Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Valse à l'ombre Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 65
Présentation: URL
RPs: 56
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 17 Aoû 2016 - 14:42 Répondre en citantRevenir en haut



Néharaku 918


Si une chose n'avait pas changé depuis l'été où Zoran était arrivé au Kaerl, c'était bien son attrait pour le Jardin d'Hiver. Entre les massifs de fleurs, dans l'écrin de la nuit, il aimait laisser ses rêves s'évaporer loin d'un sommeil qui le fuyait sans cesse. Il restait là pendant des heures, marchant d'un pas chaloupé, comme roulant sous les vagues de sa respiration, humant les vapeurs enivrantes des souvenirs que déroulaient devant lui les fleurs et leurs pétales. La nostalgie ne le prenait qu'au creux de la nuit, et il était heureux qu'il y ait un lieu où il pouvait revoir les rivages d'Amerkhat, même illusoires. Il ne leur avait jamais imaginé cette faculté, mais les odeurs s'avéraient être de puissantes magiciennes, et leur douce hypnose le ramenait bien souvent sur la plage, aux abords de la jungle et de ses fragrances impossibles à oublier. Fleurs et herbes sauvages, iode et sable chaud, parfums fauves d'un éternel été. Une fois, la brise avait soufflé et créé un tableau végétal où Zoran avait reconnu le visage de sa mère, une traîne épaisse de corolles orangées en guise de chevelure ondulante. ° Maman... Je suis désolé, ils ne m'ont pas laissée te sauver. Je regrette ton dernier regard. ° Le chant lointain des Dragons Fées avait apaisé son âme, et il s'était endormi aux pieds du massif de fleurs, enroulé dans les cheveux de sa mère.

Aujourd'hui, cependant, le soleil était haut dans le ciel tandis qu'il promenait son insouciance diurne dans les allées aléatoires du Jardin d'Hiver, en compagnie d'Aramanth. Laéïa lui avait accordé une journée pour se reposer, consciente que son Aspirant avait besoin, de temps à autre, d'un moment pour souffler. Souvent, il en profitait pour rejoindre Ciryandil. Le Servant de Mystra était curieux de l'enseignement qu'on lui avait dispensé au grand temple d'Orën, et Zoran se trouvait bien chanceux de la présence d'un confrère avec qui discuter de la Déesse et de ses œuvres. Ciryandil était actuellement occupé avec ses cartes, alors, tout naturellement, l'Aspirant s'était dirigé vers le Jardin. Aramanth, qui d'ordinaire préférait veiller sur les transes de son Lié, s'était laissé tenter par une promenade et avait proposé de se joindre au Fëalocë. Le Blanc volait tranquillement au-dessus de lui, ses écailles blanches outrageusement lumineuses, son ombre glissant sur le sol.

° Eh bien, petit homme, comment envisages-tu désormais la perspective de passer l'Empreinte ? °
° Toujours avec sérénité. C'est pour moi un honneur inestimable, ainsi qu'un devoir sacré. Il me tarde de Lier mon âme et de découvrir mon Âme Sœur. °

Aramanth gronda son assentiment. ° Si jamais Ciryandil te propose de lire l'avenir pour y voir quel Dragon t'est destiné, refuse poliment et oriente la discussion sur un autre sujet. Je connais certains Chevaliers qui attendent encore aujourd'hui une preuve que le Destin s'est trompé et que Ciryandil avait raison. °

La remarque fit rire Zoran. Il imaginait parfaitement le Servant de Mystra se livrer à quelque rituel fumeux et profiter de la crédulité des jeunes Aspirants. Le Neishaan, sous ses atours de pourpre et d'or et son air mystique, cachait bien son jeu.

Le jeune Fëalocë et le Dragon Blanc continuèrent leur lente procession entre les plantes, dans un silence agréable. Aramanth se démarquait par son calme, et incarnait ainsi tout le contraire de la Verte Tiona. Zoran avait appris que les couleurs des Dragons avaient une certaine influence sur leur caractère et se demandait souvent lequel serait à même de le compléter. Il préférait ne pas se perdre en conjectures, ignorant tout de lui-même et de ses propres aspirations. ° Je saurai quand le temps sera venu. ° songea-t-il à part lui, et le Blanc lui coula un regard entendu. Aramanth était d'une intelligence désarmante, qui aurait pu mettre le Fëalocë mal à l'aise s'il n'y était pas déjà habitué.
Les feuilles découpaient les rayons du soleil en un théâtre d'ombres chinoises. Zoran sentit la torpeur familière des exhalaisons fleuries l'envahir, mais il ne se laissa pas porter. En compagnie d'un Dragon, mieux valait garder l'esprit clair. Aramanth se posa agilement à ses côtés, les yeux parés de vert clair. L'Aspirant s'immobilisa à son tour.

° Fait rare, nous allons trouver de la compagnie. Une rêveuse égarée, sans aucun doute. °

Décidément, les rencontres n'arrêtaient pas ! Zoran aurait été incapable de percevoir la présence d'une tierce personne, son cristal déjà brûlant à cause de la proximité du Dragon Blanc. Il ajusta son écharpe entre les pans de sa veste brune, faisant cliqueter les perles à ses poignets. Il allait faire demi-tour mais Aramanth le retint en s'immisçant dans ses pensées : ° J'ai une idée ! Faisons-lui croire que tu es mon Lié, ce sera amusant ! °
Le Fëalocë adressa un regard perplexe au Blanc, dont les iris tourbillonnaient désormais, orange pâle et vert de jade. Finalement, le Dragon n'était peut-être pas si différent de Ciryandil. Pas tellement convaincu mais de toute manière incapable de s'opposer, Zoran observa Aramanth passer sa queue à travers la haie et l'agiter, faisant tomber feuilles et pétales sur leur pauvre victime. Du bout de l'aile, il poussa l'Aspirant, qui dut bien se retrouver face à la jeune fille, rouge et confus. ° Allez ! ° l'encouragea le Blanc, et le Fëalocë se frotta la nuque.

« Excusez mon Lié, demoiselle, il est d'autant plus d'humeur taquine quand les odeurs du Jardin lui chatouillent les naseaux. »



Publicité





MessagePosté le: Mer 17 Aoû 2016 - 14:42 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Ottilia Théandore
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2015
Messages: 160
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 88
Race: Torhille
Âme Soeur: Briinah
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 17 Aoû 2016 - 17:49 Répondre en citantRevenir en haut

Le jardin était un endroit calme est très beau. Ottilia décida donc de s'y rendre pour se détendre un peu. Son aventure au labyrinthe l'avait bien marquée, autant sur le plan physique que moral. Sa cheville encore emballée dans un bandage lui faisait mal dès qu'elle posait le pied à terre. C'était arrivé lorsqu'elle a sauté et s'est mal réceptionnée. La chute fut en quelque sorte fatale à sa cheville.

La torhille arriva enfin aux jardins. Elle traversait les allées fleuries en boitant. Le parfum des fleurs apaisaient son esprit encore sous le choc des épreuves passées. Une fleur en particulier lui rappela son pays d'origine. Une belle fleur blanche très odorante, un parfum légèrement sucré dominant les autres senteurs. La nostalgie s'empara de la jeune fille. Sa famille devait certainement être très inquiète à son sujet. elle se promis de leur rendre visite et de les rassurer dès qu'elle aurait passé son empreinte et que son compagnon serait en âge de voler. Une promesse qu'elle tiendrait. Son poing se referma, témoignant de sa volonté. Soudainement, une douleur intense se fit sentir dans sa cheville. Ottilia s'assit pour se reposer. L'herbe fraîche était très agréable à sentir.

Après une bonne heure à être restée assise, l'aspirante se releva et repris sa promenade au milieu des plantes aux senteurs et couleurs variées. Elle pensait à son expérience vécue au labyrinthe et son apprentissage auprès de son maître Lordan. Tout s'enchaînait rapidement. *Être aspirante c'est bien. Faire des rencontres aussi, si celle-ci ne nous coûtent pas une jambe. Jamais je n'aurais dû passer cette porte. En fait, au lieu de courir derrière Iniaki, j'aurais dû faire demi tour et prévenir quelqu'un. Oui, c'est ça. Les conséquences auraient été moins grandes. *

Ottilia ne cessait de se perdre dans ses pensées. À tel point qu'elle en oublia où elle se trouvait et dans quelle direction elle allait. Même la douleur était oubliée. Elle pensait désormais à sa future empreinte. Passage important pour aspirant pour devenir chevalier. Bien sûr, c'était à haute voix qu'elle pensait.

"- J'espère que tous ces événements ne vont pas jouer sur la fameuse empreinte. Il me faut travailler dur pour prouver que je suis digne de la passer. Un de ces petits dragons issus de la couvée d'une belle dragonne se dirigera alors vers moi. Pour cela, il faut que je sois prête. Pour être prête, il faut travailler dur et pour travailler dur, il faut être sérieux... Pour être sérieux il faut éviter d'être inconscient et aller dans des endroits dangereux et réfléchir à la meilleure solution face à une situation difficile. Ce que je n'ai pas su faire. C'est décourageant. Hmm... Mon maître saura me guider. Je lui fais confiance. Pour y arriver, je dois aussi y mettre du mien. Donc, commencer par être une élève sérieuse et travailleuse. Ce que je n'étais pas à l'école quand j'était plus jeune. En tout cas, je me demande bien de quelle couleur sera la petite créature qui vivra à mes côtés. Je ne pense pas que ce soit une reine où une dragonne très grande. Le futur et si incertain.... "

Ottilia leva la tête lorsqu'elle entendit quelqu'un lui parler. Un jeune homme qui avait le teint d'un grand malade et des cheveux roux. Il était accompagné d'un dragon blanc. Le jeune homme insinua que ce dragon était son lié. La torhille ne s'en préoccupa pas plus que ça. Elle lui dit bonjour, le regardait avec un regard inexpressif sans sourire. La jeune fille ne prêta même pas attention au dragon. Son regard fixait plutôt le garçon roux. Puis, elle se souvint de ce qu'elle pensait juste avant. Être sérieuse et travailler dur. Il faut aussi faire des connaissances. Elle tenta donc de lancer une conversation avec le jeune homme.

"- Hum... Veuillez m'excuser. Je n'ai pas vraiment le moral ces derniers temps. Ce dragon blanc et vraiment magni.... Aaaah.... "

L'aspirante fut coupée dans son élan par une douleur intense au niveau de sa cheville. Elle se laissa tomber et enleva sa chaussure plus vite qu'elle ne l'avait mise. Ottilia prit sa cheville bandée dans ses mains, son front contre son genou. Une larme s'échappa. La torhille souffla fort pour se calmer et essayer de calmer sa douleur. Elle releva la tête pour regarder le jeune homme et son dragon puis rougit de honte.

"désolée. "





Visiter le site web du posteur
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 65
Présentation: URL
RPs: 56
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 17 Aoû 2016 - 21:25 Répondre en citantRevenir en haut

La jeune fille le dépassait tout de même d'une tête, mais, cela étant une situation plutôt habituelle pour le Fëalocë, il ne se sentit nullement gêné. Quelque chose dans ses traits lui rappelait Laéïa, sans qu'il pût dire avec exactitude de quoi il s'agissait. Elle avait le regard lointain, comme noyé dans la brume grise de ses iris, et la sensibilité particulière de Zoran le fit s'interroger. Elle semblait contempler de lointains paysages et son visage avait des inclinaisons douces et tristes. Aramanth se glissa silencieusement derrière l'Aspirant, étendant son cou en direction de la promeneuse et dardant sur elle deux orbes aux couleurs des jeunes pousses. Zoran s'efforça de sourire, légèrement mal à l'aise en raison du Dragon. La jeune fille pensait à haute voix avant d'être interrompue par leur curieux manège, et le Blanc avait été déçu de constater son absence de réaction. Tandis qu'elle s'excusait de ne pas être au meilleur de sa forme, Aramanth marmonnait dans leur esprit quelque chose à propos du manque flagrant d'émerveillement de la jeunesse. Avant que Zoran ait pu ouvrir la bouche, la jeune fille poussa un cri qui le fit sursauter.

° Ce n'est pas moi, petit homme. ° dit calmement Aramanth en croisant le regard du Fëalocë, qu'il soupçonna avoir cru à un mauvais tour de sa part. Les joues de Zoran se parèrent d'un rouge encore plus vif qu'auparavant.

La jeune fille se démenait avec une cheville entourée de bandages, et les deux complices purent apercevoir l'éclat discret d'une larme. Immédiatement poussé par la compassion, l'Aspirant alla s'accroupir près d'elle, posant une main rassurante sur son épaule.

« Non, ne vous excusez pas, je vous en prie. »

Elle avait rougi, probablement confuse de se montrer ainsi devant un Chevalier et son Lié. ° Ah, non, ne lâche pas déjà le morceau ! ° fit le Blanc dans un coin de son esprit. Lui aussi s'était approché, couvrant les deux Aspirants de son regard sagace. Il dirigea ensuite ses pensées vers la jeune fille, d'un ton doux : ° Mon Lié a raison, tu n'as pas à t'excuser. Nous ne jugeons pas ta douleur. °

Zoran sentit ses sourcils tressaillir à ces paroles mais tenta de garder une expression sereine. « Si vous le souhaitez, je peux jeter un coup d’œil à votre blessure et même vous soulager pour quelque temps. » Il porta sa main jusqu'aux liens retenant le cristal autour de son cou. Il n'était pas en mesure de réparer quoi que ce soit si la lésion était interne, mais il pouvait évidemment aspirer la douleur et permettre à la jeune fille de ne plus avoir à retenir ses larmes. Le regard d'Aramanth pesait sur lui, brûlant. Zoran se tourna vers le Dragon, même si ses mots étaient également destinés à la blessée. « Je l'ai fait des centaines de fois, il n'y a absolument aucun risque. »

En réalité, depuis son départ pour Tol Orëa, Zoran n'avait plus jamais fait usage de son pouvoir. Il en avait beaucoup discuté – avec Laéïa, avec Ciryandil, avec Aramanth – mais avait toujours catégoriquement refusé d'ôter le cristal, de peur des conséquences. Mais maintenant qu'il avait en face de lui une personne en souffrance, les automatismes revenaient, plus forts que la crainte et que les regrets. Il n'avait qu'à enlever le pendentif, poser ses paumes au niveau de la cheville, plus pour se concentrer que par réelle nécessité, et inspirer profondément – fermer les yeux. Alors, il sentirait la brûlure remonter depuis ses poignets jusqu'à sa poitrine, où elle se blottirait contre son cœur. Il se plaisait à y visualiser un tourbillon sombre, qui finissait par être complètement aspiré par la lumière irradiant de son cœur. Cette pensée, même si elle n'était qu'illusoire, le rassurait. Elle l'empêchait de penser que la douleur resterait là, avec les autres, avec toutes ces ténèbres étrangères qui l'habitaient.
Il secoua la tête pour se vider la tête, retournant un sourire confiant au Dragon qui l'observait toujours, l'ombre d'un doute dans ses iris d'opale. Il adressa le même sourire à la jeune fille.

« Je m'appelle Zoran Cynfelyn, je suis Prêtre Itinérant de Mystra. J'ai été formé pour soigner les malades et les blessés. » Il ôta son écharpe, révélant le cristal qui pulsait d'une agréable lumière turquoise contre sa tunique terne. « Je ne vous impose rien, rassurez-vous. Je ne peux pas véritablement vous soigner, mais je peux faire disparaître la douleur si cela peut vous apaiser. »



Ottilia Théandore
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2015
Messages: 160
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 88
Race: Torhille
Âme Soeur: Briinah
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 18 Aoû 2016 - 18:28 Répondre en citantRevenir en haut

Le jeune homme s'accroupi près d'Ottilia et posa une main sur son épaule et lui dit de ne pas s'excuser. Le dragon blanc s'immisça dans les pensées de l'aspirante. Toujours aussi peu habituée à ce genre de choses, elle sursauta légèrement. Par la suite, le garçon proposa à la torhille s'il pouvait voir sa blessure et l'aider à soulager la douleur. Poliment, elle refusa la proposition et ne demanda pas plus de choses même si le collier et la réaction du blanc l'intriguaient beaucoup.

"non, c'est bon. Ça passera. Au pire, j'irai voir le guérisseur. Je ne veux pas vous déranger pour une simple entorse. Et puis, ça m'apprendra à réfléchir la prochaine fois que je suivrais une jeune fille en quête d'aventures nocturnes. "

En levant la tête vers le jeune homme et le dragon, une chose étrange frappa Ottilia. Le rouquin avait à peine plus vieux qu'elle. Hors, elle n'avait encore jamais croisé de chevalier dragon aussi jeune avec un dragon aussi... Vieux. Certes elle n'avait pas rencontré tout le monde, mais ça lui paru tout de même bizarre. En cachant son hésitation, elle posa quelques questions en ayant l'air le plus naturel possible.

"Si je peux me permettre, quelle âge avez vous ? Et votre dragon ? Vous avez l'air d'être à peine plus âgé que moi, heu... Zoran. "

Ottilia se rendit compte qu'elle ne s'était pas présentée. Ce qu'elle fit aussitôt en se grattant l'arrière de la tête.

" Je ne me suis pas présentée. Je m'appelle Ottilia. Je suis aspirante ici et je viens de très loin. Je suis originaire de la capitale de Vaendark. Et vous ? J'aime bien connaître l'origine de ceux que je rencontre. "

Ottilia esquissa un léger sourire, sans pour autant ressentir quelconque émotions. En regardant mieux le jeune homme et ses cheveux roux, Ottilia pensa à Iniaki. Sans réfléchir, elle lui demanda si il connaissait son amie.

"Vous connaissez Iniaki ? Une aspirante un peu plus jeune que moi. Elle a aussi des cheveux roux. "

L'aspirante se tut un instant. Penser à la rouquine rappelait l'origine de l'entorse qui la faisait souffrir. Pour se changer les idées, elle tourna son regard vers le dragon blanc. *Il a vraiment de belles écailles. Ses yeux ont l'air de refléter de la malice... Ça cache quelque chose. peut-être. *

"Dites moi Zoran. Votre... Dragon ne cacherait pas quelque chose ? Ce n'est pas que je n'ai aucune confiance en vous, mais ses yeux le trahissent. Ensuite, il se peut que je me trompe, le seul dragon que j'ai pu approcher jusque-là est celui de mon maître. Un grand bronze. "

Ottilia attendit calmement la réponse de Zoran, ses yeux gris grand ouvert fixant le pendentif de celui-ci.





Visiter le site web du posteur
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 65
Présentation: URL
RPs: 56
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 18 Aoû 2016 - 21:40 Répondre en citantRevenir en haut

Le refus de la jeune fille frappa Zoran plus douloureusement qu'il ne voulut bien le montrer. Mais malgré tous ses efforts, le sourire qu'il affichait sombrait doucement, laissant place à une expression bien plus froide. La lumière de ses yeux fut aspirée dans les ténèbres des souvenirs, où la voix de sa mère appelait Yànis en criant. Le regard de la jeune fille n'avait rien en commun avec celui de Salamandre, mais il ne pouvait pas s'empêcher de revivre la scène, encore et encore, dans un coin de son esprit. Il se garda bien d'insister ; il n'en avait nullement la force. Alors, il s'écarta un peu, faisant tout de même attention à ne pas la laisser croire qu'elle l'avait offensé d'une quelconque façon.

« Comme vous le souhaitez, demoiselle. Sachez néanmoins que cela ne me dérange pas ! Si jamais la douleur devait s'intensifier, n'hésitez pas à me le dire. »

Il accompagna cette déclaration d'un hochement de tête, Aramanth l'imitant. Elle semblait bien dure avec elle-même, et Zoran se sentit obligé d'ajouter : « Vous ne devriez pas être aussi exigeante. Vous avez peut-être l'impression d'avoir commis une erreur, mais ce n'est pas une raison pour vous faire violence. Vous n'avez pas besoin de subir aussi intensément cette douleur pour vous souvenir de ne pas recommencer. »

Qu'elle lui demande d'emblée son âge décontenança le Fëalocë. Il écarquilla les yeux et ouvrit la bouche, gobant l'air. Peut-être avait-elle perçu qu'il se tramait quelque chose. Elle profita de cette hésitation de la part de Zoran pour enchaîner, dévoilant son prénom et son statut d'Aspirante. Aramanth s'allongea près des deux humains, sa longue queue venant s'enrouler autour des pieds du Fëalocë qui s'était relevé.

« Euh, enchanté. Je suis né à Amerkhat, un petit village entre jungle et plage, sur Qahra. J'ai beaucoup voyagé en Orën, cependant ! Ah, et j'ai dix-neuf ans, je crois... » Il venait d'un milieu où le temps se comptait plus en marées et en arrivage de navires marchands qu'en mois. « Et voici Aramanth, le Lié du Chevalier Ciryandil. » Il passa une main dans ses cheveux roux, gêné, tandis qu'un grondement s'élevait de la masse blanche étalée à leurs pieds.

° Décidément, tu n'es pas drôle, Zoran Cynfelyn ! ° Aramanth posa ses iris verdoyants sur Ottilia. ° Mon véritable Lié est bien Ciryandil, Servant de Mystra. Ce petit homme-ci n'est que l'Aspirant de mes amies, la Maîtresse Laéïa Lòkë et la Verte Tiona. °

« Oui, je suis Aspirant, en fait. Désolé. Aramanth voulait vous jouer un tour, mais je crains qu'il ne nous faille plus d'entraînement. »
° Parle pour toi ! °

Ottilia évoqua Iniaki, et l'image de la fraîche enfant aux cheveux de feu et aux grands yeux verts s'imposa dans son esprit. Zoran eut un sourire surpris. « Iniaki Morrigane ? Je la connais ! Je l'ai rencontrée aux Chutes de Nightfall, il n'y a pas si longtemps. » Son regard dériva jusqu'à la cheville blessée et il arqua un sourcil. « Est-ce elle qui t'a menée dans cette aventure dont tu me parlais ? Ça ne m'étonnerait pas, c'est une jeune fille très énergique. » Son sourire s'élargit, mais Ottilia avait tourné son attention vers le Dragon.

Aux paroles qui suivirent, Aramanth eut d'abord en guise de réponse cette espèce de rire draconique impossible à décrire. ° Qui est ton Maître, petite Ottilia ? Comme tout Dragon, je cache tant et plus, et s'il t'était réellement permis de lire au travers de mon regard, ton esprit succomberait sans doute. °

Il s'étira et s'assit plutôt en position du sphinx, sa mâchoire claquant dans un bâillement. Son regard avait retrouvé l'irisé de l'opale. Zoran remarqua que l'Aspirante fixait son pendentif, et, d'une main un peu trop hâtive, il le fit à nouveau disparaître sous le tissu de sa tunique. Préférant anticiper tout questionnement à ce sujet, il se dépêcha de dire, d'une voix plus sèche qu'il ne l'aurait voulu : « C'est un artefact. Comme je te disais, je suis Prêtre de Mystra. »



Ottilia Théandore
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2015
Messages: 160
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 88
Race: Torhille
Âme Soeur: Briinah
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 23 Aoû 2016 - 18:27 Répondre en citantRevenir en haut

Le fait que Zoran et le dragon avaient mentis sur leur véritable identité blessa grandement Ottilia. Des menteurs, elle en avait vu. Jouer un tour qu'il disait. L'aspirante n'étant pas d'une humeur très appréciable et que ses souvenirs avec les autres jeunes de son âge en Vaendark soient mauvais, le fameux tour de l'aspirant et du dragon ne firent que rendre son humeur plus mauvaise encore. Malgré tout, elle décida de ne rien montrer.

Le jeune homme connaissait aussi Iniaki. Voilà une agréable nouvelle pour la torhille. Apparemment la rouquine avait toujours soif d'aventure pour aller en dehors du kaerl toute seule.

"Elle m'a donné rendez-vous la nuit pour visiter le kaerl pendant que tout le monde dort. On s'est retrouvé devant de belles portes. La curiosité l'emportant, on s'est perdu dans se fichu labyrinthe. Je n'irai pas plus loin, en parler me donne envie de pleurer. "

Le dragon, Aramanth, demanda à Ottilia qui était son maître. Ce qu'il dit ensuite l'intrigua, mais ne demanda rien.

" Mon maître est le maître Lordan Ventaren. Il est le lié d'Hanelvig le bronze. "

Ottilia observait le dragon s'étirer et s'installer. Elle trouvait dommage de ne pas être dans un bon jour. Sinon, elle aurait profiter de la présence du dragon pour en savoir plus sur ces êtres à écailles. Soudainement, Zoran fit disparaître le pendentif que la torhille observait et lança sa phrase sèchement. Chose que l'aspirante détestait par dessus tout. Elle se leva plus vite qu'elle ne s'était assise et parti en tournant le dos au jeune homme et au dragon. Si sa cheville ne l'en empêchait pas, elle aurait déjà couru. En lança d'une voix forte et sèche ce qu'elle avait à dire.

"La prochaine fois parlez moi si sèchement et peut-être qu'on pourra avoir une conversation normale. Enfin, si vous ne recommencez pas vos petits tours pas du tout amusant. Prêtre ou non, ce n'est pas une raison pour me parler comme ça alors que je n'ai rien dit. "

Plus elle avançait, plus elle avait envie de pleurer et rentrer chez elle en Vaendark. Malheureusement, c'est le métier de forgeron qui l'attendait à Asinien. Elle fini par se retourner vers Zoran, les yeux emplis de larmes. Sa cheville commençait à ne plus supporter son rythme de marche.

" Votre proposition pour atténuer la douleur tiens toujours ? Ma cheville va finir par exploser... Au fait, vous avez des connaissances en guérison ? "

Une idée soudaine lui vint à l'esprit. Voir les guérisseurs du kaerl lui a donné envie de s'intéresser aux soins et remèdes. Soigner était peut-être mieux que de finir forgeron et travailler du fer et des armes toute sa vie. Peut-être que le jeune homme pouvait lui donner quelques conseils.





Visiter le site web du posteur
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 65
Présentation: URL
RPs: 56
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 23 Aoû 2016 - 21:39 Répondre en citantRevenir en haut

Tout en écoutant Ottilia leur raconter ses péripéties nocturnes en compagnie de cette fameuse Iniaki, Zoran observait avec attention son visage, en scrutant le moindre détail pour tenter de décrypter l'absence d'expressions. Couplé à son discours sur la nécessité de garder en mémoire une douleur qu'elle semblait qualifier de bien méritée, l'Aspirante dégageait une impression de rigueur et de sévérité qui s'accordait mal avec son aspect extérieur. Enfin, Zoran était bien placé pour savoir qu'apparence et personnalité étaient rarement en harmonie. Avec son corps tout frêle, les cavités de ses joues et son aspect maladif, le Fëalocë rendait bien mal hommage à son caractère prévenant et confiant. Tout de même, une partie de lui déplorait l'attitude d'Ottilia – plus pour elle-même que pour les autres.

« Le Labyrinthe... Maîtresse Laéïa m'en a touché quelques mots, mais je n'ai jamais osé m'en approcher. De toute façon, vu mon gabarit, je ne pense même pas que je réussirais à en ouvrir les portes ! » Un léger rire vint ponctuer sa tentative de détendre l'atmosphère. Il ajouta, en se penchant un peu vers la jeune fille : « Vous avez eu bien du courage, toutes les deux, et je suis sûr qu'un temps viendra où les épreuves que vous avez traversées vous seront d'un grand secours. »

Aramanth gronda son approbation, sans pour autant dévoiler le fond de sa pensée. Ottilia avait dû subir assez de remontrances, et il était tout à fait capable d'étouffer sa prudence maladive pour lui éviter plus d'embarras. Ainsi donc, cette petite était l'Aspirante de Lordan Ventaren ? Le Blanc la considéra d'un œil curieux, les nombreuses visions de Ciryandil pendant les heures sombres du Màr Menel encore fraîches dans son esprit. Il connaissait le Chevalier – Maître, désormais – Bronze, plus par l'intermédiaire des cartes que par réelle connivence, mais il en savait assez pour dire que la jeune Torhille se trouvait entre de bonnes mains. Et de bonnes ailes, quoi qu'on en dise ! Aramanth glissa sa tête afin qu'elle repose sur ses antérieures.

° Ton Maître fera de toi une fière Chevalière, jeune Ottilia, n'en doute pas. °

De telles paroles étaient rares, venant du Dragon Blanc, qui préférait souvent garder ses réflexions pour lui. Avec l'âge, cependant, il sentait poindre une certaine douceur de caractère que Ciryandil ne manquait pas de taquiner. Il fut interrompu dans ses pensées par le départ soudain d'Ottilia, qui s'était relevée d'un air courroucé et leur tournait déjà le dos. Où comptait-elle aller avec sa cheville, cela était un mystère.

De son côté, Zoran la regarda faire, bouche bée. Non, il n'avait pas voulu... Il sentit la panique le gagner devant les remontrances de la jeune Torhille, et il s'empourpra violemment. Non, décidément, ce n'était pas du tout de cette façon qu'il avait imaginé sa réaction ! Il baissa la tête, bien qu'elle ne puisse pas le voir.

« Je suis désolé que tu l'aies pris comme ça. Beaucoup de gens s'interrogent sur la nature de ce collier, et son histoire ne m'est pas toujours des plus agréables à raconter. Tu peux le comprendre... Toi même, tu n'as pas voulu t'attarder sur tes mésaventures dans le Labyrinthe parce que t'en souvenir était douloureux. Je n'aurais pas dû employer ce ton. »

Il aurait pu continuer pendant des heures, mais Ottilia se retourna vers lui, le regard baigné de larmes, et il fut à ses côtés en quelques secondes. Il l'aida à s'asseoir, puis lui demanda la permission de défaire le bandage. Tandis qu'il ôtait prudemment le tissu, ses doigts aussi légers que l'air, il rassura l'Aspirante :

« Mes connaissances sont bien maigres, je crains. En réalité, j'ai longtemps officié dans les temples de Néhara, où je soignais et apaisais les malades et les blessés. Cela ne fait pas de moi un guérisseur. Mon don est purement magique, il me vient de Mystra. »

Il jeta un coup d’œil en direction du Blanc, toujours allongé et qui le fixait avec une intensité loin d'être humaine. Le Dragon avait compris l'importance de ce qu'il allait voir, et Zoran avait compris, lui, que la nouvelle ne tarderait pas à atteindre Laéïa, Tiona et même Ciryandil. Il n'avait pas le temps de craindre les conséquences de son acte ou de se perdre en conjectures. Il prit une profonde inspiration.

« C'est tout à fait indolore et sans aucun risque. Quand la douleur sera partie, souviens-toi que ta cheville est toujours blessée. Si tu la malmènes, tu auras encore plus mal quand l'effet de mon pouvoir se sera estompé. »

Il adressa un sourire à Ottilia, puis posa une main sur la cheville enflée, veillant à ne pas trop appuyer pour ne pas la faire souffrir. Zoran sentit son cœur battre plus vite au moment de défaire les liens qui retenaient le cristal contre sa peau. Immédiatement, un déluge d'informations heurta son esprit ; il ne sentait que l'impact normal des choses, mais, habitué à vivre derrière sa barrière, le Fëalocë ne partageait pas le même contact avec elles que le reste du monde. Au-dessus de ce flot continu, il perçut nettement la douleur d'Ottilia, pulsante, lancinante. Elle grimpait le long de ses doigts, enflait dans sa paume, brûlait son poignet – il la laissa faire, la laissa se propager encore jusqu'à son cœur. Des larmes discrètes se formèrent aux coins de ses yeux fermés. Quelque chose comme un puits sans fond semblait vouloir tout aspirer autour de lui, une faim féroce de combler le vide que les années avaient creusé au sein de son être. La douleur stagnait, maintenant, et Zoran ne se laissa pas le temps de se nourrir d'autre chose à la place. Il n'en avait pas le droit.

Ouvrant difficilement les yeux, sa main libre fusa pour récupérer le cristal, et il le noua autour de son cou, tremblant. Le Fëalocë se frotta les mains pour se donner un air naturel, ignorant la douleur sourde dans ses poumons. Il s'écarta un peu d'Ottilia afin de la laisser respirer, un sourire timide sur les lèvres.

« Tu ne devrais plus avoir mal, maintenant. »

Ce n'était rien, comparé à ce qu'il avait vécu dans les temples de Néhara, mais, à l'époque, il n'y avait pas encore ce monstre étrange dont le seul désir était de dévorer, dévorer, encore et encore. Zoran ignorait à quel moment la balance avait commencé à pencher dans l'autre sens. Il coula un regard en direction d'Aramanth, dans le vain espoir d'évaluer ce que pensait le Dragon. Peine perdue.



Ottilia Théandore
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2015
Messages: 160
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 88
Race: Torhille
Âme Soeur: Briinah
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 6 Sep 2016 - 16:44 Répondre en citantRevenir en haut

Ottilia baissa la tête et s'assit pour laisser faire Zoran. Il était dommage que le jeune homme n'en sache pas plus sur l'art de la guérison. Son travail au temple intriguait beaucoup la torhille. Comme ça, celui qu'elle avait en face apaisait les souffrances des autres avec un don offert d'une déesse.

"C'est comment d'avoir un don comme ça ? Moi je n'ai pas de don magique. Pour moi ces genres de choses étaient presque des légendes. Je n'ai jamais vu de personnes utiliser la magie."

Zoran jeta un coup d'oeil au dragon blanc. Ottilia suivi son regard pour voir celui du dragon. Il n'avait pas l'air d'être content. Le jeune homme parla à la torhille et lui dit qu'elle ne souffrirait plus pendant un temps, mais qu'il fallait quand même faire attention. Elle hocha la tête pour acquiescer. Le sourire du garçon rassura la jeune fille et esquissa un léger sourire discret. Au moment où il posa sa main sur la cheville de l'aspirante, elle ferma les yeux et les rouvrit un instant après. La douleur se dissipait peu à peu et Ottilia observait Zoran. C'était la première fois pour elle qu'elle voyait quelqu'un utiliser ses dons. Elle remarqua bien vite que l'aspirant n'allait pas très bien. Lorsqu'il eut fini, elle se précipita de lui demander si tout allait bien, en posant une main sur l'épaule du jeune homme.

"Est-ce que tout va bien ? Tu as l'air d'avoir aussi mal que moi... j'espère que ce n'est pas négatif pour toi d'utiliser ton don. Normalement, venant d'une déesse ça ne doit l'être, si ? Et... non, je n'ai plus mal. C'est bizarre"


Le sourire timide de Zoran rappelait à l'aspirante son premier jour passé au kaerl. En quelque sorte. Le jeune homme regardait le dragon, qui avait l'air impassible. *Je lui ai fait faire quelque chose qu'il n'avait pas le droit de faire ?*. Ottilia baissa la tête, les joues légèrement rouges. Elle se mit à parler sans réfléchir.

"Tu sais, je suis désolée pour avant. Je traverse une très mauvaise période en ce moment. J'ai l'impression de ne pas être faite pour la vie ici ou même être liée à un dragon. Je n'arrête pas de penser à ce qu'il risque de m'arriver ou d'arriver à ce petit être fraîchement sorti de l'oeuf. Je sais qu'il faut que je travail d'avantage et que j'évite certaine situation, mais.... c'est pas facile. Ma famille me manque, surtout mon frère. Il était le seul avec qui je pouvais rire et m'amuser. Ma soeur était trop petite et je ne suis pas sûre qu'elle ai l'âge de comprendre ce que mes parents ont du ressentir avec mon frère. Et je n'ai que dix-sept ans. Je devais suivre les traces de mon père et reprendre la forge une fois qu'il sera trop vieux, puisque mon frère s'est enrôlé dans la garde d'Asinien. Imagine ce que ça fait de passer d'un endroit où il fait tout le temps froid et où on a de la neige jusqu'aux hanches en hiver et un lieu beaucoup plus tempéré comme ici. Les habitudes à prendre sont si nombreuses et difficiles. Avec ce qu'il s'est passé je me rend compte que je ne suis pas faite pour me battre malgré mon attirance pour les armes. Alors qu'est-ce que je peux bien faire ici ? Pas grand monde me le diras."

Parler de ce qu'elle avait sur le coeur lui fit du bien. Les larmes commençaient à couler de ses yeux, abondamment. Morte de honte et toute rouge, elle se jeta dans les bras de Zoran sans rien penser. C'était une habitude qu'elle avait avec son frère depuis toute petite et c'était devenu un réflexe. Ottilia serra fort le jeune homme tout en pleurant à chaude larmes.

"Je suis désolée... je... j'ai pas pu m'en empêcher. ça fait des jours que je me retiens.Il fallait que ça arrive un jour ou l'autre avec n'importe qui. Il a fallu que ce soit toi et aujourd'hui. Excuse moi."

Post terminé !





Visiter le site web du posteur
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 65
Présentation: URL
RPs: 56
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 7 Sep 2016 - 13:51 Répondre en citantRevenir en haut

La légère pression de la main d'Ottilia sur son épaule surprit Zoran, qui ne s'attendait pas à tant de prévenance. Il respira profondément et essuya son visage, recouvert d'un mélange de larmes et de sueur. Face à l'inquiétude de l'Aspirante, son sourire contrit s'étira un peu plus. C'était bien la première fois que l'on se souciait de son bien-être après qu'il ait fait usage de son étrange pouvoir, et il ressentit un fort pincement au cœur. Le Fëalocë ne voulait pas alarmer la jeune femme, et même s'il répugnait à mentir, il savait que certaines choses étaient plus faciles à appréhender quand on les gardait secrètes.

« Non, ne t'en fais pas. Ce n'est pas du tout négatif, c'est éprouvant. Avoir un... don magique a créé une certaine distance entre moi et le reste du monde, mais, les années passant, cet espace s'est rétréci – et la vie au Kaerl y est pour beaucoup. » Son sourire se tordit en rictus, la douleur lui rappelant la fausseté de ses paroles. Elle s'en irait bien assez tôt, pour aller tourmenter d'autres parties de son corps. Peut-être aurait-il des crampes, ou bien aurait-il un peu plus de difficultés à faire travailler tel ou tel muscle.

° Je finirai ma vie aveugle, sourd et incapable de me lever. Ça... jusqu'à ce que mes organes se mettent à pourrir, j'imagine. °

La pensée ne l'avait jamais rebuté. Si Mystra avait voulu cela, c'est qu'il n'y avait pas d'autre utilité à son existence – et Zoran préférait encore mourir en emportant avec lui toute la douleur du monde que déambuler, impuissant, au milieu de la souffrance.

° Aramanth, quand tu auras fini ce que tu as à faire, daignerais-tu t'occuper de ton Lié ? °
° Tu es et resteras toujours ma priorité, Ciryandil. De plus, j'ai des nouvelles qui sont susceptibles de t'intéresser. Laisse-moi juste dire au revoir. °
° Je t'attends. °


Le Blanc déplia ses ailes, et, après s'être excusé de son départ, laissa là les deux Aspirants. Zoran sentit un frisson le parcourir à l'idée que son acte allait être ébruité, et il craignait déjà d'affronter Laéïa. Il entendit Ottilia s'excuser de son comportement et le Fëalocë battit des cils, étonné. Il allait ouvrir la bouche pour lui dire qu'elle n'avait pas besoin de se montrer désolée, mais la jeune femme enchaîna trop rapidement. Les yeux écarquillés, l'Aspirant l'observa fondre en larmes alors qu'elle ouvrait son cœur, contant son histoire et exprimant ses peurs. La panique le gagna, même s'il se savait doué pour réconforter et apaiser les âmes en peine. Ses sourcils s'abaissèrent, son expression gagnant en tristesse devant ce spectacle. Lui, qui croyait férocement en tout et en tout le monde, n'aimait pas l'amertume et le malheur.

Ottilia se jeta dans ses bras, et Zoran accusa le choc du mieux qu'il put – car elle le dépassait toujours d'une tête, et il était tout le contraire de solide. Elle s'accrocha à lui, en pleurs, et le Fëalocë l'étreignit doucement, posant une main rassurante sur le haut de son crâne, caressant doucement les cheveux bruns. Il resta un instant comme ça, en silence, attendant que les larmes se tarissent. Quand il sentit que l'Aspirante tremblait moins, il s'exprima d'une voix claire et souple :

« Toutes ces choses qui te paraissent si dures le seront moins si tu prends le temps d'en parler. Elles ont besoin que tu leur témoignes de l'attention, autrement, elles ne te tourmenteront que de plus en plus et finiront par te faire beaucoup de mal. »

Tout en parlant, il gardait Ottilia contre lui. Le Fëalocë n'avait jamais été habitué ou friand de contacts physiques, mais n'ignorait pas leur pouvoir simple et essentiel.

« Tu n'es pas toute seule, ici, tu n'es pas obligée de garder tout cela pour toi. Ton histoire est unique, et ce n'est pas parce qu'elle éveillera des échos chez moi ou quelqu'un d'autre qu'elle en deviendra banale ou moins importante. Ce n'est pas non plus parce que certains font preuve de détermination et d'acharnement à dissimuler leur peine que tu dois en faire de même. Nous avons tous été arrachés à notre quotidien, Ottilia, et tu trouveras autant de personnes capables de partager tes peurs que de personnes qui t'aideront à les surmonter. » Il se fendit d'un sourire, mettant de côté un instant la gravité du sujet. « Par exemple, je n'ai jamais connu que l'été, alors je peux comprendre le dépaysement. »

Le Fëalocë s'écarta un peu mais maintint le lien entre eux, ses mains toujours posées sur elle. Son regard vert sombre, empli de confiance et de foi, fouilla celui argenté de la jeune femme.

« Tu es au Màr Menel pour passer l'Empreinte, voilà ta place. Il ne sert à rien d'en douter, tu n'aurais pas été amenée ici si tel n'était pas le cas. Le reste... Le reste n'est qu'une question de temps. Les possibilités sont tellement nombreuses ; ne pas savoir n'est jamais une honte, peu importe l'âge. Tu finiras pas trouver. » Même avec son apprentissage difficile, Zoran n'avait jamais remis en question la légitimité de sa présence au Kaerl – si lui en était digne, avec toutes ses faiblesses et sa fragilité, alors chacun des membres de l'Ordre de Lumière l'était aussi. « Tu es intéressée par l'art de la guérison, n'est-ce pas ? As-tu déjà envisagé de demander à Maître Nalesean de t'enseigner un peu de son savoir ? »

L'Aspirant haussa un sourcil pour encourager Ottilia à parler, déterminé à ne pas la laisser dans un tel état d'abattement.



Ottilia Théandore
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2015
Messages: 160
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 88
Race: Torhille
Âme Soeur: Briinah
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 10 Sep 2016 - 20:39 Répondre en citantRevenir en haut

Le contact avec Zoran rassurait fortement Ottilia. Être dans ses bras la soulageait, tout comme les paroles du jeune homme. Certes il n'était pas aussi grand et musclé que son frère, mais les gestes étaient beaucoup plus doux avec le fëalocë. Il la comprenait aussi. Ils étaient tous deux habitué à un climat très chaud ou très froid et leur arrivée au kaerl leur avait fait une sorte de choc à cause du climat beaucoup plus tempéré.

Lorsque Zoran s'écarta un peu d'Ottilia pour poser son regard dans ses yeux, la jeune fille découvrit de magnifiques yeux verts sombre. Elle était comme attirée par ces iris dans lesquels sont regard argenté se perdait. Les paroles du jeune homme étaient vraies. Le chevalier dragon ne l'aurait pas ramener de Vaendark jusqu'ici pour rien. Elle n'était pas seul, elle passerait l'empreinte quoi qu'il en coûte. Ses lèvres formaient un sourire. La jeune fille posa sa main sur la joue du fëalocë et la retira aussitôt en se rendant compte de ce qu'elle faisait.

"Hum... Merci beaucoup pour ce que tu as fait. Ça me fait vraiment plaisir. Ça me fait du bien de parler. Et puis, tu me comprends. Je me sent mieux. "

Zoran parla de l'art de la guérison et si la jeune fille avait déjà songé à aller voir maître Nalesean. Le fëalocë ne laissait pas vraiment le choix à Ottilia. Elle se lança donc.

" C'est à dire que je me suis dit que ça pourrait être utile de connaître quelques trucs au cas où on se blesse en pleine forêt ou autre, mais je n'ai jamais pensé à aller voir maître Nalesean. Peut-être que ça pourrait m'aider à trouver ma voie. Seulement, je sais pas où le trouver et je n'ai pas envie de le déranger. Il a certainement des choses plus importante à faire. "

La torhille se grattait derrière la tête un peu gênée. Elle n'avait pas l'habitude de parler autant avec quelqu'un qu'elle n'avait jamais vu avant et encore moins d'aller demander un enseignement particulier à quelqu'un. Surtout qu'elle a toujours détesté l'école quand elle était plus jeune.

"Tu sais, quand j'étais petite, je suis allée à l'école seulement pour apprendre à lire, écrire et compter. Ça ne m'a jamais intéresser... Alors si tu pouvais m'aider. Je n'ai pas l'habitude d'aller chercher quelqu'un d'aussi compétant dans un art pour demander un enseignement. En plus j'y connais rien en guérison. Je n'ai aucune base. "

Ottilia espérait vraiment que Zoran pourrait l'aider. Elle était vraiment gênée à l'idée d'y aller seule la première fois. Elle prit les mains du fëalocë et le supplia.

" S'il te plaît... Accompagne moi juste pour la première fois. Je ne suis même pas sûre de le reconnaître dès que je l'aurais sous les yeux. En plus avec ma cheville je vais avoir du mal à marcher. Je t'en prie Zoran. Il faut absolument que je trouve ce pour quoi je suis faite. "

Ottilia plongeait son regard argenté dans celui du fëalocë comme pour soutenir ses propos.





Visiter le site web du posteur
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 65
Présentation: URL
RPs: 56
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 11 Sep 2016 - 18:18 Répondre en citantRevenir en haut

Ses paroles semblaient avoir eu l'effet escompté, et Zoran se félicita quelque peu d'avoir chassé le doute dans les deux perles d'argent qui le fixaient toujours. Il espérait sincèrement que, la prochaine fois que l'Aspirante se laisserait aller à de telles idées noires, elle se souviendrait de tous ces mots et saurait y puiser le réconfort et la détermination nécessaires pour se relever et continuer sa route. Assez rapide pour qu'on eût pu croire à un effet de l'imagination, Ottilia recouvrit la joue du Fëalocë de sa paume. Zoran sentit son cœur faire un bond dans sa poitrine, et, derrière la barrière fragile de ses paupières, profitant de l'instant d'un battement de cils, des souvenirs soigneusement enfouis réussirent à émerger – ce simple contact lui évoquant, bien malgré lui, le seul qu'il eût jamais connu.

Le visage échauffé par les réminiscences confuses et inappropriées de quelque nuit volée, l'Aspirant baissa vivement les yeux, comme s'il avait craint qu'ils ne se fassent miroirs de ses pensées. À bien des égards, il restait un ingénu – et s'il ne se souciait jamais vraiment de la nature des sentiments qu'il pouvait inspirer aux autres, une partie de lui-même, incertaine vis-à-vis de sa personnalité et pendant longtemps privée d'amour, tendait à se montrer curieuse quand on lui témoignait n'importe quelle forme d'attention. Néanmoins, questionner le geste de la jeune femme aurait été une source infinie de malaise, et Zoran avait beaucoup mieux à faire que répondre à son besoin maladif de sécurité.

Afin de ne pas s'égarer, le Fëalocë hocha la tête avec énergie. « Bien sûr que cela pourrait t'aider ! Allons, Maître Nalesean a souvent des élèves – un seul guérisseur pour tout un Màr, voilà un exploit que même le plus vaillant des hommes ne saurait relever ! Je suis sûr qu'il acceptera de te guider. »

L'air gêné d'Ottilia lui arracha un sourire attendri et il balaya ses hésitations d'un revers de la main.

« Lire, écrire et compter sont déjà des bases. Tu n'as pas besoin d'en savoir tant et plus sur la guérison puisque tu veux apprendre. » Il haussa un sourcil intrigué. « On commence tous quelque part, et Maître Nalesean sera ravi de pouvoir t'initier. Rien n'est plus grisant pour un passionné que de partager son savoir ! »

Il en savait quelque chose, après toutes ces années passées en compagnie de Prêtres de Mystra. Et même encore aujourd'hui, Ciryandil ne faisait pas office d'exception. Ottilia s'empara alors de ses mains, le suppliant de l'accompagner, et Zoran ne put empêcher son regard de tomber sur les doigts qui entouraient ses poignets, les sourcils à peine froncés. Encore ? C'était étrange. Ses mains, salutaires et répugnantes, prisonnières d'une étreinte implorante. Le Fëalocë s'était résigné à n'inspirer que le dégoût et la crainte – mais, et il le savait, c'était dans un autre monde. Ici, entouré de Dragons et de Magie, n'était-ce pas normal, au final, que l'attitude des autres ne soit plus la même ? Il chassa ces pensées, forçant son visage à retrouver une expression douce. La volonté d'Ottilia faisait plaisir à voir, et un rire léger s'échappa de sa poitrine quand il s'aperçut de la résolution avec laquelle son regard cherchait le sien – comme si le destin du monde se jouait en cet instant.

° Peut-être pas celui du monde, mais bien celui du sien. N'est-ce pas là la seule chose valable, au fond ? °

« Très bien, demoiselle, je vais t'accompagner. Nous allons nous rendre aux Thermes, je crois que c'est l'endroit où nous avons le plus de chance de le trouver. Tu devrais pouvoir marcher sans avoir mal, mais je t'encourage quand même à t'appuyer sur moi. À défaut de canne, je ferai l'affaire – et je suis de bien meilleure compagnie qu'un bout de bois ! Quoique sûrement moins solide. »

Il grimaça d'un air comique, même si la plaisanterie contenait un bon fond de vérité. La douleur d'Ottilia continuait de le lancer, et il faudrait encore quelques heures avant qu'elle ne se décide à s'effacer. Ce n'était pas sa cheville qui souffrait, cependant, et le Fëalocë était ainsi tout à fait apte à escorter la jeune blessée jusqu'à Maître Nalesean – pour peu que celui-ci se trouvait bien, effectivement, du côté des Thermes de Naira.



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:19 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu