Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [Chevalière Bleue] Elke On Nïksé & Tezca Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Elke On Nïksé
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2016
Messages: 164
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Ondine
Âme Soeur: Tezca
Fonction: Spectre des Cendres
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 6 Aoû 2016 - 19:13 Répondre en citantRevenir en haut

Nom : Elke On Nïksé

Âge : Printemps, Vingt-deux années et quelques bourgeons.

Race : Ondine

Physique, Caractère :


Elke est une petite femme, un mètre cinquante en exagérant un peu. Assez musclée, elle est plutôt sèche quand on attend d’une femme formes et volupté. Ses cheveux foncés ont cette nuance magnétique ; un bleu nuit rehaussé par quelques reflets d’un azur glacé. Souvent coiffée de tresses négligées, Elke s’assure de toujours avoir le visage bien dégagé. Il n’y a pas là l’once d’une coquetterie, il lui est déjà arrivé de tailler au couteau, une mèche rebelle qui l’aurait agacée. Plus jeune, elle a même déjà rasé sa tignasse pour ne plus avoir à s’en occuper. Cette femme s’affiche généralement avec une moue sceptique, à défaut d’une autre expression, elle lui permet de faire face à la plupart des éventualités. Néanmoins, son visage se trouve contrasté par des pommettes bien plus douces qui soulignent en un peu de chaleur son regard violacé. Son teint quant à lui est livide, une ondine oui, mais de glace. Elke arbore régulièrement un peu de maquillage de guerre, usage courant dans les pics de Walisie.

De son éducation nobiliaire, elle a hérité d’une démarche élégante et du respect de ses pairs. Cependant, son tempérament intrépide lui légua, à force de mauvaises fréquentations, un vocabulaire bien rustre pour une femme de son rang. Une ancienne lady qui siffle comme un homme et crache comme un boucanier.
Elke vient d’une famille aux certitudes bien ancrées. Elle n’aime pas beaucoup les autres races mais arrive à s’accommoder de certains individus avec le temps, pourvus qu’ils aient réussi à gagner son respect. Les demi-sang en revanche, ne sont qu’une aberration.

L’ondine affiche peu ses ressentis et pour cause, elle est tout simplement peu affectée par ce qu’il peut bien arriver autour d’elle. Trop froide face aux événements, il lui est difficile de ne pas répandre d’aura malsaine. Sans intérêt pour le bien comme pour le mal, elle est un esprit libéré de toute conscience et ce, pour servir uniquement les plus forts.
Il est bon de noter que le courage est une vertu fondamentale pour elle et c’est en cela que vous trouverez son unique leitmotiv. Elke est fascinée par l’agressivité qui transcende les guerriers et particulièrement celle qui fourmille en son Kaerl. Personnellement trop hermétique aux ressentiments, elle regrette de ne pas avoir une telle source de colère en elle pour se dépasser régulièrement. En effet, ce n’est ni la vengeance ni la rage qui pourrait animer son bras d’un coup plus impitoyable.
Ce qui la pique et la rend moins tolérante c’est le mépris et le dégoût violents qu’elle éprouve face à la lâcheté. Qu’un individu la déçoive est tout simplement inconcevable pour elle. La guerrière ne répond alors qu’à la loi des forts et écrase sans vergogne le plus faible. Loyale, elle ne conçoit pas de vivre hors d’une faction, son aspiration est celui de son Ordre, elle rêve d’un empire puissant où le faible ne peut pas se rebeller ou résister, mais seulement servir.
Assez friande des défis en tout genre, elle est assez joueuse surtout si c’est une occasion de prendre des risques. Elle a peu d’allié en son Kaerl, s’étant longtemps méfiée de ceux qui lui feraient regretter d’être une On Nïksé.

Si vous demandez à ceux qui la connaissent, ils vous diront qu’Elke est une femme forte. Une de celles qui ont du cran. Seule, elle trace son chemin sans rien devoir à personne. Astucieuse elle sait user de ses talents pour faire ce qu’elle veut et ne fonce pas bêtement dans le tas. Mariée ? On dit qu’elle se distrait parfois d’hommes ou de femmes mais n’a pas le cœur à ces choses-là. Elle aime l’aventure et les découvertes, avec tout le lot de surprises qui vont avec…

Alignement : Loyal Mauvais.

Clan choisi : Obligée du Kaerl Ardent.

Lié(e) : Tezca, dragonne bleue

Histoire :

~ Premières Années ~


La saison la plus froide depuis plusieurs années venait de s’abattre sur Orën. Les terres avaient gelé jusque dans la vallée et les paysans craignaient pour la prochaine récolte. Seigneurs de leurs terres, les On Nïksé s’enorgueillaient pour leurs talents des affaires et c’est avec raison, car ils pouvaient à présent compter sur un véritable empire marchand. Un des deux frères On Nïksé, Seth, se lança dans une longue traversée du continent pour profiter de la crise à venir. Bianca son épouse, grosse de quelques mois avait décidé de le suivre tant pour profiter des horizons que pour éviter son odieuse belle famille. Quelques jours plus tard seulement, le trajet mouvementé et la situation inconfortable annonça l’enfant. À l’abri d’une auberge charmante et bon marché au Lac de Boniroy, on installa le couple à l’étage et fit couler un bain fumant pour accompagner l’heureux événement.

Les histoires de famille étaient compliquées chez ces ondins. Les frères Tuomas et Seth On Nïksé ne s’entendaient pas mais cohabitaient au Domaine familial. Si tout le confort et les privilèges avaient permis de tout supporter un temps, Seth se voyait bafoué par les mauvaises transactions de son aîné. Lorsqu’on célébra la naissance de deux jumelles de Tuomas, Limna et Naïa, la petite famille de Seth plia bagages.

Alors âgée de quatre ans, la fillette s’installa dans une grande bâtisse sur les flancs des monts Sérénides. Durant son enfance, Elke apprit la lecture, l’histoire, le calcul, la cartographie, tout ce dont une jeune fille de marchands aurait besoin en somme. Malgré tout, on ne la dispensa guère de danse pour qu’elle cultive sa grâce et honore son rang. Curieuse comme tout, l’enfant suivait régulièrement son père lorsqu’il descendait au lac ou en ville pour négocier avec les pêcheurs et paysans.


~ Évolution ~


Les années défilèrent et l’enfant devint une jeune fille un peu moins distinguée. Si elle avait bien acquis les leçons de son précepteur et celles de son père, un certain goût pour l’aventure s’imposa nettement. Elle descendait souvent au Lac, en deux ou trois heures de marche, où elle retrouvait les jeunes gens de son âge et s’engageait dans des défis toujours plus farfelus. Combien de fois son père devait-il la récupérer trempée, amochée et marquée des coups qu’elle avait reçus ? Combien de fois entendit-elle les remontrances de sa mère, exaspérée de ne pouvoir rien retrouver d’elle en ce garçon manqué ?

Il vint bientôt l’âge où ses parents lui cherchèrent un bon parti et alors qu’un candidat pointa le bout de son nez, c’est avec le crâne aussi lisse que celui d’un nouveau né qu’Elke se présenta. Une insulte, un scandale, les mots de Bianca résonnèrent bien longtemps chez les On Nïksé, à défaut des pas des prétendants qui s’étaient tous éclipsés.
Seth réussit à convenir avec son épouse qu’un mariage ne serait pas dans l’intérêt d’Elke et il la prit rapidement avec lui pour voyager et la former à l’entreprise familiale. Il lui était difficile de l’avouer, mais il vibrait en lui une flamme de fierté lorsqu’il contemplait sa fille. Une enfant discrète qui rêvait toujours d’ailleurs.

C’est à seize ans qu’elle pria son père de la laisser partir. Un équipage venait d’amarrer et il voguerait bientôt jusqu’à Ys. Le Capitaine était prêt à lui faire une place à bord pourvu qu’elle ait l’approbation de ses parents ; qu’aurait-on fait d’un homme accusé d’avoir enlevé une gamine de bonne famille ? Son père hésita mais la jeune ondine insista : elle trouverait les associés des On Nïksé et pourrait leur prêter main forte. Elke connaissait la cartographie sur le bout des doigts, elle était plus vive d’esprit que son père lorsqu’il s’agissait de calcul, et elle appuya sur le fait qu’elle pointerait mieux que quiconque les étourderies dans les comptes des différents comptoirs. Son père ne sut se prononcer, mais sa mère ne faillit pas ; la place d’une jeune femme n’était certainement pas à l’autre bout du monde, quelle que soit l’escorte qu’elle aurait bien pu se trouver. Défi accepté. La nuit suivante, Elke déposa une lettre sur son oreiller, accompagnée d’une de ses mèches de cheveux et regagna le quai et ses promesses d’aventures.

~ Lignes de Vie ~



La vie sur un rafiot était pleine de charme. La compagnie masculine avait cet avantage de ne point être trop exigeante. L’horizon était si apaisant, sans limite et sans aucun regret…Si elle avait tout de même dû justifier de ses motivations sans pouvoir présenter de consentement paternel, une bourse dérobée avait suffi à garantir qu’elle ne changerait pas d’humeur une fois l’ancre levée. Le mot laissé derrière elle était explicite, puisqu’elle ne gagnerait pas la confiance de ses parents en étant honnête et engagée à les servir, elle poursuivrait sans eux et sans ne plus jamais œuvrer en leur nom. Là voilà libérées des charges des comptoirs. Elle irait vers Ys oui, mais seulement parce que la cale devrait être ravitaillée. L’autre bout du monde n’était certainement pas si près.

À bord, les récits de pirates pullulaient. Tantôt cette vie incroyable l’enchantait tantôt, elle l’effrayait. Ils semblaient si courageux, intrépides… Elke ne saurait rien faire contre de tels personnages s’ils souffraient d’une attaque. Heureusement le Capitaine rassura le minois préoccupé de sa petite passagère, leur cargaison ne valait rien pour ces gens-là.

Les semaines passèrent et Elke découvrit en Olren, un torhil dégourdi et un ami. Il venait de l’Est, d’un monde de tempêtes et des traditions rigoureuses. Fils d’un forgeron, il s’était toujours vu marin mais l’empire de Kaacheen souffraient de nombreux tourments politiques. Son père ne voulait pas qu’il s’égare en ces temps troubles mais Olren avait décidé de lever les voiles avec le premier équipage qu’il croiserait de crainte que les départs du port soient trop contrôlés. Le torhil parlait bien de ce monde et mieux encore des mystères de l’Est glacé. Ce tableau, enrichi jour après jour d’anecdotes toujours plus fantastiques, peignit trait pour trait la nouvelle vie qu’Elke s’était imaginée. Un monde où l’on devait gagner sa place, la défendre et ne pas juste se satisfaire de ce que les autres auraient bien fait de vous.

Débarqués sur Ys, l’équipage profita de quelques jours avant de reprendre la mer. Le Capitaine entretint sa passagère sur sa clandestinité, sa famille était puissante et il ne voulait pas finir aux fers… Elke eut alors une idée pour palier à la situation. La jeune femme alla trouver le comptoir de son père et s’engagea à son nom pour relire quelques cahiers. Quel homme de chiffre était parfaitement sérieux ? Surtout si le propriétaire vit sur un autre continent ? L’ondine ne crut pas si bien dire, au bout de quelques heures seulement, elle dégota un livret dissimulé dans lequel l’économie du marché semblait bien plus fructueuse. Si cela venait à se savoir, l’homme finirait ruiné ou peut-être même pire, la justice était rude avec les voleurs de marchands. Avec l’aide du Capitaine pour l’entourer, la jeune fille fit pression sur l’associé et l’obligea à rédiger deux lettres en échange de son silence. La première, certifié par le sceau de la compagnie, serait pour le Capitaine, justifiant de son transport s’il venait à être contrôlé et la seconde, attendrait ses parents s’ils tentaient de la rattraper avançant là encore le prétexte d’une expédition vers le Sud. La ruse devrait lui garantir de prendre une avance bien suffisante pour ne plus être retrouvée.

La veille du départ, Elke et Olren partirent faire quelques achats, l’ondine était bien trop heureuse de sa prochaine escale pour ne rien anticiper. Des mètres de tissu pour confectionner de quoi se vêtir plus chaudement, des chausses adaptées et elle imita même Olren chez le forgeron en se chargeant d’une arme dont elle ne savait pas se servir. Alors qu’ils profitèrent d’une table chez le tavernier, deux elfes vinrent à leur rencontre. Imbibés et sans éducation – ce furent les premières idées qui les caractérisa à son esprit – mais lorsqu’ils glissèrent une lame contre le flanc du torhil, Elke comprit qu’ils étaient dignes des récits dont on lui avait fourré la tête depuis plusieurs jours et la surprise fit vite place à l’effroi.

Olren la supplia du regard de faire ce que les voleurs réclamaient, il désigna même la bourse à la ceinture de l’ondine. Alors qu’une part d’elle-même aurait bien voulu lui obéir, elle ne bougea pas et une moue désobligée s’inscrit sur ses lèvres. La jeune femme sentit alors la peine tendre pour un puissant mépris. Elle envoya alors, de toute ses forces, son petit poing au visage de son compagnon. Les elfes, surpris, lâchèrent leur proie qui s’effondra, le nez brisé. Elke l’injuria, usant des nouveaux termes qu’elle avait appréciés sur la caraque. Lui qui s’était vanté d’être un si vaillant guerrier, quel affront pour tant de lâcheté. Remontée comme jamais, elle finit par prendre à partie les voleurs et après quelques échanges, finit même par leur demander d’éclairer sa lanterne : Dans quelle terre de l’Est trouverait-on des hommes qui ne manqueraient pas de courage ? Amusés face à une sauvageonne très maniérée, les elfes l’invitèrent à s’asseoir avec eux et lui contèrent les légendes sur la Walisie qu’ils avaient recueillies au travers de leurs pérégrinations de contrebandiers.

Des terres gelées où le simple fait de respirer pouvait tendre à un effort de sur-homme durant les grands froids… Ce peuple était fier, il menait de nombreuses batailles pour demeurer fort face aux autres armées et selon eux, l’honneur n’avait d’yeux que pour le courage des plus valeureux. Elke avait déjà lu des recueils rejoignant ce qu’on lui contait à présent. Il est vrai que depuis son enfance elle s’était imaginé vivre sur les différents continents et que le souffle des montagnes avaient toujours fait balancer son cœur. Une immensité plus grandiose qu’aux Sérénides ? Il fallait qu’elle voie ça !

Ses yeux violines scintillèrent d’une étincelle nouvelle et Elke tendit gracieusement une grande partie de sa bourse aux deux protagonistes. Les hommes s’esclaffèrent encore jusqu’à ce qu’elle penche la tête sur le côté et les pria de s’occuper d’Olren.

***


Son père n’avait pas accepté leur séparation et était bel et bien parti à la recherche de son enfant. Malheureusement il perdit sa trace au comptoir d’Ys. Certains lui disaient qu’elle était partie pour le Sud, d’autres qu’on la croisait encore en ville. Seth en eut le cœur brisé et après une longue année de recherche, il accepta que le destin d’Elke n’avait certainement pas été auprès de lui. Bianca quant à elle refusa que l’on prononce son nom et en condamnant le souvenir de sa fille, elle en perdit l’amour de son époux.

Du haut de ses seize ans, Elke trouva d’abord refuge chez une vieille dame qui sous prétexte de ne vouloir laisser cette jeune fille dehors, profita de sa vigueur pour la servir et de sa compagnie durant ses vieux jours. Elke se trouva à travailler avec un des pêcheurs de coin. Elle était la seule capable de plonger dans la rivière souterraine et dans les lacs glacés. Elle était celle qui ramenait les plus beaux spécimens et grâce à son travail fort apprécié, elle finit par s’installer dans une petite maison, une des plus hautes du hameau. Elle ne manquait pourtant pas de passer régulièrement chez la vieille dame. Elke n’était pas une ingrate et à l’approche de son dernier souffle, elle lui céda plusieurs objet, dont la hache au manche gravé dont elle ne se sépara plus.

Cette vie-là, elle l’adorait. Les monts étaient abrupts, aiguisés et attirants. Elle n’écoutait que ses envies et l’appel des neiges éternelles. Cela faisait à présent cinq ans que l’ondine avait fait son nid sur les hauteurs de la grande barrière en Walisie. Il y avait peu d’ondins dans le secteur et les étrangers n’étaient jamais les bienvenus. Pourtant, elle finit par se faire une vraie place.

Elke s’entoura progressivement. On lui reconnut un certain talent pour les expéditions et même les natifs s’étonnaient des raccourcis fraîchement dénichés par cette petite pisteuse. C’est ainsi qu’on la convia à se joindre aux entraînements afin qu’elle sache se défendre durant les campagnes régulières. Elke apprit vite et bien qu’elle peina à l’épée, elle préféra la hache et le glaive, au bouclier. Bientôt, elle fut membre à part entière de l’escouade de guerriers de la vallée. Son sens aigu de l’observation faisait d’elle une bonne éclaireuse. Elle prit facilement le pli de la répression chez les ennemis ; un jeu stimulant, revigorant une fois libéré de toute moralité. Verser le sang était plaisant, gonflait l’ego et donnait du sens à l’œuvre de son camp. Elle se sentait puissante à mesure que le pouvoir de leur chef s’étendait. Au sein de cette faction chacun était reconnu pour ce qu’il était, le respect de l’ordre avait quelque chose de réconfortant. Rien ne pouvait s’effondrer grâce à cela, aucune perte dans les rangs ne ferait faiblir leur mission. Elke apprécia l’humilité chez ses frères d’armes, même celle des plus valeureux au combat, une preuve de sagesse, une preuve d’intelligence : la mort n’oubliait personne.

La vie n’était pas qu’un lot de combats. L’ondine aimait profiter de la vie et particulièrement des défis, une nouvelle aventure à chaque fois.
Elke venait de loin, ne ressemblait pas à ce peuple grand et charpenté, mais elle était de cœur leur alliée, vaillante et suffisamment intrépide pour qu’on l’imagine rester.

~ La vie sur Tol Orëa ~



Un matin, on frappa à sa porte et un homme vêtu de noir lui tendit un parchemin.

Citation:
Cousine,

J’ai appris que tu avais quitté Orën, tu as dû entendre que le Domaine n’est plus. Je suis fière de notre sang quand je vois le chemin que tu as parcouru et depuis que j’ai senti un don particulier chez toi. Suis mon messager, nous devons parler.

Limna On Nïksé.


Des nouvelles de Limna, c’était une sacrée surprise ! Il était néanmoins difficile de savoir comment elle avait pu la trouver. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait reçu de nouvelles des siens et à vrai dire, ils ne lui manquaient pas. Profondément intriguée par cette succincte missive, elle se rendit au près de l’homme dit « Chevalier ».

Un Fëalocë élégant dont elle ne vit aucune monture. Elke sortit pour le rejoindre – lui qui n’avait pas voulu qu’elle le reçoive à l’intérieur. Il était appuyé contre la roche et la fixait sans rien dire. Ses lèvres ne remuèrent pas et pourtant une voix profonde retentit. Il annonça sa venue comme s’il fallait qu’elle se prépare au pire. Elke dressa un sourcil et tapota du pied en signe d’agacement, qui Limna pouvait-elle bien lui envoyer qui la ferait défaillir au premier regard ?
La bête se dévoila et l’ondine en fut estomaquée. Ne bougeant plus, elle cessa même de respirer. Au bout d’une minute, le saurien lui rappela de prendre de l’air et Elke secoua la tête pour reprendre ses esprits. Incapable d’articuler quoi que ce soit, elle n’arrivait pas non plus à suivre le cours de ses pensées. Rien, aucune phrase compréhensible n’émergeait. Sa seule véritable réaction fut de faire demi-tour pour rentrer chez elle et de refermer la porte. Elke glissa le long du pan de bois avant de lâcher un petit rire empli de nervosité.

Les événements s’enchaînèrent avec une déconcertante rapidité sans qu’elle n’eût le temps de tout bien réaliser. Elke accepta bien entendu de rejoindre le féerique duo. Elle n’hésita pas même un instant pour tout quitter. Dans un sac elle enfourna le strict nécessaire, s’habilla et lia sa hache contre sa cuisse. La créature de conte, un monstre de bronze, une judicieuse conversation, ainsi il y avait un autre monde, pas imaginaire comme ceux de ses délires enfantins mais bien une terre secrète. Elle assiégea le dragon de questions, n’ayant cure de l’homme qui les accompagnait. Parmi la multitude d’interrogations, elle sembla avoir une obsession constante pour l’emplacement précis de cette terre sur la carte du monde. À croire que les mots du bronze ne suffisaient pas. Elle voulait connaître les angles définis par l’astrolabe… Il la fit vite taire en se propulsant dans l’interstice. Quelques minutes plus tard, elle posa le pied sur une île inconnue.

Le ciel grouillait de dragons, l’ondine en laissa sa mâchoire tomber. Les reliefs étaient pentus, ça lui plaisait. Le Chevalier la pressa, elle avait rendez-vous. Ah oui Limna… Elke se recentra et suivit le duo tout en scrutant les environs. On la présenta à d’étranges personnages dont elle ne retint absolument pas le nom et on la fit patienter devant la grande porte du Mahalma. Une salle, un trône impressionnant et une si petite femme… Limna. Sa cousine se redressa majestueuse devant tant de merveilles. Elke s’approcha en écarquillant les yeux à mesure qu’elle découvrait la face abîmée de la Dame.

L’oeil cruel de Limna la ramena à la raison, mais elle pointa tout de même sa propre joue avec une grimace significative pour que la concernée s’explique. Limna haussa les épaules, compréhensive devant celle qui l’avait connue le visage plus lisse.

-Un accident. Le domaine je t’ai dit. Ils y sont tous restés.

Ce fut au tour d’Elke de lever les épaules, satisfaite de la réponse. Limna apprécia qu’aucun trouble ne parcoure sa cousine au sujet des membres de la famille.

Limna était plus bavarde que dans le passé. Si elle n’était toujours pas plus sympathique elle avait au moins gardé sa capacité à ne pas tourner autour du pot. Ainsi, cette ignoble capricieuse avait plus que bien réussi sa vie ? Elle régnait sur un monde de dragons, la garce ! La partie la plus intéressante de son récit se déroulait enfin. Elke possédait un don, LE don et c’est pour cela qu’elle se tenait ici. Limna lui conta qu’il existait d’autres domaines, elle lui présenta les choses plus en profondeur qu’elle ne l’aurait fait avec un autre candidat. Même si elles étaient si différentes, leur honorable sang les liait auprès de ce Kaerl, sujette à croire que le monde appartenait à ceux qui ne craignaient pas la peur.
Elke apprit qu'elle deviendrait aspirante, gagnerait l’estime du Kaerl et serait un jour choisie par Flarmya… Les améthystes de l’ondine s’enflammèrent d’enthousiasme mais lorsqu’elle dévoila sa retenue quant à l’importance de l’implication divine et refusa de s’incliner devant Limna, celle-ci sortit son épée et l’engagea dans un combat. La Dame eût le dessus en quelques secondes et trancha dans la cuisse de l’aspirante qui tomba à genoux.

-Tu restes ma cousine, mais je suis ta Dame. Ton sang est pur comme le mien alors je ne me débarrasse pas de toi mais retiens bien une chose : ici tu n’es rien. Si ta mort peut nous servir, tu mourras. Elle regarda le sang couler. J’ai été claire ?

-Limpide, se pressa de répondre la jeune aspirante.

Elke se redressa et cacha tant bien que mal la douleur en adressant un petit sourire à Limna.

-Je ne m’attendais pas à ce que tu sois devenue plus aimable de toute façon.

Elle feignit une révérence.

-Ma Dame, j’aimerais me préparer alors. J’ai beaucoup à apprendre, mais ma main ne tremble pas. Je suis forte. Je grandirai les rangs ardents et je t’aiderai à faire de ton Kaerl, le plus grand.

Limna lui fit signe de sortir.

Une fois à l’extérieur, le chevalier lui adressa un sourire amusé avant de la conduire au dortoir des aspirants. On la plaça dans une des alcôves les moins confortables.

-Maître Yong'Wu Zenghwei. Il s’occupera de toi. Demain, huit heures, à la Fosse, se permit d’ajouter le Fëalocë en guise d’au-revoir.

La Dame ne s’intéressait pas à la formation de sa cousine mais s’assura qu’elle n’ait pas de traitements de faveur. Pour le coup, les gens se plaisaient à profiter de la filiation de l’ondine pour passer un peu de leur frustration. Elke aurait eu du mal à leur en vouloir, elle ne pouvait pas plus supporter Limna à présent que par le passé. Au fond, c’était aussi un fastidieux exercice que celui d’évoluer ici sans jamais se fier aux autres, une faction dans laquelle elle devrait acquérir une toute nouvelle notion de fraternité.

La première nuit fut rude, ainsi avait-elle quitté ses montagnes à jamais ? Elke ne ferma pas l’oeil et repassa devant elle le visage de chacun de ses frères d’armes. Est-ce qu’elle les abandonnait ? Une petite part d’elle avait envie de les regretter, mais son pouls battait à la chamade, ce paysage de dragons et cet horizon de magie infinie semblait avoir effacé en une fraction de seconde l’attachement qu’elle éprouvait pour sa terre froide. Elle se souvint de cette nuit où elle avait laissé sa mèche de cheveux sur l’oreiller de soie, cette mèche qui incarnait pour elle le courage et la décision scellée. Elle n’avait pas regretté sa famille, elle ne regretterait pas là non plus. Elke réussit à trouver le calme en coupant une nouvelle fois une poignée de sa chevelure, telle une promesse à elle-même et l’observa brûler sur la table de pierre sur laquelle elle la jeta.

Quelques mois plus tard, Limna n’était plus. Elke ne ressentit pas tellement de peine, c’était une inadaptée de toute façon. Soucieuse un temps pour sa sécurité, l’aspirante fit toute fois profil bas. Son Maître était un coriace et même s’il n’ignorait pas qui elle était, jamais il n’avait évoqué la Dame. Peut-être était-il prudent à ne pas vouloir tester sa loyauté. Il la protégea à sa façon et nul doute que ce fut surtout pour lui qu’on ne coupa pas la gorge de l’aspirante. Elke étudia sous les ordres du torhil pendant presque une année, sans trop faillir mais sans jamais se plaindre. Yong’Wu était loyal et servait son Kaerl avant de s’intéresser aux dirigeants. Ils avaient au moins un point commun.

Son Maître était une montagne à lui tout seul. Plus de deux mètres vingt quand elle ne dépassait pas son torse, c’était parfois risible. L’aspirante s’accrochait aux conseils qu’il voulait bien lui léguer, en élève studieuse et appliquée. Elke savait ce qu’elle valait. Son Maître était un homme fier et elle ne sut pas tellement ce qu’il pensait d’elle, peut-être attendait-il qu’elle soit libre de son aspiranat pour ouvertement la détester ? Il ne paraissait pas être de ceux qui aimaient se mélanger aux jeunes gradés alors… ils menaient leur vie chacun de leur côté. Malgré ses humeurs parfois solitaires, Elke respectait grandement son Maître, arrivant à lui accorder plus de patience qu’avec d’autres, c’était un guerrier incroyable. Le blanc de Yong’Wu était quant à lui, une abominable créature, mais comme il préférait l’ignorer, cela lui convint très bien. Le peu d’échanges qu’ils avaient eu avaient souvent été abrégés par le Maître lui-même. L’élève trouva du sens dans certaines aspirations du torhil. Lui non plus n’appréciait pas ses bâtards qui polluaient l’horizon et ils étaient bien d’avis qu’il n’y avait pas de place pour tous ces abrutis d’illuminés. La flamme ardente devait-elle se résumer en une guerre d’ego démesuré ? Est-ce que la majorité ne comprenait pas que la puissance viendrait de l’ordre et de l’implacable main de tous les combattants fédérés ?

Elke ne s’entendait pas vraiment avec les co-aspirants. Est-ce que c’était leur jeunesse qui les rendait si insolents ou si médiocres ? Leur compagnie était lassante, peu d’entre eux n’engageaient de vrais défis et en cela, elle visait des missions où leur vie pouvaient être risquées. Il fallait admettre et jauger la peur pour ne plus l’éviter. Il était bien d’être fort certes, mais il était bien plus judicieux de ne pas avoir de faiblesses et ce, tant sur le combat que sur l’instruction générale. Pour elle, ce furent les exercices physiques les plus difficiles, mais elle se releva toujours. Beaucoup des aspirants sapaient leur talent au nom de leur caprice mais s’il y avait une force constante qu’elle avait appréciée en ce Kaerl, c’était la continuelle agressivité. Elke n’était pas envahie de colère et ne se sentait donc pas sujette aux crises de furie, mais elle admirait l’énergie considérable de cette denrée.

Le seigneur suivant, Alauwyr, ne lui inspirait pas grand-chose non plus et à vrai dire avant même sa disparition, elle l’avait évité. Elke se focalisa sur le plus important : son entraînement. Elle observa ses compagnons pour puiser dans la source de leur détermination et tenter de nourrir une rage qu’elle ne connaissait pas. Parfois elle renouait avec un peu de légèreté quand un idiot la défiait et que devant ce sentiment de puissance lorsqu’il était à sa merci, elle ne savait montrer de pitié.

Plus elle progressait et plus elle se projetait sur des missions particulièrement dangereuses. Il fallait qu’elle soit prête. Le monde avait changé de saveur depuis qu’elle eût appris l’existence des véritables forces de l’univers. La guerre avec les autres Kaerls étaient quasi éternelles d’après elle et son cœur Walisien lui criait de se montrer toujours plus solide. C’était sa nouvelle armée et elle mériterait bien assez tôt de vaincre pour elle. Son courage serait bientôt une évidence et ce, jusqu’à Flarmya. Maintenant qu’elle avait trouvé une once de foi, dans la mère des dragons, on lui accorderait de se lier pour la toute puissance des siens.

***

Il eut du raffut dans les couloirs du Weyr, des pas résonnèrent et Elke se redressa sur sa couche. La main sur le front, elle frotta sa tête qui semblait encore embrumée du mauvais coup de la veille. La ponte avait été annoncée et non, cette fois encore, ce n’était pas pour elle. Elke s’apprêta rapidement et croisa les quatre candidats à l’empreinte. Un étrange sentiment la traversa, un mélange de jalousie et de dédain. Elle les connaissait, certains avaient même débarqué après elle et jamais elle ne les aurait estimés prêts ! Elke soupira, lasse face à une injustice de ce type. Les dragonneaux étaient sans doute malades pour qu’on leur attribue d’aussi odieux candidats ?
Au sein des allées, elle sentait le désintérêt lattant, comme si certaines pontes n’en valaient pas la peine. Pour l’ondine, tous les puissants bestiaux se valaient et le seul doute qui s’immisçait en elle s’adressait à ceux qui se liaient aux humains ou pire, au demi-sang… Peut-être étaient-ils si forts qu’ils éprouvaient de la pitié ?
Elke prit place dans les tribunes afin d’apprécier le fascinant spectacle. Elle darda un regard vers le capricieux Nushi en guise de salutations et cela suffirait pour annoncer sa présence. Installée auprès d’inconnus, elle s’assura ainsi de ne pas avoir de conversation à entretenir et profita de l’instant…

Équipement possédé : Dans son coffre, elle garde une tenue pour les grands froids, espérant toujours pouvoir s’y ressourcer. Une hache, son arme fétiche.

Magie : Elke possède le don. Par le sang ondin, elle ne craint pas l’eau glacée, ni le froid de la neige. Elle possède une longue apnée, dix à quinze minutes mais une fois à la surface, cet effort lui provoque une certaine confusion. Durant plusieurs minutes, Elke est sujette aux pertes de mémoire, aux amalgames et aux réactions surprenantes pouvant en découler…

Divers : Je suis d’une vieille lignée, revenue par envie et qui aimerait se relancer dans l’aventure ! Oyez anciens partenaires, n’hésitez pas à revenir me saluer, je ne vous repère pas tous avec vos DC.





Dernière édition par Elke On Nïksé le Ven 12 Aoû 2016 - 21:01; édité 7 fois
Publicité





MessagePosté le: Sam 6 Aoû 2016 - 19:13 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Heryn Amlug
Dame du Kaerl Céleste
Dame du Kaerl Céleste

Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2007
Messages: 3 540
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 161
Race: Demi-Fëalocë
Âme Soeur: Rintrah
Affiliation: Maison Dalneÿs
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 13 Aoû 2016 - 11:21 Répondre en citantRevenir en haut

Et me revoilà ! J'ai relu la partie histoire rapidement pour vérifier les ajouts, et ça me parait tout à fait répondre aux interrogations que j'avais, c'est parfait comme ça ! Je n'ai plus rien à redire donc, et je te dis bravo pour ta fiche qui est très complète ^^.

Une dernière réflexion personnelle sur ton perso - qui n'engage à rien - avant de conclure : Elke ayant abandonné ses parents sans l'ombre d'un remords, puis ses compagnons mercenaires avec à peine plus de réflexion, comment être sûre de sa loyauté envers le Kaerl ? Comment être sûrs qu'elle ne disparaitra pas ailleurs dès que son intérêt aura de nouveau piqué au vif ? A moins qu'elle soit convaincue que sa vraie place, celle qu'elle avait toujours attendue, est au Màr Tàralöm .... Et être liée contribuerait à "l'attacher" à l'endroit, ou du moins à s'assurer qu'elle y reviendra ... Tout en lui permettant d'assouvir suffisamment sa soif de découverte et d'aventure.

Sur ce, tu as ma validation et avec la mienne tu obtiens les 3 nécessaires à l'entrée en jeu ... J'ai hâte de voir comment va se dérouler ton Empreinte (qui se situe, pour rappel, trois mois avant l'époque actuelle de jeu). Une fois terminée, il faudra que tu t'attaques à la fiche de ta liée !

Citation:
Te voilà officiellement partie intégrante de l’univers de Tol Orëa, nouvelle pierre apportée à son édifice ! Tu peux d'ors et déjà ouvrir ton RP d'intro avec ton Maitre ou ta Maitresse sur ton continent actuel.

Si tu cherches encore un Maître ou une Maîtresse tu peux faire une demande juste ici !


Puisque tu es prêt à vivre au coeur des laves des Pics de Cendre, glisse-toi derrière le Rideau et vole donc jusqu’aux Loges Embrasées, QG hors-RP des membres du Kaerl Ardent, ou Màr Tàralöm. Tu y trouveras par exemple les présentations de tes confrères, tu pourras participer à des débats et trouver des informations sur les diverses quêtes célestes et sur l’organisation de l'Ordre Draconique d'Ombre. Tout est discutable en son sein et les idées ou suggestions sont les bienvenues.

Ensuite, tu pourras aller te présenter in RP au Seigneur Iskuvar, en te rendant au Mahalma, afin d'entrer officiellement dans ta nouvelle demeure !

Dans tous les cas pour tes rps, il te faudra indiquer la date en cours en jeu. Plus d’information, il faut te rendre dans le topic Notions Indispensables Diverses, chapitre "Mesure du Temps" (clic). Par exemple, nous sommes actuellement en Néharaku 918, tu peux te placer un peu avant cette date pour arriver à la fin des évènements politiques qui ont secoué le Kaerl, dont tu trouveras le résumé pour info juste par ici.

Peut-être que lors de ta découverte du forum, de ta visite en son sein, en plus de la lecture studieuse des différents explicatifs du Codex et du Liber Draconis, tu as déjà découvert ces différents points essentiels que je vais te présenter ensuite. Permets-moi de te les évoquer malgré tout :

Tu peux avoir le loisir de suivre les différentes triades ou "quel maître dragon a quel aspirant sous son aile". Il y a également les Les Missives Seigneuriales, pour les avancées des scénarios lancés, des nouveautés ou améliorations importantes du forum, en plus des newletters que tu recevras par mail (veille bien à avoir coché dans ton profil "accepter les mails de tol orëa").

Dans les Missives Seigneuriales, tu découvriras aussi le Panneau de Quêtes, indispensable, te dévoilant des quêtes ou des scénarios effectués dans les Kaerls (complément à la Chronologie de Tol Orëa).

Autre lien utile, tu pourras faire un petit suivi des aventures de ton personnage dans les Carnets de Route, non obligatoire mais quand même bien utile pour s'y retrouver temporellement entre ses différents RPs.

Pour égayer le rp entre deux topics, il y a souvent des concours organisés dans l'Acamédie, installée à Lòmëanor. Si tu as la plume qui te démange, tu peux écrire à la suite des concours précédents, ils restent ouverts pour qui veut rajouter une petite touche d'imagination en plus !

Si une réponse entre deux RPs se fait attendre ou que tu as du temps de libre, tu peux aller te détendre dans les nombreux topics de notre section flood, les Alcôves Dérobées, où tu trouveras une section débats et sondages, une autre pour les rencontres IRL, mais aussi une section pour les petits jeux de "mots" et d'écriture, le Fil des Moires. Si le défi te tente, tu pourras y participer chaque mois à notre RP Challenge, petit jeu d'écriture où l'on te propose d'imaginer un texte (de préférence lié à l'univers de tol orëa mais pas forcément à ton personnage), en relation avec une musique, selon ce qu'elle t'inspirera.

Voilà, je crois que je t'ai tout dit ... N'hésite pas si tu as des questions et surtout amuse-toi bien !




oO°Carnet de Route de la Lady°Oo

-- Rythme de RP lent, merci de votre compréhension ! <3 --
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:28 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu