Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Comme un livre ouvert Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Aoife Rothil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 10 Aoû 2015 - 15:56 Répondre en citantRevenir en haut

18 Soylaeku 918


Tout avait commencé un jour de printemps, alors que l'interstice était toujours fermé. Aysu et Aoife auraient aimé s’entraîner à l'usage de l’interstice, mais devant l'impossibilité de la chose, Aoife s'était replié dans la forge du Màr Menel qui l'avait embauché et alors qu'elle exécutait une commande de bijoux, Aysu, expérimentant sa nouvelle capacité à devenir bipède, l'avait rejointe sous la forme d'une torhille bien trop pale pour être en bonne santé. La Forgeronne l'avait accueillit d'un sourire et elles avaient causé de la passion d'Aoife pour la Forge. Aysu, toujours curieuse du passé de sa Dame (qu'elle pouvait pourtant parfaitement lire dans son esprit), interrogea Aoife sur l'origine de sa passion pour la forge. Aoife lui raconta tout, a la fois les origines familiales de cet intérêt, puis son mariage... Et le sujet avait dérivé sur Rafid et ses voyage.

Suite à ça, la conversation avait tourné dans la tête de la jeune femme. Bientôt (sauf si la fin du monde arrivait), elle serait libre de voyager sur toute la planète et d’être rentrée pour le thé. Elle qui avait toujours jalousé Rafid et ses voyages, elle était désormais en position de l'imiter!

Aussi quand l’interstice s'était rouvert, elles avaient contacté la forge de Lomeanor (oui, elle avait quand même un peu peur d'aller loin, elle avait donc commencé par une forge proche) qui avait accepté de la prendre en apprentissage a mi temps pour six mois.

Elle avait commencé au début de Flamryaku. Elle bossait à la forge tous les matins et consacrait ses après midi à ses entraînements avec Aysu.

Le 18 Solyaeku, a midi, Aoife était donc dans la grande forge de Lomeanor en train de se chamailler avec Darin, le maître qui la prenait en charge. Il était en train de faire une petite crise de jalousie envers cette apprentie qui n'avait jamais chaud et ne se brûlait jamais, ce qui, selon lui était une tricherie patentée, ce que la jeune femme contestait tout a fait. Se servir du don donné par les dieux était normal, fallait pas vexer! Il était Midi, il était temps pour Aoife de commencer sa seconde journée tandis que Darin partait simplement manger. Il y avait donc deux forgerons à l'entrée de la forge, en train de se débarrasser de leur équipement tout en papotant joyeusement.

[Anda?]
Publicité





MessagePosté le: Lun 10 Aoû 2015 - 15:56 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 11 Aoû 2015 - 07:38 Répondre en citantRevenir en haut

La journée avait commencé avec un réveil troublé par des douleurs à la tête pour l'engloutie. Elle avait grimacé et grogné pour finalement se tirer hors du lit. Ces maux étranges avaient commencer au début du mois, D'abord faibles et fantomatiques, ils s'étaient doucement, mais considérablement empirés. Elle n'en n'avait toujours pas parlé à un des guérisseurs du Kaerl, pensant que ce n'était peut être qu'une mal nutrition ou une infection passagère. Elle ne souhaitait pas embêter qui que se soit avec ça.

Andaranielle s'était donc apprêtée, comme à son habitude depuis son arrivée. Elle avait mis une simple robe verte tendre, ceinturée à la taille par une lanière de cuire pour cette journée, puisque qu'il n'y avait aucun entraînement au programme. Ses éternels bracelets étaient accrochés à ses poignets, cachant les honteuses traces de son passé, et elle entreprit de brosser sa longue chevelure pour la laisser tomber librement sur épaules et le long de son dos. Depuis qu'elle avait eu la bonne idée de les couper un peu pour qu'ils ne traînent plus au sol (et que les gens cessent enfin de marcher dessus.) il lui était possible de se déplacer en laissant libres, puisqu'ils atteignaient dorénavant ses mi-chevilles au lieu de ramasser la poussière au sol.

Les douleurs qui tambourinaient dans son crâne semblait être clémente en cette matinée de Solyaeku, puisque qu'elle s’éclipsèrent quelques heures suivant son réveil. Ravie, la fëalocë se dirigea à La Flèche, pour aller chercher les ouvrages qu'elle devait retravailler. Récemment, elle avait trouver un petit emploi, qui consistait à redessiner les vielles illustrations défraîchies par le temps. Souvent, ses models étaient trouvables dans le Kaerl, ce qui simplifiait beaucoup sa tache. Mais parfois, il arrivait qu'elle doive sortir à l'extérieur. Et cette fois-ci fut l'une d'entre elles.

On avait confié à l'aspirante un ouvrage sur la fabrication de bijoux et armes simples. Le problème... c'était que la forge du Màr Luimë n'avait pas ce type de commande à remplir en ce moment. Donc, elle se voyait dans l'obligation de sortir, pour aller aux forges de Lòmëanor. Intérieurement, ce ne fut pas l’excitation qui la submerge, étant donné que le souvenir de sa dernière visite était encore très frais dans sa mémoire. Elle avait un peu honte de son acte, mais elle s'était tout de même bien amusé avec cet ardente. Mais elle ne le referait plus jamais. Jamais.

.:: * ::.


Avec chance, Andaranielle réussit à trouver un aimable chevalier noir qui la transporta jusqu'à sa destination. Le remerciant, elle le quitta en se dirigeant vers l’afflux de la foule. Pendant plusieurs secondes, elle s'était figée, terrorisée par tant de gens dans si peu d'espace. Son sixième sens la mettait en alerte constamment, la stressant comme une poule allant à l'abatoire. Mais, elle réussit à se reprendre et à trouver du courage pour se plongé dans la mêlé.

Pendant près d'une heure, elle chercha la forge proposée par l'un des archivistes, sans grands résultats. Démoralisée, l'engloutie demanda son chemin à des passants. Nombreux l'envoyèrent balader, chose qui chauffa grandement son sang bouillant de fëalocë. Énervée, elle n'abandonna pas et trouva finalement, une personne assez aimable pour lui indiquer la bonne route, sur laquelle elle courut pour rejoindre cette forge.

Enfin! Elle arriva devant sa destination. Elle salua gentillement deux hommes qui discutaient joyeusement entre eux. Ils l’accueillirent avec sourires et compliments, puisque par un fait très étrange du hasard, la journée était très ensoleillée. Et donc, Nielle resplendissait grâce aux rayons qui rebondissaient sur ses fils d'or ambré. Gênée, elle entra rapidement pour fuir les compliments. Elle ne savait pas tout à fait comment les prendre, mais il lui coûtait d'admettre qu'elle adorait en recevoir. C'était si valorisant.

Chassant ses pensées distrayantes, la jeune blonde porta son attention sur la dame qui se trouvait là. Elle semblait.. dure et froide, mais elle dégageait une sorte d'aura qui mettait en confiance. Souriante, Anda se dirigea vers la Torhille.

Bonjour, je viens pour demander quelques renseignements quant à la fabrication de bijoux et d'armes simples. En fait, j'aimerais imager leur fabrication étape par étape, la neutre tendit le livre à la forgeronne, en lui montrant les images qu'elle devait refaire, je fais ce travail pour le Màr Luimë, donc c'est vraiment très important. Pouvez-vous m'aider?
Aoife Rothil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 12 Aoû 2015 - 23:13 Répondre en citantRevenir en haut

Après une dernière pique, Darin salua de la main son élève et s'en alla chercher à manger à une petite baraque pas loin. Aoife soupira d'un air amusé, pris son casque et ses lunettes de vol sous le bras et se dirigea vers la sortie. quand une petite blonde l'accosta d'un grand sourire pour lui demander... un cours. Haussant un sourcil, la Torhille attrapa le livre qu'on lui tendait et le feuilleta. Hum. Un vieux livre de technique. Mais sérieusement, qui avait eu l'idée bizarre de d'associer les dagues, main gauches, poignard et autres couteaux améliorés et les bijoux? Mais bon, ce genre de vieux grimoire... Ça devait dater d'un maître un peu monomaniaque dans ces deux domaines.

Puis la petite blonde mentionna que la commande était pour le Màr Luimé et Aoife éclata de rire

"Chérie, ici presque tout le monde travaille pour les Màrs, alors à moins que tu vienne accompagné du Seigneur engloutit, C'est pas cette affirmation qui va te servir de passe droit! De plus, c'est pas dans notre intérêt d'aider le Mar à se faire ses armes lui même, quelque part!"

Malgré ses parole désinvoltes, Aoife feuilletait le livre avec sérieux. Y avait des écris intéressants dans ce livre. La formule de son acier, ici... celle de son bronze... C'était pas les proportions qu'elle avait en tête. Ce serait intéressant d'y jeter un œil approfondis. Oh Et là, il prétendait pouvoir faire 18 couleurs d'or différentes. Et distinguable. Hum. Le petit vantard...

Un Forgeron passa, bousculant presque Aoife au passage.

"Hum, on gène, ici. Viens, allons à la Vouivre, qu'on discute de ça autour d'une table."

La céleste guida l'engloutie vers la célèbre taverne, choisis une table un peu au calme (et loin des bardes). Bien sur, elle aurait put l'emmener dans une des salles de réception client de la forge, mais franchement, elle avait faim, après une matinée de Forge. Elle commanda deux menus du jour à la serveuse et étala le livre entre elles.

"Bon. Ce dont ton livre a besoin, c'est plus de schémas techniques que de d'illustration, tu en es consciente, non? Je pourrais te faire chaque étapes devant toi que ça t'aiderais pas trop. Certaines figures sont vraiment dans un sale état et les annotations sont illisibles. Faudra retrouver dans le texte tout ce qu'il faut pour chaque chose..."
Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 15 Aoû 2015 - 06:38 Répondre en citantRevenir en haut

Les propos de la torhille aurait normalement blessé l’orgueil de n'importe qui. Tous sauf notre Andaranielle, qui ne fut insultée que par un seul et unique terme dans cette phrase.

Chérie !?

La fëalocë la fixa comme si elle avait dit la chose la plus incongrue qui puisse exister en ce monde. Non, mais. Chérie. Elle ne s'appelait pas chérie, par Solyae ! Elle n'avait pas lutté pour pouvoir avoir sa propre identité pour qu'au final on l'appelle avec un sobriquet aussi... stupide. Avec un sourire forcé, elle s'adressa à la forgeronne.

Je vous prierais de ne pas m’appeler chérie, elle cracha le mot comme si il était une ordure bonne à jeter.

La Dame feuilletait le bouquin avec un sérieux que l'aspirante n'aima pas. Ce livre appartenait au Màr Luimë, elle n'avait aucun droit de le lire. La seule et unique chose qu'elle devait, c'était accédé à sa demande ou pas. Simplement. Sans lire ce qui ne lui était pas réserver. La céleste ne semblait pas s'en gênée par contre, ce qui lu valut un regard méfiant de la part de Nielle.

Un autre forgeron passa entre elles, manquant de bousculer sa vis à vis, ce qui ne déplut absolument pas à la neutre. Elle réussit tout de même à retenir son petit sourire moqueur pour écouter ce que la chevalière disait.

Si vous le dites, je vous suis.

Elle marcha juste à côté de la Dame, plus par crainte pour le livre que celle de la perdre dans la foule. Finalement elles arrivèrent à la dite célèbre auberge. Anda s'installa en face de la forgeronne et refusa le menu qu'elle rendit à la serveuse. Elle n'était pas ici pour manger. Elle était ici pour travailler. Justement, elle tenta de suivre ce que la céleste lui disait mais elle n'y comprenait rien. En soupirant elle parla.

Et toi, tu es consciente que je n'ai absolument aucune idée de ce dont tu parles ? Je vais te réexpliquer mon travail : la seule et unique chose que je dois faire, c'est refaire les illustrations déjà présentes. Je n'ai aucunement le droit de modifier quoi que ce soit du livre, puisque je ne l'ai pas écris de ma main. Je ne cherche pas à en comprendre non plus le contenu, je dois simplement refaire ce qu'il y a à refaire.

Elle posa une main sur le livre et le tira vers elle pour le remettre en sécurité entre ses bras.

Ce que je veux savoir, c'est si tu peux m'aider à trouver des models pour que je puisse avoir une base fiable pour mon dessin. Si ce n'est pas le cas, j'irais voir ailleurs. Des forges, il y en a d'autre à Lòmëanor.

La petite fëalocë avait parlé d'une voix ferme, mais polie. Elle prenait son travail très au sérieux et elle ne souhait ne pas décevoir les archivistes en ratant une tâche si simple.
Aoife Rothil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 18 Aoû 2015 - 18:52 Répondre en citantRevenir en haut

La Neutre ressemblait à un chaton en colère, quand elle protestait contre le petit nom que lui avait donné Aoife. Mais diplomatie, tout ça, celle ci retint le rire qui lui montait à la gorge.

"Ne te fâche pas, ce n'est pas méchant. Bon, si je dois pas t'appeler comme ça, comment tu veux que je t'appelle? Moi c'est Aoife."

Absorbée par le manuscrit, elle ne vit ni l'agacement de sa cliente à la voir feuilleter l'ouvrage, ni sa satisfaction à la voir être bousculée. Ce qui était une bonne chose puisqu'elle ne prit ainsi pas le mors aux dents tout de suite. A la place, elle l'invita courtoisement à continuer leur entrevue autour d'un repas courtois... Que sa vis a vis lui renvoya discourtoisement à la gueule. Aoife fit de son mieux pour ne pas s'en vexer, mais honnêtement, se faire renvoyer son hospitalité à la gueule de la sorte, ça piquait un peu. Elle se força au calme, expliqua ce qu'elle devrait faire et laissa la jeune fille commenter...

Bon. Manifestement la gamine avait rien compris. Peut être Aoife avait elle été trop loin dans les termes techniques. Peut être. Elle ferma les yeux une seconde et repris d'une voix aimable :

"Écoute, je ne te parle pas de modifier quoi que ce soit mais justement de restaurer le livre au mieux. C'est un livre de forge, prévu pour pouvoir être consulté en plein travail. Les dessins contiennent les indications importante de couleurs ou de quantités à ajouter. Ici, regarde: "cf figure 46", le texte renvoie aux figures et les figures au texte. Si tu fait juste de belles images, aussi parfaites soient-elles, ce sera incomplet par rapport à ce qu'a écrit l'auteur. On t'as jamais expliqué que pour reproduire un travail il faut le comprendre."


Mais son interlocutrice n'était pas vraiment d'humeur compréhensive. Une dernière salve de récrimination et un arrachage de livre plus tard, la neutre eu d'ailleurs raison des réserves de patiences d'Aoife.

"Bon, écoutez jeune fille. Je vous propose une restauration correcte de ce livre. Tout bon professionnel vous proposera la même chose que moi. Après, si ça vous plaît pas, barrez-vous, j'en ai rien a faire."
Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 8 Sep 2015 - 03:12 Répondre en citantRevenir en haut

Andaranielle.

Après une courte hésitation, elle accepta de donner son prénom.

Mais un quelconque diminutif me va très bien aussi, si la longueur de mon prénom vous embête.

C'était une phrase toute faite qu'elle sortait depuis des années et des années. Peu de gens de son ancien village avait tenté l’effort d'utilisé son prénom complet, préférant l'appeler « Anda » ou « Nielle ». Parfois même Laha dans certains cas. Ça l'irrita beaucoup, à l'époque. Un peu moins aujourd'hui, tant qu'on utilisait un terme respectueux à son égard, ça lui allait. Mais elle préférerai toujours et de loin, qu'on l'appelle par son nom complet.

Elle ne remarqua pas vraiment l'indignation de la forgeronne quand elle refusa la repas. De fait, il lui avait semblé naturel de vouloir refuser. Elle n'avait pas spécialement faim, autant ne rien gaspiller. Peut être était-ce sa manière faire qui l'avait vexé … L'aspirante s'en senti un peu mal, mais ne dis rien, surveillant le précieux recueil.

Andaranielle écouta aussi ce que lui disait la chevalière. Elle regarda ce qu'elle lui pointait en tentant désespérément de comprendre ce qu'elle lui expliquait. CF Figure 46 ? Du charabia, oui ! Ce fut à ce moment qu'elle en eut un peu assez et qu'elle arracha le livre des mains de la Dame. Elle lâcha ses propos, auxquels la thorille répondit durement.

Et ils firent réfléchir la petite fëalocë. Elle devait très certainement avoir l'air d'une gamine idiote … L'aspirante se senti vraiment stupide à ce moment. Elle n'était pas professionnelle, cette céleste avait raison … Se réinstallant doucement, elle reposa le livre entre elles.

Pardon … c'est la première fois que je fais ça …

Elle murmura la dernière partie de sa phrase. Elle se sentait terriblement honteuse à ce moment même. Ses humeurs se jouait d'elle ces derniers temps, la faisant réagir comme elle ne réagirait pas normalement. Ce n'était pas un excuse, mais il fallait reconnaître que sa nature ne lui facilitait pas la vie ces temps-ci. Timidement, elle s'adressa à sa vis-à-vis.

Pourrais-tu me réexpliquer ce que tu as dit plus tôt ? Avec des mots que je pourrais comprendre, s'il-te-plaît ?

L'engloutie sortit son cahier à dessins, prête à noter et à gribouiller.
Aoife Rothil
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 4 Oct 2015 - 17:30 Répondre en citantRevenir en haut

"Andaranielle, ok."

Ouais genre elle allait utiliser un diminutif... Vu la réaction de la gamine a un petit nom gentil... Elle trouvait le chaton en colère mignon, mais c’était pas une raison pour jeter de l'huile sur le feu.

Cela dit, le chaton finit par épuiser sa patience. C'était un chaton fichtrement borné... et ignorant des choses de la forge. Il fallait qu'elle soit bonne dessinatrice, sinon quel intérêt de confier le boulot à cette fille... Mais bon, elle essayait. La jeune femme soupira et accepta le mea culpa de la gamine:

"Ok, c'est pas grave, juste la prochaine fois demande moi des précisions au lieu de t'insurger. Je pensais que tu connaissait un peu le milieu pour avoir ce livre en main et que tu connaissait ce type d'ouvrage."


Sur ce, le plat du jour de la céleste arriva. La forgeronne eut alors un instant d'hésitation. Il n'était pas très correct de manger devant quelqu'un mais... ben elle avait proposé à la jeune fille, quoi. elle allait pas ce punir de son refus quand même... Allez, elle allait manger! Elle repoussa le livre vers Andaranielle et laissa la serveuse poser une superbe salade composée avec plein de chèvre chaud dessus. Miam.

"Le texte explique comment faire les choses. Les détails de certaines procédures, etc. Vois ça comme une recette de cuisine. Tu cuisines? Dans le texte, y a les proportions, le nom des gestes, etc. Sur les illustrations, il est dessiné a quoi ce dois ressembler. Les Cf X, c'est des petits détails sur la figure X."

La Forgeronne saisis un des toast de chèvre chaud de sa salade et illustra ses paroles:

"Tu vois ce toast? Y a une tranche de pain, sur laquelle on met une cuillère de miel et au dessus un petit chèvre, ensuite on passe ça au four. Si je devait en faire un schéma, je dessinerais les trois ingrédients dans le bon ordre et une flèche vers le four. Comme Ca, si je suis cuisinier, en plein rush, je peux regarder, en une seconde je sais ce que je dois faire. Dans le texte, y aura sans doute les proportions exactes, le type de pain ou de fromage à utiliser, des tas de choses sur la température du four... Moi si je veux me faire une tartine, je vais lire le texte, choisir mes produits, les préparer et me mettre a la cuisine avec mon schémas devant moi."


La torhille mordit dans sa tartine, bien équilibrée entre le sucré du miel et le salé du chèvre, un délice, puis continua.

"Bon, pour un truc aussi simple qu'une tartine, t'en a pas besoin, mais dans la réalisation de... d'une dague damassée ouvragée par exemple, tu vas pas retenir par cœur les 800 étapes du premier coup. C'est là que ce genre de schémas sont très pratiques. Tu vois ce que je veux dire?"
Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 31 Oct 2015 - 04:19 Répondre en citantRevenir en haut

L'aspirante se sentit rougir légèrement. Cette première expérience venait de lui faire prendre une chose importante en compte : connaître son sujet. Sinon, elle passait – comme maintenant – pour une belle idiote ignorante et fatiguante. Elle eu un petit soupir et le réflexe de pencher la tête pour faire tomber des mèches d'or ambré devant son visage et le caché aux regards jugeurs. Comme elle avait hâte d'en finir...

Le plat de la chevalière arriva, et la petite fëalocë perçu une hésitation de la part de celle ci. Autant grâce au visage de la torhille, qu'au sixième sens un peu trop développé de la blonde, ce mal-aise ne fut passa inaperçu aux yeux de la dessinatrice, qui n'en comprit absolument pas la cause. Quoi, ce n'était pas ce qu'elle avait commandé ? Haussant un sourcil dans l'incompréhension, Nielle se tut néanmoins, ne souhaitant pas vraiment se mêler de ça. Si elle n'aimait pas son plat, c'était son argent qui était perdu.

L'engloutie accueillit le livre tandis que la céleste dévorait avec enthousiasme son repas. Ah, finalement elle lui plaisait cette salade. Elle eut à peine le temps de secouer sa tête de manière négative à la question de cuisine qu'elle passait déjà à ses explications. Chez les Sédrinak, c'était Élandre qui préparait les repas en temps normal, mais le plus souvent ceux que Laha préférait jadis. Or, la fëalocë ne les aimait pas tous et ne mangeait pas durant ces moments, attendant la nuit pour que son frère lui fasse gentillement autre chose. Rapidement elle se dit que ce ne serait pas une mauvaise idée d'apprendre puisque Kaân ne pouvait pas venir au milieu de la nuit au Màr Luimë pour lui faire à manger.

Anda reporta son attention sur les explications de la forgeronne. Hochant la tête pour montrer qu'elle suivait à peu près tout ce qu'elle disait, il y avait néanmoins un petit froncement au niveau de son front trahissant son certain niveau d'incompréhension. Ce fut quand elle agita son toast et le prit pour exemple que tout s’emboîta dans l'esprit de la blonde.

Elle sortit son cahier à dessins et l'ouvrit à une page vierge pour se faire des annotation rapides à sa manière. Des sortes de formes qui finissaient par devenir des petits dessins tout bête que l'aspirante comprenait dans la seconde. La seule autre personne à aussi bien saisir son système était Ange, qui l'avait regarder faire des heures et des heures durant.

Elle finit par sourire quand sa vis à vis eut terminer ses explications

Oui ! Très bien même. Donc en fait, je devrais dessiné les étapes en ordres et mettre des sortes d’agrandis de certains détails importants. Ça semble parfaitement faisable.

Pendant quelques minutes, elle tourna rapidement les pages de son cahier pour jeter un coup d'oeil à ses autres dessins et voir si elle pouvait continuer d'elle même. Elle réalisa que non, et bouda un peu en fixant un des traits cireux d'un des milliers de portraits de son frère, de la page où elle s'était arrêter. Relevant ses yeux sur la célestes et demanda timidement.

Tu penses que tu pourrais me montrer rapidement certains détails ? La réalisation est parfaitement décrite en mots mais elle ne me dit absolument rien en image, et mes dessins seront très mauvais s je ne me base sur rien...
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:21 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu