Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Livraison Nocturne Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 66
Présentation: URL
RPs: 57
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 18 Nov 2014 - 17:30 Répondre en citantRevenir en haut

Gaïaku 918


Au blanc succéda l'obscurité, et cela l'éblouit, si tant est que ce fût chose possible. Dans un tourbillon de couleurs sombres, l'endroit où l'avait mené le Chevalier et son Lié se construisit petit à petit sous son regard encore vague, dévoilant ses formes, ses ombres en mouvement, ses sons. Il fallut plusieurs respirations à Zoran pour tout assimiler. Des mains l'attrapèrent pour le poser au sol, le soutenant comme ses jambes se dérobaient sous son poids. Il croisa le profond regard d'améthyste de Ciryandil, et s'autorisa un sourire timide pour excuser sa faiblesse.

« Nous sommes arrivés. Bienvenue au Màr Menel, bastion de l'Ordre Draconique de Lumière... »

° ...Et désormais ta maison, Zoran Cynfelyn. °

Aramanth balança doucement son cou, couvant le Fëalocë d'un regard aux ondulations d'azur. Le jeune homme, s'il ne semblait pas outrageusement surpris par ce nouveau monde, montrait en revanche quelques signes de nervosité. Cela amusa le Blanc. Il était rare que son ermite de Lié prenne la peine d'aller à l'autre bout du monde pour ramener des Doués, mais, de temps en temps, les cartes lui parlaient et lui révélaient l'existence d'un potentiel Aspirant. Souffrant d'un manque cruel de précision, ils avaient attendu celui-là plus de trois semaines. Aramanth aurait préféré une autre réaction, une de celles qui suffisent à compenser le désagrément de l'immobilité. Bah, tant pis. Zoran ne serait pas le dernier à poser les pieds sur la Grand'Place. Le Neishaan lui coula un regard entendu, et le Blanc banda à nouveau ses muscles.

° Ce fut un plaisir de te rencontrer, jeune recrue. Nos chemins se séparent ici, mais n'hésite pas à faire appel à moi par la suite si je puis t'être utile en quoi que ce soit. Ce serait avec plaisir. °

Avant que le Fëalocë eût pu bredouiller quelconque remerciement, le Dragon avait filé. Ciryandil souriait toujours, son regard perdu dans des mirages visibles de lui seul.

« Aramanth est parti chercher le Maître qui s'occupera de ton apprentissage. » Puis, percevant à sa manière l'expression surprise de Zoran, il enchaîna : « Je ne suis que Chevalier, je ne possède pas le privilège de pouvoir former des Aspirants.
- Ah. »

Sur ce commentaire plein de bon sens, le Fëalocë entreprit de se défaire de l'imposant manteau de velours pourpre dans lequel il était toujours enroulé comme un nourrisson, puis le rendit à son propriétaire.

Ils restèrent ainsi en silence, tandis que les ombres filaient à travers la Grand'Place. Il devait déjà être tard, et le peuple du Kaerl Céleste – comme partout ailleurs – subissait l'attrait irrésistible d'une pièce chauffée et illuminée. Le Servant de Mystra, lui, semblait immunisé contre cela. Il se tenait droit, et, en le contemplant, Zoran se demanda combien de personnes avaient pu jusqu'ici le prendre pour une statue. Sans le remarquer, le Fëalocë se mit à copier sa position immobile, mais le vent nocturne s'entêtait à le faire trembler comme une feuille. C'était à peine si on leur accordait un seul regard, et le jeune homme en était bien aise. Il ne se sentait pas prêt à aborder trop d'inconnu à la fois, et préférait pour l'instant l'observer à travers le filtre étrangement réconfortant de la nuit.

Enfin, au bout d'une éternité, Ciryandil inclina la tête presque imperceptiblement.

« Elle arrive. »

Et Zoran de scruter les ombres dans toutes les directions, ne jouissant pas du même don que le Cartomancien.



Publicité





MessagePosté le: Mar 18 Nov 2014 - 17:30 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 678
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 627
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Mer 19 Nov 2014 - 11:13 Répondre en citantRevenir en haut


Laéïa Lòkë, Maîtresse Verte


Laéïa ne dormait pas, loin de là. Elle avait passé sa journée plongé dans l'étude d'une rune complexe qu'elle avait découverte gribouillée dans un livre. Aucune instruction, effet ou indice n'était associés. Juste le dessin. Pour beaucoup cela devait simplement avoir l'air d'être le gribouillage d'un indiscipliné dans un livre qui ne lui appartenait pas. Mais elle avait tout de suite sentit la très faible source magique qui découlait du dessin.

Alors elle c'était enfermée et avait étudié. Seule Tiona l'avait sortit de ses esquisses et lui intimant l'ordre de manger un bout et de boire, sous peine de finir comme les vieux pruneaux séchés qui étaient dans leur panier depuis bien trop longtemps. Elle avait avalé deux fruits, bu une gorgé d'eau clair puis était retourné à son labeur alors que, presque dépitée, la verte était sortie pour vaquer à des occupations plus amusantes, restant néanmoins à proximité. La dernière fois que la sang mêlé c'était amusée avec une rune inconnue, elle avait bien failli y laisser la vie, aspirée par elle ne savait trop quel objet vu que la saurienne l'avait brûlé avant que ça ne devienne critique.

La journée pourtant se passa sans incident et, après avoir avalé une poignée de figues à la tombée de la nuit, Laéïa se replongea dans son ouvrage, comptant bien y passer une partie de la soirée. De toute façon, elle n'avait pas d'autre obligation. Le Kaerl était en train de se reconstruire et chacun pleurait ses morts. Peu d'aspirants venait en cette trouble période vu que peu de maître sortait de la cité volante, redoutant peut être une nouvelle attaque.

Perdu dans la reproduction de son dessin, elle leva les yeux en s'entends une aura familière à la fenêtre. Il était assez étonnant que le blanc se joigne à la foule et encore plus qu'il vienne la chercher à une heure où d'autre ne se seraient pas permis.

Précautieusement, elle rangea ses feuilles et ses crayons sans lui jeter un regard pour le moment. Elle se doutait de pourquoi il était là et ne pouvait déroger à l'appelle qu'il venait faire. Mais tout de même, ce n'était pas les maître qui manquaient à l'appel, il aurait pu en choisir un autre.

- Où sont ils ? Demanda t'elle simplement en posant enfin ses yeux violets dans ceux du dragon, attendant la réponse avant d'enfiler un manteau et de descendre les escaliers des spires.

--><--

La grand´place offrait un spectacle des plus étranges. Par-ci par là, des tas de débris projetaient au sol d'étranges ombres, monstres difformes prêt à dévorer l'âme. À côté de ça, disséminées un peu partout, des fleurs. Celle de Flarmya, couleur soleil. À défaut de corps, chacun était venu pleurer les disparus de la sorte. Elle ne l'avait pas fait. Elle avait peu de connaissance à pleurer et c'était contenter de graver une rune à leur mémoire, afin que les âmes tourmentés trouvent leur place au côté d'Isashani.

Marchant d'un pas tranquille, elle ne tarda pas à arriver prêt d'un duo à l'air atypique. Il suffisait que Ciryandil sorte pour que tout ait l'air atypique, mais les voir ainsi, de loin, immobile comme deux statues de sel, était d'autant plus étrange.

- Ciryandil. Salua t'elle en inclinant légèrement la tête. Qui est l'exceptionnel aspirant qui t'as fait sortir de ton antre ? Elle l'avait vu, bien entendu, et posa d'ailleurs ses yeux sur le plus jeune des deux. Chétif, l'air maladif, le teint pâle, les yeux éteints, voilà qui était des plus... Déconcertant. Elle braqua son regard sur le collier que son nouvel aspirant porter autour du cou.

- Mmh. Dit elle simplement en retournant regarder le cartomancien. Très bien, je le prends avec moi. Essaye d'arriver un peu plus tôt dans la journée la prochaine fois, avant que l'intendance ne soit fermé. Elle le gratifia d'un léger sourire amusé, sachant pertinemment qu'il s'en fichait royalement, et regarda le Fëalocë.

- Je m'appelle Laéïa Lòkë et je serai donc ton maître ici. L'intendance est fermé tu viendras donc dormir dans ma chambre, tu sembles en avoir bien besoin. Mais avant toute chose, que t'as t'il dit exactement avant de t'emmener ici ?
Histoire qu'elle n'ait pas à répéter les mêmes choses.



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***



Dernière édition par Oracle Tol Orëanéen le Jeu 4 Déc 2014 - 23:23; édité 1 fois
Visiter le site web du posteur
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 66
Présentation: URL
RPs: 57
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 20 Nov 2014 - 10:16 Répondre en citantRevenir en haut

La femme était grande. Ce fut là la seule réflexion que le cerveau malheureusement encore assez peu fonctionnel de Zoran fut capable de produire. De ses yeux où se disputaient toujours l'effroi et la résignation, il absorba les contours du visage, les signes étranges qui rampaient sous la peau, la façon dont les cheveux retombaient sur les épaules larges ; puis il croisa enfin le regard sombre de la Maîtresse, sans pouvoir lui donner avec certitude une couleur. Violet, peut-être ? À moins qu'il ne s'agisse d'un bleu sans aucune clarté. Deux mains se posèrent soudain sur ses épaules, le propulsant vers l'avant comme s'il n'était qu'une poupée que le Chevalier était particulièrement fier d'exhiber. Il sentit le feu de la gêne lécher ses joues.

« Maîtresse Laéïa, voici Zoran Cynfelyn. Nous sommes allés le chercher sur Qahra. Puisque son existence m'a été révélée par les Cartes, je suis persuadé que tu trouveras en lui un fort potentiel. »

Avec un mouvement de surprise, le Fëalocë tourna du mieux qu'il put la tête vers le Neishaan. Des cartes ? De quel type de cartes parlait-il ? Celles avec les continents et les fleuves ou bien... ? Ciryandil aurait été bien en peine de relever le regard étonné qui s'attardait sur lui – ou plutôt, il décida qu'il préférait laisser la jeune recrue dans l'ignorance. Avec un sourire entendu, Ciryandil ôta ses mains, non sans une petite pression qui fit trébucher de quelques centimètres le nouvel Aspirant.

« Je ne suis pas responsable de la vitesse à laquelle tourne la roue du Temps. » Puis, agitant la main en guise d'au revoir : « Je m'en vais retrouver mon Lié. Bonne nuit, Laéïa. Bonne nuit, Zoran. »

Et, avec ça, sa silhouette obscure – toujours à l'exception de ses cheveux – fut aspirée par la nuit. Encore une fois, Zoran réalisa qu'il n'avait pas eu le temps de dire merci. Il fronça les sourcils, se promettant intérieurement de retourner voir le Servant de Mystra et le Blanc pour les remercier comme il se devait. Son attention se reporta sur son Maître, et il déglutit avec difficulté. L'idée avait encore quelque chose de flou pour lui, comme si son esprit refusait d'employer ce terme sans l'associer immédiatement à Arianwyn. Le Fëalocë devrait s'y faire, c'était nécessaire. Dur, mais nécessaire.

Il hocha la tête, silencieux, aux paroles de Laéïa. Son corps et sa tête étaient loin de s'opposer à quelques heures de sommeil – beaucoup d'événements s'étaient succédé depuis le lever du soleil, une éternité plus tôt. Il jugea plus agréable de s'exprimer réellement plutôt que d'opposer un silence tenace à la personne qui s'occuperait de lui, et sa voix s'échappa d'entre ses lèvres claquant beaucoup trop fort dans le calme de la Grand'Place.

« Merci beaucoup. J'ai passé une journée mouvementée. » commenta-t-il avec un sourire d'enfant, tentant tant bien que mal de couvrir les éclats de tristesse qui restaient plantés dans ses yeux verts. Il marqua une pause pour se souvenir de tout ce que le Chevalier Blanc avait pu lui dire, et se frotta les mains de manière embarrassée quand il réalisa que celui-ci ne lui avait pratiquement rien dit. Zoran s'était engagé dans cette aventure sans demander aucune information.

« Eh bien... Ciryandil m'a expliqué que sur cette île vivaient encore les Dragons, mais que pour cela, ils devaient se Lier à un être humain. C'est pour ça que je suis ici – parce que j'ai le Don qui me permet de communiquer avec eux, et donc de me Lier, je suppose. Je ne sais rien de plus. »

Zoran haussa les sourcils – par Mystra, il ne connaissait même pas le nom de cette île !



Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 678
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 627
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Ven 5 Déc 2014 - 06:07 Répondre en citantRevenir en haut


Laéïa Lòkë, Maîtresse Verte


La maîtresse verte jugea avec attention ce qui se déroulait sous ses yeux. Qui était donc cette petite créature capable de faire sortir le servant de sa presque retraite. Elle observa, non sans une lueur d'amusement dans les yeux, la gêne commencer à empourprer son visage, que l'absence de lumière rendait particulièrement pâle.

Zoran Cynfelyn, tel était le nom de l'être qui allez partager son quotidien pour les prochains mois. Il allait avoir besoin d'entraînement. Une brindille semblait plus robuste que lui. Oh, elle n'en ferait certainement pas un combattant expert d'une quelconque arme, il n'en avait pas le profil, mais qu'il sache au moins tenir quelque chose de plus tranchant que le côté d'une carte.

D'un simple mouvement de tête elle signifia une bonne nuit au cartomancien, le regardant disparaître dans la nuit avant de reposer ses yeux sombres sur le jeune Fëalocé, l'écoutant attentivement, le détaillant silencieusement.

- Je ne doute pas que Ciryandil fut suffisamment convainquant pour t'emmener jusqu'ici. Je ne peux dire que je connais ça, néanmoins j'ai vu bon nombre d'aspirants passer entre mes mains ou celle d'autres maîtres. Les premiers temps semblent durs, mais ta nouvelle famille saura te combler autant que l'ancienne. Si ce n'est plus.

Car au vu de son état, sa famille, s'il en avait une, ne devait pas forcément être des plus attentionnées. Sans un mot de plus pour le moment elle tourna les talons et se dirigea vers les spires, sachant pertinemment qu'il la suivrait.

- Tu es ici sur l'île de Tol Orëa, au Màr Menel plus précisément. Nous vivons avec les dragons oui, et toutes les personnes que tu verras liées à eux portent le même don. Tu seras emmené à te lier lorsque Flarmya saura te juger apte à le faire. Elle jeta un regard en arrière pour voir s'il suivait toujours et s'il connaissait l'existence de la déesse.

- Le lien n'est pas uniquement le don. C'est un partage sans concessions et la réunion de deux âmes sœurs, mais je t'expliquerai cela lors d'une prochaine leçon.

Elle pénétra enfin dans les spires, presque vides à cette heure-là de la nuit. Le peu de personnes qu'ils pouvaient croiser semblait se diviser en deux groupes. Les Aspirants, marchant d'un pas rapide, parfois les bras chargés ou le visage fatigué, revenant ou allant sûrement accomplir une tâche quelconque. Puis les Chevaliers et Maîtres, regagnant probablement leur chambre ou appartement d'un pas plus lent.
Son pas à elle n'était ni lent ni rapide. Elle était vive, mais ne voulait pas perdre son protégé dans les dédales des couloirs.

- Ton Aspiranat portera sur diverse chose. Les sciences, lois et règles de ce Kaerl, ainsi que la population que tu peux trouver en dehors de la cité. Tu apprendras aussi les arts du combat. Il faut être capable de défendre l'île. Les menaces ne sont guère présentes néanmoins. Mais quand elles étaient là, elles n'étaient pas moindres. À partir de maintenant tu es sous ma tutelle. Tu ne manqueras de rien ici et je veillerai à ce que tu reçoives le nécessaire pour subvenir au quotidien.

Elle arriva enfin devant sa porte, imposante, qu'elle déverrouilla d'un tour de clé avant de l'ouvrir et de le laisser entrer pour ensuite refermer derrière elle.
L'appartement de la maîtresse semblait baigner dans une lueur bleutée, agrémenté de rouge foncé. Un peu partout sur les murs étaient gravés des runes semblants briller d'une légère aura. Ou bien était-ce la lumière qui leur donnait cet aspect ? La pièce où ils se trouvaient était composée d'une grande table centrale, recouverte de parchemin et autre grimoire, parfaitement rangée, mais ne laissant qu'un petit coin libre de bois, presque recouvert de dessin aussi. Sur la droite, partiellement dissimulé derrière un paravent, une petite table, gravée dans la roche, pourvue également de runes et, posée dessus, d’étranges accessoires. Enfin, un peu partout sur des étagères en hauteur, des fioles de couleurs, des dizaines de fioles de dizaines de couleurs différentes, d'étonnant dans cette atmosphère étrange.

Elle retira son manteau qu'elle accrocha sur un crochet de bois.

- Tu pourras dormir ici. Dit-elle en désignant une méridienne semblant confortable au premier coup d'œil. Mais d'abord, suis-moi, tu dois voir quelque chose.

Elle se dirigea vers la grande double fenêtre qui donnait sur le balcon. Elle l'ouvrit en grand, laissant le vent s'engouffrer et éteindre quelques-unes des bougies qui servaient à l'éclairage.

- Tu n’as surement pas dû voir. Elle le poussa doucement sur le balcon. De là, les étoiles étaient bien visibles, ainsi que l’étendue devant eux, éclairée par la lumière blafarde de la lune. Elle aimait ce spectacle, silencieux, simplement beau.



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 66
Présentation: URL
RPs: 57
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Sam 6 Déc 2014 - 01:12 Répondre en citantRevenir en haut

Les yeux sombres le scrutaient avec attention, et si cela le mit mal à l'aise, il reconnut néanmoins là cette façon qu'avaient les mentors de détailler leurs apprentis – et à cela, il était habitué, d'une certaine façon. La remarque sur sa famille ne fit qu'augmenter la gêne du Fëalocë, mais il décida que le moment n'était pas propice pour discuter de son ancienne vie. Elle était derrière, et, dans ses quelques mots, Laéïa venait de conforter cette décision. Il approuva d'un signe de tête, et elle continua sur sa lancée.

Tol Orëa, tel était le nom de l'île. Il se répéta le nom plusieurs fois, en lui-même, comme pour s'assurer que son esprit ne rejetait pas l'idée, qu'il était apte à faire de ce nom son nouveau monde. Tout comme Dragon, Flarmya ou encore Don. Ces termes constituaient dès à présent son quotidien, définissaient ce qu'il était ici. En somme, c'était assez simple. Tol Orëa remplacerait Orën, Flarmya remplacerait Mystra, Don prendrait la place de bénédiction, et Laéïa celle d'Arianwyn. Cette pensée fit naître en lui de vagues échos d'un sentiment incompris, et ses yeux, assombris, rencontrèrent ceux de la Maîtresse. Celle-ci survola rapidement la véritable nature de ce fameux Don, mais l'attention de Zoran fut accaparée par la vision des trois immenses tours qui s'élevaient à l'assaut du ciel de poix. Leurs façades claires semblaient luire d'une lueur douce alors qu'elles déchiraient la toile opaque de la nuit. Il en eut le souffle coupé, et dut se faire violence pour s'engouffrer à la suite de la femme.
Il faut l'avouer, Zoran eut énormément de mal à assimiler tout ce qu'il voyait, sentait, entendait. La voix de Laéïa lui parut soudain distante, étrangement noyée sous les bruits de pas irréguliers et de respirations, qui semblaient amplifiés, surnaturels. Les yeux écarquillés, il tenta de saisir au vol les informations que la Maîtresse laissait s'échapper et de s'y raccrocher du mieux qu'il pût. Il tiqua quand le mot combat vint s'installer confortablement entre ses deux oreilles. Ah. Même si l'idée lui déplaisait foncièrement, sa résignation habituelle l'empêcha de s'en montrer contrit. Le Fëalocë ne craignait ni la douleur ni l'humiliation. Sûrement la Maîtresse se rendrait-elle compte assez vite du peu qu'elle réussirait à tirer de l'adolescent, et se tournerait vers d'autres apprentissages que ceux du combat. Il sentit le besoin de répondre quelque chose, mais sa voix resta bloquée au fond de sa gorge, et ils arrivèrent devant les appartements de Laéïa avant qu'il eût trouvé un remède à ce mutisme soudain.

C'était... très joli. Zoran, avec un sourire, se rappela les chambres des Prêtres de Mystra et leur odeur si particulière qui mêlait poussière, papier et mystère. Il se détendit, et laissa le soulagement s'écouler dans tout son corps. La vue des grimoires et des runes avait agi comme une pommade, et il sut instinctivement que cette pièce aurait toujours pour effet de dissiper ses inquiétudes. Sortant de sa transe, il murmura un « Merci beaucoup. » légèrement essoufflé quand elle lui indiqua où il pourrait dormir.

« Mais d'abord, suis-moi, tu dois voir quelque chose. »

Zoran ne réagit pas aussitôt, et observa d'abord la Maîtresse marcher jusqu'à la fenêtre. Le vent frais de la nuit apporta avec lui quelques senteurs nouvelles – des odeurs du bout du monde, vraiment ! Quel mois était-ce ici, d'ailleurs ? Ėtait-il vraiment à l'autre bout du monde ? Un frisson le parcourut et il s'avança timidement vers la fenêtre. « Tu n’as sûrement pas dû voir. » Et, d'une faible pression de la main, elle l'autorisa à se tenir sur le balcon.

Ce que ses yeux virent l'aspira tout entier. Jamais il n'avait vu pareille étendue d'étoiles – même en bateau – qui luisaient par centaines comme les reflets d'un lac. Et les Lunes lui semblaient si rondes ! Il baissa le regard et put contempler la silhouette bicolore de la cité endormie, les taches d'ombre et les endroits plus clairs. Mais, de nouveau, il leva la tête pour se noyer dans le ciel qui paraissait si démesurément proche et plein. C'était étrange. Sans quitter des yeux le spectacle, une idée lui traversa l'esprit – et elle quitta sa bouche avant d'avoir eu le temps d'être étudiée par son cerveau.

« Il y a tellement plus d'étoiles, et l'horizon semble si bas. Est-ce que... Est-ce qu'on est en train de voler ? »

L'idée lui parut soudain insensée, et il réprima un rire nerveux.



Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 678
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 627
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Mer 7 Jan 2015 - 06:21 Répondre en citantRevenir en haut


Laéïa Lòkë, Maîtresse Verte


Cette vision. La maîtresse pensait que la vision qu'offrait les hauteurs des spires pouvait calmer toutes les inquiétudes, guérir les peines et apaiser les cœurs meurtrît. Ce n'était pas simplement beau. Aucun mot ne pouvait décrire ce qu'on pouvait voir. Elle ne chercha pas à le faire d'ailleurs, regardant son jeune aspirant se perdre à son tour dans la contemplation, observant ses réactions et ses gestes. Elle arriverait à en faire quelque chose de bien, elle en était persuadée.

Un fin sourire étira ses lèvres et elle s'approcha à son tour, se mettant à côté.

- Tu te trouves donc sur Tol Orèa, au Màr Menel, ou Kaerl Céleste pour certain. Tu ne trouveras ici ni champs, ni plaine ni lac. Tout ce que tu vois forme la cité, et cette forteresse survole les chutes de Nightfall. Alors oui, nous pouvons dire que nous volons.

Elle marqua une pause alors qu'elle perdit son regard dans les constellations.

- Nous devons ce prodige à une magie ancienne et puissante ainsi qu'à la présence d'un gardien qui maintient notre altitude et protège la cité d'intrusion non désirée.

Il existe deux autres Kaerl.Par ici,
elle montra un point vers l'horizon, enfermé dans une bulle géante sous les eaux de le baie d'eau-clair, le Màr Luimë, ou le Kaerl engloutit. Par là-bas, elle montra un autre point, enfoui au cœur du volcan des pics des cendres, le Màr Tàralörm, ou Kaerl Ardent. Chaque cité évolue selon ses propres règles, lois et idées. Nous ne pouvons pénétrer chez eux sans autorisations. Et de toute façon, nous ne le faisons que rarement.

Un coup de vent fit légèrement claquer la fenêtre.

- Bien, après toutes ses explications, je te propose d'aller nous reposer. Demain commencé véritablement ton aspiranat et il serait plus... Agréable... que tu sois dans un état meilleur.

Sur ses mots, elle tourna les talons et retourna à l'intérieur, attendant qu'il fasse de même pour refermer la fenêtre.

- Repose-toi comme bon te semble. Tu trouveras demain matin de quoi te changer, te restaurer et faire ta toilette. Viens me trouver dans mon bureau, elle lui désigna une pièce, lorsque ses trois tâches seront faites. Je t'expliquerai exactement en quoi consistera ta vie ici et diverses choses que tu devras savoir et retenir rapidement. D'ici là, dors.

Elle attrapa la bougie qui éclairait la pièce et se dirigea vers sa chambre, plongeant l'endroit dans une obscurité troublée par le léger éclat bleuté que dispersé certaines runes ainsi que par les étoiles se reflétant par-ci par-là.

Une fois dans sa chambre, et après avoir enfilé une tenue plus adéquate pour le repos, elle décida de s'allonger pour profiter du sommeil. Elle ne pouvait continuer les travaux qu'elle avait cessés en allant le chercher, car il faudrait tout reprendre depuis le début.

Fermant les yeux, elle entendit la voix de sa dragonne lui dire que ce n'était pas trop tôt avant que le silence total l'enveloppe.



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 66
Présentation: URL
RPs: 57
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 13 Jan 2015 - 15:09 Répondre en citantRevenir en haut

C'était tout un monde de merveilles qui s'épanouissait devant ses yeux, et Zoran fut soudain pris d'une immense reconnaissance envers les Dieux. Une main posée à l'emplacement de son cœur, il ferma doucement les paupières et se mit à prier avec ferveur en son for intérieur. N'osant pas perturber le discours de Laéïa, il écouta avec une attention renouvelée les mots, comme s'ils avaient fait partie de quelque formule trop ancienne et trop sacrée pour être interrompue par le questionnement – quand bien même celui-ci semblait légitime de la part d'un novice. Tout cela était décidément fascinant.

Quand la Maîtresse eut terminée, il n'accorda qu'un rapide dernier regard à la cité endormie avant de la suivre. Un nombre improbable d'interrogations lui brûlaient les lèvres, mais son esprit était bien trop embrumé par le manque de sommeil pour aider le Fëalocë à formuler ses questions correctement. Il salua poliment Laéïa, la remerciant une nouvelle fois tête baissée de bien vouloir l'accueillir dans son espace personnel. Zoran attendit d'entendre la porte se fermer avant de s'allonger sur la méridienne, ramenant ses genoux contre son ventre.
La douce lueur bleue que diffusaient les runes était apaisante, étrange écho visuel au cristal céruléen qui miroitait calmement contre la peau de l'adolescent. Penser que quelques heures plus tôt il se trouvait au chevet de sa mère... Il ressentit un désagréable pincement au cœur, mais se réconforta avec l'idée qu'Arianwyn saurait s'occuper d'elle convenablement. Le Sang-Mêlé était versé dans tout un tas d'arts divers et variés, nul doute qu'il réussirait à soigner Salamandre. Avec un sourire confiant, il laissa le sommeil le tirer dans ses bras d'étoiles et de rêves sans plus opposer de résistance. Cette nuit-là, comme toutes les autres, l'esprit du Fëalocë fut assailli de cauchemars, et il ouvrit les yeux plusieurs fois, un goût de sang et de cendres dans la bouche. Néanmoins, à chaque fois, il se recroquevilla un peu plus sur lui-même et continua vaillamment de se rendormir.

Un rayon de soleil venu se poser directement sur son visage réveilla Zoran. Celui-ci n'avait jamais été fainéant, et une certaine appréhension vis-à-vis du sommeil faisait qu'il ne s'attardait jamais trop dans un lit. S'il avait décidé qu'il était tout de même important de dormir, il était en revanche levé dès l'aube. Il trouva à ses côtés – comme promis par Laéïa la veille – un petit-déjeuner, ainsi qu'un baquet rempli d'eau près duquel était posé un tas de vêtements propres. Il frotta ses yeux encore gorgés de sommeil et profita de l'eau claire pour se débarbouiller sommairement, espérant que le froid aiderait son esprit à se réveiller totalement – et veillant à faire le moins de bruit possible. Il fourra ensuite dans sa bouche quelques biscuits secs, ne parvenant pas à se défaire de cette étrange sensation de se retrouver dans la peau d'un voleur. Après quelques minutes passées à observer du coin de l’œil les habits tout en mâchant précautionneusement, il se rappela que la Maîtresse avait précisé que les trois tâches devaient être accomplies. Zoran se résigna donc à se changer, avec force regards inquiets en direction des différentes portes.
Lorsque ce fut fait, il se dirigea vers le bureau et frappa trois petits coups timides. La voix de Laéïa l'autorisa à rentrer, et le Fëalocë s'inclina bien bas.

« Bonjour, Maîtresse Laéïa. Je suis changé, propre et restauré – comme vous l'aviez demandé. Encore une fois, merci beaucoup de m'avoir accueilli cette nuit. J'espère ne vous avoir causé aucune espèce de problèmes. »

Zoran se redressa, et il cligna plusieurs fois des paupières pour chasser la fatigue. Ce qui était tout à fait vain, car les cernes qui logeaient dans les cavités sous ses yeux ne réduisaient jamais.

« Merci également de me prendre sous votre aile, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour ne pas vous décevoir. »

Et il était confiant, car le doute aurait été un affront au cadeau que les Dieux avaient décidé de lui faire en le menant ici.



Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 678
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 627
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Lun 19 Jan 2015 - 21:56 Répondre en citantRevenir en haut


Laéïa Lòkë, Maîtresse Verte


La nuit fut calme et tranquille pour la métisse. Enfin, aussi tranquille que pouvait l'être une nuit où elle c'était fait réveiller par sa lié qui avait la fâcheuse tendance de veiller un peu trop sur elle. Mais l'esprit de la saurienne n'avait pas capté une quelconque agitation du côté de son âme sœur non. En général, lorsque celle-ci décidait d'enfin dormir, ses rêves étaient paisibles. Mais le nouvel arrivant avait la tête emplie d'horreur et le cerveau en ébullition alors que celui-ci n'aspirait surement qu'à dormir.

•Son sommeil est plein de trouble et de terreur. Si on peut appeler ça du sommeil du coup !•

•Cela ne pouvait-il point attendre le lever du soleil pour m'informer de ça ? Je pense que je l'aurais vu dans les cernes marquants son visage.•

•Oh et bien excuse moi de m'inquiéter pour notre nouveau recru • et un silence boudeur se fit. Dans un soupir, Laéïa se retourna un peu. Demain matin elle travaillerait sur une rune pour lui. Là ça ne servait à rien de s'en occuper. Elle n'allait pas le secouer en lui disant qu'elle savait qu'il cauchemardait. C'était un coup à lui faire peur.

Elle se rendormit paisiblement jusqu'aux premières lueurs du jour, qui furent bien trop rapide à son goût tout de même.
C'est le visage endormi qu'elle ouvrît les rideaux, laissant l'air frais et pur du ciel à peine levé balayer les dernières traces de la nuit sur son visage et dans sa chambre. Chambre qui n'était autre qu'une annexe de laboratoire presque. On pouvait trouver ici aussi tout un tas de livres, runes, parchemin et autre bibelot.
Après une ablution rapide et la prise de fruit de la veille, elle entreprit tout d'abord d'envoyer une missive à l'intendance pour demander une chambre pour son nouvel aspirant qu'elle présenta dans la foulée. Elle n'allait pas s'embarrasser d'aller voir le seigneur. Il semblait avoir des préoccupations plus importantes que l'arrivage de nouvelles têtes. Une fois cette besogne accomplie, elle se mit à la tâche qui tenait tant à cœur à sa dragonne. Se saisissant d'un ouvrage lourd et ancien, elle commença à le parcourir, annotant ses découvertes sur un bout de parchemin vierge.

Écoutant parfois le bruit de son aspirant dans la pièce d'à côté, elle s'occupa de son affaire jusqu'à entendre le léger bruit de frappe contre sa porte. Elle prit quelques secondes, ordonnant et classant avant de lui indiquer qu'il pouvait entrer.
Elle le détailla rapidement, mais précisément, s'attardant sur son visage qui semblait ne pas avoir connu de réel repos depuis bien des années.

- Bonjour Zoran, dit-elle en se levant. Redresse-toi. Tu n'as pas à t'incliner de la sorte devant moi. Il faut rester digne et fier quelque soit la situation. Tu ne m'as pas dérangé, mais tu ne sembles pas avoir dormi suffisamment. Je ne pensais pas te voir avant plusieurs heures après le levé du jour. Possèdes-tu quelque difficulté à trouver et garder le sommeil ?

Avant qu'elle ait pu dire autre chose, un petit lézard de feu apparut sur le bureau et chercha un coin chaud pour se blottir, par exemple le reste de braise dans la cheminée. Malheureusement pour lui il fut saisi au vol par les mains agiles de la maîtresse qui retira le parchemin qui était accroché sur lui.

- Ceci est un lézard de feu. Dit-elle en reposant l'animal près des flammèches. Comme les dragons tu peux te lier avec l'un d'eux, bien que cela ne soit pas mon cas. Ils servent de messager parfois. Elle déroula le papier et parcouru rapidement les lignes.

- Bien, je vais pouvoir te conduire à ta chambre. Elle se situe plus bas, dans le quartier des aspirants. Elle lui fit signe de sortir du bureau, le suivit avant de sortir de son appartement.

- Maintenant que tu as la tête un peu plus claire, du moins elle l'espérait, as-tu des questions par rapport à ce que j'ai pu te dire hier ? Et n'ai pas peur de les poser. Sans la résolution des questions de ton esprit, tu risques de faire fausse route et de ne pas être pleinement présent lorsque cela est nécessaire. Tu pourras me poser des questions après chaque leçon ou tâche que nous ou tu effectueras.

Tout en parlant, elle marchait d'un pas tranquille, laissant à la jeune recrue le soin de découvrir un peu mieux les spires, à la lueur du jour.






L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 66
Présentation: URL
RPs: 57
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 23 Jan 2015 - 13:23 Répondre en citantRevenir en haut

Aux paroles de la Maîtresse, Zoran fronça imperceptiblement les sourcils. Rester digne et fier ? Qu'y avait-il d'indigne à manifester son respect et sa considération envers autrui ? Il ne rétorqua rien, cependant, et se contenta de hocher la tête après s'être redressé. Après tout, il était si loin de son monde connu qu'il était normal de trouver ici des usages desquels le Fëalocë n'était pas encore familier. Autre continent, autres mœurs – songea-t-il.

« Possèdes-tu quelque difficulté à trouver et garder le sommeil ? »

Zoran croisa les bras, s'offrant ainsi un simulacre de protection face au regard perçant que Laéïa dardait sur lui. Mentir étant une tâche à laquelle il n'était nullement préparé, mais dire toute la vérité aurait été long et complexe. Il opta donc pour la solution la plus simple : l'économie de salive.

« En effet. »

Heureusement, ce fut ce moment que choisit une petite créature d'un noir charbonneux pour interrompre la conversation. D'un air ébahi, Zoran n'osait plus quitter le petit Dragon des yeux, tant il lui paraissait merveilleux de pouvoir assister à ce genre de spectacle. Ah, c'était en réalité un lézard de feu – pas un Dragon. Par Mystra, il y avait tant de nouvelles choses à retenir ! Le Fëalocë mourait d'envie de s'approcher et de tendre les doigts vers le petit corps écailleux de la créature, mais il ne trouva pas le courage de bouger.

« Bien, je vais pouvoir te conduire à ta chambre. Elle se situe plus bas, dans le quartier des aspirants. »

Acquiesçant silencieusement, comme à son habitude, Zoran quitta la pièce et, une fois sorti des appartements, adapta son pas à celui de Laéïa. Les corridors aux murs ivoiriens se succédaient, crachant un flot discontinu de personnages pressés ou aux visages ensommeillés. Tout en observant ces ombres passagères, le Fëalocë réfléchissait aux questions qui l'avaient assailli la veille au soir, tentant d'assembler ses souvenirs. Avec une profonde inspiration, il se lança enfin.

« Vous avez parlé de différents Kaerls, avec leurs propres idées... Comment êtes-vous sûre que je corresponds bien à vos lois et à vos croyances ? Après tout, vous ne me connaissez pas. Pas plus que Ciryandil ne me connaissait... Quoiqu'il savait mon nom. Suivez-vous chaque potentiel Aspirant pour vous faire une idée, pour pouvoir décider s'il est convenable ou non de le ramener ici ? »

Se mordant la lèvre, le désormais Aspirant continua.

« Qui est le gardien, au fait ? Est-ce un Dragon ? Pour pouvoir protéger cette cité et en plus la maintenir en vol, il faut que ce soit un être très puissant. Les Dragons sont-ils aussi forts ? Dans les légendes, on raconte tellement de choses terribles à leur sujet. À Qahra, où je suis né, ils ont mauvaise réputation. Je me rappelle même d'un homme qui prétendait être vertueux et qui voulait détruire une bonne fois pour toute leur espèce. »

Zoran ferma soudainement la bouche, réalisant à quel point cela devait être désagréable à entendre pour quelqu'un lié à un Dragon. Il bafouilla quelques excuses, puis revint à un sujet plus facile.

« Y a-t-il beaucoup d'autres Aspirants ? »

Non pas que le Fëalocë se considérât comme un animal particulièrement sociable, mais il était toujours utile d'avoir ce genre d'informations. Ainsi, il pouvait se préparer mentalement à la foule ou à la solitude. Il allait sans dire que Zoran préférait la solitude – même avec le cristal autour du cou, il avait encore peur d'être une nuisance.



Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 678
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 627
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Dim 25 Jan 2015 - 20:42 Répondre en citantRevenir en haut


Laéïa Lòkë, Maîtresse Verte


La maîtresse haussa un sourcil en voyant son élève se mettre dans une position de défense lorsqu'elle lui parla de ses problèmes de sommeil. Le sujet ne semblait pas vouloir être abordé, pourtant il faudrait le faire et rapidement. On ne devenait pas chevalier avec plus de creux sur le visage que dans les dunes du Ssyl'shar.
Elle ne releva pas pour le moment. À chaque temps sa leçon, et là il devait déjà intégrer beaucoup de notions pour essayer de s'intégrer un minimum et de comprendre le Nouveau Monde qui l'entourait. Elle nota néanmoins le regard fixe du Fëalocë pour le petit lézard et passa à autre chose, écoutant les questions de la nouvelle recrue.

- Tu poses des questions intelligentes et n'hésites pas à continuer sur cette voie. Tant que je pourrais y répondre, je le ferais.

Elle marqua une légère pause, réfléchissant. Cette question avait souvent été posée et, bien que la réponse soit toujours la même, certains ne s'en satisfaisaient pas.

- Il existe parfois des 'erreurs' de jugement si je puis dire. Un aspirant qui ne se reconnaîtrait pas au Kaerl dans lequel il a été conduit. Néanmoins cela reste assez rare. Certains parlent de destin, d'autre de l'aide de Flarmya. Toujours est-il que dans ton cas, n'ait aucun doute sur ta place parmi nous. Comme je te l'ai dit hier, il ne sort que rarement de ses appartements. Si ton nom lui est apparu dans les cartes alors c'est que ta place est ici. De plus nos dragons sont aptes à juger du coeur des êtres.

Slalom an entre les vies qui s'agitait, elle avait l'avantage d'en dépasser beaucoup, mais devait veiller à ce que la crevette qui le suivait ne se retrouve pas submergée par la foule. Il était si chétif qu'elle était persuadée que si on lui rentrait dedans il se retrouverait les quatre fers en l'air.

- Le gardien est en effet un dragon même s'il ne conserve plus cette forme désormais. Il vit reclus dans les sous-sols de la cité et ne montre son visage que rarement. Il est très puissant et est l'un des cinq 'survivants' d'une ère révolue.
Enfin elle arriva devant une petite porte, semblable à tant d'autre autour d'elle et la demi-sang profita de cette pause pour réfléchir à la suite de sa réponse.

- Après toi. Voici ta nouvelle chambre. Tous les aspirants sont ici. Chacun dans une chambre. Elle le laissa entrer en premier et le suivit. C'était modeste, mais il y avait le confort nécessaire pour bien se reposer et travailler.

Lorsque tu deviendras chevalier, tu changeras de lieu pour quelque chose de plus grand. Et lorsque tu deviendras Maître, tes appartements définitifs te seront attribués.

Elle le laissa s'installer comme il voulait.

- Pour revenir à ta question. Oui, les dragons peuvent être puissants. Il fut une époque, où ils l'étaient beaucoup plus. Mais c'est une autre leçon. Quant à vouloir les tuer... Qu'ils essaient...

Un léger grognement se fit entendre dans leur esprit, contrarié.

° Il ne faut pas croire les rumeurs qui peuvent se dire sur nous. Aucun bipède dénué d’âme sœur ne pourrait nous atteindre. Qu’il essaie, et mes crocs iront à sa rencontre.°

Laéïa sourit doucement devant cette intrusion. Elle avait l’habitude, leur pensée ne faisait plus qu’une depuis bon nombre d’années. Par contre, pour un tout jeune aspirant, cela devait être déconcertant qu’une personne ou dragon non présent puisse prendre part à une discussion qu’il n’aurait normalement pas entendue.

- Tu viens d’entendre Tiona, ma liée. Nous irons à sa rencontre lorsque toute cette partie administrative sera finie.

Elle ressortit de la pièce et attendit que Zoran fasse de même pour continuer à parler tout en se dirigeant vers les différents lieux de vie pour lui présenter. Le réfectoire pour commencer, avant de se diriger vers la grande’place de nouveau, centre névralgique de la cité.

- Pour ta dernière question, en effet, il existe un bon nombre d’aspirants, chacun étant dans une Triade composé de lui-même, de son Maître ainsi que son Âme sœur.

Alors qu’elle allait vers le centre de la place, une tête blonde, les cheveux aux vents, arriva en courant vers eux et sauta presque sur Zoran, se stoppant juste devant lui et se pencha un peu en avant pour le regarder, le détaillant longuement.

- J’avais raison, il a l’air tout fatigué et tout triste.

Laéïa soupira légèrement, d’un soupir légèrement amusé

- Zoran, je te présente Tiona, ma liée sous son apparence bipède. Ne t’occupe pas trop de ce qu’elle peut dire parfois, je crois qu’elle a pris une coquille sur la tête à la naissance.

La petite blonde se redressa en prenant une moue offusquée et tira la langue vers la demi-sang.

- Zoran donc, est ce que tu veux faire quelque chose de plus intéressant que de visiter avec ma chère âme sœur ? Tout en parlant, elle prit le bras du Fëalocë et se mit à marcher avec lui.






L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 66
Présentation: URL
RPs: 57
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 30 Jan 2015 - 20:12 Répondre en citantRevenir en haut

Zoran aurait pu sourire fièrement ou rougir de façon embarrassée, mais quand la Maîtresse Verte le félicita pour ses questions intelligentes, le Fëalocë la regarda, presque choqué. Il avait reçu peu de compliments, et cela lui parut assez étrange. Il reprit rapidement ses esprits, cependant, et écouta avec attention les réponses de Laéïa. Zoran n'avait pas douté un seul instant être à sa place, ici – en effet, sa foi envers les Dieux laissait peu de place à la contestation. Le mot cartes lui heurta à nouveau les oreilles, résonnant curieusement, et il attendit que la Maîtresse reprît son souffle pour s'interroger à voix haute :

« Qu'entend Ciryandil par "cartes", exactement ? Je n'ai pas osé lui poser la question. »

Laéïa avançait avec aisance, fendant la foule de plus en plus nombreuse comme un navire fend la mer, et le Fëalocë devait s'empresser de se jeter à sa suite, profitant du sillon qu'elle laissait derrière son passage pour ne pas se faire emporter par le courant contraire. Ils s'arrêtèrent face à une porte, et la Maîtresse reprit la parole. De nouvelles questions affluèrent aux lèvres de l'Aspirant, pressantes, mais il les ravala d'un air décidé. Chaque chose en son temps – et du temps, il en aurait probablement à sa guise.

La pièce qui lui servirait de chambre n'était pas grande, mais Zoran avait connu bien pire. Avec l'Itinérance ne venait pas toujours le confort ! Il nota le lit, une malle pour ranger ses affaires, un bureau assez grand pour accueillir un bon tas de livres. Le Fëalocë fit rapidement le tour, puis, comme il venait de se souvenir qu'il n'était venu avec rien de plus que ses vêtements (désormais sagement posés sur le lit), il retourna devant Laéïa. Sur le visage fatigué de Zoran flottait un air légèrement égaré, et il devait avoir l'air d'un chiot abandonné – levant des yeux pleins d'espoir vers la Demi-Sang. Elle n'allait pas partir tout de suite, n'est-ce pas ?

° Il ne faut pas croire les rumeurs qui peuvent se dire sur nous. Aucun bipède dénué d’âme sœur ne pourrait nous atteindre. Qu’il essaie, et mes crocs iront à sa rencontre. °

Son regard s'arrondit quand il entendit une voix étrangère résonner dans son esprit. Ah, c'était comme avec Aramanth – et qu'est-ce que c'était bizarre ! Seulement, il n'y avait pas de Dragon à l'horizon. Le Fëalocë arqua un sourcil, perplexe.

« Ce... Don... a-t-il une portée maximale ? Est-ce qu'un Dragon peut nous parler à l'autre bout du Rhaëg ? »

Ils retournèrent ensuite à leur visite des Spires. La tête commençait légèrement à lui tourner, il y avait tant d'informations à engranger ! Acquiesçant silencieusement à chaque nouvelle réponse ou explication de Laéïa, il finit par se racler la gorge au moment d'une pause dans l'avalanche.

« Et vous, vous avez d'autres Aspirants ? »

Ils avaient alors déjà atteint la Grand'Place, qui se révélait de façon tout à fait nouvelle à la lueur de l'aube. Zoran était occupé à embrasser du regard tous les détails de marbre, de crème, d'or et d'ivoire, et il ne vit pas vraiment la forme humanoïde de Tiona courir vers lui. Il l'entendit, néanmoins, et se retourna avec un air terrifié au son de sa cavalcade. Deux grands yeux à la couleur peu identifiable dans la lumière trompeuse du matin dévoraient un visage enfantin, emmitouflé dans des mèches blondes. Mal à l'aise, le Fëalocë fit un pas en arrière et s'apprêta à la saluer – mais il fut devancé par la nouvelle arrivante.

« J’avais raison, il a l’air tout fatigué et tout triste. »

Zoran baissa la tête, comme s'il était désolé de son apparence. Les deux Liées s'échangèrent quelques remarques taquines, puis Tiona s'empara du bras de l'Aspirant et, le traînant presque, se mit à marcher d'un pas sautillant. À la question de la Dragonne, il prit le temps de regarder dans le vide. En vérité, il n'avait aucune idée de ce qu'il avait envie de faire – tout simplement parce qu'il ne savait pas ce qu'il aurait dû avoir envie de faire ici. Au Kaerl Céleste.

« Euh, je ne sais pas. C'était assez intéressant, à vrai dire. Vous avez autre chose à proposer ? »

Il avait parlé d'une voix timide, impressionné par la présence de Tiona, et incertain de l'attitude à adopter face à elle.



Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 678
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 627
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Lun 2 Fév 2015 - 22:26 Répondre en citantRevenir en haut


Laéïa Lòkë, Maîtresse Verte


Laéïa n'eut pas vraiment l'occasion de répondre aux nouvelles questions de son aspirant, car celui-ci s’était fait kidnapper par Tiona. Le même scénario se produisait presque à chaque fois et la dragonne semblait beaucoup s'amuser de la tête des jeunes qui la voyait pour la première fois.

Elle marchait plus tranquillement que la demi-sang, mais tenait fermement le jeune homme par le bras, de peur de le perdre, volontairement ou non.

- Excuse ma liée, elle a tendance à parler beaucoup sans prendre le temps de respirer. À croire qu'elle pense qu'en injectant tout d'un coup dans l'esprit des jeunes recrus, ils retiendraient peut-être quelque chose.

• C'est moi qui parle trop ? Tu es une vraie pie, tu as loupé ta vocation.•[/b] la Verte chassa les pensées négatives de son amie d'un geste de la main prêt de son visage, comme on chasserait une mouche.

•Réponds au moins aux questions qu'il a posées avant de l'emmener quelque part.•[/b]

Tiona fit une légère moue dans le vide, mais continua à marcher tranquillement.

- Il y a plein de choses intéressantes à faire et à voir pour la première fois. Elle prit une petite seconde de réflexion. Enfin ça restera de la visite, mais ça peut être mieux que de se traîner derrière les grandes pattes de ma bipède.

Tout gaiement, elle se dirigea vers un coin un peu plus tranquille, avec de l'espace.

Enfin elle décida de le lâcher.

- Ne bouge pas. D'un petit saut sautillant elle s'éloigna de lui et dans une lumière aveuglante repris sa forme normale. Une petite verte d'eau, comme si elle n'avait pas été vraiment sûre de sa couleur et c'était décidé au dernier moment. Ses yeux rieurs se posèrent sur le Fëalocë.

• On est quand même plus à l'aise comme ça. Je ne comprends pas comment vous faites pour tenir là-dedans.• pourtant ce n'était pas une forme qui lui déplaisait forcement, au contraire. Elle aimait se mélanger à la foule, jouer avec les plus jeunes et sautiller partout. Chose que sa forme entière ne lui permettait pas réellement.

Doucement, elle se rapprocha du servant de Mystra et le poussa du bout du museau.

• Grimpe.• dit elle en s'allongeant pour lui faciliter la tâche. Elle n'était pas bien grande et pour c'était assez aisé pour Laéïa de grimper dessus. Mais pour un plus petit bonhomme, l'affaire devait légèrement plus se corser.

Lorsqu'il fut installé elle se redressa et fit quelques pas pour le laisser prendre ses marques, bien se caler puis •accroche toi• d'un bon et d'un battement d'ailles elle prit les aires et s'éleva rapidement, allant poser ses griffes sur une tour en hauteur, ne dominant que partiellement la cité pour le moment.

• Ça va ? Pas trop secoué ?•

Le laissant s'habituer une nouvelle fois, elle décida qu'il était temps de répondre aux questions avant de continuer.

• Pour te répondre, tes questions de tout à l'heure. Cyriandill entend par carte des... Cartes. Tu sais, les bouts de parchemin durent avec des dessins et des chiffres dessus. Que t'inspirait ce qu'il évoquait ?• demanda-t-elle curieuse, étirant ses ailles.

• Sinon nous n'avons pas d'autre aspirant à part toi. Généralement, on essaye d'en avoir qu'un seul, pour se concentrer totalement dessus. Après... Tout peut arriver.• elle marqua une pause, cherchant ce qu'elle avait oublié.

• Il y avait une autre question non ?•

•Le don•

• Ah oui ! Le don. Et bien le don n'a pas une 'portée' illimitée. Disons que nous pouvons parler dans tout le Kaerl. Après plus on devient sage, un joli mot pour ne pas dire vieux, plus la distance peut être grande.•

Elle se dandina un peu, l'envole la titillant grandement.

• Choisit une direction à prendre.• proposa-t-elle en se positionnant pour s'élancer.






L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 66
Présentation: URL
RPs: 57
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 6 Fév 2015 - 19:02 Répondre en citantRevenir en haut

Zoran marchait à côté d'un Dragonne. Il avait dû se répéter cette affirmation mentalement plusieurs fois, tant l'idée lui était apparue – et lui apparaissait toujours – étrange. Dragonne qui, non contente de se promener sous l'apparence d'une jeune femme tout à fait humaine, lui tenait le bras. Combien de personnes auraient un jour imaginé rencontrer un Dragon qui leur tiendrait le bras ? Le Fëalocë secoua légèrement la tête, conscient que ce n'était pas là le genre de pensées sur lesquelles il aurait dû se concentrer actuellement. Avec un rictus embarrassé, il écarta les accusations espiègles de Tiona envers sa Liée, bafouillant à n'en plus pouvoir que cela n'avait pas été si désagréable et qu'il avait trouvé la visite intéressante. Il aurait même pu assurer que Laéïa n'avait pas de si grandes pattes, tant il semblait ignorer l'existence du second degré et prenait tout au sérieux.

« Ne bouge pas.
- Euh, d'accord. »

La Dragonne abandonna son bras et s'écarta. D'un air ahuri, le regard de Zoran resta un instant bloqué sur l'endroit que la main de Tiona venait de lâcher, comme s'il avait eu peur d'y voir se développer des marques. Eh, il ne savait pas encore de quoi étaient capables ces créatures ! Un brillant éclair le sortit de sa contemplation insensée, cependant, et il tourna vivement la tête vers la source de cette soudaine lumière. Ses yeux s'écarquillèrent. Pendant un instant, sa bouche resta ouverte sans qu'aucun son n'en sorte. La Dragonne avait repris sa forme d'origine, et s'avançait désormais vers le Fëalocë.

° On est quand même plus à l'aise comme ça. Je ne comprends pas comment vous faites pour tenir là-dedans. °

« Je ne sais pas, nous ne connaissons que nos corps. Si l'on pouvait se métamorphoser en Dragon, je suppose que la grandeur nous effraierait... et nous serions incapables de bouger sans tout casser autour de nous ! »

Les précieuses écailles de la Verte jetaient dans l'air des éclats qui rappelèrent au Fëalocë les lagons translucides d'Amerkhat, et ses yeux se chargèrent un instant de nostalgie – et il se demanda si le goût salé sur ses lèvres était celui des larmes ou celui des souvenirs. D'un léger mouvement de la tête, la Dragonne l'invita à monter sur son dos. Déchirant délicatement le voile des réminiscences, il contempla la Verte et acquiesça en silence.

Bien. Comment était-il supposé faire cela ? À Qahra, Ciryandil l'avait tout bonnement porté pour le poser sur le dos du Blanc Aramanth. Il allait falloir se débrouiller seul, cette fois. Zoran ne se destinait pas à devenir le premier Chevalier de l'Histoire nécessitant une assistance pour escalader le dos d'un Dragon, c'était hors de question ! Après moult périls (surtout dus à un manque certain de force dans les bras, les jambes, et partout ailleurs), il parvint enfin à se hisser, se glissant difficilement dans l'espace compris entre les ailes et la base du cou. Le jeune Aspirant était déjà à bout de souffle, et il en aurait sûrement ri si Tiona n'avait pas choisi ce moment pour s'élancer. Le mouvement des ailes et des muscles déstabilisa le Fëalocë, qui se raccrocha avec toute la force du désespoir aux crêtes les plus proches et contracta ses cuisses pour tenter de ne pas glisser.

° Ça va ? Pas trop secoué ? °


« Euh, non, non. Tout va bien ! »

Ce qui n'était qu'un demi-mensonge, après tout. S'il se concentrait sur autre chose que les écailles – fort désagréables quand on porte des vêtements peu épais – ou que ses paumes de main déjà écorchées par un excès d'enthousiasme – à moins que ce n'eût été de la panique ? –, tout allait bien. Il lui suffisait de lever la tête et de regarder la cité Céleste qui s'étalait devant ses yeux, sublimée par le soleil levant.

Tiona profita de cet interlude pour répondre à ses questions. Elle se souvint de celle qui portait sur les fameuses cartes de Ciryandil, mais Zoran ne put que froncer les sourcils.

« Non, enfin, je ne crois pas en avoir déjà vues. Je pensais plutôt à des cartes montrant les pays et les continents. » expliqua-t-il en remuant légèrement, pas tant gêné par son ignorance que par ces satanées écailles qui assiégeaient sa chair.

Ah, au moins serait-il seul ! C'était une bonne chose. Le Fëalocë était toujours immensément perturbé par la présence d'autrui – surtout si cela impliquait de devoir parler ou raconter sa vie. Zoran n'avait aucune envie de s'épancher, aucune envie de subir les regards interrogateurs dirigés vers son cou ou même simplement les remarques sur son état de santé. Expliquer sa situation à Laéïa serait déjà bien suffisant, songea-t-il avec un soupir à peine perceptible.
Tiona répondit en quelques mots à son interrogation sur le Don, puis il sentit son corps bouger.

° Choisit une direction à prendre. °

Zoran regarda autour de lui, s'imprégnant de la vision d'ivoire et d'or offerte par la forteresse volante, puis, fermant les yeux, il pointa un doigt vers l'est – où le soleil et ses rayons s'attardaient encore, paresseusement.



Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 678
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 627
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Sam 4 Avr 2015 - 10:18 Répondre en citantRevenir en haut

Si elle avait gardé des très humains, elle se serait excusée de son oublie. De taille en plus. Les bipèdes étaient sensibles au niveau de l'entrejambe et portaient, pour les nouveaux en tout cas, des pantalons trop fins pour supporter totalement le vol. Le tissu dans lequel était taillé le bas était solide et ne se déchirait surement pas. Mais il pouvait potentiellement laisser des marques rouges dues au fortement. Tant pis, ce n'était pas de sa faute mais celle de Laéïa. Elle aurait dû lui fournir des vêtements plus épais.

•Étais-je censé savoir que tu l'emmènerais de la sorte ?• demanda la demi-sang qui partageait son âme.

•Bien entendu ! Depuis le temps.•

•Même pour moi tu es parfois trop imprévisible •

La petite verte rugit doucement de contentement à cette déclaration, comme un rire draconique. Elle retourna ensuite ses pensées vers la crevette crispée sur son dos.

•Détends-toi. Tu vas t'ouvrir encore plus les mains que ce qu'elles ne le sont déjà, et je n'aime pas spécialement avoir du sang sur mes écailles.• Fit-elle dans une voix presque attrister. Il n'était pas très solide ce Fëalocë.

• Inspire et expire doucement. Tu ne crains rien ici.• elle parlait à la fois sur son dos et au Kaerl. • Prêt ?• en attendant tout juste la réponse, elle s'élança dans les airs d'un puissant battement d'ailes. Trois quatre de plus et elle se stabilisa à bonne hauteur.

• Les secousses sont finies• elle avait opté pour un vol plus calme que ce qu'elle avait prévu, pour ne pas qu'il se sectionne un nerf à trop serrer ses écailles. Elle se laissa donc planer tranquillement vers l'est, donnant parfois quelques coups d'aile pour rester à hauteur.

•Tu portes une chose bien étrange autour du cou• dit elle d'une voix douce, flânant toujours. • Je suis incapable de savoir comment tu vas. Tu n'émets rien. Ce n'est pas bon• ajouta-t-elle légèrement inquiète. Ne rien émettre, ne rien recevoir... C'était perturbant pour les dragons, qui avaient l'habitude de 'sentir' la vie chez les bipèdes qui les entouraient.

Elle se stoppa ensuite dans le vide. Le soleil devant eux étendait ses rayons, embrasant le ciel.

• La barrière qui protège la cité s'arrête ici. Nous n'avons plus la permission de quitter le Kaerl sans autorisation.• Une pensée mécontente se lia à cette dernière phrase. Elle n'aimait pas être contrainte. Céleste oui, mais libre avant tout.

Pour éviter un vol stationnaire trop fatigant, elle bifurqua sur la droite et entreprit de longer la protection.

• Ce vol plus calme te plait ? Si tu as des questions, tu peux les poser. Personne n’entend ici et Laéïa est trop occupé pour le moment pour nous écouter. •

En effet, voyant que sa liée ne semblait pas vouloir descendre tout de suite, la demi-torhille était repartie dans son antre après avoir réglé les derniers soucis ‘administratif’ d’un aspirant débarquant en pleine nuit.

Deux mois, mes dieux, je suis désolé ! C'est un peu court, j'espère que ça suffit, faut que je me 'relance' plus sérieusement ><



L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Zoran Cynfelyn
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2014
Messages: 66
Présentation: URL
RPs: 57
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Ayzehl
Fonction: Itinérant de Mystra
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 10 Avr 2015 - 08:45 Répondre en citantRevenir en haut

Sans un mot, Zoran fit ce que lui demanda la Dragonne. Il desserra à contrecœur sa prise sur les écailles de la Verte qui, si elles lui lacéraient la peau, avaient tout de même le mérite de le rassurer quant à la stabilité de sa position. Tout doucement, ses muscles se détendirent, apaisés par la régularité d'une respiration profonde.

° Prêt ? ° s'enquit Tiona d'une pensée, et ce fut encore une fois à voix haute que Zoran lui répondit.

« Oui, allons-y. »

Il savait qu'il aurait pu utiliser son Don pour communiquer avec la Dragonne par télépathie, mais il avait au fond de sa poitrine une sorte d'appréhension étrange qui l'en empêchait. Tout cela devait être trop récent. Le Fëalocë acceptait à peine l'idée d'être actuellement sur le dos d'une Dragonne en train de voler – sans aucun doute était-il encore tôt pour simplement échanger des pensées sur le ton de la discussion, comme si cela était la plus normale des situations. Par Mystra, bien sûr que non ça ne l'était pas ! Zoran secoua la tête pour chasser ces idées et se concentra à nouveau sur le présent – qu'il fût normal ou non n'importait plus beaucoup quand il était, eh bien, présent.

Sous ses yeux se succédaient les lumières, mattes ou brillantes, d'or ou de marbre crémeux, et les tours lui évoquaient autant de mains tendues vers le ciel blanc. Tiona prenait son temps, et Zoran lui en était reconnaissant. Ainsi, il pouvait mieux voir la cité se dérouler paresseusement sous ses yeux, et mieux profiter du vol de manière générale. Il en profita pour laisser son esprit vagabonder, quittant son corps fragile pour aller gambader librement sur les toits luisants, ou bien dans les rues dallées – il y avait tant de choses ! Sans s'en rendre compte, un sourire idiot avait éclos le long de ses joues creuses.

° Tu portes une chose bien étrange autour du cou. Je suis incapable de savoir comment tu vas. Tu n'émets rien. Ce n'est pas bon. °

Immédiatement, le Fëalocë se raidit. Ses sourcils se froncèrent, ses lèvres formèrent une ligne serrée. La Dragonne était juste curieuse, et sa question n'avait rien d'intrusif, mais le jeune Prêtre avait la même réaction depuis des années déjà. Il n'était pas aisé de se défaire de la méfiance. Grinçant des dents, il songea qu'il était cependant inutile de mentir à la créature qui guiderait ses pas dans ce nouveau monde.

« Ce cristal m'empêche d'être une menace pour l'extérieur. » commença-t-il d'un ton sec, qui craquait comme un feu de paille. « Mais il m'empêche aussi de communiquer avec. C'est... pour le mieux, néanmoins. Je ne veux faire de mal à personne. »

Bien évidemment, c'était affreusement résumé. Il ne savait pas s'il avait été tenu dans l'ignorance jusqu'au bout, si les Servants de Mystra d'Orën lui cachaient encore des choses. On lui avait donné le cristal, quelques explications aussi fumeuses que les lourds encens des temples, et Arianwyn l'avait emmené avec lui, loin des mystères religieux. Au final, que savait-il de son pouvoir sinon qu'il était dangereux ?

Relevant légèrement la tête, il constata que la Dragonne s'était arrêtée. Ils avaient dépassé le Kaerl – de peu, certes – et Zoran voyait pour la première fois le sol. Le vrai sol, pas celui de la fabuleuse forteresse volante. Les arbres aux cimes claires, les taches d'herbe disséminées çà et là, les étoiles fraîches et colorées parsemant le paysage, et même l'éclat fugitif de ruisseaux entre les feuilles. La moindre surface renvoyait les rayons du soleil dans toute leur violence printanière, et le Fëalocë finit par détourner le regard. « Merci. » déclara-t-il d'une voix affaiblie par l'émerveillement à l'attention de la Verte.

« Vous ne pouvez plus ? Ça veut dire que vous le pouviez, avant. Que s'est-il passé ? »

Ce n'était pas ce qui le concernait le plus, mais le ton de la Dragonne l'avait fait tiquer. Elle avait semblé... agacée ? Oui, ce devait être ça. Et Zoran avait toujours fait preuve d'un enthousiasme terrible quand il avait face à lui une personne mécontente.



Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 678
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 627
Race: Dragon Primordial

MessagePosté le: Mer 29 Juil 2015 - 21:47 Répondre en citantRevenir en haut

La réaction du petit homme ne se fit pas attendre lorsqu'elle évoqua le bijou autour de son cou. Sans le voir ni sentir comment il allait, mais elle sentit ses muscles se tendre légèrement. La question ne lui plaisait pas et pourtant elle devint, de ce fait, quelque chose de très important, car la réponse n'était que floue.

• T'empêche de communiquer ? Pourtant tu m'entends très bien et si ce n'était pas le cas, tu ne serais pas là actuellement. Parle-moi via le don. Sers-toi de ton esprit. Tu vas finir par avaler un insecte.• Ajoute-t-elle sur le ton de l'amusement, pour ne pas rendre le sujet trop sérieux et le braquer pour de bon. Elle avait saisi de quoi il parlait. Elle ne ressentait rien venant de lui, et cela venait donc de cette pierre. Il faudrait arranger ça avant que Flarmya décide qu’il était temps qu’il se lie, sinon un drame risquait d’arriver.

Elle donna un nouveau coup d'aile pour remonter légèrement, regardant l'horizon.

•Tu devrais la montrer à ta maîtresse. Elle touche un peu à ce genre de chose. Peut-être pourra-t-elle t'éclairer. Qui te l’a confié ?• d'autres questions la travaillaient. Comment pouvait-il faire du mal sans cette pierre. S'il s'avérait qu'il représentait un potentiel danger pour les autres, il faudrait veiller sur lui plus régulièrement. Son âme criait qu'il n'était pas méchant et que le mal qu'il pourrait faire serait involontaire. Mais pour lui-même et pour qu'il puisse rester, il fallait veiller sur lui. • Tu as dû le voir, elle travaille sur les runes. Et depuis que Flarmya a posé son regard sur nous, elle arrive à insuffler de la magie dans ses tatouages ou ses pierres. C’est intéressant. • Elle en parlait avec une certaine fierté. De ce qu’elle savait, aucune autre personne, dans ce Kaerl en tout cas, n’avait son niveau de tatouage et de connaissance sur les runes. Chaque jour, elle passait son temps à les étudier encore et encore.

Elle laissa planer un silence tranquille, faisant le tour de la cité avec le soleil avant de se poser sur une des plateformes du Valarëa, s’asseyant, regardant ses paires profiter des rayons du soleil de midi caressants leurs écailles. Elle n’avait pas encore répondu à la dernière question, réfléchissant à comment en parler. Il ne fallait pas le faire fuir si vite.

Elle s'allongea un peu pour le laisser descendre s'il le souhaitait. •Oui, avant nous pouvions partir et venir comme bon nous semblait. Mais le seigneur de cet endroit a décidé que ce n'était plus le cas, à cause de certains... Événements. Ici nous sommes en sécurité.• Enfin normalement. Zoran avait dû voir les restes des débris et autres traces de feu en survolant la cité.

• Mais bientôt nous pourrons de nouveau sortir et je t'emmènerai aux chutes. Au couché ou au lever du soleil, elles sont magnifiques !• dit-elle en retrouvant son enthousiasme perdu à l'évocation de la guerre. • Et sinon, toujours pas de question indiscrète ? • Elle le poussa doucement du museau. • Ou d'interrogation sur cet endroit ? Le don ? N'importe quoi ?• Elle ne cherchait pas à le faire parler à tout prix, mais de ne rien sentir était perturbant pour un dragon. D'ailleurs, certains les regardaient sans se cacher alors qu'un lézard de feu vint voleter devant lui.




L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter

***

Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:27 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu