Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Les oiseaux volent, les hommes tombent. Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Nechama Sa’El Han
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 6 Avr 2015 - 14:01 Répondre en citantRevenir en haut

Heryn, tu m’avais donné le droit à un sorcier tué et jeté par-dessus le kaerl… remember ? :p Moi… oui !


Début Flarmyaku 918



Le soir du banquet, tout le monde avait été fort occupé. De nombreuses choses avaient eu lieu et Nechama ne se sentait point de retourner dessus. Cela avait été horrible pour lui tant la harpe chantait à chaque occasion, à chaque rencontre, à chaque marche passée. Chacune des bouchées de cette nourriture lui apparaissait avec le gout de cendre…. Les sons émis, les musiciens, l’hypocrisie, l’envie du sang. Nechama avait envie de prier, ce soir… Mais ce n’était point possible dans sa chambrée : Meccaya pouvait entrer. Alors, l’inquisiteur était apposé contre sa douche. L’eau le calmait et il pouvait prier doucement, les yeux fermés. Ici, personne ne viendrait l’ennuyer… enfin sauf Morgain. Mais elle était allée se coucher.

En sortant, Nechama s’attendait presque à la retrouver devant la porte. Mais ce ne fut point le cas : elle était bien couchée, sage. Se glissant le plus silencieusement possible dans sa chambre, Nechama vit la rondeur sous les couvertures de son lit. Pauvre petite… elle s’était bien accomodé à son arrivée. Un jour, l’inquisiteur devrait parler à son maitre… un jour. Mais point ce soir, celui-ci serait offert à la prière silencieuse.

Au bout de presque trente minutes, Nechama remarqua cependant que sa sœur… ne bougeait quasiment pas. Pris d’un doute, il regarda un peu de coté et ne put observer la chemise –une des siennes- que Morgain affectionnait tant. Pourtant, elle s’endormait toujours avec… Doucement, il glissa sa main sur la couverture, la redressant… pour trouver un oreiller sous celle-ci. Nechama se redressa avec stupeur : était ce fait exprès ou non ? En tout cas, Morgain n’était pas dans la pièce ! Meccaya ? Nechama se rua dans la chambrée de son cousin –enfin, il en défit assez rapidement la serrure- et ne vit ni l’un ni l’autre. Possible qu’ils étaient dehors… mais cela n’était point une bonne idée non plus ! Les tavernes étaient remplies, les ivres déambulaient dans la rue et Morgain et Meccaya avaient la capacité unique à s’attirer des ennuis…. Les deux ensembles : il était aisé d’imaginer ce qui pouvait leur arriver. Même un pot de fleur était un danger pour eux ! Mais ça, c’était une autre histoire….

Nechama s’habilla de façon sombre avant de se rendre compte que la mallette qu’il avait employée pour ses affaires d’inquisiteur était ouverte. On y trouvait encore l’ouvrage qu’il avait trouvé à Loméanor… son regard glissa sur la bague qu’il avait acheté à cette occasion : Nechama se promit d’aller voir quelqu’un pour la lui retirer…. Elle était trop serrée. Rien de bien grave au fond, en était sûr Nechama. Il ne manquait point le livre de prière, ses fioles étaient là… ses armes sacrificielles aussi… qu’avait donc pris sa sœur ? Et avait elle prit quelque chose ? Qu’importait… il la retrouverait : il n’avait pas le temps de faire l’inventaire et, la main de sa sœur avait retiré l’ordre de la malle. Nechama prit quelques fioles, ses armes, et sortit. Nechama les portait tout le temps, tant qu’il n’était pas en apprentissage. C’était là le cas.

Il déambulait dans les couloirs : la lune illuminait le kaerl, le rendant envoutant. Il y avait bon nombre d’individus un peu partout, parlant de toute et de rien, mais surtout des évènements du banquet. Qu’importait Nechama ! Ne sachant trop où chercher, il suivit le vent, émissaire sans aucun doute du Rêveur dans sa quête. Celui-ci l’amena vers les jardins…. Plus on s’en approchait, moins il y avait de monde. La plupart de l’assemblée se réunissait vers la Grand’Place. Il était déjà venu en ces lieux pour retrouver Asulil… mais à ce moment là, sortir la nuit était interdit… et finalement, moins dangereux pour une jeune fille… Mais elle n’était point là. Cependant, son arrivée dans les jardins permit de la voir : elle était assise le long d’une des remparts du kaerl, à quelques mètres en hauteur de là.

Nechama couru vers elle, grimpant les escaliers sans trop de mal heureusement. Il n’avait encore jamais été sur ces remparts. Le vent qui s’y engouffrait semblait vouloir projeter les gens, mais le gardien faisait en sorte d’en empêcher le risque. Sa maitresse le lui avait expliqué, c’était le gardien qui veillait sur le kaerl… Cependant, Nechama en avait parlé avec un autre aspirant : si on jetait quelque chose, cela tombait… La magie du gardien, une magie ancienne des dragons… offerte par le Rêveur. Elle était tellement plus puissante et pure que celle offerte par Lom aux sorciers !

L’ondin finit par apercevoir sa sœur et avança en sa direction... Il n’y avait personne autour d’eux… car ils étaient à deux. Oh, l’individu qui l’accompagnait était tout le contraire du neishaan en plusieurs choses. La première était qu’il était de nature humaine, que ses cheveux et ses yeux étaient sombres. Et qu’il aurait pu avoir l’air sympathique s’il n’avait pas été ivre, et en train d’approcher son visage de celui de Morgain… Allait-il l’embrasser ?

Il était si proche ! Mais Nechama, qui arrivait dans le dos de l’homme, se fit remarquer –et ce n’était pas bien compliqué vu qu’il n’y avait vraiment personne autour !-. Suffisamment proche, il entendit que l’homme avait fait une tentative de séduction envers sa petite sœur en la comparant à une fleur… mais même l’inquisiteur avait trouvé la phrase grasse, minable. Oh, s’il ne s’agissait pas de sa sœur… ça aurait quand même était minable. Mais il était ivre, cela aurait été pardonnable… s’il n’avait pas continué sur une phrase vantant des capacités magiques. Un sorcier qui plus est ?!?

Bonsoir…

Ce fut tout ce que Nechama déclara à l’homme qui le fixait avec un air mauvais.


Je l'ai placé aux jardins car c'est de ce coté là que sont les remparts sur lesquelles nous nous trouvons...
Publicité





MessagePosté le: Lun 6 Avr 2015 - 14:01 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Morgain Gloic Sa'El Han
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2014
Messages: 34
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 12
Race: Neishaane - Fëalocë
Maître: Reynald d'Amberle
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 24 Avr 2015 - 16:17 Répondre en citantRevenir en haut



Le bruit de l’eau s’écoulant au loin aurait presque pu la bercer. Echouée sur le lit (celui de son frère, à défaut d’être le sien, mais qu’importe la possession d’un objet unique pour deux êtres si proches ?), la jeune fille contemplait extatiquement le décor autour d’elle, s’englobant dans les couleurs et les formes de son environnement. Elle était vêtue de la chemise qui ne l’avait jamais quittée depuis le départ de la demeure familiale, et déjà la nuit l’appelait, murmurant à ses oreilles mille promesses. Indolente, sa tête pivota et ses yeux accrochèrent la porte derrière laquelle son frère était occupé.
Ce n’était pas drôle.
Lentement, un sourire s’afficha sur les traits de la demi-sang tandis qu’elle se redressait. Elle s’appliqua ensuite à tirer draps et couvertures du lit, dégageant un espace, puis y entassa soigneusement oreillers et autres coussins, avant de rabattre le tout dessus. Quelque part, au creux de ses souvenirs embrumés, on lui avait un jour fait cette farce. C’était un de ses bons jours, et elle l’avait bien pris. Cela ne pouvait donc être qu’une blague amusante.
Ayant pris soin de lisser le tissu des couvertures, elle fit ensuite le tour de la chambre.

Il était vrai que celle-ci avait perdu de sa forme originelle depuis son arrivée, et précédemment celle de Meccaya, mais elle n’en regorgeait pas moins d’objets intrigants (et que la jeune curieuse s’évertuait à extraire de l’oubli, malgré ce qu’en disait son aîné) ! Rien n’enthousiasmait plus Morgain, en effet, que de fouiller dans les diverses étagères et autres recoins oubliés de la pièce. Quelques heures après qu’elle ait pénétré l’endroit pour la première fois, elle avait fait maintes trouvailles, et la fatalité voulait que les nombreuses tentatives de rangement de Nechama ne la poussaient que plus dans ses investigations. Ainsi, elle était à nouveau en train de fureter en quête de trésors.
Là ! Egarée près du bureau, entre les piles de livres et les plumes renversées ! Trônant sur des vêtements jetés au hasard, elle était là : la mallette. L’ingénue la connaissait bien pour avoir souvent observé son frère l’ouvrir et utiliser les instruments qui y étaient contenus, caressant de ses doigts blancs les lames et autres aiguilles. Presque religieusement, elle s’agenouilla devant elle et en souleva le couvercle. Ils étaient là, tous. Impatients.

Songeuse, elle en effleura certains, fit le contour d’autres, puis finit par en choisir un, avant d’hésiter. Ce n’était guère prudent dehors mais, enfin, quel jeu avait de l’intérêt dans un espace aussi clos ? Hochant la tête avec détermination, elle prit donc une fine dague glissée dans son fourreau auquel était attachée une lanière de cuir. Cette dernière fit plusieurs fois le tour de la cuisse de la jeune fille sans mal, étant assez longue pour le corps d’un homme après tout, et, ainsi parée, Morgain s’empara du chandelier qu’elle avait saisi quelques secondes plus tôt. Affublé de trois bougies, celui-ci servait généralement aux cérémonies sacrées de purification. Une à une, elle les alluma, puis s’apprêta à quitter les lieux… Avant de se chausser. Il pouvait faire froid, tout de même.

Au-dehors, de vives lumières éclairaient les lieux alimentés par les chants et les rires des habitants du Mar. Le banquet flottait encore dans les cœurs, et à ses narines parvinrent les effluves festives de la bière et de l’hydromel. Elle sourit. Au milieu de la populace, elle ne serait pas facile à trouver ! La cadette des Sa’El Han s’aventura donc entre les échoppes de la Grand’Place où l’animation était encore forte. Ici et là, de petits groupes bavardaient, des ménestrels jouaient et des couples dansaient en cadence auxquels elle se joignit parfois, le candélabre à la main. De sympathiques personnes lui offrirent un verre, cependant elle fut au regret de décliner l’invitation, car elle était en pleine partie de cache-cache. A ceci, certains rirent bêtement en se poussant du coude, et elle les fixa avec mépris. N’était-on jamais assez jeune pour jouer à cela ? Elle s’écarta donc, non sans s’être servi en pâtisserie, et flâna jusqu’à ce qu’un inconnu n’accourt jusqu’à elle. Elle cherchait alors où elle pouvait se cacher jusqu’à ce que Nechama la découvre.

Aussi, si l’homme se présenta, elle ne prêta guère attention à ses paroles, et ne remarqua qu’il était là que lorsqu’il posa la main sur son épaule. N’avait-elle pas froid, vêtue d’une simple chemise, avec le vent qui régnait ? Elle haussa les épaules et lui sourit. Le froid ne l’avait de toute façon jamais affectée, répondit-elle. Elle ajouta qu’elle cherchait un bon endroit et fut au comble de la joie lorsqu’il lui proposa son aide. Un nouveau compagnon de jeu ! Riant, elle glissa son bras sous le sien et déclara qu’elle le suivrait. A son contact, elle sentit sur lui le parfum de l’alcool, mais ne s’en offusqua pas. Elle aimait les fêtes.
Ils se mirent donc à marcher ensemble, échangeant en un dialogue digne des plus grandes prophéties ténébreuses : elle, l’écoutant à moitié et lui répondant par énigmes, et lui, tentant de la comprendre et d’aligner deux mots corrects syntaxiquement.

« Oh ! Regardez, un jardin ! N’est-ce pas magnifique ? » Le coupa-t-elle alors qu’il lui semblait qu’il parlait de la couleur de ses yeux.

L’aspirante s’écarta un instant de son courtisan pour aller humer telle ou telle fleur, papillonnant de l’une à l’autre, citant le nom de certaines d’entre elles et en inventant quelques-uns. L’homme saisit alors sa main en lui proposant d’aller voir le jardin de plus haut, il serait plus agréable ainsi, et sa structure était encore plus belle depuis ce panorama. Il fallait qu’elle voit ça !
Il n’en fallut pas plus pour que Morgain le suive, attirée par la perspective d’une toute nouvelle découverte, et pour qu’ils se retrouvent sur les dits remparts, assis, à contempler les merveilles de la nature en contrebas. Intarissable, la sang mêlée se mit à babiller sans interruption, ignorant les quelques compliments qui lui était servis. Face à sa comparaison à une fleur, elle n’eut qu’un rire plein de naïveté.

« Mais enfin, je ne pousse pas dans la terre ! »

Puis reprit :

« Comme c’est ravissant ! Il y a plus de plantes que chez moi, mais à la maison nous avons aussi un potager que Mère cultive, et puis… Oh, une fontaine ! Peut-on y faire des souhaits ? Nous devrions essayer ! Avez-vous un sou sur vous ? Vite, all… »

Alors qu’elle se tournait vers lui, la main de l’inconnu se glissa dans sa chevelure, lissant en arrière les quelques mèches fauve qui voletaient jusqu’alors devant ses yeux. Sa voix résonna soudain à ses oreilles, basse et profonde.
« Nul besoin de cela, j’exaucerai tous tes souhaits grâce à mes nombreux pouvoirs… »
Muette de stupeur, elle vit son visage s’approcher du sien. La terreur la gagna. Par le Très Haut ! Lom s’était joué d’elle ! Tout son corps se mit à trembler, tandis qu’à chaque seconde son souffle approchait sa bouche. Allait-il aspirer son âme ? Elle qui était tellement heureuse de voir ces lieux pour la première fois, qui pourrait ensuite les montrer à Nechama… Nechama ! Son frère ! Son regard accrocha le sien au moment où sa silhouette se dressait derrière le sorcier, derrière l’ennemi qui avait voulu se servir de sa faiblesse !

« Bonsoir… »

Le regard du sorcier sur elle s’assombrit de mécontentement et il se retourna brusquement vers l’ondin. De son côté, le cœur tambourinant dans sa poitrine, Morgain tremblait encore, mais de soulagement. Il l’avait trouvée. Il était venu à son secours. Il la sauverait. Puis, elle songea aux nombreux pouvoirs que l’homme avait invoqué précédemment… Les yeux rivés sur Nechama, elle sentit des larmes glisser sur ses joues. Etait-il en danger ? Allait-il mourir ? En un éclair, elle eut la vision de son corps froid et mort, puis ressentit l’amertume de l’abandon de ce qu’elle chérissait le plus au monde.

« Non ! »

Son cri fut englouti par le vent en même temps qu’elle se jetait sur l’impie, enserrant son cou de ses bras et sa taille de ses jambes, et ce de toutes les maigres forces qu’elle possédait. Stridente, elle continua d’hurler. Peu importait qu’il se débatte ou lui mette des coups, elle protégerait son frère ! Jamais elle ne le perdrait ! Jamais !

« Ne fais pas attention à lui ! Ne l’approche pas ! Je ne le pardonnerai pas ! Jamais ! Jamais ! »

Une seconde de lucidité lui permit de se rappeler qu’elle avait la dague sur elle. Luttant, elle réussit à l’extraire de son fourreau et la brandit, sa lame scintillant à l’éclat du chandelier sacré posé non loin du trio.




~ Les soupirs de la sainte et les cris de la fée ~


Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:19 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu