Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Une récolte compromise. Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 66
Présentation: URL
RPs: 57
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 25 Jan 2015 - 15:49 Répondre en citantRevenir en haut

Gaïaku 918.


Les runes de la Maîtresse Laéïa Lòkë étaient un apaisement fort appréciable, et Zoran pouvait désormais profiter de nuits un peu moins agitées qu'à l'ordinaire. Cependant, les vieilles habitudes ont la vie dure – alors, malgré l'aide des symboles magiques, le Fëalocë continuait de s'éveiller régulièrement au beau milieu de la nuit. Si les cauchemars étaient moindres, l'obscurité, elle, était toujours propice aux sombres pensées. Cela ne dérangeait pas le jeune Prêtre Itinérant, qui depuis son enfance avait eu le temps de s'habituer et finalement de se résigner à ce rituel de désespoir nocturne. Dans la solitude de sa couche, néanmoins, la présence réconfortante d'Arianwyn à ses côtés lui manquait quelque peu. Il lui était plus difficile de se résoudre à fermer de nouveau les paupières.

Cette nuit-là, Zoran se glissa silencieusement hors de ses draps, mit ses chaussures, se couvrit ridiculement pour la saison – Tol Orëa n'avait pas le même climat que Qahra, par Mystra ! – et fila comme une ombre à travers les Spires. Si elle apprenait cette escapade, Laéïa ne manquerait pas de le réprimander. La Maîtresse Verte mettait un point d'honneur à ce que son Aspirant profite de la nuit pour dormir – une activité au moins aussi importante que les diverses autres leçons. Le manque de sommeil n'était certes pas synonyme d'une bonne concentration. D'un mouvement de la main, il chassa ces pensées : maintenant qu'il était debout, il était trop tard pour faire demi-tour !
Il n'y avait pas âme qui vive, et le silence était étrangement plaisant. Zoran décida de se laisser porter là où ses jambes auraient la fantaisie de le mener. Il tourna dans les couloirs, descendit quelques volées de marches, traversa la Haute Salle et s'arrêta à quelques pas des immenses vitres donnant sur le Jardin d'Hiver. À cette heure, cependant, celui-ci était plongé dans la pénombre et n'avait rien de très attrayant. Subtilement, le Fëalocë sentit sa vision se brouiller et son esprit lutter contre une sorte de torpeur. Allons bon, il n'allait quand même pas tomber de sommeil au beau milieu de la Haute Salle ! Que penserait donc Laéïa si l'on retrouvait son Aspirant en train de ronfler à quelques mètres du trône ! Avec toute la détermination du monde, Zoran se pinça le dos de la main et battit des cils avant de comprendre ce qu'il lui était arrivé.

° Par tous les Dieux... °

Plus de murs autour de lui, mais bel et bien toute une végétation endormie. Avec un sourire – et sans vraiment se poser de questions – le Fëalocë se mit en marche. D'étranges fleurs, lianes, et autres plantes inconnues exhalaient, comme un soupir, des parfums inconnus et entêtants. Il faisait plus chaud ici, et le jeune homme se sentait soudainement à l'aise. S'il fermait les yeux, il aurait été cruellement facile de s'imaginer de retour à Qahra. De timides scintillements dans les ombres végétales trahissaient la présence de lucioles. Les yeux de l'Aspirant étincelèrent, et il se pencha pour tenter de mieux les observer. Après tout, au regard de Mystra et des autres Prêtres, il portait leur nom ! ° Me reconnaissez-vous comme l'un de vos semblables ? ° les interrogea-t-il silencieusement, toujours souriant.

Absorbé dans sa contemplation, il sursauta violemment quand il entendit non loin le son très reconnaissable d'une altercation. N'étaient les odeurs capiteuses qui semblaient engourdir toute capacité de jugement, Zoran aurait probablement misé sur la retraite. Au lieu de cela, il se redressa et se dirigea inconsciemment vers le lieu de la dispute. Rester éveillé devenait de plus en plus difficile, et le Fëalocë eut l'impression d'avancer comme un somnambule pendant quelques instants.

Et quand il parvint enfin à remettre un peu d'ordre dans son cerveau, il se trouvait face à face à deux personnes qui avaient l'air tout sauf en très bons termes. Les yeux écarquillés, Zoran ouvrit la bouche pour la fermer peu après, incapable de dire quoi que ce soit d'intelligent. Il eut une toux gênée.

« Je... »

Non, décidément. Rien du tout.



Publicité





MessagePosté le: Dim 25 Jan 2015 - 15:49 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Guilitane Anerovian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 30 Jan 2015 - 22:54 Répondre en citantRevenir en haut

Cette journée avait été pour Guilitane une douce accalmie, aussi avait-il décidé de sortir cette nuit. Il s’était trouvé un coin tranquille et avait passé une bonne partie de l’après-midi au pays des songes. Alors que le crépuscule s’amorçait et que la douce fraicheur de la nuit commençait déjà à envahir l’air, l’ondin était retourné aux spires et avait réuni son équipement. Il avait changé de vêtement et pris son masque puis il était ressorti des spires en faisant attention à ne croiser personne.

Aucune proie n’avait encore attiré son attention et le justicier aux cheveux platine commençait à retrouver espoir. Après tout sa ville natale n’était peut-être qu’une exception et le crime ne rongeait pas le monde entier. Mais pour s’en assuré il avait besoin de faire des rondes, ce qui lui fournissait en plus l’occasion d’avancer sur le travail que lui avait confié Dara.

Alors qu’il déambulait à l’abri du peu de lumière qui persistait dans cette obscurité un fracas le fit se retourner. Qu’est-ce que cela pouvait bien être ?

Doucement, à pas de velours, d’une démarche rendue simple par l’habitude le vagabond nocturne se rapprocha de la localisation du bruit importun. Cela avait ressemblé à une chute d’objet mais il ne pouvait en être sûr. Aussi il glissa aussi proche que possible de la ruelle d’où il lui semblait que le bruit venait et il s’osa un regard furtif. Deux chats cessèrent leurs chamailleries pour le regarder avec leurs globes luminescents.

*Décidément, j’ai perdu la main, il faudrait que je reprenne un entraînement intensif*

Détendant les épaules, Guilitane reprit son exploration en essayant de concentrer son esprit sur ses sens. Cela faisait déjà un bon moment qu’il marchait et l’heure était suffisamment tardive pour que les seules personnes qu’il soit susceptible de croiser soit des gardes ou alors des personnes qui se reprochent quelque chose.

Ainsi, lorsque l’aspirant entendit le son caractéristique d’une bourse avec laquelle on jongle, il se mit à chasser le son. Il tomba bien vite sur un pauvre homme bien mal en point, il était recroquevillé sur lui-même et semblait sangloter. Il lui manquait évidement sa bourse et Guilitane eu tout juste le temps de voir l’agresseur s’enfuir à un tournant.

L’ondin bondit à sa poursuite. Après tout la vie de la « victime » (car rappelons que rare sont les innocents à se balader de nuit sans torche dans le Kaërl) ne semblait pas être en danger et il ne voulait pas laisser filer la première proie qu’il avait.

Tentant de deviner son chemin Guilitane prit un raccourcis et il intercepta le fuyard. Du moins c’est ce qu’il pensait car celui-ci grimpa à un mur et se jeta dans le jardin d’hiver. Grossière erreur car Guilitane le retrouva sans s’essouffler et le bloqua contre un mur.

«-Je vous jure j’ai rie…
-Je te conseil vivement de ne pas finir cette phrase, la lame que tu aperçois n’est pas un jouet et je n’aime pas vraiment être pris pour un idiot.
-Mais c’est vr… »


Guilitane avait resserré son étreinte sur la gorge du malotru avant de le relâché. A quatre pattes il essayait de reprendre son souffle tout en hoquetant.

« -J’ai trouvé l’homme… Par terre, sa… Sa bourse à côté de lui… Les pièces étaient éparpillées par terre. Je le jure !
-Tu voudrais me faire croire qu’on la molester pour le laisser pourrir dehors ? Désolé mais il fallait trouver mieux que ç…
Je... »


Guilitane se retourna immédiatement pour observer le nouvel arrivant. Il s’agissait du nouveau protégé de Lòkë. Mais qu’est-ce qu’il pouvait bien faire ici ?! Avant que Guilitane ait pu comprendre ce qu’il se passait le bandit saisit le pauvre Fëalocë et l’envoya dans les bras de l’ondin, il en profita pour partir en courant.

« Mais qu’est-ce que tu fais ici toi ? Tu ne devrais pas dormir à cette heure ? Ton aspiranat n’est pas assez éprouvant ? »

Certes, cela était assez peu courtois mais Guilitane était passablement énervé. Il avait été effrayé par un chat et il avait laissé filer un filou qui était de surcroit un fieffé menteur. Il devait vraiment se reprendre en main.

« Bref, tu n’es pas blessé ? »
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 66
Présentation: URL
RPs: 57
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 1 Fév 2015 - 23:21 Répondre en citantRevenir en haut

Dans un état pouvant être très facilement assimilé à celui d'une poupée de chiffon, Zoran ne devait pas peser bien lourd quand l'homme au visage découvert s'empara de lui pour l'envoyer valdinguer dans les bras du deuxième. Le Fëalocë n'aurait jamais imaginé être utilisé comme moyen de diversion, ce qui le ramenait directement au niveau d'un sac de patates – et il avait connu plus de considération, malgré son passé d'outil médical.

Passablement sonné par les évènements, il fallut un certain temps à son cerveau pour assimiler tout ce qu'il venait de se passer. Les paroles du deuxième homme ne s'imprimèrent pas tout de suite, et sa première réaction fut de regarder le masque de Dragon d'un air tout à fait béat (ou tout à fait stupide, selon le point de vue). Puis, il tendit une main hésitante pour en toucher la matière et Zoran réalisa à quel point ledit masque était effrayant – surtout dans l'obscurité. Enfin, il poussa un cri terrifié avant de s'écarter en titubant, la panique l'empêchant de se tenir droit sur ses jambes. Il regarda frénétiquement autour de lui, à la recherche d'une quelconque issue, contempla également un instant l'idée d'employer la même technique que le déserteur. Malheureusement, il n'y avait aux alentours pas plus de sac de patates que d'envie de lutter dans le cœur du Fëalocë.

« Bref, tu n’es pas blessé ? »

Cette simple question eut toutefois le privilège d'atteindre le cerveau de l'Aspirant, qui laissa tomber ses bras de chaque côté de son corps. Il se sentit soudain très bête d'avoir été si prompt à se laisser effrayer par la personne en face de lui. Ne lui avait-on pas enseigné de ne jamais juger autrui en fonction de sa propre personne ? Il s'était laissé aveugler par la peur d'être violenté, et venait donc indirectement d'insulter l'autre homme. Désormais embarrassé par la façon dont il avait réagi, Zoran bafouilla :

« Je suis désolé. »

Par Mystra, cette affaire n'était tout de même pas très claire ! Le Fëalocë se rapprocha prudemment du grand masqué. Ce n'était plus de la méfiance, mais bel et bien de la gêne que laissait transparaître son attitude.

« Hm, c'est plutôt à toi que la question devrait être posée : tu te battais, après tout. L'homme qui s'est enfui t'a-t-il blessé ? »

Certes, Zoran ne possédait aucun talent pour soigner les blessures physiques, cependant il pouvait au moins escorter l'autre jusqu'à l'infirmerie si besoin était. Avec un peu de chance, ce ne serait pas nécessaire.

« Je m'appelle Zoran Cynfelyn, au fait. Et toi ? »

Le Fëalocë espérait que sa capacité presque surnaturelle à ne pas poser de questions potentiellement gênantes (par exemple : Pourquoi est-ce que tu portes un masque ? ou encore Est-ce que cela t'arrive souvent d'aller chercher les ennuis, la nuit, pendant que les autres dorment ?) aurait la capacité de mettre son interlocuteur en confiance. De toute manière, il aurait fallu être quelqu'un d'outrageusement paranoïaque pour considérer ce freluquet de Prêtre comme une menace. Zoran tenta même de sourire, comme si toute cette situation était parfaitement normale.



Guilitane Anerovian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 6 Avr 2015 - 18:50 Répondre en citantRevenir en haut

Guilitane derrière son masque venait de perdre toute contenance, la colère d’avoir perdu sa proie avait vite été remplacée par … L’incompréhension ? Oui c’est cela. En effet alors qu’il venait de s’enquérir de son état, l’étrange hurluberlu, anciennement projectile humain, avait tenté une simili danse avant de s’excuser.

Mais sur qui était tombé l’ondin franchement ? Son interlocuteur visiblement gêné finis par reprendre la parole. La question le fit sourire car il repensait à sa canne et son handicap visible de jour…

« Merci de vous enquérir de mon état mais je vais bien ne vous en faîtes pas, et pour votre information on ne se battait pas, ce grossier personnage n’est ni plus ni moins qu’un voleur ! »

Guilitane avait finis par prendre un ton acerbe car il savait qu’il n’y avait aucune chance qu’il rattrape l’homme dans la nuit et qu’il lui faudrait sûrement de nombreuses nuits avant de le retrouver aussi, l’ondin se concentra sur la conversation actuelle.

Lorsqu’il entendit son nom, l’homme masqué percuta enfin, le pingouin mal dégourdis qui avait permis à son adversaire de s’enfuir n’est autre que le nouvel aspirant de Dame Lòkë ! Mais que fichait-il en dehors des spires ?

« Enchanté, moi je suis… » Il avait failli se trahir de manière très stupide. Pendant un bref instant il avait oublié le masque qu’il portait.

« Artal Dreng. Un habitant de ce glorieux kaerl ! » Le nom avait surgis d’instinct, il lui semblait que c’était un nom que son père avait évoqué peut-être… Il n’aurait su le dire.

Il aurait aimé que le petit aspirant disparaisse dans l’instant mai il ne pouvait laisser ce frêle jeune homme revenir seul jusqu’aux spires, de plus Guilitane devait s’assurer que celui-ci dorme lorsque lui se décidera à remonter pour faire semblant de dormir.

« Mais oublions ce qui vient de se passer, peut-être vous êtes-vous perdu ? Que fais un jeune homme comme vous seul dans la nuit ? Une rencontre romantique peut-être ? »

Guilitane doutait fortement de cette option au vus de ce que les autres aspirantes laissaient échapper de leurs conversation mais le tout était ici de ne pas se trahir.

« Où habitez-vous d’ailleurs ? »
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 66
Présentation: URL
RPs: 57
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 10 Avr 2015 - 11:53 Répondre en citantRevenir en haut

Un voleur ? Par Mystra, il y avait donc de telles gens au sein du Màr Menel ! En soi, cela ne choquait nullement le jeune Fëalocë ; il avait fréquenté tant de personnes différentes et aidé tant de caractères plus ou moins aimables qu'il ne donnait aucun sens aux actions. Il existait trop de chemins pour pouvoir décider lesquels étaient bons, et lesquels étaient mauvais. L'homme masqué affirma ne pas avoir été blessé, mais Zoran ne put s'empêcher de s'approcher un peu plus et de le détailler des pieds à la tête à la recherche d'un indice contredisant son assurance. Il pouvait bien dire qu'il n'y avait pas eu de bagarre, le Fëalocë ne doutait pas de ce dont il avait été témoin – seulement, si l'étranger préférait passer cela sous silence, eh bien, Zoran ne serait pas celui qui l'en empêcherait.

Tout avait l'air en ordre, cependant, et l'Aspirant s'autorisa un pas en arrière. Il salua d'un signe de tête Artal, tel qu'il venait de se présenter.

« Moi de même. T'a-t-il pris quelque chose ? » ajouta-t-il, réellement concerné. Bien entendu, ce n'était pas comme si le jeune homme pouvait faire quoi que ce soit pour l'aider, mais il pouvait toujours essayer. Probablement. À qui faisait-on appel dans ce cas-là ? Y avait-il une garde spéciale ?

Artal ne semblait pas préoccupé, et Zoran en conclut que même si le voleur avait réussi son coup, ce ne devait pas être un objet de grande valeur. Cela faisait beaucoup de suppositions, et il s'apprêtait à poser plus de questions quand l'autre le devança. À la mention d'un rendez-vous romantique, le Fëalocë se mit à agiter ses mains devant lui, d'un air paniqué, et il sentit le rouge lui monter une nouvelle fois aux joues. Bénies soient la nuit et sa couverture d'obscurité ! Il lui fallut quelques instants avant d'être capable de former une phrase correcte.

« Non, non ! Ce n'est pas cela ! » se défendit-il. « J'ai du mal à dormir, voilà tout. Alors je suis sorti pour me rafraîchir l'esprit. Je nem'attendais pas à tomber sur ce genre de scène, cependant ! »

Il se fendit d'un nouveau sourire, se frottant la joue d'un air gêné. Tiona, toujours prompte aux taquineries, lui avait bien recommandé de se faire des amis – en ce moment, il doutait cependant de ses capacités. Le milieu de la nuit n'était peut-être pas une évidence, mais il y avait une certaine originalité. Ah, mais à quoi pensait-il ? Il n'allaient pas s'asseoir et se raconter leurs vies non plus ! Les lourdes effluves qui émanaient des fleurs du Jardin d'Hiver ne l'aidaient vraiment pas à faire fonctionner son cerveau, et son accent de Qahra, naturellement traînant, se confondait désormais à merveille avec un souci d'élocution.

« Euh, je... Aux Spires. Si nous pouvions retourner à la Haute Salle, je retrouverai facilement le chemin. Je pense. »

Y avait-il un autre endroit pour les Aspirants ? Sûrement Artal aurait désiré plus de précision, mais Zoran était trop récent ici. Il n'était pas même pas certain d'arriver à faire le chemin jusqu'à sa chambre. Sa tête était ailleurs quand il était sorti, et il n'avait prêté aucune attention aux couloirs et aux escaliers. Ce n'était pas la seule chose qui l'inquiétait actuellement, et il tendit à nouveau la main en direction du masque de Dragon.

« Tu ne peux pas l'enlever ? C'est un peu effrayant. Sans vouloir être méchant ! Juste que ce n'est pas très rassurant, la nuit... »

Laissant sa phrase en suspens, son regard balaya les alentours, comme pour appuyer sur le fait qu'ils étaient seuls, et que cela non plus n'était pas rassurant. Zoran n'osa pas le dire à haute voix, malgré tout, car il craignait qu'Artal ne le prenne personnellement. Se mettre quelqu'un à dos – quelqu'un avec une arme, en l'occurrence – était le dernier souhait du Fëalocë.



Guilitane Anerovian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 22 Avr 2015 - 20:21 Répondre en citantRevenir en haut

Le petit roux chétif semblait vraiment s’en faire pour Guilitane et celui-ci était presque peiné de lui avoir menti de la sorte. En effet celui-ci était insistant bien qu’il luttait sans cesse contre des réflexes évidents de peur. L’ondin ne pouvait se résoudre à lui dire de déguerpir et de tout oublié, bien que cela l’aurait grandement arrangé.

Il ne comprit pas tout de suite la question car la simple idée que quelqu’un essaie de le détrousser avait de quoi le faire sourire.

« Oh non ! Enfin des babioles, rien de bien important mais c’était… Sentimental voyez-vous ? Bref, de toute façon il est déjà loin maintenant et je doute qu’il recèle dans la région… »

Sentimental n’était pas le mot qu’il aurait voulu employé mais le justicier masqué doutait que l’évocation d’une punition envers ce vaurien mette le nouvel aspirant dans de bonnes conditions. Son doute se renforça lorsqu’il vit la réaction du Fëalocë quand à l’idée d’un rendez-vous amoureux sous l’égide de la lune. Guilitane ne put s’empêcher d’y voir une ressemblance avec l’aspirant Meccaya qu’il avait rencontré en arrivant au Kaerl.

« Ah bah pour être rafraichissant… Un petit vol plané dans l’herbe et on ne dort que mieux après n’est-ce pas ? »

Un insomniaque ! Dans le Kaerl ! Pire, dans les spires ! Guilitane allait devoir faire beaucoup plus attention maintenant que ce nouvel arrivant était là… Il était déjà assez compliqué de sortir sans réveiller Nechama ou Lymdul et voilà qu’un importun décide de lui rajouté une difficulté supplémentaire… Enfin difficulté… Il fallait le dire vite car la menace de ce petit garçon souriant ne devait pas être bien grande après tout.

Guilitane s’arrêta net alors qu’il allait devancer Zoran pour la direction à prendre. En effet il n’avait pas attendu que celui-ci lui indique les spires pour commencer à s’y diriger. Décidemment il y avait longtemps qu’il n’avait pas fait de folies nocturnes et il ne faisait vraiment plus attention.

« Ah… Bah euh, ça doit être par-là, je vois toujours plein d’aspirants s’y rendre une fois leur journée terminée. »

Bon c’était presque vrai, Guilitane cachait juste qu’il faisait généralement parti de ces aspirants. Voyant l’aspirant tendre une main vers le masque, il s’arrêta pour lui répondre d’une voix aussi effrayante que possible, comme celle que prenait sa nourrice pour leur lire des histoires d’horreur.

« Il te fait peur ? Oh, il n’y a pas de raison pourtant, et tu ne sais pas si ce qui se cache en dessous n’est pas plus terrifiant n’est-ce pas ? »

La remarque du Fëalocë l’avait fait sourire. Cela faisait longtemps que l’ondin arborait ce masque comme emblème de peur, se disant qu’il était plus simple de donné vie à une légende urbaine avec ce genre de détail. De plus il lui permettait un anonymat plutôt plaisant au vue de ses activités, de la loi martiale en vigueur et de sa nouvelle vie.

« Si le destin fait se croiser nos chemins de nouveaux peut-être que je t’en apprendrais un peu plus, mais pour le moment je vais me contenter de te ramener à ta nouvelle maison, tu vivais où avant d’arriver ici ? »

S’il faisait parler le gêneur, peut-être celui-ci oublierai qu’il y a un masque qui les sépare.
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 66
Présentation: URL
RPs: 57
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 27 Juin 2015 - 22:18 Répondre en citantRevenir en haut

En dix-neuf ans d'existence, Zoran ne s'était jamais révélé le meilleur partenaire quand il s'agissait de mener une conversation normale – d'autant plus que l'effrayant sous-entendu à propos du masque d'Artal l'avait laissé tout pantois et effarouché comme une demoiselle, faisant ainsi honneur à une réputation de pleutre qu'il se traînait depuis l'enfance. Il tenta malgré tout de sauver les apparences, et se reposa sur l'obscurité pour rendre indiscernable l'expression de peur gravée sur ses traits émaciés.

« On dit qu'un masque est une identité que l'on se crée pour combler un manque ou pour montrer une facette qui ne peut pas être exposée au grand jour. M'est avis que ce qui se cache en-dessous est bien plus doux et inoffensif que ne le laisse à croire le symbole que tu as choisi. »

Le Fëalocë lui-même était incapable de dire s'il cherchait à se rassurer, ou si son inénarrable optimisme quant à la nature humaine lui faisait encore babiller des inepties. Son ton était bien loin de celui d'un sage ou d'un donneur de leçon, cependant, et les nombreux coups d’œil furtifs qu'il jetait au profil d'Artal révélaient son manque d'assurance. L'éclat des Lunes, entrecoupé par l'épais feuillage, faisait danser des ombres étranges le long du masque – et, après quelques minutes, Zoran ne parvenait presque plus à se rappeler pourquoi il l'avait trouvé si effrayant. Bercé par la fragrance obscure et capiteuse des fleurs, il s'imaginait désormais marchant aux côtés d'une créature mi-Homme mi-Dragon, perdu dans une jungle gigantesque et étrange, aux allures d'outre-monde. ° Quel drôle de rêve ! ° songea-t-il en plissant les yeux, la tête soudain lourde et les jambes de plomb.

« … tu vivais où avant d’arriver ici ? »

Difficilement, l'Aspirant s'arracha à ses rêveries éveillées, coulant un regard vers son compagnon de voyage.

« Qahra. Euh, Orën, en fait. Enfin, je suis un Prêtre Itinérant de Mystra, alors je vivais partout... Et nulle part. » ânonna-t-il d'une voix qui roulait, imitant le flux et reflux des vagues, parfaite évocation des rivages exotiques où il était né. Son accent était la seule chose qu'il gardait férocement, insensible aux remarques et aux railleries dont il était la cible.

« Et toi ? D'après ce que tu m'as dit, tu n'es plus Aspirant. Es-tu Lié ? »

Les questions lui étaient venues de manière automatique, et Zoran peinait à se donner un air véritablement intéressé – pourtant, il l'était. Son horizon se limitait à Laéïa et Tiona, ainsi n'avait-il jamais eu l'occasion de discuter avec d'autres du Lien, des Dragons, et de toutes ces choses qui rythmaient la vie des membres de l'Ordre de Lumière. Malgré les circonstances peu orthodoxes qui l'avaient mené à rencontrer Artal, peut-être était-ce le moment de remédier à cela ? La Verte serait très heureuse d'apprendre que son Aspirant avait quitté, ne serait-ce que pour quelque temps, le mutisme dont il était atteint depuis son arrivée. Si le Fëalocë racontait son escapade, bien entendu, car Laéïa, elle, risquait surtout de le réprimander et de se mettre dans un état improbable pour peu qu'il remette sur le tapis la question de ses insomnies. La pensée lui arracha un fin sourire. Longtemps privé de figure maternelle, Zoran trouvait en la Sang-Mêlé un substitut agréable et efficace à ce qui lui avait fait défaut.

Son attention se reporta sur Artal. ° Cet homme a tout de même de quoi intriguer ° se mit à songer le jeune Fëalocë, distrait par les appels lointains de quelques oiseaux nocturnes. Pour commencer, il se promenait avec un masque, et quand bien même l'Aspirant avait fini par s'y faire, il s'interrogeait sur les réactions qu'avait pu avoir plus haute instance à ce sujet. Ensuite, il avait semblé ignorer où logeaient les Aspirants du Màr, ce qui n'avait aucun sens. N'avait-il donc pas été, lui aussi, sous la tutelle d'un Maître, et par conséquent logé à la même enseigne que tous ceux qui comptaient passer l'Empreinte un jour ? Zoran se pinça l'arrête du nez, essayant ainsi de se concentrer et de couper court à l'afflux interminable de questions. Sans doute, Artal lui donnerait suffisamment de matière pour comprendre ce qu'il en était réellement.



Guilitane Anerovian
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 10 Aoû 2015 - 21:14 Répondre en citantRevenir en haut

Artal… Enfin Guilitane pour dire vrai ne s’était jamais rendu compte à quel point les jardins pouvaient être grand, formant un labyrinthe interminable lorsque l’on espère en finir au plus vite avec une situation gênante. La végétation luxuriante qui lui apparaissait amicale et reposante lorsqu’il cherchait un brin de quiétude dans ce nouveau monde semblait cette nuit former un mur végétal, l’obligeant à virevolter, presque à danser (et les dieux savent combien il déteste danser) avec le Fëalocë insomniaque pour ne pas tomber dans un piège qu’il se serait lui-même tendu. L’attitude de Zoran lui donnait l’air d’un lapin effrayé mais pourtant il n’osait pas fuir. Avait-il peur que l’homme dragon le fauche s’il s’enfuyait en courant ? L’idée paraissait presque viable si ce n’est que le garçon aux cheveux de feu continuait perpétuellement de relancer la conversation.

L’ondin tentait toujours de percer ce mystère lorsque la remarque, semblable à une maxime le fit sourire. Il ne pouvait en être sûr mais il lui semblait que le marchand de foire qui lui avait donné ce masque avait tenu le même discours. A l’époque il ne se doutait pas qu’il porterait un jour le masque. Un sourire sincère marqua le visage du jeune épéiste

« Qui te dit que ce symbole était un choix ? Il m’était peut-être prédestiné… Mais tu as raison, en grande partie. Un masque permet de passer outre certaines limites et de prendre des risques qu’on n’oserait pas faire endurer à notre entourage. Et il est évident que personne n’est aussi sauvage et redoutable qu’un dragon… »

Il allait continuer mais il s’aperçut qu’il risquait d’en dire un peu trop sur lui-même, aussi, il décida de changer brusquement de sujet. Sous l’air nocturne entourer des fleurs, il lui semblait d’ailleurs que Zoran venait de faire un voyage bien loin du Kaërl avant que le changement de ton ne le fasse revenir. °Tant mieux, il mettra du temps à réaliser ce que je viens de dire !°
La réponse décontenança l’homme masqué. Il n’avait jamais rencontré de prêtres itinérants, le seul qu’il connaissait était celui de sa ville natale et encore. Sa famille n’avait jamais été très pieuse, ils s’acquittaient comme tout le monde des offrandes mensuels et célébraient les différentes fêtes mais cela s’arrêtait là. Guilitane avait déjà du mal à accepter totalement le fait d’avoir abandonné sa famille, il ne pouvait imaginer ce que le garçon pouvait ressentir car pour venir ici il avait sans doute dû abandonner sa vie, ses repères, ses marques, mais aussi et surtout sa vocation.

Pendant qu’il parlait Guilitane se rendit compte pour la première fois que tout le monde au Kaerl ne parlait pas avec le même accent. Cette réflexion était simple, banale mais elle lui permettait encore une fois de s’assurer que tout cela n’était pas un rêve.

La question sous couvert d’innocence du Fëalocë obligea le bretteur à une nouvelle pirouette verbale pour s’en sortir.

« Oulah, non je n’ai jamais été aspirant, je ne suis même pas doué. Je suis simplement originaire du Kaerl, tu sais on représente une part importante de la population tout de même. Mais vous, vous êtes l’élite ! »

Plus la conversation avançait et plus l’ondin réussissait à cerner le jeune homme. Il ne voulait nullement l’incommoder ou le blesser, ses questions étaient là uniquement pour faire avancer la discussion. Il se sentait sûrement très seul et l’épéiste savait à quel point il était difficile de se lier d’amitié avec qui que ce soit dans ce lieu inconnu. Il y avait déjà fort à faire avec l’aspiranat et ce n’est que parce qu’il connaissait Meccaya et Nechama avant d’arriver dans le Kaërl que Guilitane n’était pas totalement perdu. Même s’il lui avait fait échouer sa chasse nocturne, le Fëalocë n’y était pas pour grand-chose, et il n’était pas bien méchant. Il fallait peut-être profiter de l’occasion pour élargir un peu son cercle de connaissances au Kaerl celeste.

« Ce que je sais des liés c’est un jeune aspirant qui me la appris un certains Guillemain ou un truc du genre, tu peux pas le louper c’est un boiteux ! »

Il avait donné au garçon aux cheveux roux l’opportunité d’avoir un ami, à lui de voir ce qu’il en ferait.
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:25 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu