Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Se mêle la roche avec le fer Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Jeu 15 Oct 2015 - 22:57 Répondre en citantRevenir en haut


***
***

***
***
Cimeries Caym
Maître exilé du Màr Tàralöm
&
*******
Beyrevra
Empereur Noir


Nirvana - The man who sold the World


* Solyaeku 918, mi du mois.


Les mois s'étaient écoulés. Peut-être même les années. Qui pouvait réellement dire depuis combien de temps ils étaient partis ? Et si au départ leur disparition était sous l'égide de la pure et simple survie, celle ci sembla amplement leur profiter par la suite. Mais je parlerai de ces détails un peu plus tard.

Cimeries Caym, Maître Dragon du Màr Tàralöm, était tel le serpent : il avait mué. Il s'était délesté de l'étoffe peut-être quelque peu chétive du jeune homme sournois qu'il fut, du politicien stratège et fourbe dont l'art du combat ne passait que par l'éloquence et le beau discours. Aujourd'hui, des parures de soie finement brodée et de sa démarche féline bien qu'altérée, il ne restait rien. Les rares personnes qui se remémoraient son aspect le décrivirent comme un semblant de prince à la peau diaphane sublimée par sa longue chevelure d'ébène, toujours soigneusement vêtu, un sourire enjôleur à la commissure des lèvres qui traduisait son inconditionnelle assurance. Certains se rappelèrent de son infirmité mais elle avait le don d'être effacée par cette allure continuellement impeccable. Jadis séduisant auprès de la gente féminine, jadis dangereux pour ses adversaires, le Maître Noir devait probablement avoir été oublié de ses pairs. Enfin, rien n'était certain. Car si le temps avait passé, il était certain qu'au moins encore un de ses opposants rôdait au Kaerl, et la seule évocation silencieuse de son nom lui fit serrer les poings.
De rage, Cimeries porta un coup violent au mur de roche à côté de lui.

° Arrête de penser à lui, tu te fais souffrance et tu me fais mal au crâne, frère. °


L'humain serra les dents à tel point qu'elles grincèrent. Si son exil forcé l'avait assagi à l'égard de certaines valeurs, il s'était également nourri d'une insatiable colère en ressassant son passé. Et il s'était juré d'accomplir sa vengeance, exutoire d'une assouvissance tant attendue. Mais avant toute chose, il devait regagner le Màr en toute discrétion, reprendre peu à peu la place qui fut sienne.. En d'autres termes, rien n'était gagné.

Il inspira profondément, paupières closes, pour retrouver son calme et rassembler son esprit éparpillé en cette heure de changements annoncés. Il chercha une part de refuge dans la brûlure que lui infligea l'aura incandescente d'or d'un soleil levant, qu'il fixa en silence le temps que ses yeux le supportèrent. Il fut tiré de ses divagations par le bâillement sans grâce de Beyrevra, difficilement dissimulé par les ombres fuyantes des Pics au dessus d'eux. Ils s'étaient cachés dans le renfoncement d'une montagne de petite taille en comparaison de l'empereur couleur d'obsidienne, assez loin de l'entrée du Kaerl pour éviter les patrouilles de gardes qui ne s'aventuraient guère parmi les gigantesques épines de roche noire qui semblaient poignarder le ciel azuréen.

Le dragon huma l'air et émit un grondement de satisfaction. Comme un souvenir vague, il percevait enfin et à nouveau les odeurs laissées par ses congénères, si proches de lui. Il n'avait jamais nié que le Màr Tàralöm, et même simplement Tol Orëa, lui avait avidement manqué, a contrario de son bipède aigri. Mais qu'importait. Ils seraient bientôt chez eux, quoi qu'en dise l'humain ronchon, là où était leur place, en compagnie des leurs. Et bientôt paieraient ceux qui devaient payer. Kaziel leur en serait témoin.

° Ce n'est pas tant de rentrer chez nous qui t'importe, c'est de retrouver la compagnie des dragonnes.. °

Beyrevra se leva, étirant longuement ses larges ailes à l'envergure digne d'une Reine Incarnate. Il ricana mentalement pour seule réponse à son lié, il n'avait pas besoin de se justifier, le bipède avait raison. L'Empereur Noir s'en alla fureter en quête de quelque chose à déjeuner, non sans la recommandation de son lié à se faire un tant soit peu discret malgré sa taille imposante.

Une fois seul, Cimeries s'étira à son tour et noua sa longue chevelure d'onyx en chignon négligé. Il ôta sa tunique et commença ses ablutions, versant lentement de l'eau fraîche sur sa peau désormais hâlée par le soleil, pointillée de quelques cicatrices éparses pour témoigner du récent chaos de sa nouvelle vie. Ses muscles galbés et taillés par le labeur finissaient d'achever l'image qu'il avait laissé de lui, à savoir celle d'un adolescent vipérin et opportuniste. Il ne se doutait en rien que cette paix passagère serait de courte durée et que deux intrus avaient violé les frontières de leur territoire temporaire..



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Publicité





MessagePosté le: Jeu 15 Oct 2015 - 22:57 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Elke On Nïksé
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2016
Messages: 164
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Ondine
Âme Soeur: Tezca
Fonction: Spectre des Cendres
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 13 Aoû 2016 - 23:41 Répondre en citantRevenir en haut

Le lien entre l’ondine et la bleue était récent, si récent que telles deux âmes amoureuses, elles en oubliaient le reste du monde, ses tracas et ses convenances. Elke et sa moitié vivaient à leur rythme, un peu en marge de l’animation du Màr. Les appartements de la Chevalière n’étaient pas encore prêts et elle logeait encore au dortoir. Elke avait besoin de prendre l’air, loin des basses préoccupations du quotidien, elle voulait montrer aux yeux de la jeune dragonne l’ampleur des pics. Tezca avait vu les merveilles des neiges dans les souvenirs de l’ondine, mais il était temps qu’elle se fasse ses propres images du monde.

Le duo s’éclipsa à l’aube. Elles quittèrent rapidement les sentiers courants et Elke grimpa rapidement une des parois les plus rudes.

*L’horizon change déjà de couleur...* La dragonne resserra sa prise sur le dos de sa liée. Trop petite pour voler elle était néanmoins légère pour ne pas freiner l’ascension de l’ondine.

Tezca aurait pu craindre pour elle, mais Elke était agile et particulièrement adroite dès que le terrain devenait à pic. Enfin, la grande façade sombre succomba à leur entreprise et elles gagnèrent un petit plateau méconnu. La vue extraordinaire récompensait à elle seule la peine qu’il y aurait eut à se hisser. Elke s’installa sur une roche et sortit de quoi se rafraîchir.

Tezca profita de leur moment en solitaires pour s’entraîner et jouer au dragon qu’elle deviendrait. La bleue fila comme une étoile prenant appui sur les diverses parois qui les encerclaient. Elle plongea sans crainte à l’assaut d’un lapin et l’avala d’un coup après l’avoir fait voler au-dessus de son museau. Cette scène décrocha un sourire chez la jeune Chevalière.

*T’étouffes pas gloutonne, tu n’es pas plus haute qu’un petit chien*

La bleue redressa sa queue et la frappa au sol signe de son agacement.

*J’attendrai que tu en trouves un attendrissant pour le goûter*

Elke lui répondit en un petit rire étouffé et leva les yeux vers les hauteurs, cherchant un nouveau point à explorer.

Tezca s’écarta en direction d’une ouverture dans la roche, guettant de nouveaux signaux de vie à dévorer. La zone était silencieuse mais la petite bleue avait repéré une piste, un petit bouc peut-être ? Elle fonça pour surprendre sa proie mais freina maladroitement en tombant sur un crasseux humain. Son dérapage causa un petit nuage de poussière et elle plongea derrière une roche à proximité pour se cacher.

L’angoisse qui résonna chez la dragonne alerta Elke qui fonça en trombe pour éloigner le danger. L’ondine sauta par-dessus les pierres qui entravaient sa route. La main sur sa cuisse elle était prête à dégainer son arme quand elle fit face à un humain à demi-nu. Elke jeta un regard en direction de la bleue afin de s’assurer qu’elle n’avait rien.

*C’est un bien trop gros lapin*

Elke scruta l’humain avec méfiance mais à la vue des cicatrices, elle devina qu’il était un combattant.

-Vous êtes? Le ton n’était pas agressif mais néanmoins autoritaire. Ce visage lui était inconnu, mais le kaerl bien trop près pour ne pas s'assurer des visiteurs...





Dernière édition par Elke On Nïksé le Lun 15 Aoû 2016 - 12:37; édité 1 fois
Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 14 Aoû 2016 - 23:44 Répondre en citantRevenir en haut



Un bruissement, puis quelques éclats de roche roulant le long de la paroi couleur d'ébène et finalement un silence somme toute artificiel.

° Nous ne sommes pas seuls, frère.. °


L'Humain avait aussitôt relevé la tête, cherchant d'un regard déterminé la source de ces quelques marques d'un espionnage certain si ce n'était pire. Cimeries scruta les griffes de pierre noircies dressées vers les cieux, détaillant ardemment le sommet d'où s'échouèrent poussières et étrilles rocailleuses avec autant de minutie qu'un chasseur en pleine traque. Ses muscles s'étaient crispés et son corps raidi, anticipant un quelconque acte d'hostilité à son encontre, il se munit même de son épée en la tirant prudemment de son fourreau. A moitié dénudé, s'il s'agissait d'un archer qui l'avait repéré, il était mort. En revanche, même sans armure, il saurait aisément défaire un combattant de bonne trempe. Mais l'heure n'était pas à jouer les braves : il était en terrain hostile - pour peu qu'on le reconnût après tout ce temps, il devait immédiatement dénicher la vigie de son perchoir pour s'assurer que cette quelconque pie n'aille rapporter son retour trop tôt.

L'Empereur Noir s'était immédiatement mis en alerte, et sa langue fourchue claqua par avance au plaisir de goûter le sang de celui qui cherchait à leur nuire. S'il s'agissait seulement d'un gibier, il s'en repaitrait. S'il s'agissait d'un ennemi, sa destinée n'en serait pas bien différente.. Ses opales se teintèrent d'un jaune orangé, trahissant à la fois sa ferveur de débusquer l'intrus et sa prudence face à l'inconnu. Même s'il n'avait pas grand chose d'autre à craindre au monde qu'une Reine, l'Empereur Noir n'en restait pas moins sur ses gardes, surtout aux abords du Màr Tàralöm, ce nid grouillant de serpents tous plus venimeux les uns que les autres. Et dans l'océan, même le plus petit laticauda colubrina peut venir à bout d'un épaulard.
Beyrevra chercha donc tout d'abord l'esprit de celui qui empiétait sur leur territoire pour l'ébranler, comme une agression mentale, le tout en avançant lentement, ondulant non sans grâce et discrétion malgré son gabarit son corps trapu et immense. Son large cou gonflé de muscles portait une tête sertie de pointes redoutables et laquées d'ébène, et d'entre sa gueule entrouverte luisaient des crocs en poignard qui ne demandaient qu'à pénétrer la chair de l'ennemi. Sa lourde queue recouverte d'écailles en épines trainait sur le sol alors qu'il rejoignait son bipède, et lorsqu'il le vit enfin, il vint enrouler cette dernière autour de l'Humain debout, l'épée à la main.

Beyrevra gronda, faisant presque trembler les montagnes d'onyx tout autour, le tout en dépliant ses ailes massives pour les gonfler d'air et témoigner de son aura menaçante. Et alors qu'il sonda les alentours de son esprit, il la sentit.

° Perdu, petite souris. Il ne faut pas jouer avec les grands.. °

Il n'eut qu'à battre une fois des ailes et à s'accrocher à la roche à l'aide de ses griffes pour débusquer leur espion. Il saisit alors en sa mâchoire une petite dragonnelle bleue peinte aux couleurs de la sorgue, et l'emprisonna dans sa gueule en prenant tout de même soin de ne pas la blesser mais tout au plus de l'effrayer.
Il s'en redescendit présenter sa capture à son bipède qui l'inspecta à travers les barreaux que constituaient les crocs de son lié. A voix haute, il s'exprima, non sans une once d'appréhension.

- Elle est toute jeune, moins d'un mois.. Elle n'a pas atterri ici seule.. Sa liée doit être dans les parages. Ne la relâche pas encore, on ne sait pas ce qui nous at..


Puis tout à coup apparut une jeune femme à la chevelure couleur de nuit, surgissant de nul part, visiblement prête à en découdre.
L'Empereur Noir baissa la tête et feula en guise de menace, gardant précieusement dans sa gueule sa prise si précieuse qu'il pouvait broyer en moins de temps que pour dire "pitié."
L'inconnue à l'allure de sauvageonne interpella l'Humain avec une certaine rugosité dans son ton, et de prime abord elle avait l'air d'être tout à fait capable de se défendre.
Cimeries nota d'un regard bref la hache pendue à la cuisse de cette femme, charmant camaïeu de cobalt et de glace qui avait des atours de louve alpha. Puis il se mit en semi-position de défense, levant sa lame pour mettre l'apparente jeune Chevalière en garde. Sa voix, rauque et virile, s'éleva dans l'air comme un lion rugit :

- Celui qui tuera ta liée si tu fais un pas de plus. Puis viendra aussitôt ton tour pour abréger tes souffrances de l'avoir perdue.

Cimeries la poignarda d'un regard perçant de rapace, bestial, plantant sans vergogne ses yeux de topaze dans les siens, taillés dans l'améthyste. L'inconnue verrait en l'Humain une assurance sans faille mais néanmoins prudente, comme un fauve jaugeant un adversaire potentiel avant d'attaquer.
Le tableau devait être terrifiant pour elle : Un immense Empereur Noir se tenait là, la pupille rougeoyante et l'air sifflant entre ses dents comme le ferait un serpent à sonnette, ce dernier détenant en sa gueule sa frêle liée tout juste née ; le tout conjugué par la présence d'un homme haut de près de deux mètres et armé, et que la vie avait clairement marqué de son sceau par pléthore d'épreuves et de combat.
Après un bref silence, Cimeries ajouta sur un ton à la fois sec et inquisiteur :

- Tu es bien loin de chez toi, petite Chevalière, et il n'est guère prudent de t'aventurer ici bas.. Te perdre en ces lieux peut te coûter très cher..


Puis, comme avec une once de sadisme, il asséna, étayé par son lié :

- Que comptes-tu faire, désormais, pour sauver ta vie et celle de ta dragonne ?

° A quel prix estimes-tu ta petite escapade, Ondine du Vaendark ? °




Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Elke On Nïksé
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2016
Messages: 164
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Ondine
Âme Soeur: Tezca
Fonction: Spectre des Cendres
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 15 Aoû 2016 - 15:18 Répondre en citantRevenir en haut

L’horreur pour tout lié s’était matérialisé. Le monstre noir était prêt à n’en faire qu’une bouchée. Elke avait pour elle cet air glacial figeant la panique dans un masque inexpressif mais l’humain était audacieux et surtout maître de la situation. Pour répondre à son intimidante menace, l’ondine baissa la tension de ses épaules, gageant silencieusement qu’elle ne chercherait pas la confrontation mais ne put se résoudre à quitter l’homme des yeux.

*Pourquoi me faire ressusciter pour partir déjà ? Indigne destinée, je ne puis même plus bouger pour feindre de résister. Et quelle haleine !… Voici mon triste sort, je t’offre un départ sans larme, ma moitié, car nous nous retrouverons toujours…*

-Tais-toi, L’ondine asséna son ordre sans complaisance mais seulement parce que les ritournelles dramatiques elle n’en pouvait déjà plus.

Il y avait encore une solution à tout cela autrement, le redoutable dragon l’aurait déjà avalée. L’humain ne craindrait pas une si jeune chevalière s’il avait l’once de l’expérience qu’on lui devinait. Ils étaient sans pitié, elle reconnut en cela l’invisible marque de chez eux. Loin d’être amicaux entre eux, les ardents n’avaient pas pour autant vocation de s’entre-tuer bêtement.

-Faut croire que vos manières sont d’ici, nota-t-elle, mais j'vous connais pas.

L’ondine contempla Tezca et son air navré du haut de l’empereur terrifiant. L’humain lui demanda de choisir pour la suite des événements. Elke s’assit sur un rocher, à bonne distance des tensions là, où elle aurait tout de même le temps de parer une attaque. Avec cette perspective, peut-être semblait-elle plus petite encore, mais membre du Màr, elle ne pouvait pas être inoffensive. Elke maîtrisait sa peur mieux qu’aucun autre et tout en balayant la moindre agressivité de l’air ambiant, elle maintint ce qu’il fallut de distance.

-Vous gagnez la manche haut la main… Chevalier ? Je ne suis pas mauvaise perdante. Je n’ai pas grand-chose à faire tant que vous ne la lâcherez pas. Mais m’dites pas que vous rentrez au bercail pour écraser les dernières couvées ? Parce que si vous faites partie de ces débiles qui ont un problème d’ego, ça pullule déjà assez comme ça au Màr. Et dans ce cas-là, alors oui, vaut p’t-etre mieux qu’on s’affronte. J’aurais au moins servi à en égorger un.

Elle se pinça les lèvres et mordilla l’intérieure d’une de ses joues, plus déçue qu’effrayée.

*On peut aussi attendre que je prenne quelques centimètres pour en reparler. C’est pour ce type d’acte de courage que vous avez été évincés du Kaerl ?*

Tezca s’adressa particulièrement à son pair ténébreux.

*Montre-moi Vaendark de tes yeux, tu me dois au moins ça avant de me broyer.*

L’ondine observa l’humain, dressant un menton un tantinet dédaigneux pour atteindre toute sa hauteur. S’insulterait-il en cherchant le conflit avec l’un des siens ?

-Les pics sont calmes, Tezca peut travailler. Moi j’profite de l’horizon et nous parlons d’nos voyages à venir. Elke balaya un peu de poussière avec son pied. Des zones à éviter ?

Tout ceci aurait au moins le mérite de ne pas la montrer hostile aux disciples ardents.



Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 18 Sep 2016 - 15:13 Répondre en citantRevenir en haut

Cimeries perdit de son sourire carnassier à l'entente du verbe peu féminin de la jeune femme, et un petit air déçu vint presque lui piquer le nez. Celle qui se tenait face à lui n'avait de princesse que le regard, car elle parlait avec la panache d'un bouseux d'Orën. Il darda alors sur elle un regard plus amusé que le précédent : si elle avait l'apparence d'un saphir pris dans les glaces éternelles du Vaendark, ses paroles trahissaient cependant une engeance bien plus sauvage encore. Il nota également l'étincelle dénuée de toute crainte dans ses orbes couleur d'améthyste en plus de son profond déterminisme à ne pas se laisser mordre par cette vipère qu'était la peur. Cimeries était tombé sur quelqu'un à sa taille, et il en était ravi.
Il l'observa s'asseoir à bonne distance, et y vit comme une forme de provocation. Quelque part, il s'était fait prendre à son propre piège..
Elle le traita de Chevalier, mimant une indifférence volontaire. Il n'y avait qu'à regarder la taille de Beyrevra pour comprendre qu'il n'en n'était plus au simple rang de Chevalier.. Pour qui se prenait cette pimbêche ? Ses lèvres se pincèrent tant il était vexé !

* Je vais la tuer.. Je le jure devant Kaziel, je vais la tuer.. *
° T'as une drôle de façon de concevoir un retour "discret et diplomatique." Je ne cite que tes paroles d'hier soir. °
° ... °


La jeune femme avait appuyé bien fort là où ça faisait mal : l'ego de l'Humain. Ce dernier avait été profondément blessé lors de la trahison qui le mena à son exil, cinq ans plus tôt. L'Ondine l'ignorait peut-être, mais il valait mieux éviter de ne trop le titiller de ce côté là, car si le Maître Noir avait su garder la fausse douceur - fourberie passive, NDLR - de celui qu'il fut par le passé, il avait depuis appris à mordre, et à mordre fort.
Il inspira profondément pour contenir son amertume. Parce que ça le bousillait de l'admettre mais elle avait raison. Et il n'aimait pas qu'une femme puisse avoir raison à son sujet.

A la petite pique de la jeune Bleue, Beyrevra gronda et fit mine de resserrer sa mâchoire pour l'y broyer. Il allait de soi qu'il n'aurait rien fait de tel, l'Empereur Noir faisait rarement preuve de cruauté envers ses consoeurs et confrères sauriens Ardents. Il était même plutôt satisfait de retrouver des cieux habités par les siens, et cette petite Bleue était signe que des naissances avaient eu lieu en son absence. Le Màr Tàralöm n'avait donc pas perdu de sa superbe. Enfin, il fallait surtout avouer qu'il pensait avant-tout à une dragonne à couvrir, mais ça, c'était autre chose..
Alors qu'il s'apprêtait à la recracher sans distinction avec autant de respect qu'on voue à un morceau de viande dont on découvre qu'il est carné, la dragonnelle émit son souhait de voir le Vaendark avant le trépas. La petite était très futée pour son âge - et défaitiste, mais c'était chose moins impressionnante - étant donné qu'elle était parvenue à sentir les origines de Cimeries et, par conséquent, flairer ces embruns dans la mémoire du dragon.

Ce faisant, Beyrevra ouvrit son immense gueule et déposa la frêle créature au sol non sans une certaine délicatesse somme toute paternelle. Gracieusement, il releva sa large tête sertie de pointes et sembla ricaner sans méchanceté.

° Tout ce pessimiste pour une si petite créature à peine sortie de l'oeuf.. Je ne te montrerai rien, tu devras l'explorer de tes propres yeux, petite soeur, et si j'entends encore une parole négative je te dévore pour de bon. Je déteste ceux qui se lamentent sur leur sort et qui ne tente rien pour échapper à leur destinée. °

Pendant ce temps, les deux bipèdes se jaugeaient toujours. Cimeries pestait face à l'attitude si désinvolte de l'Ondine mais il sentait bien dans ses propos qu'elle ne cherchait pas querelle. Malgré le fait qu'elle ait retourné la situation en sa faveur, elle ne cherchait pas l'affrontement et s'était presque posée, en quelque sorte, en position de soumission.
Après un silence marqué par son mépris, Cimeries se racla légèrement la gorge avant de lancer sa tirade.

- Maître. Je suis Maître Dragon, jeune Chevalière imprudente. Souvenez-vous bien du respect que vous me devez, même en dehors des murs du Màr.
Je suis précisément parti de ce Kaerl à cause de..
Il mime des guillemets.. ces débiles ayant un problème d'égo puisqu'ils ont attenté à ma vie, il y a quelques années de cela. Je ne suis guère revenu avec l'intention de me venger en écrasant les dernières couvées, ni plus qu'affronter la première personne que je croise sur mon chemin. Je reste néanmoins méfiant de quiconque s'approchera, car ma vie doit valoir son pesant d'or dans ces lieux, et sous la radieuse rose se cache toujours des épines.

L'Humain rengaina son épée et se décrispa. Il fit mine d'accorder moins de considération à l'Ondine, presque à l'ignorer, pour voir si elle tenterait quoi que ce soit.
Marquant une pause, il dénoua sa longue chevelure d'un brun noir et l'essora en la torsadant entre ses poings puissants. Après un bref regard à l'éclat d'or et piqué par un mélange de curiosité et de père faisant la morale, il poursuivit :

- La vraie question étant : que faites-vous ici ? Ignorez-vous donc les dangers qui se terrent parmi ces griffes de cendre ? Vous êtes complètement inconsciente de laisser vagabonder votre liée, si jeune, et sans défense, dans un endroit infestée par la vermine ou les fous jetés hors du Kaerl.. J'ignore qui était votre Maître, mais il a failli à sa tâche en ne vous enseignant pas à couver votre âme-soeur comme le plus précieux des trésors..
Sans notre dragon, nous ne valons pas plus que les autres mortels sans Don de Rhaëg. N'oubliez jamais cela, jeune fille.


Prenant soin de garder une distance respectable entre eux - et surtout une distance lui permettant de voir arriver une attaque -, il essuya ses cheveux avec un certain détachement. Il termina en prenant des airs de Maître qui enseigne à son Aspirante, non sans une pointe d'aigreur dans ses mots :

- Méfiez-vous du monde entier, et même des dieux. Les contrées calmes et paisibles recèlent elles aussi de meutes de loups affamées. J'ai fait le tour de Rhaëg, et je peux vous assurer que le seul endroit qu'il est préférable d'éviter est le Màr Tàralöm.

Il finit en lui adressant un clin-d'oeil serti d'un demi-sourire. Malgré sa conclusion légère, la véracité de ses propos n'en restait pas moins lourde de sens.
Se détendant peu à peu, il demanda :

- Où comptez-vous vous rendre ? Votre liée a évoqué le Vaendark.. Je suis la preuve vivante qu'il n'en n'émane rien de bon.



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Elke On Nïksé
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2016
Messages: 164
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 67
Race: Ondine
Âme Soeur: Tezca
Fonction: Spectre des Cendres
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mar 20 Sep 2016 - 00:07 Répondre en citantRevenir en haut

L’humain était attentif. Paré à toutes éventualités, il suivait ses mouvements et s’accommodait du moment. S’il avait d’abord été surpris, il retrouvait de sa superbe à demeurer Maître de lui et ce fut pour l’ondine un bon présage quant à la résolution de l’incident. Beaucoup d’interrogations planaient, mais elle ne lui accorderait pas de marge tant que Tezca serait en danger. L’homme se montra un poil mondain en se réservant de répondre trop vite et bientôt Elke sentit la tension autour de son coeur se relâcher. Tezca retrouvait la terre ferme et feignit d’être trop soulagée à cela, s’installant sur son derrière, là où le Noir l’avait déposée et frappa la terre suffisamment fort pour que la poussière puisse atteindre les naseaux de son bourreau.

*Tu ne dois pas avoir survolé Vaendark pour dire cela. Ma liée dit qu’il n’y a pas de flancs de montagnes plus doux et acérés. Je les ai vus dans son esprit, mais je trouverais bien un frère pour voir par nos sens. Je te montrerai alors, quand je reviendrai de voyage. *

Tezca fit mine de ne pas relever la menace quant à ses sombres pensées et les garda pour elle-même. Cet écran de fierté, un pâle bouclier pour une créature si minuscule. Elke tendit une main en sa direction pour l’inviter à la rejoindre mais la Bleue prit son temps pour la rejoindre comme si la frayeur ne la connaissait pas. Pourtant, lorsque ses écailles effleurèrent sa liée, un léger grondement, fin comme celui d’un félin lui échappa.

La Chevalière quant à elle restait de marbre. Prête pour contrer en silence les éventuelles observations malveillantes de ces nouveaux ardents. L’ondine inspira comme pour se reprendre dans ses manières, se gonflant d’un semblant d’éducation à l’entente de ce verbe qui ne lui avait pas manqué. Le Maître justifia de son rang en cherchant à l’intimider mais Elke ne sourcilla pas. Il sembla plus confiant maintenant que le danger dans la gueule de son lié s’était rangée à l’abri et acheva de se préparer dardant un regard à la femme de temps à autres.

Ses propos étaient riches mais étaient-ils sages ? Un être pédant qui se sentait supérieur car doté du don, avait-il vécu pendant trop longtemps éloigné des autres pour oublier qu’il fallait puiser au-delà du don pour se distinguer des autres doués ? Néanmoins, il avait raison, l’ondine devait prendre soin de sa liée. Elles avaient été imprudentes, inconscientes de l’euphorie de leur nouveau lien elles en oubliaient les autres et le monde entier. Lorsque l’humain déclara être un voyageur, la même étincelle d’intérêt naquit dans l’oeil de l’ondine qui releva la tête et la dragonne qui tendit son petit cou musclé.

* Le Rhaëg entier tu l’entends ?? *
* Nous aussi tu verras… *


Le Maître Noir sembla s’intéresser au jeune duo ou du moins sur ses projets, teintant ses mots d’une certaine désillusion. L’ondine s’accorda quelques battements de silence avant de se relever pour se présenter à cet étranger qui s’était montré généreux.

-Alors, admettons que nous avons des choses en commun. Ce serait pas bien fin de tirer dans les pattes de ceux qui vont dans notre sens. Si mon Maître n’a pas bien fait son œuvre, j’ai néanmoins appris à respecter l’Ordre et nos Maîtres, mais il m’a laissé croire que j’pouvais m’incliner sans lécher les bottes d’un gradé. Quant à ce que je dois faire face à un banni… vous m’accorderez quelques entorses au règlement.

Son phrasé n’était certes pas bien mélodieux, mais il lui sembla important de lui montrer qu’elle n’est pas nécessairement la plus mal placée des deux. Elle réfléchit un instant à ce qu’elle pourrait bien faire d’une prime pour un tel homme...

-J’imagine que vous savez que je n’en veux pas à votre vie. Contente pour vous que vous puissiez vous vendre à la nuit contre de l’or - Elle lui offrit un premier sourire sorti de nul part, amusée qu’il se croie si important et balaya sa plaisanterie déplacée d’un geste fugace de la main - Mais j’espère que vous avez vos raisons d’revenir. Si le Màr vous semble être la pire des places, vous devriez p’têtre retourner d’où vous venez. Il n’y a pas d’places pour ceux qui n’aspirent qu’à l’amertume ici.

L’ondine scruta les roches escarpées qui les entouraient, prenant le temps de répondre à la raison de leur présence et aux risques qu’elles encourraient. Elle n’était pas quelqu’un de fier aussi, elle lui accorda sa part de bons points.

-Les pics sont plutôt bien surveillés. Je pensais que les patrouilles étaient plus fiables… Elle marqua un silence et scruta le Noir un instant. Le Kaerl a été menacé, le secteur est donc censé être… vide. Hormis un ardent, j’vois pas qui peut se la couler douce par ici et hormis un ardent, j’ vois pas qui j’épargnerais à rôder si près de nos murs.

Elke claqua un pied au sol, tel le pas militaire qu’on lui avait enseigné.

-Chevalière On Nïksé au rapport.

Rodant près de ses jambes, Tezca scrutait d’un œil insistant son aîné. Elle cherchait à décortiquer ses moindres mouvements et à repérer ce qu’elle voudrait maîtriser plus tard au travers de sa gestuelle de prédateur.

*Nous aimons venir ici pour nous éloigner des autres. Les voyages attendront. Je suis trop petite, je n’ai pas encore suivi une lunaison entière. C’est parce que tu as vu qu’elle venait de Vaendark, t’as pu le voir que parce qu’il en vient ton lié. Et elle est la preuve qu’il y en sort du bon. *

Elke jeta un œil à sa liée, encore peu habituée à ce qu’elle se livre pour elles deux. L’ondine se joua d’un air éduqué qu’elle eut dans le temps, marquant peut-être une ressemblance avec une noble ardente trépassée.

-Alors Maître, Oui d’ailleurs, quel est votre nom ? Saurais-je vous aider à regagner l’Ordre et à montrer patte blanche ? Pour cela, je crains de devoir insister pour connaître vos intentions. À trop m’entretenir avec un bann.. homme écarté, on risquerait de m’impliquer dans vos prochaines manigances.



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:37 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu