Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP - Flashback 902] Un destin immuable Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Stalia Hellébore
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 17 Fév 2015 - 20:50 Répondre en citantRevenir en haut

Année 902




Cybran tordit délicatement le cou de l’homme. Un neishaan au visage d’ange d’une trentaine d’années. C’était un des serviteurs de la maison Arentino, un cuisinier. La mort de cet homme était nécessaire à l’exécution du prochain contrat que le jeune ondin et son père devait accomplir. Rapidement, il dissimula le corps sous un tas de foin puis reprit sa route.

Le majordome de la demeure était de mèche avec eux et il engagerait Cybran dès que la disparition du neishaan serait connue de tous, soit dans à peine quelques jours. Une fois dans la maison, le jeune homme devrait étudier attentivement les lieux et connaitre sur le bout des doigts l’itinéraire et l’emploi du temps de chaque personne présente dans les murs. Rien de compliqué en fait, ce serait juste long et un peu ennuyeux. Dire que son père, Aegis, devrait simplement attendre en profitant du luxe de sa couverture que son fils lui rapporte les informations qu’il demandait.

Le jeune Ondin à son auberge pour faire part de sa réussite à son père et attendre tranquillement que le majordome l’appel pour lui dire qu’il était embauché. Ils n’attendirent qu’une semaine avant qu’un serviteur humain vienne pour leur porter un message plein de bonnes nouvelles. Cybran devrait se présenter au majordome dès le lendemain « pour passer un entretien » et rencontrer le maitre de maison s’il « convenait » à la tâche pour laquelle il postulait.

Dans le but de maintenir aussi longtemps que possible sa couverture, Cybran avait pris de nombreux cours de cuisine et de maintien, il avait également coupé ses cheveux et perfectionné le moindre détail.

Lorsqu’il se présenta à la maison, il était parfait, propre et bien habillé. Rien ne laissait présager que ce jeune homme de 19 ans était un redoutable tueur ayant déjà quatre ans de pratique et comptant 6 victimes à son actif. C’était une belle bâtisse, ce qui se faisait de mieux sur Ys. Une sorte de grande tour sur trois étages au toit de tuiles noires et entouré d’une grande cour où on trouvait les quartiers des domestiques, une écurie et un garage pour la diligence.

Deux gardes à la bedaine arrogante surveillaient le grand portail d’entrée. Ce fut son contact qui vint le chercher, un ondin aux cheveux gris terne et à la peau parcheminée. On avait du mal à croire que derrière cette face se cachait un homme avide de profits ayant vendu la famille qu’il servait depuis trente ans en échange de deux années de salaire. Finalement, les menaces et les cajoleries étaient des armes bien utiles si un expert les maniait correctement. Un jour il faudrait que Cybran suive les traces de son père et se décide à les employer aussi bien que lui.

- Vous êtes là pour l’entretien ? Parfait, venez avec moi.

Cybran sourit et suivit l’homme jusque dans un bureau. Une fois la porte refermée, l’ondin se retourna et dit :

- Bon, voilà ce qu’on va faire. Attendre 10 minutes puis je vous emmènerez voir le maitre. J’éspère que vous avez pris des cours de cuisine, car il vous demandera de préparer un repas. Des questions ?

- Non, je suis prêt.


Dernière édition par Stalia Hellébore le Mer 25 Fév 2015 - 12:44; édité 1 fois
Publicité





MessagePosté le: Mar 17 Fév 2015 - 20:50 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 653
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 602
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Mer 25 Fév 2015 - 12:34 Répondre en citantRevenir en haut


Keal Arentino


Keal Arentino n'était pas un homme pressé. Rhaëg pouvait tourner à toute vitesse autour de lui, les événements battre des ailes à un rythme effréné, lui restait toujours calme. Au fil des années, il avait probablement accumulé assez de sérénité pour enfin se retirer du monde de plus en plus précipité des affaires politiques. Ah, l'Ondin devait faire tâche avec sa patience et son art de prendre le temps. L'enthousiasme et l'engouement des plus jeunes avaient du bon, mais il ne fallait jamais perdre de vue l'essentiel. C'était d'ailleurs pour cette raison que Keal était toujours là.

Avec un demi-sourire, il mit de côté les quelques dossiers qui agitaient encore et toujours le conseil de la ville. Aujourd'hui, il devait s'occuper d'affaires domestiques – sinon, sa femme risquait de le geler sur place avec son regard mécontent. Et malgré son âge avancé, Keal s'estimait encore trop jeune pour mourir. L'un des cuisiniers à l’œuvre dans leur demeure avait disparu. Un mystère comme il en arrive souvent dans les maisons comme celle de la famille Arentino : une fois payé, un serviteur peut préférer s'évanouir dans la nature et recommencer une vie plutôt que de continuer à trimer sans pouvoir pleinement profiter de son argent. Tout était question de caractère, et l'Ondin ne pouvait clairement pas blâmer le fugitif.

° Hmpf, s'il servait la maison depuis l'époque de mon père ou de son père avant lui, je suis même étonné qu'il soit pas parti plus tôt. °

Quoi qu'il en soit, aujourd'hui, il recevait. Comme à son habitude, il avait prévu quelques instants pour faire plus ample connaissance avec le postulant – les verres étaient déjà sortis, et une carafe remplie d'un liquide ambré attendait sagement. Si Keal était plus aimable que son frère, il n'en demeurait pas moins un être taciturne et froid. Seul l'alcool était capable de le réchauffer. Il aurait bien rajouté « et la vue de mes enfants », mais il les fuyait plus qu'autre chose. Comme s'il avait peur de leurs grands yeux et de leurs petits bras tendus vers lui. L'image le fit frissonner, et il chassa cette idée de son esprit en appelant le majordome d'une voix tonitruante.

« Danÿs ! Arrête d'effrayer le nouveau et amène-le plutôt me voir ! »

Quelques courts instants plus tard, le visage jaunâtre du domestique apparut, et Keal ne put résister à l'envie de se moquer un peu de lui. « Voilà, c'est avec une tête comme ça que tu fais s'enfuir nos serviteurs. Ah, et frappe avant d'entrer. Pour l'amour de Solyae, où sont tes manières ? »

D'un geste las de la main, il les invita à se rapprocher. En quelques coups d’œil, il étudia rapidement la figure du peut-être futur cuisinier. Jeune, propre sur lui, le regard dur. Avec un air pareil, Keal aurait donné cher pour le voir ne serait-ce qu'éplucher des pommes de terre.

« Sois le bienvenu, jeune homme. Je suis Keal Arentino, le maître de cette maison. Je t'en prie, installe-toi. » Fronçant les sourcils, il dissuada le majordome de faire de même. Au lieu de cela, Danÿs lui apporta le plateau avec les verres et la carafe. C'était mieux. « Cela va peut-être te paraître étrange, mais j'aime faire connaissance avec les personnes que j'emploie. Il paraît qu'on est plus efficace quand on sait à qui l'on a affaire. » Il servit le jeune Ondin avec un sourire presque timide et plongea ses lèvres avec gratitude dans le rhum.

« Bon, allez, commençons. Raconte-moi un peu ta vie et pourquoi tu es là aujourd'hui. »



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Stalia Hellébore
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 2 Mar 2015 - 13:06 Répondre en citantRevenir en haut



Cybran se tenait là, debout devant un homme pour le moins charismatique. Le majordome lui avait fait un portrait parlé assez précis, mais il semblait avoir omis le moment où le maitre se moquait de lui ouvertement. L’ondin comprenait bien, ce n’était pas évident pour les gens d’être le bouffon d’un autre. L’homme, Kael, eu l’air surpris de le voir. Il faut dire que physiquement, Cybran tenait plus du garde du corps que du cuisinier. Mais qu’importe, le jeune homme se sentait prêt à répondre à toutes les questions. Pendant des heures, lui et son père avaient créé une histoire ficelée et invérifiable.

- Seigneur Arentino, je vous remercie de votre accueil en cette belle journée. Mon histoire est bien peu intéressante, à bien des égards, mais puisque vous me posez la question, je tacherais de répondre de mon mieux à vos attentes.[/b]

Ce ton policé était une grande fierté de Cybran, depuis son enfance, il travaillait à mentir pour se faire passer pour un homme de bonne culture. Dans un sens, c’était vrai, son propre père avait toujours tenu à ce qu’il se montre exemplaire dans la vie courante, car c’était le meilleur moyen de se fondre dans la masse et de ne pas attirer l’attention :

- Je suis né ici même, en 884, ma mère est morte en couche et j’ai donc grandit seul avec mon père, il était cuisinier dans un petit restaurant du port. « Le vent d’été », j’ignore si vous connaissez cet établissement.

Le restaurant en question avait malencontreusement brûlé quelques semaines plus tôt et causé la disparition d’une bonne partie du personnel. C’était l’œuvre du jeune ondin, certains diraient que c’est beaucoup de mort pour l’exécution d’un contrat mais Cybran rétorquerait que la disparition de la famille Arentino le ferait vivre comme un prince pendant une bonne année.
Le vent d’été était réputé pour sa cuisine ondine, c’est la raison qui avait poussé le tueur à choisir cet endroit comme couverture. Cybran sourit et reprit son pieu mensonge :

- J’ai donc servi comme apprenti pendant quelques années et ça faisait un an que j’étais titulaire quand un incendie s’est déclaré il y a quelques semaines. J’ai eu de la chance d’en réchapper et quand votre majordome a lancé une annonce, je me suis dit que je ne retrouverais pas d’autres offres de travail dans un aussi beau milieu alors me voilà.

Cybran trempa ses lèvres dans le verre qu’il tenait depuis le début de la conversation. C’était un bon mensonge, mais il se devait de faire mieux que cela. Aussi, il revint à la charge :

[b]- Je sais que je n’ai pas la tête d’un cuisinier, les gens pensent souvent que je suis garde du corps, mais si vous avez le moindre doute, je suis fortement disposé à répondre à la moindre de vos questions, sur ma vie et dans le domaine culinaire. Il est évident que j’accepterais de me plier aux épreuves auquels vous jugerez bon de me soumettre.


Il ne pouvait que difficilement faire mieux, si le seigneur ondin jugeait que Cybran ne ferait pas l’affaire, il faudrait un nouveau plan d’approche.
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 653
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 602
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Dim 8 Mar 2015 - 20:51 Répondre en citantRevenir en haut


Keal Arentino


Ce jeune homme était une succession de surprises ! La manière dont il s'exprimait était troublante, surtout que son physique était plus bestial que raffiné, et Keal arqua un sourcil étonné mais satisfait. Avec un hochement de tête et un sourire, il encouragea l'Ondin à poursuivre. Pendant que celui-ci parlait, Arentino se recula au fond de sa chaise et scruta Cybran – un regard vers le parchemin lui avait rappelé son prénom – d'un œil doux et confiant. La modestie était une qualité, à bien des égards, mais Keal avait connu trop de dupeurs pour vraiment y accorder de l'attention. Les faits étaient toujours plus parlants que les mots dans lesquels on les enveloppait.
Keal acquiesça d'un léger « hm » rêveur quand Cybran évoqua Le Vent d'été.

« Il ne m'est pas inconnu, en effet. Je m'y rendais souvent avec ma femme, quand nous n'avions pas encore une ribambelle d'enfants dans les pattes. » Il laissa s'échapper un petit rire embarrassé. « Mes compliments à ton paternel, en ce cas. »

Le sourire de l'Arentino s'évanouit néanmoins à la mention de l'incendie. Ah, oui. Il avait oublié ce détail. Il se trouvait alors à l'autre bout de l'île, en pleine négociation pour quelques bouts de terre, lorsque cela s'était produit. On avait soupçonné un attentat, s'il se souvenait bien, et il y avait eu pas mal de grabuge à cause de cette malheureuse coïncidence. Son regard s'obscurcit.

« C'est vrai, c'est vrai. Une salle affaire que celle-ci ! Mais si l'on se met à chercher des criminels pour chaque accident de cuisine, cela ne rime à rien. Je suppose que l'ennui est un poison pour beaucoup, ici, et que l'appel du complot est trop irrésistible. »

Et d'un nouveau sourire il balaya ce sujet peu réjouissant. Il y avait beaucoup mieux à faire ! Tapotant distraitement le bois de la table, il somma Danÿs de ne laisser en aucun cas leurs verres vides, simplement en fixant l'Ondin d'un air entendu. Être seigneur semblait donner quelques dons de télépathe, avec le temps.

« Je sais que je n’ai pas la tête d’un cuisinier, les gens pensent souvent que je suis garde du corps »

Keal ne put s'empêcher de rire à cette remarque, un rire grave et plein comme un bon alcool – et bien souvent communicatif. Reprenant difficilement son sérieux, l'Ondin hocha la tête.

« Soit, je te l'accorde. Au moins, on sera sûrs que la viande ne tentera pas de se faire la malle... Et plus jamais les rats ou les souris n'entreront dans la cuisine ! »

Quelques secondes de silence, et ce fut de nouveau parti. Le temps que son hilarité s'estompe, Keal se confondait en excuses, inquiet malgré tout de l'impression qu'il faisait sur le jeune Cybran. Il ne fallait pas qu'il ait l'air – désagréable – d'un bouffon, ou pire encore, de celui qui aime se moquer des autres. Il aimait rire, et les occasions n'étaient que trop rares pour qu'il arrive à s'en priver. Voilà tout.

« Bon. C'en est assez de ces frivolités, passons aux choses vraiment sérieuses. » Le maître de maison posa les coudes sur la table et se pencha en avant. « Tu dis donc avoir travaillé pour le restaurant Le Vent d'été. C'est une aubaine ! Vois-tu, ma chère épouse raffole d'un plat qui était spécialement et exclusivement préparé là-bas. »

Allons, qu'était-ce, déjà ? Peste, s'il ne pouvait pas être un bon mari, au moins pouvait-il faire l'effort de se souvenir de leurs jeunes années !

« Je vais donc te demander – non pas de me faire à manger, là, tout de suite, quand même – mais simplement de me dire comment était assaisonné votre fameux sauté de gambas en bouillon ! »

Pourquoi pas, après tout ? Certes, Keal ne s'y connaissait pas vraiment en cuisine, mais il avait plus d'un tour dans sa poche.



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Stalia Hellébore
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 14 Mar 2015 - 17:55 Répondre en citantRevenir en haut



Cybran se figea intérieurement. Il lui était impossible de déterminer si son interlocuteur le mettait au défis où s’il s’agissait d’une vraie question. Dans un cas comme dans l’autre, l’ondin devrait s’en sortir par une pirouette car il ne savait pas du tout cuisiner les gambas. Bougre d’idiot qu’il était d’avoir négligé les recettes concernant les fruits de mers et ce qu’il faisait la célébrité du restaurant qu’il avait brûlé. Première grosse erreur, heureusement que son père n’était pas là, sinon il lui collerait une belle tarte sur l’arrière du crâne pour lui faire entrer la leçon.
L’esprit du jeune homme filait aussi vite qu’il pouvait. Inventer une recette était hors de question et cela risquerait de le démasquer tout de suite. Non, le mieux était de dévoiler une demi-vérité, teintée d’un pieu mensonge et d’une touche d’humilité. Cela ne manquait jamais de caresser dans le sens du poil les patrons et matrones. L’ondin prit un sourire un navré et dit :

- C’est hélas un secret qui risque d’être perdu pour l’éternité. Ce genre de plat fin et raffiné, servit à des clients exigeants, n’est pas préparé par un jeune garçon comme moi. Comme vous l’avez justement souligné, il existe des plats uniques et bien souvent les nouveaux et jeunes comme moi sont tenus jusque dans l’ignorance de leur existence. Je suis donc navré de vous apprendre que j’ignore absolument tout de la préparation des gambas. En revanche, j’ai une bonne maitrise dans la préparation du saumon de Vaendark. Navré pour le palais de votre dame, seigneur.

C’était la seule bonne réponse possible. Il ne restait plus qu’à attendre et de voir la réaction de son interlocuteur. Durant ce court laps de temps, précédant la réponse, Cybran se mit à réfléchir aux conditions absurdes de son contrat. Il devait faire passer la mort de l’homme et de sa femme pour une attaque de brigands. L’ondin ne pensait pas que ce soit vraiment le meilleur moyen de faire passer un message, mais bon après tout, il n’était qu’un instrument, pas un décideur.

- Cependant, si vous tenez absolument à ce que je retrouve cette recette. Je peux toujours retrouver les quelques survivants de l’équipe et poser quelques questions…

Cybran savait que l’homme en face de lui comprendrait le trait d’humour un peu macabre qu’il venait de faire. Certes, ce n’était pas vraiment fin, mais au moins, l’ondin faisait preuve d’esprit.

- Plus sérieusement, je suis un cuisinier polyvalent et consciencieux à l’extrême. Comme ce doit être tout homme maniant le couteau et la poêle. N’êtes-vous pas d’accords ?
[/img]
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 653
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 602
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Ven 3 Avr 2015 - 00:41 Répondre en citantRevenir en haut


Keal Arentino


Les sourcils de Keal s'arquèrent légèrement, teintant son visage d'une légère déception qu'il s'empressa de dissimuler par un sourire entendu. Évidemment, ce Cybran était encore tout jeune – sans doute n'avait-il pas dépassé le stade de simple commis de cuisine. Mais alors, peut-être n'était-il pas le mieux placé pour occuper le poste que la maison Arentino désirait ? Bah, ne travaillait pas au Vent d'été le premier manant venu. La simple mention du plus fameux établissement de l'île apportait à elle seule un certain cachet. Keal avait d'autres choses plus importantes à penser, qui plus est. Si ces dames n'étaient pas satisfaites de son choix, eh bien, elles s'occuperaient elles-mêmes de trouver un remplaçant. Il était un homme, par Kaziel ! Pourquoi donc perdait-il son temps à parler de crevettes et de saumons alors que de nombreux conflits fonciers et territoriaux requéraient sa présence ?

Il but une nouvelle rasade de rhum et reporta son attention sur le jeune Ondin en face de lui.

« Laisse donc, ce n'est pas si grave. Mets-y donc quelques herbes, un peu d'épices et je suis sûr qu'elle s'extasiera du pareil au même ! Un peu de vin à table et elle te proposerait même d'ouvrir ton propre restaurant. »

Bon, il exagérait un peu – mais ce n'était pas si éloigné de la réalité. Son épouse s'enthousiasmait très vite et pour pas grand chose : preuve en était leur mariage. Cette pensée le fit sourire et il dut retenir un petit rire désabusé.

« Cependant, si vous tenez absolument à ce que je retrouve cette recette. Je peux toujours retrouver les quelques survivants de l’équipe et poser quelques questions… »

Keal se figea et son visage dut prendre une expression choquée l'espace de quelques secondes, avant que son hilarité naturelle ne reprit le dessus. Celui-là, il avait l'air de tout sauf d'un cuisinier ! Heureusement, le Seigneur Arentino avait beaucoup d'expérience avec les pirates et les mercenaires, et il ne se laissait plus aussi facilement déstabiliser qu'autrefois par ce genre d'humour.

« Es-tu sûr d'avoir postulé pour le bon travail ? » Désignant le majordome du doigt, il reprit : « Danÿs ici présent se fait vieux, nous pourrions avoir besoin d'une personne avec plus de poigne pour gérer notre maison et notre personnel. »

Le dénommé Danÿs passa du jaune au blanc – qui ne lui seyait pas mieux, soit dit en passant – et Keal agita les mains comme pour s'excuser.

« Je rigole, je rigole. Je suis d'accord avec toi, Cybran. Je te demanderai juste de ne pas manier le couteau trop près de moi. Ou des servantes. Nous sommes facilement impressionnables, elles et moi. Pour la poêle, fais comme bon te semble ! » conclut-il avec un grand sourire.

Vidant son verre d'une traite, il se leva soudain et frappa dans ses mains d'un air content. Il était temps de commencer le concours d'entrée ! L'Ondin fit le tour du bureau, et tendit le bras dans un réflexe poli pour inviter Cybran à quitter à son tour sa chaise.

« Finis ton rhum, nous allons passer à la phase pratique. Je pense que tu trouveras aux cuisines de quoi nous concocter un petit quelque chose. » Puis, s'approchant un peu et baissant le ton : « Ne te casse pas trop la tête, je serai le seul à goûter. »

Il lui accorda une tape sur l'épaule avant de quitter la pièce, précédé par Danÿs – qui avait eu la charmante intention d'apporter avec eux le plateau et le flacon d'alcool. Il ne fallait pas que le Maître de maison ne trouve le temps trop long, foi de majordome !



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Stalia Hellébore
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 12 Avr 2015 - 17:29 Répondre en citantRevenir en haut



C’était presque gagné ! Dans son esprit, l’ondin jubilait d’une joie sauvage, un simple plat au bon goût et il serait définitivement engagé dans cette maisonnée. C’était presque dommage que le contrat stipule que toute la famille doive trépasser. Il aurait alors simplement suffit d’empoisonner le plat et de disparaitre dans la masse de la ville. Jamais on ne l’aurait retrouvé et alors il aurait pu profiter de la récompense sans trop se poser de questions. Mais les commanditaires ne voulaient pas cela. Ils voulaient l’anéantissement total de la famille Arentino et ils l’auraient.

Cybran suivit le maitre de la maison jusque dans les cuisines, désertes à cette heure, Kael louchait sur le plateau d’alcool. Il ne devrait pas être trop attentif à la façon de cuisiner du jeune homme, car si elle donnait de bons résultats, sa façon de faire n’était pas du tout professionnelle. L’endroit était propre et richement garnie de produits divers et variés. Un plat simple et plutôt gouteux… L’esprit de Cybran eut une illumination.

L’ondin aux yeux jaunes saisit un jambon fin et commença à découper de très finis tranches dedans. Puis il posa une poêle sur un des feux et les fit griller. Durant ce laps de temps, il découpa du fromage et fit une faluche avec le pain, qu’il fourra ensuite avec le fromage, quelques feuilles de salades un peu de sauce à la saumure et puis finalement il mit le jambon grillé dedans et passa le tout quelques minutes sur la poêle jusqu’à ce que le pain soit brillant et croustillant. Dans un ultime effort, il passa un peu de thym pour parfumer encore le pain et puis remit son petit casse-croute à Kael.

- J’ai présumé qu’un vrai plat en bonne et due forme ne saurait convenir en cette situation, alors je me suis permit de vous préparer un petit quelque chose de mon invention. J’espère que vous apprécierez. Il s’agit d’un repas quasiment complet que vous pouvez manger entre deux réunions et affaires importantes.

Il ne lui restait plus qu’à croiser les doigts, Cybran avait pris un gros risque en se contentant d’un met aussi simple, mais il espérait que l’audace qu’il avait eu en ne tombant pas dans un accès de vanité lui vaudrait quelques points en plus au prêt de sa future victime. Le regard du majordome pesait sur les épaules de l’ondin. Il craignait probablement que Cybran ne se décidé à passer tout de suite à l’action et à tuer son maitre devant ses yeux. Le pauvre homme semblait craindre pour sa vie et c’était normal car une fois son maitre disparu, il ne tarderait pas à le rejoindre dans la tombe.
Alors que Keal se préparait à gouter le repas, Cybran le retint un instant supplémentaire pour prendre une bouteille de vin et lui en servir un verre. Ajoutant d’un air malicieux :

- Ce serait un sacrilège de ne pas manger du fromage et du jambon avec un bon vin rouge, n’êtes-vous pas d’accord avec moi ?
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 653
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 602
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Mar 14 Avr 2015 - 23:41 Répondre en citantRevenir en haut


Keal Arentino


D'un œil savamment désintéressé, le seigneur Ondin observait son candidat au poste de cuisinier alors qu'il se mettait à l’œuvre. Il flottait dans les sombres cuisines de la demeure un doux parfum de pain noir, de feu de bois et d'ail – qui se faufilait délicatement entre les jambons suspendus, les tresses, et quelques poissons qui séchaient là. La seule source de lumière provenait des fourneaux, se réfléchissant à l'infini sur les grandes casseroles et les marmites de cuivre. Le regard obscur de Keal ne s'attarda guère très longtemps sur la silhouette du jeune Cybran, bien plus fasciné par les nuances ambrées de son verre que par les gestes de l'autre, qui étaient de toute manière incompréhensibles pour un béotien comme lui. Dans un recoin de son esprit, il entendit la voix de sa femme faire quelques remontrances au moment où ses lèvres plongeaient à nouveau dans l'alcool. Fronçant les sourcils, il tenta tant bien que mal d'étouffer sa conscience.

Bientôt, les premières effluves parvinrent à ses narines – et Dieux, que cela sentait bon ! Malgré son apparence austère et l'obscurité de sa maison, Keal était de ceux qui savaient apprécier les petits plaisirs sensuels de la vie. Alors, quand Cybran s'approcha et lui présenta sa création, il ne put s'empêcher un petit grognement de satisfaction.

« Et en plus, tu songes au côté pratique de la chose ! Non, décidément, tu dois être une perle. » le complimenta-t-il avec un sourire qui révéla toutes ses dents.

Il allait entamer la dégustation, mais le jeune Ondin lui demanda de patienter quelques instants de plus. Keal aurait certainement pu argumenter – car, vraiment, il avait autre chose à faire. Il en fut dissuadé, cependant, quand il comprit ce que Cybran avait en tête.

« Ce serait un sacrilège de ne pas manger du fromage et du jambon avec un bon vin rouge, n’êtes-vous pas d’accord avec moi ? »

Keal contempla son cadet en silence, et fit mine de pincer les lèvres. Le silence s'étendit et s'allongea, lentement, pendant qu'il faisait tourner le liquide dans son verre et en humait l'odeur d'un air de connaisseur. D'une voix qui était devenue aussi froide que les eaux du Vaendark, le seigneur Ondin s'exprima, presque menaçant, regardant le cuisinier par en-dessous :

« Tu te moques de moi ? Ne met-on pas le vinaigre dans la salade, plutôt que dans le verre de son Maître ? »

Danÿs se tendit à vue d’œil, mais avant que Cybran ait pu dire quoi que ce soit, Keal partit d'un rire grave et tonitruant. Il enserra le jeune Ondin d'une accolade et le secoua sans ménagement, tandis que de l'autre main il tenait toujours le pain garni. Il croqua dedans avec vigueur, appréciant le croustillant de la croûte. Ah, toutes les saveurs se mêlaient en une seule, et le mélange des consistances ne rendait l'expérience que plus intéressante. C'était original, mais la maison Arentino n'était plus connue pour sa rigidité depuis que Keal, en bon hurluberlu qu'il était, en avait pris les rênes.

« Ma foi, moi ça me va très bien ! » annonça-t-il, la bouche encore pleine. « Danÿs, tu sais ce qu'il te reste à faire. »

Le majordome jaunissant hocha la tête, cachant à peine un soupir de soulagement, et Keal, car c'était une habitude dont il ne parvenait pas réellement à se débarrasser, frappa dans ses mains. Il finit d'engloutir le casse-croûte, vida sa coupe d'un trait, et se retourna vers Cybran, affichant son éternel et ineffable sourire.

« Bon, bienvenue à la maison ! Si tu n'as plus besoin de moi, j'ai quelques affaires plus ou moins urgentes qui m'appellent. Danÿs est là, sinon. »



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:43 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu