Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Le Revers de l'Héritage Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 487
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 275
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 11 Aoû 2015 - 22:03 Répondre en citantRevenir en haut

Fin Flarmyaku 918



Klaus Sullivan, Maître Noir


Au lendemain de l'arrivée au Kaerl de la jeune Aspirante Lysmeria, son taciturne Maître avait décidé de profiter du petit-déjeuner pour lui expliquer tout ce qu'il n'avait pas eu le temps de développer auparavant. Klaus avait été trop pressé de quitter les rivages amers de Karasdorg pour s'étaler sur les spécificités du nouveau monde qu'était Tol Orëa. Désormais, il désirait ne pas traîner – et surtout se débarrasser de tout le baratin d'usage. Amestan se ferait sûrement un plaisir de promener leur Aspirante le long des étagères poussiéreuses du Cadastre, afin, entre autre, de lui retourner le cerveau avec de longs discours monotones sur l'Histoire ; lui préférait l'enseignement pratique, et n'avait jamais supporté l'odeur de renfermé qui régnait en maître entre les murs de la grande tour.
Klaus avait déjà en tête tout un tas d'activités et d'exercices, même si certains nécessitaient de convaincre en amont l'Empereur Noir et sa passivité (en toute franchise, le Dragon évoquait parfois ces adolescents nonchalants qui peinent à trouver de la bonne volonté quand une idée ne vient pas d'eux). Le reste, en revanche, serait mis en place beaucoup plus simplement. Il s'agirait aussi de trouver le moyen d'éloigner de temps à autres la Fëalocë quand celle-ci deviendrait trop insupportable. Avec un sourire qui n'était réservé qu'à lui-même, Klaus voyait sans peine comment la jeune femme passerait son temps à être ballottée d'un Lié à l'autre, telle une enfant que des parents se refileraient sans cesse.

Pour l'instant cependant, le Fëalocë avait bon espoir qu'il se passerait quelques heures avant que l'envie d'envoyer Lysmeria voir Amestan ne devienne trop forte. Il était encore tôt, ce qui n'empêchait pas la Salle Commune d'accueillir nombre de groupes disparates. Des grappes d'Aspirants étaient accrochées aux lèvres de ce Chevalier narrant ses derniers exploits à dos de Dragon, ou bien de celui-là qui présentait quelques passes d'arme à grand renfort de cris ; d'autres écoutaient sagement quelque leçon, l'air endormi. Dans un coin de la salle, on discutait vivement de politique. Quelque part, une harpe faisait tinter ses harmonies plaintives.
Klaus, lui, était sagement installé à une table. Il avait pris la peine de faire descendre de quoi se sustenter, et devant lui s'étalaient jus de fruits, thé, galettes couvertes de miel, biscuits secs et un petit plateau de divers fromages frais. Une table de roi qui avait de quoi surprendre – quand on connaissait celui qui en avait fait la demande ! Gâter Lysmeria n'était nullement son intention, pas plus que l'impressionner. Son expérience lui avait simplement appris que de nombreuses choses sont plus faciles à appréhender avec un estomac bien rempli.

La jeune Fëalocë ne tarda pas à faire son apparition, et le Maître Noir lui fit signe. La Salle Commune était d'une grandeur insensée et pouvait facilement vous déstabiliser. Il l'invita à s'asseoir d'un geste vague.

« J'espère que ta première nuit au Màr Luimë s'est bien passée. » Il adressa à la jeune femme un quart de sourire en se reculant sur sa chaise. « Tes appartements te conviennent ? Ton lit est agréable ? Tu n'as pas eu froid ? » Sans lui laisser le temps de répondre, il enchaîna : « Tu n'es pas obligée de répondre, ces questions sont inintéressantes – et, d'ailleurs, je m'en fiche. »

Étudiant du coin de l’œil le visage de Lysmeria, Klaus leva les mains comme pour présenter la pièce autour d'eux.

« Ici, c'est la Salle Commune des Tours Joyaux. C'est grand, hein ? C'est là que se retrouvent tous les membres de notre Ordre, sans distinction, pour tout et n'importe quoi. C'est pour cela qu'on l'appelle la Salle Commune. »

Le Maître Noir lui parlait d'un ton qui pouvait prêter à confusion. La prenait-il vraiment pour une idiote, ou voulait-il simplement le lui faire croire ? Impossible de trancher juste en le regardant. Klaus était de ces personnes qui pensaient que c'était en étant le moins agréable possible que l'on tirait les meilleurs résultats d'un élève, pour peu que celui-ci ait assez d'estime de soi pour avoir envie de prouver sa véritable valeur.

« Amestan est encore en train de roupiller, donc ce sera juste toi et moi pour le moment. J'aimerais te parler un peu plus en détails de l'endroit où tu as atterri. »

Il versa du thé dans une tasse, et la fit glisser jusqu'à Lysmeria.



Publicité





MessagePosté le: Mar 11 Aoû 2015 - 22:03 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Lysmeria Minendir
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 6 Sep 2015 - 11:35 Répondre en citantRevenir en haut

Lys avait passé une première nuit affreuse au Mar Luimë. Elle avait oublié de prendre des vêtements de nuit et ceux fournis par le Kaerl étaient horriblement irritant et l'avait démangé toute la nuit, sans parler du lit qui n'avait pas cessé de la balancer et des remontée de bière qui ne s'étaient pas encore arrêter à son réveil. Plus d'une fois, elle crut qu'elle allait vomir.

Son maître, Klaus, lui avait donné rendez-vous au petit déjeuner dans la salle commune. Elle n'avait pas l'habitude de se lever si tôt, elle se sentait particulièrement vaseuse mais après quelques grognements, elle réussi finalement à sortir du lit. Ses côtes lui faisaient encore un peu mal mais c'était supportable.

Elle entreprit de descendre de la mezzanine et c'est par pur chance qu'elle ne loupa pas une marche. La veille, elle n'avait pas prit le temps d'examiner son appartement. Il était plutôt spacieux et lumineux, c'était agréable. Lentement, elle alla faire un brin de toilette puis elle enfila ses vêtements. C'est les cheveux à moitié coiffés et des grosses cernes sous les yeux qu'elle se mit en route vers la salle commune. « Descendre jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de marches» Et bien soit, ce n'était pas trop compliqué.

Lysmeria n'en pouvait plus, elle avait descendu elle ne savait combien de marche – plus qu'elle n'en avait cru possible – et son esprit ainsi que son estomac allait bientôt atteindre le point de rupture. La tête lui tournait et elle s'assit sur une marche.

– J'en peu plus ! C'est une blague qu'il m'a faite ou quoi ? Y a-t-il seulement une fin à cet escalier ?! » se lamenta-t-elle le crâne entre les genoux.
– Tout va bien ? 

Lys n'avait pas entendu la femme monter les escaliers et s’arrêter à coté d'elle.

– A vrai dire, je me demandais si la salle commune était encore loin.
– Encore quelques marches et vous y êtes, répondit-elle avec un sourire en reprenant son ascension.

Presque rassurée, Lys se remit debout, continua à descendre et en effet, elle n'était plus loin. Elle entra alors dans la salle.

Lysmeria n'avait jamais vu ça, elle était plus qu'immense et fourmillait déjà d'activités à cette heure du matin. Le bruit prit immédiatement sa tête en étau mais elle ne pu s’empêcher d'être intrigué par ce qui se déroulait ici. Elle fut particulièrement intéressé par l'homme qui faisait la démonstration de quelques passes d'armes avant que ces cris trop bruyant ne la ramène à la réalité.

Elle chercha Klaus du regard et mit plusieurs secondes à le trouver dans la vastitude de la salle. Lorsqu'elle l'eut enfin repéré en train de lui faire signe, elle se dirigea vers lui et s'assit à sa table. Sur cette dernière était posé plusieurs mets qui retournèrent rien qu'à la vue l'estomac de Lys.


Pendant quelques secondes, elle crut que le mauvais caractère de son maître la veille lui était passé et qu'ils allaient pouvoir repartir sur de bonnes bases, un sourire apparu sur ses lèvres. Il s’effaça très vite.
Son maître faisait preuve d'un exceptionnel sens de la gentillesse et de la prévenance et si Lysmeria n'avait pas eu le cœur au bord des lèvres, elle le lui aurait fait comprendre.
Il la prenait clairement pour une idiote, ou peut-être cela lui faisait-il simplement plaisir de lui parler ainsi. Elle n'en savait rien et ne put s’empêcher de répondre vertement.

– J'avais compris par moi-même mais merci quand même de préciser.

« Amestan est encore en train de roupiller, donc ce sera juste toi et moi pour le moment. J'aimerais te parler un peu plus en détails de l'endroit où tu as atterri. »

– Y en a au moins un qui a de la chance, soupira-t-elle, vas-y, je t'écoute.

Elle prit la tasse que Klaus lui tendait et y trempa les lèvres, c'était bien la seule chose qui lui faisait envie sur la table.
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 487
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 275
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 6 Sep 2016 - 13:53 Répondre en citantRevenir en haut


Klaus Sullivan, Maître Noir


Le visage de Lysmeria avait cela d'exceptionnel que, à peine réveillé, il était déjà capable d'effectuer une gymnastique complexe, passant du sourire à une grimace en l'espace de quelques secondes. Le Maître Noir nourrissait l'espoir que son esprit serait tout aussi réactif, car ils avaient beaucoup de choses à passer en revue ainsi qu'un nombre certain de nouvelles notions à aborder. Avisant que la jeune Fëalocë ne semblait pas intéressée par l'étalage de nourriture, il pinça légèrement les lèvres. Soit, qu'elle garde donc l'estomac vide si elle le souhaitait – ce ne serait pas lui qui irait la ramasser, venait-elle à défaillir ! Le regard sévère, Klaus releva le soupir de son élève.

« Tu n'es pas ici en vacances, Lysmeria. Ton apprentissage ne te laissera pas une seule minute de répit. Fixe-toi un objectif qui sera apte à te faire quitter ton lit tôt. Plus vite tu apprendras, plus vite tu seras débarrassée de moi. »

Il accompagna cette déclaration d'un imperceptible frémissement des lèvres, qu'on aurait presque pu qualifier de sourire si l'homme avait seulement été capable d'un tel exploit.

« Ta maison, désormais, est celle de l'Ordre Draconique Neutre : le Kaerl Englouti ou le Màr Luimë, dit-on aussi. Il a été fondé par nos Ancêtres afin d'accueillir des membres aux idéaux et aux caractères similaires aux leurs. Il existe également deux autres Ordres. Celui de l'Ombre, au Kaerl Ardent ; celui de la Lumière, au Kaerl Céleste. Tu entendras également parler du Màr Tàralöm pour le premier, et du Màr Menel pour le second. Pour le moment, cela ne nous intéresse pas. »

Klaus se recula sur sa chaise et désigna vaguement la population de plus en plus nombreuse de la Salle Commune.

« Notre monde est bien différent de celui que tu as connu. Ici, il y a une hiérarchie. » Il vrilla intensément la jeune femme de ses yeux de glace. « C'est-à-dire qu'il y a des rangs, qui correspondent à un certain niveau de responsabilités, de dignité et de pouvoir, et ces rangs sont organisés de manière à ce que celui qui se trouve en-dessous possède moins de responsabilités, de dignité et de pouvoir que celui qui se trouve au-dessus. »

Klaus s'exprimait avec une lenteur soigneusement étudiée, délibérément insupportable, et usait de ses mains comme pour mieux illustrer ses propos. Sans laisser à Lysmeria le temps de le couper, il reprit : « Sans rentrer dans la politique, l'organisation est la suivante : Aspirant, Chevalier, Maître. Je te laisse deviner où je veux en venir. »

Le Fëalocë fit disparaître son visage derrière sa tasse. Il savait qu'il naviguait désormais en plein dans les mers de l'impatience, et sa jeune Aspirante devait le trouver encore plus imbuvable qu'elle ne l'avait cru – mais ce n'était qu'un apprentissage parmi tant d'autres. Être membre du mystère de Tol Orëa et réclamer son héritage s'accompagnait d'immenses devoirs. Lysmeria devrait découvrir l'humilité afin de ne pas glisser vers l'orgueil que pouvait créer la perspective de se Lier à un Dragon, et aussi la patience, car nombreux étaient ceux qui chercheraient à la provoquer. Le Maître Noir avait horreur du conflit, et son dernier désir était que son Aspirante s'attire des ennuis – autant par égoïsme que par prévenance à l'égard de la jeune femme. S'il avait pu outrepasser les limites de l'arrogance et ainsi la rendre totalement indifférente au mépris des uns ou des autres, il l'aurait fait sans hésiter.

Klaus ne voulait pas pour autant qu'elle se fasse les mauvaises idées sur la question ou qu'elle en vienne à regretter son choix, aussi se pencha-t-il vers elle, adoptant un ton légèrement plus doux.

« Si je te prends pour une imbécile, c'est parce que tu ne m'as pas encore prouvé le contraire. Je suis ton Maître, pas ton ami. C'est à toi de gagner mon respect. »



Lysmeria Minendir
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 14 Sep 2016 - 16:44 Répondre en citantRevenir en haut

......Lysmeria fronça les sourcils à sa rebuffade... Accoudée sur la table, la tête posé sur sa main, elle touillait son thé en écoutant son maître, d'aspect du moins, elle se moquait pas mal de ce qu'il racontait.
......Plus loin dans la salle, il y avait un beau jeune homme qui se fabriquait un arc et des flèches avec des camarades. Ils devaient être en train de se raconter des épisodes d'aventure embarrassantes, elle entendait d'ici son rire bon enfant. Son sourire attendrissant était à tomber, et sa musculature sèche qui bougeait au rythme de ses mouvements était très attirantes. C'était bien plus intéressant que de regarder son frigide de maître.
......Pourquoi n'était-ce pas un homme comme ça qui était venu la chercher sur un magnifique dragon noir ?

......Ses oreilles traînaient malgré tout vers ce que Klaus racontait et il commençait à aborder des sujets intéressants. Elle redirigea son attention vers lui en se redressant. Ainsi, il y avait d'autre ville comme celle-ci sur Tol Oréa ? Elle grava dans son esprit leurs noms, son maître parlait lentement ce qui lui facilitait la tache. Elle se répéta en boucle tout en buvant dans sa tasse de thé : « Màr Tàralöm, Màr Menel, Màr Tàralöm, Màr Menel, Màr Tàralöm, Màr Menel... »

......Lysmeria avait grandement envie de demander à quoi ressemblait ces deux autres villes, étaient-elles englouties comme le Mär Luimë ? Mais son maître n'avait pas l'air décider à la laisser parler. Elle finit sa tasse pour cacher son impatience, elle avait envie d'en savoir tellement plus mais il était reparti sur un sujet des plus ennuyeux : la hiérarchie.
...... Elle se resservie du thé et prit une galette au miel qu'elle trempa dans sa tasse pour s'occuper les mains. Elle se rendit alors compte qu'elle avait faim, finalement. Elle en dévora une première, puis une deuxième.

......Mais qu'est-ce qu'il lui avait pris ce suivre cet homme ?
L'attrait de l'aventure bien sûr, elle soupira pour elle même et fini sa tasse de thé, dévora quelque gâteaux secs avant qu'il ait fini de parler. Il était maintenant évident qu'il cherchait à l'échauffer et elle ne comptait pas se laisser prendre.
......Si elle n'avait pas encore compris qu'elle était tout en bas de l’échelle, c'était maintenant chose faite. Il avait insisté sur le fait avec une lenteur à la fois assommante et énervante.

......Ne sachant quoi répondre, de peur de le bloquer sur l'idée qu'elle n'avait pas compris où était sa place, elle fit un simple hochement de tête.

......Klaus se pencha alors vers Lysméria qui haussa un sourcil interrogateur.

– Si je te prends pour une imbécile, c'est parce que tu ne m'as pas encore prouvé le contraire. Je suis ton Maître, pas ton ami. C'est à toi de gagner mon respect.
– Je dirais plutôt que si vous me prenez pour une imbécile, c'est que vous, elle insista sur le mot en le pointant du doigt, ne m'avez pas encore laissé le temps de vous prouver le contraire.

......Elle ne relava pas ce qu'il dit pas la suite, évidemment que ce n'était pas son ami. Et, franchement, qui voudrait d'un tel ami ?
......Son mal de tête finalement passé, le ventre plein, Lysmeria claqua la main sur la table, le regard plongé dans les yeux froids et sans fond de son maître, elle dit :

– Et si on commençait les choses sérieuses ? Sauf si vous avez d'autres platitudes évidentes à me dire, je suis d'attaque.
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 487
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 275
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Ven 16 Sep 2016 - 13:54 Répondre en citantRevenir en haut


Klaus Sullivan, Maître Noir


Bien, son Aspirante ne semblait pas d'humeur vindicative – ou, si elle l'était, elle passa ses nerfs sur les biscuits. C'était une double bonne nouvelle : non seulement elle mangeait, mais en plus elle le laissait tranquille. De meilleure disposition, il en profita pour étaler du fromage sur une tranche de pain et se reculer sur sa chaise. Son répit fut de bien trop courte durée. Klaus contempla le doigt pointé sur lui, soupira et posa une main sur le poignet de la jeune femme pour abaisser son bras. Il roula ensuite des yeux.

« C'est très malpoli ce que tu viens de faire. Et aussi un peu bête, compte tenu du concept que je viens juste d'évoquer. » Devait-il aussi lui enseigner les bonnes mœurs ? « Ce ne serait pas gagner si je te laissais obligeamment l'opportunité de le faire. Amestan s'occupera de te faire réviser le vocabulaire. »

Le Fëalocë pianotait distraitement sur sa cuisse quand l'Aspirante se redressa d'un coup, frappant la table dans le même temps, déterminée à ne pas s'éterniser ici. Klaus ne cilla pas, affrontant le regard bouillonnant de Lysmeria. Il croqua dans sa tartine, sans quitter des yeux l'Aspirante, le visage parfaitement impassible. Avec une certaine euphorie indiscernable à l’œil nu, il laissa le silence s'étirer puis, quand il eut enfin dégluti, il déclara d'une voix calme :

« Non. »

D'un geste nonchalant, il fit signe à l'Aspirante de rester assise et de se détendre – ou de patienter, à défaut de bonne volonté.

« Quelle est la devise de notre Kaerl ? Qu'est-ce que le Don ? D'où vient-il ? Pour quelles raisons es-tu ici ? Qu'est-ce que le Lien ? Qui sont les Dragons ? » Klaus s'arrêta là. Ces questions avaient toutes été posées d'une voix monotone, et il décrivait des cercles avec son poignet pour signifier qu'il aurait pu continuer pendant des heures. « Voilà un exemple de platitudes évidentes qu'il te faudra connaître avant de pouvoir ne serait-ce qu'envisager de te promener dans la Forteresse. »

Il se fendit d'un faux sourire. « Élément de réponse : il y a éloquence, dans notre devise – d'où la remarque sur ton vocabulaire. »

Bon, trêve de plaisanteries ! Le petit-déjeuner était fini, et Klaus ne saurait se résigner à passer des heures dans ce fauteuil – même pour agacer l'Aspirante. Il avait des limites, et celles-ci se trouvaient généralement dans sa propre propension à s'agacer rapidement pour un oui ou pour un non. Il empila soigneusement la vaisselle vide, réunit les fruits dans un seul bol et les biscuits dans une seule assiette, distingua le propre du sale en deux tas bien séparés. Cette occupation était aussi fascinante que nécessaire, et le Maître Noir oublia un instant la présence de Lysmeria. Quand il releva les yeux, il avait l'air beaucoup plus agréable – dans la mesure où il pouvait avoir l'air agréable – et on aurait très bien pu le soupçonner de se moquer ouvertement de la Fëalocë.

« Que dirais-tu de faire un tour ? Ça t'évitera de tomber de sommeil pendant que je tente de t'expliquer des platitudes ; sauf si tu es somnambule. » Klaus arqua un sourcil tout en se levant. « Es-tu somnambule ? »

Il rajusta son pantalon dans ses bottes hautes. « Tu en profiteras pour mémoriser certains endroits. On gagnera tous les deux du temps, si tu n'arrives pas en retard à chaque fois que je te convoque quelque part. Sois aussi attentive que quand tu regardais le Chevalier à l'arc, tout à l'heure, et tu devrais t'en sortir à merveille. »

Avec un rire qui ne s'adressait qu'à lui-même, le Fëalocë se dirigea vers la sortie. Gravissant les marches quatre à quatre, il jeta un coup d’œil à Lysmeria et écarta les bras pour englober le bâtiment.

« Bon, donc ici, ce sont les Tours Joyaux – où se trouvent les dortoirs des Aspirants, ainsi que les appartements des Chevaliers et Maîtres. Elles n'ont rien de vraiment intéressant, mises à part peut-être les cuisines. » Il plissa les yeux, vaguement réprobateur. « Ou certains de leurs habitants... »

Klaus salua quelques confrères ou consœurs, avant de finalement se retrouver à l'air libre – ou, du moins, ce qui s'en rapprochait. Les rayons du soleil se perdaient en un ballet hypnotique au-dessus de leurs têtes, pour venir caresser délicatement les allées et les murs céruléens. Le Fëalocë pointa le Dôme du menton.

« Il tient grâce à la Magie du Kaerl et de son Gardien. Enfin, je m'y connais très mal alors je t'autorise à interroger quelqu'un d'autre pour en savoir plus – si jamais ça t'intrigue. Moi, du moment que je respire, ça me suffit. »

Il lui accorda un instant pour profiter du paysage, puis désigna différentes directions, une à une. « Par là, il y a la Flèche du Cadastre, on peut voir son sommet. Là-bas, c'est le Castel Dolen, puis plus loin, le Cìrban Telemna où Amestan se la coule douce. » Klaus, toujours flegmatique, haussa les épaules. « Je te laisse décider de la suite. Profites-en, ce sera la première et dernière fois. »



Lysmeria Minendir
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 16 Sep 2016 - 23:31 Répondre en citantRevenir en haut

......« Très mal polie ? » Voilà qui étonnait Lysmeria, elle avait toujours vu ses parents désigner ainsi les clients qu'elle devait servir à la taverne. Elle haussa les épaules avec dédain. Soit, s'il fallait en passer par là, elle allait essayer de lui prouver qu'elle méritait son respect, même si à cet instant, elle avait l'impression que tous les efforts du monde n'y changeraient rien.
......Les bras croisés, elle continuait d'écouter son maître qui semblait essayer de la pousser à bout. Rien ne lui plaisait à ce Klaus, c'était insupportable. *Qu'il continue d'insulter l'éducation que mes parents m'ont donnée celui là, et il verra vraiment l'étendue de mes bonnes manières ! * Elle bouillonnait intérieurement, et le voir mastiqué sa biscotte tranquillement n'arrangeait rien.

– Non.

......Elle s'affala sur sa chaise quand il lui fit signe de rester assise et fit une moue désapprobatrice. Ses ongles commençaient à serrer férocement ses bras et sa mâchoire à se crisper. Elle avait l'impression d'avoir de nouveau cinq ans et d'être puni parce qu'elle ne voulait pas finir son assiette.

......Son maître se mit alors à poser plusieurs questions qui, en temps normal, auraient éveiller son intérêt, mais, malgré sa nouvelle résolution, il l'avait bien trop énervé pour qu'elle daigne lui accorder une once de son attention. Elle avait déjà pris sur elle plus qu'elle n'en avait l'habitude, rare était ceux qui la prenait pour une imbécile et qui n'y perdait pas quelque plumes.
......Elle ne savait pas comment gérer ce genre d'homme et cela l’agaçait. Elle n'était jamais tomber sur un tel cas et elle comptait bien prendre cela comme un défi personnel. Elle tendit alors de nouveau l'oreille à ce que son maître racontait, repoussant sa dignité pour laisser place à son esprit de compétition.

« Élément de réponse : il y a éloquence, dans notre devise – d'où la remarque sur ton vocabulaire. »

* Ce dont je suis sûre, c'est qu'il n'y a pas sympathique dans cette devise... * ragea intérieurement Lysmeria.

......Son maître se mit alors à ranger soigneusement la table, c'était bon signe, ils allaient enfin sortir d'ici.
......Il fallait qu'elle se calme, sinon elle n'arriverai à rien, elle reporta alors une nouvelle fois son attention sur le bel homme qu'elle regardait précédemment en imaginant comment elle l'aurait abordé si elle en avait eut l'occasion.
......Après les plusieurs dénouement heureux qu'elle s'était imaginé, elle se sentait un peu plus détendu. Jusqu'à ce qu'elle repose son regard sur son maître. Car, un des éléments qui la mettait le plus en rogne était évidemment, la beauté de Klaus, si mal assorti à son tempérament – qu'elle n'arrivait pas à comprendre. Elle soupira en le dévorant des yeux, la boule de haine dans le ventre. *Ah la la... Pourquoi faut-il qu'il ait un tel caractère ?!*
......Klaus avait enfin fini de ranger à sa convenance la vaisselle et avait l'air tout fier de lui-même, son visage s'était quelque peu décrispé. *Grand bien lui fasse ! Je mettrais plus de désordre la prochaine fois s'il aime autant ranger*
......Il rouvrit alors la bouche et l'humeur de Lysmeria monta en flèche avant de se rembruni directement. Ce Klaus la mettait dans un état émotionnellement instable. Elle balançait entre l'envie de lui plaire et de se démarquer à ses yeux et l'envie de lui envoyer son pied entre les cuisses. Mais elle savait pertinemment quelle solution était la plus prudente.

« Es-tu somnambule ?
– Pas que je saches, lui répondit-elle les sourcils froncés.
– Tu en profiteras pour mémoriser certains endroits. On gagnera tous les deux du temps, si tu n'arrives pas en retard à chaque fois que je te convoque quelque part. Sois aussi attentive que quand tu regardais le Chevalier à l'arc, tout à l'heure, et tu devrais t'en sortir à merveille.
– C'est pas beau d'être jaloux. » murmura-t-elle pour elle même en le suivant.

......Klaus avait beau ne pas être grand, Lys était encore plus petite et monter les marches à la vitesse de son maître lui demandait plus d'effort qu'à lui. Tout en marchant, il lui expliqua où ils étaient – ce qu'elle avait déjà vaguement compris par elle même. Elle eut un petit rire quand il insinua que certains habitants étaient intéressants dans la tour. Qu'est ce que cette remarque pouvait-elle bien insinuer ?

...... N'ayant pas voulu rester à la traîne, elle arriva en haut essoufflée. Elle s’arrêta à coté de lui et se rattacha correctement ses cheveux pendant qu'il lui expliquait ce qu'il savait sur le fonctionnement du dôme. Elle prit note de ce qu'elle venait d'entendre et resta fascinée une fois de plus par le phénomène. Elle passa sa main sur son flan gauche et sourit pour elle même à la revanche qu'elle prenait sur l'eau involontairement. *Essaye donc de me bourlinguer de droite à gauche ici.*

« Je te laisse décider de la suite. Profites-en, ce sera la première et dernière fois. »

......Si elle pouvait choisir, alors elle n'allait pas laisser passer sa chance. Qu'elle était l'endroit qui pouvait lui démontrer qu'elle n'était pas aussi nulle qu'il aimait l'imaginer. En même tant, elle avait aussi envie de s'amuser... qu'est-ce qui l’intéressait le plus ? Une taverne ? Des boutiques ?

*Je n'aime pas trop rester inactive quand je n'ai rien d'important à faire, autant commencer par les choses qui lient l'utile à l'agréable*

– Y aurait-il un terrain d’entraînement ou un endroit similaire, Maître Sullivan ? demanda-t-elle en s’étirant le dos. Je sais que vous souhaitez me parler de choses importantes mais je penses être capable de vous écouter et de me battre en même temps. Si cela ne vous convient pas, nous pourrions aller voir la grande place. Ce matin, j'ai entendu des gens qui semblait dire que c'était un très bel endroit remplit de vie, il me tarde de voir ça, ajouta-t-elle avec un sourire, dans l'espoir qu'il ne dénigre pas ses deux propositions.
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 487
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 275
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 17 Sep 2016 - 22:16 Répondre en citantRevenir en haut

--

Klaus Sullivan, Maître Noir & l'Empereur Amestan


Avec l'air de celui qui, au fond, n'en avait pas grand chose à faire, Klaus observa les expressions de son Aspirante. Il était assez curieux de savoir comment elle réagissait à son nouvel environnement, même si jamais il ne lui serait venu à l'idée de le montrer. Lysmeria était pleine d'assurance, et il sentait en elle un goût pour le défi. Un tel caractère était de bon augure, peu importaient les efforts du Maître Noir pour la décourager et la ridiculiser. À en juger par sa capacité à garder son calme – dans l'ensemble – il ne pouvait qu'envisager le meilleur. Elle ne se laissait pas marcher sur les pieds, mais savait néanmoins se contenir quand la situation l'exigeait. Elle avait envie de réussir et de faire ses preuves, et c'était là un point très important pour son avenir. Klaus Sullivan ne prenait que très rarement des Aspirants – et il ne le faisait jamais sans raison. Derrière les remontrances, l'agacement et le mauvais esprit, le Fëalocë avait d'ores et déjà perçu le potentiel de la jeune femme. Œuvrer pour le changement de ses élèves et le dépassement d'eux-mêmes était certes une tâche ardue, mais tant que le jeu en valait la chandelle, il ne reculait devant rien et ne se montrait pas réticent.

Elle lui fit part de ses souhaits et, si Amestan avait été éveillé, Klaus aurait clairement pu parier avec le Dragon quant à la nature de ceux-ci. Il hocha la tête d'un air rude et s'accorda un temps pour réfléchir. Par prudence, il estimait que ses paroles seraient mieux entendues sans le divertissement d'une activité physique. Il voulait jeter à son Aspirante toutes les informations nécessaires avant de passer à un entraînement digne de son nom – son Lié s'occuperait de revenir, ensuite, sur les points les plus difficiles à assimiler. Le Maître Noir n'était pas plus bête qu'un autre, mais la patience lui faisait bien souvent défaut.

« Il y a effectivement un terrain d'entraînement, autant pour les Aspirants que pour les membres des Crocs d'Argent. Il se trouve au Cìrban Telemna, le havre des Dragons. » Klaus laissa traîner sa phrase, ses doigts jouant avec les attaches de son long manteau brodé d'argent et d'indigo. « Loin de moi l'idée de mettre en doute tes capacités, mais je pense qu'il est encore un peu tôt pour faire se mêler deux apprentissages bien distincts. Nous nous exercerons quand les platitudes seront écartées – tu verras, j'ai des choses encore plus futiles à t'expliquer, et même moi je préférerai le faire en étant occupé à autre chose. »

Son ton s'était fait un rien plus amusé, mais Lysmeria ne devait pas s'y tromper : il comptait bien lui faire comprendre que la connaissance n'avait rien d'une sinécure. D'un ample mouvement du bras, il l'incita à le suivre.

Malgré l'heure, les rues du Kaerl étaient déjà animées. Les Aspirants s'empressaient de se rendre auprès de leur Triade ; Chevaliers et Maîtres se dirigeaient eux aussi vers l'Agora pour y rejoindre le motif de téléportation, sûrement chargés de quelque mission ou d'une pressante envie de voir le monde extérieur ; les Sans-Don s'agitaient le long des allées, qui pour faire passer son chariot, qui pour ouvrir sa boutique. Beaucoup d'ouvriers se trouvaient là, et une bonne partie de la population du Kaerl était encore mobilisée afin d'aider à la réhabilitation du cœur de la Forteresse – tous marchaient d'un pas vif en direction du centre, dépassant les deux Fëalocës. La reconstruction était achevée, mais il restait encore à embellir et à redonner à l'Agora son essence passée.

« Comme tu peux le constater, le Màr Luimë a subi une attaque, récemment. L'arrivée de gens comme toi – des Chevaliers en devenir – représente l'espoir et le renouveau. Il faudra t'y faire, tu incarnes le futur de ce Kaerl. » Klaus était empreint d'une gravité solennelle qui contrastait avec ses airs de congère insensible. C'était une maison pour lui comme pour un nombre insensé d'êtres, tous uniques, unis par leur attachement envers ce lieu. Mais plus encore – c'était ici que son âme s'était Liée à Amestan.

Il se tint au milieu de l'Agora, au milieu des échoppes diverses, des tavernes, des Dragons et des hommes, les mains dans les poches. Il scruta le visage de Lysmeria, une once de fierté perdue au fin fond de ses yeux de glace.

« Et voilà, c'est ici que bat le cœur du Kaerl. Par cette grande rue, on accède à la Porte de la Tolérance, derrière laquelle se trouve la Rotonde – que tu connais déjà. On discutera politique plus tard. » Il adressa un signe de la main à une tête blonde connue et à sa Liée Verte, puis se retourna vers Lysmeria. « En tant qu'Aspirante, tu es libre de venir te promener et d'acheter ce qui te paraît nécessaire à ton bien-être. Comme tout bon Maître Dragon qui se respecte, je te donnerai assez d'argent de poche pour pouvoir faire tes emplettes en toute tranquillité. » Là, son regard s'obscurcit. « Que ce soit clair : je vais te voir tous les jours, alors je saurai exactement le nombre de tenues que tu portes. »

Difficile de dire s'il était sérieux ou s'il plaisantait – sûrement un peu des deux. Il effectua un demi-tour sur lui-même, faisant crisser ses talons sur le sol de marbre blanc aux reflets bleus. « Logique, éloquence, adresse. La devise de notre Màr. » Puis, avec un haussement de sourcil soigneusement étudié pour ne pas être tout à fait dédaigneux, il toisa Lysmeria : « Quelles sont les autres questions tellement évidentes, déjà ? Tu sembles t'y connaître, aide donc ton vieux Maître à faire son travail. »

° Est-ce qu'un jour, je pourrai enfin me réveiller sans sentir cette espèce de satisfaction arrogante ? Tu ne l'as pas traumatisée, j'espère ? °
° Allons, tu me connais ! °


Le silence de l'Empereur Noir était plein de sens.



Lysmeria Minendir
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 18 Sep 2016 - 06:09 Répondre en citantRevenir en haut

......Au Cìrban Telemna ? Klaus lui en avait parlé juste avant. Lysmeria faillit être déçue puis elle repensa qu'Amestan ne se trouvait pas loin, elle se souvenait encore de la présence intimidante de l'empereur noir et elle fut finalement soulagé qu'ils n’aillent par là-bas – même si les raisons et le ton de Klaus ne lui plaisait pas vraiment... Il était tout de même fascinant de voir à quel point son maître s'amusait à la tourner en ridicule.

......Lysmeria se mit tout de même à suivre son maître de bon cœur quand il lui en fit le signe. La cité était magnifique, une atmosphère spécial y régnai, elle se sentait vraiment minuscule au milieu des immenses infrastructures. Malgré l'effervescence qui régnait déjà, elle se sentait apaisé dans ce lieu, au calme. Cela devait être dut, en partit, à l'absence du vent maritime qui soufflait presque en permanence à Karasdorg. Ici, une simple petite brise surnaturelle lui caressait le visage, d'où pouvait-elle bien venir ?

......Les premiers rayons du soleil commençaient à illuminer les bâtiments qui les fragmentaient en millier de particules lumineuse. Beaucoup de personnes étaient déjà très active à cette heure, et couraient presque pour se rendre là où ils devaient aller. Lys et son maître, eux, prenaient leur temps, laissant le loisir à la jeune fëalocë d'observer ce qui l'entourait.

......La population du Màr était très variés, il y avait de toutes les races, de tous les âges et de toutes les origines – et pas mal de beau jeunes hommes. Beaucoup de dragons accompagnaient leur lié et Lysmeria était étonnée qu'il put y en avoir autant, elle en avait aperçu quelques-uns la veille, mais c'était un véritable défilé gigantesque qui se déroulait à présent sous ses yeux.

...... Des verts, des bleus, des noirs, des bruns et elle en passait, tous étaient magnifiques et semblaient être paré de millions de pierre précieuse. Si elle avait trouvé la présence d'Amestan intimidante, ce qu'elle ressentait en cette instant était inqualifiable. Elle oscillait entre la terreur et l’émerveillement, ils étaient à la fois grandioses, majestueux et formidables, de vrai force de la nature qui pouvaient décider à tout instant de la manger toute crue.

......Elle se rapprocha discrètement de son maître, et ainsi, plus près de lui, se laissa aller à l'euphorie que lui prodiguait sa balade et les découvertes qu'elle engendrait.

......Ils arrivèrent alors à l'Agora, Lysmeria eut le souffle coupé. La place était véritablement immense et parfaitement ronde, cependant, quelque chose clochait. Elle regarda Klaus avec un air interrogateur, attendant qu'il éclaircisse la situation.

« Comme tu peux le constater, le Màr Luimë a subi une attaque, récemment. L'arrivée de gens comme toi – des Chevaliers en devenir – représente l'espoir et le renouveau. Il faudra t'y faire, tu incarnes le futur de ce Kaerl. »

......Une attaque ? Comment ça ? Elle faillit poser cette question mais elle fut détournée de ses pensées par le poids que les paroles de Klaus venait de mettre sur ses épaules. *L'espoir et le renouveau ? Le futur du Kaerl... ? Qu'a-t-il bien pu se passer...*

......Elle n'eut pas le temps de parler que son maître avait reprit la parole. Il se tenait avec une désinvolture charmante et il semblait à Lys qu'il la regardait avec une lueur dans l’œil qu'elle ne lui avait encore jamais vu et qu'elle n'arrivait pas à interpréter. Sous son regard inquisiteur, un frisson lui parcourut la colonne vertébral et lui donna la chair de poule, elle se mordit la langue discrètement et détourna son regard hâtivement, moins pour admirer ce qui l'entourait que pour retrouver ses esprits.

......Ils se trouvaient au milieu de la place et Lysmeria scruta quelques secondes le dragon représenté au sol puis regarda autour d'elle, elle remarqua vite la présence d'une taverne non loin, ainsi que plusieurs enseignes de boutiques qui semblaient intéressantes, dont une herboristerie.

......Elle regarda la direction que Klaus lui indiquait et acquiesça d'un hochement de tête lorsqu'il parla de la Rotonde. Elle fit la moue une demi seconde en l'entendant parler de politique avant de se reprendre. Il allait falloir qu'elle se fasse violence pour que son inintérêt envers un grand nombre de sujets ne se remarque pas trop vite.

......Alors que son Maître saluait une femme blonde – à gros seins, soit dit en passant – Lysmeria se demanda s'il s'agissait de son genre de femme. Lorsqu'il se retourna vers Lys, elle fit une moue quelque peu désapprobatrice, ce n'était pas la première fois de la mâtiné qu'il saluait une connaissance sans prendre la peine de la présenter. Naturellement, Lys continua de faire profil bas et s'abstint de lui faire remarquer lequel, entre eux deux, était le plus impoli à présent.

......Il se remit à parler comme s'il n'y avait pas eut d'interruption et annonça une bonne nouvelle – ponctuée, bien sûr, d'un de ses petits sarcasmes qu'il affectionnait tant. Cela la fit sourire, car elle savait que son plus gros vice n'était pas d'acheter trop de vêtements – même si elle aimait quand même cela.
*Et seriez-vous capable de savoir le nombre de choppes que je suis capable de boire en une soirée ?*

......Klaus effectua alors un demi-tour des plus gracieux – sûrement finement étudié – qui fit volé sa chevelure ivoire derrière lui.

« Logique, éloquence, adresse. La devise de notre Màr. »
– Logique, éloquence, adresse, répéta-t-elle pour graver ces mots dans sa mémoire, se souvenant à présent que la vieille femme de la rotonde les lui avait dit la veille.

......Pour l'adresse, cela irait. Mais il semblait que pour la logique et l'éloquence, elle devrait s'en remettre à Klaus et Amestan pour lui en inculquer les bases.

......Il reposa les yeux sur Lysmeria et elle sentit le piège se refermer sur elle :

– Quelles sont les autres questions tellement évidentes, déjà ? Tu sembles t'y connaître, aide donc ton vieux Maître à faire son travail.

......Elle n'avait pas écouter grand chose de ce qu'il avait dit à ce moment là, pour ainsi dire, elle n'avait rien écouter du tout, elle se souvenait juste qu'il avait parlé du Don. Elle réfléchit une petite minute avant de parler, essayant de trouver une improvisation plausible.

– Vieux maître ? Voyons, vous rentrez à peine dans la force de l'âge, ne vous dénigrez pas ainsi, tenta-t-elle.

......Voyant qu'il ne comptait pas l'aider et que ses flatteries ne lui faisaient visiblement aucun effet, à part ... si ?! Avait-il haussé un sourcil ou n'était-ce qu'une illusion ? Elle reprit avec les questions qui lui passait par la tête, en commençant d'abord par la seule dont elle se souvenait :

– Qu'est-ce que précisément le don ? Que dois-je savoir sur les dragons ? Qu'est-ce que l'empreinte et comment se lit-on à un dragon ? Qu’attend-on de moi ?

...... Plus elle posait des questions, et plus il lui en venait. Elle s'était mise à tourner en rond tout en entortillant entre ses doigts une longue mèche de ses cheveux qui s'était détachée de son gros chignon roux, les sourcils légèrement froncer, elle continuait de questionné son Maître.

– Qu'est-ce que cela change vraiment, au fond de nous ? Quelle est la situation politiques du Kaerl ? Quelle était la raison de l'attaque ? Est-ce lié aux autres Kaerls dont vous m'avez parler tout à l'heure ?

......Elle reporta alors son regard sur Klaus et s'interrompit soudain, se rendant compte du nombre impressionnant de questions qu'elle venait de poser. Cela n'avait pas été son intention mais ça lui était venu naturellement et elle n'avait pas pensé à refréner sa curiosité. Elle regarda son Maître avec appréhension, ayant peur de l'avoir égaré, ou pire, énervé, en parlant autant.

......Elle tenta de se rattraper en mettant toute « l'éloquence » dont elle était capable dans ses excuses. Elle ne voulait absolument pas qu'il se braque.

– Pardonnez-moi, Maître Sullivan, tout cela est tellement nouveau pour moi ! Naturellement, j'imagine qu'il y a beaucoup d'autres questions, mais il est peu judicieux de toutes les poser en même temps. Je vous ai donné quelque pistes de réflexions, à vous de commencer par ce qui vous semblera le plus approprié. Pouvons-nous marcher un peu pendant que vous répondez à mes questions tellement évidentes ? demanda-t-elle en souriant de son autodérision.
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 487
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 275
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 18 Sep 2016 - 15:21 Répondre en citantRevenir en haut

--

Klaus Sullivan, Maître Noir & l'Empereur Amestan


° Rejoins-nous quand tu veux, Amestan. °
° Pourquoi ? Tu ne peux déjà plus la supporter ? Fais un effort, le soleil est bon, ce matin. °


Le grand Noir lui fit partager le plaisir avec lequel les rayons venaient se perdre entre ses écailles sombres, et Klaus leva les yeux au ciel, la mâchoire serrée. Soit, il pouvait bien laisser le Dragon profiter de son réveil – il avait encore assez de travail avec Lysmeria pour se tenir occupé un bon moment. La jeune Fëalocë était silencieuse, rencontrait-elle quelque difficulté à se souvenir des points abordés par son Maître plus tôt ? Avec un soupir exagéré et un air découragé, il croisa les bras et se mit à regarder les alentours, se faisant l'incarnation de l'ennui.

« Vieux maître ? Voyons, vous rentrez à peine dans la force de l'âge, ne vous dénigrez pas ainsi.
Je te prierai donc de répondre à ma question avant que les cheveux blancs n'aient envahi ma tête devant le spectacle de ton étourderie. »
Il accompagna sa déclaration d'un haussement de sourcil, nullement impressionné par la complaisance de son Aspirante. Au moins tentait-elle de se faire bien voir plutôt que de l'affronter avec insolence.

La première question en entraîna d'autres, et même si Klaus gardait un visage impassible, il prenait note de chacune d'entre elles, dressant dans sa tête un portrait de l'esprit de Lysmeria. Tout avait de l'importance pour le Maître Noir : sa façon de s'exprimer, l'ordre dans lequel venaient ses interrogations, la nature de celles-ci... Il ne le faisait pas vraiment consciemment, cela faisait partie de ses traits de personnalité un peu particuliers. La Fëalocë s'excusa, et Klaus dut se faire violence pour ne pas afficher un sourire ouvertement victorieux. Qu'elle craigne donc de le mettre en rogne ! Rien ne serait plus bénéfique pour elle, à l'avenir. Il écarta ses justifications d'un geste de la main.

« Ton rôle est de poser des questions, et le mien d'y répondre – ou l'inverse. Garde ta salive pour ce qui en vaut véritablement la peine. »

Klaus quitta le centre de l'Agora pour se diriger vers les bâtiments disposés en rond autour de la place. Une végétation exotique s'enroulait autour des arcades, ombrageant les ruelles où se dissimulaient les commerces.

« Le Don est notre héritage le plus ancien. En des temps immémoriaux, les Dragons furent frappés par une maladie terrible. Afin de sauver ses enfants, Flarmya décida de les Lier à nos ancêtres à travers un processus que nous appelons l'Empreinte. C'est ce Don qui te permet de communiquer avec les Dragons, par la télépathie, mais qui est aussi le témoin de ton aptitude à te Lier à l'un d'eux. Quant à l'Empreinte... Ce n'est pas qu'une cérémonie, c'est également le phénomène qui fera se mêler ton âme avec celle d'un Dragon. »

Le Maître Noir s'arrêta près d'une colonne, s'y appuya d'une main en plissant légèrement les yeux, observant intensément son Aspirante. « Dans l'absolu, tu dois savoir que les Dragons sont des créatures ancestrales. Devenir un Chevalier et partager la vie d'une créature ancestrale est un privilège que tu ne dois pas prendre à la légère. On attend de toi que tu sois digne à la fois de défendre ton Kaerl et ton Lié. Je n'aime pas parler d'élite, mais maintenant que tu es Aspirante, tu devras toujours te montrer meilleure que ce que tu es aujourd'hui. »

Il s'accorda une pause pour respirer avant de reprendre son chemin sous le feuillage et les lianes, des fleurs d'un bleu sombre gisant sur le sol dallé.

« C'est un devoir sacré. Tu as en toi un potentiel incroyable, que tu verras se développer tout au long de ton apprentissage et même après l'Empreinte. » L'obscurité de son ton ne laissait pas de place à l'engouement, cependant, et Lysmeria aurait été mal avisée de se sentir flattée d'un tel discours. « La politique, vraiment ? Bon. On a élu un nouveau Seigneur au début du mois – Javerth Seram. Le peuple Englouti élit un Seigneur ou une Dame, qui s'entoure d'un Conseil, le Corps du Kaerl, composé la plupart du temps de Maîtres Dragons. Le peuple élit aussi les membres du Sénat, afin de contrebalancer l'influence du Conseil. Et non, l'attaque n'avait rien à voir avec les autres Kaerls. Nous sommes en paix. »

Ou ce qui se rapprochait le plus d'un tel concept, en tous cas. Après une courte hésitation, il jugea préférable de ne pas aborder le chapitre de Drazahir tout de suite, et il allait écourter les explications concernant les crabes géants quand une ombre immense survola les deux Fëalocës. Trop massif pour se glisser dans les rues encerclant l'Agora, l'Empereur Noir se contenta d'y passer sa tête et de les regarder d'un œil verdoyant.

° Il n'y a que les malotrus pour discuter de Dragons en l'absence d'un représentant de leur espèce ! Ne crois-tu pas, Lysmeria ? °



Lysmeria Minendir
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 18 Sep 2016 - 17:26 Répondre en citantRevenir en haut

......Bien, Klaus ne semblait pas énervé, c'était ça de gagner. Elle relâcha sa respiration qu'elle avait retenue dans l'attente de la réponse de son maître. Elle le suivit à l'ombre avec un regard de regret vers la zone ensoleillé qu'elle venait de quitter.

......Elle écoutait attentivement son maître, qui exceptionnellement, ne finissait pas chacune de ses phrases par une provocation. Elle était plonger dans son récit, absorbant ce qu'il racontait, et laissait son regard vagabonder là où bon lui semblait. C'est ainsi qu'elle faillit le bousculer quand il s'arrêta près d'une colonne, se reprenant à temps, elle recula d'un pas et se figea.

......Klaus l’observait si intensément que son cerveau fit un arrêt sur image. Appuyé sur la colonne, la brise faisait onduler quelques-unes de ses mèches. Sous son manteau indigo, elle imaginait sans mal les muscles tendus de son bras, la courbe de son épaule... Des pétales de fleurs bleues voletaient autour de son maître et l'un d'eux s'accrocha à ses cheveux, rappelant joliment la couleur de ses yeux.

......Lysmeria faillit amorcer un mouvement pour la lui enlever mais se reprit aussitôt que son maître se remit à parler. Elle se frotta les tempes en fermant les yeux pour se remettre les idées en place. Elle espérait que son petit fantasme n'avait pas durer plus que quelques secondes.

......Apparemment, le maître noir n'avait rien remarqué, ou alors il ne fit pas de réflexion. Il fallait cependant que cela évite de se reproduire, elle était incapable de se concentré quand elle dans cet état là. Elle passa les mains dans son dos et se pinça discrètement afin de rester attentive à ce qu'il lui expliquait.

......Elle le suivit quand il reprit sa route, seulement concentré à écouter ce que disait son Maître et à entortiller une nouvelle la mèche tombée de son chignon. Les paroles, ou plutôt le ton de Klaus lui glaça le sang, même quand il disait des choses gentilles, qui aurait pu l'encourager, on avait l'impression qu'il prophétisait la fin du monde.
......Elle écouta ce qu'il avait à dire sur la politique, après tout, c'était-elle qui lui avait posé la question, mais ne se fit pas d'idée précise sur ce qu'elle en pensait.

......En paix ? C'était déjà une bonne nouvelle. Mais alors, qui avait attaquer ainsi le Màr ?

......Elle allait poser la question quand une ombre plus épaisse que celle du feuillage passa au dessus d'eux. Elle leva la tête, Amestan était là.

° Il n'y a que les malotrus pour discuter de Dragons en l'absence d'un représentant de leur espèce ! Ne crois-tu pas, Lysmeria ? °

– Bonjour Amestan ! lui lança-t-elle avec un signe de la main, faisant comme si elle était tout à fait à l'aise qu'il puisse s'introduire comme bon lui semblait dans sa tête.

......Elle croisa les bras sous sa poitrine avant de reprendre :

– Et toi, ne crois-tu pas qu'il n'y a que les malotrus pour s’immiscer dans l’esprit des gens sans les saluer auparavant ? Et puisque tu me le demandes, il me semble que c'est mon cher maître qui a aborder le sujet en premier, ajouta-t-elle en haussant un sourcil à l'adresse de Klaus.

......Allait-elle sérieusement se prendre un savon pour avoir poser les questions qui lui avait lui même explicitement demander de poser ?

......A deux contre un, elle sentait qu'elle allait vite flancher si elle se prenait des remarques de tous les cotés. Il était déjà difficile d'essayer d'en satisfaire un, alors deux ?!
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 487
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 275
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 18 Sep 2016 - 20:12 Répondre en citantRevenir en haut

L'impertinence – ou tout du moins, l'absence de considération envers les usages d'un monde que Lysmeria ne connaissait pas encore – amusait plus le Noir que son Lié morose. Il aurait facilement pu se vexer du ton et de la familiarité de la Fëalocë, mais il savait que c'était sa nature qui s'exprimait, et à en juger par sa posture défensive, Klaus l'avait déjà bien assez malmenée. Un grondement sourd, un rien moqueur, s'échappa de sa poitrine, retentissant sous chacune des larges écailles d'obsidienne.

° Un Dragon ne saurait être qualifié de malotru, jeune fille, voilà une première leçon d'importance. Désires-tu que je te salue à l'aide de cette patte qui te déchirerait sûrement en deux ? °

Un éclat de jade planté dans ses iris en guise d'éclat de rire, Amestan souffla sur Lysmeria et fit s'envoler quelques mèches rebelles échappées de son chignon hâtif. Klaus appuya son dos contre un mur parcouru de plantes grimpantes, les bras résolument croisés.

« Reprenons. Ce que tu dois savoir sur les Dragons : ils sont susceptibles et, de par leur tempérament et leur condition, leur sens de l'humour n'est pas toujours des plus agréables à entendre pour tout être dépourvu d'écailles, de dents, de griffes et de tous ces autres attributs létaux qui les constituent. »

° Et, à n'en pas douter, c'est parce qu'ils nous côtoient tous les jours à compter de l'Empreinte que les humeurs de certains Maîtres Dragons se dégradent progressivement et tendent à se montrer tout aussi – si ce n'est plus – désagréables que les nôtres. °

Les deux Liés s'affrontèrent du regard, longuement, jusqu'à ce que les lèvres du Maître Noir se tordent en un sourire sincère et qu'un son étonnant émerge de son torse austère. Quelques notes furtives, comme tirées d'un instrument rouillé, résonnèrent le temps d'un battement de cils dans l'air, et déjà Klaus se retournait vers Lysmeria, le visage noyé d'ombres sévères. L'arrivée d'Amestan fournissait un bon prétexte pour oublier la conversation antérieure. Il n'avait pas vraiment envie de s'attarder sur l'attaque qu'avait subi le Màr Luimë, dont le souvenir était encore trop visible dans certains détails du sol et des façades blanches, et préférait continuer de parcourir le terrain plus stable d'une introduction ordinaire.

« Ai-je répondu à tes questions, Lysmeria ? En cas de doutes, je te recommanderai de me le faire savoir – rapidement. Je ne veux pas revenir, encore et encore, sur des sujets que je considère clos et acquis. »

Une aura polaire s'élevait de Klaus alors qu'il laissait planer un regard menaçant sur son Aspirante. Son intransigeance, tout comme son impatience, était légendaire. Ce mélange de feu et de glace faisait de lui un personnage difficile à cerner ou à contenter – mais s'il y avait une chose sur laquelle les deux éléments s'accordaient, c'était la brûlure promise à ceux qui voulaient s'approcher de trop près. Amestan se fit un plaisir d'apaiser la morsure cuisante, sa voix comme un ronronnement dans l'esprit de la Fëalocë.

° Au cas où tu te rendrais compte d'une potentielle lacune un peu trop tard à la convenance de mon Lié et de ses attentes surhumaines, sache que je n'ai jamais mangé personne. °
° Attentes surhumaines ? Ai-je tout de même le droit d'exiger le meilleur de mon élève ? °


L'Empereur Noir ignora l'emportement de son Lié, dont il devinait que la vexation avait plus à avoir avec sa douceur envers leur Aspirante qu'avec la moquerie suintant de ses propos. Klaus était trop obstiné, passait un temps infini à analyser et à déduire le déroulement des choses pour supporter le moindre écart. Quand il avait décidé quelque chose, tout le monde devait s'y plier jusqu'au bout. La clémence d'Amestan lui paraissait être un outrage à ses efforts – pourquoi s'esquintait-il à jouer le salopard si le Dragon venait tout balayer d'une parole emplie de bonté ? Il laissa retomber son agitation, mordant l'intérieur de sa joue. Débattre avec son Lié ne lui servirait qu'à se rendre ridicule, et il concentra plutôt son attention sur Lysmeria.



Lysmeria Minendir
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 19 Sep 2016 - 12:21 Répondre en citantRevenir en haut

......Quand Amestan lui souffla dessus, Lysmeria eut un hoquet de surprise, elle avait faillit se cacher le visage avec ses bras mais s'était contenue – de toutes façons, si le dragon décidait de la déchirer en deux, comme il l'avait dit, elle ne pourrait pas y faire grand chose. Mais là ne semblait pas être son intention.

......Klaus se rappela à elle, comme vexé d'avoir été laissé sur la touche. Elle décroisa les bras et mit ses mains sur ses hanches pendant que son maître parlait. Elle ne savait pas quoi faire son corps debout et immobile.

......Son maître semblait plus occupé à lancer des piques à son lié plutôt qu'à continuer son cour. Et à n'en pas douter, Amestan se prenait au jeu. Lysmeria en était fort heureuse, au moins, pendant quelques instants, elle n'était plus leur cible. Elle aurait rigolé de leurs reproches mutuels si elle n'avait pas eu peur d'attirer leurs attentions sur elle.

......C'est alors que Lysmeria vit son maître sourire sincèrement pour la première fois, et... rire ? Était-ce un semblant de rire qu'elle avait cru entendre ? Ou simplement une quinte de toux refoulée ?

......Elle n'eut pas le temps de réfléchir à la question, le maître Noir se retourna vers elle d'un bloc et son expression ne lui disait rien qui vaille. On aurait dit que pour une seconde de joie, il se sentait obligé d'être amère et désagréable des heures durant.

......Si elle avait eut une montagne de questions cinq minutes plus tôt, elles s'était à présent toutes dispersés comme fumée au vent. Elle se mit a paniquer, ses bras tombèrent le long de son corps, puis elle les recroisa. Incapable de remettre la main sur ce qu'elle voulait demander. Le regard de Klaus lui faisait une fois de plus perdre tous ses moyens, il lui demandait si elle avait tout compris mais ses yeux semblaient clairement lui dire de se taire.

......Elle baissa les yeux et une goutte de sueur froide coula le long de sa nuque. Elle fut prise d'une reconnaissance immense à Amestan qui vint à son secours. Elle se sentit aussi soulagée de l'entendre clairement dire qu'il n'avait encore jamais mangé personne, cela pouvait paraître stupide mais c'était toujours bien d'être sûre de ce genre de chose. Elle regarda le Noir avec des yeux remplit de gratitude. Elle le considérait bien différemment que quelques minutes plus tôt.

– Merci beaucoup Amestan, lui dit-elle d'une voix un poil trop aiguë.

......Cependant, comme si elle avait sentit les ondes négatives se propageant de tous les pores de Klaus, elle se retourna vers lui.
......Elle ne sut pas ce qu'il ce passa mais en quelques secondes, il paraissait finalement plus calme et reporta son regard froid et habituel sur elle.

– Oui, maître Sullivan, et si il y a des choses que je n'ai pas comprise, je vous promets de ne pas vous importuner avec.

......Voila, elle avait pris sa décision et espérait du plus profond de son cœur qu'Amestan tiendrait son engagement – car elle savait qu'il restait encore beaucoup de point obscure, même si à cet instant, elle ne se souvenait plus desquels.

......Elle attendit la suite en observant son maître, bien décider à « garder sa salive pour ce qui en valait vraiment la peine ».

......Pendant qu'ils se jugeaient tous deux du regard, elle détacha ses cheveux et les fit voler autour de sa tête, elle les rattacherait si son maître prévoyait des activités un peu plus physique mais pour l'instant, au moins, ils arrêteraient de tomber de son chignon.
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 487
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 275
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 21 Sep 2016 - 18:54 Répondre en citantRevenir en haut

Mais pouvait-il donc se montrer encore plus rustre, celui-là ? Amestan observa le manège discret entre son Lié et la jeune femme, une hilarité silencieuse sillonnant les mers de jade de ses larges iris. Il connaissait bien les comportements des bipèdes – après tout, son Fëalocë était un être complexe – et pouvait mieux que certains de ses frères assimiler des expressions ou attitudes à des sentiments distincts. Si même le Dragon avait su lire en Lysmeria l'émoi que produisaient les deux éclats de glace plantés dans le visage de Klaus, alors celui-ci devait bien s'en douter aussi ! Il ne lésinait pas, pourtant, sur les regards appuyés et l'Empereur Noir ne put s'empêcher de le remettre à sa place.

° Il est certes exceptionnel que tu parviennes à pétrifier cette donzelle enflammée, mais ce n'est pas une raison pour en jouer ! Elle pourrait mal interpréter. °
° Son Maître ? Voyons, Amestan, tu délires ! Elle est impressionnée, voilà tout. °


Le Noir rechigna à donner raison au Fëalocë. Il se souvenait encore clairement de leur rencontre, à Karasdorg, et on ne lui ôterait pas de l'esprit l'idée que leur Aspirante avait un penchant pour les jeux de séduction. Il la couvrit un instant des yeux, avisant qu'elle l'observait, le visage baigné d'une lueur de reconnaissance – et il songea que, non, Klaus n'allait vraiment pas être content. Sa voix de crécelle les informa que la présence d'un Dragon ne lui paraissait toujours pas, pour autant, une chose banale. Craignait-elle encore qu'il ne s'emporte et ne la rôtisse sur place ? Il gronda un peu, agacé par cette croyance généralisée. Un Aspirant devait passer l'Empreinte et se Lier à un Dragon – rien, dans cette optique, ne justifiait qu'il ait pu avoir envie de lui nuire.

Quand Lysmeria oscilla de lui à Klaus, visiblement sans savoir qui la rassurait le plus entre l'Empereur et la congère, il coula un regard complice à son imperturbable Lié.

° Désires-tu faire un pari ? Qui de nous deux considère-t-elle comme le plus effrayant ? °
° Le simple fait de pouvoir se poser la question témoigne, à mon sens, d'une grande réussite de ma part. °
° Je ne pense pas que Nealyan serait ravie d'apprendre comment se porte ta recherche d'épanouissement personnel. °


Le Maître Noir ne fit pas, cette fois, l'effort de rire, mais un rictus léger vint soulever la commissure de ses lèvres. La réponse de l'Aspirante lui fit bien vite perdre le peu de calme qu'il avait tant bien que mal réussi à rassembler. Percevant la menace qui flottait au-dessus de sa tête, en la forme de deux yeux comme d'immenses opales, il grinça simplement des dents – si fort qu'on l'entendit probablement depuis les Tours.

« Je crains m'être mal fait comprendre : si tu sais que tu n'as pas compris quelque chose, je t'encourage vivement à m'en faire part, maintenant. Peut-être trouves-tu que je n'ai pas l'air enclin à la discussion ; en ce cas, je vais être honnête : ce sera pire si tu attends. »
° Je me permets de confirmer. °


Klaus suivit des yeux les ondulations des cheveux roux, partagé entre leur attribuer une ressemblance avec un incendie ou les vagues d'une tempête. Il aimait trop la mer, aussi préféra-t-il s'en tenir aux flammes. Il soupira pour lui-même et désigna Amestan d'un mouvement de tête.

« Maintenant que mon Lié nous a rejoints, l'expérience d'un nouveau vol te plairait-elle ? » Il remonta doucement la ruelle, frôlant les écailles d'obsidienne sur son chemin. « Tu voulais voir les terrains d'entraînement, aussi – je me trompe ? »

Il jeta un coup d’œil à l'Aspirante par-dessus son épaule, et Amestan se recula pour agiter ses ailes, le cou levé vers le dôme pour mieux exprimer son impatience.

° La visite sera beaucoup plus rapide en prenant de la hauteur ! °



Lysmeria Minendir
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 30 Sep 2016 - 11:12 Répondre en citantRevenir en haut

......Lysmeria se sentait frustré, elle savait qu'il se passait quelque chose entre les liés mais elle fut mise à l'écart et cela l'agaçait. Se moquaient-ils d'elle en silence ? Qu'avait-elle dit de stupide encore ?

......Dans ses iris ambrés, une lueur malsaine commençait à s'allumer alors qu'elle fixait son maître. Elle croisa les bras en détournant les yeux, ne préférant pas le regarder alors qu'il reprenait la parole avec sa langue acérée.

......Pire ? Cela pouvait-il être pire qu'à cet instant ? Pire que d'avoir pour maître un homme froid, désagréable, irrespectueux et impatient ? Elle haussa les épaules en secouant la tête, ce n'était pas imaginable.

– J'ai bien compris tout ce que vous venez de m'expliquer, cela ne veut pas dire que je ne me poserais aucune question en approfondissant mon apprentissage, répondit-elle en regardant obstinément les fleurs bleues tomber.

Quelques secondes passèrent et un léger picotement la fit finalement se rendre compte que Klaus la regardait attentivement et elle se retourna vers lui alors qu'il se remettait à parler.

......Son excitation fut prise d'une croissance exponentielle, voler encore une fois sur Amestan et voir les terrains d’entraînements ? Voila qui commençait à lui plaire. Elle attrapa la haine dans laquelle elle baignait, ainsi que son amour-propre, elle en fit une boule qu'elle déposa dans un coin de sa tête. Elle la récupérerait plus tard. Pour l'instant, elle voulait se laisser aller à l’émerveillement et à la découverte sans gêne quelconque.
– Vous ne vous trompez pas Maître, cela me plairait énormément, répondit-elle pour la forme, sachant que de toute façon, son avis lui importait fort peu.

......Elle rejoignit alors son Maître près d'Amestan en trottinant, toute excitée à l'idée de montrer à nouveau sur le dos de l'empereur Noir.


[HRP = Désolée je savais pas trop quoi répondre, je me suis dis qu'il valait mieux que je donne une réponse toute pourrie maintenant plutôt que d'essayer de chercher pendant des mois pour pas avoir spécialement mieux à proposer... j'essayerai de faire mieux la prochaine fois ^^']
Amaélis Yodera
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2009
Messages: 487
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 275
Race: Neishaane
Âme Soeur: Ithildin
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 8 Oct 2016 - 20:51 Répondre en citantRevenir en haut

Avec un claquement de langue qui se voulait réprobateur, Klaus remarqua le changement d'attitude de son Aspirante quand elle fut plus proche du Dragon que de son Maître. Il jeta une œillade agacée en direction de l'Empereur, lequel contemplait la scène de toute sa hauteur, dans une indifférence feinte que le Fëalocë connaissait trop bien pour ne pas la voir.

° Soit, je penserai à revêtir une jolie robe et à me coiffer d'un chignon la prochaine fois que je chercherai à m'attirer tes bonnes grâces. °
° Ce que tu peux être jaloux, mon Lié. Il n'est question ici que d'équilibre ; n'as-tu pas vu que notre chère Lysmeria frôlait l'implosion à force de subir ton caractère ? °
° Elle n'en frappera que plus fort, lorsque sera venu le temps de l'entraînement. °


Amestan souffla sa désapprobation par les naseaux et fit obliquer son cou d'ébène vers la frêle silhouette de l'Aspirante. Ses larges iris parcourus d’ondulations aux couleurs de l’azur, il s’abaissa afin de permettre à la jeune femme de l’escalader sans trop de peine.

° En attendant que tu sois rompue à l’art de chevaucher un Dragon, je te ferai grâce de situations potentiellement embarrassantes. Allez, en selle, petite étincelle ! °

Klaus retint un hoquet de surprise à l’entente de ce surnom. Non mais, et puis quoi encore ? Il n’était pas dans les habitudes de l’Empereur de se montrer aussi doux et familier avec des étrangers – et, n’en déplaise à Lysmeria, c’était bien là ce qu’elle était. Une pointe d’amertume en travers de la gorge, le Fëalocë s’assura néanmoins que l’Aspirante ne risquait pas la chute puis grimpa derrière elle. Il ne doutait pas de son agilité, mais l’absence de harnais le poussa à passer ses bras autour de la donzelle, malgré sa réticence.

Le grand Noir prit son envol du mieux qu’il put, l’Agora et sa foule lui laissant une marge de manœuvre assez limitée. La force avec laquelle ses ailes battaient l’air durant son ascension résultait en un fracas fabuleux. Quand il eut atteint l’altitude et la vitesse désirées, Klaus put à nouveau espérer se faire entendre. Les toits céruléens scintillaient doucement sous les rayons filtrés, et leur surface lisse comme un miroir reflétait à la perfection les courbes liquides qui s’étalaient contre le Dôme, dans un incessant ballet hypnotique. Les Tours Joyaux ressemblaient à deux hautes géodes serties de lumière, et la silhouette torsadée de la Flèche du Cadastre dansait en solitaire, isolée de ses sœurs. Le Maître Noir désigna un à un chaque quartier de la Forteresse, lui indiqua la direction de la Sphère de Naissance, lui montra l’île où siégeait le Castel Dolen, dans son écrin verdoyant. Une Blanche joueuse dépassa aisément l’Empereur, qui la salua d’un rugissement faussement courroucé. Il la suivit en direction du Rideau d’Argent, tandis qu’elle virevoltait avec grâce, et lui se devait de maintenir une allure stable pour ne pas nuire au confort de ses passagers.

Aux abords de la cascade, la Dragonne disparut dans un éclair blanc. Amestan laissa Klaus et Lysmeria sauter à terre avant de s’engouffrer à son tour sous les eaux rugissantes, dans une gerbe irisée. Le Maître Noir leva les yeux au ciel, puisqu’il sentait très bien les émotions de son Lié, et se retourna vers son Aspirante.

« Nous voici donc à l’entrée du Cìrban Telemna, aussi connu sous le nom du Havre d’Argent. En plus d’être un lieu de repos pour nos confrères sauriens, c’est également ici que se trouvent les terrains d’entraînement de notre armée, les Crocs d’Argent. Tu noteras le goût de nos dirigeants pour ce métal. »

L’ombre d’un sourire fit frémir imperceptiblement ses lèvres. Il pointa du doigt l’entrée étroite, creusée à même la roche. Son rictus prit des airs moqueurs alors qu’il esquissait une pirouette.

« Après toi, petite étincelle. Voyons si tu es aussi lumineuse qu’Amestan semble le penser. »



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:20 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu