Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Un dernier regard Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Jeu 13 Nov 2014 - 22:36 Répondre en citantRevenir en haut

Flarmyaku 918, mi du mois.




L'une des dernières nuits du printemps avait pris place en cette heure, étendant son large spectre indigo et piqué d'étoiles sur le Màr Tàralöm. Accoudée à la balustrade du balcon de son weyr de fortune, la jeune Runa laissait se noyer l'or de ses prunelles dans la clarté d'une sorgue paisible. Si d'apparence elle avait l'appui d'une personne douce et calme, les questions fusaient en elle à une vitesse folle. En effet, la fëalocë venait d'apprendre qu'une Empreinte était annoncée pour les semaines à venir, et que de cette Empreinte elle serait candidate..
Depuis son arrivée sur Tol Orëa, elle avait vécu dans ce luxe détaché d'être l'aspirante du Seigneur du Kaerl, ne craignant pas réellement les représailles de la part d'autrui. Mais depuis qu'elle avait connaissance de sa participation à cet évènement, tout lui semblait plus.. grave. Un poids pesait sur ses frêles épaules désormais, un sentiment de malaise et d'angoisse qui n'était pas présent jusqu'alors. Bientôt, l'élève n'en serait plus une.
Elle ne pensait pas tant à ce dragon qui l'attendait sagement enroulé dans son oeuf. Malgré son intégration rapide au sein de cette nouvelle communauté, l'existence de ces créatures écailleuses gardait ce voile presque irréel et digne d'un rêve. Mais qu'importait.. Là, seule, sous la caresse de la brise nocturne, Runa se laissait aller à son hypothétique réussite.

Mais était-elle seulement prête ? En a peine quelques mois vécus en ces terres, elle avait déjà vécu plus d'une vie. Elle avait beaucoup appris, tant sur ce monde caché au commun des mortels que sur elle-même. Pourtant et malgré tout, quelque chose de plus profond la rongeait indubitablement : et si l'heure n'était pas encore venue ?
Les émotions récemment accumulées de ces derniers temps ne supporteraient pas un nouvel échec ou une humiliation. La seule existence d'un bâtard né de sa mère et d'Alauwyr lui-même éveillait en elle un flot de sentiments peu louables et prêts à la faire basculer dans la plus véhémente des folies.. Non pas que la présence dans sa lignée d'un demi-sang l'atteigne réellement, mais le fait qu'il soit né d'un homme auquel elle attachait une importance sincère avait de quoi l'attrister profondément.
Quelques semaines plus tôt, en une nuit toute aussi douce que celle-ci, il s'était passé quelque chose entre Alauwyr et Runa, quelque chose qui ne tenait plus du lien Maître - Aspirante. Une part de la fëalocë haïssait cet être d'une froideur incommensurable. Une autre part l'avait épargné quand elle n'aurait eu qu'à l'achever, plus d'une fois.. Cette nuit là, et puis longtemps, Runa avait merveilleusement bien dormi, blottie dans les bras de celui qui était un père et plus encore. Bien que le Seigneur s'était acharné à ne révéler de lui que le visage d'un homme dur et glacial, ses regards trahissaient parfois quelque chose de plus secret que le néant de ses iris d'obsidienne. Elle en était intimement convaincue.. Du moins, elle l'espérait de tout coeur.

Lokath absent, Runa prévint seulement Nith de son départ. La jeune femme avait besoin de réponses à des questions auxquelles seul son démon aux cheveux d'argent serait en mesure de répondre.
Le spectre rouge s'enfonça à pas lents dans les ténèbres des longs corridors creusés dans la pierre, retraçant un chemin qu'elle connaissait désormais sur le bout des doigts. En marchant, la jeune femme affichait le visage de quelqu'un de pensif : elle allait à nouveau à la rencontre de cet homme qu'elle quittait à chaque fois en mauvais termes.. Ou presque.

La fëalocë fut tirée de ses pensées au son de pas légers non loin d'elle. Son regard se riva sur la silhouette d'une jeune femme élancée qui vraisemblablement quittait les appartements d'Alauwyr, prenant soin de claquer la porte derrière elle. Runa aurait juré reconnaître là un visage connu.. La fausse inconnue arborait une chevelure flamboyante et similaire à la sienne, de plus petite taille et aux attributs féminins moins prononcés, cette silhouette qui se tenait droite n'avait rien d'une nouvelle rencontre.. Mais qui était-elle ? Et que faisait-elle chez Alauwyr.. ?
La respiration de Runa s'accéléra peu à peu tandis que son coeur se parait de flammes naissantes. Etait-ce de la jalousie qui imprégnait le regard déjà crépitant de la princesse déchue ?

Restant dans l'ombre, l'inconnue ne la remarqua certainement pas. Presque hébétée, Runa hésita à se rendre jusqu'à la porte de son Maître. Le passage de la jeune rousse laissait flotter dans l'air un parfum d'épices qui lui rappelait son Ssyl'Shar natal.. Brutalement, les questions que se posait tout d'abord la furie disparurent pour laisser place à des incertitudes toutes autres..
Se raidissant, Runa frappa trois fois à la porte et attendit qu'on lui ouvre. Alauwyr, en découvrant sa visite, trouverait le visage d'une femme à la fois déçue et prête à éclater de rage. Elle ne pouvait accepter d'avoir proposé son affection à quelqu'un qui la souillerait sur la première venue..



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Publicité





MessagePosté le: Jeu 13 Nov 2014 - 22:36 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Jeu 13 Nov 2014 - 23:19 Répondre en citantRevenir en haut

Quand on frappa à la porte, Alauwyr se préparait à savourer une gorgée de son hydromel favori. La tête tournée, un sourcil haussé vers la porte, il se demandait qui pouvait le déranger maintenant. Asshai ne pouvait pas revenir, ils avaient terminé de discuter du plan pour Qahra... Qui donc. Il hésita à poser son verre pour crier à la personne inconnue d'entrer.

°C'est Runa°
°Qu'est ce qu'elle peut encore me vouloir en cette heure pareille ? °
°Qui sait ce qu'elle souhaite réellement. Elle est comme toi, très erratique. De plus, tu restes son maître; Si elle a une question qui la taraude, elle peut être en droit de te la poser, même en ce moment°
°Elle sait que j'aime avoir ma petite tranquillité°
°C'est pas la première fois qu'elle vient à toi le soir... Et puis elle a frappé à la porte°
°Il est vrai qu'elle ne l'a pas fracassée à coup de pied cette fois °


Le Maître Noir posa son verre et alla exceptionnellement ouvrir la porte. Au moins Runa sera heureuse de ce petit geste ! Quand il croisa ses yeux ambrés, à voir leur éclat intense, et à son visage serré, il comprit qu'elle était à la limite d'exploser. Quelque chose la chiffonnait... Préférant garder le silence que de lancer directement les hostilités, il s'écarta de la porte pour rejoindre la petite table qui portait le verre empli d'hydromel. Une fois son verre de nouveau en main, il se retourna vers Runa, gardant une attitude normale. C'est à dire droite et stoïque, preuve que l'énervement n'était pas dans son coeur. La présence de Runa ne l'exaspérait pas outre mesure ; un point pour elle. Restait à savoir ce qu'elle voulait. Sans doute avait-elle entendu parler des rumeurs d'une empreinte majeure à venir et qu'elle venait pour s'assurer que son maître la laissera tenter sa chance le jour venu. Il joua un court instant avec le liquide avant d'en savourer enfin une gorgée.

''Je présume que tu es venue dans un but précis. Tu as de la chance, je suis encore debout et dans de bonnes dispositions.''

Il lui faisait face. Elle n'aurait que quelques pas à faire si elle avait besoin de le faire. Mais pourquoi le ferait-elle si ce n'était pour le frapper ? A voir son air étrange, elle serait comme un volcan, crachant tout son feu en un instant critique. Les Fealocés... Ils ou elles étaient de redoutables combattants, mais qu'est ce qu'ils étaient imprévisibles....

°Tout autant que toi mon lié...°

Alauwyr grimaça mentalement à la réplique de son lié et avait toujours son regard abyssal braqué sur cette jeune femme, qui, il y a quelques semaines à peine, avait réussi à lui faire boire un produit endormant... Il ne se fera pas piéger deux fois. Pas pour la suite que cela a engendré. Il chassa de son esprit les émotions que cela provoqua en lui.

''Je t'écoute, Runa...''



Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Ven 14 Nov 2014 - 00:21 Répondre en citantRevenir en haut



La porte s'ouvrit, dévoilant un Seigneur de prime abord calme ce soir. Il l'invita à entrer sans rien dire et la jeune femme pénétra le weyr, la gorge déjà serrée.
Plusieurs sentiments se bousculèrent aux portes de ses lèvres, mais elle voulait parler peu et bien. Runa n'était pas venue chercher querelle, cependant la déception assassine qu'elle venait de subir s'insinuait dans ses veines avec la perfidie d'un poison mortel. Et peu à peu, la bête noire qui se terrait dans le corps divin de la jeune femme fit savoir qu'il était réveillé.. Elle voulut la faire taire, mais la princesse était bien peu de choses face à la fëalocë..
Elle jeta à Alauwyr un regard noyé d'affection et de chagrin à la fois. Honteuse, et craignant qu'il ne lise dans ses yeux comme dans un livre ouvert, elle lui tourna le dos et fit quelques pas. Le petit félin, peu à peu, prenait les traits de la tigresse.. Une tigresse fatiguée de se battre. Runa inspira profondément, cherchant dans les décors simples des lieux une façon de se donner du courage pour avouer ce qu'elle avait à avouer. Avant même de lui faire face à nouveau, elle parut commencer à parler mais sa bouche n'articula aucun son. Non.. non.. elle n'avait pas encore les bons mots.
Après quelques pas de plus, la tête légèrement rentrée dans les épaules, elle inspira profondément.

Lentement, Runa se retourna pleinement face à celui qui ne serait bientôt plus son Maître. Elle avait toujours les bras croisés, signe évident de son mal-être face à ce qu'il allait se passer. Malgré tout, dans un effort de rester digne et d'appuyer ses propos, elle se redressa. Il fut le premier à briser le silence, de tout le calme de sa voix masculine et forte. Un frisson parcourut l'échine de la fëalocë, tiraillée entre l'attirance et le rejet envers cet homme.. Jamais elle ne lui avait parut aussi mal à l'aise et dans cet état.
La petite protégée du Seigneur ardent leva vers lui de grands yeux étincelant aux teintes d'ambre et de miel. Ses opales étaient brillantes de larmes prêtes à naître mais qu'elle retiendrait de laisser couler. La voix moins assurée qu'à l'accoutumée, presque sinistre, elle répondit :

- Bientôt, plus rien ne nous reliera l'un à l'autre. En tant que Maître, vous m'avez appris tout ce que vous savez.. Vous m'avez épargnée d'un sort funeste, plus d'une fois.. Et pour tout cela, je vous dis merci.

Cet aveu était sincère, et pourtant, quelque chose se brisa en elle à l'instant où elle termina sa phrase.. Elle poursuivit cependant.

- Bientôt, vous prendrez un autre aspirant. Quelqu'un qui ne vous fera pas autant souffrir que je l'ai fait.. Mais de ça, je ne suis pas désolée..

Sans doute verrait-il le petit poing de son aspirante se serrer et sa mâchoire se crisper pour refreiner des paroles trop véhémentes. La fillette à la chevelure de feu allait être cruelle : il était enfin temps pour elle de parler sans crainte des représailles. Il était temps pour elle de cracher ce qu'elle avait sur le coeur. Plus sèchement, elle poursuivit.

- Avant que nos routes ne s'éloignent définitivement, sachez qu'à mes yeux vous n'êtes qu'un être méprisable. Je n'ai plus que de la haine à vous offrir quand autrefois j'étais prête à vous léguer mon affect.. N'étant plus un humain, vous n'avez que pour loisir de torturer mes sentiments à votre égard, comme le ferait un démon qui se repait de la douleur d'autrui.. Il n'est plus rien en vous qui soit capable d'aimer, ou à qui quiconque puisse accorder de l'attachement. Ce vide dans vos yeux n'est que la triste opacité du spectre qui se terre dans vos chairs. Un spectre qui a dévoré tout ce qui restait de bon en vous..
Je ne me suis jamais sentie aussi seule qu'en étant à vos côtés.. Tous vous abandonnent, et vous ne connaitrez plus que la solitude malgré la présence de votre Lié..
Êtes-vous donc aveugle à ce point pour ne pas comprendre tout ce que j'ai tenté de vous avouer.. ?
Je suis lasse et fatiguée, Alauwyr. Lasse et fatiguée de feindre l'évidence.


Etonnamment, elle avait parlé sans réelle violence, tout au plus de l'aigreur. Ses yeux retirent difficilement les marques d'une émotion palpable.

- Je crois que votre destin est plus sinistre encore que le trépas.. Vous serez seul à jamais, loin de ceux qui vous ont porté de l'intérêt ou de la fidélité.
On se rend compte des personnes à qui on tenait une fois qu'on les a perdu.


Runa marqua un long silence. Malgré l'air de la pièce qui semblait s'être alourdi, elle en revanche sembla plus légère. Elle resta ainsi figée sans plus rien dire avant de finalement se diriger vers la porte à nouveau, prête à partir.



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 16 Nov 2014 - 00:19 Répondre en citantRevenir en haut

Elle devait être au courant de l'Empreinte à venir. En même temps, quoi d'étonnant. L'envol d'une incarnate ne passait pas inaperçu. Alauwyr avait du être occupé à autre chose pour ne pas se souvenir des rugissements de défi qu'une Reine lançait à ses prétendants avant que ses derniers ne la poursuivent dans un vol rapide et frénétique. Et Estenir ne s'était pas intéressée à cet envol. Une raison de plus de pas pouvoir s'en rappeler.

Le Maître Noir termina de boire son breuvage, tout en écoutant le discours presque apitoyant de son aspirante. Qu'avait-elle à discourir de la sorte ? Est-ce justement à cause de l'approche de cette empreinte qui l'a mettait dans ces états ? Alauwyr en doutait. Elle lui avait déjà tenu un discours de ce genre auparavant, avec une once agaçante de provocation. Non, il y avait autre chose. Elle n'était pas vindicatif ou fière cette fois. Elle paraissait... déçue, et très négative. En même temps, Alauwyr n'avait jamais cherché à paraître joyeux ou sous toute émotion heureuse. Froid et arrogant de nature, il avait toujours montré à son aspirant l'aspect principal de sa personne ; hormis une ou deux fois, qu'il refusait toujours de reconnaître. Il n'appréciait pas la faiblesse et là, son aspirante, bien que cherchant à enfoncer un couteau rouillé dans sa face à l'aide de mots, désirant l'atteindre d'une manière plus profonde, à la subtilité émotionnelle qu'il n'avait jamais encore entendue. Elle cherchait à le blesser, même si cela effleurait à peine son amour-propre. A le blesser directement au coeur.

Il garda le silence. Elle aussi s'y plongea avant de partir en direction de la porte. Le verre qu'il posa sur la table vacilla dangereusement sur son pied et se stabilisa quand la main du Seigneur se referma sur le poignet gracile de la princesse déchue.

''Je ne crois pas d'avoir dit qu'on en avait terminé....''

Il l'obligea à se retourner, dans une étrange douceur, pour qu'elle lui fasse face. Il veilla bien entendu à être un peu de côté, au cas où la jeune femme aurait la désagréable envie de lui donner un coup de genou dans les parties pour se défendre.

''C'est au Maître de dire si son Aspirant est prêt pour l'Empreinte. Tu viens ici, dans mon weyr, me discourir un bien étrange message d'adieu, alors que tu n'as pas mon aval ? ''

Ses sourcils s'étaient froncés. Son regard noir était plongé dans la mer d'ambre un peu terne de Runa. Point d'éclat de colère, d'arrogance ou de malveillance. Sa main tenait toujours Runa.

''Si tu m'expliquais un peu ce qui t'arrive ? Ca ne te ressemble pas... Non, ce n'est pas ton genre...''

Il esquivait habilement le contenu réel de ce qu'elle lui avait déclamé en face. Il savait, mais dans ses années d'être froid et renvoyant la faiblesse au plus loin, il refusait de comprendre. Autant par l'instinct que par la raison. Il savait de quoi il en retournait, mais il refusait de laisser flancher son coeur. Car flancher de la sorte était s'affaiblir et donc de perdre. Et perdre dans ses convictions signifiait la mort.

°Cesse donc Alauwyr. Par moment, tu es vraiment buté. Rappelle-toi ce que nous avions évoqué...°

Oh il s'en rappelait, trop bien même.... Qu'en refusant ce qui se tramait en lui-même, il s'affaiblissait lui-même. Il refusait cette évolution !

°Tu veux dire que tu la redoutes...

Alauwyr garda le silence et n'avait pas quitté des yeux son aspirante.

''Il n'y a jamais rien eu de bon en moi... Tu devrais le savoir depuis que je suis ton Maître. Alors, dis moi réellement pourquoi tu m'as tenu ce discours....''



Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 16 Nov 2014 - 13:50 Répondre en citantRevenir en haut



Elle se crispa au contact surprenant de la peau du Seigneur contre la sienne, retenant à peine le frisson qui lui mordit la nuque. Elle n'avait pas envisagé qu'il la touche, du moins pas de cette manière : le geste était doux, sans le moindre signe de véhémence, presque tendre. La crainte de Runa de se faire battre s'était immédiatement dissolue. Elle appréciait ce moment autant qu'elle cherchait à l'écourter, mais les battements accélérés de son coeur trahissaient des sentiments plus difficiles à taire..
Après le discours qu'elle venait de tenir, elle s'attendait plutôt à une réponse violente et brutale de la part du Seigneur Noir. Et quoi de plus légitime ? Mais non, rien.. Un malaise serra légèrement la poitrine de la fëalocë : elle l'avait trop peu souvent connu sous ce jour affectueux et à chaque fois ces moments furent brefs. Au nom de tous les Dieux, qu'elle appréciait cette modeste tendresse.. Mais ce plaisir furtif avait le goût des cendres.

- C'est au Maître de dire si son Aspirant est prêt pour l'Empreinte. Tu viens ici, dans mon weyr, me discourir un bien étrange message d'adieu, alors que tu n'as pas mon aval ?

- Vous m'en empêcheriez ?

Elle avait voulu le regarder en lui répondant mais il avait déjà posé ses opales d'obsidienne en plein dans la mer d'ambre des siennes. Pour la première fois depuis qu'ils se connaissaient, Runa baissa les yeux, fuyant quelque chose qu'elle n'arrivait pas encore clairement à définir. Une part de raison enfouie au fond d'elle-même lui avait ordonné d'agir ainsi pour ne pas se rompre sous le charme sinistre des ténèbres braqués sur elle. Si elle maintenait le regard d'Alauwyr, elle savait qu'elle allait craquer et lâcher prise..
Malgré ses réfutations, la jeune femme était convaincue qu'autrefois il y avait eu en cet être une part plus humaine qu'alors. D'une certaine manière, il le prouvait en cet instant même. Ce soir, Alauwyr s'était légèrement éloigné de son cocon de froideur et de puissance, mais pour combien de temps ?

- J'avais besoin de le dire.. Murmura-t-elle presque.

Runa se sentait fatiguée, fragile et faible et elle en portait physiquement les marques. Son arrivée au Màr lui avait permis de faire le point sur sa vie quand d'un autre côté elle avait fait des découvertes qui aurait rendu fou le plus simple d'esprit. Son regard se perdit dans le vide de la pièce, toujours dans cette optique de ne pas croiser le regard de son Maître. Elle revoyait les évènements de ces derniers mois.. Et de son arrivée sur Tol Orëa, de la révélation de l'existence des dragons ou même de celle de son demi-frère fils d'Alauwyr, savoir que ce dernier ne serait bientôt plus là pour la guider la désolait sincèrement..
Elle chassa ces pensées avant de tenter de s'extirper de la douce poigne du Seigneur et recula comme elle put. Elle tenta de se donner un peu de courage pour pénétrer le regard de cet homme qu'elle haïssait et aimait d'un même élan. Elle asséna, le coeur lourd :

- De dire que je tiens à vous.. De dire que je vous aime et que ça me détruit.


Elle osa le fixer encore quelques secondes avant d'immédiatement abandonner cette joute qui opposait leurs deux regards. Elle avait honte de cet aveu, de ce qu'elle éprouvait. Elle en avait même peur.. Elle ne savait pas comment agir et réagir à l'encontre de cette "nouveauté" plutôt douloureuse. Des années auparavant, elle s'était jurée de n'éprouver aucun affect et ce pour quiconque. Runa n'avait pas tenu sa promesse et le regrettait, car il ne s'agissait ni plus ni moins que de sa grande faiblesse..
Une part de la fëalocë aurait voulu tuer cet homme pour ne plus avoir à souffrir d'un attachement impossible et non-réciproque. Et cette part, cette braise vindicative, s'échauffa peu à peu alors que la jeune femme revoyait l'ombre rousse quitter les appartements d'Alauwyr, quelques minutes plus tôt. Runa se voulut d'humeur plus sombre et morose encore.

Sans prévenir, elle repoussa plus clairement son démon aux cheveux d'argent d'un geste sec mais assez peu violent, en vérité. Son petit poing appuya involontairement sur les côtes encore fragiles de l'humain et il était probable qu'elle ravive la brûlure causée par la douleur de la rupture. Dire qu'il avait subi cette attaque pour lui sauver la vie..
Elle ne savait plus quoi penser et craignait de perdre la raison : elle aimait profondément cet homme, pour tout ce qu'il avait fait jusqu'à présent, pour sa force. Elle le détestait pour avoir brisé la pureté de sa famille, pour ne pas avoir su comprendre les desseins de la jeune femme, pour s'être montré si froid et cruel, pour avoir 'trahi' leur 'relation.' Elle se pensait folle d'avoir pu imaginer un seul instant qu'il avait tenu à elle. Runa était perdue, complètement perdue..

Ses paupières ne purent retenir plus longtemps quelques larmes partagées entre le chagrin et la colère. De la colère envers lui et elle-même. Elle se laissa lentement glisser jusqu'au sol, le mur le long du dos, et se prostra comme une fillette épuisée, genoux ramenés contre sa poitrine. Pour la première fois depuis 23 ans, Runa pleurait.



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 16 Nov 2014 - 15:31 Répondre en citantRevenir en haut

La déclaration fut presque stupéfiant pour le Seigneur, même s'il le pressentait dans ses entrailles; Il n'eut pas le temps de répondre à cette phrase qui résumait tout le flot d'émotions que Runa ressentait qu'elle le repoussa d'un petit coup de poing pour l'obliger à la lâcher. La percussion n'était pas forte, mais elle fut appliquée en plein centre de ses côtes à peine ressoudées. Alauwyr grimaça en reculant de quelques pas, portant déjà une main protectrice à l'endroit douloureux. Respirant plus lentement pour faire passer la sensation de brûlure, il regarda toujours muré dans son silence la jeune femme qui s'était effondrée de chagrin. Runa pleurait. Qui aurait pu croire qu'une femme au caractère tempétueux et indomptable ait pu craquer de la sorte.

Runa pleurait. Alauwyr fit un pas en avant et se retint. L'hésitation se lisait dans ses traits de son visage couturé. Pour l'une des rares fois de sa vie, il hésitait sur quoi dire et surtout, quoi faire.

°Fais le...°
°Je ne peux pas....°
°Lâche ce blocage émotionnel ! °
°Je ne peux pas ! Comprends-tu cela Estenir ? °
°Je comprends que tu te refuses à toi-même...°


Alauwyr passa une main sur son visage. Lutter contre soi-même était une dure bataille et il guerroyait encore intérieurement quand ses yeux d'onyx se posèrent à nouveau sur la jeune femme. Bien entendu, il ignorait que Runa avait vu Asshai sortir de son weyr et donc, ne pouvait pas comprendre la douleur de la jeune femme. Il songeait plus à ce qui s'était tramé la dernière fois, avec l'arrivée de Lokath. La jeune femme avait sa propre fierté et sa propre conception de l'honneur et voir qu'Alauwyr avait pu couché autrefois avec sa mère...C'était une trahison. Pas étonnant que cela faisait des étincelles entre eux deux...Elle l'aimait donc, mais cela la détruisait, car elle aussi luttait contre sa propre identité.

Pourquoi fallait-elle que les choses se compliquent avec cette aspirante...Comment avait-il pu se laisser prendre au jeu de ses propres émotions ? là, maintenant, il pourrait lui ordonner de sortir, la laissant se noyer dans son chagrin. Elle l'aimait et le haïssait en même temps. Quoi de plus naturel que détester un homme tel que lui ? Toute sa vie, il avait prôné la force par le sang. Et ce n'était pas maintenant qu'il allait reculer. Aimer était une faiblesse, un rempart brisé dans lequel les ennemis se glisseraient pour l'atteindre.

Il se rapprocha de la jeune femme et se baissa pour poser ses mains vigoureuses sur ses frêles épaules.

''Relève toi...''

Sa voix était ni autoritaire, ni glaciale. Elle était étrangement normale, avec une pointe de mélancolie? Fallait-il vraiment connaître Alauwyr pour l'entendre. Même si l'Aspirante refusait de croiser son regard, il avait baissé sa tête vers elle.

''Je ne t'empêcherai pas de participer à ton empreinte. Tu as toute la capacité nécessaire pour réussir...Mais je ne peux t'offrir ce que toi tu m'offres...

Il retenait le tremblement de ses mains toujours posées sur les épaules de la jeune femme éplorée.

''J'ai arraché bien des vies. Comme toi, je suis né au Ssyl'Shar. Mieux que quiconque, tu connais la loi du Désert. Survivre ou périr. Le désert n'a pas de place pour la faiblesse... Si je faiblis en acceptant ce que tu m'offres, je me mets en danger tout en te mettant toi en danger....Tu seras la première cible visée, dans le seul but qu'on m'atteigne. Jamais je n'ai eu à laisser une telle ouverture à mes ennemis. Que se passerait-il si on attentait régulièrement à ta vie ? Le jeu de la Cour était déjà pour toi un enfer... ne t'en rajoute pas un ici, maintenant que tu as la place de libérer tout ton potentiel au sein du Màr...''

Il hésita à retirer ses mains cette fois des épaules de la Fealocë. Bien entendu, il ne pouvait pas dire ce que son coeur tentait de lui faire cracher. C'était déjà bien éreintant pour lui de tenter de reprendre le contrôle sur ses ressentis

''Mon existence a toujours été ainsi, tuer ou être tué...je ne peux t'offrir ce que tu attends de moi....pour ta propre survie. ''



Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 16 Nov 2014 - 17:05 Répondre en citantRevenir en haut



Elle l'avait écouté parler, et à chaque phrase achevée de sa part, c'était son âme entière qui s'était obscurcie. Runa en vint à se terrer dans le silence, amenuisant peu à peu ses sanglots qui finirent par n'être plus que quelques larmes de fatigue. Elle restait là, hébétée et perdue, s'accrochant au maigre contact des paumes d'Alauwyr sur ses fines épaules. La jeune femme ne lui obéit pas immédiatement, quand bien même sa demande n'avait rien d'un ordre. Elle était recluse, elle avait lâché prise, et Alauwyr ne profita pas de la situation.. Une raison de plus qui l'obligeait à croire en quelque chose de plus noble en lui qu'un poste de régent cruel.
Mais sous cette compréhension empathique se cachait une forme d'égoïsme profond. Comprenant qu'il la rejetait, le chagrin de la princesse déchue pris une forme plus ardente. Peu à peu, éprise de cette faiblesse, Runa ressentit enfin toute la chaleur du feu qui brûlait en elle. Peu à peu, les braises se remirent à crépiter sous le souffle brûlant d'une colère naissante.

- Vous avez tort de croire qu'un seul de vos ennemis soit capable de m'atteindre. J'aurais su leur résister.. Tout comme vous..


Il était vrai que sous ses jours de jeune femme, et presque encore une jeune fille, Runa n'avait pas réellement de quoi faire hésiter un traître ou un assassin, elle en avait d'ailleurs fait les frais. Mais qui plus qu'Alauwyr était capable de témoigner de la force de caractère de l'aspirante ? Elle avait connaissance de ses limites et de ses capacités mais nul n'aurait été digne de la tuer aussi aisément qu'il voulait bien le penser.
Violemment touchée dans son égo princier, la furie serra les poings doucement. D'un geste rageur, elle essuya les quelques dernières larmes tout juste née de ses yeux et ses joues humides. La léthargie dans lequel son corps avait été plongé de force par l'emprise totale de la tristesse s'étiola brusquement, laissant à nouveau place à son tempérament embrasé. Croyez-le, elle essayait de garder son calme.. En vain. Runa se releva enfin, tremblante de cette souffrance qui mêlait fureur et rage dévastatrice. Elle repoussa soudainement Alauwyr avec une brutalité quasi étonnante pour un corps si frêle. Avec une grande sècheresse, elle cracha :

- Les lois du Désert ne vous ont pourtant pas empêché de prendre ma mère, ni une autre femme ce soir.


Certains pourraient croire qu'il ne s'agissait là que d'un énième caprice. Mais ce n'était absolument pas le cas. Runa n'avait jamais ressenti une telle foule de sentiments, d'autant qu'ils n'étaient adressés qu'à une seule et même personne.. Elle était viscéralement blessée et ça se sentait. Il se refusait à elle sous prétexte qu'elle serait une faiblesse.. N'avait-elle pas déjà prouvé qu'elle était digne d'un Roi ? Pire, n'avait-elle pas prouvé qu'elle était digne de lui ?

- Vos bras ont donc faim d'autres concubines.. Ma génitrice vous a pourtant satisfait il me semble, tout au plus que cette rousse dont les effluves flottent encore dans l'air ! Sachez que je ne m'offrais pas à vous comme amante.. Mais comme bien plus.

Elle ne l'avait toujours regardé dans les yeux mais osa enfin. La tristesse de ses iris d'ambre s'était laissée partiellement gagner par la colère et elle le fixait dans l'absence totale de honte désormais. Elle parlait froidement, sans la moindre once d'ironie :

- Vous trahissez tous ceux à qui vous tenez, à ce que j'en conclus ? Estenir est bien chanceux de posséder la moitié de votre âme, si tant est que vous en ayez encore une.



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 16 Nov 2014 - 18:14 Répondre en citantRevenir en haut

Alauwyr recula plus rapidement sous le rejet, jouant sur la prévention d'un nouveau coup au torse. Les yeux plissés, il garda la rage qui voulait qu'il ne le laisse pas malmener de la sorte. Runa avait grandement de la chance. Si elle l'avait croisé avant qu'il ne rencontre Limna, il n'aurait eu aucune hésitation à la remettre à sa place. Toujours plongé dans son mutisme, il resta stoïque aux paroles de la harpie, d'où la colère rageuse suintait à travers sa peau fine. Son maître la connaissait bien assez pour savoir qu'elle était sur le bord de l'explosion... Elle était en pleine ébullition émotionnelle et c'est là qu'elle commençait à devenir dangereuse. Aussi dangereuse qu'une vipère des sables. Rien ne pourrait la raisonner. Elle devait trouver un exutoire.

Ce qu'il comprit surtout à la fin de toutes ses paroles étaient qu'elle était enchevêtré dans les mailles d'un grosse jalousie. C'était donc pour cela qu'elle lui avait tenu tous ces propres, en plus de libérer ce qu'elle avait sur le coeur, de ce qu'elle ressentait pour elle...Elle avait vu Asshai sortir de ses appartements. Un tel venin rendait une femme plus terrible qu'une jument sauvage à dompter. Gardant les sourcils froncés, il la guettait, prévoyant tout venant de sa part. En temps ordinaires, il n'aurait pas eu à se justifier, il lui aurait ordonné de se retirer sur le champ. Au lieu de cela, il suivait le fil des émotions qu'il ne repoussait plus pour le moment.

''Tu te fais vite des idées sans t'assurer de la source originelle. L'Aspirante Asshai est en charge d'une mission vitale pour le Kaerl et toi, tu t'imagines déjà qu'elle était venu à moi pour tomber dans mon lit ? ''


Il lui aurait ri au nez d'une telle naïveté. Il n'y arriva pas.

''Ta rage et ta colère t'aveugle, c'est un fait que je t'ai déjà fait remarqué, aspirante....''

Puis il resongea à la prétendue trahison.... Que savait-elle réellement de cela ? Qu'elle aille voir sa génitrice pour ce qui était de la trahison ! La colère monta à son tour en lui et les muscles de ses mâchoires frémirent à la contraction. Il ne se mettra pas en colère, elle n'en serait que plus satisfaite de toucher à un point qui n'était pas sensible chez lui. Il ne lui offrit donc aucune ouverture sur lequel contre-attaquer.

''Que j'ai une âme ou pas à tes yeux, peut m'importe. J'ai dit ce que j'avais à dire et tant pis si tu ne comprends que tu veux absolument croire, suite à une observation fugace . La colère t'aveugle, fausse ton jugement et te mène dans le mauvais chemin. ''

Il se retourna légèrement, laissant la carafe d'hydromel entrer dans le coin de son champ de vision. Il reprendrait bien un verre pour se décharger de tout ce tumulte qui le minait. Non les émotions étaient dangereuses, elle affaiblissait l'homme et le menait lui aussi sur une voie en impasse. Jamais il n'avait failli sauf jusqu'à aujourd'hui. Et c'était pour le bien de Runa. Même si elle ne le verra jamais comme cela. Il plongea une dernière fois ses yeux noirs dans ce lagon ambré en ébullition. Bien plus qu'une amante... non elle comprendra jamais ce qu'il lui avait répondu : il l'éloignait pour sa propre sécurité. Dans le monde d'Alauwyr, il n'avait pas de place pour ce que la jeune fille espérait...

Il se détourna du visage de la jeune femme en rage, se dirigeant en quelque pas vers la carafe d'hydromel qui l'attendait. Déjà il se servit un verre. Au moins, elle repartira avec le coeur brisé et une colère permanente à son égard. Une bonne solution finalement, même si les choses ne reviendront plus à la normale. Quand il reposa la carafe, il tourna légèrement en direction de Runa. Il était temps qu'elle s'en aille.

''Tu peux partir....''

Il retint à peine un soupir avant de boire une gorgée. Il avait agi pour son bien et s'en était retrouvée blessé dans son incompréhension... Oui, c'était mieux ainsi pour elle. Au moins, elle mènera sa vie sans être une menace pour Alauwyr et surtout, sans que lui ne soit un danger perpétuel pour elle...





Dernière édition par Alauwyr Iskuvar le Dim 16 Nov 2014 - 19:34; édité 1 fois
Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 16 Nov 2014 - 19:33 Répondre en citantRevenir en haut



Les humeurs plus sombres du Seigneur avaient repris leur place. Plus un signe de douceur ou de tendresse. Plus rien que l'enveloppe charnelle glaciale et sans affection d'un être qui n'était plus humain. Runa en était la cause, elle le savait. Et quelque part, elle était satisfaite du résultat.. Il valait mieux pour elle qu'elle garde de lui le souvenir de quelqu'un de haïssable que celui d'un homme à qui elle était prête à se lier.

Lentement, le fauve qui habitait chacun d'entre eux avait repris sa place. Et Runa était loin d'accepter d'être la proie, ce soir. La tigresse était sortie de sa cage, dévorant déjà tout ce qui était à sa portée. Alauwyr serait un festin de choix. Le visage de la jeune femme s'était radicalement endurci alors qu'elle portait encore ses yeux rouges de chagrin. L'éclat de sa pupille était plus prédateur qu'à l'accoutumée : elle était prête et n'avait plus peur de lui.

Sans vergogne, elle s'approcha de la table sur laquelle était posée la carafe d'alcool dont Alauwyr venait de se servir. A son tour, remplissant un calice, elle dégusta une gorgée de ce breuvage au miel macéré dont tous deux raffolaient. Elle ferma les paupières et inspira en quête d'un peu de paix dans son esprit en ébullition.
Il disait que la colère la rendait aveugle, qu'elle se trompait.. A vrai dire elle était trop enragée pour revenir sur ses propres spéculations et les reconsidérer. Elle ne lui faisait plus confiance. Ca n'avait jamais vraiment été le cas à vrai dire. Elle savait qu'à partir de cet instant, tout ce qui aurait pu advenir d'eux n'était désormais qu'un souvenir. Ce lien, si étrange et presque malade qui les unissait venait tout juste de se rompre.

Runa reposa le calice, toujours dans cette fausse délicatesse princière, héritage de son passée de noble. Pour quelqu'un de prêt à exploser, elle restait d'une certaine élégance. La jeune femme se tenait droite, sa peau couleur de neige éclipsée par la fureur de sa chevelure vermillonne.

- Oh je n'ai jamais vu aussi clair qu'en ce jour..


Runa était aux portes de la folie, une fois de plus, mais n'en franchirait pas l'entrée. Une dernière once de raison lui murmurait de croire en ses propos, de rester confiante à son égard.. Mais elle ne comprenait pas qu'en l'éloignant de lui, Alauwyr voulait la protéger et que, quelque part, c'était une marque d'affection, aussi étrange puisse-t-elle être.
Plus qu'un affront, elle avait le sentiment de subir une forme d'humiliation de sa part. Cette force qui faisait cet homme était ce qui avait plu à la jeune femme, c'était également ce qui les poussait à ne jamais s'unir l'un à l'autre. Ironie était-ce là.. A ses yeux, il n'était plus un Seigneur, ni un Maître, ni un homme. Elle n'aurait aucun scrupule à lui nuire, donc ?

Une idée bien sombre s'insinua dans l'esprit enfiévré de la jeune femme. Une idée qui devrait se conclure par le sang de l'un ou l'autre. Sa vengeance était intarissable et rien ne pourrait la rassasier ! Elle lui jeta un regard noir, noyé de malveillance. La voix dure, faisant fi des convenances, elle annonça comme une malédiction :

- Eternel soit ton règne.

Et en moins de temps qu'il fallait le dire, elle dégaina sa dague et s'apprêta à en enfoncer la lame droit dans le ventre de celui qui lui faisait face.



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 16 Nov 2014 - 20:34 Répondre en citantRevenir en haut

Runa ne partit pas, elle le bravait une fois encore, tentant peut-être de le faire sortir de ses gonds. Sans sa permission, elle se servit à boire. Alauwyr ne l'avait pas quitté des yeux. Elle n'était pas loin de lui. Toujours silencieux, il but le reste de son verre en une traite. La princesse déchue y verrait sans doute le verre du condamné, vu ce qu'elle s'apprêta à faire. Malgré sa gestuelle très noble et posée, le Seigneur Ardent ne perdit pas de sa méfiance, guettant le moindre signe qui révélera son offensive. Elle était trop calme. Le coeur d'un cyclone était aussi source de paix... avant que ne reprenne la dangereuse tempête. Vipère des sables, voilà ce qu'était Runa. Et le reptile à sang froid avait besoin de cracher sa fureur. Elle le fit à sa manière et à une vitesse fulgurante.

C'est l'instinct d'Alauwyr qui le sauva du coup vicieux qui visait le ventre. Le verre éclata au sol, lâché de la main du Maître Noir qui esquiva le coup de dague. Dans son réflexe, il se prit le pied dans la petite table qui portait la carafe d'hydromel, lui faisant perdre l'équilibre Il grimaça quand il percuta du dos le sol dallé de son weyr. Son attaquante sut profiter de la situation et se jeta de nouveau sur lui. Alauwyr, les yeux à peine écarquillés, tendit la main pour enserrer le poignet vengeur, avide de son sang. Il bloqua le geste mortel. Juste a temps... La lame lui avait la pommette droite. Son autre main avait attrapé l'autre bras, l'empêchant de le frapper à coup de poings. Les abîmes ténébreux qui lui servaient d'yeux se figèrent sur l'aspirante. Sans attendre qu'elle lui crache des injures ou retente une action à coup de dague, il se retourna, se retrouvant sur elle. Il fut dommage pour la frêle Fealocë ne pas posséder la force et l'expérience de son maître car elle se retrouva à plat dos, coincé par la masse du maître-dragon qui la dominait et lui interdisait tout mouvement de fuite ou de frappe.

Il serra le poignet de Runa, jusqu'à ce qu'elle finisse par céder et libérer de ses doigts fins la dague qu'elle avait espéré lui planter dans l'abdomen. Sans la lâcher, il repoussa la dague, en tirant sur son bras. Tant pis si elle se débattait, au moins l'arme blanche ne sera plus à portée.

''On dirait qu'il te manque des leçons ma chère... Heureusement que je t'ai appris que la défense et pas l'acte..''

Il serra plus forte ses mains sur ses frêles poignets, les maintenant contre le sol. Le visage couturé était au-dessus d'elle ; hors de portée d'un coup de tête, il n'était pas fou au point de lui laisser une ouverture. Sa longue chevelure grisée cascadait autour, tel un rideau pour les dissimuler des yeux du reste du monde. Le sang coulait encore de l'entaille. Quelques sillons s'étaient déjà formés le long de la joue pour se terminer vers le bas de la mâchoire. Quelques gouttes tombèrent jusqu'à côté du visage de la princesse déchue. La vipère semblait maîtriser

''Qui fait couler le sang, finira dans le sang.... Mais pas ce soir. T'attendais-tu réellement que je me serai laissé faire ? Une fois de plus, Aspirante, tu as mal calculé ton coup...''

Il pourrait la frapper pour la punir de cet acte. Il pourrait ordonner qu'on l'emprisonne pour tentative de meurtre en la personne du Seigneur. Oui il pourrait.

''Tu aurais du me tuer l'autre soir, au lieu d'avoir le bras relâché...''

Un choc sourd retentit sur le balcon à l'extérieur. Une imposante silhouette ailée pénétra et revêtit sa forme humaine, sortant déjà une lame de sa ceinture.

°Je gère, Estenir. °
°Elle t'a blessée ! Je l'avais pourtant prévenu ! °
°Peu importe ! °


On entendit la forme humaine d'Estenir siffler de colère. Il resta néanmoins présent et croisa les bras, restant prêt au cas où. L'humain reporta toute son attention sur l'aspirante. Il était temps d'en finir une bonne fois pour toute avec elle. Ainsi, elle ne reviendra plus le voir. Ainsi, elle sera loin de lui et plus aucun des deux n'aura à souffrir.

''Tu as fini ton aspiranat. A partir de maintenant, tu es une candidate et tu pourras te présenter à la prochaine Empreinte. Je te libère de tes obligations d'aspirante. Tu es désormais prête.''

Il lui accorda un dernier regard et la lâcha. Se redressa d'un genou, il se remit debout et s'éloigna d'elle. Il passa à côté de son lié. Il dut communiquer avec lui un instant, car il croisa le regard flamboyant du dragon transformé. Puis le Seigneur se dirigea vers le balcon, pour aller contempler la voûte céleste. Estenir, un rictus mauvais à ses lèvres humaine, se plaça sur la route que pourrait prendre Runa pour rejoindre le Maître Noir.

°Tu as le droit de passer à la salle d'eau pour te rincer, vu que tu t'es roulée par terre et que tu as un peu de sang sur la figure... Mais après pars ! Tu en as assez fait ! °

Les bras croisés, il mettait bien en vue la dague qu'il tenait toujours, dévoilant parfaitement ses intentions.

°Je serai moins conciliant que mon lié si tu cherches à insister de te rapprocher de lui... Tu n'es vraiment qu'une idiote... vous les bipèdes vous cédez vraiment trop à la passion pour écouter ce que vous dictes votre raison et votre coeur... Tu n'as vraiment rien compris n'est ce pas ? °

Moment de silence mental, puis le dragon reprit.

°Le temps s'écoule... Tu devrais te dépêcher......°

La voix était sinistre et glacée. Le dragon défendait son lié. N'avait-il pas prévenu Runa si jamais elle venait à le blesser ou à attenter à sa vie ? Oh la garce avait réussi plus qu'elle n'espérait, mais cela, il ne lui avouera jamais.

°Tu as de la chance de l'avoir qu'effleuré. Crois moi que si tu avais fait plus encore, j'aurai agi comme je t'avais prévenue la dernière fois....°

L'imbécile, elle n'avait rien compris du tout. Qu'elle se débrouille désormais, seule !



Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 16 Nov 2014 - 22:12 Répondre en citantRevenir en haut



Le retournement de situation n'avait pas été surprenant, la fëalocë avait peut-être même compté là-dessus. Quoi qu'il en était, elle se débattit avec la rage d'une lionne prise au piège. Bien loin de toute forme avérée de peur, elle se défendit sauvagement, allant jusqu'à s'épuiser inutilement dans sa lute pour la survie. Elle avait tenté de le frapper, de le griffer, de le mutiler, de quelque manière que ce soit. Et lorsqu'enfin elle atteignit un semblant de but, ouvrant la chair de son visage déjà marqué par le combat, elle jubila. La vue du sang qui s'écoulait de sa joue, s'écrasant sur la sienne par quelques gouttes chaudes, était loin d'atténuer sa soif de le tuer. Et quel secret pouvait bien cacher une lame si acérée..

Avec la férocité de la panthère qu'elle était, elle tenta tout ce qui était à sa portée : coups de pied, étranglement, morsure.. Tout. Mais le guerrier était bien plus expérimenté qu'elle et connaissait les ruses de débutant. Runa était tout juste bonne à rugir et feuler, écrasée sous la force et la masse de muscles désormais au dessus d'elle. Non, elle n'abandonnerait pas et ne lui donnerait rien. Le pire était déjà fait qu'il ne le savait pas encore..
Peu à peu, ses membres s'engourdirent tant elle était dans l'impossibilité de bouger. Il aurait été aisé pour lui de l'achever mais n'en fit rien. Runa n'exprima qu'une grimace de douleur lorsqu'il la fit lâcher la dague et qu'il plaqua ses deux mains au sol. Impossible pour elle de répliquer, mais elle était loin d'en avoir fini. Elle fixait Alauwyr de l'immensité de ses iris d'or en ébullition, attendant la moindre faiblesse de sa part ou la moindre inadvertance de sa part.. Il ne lui avait pas appris à se battre mais s'il l'avait fait, il l'aurait sans doute regretté.. Runa, avec un peu d'entraînement, serait une furie difficile à battre à défaut de devenir une réelle guerrière.

Comprenant que le fauve en elle n'arriverait à rien, elle laissa parler le serpent. Doucement, elle tenta de se calmer, réprimant malgré elle tout attaque ou tout acte guidé par la colère. Elle fit mine de lui obéir et de tenir compte de ses propos, sans réellement en avoir cure. Comme il le disait si bien, elle était aveuglée par la rage et dans ces moments là, alliés et ennemis ne faisaient plus qu'un à ses yeux. La seule fois où elle décrocha le regard noir plongé dans le sien fut pour observer l'atterrissage d'Estenir. Cette fois, Runa ne devrait réellement plus rien tenter sous peine de périr d'une main qui l'effrayait plus encore que celle d'Alauwyr.
Son Maître lui annonça officiellement qu'elle était candidate à l'Empreinte à venir. Au fond d'elle, elle se sentait prête, et s'y serait rendue d'une manière ou d'une autre, sans son aval. Il se redressa et s'éloigna d'elle, veillant à ce qu'elle n'attaque pas à nouveau. Mais sous la menace d'Estenir, la furie parut s'assagir.. très légèrement. Malgré la présence du dragon sous forme humanoïde, elle n'avait d'yeux que pour celui de-qui elle tenait à abréger l'existence.

Elle n'ignora pas les propos de la créature sous sa forme in-originelle mais ne répondit pas néanmoins. La jeune femme se releva à son tour, fulminant comme le ferait une dragonne. Elle ramassa prudemment sa dague et la rangea dans son fourreau, accroché à la ceinture de sa tunique d'un rouge grenat. L'éclat ambré des yeux de Runa croisa la lame que tenait Estenir sans pour autant provoquer en elle quelque peur que ce soit. Elle ne pouvait mourir ce soir, sa Liée l'attendait dans l'oeuf..

Avec la sournoiserie d'une vipère, elle adressa au dragon un regard des plus noirs, de ceux qui vous transcendent tant ils sont dictés par l'avidité.

** Tu aurais pu ne pas arriver à temps.. **


Un sourire malsain, au bord de la diablerie, étira les lèvres charnues de la jeune femme. Ce que ces deux hommes ne savaient pas était que la dague de la princesse était empoisonnée. Même si peu éraflé, le Seigneur ressentirait bientôt tous les effets du venin appliqué sur la lame : peu à peu, son coeur s'emballerait, prêt à bondir de sa poitrine, brûlant sa cage thoracique avec autant d'ardeur qu'un brasier. Ca ne devrait pas le tuer..
Mais Runa, dans sa folie furieuse, n'en n'avait pas fini. Le sang n'avait pas assez coulé. N'écoutant que sa rage, elle fit mine de s'approcher doucement d'Estenir et une fois à son côté elle le poussa violemment pour mieux atteindre Alauwyr. Le poignard à nouveau dégainé, le Seigneur Noir sentirait une étrange sensation au niveau de son épaule gauche. Après un geste précis, Runa retira la lame qui avait pénétré les chairs, une lame couverte de sang. Son autre main saisit le visage de l'humain et elle le fixa plus intensément qu'à l'accoutumée.

- Pardonne moi..



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 16 Nov 2014 - 23:53 Répondre en citantRevenir en haut

La sensation avait été infime. Il n'avait pas eu le temps de se retourner que Runa lui avait déjà planté la petite lame dans l'épaule. En la retirant, du sang gouttait déjà du fil acérée de l'arme. Une main portée à son épaule gauche, grimaçant de douleur, il recula d'un pas. Runa lui faisait face. La garce ! Comment avait-elle osé ! Il aurait du se montrer plus ferme. Elle eut même l'audace de porter une main à son visage tout en lui demandant de lui pardonner. Un pardon ? Devenait-elle folle ? Il recula encore d'un pas, dardant sur un air courroucé et interrogateur à la fois. A côté, Estenir reprenait ses esprits, en grommelant.

''Qu'est ce qui te prends ? ''

La blessure à son épaule n'était pas grave heureusement. Mais autre chose commença à se produire. Le Maître Noir se sentit doucement bizarre, avant de se crisper. Une main porté sur le coeur, il tituba de quelques pas en arrière. Il sentait son coeur s'emballer et une brûlure naquit à son emplacement, devenant à chaque seconde un peu plus insupportable. Il regarda Runa qui était devenue un peu flou. La vipère des sable avait réussi à frapper sa proie. Sa dague...empoisonnée. L'entaille à son visage n'avait pas suffi pour que la substance agisse. Voilà la raison de la seconde frappe et de sa demande de pardon. Elle terminait sa vengeance et toujours dans l'incompréhension...Il crut tendre une main vers la jeune femme, luttant déjà contre la torpeur douloureuse qui l'envahissait. Son coeur tambourinait trop rapidement. Un bref souvenir lui revint. Runa maîtrisait des connaissances d'empoisonneuses... la femme repoussée se vengeait en tuant l'homme qu'elle aimait et qui la refusait, si on suivait la logique de son incompréhension. Il se sentit tomber, mais ne se rappellera pas d'avoir été à la rencontre du sol du balcon.

Estenir s'était précipité vers son lié, le rattrapant à temps. Bien que sa forme humaine paraissait bien frêle en comparaison de son lié, il avait autant de force que lui et retenant Alauwyr d'un bras, il pointait son couteau vers Runa.

°Traîtresse ! Stupide bipède ! Tu n'as décidément rien compris ! Il t'a éloigné de lui pour te protéger, au prix d'une souffrance intérieure dont tu as pas idée ! et voilà comment tu le remercies, en cherchant à le tuer ! °

Estenir était à la limite de la panique. Alauwyr avait perdu connaissance et son coeur battait toujours aussi rapidement, même trop rapidement à son goût. Gardant en joue avec sa dague l'aspirante, il traina son lié à l'intérieur du weyr. Une fois allongé sur le lit, Estenir restait très inquiet. Le rythme cardiaque se mettait à un niveau anormal et la respiration de l'humain avait accéléré à son tour pour compenser l'effort d'Alauwyr à lutter contre la subtance qui coulait dans son sang. Estenir n'était pas un experts dans les substances empoisonnantes. Vivement il se retourna vers Runa, presque en pleurs d'être dépassé par les évènements et de pas savoir quoi faire pour soulager son lié. A travers le Don, il ressentait tout de son lié.

°Qu'est ce qu'il y avait sur ta dague ? Je veux le savoir maintenant ! Car crois moi que si Alauwyr meurt, tu le suivras dans la mort ! °

Peut-être que le dit poison n'avait pas d'effet mortel, qu'il n'était que bénin, mais Runa ignorait que le Maître Noir poursuivait encore le traitement que lui avait prescrit Esthen Frâlan. Une mauvaise réaction aurait très bien pu se faire... Quelques substances supportaient mal de se rencontrer...



Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 17 Nov 2014 - 01:17 Répondre en citantRevenir en haut



Alauwyr ressentait enfin les effets nocifs du poison inoculé par Runa au travers d'une plaie pénétrante. Son coeur allait accélérer à un rythme fou, jusqu'à lui faire perdre connaissance sans que ça ne le tue. Ce n'était pas tant le but de la fëalocë, sinon elle l'aurait frappé à un endroit plus vital. Non.. elle voulait simplement le faire payer. Le faire souffrir.
Elle le vit reculer à pas chancelants, son esprit s'embrouillant peu à peu sous la morsure brûlante de son coeur qui ne savait plus comment battre. Mais quelque chose clochait.. Il n'aurait pas dû s'écrouler aussi rapidement, aussi brutalement.. Sa satisfaction avait une saveur amère : le venin n'avait pas l'effet escompté, il était bien trop fort.
Estenir retint à temps le corps massif de son lié, l'empêchant de percuter le sol malgré un gabarit plus sec que son bipède. Runa jeta au sol sa dague, satisfaite de ce nouveau retournement de situation. Elle n'était pas vengée mais elle avait assouvi sa pulsion de détruire quelque chose, même l'espace d'un instant.
Sous la menace du poignard du dragon à forme humanoïde, elle ne défaillit pas, dardant l'éclat de la lame qui luisait sous les braseros du weyr. Mais à la suite des évènements, elle perdit le contrôle..

° Traîtresse ! Stupide bipède ! Tu n'as décidément rien compris ! Il t'a éloigné de lui pour te protéger, au prix d'une souffrance intérieure dont tu as pas idée ! et voilà comment tu le remercies, en cherchant à le tuer ! °


Elle n'était pas sûre de comprendre les vociférations d'Estenir.. Outre les insultes dont il l'accablait, venait-il de lui révéler la réciprocité de ses sentiments à l'égard du Seigneur Noir.. ? La jeune femme se figea à nouveau, abasourdie. Et tout prit tout à coup un autre sens.. Les mots qu'avait employé le Seigneur, malgré la rudesse du rejet dont elle avait fait les frais, sonnaient désormais différemment au creux de l'oreille de la princesse déchue. Comme trop heurtée par cette révélation soudaine, elle observa Estenir trainer Alauwyr, mais sa vision était perdue et flottante. Elle ne savait plus comment réagir. Elle regrettait son geste.
Ce furent les réactions fébriles du dragon sous sa forme humaine qui sortirent Runa de ses pensées et qui la ramenèrent à la réalité. Alauwyr avait défailli et à l'instant même où il perdit connaissance, la créature paniqua. Son visage se décomposa, il était proche des larmes de désespoir et d'affolement. Ce lien si puissant qui les unissait allait même jusqu'à ces extrêmes de la peur incommensurable de perdre l'autre.

Runa ne répondit pas à Estenir. Elle regarda Alauwyr et comprenait enfin qu'il était en train de mourir et que si elle ne tentait rien, il ne reviendrait pas à lui. Elle avait été si sotte ! Le Maître Noir avait eu raison de lui rappeler à quel point elle était aveugle et folle dans ses moments impulsifs, et voilà qu'elle en faisait les frais. Si des minutes auparavant elle avait souhaité sa souffrance et son trépas, sa seule conviction désormais était qu'elle ne pouvait pas le perdre. Elle ne pouvait pas perdre celui qu'elle avait été le seul à être capable d'aimer. Alors il fallait agir !

La fëalocë détacha de sa ceinture une large bourse de cuir qui ne contenait que quelques feuilles et autres ingrédients d'apothicaire. Elle n'était pas toujours stupide : à utiliser des poisons, on apprend à garder sur soi des antidotes. Runa ne paniqua pas mais s'agita franchement jusqu'à enfin trouver la bille de pâte noirâtre dont elle avait besoin. Ce n'était pas puissant mais ça contrerait les effets du venin rapidement.

** Pousse toi ! Laisse moi faire et il vivra ! **

Elle se risqua à approcher du duo, bravant la menace de la lame d'Estenir qui ne répondait plus de rien. Vu son état, il n'aurait aucun mal à trancher un morceau de la femmelette qui venait d'attenter à la vie de son lié. S'il tentait quoi que ce soit, elle se tenait prête à le repousser quitte à en subir les conséquences. Elle n'accepterait pas que le Seigneur meurt sans avoir fait quoi que ce soit.
Tant bien que mal, elle parvint à grimper sur l'humain, passant ses doigts dans sa bouche pour le forcer à avaler la bille de pâte même contre son gré. Elle appuya sur son menton pour le forcer à fermer la bouche et de l'autre main elle l'empêcha de respirer. De prime abord, le geste pouvait être vu comme une nouvelle tentative pour lui ôter la vie mais ce n'était guère le cas : Alauwyr respirait trop vite et de façon superficielle. En régulant sa respiration, son coeur ralentirait, aidé par le médicament qui mettrait quelques minutes à fonctionner.
Selon un ordre précis, Runa empêchait l'humain de respirer avant de libérer ses voies, répétant le geste plusieurs fois de suite avec un espacement rigoureux. Peu à peu, le palpitant ralentirait sa course, jusqu'à ce qu'enfin le Seigneur ne reprenne ses esprits.

- Réveille toi, je t'en supplie..

Estenir n'existait plus. Elle ne distinguait plus le weyr autour d'elle. Noyée par l'angoisse de le perdre, elle n'avait d'yeux que pour celui qu'elle tentait de sauver.



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 17 Nov 2014 - 10:33 Répondre en citantRevenir en haut

Runa ne voyait pas derrière elle Estenir qui tenait dans sa main la dague prête à frapper si jamais elle faisait le moindre pas de travers. Le saurien métamorphosé guettait le moindre signe si elle commettait le moindre faux pas. Les yeux larmoyants d'inquiétude, il avait les lèvres retroussés, prêt à tout. Il eut peine à se retenir en voyant l'aspirante l'empêcher de respirer, mais voyant qu'elle le faisait à un certain rythme, il comprit l'aide qu'elle apportait. Mais la dague luisait d'impatience toujours sous les braseros...

Par le lien qui l'unissait à Alauwyr, il sentit la tension du corps de l'humain se défaire et le coeur battre de moins en moins fort. Tremblant, il s'approcha et essaya d'être soulagé. Pour l'instant, Alauwyr n'était pas encore éveillé, mais l'intervention de Runa avait marché. D'ailleurs, la jeune femme lançait presque une supplique à son maître, comme si de le voir s'éveiller lui laisserait la vie sauve. Le dragon jugeait déjà son acte comme impardonnable. Il ne bougeait en tout cas pas, attendant lui aussi un signe d'éveil de l'Ardent, qui revint doucement à lui.

Alauwyr grimaça avant d'ouvrir les yeux. Le goût de la boule était bien ancrée dans sa gorge et son épaule le tourmentait. Un moiteur chaude lui colla la joue encore, même si le sang ne coulait plus de l'entaille provoquée par le coup de dague d'avant le drame. Quand ses yeux noirs revirent la lumière, ce fut d'abord pour distinguer la silhouette floutée de Runa. Puis doucement, elle redevenait de plus distincte. Sans ménagement et surtout sans violence, il repoussa l'aspirante pour se lever. Il fit quelques pas hésitants tout en se retenant au bord du lit. Ce fut à peine s'il adressait un regard à la jeune femme... Estenir frémit quand il sentit que quelque chose en son lié s'était brisé. Il n'arriva pas à comprendre quoi, mais ça lui fit très mal au coeur.

°Estenir, fais la partir.°
°Non, attends, j'aimerai...°
°Ne conteste pas mon choix ! °


La voix de l'humain était percutante de froideur, qu'elle blessa le dragon. Les yeux écarquillés, Estenir se senti perdu. Il essaya de joindre son lien sur le plan émotionnel et fut presque choqué de la brisure qu'il en tituba. Qu'avait-il fait ? Qu'avait-il commis auprès de son lié en lui prodiguant ses derniers conseils ? Runa en tendant de le tuer avait brisé le peu de confiance qu'il avait commencé à lui accordé, en suivant les murmures de son lié. Et jusqu'à aujourd'hui, la confiance qu'il avait envers son dragon avait toujours été infaillible... Qu'avait-il fait !

Il tenta de communiquer avec l'humain. Il ne rencontra qu'un mur glacial de dédain. Le dragon se sentit encore plus blessé...Il tourna la tête vers l'Aspirante. Des larmes montèrent à ses yeux.

°Si tu n'avais pas été aussi stupide... Si tu étais pas aussi enragée à préserver ton petit égo..... Tu peux pas comprendre et tu comprendras jamais ! °

Il y avait un unique moyen de réparer son erreur. Il ne voulait pas perdre Alauwyr comme il était déjà en train de le perdre. Il devait le faire. Il se rapprocha de son lié.

°Pardonne moi mon lié.°

La main humaine d'Estenir se posa sur l'épaule d'Alauwyr. Celui-ci s'affaissa doucement, plongé à nouveau dans l'inconscience. Estenir le retint dans ses bras, lâchant tout de même un léger sanglot. Pensant agir pour le bien de son lié et de son avenir, il l'avait guidé au point de perdre totalement sa confiance. Il l'avait senti en Alauwyr... Vivre en étant plus qu'un étranger à ses yeux auraient été trop dur... Le menant au fauteuil où il aimait parfois s'assoupir, il l'y assit. Alauwyr avait les yeux fermés et paraissait dormir, apaisé...

Il le laissa là et se retourna. Sans prévenir, il fit un bond et tira vers lui l'Aspirante.

°J'ai commis une erreur impardonnable, mais je ne la commettrai plus. Pour le bien de mon lié. °

Peut-être qu'elle hurlerait, se débattrait, le supplierait. Il s'en fichait. Rien ne comptait plus que de faire disparaître les mauvais souvenirs...Oui, Estenir avait pour son lié, en quelque sorte effacé dans la mémoire de son lié ce qui s'était passé... C'était un acte dangereux. Ce n'était pas comme effacé la rencontre d'un maître-dragon et de son dragon envers un Doué qui finissait par refuser de les suivre. Là, les souvenirs visés étaient plus entremêlés...

°A partir de cet instant, tu ne te rappelleras plus de cette soirée. Je te laisserai que pour limite dernière de tes souvenirs le coup à sa joue. Tu entendras encore dans ton esprit les mots qu'il t'adressa pour te libérer de son aspiranat. Alors tu repartiras avec l'amertume en bouche, la fureur brillant dans tes yeux et la satisfaction de t'être enfin libérée de la froideur d'Alauwyr et de t'être vengée en l'entaille à la joue... voilà tout ce que je te laisse Aspirante ! Et j'insiste sur le fait que tu repartes ! °

Il passa alors à l'action... Runa pouvait s'estimer chanceuse. Le dragon aurait pu la tuer, mais la sagesse était sienne et avait compris que le drame venait de ses actes et non de la Fealocé... Il avait cru que la jeune femme aurait aidé son lié et tout en encourageant en même temps Alauwyr à ne pas repousser ses propres émotions. Par le Don, il agit. La mémoire de Runa reviendrait comme avant et elle restera sur le sentiment qu'Alauwyr l'a renié. Tant mieux, pour le bien de son lié.

Comme pour Alauwyr, l'acte fit perdre connaissance à la jeune femme. Il la laissa s'étendre sur le lit et alla s'occuper de son lié. Profitant de la torpeur d'Alauwyr, il s'occupa de ses deux blessures. Une fois pansées et le sang retiré, il changea la tunique sombre de son lié. Moins il y aura de traces, plus les explications seront aisées...Puis, comme personne ne les regardait, il passa une main affectueuse sur la joue non entaillée d'Alauwyr, qui avait toujours eu confiance depuis le premier jour de leur lien... Il avait agi pour le bien de son lié.... Il ne méritait pas de souffrir à cause de lui.

Puis, toujours sous sa forme humaine, il observa Runa, toujours assoupi... L'aspirante devait partir. Il la souleva sans effort et la cala contre la porte, la soutenant debout. Doucement il la secoua pour qu'elle se réveille. Et quand elle s'éveilla...

°Il est temps pour toi de partir Candidate.., tu n'as que trop tardé et ta présence commence à m'énerver.... °

Même si la voix retrouva son autorité d'avant le drame, il ne pourra pas cacher la brillance anormale de ses yeux d'humains.



Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 17 Nov 2014 - 12:47 Répondre en citantRevenir en haut



Ne le voyant pas reprendre connaissance, le corps frêle et entier de la jeune femme se mit à frémir. Elle ne craignait pas pour sa vie, non, mais bien pour celui qui l'avait déjà sauvée à maintes reprises. Elle espérait payer sa dette, d'une manière ou d'une autre, même si elle était à la fois l'assassin et la guérisseuse. Et dans ces moments là, les secondes paraissaient des heures..
Elle était tenue en haleine par le moindre mouvement du corps inerte sous elle, comme si sa propre destinée en dépendait. D'une manière ou d'une autre, c'était vrai. Estenir ne retiendrait pas son geste cette fois ci, et Runa périrait avant que le dragon ne disparaisse à son tour. Ses doigts tremblants tenaient à peine du bout de la pulpe les joues froides du Seigneur. Un peu de sang vint tacher ces derniers, comme pour rajouter de la souffrance à sa peine. Alauwyr ne devait pas mourir.

Après quelques minutes, péniblement, l'humain revint à lui. La respiration de la fëalocë sembla moins accélérée, comme si le simple fait d'apercevoir le néant dans les opales d'obsidienne de cet homme était un miracle. Elle aurait voulu pousser un long soupir de soulagement mais sa gorge était serrée et raide. Jamais elle n'avait eu si peur pour autrui, peut-être même pas pour elle.
Alauwyr se leva, à son rythme et Runa se poussa immédiatement pour le laisser faire. Elle tendit les bras vers lui pour l'aider à le soutenir tout en restant à bonne distance. Qui sait ce qu'il allait lui dire ou lui faire.. N'étant pas dans la confidence qui interposa le dragon à son lié, elle n'eut pas connaissance de leurs échanges. Elle était là, silencieuse, prête à fondre sur l'humain s'il venait à tituber et perdre l'équilibre. Et soudainement, on pénétra ses pensées.
Estenir lui fit peur et elle recula franchement. Le dragon, sous sa forme humanoïde ne pouvait pas retenir les quelques larmes qui roulèrent sur ses joues. Etait-ce la terreur d'avoir manqué de perdre son lié ? Elle ne comprenait pas. Parce qu'elle n'avait pas encore sa propre âme-soeur.
Elle observa la créature, aux aguets d'une attaque à son encontre. Et au lieu de ça, c'est bouche-bée qu'elle le vit plonger Alauwyr dans un sommeil lourd et brutal.

- MAIS QU'AS-TU FAIT ?!

Estenir n'avait fait que poser sa main sur l'épaule de l'humain et ce dernier tomba à nouveau dans les affres de la léthargie. N'écoutant que sa témérité, la jeune femme voulut se jeter sur le dragon. Mais l'inverse se produisit. Elle fut si surprise qu'elle n'eut le temps de fuir. Comme une sauvageonne cependant, elle frappa l'humanoïde à coups de poing, se débattant avec ses dernières forces pour ne pas subir ce qu'elle voyait déjà comme son meurtre. Runa hurlait et repoussait le faux-bipède, effrayée.

- NON ! LAISSE MOI !

Elle se voyait déjà gésir dans une marre de son sang, gorge tranchée, rouée de coups par la créature. A son tour, elle pleura à nouveau, terrifiée à l'idée de subir un tel sort. Et elle l'aurait mérité..
Estenir s'adressa à elle mais elle ne comprit que quelques brides de ses pensées. La princesse déchue se cabrait toujours, jusqu'à l'épuisement.

°A partir de cet instant, tu ne te rappelleras plus de cette soirée. Je te laisserai que pour limite dernière de tes souvenirs le coup à sa joue. Tu entendras encore dans ton esprit les mots qu'il t'adressa pour te libérer de son aspiranat. Alors tu repartiras avec l'amertume en bouche, la fureur brillant dans tes yeux et la satisfaction de t'être enfin libérée de la froideur d'Alauwyr et de t'être vengée en l'entaille à la joue... voilà tout ce que je te laisse Aspirante ! Et j'insiste sur le fait que tu repartes ! °

Elle ne comprenait pas.. et ne comprendrait jamais. Malgré sa hargne à tenter de le fuir, elle sentit la main froide d'Estenir se poser sur sa peau nue. Ses yeux se révulsèrent et elle se sentit chuter sans rencontrer le sol. Tout était devenu d'une obscurité effrayante.. Le temps s'était figé, comme si elle était morte. Il ne subsistait que le néant, le vide, à l'infini. Elle aurait pu essayer de clamer de l'aide, mais sa gorge ne répandait plus aucun son. Il n'y avait plus rien de palpable et de visible. Plus rien à écouter ou à ressentir. Non, il n'y avait plus qu'un gouffre.

Nul ne pourrait dire le temps qui s'écoula du moment où Estenir effaça sa mémoire et celui où elle reprit ses esprits. Elle se retrouva debout le long de l'embrasure de l'entrée du weyr, se tenant à la porte d'un côté et partiellement soutenue de l'autre. Un mal de tête à s'en frapper contre le mur lui perfora le crâne. Sa déglutition fut difficile tant sa bouche était comme engourdie. La petite avait du mal à tenir sur ses jambes et elle vacillait dangereusement.
Elle vit Estenir sans réellement le regarder, ne percevant qu'à peine la lueur humide qui noyait ses yeux de reptile sous un corps humain. Au moment où elle voulut demander ce qu'il s'était passé, le dragon lui coupa la parole pour la chasser, plutôt calmement. Ses sourcils se froncèrent, comme en quête d'une réponse. Runa se retourna et vit un Alauwyr assoupi dans son fauteuil.. Ses souvenirs étaient flous et incertains, elle avait besoin de dormir, de trouver du repos.

Runa adressa à son Maître un dernier regard gorgé du mépris retrouvé. Enfin elle serait détachée de lui à jamais, car l'Empreinte arrivait. Et seul Estenir garderait le secret de cette nuit passée.



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 17 Nov 2014 - 19:05 Répondre en citantRevenir en haut

Le départ de l'aspirante fut confirmé par un ultime claquement de la porte du Weyr. Estenir affaissa ses épaules de soulagement. Son action sur son esprit semblait avoir marché. Soulagé mais pas encore totalement certain des résultats sur son lié, il se retourna pour l'observer. Alauwyr dormait toujours. Peut-être ne tardera-t-il pas à se réveiller. Il se sentit vidé... resongeant à la perte de confiance de son lié, il ne put s'empêcher de trembler. Un peu plus et il le perdait à jamais. Ne plus être considéré comme son âme soeur aurait été terrible pour lui et il n'aurait pas su y faire face longtemps. Il avait besoin d'Alauwyr pour vivre et Alauwyr de lui, en plus de sa force et ses conseils. Depuis trois décennies ils partageaient ensemble ce lien unique, Estenir n'avait jamais regretté son choix, alors que le jeune homme à l'époque était le seul possédant le Don qu'on lui avait présenté. Moribond, le jeune cendré n'avait guère eu le choix s'il avait espérer survivre... Et Alauwyr avait été sa véritable âme soeur dès qu'il toucha son esprit. Et ce soir, il avait manqué de le perdre.

Il se rapprocha de l'humain endormi puis silencieusement, il rejoignit son weyr pour prendre sa forme véritable. Cela de fait, il s'enroula sur lui-même, veillant sur son lié, jusqu'à son réveil. Il n'eut pas à attendre longtemps. Le Maître Noir porta une main à sa tête tout en grognant. La première chose qui le préoccupait était Runa.

°Elle est partie...°
°Comment cela partie ? °
°Tu l'as libérée de ses obligations d'aspirante, tu te rappelles ? °
°Comment se fait-il que mon épaule soit bandée... Par le sang, j'ai l'impression d'avoir trop bu°
°C'est effectivement le cas, tu as trop savouré ton hydromel. Runa t'a entaillé la pommette, mais en glissant, la lame s'est plantée après dans ton épaule. Si je t'avais pas retenu, tu l'aurais tué. °
°C'est étrange, je m'en rappelle pas... Le coup de l'entaille, mais pas le reste....°
°Tu as trop forcé sur l'hydromel. °


Alauwyr se releva de son fauteuil, se frottant les yeux. Il lui arrivait rarement de se soûler, et plus rare encore il perdait la mémoire à cause du trop plein d'alcool. La perplexité de son lié fit craindre à Estenir l'échec de son action d'effacement de mémoire. Sa queue cendré se resserra autour de lui, comme pour se rassurer que tout allait pour le mieux.

Le Seigneur soupira et joua de son épaule pansée.

°Au moins, elle est partie. Et c'est définitivement fini... Estenir ? °
°Oui ? °
°Ne viens plus me bassiner avec des histoires d'émotions à suivre, veux-tu ? Je sais ce que j'ai à faire... °
°Entendu... et pour Runa ? °
°Moins j'en entendrai parler et mieux ce sera°


Le coeur d'Alauwyr avait retrouvé sa froideur d'autan. Comme précédemment, avant que le drame n'éclate, Alauwyr s'en retourna vers le balcon pour contempler les cieux étoilés. Estenir souffla en silence son soulagement. Mais au fond de lui, il sentait qu'un vide étrange comblait le coeur de son lié. Même si Alauwyr ne lui avouera jamais en face ou mentalement, Runa l'avait marqué bien plus que cela et même en agissant sur son esprit, il n'avait pu effacer ce faible attachement qu'il éprouvait pour la jeune femme. L'éloigner était finalement la meilleure décision qu'il eut à prendre.

[HRP : fin du rp o/]



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:46 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu