Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP Officiel] Les missions enneigées Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Elke On Nïksé
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2016
Messages: 164
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Ondine
Âme Soeur: Tezca
Fonction: Spectre des Cendres
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 3 Oct 2016 - 17:38 Répondre en citantRevenir en haut

Néharaku 918, Dernier Quartier


Depuis l’arène de la fosse, l’ondine s’entraînait et avisait par la même occasion quelques téméraires qu’elle serait certainement à affronter lors du prochain tournois. Elle en avait assez de se tourner les pouces. Elle s’occupait comme elle le pouvait, se dépassait et apprenait chaque jour, mais rien ne changerait… C’était une aventurière et le cœur du volcan elle en avait fait vite le tour. L’horizon la taquinait et à la moindre occasion elle suivait sa liée à la découverte des reliefs du continent.

Tezca quant à elle, ne trouvait pas d’intérêt – tout court – à la vie du Màr. Elle se rapprochait de quelques dragons mais ses humeurs trop changeantes peignaient ses amitiés d’une noirceur trop acre pour qu’elle s’y investisse véritablement. Aussi, elle profitait de l’ennui de son Ondine pour la pousser à s’éloigner du Kaerl. Si elles apprenaient encore à se connaître et à apprivoiser ce qui les dissociait, la soif de découvertes était de loin leur passion commune.

Elke s’acharna sur un Chevalier. Un torhil pompeux et misogyne avait propagé quelques rumeurs fantasmatiques avec l’ondine en principale protagoniste. Il crachait du sang et elle ne s’arrêtait pas. Les épées étaient émoussées certes mais la garde était robuste et suffisante pour lui arranger le portrait. L’esprit de Tezca vint la chatouiller, mais elle l’ignora d’abord ; il n’avait pas encore capitulé. Fatiguée par cette combattante agile, le Chevalier perdait en rigueur et il s’affala bientôt le nez dans le sable lorsqu’elle parvint à le mettre K.O. Un dernier coup de pied dans les côtes et un épais crachat dans sa tignasse et elle en eut fini.

*Retrouve-moi au Val, sur la passerelle Nord-Est, j’ai une surprise.*
*Une bonne j’espère, je suis un peu remontée…*

Le pas décidé, Elke traversa les longs corridors pour sortir de l’arène. Là, les passants flânaient pour certains. L’ondine bouscula ceux qui traînaient le pied et se rendit vers l’immense arbre cuivré. Un bref coup d’œil sur cet empereur naturel et elle bifurqua sur une autre voie en direction de son rendez-vous. La Bleue était sur une plate-forme secondaire, accompagnée d’une Verte d’âge adulte. À quelques mètres, la Chevalière ralentit. Tsériel, mère de sa moitié l’attendait.

*Voici ta Chevalière, brave et forte, tu peux en être fière.*

La Bleue s’enorgueillit un instant et s’impatienta auprès de sa mère.

*Dis lui, dis lui !*

Elke inclina la tête pour saluer la Verte et posa une main affectueuse sur Tezca. Elle plissa le front, soucieuse par cette nouvelle mystérieuse.

*Chevalière On Nïksé, Spectre récemment admise, voilà une mission pour vous illustrer…*

Les deux améthystes de l’ondine s’ouvrirent en bille, son cœur s’accéléra, enfin une quête, enfin une occasion pour elles-deux de faucher le destin et de décider de leur avenir… Elle n’eut pas besoin de croiser le regard de la Bleue, leur envie scintillait à l’unisson.

*Je dois dès à présent vous porter au Vaendark pour rencontrer notre premier contact. Il vous renseignera sur le protocole à suivre.*

Les bribes de souvenirs de ses montagnes chéries resurgirent avec puissance. Était-ce ses souvenirs ou les images que Tezca lui avait volées ? Le poing serré sur sa poitrine, l’ondine remercia de l’honneur qu’on lui faisait et assura de mener la mission aussi loin que possible.

.::O::.


Après s’être équipée du minimum, une tenue appropriée et de ses armes aiguisés elle rejoignit Tsériel et Tezca et ensemble, elles se préparèrent à franchir l’interstice. La Bleue étant trop petite pour porter Elke, elle vola en dessous de sa mère et celle-ci lui offrit une image parfaite du lieu de téléportation. Ainsi, même si elle ne parvenait à partir avec sa liée, elle parviendrait à les rejoindre malgré tout.

Le temps se figea, l’air n’exista plus, le son criait d’un silence étouffant et le froid perça les voyageuses avec violence.

Alors, le ciel les vomit sur une paroi enneigée. Les vents glacés semblaient chaleureux en comparaison à l’immatérielle substance interstitielle. Tezca n’avait pas failli, elle s’était accroché au lien avec Elke et ne s’était à aucun moment laissée dépasser par le passage. Elle atterrit victorieuse, trois mois et demi d’expériences ratées pour enfin être à la hauteur de ses espérances. Elke lui sourit en coin et la rejoignit avec entrain. Les deux complices se retournèrent vers Tsériel mais celle-ci se préparait déjà à repartir.

*Le Maître vous attend dans son antre d’hiver… *

Les images du chemin à suivre leur parvinrent et les jeunes recrutées ne se firent pas prier. Tezca offrit sa queue en marche pied et invita sa Chevalière à la monter. Elles ne pouvaient pas encore voler mais l’ondine était déjà une brindille pour cette Bleue en pleine croissance. Ce qu’une simple bourrique assurait, elle en était parfaitement capable !

Il leur fallut une demi-heure de route et d’escalade avant de trouver l’entrée d’une grotte à la porte austère et à la poignée raffinée. Elke frappa de grands coups. On ne répondit pas. Elle frappa de nouveau et s’installa sur un rocher, glissant sa main dans la neige à moitié gelée.



Publicité





MessagePosté le: Lun 3 Oct 2016 - 17:38 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Ven 14 Oct 2016 - 23:58 Répondre en citantRevenir en haut

*****
*****

*****
*****
Maître Aagarön Deldhìnor
&
*******
Aradhelög, Dragon Noir


Dans le profond silence de son repaire, il fixait avec détachement les flammes qui crépitaient dans le foyer. Comme chaque soir, à la nuit tombée. Les lances de couleur or et ambre qui s'élevaient vers la voûte de pierre noircie menaçaient les parois de la grotte d'ombres malveillantes, formant çà et là des monstres éthérés aux contours incertains qui semblaient ne vivre qu'une seconde. Il avait parfois l'impression que ces créatures éphémères l'observaient, tandis que d'autres jours elles paraissaient vouloir s'emparer de lui corps et âme. Il en venait même à se méfier d'elles, à certaines heures tardives, alors que la solitude l'étranglait de ses longs doigts faméliques et plus froids encore que le vent mordant du Vaendark. Aradhelög avait remarqué cette lueur de paranoïa dans son regard depuis plusieurs semaines, déjà, mais s'efforçait de taire son inquiétude. Il savait quels démons tourmentaient son lié, et il savait que ces derniers ne partiraient pas sans avoir vu leur appétit rassasié. Et ce dont ils avaient faim coûterait une âme..

Un long soupir retentit dans l'alcôve ténébreuse.
L'Elfe porta à ses lèvres un godet de thé brûlant aux douces effluves de bleuet, soufflant sur la fumée qui en émanait avant d'en avaler une gorgée dans un faible bruit de déglutition. Il se racla doucement la gorge en reposant son verre en terre cuite sur le sol, entre ses jambes croisées. Les spectres dansant autour de lui s'accrochaient à son regard de givre plongé dans la mer de feu face à lui. La lumière changeante de la pièce faisait luire ses iris comme deux labradorites azuréennes qui ne trahissaient aucune émotion et sa chevelure d'un brun noir laissait couler parfois quelques mèches aux reflets dorés sous la caresse des flammes. Son teint grisé se paraît d'esquisses tribales peintes jadis d'un bleu de guède, conférant à ses traits fermes et décidés une aura davantage sauvage. Sur son visage se lisait une grande dureté, et nombres d'années avaient depuis égrainé sa jeunesse.

Aagarön Deldhìnor, Maître du Màr Tàralöm, s'était depuis quelques années établi ici-bas. Il avait quitté Tol Orëa pour n'y revenir qu'occasionnellement sans pour autant faire le deuil de sa loyauté envers son Kaerl, même si cette dernière ne s'adressait plus qu'à certains privilégiés. Il veillait notamment à garder contact avec des hommes tels qu'Eléderkan Garaldhorf, pour qui il était plus ou moins attesté qu'il travaillait, faisant office d'espion dans ce continent bien reculé, et plus encore cette région. Parmi les lettres qui s'entassaient sur son bureau, on y relevait les sceaux de Membres du Concile, d'éminents Maîtres et même celui d'Alauwyr Iskuvar. En d'autres termes, bien qu'isolé du monde civilisé, Aagarön n'était pas seul. Et dans les heures à venir, il serait même accompagné de près, et pour une durée indéterminée.

Sur une longue table en bois était déroulée une carte de la région, annotée avec minutie de précisions en haut-elfique. On y distinguait les monts, les cols et les gouffres connus depuis l'âge des Hommes comme ceux que seul le duo Ardent avait découvert. Certains lieux étaient négligemment barrés d'une croix, attestant d'une fausse piste qu'ils avaient pris soin d'explorer vainement. Pourtant, ils étaient proches du but, si proches qu'Aradhelög humait dans l'air les restes d'effluves Valherues. Et Aagarön lui sentait sur son palais l'amère saveur que laissait la présence d'un de ses congénères duquel il fut jadis un proche ami et allié.. Son poing se crispa et trembla en évoquant son nom sans articuler. Martel Delehkna, lui aussi, était tout près. La rumeur de sa présence s'était répandue comme une trainée de sang sur la neige. Blessé dans son corps et son égo, sa hargne à trouver une façon de se venger d'Alauwyr Iskuvar devait être immense, lui qui l'avait défait à la Fosse, lui qui avait une bonne fois pour toutes assit sa suprématie. Rongé par l'échec, il fut dit que l'Elfe à la chevelure couleur de sel avait choisi le Vaendark pour terre d'asile, et sa destination était loin d'être hasardeuse.. Mais qu'importe ; je vous narrerai ces dires plus tard.

Le dragon noir, lové un peu plus loin, releva soudainement sa large tête sertie de pointes peintes d'onyx laqué. Ses opales laiteuses s'accrochèrent à la lourde et épaisse porte de bois qui scellait leur "weyr", et d'un même élan Aagarön tourna la tête dans la même direction. Il avala rapidement le reste de son infusion, se leva et jeta une bûche au centre du foyer, foyer qui gémit par cette offrande nourrissante dont il s'empressa de se délecter.
Avec un soin quasi-militaire, l'Elfe prit soin de lisser sa tenue de la paume de la main avant d'allumer une torche, puis il se dirigea vers l'entrée. Il attendit la deuxième salve de coups pour ouvrir d'un geste franc et sec.
Une bourrasque glacée vint étreindre le feu avec violence, comme une armée assiégeant un château qui pénétrait enfin son enceinte. Aagarön demeura de marbre à cette attaque et n'eut qu'à faire un pas à l'extérieur pour trouver sa nouvelle partenaire assise juste à côté. Brandissant son flambeau vers elles pour les voir dans le crépuscule, il prit le temps de brièvement détailler la bipède et sa liée, déjà de belle taille. Avant même de prononcer un mot, il s'en retourna défaire le loquet intérieur qui permettait d'ouvrir la grande entrée, laissant un espace suffisant pour qu'un dragon adulte ne pénètre dans la grotte.
Il les invita à rentrer d'un vague geste de la main, sans leur adresser la parole. Une fois la porte franchie, il fermerait cette dernière derrière elles deux.

A la jeune Spectre des Cendres et la Bleue Tezca s'offrit alors la vision d'un repaire assez austère mais riche d'artefacts. Aagarön, au cours de ses pérégrinations dans les vallées perdues du Vaendark, avait ramené ce qui semblait être des vestiges d'une civilisation oubliée. Sur les étagères trônaient des morceaux de roche aux gravures rongées par le temps ; des pointes de lance et de flèche brillaient timidement, toutes taillées dans une sorte de verre d'un noir de vanta qui absorbait le moindre rayon de lumière daignant les effleurer. Sur une large bibliothèque étaient empilés parchemins et rouleaux, livres et paquets de notes retranscrites en haut-elfique. Tout laissait penser qu'il s'agissait du quartier général d'un chasseur de trésor. Et la vérité n'en n'était pas si éloignée..

Aradhelög s'assit pour accueillir sa jeune consoeur dont la taille le rattraperait bientôt. Il adressa à l'Ondine un grondement fraternel et la jaugea d'une oeillade inquisitrice.

** Bien jeune et bien frêle est cette fillette. **
** Le Màr Tàralöm doit se moquer de moi.. **


La mâchoire de l'Elfe se crispa si fort qu'on aurait pu l'entendre grincer des dents à l'autre bout de la pièce. Il s'attarda à détailler la On Nïksé avec autant d'appréhension qu'un loup qui cherche où donner le premier coup de crocs.. Feue sa chère cousine n'avait pas réellement été une alliée pour lui, aussi il la considèrerait comme une extension de l'ex Dame.
Rapidement, des pensées moins fugaces vinrent lui piquer l'esprit.

* Peut-être le Kaerl veut-il ma mort.. Peut-être est-elle venue me tuer.. Peut-être est-elle venue me voler mes connaissances.. *


Aradhelög claqua brièvement sa lourde gueule pour chasser les démons de son bipède, puis il coupa court au silence en faisant s'élever dans l'air sa voix rauque.

** Bienvenue, Elke On Nïksé, et bievenue Tezca, petite soeur. Ne nous attardons pas sur les futilités, un long travail nous attend.. **


- Et vous êtes là pour confirmer votre ascension à votre tout nouveau rang. J'attends de vous autre chose qu'une simple exécutrice de mes ordres, mais oubliez où est votre place et je ne manquerai pas de vous y remettre.
Nous agissons pour asseoir la suprématie du Màr Tàralöm sur les autres Kaerls. S'il faut voler, piller, ruser ou tuer pour récolter la moindre information qui nous conduirait aux ruines du Màr Perdu, nous le ferons et sans poser de question. Est-ce clair ?


Les deux froides opales d'un bleu de givre pénétrèrent les iris d'améthyste d'Elke, comme à la recherche de la moindre étincelle qui trahirait la peur de l'Ondine ou un ébranlement quelconque. Il voulait être certain de pouvoir lui accorder l'ombre d'une confiance qu'il n'avait pas envers sa propre âme.
Après un silence, il poursuivit, d'un ton martial et distant envers sa nouvelle acolyte.

- Vous devez déjà savoir qui je suis et pourquoi je suis là. Il s'approcha de la table où était déroulée sa carte et y appuya ses deux poings avec résolution. A chaque fois que j'élimine une piste, j'en découvre une nouvelle.. Mais je suis près du but. Votre liée pourra se faufiler à des endroits élevés que je n'ai pas pu atteindre.
J'ose espérer que vous vous habituerez rapidement au climat local, nous sommes loin de la chaleur de Tol Orëa, loin de sa lumière, et loin de sa sécurité.


Au dehors, le cri du vent entre les branches des pins parut confirmer les dernières paroles de l'Elfe.

* Et certaines personnes cherchent à se mettre en travers de notre route.. *

Aagarön pesta intérieurement envers son lié mais accorda crédit à ses propos. Il fallait que la donzelle aux cheveux d'encre comprenne bien dans quel tumulte elle s'était faite prendre..



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Elke On Nïksé
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2016
Messages: 164
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Ondine
Âme Soeur: Tezca
Fonction: Spectre des Cendres
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mar 25 Oct 2016 - 20:04 Répondre en citantRevenir en haut

La porte s’ouvrit et le vent balaya les quelques mèches qui s’étaient invitées sur le visage de l’homme. Un elfe, une aura dure et des lèvres closes. Elke se redressa pour lui faire face mais déjà il fit demi-tour. Avant qu’elle n’eut le temps de consulter sa moitié, la grande porte les invita à pénétrer dans l’antre et la Chevalière fut ravie de compter Tezca à ses côtés. Ça y est, elle était assez imposante pour qu’on lui ouvre les accès en grand, la fierté de l’ondine brilla en une légère arrogance chez la jeune dragonne. Les deux intrépides suivirent le Maître et l’intérieur les cloua sur place. Une caverne de trésors. Elle se déclinait en un millier de bibelots rares ou précieux. Tezca prit sur elle pour ne pas s’agiter, mais elle avait envie d’envoyer Elke pour tout fouiller. Sa queue dansante trahit son agitation et un œil sévère de l’ondine lui permit de se calmer. La Bleue se tourna alors vers son aîné, calme et mystérieux.

Aradhelög les accueillit et les jeunes recrues lui répondirent d’un signe de tête. Elke n’était pas là pour bavasser non plus et elle se sentit curieusement en phase avec leurs nouveaux alliés. Le Maître se prononça alors comme s’il n’était qu’une voix avec celle du Noir. Si ses yeux semblaient deux poignards intransigeants, l’ondine reçut ses paroles avec apaisement. Enfin un être qu’elle avait envie d’approcher. S’il était l’explorateur que sa demeure soulignait, elle devrait apprendre de lui. Elke se redressa afin de paraître plus digne de confiance et plus solide. L’elfe semblait craindre qu’elle ne soit qu’une aspirante à l’entendre énoncer qu’elle ne devrait pas ciller.

-Tout est clair Maître. J’suis là pour servir le Màr avant tout et pas pour assurer mon rang. Je suivrai vos ordres et j’vous aiderai dans vos recherches. J’suis pas du genre à me morfondre pour les faibles.

L’homme la dévisagea, cherchant à faire fondre son audace pour qu’elle révèle sa véritable nature mais l’ondine n’éprouvait qu’envie et admiration envers un homme rigide et décidé. Elle voulait percer les secrets qu’on lui proposait d’effleurer, le Màr perdu elle n’en avait eu vent que de très loin. Les Spectres ne lui avaient même pas parlé des détails de la mission et elle n’en avait pas tellement demandés. Elle était parée à tout, pourvu que ce soit dangereux. Le Maître reprit, s’appuyant alors sur une carte pour expliciter son travail et les mystères qui demeuraient. Il avait été minutieux et organisé, l’ondine fut satisfaite de voir qu’il ne la freinerait pas.

-À vrai dire, ils n’ont pas dit grand-chose. Ils m’ont donné vot’nom et guidé jusqu’à vous mais si ce n’est qu’notre mission sera sur ce continent, ils ont pas ajouté grand-chose. Pour être honnête, je crois deviner que nous partons sur les traces du traître, mais ils ne m’ont rien confié.

Elke leva son visage vers son aîné, non complexée par son ignorance et préférant jouer carte sur table pour qu’ils ne perdent pas leur temps. Il était normal qu’on ne confie pas les secrets risqués à une jeune recrue tant qu’elle n’était pas en piste, elle n’y voyait en ça, rien d’aberrant.

-Je regrette qu’ils soient à ce point peu bavard qu’ils ne vous aient pas dit qui j’étais. Elle regretta que ses propos purent être pris à contre sens et se justifia immédiatement. En quoi j’peux vous servir je veux dire.

Sur la carte, elle indiqua une zone de la barrière de montagnes non loin de l’endroit où ils se trouvaient.

-J’ai vécu en Vaendark longtemps, j’ai été pisteuse pour un clan Walisien et je sais qu’il me regrette, j’étais pas mauvaise. Je crains le froid, mais il suffit que je touche la neige pour que ça me réchauffe. Je plonge facilement en eau glacée aussi. Une ondine pour montagne ‘voyez. Si ça peut vous aiguiller sur les compétences utiles que je peux apporter.

Elke se redressa et toisa le Maître comme si elle attendait déjà son premier commandement. Elle espérait lui prouver qu’elle était une alliée de choix et pas un oisillon qui venait de tomber du nid. Elle s’adressa au Noir que Tezca fixait sans vergogne.

-Il a dérobé des secrets au Màr c’est cela ? Ou devons-nous lui voler ce qu’il sait et le faire disparaître?


.::O::.



La soirée fut longue jusque dans la nuit…
Elke avait vu juste, cette mission n’était pas étrangère au traître. Si rien n’assurait qu’il s’agissait de lui, il y avait un précieux document qui avait disparu et ce, peu après qu’il eut pu croiser la route du Maître banni. La mission était engagée par le Seigneur lui-même, ils n’étaient que deux sur cette affaire, c’était un honneur et un défi ! Si l’Ondine songea d’abord à traquer l’elfe, Tezca se montra indignée par cette option. Le document, le trésor, voici ce qui était important. Un idiot déchu n’en valait certainement pas la peine !

Aagarön était concentré et sage. Elke dut tenir bon pour ne pas trahir son impatience aiguisée par sa liée qui ne tenait pas en place. Nul doute que rien ne put échapper au Noir Aradhelög, mais il ne se permit pas de les déstabiliser. Les plans étaient multiples, les possibilités vastes et les chances de réussir assez maigres d’autant que le Maître sous-entendit qu’ils n’étaient pas le seul Kaerl à la recherche des informations. Si Elke s’offusqua d’abord que les célestes et les engloutis osent quérir les affaires ardentes, elle se souvint que si le traître était une affaire ardente, le parchemin lui,ne semblait pas être propriété du Màr, pour l’instant.

*Tu sais c'que ça veut dire...*
*Je crois oui… * L’esprit de Tezca se calma soudain comme si la jubilation venait enfin d’atteindre un paroxysme de béatitude. *Nous partons en mission pour le Kaerl et on va anéantir les faibles. *

La dragonne souffla quelques flammes pour égayer le feu qui mourrait et se blottit contre une paroi de la grotte alors que sa liée gagnait une couche installée au sol, au milieu des merveilles. Ils partiraient le lendemain, séparément, la Chevalière ayant convaincu le Maître de ses talents dans cet environnement et le laissant quant à lui à d’autres pistes. L’Ondine était ravie, fière et galvanisée… La fin de cette vie fade qu’elle détestait au Kaerl.



Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 487
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 275
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Ven 24 Fév 2017 - 21:24 Répondre en citantRevenir en haut

En définitive, rien ne s’était passé comme prévu – mais Amaélis ignorait de toute manière ce qui était prévu. Après s’être débarrassée des deux Aspirants, Nathan Manne, le jeune protégé de l’Âme du Kaerl et Laut’hi, que la Maîtresse soupçonnait toujours de servir les desseins d’un quelconque détracteur, la Neishaane avait longtemps tourné en rond dans sa chambre. Elle n’était pas en position de refuser l’offre de Liâd, mais redoutait également d’embarquer un Aspirant dans sa quête. La Prêtresse avait-elle tant confiance en elle pour lui confier son élève, alors même qu’Ithildin était accusée d'avoir tué le sien ? Il fallait être fou… Amaélis était partie trouver la Maîtresse Bleue, avec en tête son propre arrangement et, sans doute pour la première fois, sa bonne foi lui avait fait obtenir gain de cause. Elle accepterait sa mission et serait surveillée, non pas par le jeune Prêtre de Flarmya, mais par un Lézard de Feu. « Ils pourront pas dire qu’on a essayé de les duper, ou que votre jugement aura été biaisé par votre affection envers Nathan. » avait argué la Neishaane – avec succès.

Dans un silence oppressant qui était devenu son quotidien, Amaélis avait préparé ses affaires : un pantalon de cuir sombre et des bottes montantes afin de braver la neige, une ample chemise qui avait l’avantage de masquer sa maigreur et son éternelle cape de laine grise et rapiécée de toute part. Les Neishaans ne craignaient pas le froid. Dans sa besace, elle avait également fourré de quoi écrire, une gourde et quelques provisions. Au bout d’une longue hésitation, sûrement simulée, elle s’était décidée à emporter également la bourse qui traînait sur sa table de chevet, pleine de capsules de rêves. Elle ne pouvait plus faire un pas à l’extérieur de ses appartements sans envelopper son esprit dans la brume – car à l’extérieur, il n’y avait que le chaos et le remords, la culpabilité et la peine.

Avant de prendre les airs, la Maîtresse en disgrâce était allée se recueillir au-dessus du visage immobile d’Arkanius, lui adressant des prières comme s’il s’était agi d’un autel sacré, incapable depuis longtemps de laisser s’écouler les larmes qui noyaient son cœur, car celles-ci finissaient toujours gelées par l’Hiver. Ensuite, malgré sa réticence, elle avait rejoint l’Airain dans son antre d’obscurité.

° Ithildin, il est temps. °
° Qu’espères-tu accomplir, Neishaane ? Tu es déjà perdue. Rends-toi à l’évidence, ce n’est rien de plus qu’une fausse marche d’expiation au bout de laquelle t’attend la mort. °
° Tais-toi, j’en ai assez de t’entendre siffler dans mon esprit. J’ai suffisamment à faire avec mes propres démons. °

° Ah, comme tu te trompes ! Je suis tes démons. °

Et avec ça, les deux Liées s’étaient envolées une fois de plus pour le Vaendark, en compagnie d’un Lézard Brun d’une taille ridicule, et l’Interstice les avait libérés au-dessus des montagnes aveuglantes. Elles n’avaient pas la moindre idée de l’endroit où elles étaient supposées se rendre – Amaélis avait compté sur sa connaissance des lieux pour ne pas s’égarer, mais n’avait pas pensé au reste. Si l’Airain avait quelque remarque en tête concernant la stupidité de son Âme Sœur, elle ne lui en fit pas part. Étrangement, la Neishaane se sentit agacée et attristée par ce constat, et elle ne put faire autrement que d’admettre que les conditions de leur relation avaient véritablement changées. Quelque chose avait été brisé qui ne pourrait jamais plus être réparé, et Amaélis s’en voulait pour cela – derrière les barrières enneigées, les congères de fierté et d’indifférence glaciales, elle parvenait à reconnaître sa responsabilité mais préférait la laisser devenir un combustible de plus pour ses flammes haineuses et étouffées.

Le Lézard de Feu n’appréciait guère la présence d’Ithildin. Il lui lançait des regards méfiants, feulait dans son dos, volait à bonne distance des deux Liées. La Dragonne Airain mit cela sur le compte de son aura étrangère, si éloignée de tout ce que la petite créature avait bien pu connaître jusque là, et elle grondait en retour, faisant claquer ses mâchoires dans l’air gelé du ciel. Il ne semblait pas aimer Amaélis non plus – sans doute percevait-il trop clairement les ténèbres qui la rongeaient, le déséquilibre inquiétant qui faisait danser son âme fragile et son esprit affaibli. Les sentiments du Lézard ne rentraient qu'à moitié en jeu, fort heureusement, et les images enregistrées par sa mémoire seraient la base principale de leur jugement final. La Neishaane fut tentée de faire un détour par la Vinddalen, là où son frère lui avait révélé que se trouvait sa maison, mais se ravisa. Le temps n’était pas encore venu, d’autres affaires plus urgentes les attendaient.

Jours et nuits se succédaient, ainsi que les cimes et les flancs des montagnes, teints dans le même blanc. Un vent violent, sec et glacial, harcelait le trio. En dépit de sa méfiance, le Lézard de Feu avait trouvé refuge sous la cape d’Amaélis, dont les cheveux s’étaient parés de filaments de givre, afin de profiter de sa chaleur corporelle. Les sens accrus par la solitude impossible des montagnes, l’Airain ressentit la présence d’autres êtres vivants aussi distinctement que la lumière d’un phare dans l’obscurité. Elle s’orienta dans cette direction, luttant contre les rafales.

° Si ce sont des gens d’ici, ils pourront peut-être nous renseigner. Qu’est-ce que tu en penses ? °

Ithildin ne répondit pas – elle ne répondait plus, se contentait en de rares occasions de mépriser la volonté d’Amaélis. La Dragonne ne comprenait pas l’importance que sa Liée accordait à la tâche de laver un honneur qui n’était même pas là en premier lieu. C’était futile, et une fois de plus, elle se sentait blessée de voir avec quelle force la Neishaane pouvait s’accrocher à certaines choses, excluant toujours précautionneusement leur Lien. Comme le trio s’approchaient de leurs cibles, la Maîtresse perçut l’agitation poindre chez sa Liée.

° Amaélis. C’est Tezca. °
° Quoi ? Qu’est-ce que tu racontes ? Et puis, comment tu peux le savoir ? °
° Ne me fais pas regretter de t’avoir prévenue. Tu en fais ce que tu veux. Pour le reste, ton avis ne m'intéresse pas. °


Amaélis se tut un instant, tentant de ravaler sa colère. Si tel était véritablement cas, alors elles devraient élaborer une stratégie, car elles ne pouvaient pas simplement aller saluer les Ardentes comme si elles avaient été bonnes amies. Le Lézard veillait, et le Corps du Kaerl risquait de se rendre compte qu’un lien particulier unissait leur coupable à des membres d’un Ordre supposé être leur ennemi – la suite, n’importe qui pouvait aisément l’imaginer. Alors, elle se pencha contre les écailles acérées de son Âme Sœur et fit mine d’en caresser le plat et les pointes.

° Suivons-les un peu. Comme ça, l’autre bestiole aura le temps de sentir à son tour leur présence avant qu’on aille à leur rencontre. °

Et elles les suivirent, plusieurs heures durant, jusqu’à ce qu’Ithildin soit persuadée que Tezca avait également fait le rapprochement. Amaélis trépignait nerveusement, emplie d’appréhension, et le Lézard de Feu se mit à la griffer au travers du tissu de sa chemise, n’appréciant guère le dérangement occasionné. La Neishaane songea à un millier de façons d’aborder les Ardentes – mais aucune ne parvint à la rassurer ou à la satisfaire. Il était trop tard, à présent ; même le petit Brun y allait de ses propres couinements apeurés. L’Airain abandonna sa Liée sur une corniche enneigée qui bordait un flanc de falaise, car sa taille ne lui permettait plus de se poser à une telle altitude, désormais. Vaguement, elle lui indiqua où se trouvaient Elke et Tezca, puis partit de son côté, laissant là Amaélis et son compagnon d’infortune.

Le dos collé contre la pierre, la Neishaane entama sa lente progression. Le vent faisait un ennemi redoutable, mais ses bottes étaient faites pour arpenter le terrain hostile des montagnes. L’important était de ne pas penser à la hauteur, ni aux dommages conséquents qu’aurait induits une chute. Le cœur battant à tout rompre, Amaélis finit par arriver en vue de l’endroit mentionné par Ithildin, rendant sa liberté au Lézard de Feu qui ne se fit pas prier et se réfugia derrière sa jambe. Là, tournée dans sa direction comme si elle l’attendait, se tenait Elke On Nïksé.

Avant que l’Ondine ait pu ouvrir la bouche et sans se soucier une seule seconde de Tezca ni réfléchir à son geste, la Neishaane se jeta de toutes ses forces sur la jeune femme. Elles roulèrent dans la neige et Amaélis empoigna une mèche de cheveux bleu nuit, attirant son visage à quelques centimètres du sien pour lui chuchoter d’une voix essoufflée et implorante, ses yeux d'acier plantés dans ceux d'améthyste :

Fais comme si on s’connaissait pas.



Elke On Nïksé
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2016
Messages: 164
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Ondine
Âme Soeur: Tezca
Fonction: Spectre des Cendres
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mer 8 Mar 2017 - 23:46 Répondre en citantRevenir en haut

Comme la solitude des Monts était puissante. Enfin Elke partageait le chant de l’écho avec Tezca. La jeune Bleue avait découvert l’abîme qui égayait le cœur de son Ondine quand l’ennui du Màr la terrassait. Non le fourmillement du Kaerl n’était pas à son goût et la dragonne s’y découvrait également. Elles étaient liées dans un mystère qu’elles se devaient de dompter. Elke était vaillante et courageuse quand Tezca était née pour mourir et s’était mise à vivre au travers d’un être si faible qu’il pouvait mourir à chaque instant. N’était-ce pas là le pacte d’une nouvelle vie trépidante ?

Elke marchait avec assurance et fougue. Le temps était rude, mais sa main droite effleurait les parois enneigées et son pouvoir la protégeait du froid. Elle s’arrêtait parfois, traquant des empreintes que l’écailleuse trouvait insignifiantes.

*La mission sera longue. *

Tezca ne connaissait rien de la vie en montagnes et elle pouvait reconnaître qu’elle n’avait pas capté beaucoup de faunes pour ses prochains festins. Devrait-elle aussi se suffire de quelques lapins ?

*J’aurais voulu en apprendre plus sur eux. *
Elke haussa brièvement les épaules.
*Il doit être un pisteur hors pair. Mais il a raison. Faut ratisser large pour avoir une piste et ils sont trop encombrants pour ce col. *
*Aradhelög me plait bien. *
L’Ondine hésita un instant sur l’interprétation de cet aveu.
*Oui, au Màr ils… Je sais pas je les déteste tous. *
*T’es pas un peu jeune pour ces trucs-là ? *

La dragonne cracha quelques flammes en direction de sa liée, contrariée. Plusieurs heures passèrent et les chemins sinuaient dangereusement. Elles escaladèrent par instant et la petite taille de Tezca leur permis de franchir des obstacles qu’aucun autre duo n’aurait pu vaincre. Pourtant, à l’abri d’une grotte, Elke trouva des traces d’un passage. Il y avait eu un feu ici, peut-être cinq ou six jours plus tôt. Il y avait quelques miettes. Soudain Tezca claqua la queue et scruta le ciel d’un œil d’aigle.

*Ne bouge plus. Dragon. *

Elke s’accroupit à l’entrée de la grotte, la main sur sa hache. Défiant l’horizon du même regard que la Bleue de leur apporter des ennuis.

*Le traitre ? * L’excitation d’une telle occasion manquait de déconcentrer l’Ondine.

Le silence, Tezca cherchait l’espion. Puis elle annonça l’arrivée de Soeur sur un ton tinté de joie, ce qui ne lui appartenait plus depuis longtemps. Elke ne considérait pas Amaélis comme une alliée. Si Tezca vantait trop souvent Ithildin et rêvait régulièrement d’elle comme d’une véritable sœur, l’Ondine elle, n’avait pas d’affection pour ces deux engloutis. Aussi, elle tenta de repérer la voie que le visiteur de la grotte eut pu prendre et avança sans attendre.

*Concentre-toi. On a une mission. *

Tezca consentit à suivre sa liée. Elles ne pouvaient pas ruiner leurs affaires sous prétexte d’une rencontre fortuite. Fortuite ? Le Noir avait bien dit qu’elles ne seraient pas seules ?

*Elles restent loin. *
*Elles nous ont vues ? *
*Oui. *

Elke sentit le défi et la méfiance la posséder. Elles se faisaient traquer, espionner… L’ Ardente sentit qu’elle devrait peut-être user des conditions pour s’assurer que l’Airain ne joue pas de mauvais tour. Le duo s’engouffra alors dans plusieurs sentiers étroits… Bientôt Tezca capta un esprit furtif, changeant, curieux…

*Elles ne sont pas seules. *
*Tu vois… *

Quelques heures plus tard, Elke sentit les roches suffisamment aiguisées pour qu’Ithildin ne puisse plus se mêler à l’affaire. Elle fit mine de faire une pause et se redressa quand Tezca annonça l’arrivée de la Neishaane. Amaélis était encore plus frêle que d’habitude. Moins évanouie que lors de leur dernière rencontre mais pas plus épaisse. Ses cheveux étaient partiellement gelés et il était étonnant qu’elle ne se soit pas encore brisée en mille morceaux. Tezca était concentrée sur l’âme effrayée d’un ridicule petit Lézard quand la Maîtresse se jeta sur Elke avec détermination. L’Ondine se fit percutée et roula à terre, le visage collé à l’effrontée. Elle lui murmura quelques injonctions mais l’Ardente ne prit pas le temps de l’écouter et lui entama un crochet du droit vigoureux pour que l’intrépide la lâche. La Neishaane ne tenta même pas de parer le coup. Elke se redressa d’un bond sur ses jambes et se prépara à passer ses nerfs par quelques coups supplémentaires quand Tezca lui rappela les mots d’Amaélis et la présence du Lézard. Si un léger doute lui apparut, un sourire en coin s’afficha et elle lui donna deux gros coups de pied dans le ventre.

-Comme c’est plaisant de croiser des Maîtres pas trop couards… Mais franchement… Je mérite pas mieux ?
Elke claqua des doigts et Tezca rugit pour faire sortir le Lézard de sa cachette.
-Toi, préviens le dragon que nous gardons sa liée.

Tournant le dos aux dragons, Elke regarda l’engloutie allongée sur le sol avec un air perplexe et un sourcil levé.

-Qu’est-ce que tu fais là ?



Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 487
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 275
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 14 Mar 2017 - 13:26 Répondre en citantRevenir en haut

L’espace d’un instant, Amaélis craignit que l’Ardente ne se prenne pas au jeu. Après tout, aucun lien – aucune responsabilité – aucun accord tacite ne l’obligeait à abdiquer en faveur de la Neishaane. Mais Amaélis lui avait rendu un service non négligeable, et le peu d’essence Neutre qu’elle possédait lui soufflait qu’il aurait été normal de se voir rendre la pareille. Et puis, la douleur l’empêcha de réfléchir plus avant. Elle accusa rudement le coup, sa poigne se relâchant autour des mèches de l’Ondine tandis qu’elle roulait dans la neige, plus loin. Ithildin tira avec violence sur le Lien, s’immisçant sans considération dans les fibres de son Âme Sœur qui se mordit l’intérieur de la joue afin de résister à l’envie de se jeter à corps perdu dans une bataille qu’elle était sûre de perdre.

° Arrête ! Calme-toi, ça fait partie du plan ! Tu vas tout faire rater ! °

° Très bien. Je lui tordrai le cou pour m’assurer qu’on ne fasse pas mauvaise impression devant ces abrutis de ton Kaerl. °


Deux coups de plus – pas moins mesurés malgré les circonstances – vinrent se nicher sous ses côtes, et la Neishaane serra les dents, ravalant bravement un gémissement plaintif. La voix cassante d’Elke s’éleva alors, et la Maîtresse Engloutie se redressa comme elle put, prenant appui sur ses genoux et à quatre pattes, un bras pressé contre son ventre. Dans cette position nettement embarrassante, elle parvint à jeter un regard acéré à l’Ardente. Les flammes de l’Airain faisaient bouillir le sang dans ses veines, et elle sentait son cœur battre contre sa chair, dont les échos comme d’imposants tambours de guerre brouillaient sa vision.

Tu f’rais mieux de te méfier, Chevalière. Y’en a de bien plus forts que toi qui se sont fait trahir par leur arrogance.

Elle cracha ces mots, certes blessée dans sa fierté mais pas aussi virulente que ne le laissaient supposer ses paroles. Elle se joignit aux deux autres pour intimer au Lézard de Feu d’aller retrouver Ithildin. La créature sembla hésiter – les vents étaient violents, à cette altitude, et le froid un danger à considérer. Tezca l’aida à se décider d’un feulement menaçant, et le petit Brun s’engouffra dans l’Interstice.

° Que veux-tu que j’en fasse ? Nos amies ne désirent-elles pas un déjeuner digne de ce nom ? °

° Ne lui fais pas de mal. Notre avenir en dépend, Dragonne. °

° Ton avenir ou le mien, Neishaane… °


Ithildin laissa cette pensée planer, prononcée d’un ton léger mais lourde d’implications, avant que l’attention de sa Liée ne dérive à nouveau vers Elke et sur la question qui lui était adressée. Fallait-il être honnête ? Amaélis faisait confiance à Tezca, même si, sans doute, ce sentiment ne lui appartenait pas véritablement. Quant à l’Ondine… Il n’y avait peur, ni amitié. Elle ne ressentait rien d’autre qu’une vague attirance, née dans les méandres de son imagination fertile et qui y demeurait pour ce qu’elle était – une divagation vide de sens et sans importance. La Neishaane ramena ses genoux contre sa poitrine, le souffle encore perturbé par les coups reçus, et pinça les lèvres. Elle ne voulait pas livrer ses faiblesses à Elke – ne voulait pas évoquer le jugement du Màr ou cette dernière chance qu’on lui offrait.

C’est une épreuve, se résigna-t-elle à annoncer, optant pour le mensonge. Une épreuve de Flarmya. Ithildin et moi, on a une relation compliquée. La Haute-Prêtresse de notre Màr nous a envoyées ici pour qu’on apprenne à compter l’une sur l’autre. C’est son Lézard de Feu, là, qui est censé lui rapporter ce qu’il voit.

Une espèce de ricanement retentit dans les confins de son esprit, et elle se surprit à rire à son tour – un son qui se rapprochait étrangement du crissement du verre pillé. Amaélis s’élança pour agripper le bras de l’Ondine et se hisser sur ses deux pieds.

Et toi ? J’crois que je me rappelle, Tezca avait l’air de vouloir découvrir le Vaendark. Vous avez pris des vacances ?



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:06 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu