Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Le caprice d'une dragonne Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 817
Présentation: URL
RPs: 273
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 10 Mar 2016 - 19:49 Répondre en citantRevenir en haut


______________Elvira & Solrys


Néharaku 918


Les yeux de Solrys scintillaient d'une teinte vibrante. Elvira laissa échapper un soupir sonore. La dragonne ne manquait jamais de s'amuser que leurs rôles s'inversassent de la sorte. Il n'était pas commun aux elfes de perdre patience aisément mais la maîtresse verte flirtait dangereusement vers ses propres limites.

Elle ne pouvait pas décemment accuser sa liée d’être coupable de son sort. Ce n’était qu’un accident, une maladresse excusable qu’il eut été cruel de blâmer. La dragonne s’était entaillé la queue sur les rochers escarpés au moment de cueillir sa proie qui espérait s’évader au profit d’un ravin pour échapper aux griffes meurtrières.

Là où l’Elfe lui en voulait, c’était d’avoir sottement dévoré le daim plutôt que d’user aussitôt de l’interstice pour rentrer au kaërl céleste, là où un guérisseur aurait pu aussitôt soigner sa blessure.

° Je déteste les guérisseurs. ° grogna Solrys, comme si son animosité latente était une excuse légitime.

Elvira leva les yeux au ciel. Aussi l’Elfe n’avait eu d’autre choix que d’administrer elle-même les premiers soins. De bonne grâce, Solrys s’était allongée, son corps reptilien gisant dans toute sa longueur, avachie comme à l’article de la mort.

L’entaille était peu grave mais profonde, encombrée de terre et de poussière, et Elvira avait dû sacrifier sa cape pour en faire un garrot et ralentir le saignement. L’Elfe enrageait à l’idée de se savoir coincée sur Orën pour plusieurs heures et elle se résigna à aller chercher de l’eau au village le plus proche pour pouvoir au moins nettoyer la plaie correctement. Malgré la colère qui l’habitait, Elvira s’était abstenue d’assommer la dragonne de reproches. Elle aurait eu grand mal à nettoyer sa plaie sans son accord, et rappeler à sa liée qu’elle n’était qu’elle n’était pas plus futée qu’une mule à écailles ne servirait de rien.

° Ce n’est pas me ménager si tu ne me caches pas tes pensées. ° l’avisa Solrys.

Elvira soupira de plus belle.

« Ne bouge pas. Je vais chercher de quoi nettoyer et panser ta blessure. »

Presque instinctivement, Solrys s’était redressé d’un bond. Lle tissu ocre enserrant sa queue s’empourpra aussitôt.

« Ne BOUGE pas. » s’indigna Elvira.

Elle fustigea aussitôt sa liée d’un regard assassin auquel elle répondit par un rugissement courroucé. N’était-elle pas une dragonne, fille de Flarmya et reine des cieux ? L’Elfe ne décoléra pas et eut un geste agacé à l’encontre de sa dragonne. Une certaine Verte de sa connaissance serait bien inspirée de se tenir tranquille sans quoi elle devrait se trouver une autre elfe pour l’accompagner dans ses escapades sur Orën si celles-ci devaient impérativement se finir dans le sang.

De mauvaise grâce, la dragonne s’affaissa, raplatissant du même mouvement les plantes du sous-bois. Solrys ne pouvait qu’espérer que les soins sommaires que lui prodigueraient l’Elfe suffirait. Alors qu’elle n’était qu’une jeune dragonne, elle avait eu la folle mauvaise idée de vouloir franchir une fenêtre fermée. Elle y était parvenue, mais les multiples esquilles de bois et de verres logés sous ses écaillés, ainsi que l’après-midi de torture nécessaire à leur retrait et l’interdiction formelle de sortir des appartements de sa liée pendant un mois, avaient suffi à lui faire fuir comme la peste la simple proximité des guérisseurs du Màr.

Elvira s’éloigna d’un pas lourd, quittant le couvert des bois pour les plaines fertiles que grignotaient les champs des fermes en contrebas. Elle n’en aurait guère que pour une demi-heure de marche. Elles avaient aperçu le village en survolant la lande. La maigre carrure de Solrys et ses écailles d’un vert profond la rendait plus facile à cacher en forêt, et les deux liées n’évitaient réellement que les grandes villes.

Le moulin et la rivière qu’elle avait aperçu étaient de l’autre côté de la ville, mais cela importait peu, un puits lui suffirait. Elvira demeurait contrarié, moins par l’accident que par le manque de maturité de sa liée. A quoi bon hérité une mémoire ancestrale venue du fond des âges si elle se comportait encore et toujours comme un dragon d’un jour ? Ne grandirait-elle jamais ?

° Et toi, ne comprendras-tu jamais qu’il n’est guère courtois de partager des pensées insultantes ? ° s’indigna Solrys, le museau vautré dans un bosquet de fougères.





Dernière édition par Alyin le Lun 14 Mar 2016 - 17:01; édité 1 fois
MSN
Publicité





MessagePosté le: Jeu 10 Mar 2016 - 19:49 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Iniaki Morrigane
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2015
Messages: 110
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 68
Race: Fëalocë
Maître: Elvira (PNJ)
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 11 Mar 2016 - 02:20 Répondre en citantRevenir en haut

C’était une belle après-midi pour un début de mois de Néharaku. Iniaki avait décidé de profiter des dernières journées de beau temps qui s’offraient à elle pour s’entraîner au maniement de l’épée. Après avoir enfilé une tunique sombre et un pantalon, l’adolescente accrocha le fourreau contenant son épée à sa ceinture et quitta la demeure de sa tante d’un pas léger.

Alors que la rouquine se dirigeait vers son lieu d’entraînement habituel, elle fut tout à coup persuadée que la clairière près de la forêt serait finalement un bien meilleur lieu pour s’entraîner. Elle n’aurait pas su dire pourquoi. Il lui arrivait assez fréquemment d’avoir ce genre d’intuitions et elles les avaient toujours suivies sans se poser de questions. C’est ainsi que la Fëalocë se dirigea vers les vertes plaines des abords de la forêt.

Après quelques minutes de marche, elle arriva à endroit qui lui plut : elle était suffisamment loin du village pour ne pas être dérangée, tout en ayant une bonne vue sur le lac de Boniroy. Elle observa pendant quelques minutes la magnifique vue qui s’offrait à elle. Durant son enfance, elle avait rêvé de pouvoir être aussi libre qu’elle l’était maintenant. Le goût de cette nouvelle liberté n'arrivait cependant pas à réjouir totalement la jeune fille, car elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle ne le devait qu'à la mort de sa mère. Comme pour chasser ces idées noires, Iniaki secoua énergiquement la tête et sortit son épée du fourreau.

Cette magnifique arme se prénommait Silmarien et était assez légère pour que quelqu’un du gabarit de l’adolescente puisse la manier sans difficultés. La garde et le pommeau de l’arme étaient dorés et ornementés d’un phénix rouge. Il s’agissait d’un cadeau de son ancien maître d’arme Daryun et Iniaki chérissait cet objet presque autant que le collier de lapi-lazuli qu’elle avait hérité de sa mère et qu'elle portait en permanence.

Iniaki commença son entraînement après un léger échauffement des poignets. Elle empoigna son épée et commença par les mouvements de garde basiques. La jambe droite étendue en avant et la jambe gauche étendue en arrière, elle frappa le sol du côté avant droit, puis du côté gauche. Elle fit de même au niveau de la taille et plaça enfin son épée au dessus de sa tête.
La jeune Fëalocë nota qu’il lui avait fallu plus de temps que la dernière fois pour réaliser ces simples mouvements. Mais après tout, elle aurait dut s’en douter : sans entraînements journaliers et surtout sans maître d’escrime, il était évident qu’elle allait perdre son niveau.
Comme pour se persuader du contraire, Iniaki avança un pied en avant, et commença des mouvements plus complexes. Par respect pour les enseignements de Daryun, elle ne pouvait pas tout oublier de l’art de l’épée. Mais, à sa connaissance, il n'y avait aucun maître d'armes digne de ce nom dans les environs.
Soudain, Iniaki se figea. Elle venait de ressentir cette étrange sensation sur la nuque qui signifiait que l'on était observé. Peut-être y avait-il des bandits dans cette forêt ? La jeune fille serra son épée dans sa paume, et se retourna doucement. Une silhouette se dirigeait effectivement vers elle. Bien qu'elle soit encore assez loin, Iniaki constata avec soulagement qu’il ne s'agissait pas d'un brigand mais d'une femme. Ce soulagement immédiat était du au fait que dans l'esprit de la jeune fille, une femme ne se serait jamais adonnée à des activités de banditisme. Après tout, dans les livres qu'elle avait lu, les bandits étaient toujours des hommes.
Mais que faisait cette femme par ici ? Rares étaient les personnes qui s'aventuraient dans ce coin là...

"Vous êtes perdue ?"
lança la jeune Fëalocë à l'adresse de l'inconnue.




Merci à Heryn pour la signature ! ~ Carnet de route ~
Visiter le site web du posteur
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 817
Présentation: URL
RPs: 273
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 14 Mar 2016 - 17:16 Répondre en citantRevenir en haut


______________Elvira & Solrys


Elvira s’apaisait à mesure qu’elle s’éloignait de Solrys, comme si sa colère se distillait, son énergie dissipée dans chacun de ses pas. L’Elfe ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour la Verte. Elle avait beau se répéter que ses jours n’étaient pas en danger, s’imaginer lui prodiguer des soins quotidiens dans l’enceinte du Màr Menel relevait de la torture psychologique. Solrys ne pouvait aller autrement que bien, elle ne se plaignait jamais de rien, mais ne pouvait s’empêcher de se comporter à l’identique, ce qui faisait de toute convalescence un calvaire de chaque instant.

Une présence dans la pleine la tira de ses songeries. A cette période de l’année, la plupart des villageois s’attelaient aux travaux des champs, récoltant les dernières réserves de fourrages avant l’hiver. Les terres d’Orën avaient beau être fertiles, cela n’empêchait pas les hivers d’être rigoureux. Mais l’individu - fëalocë à en croire sa chevelure flamboyante - n’avait rien d’un garçon de ferme, c’était une adolescente fluette vêtue à la garçonne, épée au poing, un tableau aussi incongru aux yeux de la maîtresse verte que l’était le collier à la pierre bleue mêlée au cuir des combattants.

Si elle était perdue ? La question lui arracha un sourire. Difficile de se perdre, quand vos pensées communiaient avec celles d’un dragon, capable de filer et de surgir de n’importe où vers n’importe où en une fraction de seconde. Elle garda pour elle cette pensée qui n’aurait pas manqué de paraître tout aussi incongrue que condescendante.

« Je ne suis pas d’ici. Une amie à moi s’est blessée, et nos réserves d’eau se sont épuisées. J’allais jusqu’au village pour remplir mon outre. »

Elvira avait ralenti sa marche, sans s’arrêter pour autant. On trouvait des brigands, même sur Orën, même si la richesse relative du continent les rendaient plus sournois, en faisant plus souvent des arnaqueurs et des voleurs que des coupe-jarrets. Et Elvira n’était pas assez stupide pour crier au monde entier qu’elle était seule en une terre inconnue, d’autant plus qu’elle sentait Solrys trépigner à la lisière de sa conscience, prête à fendre le ciel pour lui porter secours, quel que soit le prix à payer.

« Sauriez-vous où se trouve le puits le plus proche ? »

Une question anodine. Si la gamine lui mentait ou prenait une direction hasardeuse, elle serait fixée sur son compte. Les yeux gris bleu d’Elvira jaugeait la Fëalocë. A peine plus qu’une enfant et une lame à la main… Elle était bien heureuse de ne rien avoir à faire avec ces gens-là, songea-t-elle avec une amertume si sincère que la Verte s’abstint de lui rappeler que le Màr fomait des chevaliers habiles aux armes, et qu’elle avait de fait, elle aussi, appris à dompter l’épée.



MSN
Iniaki Morrigane
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2015
Messages: 110
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 68
Race: Fëalocë
Maître: Elvira (PNJ)
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 16 Mar 2016 - 20:28 Répondre en citantRevenir en haut

Lorsque l'inconnue se fut suffisamment rapprochée, Iniaki constata à ses oreilles effilées qu'il s'agissait d'une Elfe. La jeune Fëalocë n'en avait que peu rencontrés jusqu'ici, son cercle de relations ayant été quelque peu restreint durant ses premières années d’existence.
Bien qu'elle n'en connaisse pas personnellement, il lui avait toujours semblé que les premiers-nés renvoyaient un petit côté hautain assez désagréable. Peut-être cela était-il dû à leur exceptionnelle beauté, qui semblait venir d’un autre monde. Ou au fait que leurs corps particulièrement bien proportionné et leurs hautes tailles renvoyaient à la figure de la jeune fille que le sien était encore celui d’une gamine chétive, bien qu’elle aille sur ses 16 ans. Toujours était-il qu’elle ne sentait pas particulièrement à son aise en la présence d’un représentant de cette race. Son soulagement initial s'était ainsi teinté d'une once de méfiance, tandis que l’Elfe lui expliquait les raisons de sa présence ici.

« Je ne suis pas d’ici. Une amie à moi s’est blessée, et nos réserves d’eau se sont épuisées. J’allais jusqu’au village pour remplir mon outre. Sauriez-vous où se trouve le puits le plus proche ?»

Savoir qu’elle désirait aider son amie blessée rendit immédiatement l’Elfe brune bien plus sympathique aux yeux d'Iniaki. Elle ne pouvait rester insensible à un acte généreux, quel qu’il soit. Le puits n'était pas bien loin, elle était passée juste à côté pour effectuer son chemin jusqu'ici.

« Pour trouver le puits, il suffit d’avancer tout droit dans cette direction. Vous ne le manquerez pas. » lui répondit la Fëalocë de sa voix cristalline, en désignant le contrebas de la falaise.

Après un instant d’hésitation, elle ajouta, une expression sérieuse sur le visage :

« Vous ne voudriez pas aller chez le guérisseur du village pour votre amie ? Je peux vous y mener si vous le voulez. Ou je peux aller le chercher pour vous plutôt. Avoir ses amis à ses côtés est important quand on ne va pas bien.»

Comme à son habitude, elle parlait beaucoup trop. Mais l’idée de savoir une personne seule et blessée la peinait réellement.




Merci à Heryn pour la signature ! ~ Carnet de route ~
Visiter le site web du posteur
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 817
Présentation: URL
RPs: 273
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 21 Mar 2016 - 18:42 Répondre en citantRevenir en haut


______________Elvira & Solrys


Elvira en vint à songer qu’elle avait peut-être jugé un peu trop hâtivement son vis-à-vis. Sous ses allures de gredine - une épée, tout de même ! - elle n’en semblait pas moins avoir une âme. Son visage s’était éclairé tandis qu’elle lui indiquait l’emplacement du puits.

« Mon… amie n’aime pas trop les guérisseurs. »

Elvira avait buté malgré elle sur ce mot, comme si l’amitié était un concept terriblement réducteur pour tenter d’illustrer la puissance du lien qui la liait à Solrys. Elle avait déjà perdu des amis. Elle en avait trouvés. L’amitié était un livre ouvert, une page surchargée, l’autre vierge, un mélange de lien tissés marqué de l’encre des souvenirs et de promesses à venir. Solrys, à l’inverse, était unique, leurs jours à jamais aliénés et leurs âmes si soudées qu’aucune des deux liées n’avaient jamais souhaité qu’il en fut autrement.

« Mais si tu tiens à m’aider, un seau d’eau supplémentaire ne serait pas de trop. Je pourrais te récompenser pour ton aide. »

L’Elfe sourit, achevant de parfaire cette image gracieuse qu’elle se plaisait à donner d’elle-même, où son visage rayonnait tout autant que scintillaient doucement la résille d’argent perdue dans sa chevelure sombre.

° Et la prudence, qu’en fais-tu ? ° s’amusa Solrys. ° Le secret de mon existence, de l’évidence de ma race ? °

Elvira haussa les épaules. Vivre au Màr ne lui avait jamais appris à faire illusion, et à se comporter comme quelqu'un d'ordinaire.

° Ce n’est qu’une enfant. Qui joue avec une épée et combat des monstres imaginaires. Ils se diront que l’oisiveté lui a tourné la tête. Ils lui trouveront un mari, un toit, un travail de femmes. °

Solrys ne protesta pas contre les paroles hâtives de sa liée. Ce n’était qu’un jugement sans appel, une manière de clore un chapitre qu’elle ne voulait pas évoquer et la Verte la connaissait trop bien pour ne pas lire entre les lignes. Elvira n’ajouta rien de plus et s’apprêta à suivre la Fëalocë sur le chemin du puits. Avec plus d’eau, elle pourrait espérer nettoyer la plaie et le linge qui la pansait, et avec un peu de chance, la sentence des guérisseurs du Màr à l’encontre des maladresses de la Verte ne serait pas trop sévère...



MSN
Iniaki Morrigane
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2015
Messages: 110
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 68
Race: Fëalocë
Maître: Elvira (PNJ)
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 27 Mar 2016 - 17:37 Répondre en citantRevenir en haut

Le fait de savoir que quelqu'un n'aimait pas les guérisseurs rendit l'adolescente un peu perplexe. Ils n'avaient pas réussi à éviter la mort de sa mère, mais ils n'en étaient pas méchants pour autant. Et il lui semblait qu'il valait tout de même mieux passer entre les mains d'un médiocre guérisseur que de quelqu'un qui n'y connaissait rien.

Lorsque l'Elfe lui proposa d'apporter son aide pour puiser l'eau, le sourire d'Iniaki s'amoindrit légèrement. Elle n'avait jamais quiconque à faire ce genre de choses. Les jeunes filles de bonne famille de son espèce n'étaient en effet jamais mises à contribution pour ce type de tâches. Pour l'adolescente, il s'agissait là de l'apanage des serviteurs de la maison et si elle s'était toujours très bien comportée à leurs égard, les aider dans leurs travail ne lui avait jamais traversé l'esprit.
Même dans cette nouvelle vie auprès de sa tante, personne ne la sollicitait pour apporter une aide, quelle qu'elle soit.

C'est pour cette raison que la rouquine hésita légèrement avant de donner son accord à l'Elfe. Non pas qu'elle considérait cette tâche comme indigne de son statut, mais elle se demandait simplement si elle serait à même de la réaliser.

Bien sûr, elle savait que puiser de l'eau n'avait rien d'extraordinaire, mais que quelqu'un lui demande de l'aide à elle lui semblait incroyable. Cela l'effrayait un peu, mais elle en était également ravie . Elle allait enfin pouvoir se rendre utile à quelqu'un ! Après quelques secondes de réflexions, elle décida qu'elle serait tout à fait apte à aider cette inconnue et son amie. Elle ne voyait pas pourquoi elle faillirait à cette tâche.

"D'accord !" répondit-elle finalement avec un enthousiasme absolument démesuré vu la situation, les yeux brillants de joie.

Elle commença à se diriger d'un pas assuré vers le puits, comme si la mission qui lui était déléguée était d'une importance capitale.

Au bout de quelques minutes de marche, comme si un éclair de lucidité venait de lui tomber sur le crâne, la jeune fille se retourna tout à coup vers l'Elfe et lui demanda :

"Au fait, comment vous appelez-vous ? Moi c'est Iniaki"




Merci à Heryn pour la signature ! ~ Carnet de route ~
Visiter le site web du posteur
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 817
Présentation: URL
RPs: 273
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 4 Avr 2016 - 15:34 Répondre en citantRevenir en haut


______________Elvira & Solrys


L’hésitation manifeste de la Fëalocë éveilla quelques suspicions dans l’esprit d’Elvira. Elle était loin des siens et loin du Màr… Pouvait-il s’agir d’un piège ? Quand bien même le village n’aurait pas eu de puits, pourquoi la guerrière aurait-elle refusé de l’accompagner ?

La Fëalocë acquiesça finalement, et Elvira chassa cette menue contrariété de son esprit.

° Ne crains rien. Une égratignure ne m’empêchera pas de voler à ton secours. °


° Cela ne sera pas nécessaire ° rétorqua Elvira en s’efforçant de ne pas noter l’évidente excitation qui imprégnait les pensées de la Verte.

L’enthousiasme de sa liée à l’idée de s’illustrer au combat pour les beaux yeux de sa liée égalait presque celui de la Fëalocë à la perpective de porter un seau. L’Elfe en vint à la conclusion qu’il ne lui appartenait pas de comprendre les moeurs des Fëalocës et des dragonnes vertes.

« Elvira. » répondit simplement l’Elfe.

Malgré elle, elle ressentit une pointe de soulagement à la vue du puits. Elle tira le premier seau, s’y désaltéra brièvement avant d’en extraire un second qu’elle confia à Iniaki. La culpabilité l’assaillit alors qu’elle prenait conscience que Solrys aussi avait soif, mais il était vain d’espérer amener la dragonne jusqu’au puits ou lui amener suffisamment d’eau pour étancher sa soif.

« Mon amie n’est pas très loin de l’endroit où nous nous sommes retrouvées. »

Elvira se mordit la lèvre. Ses paroles sonnaient comme une excuse maladroite, alors qu’elle n’avait pas forcé la fëalocë à l’aider… Et si elle savait soulever une épée, elle devait pouvoir porter un seau d’eau, non ?

Le trajet du retour fut des plus quelconques, Elvira dut changer plusieurs fois de main. Elle remercia une fois de plus Iniaki pour son aide en s’abstenant de lui poser les mille et une questions que suscitait le petit village en son esprit. Tout dans son apparence devait déjà clamer combien elle était étrangère à ces lieux et elle ne tenait pas à noircir le trait.

Lorsqu’enfin les deux femmes franchir l’orée des bois, des traînées de sang séché sur l’humus du sentier arrachèrent à Elvira un claquement de langue désapprobateur.

° Je m’ennuyais. ° protesta une voix indignée dans son esprit, à laquelle l’Elfe ne se donna pas la peine de répondre.

« Je te remercie, mais il vaut mieux que tu m’attendes là. »
déclara Elvira d’un ton sec.

Elle adoucit ses paroles d’un sourire d’excuse, prit le second seau des mains d’Iniaki et fila vers la clairière en suivant les traces ensanglantées.

Solrys l’y attendait, la mine penaude, feignant l’immobilité avec une habileté qu’on eut pu qualifier de louable sans ses écailles souillées et la plaie à vif dont sourdait un sang sombre et épais.



MSN
Iniaki Morrigane
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2015
Messages: 110
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 68
Race: Fëalocë
Maître: Elvira (PNJ)
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 5 Avr 2016 - 18:25 Répondre en citantRevenir en haut

Le chemin du retour du puits fut un peu plus compliqué que l'aller. Les muscles d'Iniaki étaient plutôt développés pour quelqu'un de son gabarit, mais la anse du sceau plein lui sciait douloureusement ses mains délicates. Tout en faisant son possible pour que son visage ne trahisse pas son inconfort, elle jetait des regards en biais sur le sceau d Elvira afin de voir comment cette dernière arrivait le porter. La Fëalocë constata avec soulagement qu'elle changeait plusieurs fois son sceau de main et qu'il n'y avait donc rien d'anormal à ressentir cette douleur dans la paume. Elle n'était guère habituée aux travaux manuels et ses mains n'étaient habituées qu'au contact de l'épée. Pourtant l'adolescente ne voulait pas que la première aide qu'elle prodiguait à quelqu'un se solde par un échec et que l'Elfe lui reprenne le sceau des mains. Aussi garda t-elle son inconfort pour elle tout en avançant d'un pas décidé.

Elles arrivèrent à l'orée du bois jouxtant son ancien terrain d'entraînement et Elvira semblait vouloir se diriger à l'intérieur de celui-ci. Cela signifiait-il donc que son amie blessée était dans cette forêt ? Cela ne lui semblait pas être le lieu le plus propice pour un blessé. Il risquait d'y avoir des animaux sauvages en plus. Mais après tout, elle ne connaissait rien des Elfes et de leurs coutumes.

°Je m’ennuyais

Iniaki ouvrit des yeux étonnés et tourna la tête vers Elvira. Pourquoi disait-elle cela tout à coup ? Cette dernière la remercia un peu sèchement et lui pris le sceau des mains avant de partir vers la clairière, laissant Iniaki figée sur place. Alors qu'elle entendait le timbre de la voix de l'Elfe, l'adolescente ne put que constater qu'il ne s'agissait pas de la voix qu'elle avait entendue auparavant. Pourtant, la voix lui avait semblé si proche que son auteur n'aurait put être qu'a côté d'elle ! Iniaki sentit son sang se glacer tandis qu'elle tournait prudemment la tête dans tous les sens. La jeune fille agrippa la poignée de son arme et se prépara à dégainer à tout moment. Au bout de quelques minutes, elle ne put que constater que rien ne semblait vouloir sortir des fourrés pour l'étriper.
La Fëalocë poussa un soupir de soulagement avant de se rendre compte que la situation n'était pas si bonne que ça finalement. Elle se rappelait en effet avoir lut de nombreuses histoires sur les fantômes et esprits qui cherchaient à obtenir leurs vengeance sur les mortels. Toutes ces histoires se finissaient d'une façon particulièrement horrible pour le malheureux protagoniste. Peut-être était-ce sa mère qui avait envoyé un esprit la hanter pour la punir d'avoir quitté la maison ? La rouquine frissonna et jeta un regard terrifié autour d'elle. Peut-être était-ce simplement son esprit qui lui jouait des tours. Mais la voix lui avait semblé si réelle... Après une légère hésitation, l'adolescente décida qu'il valait mieux en avoir le cœur net.

" Vous êtes un fantôme ?" chuchota t-elle en direction de "l'ennemi" invisible.

Aucune réponse. Bon, peut-être était-ce préférable finalement.

Soudain, une autre idée lui vint en tête. Et si la raison pour laquelle elle avait sentit la voix si proche était que quelqu'un avait directement parlé dans son esprit ? Après tout, elle pouvait elle même soulever des choses sans les toucher, donc cela ne lui semblait pas inenvisageable. Peut-être était-ce encore un moyen utilisé par sa mère pour communiquer avec elle ? Il fallait à tout prix qu'elle évacue cette dernière hypothèse.

Tout en se sentant particulièrement stupide, Iniaki tenta alors de formuler une phrase dans son esprit pour en avoir le cœur net : *Qui êtes-vous ? Que me voulez-vous ?*   




Merci à Heryn pour la signature ! ~ Carnet de route ~
Visiter le site web du posteur
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 817
Présentation: URL
RPs: 273
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 11 Avr 2016 - 15:17 Répondre en citantRevenir en haut


______________Elvira & Solrys


Sans la proximité de la Fëalocë, Elvira aurait probablement haussé le ton. Au lieu de quoi, ses yeux lançaient des éclairs tandis qu’elle observait l’étendue des dégâts. Les iris de la dragonne, penaude, virevoltait d’une teinte à l’autre, tandis qu’elle cherchait à puiser dans le lien qui l’unissait à l’Elfe la nature exactede son ressenti, dans l’espoir de l’apaiser au plus vite. Ce n’était pas sa faute, après tout, si les pierres d’Orën avaient des arrêtes tranchantes, et si l’inactivité pesait à une dragonne…

Sans avertissement préalable, Elvira vida le premier seau sur la plaie, et, s’armant d’un petit couteau de voyage, faute d’instrument plus adéquat, elle entreprit de déloger les multiples fragments de végétaux qui s’était joints à la partie. Assise à califourchon sur le dos de la dragonne, elle sentit cette dernière tressauter une fois ou deux alors qu’elle insistait sur un point sensible, mais la Verte ne se permit pas de protester.

Au grand dam d’Elvira, Solrys n’était ni pleurnicharde, ni spécialement douillette, et il était donc vain d’espérer la faire tenir en place au prétexte qu’elle risquait d’aggraver les choses en n’en faisant rien. La colère de l’Elfe s’était tarie. Sermonner Solrys ne servait que s’il l’on aimait s’écouter parler et Elvira n’avait pas assez d’orgueil pour ce faire. Elle oeuvrait en silence et si elle sentait que Solrys était ailleurs, elle n’était pas assez cruelle pour l’encourager à se concentrer sur les misères nécessaires qu’elle lui infligeait.

° Je suis Solrys. Pourquoi voudrais-je quelque chose de toi ? °

Dans les pensées chantantes de la dragonne, curiosité et surprise se disputaient. Se pouvait-il qu’il y ait quelqu’un pourvu du Don entre ces bois ? Comment l’avait-elle manqué ? Elvira risquait de s’imaginer qu’elle le lui avait caché…

° Viens donc me rendre visite.°

A ces pensées invitantes, elle joignit l’image mensongère de la clairière telle qu’elle était avant son arrivée, calme et verdoyante, et non telle qu’elle était à présent, herbes sanglantes piétinées par une dragonne agitée.

° Je m’ennuie ici... ° précisa-t-elle comme s’il s’agissait d’un argument primordial.



MSN
Iniaki Morrigane
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2015
Messages: 110
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 68
Race: Fëalocë
Maître: Elvira (PNJ)
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 18 Avr 2016 - 01:05 Répondre en citantRevenir en haut

Iniaki ne s'attendait pas le moins du monde à ce que son "appel" télépathique obtienne une réponse. Ainsi, lorsqu'elle entendit distinctement une voix lui répondre dans sa tête, sa première réaction fut de rester figée de stupeur. Les grands yeux verts de la jeune fille s'étaient écarquillés et une lueur d'angoisse pouvait se lire en eux. Était-elle devenue totalement folle ? Ou quelqu'un lui faisait-il une farce ? Mais par quels moyens pourrait-on faire une farce de ce genre ?? A moins qu'il ne s'agisse d'un télépathe ?

Les pensées fusaient en pagaille dans l'esprit de la Fëalocë. Soudain, la voix auto-dénommée Solrys recommença à se faire entendre. Elle lui proposa de venir la rejoindre, et cette fois-ci un nouvel événement inexplicable se produisit : elle vit l'image d'une clairière. La clairière n'était pas juste en face d'elle, donc ses yeux ne la voyaient pas directement, mais c'était un peu comme si elle avait reçu cette image par la pensée ? Voilà qu'elle s'embrouillait elle même. C'était à ne plus rien comprendre. Même ses sens la trahissaient.

La voix de Solrys réapparu dans son esprit pour déclarer qu'elle s'ennuyait. Peut-être était-ce alors bien un piège d'un fantôme qui se languissait de compagnie ? Une personne raisonnée n'aurait probablement jamais tenté de rejoindre cette voix. Mais Iniaki n'était pas une personne raisonnée, loin s'en faut. Sa petite voix intérieure (celle qu'elle avait l'habitude d'entendre, pas l'autre...), la même qui l'avait emmenée à s'entraîner aussi loin du lieu habituel, lui disait qu'il n'y avait rien à craindre.

Sans réfléchir plus longuement, Iniaki se dirigea vers le coeur de la forêt, suivant le même chemin qu'avait pris l'Elfe auparavant. Il lui semblait en effet que cette clairière se situait non loin de ce sentier. Alors qu'elle était presque arrivée, elle fut surprise de voir des tâches rouges maculer une fougère environnante. L'adolescente réalisa soudainement que ces tâches étaient éparpillées un peu partout autour d'elle. Il s'agissait probablement de sang. L'adolescente réalisa alors que la personne/chose qui avait tenté de l'attirer ici était peut-être beaucoup moins inoffensive qu'un esprit. Peut-être même avait-elle affaire à un meurtrier ? Mais que diable lui avait-il passé par la tête pour suivre la voix ?

Iniaki allait faire demi-tour à toutes jambes, quand elle se rappela soudainement qu'Elvira avait emprunté le même chemin qu'elle. L'Elfe était probablement tombée sur le meurtrier ! Peut-être s'était-elle également laissée avoir par la voix dans sa tête ! Elle ne pouvait pas la laisser à son sort... La rouquine agrippa fermement Silmarien, et avança a pas de loups sur le chemin qui lui restait a parcourir jusqu'à la clairière. Les tâches de sang s'intensifiaient et la jeune fille sentit son sang se glacer.

* Faîtes qu'Elvira n'ait rien, je vous en prie...
*
songea la jeune fille à l'adresse du Dieu qui voudrait bien l'écouter.

Lorsque la Fëalocë ne fut plus qu'à quelques pas de la clairière, elle inspira un grand coup et serra les poings pour qu'ils cessent de trembler. Elle ne pouvait pas laisser mourir la première personne qui avait compté sur elle. Il fallait qu'elle agisse rapidement, pour ne pas que son courage faiblisse. La rouquine se mit alors à courir de toutes ces forces vers la clairière en brandissant son arme et en hurlant : "Lâchez-la !" de toute la puissance que sa petite voix lui donnait.

Iniaki regarda autour d'elle pour jauger la force de son ennemi... et blêmit devant le spectacle qui se tenait vers elle.
Un dragon. Un authentique DRAGON lui faisait face. Elvira se tenait à ses côtés, mais ce détail ne la préoccupa pas. Son esprit était totalement occupé par l'image de ce dragon vert tout droit sorti des livres de son enfance. Après des secondes de silence qui lui parurent interminables, la Fëalocë poussa un grand cri et couru à toutes jambes dans l'autre sens.




Merci à Heryn pour la signature ! ~ Carnet de route ~
Visiter le site web du posteur
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 817
Présentation: URL
RPs: 273
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 21 Avr 2016 - 15:21 Répondre en citantRevenir en haut


______________Elvira & Solrys


° Elvira va bien. ° répondit laconiquement la dragonne, blessée dans sa fierté de n’être pas, elle, l’objet d’inquiétude.

L’Elfe, entièrement accaparée à son ouvrage, sursauta en voyant surgir la Fëalocë, arme au poing. Solrys se leva d’un bond, manquant de peu de propulser sa liée sur l’assaillante. Elvira se redressa tant bien que mal, marmonna une malédiction pour la plaie qui saignait de plus belle. Avant même qu’elle ait pu prononcer le moindre mot, la jeune fille à l’épée prit la fuite en hurlant.

Elvira soupira.

« Etais-tu obligée de lui faire peur ? »

° Je n’ai rien fait ! ° s’offusqua Solrys. ° Dois-je laisser tous les brigands t’approcher, arme à la main, sans réagir ? °

« Ce n’était pas un brigand. »

° Elle avait le Don. ° gémit Solrys. ° Elle n’était pas supposée s’enfuir. °
L'Elfe se figea et darda un regard irrité sur sa liée. N'était-elle pas supposée l'informer urgemment de faits d'une telle importance ?
L’incompréhension se lisait dans les iris dorées de la dragonne. Il y avait la blessure et le sang, elle le comprenait bien, mais n’était-elle pas une créature de légende, un joyau d’émeraude offert aux bipèdes dans la grande bonté de Flarmya ?

L’Elfe se fendit d’un sourire en réponse à ces pensées envoûtantes et renonça à houspiller sa liée une fois de plus.

« Recouche toi. Il faut absolument que je panse cette plaie, avant que tu ne la souilles de nouveau. »

Elle vida ce qui restait du second seau sur la plaie, créant des flaques d’un brun rougeâtre sur l’humus du sous-bois.

« Essaye de l’apaiser si tu peux. Orën n’est pas assez vaste pour que nous ne la retrouvions pas. »

Les plaines verdoyantes d’Orën n’offraient que peu de cachette à qui fuyait hors de l’appui des bois. Et la menace implicite que représentait Solrys avait tôt fait de délier les langues… Elvira espérait ne pas en arriver là et pouvoir convaincre la jeune fille de gagner le Màr Menel. Si celle-ci refusait, elle n’insisterait pas, mais pas avant d’avoir essayer.

° Iniaki, ne fuis pas. Je ne te veux pas de mal. °

La dragonne tendit son esprit vers celui de la Fealocë et la bombarda d’images apaisantes. Une douce après-midi d’hiver, et le soleil chatoyant du crépuscule nimbant d’or les hautes tours des Spires. Une corbeille de fruits d’été, d’un rouge hypnotisant. La tiédeur des sables sous les oeufs à naître et leur douce promesse muette.

° Reviens. Il n’y a rien de tout cela, là où tu cours. Le passé n’est que lettres mortes. Si tu renonces à ton avenir, tu le regretteras et l’un des miens le paiera de sa vie. °
La tonalité mielleuse de Solrys s’écailla sur ces dernières paroles, réveillant la souffrance d’une blessure ancienne qui n’était pas la sienne, enfouie dans les souvenirs millénaires de ses ancêtre.



MSN
Iniaki Morrigane
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2015
Messages: 110
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 68
Race: Fëalocë
Maître: Elvira (PNJ)
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 25 Avr 2016 - 16:49 Répondre en citantRevenir en haut

Iniaki courait comme sa vie en dépendait. Les jambes fines de la Fëalocë eurent tôt fait de la ramener à l'orée de la forêt, où elle poursuivi sa course. L'adrénaline causée par la peur coulait dans tout son corps, la poussant à courir plus loin encore sans jamais s'arrêter.
Soudain, le pied de la rouquine heurta une racine et un gémissement de douleur s'échappa de ses lèvres quand son corps heurta violemment le sol.
L'adolescente resta allongée sur l'herbe, attendant que la douleur s'estompe, les yeux remplis de larmes causées par la douleur.

° Iniaki, ne fuis pas. Je ne te veux pas de mal. °

La douce voix de la dénommée Solrys retentit à nouveau dans l'esprit confus de la jeune fille. D'après ce qu'elle avait cru comprendre de la situation, cette voix était supposée appartenir au dragon vert qu'elle avait vu juste auparavant. Ou tout du moins, son esprit voulait lui faire croire cela...
Des images accompagnèrent la voix : la neige maculait la première, et des rayons de soleil illuminaient de magnifiques tours dans la seconde. Puis une corbeille de magnifiques fruits rouges et... d'étranges gros œufs posés sur le sable.

° Reviens. Il n’y a rien de tout cela, là où tu cours. Le passé n’est que lettres mortes. Si tu renonces à ton avenir, tu le regretteras et l’un des miens le paiera de sa vie. °


Iniaki ne répondit pas, regardant les nuages défiler devant ses yeux. Renoncer à son avenir ? Mais elle en avait un, d'avenir. Un avenir bien ennuyeux et bien morne. Elle allait probablement finir par devoir se marier avec un quelconque notable, car elle n'aurait jamais le courage de partir à l'aventure seule comme elle l'avait si longtemps désiré.
Une brise légère vint souffler sur son visage. La douleur se calmait peu à peu. Les images et les sentiments transmis par Solrys avaient calmé les battements de son cœur qui avait retrouvé sa cadence habituelle. Son esprit n'avait pas encore réussi à se remettre de toutes les informations qu'il devait assimiler. Aussi, la seule pensée qu'elle transmis à Solrys fut :

*Mais... les dragons n'existent pas... vous ne pouvez pas être réelle...*

Elle aurait pourtant tant aimé qu'ils existent. Que les toutes les histoires de son enfance, peuplées de héros et de magiciens soient réelles. Mais tout ce qu'il venait de se produire ne pouvait être que le fruit de son imagination.

Mais voilà que le doute s'installait dans son esprit. Et si la réalité différait de ce qu'elle avait toujours cru être ? Et si, en refusant obstinément de croire en ce qui s'était pourtant déroulé sous ses yeux, elle refusait également l'avenir de liberté et d'aventures dont elle avait toujours rêvé ?

*Prouvez-moi que vous êtes bien réelle et que vous ne me voulez pas de mal. Si vous y parvenez, je ne fuirais plus.* songea la jeune fille étendue sur l'herbe, le regard fixé sur le ciel.

La jeune Fëalocë savait qu'il était insensé de demander à ce qui avait tout l'air d'être une création de son esprit de lui prouver son existence matérielle. Mais son instinct avait semblé vouloir la guider ici. Il devait bien y avoir une raison à ça. Si la dragonne se révélait assez persuasive et que ce même instinct lui commandait de la croire, elle le ferait sans hésiter. Ce n'était jamais la raison qui dictait ses gestes de toute manière.




Merci à Heryn pour la signature ! ~ Carnet de route ~
Visiter le site web du posteur
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 817
Présentation: URL
RPs: 273
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 28 Avr 2016 - 16:40 Répondre en citantRevenir en haut


______________Elvira & Solrys


Elvira aurait pu se moquer des manières presque puériles de sa liée. On ne venait pas au Kaërl céleste pour le plaisir de dévorer une corbeille de fruits rouges. Et pourtant, cette candeur l’avait touché, et attirée irrésistiblement, une matinée sur les sables, alors qu’elle restait jusqu’alors paralysée, redoutant d’offenser la reine dragon, de quelque manière que ce fut.

Accepter le lien qui l’unissait à Solrys et qui portait atteinte à la grâce de ses jours, l’éloignait à jamais de son peuple, aurait pu être un choix cornélien s’il n’avait pas relevé de la plus vive nécessité. Venir au Màr Menel, n’avait été en fin de compte qu’une escale, l’étape de prime abord insignifiante d’un périple plus vaste.

°Tu te fatigues pour rien, Elvira, je crains de ne pas exister. ° se lamenta faussement la dragonne verte.

L’Elfe nouait fermement les liens de son bandage de fortune et se contenta de lancer un regard acéré au saurien.

« Avise toi de croire que ta plaie n’est qu’illusion et je t’abandonnerai aux guérisseurs du Màr des mois durant. »

° Si je n’existe pas, pourquoi fuis-tu ? As-tu peur des cauchemars, des monstres sous ton lit et des rumeurs des anciens ? Si j’avais voulu te dévorer, je l’aurais déjà fait. Crois-tu courir plus vite que ne me portent mes ailes ? °

Solrys trépignait intérieurement. D’un bond, elle aurait gagné les airs. Iniaki ne pouvait pas être bien loin, et Orën ne recelait pas assez de cachette pour se dérober à ses yeux, et le Don de la fëalocë, renforcée par leur conversation houleuse, l’attirait. Elle aurait pu la retrouver, aisément, mais Elvira risquait fort de l’achever à son retour.

L’Elfe s’était redressée, inspectant son oeuvre d’un oeil critique. La dragonne se releva prudemment, grognant sous la vague de souffrance que ce mouvement lui causa et fut soulagée de constater, que, pour l’heure, le bandage de fortune remplissait son office, et elle se réinstalla plus confortablement, conscience que la patience d’Elvira avait ses limites.

° Je suis réelle. ° s’indigna la dragonne, ° sinon pourquoi ma liée aurait-elle eu besoin d’eau pour laver ma plaie ? A-t-on déjà vu un mythe saigner ? °

Elvira posa une main apaisante sur le cou de sa dragonne, et si Solrys lui en fut reconnaissante cela ne suffisait pas à apaiser ses pensées.

° Je suis la fille d’une reine dorée. Comment oses-tu m’accuser de te faire du mal ? Crois-tu que je puisse mettre en péril les miens par cruauté ? En vérité, peut-être est-ce toi qui incarne ma perte. Tu connais la vérité de mon existence. Tu me sais blessée au coeur des bois.°

Solrys avait beau être plus petite en taille que nombre de ses pairs, elle n’en avait pas moins hérité leur arrogante fierté. Qui plus était, l’immobilité lui pesait. Elle n’était qu’un torrent bondissant, la pousse agile d’un arbrisseau filant vers la lumière. Et ses pensées gagnaient la fureur qui démangeait ses ailes.

° Et si ton âme n’est pas assez pure pour entendre mes paroles, alors je me suis trompée, et les portes du kaërl céleste ne s’ouvriront pas pour toi, et un jour, naîtra une dragonne fabuleuse aux écailles scintillantes, et au premier crépuscule, elle s’éteindra en maudissant ton nom. °

D’une image mentale surgit un minuscule dragon. La couleur de ses écailles était indéchiffrable, hantée par les ténèbres qui l’engloutissait.
° Iniaki Morrigane, traîtresse. ° murmura-t-il, avant que l’image ne se disspa.

° Voilà quelques seront ses dernières pensées, et il sera trop tard. Et tu mourras seule, et ignorée de tous. °

Sa peine enflait comme le grondement sous la terre d’un cataclysme à venir. Si elle faillissait à retenir Iniaki, Elvira serait déçue et le Màr en pâtirait…

« Si cette vie n’est pas pour elle, ce n’est pas de ta faute. Laisse-là faire ses propres choix. »

Toutes deux savaient bien que certains maîtres moins indélicats ne voyaient pas d’objection à enlever les futurs aspirants, ou à les appâter en usant de la seule faiblesse de leur existence présente. La promesse d’un bon repas, d’un lit douillet et d’un toit suffisait à en attirer bon nombre. Elvira ne voyait pas le kaërl comme une auberge, et elle aurait rougi de ramener en ces lieux un aspirant qui ne désirait rien de plus qu’une existence en apparence plus aisée que celle qu’il laissait derrière lui.



MSN
Iniaki Morrigane
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2015
Messages: 110
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 68
Race: Fëalocë
Maître: Elvira (PNJ)
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 1 Mai 2016 - 19:15 Répondre en citantRevenir en haut

*Je ne suis pas une traîtresse ! * s'indigna Iniaki. Les mots de la minuscule créature lui avaient fait se sentir terriblement mal, plus encore que les propos de la dragonne.

La voix de Solrys jusqu'alors si douce était dorénavant emplie de fureur. Les sentiments que la dragonne lui faisaient parvenir étaient maintenant à des années lumières de la paisible petite corbeille de fruits.

*Si vous aviez toujours cru que les Fëalocës n'existaient pas, et que vous en voyiez un débarquer, vous le suivriez sans rien dire peut-être ? Et vous avez vu votre taille par rapport à la mienne ? Et le sang qu'il y avait tout autour de vous ?? Comment voulez-vous que je ne vous soupçonne pas de vouloir me manger ?* s'emporta la jeune fille.

La jeune fille avait été choquée par la véhémence des propos de Solrys. Voilà qu'elle lui parlait de mourir seule, ignorée de tous, d'un dragon maudissant son nom... sa première réaction avait été de chercher une excuse à son comportement et d'éviter de réfléchir aux mots choquants que la dragonne verte.
Mais alors que ces derniers mots s'échappèrent de son esprit, l'adolescente dut se rendre à l'évidence : elle avait bien laissé la dragonne seule et blessée dans la forêt. Et cinq minutes auparavant, elle se targuait de vouloir aider Elvira. Ce n'était pas étonnant que personne ne lui ait jamais demandé d'aide. Elle n'était ni une personne bien, ni une personne de confiance... des larmes jaillirent sans prévenir des yeux de la jeune Fëalocë.

*Je suis vraiment désolée de ne pas vous avoir secourue alors que vous êtes blessée. Je suis une personne abominable.* songea-t-elle entre deux sanglots.

La rouquine se releva avec difficulté en empoignant Silmarien. Elle essuya d'un revers de manche les larmes qui coulaient sur ses joues. Quelle lâche elle avait fait, à s'enfuir comme ça... Chercher des excuses quand à l'existence ou non des dragons avait été tout aussi lâche. Après tout, elle avait bien vu Solrys de ses propres yeux. Penser à nouveau ses actes eut pour effet de faire se sentir la jeune fille encore plus honteuse d'elle même.

* Oui, mon âme est impure. Mais si vous voulez encore de moi, je vous suivrais. Je ne veux pas que quiconque ait à mourir par ma faute*


"Je vais finir par vraiment me réincarner en bigorneau..." maugréa la Fëalocë pour elle même, attendant la réponse de la dragonne, les yeux fixés sur la forêt qu'elle venait de fuir.




Merci à Heryn pour la signature ! ~ Carnet de route ~
Visiter le site web du posteur
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 817
Présentation: URL
RPs: 273
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 3 Mai 2016 - 17:37 Répondre en citantRevenir en haut


______________Elvira & Solrys


° Je ne sais pas. Je suis née investie de la conviction que le monde était plus vaste que ce que j’avais sous les yeux. °

La dragonne s’était radoucie, et ses mots s’étaient fait plus humble. Elle ne faisait qu’énoncer une simple vérité, en masquant une autre, plus personnelle : Elvira avait été la première à lui importer, et elle l’aurait suivi jusqu’aux confins du monde, elfe ou non.

° Je ne suis qu’une petite dragonne. ° ronchonna la Verte.

Elvira, qui suivait l’échange en enroulant ce qui restait de toile pour un autre bandage, se surprit à sourire. Solrys s’était trop vu rabâcher sa petite taille pour ne pas suspecter la moquerie dans les pensées de la Fëalocë.

° Le sang, c’était le mien. ° répondit sobrement la dragonne, avec cette habitude machinale qu’elle avait de ne tenir pour rien ses propres blessures, de peur que sa liée et les guérisseurs du Màr s’en inquiétassent d’un peu trop près.

Elle regretta aussitôt cette pensée maladroite quand la détresse de la jeune fille la submergea. Elle avait tant tendu son âme vers la sienne, en une main offerte, qu’elle n’avait pas songé à garder ses distances.

« Je suppose que c’est à moi qu’il revient de la convaincre combien les dragons sont des créatures merveilleuses

L’Elfe posa un regard sévère sur la dragonne verte, qui prit soin de l’esquiver. Elle aurait préféré que Solrys retint l’adolescente sans la faire pleurer, mais elles avaient désormais une chance de la rattraper.

°Ce sera à ma liée d’en juger… Reviens. ° répondit la dragonne, reprenant ses intonations suaves qui rappelaient les fruits rouges et sucrés du plein été.
Elle lui renvoya l’image paisible de la clairière où les ombres morcelées des bois remplaçaient le souvenir du sang.

« Ce n’est pas de la noirceur de son âme dont je doute, mais de la tienne, fille de Flarmya au cœur de cendres. »

° D’or vibrant étaient les écailles de ma mère, il n’appartient qu’au profane de ne pas s’y laisser aveugler. ° rétorqua Solrys, ses iris étincelant d’une satisfaction non dissimulée.



MSN
Iniaki Morrigane
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2015
Messages: 110
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 68
Race: Fëalocë
Maître: Elvira (PNJ)
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 10 Mai 2016 - 21:49 Répondre en citantRevenir en haut

Iniaki se mordillait nerveusement l'ongle du pouce en attendant la réponse de Solrys. Lorsque cette réponse vint, elle fut beaucoup plus calme, reprenant son ancienne douceur. La remarque de la dragonne sur sa taille fit apparaitre un sourire sur le visage de l'adolescente.

*Peut-être, mais moi je suis une toute petite Fëalocë, donc vous avez forcément l'air d'une grande dragonne* répondit la jeune fille d'un ton amusé. Cet amusement laissa cependant place à une certaine anxiété quand elle tenta d'imaginer quelle pouvait bien être la taille d'un grand dragon, dans la mesure où la taille de Solrys lui avait paru tout bonnement effrayante.

° Le sang, c’était le mien. °

Le fait que le sang soit celui de Solrys était finalement si évident que la jeune fille se sentit particulièrement stupide quand cette dernière lui fit remarquer. Elle rougit, maugréant quelque chose d’inintelligible.

°Ce sera à ma liée d’en juger… Reviens. °

Sa liée ? Qu'est ce que cela pouvait-il bien être ? Cette interrogation resta en suspens dans l'esprit de la rouquine. En effet, l'existence des dragons était une réalité déjà assez dure à assimiler pour qu'elle y rajoute des éléments superflus.
La jeune Fëalocë avait beau eut dire juste à l'instant qu'elle accepterait de suivre Elvira et sa dragonne dans un lieu totalement inconnu, la perspective de devoir retourner dans cette simple clairière pleine de sang suffit à la faire trembler légèrement. Elle n'était vraiment pas rassurée, c'était le moins que l'on puisse dire. Mais Iniaki s'en voulait réellement de ne pas avoir porté secours à la dragonne et était bien décidée à faire preuve d'un peu de courage.
C'est ainsi qu'empoignant Silmarien, la rouquine se mit en marche vers la clairière comme cela lui avait été intimé par la dragonne verte.
Sur le chemin, elle laissa son esprit vagabonder, observant du coin de l’œil un papillon blanc ponctué de tâches noires. Lorsqu'elle arriva aux abords de la clairière, l'adolescente détourna son regard des fougères maculées de sang.
Elle prit son courage à deux mains et avança vers le lieu qu'elle venait de déserter en courant, ne pouvant s'empêcher de baisser la tête fasse à la dragonne verte. Elle se sentait un peu comme un petit insecte empêtré dans une toile d'araignée, attendant de savoir à quelle sauce il allait être mangé. Quoi qu'il s'agissait là d'une mauvaise comparaison, car elle était tout à fait libre de ses mouvements. Mais il s'agissait là de la seule image qui lui était venue à l'esprit en constatant la taille de Solrys et en réalisant qu'elle pourrait facilement la tuer en moins de deux secondes.




Merci à Heryn pour la signature ! ~ Carnet de route ~
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:30 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu