Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Deux bouts d'une même famille Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Deneb Hyildun
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 11 Oct 2015 - 13:42 Répondre en citantRevenir en haut

Samhain 918
Monde onirique



Deneb Hyildun, futur Aspirant Céleste


Faire tenir Deneb dans une roulotte, ainsi que l'avaient vite saisi professeurs et proches, revenait à contenir une tempête de sable carburant aux bonnes intentions dans une unique salle : malgré toute la bonne volonté du monde, ce n'était pas tenable. L'intenable créature était donc toujours dehors, où il était d'ailleurs autrement plus utile au vu de sa formation de combattant et d'éclaireur. Dans les moments et lieux calmes, il n'était également pas rare de le voir faire la course à cheval avec certains jeunes de son âge ou s'occuper de ses cousins.

Cette journée ne faisant pas exception, le sang-mêlé était donc en extérieur, vadrouillant dans le sérail. Sa jument, Nuit Blanche, avait été pansée et nourrie puis mise à l'étable avec les autres bêtes que l'on dételait. L'épée du jeune combattant avait été remisée également, pour faire de la place sur ses épaules – épaules sur lesquelles trônait désormais un cousin miniature ravi et solidement accroché aux cheveux de Den. Un second s'accrochait solidement à l'une de ses mains, l'entraînant vers ce qui devait être un chat ou un lézard de feu assez fou pour s'aventurer au beau milieu d'une caravane. À vrai dire, le guerrier n'avait pas vraiment vu, occupé à suivre du regard la troisième de la fratrie histoire de ne pas l'égarer en route. Quelque chose lui disait que Rafda, leur mère, n'aurait pas vraiment apprécié.

Bien lui en prit. Un cri indéfini de gamin retentit et le blond tourna vivement, les deux autres cousins toujours à portée de main. L'aînée venait de repérer quelque chose qui restait à identifier. Deneb aurait parié sur une bestiole ou un tambour, deux catégories d'objets qui exerçaient sur les gamins le même attrait bruyant et adorable. Sauf que le chat/ lézard/ truc à pattes repéré plus tôt s'était volatilisé et qu'aucun instrument de musique n'était en vue. Le campement s'établissait normalement, dans un fouillis de silhouettes familières, attirant les regards des premiers curieux ou des quelques habitués au courant de l'arrivée de la Caravane. Rien d'anormal, rien de nouveau.

Il fallut que la petiote s'élance vers une silhouette particulière pour que le nomade réalise que la personne en question, pour familière qu'elle soit, faisait presque office de revenant. Enfin, presque. Apparemment, son départ avait été prévu mais la date de son retour était restée floue, de même que les explications servies à Deneb lors de son retour du Parcours du Combattant quant au comment du pourquoi du départ initial. Rien de toute cela ne l'empêcha d'appeler le revenant revenu avec une bonne humeur non feinte.

"Ifar !"

Et le jeune homme d'accélérer le pas vers son cousin en lui faisant de grands gestes de la main - et en espérant vaguement ne pas interpeler un doppelgänger perplexe dudit cousin. Cela dit, le détecteur-à-papa de ses cousins miniature devait fonctionner un minimum, non ?
Publicité





MessagePosté le: Dim 11 Oct 2015 - 13:42 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Aoife Rothil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 11 Oct 2015 - 15:16 Répondre en citantRevenir en haut



Enfin. Après presque deux années de patience, Ifar et Koray étaient enfin libre. Libre d'aller ou il voulaient. L'ombre avait disparut et avec elle les restrictions sur l'interstice. Au court de cette longue séparation, ils avaient échangé des lettres, bien sur, mais se voir avait été d'une complexité sans nom. Entre la galère de convaincre quelqu'un de l'emmener, les interférences de l'interstice et les déplacements peu prévisibles de la caravane...

Mais cette fois, ça y est, ils étaient indépendants. Ils pouvaient revenir jour après jour dans cette ville, dans laquelle la caravane était attendu dans la semaine. Ils pouvaient et l'avaient fait. Et Aujourd'hui, elle était là. La caravane, Rafda, Sa Famille. Isra venait d'avoir neuf ans. Ifar pensa fugitivement qu'il était temps de l'envoyer à l’école. Et que son Père ne l'aurait jamais fait. Ce n’était "qu'une femme". Connard. Une fois de plus, je jeune homme se félicita d'avoir emmené sa famille loin d'Arsuh. Il voulait que sa fille devienne une Vedrim, une Rafda... Pas une Majida soumise et silencieuse. Ifar aimait sa mère, mais était incapable de vivre sans son père ou la Famille. Le Femmes Hyildin étaient plus solide. Indépendante. Ifar était heureux que sa fille vive parmi eux.

Les petits, Shadi, six ans et Talib, trois ans, devaient encore être dans les jupes de leur mère. Talib... Il avait manqué presque toute la vie de ce petit bout de chou. Il parlait a peine. Et il avait volontairement raté tout ça... quel con.

*Arrête de tergiverser. Vas y, If.*

Poussé gentiment par le museau de son dragon, Ifar descendit la petite colline ou ils avaient atterris et observé l'arrivée de la caravane. D'un bon pas, maintenant qu'il était lancé, il dévala la pente et arriva dans le campement. Tout était encore là. Comme autrefois, quand il faisait partie de cet univers mouvant. Le torhil observait avec nostalgie le camps, quand une voix qu'il reconnut entre mille piailla et que des petits pas tambourinèrent vers lui. D'un geste machinal mais qu'il n'avait pas pratiqué depuis un bail, il attrapa Isra et la fit sauter en l'air.

"Israaa! Comment va mon chaton?"

peu après la gamine débarqua une silhouette bâtarde que Ifar reconnu en un clin d’œil. Sa progéniture coincée sur une hanche (et ravie), il donna une demie accolade à son cousin, lui aussi harnaché de gosse. de *ses* gosse.

"Déneb! Alors le grand coureur d’Ys est exploité par ma femme pour servir de nounou? Comment tu vas?"


Dernière édition par Aoife Rothil le Dim 11 Oct 2015 - 16:44; édité 1 fois
Deneb Hyildun
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 11 Oct 2015 - 16:19 Répondre en citantRevenir en haut

Un tiraillement enthousiaste dans la crinière blonde du nomade lui indiqua que le cousin miniature perché sur ses épaules, à défaut de vraiment comprendre ce qui se passait, était ravi. Ou juste agité, mais la différence était minime, après tout, du point de vue du non moins remuant sang-mêlé. Ou peut-être que le détecteur parental fonctionnait même pour Talib du haut de ses trois ans ? Dans tous les cas, le jeune homme accéléra le pas légèrement. Un peu plus loin, l'aînée de la fratrie rit de bon coeur, ravie.

"Papa ! C'est trop bien que tu sois revenu ! T'as été où ? Tu nous racontes ? Maman va être contente ! "

Le temps qu'Isra vienne à bout de sa tirade et s'accroche à son père comme un bulot à un rocher, Deneb progressa assez pour pouvoir saluer Ifar à peu près correctement – en l'occurrence d'une accolade un peu compliquée par le fait que Shadi venait d'abandonner la main du sang-mêlé pour plutôt s'accrocher à la jambe de son père et que son frère était toujours perché sur les épaules du jeune combattant. Lorsqu'il parvint plus ou moins à reculer pour être mieux taquiné par Ifar, le combattant se fendit d'un sourire ourlé de malice.

"Que veux-tu... Ton épouse est redoutable, toutes les esquives du monde ne pourraient pas permettre de lui échapper quand elle a décidé quelque chose. Puis je la soupçonne de penser qu'ils me surveillent autant que je les surveille. Mais on s'en sort bien ! Et toi, comment tu vas depuis la dernière fois ?"

Bon, techniquement, personne ne l'avait tyrannisé pour qu'il garde sa horde de cousins, loin de là. Les gamins étaient de bonne compagnie et toujours plein d'une énergie qui faisait plaisir à voir. Puis ce n'était pas comme si le blond pouvait se rendre plus utile ailleurs, en général. D'un coup d'oeil expert, Deneb évalua l'avancement de l'installation de la Caravane. Les nomades avaient bien progressé, l'habitude aidant à créer en un rien de temps un campement solide et fonctionnel. Le jeune homme sourit face à l'agitation prenant forme progressivement. "Être à la maison" signifiait se tenir parmi les chariots agencés de façon à créer un espace de vie et de commerce mais aussi vivre au quotidien parmi le clan, parmi la famille élargie le composant et l'animant. Le retour d'Ifar renforçait encore cette sensation d'avoir la famille au complet. D'ailleurs à propos de réunion de famille...

"Si tu veux lui faire la surprise de ton retour, Rafda doit être derrière ce chariot-là, je pense~ Enfin... Si tant est que tu arrives à faire une approche discrète avec les petiots" taquina-t-il en désignant un des véhicules.

Non parce que la discrétion, le sang-mêlé ne s'y connaissait pas vraiment mais qu'il savait tout de même d'expérience qu'une ribambelle de petits babillant leur bonne humeur compliquait un peu les choses. D'autant qu'Isra expliquait très fièrement à son géniteur qu'ils avaient tous bien grandis parce qu'ils avaient bien mangé leurs légumes comme Maman l'avait demandé. Plus discret, Shadi se contentait de regarder son paternel avec de grands yeux et de hocher la tête de temps à autre, l'air presque solennel.
Aoife Rothil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 13 Oct 2015 - 12:34 Répondre en citantRevenir en haut

Ifar sera sa petite fille contre lui avant de lui répondre:

"J'étais dans un endroit magique! Une Île dans le ciel avec des dragons partout! Un jour je te montrerais un dragon d'accord? Y en a de très sympa!"

Ça amusait beaucoup Ifar de raconter cette vérité cachée à sa fille. Tout spectateur penserait qu'il baratinait l'enfant mais.... Mais Isra verrait bientôt qu'il disait vrai! Il sera a nouveau sa fille contre lui. Ce qu'elle lui avait manqué! Il salua Déneb puis, il posa Isra, décrocha Shadi de sa jambe pour le prendre a son tour dans ses bras:

"Bonjour Shadi. Tu te souviens de moi?"

Le Forgeron avait l'air confiant, mais il était terrifié par la réponse. Son benjamin se souvenait-il de lui? Ou imitait-il juste sa sœur?


Il se tourna vers son cousin:

"Tant que vous ne cassez rien, ça me parait être un bon arrangement. Ils te surveillent bien?"

Le cœur gonflé de joie à l'idée de la revoir, Ifar se tourna vers le chariot désigné. Rafda. Sa Rafda. Il avait tout quitté, jeune homme, pour cette satanée bonne femme et, naufrage excepté, il en avait savouré chaque seconde. Le seul point qu'il regrettait dans son histoire avec la nomade était sans doute de n'avoir pas réussis à la faire accepter par ses parents. Il n'avait pas réussis à montrer à Père la femme forte et bonne qu'il avait épousé, Père l'avait traité de pute manipulatrice, il avait frappé son géniteur et avait quitté Arsuh définitivement. Oh bien sur, ils auraient tout de même quitté Arsuh, Rafda ne supportait plus la ville, mais... Mais la brouille coupait Talid, Isra et Shadi de leurs grands parents. Peut être pourrait-il parler à Vedrim. Sa tante avait réussis à négocier une paix larvée avec Grand père, elle saurait peut être le conseiller...

Une main attrapa soudain son épaule pour le retourner et lui voler un baiser. Lesté de gosse, le chevalier ne put que se laisser faire par son épouse.

"Hey."
"Hey."


Ifar sourit. Raf était toujours aussi belle. Non, de plus en plus belle. Chaque jour, elle gagnait en classe et en beauté. Après tous ces mois sans la voir, il était ébloui. Dire que certains hommes préfèrent des gamines plus jeune qu'eux! Il ne savent pas ce qu'ils ratent!

"T'en a mis du temps!"

Le chevalier bleu éclata de rire. C'était bien sa Raf, ça!

"Tu me crois si je te dis que quelqu'un a essayé de détruire le monde et que ça m'a retenu?"
"Non"
"C'est pourtant vrai!"


Raf se tourna vers Déneb:

"Tu la croirais, toi, son excuse à deux sous?"
"Mais c'est vraiiiiiiii, j'vous juuuuuuuuuure"
Deneb Hyildun
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 16 Oct 2015 - 00:40 Répondre en citantRevenir en haut

Des étoiles s'allumèrent dans les yeux des quatre gamins à la mention de dragons et de trucs volants. Que ce soit de toute évidence un conte plus qu'un récit de voyage ne comptait pas : les nomades se nourrissaient de récits de voyages, qu'ils soient fictifs ou réels. Puis bon, si Ifar ne voulait pas dire où il avait été, c'est que ça ne les concernait pas, tout bêtement. Qu'importait, au fond ? Ils étaient nomades. Le voyage coulait dans leurs veines au même titre que le sang. Il faisait battre leurs coeurs, mettait leurs membres en mouvement. Parfois, il séparait des individus ; souvent, il les réunissait. Le départ de son cousin n'avait jamais fait que s'inscrire dans ce cycle naturel qui met en branle les marées et les migrations, anime le vent ou les vagues.

"Des dragons ? Comme des dragons du désert ou encore mieux ? Est-ce que les dragons qui volent ils ont la couleur du ciel pour se cacher, comme les dragons du désert qui ont la couleur du sable ?"

Moins prolixe, son benjamin retourna un regard presque solennel à Ifar, apparemment un peu impressionné – ce qui ne l'empêcha pas de tendre les bras quand son père se pencha pour le prendre dans ses bras.

"T'es mon papa."

De son côté, Deneb, presque imperturbable malgré une crinière malmenée par le plus jeune de la fratrie, se fendit d'un sourire en réponse à la pique de son cousin. Sa maladresse dans tout espace un peu restreint, alliée à l'enthousiasme des gamins, pouvait en effet faire de sacrés dégâts... mais l'esprit pratique de Rafda l'avait vite poussée à mettre tout ce petit monde dehors, limitant la casse dans tous les sens du terme.

"Comme des pros ! C'est des vigies redoutables~ Et des explorateurs de talent, aussi, rien ne les arrêtera d'ici quelques années."

Un éclat chaleureux et sincère se glissa dans l'expression du jeune combattant, releva le sourire toujours accroché à ses lèvres alors qu'il ébouriffait gentiment Isra. La gamine lui tira la langue en retour, arrangeant de suite sa chevelure et accueillant l'entrée en scène de sa mère d'un grand sourire et d'un nouveau piaillement enthousiaste, conclu un peu abruptement quand la petiote mit les deux mains sur sa bouche au baiser parental, les yeux pétillants d'une joie enfantine à cette assurance que ses parents s'aimaient toujours autant.

Pris à parti, Deneb pour sa part haussa un sourcil, un mélange de scepticisme et d'amusement se peignant sur ses traits mobiles. D'abord des dragons, maintenant le monde à sauver histoire de pas trop être en retard pour le dîner... Son cousin était décidément en grande forme, à moins qu'il n'ait trop fréquenté de conteurs ces derniers temps. C'est que ça déteignait vite, la verve des parleurs... Ou plus probablement, estima le blond, les piques et les mythes mêlés reflétaient une bonne humeur saine d'aventurier rentré au foyer - dans un foyer remuant, monté sur roulette et bruyant, mais un foyer tout de même, voire le meilleur foyer qui soit aux yeux du nomade.

"Hm... Je demande à entendre l'histoire de sauvetage du monde avant de trancher."

Après tout, le récit promettait d'être original. Le monde avait déjà été observé par un nomade, arpenté, changé éventuellement, conté plus souvent, mais sauvé ?
Aoife Rothil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 26 Oct 2015 - 01:21 Répondre en citantRevenir en haut

"Y a des dragons de toutes les couleurs! Y en a un, bleu comme la nuit qui est devenu mon ami. Il s’appelle Koray"

*Bouh!*


La voix du jeune bleu n'était pas très forte, mais Ifar espérait qu'il n’effraierait pas la petite fille.

"C'est lui qui t'a parlé. Les dragons parlent directement dans la tête des gens. Ils trouvent ça plus pratique."

Totalement ignorant du fait que Déneb avait lui aussi entendu le dragon, le chevalier se consacra à son second enfant... qui se souvenait parfaitement de lui merci bien. Le grand Torhil, ému aux larmes, enlaça son garçon.

"Oui, c'est ton papa!"

Puis il se redressa, un gamin sur chaque bras, rayonnant de bonheur.

"Fait gaffe à ce qu'ils ne te ressemble pas trop, gamin. A vous quatre, vous allez nous détruire la caravane. Ou au moins un ou deux village. C'est pas très gentils."

Puis sa Rafda arriva. Sa belle, sa Dame, son étoile. Elle lui avait tant manqué. Sa compagne. Il repensait à la liaison qu'on lui prêtait souvent, au Kaerl. Avec Thiziri. Comme s'il était capable de voir une autre femme que celle qu'il avait choisis et qui l'avait choisis à son tour. La séparation avait été longue et difficile. Koray la valait, bien sur. Il se sentait désormais tellement plus entier qu'alors, mais... Ah... S'il avait put emmener sa famille dés le début! Mais ça n'avait pas été possible. Et puis c'était fait. Ressasser ne changerais rien. Il se consacra seulement à la chamaillerie avec sa Raf. Déneb venait de surenchérir en exigeant l'histoire.

"Ok, ok... Je vais raconter. Mais pas tout de suite. en foret, tout a l'heure!"

"Tu peux pas...?"

Il haussa les épaules, un air désolé sur le visage.

"Ok. Viens m'aider de finir de monter la roulotte, on ira après, ok?"

La nomade lui pris Talid, qu'elle percha sur ses épaules pendant qu'il en faisait autant avec Isra. Avant de suivre Raf, Ifar se tourna vers Shadi et ses quatre ans, toujours accroché à Déneb:

"Bonjour mon garçon?"
Deneb Hyildun
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 28 Oct 2015 - 18:57 Répondre en citantRevenir en haut

Le nomade sursauta en exacte synchronisation avec sa jeune cousine. Pas de peur, non, simplement parce qu'il ne s'était clairement pas attendu à ce qu'une voix inconnue ne résonne si proche – presque comme si elle s'était trouvée sous son crâne, en fait. Par réflexe, il parcourut du regard les environs, cherchant une nouvelle tête à laquelle elle aurait pu appartenir, un compagnon de route d'Ifar taquin qui aurait profité de l'occasion pour leur jouer un tour... mais force fut d'admettre qu'il n'y avait rien d'inhabituel en vue.

Loin des habitudes de vigilance du sang-mêlé, Isra piailla de surprise et d'émerveillement en entendant la voix inconnue, qui, puisque son père le lui disait, ne pouvait que provenir de Koray. Très clairement, les tendances aventureuses partagées par la plupart des nomades avaient déteint sur elle, promettant d'en faire une jeune femme peu impressionnable.

"Bonjour Koray ! On va le rencontrer ? Il est gentil ?" Se dressant comme elle le pouvait pour chercher le dragon. "Je ne le vois pas... Il est loin ?"
"Comment tu as fait ça ?" s'étonna pour sa part le combattant, toujours perplexe, auprès de son cousin.

La question se perdit un peu dans le flot des retrouvailles et des taquineries diverses – les piques sur la capacité de destruction de sa personne conjuguée à celle de ses cousins, les taquineries sur les histoires d'Ifar et Shadi qui protestait ne rien avoir entendu du tout... Puis au fond la réponse n'était pas si importante : il y avait une catégorie de mystères et d'exploits inexplicables dans lequel tout père pouvait piocher de quoi impressionner ou faire sourire ses petits. D'ailleurs à propos de petiots, Shadi, maintenant qu'il était installé sur son père, semblait décidé à ne plus le lâcher et suivait la discussion avec de grands yeux sérieux. La taquinerie sur le potentiel de destruction du petit groupe le sortit cependant de son mutisme assez longtemps pour qu'il affirme avec une pointe de fierté :

"On est sages. C'est maman qui l'a dit."

Le report de l'histoire suscita un concert de moues impatientes mais globalement, le petit groupe ne tarda pas à prendre la direction de la roulotte à monter. Après tout, plus tôt le machin serait en place, plus tôt ils pourraient partir se balader et entendre le fameux récit. Avec un sourire, Deneb délogea de ses épaules le dernier de la fratrie pour le confier à son père, qui venait de récupérer un "bonjour" un peu zozotant.

"Je peux filer un coup de main pour la roulotte, occupe-toi de ton petit dernier. C'est limite écrit sur ton front que t'en as envie. Il doit bien y avoir des trucs que je puisse faire sans rien percuter~"

Placer les cales pour que la petite maison sur roues ne s'enfuie pas ou ne tangue pas, replier le train d'attelage... C'était dans ses cordes et il laisserait ainsi un peu de temps à Ifar avec son plus jeune fils, le tout sans risquer de causer plus de chaos qu'il n'y en avait habituellement au sein de la Caravane. Enfin... Sans causer significativement plus de chaos, en tout cas.

"On peut faire quoi pour toi, Raf' ?" s'informa-t-il avec bonne humeur.
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:26 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu