Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Damage Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Astère Jan Neihya
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 6 Nov 2014 - 12:22 Répondre en citantRevenir en haut

} Discipline, it's all I'm not
Can't help myself, you listening?
Why can't I say just what I want? {


Le 30è jour du mois Gaïaku


    L’aspiranat avait commencé, à la fois bienfaiteur et torture. Supporter Anaviel n’avait rien d’aisé, même s’il était plein de connaissances qu’Astère pouvait lui envié. Son dragon, Zaknafein était du genre moqueur mais pas méchant. Le demi ne le prenait pas comme ça, même si les mots lui paraissaient parfois acerbes. Il était capable de s’adapter relativement rapidement mais le fait d’avoir un « maître » comme tout le monde l’appelait ici, était une atteinte à sa sacro-sainte liberté.
    Alors des fois, l’adolescent se permettait de fuir voire même de lui faire faux-bon. Il sortait, allait se perdre dans la contemplation du Val ou dans un livre sur l’histoire du mär ou des dragons à l’observatoire. Des fois, ses pas le menaient plus loin, dans un endroit différent. Il lui arrivait aussi de descendre prendre un bain en dehors des heures habituelles pour profiter d’un peu de solitude.
    Ce n’était pas facile d’avoir des moments à soi depuis qu’il était sous la tutelle du maitre dragon. Il avait longuement réfléchi avant de se lancer la première fois. Et puis finalement il avait décidé qu’il était seul maître de son avenir. Et il s’était rappelé qu’on avait aussi toujours le choix. Il était majeur, il avait vécu seul avec Néréah pendant cinq ans et s’était débrouillé pour les faire vivre, toujours seul.
    Anaviel n’avait pas le droit de lui prendre sa liberté. Personne ne l’avait. Et lorsqu’il profitait d’un moment d’inattention ou de la nuit pour sortir, il évitait les lieux fréquentés et se posait dans un coin calme pour réfléchir.

    Il regarda le jour tomber doucement, à l’horizon, et teinter le ciel de bronze et d’or, donnant des reflets rosés aux nuages qui paraissaient dans l’étendu d’azur. Le soir ne tarderait pas à être bien installé, une heure, peut-être à peine plus. Il lui savait falloir rentrer mais il n’en avait pas envie. Coincé qu’il était dans cette ville, il suffoquait. Il avait besoin de bouffées d’air frais. Et si son nouveau professeur n’était pas capable de comprendre ça, et bien il continuerait de subir le mauvais caractère d’Astère et Astère continuerait de subir ses « punitions » jusqu’au fameux jour de l’empreinte où il sera enfin débarrasser de lui !
    C’était dommage, car ils avaient des choses en commun, à commencer par un amour de la connaissance. Et si le demi avait été manipulateur dans l’âme il aurait peut-être pu tenter habilement de se faire admettre là où il n’était pas autorisé dans l’observatoire, se servir du statut de Maitre des Connaissances du Mär de l’elfe.
    Mais il n’était pas de ceux-là. Il préférait la vérité au mensonge, même quand elle était cruelle à entendre. Il n’aimait pas les jeux de pouvoir et de séduction. Quand il avait quelque chose à dire, il le disait, brut de décoffrage. Et si ça ne vous plaisait pas, c’était pareil. Il s’en fichait comme de son premier biberon !
    Alors on le disait cruel, sans cœur, sans pitié. L’imposant demi n’écoutait pas les bruits des commères. Il ne les aimait pas de toute manière, et savait que la moitié de ce qu’ils véhiculaient étaient de la bouse de dragon. Rien de plus que des mots venimeux, des rumeurs ou des sobriquets pour amuser les bonnes femmes et les bonshommes de la haute.

    Il soupira, se détourna du soleil couchant et observa le temple de Flarmya qui se dressait devant lui. Il préféra laisser là sa réflexion amère et entrer dans le lieu de culte. Il avait étudié la théologie de Rhaëg lorsqu’il était enfant au côté d’Ascommon. Et Flarmya avait toujours été sa préférée. Ses préférences avaient toujours eu un rapport avec les créatures fantastiques comme les dragons ou encore les licornes et les phénix.
    Il avait toujours aimé ça, le merveilleux, l’imaginaire. Et pourtant, pendant ses voyages il avait rencontré de nombreux animaux mais ni licorne, ni dragon, ni phénix. Il avait fallu attendre Töl Orëa et faire le serment de servir le Kaerl Ardent jusqu’à la fin de ses jours pour voir les créatures sauriennes en chair et en os.

    Il croisa quelques prêtres ou acolytes qu’il salua d’un signe de tête poli, observant les lieux. Le temple était sombre en cette fin de journée mais de nombreuses bougies se trouvaient là pour vaincre les heures sombres et permettre aux derniers membres de la population encore présents de finir leurs prières ou leurs conspirations.
    Astère ne resta pas dans la vaste salle dans laquelle il était entré et emprunta un couloir, laissant le hasard guider ses pas. Il tourna à gauche, et puis à droite et puis encore à gauche dans le labyrinthe du temple pour finir par arriver dans une autre pièce. Ici, il pouvait voir des fresques en l’honneur de la déesse mais aussi en l’honneur des dragons. L’une représentait leur naissance.
    Il s’en approcha, effleurant la pierre sculptée du bout des doigts, simple caresse légère, pleine de grâce et de délicatesse. Comme s’il avait eu peur d’abimer la sculpture.
    C’était sans aucun doute improbable, le temps n’ayant pas même réussi à l’écorcher, ici, à l’abri de son œuvre. Mais il ne voulait prendre aucun risque. L’art était un enchantement. L’art était un savoir. Et comme tout savoir il fallait le préserver, le conserver. Il avait très peu de connaissances dans ce domaine alors il observait la fresque avec le regard de celui qui apprécie ce qu’il voit.

    Mais il l’entendit arriver dans la salle. Il savait qu’il n’était plus seul à présent. Pourtant il ne lui accorda pas le moindre regard. Les autres ne l’intéressaient pas. Ils étaient fourbes et indignes de confiance ou de son intérêt.
    Alors que la fresque était belle et regorgeait de nombreux détails pouvant accaparer son attention pour de très longues heures de contemplation.
    Mais il ne lui tournait pas le dos, il pouvait voir sa silhouette féminine du coin de l’œil. Et ne sachant pas à quoi s’attendre, il se contenterait de ça jusqu’à ce qu’elle choisisse de s’en aller ou jusqu’à ce qu’elle décide de rompre sa contemplation en engageant la discussion.
Publicité





MessagePosté le: Jeu 6 Nov 2014 - 12:22 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu