bleues. « Il existe trois Ordres Draconiques. Je vais vous donner leur devise respective. » Depuis la Grande Guerre, Sable s’était jurée de ne pas fausser la perception de ses Aspirants avec des inimitiés et des querelles d’opinions vieilles de plusieurs siècles. Bien sûr, elle ne portait pas les autres Kaerls dans son cœur, mais elle-même n’était pas sûre de comprendre pourquoi on les avait élevés les uns contre les autres. Enseigner la haine ou la peur de l’autre à de futurs Chevaliers était certainement l’une des raisons qui avait hâté le conflit.

« Quelque part dans les eaux de la Baie d’Eau-Claire se trouve le Màr Luimë, le Kaerl Englouti, la Forteresse sous les eaux. C’est l’Ordre Neutre, ou Englouti. Logique, éloquence, adresse. Dans les profondeurs d’un volcan des Pics de Cendre se dresse le Màr Tàralöm, le Kaerl Ardent. Il s’agit de l’Ordre Draconique d’Ombre – ou Mauvais, dit-on parfois. Initiative, puissance, volonté. Et enfin, il y a nous. Le Kaerl Céleste, le Màr Menel, l’Ordre de Lumière. Compassion, vivacité, patience. »

Après un instant d’hésitation, elle ajouta, les lèvres tordues en une grimace mêlée de dégoût et de peur : « Autrefois, il existait un Quatrième Ordre. Son nom est perdu. Ses ruines demeurent dans la Lande d’Eru, depuis la terrible Malédiction que ses membres attirèrent sur eux à force de vouloir restaurer la puissance des Valherus. Je ne peux qu’insister sur l’interdiction formelle de s’y rendre. Il n’y a que folie, là-bas. Folie, agonie et mort. » Avec une douceur qui contrastait avec la nature de son discours, elle planta ses iris aigue-marine dans ceux ambrés de l’Aspirant. « Je peux, bien sûr, comprendre l’attirance envers le mystère et ce qui est défendu, mais il existe un tas d’autres lieux en ce monde, qui ont bien plus à offrir que souffrance et déchéance. La plupart préfère taire l’existence du Kaerl Maudit. Je préfère, pour ma part, vous mettre en garde. S’il vous venait à l’idée de parcourir les terres de Tol Orëa, je ne voudrais pas que vous échouiez en Lande d’Eru. »

Décidant d’en revenir à des sujets plus sereins, Sable rangea la missive de l’Intendance et posa son menton sur ses mains croisées. « Bien. Parlons maintenant d’affaires purement administratives. Je vous promets que nous irons nous promener, une fois cela fait. » Ses lèvres s’étirèrent, presque imperceptiblement. « Vous a-t-on assigné une chambre ? Vous a-t-on fourni de quoi vous vêtir, vous sustenter, vous laver ? »

Dans le même temps, elle sonda l’esprit d’Asra, mais la Dragonne ne semblait pas disposée à offrir un tour du Kaerl à Tristan. La Bleue s’abaissait rarement à de telles choses. Ce n’était pas qu’elle ne prenait pas son rôle d’enseignante assez à cœur, elle était simplement imperméable aux choses communes. Sable pensait que son Âme Sœur se considérait plutôt comme une élève, à en juger par son avidité et sa curiosité insatiable envers leurs Aspirants – une attitude qui la forçait souvent à employer divers subterfuges pour préserver l’intimité de ces derniers. Sable n’en était plus à soupirer, ni même à souhaiter qu’il en fût autrement, mais elle ne put s’empêcher de ressentir un certain pincement au cœur. Elle se retint d’en faire la remarque.



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Tristan Gwened
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2017
Messages: 47
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 21
Race: Neishaan
Maître: Sable Lewë (PNJ)
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 4 Aoû 2017 - 21:02 Répondre en citantRevenir en haut

Tristan préféra ne pas en rajouter sur les Valherus, ces lointains ancêtres qui avaient défié les dieux, et en payeraient éternellement le prix. L'histoire était tout à la fois trop grave, trop triste et trop effrayante pour qu'il préfère s'en abstenir. Il se contenta donc de hocher la tête lorsque Sable corrigea le nom de la ville Tol Orëanne, et de se taire une fois de plus, alors que les grandes lignes de sa première soirée sur le continent aux dragons ne récoltaient, en réaction, qu'un signe d'amusement plutôt serein. Il en était soulagé : que Ciryandil soit désapprouvé pour sa conduite envers lui l'aurait ennuyé.

Finissant par se détacher, à regret, de la scène toute scintillante offerte à sa vue depuis le balcon, il découvrit, en retournant vers l'intérieur, sa responsable en pleine lecture. La missive avait certainement été reçue avant son arrivée, puisqu'ils n'avaient pas été dérangés depuis. Était-ce pour elle une manière de se donner contenance ? Peu importait, et il attendit respectueusement qu'elle veuille bien en lever le nez pour lui accorder, éventuellement, un peu d'attention. Le discours explicatif qui suivit le dissuada de croire à toute perte d'intérêt envers sa personne, crainte souvent sous-jacente chez le neishaan qui se pensait habituellement peu passionnant. Il ponctua la leçon de quelques hochements de tête, pour indiquer qu'il engrangeait toutes ces informations, tandis que son regard brillait de l'intérêt de sa race pour ces nouvelles connaissances auparavant insoupçonnées de lui.

Dans son enthousiasme, que l'on pouvait attribuer à la candeur d'un reste d'enfance, tout comme à sa part de sang Fëlaocë, il interrompit la Maîtresse d'une exclamation spontanée :
« Des dragons miniatures aux ailes de papillons… ils doivent être superbes, j'espère que j'en verrai vite ! »
Tout aussi brusquement que les mots étaient sortis, ils s'arrêtèrent. Car Tristan avait reçu une éducation où le respect des aînés était un principe important, et leur couper la parole, une marque de légèreté ou d'irrespect que lui-même désapprouvait totalement. Ses yeux se fixèrent sur l'extrémité de ses chaussures, tandis que son visage habituellement pâle prenait une teinte plus en accord avec celle de sa chevelure de feu. Contrit, il bredouilla des excuses :
« Je vous demande pardon… »



De nouveau, son regard se fixa dans le vide alors qu'il cherchait à graver dans sa mémoire les paroles de Sable Lewë sur les trois ordres. Un air perplexe se montra sur son visage à mesure que s'énonçaient les devises, et ses sourcils roux s'en haussèrent.
« Trois séries de trois mots qui ne sont pas si simples à décoder… et n'ont pas l'air si contradictoires, sauf votre respect. »
L'analyse de ces devises n'avait rien d'évident, de fait. Quelque chose d'un peu plus froid semblait se dégager de celle des neutres, mais entre les célestes et les ardents, la vivacité semblait plutôt proche de l'initiative… Alors qu'il avait cru comprendre qu'une opposition forte existait entre les uns et les autres. Il était certes plus facile de l'appréhender en opposant les valeurs de puissance à celles de compassion.

Tout cela le conduisait naturellement à se poser de nombreuses questions supplémentaires, dont l'une passa ses lèvres :
« Et les aspirants, comment sait-on qu'ils doivent aller dans un Kaerl ou un autre ? Est-ce que cela dépend uniquement du dragon qui les découvre ? Et, ces Ardents… sont-ils si différents de nous ? Si… mauvais ? »
conclut-il avec hésitation, mais puisque tel était le terme en vigueur, sinon officiellement, du moins dans les usages… Cependant, il lui semblait que qualifier ainsi tous les habitants de la cité du volcan serait bien préjuger, tout comme se poser soi-même dans le clan de la Lumière serait bien présomptueux. Qui pouvait se targuer d'agir toujours pour faire reculer les ténèbres ?



Et puis, il fut question du quatrième ordre, perdu pour Rhaëg. L'attitude de la semi-ondine le concernant ne pouvait que renforcer le sérieux des avertissements qui y étaient inclus et, plein de bonnes intentions, le tout frais aspirant accusa réception d'un signe du chef, le visage sérieux.
« Je préfère être prévenu, plutôt que de rester ignorant. Merci. »
Certes, bien des interrogations persistaient, et l'attirance évoquée par la Bleue ne lui était pas inconnue. Mais il avait à cœur de bien faire et, pour le moment tout au moins, de ne pas décevoir celle qui allait se charger de lui pour de longs mois, si ce n'était davantage.

Le retour à un pragmatisme de base fut un soulagement, et lui permit de chasser la légère tension du précédent sujet difficile. Il osa un demi-sourire qui pouvait presque passer pour de la complicité, malgré la distance qui persistait avec la semi-elfe. Oui, il serait heureux d'aller voir un peu plus du Kaërl Céleste en quittant cette pièce qui, s'il ne s'y sentait pas malvenu, restait l'espace privé de quelqu'un d'autre. Et il avait très envie de découvrir son nouvel environnement.
« Oh, j'ai eu tout ce qu'il me fallait pour la nuit passée et ce début de journée… mais je suis venu tout de suite ici, après être arrivé ce matin et avoir vu l'intendante. Donc non, je ne sais pas où je vais être logé ensuite. Y a-t-il des chambres individuelles pour tout le monde ? »
Le choix lui avait été donné de prendre le temps de découvrir les lieux quotidiens du Mar Menel, mais il avait préféré venir à la rencontre de la Maîtresse Dragon en priorité, pour être au moins un peu fixé sur l'orientation que pourrait prendre son nouvel apprentissage. Il n'était pas totalement rassuré ou à l'aise, mais déjà, il avait l'assurance d'être pris en considération avec un minimum délicatesse.



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:37 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu