Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Le Bâton d'Haskèl Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 14 Déc 2016 - 01:23 Répondre en citantRevenir en haut

Ouranosku 918


La vie ne m’avait jamais parue aussi compliquée. Ces dernières semaines, j’avais prié tous les dieux possibles et dont je me rappelai les noms en espérant que tout aille bien. Que tout redevienne comme avant. Je n’avais pas bataillé pour être intégré dans l’Ordre Draconique Neutre pour en être réduit à ce rôle ridicule. Qu’importaient mes détestables origines et celles de mon dragon, rendues publiques depuis les élections ; qu’importaient les rumeurs sur mes inaptitudes martiales éclipsant totalement mon geste héroïque dans l’infirmerie ou ma participation aux négociations entre Engloutis et Ardents ; qu’importaient les persiflages des envieux ou des fermés d’esprit sur ma maigre utilité au service du Kaerl… Elérion et moi n’avions pas fait tout ce chemin pour être relégués au rang d’histoires déjà oublié. J’avais fait une promesse à l’ancienne Dame Al’Ysiria : celle de mériter ma place au sein de mon nouveau foyer. Je comptais la tenir. Je le voulais plus que tout au monde.

Ces dernières semaines ressemblaient à un enfer. Le corps d’élite des Crocs d’Argent avait rejeté ma candidature. L’amitié d’Elérion avec tous les rebuts du Màr Luimë – la malheureuse Aspirante délaissée Alrüne, la nouvelle Chevalière Argentée Andaranielle qui me paraissait toujours aussi folle même après son rétablissement – faisait peser sur nous la critique acerbe de toutes les bonnes gens bien pensantes. Je peinais à trouver ma place dans le système. Personne ne semblait me faire confiance, même après tout ce que j’avais fait pour aider le Kaerl, pour ses habitants, y compris risquer ma vie. L’épisode de la Marque Noire n’étant pas si lointain, je me surprenais encore parfois à gratter pensivement la paume de ma main, là où s’était étalé l’ignoble maléfice de l’Ombremage.

J’étais vivant. Nous étions vivants. Elérion et moi avions survécu aux comploteurs et aux assassins du Màr Tàralöm, sans compter la furie de sa propre mère. Nous avions guéris de nos blessures, de nos deuils, gagné notre place parmi les Engloutis en participant, dans l’ombre des vrais héros, à des actions d’éclats, de grandes batailles. Nous avions vécu des querelles politiques et d’autres beaucoup personnelles qu’il avait fallu surmonter, même entre nous. Après tout ce que nous avions traversé… Il était hors de question de renoncer à nos rêves.

Mon plus beau rêve, ces dernières semaines, concernait Javerth Seram. Le Seigneur du Màr Luimë. Je me plaisais à l’imaginer en train de se noyer dans son bain de pieds, ou se ridiculiser en marchant sur sa toge au sortir d’une réunion. Mieux encore : je fantasmais son abdication dans la honte et sous le regard méprisant de tous les habitants. C’était une merveilleuse vision.
Je désirais ardemment la voir se réaliser.

La forteresse du Delta du Cenedril se dressait sous nos yeux ébahis. Ou plutôt : mes yeux ébahis. Elérion ne laissait rien filtrer de son étonnement, si tant est que ce spectacle l’impressionne. A l’époque où nous vivions encore chez les Ardents, je rôdai autour de cet endroit en espérant m’y tailler une place à coup de hache ou de quelque arme tranchante, pour me faire respecter et accepter par mes pairs. Je n’étais qu’un idiot, qui maniait l’épée comme on le ferait d’un balai… Ce qui n’avait malheureusement guère changé après toutes ces années. Elérion disait que j’avais la fureur du guerrier en moi mais que je ne savais pas l’utiliser. Facile à dire. Mon Bronze, sous sa forme la plus naturelle, paraissait bien plus dangereux et apte à se défendre que si j’avais pu être cuirassé et armé aussi bien que possible. La dernière mission donnée par la Kaerl – pour m’occuper, pour m’éloigner, pour occulter la vérité ! – consistait à prendre soin de la petite colonie de lézards de feu qui avait élu domicile dans une niche rocheuse, au milieu des marais, non loin du fort. Ces bestioles m’agaçaient. Elles me mordaient lorsque je voulais le caresser ou vérifier si elles n’étaient pas blessées. Ce n’était pas une mission digne de moi !

Elérion m’exhortait la patience, le contrôle de soi, pour donner le change face aux grands maîtres de l’Ordre. Les hautes sphères du pouvoir se méfiaient de nous. Il était inutile d’ajouter des griefs à notre encontre. Ce serait satisfaire leur besoin de trouver des boucs-émissaires. Le Seigneur était le vrai responsable, j’en étais certain. Traditionnaliste pur, hypocrite et beau parleur, il ressemblait à ces vieux maîtres du Màr Tàralöm qui, malgré le fait d’avoir été mis à la retraite et celui d’avoir perdu toutes leurs dents, pensaient encore jouer un rôle majeur dans la politique de leur nation. Ils se croyaient indispensables alors que tout le monde n’avait qu’une envie : les oublier. Et moi, Galaad Lucis, Chevalier Englouti, on essayait de me mettre à l’écart. Le Seigneur Seram sentait sans doute mon hostilité à son égard. Cela expliquait cette envie de me mettre au placard. Aucun risque que cela fonctionne : on ne venait pas à bout d’un duo tel que le nôtre.

° Tu es sûr que la sénatrice va venir aujourd’hui ? Comment as-tu su pour ses entraînements quotidiens, d’ailleurs ?
Sa Liée est très loquace.
D’accord, je ne veux pas savoir… La voilà ! °


Difficile de cacher un colosse de cuivre sur une si petite route rocailleuse. Heureusement, notre présence pouvait s’expliquer par notre mission avec les lézards de feu. Je n’avais donc pas à feindre la fuite. Une Verte vint se poser devant les portes du fort. Une grande femme aux oreilles pointues en descendit d’un pas martial bien qu’élégant. Un sac de cuir jeté sur son épaule, elle franchit les grandes portes à double battant, grandes ouvertes, lesquelles donnaient sur une arène envahie de mousse, tout en saluant les combattants déjà sur place. La dragonne s’éloigna pour profiter d’une sieste au soleil. Il était temps d’agir.

° Fais le guet. Tu connais le plan.
Sois prudent. N’use de tes pouvoirs qu’en cas d’absolue nécessité.
Je sais ce que je dois faire. Contente-toi de suivre le plan. °


Elérion n’ajouta rien de plus, cependant je pouvais sentir sa désapprobation. Grand bien lui fasse, de considérer toutes les options les plus farfelues de cette opération ! J’avais déjà pris ma décision. C’était un très bon plan. Il allait réussir. Je resserrai machinalement la sangle de mon sac, vérifiai que ma dague se trouvait bien à ma ceinture, jetai un dernier regard au dragon qui partageait mon âme. Je regardai les portes de la forteresse. Bon, en avant, dans ce cas.

Je franchis le seuil d’un pas d’abord hésitant puis plus rapide. Je pris rapidement la direction d’une partie de l’arène où il y avait peu de monde et m’assit sur un banc de pierre en faisant mine d’admirer la technique d’un Céleste face à un Sans-Don. Aucun intérêt, principalement parce que je n’y connaissais rien. Mon regard fut attiré par la sénatrice. En grande discussion avec un vieux guerrier, peut-être un vétéran de la Grande Guerre des Ordres, elle fouillait son sac. Finalement, le vétéran l’arrêta d’un geste, rit aux éclats et la poussa à venir combattre avant de discuter. Bien que d’abord réticente, l’elfe suivit son entraîneur du jour. L’escarcelle resta en arrière, avec les affaires du guerrier. Je retins un sourire soulagé. Parfait. Il était temps pour moi de disparaître. Un fourmillement caractéristique parcourut mes membres alors que je me concentrai sur mon image. Mon pouvoir se réveillait. Je m’apprêtai à effacer ma présence, devenir invisible jusqu’à ce que j’identifie un mouvement du coin de l’œil. Je regardai de plus près et perdis aussitôt ma concentration. Mon pouvoir s’éteignit.

Mais ce ne serait pas… Non, impossible… Sasha ?!



Visiter le site web du posteurMSN
Publicité





MessagePosté le: Mer 14 Déc 2016 - 01:23 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 113
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 50
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 15 Jan 2017 - 17:32 Répondre en citantRevenir en haut

La torpeur de l'été avait laissé place aux frimas d'un automne naissant.

Sasha creusait la terre sablonneuse de l'arène avec la pointe d'un coutelas ébréché emprunté au râtelier d'entraînement, l'air morose.
Maury avait décidé que l'automne serait consacrée à l'entraînement martial et depuis presque trois semaines, elle déposait son Aspirant au Delta et s’éclipsait en hâte, ne revenant le chercher qu'à la tombée du soir, les traits alourdis par quelque tracas dont elle ne disait rien.
Il faut dire que depuis l’élection de Jarveth Seram à la tête du Kaërl, la Cité Engloutie était en émoi face à la multiplication des controverses et la montée des tensions parmi les Neutres. Ce nouveau cacique, rigoriste pour les uns, accompli pour les autres, avait grandement renforcé la sécurité Màr Luimë , rendant l'accès à toute personne extérieure extrêmement compliqué et scrupuleusement surveillé. L'Agora avait dès lors pris triste mine, désertée par les commerçants découragés, battue par des Neutres au front soucieux et des patrouilles de miliciens au visage dur, guindés dans leurs armures d'argent et de nacre.
Le Septon avait depuis longtemps déserté les auberges durant ses jours de repos, lassé par la politique de comptoir qui y sévissait en échanges animés autour des choppes pleines. Même le calme des Bains Céruléens et de la Flèche du Cadastre était sans cesse troublé par les vifs chuchotements de quelques citoyens soucieux...Ce qui irritait Sasha au plus haut point.

Le trentenaire s'était toujours dit apolitique : sa culture Septonne , sa vie de vagabond et de marin avaient servi en ce sens. Lorsqu'on voyage de terres en terres et de mers en mers, on ne s'attache pas à la politique locale et on y contribue encore moins.

- L'équation est simple. La politique, c'est les gens. Apprends à connaître les gens et tu sauras tout des arcanes et des rouages du pouvoir
. inférait-il, l'air confiant, auprès de ceux qui questionnaient sa neutralité.

Or, il fallait bien se rendre à l'évidence, il était désormais sédentaire et lui-même citoyen à part entière de cette étrange cité .

- Peuh... Ou pas ? songea-t-il alors qu'un rictus amer tordait ses traits. Je n'ai pas été "appelé" lors de l'Empreinte qui a eu lieu le mois dernier, aucun Dragon n'a voulu de moi... C'est à se demander si cette destinée grandiloquente dont Maury me contait les merveilles est vraiment la mienne.

Le souvenir blessant de ce matin clair de Néharaku était encore frais dans son esprit. Accoudé à l'étroite fenêtre de sa chambre, il avait regardé la cohorte d'Aspirants exaltés se diriger vers la Sphère des Naissances, ouvrant désespérément son esprit dans l'espoir d'entendre l'appel d'un Saurien légendaire... Mais le silence était resté son seul compagnon.

- Un comble lorsqu'on pense que depuis mon arrivée sur Tol Orëa, je capte toutes les satanées ondes spectrales, magiques et télépathiques qui passent... grommela-t-il dans sa barbe. Tout cela n'a vraiment aucun sens ! J'ai passé tellement d'années de ma vie à chercher cet endroit, poussé par une force incoercible, une intuition familière... Pourquoi suis-je resté à l'écart de cette Empreinte ? Me suis-je donc fourvoyé à ce point ? Tout ce que j'ai laissé derrière moi...

Un spasme de tristesse et mélancolie le pris soudain à la gorge. Il soupira et se frotta vigoureusement le visage de ses paumes tannées. Sasha n'était guère homme à se languir, mais on ne pouvait décemment pas être rigolard et nonchalant toute sa vie. Depuis un mois, ce tenace sentiment d'échec lié à l'Empreinte le ramenait inlassablement aux sacrifices accomplis pour y arriver... Les souvenirs de sa vie de boucanier, Mikaal, Les Chiens de Mer...Et quelque part sur le Rhaëg, sa soeur Layla ...

- Bon, tu te morfonds là mon vieux. Haut les cœurs ! La journée est encore longue jusqu'au retour de Maury et N'ophora.

Inspirant vivement par le nez, il se redressa d'un élan dynamique et parcourut l'arène du regard à la recherche de son prochain adversaire. Néanmoins, c'est tout autre chose qui attira son regard : Dans un coin reclus, un silhouette familière assise sur un banc à l'écart scintillait étrangement, comme sur le point de ...disparaître ?! En quelques pas, l'Aspirant fut au plus près de cet évènement étrange et sa stupeur se fit encore plus grande lorsqu'il reconnu son compatriote Neutre, le Chevalier Galaad Lucis.

- Mais ... Que diable...?!

Grandement concentré, le Neishaan sembla tout d'abord ne pas remarquer sa présence alors que son corps continuait de s'effacer progressivement dans l'éther, n'y laissant qu'un discret scintillement opalin. Puis il cilla ... et se retourna d'un bond vers lui, blême et ahuri, ayant retrouvé consistance en un éclair comme si tout cela n'avait été qu'illusion. Il y eu un silence ... Puis Sasha éclata de rire et se laissa tomber sur le banc à ses côtés.

- Eh bien, qu'est-ce que c'était que ça ?! s'esclaffa-t-il, hilare. Tu m'a caché tes talents de prestidigitateur , dis moi ! Sasha enfonça un index inquisiteur dans la joue droite du Neishaan, puis dans son épaule. Mhh, impressionnant ! Comment fais-tu ? C'est l'effet d'un jeu de miroirs ? D'une potion ? Ou peut être est-ce un talent inhérent aux gens de ta race ? Rictus taquin. Je parie que tu t'es déjà servi de ce pouvoir à des fins peu recommandables héhé. J'avoue que si j'avais ce talent ...

Son esprit dériva un instant en des lieux où il n'avait rien à faire, puis il revint à l'instant présent.

- Eh bien, voilà un moment qu'on ne s'était revus , on ne te voit plus trop au Kaërl. Que fais-tu donc ici ?

Il n'y avait qu'à observer le Chevalier pour deviner que l'enthousiasme des retrouvailles n'était guère partagé mais Sasha n'en avait cure. Rencontrer Galaad de nouveau, c'était peut être l'occasion de s'embarquer dans une aventure improbable. L'Aspirant avait besoin d'une bonne dose d'adrénaline et de nouveauté pour s'extirper de la morosité qui le tenaillait depuis un mois.



Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 7 Fév 2017 - 00:53 Répondre en citantRevenir en haut

Je ne bougeai pas tandis que Sasha s’approchait, pas plus que lorsqu’il enfonça son doigt dans ma joue et mon épaule, ou qu’il éclata de rire. Je ne parvenais pas à remuer un seul muscle. Je ne m’attendais pas à revoir Sasha, ici ou ailleurs, pas même au Kaerl. Je pensais lui avoir fait suffisamment mauvaise impression pour le dissuader d’essayer de nouer une amitié avec moi. A moins qu’il ne préférât – naturellement – la compagnie d’Elérion. Tout le monde préférait Elérion. Il ne se montrait pas plus sociable que moi mais assurément plus gentil – selon les critères d’autrui.

J’esquissai un sourire gêné aux boutades de l’ondin. Bien que je l’admettrai jamais – et certainement pas devant le principal concerné -, j’étais content de le revoir. Tant de gens m’évitaient ces derniers temps. Tant de tracas me tenaient éloignés de mes rares connaissances amicales. Comprendre : celles et ceux qui ne veulent pas m’utiliser pour leurs desseins ou juste se moquer de moi. Une bienheureuse chaleur m’envahit comme quelqu’un, pas si inconnu que ça, prenait la peine de s’asseoir sur le même banc que moi, en faisant fi des rumeurs ou de ma réputation. Si peu semblaient capables de le faire. Je n’avais plus de nouvelles ni d’Alrüne. Quant à Amaélis, elle avait ses propres problèmes à régler : de son statut controversé de Maître à son combat contre ses propres démons. Je ne pouvais pas grand-chose pour l’aider. Je n’aurais fait que l’entraver, l’empêcher d’avancer… J’étais plus utile à l’écart, pour l’instant. Tristement, je me dis que j’avais bien besoin d’un ami en ce moment. Alors pourquoi pas Sasha, cet Aspirant un fou qui rit aussi fort qu’une baleine ? Lui au moins ne me fuyait pas !

- Effectivement, ça faisait longtemps… Tu ne me manquais pas ! grinçai-je en ayant l’air aussi crédible que possible.

Je vérifiai rapidement que personne ne nous dévisageait avec trop d’insistance. Mon but n’était pas d’attirer l’attention, pour une fois. Il me fallait jouer la carte de la discrétion, de la fourberie, pour mener à bien mon plan. Sinon, tout serait à recommencer. Je n’étais pas fait pour les stratégies trop élaborées. Si ce plan-là tombeau à l’eau… Je ne savais plus quoi faire.

° Tu as de la compagnie, à ce que j’entends.
Sans rire ! Continue de faire le guet. Je maîtrise la situation. °


Je rendis un regard amusé à mon hilare compagnon. Je savais exactement à quoi il avait pensé. Et même si j’avoue ne pas avoir tenté quelques actions de ce genre – je devrais y penser à l’avenir -, je pouvais bien le laisser imaginer tout ce qu’il veut. Ce serait mon cadeau de retrouvailles.

- Si tu savais tout ce que j’peux faire quand je deviens invisible… J’évite juste de le faire trop souvent. C’est fatiguant et je préfère rester discret là-dessus. J’sais pas comment ça marche : je me concentre et c’est tout. A ma connaissance, j’dois être le seul à posséder ce don. T’imagines si les grands maîtres de l’Ordre savaient ça ? Hors de question de leur donner une autre occasion de se servir de moi !

L’amertume me revint en bouche. Cette vieille compagne qu’est l’envie excitait à nouveau mes mauvais penchants pour la colère et l’orgueil.

- J’suis pas vraiment en odeur de sainteté au Kaerl. Je crois que le Seigneur m’aime pas. J’m’entraîne ici de temps à autres. Sinon j’vis de petits boulots. Qu’est-ce que tu fais là, toi ? Tu devrais pas traîner avec moi, j’vais t’attirer des ennuis…

Du coin de l’œil, je surveillais régulièrement où en était la sénatrice. Et son sac.



Visiter le site web du posteurMSN
Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 113
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 50
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 19 Mar 2017 - 18:09 Répondre en citantRevenir en haut

Le temps n'avait point adouci le côté tranchant du Neishaan, ni son apparente fébrilité. Sasha ne manqua pas de remarquer les coups d'oeil spasmodiques jetés aux alentours, alors que ce dernier détaillait l'usage de son don. L'Aspirant ne s'en formalisa pas : à leur première rencontre déjà, Galaad était  une boule de nerfs au paroxysme de la frustration et de la rage. Néanmoins, il semblait cette fois-ci qu'il n'allait point se mettre à hurler au milieu de l'Arène comme un damné, ni tourner comme un fauve en cage, il semblait au contraire s'assurer qu'on ne les remarque point.

- J’suis pas vraiment en odeur de sainteté au Kaerl. Je crois que le Seigneur m’aime pas. glissa le Neishaan, suspicieux.

Sasha se prit également à observer les alentours en quête de quelques sbires du pouvoir, qu'il ne vit pas. Il balaya d'un geste désinvolte les propos du Chevalier quand celui assura que sa compagnie allait lui apporter des problèmes.

- J'ai été corsaire une partie de ma Vie, les « ennuis » font partie de mon lot quotidien...Enfin, beaucoup moins depuis que j'ai échoué ici , il faut dire. Il gratouilla sa barbe de trois jours d'un air songeur. Je ne suis pas vraiment au fait des intrigues politiques liées au Kaërl, ni de la réputation de ce nouveau dirigeant. A vrai dire , je pense qu'être « Neutre » m'alloue le droit de me foutre de tout cela comme de ma première paire de sandales, et c'est bien ainsi.

Le Neishaan demandait des nouvelles. Sasha décida ne point évoquer son échec cuisant à la dernière Empreinte, ni la crise existentielle qui en avait découlé. Autant se mettre au niveau de son interlocuteur en échangeant avec parcimonie, après tout , il devenait évident que ni l'un ni l'autre n'étaient là pour bavasser.

- Ce que je fais ici ? Eh bien, des trucs d'Aspirant faut croire. Maury à décidé d'entamer mon entraînement martial et cela fait bientôt trois semaines que je passe mes après-midi à la Forteresse à jouxter contre des inconnus avec de vieilles rapières ébréchées, une armure de cuir bouilli puant la transpiration de trois générations sur le dos.


Le Septon s'étira pour dénouer ses muscles endoloris, comme pour se décharger de la lassitude de ces interminables entraînements. C'était le moment de lancer l'amorce pour ferrer le gros poisson. Son regard aigue-marine s'aiguisa sous la malice et glissa subrepticement sur son voisin, alors qu'un sourire entendu étirait ses lèvres ciselées :

-Eh, Galaad… petite pause calculée pour l'effet de suspense. T'aurais pas une idée pour nous tirer de là ? Maury ne reviendra pas avant le crépuscule et les alentours du Delta ont l'air bien plus fascinants que cette foutue arène… Je suis coincé ici , mais toi tu as un Dragon. Et si on allait faire une p'tite ballade ?



Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 20 Avr 2017 - 17:46 Répondre en citantRevenir en haut

Sasha m’était sympathique. Plus que la plupart des habitants du Kaerl. Son franc parlé, son regard critique et sa décontraction, celle du baroudeur qui a l’habitude de collectionner les ennuis sans pour autant s’enliser dedans, me plaisaient. En temps ordinaire, j’aurais accepté sans hésiter sa proposition. Abandonner ma mission de surveillance des nids de lézards de feu du Delta ? Aucun problème ! Elérion bouderait, car selon lui, la désobéissance entraînait autant de problèmes que son inverse mais il serait content de voler.

Cependant, aujourd’hui, Sasha contrariait mes plans. La sénatrice continuait de faire quelques passes d’armes avec le vétéran, un peu plus loin. Son sac sans surveillance attirait mon regard. Il me le fallait. Je n’avais pas malhabilement espionné cette elfe de politique pendant des jours pour rien ! Sasha, empêtré dans ses bonnes intentions, risquait de me retarder.

- Moi aussi je m’en fous comme de ma première paire de sandales… Seulement, les hautes sphères du Kaerl s’en foutent pas, elles. J’suis Chevalier et pas n’importe qui ! Ce serait bête de s’attirer des ennuis pour pas grand-chose, hein ?

Je soutins difficilement le regard de l’Aspirant avant de lui glisser un coup d’œil par en-dessous. Tant qu’à aimer mes problèmes et les attirer, je pouvais peut-être utiliser cette nouvelle ressource. Sasha avait l’air d’avoir de l’expérience, bien plus que moi, en matière de combat… De tout, en fait. Je pouvais en profiter. Sasha n’était pas un ennemi. Il n’était pas un ami non plus. Pas encore, était prêt à me susurrer mon Lié. Il pouvait en revanche devenir un allié. S’il se moquait de la politique, moi aussi. Seule la vengeance m’intéressait pour l’instant.

- Ça me ferait plaisir de partir en balade avec toi mais... J’suis en mission secrète.

Un souffle accusateur m’envahit, m’avertissait de l’incursion d’Elérion dans mon esprit.

° Galaad…
Un petit mensonge n’a jamais fait de mal.
Tu ne devrais pas…
Un tout petit mensonge ! °

Le dragon se renfrogna, vexé que j’accorde si peu d’attentions à ses conseils. Je me retins de hausser les épaules. Je fixai mon attention sur Sasha avec un air grave, de conspirateur sûr de son fait.

- Je dois récupérer une relique dangereuse. Une arme que transporte une Maîtresse Engloutie sans savoir quel danger elle court ! J’ai pour mission de lui dérober l’objet et de le détruire. Ça me permettra de remonter en grâce aux yeux du Seigneur. Pas parce que j’attache de l’importance à la politique ! Mais parce que j’veux qu’on me laisse tranquille et qu’on arrête de me regarder de travers partout où j’passe.

Je laissai planer un bref silence. J’avais capté l’attention de Sasha, son imagination, son envie d’aventure. Ou en tout cas, je l’espérais. Je baissai la voix en ajoutant :

- Tu peux m’aider ?


HRP : Pardon pour le retard T_T



Visiter le site web du posteurMSN
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:10 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu