Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] En ville pour ses marchands. Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Elke On Nïksé
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2016
Messages: 164
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Ondine
Âme Soeur: Tezca
Fonction: Spectre des Cendres
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 20 Aoû 2016 - 17:18 Répondre en citantRevenir en haut

☽ Fin Aran'Rhiodku


L’équinoxe avait offert une de ces plus belles nuits. Le ciel dégagé mêlait les étoiles au ballet des deux lunes. Cette aura surnaturelle qui évoquait le rêve se teintait de mauve et de roux, un tableau dont l’ondine ne se lasserait jamais. Deux mois passés que la caresse de l’esprit de Tezca s’était invité et les jeunes liées s’en trouvaient comblées. Quitter la vie d’aspirante était un soulagement. Elke pouvait enfin se sentir indépendante et forte et non seulement l’ombre mal assumée de son Maître. De son enseignement, Elke avait beaucoup appris sur elle mais depuis son empreinte, elle se destinait à mieux. L’organisation militaire du Kaerl offrait de se distinguer en temps de guerre mais la paix étouffante conduisait le Kaerl à sa propre perte en ramollissant ses ouailles et leur vigilance.

Jeune Chevalière, Elke n’avait pas l’expérience de ses illustres pairs, mais elle savait comment conduire ses talents pour les siens. Ses notions pour le commerce étaient une force particulière qu’elle saurait utiliser en temps venu mais pour l’heure, un escadron silencieux recueillait les volontaires pour diverses missions et c’est très naturellement qu’elle accorda ses services. Les Spectres des Cendres avaient la tâche minutieuse d’espionner et d’œuvrer discrètement. L’ondine avait un bon profil mais la plupart des membres du commandement était encore un peu réticent aux femmes. Aussi, on lui confia une mission « simple » qui lui ouvrirait les rangs si elle était rondement menée.

Renseignée et parée à prouver sa valeur, la Chevalière descendit aux écuries et sella sa monture, un bel étalon à la robe sombre. Tezca était heureuse de sortir toujours plus loin et leur voyage fut plutôt paisible. La bleue se dégourdissait les ailes et développait ses techniques de chasse lors de la traversée de la Sylve de Nòrui. Elle gagnait en stabilité et s’étonnait même de sa propre adresse tant ses proies ne lui résistaient pas. La toute jeune dragonne était déjà plus grande que sa liée. Bientôt trois mois et il était loin le temps où Tezca pouvait se rouler dans les fauteuils du Weyr.

L’entrée de la ville se faisait sentir et les sentiers étaient de plus en plus marqués. Tezca abandonna sa moitié et se percha dans les cimes d’un arbre robuste.

*Il y a du monde, mais je te suivrai. Laisse-moi fermer ton esprit et on te prendra pour une sans-don. Je te guiderai…*

Elke descendit de cheval, prit plaisir à salir ses vêtements afin de mieux jouer son personnage. L’ondine traversa les ruelles, répondant d’un signe de tête aux commerçants qui la saluaient. C’était la première fois qu’elle venait ici, mais on lui avait expliqué : une terre neutre mais avec des artisans affiliés. Elle croisa plusieurs chevaliers et Maîtres qui ne cachaient en rien leur Kaerl. Ils ne semblèrent pas la remarquer, sa duperie fonctionnait. Enfin, elle repéra plusieurs Célestes en discussion près d’un commerçant, la jeune ondine s’approcha pour tendre une oreille.

« Il y en a deux autres. Vous nous aviez parlé de cinq chariots, avec les fêtes de l’équinoxe ont a dû se contenter de trois…
-Oui je sais Maître, la récolte a été juste et nous avons eu des pertes à cause des intempéries.
-La livraison peut partir demain ?
-Oui Sire, elle est bientôt prête. On attend encore quelques arrivées à la grange et nous partirons demain.
-Bien. »

Le responsable céleste remercia son interlocuteur et s’éloigna jusqu’à un autre étal. Elke avait donc repéré un des fournisseurs, un dont la main d’œuvre se faisait désirer qui plus est. Elle scruta les fèves en en saisissant une poignée et feint de reprendre son marché. La jeune femme tourna à une intersection et poursuivit sa ballade en direction des entrepôts.

[HRP: Elke a des plans mais je t'encourage à l'en détourner, rien d'important à réaliser de mon côté.]



Publicité





MessagePosté le: Sam 20 Aoû 2016 - 17:18 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 467
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 259
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 23 Aoû 2016 - 13:45 Répondre en citantRevenir en haut

L'Airain fuyait à travers la nuit, comme une étoile fatiguée de rester immobile et à qui l'envie aurait pris de se détacher de la toile obscure du ciel. Accrochée au long cou écailleux de toute la force de ses maigres bras blancs, la Maîtresse Amaélis Yodera luttait pour ne pas glisser. L'aube n'était pas loin, et déjà l'horizon, derrière elles, se parait de teintes or et indigo. L'air glacial s'infiltrait sous le tissu léger de sa tunique, les pans d'une grande cape grise jetée négligemment autour de ses épaules battaient les flancs de la Dragonne. Le vent qui fouettait son visage en chassait les derniers vestiges du sommeil. L'une des jeunes apprenties de Nealyan Shamar était venue la réveiller, la pressant de se rendre à Lòmëanor afin de se procurer quelques plantes. La Guérisseuse du Màr Luimë prodiguait des soins intensifs à Arkanius, et ne pouvait pas se permettre, pour le moment, de quitter son chevet. Il incombait donc à Amaélis et Ithildin, en tant que sa Triade, de se déplacer.

° La prochaine fois, tu demanderas à Amser de t'accompagner. Je n'avais pas fini de dormir. °

Amaélis laissa le silence répondre aux provocations de sa Liée, trop fatiguée pour se battre. Que l'Airain s'entête à rejeter toute forme de responsabilité était de loin le cadet de ses soucis ; un Aspirant avait failli mourir. Un Doué avait failli mourir, un être à qui Flarmya avait accordé la vie de l'un de ses enfants de feu et d'écailles.

° N'est-ce pas là une bénédiction ? Quitte à mourir enchaîné à une créature futile et faible, autant ne pas naître du tout. °
° Aurais-tu préféré ne pas naître, Étoile-Lune ? °


Un rire grave écorcha les parois de ses pensées tandis que l'Airain déviait vers Lòmëanor et ses bâtiments posés pêle-mêle le long du Cenedril. Le fleuve faisait comme la griffure d'un monstre énorme dans la chair tendre de Tol Orëa, et son sang coulait, tout d'argent dans le clair-obscur de l'aube lointaine. La Neishaane savait comment interpréter la réponse de son Âme Sœur mais préféra ne pas trop y penser, un sentiment étrange étreignant sa poitrine, l'empêchant presque de respirer.

° En parlant de naissance, c'est aujourd'hui que l'on fête ta venue au monde, Neishaane. En guise de présent, je t'offre la mort d'Arkanius Druzath, qu'en penses-tu ? Aucun être ne mérite plus que toi le sacrifice de l'innocence et de la jeunesse, mon amour ! Crois-moi, mieux vaut le laisser s'éteindre, tu ne supporterais pas le poids de son regard s'il venait à se réveiller. °

Le dégoût souleva le ventre de la Maîtresse Engloutie, amenant un goût amer de bile au bord de ses lèvres. Parfois, les discours de la Dragonne engourdissaient son esprit et son cœur, les piégeaient dans une substance noire et poisseuse – et elle ne pouvait que regarder, impuissante, sa raison céder doucement.

Ithildin se posa sans aucune délicatesse dans les rues en plein éveil, ses ailes renversant au passage quelques malchanceux étals. Rien ne tenait jamais bien longtemps sur le chemin de la Dragonne – objets, gens, espoirs. Amaélis se laissa glisser à terre, offrant pour toute compensation un regard de fer aux marchands lésés. Elle rajusta sa cape, déchirée en maints endroits par les écailles acérées d'Ithildin, et observa longuement le parchemin que lui avait transmis l'apprentie. La plupart des ingrédients lui étaient inconnus, mais Nealyan avait eu la présence d'esprit d'indiquer où se les procurer. Amaélis hocha la tête en direction d'Ithildin, qui revêtit sa forme humaine afin de pouvoir se glisser dans les ruelles sans avoir à déplacer les bâtisses. La Dragonne détestait abandonner son habit d'écailles, mais détestait encore plus l'idée de laisser sa Liée se promener seule.

L'herboriste recommandé par la Guérisseuse les servit rapidement, un peu étonné et inquiété par la nature de la liste. Trop pressée, Amaélis accéléra le pas en sortant de la boutique, Ithildin sur ses talons, qui devait presque courir pour ne pas perdre de vue sa Liée.

° Attends-moi, où comptes-tu aller sans ailes pour te porter ? °
° Dépêche-toi ! °
° Et mon cadeau d'anniversaire ? Tu as déjà oublié ? Ce n'est pas très gentil de m'ignorer de la sorte, je voulais te faire plaisir. °


Le sang d'Amaélis se figea. Les paroles d'Ithildin n'étaient jamais à prendre à la légère, même si la Neishaane sentait son estomac se tordre dès qu'elle se permettait de jouer avec la vie de leur Aspirant infortuné. Elle prit de la vitesse, soudain désireuse de mettre de la distance entre la Dragonne et elle. Grondant, Ithildin dut bousculer les villageois, moins à l'aise que la Neishaane dans cette rivière humaine. Elle finit par percuter de plein fouet une jeune femme perdue dans la contemplation d'un étal, et l'impact envoya l'Airain rouler dans les choux lorsqu'elle brisa celui sur lequel elle tenta de se rattraper. Elle leva un regard rouge sang, trahissant sa véritable nature, vers la raison de sa chute.

Qu'est-ce que tu fous plantée là, gamine ? Tu ferais mieux de déguerpir avant que je me relève !

Un peu plus en avant, Amaélis s'était retournée pour observer, pétrifiée, la scène. Il ne faisait jamais bon importuner l'irascible Dragonne – même involontairement.



Elke On Nïksé
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2016
Messages: 164
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Ondine
Âme Soeur: Tezca
Fonction: Spectre des Cendres
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mar 23 Aoû 2016 - 15:44 Répondre en citantRevenir en haut

Elke fut bousculée si fort qu’elle ne put maintenir son équilibre avant de s’écraser contre un mur. L’ondine se redressa et tourna un œil énervé contre la personne qui l’avait percutée mais celle-ci lui accorda un regard trop dangereux pour être humain. Elke remarqua le corps inerte qui avait amorti sa chute et fit un pas en arrière en entendant la jeune femme gronder. Un dragon sans Maître ? La stupeur était grande. L’ondine regarda autour d’elles mais n’aperçut guère son lié. Elke sentit la réconfortante présence de Tezca en son esprit lui rappelant qu’elle passerait volontiers pour une sans don si elle arrivait à ne pas se trahir. L’ondine reprit le dessus sur sa frayeur et répondit sur un ton suffisamment insolent pour paraître inconscient.

-Gamine, pousse pas ma grande, t’as pas l’air d’une antiquité.

Il lui semblait difficile de feindre ne pas avoir croisé son regard de dragonne pour lui tendre une main amicale et l’aider. L’ondine avait pour elle ce masque impassible qui ne trahirait pas comme la situation était risquée… Il fallait qu’elle conduise le dragon sur une toute autre humeur…

Elle était une villageoise après tout. Elke usa d’un ton naïf qu’elle tenta de ne pas faire sonner trop faux et prit un air cachottier.

-Vous êtes un Chevalier n’est-ce pas ? J’ai jamais pu discuter avec l’un de vous, vous avez des pouvoirs hein ? Elle regarda la boue sur son manteau. Je suis sûre qu’on vous donnera une autre de ces belles capes... Dame... Vous venez de quel kaerl ?

L’ondine recula d’un autre pas, témoignant d’une fausse déférence et prouvant comme elle considérait le pouvoir de cette jeune inconnue. Ils n’avaient pas le droit de tuer des sans-dons, ça, elle en était certaine.

*Éloigne-toi. Si ça se complique, je ne peux pas me transformer…*
*Et ma couverture sera...*
*Ce sera la meilleure façon de nous ridiculiser oui... Comme pires éclaireuses.*
*Au revoir notre admission chez les Spectres...*
*Va-t’en !*


La Chevalière bleue buta contre les briques derrière elle et s’adossa contre le bâtiment qui l’eut empêché de tomber. Quittant la dragonne des yeux, son regard croisa enfin celui de sa liée, une jeune femme, pas plus vieille qu’elle, une Neishaane, blafarde qui semblait assurément pétrifiée. Elle tourna vivement la tête vers la créature aux allures d’humaine.

-C’est votre dragonne ? Elle est si ...



Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 467
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 259
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 23 Aoû 2016 - 16:52 Répondre en citantRevenir en haut

La réponse de la jeune femme amusa la Dragonne, dont les lèvres charnues s'étirèrent en un sourire mauvais. Il n'y avait qu'Ithildin pour se sentir ainsi flattée, et l'Ondine n'aurait pas pu rêver meilleure cible pour son petit jeu de comédienne. Une fois debout, l'Airain rajusta son manteau d'une main violente, avisant du coin de l’œil la forme immobile d'Amaélis. Son regard avait repris sa teinte d'ardoise, et elle leva le menton en contemplant d'un air condescendant la villageoise, drapée dans sa dignité. Elle ? Chevalier ? L'affront était de taille, mais le comportement de la jeune femme calma quelque peu les ardeurs de l'Airain – plus que les questions qui suivirent.

Qu'importe ma cape ! Ce n'est guère de cela dont tu devrais t'inquiéter.

Elle ne daigna pas en dire plus. La simple idée de répondre qu'elle venait du Màr Luimë suffisait à lui brûler la gorge. La Dragonne fit se disperser les badauds intrigués par la scène en aboyant jurons et menaces. Amaélis en profita pour s'approcher, silencieuse comme une ombre. La Neishaane croisa le regard de l'Ondine et détourna vivement les yeux.

° C'est une Douée, ça, je peux le sentir, même si on dirait qu'elle essaie de le cacher. À quoi joue-t-elle ? °
° On s'en fiche, c'est pas nos affaires. Maîtresse Shamar nous attend, j'te rappelle ! °


Mais Ithildin ne prêta pas attention aux propos de la Neishaane, sa curiosité piquée au vif. L'Airain avait un faible pour se mêler de ce qui ne la regardait pas. Elle eut un reniflement moqueur quand l'Ondine prit Amaélis pour une Dragonne.

Si fragile ? Insignifiante ? Va donc, comment trouves-tu ma Liée ? Ça m'intéresse.

Ithildin fit quelques pas, couvrant la distance qui les séparait, et agrippa l'Ondine par le col, sous le regard médusé de la Neishaane. Celle-ci avait bien compris le jeu de la Dragonne et ne comptait pas s'y mêler, quand bien même cela aurait été la seule façon de gagner du temps et retourner sans plus tarder au Kaerl. Partagée entre la volonté de fuir et la peur des représailles de son Âme Sœur, Amaélis osa finalement ouvrir la bouche :

Laisse-la donc ! Nous avons des choses plus importantes à faire que martyriser cette pauvre femme, Ithildin. Demoiselle, excuse-toi, qu'on en finisse.

La ferme, Amaélis. ° Si je ne peux pas m'amuser avec Arkanius, laisse-moi au moins m'amuser avec celle-ci ! °

La Dragonne relâcha l'Ondine, des flammes rubescentes dansant dans ses iris. La tentation était grande de simplement s'immiscer dans ses pensées, mais plus encore était celle de forcer une Dragonne, quelque part, à accourir au secours de sa Liée. Malgré tout, elle ne tenait pas à découvrir la vérité si vite – ce n'était pas assez excitant.

° Tes jeux n'amusent personne, Dragonne. Cette histoire va encore mal finir. °
° N'est-ce pas un sentiment délectable ? °
° Non. Aussi déplaisant que ça puisse être à admettre, Alkhytis a raison quand elle dit que tu vas tomber sur plus fort que toi, un jour. °
° Depuis quand prêtes-tu de l'importance à ce que pense cette pimbêche ? Tu ne me fais pas confiance ? °


Amaélis connaissait son Âme Sœur depuis assez longtemps pour savoir que cette question n'en était pas une, et qu'elle aurait été mal avisée de tenter d'y répondre. Elle laissa donc l'Airain à ses manigances, les mains croisées sous sa cape grise. Avec un sourire victorieux, la Dragonne déguisée appuya nonchalamment une main contre le mur de briques, le bras tendu, marquant ainsi sa supériorité et dévorant des yeux l'Ondine.

Donne-moi ton nom.



Elke On Nïksé
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2016
Messages: 164
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Ondine
Âme Soeur: Tezca
Fonction: Spectre des Cendres
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 27 Aoû 2016 - 20:28 Répondre en citantRevenir en haut

La colère de la dragonne sembla s’éteindre aussi rapidement qu’elle était apparue. Les manières de l’ondine semblèrent faire leur petit effet et la créature ne cherchait plus à l’anéantir bien que du bout des lèvres elle fit retentir l’écho d’une menace. Elke se détendit progressivement alors que la brune éloigna les curieux. La Neishaane approcha et lorsque son regard pénétra celui de la Chevalière, elle sentit une légère attraction.

* C’est quoi ça ? *
* Elles effleurent ton esprit, mais elles n’entreront pas. *


La dragonne accepta le jeu de la rencontre et offrit un air que l’on aurait deviné amusé en dardant un œil sur sa liée. Elke prit appuie sur l’une de ses jambes, reprit sa moue habituelle comme si l’enthousiasme ne l’avait jamais traversée.

-J’sais pas ce qu’on doit pas dire sur les dragons Dame, mais cette brindille, on a envie de lui donner une miche de pain. Donc fragile oui… et fade en plus.

Cette chevalière n’avait pas un charisme stupéfiant mais Elke avait relevé qu’au travers de l’insignifiance pouvait se jouer bien des tours. Aussi bien qu’elle assura son rôle de villageoise pas très cultivée, elle était curieuse de découvrir la véritable nature de l’ennemi. Sa réponse était-elle encore plus déplaisante qu’elle ne l’eut cru ? La créature s’approcha et l’empoigna au col, sa nature vibrait dans ses veines et peut-être était-il plus difficile pour elle de se montrer tempérée alors qu’elle concentrait son pouvoir en une forme peu confortable. L’ondine fut surprise mais ses yeux violines laissèrent transparaître un éclat d’amusement. La Neishaane intervint et Elke reprit son rôle à coeur, feignant la peur d’une fille de basse naissance.

-Dame Ithildin, je vais écouter votre liée, je regrette de l’avoir trouvée si terne pour vous accompagner

* Amaélis, Ithildin, je ne les connais pas. Dois-je me préparer à mourir ? *
* C’est qu’elles sont pas dangereuses alors. La dragonne est tendue, mais quoi qu’il arrive n’intervient pas. *
* Je goûterai sa liée pendant qu’elle léchera tes entrailles. *
* Bonne idée...*


La dragonne fit planer son ombre sur l’ondine plus petite qu’elle. Elle se tenait si près que son souffle promettait que si elles en venaient aux mains, elle userait de sa puissante morsure. Tel un amant, elle lui demanda son nom, prête à boire ses paroles pour calmer sa curiosité. Elke serra les mâchoires et n’évita pas ses billes oppressantes. Elle ne succombait pas à la terreur comme un simple manant et elle était aussi avide d’en savoir davantage.

-Flore, lacha-t-elle doucement. Vous n’avez pas à essayer de m’effrayer, vous savez… Vous venez… pour quoi en ville.. ?



Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 467
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 259
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 28 Aoû 2016 - 23:33 Répondre en citantRevenir en haut

Fragile oui… et fade en plus.

Ithildin, dans les tréfonds de son esprit et de celui d'Amaélis, avait ri. Un rire long et cruel, qui fit trembler la Neishaane de la tête aux pieds. Elle n'avait pas grand chose à faire, au fond, de son apparence et de ce qu'elle pouvait bien inspirer aux autres, mais supportait difficilement le sentiment victorieux et moqueur qu'elle percevait clairement chez la Dragonne. Un instant, l'envie lui prit de chanter et d'endormir l'Ondine – mais si celle-ci venait bien d'un autre Kaerl, comme l'avait avancé Ithildin, la Neishaane ne voulait pas prendre le risque de leur attirer encore plus de problèmes qu'elles n'en avaient déjà. L'Airain se suffisait à elle-même, et il était inutile d'augmenter les probabilités de voir la situation dégénérer.

° Entends-tu, Amaélis ? Jamais encore je n'avais rencontré une personne usant des mêmes mots que moi pour te décrire ! Comment devrions-nous célébrer cela ? Je pourrais l'égorger, qu'en penses-tu ? Et lui demander de répéter ? °
° Laisse-la, je t'ai dit ! Tu me fais peur. °
° Même elle n'a pas peur. Tu es pathétique. Ne vois-tu donc pas qu'on rigole ? °


Amaélis jeta un regard noir à sa Liée, croisant les bras d'un air revêche. La jeune femme aux yeux d'améthyste s'excusa d'une voix légèrement paniquée, et la Neishaane eut à peine le temps d'espérer qu'elle se souvint à quel genre de créature elle s'était Liée.

° Là, elle a dit qu'elle regrettait. °
° Et donc ? Que devrais-je faire selon toi ? °


La Maîtresse Engloutie ne prit pas la peine de répondre, dardant son regard de cendres dans la direction de l'Ondine. Son visage ne lui inspirait pas confiance. Cela n'était pas assez exceptionnel pour être significatif, néanmoins, car Amaélis ne faisait confiance à personne. Elle leur révéla son prénom à voix basse, et, vraiment, la Neishaane aurait mille fois pu mettre un terme au badinage et aux faux semblants qui mettaient en danger la vie de son Aspirant. Malheureusement, et ce même dans les situations les plus dramatiques, c'était encore et toujours sa crainte envers Ithildin qui l'emportait sur la raison. La réflexion lui arracha un sourire amer : n'avait-elle donc d'autre maître que la peur ? Ou avait-elle désespérément besoin d'un prétexte pour s'amender ?

Vexée par son propre constat, Amaélis devança la Dragonne et s'empressa de répondre à l'Ondine, d'un ton aussi glacial et tranchant que le blizzard :

Rien qui te concerne, Flore. À ta place, je ne risquerais pas tant ma chance. À quel moment as-tu pensé que t'étais en position de poser des questions ?

La Neishaane sentit le regard de sa Liée, brûlant sur sa peau fine.

° Ah ! C'est comme ça que tu me plais, Neishaane ! °
° Je veux juste qu'on s'en aille. °


Un grognement s'échappa de la Dragonne, grandement offusquée de constater l'indifférence de son Âme Sœur. Ses humeurs, toujours changeantes, oscillèrent rapidement vers la colère. Elle se pencha un peu vers l'Ondine, quelques mèches gris perle venant chatouiller le visage de la prétendue Flore. Toujours peu encline à s'adapter à cette forme humaine tant honnie, Ithildin huma sans considération son odeur, remontant le long de sa gorge. Amaélis l'observa faire avec un air étrange, une légère vague de jalousie affluant dans ses veines. Fondamentalement, l'Ondine dégageait un parfum d'hiver et de rudesse qui ne pouvait que lui plaire. Les iris de la Dragonne se piquetèrent d'éclats cuivrés, un sourire dévoilant ses dents.

Flore, donc. Quel prénom innocent pour une jeune femme si téméraire ! Je te fais peur ? Ce n'est pourtant pas moi que tu devrais craindre... Je n'ai ni griffes ni crocs, et le seul feu que je suis capable de cracher serait métaphorique.

La Dragonne darda sur un elle un regard où les couleurs se mêlaient, venant contredire parfaitement – et à dessein – ses paroles.

Allons, ma Liée a été dure. Nous avions des courses à faire, voilà tout.



Elke On Nïksé
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2016
Messages: 164
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Ondine
Âme Soeur: Tezca
Fonction: Spectre des Cendres
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mar 30 Aoû 2016 - 20:32 Répondre en citantRevenir en haut

La Neishaane s’impatientait et prit part à la conversation. Enfin, elle vint surtout mettre fin à leurs échanges. Sèche, elle ne semblait plus si mièvre et elle se permit même d’asseoir son autorité sur la villageoise osée. Difficile pour l’ondine de contrarier une femme de rang quand on jouait les médiocres. Elke se rangea alors dans cette expression éteinte et sans grande compassion, à défaut de l’avoir vexée voilà qu’elle l’empêchait d’en apprendre davantage.

La dragonne revint à sa rencontre, parcourant dans un étrange élan magnétique son inspection. Est-ce qu’elle sentait le mensonge ? Car celle-ci joua du quiproquo sur sa forme humaine pour révéler en son regard une valse de teintes surnaturelles. Elke n’avait pas peur. Elle eut grand mal à feindre cette crainte si caractéristique des sans-dons, trahissant par là sa condition. Bien que l’ondine eut conscience de ne pas répondre aux attentes de terreur d’Ithildin, elle ne voulait pas pour autant se vendre si vite. Elle serait démasquée sans nul doute mais pas pour autant sans secret.

-Mère grand, comme vous avez de grands yeux... Lâcha-t-elle d’une traite et sur une voix monocorde et naïve, comme si aucune menace ne lui avait été adressée.

Elle passa sous le bras de la dragonne pour se libérer de son impudique proximité et fit face à la Neishaane bien qu’elle supposa que la dragonne détesterait cela.

-Voilà comme les gens de votre rang s’adressent aux villageois ? C’est pas un comportement très honorable… J’me trompe ?

Elke recula de quelques pas pour faire face aux deux liés et afficha un air qui tendait vers l’insolence.

-Une terre neutre tout ça… on voit comme les grands de ce monde protègent leurs ouailles. J’vais même me risquer à fêter ça. Je devrais vous demander des excuses pour ne pas aller témoigner devant le tribunal des Maîtres. C’est par où déjà... amorça-t-elle tout en regardant au loin vers la place la plus affluente.

Elle regarda de nouveau la Neishaane sans trop attendre en retour. Elle avait approximativement le même âge, elle ne put s’empêcher d’être plus familière surtout face à sa prestance juvénile mais s’engagea à remettre la situation en place.

-T’es Chevalière vraiment ? C’est quoi ta spécialité ? Tu dois être érudite. J’arrive pas à… à t’imaginer avec une épée à la main. Elle jeta un œil un tantinet complice vers la brune. Ça doit pas être facile à assumer.

Soudain, son coeur se mit à battre à la chamade sans qu’elle ne comprit pourquoi. Il n’y avait rien en cette situation qui lui aurait fait perdre à ce point ses moyens et pourtant, voilà qu’elle vibrait comme une pucelle.

*Tezca.. ?*
*Ça va. Je suis tombée.*

Le flegme de l’ondine reprit le contrôle de son intérieur et réconforta la jeune dragonne par la même occasion.
*Je n’arrive pas à me déplacer *
*Comment ça ?*
*Sur deux pieds ! *


Ainsi c’était donc ce qui se tramait dans sa tête écailleuse depuis plus d’une semaine. Tezca n’avait encore jamais cherché à apparaître autrement que dans ses écailles sombres mais était fascinée par le champs des possibles. L’inquiétude la gagnait et alors qu’elle laissait sa moitié œuvrer à sa façon, elle s’était investie d’une mission impossible : parvenir à surgir, si besoin était, et en toute discrétion pour la plèbe en dépit de son très jeune âge.



Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 467
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 259
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 31 Aoû 2016 - 12:48 Répondre en citantRevenir en haut

Flore n'eut même pas la décence de tressaillir, et Ithildin releva légèrement la tête, un air victorieux venant creuser un peu plus les ombres de son visage. Derrière elles, troublée par sa propre fascination envers le comportement presque sensuel de la Dragonne, Amaélis faisait de son mieux pour détourner le regard – sans grand succès, et des flammes délicates léchaient désormais ses joues blafardes.

° Elle sait. °
° Évidemment qu'elle sait. Tu devrais peut-être te transformer devant elle, histoire d'être encore plus subtile. °
° Du sarcasme, maintenant ? Est-ce mon anniversaire que l'on fête ou le tien ? °


La Neishaane renifla, à moitié amusée par la remarque de l'Airain, et celle-ci en manqua presque la réplique de Flore. Sur le ton d'une comptine, l'Ondine laissait innocemment tomber son masque. Cela n'était pas encore assez. La curiosité mordait l'esprit de la Dragonne, et elle estima qu'il aurait été contrariant d'en rester là. Elle sentait des vagues d'agacement agiter la surface de ses pensées en provenance d'Amaélis, qui avait de toute évidence opté pour une approche plus insistante afin de forcer l'Airain à partir. Peine perdue.
Flore lui échappa alors, s'évadant de sa proximité imposée. Ithildin l'observa faire sans rien tenter ; il lui fallait d'abord réfléchir à un autre moyen d'exhumer la vérité. La jeune femme, avec intelligence, s'était dirigée vers Amaélis, suivie par le regard intrigué de l'Airain. En réaction aux paroles de l'Ondine, la Maîtresse haussa les épaules :

Ma Liée n'a rien d'honorable, mais je suis pas responsable de son caractère.

La Neishaane avait croisé un peu plus les bras autour de sa frêle silhouette, et bien qu'elle ne recula pas, tout son corps semblait attiré vers l'arrière. Elle ne se détendit que quand Flore s'éloigna d'elle-même, la respiration encore un rien tremblante. L'Ondine avait changé son jeu, et Ithildin se fit un plaisir d'en rire, alors même qu'Amaélis écarquillait les yeux, paniquée.

° J'ai eu ma dose de tribunal. Ithildin, ne dit rien. °
° Qu'est-ce que ça change ? Elle ne le fera pas. Pourquoi penses-tu qu'elle nous aurait caché son identité si elle n'a rien à se reprocher ? °


Malgré tout, la Dragonne resta silencieuse, sans doute toujours en intense réflexion. Amaélis croisa le regard violet de Flore, un frisson naissant dans son sillage comme si celle-ci l'avait caressée de sa main. La moquerie ne l'atteignait pas, mais le Lien faisait qu'elle partageait, de temps à autres, certains traits propres à l'Airain. En de rares occasions, une fierté dure et froide surgissait, enveloppant la Neishaane d'un sombre manteau d'Hiver, et ses yeux de cendres s'illuminaient de l'éclat propre à l'acier. Cela laissait Ithildin songeuse, en vérité. Était-ce son sang qui s'exprimait ainsi ou celui d'Amaélis ? Dans les rêves confus de son Âme Sœur, les visages se succédaient et se mêlaient, tous taillés dans la glace.

Maîtresse Dragon, en fait. La valeur se mesure pas avec une épée, sinon tous les idiots de Rhaëg pourraient prétendre à notre héritage.

Amaélis avait cette manière bien à elle de se montrer hautaine, sans que rien sur son visage ne se torde. La rafale glacée de sa voix partit aussi vite qu'elle était venue, et, presque sans comprendre, elle se trouva à nouveau en train de regarder l'Ondine avec deux grands yeux brumeux. Ithildin, qui détestait voir sa Liée se montrer digne ou fière, ne manqua pas d'ajouter :

Et nous pourrions fêter ta promotion, Amaélis, en plus de ton anniversaire ! Vraiment, nous n'avons jamais eu l'occasion de célébrer ton nouveau rang.

Ce fut comme si Ithildin avait planté une lame dans le cœur d'Amaélis, et elle hoqueta, s'accrochant désespérément au regard rubescent et cruel de la Dragonne. La perspective de malmener sa Liée lui semblait plus attractive, maintenant, que celle d'agacer Flore. Avec une familiarité décomplexée, l'Airain passa son bras sous celui de l'Ondine.

Je suis sûre que Flore saura nous indiquer où aller. Tiens, en guise d'excuse, nous t'invitons ! Qu'en penses-tu ?



Elke On Nïksé
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2016
Messages: 164
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Ondine
Âme Soeur: Tezca
Fonction: Spectre des Cendres
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mer 31 Aoû 2016 - 19:25 Répondre en citantRevenir en haut

La vérité dévoilée, le trio jouait de ses tensions pour dominer la situation ou du moins ne pas la laisser dégénérer. Si la dragonne sembla admettre facilement la nouvelle réalité, la Neishaane elle, se tendit plus que nécessaire, mêlant agacement et réelle crainte à la mention du tribunal. L’ondine se félicita de voir qu’elle la tiendrait à cette bonne distance tant qu’elle craindrait pour sa réputation et remarqua aussitôt la relation particulière entre les deux liées.

La Neishaane corrigea Elke et se plaça avec arrogance à un rang pour lequel elle était plutôt jeune. Elle eut même besoin de justifier sa position en vantant des talents autres que la maîtrise des armes. Cela fit sourire discrètement l’ondine, la diplomatie était préférable en temps de paix mais l’accalmie des Kaerls ne tendait pas selon elle, en une éternelle trêve. La jeune Maîtresse présenta plus de tempérament qu’elle ne l’eut cru. Sa voix franche ne cherchant nul détour pour présenter les choses à sa façon.

L’ondine acquiesça d’un signe de tête comme si elle voulait bien admettre qu’elle était douée sans grande conviction. Avant qu’elle n’ait trouvé mot à redire, Ithildin s’engagea dans une répartie tendancieuse dont l’aspect moqueur amusa l’ardente. Voilà qu’elle se trouvait une curieuse alliée en cette créature qui mettait sa moitié plus que mal à l’aise. Jamais elle n’aurait pu croire en une pareille rencontre et pourtant elle accepta leur invitation. Feignant de ne pas mesurer la gêne de la Neishaane, elle accepta volontiers le bras de la dragonne comme si elles avaient toujours été amies.

-Un anniversaire, une nouvelle Maîtresse à célébrer… Je dois dire que la situation m’interpelle et je ne connais pas beaucoup de « Maître » en plus, appuya-t-elle consciencieusement pour nuancer ses propos.

-Depuis quand n’as-tu pas partagé une table avec une consœur, Amaélis ? Elle articula le prénom de sorte de ne pas l’oublier et avança d’un pas décidé. Cette invitation ne manque pas.. de mordant, je me joins naturellement à vous.

*Elke, Ithildin, ça me dit quelque chose… essaye de découvrir la couleur de ses écailles. Elle me paraît trop intelligente pour venir du Màr Menel, mais je ne crois pas que les engloutis aient marqué les mémoires...*

Elke ne connaissait pas les lieux, c’était la première fois qu’elle mettait un pas au village, mais son assurance les conduisirent sur la rue principale et à la rencontre de deux charmants trop imbibés. L’ondine approchait d’une des tavernes les plus réputées quand elle aperçut la main de l’étranger s’inviter sur le derrière de la dragonne. Leur étreinte s’abrégea alors, Elke toisa le déchet d’humain et laissa sa comparse interagir pour elles.

*Tu ne peux pas le punir.*
*Laissons aux hauts gradés de régler cette affaire.*
*Comment elle peut être Maîtresse, elle est ridicule.*
*C’est peut-être rare de savoir lire chez eux. *



Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 467
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 259
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 1 Sep 2016 - 15:39 Répondre en citantRevenir en haut

° Tu te paies ma tête, j'espère, hein Ithildin ? °
° Absolument pas. °
° Arkanius a besoin de ces plantes ! Si nous ne hâtons pas, il... Il va mourir, merde ! Par le sang de Kaziel, tu réalises ça ? °
° Il ne se réveillera pas plus que les autres. Qui est déjà revenu pour ou grâce à toi, Neishaane ? °


Une porte s'ouvrit dans l'esprit d'Amaélis, et derrière, Darweel gisait sur son lit de mort, son corps amaigri dissimulé sous des couvertures qui semblaient trop lourdes pour elle désormais. La Neishaane, à peine plus jeune qu'aujourd'hui, sanglotait, à moitié étalée sur le lit, ses mains serrant celles de la Demi-Elfe. Combien de nuits et de jours avait-elle fui le Kaerl pour venir se recueillir dans cette chambre du Manoir ? Et Ragnarök, majestueuse force de la nature, qui ne pouvait même plus se lever...

La voix de l'Ondine, étouffée par les souvenirs, parvint néanmoins à ramener Amaélis à la réalité. Elle considéra les deux femmes, bras dessus bras dessous.

Je... n'ai jamais partagé de table avec une... consœur. Le mot lui laissa un arrière-goût désagréable dans la bouche. Flore n'était pas une consœur ; même au Màr Luimë, Amaélis n'avait pas de consœur. Le terme impliquait une notion d'égalité, or la Neishaane avait arrêté de nourrir de tels espoirs depuis qu'elle avait posé les pieds en Lande d'Eru. Ceux qui ne la prenaient pas pour une folle fuyaient sa présence comme si elle traînait dans son sillage quelque démon Maudit. D'autres, à l'instar de la Chevalière Lynaël Mël'aryn, ne pouvaient s'empêcher de la traiter en enfant de cinq ans.

Ithildin sourit aux pensées de sa Liée, une ombre cruelle et satisfaite passant sur son visage.

De mordant, dis-tu ? Tu ne penses pas si bien dire !

Un rire l'agita, et Amaélis se demanda s'il s'agissait là d'une menace à demi-mots dirigée vers l'Ondine ou si la plaisanterie ne s'adressait qu'à elle. La Maîtresse Engloutie leur emboîta le pas, s'avouant vaincue. Elle serra le sac empli de plantes médicinales contre elle et tenta d'empêcher les remords d'envelopper son esprit. Flore marchait avec confiance, les menant à travers les rues et jusqu'à l'orée d'une taverne, où deux individus particulièrement éméchés titubaient et s'échangeaient des plaisanteries sur lesquelles Amaélis ne prit pas la peine de s'attarder.
L'un d'eux, avisant les trois demoiselles, s'approcha, vacillant, et sa main vint se poser sur le derrière de la Dragonne. La Neishaane écarquilla les yeux, raisonnablement effrayée par la scène. La vague de rage qu'elle ressentit n'avait rien à envier aux plus violentes tempêtes des îles d'Ys, néanmoins, la colère d'Ithildin ne s'abattit pas tout de suite. Les iris brûlant d'un feu infernal, elle s'empara du poignet obscène et, profitant de l'état de l'agresseur, elle en plaqua délicatement la paume contre le visage perplexe de celui-ci. Qu'est-ce qu'elle... ? Amaélis suivit du regard sa Liée alors que celle-ci se dirigeait vers le deuxième ivrogne, traînant le premier derrière elle. Guidant toujours sa main, elle la fit s'écraser contre l'entrejambe de l'infortuné compagnon et ne la lâcha que quand elle fut assurée de son étreinte. Tout sourire, elle laissa les deux hommes s'observer avec un mélange d'horreur et d'incompréhension et revint se placer aux côtés d'Amaélis et de Flore. Elle se justifia, haussant légèrement les épaules :

Les humains ont moins de répondant quand ils ont bu, et je déteste perdre mon temps avec des imbéciles. C'est un gâchis de mon intelligence. Elle se pencha vers l'Ondine, ronronnant presque : Or toi, tu me plais bien.

C'était là un mensonge éhonté, car l'Airain n'aimait jamais que l'affrontement, mais l'affirmation fit tout de même flancher Amaélis, un soupçon de jalousie s'insinuant dans ses veines – sans trop savoir, toutefois, quelle en était la raison première.

° Vous êtes meilleures amies, maintenant ? °
° C'est toi qui voulais éviter le tribunal. Ma dame demande, j'exécute. °


Ravalant un sifflement dédaigneux, la Neishaane tourna son attention vers l'enseigne. Le Gai luron, hein ? Au moins était-ce plus sobre que d'ordinaire, et elle en déduisit que l'établissement devait être respectable. D'un signe de tête, elle désigna l'entrée.

Bon, on y va ? J'préférerais qu'on traîne pas trop, puis les deux abrutis pourraient revenir.


Quel manque de tact, ma Liée, alors que Flore a si gentiment accepté de te tenir compagnie pour ton anniversaire !

Amaélis soupira, levant les yeux au ciel, mais consentit à adresser un maigre sourire à l'Ondine.



Elke On Nïksé
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2016
Messages: 164
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Ondine
Âme Soeur: Tezca
Fonction: Spectre des Cendres
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Ven 2 Sep 2016 - 22:05 Répondre en citantRevenir en haut

Amaélis avait quelque chose de désagréable, une antipathie naturelle, une allergie aux bons moments. Elke préféra l’ignorer, Ithildin était de bien meilleure compagnie et une dragonne valait bien mieux qu’une Neishaane. L’ondine était là pour s’immiscer dans la vie de ce village, peut-être en tirerait-elle quelques éléments à se fondre jusque dans une taverne.

Quel fabuleux spectacle ! La brune n’eut pas besoin de plus de quelques secondes pour rendre les humains ridicules, dépossédés de leur fierté trop masculine. L’ondine se retint, mais il était fort difficile de trouver cela déplaisant et si elle aimait une chose par-dessus tout c’était écraser un ennemi à terre. Mais que ferait cette Flore dont elle parcourait les traits ? Elke suivit ses deux comparses sans demander son reste.

L’intérieur n’avait pas grand-chose à envier à l’extérieur, c’était tout aussi sale mais avec une ambiance qui poussait à la consommation. L’ondine s’était faite aux dures mœurs et libéra aisément une table en faisant rouler ceux qui y ronflaient. Elle subtilisa une bourse au passage et commanda le meilleur hydromel pour sa table.

Lorsque les gobelets approchèrent, l’ardente joua un instant les nobles effarouchées, afin de rendre l’instant distingué. Elle leva son verre.

-En l’honneur de la Dame Amaélis, pour ses… vingt printemps ? En tout cas pour sa nomination en tant que Maîtresse du Kaerl… Ah oui tiens… de quel kaerl d’ailleurs ?

Elke retrouva son allure de garçonne en posant un pied sur son banc, de sorte à serrer son genou près de son visage. Elle en profita pour ajuster la sangle de sa hache sur l’autre cuisse, elle ne cherchait pas à la cacher non, mais elle avait appris que de se montrer en confiance ouvrait parfois à quelques incartades.

-Et vous avez donc fait quelque chose j’imagine… pour être… promue ? Allez raconte-moi Ithildin, ta Neishaane fait sa timide.

Elle se sentait bien et assurément dans son élément avec tant de témoins autour. Aussi, elle pointa rapidement ce qui pouvait sembler déplacé.

-Vous faites… une sacrée paire, je ne sais pas, vous vous êtes disputées avant de venir ?

*Pourquoi ne puis-je pas me joindre à la table.*
*Il n’y a pas de dragons, peut-être quelques lézards sous les pierres de l’entrée mais pas de gros comme toi.*
*Je n’ai jamais parlé avec un autre dragon ennemi*
*Promène-toi, je sais pas, va te faire un ami en régurgitant un bout de sanglier.*



Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 467
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 259
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 3 Sep 2016 - 00:05 Répondre en citantRevenir en haut

Une fois dans la taverne, l'inextricable mélange d'odeurs de graillon, d'alcool et d'urine submergea la Neishaane – pour autant, ce fut surtout la vue et la proximité d'autant de corps dans une seule et même pièce qui manqua la faire vaciller. Immédiatement, et dans un rituel maintenant bien connu du couple de Liées, elle chercha l'appui mental de son Âme Sœur, puisant dans sa force pour mieux faire face à l'agression. À peine réticente car cela relevait plus de l'automatisme que d'une action réfléchie, Ithildin la laissa faire, la main alors résolument plantée sur l'épaule d'Amaélis, se frayant un chemin à la suite de Flore. La Dragonne avait retroussé son charmant nez, incommodée par la présence des bipèdes mais bien déterminée à profiter de ses manigances.

° J'te jure, s'il devait arriver quoi que ce soit à Arkanius pendant que tu t'amuses avec ta petite Ondine, je t'adresserai plus jamais la parole, Dragonne de malheur. °
° Libre à toi de t'étouffer dans ta mauvaise foi, Neishaane, toi et moi savons très bien qui est responsable de cette situation. °
° Oh oui, je sais ! °


Les iris luisant de colère, la Maîtresse Engloutie choisit de s'attabler juste en face de Flore, enjambant les ivrognes sans trop de considération. Rares étaient les fois où la Neishaane pouvait véritablement ressentir quelconque émotion s'apparentant à de la rage, et si celle-ci n'était jamais extériorisée, elle ne savait cependant pas la canaliser. Incapable de comprendre pourquoi ses mains tremblaient, Amaélis se saisit de son verre, les doigts crispés. Le regard ardent de la Dragonne, qui s'était glissée sans bruit sur le banc, à ses côtés, caressait tendrement la silhouette agitée de sa Liée, curieuse de savoir où cela les mènerait. Était-elle enfin sur la bonne piste pour faire brûler la Neishaane ? Elle fut déçue de constater que le blizzard, une nouvelle fois, avait engourdi les braises encore timides dans le cœur de son Âme Sœur. Avec dédain, elle dirigea plutôt son attention vers l'Ondine et leva elle aussi son verre, pressant Amaélis d'en faire de même.

Vingt-et-un, corrigea la jeune femme d'une voix à peine audible. Puis, le ton teinté d'ironie, elle tendit un peu plus le bras : En l'honneur de la Dame Amaélis, Maîtresse du Màr Luimë !

° Et à l'Airain Ithildin, sacrée ce jour Reine des Cruelles ! Vraiment ? Me faire fêter mon rang de Maître alors même que notre Aspirant se bat pour rester en vie par notre faute ? Tu m'épateras toujours. °
° C'est pour que ne t'ennuies jamais de moi. °
° Ça, jamais. Rassure-toi. °


Elle but une gorgée qui confinait au ridicule, le breuvage, bien que sucré, brûlant sa gorge et sa poitrine. Le regard plus terne que quelques minutes auparavant, elle observa Flore se mettre à l'aise, révélant l'éclat peu trompeur de l'acier. La pauvre fille qu'Ithildin avait bousculé tantôt n'était plus aussi innocente qu'elle ne s'était amusée à le faire croire, et Amaélis ne haussa même pas un sourcil. Le Destin lui avait appris qu'il y avait beaucoup plus à craindre qu'une hache, et elle ne parvint pas à s'émouvoir de voir que leur compagne était armée. L'Ondine se montrait curieuse, et, alors qu'elle encourageait Ithildin à satisfaire ses questionnements, la Neishaane ouvrit la bouche à sa place. Elle n'avait aucune raison de la laisser s'amuser toute seule, et si la Neutre avait une occasion de la contrarier, alors elle ne se priverait pas.

J'me suis Liée à une Airain. Apparemment ça a suffi à faire de moi quelqu'un digne d'être nommée Maîtresse. Remarque je suis déçue, il y en a une qui est devenue Dame du Màr – pour un temps. Ça te siérait bien, ça, hein, Ithildin ?

Et régner sur ce tas de larves que tes confrères appellent Kaerl ? Amaélis, je t'en prie.

Je sais, va, ils sont même pas dignes de mourir dans tes flammes divines.

° Et pourtant tu sembles bien fière d'avoir potentiellement tué un de leurs Aspirants. °, ajouta-t-elle en tournant un regard d'acier vers son Âme Sœur.

Ithildin se demanda vaguement s'il avait suffi d'une goutte d'alcool pour mettre Amaélis dans cet état, ou si c'était la colère qui lui donnait un air si amer et narquois. Elle trouvait ses tentatives de reprendre le contrôle de la situation pathétiques, mais cela n'empêcha pas une pointe d'orgueil de la saisir en pensant qu'elle pouvait être la cause d'un tel retournement. La Dragonne adressa un sourire prédateur à l'Ondine.

Disputées ? Non, nous sommes toujours comme ça. On se lasse vite, sinon. Et toi ? De quel Ordre nous viens-tu... Flore ?



Elke On Nïksé
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2016
Messages: 164
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Ondine
Âme Soeur: Tezca
Fonction: Spectre des Cendres
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 4 Sep 2016 - 17:34 Répondre en citantRevenir en haut

Je dégustais cet hydromel et appréciai qu’il soit suffisamment parfumé. Les deux femmes se jetaient des regards complices et acides en même temps, c’était une curieuse alliance. Amaélis me corrigea sur son âge printanier et je tiquai sur le fait que je pus lui ressembler, une seule année nous séparait et lorsque je regardais en arrière, aucune de mes aventures ne m’auraient permis d’en sortir aussi… vierge.

Alors que c’était à Ithildin que je m’étais adressée c’est la Neishanne qui prit la parole.
°Une Airain ! Elke !! Une Airain !° Je sentis l’excitation de Tezca me gagner, mais je tentai de garder mon attitude. D’ailleurs je réalisai que ma compagnie était agréable. Je me sentais plus détendue que parmi les miens. Aucun ardent n’avait vraiment été admirable pour l’heure et il fallait croire que cette atypique rencontre me donnait une occasion de me retrouver avec mon plaisir d’aventures et de défis. Alors que j’aurais pu voir des ennemies menaçantes ou carrément méprisables, je voyais au contraire une occasion d’en apprendre davantage sur elles et j’avais accepté de trinquer avec elles. Je ne me reconnaissais pas.

Soudain, la Neishanne mentionna une Dame Airain et je sentis l’abîme de mon être profond se creuser. Les effluves d’amitié de Tezca essayaient de me rendre de nouveau commode. C’était son influence à elle qui m’avait rendu si sympathique ? La colère s’invita alors que je n’avais rien demandé. J’étais vexée et j’étais fière. Ma dragonne était plus puissante que je ne le pensais, elle me rendait accessible et enjouée… Alors que même dans mon rôle il m’aurait été naturellement difficile de témoigner d’autant de curiosité.

°Je ne sais pas°
°Pourquoi je me sens presque proche d’Ithildin ? C’est uniquement parce que tu as envie d’être là et de lui parler ! °
°J’ai fermé ton esprit, je ne pense pas pouvoir faire ça...°
°Sors de là ! Elles savent que j’ai le don et je ne veux pas que tu me rendes… °
°Moins ondine ? °
°Certainement pas !°


La voix de la brune me sonna et je revins à la table. Le visage plus fermé, moins expressif sans doute et moins décontractée. Je me resservis un verre pour faire passer le goût de la trahison de ma liée et le reposai dans un grand bruit sur le bois. Je fis néanmoins mon possible pour ne pas paraître trop troublée.

-Notre Dame avait du cran c’est certain. Il était évident que j’étais de l’Ordre des courageux, je n’allais pas me moquer d’elle en me prenant pour une céleste.

-J’ai vu Lyvia à l’époque. Elle était puissante. Limna prenait beaucoup de son énergie mais bon.

Je ne me rendis pas compte que je révélais une possible proximité, on n’appelait pas une Dame par son prénom ni un dragon Airain par son surnom. Sans l’influence de Tezca, je m’ennuyais. J’avais besoin d’une bagarre, de passer mes nerfs sans doute, mais ce n’était pas le lieu. Je rentrerai bien assez tôt pour croiser un idiot sur mon chemin.

-Bon et après ça, vous allez où ? J’ai une course à faire moi aussi. Z'avez besoin d’un coup de main ou j'vous laisse ?

-Je ne veux rien abréger c'est juste que sans l'aspect amical de Tezca ça peut être plus drôle



Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 467
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 259
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 5 Sep 2016 - 00:32 Répondre en citantRevenir en haut

Il y avait eu comme un léger glissement dans l'atmosphère. Dès le moment où Flore avait rempli une nouvelle fois son verre, Ithildin avait saisi les vagues émanations de colère, effluves chéries et bien connues. Son regard se fit plus appuyé alors qu'elle tentait de comprendre ce qui avait pu déclencher cette brise froide et menaçante. Ce ne pouvait pas concerner son Ordre, car elle n'était pas assez stupide pour penser que l'Airain pouvait véritablement douter de son allégeance ; la Dragonne était en âge de ramener des Aspirants au Kaerl, elle sentait ce genre de choses. Était-ce à cause de la couleur d'écailles, alors ? Ce n'était pas la plus habituelle des réactions. D'ordinaire, l'on s'étonnait ou l'on questionnait – mais jamais l'on ne s'irritait de rencontrer une Airain. Seule sa propre Liée pouvait considérer cela comme un calvaire, les autres n'étaient qu'extase et crainte révérencieuse.

Le bruit du gobelet contre la table fit sursauter Amaélis, laquelle s'était perdue dans la contemplation de l'hydromel comme si elle y avait lu l'avenir. Ses yeux passèrent de son Âme Sœur à l'Ondine, et il se produisit alors quelque chose de nouveau et de terrifiant. Ithildin avait laissé ses iris se ternir, le silence tomber sur son esprit. Une vide inexplicable sembla aspirer la Neishaane, qui se sentit soudain prise de vertiges. Avec des mouvements d'automate, la Dragonne laissa ses bras retomber le long de son corps.

° Ithildin ? Qu'est-ce que... ? °

Mais plus rien n'émanait de sa Liée. Les secondes s'étirèrent en éternités, et Amaélis comprit. Ithildin avait perdu sa famille avant même d'avoir pu la revoir. Depuis l'Empreinte, il n'avait plus jamais été mention de Lyviathan, de Lenhor, de Syllenthyl. L'Airain avait grandi seule, sans mémoire, et elle avait senti ses frères et sa sœur disparaître, un à un, de la toile du Monde. À chaque fois, cela avait été comme un rappel qu'aucun d'eux n'étaient destinés à exister. Le Temps avait repris sa marche, les Kaerls s'étaient relevés, et les Airains, eux, avaient été doucement effacés à mesure que le souvenir de la Conjonction des Deux Lunes se faisait plus lointain. À chaque fois, Ithildin avait senti sa rage et sa peur grandir ; et l'absurdité avec laquelle ses ailes se déployaient sous le soleil ne lui avait paru que plus absurde encore. Pourquoi devait-elle être là quand Rhaëg oubliait ? Pourquoi devait-elle être l'unique souvenir de l'horreur, des vies perdues ? Du sang versé en tribut aux Dieux pour éviter ce qui l'avait vu naître ?

Un tremblement secoua la silhouette droite et fière de la Dragonne. La Neishaane vit, comme un sacrilège, des larmes discrètes s'accrocher à ses longs cils sombres, incapables pourtant de s'en détacher. Amaélis tenta de reprendre le fil de la conversation, malgré sa tête qui tournait et sa vision qui se troublait. L'état de son Âme Sœur l'alarmait tant que son attitude envers l'Ondine changea. Toute notion du réel l'avait quittée, aussi lui adressa-t-elle un sourire enthousiaste qui n'atteignit pas ses yeux, noyés dans l'ombre. La Neishaane ne savait plus à qui elle parlait, ni où elle se trouvait, ni même qui elle était. Tout avait été balayé.

Tu veux déjà nous laisser ? C'est mon anniversaire ! Est-ce que je peux au moins payer une tournée ? Comme ça on est quittes !

La Maîtresse Neutre alla pour interpeller un serveur, mais perçut la fureur de l'Airain. D'un mouvement empli de haine, Ithildin chassa les larmes, ces preuves trop faiblement humaines de sa peine dévorante. Les Dragons ne pleurent pas ! Elle n'ouvrit pas la bouche, et toutes ses flammes semblaient être remontées dans ses yeux, dansantes et infernales. Les mains accrochées aux bords de la table avec tant de force que ses jointures en étaient devenues blanches, l'Airain hurla dans l'esprit de sa Liée et de l'Ondine.

° Loués soient les Dieux de m'avoir permis de vivre ! Et que soit craint le moment où la Mort m'accueillera dans sa demeure, car il n'y aura pas pire démon que moi ! Je détruirai l'Enfer pour en faire un plus cruel encore ! Je les déchirerai même dans leur repos éternel, j'arracherai leur peau, encore et encore, je les ferai brûler dans un feu si terrible que même Rhaëg verra ses arbres se tordre et ses eaux bouillir ! J'aurai l'éternité pour les traquer – ils ne prieront plus d'autres Dieux que moi, n'imploreront plus la pitié de quiconque autre que moi. Oui, loués soient les Dieux de m'avoir permis de vivre et à eux de mourir ! Puissent-ils profiter de leur long repos tant qu'ils le peuvent encore. °

Sous la violence de l'Airain, Amaélis vit ses barrières fondre et une nausée terrible lui saisit les entrailles, la forçant à se tordre pour ne pas vomir. L'Airain se recula sur le banc, lâchant enfin les rebords de la table.

° Ne t'avise plus jamais de prononcer son nom en ma présence. Même sa Liée ne méritait pas de le connaître. Mais parle-moi d'elle, tiens ! Dis-moi donc, quel cran avait-elle ? Ainsi, je saurai exactement quels crimes lui faire confesser pendant que je dévorerai son âme. °



Elke On Nïksé
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2016
Messages: 164
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Ondine
Âme Soeur: Tezca
Fonction: Spectre des Cendres
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 5 Sep 2016 - 12:13 Répondre en citantRevenir en haut

*Va-t’en.* Cet ordre était doux mais autoritaire. Tezca ne supportait plus que sa moitié soit si près du danger et encore moins depuis qu’elle s’était délestée de son aura communicative. Elke et Tezca était une paire solide et bien que la toute jeune dragonne soit encore maladroite, sa conscience ancestrale et son intuition surnaturelle avait toute l’empreinte de sa race. Aussi Elke savait quand il n’était plus temps de la repousser, tel un pacte secret où l’une prenait les commandes lorsque l’autre était en danger.

Elke comprit que la situation s’envenimer, mais son cœur aussi avait été touché. Les yeux de la dragonne brûlaient de rage mais le sang de l’ondine frémit au rythme de ses souvenirs. Elle aurait voulu mesurer le risque en lisant que le visage de la Neishaane mais celle-ci était perdue, malade et consciente de la tension qui planait, elle portait pourtant les traits d’une folle, plongée dans une autre réalité. L’ondine hésita, elle aurait pu partir, mais l’image de Lyviathan lui revint encore et encore. C’était une petite fille. La Dame avait une crainte naturelle pour les sauriens, alors c’est sa propre moitié qu’elle avait assujettie. Le portrait d’une enfant fatiguée et triste, surtout les derniers jours… Alors qu’elle s’était montrée douce et joviale à son arrivée. Syllenthyl… oui, elle l’avait croisée également.

Amaélis interpella un serveur et Elke baissa le regard un instant. Acceptant de rester, pour une conversation somme toute différente, à l’odeur d’une confession, comme si elles avaient finalement des liens. Le regret de Tezca fit éclore une forme de culpabilité chez l’ardente. La haine s’était amoindrie, un peu de tristesse la gagnait. Elle n’avait parlé à personne de la perte de sa cousine et de Lyvia. Pour beaucoup Limna avait été une Grande Dame, infâme et qui avait perdu les pédales au nom de la religion. Alors ils ne l’avaient pas tellement regrettée sinon parce qu’il devait accepter le nouveau Seigneur sur le trône. Elke avait dû cacher beaucoup de choses. Sa cousine était une plaie, mais elle l’avait admirée par bien des égards. Leur nom était noble sur le Rhaëg et il était devenu puissant parmi les puissants.

Devant elle, elle voyait un autre ennemi de Limna, eut-elle seulement un ami ? Mais fut compatissante pour la sœur de Lyviathan. Elle ne savait pas tellement comment on présentait des condoléances à un dragon surtout lorsque celui-ci n’avait pas connu ses sœurs. Elke but une nouvelle gorgée, plus calmement cette fois et tenta d’user d’une voix moins froide.

-Pourquoi parler d’une ondine dont la moitié des dragons qui l’ont côtoyée on eut envie de bouffer ? Mais je ne vais pas te cacher que je les ai bien connues. Toutes les deux. Veux-tu que je te montre ce qu’elle m’a donné avant de partir ? Elle se souciait de votre lignée, alors je pense que ça te revient.

À cet instant, une fillette posa la main sur Elke, une gamine aux cheveux foncés, bleutés, une ondine à la peau de nacre, des yeux d’améthystes. Un frisson parcourut l’échine d’Elke, Tezca avait pris sa forme, c’était elle, enfant… la liée se glissa au côté de sa liée et toisa de sa petite taille les deux autres femmes. Elles semblaient être une mère et sa fille.

-J’ai bien essayé d’autres formes, mais je suis trop jeune, c’est tout ce que je tiens. Elle regarda Ithildin, menaçante. Je te montrerai si tu veux voir. Restons à distance de nos liées.

Elke se sentit fière. Tezca qui était souvent perdue dans son pessimisme quant à l’avenir était cette fois, maître de la situation et au présent.

-Voici Tezca..





Dernière édition par Elke On Nïksé le Mar 6 Sep 2016 - 17:33; édité 1 fois
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 467
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 259
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 5 Sep 2016 - 23:55 Répondre en citantRevenir en haut

Amaélis, doucement, vit le voile qui obscurcissait son regard se lever peu à peu, et le soulagement qu'elle ressentit en constatant que Flore n'avait pas disparu la rendit haletante, le cœur battant à tout rompre sous le faible couvert de sa poitrine. Nausées et vertiges avaient disparu, et la marée d'émotions refluait doucement pour laisser place à la réalité, qui se trouvait être bien plus douce que ne l'avait craint la Neishaane. Le visage de l'Ondine, impassible, ne reflétait toujours rien que l'Hiver – mais Amaélis connaissait bien l'Hiver, car elle en était la fille, et elle sut y lire ce calme triste et tendre qu'ont parfois les regrets. La familiarité avec laquelle elle avait employé les noms de Lyviathan et de Limna On Nïksé devait témoigner d'un certain attachement, après tout, et la Neishaane sentit son souffle se faire plus discret afin de ne pas troubler l'air endeuillé. Elle jeta un coup d’œil inquiet en direction de son Âme Sœur, raide et majestueuse dans sa douleur. Le temps des questions viendraient plus tard. Il se passait quelque chose, ici, qu'Amaélis n'avait pas envie de briser – même si elle se sentait trahie, même si elle se sentait honteuse d'avoir laissé l'Airain lui cacher tout cela.

Le ton de Flore avait des inflexions plus paisibles et, sous son épais manteau de givre et de gel, le cœur de la Neishaane se serra, inexplicablement. Ithildin se faisait violence pour continuer à respirer, blessée par la compassion qui l'entourait et qu'elle ne méritait pas. Blessée, aussi, par les trois trous béants dans son âme qui ouvraient grand leur bouche noire et qui criaient encore les noms de ses frères. Un tourbillon de cendres recouvrit les dernières braises de son regard, et un rictus tordit sa bouche alors qu'elle envoyait, avec dédain, son corps en arrière.

Quoi ? Un tas d'écailles ? Une dent ? Des excréments fossilisés, peut-être ?

Dans un élan inconsidéré, et faisant étrangement écho à l'arrivée de l'enfant, Amaélis passa une main tremblante dans les cheveux de sa Liée. C'était à peine une caresse, pleine de toutes les hésitations et de toutes les peurs qui avaient forgé leur Lien – de tous les non-dits, aussi. Ithildin frémit au contact, croisa le regard hébété de la Neishaane et renifla d'un air méprisant avant de s'y soustraire. Elle ne supportait pas la surprise et l'incompréhension qu'elle lisait dans ses yeux embrumés, elle détestait cet amour qui ne se montrait jamais qu'au mauvais moment, elle voulait ouvrir la poitrine de la Neishaane et voir, enfin, ce qui pouvait bien se trouver en lieu et place de son cœur.

Amaélis, rejetée, laissa sa main retomber sur la table avec un bruit sourd. La colère la gagna quand elle vit la Liée de Flore, si fragile et si proche de l'Ondine, mais elle n'aurait su dire si c'était la sienne ou bien celle de l'Airain. La scène les renvoyait toutes deux au temps de leur Empreinte, de leurs espoirs brisés et de leurs certitudes détruites sur lesquels leur Destin s'était scellé. Que restait-il, aujourd'hui, des promesses de leur première étreinte ? Amaélis sentit le poids du futur, si écrasant et insoutenable qu'elle ne parvint pas à regarder Tezca. L'Airain, elle, se pencha vers la petite forme humaine, un soupçon d'amusement dans ses iris sombres.

Tu es déjà bien douée, petite sœur ! Mais ne sois pas si fière de pouvoir revêtir cette apparence ridicule, rien ne surpassera jamais tes écailles et tes griffes. Tu veux me montrer ? Eh bien, je suis curieuse de voir ton vrai visage !

Ithildin désigna la porte de la taverne puis se leva, posant ses deux mains sur les épaules de la Neishaane, la maintenant en place.

° Je ne veux pas que tu me suives. Je vais mourir si je respire encore une fois ton odeur. °
° Très bien. °
° N'oublie pas de récupérer ce dont parlait l'Ardente. °


Amaélis se sentait étonnamment reconnaissante de ne plus avoir à subir la présence de sa Liée. Il lui semblait beaucoup plus facile de respirer maintenant que la Dragonne était partie, l'autre sur ses talons, la libérant ainsi de l'étau oppressant de la culpabilité et de la colère. Elle laissa ses yeux dériver jusqu'à l'Ondine, tentant de jauger son expression, sans ciller. La Maîtresse Engloutie inspira profondément, puis expira pour relâcher toute la tension.

Donc tu connaissais Dame On Nïksé. Famille ? Amante ? Peut-être ton Maître ?

J'ai imaginé que Tezca voulait montrer sa vraie forme à Ithildin dehors, du coup, mais je ne sais pas si j'ai correctement interprété. Hésite pas à me dire si ça va pas !



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:25 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu