Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Rencontre au bord de l'eau Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Ottilia Théandore
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2015
Messages: 127
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Torhille
Maître: Lordan Ventaren
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 14 Fév 2017 - 18:35 Répondre en citantRevenir en haut

Ouranosku 918


Tôt le matin, lorsque les premiers rayons du soleil traversaient la fine couche de nuage, Ottilia se leva. La veille, elle s’était dit qu’il serait peut-être agréable de découvrir un peu le paysage qui l’entourait et avait donc décidé de partir tôt le matin. Un chevalier était prêt à l’emmener là où elle voulait aller, c’est à dire, à dans la partie Est de la Sylve de Norui. Une fois habillée et ses cheveux tressés, la torhille se dirigea vers les cuisines pour y prendre quelques provisions pour la journée. Bien sûr, cette fois-ci elle partait un minimum équipée, avait de quoi marcher sans problème dans les sentiers étroits de la sylve grâce à ses bottes de cuir et pour lutter contre le froid, un manteau bien chaud, sans oublier le sac pour y mettre ses affaires et ses provisions. Quand tout fût prêt, l’aspirante alla voir le chevalier qui se préparait pour sa mission du jour. Le chevalier la déposera et reviendra la chercher le soir, à l’endroit où il l‘avait laissé.

Arrivée à destination, Ottilia trouva un chemin où commencer tranquillement son aventure. Tout en écartant les branche de son passage, elle sentait l’air frais et humide de cette forêt et écoutait le bruissement des feuilles d’or qui tombaient et se froissaient sous ses bottes. Heureuse d’être ici, l’aspirante couru et sautait par dessus les racines des arbres. La jeune fille s’éloignait de plus en plus du sentier qu’elle avait emprunter plus tôt pour se retrouver sur un chemin des plus étroit. La torhille avait cessé de courir et marchait lentement pour éviter se prendre une racine ou autres buissons épineux, mais malgré sa vigilance, elle trébucha sur quelque chose de très solide. L’aspirante qui se trouvait désormais dans une position plutôt douteuse avait entendu un léger tintement lorsqu’elle avait marcher sur la chose. Se dégagent des branches et quelques ronces, elle fouilla ensuite sous les feuille pour voir de quoi il s’agissait. La surprise qu’exprimait son visage lorsqu’elle vit l’objet fut grande et de sa voie aigu transparaissait l’excitation de sa découverte.

« C’est une épée ! »

L’aspirante déterra le reste de l’arme en vitesse, sa curiosité étant à son comble. Lorsque la lame fut sortie de terre, elle tente de la détailler mais la terre et toutes les saletés accrochées rendaient l tâche impossible. La seule chose qu’elle put voir étaient une pierres bleue, une tête de dragon et ses ailes. Ce qui était certain, c’est qu’il s’agissait d’une arme à deux mains assez lourde. L’arme devait être ici depuis longtemps et personne n’avait l’air d’être passé par cette étroite bande de terre depuis bien des mois. Comment cette lame s’était-elle retrouvée là ? Elle n’en avait aucune idée. L’aspirante l’emmena donc avec elle en espérant trouvé un point d’eau pour la nettoyer et l’examiner plus en détail. Elle apporterait certainement à un forgeron ou un maître d’arme pour voir à qui elle aurait pu appartenir et peut-être la remettre à son propriétaire, mais la tentation de la garder pour elle était forte. Pourquoi la rendre quand on pouvait la garder pour soi ? Le problème n’était pas là, c’était plutôt de savoir comment elle s’y prendrait.

Après quelques petites heures de marche, elle entendit des clapotis au loin. Qui disait clapotis, disait eau, eau qui permettrait à Ottilia de nettoyer sa trouvaille. Pressée de voir à quoi ressemblait sa découverte, elle se précipita vers le point d’eau, qui était en fait un lac magnifique. Les rochers pointaient du sol humide de la plage et d’autres sortaient de l’eau bleue et magnifique. L’aspirante s’approcha de l’eau et y plongea la lame. Le contact glacé de l’eau avec les mains de la jeune fille la firent frissonner, mais elle continua de frotter jusqu’à disparition totale de la terre. Le résultat fut impressionnant. La lame était recouverte de symboles entrelacés et gravé à même le fer sur tout son long, les côtés tranchants de la lames étaient émoussés, la garde était une tête de dragon tenant entre ses mâchoires une magnifique pierre bleue étincelante, le Quillon représentait des ailes de dragon, la poignée recouverte de corde noire marquée par l’usure, deux pattes de dragons séparaient l’emplacement des deux mains bien au milieu de la poignée et la garde était composée d’une pierre noire polie et maintenue par des sortes de griffes de dragon. Jamais la jeune fille n’avait un ouvrage aussi magnifique et précis. Celui qui avait forgé cette lame dépassait de loin son père. Puis l’idée de manier l’arme lui vint en tête. L’aspirante se tint droite, les bras en avant et ses mains placées sur la poignée de l’arme. La prise en main était parfaite et l’épée était parfaitement équilibrée à son goût. Satisfaite, elle continua son aventure avec sa merveilleuse trouvaille. Voulant s’amuser un peu elle ramassa des petits galets pour faire des ricochets, puis on estomac se fit entendre. Ottilia s’installa sur une pierre et dégusta le pain et la viande séchée qu’elle avait emportée tout en contemplant la magnifique étendue d’eau qui se trouvait face à elle.

en fait, ma modification n'a pas été enregistrée, c'est pour ça que je comprenais pas pourquoi il y avait encore le mot baie x)







Dernière édition par Ottilia Théandore le Mer 15 Fév 2017 - 13:02; édité 1 fois
Visiter le site web du posteur
Publicité





MessagePosté le: Mar 14 Fév 2017 - 18:35 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Eirwen Tümay
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 67
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 48
Race: Elfe-Neishaane
Maître: Erhali Sednereï
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 15 Fév 2017 - 08:08 Répondre en citantRevenir en haut

Elle avait menti… Elle avait dit à Sobeêk, le dragon Brun de son Maître, qu’elle se sentait parfaitement bien intégrée au Màr Luimë, qu’elle y était heureuse… Mais quelque chose lui manquait. Ce n’était pas l’amour de ses parents, elle savait bien que la distance entre eux ne changeait rien à leurs sentiments et il ne se passait pas une journée sans qu’elle ne pense à eux. Non, c’était sa liberté et les grands espaces. Même si elle avait éprouvé des angoisses, des peurs irrépressibles, la faim, le froid, la douleur, la souffrance et les insomnies de veille, sa vie nomade lui manquait. Et plus que tout, la liberté de chanter dans la nature, aussi fort qu’elle le pouvait, aussi longtemps qu’elle le souhaitait.

Hors là, dans le dôme sécurisé, sous l’océan, elle ne le pouvait plus : elle n’était plus seule nulle part et sa chambre en jouxtait d’autres dont les cloisons n’étaient aussi épaisses que ses montagnes ni aussi denses que les forêts. Et puis elle se sentait désœuvrée, sans réelle utilité… Mais comment sortir pour rejoindre le reste du Continent ? Elle s’en était enquis auprès des commerçants qu’elle fréquentait tous les jours et qui l’appréciaient pour sa gentillesse quotidienne.

Il y a bien un passage vers l’extérieur, mais… je crois que notre Gouverneur l’a fermé. Il n’aime pas qu’on se mélange aux autres, ce n’est pas la guerre mais tout comme. Le mieux pour vous serait de trouver un Chevalier qui vous emmènerait sur son dragon.

L’ennuyeux, c’est que je n’ai pas fait la connaissance de grand monde ici encore. Et je n’ose pas trop aborder les personnes que je ne connais pas. Mon Maître, je crois, ne me comprendrait pas et je ne veux pas lui causer du tracas ou de la peine, mais j’ai un besoin immense de prendre l’air de l’extérieur pour une journée.

Je comprends moi. Allez à l’Auberge Bleue de la Grand Place, demandez le Chevalier Arnault de ma part. Je suis sûr qu’il vous rendra ce service contre l’un de vos beaux sourires. Et revenez me raconter, hein ?


Merci, je n’y manquerai pas.

Eirwen alla directement à l’Auberge qu’elle avait aperçue déjà mais où elle n’était jamais entrée. La chaleur y était douce, les convives parlaient bas et les senteurs de cuisine faisaient monter l’eau à la bouche. Malheureusement, elle ne pouvait se permettre de s’y attabler, elle faisait très attention à son pécule. Le tenancier jovial lui indiqua un homme comme étant le Chevalier Arnault. Il était assis seul à une table, de dos à elle dans une zone d’ombre. Sa stature était musculeuse et sans être un colosse, il paraissait solide. De prime abord, il paraissait soigné, des cheveux d’un brun brillant et des vêtements sobres mais de bonne qualité. Elle s’approcha de l’homme, des fourmillements dans les jambes.

Puis-je vous distraire quelques secondes de votre repas ? Je me présente à vous de la part de votre ami, le marchand Rochas : il m’a assurée que seriez le plus à même de me rendre service…

Le Chevalier se leva et s’inclina vers elle avant de lui offrir la chaise en face de lui. Il se contenta de hocher la tête et de hausser les sourcils en guise de question. Elle lui expliqua alors ce qu’elle souhaitait, sans lâcher des yeux son regard ambré un peu envoûtant. Cet homme avait un charisme indéniable… Il prit le temps de boire, de s’essuyer la bouche et de réfléchir avec un léger sourire avant de lui répondre affirmativement sans un mot de trop. Puis il lui donna un rendez-vous dans l’heure à un endroit précis sans autre question.

Eirwen se précipita à son logis pour se changer, revêtir sa tenue de voyage reléguée au fond d’un placard, sa pelisse, son arc et son carquois. Elle se sentait revivre tout à coup comme si elle s’était retenue de respirer pendant plusieurs jours. C’était un bonheur immense ! Elle fourra quelque nourriture dans sa besace ainsi que des médecines au hasard. Tout cela ne lui avait pris que quelques minutes mais elle courut au rendez-vous du Chevalier quitte à attendre.

Arnault était déjà là et il eut un petit sourire ironique en la voyant arriver si tôt et dans un tel accoutrement. Il était en train de préparer son dragon qu’il lui présenta sous le nom de Kodja. Elle le salua en pensée et le remercia de l’emmener hors du Màr pour son escapade secrète.

La Sylve de Nòrui apparut seulement après quelques minutes de vol. Kodja était puissant, dextre et silencieux. Le Chevalier la déposa près d’un lac et repartit en lui disant simplement qu’il serait là pour la ramener avant la tombée de la nuit. Elle le remercia, les larmes aux yeux, et suivit le dragon du regard quelques instants avant qu’il ne disparaisse à sa vue. Ensuite, elle contempla longuement les arbres autour d’elle, respira profondément et se dirigea vers le bord de l’eau où elle se mit à chanter. Jamais sa voix ne fut plus puissante qu’en cet instant, jamais sa tessiture ne fut plus étendue, jamais elle ne ressentit autant de joie à chanter. Cela lui avait tellement manqué !

Son émotion était tellement profonde qu’elle en ferma les yeux et se concentra sur ses autres sens que sa moitié Elfique lui avait légués. Les senteurs d’humus et de vase lui emplissaient les narines ainsi que le parfum timide des fleurs du bord du lac, iris sauvages et nénuphars… Le pépiement des oiseaux qu’elle avait réveillés par son chant, le crissement des petites bêtes affolées, les toc-toc des piverts et les vrombissements des libellules et autres insectes… Elle s’en fut marcher au bord de l’eau sans but, juste pour le plaisir d’être enfin seule.

Mais elle ne l’était pas vraiment : à quelques centaines de mètres de son point de départ, elle aperçut une silhouette féminine qui, comme elle, se promenait au même endroit. Elle se figea sur place ne sachant plus quoi faire.
Ottilia Théandore
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2015
Messages: 127
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Torhille
Maître: Lordan Ventaren
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 15 Fév 2017 - 16:42 Répondre en citantRevenir en haut

Tranquillement au bord de l’eau, Ottilia finissait sa dernière bouchée de pain, rassasiée. Elle sauta du petit rocher avec sa lame, la posa contre la pierre et repris son lancer de galets sur l’eau. Un des galets fit cinq rebonds sur l’eau et la torhille exclama sa joie avec un petit cri et un saut. Le lac était un endroit calme pour s’y reposer et se détendre. Oublier tous ses devoirs était un bonheur immense. Bien sûr, le lendemain, l’apprentissage reprendrait. Quelques minutes passaient jusqu’au moment où elle aperçu une femme. Une étrangère vraiment très belle qui avait su se faire discrète, puisque l’aspirante ne l’avait pas entendue arriver. La belle étrangère avait l’air figée sur place, pour éviter de lui faire peur, la grande brune alla prendre sa grande épée et la posa à terre devant elle pour montrer qu’elle ne ferait aucun mal, puis s’approcha lentement. Le coeur de la torhille battait à tout rompre et elle commençait à trembler. Une inconnue sortie de nulle part et son trésor sans surveillance l’ennuyaient profondément. La jeune fille n’arrivait pas à aller vers les personnes sans aucune méfiance et cela s’en ressentait toujours dans sa voix et ses gestes hésitants.

Lorsqu’elle arriva près de l’inconnue, Ottilia put mieux la détailler. De très beaux cheveux blancs, des yeux d’un magnifique gris argenté et des oreilles… pointues ? Toute la grâce et la beauté d’une neishanne avec l’agilité et la souplesse d’un elfe ? Voilà bien la première qu’elle rencontrait un sang-mêlé comme elle. L’aspirante ne comprenait pas pourquoi tant de gens détestaient les sang-mêlés, bien au contraire, elle les trouvait fascinant. Le mélange de plusieurs races pouvait donner des personnes vraiment magnifiques ou avec des particularités plus qu’intéressante. Son regard croisa à nouveau celui de l’étrangère et une particularité retint son attention. La dame possédait la même couleur des yeux que l’aspirante. Cette chose commune la fit sourire et décida donc de faire le premier pas, oubliant complètement sa gêne.

« Bonjour, je m’appelle Ottilia. Vous venez aussi profiter de la beauté de la foret et du lac ? C’est un endroit vraiment magnifique. C’est presque aussi beau que les montagnes enneigées de Vaendark en pleine nuit avec les aurores dansantes à leurs sommets. »

La torhille revoyait ce magnifique paysage hivernale dont elle ne lassait pas. Ce doux souvenir avait le don de lui remonter le moral dans beaucoup de situation. Aussi fallait-il qu’elle y pense, chose qui n’était pas souvent aisée. Plus détendue, elle reprit confiance et parvint à maîtriser son stress face à l’inconnue.





Visiter le site web du posteur
Eirwen Tümay
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 67
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 48
Race: Elfe-Neishaane
Maître: Erhali Sednereï
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 16 Fév 2017 - 09:23 Répondre en citantRevenir en haut

Elle l’observa un instant sauter sur les rocailles comme un cabri et lancer des cailloux plats dans l’eau calme du lac. Les projectiles, habilement tirés horizontalement avec très peu d’angle semblaient voler sur l’eau, faire des rebonds de plus en plus étroits avant de s’y engloutir et elle en sourit. On aurait dit une enfant. Le lac jouait avec elle, dessinant des rides comme pour rire.
Puis la jeune femme s’aperçut de sa présence et elle eut un temps d’hésitation avant de marcher vers elle. Eirwen ne sentait pas de danger dans sa démarche ni sur son visage. Pourtant ni l’une ni l’autre ne souriait. Eirwen la laissa venir à elle calmement.

A mesure qu’elle approchait, Eirwen sentit le parfum de sa peau, elle sentait bon le savon et le cuir. Puis elle détailla son physique et ses vêtements : elle était élancée, les cheveux bruns tressés soigneusement et les yeux très clairs, gris peut-être, dans un beau visage légèrement halé. Quant à ses habits, ils n’étaient que pratiques et confortables, ce qui la rassura. Elle n’avait pas affaire à une personne sophistiquée et elle se croiseraient certainement courtoisement, rien de plus. De par sa taille, Eirwen devina qu’elle était de la race Thorille et, même si elle paraissait frêle, elle devait avoir acquis une certaine puissance physique. Mais là encore, rien ne l’inquiétait et son cœur battait calmement. La jeune femme se présenta simplement et la joie et la malice transpiraient par sa voix et ses yeux. Des yeux non pas gris comme elle l’avait cru de loin, mais argentés comme les siens…

Bonjour Ottilia, je me nomme Eirwen. Je ne connaissais pas ce lieu et donc je n’y suis pas venue pour sa beauté. En vérité, et ne vous en offensez pas, je cherchais un peu de solitude. Je voulais exercer mon chant loin des oreilles des autres. Parfois, je chante sans me rendre compte du temps qui passe et ça peut être pesant pour mon entourage.
Les montagnes de Vaendark ? J’en suis originaire et bien que les ayant quittées depuis plusieurs années maintenant, elles restent dans mon cœur pour toujours.
Je ne voulais pas vous déranger dans vos jeux de cailloux… Je vais aller un peu plus loin pour me restaurer et m’entraîner au tir. Cela fait très longtemps que je n’en ai pas eu l’occasion et c’est un art qui se perd très vite.
J’ai été ravie de vous rencontrer, Ottilia.


Eirwen continua donc son chemin, mais sans le savoir, elle allait droit vers l’épée qu’Ottilia avait trouvé le matin dans la terre. La Thorille la suivit et la devança avec empressement ce qui l’étonna.

Préférez-vous que je rebrousse chemin ?
Ottilia Théandore
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2015
Messages: 127
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Torhille
Maître: Lordan Ventaren
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 22 Fév 2017 - 21:33 Répondre en citantRevenir en haut

Eirwen, puisque c’était son nom, avait une voix vraiment agréable à entendre. Son chant devait être incroyablement beau et Ottilia avait vraiment très envie de l’entendre. En plus, la demoiselle à la chevelure blanche connaissait les montagnes de Vaendark, ce qui piquait encore plus sa curiosité. Eirwen savait également tirer à l’arc, chose intéressante. Dommage qu’elle ne veuille pas rester près des roches pour se restaurer. Les pierres étaient agréables pour une fin d’automne. La torhille voulut lui proposer de rester, mais son interlocutrice mit fin à la conversation et s’en alla. Vers son son trésor. L’aspirante la suivit et la devança avec empressement ce qui étonna la sang-mêlé. Elle bafouilla quelques mots pour s’expliquer.

« Hum… Non, c’est heu… Disons que… Heu… Vous voulez pas rester ici ? Je suis toute seule depuis tôt ce matin et j’apprécie votre compagnie. Vous pourriez me donner deux trois conseils pour le tir, je n’ai jamais toucher à ce type d’arme, j’ai plus d’attirance pour les épées et pouvoir se servir d’un arc pourrait être utile de temps en temps…. »

Ottilia alla chercher son trésor pour le montrer à la demi elfe. La lame brillait d’un éclat terni par le temps et était très émoussée. Mais qu’importait, elle était magnifique et tout à fait maniable. L’épée avait certainement une histoire intéressante à raconter en plus de pouvoir être toujours utile après quelques soins de la part d’un forgeron. La torhille revint vers Eirwen et lui montra sa trouvaille.

« Eirwen, je te présente mon trésor de ce matin. C’est… pour ça que j’ai agit d’une manière un peu brute. J’ai très envie de la garder avec moi. Elle est si belle ! En plus elle représente un dragon ! » Ottilia parlait sur un ton très enjoué et gardait l’épée contre elle en tournant le regard vers le ciel « Tu sait ce que ça fait de voler à dos dragon ? C’est si agréable ! »

La jeune fille parlait en connaissance de cause. Elle adorait par dessus tout voler avec son maître sur le dos du grand bronze. Elle se tourna vers Eirwen pour savoir ce qu’elle en pensait.





Visiter le site web du posteur
Eirwen Tümay
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 67
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 48
Race: Elfe-Neishaane
Maître: Erhali Sednereï
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 23 Fév 2017 - 00:16 Répondre en citantRevenir en haut

Eirwen sourit à la jeune fille. Elle la trouvait fraîche, agréable et ça la changeait un peu des personnes du Màr Luimë qui exprimaient rarement leurs sentiments. Ottilia était « nature » et joyeuse comme un feu follet. Elle contempla l’épée au dragon et la trouva effectivement de belle facture même si elle montrait par divers détails qu’elle était ancienne et avait beaucoup servi. Peut-être qu’elle n’en avait que plus de valeur ? Inutile d’évoquer les combats auxquels elle avait participé ou les morts qu’elle avait pu causer… Ottilia était trop fière de sa trouvaille.

Je crois que, puisque tu m’y invites, je vais déjeuner ici. Ne crois pas que je voulais te fuir, pas du tout : je ne tenais pas à te déranger, c’est tout. Il existe des personnes qui ne souhaitent pas de compagnie et je les respecte. Comme tu étais seule, j’ai pensé que tu ne désirais pas d’autre présence.

Eirwen s’installa confortablement sur un rocher plat et déballa son repas frugal : des lamelles de viande séchée parsemées d’herbes odorantes, un petit pain de seigle, des figues fraîches et une gourde d’eau. Elle commença à manger lentement en faisant un geste de la main vers sa compagne pour lui signifier qu’elle partageait avec plaisir si elle en avait envie. Pour Eirwen, les repas avaient toujours été très importants : un moment de repos, un moment de plaisir, un moment de réflexion voire de partage si l’occasion se présentait. Et puis, durant son long voyage, la nourriture était une nécessité quotidienne pour garder des forces mentales et physiques.

Tout en mangeant, elle contemplait le lac ; une eau reposante mais sombre qui devait receler des secrets dans ses profondeurs. Pourquoi ne pas imaginer des vies cachées tout au fond ? Cette idée fit sourire la neishanne curieuse de tout plus qu’elle ne l’effrayait… Ottilia restait à ses côtés mais avait de la peine à rester en place. Elle avait émis le souhait de s’essayer au tir à l’arc mais Eirwen comptait bien profiter de son repas à son rythme… mastiquant et savourant chaque bouchée lentement.

Je suis d’accord pour t’initier au tir à l’arc si tu m’apprends à faire des ricochets. Qu’en dis-tu ? C’est un bon marché, non ?

Qu’il était bon de rencontrer un être aussi enjoué et aussi simple d’abord ! Eirwen ne regrettait pas cette rencontre. Certes, elle se faisait en dehors de sa sphère du Màr, alors autant en profiter pleinement.
Eirwen se leva une fois son déjeuner terminé et remonta vers la forêt suivie de sa nouvelle amie.

Regarde ce tronc d’arbre en face de nous : ce sera notre cible. Il est vieux et bien gros… et nous n’en sommes qu’à cinquante pas. Tu vas essayer mais tout d’abord, regarde-moi et observe mes mouvements.

Eirwen prit son arc, une flèche dans son carquois dont elle introduit l’empennage dans la corde, puis elle banda l’arc la flèche vers le ciel avant de redescendre lentement vers la cible. Elle lâcha la corde d’un coup sec et la flèche alla se ficher pile au milieu du tronc de l’arbre centenaire. Elle n’y avait pas mis beaucoup de puissance, l’arbre n’en souffrirait pas.

A toi. Tu as bien vu ? Tu places la flèche, tu armes l’arc bien au-dessus de la cible, puis tu prends ton temps pour la viser et quand tu es sûre de ton coup, tu lâches tout ! Vas-y.
Ottilia Théandore
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2015
Messages: 127
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Torhille
Maître: Lordan Ventaren
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 27 Fév 2017 - 23:07 Répondre en citantRevenir en haut

La compagnie d’Eirwen au bord de ce lac était vraiment très agréable. Le fait qu’elle ait accepté de rester fit sourire Ottilia. Elle s’installa près de la demi-elfe et saliva en sentant les douces odeurs d’herbes aromatiques provenant de sa viande séchée. Sa compagne proposa de partager mais la torhille refusa poliment. Elle avait déjà bien assez mangé. La jeune fille regardait le lac lorsqu’une phrase qu’elle trouvait assez bizarre suivit d’une question la ramenant à la réalité.

« Tu veux que je t’apprenne à faire des ricochets en échange de ton savoir au tir à l’arc ? Hmmm… Oui, ça me paraît bien. Mais attention, les ricochets, c’est tout un art ! »

L’aspirante éclata de rire en prononçant sa dernière phrase. Tout un art, ce n’était rien comparé au tir à l’arc. Jeter un galet plat sur la surface de l’eau d’une certaine manière pour qu’il rebondisse n’était pas très compliqué. Enfin, elle en avait toujours fait. Peut-être que pour quelqu’un qui n’en avait jamais fait, c’était plus compliqué. Enfin, Eirwen se leva et se dirigea vers la forêt suivie de la jeune torhille. Lorsqu’elles arrivèrent, elle lui montra un arbre et passa à l’action. Ottilia observait bien comment son amie faisait et la flèche alla se ficher dans l’écorce de l’arbre. Incroyable.

« J’ai bien vu comment faire. Comme ça, ça n’a pas l’air bien compliqué, mais en pratique c’est certainement autre chose. »

L’aspirante prit l’arc et une flèche, encocha la flèche, banda l’arc et visa l’arbre, pas très sûre d’elle. Après quelques minutes de concentration, elle lâcha la corde qui, malencontreusement, frotta son bras. Heureusement pour elle, son manteau l’avait protégé du frottement, mais la flèche était partie se planter plus haut dans l’arbre et non là où elle visait. Ottilia mis sa main derrière la tête, gênée.

« Je me suis loupée. La corde ma surprise et j’ai un peu paniqué. Si tu comptes récupérer tes flèches, je peux toujours aller la chercher. Je grimpe rarement aux arbres, mais ça ne doit pas être bien difficile avec toutes ces branches. »

La torhille regardait Eirwen, honteuse de sa performance. Si son ami avait été là, il lui aurait probablement dit qu’il ne fallait pas avoir honte car il ne s’agissait que de sa première fois. Et il avait raison, comme à chaque fois. Elle se força donc à sourire et se dit, que pour une première fois, ce n’était peut-être pas si mal.

« Hum. Eirwen, je pense que tu seras peut-être aussi mauvaise avec les ricochets que moi au tir à l’arc. Enfin, je ne me sentirais pas seule comme ça. »







Dernière édition par Ottilia Théandore le Mar 21 Mar 2017 - 22:32; édité 1 fois
Visiter le site web du posteur
Eirwen Tümay
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 67
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 48
Race: Elfe-Neishaane
Maître: Erhali Sednereï
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 27 Fév 2017 - 23:51 Répondre en citantRevenir en haut

Eirwen fit la moue en voyant sa flèche perdue, trop haut pour qu’elle puisse la récupérer, mais ne voulant pas vexer son amie, elle lui sourit.

Erreur de débutante ! Ce n’est pas grave… Recommence.

Elle lui remontra en insistant sur la position des bras et des mains : il fallait que la main droite prenne appui au creux de l’épaule pour bien stabiliser le tir et surtout pour que la corde ait libre champ quand elle se détendait. Ottilia était une élève appliquée et son second tir fut beaucoup plus précis.

Tu sais, c’est comme tout, c’est une histoire d’entraînement. Plus tu tires, plus tu es juste. J’ai mis plusieurs années à me faire les dents si je puis dire sur des cibles fixes, des tirs statiques comme aujourd’hui, puis des tirs en mouvement et enfin sur des cibles mouvantes comme des lapins ou des chevreuils. C’était vital pour moi, il fallait bien que je sache me nourrir…
A toi de m’apprendre les ricochets !


Elles redescendirent vers le plan d’eau et Eirwen observa bien les mouvements d’Ottilia. Elle remarqua le déhancher du corps, la rondeur du bras lanceur, le coup de poignet et surtout l’angle de tir. Elle avait un œil expert pour cela.

Son premier lancer ne fit qu’un seul ricochet avant que la pierre plate ne sombre dans l’eau, et encore fut-il court et sans gloire. Eirwen regarda Ottilia en souriant, d’un air de dire « Tu vois, je ne fais pas bien mieux que toi ! ». Elle ramassa un second galet plat, le soupesa, prit le temps d’ébaucher son geste plusieurs fois avant de le lancer. Cette fois, le galet fit trois bonds dont le premier était mirifique !

Promis, je m’entraînerai dès que je le pourrai pour faire honneur à mon professeur.

Elles remontèrent sur les rochers et s’assirent toutes deux.

Je n’ai plus beaucoup de temps avant que le Chevalier Arnaud qui m’a permis de sortir du Màr Luimë ne revienne me chercher et je ne veux pas le faire attendre si nous voulons nous revoir… Toi, puisque je ne t’y ai jamais vue, tu dois être d’une autre famille ? Voudrais-tu m’en parler un peu ? De ton Maître, peut-être ? Tu sais, je serais bien en peine de te parler beaucoup du mien, je ne le connais pas du tout. La seule chose que je puisse en dire c’est qu’il est généreux, bienveillant et que son Lié est impressionnant… J’arrive juste…
C’est pour ça que j’ai tant besoin de quelques instants de liberté, je ne suis pas habituée à l’enf… disons à la réclusion sous un dôme de verre.
Ottilia Théandore
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2015
Messages: 127
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Torhille
Maître: Lordan Ventaren
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 22 Mar 2017 - 17:15 Répondre en citantRevenir en haut

Une erreur de débutant, ça arrivait souvent. C’était la première fois qu’Ottilia avait le loisir de tirer à l’arc. Eirwen, en bon professeur, lui montrait et expliquait comment bien se positionner. L’aspirante essaya un second tir qui fut bien mieux que le premier. Fière d’avoir réussi, elle sourit et mit sa main derrière sa tête comme pour afficher sa réussite. La demi-elfe expliqua qu’il faudrait beaucoup d’entraînement pour réussir à bien manier l’arc et qu’elle avait mis quelques années avant de pouvoir bien tirer sur des cibles en mouvement. Si cela avait été vital pour elle, la torhille ne voulait apprendre à tirer uniquement car elle savait que ça pouvait l’aider à se sortir de quelques situations difficiles. Enfin, c’était à son tour de jouer au professeur avec les ricochets. Elles redescendirent vers le lac et Ottilia montra quelles étaient les meilleures pierres pour faire de beaux ricochets et passa ensuite à l’action. Eirwen essaya son premier lancer qui sombra dans l’eau sans aucun rebonds. L’aspirante vit le sourire de son amie et laissa échapper un petit rire. *En effet, il n’y a pas que moi qui se loupe au premier coup !*

Un second galet fut projeter sur la surface l’eau et celui-ci rebondit trois fois avant de sombrer. Impressionnée par le second essai, la torhille applaudit, la joie se lisant sur son visage.

« Il est certainement plus aisé de s’entraîner à faire des ricochets que de s‘entraîner à l’arc. Les pierres, il y en a des tonnes et elles sont accessibles à tous ! Un arc… Faut-il avoir la bourse nécessaire pour s’en procurer un, ns compter les flèches. Mais j’essayerais, promis ! »

Ottilia remontait avec Eirwen et s’assit sur un des rochers. L’aspirante écouta sa nouvelle amie jusqu’au bout, sans l’interrompre. Elle était donc du Màr Luimë, et aspirante fraîchement arrivée en plus. Voila qui était intéressant. La demi-sang avait bien deviner qu’elle ne venait pas du même endroit et demander si elle voulait bien parler de son maître. Cela ne dérangeait pas l’aspirante de parler de son maître et de son lié, puisque son interlocutrice ne pouvait pas en dire grand-chose à cause de sa récente arrivée. La torhille sourit et leva la tête vers le ciel.

« Je viens du Màr Menel. C’est une magnifique cité volante. La plupart du temps les bâtiments sont de marbre et d’or. Je trouve que la vie y est vraiment agréable, malgré certains endroits assez… Particuliers on va dire ! Mon maître est quelqu’un d’incroyable. Non seulement de par son poste, mais aussi par son caractère. Il est très gentil, il me comprends, me laisse faire mes propres choix tant que ça reste raisonnable. Lors de notre première sortie, il est intervenu lorsque des personnes faisaient du grabuge et insultaient notre ordre. Après nous sommes allés faire un exercice de vol et on à trouver des pauvres personnes attaquées par des bandits. Il m’a demander si je voulait venir ou non et m’a laissé sa dague au cas où. Quant à son lié, c’est un grand bronze. Il est vraiment magnifique et, je dirais, affectueux. Il aime les caresses en tout cas ! »

Ottilia se laissa bercer par les nuage avant de reprendre avec des questions qu’elle se posait sur le Màr Luimë.

« Dit moi, c’est comment de vivre sous l’eau ? Ce doit être effrayant non ? Je me demande comment ils ont pu construire comme ça sous l’eau.»





Visiter le site web du posteur
Eirwen Tümay
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 67
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 48
Race: Elfe-Neishaane
Maître: Erhali Sednereï
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 23 Mar 2017 - 18:16 Répondre en citantRevenir en haut

C’est drôle, toi tu es dans une cité volante, dans les airs, et moi dans une cité sous-marine. C’est vraiment très différent ! Le Màr Luimë est loin d’être désagréable. Sous le Dôme, on voit les fonds marins, les animaux aquatiques, des poissons évidemment, mais aussi des méduses luminescentes, des coraux aux couleurs tendres, des algues aux chevelures ondulantes. C’est très beau et apaisant. Et puis, quand il y a des tempêtes à la surface, on voit des volutes de sable, des bulles d’air qui tourbillonnent, et on se sent à l’abri, protégé.
Même si je mets un peu de temps à m’acclimater, ce n’est pas un cauchemar ! J’ai tellement vécu libre et dans la nature terrestre que c’est surtout la proximité des autres qui me trouble et m’étouffe, davantage que le lieu lui-même. Mon Kaerl est très peuplé et ces gens qui en savent bien plus que moi sur tout me rendent timide. J’ai toujours peur de faire honte à mon Maître.


Eirwen qui n’était pas d’un naturel causant se sentait gaie et à l’aise avec cette jeune fille sensiblement de son âge et au même stade qu’elle, bien que de Kaerl différent. Elles ne se ressemblaient effectivement pas : la jolie Ottilia était plus extravertie, plus pétillante qu’elle et n’avait pas froid aux yeux d’après ses réparties et sa manière espiègle de répondre.

A par les ricochets qui ne sont pas très utiles, en quoi excelles-tu ?

Eirwen regarda le soleil commencer à descendre vers l’horizon et se fixa un point précis pour repartir. Elle ne voulait pas que le chevalier Arnaud regrette de l’avoir transportée jusqu’ici.

Moi, par exemple, par l’héritage neishan de ma mère, je possède un chant envoutant qui peut temporairement détourner l’attention de moi ou au contraire charmer, et par l’héritage elfique de mon père, je suis apte à manier l’arc et le couteau à lancer. Et puis j’ai des notions d’apothicaire que je ne tiens que de mes études assidues. Cela a suffi à me faire survivre seule pendant plusieurs années.
Aujourd’hui, je veux vraiment apprendre l’art d’élever un dragon et de le monter, de devenir Chevalière.

Et toi ?


Elle abandonna son regard gris dans l’eau et se mit à fredonner une vieille ritournelle de son enfance
Ottilia Théandore
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2015
Messages: 127
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Torhille
Maître: Lordan Ventaren
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 27 Avr 2017 - 17:09 Répondre en citantRevenir en haut

Ottilia imaginait ce cela devait-être de vivre sous les eaux avec le récits d'Eirwen. Cela devait être si beau et apaisant ! Pouvoir voir les animaux aquatiques était certainement impressionnant. L'aspirante aurait beaucoup aimé voir ces êtres magnifiques qui vivaient sans peine dans les eaux, mais vivre sur une île volante était bien mieux à son goût. La torhile ne se voyait pas du tout au fond de l'eau simplement protégée par une bulle.

"Tu sais, j'imagine bien ce que ça doit être de voir toutes ces belles choses, mais vivre dans une bulle sous les profondeurs marines ne m'enchante pas du tout. Je préfère de loin les cieux. D'ailleurs, tu n'es pas la seule à e pas avoir l'habitude de voir autant de monde. Chez moi, j'était toujours seule avec mon frère alors qu'ici, j'ai mon maître, des amis,... Enfin, je suis bien plus ouverte grâce à eux." Elle s'arrêta un instant pour repenser à son maître. Elle aussi, elle avait peur de le décevoir. "Tu sais, j'ai aussi peur de ne pas être à la hauteur, mais quand on se prend en main et qu'on fait de son mieux, on peux être sûre qu'il sera fier de nous. En tout cas, c'est ce que je crois."

La torhille s'allongea dans l'herbe pour regarder le ciel qui commençait à s'assombrir. Il était bientôt l'heure de rentrer au kaerl. L'aspirante n'avait pas envie de quitter sa nouvelle amie. Tout était si agréable ici, rien ne venait perturber la douceur du paysage. La question d'Eirwen vint briser le silence et Ottilia se relever pour s'asseoir.

"Mis à part des ricochets ? Eh bien... Je passe mon temps à casser la vaisselle en cuisine, à m'aventurer dans des endroits dangereux et j'aime me faire des entorses en plus de perdre mon amie dans un labyrinthe... Sinon, en réalité, je fais comme la plupart des aspirants. Je me prépare pour l'empreinte et je m'exerce seule au maniement de l'épée grâce à des ustensils en bois."

Le souvenir de ces mauvaises choses firent rire l'aspirante. Plus tôt, elle se lamentait sur son sort, mais maintenant, grâce à son ami, elle savait qu'elle devait absolument faire de son mieux pour se relever et faire face aux problèmes qui l'empêchaient d'avancer. Puis Eirwen exposa son savoir et les capacités dont elle avait hérité de ses parents. Ottilia avait entendu bien des choses à propos du chant des Neishaans et de l'incroyable agilité des elfes. Avoir des notions d'apothicaire n'était pas non plus négligeable, surtout lorsqu'on était livrés à soi-même. Malheureusement, la jeune Torhille avait voulu s'y essayer, mais avait finalement changer d'avis pour se tourner vers une voie plus guerrière.

"Moi ? Je suis Torhille de sang pur. Ma famille, comme beaucoup d'autres, n'approuvent pas de mêler le sang de plusieurs races. Mais je n'y vois pas d'inconvénients, au contraire, ça donne souvent des mélanges interréssants. Donc tu t'imagine bien que la seule chose hors du commun, ce soit ma force. Mon père voulait que je devienne forgeron pour reprendre sa forge, comme mon frère à rejoint la garde d'Asinien. Par chance, un dragon m'a emmené avec lui. Depuis, je rêve d'avoir ma propre liée, pouvoir m'occuper d'elle, la voir grandir et tant d'autres choses. Il paraît que se lier, c'est comme rencontrer sa moitié d'âme. Celle dont on avait besoin et que l'on cherche depuis tout ce temps. Ce doit être merveilleux d'avoir un ami si proche avec lequel nous avons une grande complicité et une entière confiance. C'est un être sur lequel ont peut compter. Enfin, c'est ce qu'on m'a dit."

Ottilia se mit à rêver en entendant Eirwen fredonner. C'était agréable et l'aspirante se détendit en attendant l'heure du départ.





Visiter le site web du posteur
Eirwen Tümay
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 67
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 48
Race: Elfe-Neishaane
Maître: Erhali Sednereï
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 30 Avr 2017 - 12:32 Répondre en citantRevenir en haut

Eirwen éclata d’un rire joyeux en entendant le récit des bêtises d’Ottilia. Elle imaginait bien les scènes et cela collait bien avec l’image de feu follet qu’elle s’était faite de la Torhille. Elle ne se souvenait pas qu’elle ait fait des bêtises. Elle, quand elle s’y mettait, c’était rare, mais plus grave comme transgresser les lois pour conserver sa liberté. Rien à voir avec la bagatelle de briser une assiette. Mais elle ne dit mot et continua à fredonner.

Ensuite, son amie aborda le sujet des « sangs-mêlés » et son chant mourut sur ses lèvres, son sourire s’estompa et ses yeux devinrent de glace.

J’ai beaucoup souffert dans mon enfance de cette double appartenance. Ma mère, Neishaane, tenait à ce que mes oreilles ne soient jamais visibles et j’ai cru longtemps qu’elle avait honte de moi. Mon père était absent pour la même raison. C’était une grande souffrance pour la petite fille que j’étais et je provoquais constamment ma mère à la maison pour lui faire accepter ce que j’étais. Ce n’était pas de ma faute et je ne comprenais pas.
Plus tard, quand j’ai commencé mon itinérance pour retrouver mon père, j’ai compris que des gens n’acceptaient pas le mélange de sangs que je représentais. Cela m’a encore plus engagée à me faire accepter telle que j’étais et je te sais gré, mon amie, de n’avoir pas de préjugé à mon égard.


Ottilia lui raconta ensuite qu’elle attendait l’Empreinte avec impatience et qu’elle s’entraînait pour…

Tu as de la chance ! Il est vrai que je ne suis pas entrée au Màr Luimë depuis très longtemps et que mon Maître me laisse du temps pour m’adapter mais j’ai hâte de commencer mon entraînement à mon tour. J’ai été témoin comme toi certainement de la fameuse osmose entre le Chevalier et son Dragon lié, et j’admire cette relation à la fois optimale et bienveillante. La fidélité a l’air d’être un grand principe de cette liaison et j’avoue que moi aussi, j’aimerai la connaître un jour si j’en suis digne.

Eirwen était toujours assise auprès et son amie et elle regardait le soleil rougissant qui rejoignait lentement l’eau et l’horizon…

Il faut que je rejoigne le Chevalier qui a consenti à transgresser les lois du Kaerl pour me permettre de m’évader un peu et de te rencontrer. Comment pourrions-nous communiquer pour nous revoir ? Je ne pense pas qu’il y ait un moyen… Alors disons que je reviendrai exactement dans 7 jours. Si tu en as la possibilité, cela me ferai vraiment plaisir de parler encore avec toi. Nous avons encore plein de choses à nous raconter !

Eirwen se leva en étreignant la main de son amie et prit le chemin du retour d’une marche rapide. Il n’était pas question qu’elle fasse attendre le Chevalier Arnault, ni qu’elle se retrouve piégée dans ce lieu. Rien ne serait plus dramatique.
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:49 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu