Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Premières découvertes Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Eirwen Tümay
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 92
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 66
Race: Elfe-Neishaane
Maître: Lokni Ceallaigh
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 11 Déc 2016 - 15:31 Répondre en citantRevenir en haut

20ème jour d’Ourasnosku


Je venais tout juste d’être déposée par mon père et son dragon Llorn sur l’île secrète dont il m’avait peu parlé, Tol Orëa. Effectivement, sans un dragon pour la voir du ciel, personne ne pouvait déceler ce continent embrumé vu des côtes. Il ne se dévoilait que petit à petit, comme une jeune mariée timide… Nous n’avions parlé que quelques jours ensemble, je venais de le retrouver et il faut avouer que nous avions davantage évoqué les années où nous nous étions perdus de vue que l’avenir. Cela m'allait très bien : mon avenir, je voulais le forger.

Il avait le Don, celui de communiquer par la pensée avec Llorn et ce dragon avait décelé en moi le même Don. Toujours est-il que grâce à ce « laissez-passer » quelque peu obscur pour moi, il s’était autorisé à me révéler l’existence de ce continent et à m’y emmener en un long vol. Il avait compris au cours de nos discussions, de par mon caractère et mes qualités, que je devais faire partie d’un certain Màr mais je n’étais pas tout à fait prête à l’intégrer. Je voulais prolonger un peu mon errance et satisfaire ma curiosité insatiable.
Aussi m’avait-il déposée non loin de l’entrée de Lòmëanor.


Maintenant, j’y étais seule et je savais que j’avais mes preuves à faire en cet endroit.

Tout en marchant sur le chemin qui remontait vers la forteresse et l’entrée de ce que j’imaginais être une ville, je fredonnais doucement l’air des feuilles dans le vent, ponctué par quelques trilles d’oiseaux. Grâce à ce chant, les gens que je croisais levaient la tête, heureux de respirer et ne faisaient pas attention à moi, comme si je n’existais pas. Cela m’arrangeait bien. J’éprouvais une certaine appréhension à me dévoiler avant d’avoir pris mes repères sur ce territoire inconnu.

Les petits groupes que je croisais ou qui me dépassaient sur le chemin étaient cosmopolites, composés de toutes les races, de toutes les cultures. Je pensais alors que mon père avait sûrement raison, je ne subirais peut-être pas l’ostracisme cruellement vécu sur Vaendark, ma terre natale.
En effet, ma double appartenance Neishanne et Elfique, à une exception près, ne m’avait valu que des souffrances, des déboires et des chagrins.


J’avais chaud et soif. Pourtant, en ce 20ème jour d’Ourasnosku, on pouvait sentir l’hiver approcher. Mais j’étais tellement habituée à vivre dans mes neiges éternelles de l’Andram que ma pelisse, sur Tol Orëa était bien trop chaude et pesante. La marche m’avait fait transpirer (chose très rare pour moi) et j’entrepris de me défaire de mon barda pour enlever mon manteau et être ainsi plus à l’aise. Se faisant, je cherchais un point d’eau des yeux et j’en oubliais de chanter…

Je redevins visible de tous sans y prendre garde.

La fontaine au centre de la place me fit comme un signe joyeux, le chant de l’eau glougloutant en retombant dans la vasque m’interpella et je m’y précipitais pour boire tout mon saoul.

*Hummm… quel délice ! Rien ne vaut une eau bien pure et fraîche quand l’air et la poussière picotent la gorge ! Même la neige fondue n'a pas cette saveur.*

Appuyée sur les rebords en marbre de la fontaine, je tournais le dos à mes contemporains et ne vis pas venir celui qui allait me toucher l’épaule…
Publicité





MessagePosté le: Dim 11 Déc 2016 - 15:31 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Eilon Sednereï
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2016
Messages: 15
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 12
Race: Ondin
Maître: Folken Krienh
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 11 Déc 2016 - 19:12 Répondre en citantRevenir en haut

***
***

***
***
Erhali Sednereï
&
*******
Le Brun Sobeêk


*Je ne suis pas d’accord avec toi, tu devrais rester concentré sur les affaires. Tu es le seul qui connaisse le véritable visage du Conseil et tu préfères t’éloigner du Sénat ? *
*Ne sois pas si consterné. Ne vois-tu pas qu’on nous prête la sagesse des vieux marbres qui entourent l’Agora. *
*Tu n’es plus si jeune… *
*Tu n’es pas si vieux mon frère, je vais te le prouver. *

Le lien était une relation étroite où les âmes s’embrassaient parfois depuis si longtemps que le dragon se perdait dans le coeur d’un bipède et que l’homme se sentait invincible telle une bête. Le duo s’ouvrait à une nouvelle perspective et il n’était pas encore parfaitement accordé. Erhali était un homme très respecté dont le siège de Sénateur était bientôt inscrit dans l’usage tant il avait œuvré pour les engloutis mais l’évolution de son propre fils lui fit réaliser que la nouvelle génération aussi avait besoin de lui. On attendait de lui seulement la maîtrise des textes antiques et compliqués mais comment oublier le vaillant soldat qui avait traversé la Grande guerre ? Sobeêk avait pris goût pour la politique. Ce qui était l’occupation des bipèdes, le saurien en avait décortiqué quelques saveurs et considérait l’instrument de la loi dangereuse et puissante.

Aussi, le Brun eut du mal à comprendre l’envie de son lié de se rendre aux bureaux des affectations pour faire inscrire leurs noms dans la liste des triades prêtes à recevoir un aspirant. Ils n’avaient eu qu’un seul aspirant et cela remontait à un moment. La politique avait occulté leur envie du terrain durant près de quinze années. Est-ce le retour de son fils qui l’eut engagé à se remettre sur la voie de la transmission directe plutôt que la sauvegarde du Ministère?

En cette journée d’Ouranosku, c’est dans son bureau qu’on vint le trouver afin de lui confier un pli scellé. Sans plus attendre, il ôta le petit bouton de cire et bondit lorsqu’il eut fini de le parcourir.

*C’est notre heure !!! *

L’ondin avait fait preuve d’un rare enthousiasme au milieu de son travail quotidien ce qui attisa la curiosité de sa moitié.

*Notre aspirante Sobeêk ! Il nous faut la trouver. Il est dit qu’elle fut déposée par un Chevalier en place de Lòmëanor. *
*Ton cœur s’emballe vieil homme, tu n’es plus l’étalon que tu fus lorsque je t’ai rencontré. *
*Demande donc à ma femme. *

Les rires étouffés accompagnèrent les deux acolytes alors qu’ils se retrouvèrent aux abords de la Grande place. Erhali était fort de son assurance d’antan, paré à affronter le monde et à recueillir sa protégée.

Il ne leur fallut pas longtemps pour atteindre la ville. L’air frais de saison était revigorant. Le Maître ajusta sa cape. D’une très haute confection, il était difficile de ne pas deviner quel homme puissant il était sous ce velours d’un bleu profond garni de fils d’or. Pourtant son regard, bien que perçant, caressait le monde avec une étrange douceur. Il était fort, mais il n’était pas dénué de douceur. L’ondin remonta une des grandes rues, Sobeêk à ses côtés sous la forme d’un homme qui aurait pu être son frère, le teint pâle mais le regard insaisissable. Le saurien désigna la frêle silhouette aux abords de la fontaine. Erhali s’approcha, mais ce fut Sobeêk qui posa la main sur l’épaule de la jeune fille. L’ondin accorda un regard sévère à son lié, il le trouvait fort cavalier.

Lorsqu’elle se retourna, Le Maître s’inclina, imité par son lié.

-Je suis en quête de Dame Tümay, serais-je au bon endroit ?

Il se redressa lentement, lui offrant l’occasion de mieux cerner son interlocuteur et lui sourit cordialement.

-Maître Sednereï du Màr Luimë.

Sobeêk prit un air presque séduisant sans qu’il ne le fasse exprès, son magnétisme magique agissant malgré lui.

-Maître Sobeêk le Brun.




Eirwen Tümay
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 92
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 66
Race: Elfe-Neishaane
Maître: Lokni Ceallaigh
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 11 Déc 2016 - 20:52 Répondre en citantRevenir en haut

Oh…

J’avais sursauté légèrement au contact de la main sur mon épaule. Je ne m’attendais pas à être abordée par quelqu’un si rapidement à Lòmëanor. C’est alors que je m’aperçus que je ne chantais plus depuis plusieurs minutes, toute centrée sur mon envie de me désaltérer et de profiter de ce nouvel endroit à découvrir, et donc que j’étais parfaitement visible de tous, sans mon bouclier musical.

Quand je me retournai vivement, je me trouvais en face de deux hommes. Le premier qui se présenta à moi sous le nom de Maître Sednereï paraissait de belle prestance, dans l’âge le plus séduisant pour un homme, le teint hâlé, les cheveux presque blancs et coiffés de manière soignée, les yeux… ah les yeux… très pâles sans être durs.
Je me sentis vaciller sous son regard bienveillant qui aimantait le mien.
Le second, qui se présenta sous le nom de Maître Sobeêk, lui ressemblait vaguement mais il avait le teint plus pâle et les yeux plus chaleureux et malicieux. Tous deux étaient vêtus de riches étoffes dénotant leur rang élevé.

Je suis Eirwen Tümay, oui. Je m’inclinai à son tour.

Je n’avais pas pu reprendre le terme « Dame » tant il me semblait usurpé pour moi et j’avais répondu d’une petite voix impressionnée et tremblante. Le rebord de la fontaine me sciait le bas du dos, je ne pouvais pas reculer. Je ne me sentais pas véritablement en danger, mais la mention du « Màr Luimë » m’avait fait comprendre pourquoi ils me cherchaient. Ils voulaient m’y emmener plus tôt que je ne l’avais prévu. Du coup, j’étais empêtrée entre mon envie de leur faire confiance et de les suivre (certainement ce qu’ils souhaitaient) et celle de profiter encore de ma liberté. Car, je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait au Kaerl Englouti, mais rien que ce nom me donnait des frissons. Il ne fallait pas qu’ils s’en aperçoivent, je devais faire en sorte de rester encore libre, ne serait-ce que quelques heures.

Je suis honorée que vous portiez attention à ma personne mais je viens juste d’arriver et… je voudrais parcourir un peu cette ville. Je n’en ai jamais connu de pareille. C’est pour moi un… émerveillement.

Tout en parlant, en essayant de cacher mon appréhension, je regardai autour de moi pour trouver une idée, une porte de sortie, mais chaque fois que je croisais le regard doux de Maître Sednereï, j’étais prise de remords. Cet être paraissait intrinsèquement noble et bon et il s’était déplacé pour moi. En baissant la tête, je capitulai.

Aurais-je l’occasion de revenir ici ?
Je sais que le Màr Luimë m’attend, mon père me l’a dit. Il m’y aurait lui-même conduite si je ne l’avais pas supplié de n’en rien faire.


Je relevai la tête.

Cela fait tellement d’années que je me débrouille seule que… Comprenez-moi ! J’ai aussi vécu enfermée autrefois et j’ai bien peur de ne plus pouvoir le supporter. Dites-moi que je resterai libre d’entrer et de sortir du Màr…

Je n’attendis pas la réponse pour ramasser mes affaires, mon manteau, ma couverture et ma besace, mon arc et mon carquois. Mon destin était scellé par le Don et je ne pouvais rien y faire. Ils m’avaient trouvée très facilement et il était inutile de lutter. Dans mon immense désarroi, je n’avais même pas remarqué qu’ils n’avaient pas bronché à la vue de mes oreilles pointues dépassant de ma chevelure blanche.

Je m’apprêtais à les suivre docilement.
Eilon Sednereï
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2016
Messages: 15
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 12
Race: Ondin
Maître: Folken Krienh
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 12 Déc 2016 - 15:18 Répondre en citantRevenir en haut

***
***

***
***
Erhali Sednereï
&
*******
Le Brun Sobeêk


*Elle est effrayée *
*Non... perdue *
*Est-ce différent ? *

Sentant l’inquiétude poindre dans le cœur de la jeune femme, Erhali fit un léger pas en arrière de sorte qu’elle se sente moins cernée. Sobeêk, quant à lui, se tourna de profil, feignant de scruter les passants et ne plus lui faire subir davantage d’attention. L’aspirante promise se présenta et témoigna rapidement quelques réticences. Elle venait d’arriver, elle était surprise qu’on vienne déjà à sa rencontre. Son souhait à peine articulé, elle se ravisa comme si le glas avait retentit et balayé le moindre répit. Elle évoqua son père. Erhali leva un sourcil intéressé, il n’avait pris connaissance d’une filiation...

Erhali leva lentement sa main pour calmer les angoisses qu’elles déversaient, voilà qu’elle se croyait prisonnière ou à ce point obligée que l’enthousiasme se résignait en une triste soumission. Ses affaires sous son bras, les yeux baissés elle jouait une scène terrible : celle d’une esclave ou d’une condamnée…

-Jeune Eirwen, Puis-je vous appeler ainsi ? C’est une trop belle journée pour rentrer déjà, vous avez raison. Profitons de l’Automne avant de regretter ces derniers rayons de soleil de l’année.

L’ondin ouvrit son bras en direction de la Grande rue, l’invitant à flâner à ses côtés.

-J’aimerais faire votre connaissance, si vous me le permettez et votre père, qu’a-t-il pu dire pour que vous craigniez notre Ordre ? Il est un foyer pour chacun d’entre nous. Vous seule hésiterez à en sortir tant vous le trouverez fabuleux. Lorsque j’y ai foulé mes premiers pas, j’en fus totalement charmé et cela dure depuis…
-Plus de cinquante ans ! La voix de Sobeêk s’invita dans la conversation avec une pointe de taquinerie.

Le Maître s’arrêta un instant pour contempler les alentours.

-Qu’aimeriez-vous voir ? Peut-être que vous désirez faire quelques emplettes ? Le marché de notre Agora est bien fourni mais quelques échoppes de Lòmëanor ont mes faveurs. Vous semblez bien équipée, mais je puis vous conduire chez l’apothicaire, ma femme raffole de certains de ses onguents.

-Nous pouvons tout aussi nous restaurer…

Erhali interrogea son lié du regard.

-Je doute que Sobeêk apprécie la gastronomie de notre espèce, mais il nous invite à remplir nos estomacs, je ne serais pas contre une des tartines de chevreuil de chez l’aubergiste.

Il se tourna vers la jeune femme, réservée et tendue.

-Voulez-vous que je vous abandonne quelques heures pour que vous profitiez à votre guise ?




Eirwen Tümay
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 92
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 66
Race: Elfe-Neishaane
Maître: Lokni Ceallaigh
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 12 Déc 2016 - 17:45 Répondre en citantRevenir en haut

A ces mots auxquels je ne m’attendais pas, je sentis un grand poids s’envoler de ma poitrine et je pus relever la tête, un léger sourire sur le visage. Il avait compris ce que je voulais exprimer et acceptait de ne pas me presser. Je ne pouvais souhaiter mieux.

"Merci Maître Sednereï. Je voudrais flâner un peu devant les échoppes, non pour acheter quoique ce soit, mais juste pour connaître l’artisanat local. J’adore regarder les Maîtres Artisans travailler, sentir les odeurs du cuir, du métal chauffé à blanc, de la laine encore souillée de suint ou des colorants, le bruit des marteaux, des rabots, le cliquetis des métiers à tisser…"

Je respirais mieux et m’enhardit un peu, marchant à leur hauteur.

"Si votre épouse aime les onguents, il suffira qu’elle me fasse sentir celui qu’elle préfère, qu’elle me dise quelles sont ses vertus, alors je saurai déceler ses composants et pourrai le lui fabriquer moi-même. J’ai étudié pendant plus d’un an chez le Maître Herboriste Naehu de Palétonie."

A l’énoncé de la tartine de chevreuil, mon estomac se mit à gronder, me rappelant que je ne l’avais pas contenté depuis trop longtemps. Je n’avais jamais goûté de chevreuil. C’était un animal bien trop gros et bien trop lourd pour que je le chasse. Et je n’avais jamais participé non plus à des banquets ou à des repas dans des auberges, n’essayant même plus de montrer mes oreilles.
Quelque chose dans la phrase du Maître m’avait interloquée mais j’avais trop faim pour y faire attention sur le moment.

"J’avoue que j’ai faim aussi."

Ainsi, après un petit tour dans la rue marchande de Lòrëanor où je m’appliquai à ne pas rester trop longtemps collée aux étals pour ne pas impatienter les Maîtres qui m’accompagnaient, nous nous dirigeâmes vers l’auberge. Difficile de ne pas s’apercevoir qu’on en approchait tant les bons effluves de viandes grillées ou en sauce chatouillaient agréablement les narines.

Je savais qu’il fallait que je réponde aux questions du Maître Sednereï au sujet de mes réticences à intégrer le Màr Luimë et, le temps que nous soyions servis, je tournais les phrases dans ma tête. Mon intention n’était certes pas de le froisser, mais je ne pouvais faire taire la crainte qui sourdait dans mon cœur.
La tranche de pain était épaisse et tendre, la viande de chevreuil cuite à point et goûteuse. Rien à voir avec mes lapins sauvages trop grillés et fades, mon pain vite rassis dans ma besace. Je m’en léchais les doigts avec gourmandise. Un pichet de vin trônait sur la table et Maître Sednereï offrit de m’en servir un verre, mais je déclinai poliment l’offre, je ne buvais que de l’eau ou du thé.

Sentant que l’heure était venue que je parle de moi puisqu’il voulait me connaître –et je ne pouvais l’en blâmer si, comme je l’espérais, il devenait mon Maître- je lui fis un rapide résumé de ma vie.

"Je suis une sang mêlée. Ma mère est une Neishanne et mon père un Elfe comme vous pouvez vous en rendre compte." J’effleurai mes oreilles. "Ma mère m’a légué une voix qui touche les êtres vivants et mon père m’a légué le Don, ainsi qu’une certaine adresse au tir à l’arc, ce qui m’a sauvée de la famine.
Mon père, quand je l’ai retrouvé, a deviné le Kaerl auquel j’appartenais à cause de ma personnalité. Je ne sais pas grand-chose de plus sinon que c’est un monde… englouti, qu’un Maître pouvait m’y choisir comme Aspirante pour qu’un jour, comme lui, je sois liée à mon âme sœur.
Maître Naehu était mon Maître Herboriste, bien sûr, mais il était très bon et me laissait passer quelquefois des journées entières dans la nature pour lui ramener ce dont il avait besoin. Je n’étais pas enfermée et j’aime la liberté et la solitude."


Là encore, j’avais honte de le décevoir, me rendant compte que mes paroles pouvaient le blesser et que je pouvais ne pas être l’Aspirante qu’il souhaitait. Pourtant, je ne baissais pas les yeux cette fois.

"Mais par amour pour mon père et par reconnaissance envers le Maître qui s’occupera de mon apprentissage, je tâcherai de rendre au centuple ce qu’on me donne. Je suis prête, Maître."

Ce fut au moment où l’on se levait pour aller au Màr qu’il me revint la question qui avait déserté mon esprit quelques heures plus tôt.

"Puis-je vous demander pourquoi Maître Sobeêk n’aime pas notre nourriture ?"
Eilon Sednereï
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2016
Messages: 15
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 12
Race: Ondin
Maître: Folken Krienh
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 17 Déc 2016 - 19:03 Répondre en citantRevenir en haut

***
***

***
***
Erhali Sednereï
&
*******
Le Brun Sobeêk


Sobeêk souligne dans l’esprit de son lié que la jeune femme s’était détendu, mais il ne fallait pas avoir les dons d’un dragon pour deviner que son minois avait chassé la peur pour s’illuminer enfin.
Ainsi elle prenait son pas et semblait se plaire à découvrir les alentours. Elle aimait les arts et les Maîtres artisans. Erhali n’avait pas voyagé depuis longtemps et les objets traditionnels n’avaient pas pour lui le charme qu’elle semblait leur trouver. Il sourit pour lui-même se souvenant que le monde était vaste alors que ce petit continent secret portait pourtant le poids du destin de beaucoup.

-Nous avons de bons artisans chez nous aussi, mais ici, vous trouverez des hommes qui importent parfois les techniques de leurs voyages. Le Maître tanneur confectionne des merveilles à ses heures.

Il se souvint de la dernière besace qu’il avait offerte à sa femme. Une création audacieuse que le Maître avait exécuté à la perfection mêlant son ouvrage à la délicatesse d’une des tisseuses du bourg. La jeune demi-sang évoqua ses talents d’herboriste. L’Ondin ne cacha pas son étonnement.

-Voilà un exaltant savoir ma chère ! Ma femme vous confiera peut-être ses attentes mais ne vous faites pas trop d’illusion, reprit-il sur un ton cachottier, elle a mis des années à obtenir ce qu’elle voulait auprès du plus renommée de la cité. C’est une Dame qui sait ce qu’elle veut et qui a poussé ce grand homme à veiller bons nombres de nuits ! Mais je vous laisserai vous y essayer… conclut-il par un petit rire amusé.

L’ aspirante consenti au repas et le Maître inspira une bonne bouffée d’air frais pour sceller cet instant de paix en sa mémoire. Comme les temps de paix étaient précieux. Il pouvait se promener sans être en alerte, croiser des gentilshommes et leur Dame, saluer des personnalités de différents Kaerls sans qu’il n’y ait de risques pour personne.

Sobeêk trouva une table contre un mur, baignée du soleil au travers d’une fenêtre poussiéreuse. Les odeurs étaient chaleureuses et plaisantes. Il n’était pas bien tard pourtant la place était un lieu pour les voyageurs et ceux qui aimaient partager un bon moment. On y trouvait tout type de personne, des distingués et des pouilleux mais ici, les estomacs et les gorges étaient rassasiés. Si Erhali sembla particulièrement détendu, Sobeêk lui s’installa de sorte à avoir vu sur l’entrée.

Alors ils furent servis généreusement, et l’aubergiste en personne vint saluer les deux Maîtres de leur venue. Erhali eut un mot aimable pour sa famille et lui et attrapa le pichet qu’on lui tendit. L’aspirante déclina et le Sénateur en profita. Le met fut rustique et fameux comme d’accoutumée mais Sobeêk ne mangeait pas.

La patience paya enfin et la jeune femme s’ouvrit à ses protecteurs. Il écouta son récit, il était teinté de méfiance et de peine. Sa vie n’était pas si brève qu’elle eut voulu la conter. Elle ignorait de qui il était, elle ignorait qui elle était également. Quand elle promit de rendre ce qu’on lui donnerait, Erhali prit le temps de la contempler de ses yeux perçants, il but une gorgée, puis une seconde avant de poser son godet.

-Sachez que vous n’avez plus à craindre ou à fuir. Il laissa quelques secondes s’écouler pour qu’elle prenne mesure de son message entier.

-Vous n’avez pas à cacher vos origines ici. Les gens issus de deux races, nous les appelons les demi-sangs. Je ne sais pas ce que vous avez traversé, mais je sais qu’il y a des régions du monde difficile pour les êtres comme vous. Sur Tol Orëa, j’ose croire que vous ne serez plus interpellée pour cela. Vous croiserez d’autres gens comme vous, dont les parents se sont aimés au-delà du sang. Enfin… je ne vais pas vous mentir, il y a sur nos terres aussi des gens qui ne tolèrent pas cela mais qu’importe. Qui ne s’est jamais trouvé un seul ennemi ?

Il finit un bout de viande avant de reprendre.

-Votre père.. et bien je dois m’en excuser, j’ignorais qu’il était des nôtres. Je me suis porté volontaire pour accueillir un aspirant et le hasard ou la providence nous aura fait nous rencontrer. J’espère que vous ne lui en voulez pas mais un Chevalier n’est pas en mesure de former quelqu’un. Il doit être très fier de vous et vous le reverrez souvent j’en suis sure. Il doit néanmoins remplir ses devoirs avec son lié… Tout ceci doit vous paraître un peu fou j’entends bien mais… vous comprendrez bientôt.

Il croisa les bras un instant se mordant un peu les lèvres.

-Vous semblez hésiter sur cette question de Kaerl. Vous êtes qui vous êtes voilà tout. Votre père et son lié, ont su que vous étiez proche d’eux, de leur cœur… parce que les dragons ont un étrange pouvoir qui les relit à notre Kaerl. S’il sait que vous êtes prête pour le Màr Luimë, c’est que vous l’êtes, n’en doutez pas. Quant à moi, j’ai également eu confirmation de mon lié que vous étiez des nôtres et capable de vous ouvrir à notre monde.

Le repas terminé, la petite équipe sortit de l’auberge. L’aspirante hésita mais pausa une ultime question au Maître.

-Vous verrez vite pourquoi.

Ensemble, ils descendirent l’avenue centrale. Bientôt le muret délimitant la ville et là, quelques dragons et d’autres personnes qui plaisantaient. Erhali arrêta la femme de sa main alors que Sobeêk avançait et s’éloignait d’eux. En une fraction de seconde, le Maître s’était transformé en un grand saurien d’un Brun lumineux. Sa queue virevoltait pour chasser les derniers engourdissements de sa forme humaine et il écarta ses ailes pour s’étirer.

Les gens de l’écurie se dépêchèrent pour installer le harnais du Maître. Sobeêk s’adressa alors sans pudeur à son aspirante.

* Il est l’heure jeune Eirwen, l’heure d’apprendre à devenir comme nous et de trouver ta place pour trouver celle de ta liée. *

Se voulant plus rassurant Erhali rajouta sur les mots de son lié.

-Commençons déjà par atteindre le Màr, nous vous installerons et je vous parlerai de tout… Mais un bon endroit pour vous reposer ne serait pas de trop.

L’homme grimpa sur Sobeêk avec l’agilité ondine. Il était fort après toutes ces années. La jeune dame trouva place à l’arrière du Maître, de petites bribes lui permettaient de se tenir au saurien si besoin. Sobeêk prit son envol avec magnificence. Il survola le village pour que l’aspirante apprécie la vue puis il les prévint de se tenir… Un trou dans le ciel se forma et la triade traversa l’espace pour réapparaître sous une verrière majestueuse, au-dessus d’une place monumentale. D’autres dragons planaient à leur côté, la lumière feutrée avait ce charme bleuté.

Les deux Tours Joyaux trônent fièrement dans ce paysage, la tour Diamant qui illumine la cité la journée entière laisse la Tour Saphir prendre le relais pour signifier la nuit de son halo tamisé. Le Maître conduisit son invitée au pied de la Tour Saphir et lui confia une clef.

-Je vous laisse vous installer. Trouvez votre appartement, j’y ai fait apporter de quoi vous changer et vous reposer. Quartier libre ma Chère, je vous enverrai un pli pour notre prochain entretien.

L’homme s’inclina pour saluer sa protégée et se retira sur son lié.




Eirwen Tümay
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2016
Messages: 92
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 66
Race: Elfe-Neishaane
Maître: Lokni Ceallaigh
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 18 Déc 2016 - 00:08 Répondre en citantRevenir en haut

Aux dires de Maître Sednereï, j’étais une demi-sang, terme que je trouvais péjoratif pour son côté « demi = à moitié ». Où était l’autre moitié ? Mais je ne dis rien. Je préférais pourtant le terme de « sangs mêlés » au pluriel comme au singulier, je m’en sentais plus entière… Je ne me voyais pas le contrarier pour si peu de choses.

Quand il parla de mon père, je me permis tout de même de le tranquilliser :

« Gaal, mon père, m’a clairement expliqué qu’il ne pouvait pas s’occuper de moi pour l’initiation à l’Empreinte et je pense sincèrement que même s’il l’avait pu, il n’aurait pas été un Maître objectif. Je préfère un Maître tel que vous… Je ne peux pas prétendre savoir si nous allons bien nous entendre ni si je vais réussir à vous faire honneur, mais soyez-en sûr, je ferai tout pour que vous éprouviez de la fierté pour votre aspirante. »

Je réfléchis à mon destin qui était d’intégrer le Màr Luimë…

« Mon père, sur les constations de son dragon à mon égard, a compris que j’étais d’un tempérament calme et posé, que je ne cherchais jamais querelle mais que j’étais très solitaire aussi. J’aime bien aider les autres mais je ne suis pas idéaliste. Je ne suis ni optimiste, ni pessimiste, ni suicidaire, ni exaltée, simplement je prends ce qui arrive et je m’en contente. Je fais ce que je dois, ce que je crois juste. Je fais confiance à Llorn, le Brun de mon père. S'il pense que le Màr Luimë est mon foyer, alors ce sera chez moi. »

Quand je fus arrêtée par le bras de mon Maître, je ne compris pas tout de suite pourquoi ils s’arrêtaient, mais… je vis Maître Sobeêk s’éloigner de nous et se transformer en un immense dragon brun… Je ne pouvais qu’écarquiller les yeux et ma voix me manqua pendant quelques secondes.

« C’est votre Lié ? Sobeêk est un dragon Brun ? Et il peut se transformer en humain ??? Tous le peuvent-ils ou est-ce seulement lui ? » Je ne reçus pas de réponse tellement il était évident que Erhali Sednereï et Sobeêk étaient liés… J’étais vraiment impressionnée. Mon père ne m’avait jamais parlé de cette possibilité pour Llorn !

Puis j’entendis sa voix dans mon cerveau…

° Je sais bien. Je sais aussi que le chemin vers ma Liée sera long et semé d’épreuves, mais je serai là, présente et sûre de mes choix. °

En grimpant sur son dos, j’eus une pensée fugace pour mes parents, me rendant compte qu’une page de ma vie allait encore se tourner pour le meilleur, je l’espérais.
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:41 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu