Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] It's time for... [fini] Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Astère Jan Neihya
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 31 Oct 2014 - 01:08 Répondre en citantRevenir en haut

} In a crooked little town
They were lost and never found
Fallen leaves on the ground {


    Un battement de cil. De très longs cils, protégeant des yeux bleus si clairs et si purs qu’on les aurait crus modelés à partir d’un ciel d’été. Un ciel sans nuage, un ciel de cristal. Ils observent la place, ses immenses statues, ses colonnades. Les cils se meuvent à nouveau, rapidement, encore et encore. Le soleil est fort ici. La chaleur, insoutenable. Une goutte de sueur vient se mêler à eux alors qu’une de ses sœurs continuent sa course le long de sa joue. Les yeux captent, épient, observent. Ils enregistrent tous les détails, les impriment au creux de leur rétine. Ils ne veulent rien manquer. Ne doivent rien manquer.
    Autour d’Astère, des corps bougent. Mais ils ne sont que des ombres sur le tableau de sa vie. Il ne leurs porte aucun n’intérêt. Et ses yeux ne les remarquent pas. Il les ignore, s’approche d’un mur, observe les fresques gravées dans la roche. Elles sont belles, magnifiques. Des signes, juste en-dessous, leur font offense, visiblement rajouter, formant des mots, des phrases. Mais Astère ne les comprend pas, Astère ne les connait pas.
    Sa curiosité prenait le pas sur la méfiance ou la crainte. Il était seul à présent, le maitre ne lui avait laissé que quelques consignes : Ne pas tenter de sortir de la ville, se rendre aux dortoirs, demander une audience pour avoir un maître.
    Un maître.
    Ce mot lui déplaisait au plus au point. Il ne voulait pas de maître. Il n’en aurait pas. Son seul maître avait été et demeurait à jamais Ascomon. Personne, ô oui, personne, n’était capable de prendre cette place. Elle n’était pas vacante. Ne le serait jamais.
    Un professeur. Voilà la seule chose qu’il acceptait d’avoir. Il aimait apprendre, sa curiosité n’était jamais rassasiée. Mais il refusait de se plier à l’autorité d’un autre.
    Le demi aimait sa liberté. Il était capable de tuer pour elle. Elle lui était primordiale. Vitale. Il était comme les étalons des montagnes : Fiers. Libres. Indomptables.

    Il observa la vaste pièce où il venait d’arriver. Elle était pleine de monde. Solidement gardée. Au loin il parvenait à apercevoir des trônes. Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre que cette pièce était réservée au pouvoir. Il regarda autour de lui, en profita pour demander audience, son nom et sa requête venant s’ajouter à la longue liste déjà établie.
    Il ne s’attarda plus longtemps, ne se plaisant pas en ce lieu et le hasard finit par le mener dans les dortoirs. Ainsi s’achevait sa première journée dans le Màr Tàralöm.
    Fidèle à lui-même, il n’accorda aucune attention à son compagnon de chambrée et ne tarda pas à s’étendre sur sa couche dans la noirceur de la nuit, réfléchissant et se remémorant sa journée. Cette nouvelle aventure, lui promettait bien des surprises.

    °~°…°~°


    Jour 25, mois de Gaïaku, année 918.
    Voilà ce qu’il pouvait lire sur le bureau du bibliothécaire. Deux jours avaient passé depuis son arrivée dans ces terres étrangères. Deux jours à faire le tour de la ville. Deux jours pleins de découvertes. Dont celle de la bibliothèque. Ou plutôt des bibliothèques puisque chaque tour de l’observatoire était dédiée à un domaine de connaissances particulier.
    Il avait fallu choisir, et il trouva judicieux de commencer par ce qui l’avait amené ici : le Don et les dragons. Car son livre de légendes n’avaient pas été écrit par un chevalier-dragon et ne regorgeait donc pas de nombreux détails à leur sujet. Et les créatures sauriennes autant que leur histoire commençaient à le fasciner.
    Une journée de plus passa alors qu’il abreuvait son âme et son esprit de connaissances, avant qu’un message ne lui parvienne. Son audience pour son apprentissage était fixée au lendemain, neuf heures, au Mahalma.
    Bien. Son avenir semblait donc fixé. Il allait enfin savoir qui aurait la chance d’être son professeur particulier. Ou peut-être devrait-il plutôt dire « malchance ». Il était son sujet d’étude et d’analyse préféré. Et il se savait parfois difficile. Surtout quand on ne savait pas le cerner.
    Un soupir franchit la barrière de ses lèvres, alors qu’il tournait une nouvelle page de son manuscrit. Il espérait tomber sur un chevalier dragon intéressant, mais surtout, intelligent. Sinon, un nouveau cauchemar ne ferait que commencer. Il n’avait pas l’intention de faire des efforts. Il en avait assez de devoir se plier aux règles et à l’autorité. Il avait besoin qu’on l’abreuve de nouveautés et d’intérêts. Il ne voulait plus se complaire dans le sang et la douleur d’autrui.
    Mais il ne se montrerait pas pour autant doux ou compréhensif. Il serait lui-même. Dans son plus simple apparat. Parfois aimable, parfois détestable. Mais rarement injuste. Rarement violent. Juste lui.

    La nuit était déjà tombée lorsqu’on le somma de reposer le livre et de s’en aller. Il obtempéra, s’en retourna dans son dortoir, la tête pleine de connaissances nouvellement acquises. Et le matin le trouva dans une forme olympique.

    °~°…°~°


    Une nouvelle journée. Un nouveau départ.
    Il se trouvait debout, en rang parmi d’autres apprentis, le visage grave, patientant sans un bruit. Il observait le maître du Kaerl sur son trône, ses conseillers, et les maîtres dragons présents. Il ne se demandait pas lequel allait prendre en charge son éducation, il le saurait bien assez tôt.
    Les autres aspirants le fatiguaient. Leurs chuchotements incessants, témoins de leur impatience, étaient comme une basse-cour pleine de poules caquetantes. Bruyante et nauséabonde.
    Soudain le silence se fit, la cérémonie commençait enfin comme le seigneur du Kaerl prenait la parole. Un message de bienvenue, quelques rappels de règles élémentaires les concernant tous et toutes et enfin, les premiers noms se firent entendre et les premiers couples maître/aspirant se formèrent.

    « Astère Neihya »

    Il se détacha du groupe, s’avança au centre de l’espace libre et s’inclina respectueusement comme il avait vu tant d’autres avant lui le faire. Il avait appris jeune à toujours se montrer poli à la première rencontre. Il ne dérogea donc pas à cette leçon de vie.
    Se redressant, il plongea ses yeux d’azur dans ceux d’Alauwyr, sans crainte et sans défi, simplement parce qu’il était poli. Il attendit la suite, stoïque et calme, patient.
    Qui donc allait avoir le privilège de son enseignement ?


HRP :
Voilà. Si quoique ce soit dans mon rp n’est pas réalisable – comme mon passage à la bibliothèque – n’hésitez pas à m’en faire part, j’essaierai de modifier dans les plus brefs délais


Dernière édition par Astère Jan Neihya le Sam 13 Déc 2014 - 19:58; édité 1 fois
Publicité





MessagePosté le: Ven 31 Oct 2014 - 01:08 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 1 Nov 2014 - 15:53 Répondre en citantRevenir en haut

Ce n'était pas une journée d'audience comme les autres. Exceptionnellement, c'était un jour de doléances. En plus d'écouter les Sangs, Alauwyr écoutaient aussi les voix des Maîtres, des chevaliers et autres personnes désireuses de faire part de ses souhaits ou exigences. Un bon moment de prendre la température du peuple ardent. Et il y en avait du monde... Ceux qui passaient aux yeux d'Astère comme des conseillers n'étaient que des gens habilités à citer les noms des jeunes élèves confiés à leur Maître. Certains maîtres étaient effectivement présents pour rendre la prise en charge officielle de leur Aspirant. Un homme plus austère et encapuchonné se tenait debout aux côtés du Seigneur. Ses traits dissimulés dans l'ombre de sa capuche n'en disait pas long sur son identité, si ce n'était l'aspect étrange de ses yeux : un dragon sous sa forme d'emprunt. Sans doute le lié d'Alauwyr...

Le Seigneur avait la pommette droite appuyée sur sa main accoudée, comme si ces formalités étaient contraignantes. Elles l'étaient car elle s'étendaient en longueur et il avait concédé intérieurement à jouer plus protocolaire ment...Allez savoir pourquoi. Même s'il paraissait prendre sur lui pour dissimuler son ennui certain, ses yeux noirs avaient toujours cet éclat froid et attentif. Toujours à l'affût. D'ailleurs, pour un Seigneur, malgré la présence de ce qu'on pourrait comparer à une Cour, il était sobrement vêtu. Tunique et pantalon d'une couleur unie et d'un noir profond, il était comme un simple Maître-Dragon parmi tant d'autres. Malgré cela, il avait la crédibilité dangereuse d'un homme qu'il ne fallait pas provoquer sans raison...

Quand le jeune Astère se présenta devant lui, le Seigneur braqua son regard ténébreux sur ce jeune individu. Ce qui allait être dommage pour lui était que le Seigneur était en train de songer à un certain elfe noir, qui jouait un peu trop librement ces derniers temps. Oh, il avait bien eu un aspirant à former, mais Anaviel prenait trop les choses avec simplicité et désinvolture. Il avait besoin qu'on l'occupe, d'une certaine manière. A l'idée de lui confier un nouvel aspirant, il eut du mal à cacher un rictus amusé. Le dévolu venait de se jeter sur la tête de ce pauvre aspirant. Ainsi le Seigneur en décida-t-il. Il n'eut qu'à lever une main pour faire comprendre qu'il allait désigner le maître.... Personne ne semblait avoir demander à l'avoir celui-ci... Alors on allait décider pour lui

''Aspirant Astère... Il n'y a pas eu de demande de la part d'un Maître-Dragon pour te prendre en charge. Il semblerait que celui ou celle qui t'a amené ici t'a laissé au soin du Destin d'avoir un maître désigné.... Que je vais nommer d'ailleurs, puisqu'il n'a pour le moment guère de chose à faire. Je ne doute pas de sa joie d'avoir à former un jeune érudit comme toi. ''

Le jeune homme ne paraissait guère dangereux à ses yeux. Sans doute qu'Anaviel allait s'amuser avec lui, comme un nouveau jouet. En même temps, l'Aspirant perdra cette innocence qui luisait presque sur son visage....

''Ton maître sera Anaviel Ïndalwë. Il ne devrait pas tarder à faire son apparition, j'ai demandé à ce qu'il se pointe sans tarder. ''

Un rictus malsain était désormais visible sur le visage couturé du Seigneur. A sa façon de parler, il ne paraissait pas effrayant, mais à le voir sourire en disait un peu plus sur lui....Estenir, le lié d'Iskuvar, avait contacté le lié d'Anaviel, pour lui sommer de se présenter immédiatement au Mahalma... sur ordre d'Alauwyr.



Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 2 Nov 2014 - 02:47 Répondre en citantRevenir en haut

La dernière réunion du Concile avait donné beaucoup de travail à Anaviel mais ce n'était pas si mal. L'elfe s'amusait comme un petit fou avec toutes ces choses à faire et qui plus est, avec l'Empreinte d'Asshai, il avait tout son temps à consacrer à du travail de supervision.

L'elfe était donc en plein milieu d'un travail important lorsque Zaknafein l'interrompit d'une voix blasée.

°Eh crevure ! T'as le Seigneur qui veut que tu viennes le voir !°

Anaviel posa sa plume dans son encrier.

°Tu sais pourquoi ?°

°Pourquoi je voudrais savoir ? Déjà que ça me brise le cloaque de servir de messager, tu veux aussi que je m'intéresse à tes affaires ?°

Anaviel sourit. Le Brun avait repris consistance après la décision d'Alauwyr à ne plus laisser les dragons piocher dans les réserves de nourritures.
Zaknafein avait depuis du se contenter de manger du poisson et plus les jours passaient et plus sa mauvaise humeur grandissait. Une nuit, l'elfe avait surpris son Lié à rêver qu'il dévorait le Seigneur lui-même et qu'il adorait ça.

°Tu veux m'accompagner ?°

°Est-ce que tu crois que j'aime quand tu me traites de canasson ?°

°Ca veut dire oui ou non ?°

°Ca veut dire VA TE FAIRE...°

Anaviel coupa ses pensées à son Lié et soupira. Il se devait de partir au Mahalma pour une affaire qu'il se fichait bien.
L'elfe se leva de son bureau, il y était en train de travailler depuis combien de temps ? Dix heures ? Douze heures ? Peut-être même plus si ça se trouvait. Une bonne pause serait finalement la bienvenue.

~~~~~~~~~~~~~~


Marcher jusqu'au Mahalma fut une promenade assez intéressante : le Val qui était à présent tel un immense chantier de reconstruction était plein d'animation et l'elfe faillit presque oublier qu'il avait droit à une audience avec le Seigneur Noir.

Arrivé devant les portes, Anaviel se demanda soudain pourquoi on l'avait convié à se rendre sur place. Un compte-rendu sur son travail ? Comme si Alauwyr allait pouvoir comprendre ça. Pourquoi alors ?

Puis l'elfe haussa les épaules et ouvrit la porte en arborrant un sourire.

"Eh bien mon Seigneur, je n'avais pas demandé audience auprès de vous. Serait-ce pour me déclarer votre amour aux yeux de tous que vous me faîtes venir de vous-même ?"

Anaviel balaya discrètement la salle et aperçut Astère, comprenant alors que l'heure d'un nouveau tutorat avait sonné.
L'elfe n'appréciait pas vraiment cette idée, préférant choisir ses aspirants lui-même mais à la limite, pourquoi pas ? Si Alauwyr l'avait lui-même choisi, cela pouvait signifier que le jeune homme risquait de montrer quelques difficultés et ce genre de défi plaisait au Maître Brun.

"Comment fait-on ? Je veux dire... Pour votre déclaration. Je vous dis tout de suite que vous n'êtes pas mon genre ou vous m'offrez mon cadeau d'abord ou je vous envoie sur les roses ensuite en partant avec ce charmant jeune homme ?"
Astère Jan Neihya
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 2 Nov 2014 - 14:36 Répondre en citantRevenir en haut

We're bored to death in heaven
And down alone in hell
We only want to be ourselves


    Il n’avait pas détourné les yeux lorsque le Seigneur avait braqué ses yeux sombres dans les siens. Il attendait, silencieusement, calmement, de savoir ce qu’on allait faire de lui. Un frisson, léger, s’ébroua le long de sa colonne vertébrale lorsqu’Alauwyr eu un petit sourire amusé. Un sourire à vous glacer les sangs. Un rictus comme Astère n’en avait plus vu depuis longtemps. Nul doute que l’homme préparait quelque chose qui s’annonçait divertissant. Au moins pour lui, si ce n’était pour Astère ou pour Anaviel.
    Il regarda la main se lever et écouta ce qu’Alauwyr avait à dire. Ainsi donc le sort en était jeté. Personne n’avait demandé après lui. Bien, quelqu’un serait quand même obligé de se charger de son… Education draconienne. Son visage était impassible mais des émotions conflictuelles s’agitaient au fond de lui : la curiosité et le dépit, l’ennui et l’excitation.
    Le nom tomba. Anaviel Ïndalwë. Pour lui, ça n’avait aucune importance, aucune signification. Il avait lu de trop nombreux noms au cours de ses investigations littéraires. Il attendait donc que l’être répondant à se nom n’arrive dans la salle. Visiblement, il n’était pas parmi les maîtres présents, n’avaient sans doute pas eu dans l’idée de prendre un aspirant.
    Et dans son cœur, l’excitation et la curiosité l’emportèrent. Le rictus à présent malsain d’Alauwyr ne parvenait pas à lui insuffler de la peur, à modifier ces sentiments. Il avait connu des personnes admirables et d’autres de la pire espèce. Il s’avait s’adapter. Et il s’adapterait encore, se fondrait dans les ombres du Kaerl pour un temps avant de ressortir à la lumière.

    Astère était une personne réfléchie. De celles qui préfèrent prendre le temps de réfléchir avant d’agir, d’étudier pour monter une stratégie. Et qui ne rechignaient pas à tuer quand le choix ne leur était pas laissé.
    Faux. Il savait avoir toujours le choix. Mais parfois la facilité était trop savoureuse pour penser laisser passer l’occasion quand elle se présentait. La mort réglait bien des problèmes. Et un mort ne pouvait se lancer sur vos traces et se venger de vous.
    Il pouvait entendre les gens murmurer autour de lui. Son cas semblait durer plus longtemps que pour les autres et les derniers aspirants restants devenaient nerveux. A l’annonce du nom d’Anaviel, certains maîtres avaient posé sur lui un regard plein de pitié. Mais Astère s’en fichait que de son premier slip. L’avis des autres ne comptait plus pour lui.
    Et finalement, l’attente toucha à son terme lorsque la porte s’ouvrit. Un elfe, à la peau couleur de cendre, frêle aux yeux de l’apprenti, venait d’entrer dans la salle en s’adressant à Alauwyr en des termes qui firent sourire intérieurement le jeune homme.
    Un maître avec de l’humour. Il n’en demandait pas tant. Il sentait qu’il allait être servi et que les prochains jours promettraient d’être intéressants.
    Il n’en doutait pas une seconde.

    Son regard croisa furtivement celui d’Anaviel. A quoi pouvait-il penser en cet instant ? Le jeune demi ne se risquerait pas à poser la question, l’elfe ne semblait pas de ceux qu’on pouvait interroger sans prendre de gants. Ce dernier s’était d’ailleurs détourné de lui pour reporter son attention sur Alauwyr. Astère en profita donc pour l’observer.
    Il n’avait pas bougé, n’avait pas esquissé le moindre geste. En réalité il ne savait pas vraiment s’il devait faire comme les précédents élèves, se diriger vers le maître qu’on lui avait désigné ou bien attendre. Et quand une situation comme celle-là se présentait, il préférait attendre patiemment d’être sur de prendre la bonne décision.
    En attendant, il détaillait Anaviel sans pour autant se montrer inquisiteur. Rien ne pouvait montrer à quoi il pensait à présent. Et si on omettait la curiosité brillant dans ses yeux clairs, son visage était aussi lisse que le marbre.
    Dans d’autres circonstances, et à une autre époque, il aurait trouvé l’elfe tout à fait charmant. Appétissant, même, charnellement parlant. Mais pour l’heure, ce n’est pas vraiment ça qui l’intéressait.
    Quelque chose, son instinct ou la petite voix dans sa tête, lui disait qu’il ne risquait pas de s’ennuyer dans les jours à venir. Et que le choix d’Alauwyr était le bon le concernant. Il ne se pensait pas un élève difficile à gérer. Après tout il était studieux et aimable, tant qu’on lui donnait de la nourriture intellectuelle à engloutir.
    Alors nul doute que pour les débuts, le demi serait simple à gérer. Le plus difficile sera sans doute de faire avec sa trop grande curiosité. Et son calme à toutes épreuves.

    Charmant jeune homme.
    Mais bien sûr. A d’autres. Astère n’avait pas loupé une seule minute de la conversation entre le seigneur et le maître dragon. Et les derniers mots le firent légèrement tiquer. Que devait-il comprendre dans ces paroles ? Hm. Rien sans doute. Il était hors contexte dans le jeu verbal qui se jouait sous ses yeux.
    Il ne pouvait comprendre tous les tenants et les aboutissants. Par encore.
    Mais il apprendrait vite à comprendre fonctionnait Anaviel. Il n’en doutait pas une seconde. Quelque chose le frappa alors : Anaviel était seul. Son dragon n’était pas avec lui.
    Dommage, c’était quand même ce qu’il y avait de plus intéressant dans cette rencontre. Le dragon. Il allait côtoyer un dragon pendant tout le temps de son apprentissage. Avant d’avoir son propre saurien, la seconde moitié de son âme comme il l’avait lu encore hier à l’Observatoire.

    Et il n’avait toujours pas prononcé un mot, maître dans l’art de la patience. Comme dans celui de se faire momentanément oublier.
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mer 5 Nov 2014 - 20:16 Répondre en citantRevenir en haut

Alauwyr se contenta de foudroyer l'elfe provocateur d'un simple regard. Non, cette fois, il n'allait pas rentrer dans son jeu à cet entêté d'oreilles pointues. Même dans une situation de crise, il fallait qu'Anaviel fasse de l'humour. Visiblement, l'avenir du Kaerl ne lui importait pas plus que cela. En même temps, Anaviel, une fois, le lui avoué en face...Il souhaiterait presque qu'Estenir aille mordre à mort le lié du Sang pour qu'il ressente ce que la perte de quelqu'un signifie. Une idée difficilement applicable.

°Dommage n'est ce pas ? Être Seigneur n'autorise pas à tuer comme bon nous sommes°
°Je sais.°


Et Estenir qui se mettait de la partie. Le sage dragon cendré arrivait toujours à point nommé pour éviter qu'Alauwyr n'explose et réagisse à l'instinct. Anaviel n'attendait que cela, comme à son ordinaire. Sauf que là, le maître noir ne se laissera pas mener par le bout du nez. Il remercia presque l'intervention d'Estenir, même si elle était un poil horripilante. Oubliant presque la présence du pauvre aspirant contraint de suivre la joute verbale entre les deux hommes, le Seigneur Ardent se leva de son trône, l'air sévère. Oh bien sûr qu'il en faudrait plus encore pour effrayer ce diable d'elfe noir, mais l'humain ne pouvait pas perdre la face comme cela.

''Il suffit Anaviel Ïndalwë. Je ne t'ai pas ordonné ici pour jouer les provocateurs de bas étage. Vu la crise que notre Kaerl connait et bien que tu as mis étonnamment du coeur à l'ouvrage pour le début de sa reconstruction, je vois que tu as encore de l'énergie à revendre. Donc assez de tes plaisanteries. Tu as parfaitement compris pourquoi je t'ai fait venir. L'Aspirant nommé Astère Jan Neihya, sera sous ton instruction. Même si tu ne voulais pas d'Aspirant pour le moment, je te l'impose et je te rassure... tu n'es pas le seul maître valide à avoir un élève à former''

Alauwyr aurait pu mimer un rictus victorieux, mais il n'était pas d'humeur à maintenir les hostilités. Il posa ses yeux ténébreux sur le jeune Aspirant, redevenu le centre de l'intérêt des deux êtres qui se chamaillaient.

''Aspirant Astère Jan Neihya, tu seras désormais sous les ailes d'Anaviel Ïndalwë, lié à Zaknafein. Tu as déjà une petite idée de la surface caractérielle de ton maître. Ne t'attends pas à avoir un dragon du même acabit, lui serait plus du genre injurieux. Mais tu auras désormais tout le temps d'apprendre à les connaître, tout comme ton nouveau Maître et son lié. As tu des questions à formuler jeune aspirant ? ''

Il se contenta de jeter un rapide coup d'oeil à Anaviel, lui faisant bien comprendre d'une lueur sombre et glaciale en reflet sur ses yeux, que le refus de prendre l'Aspirant n'était pas acceptable et surtout... qu'il fasse attention à ce qu'il allait répliquer. Oui, Alauwyr n'était pas d'humeur.



Astère Jan Neihya
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 7 Nov 2014 - 20:39 Répondre en citantRevenir en haut

} You don't know anything
You don't know anything
You don't know anything about me {


    L’ennui commençait à pointer le bout de son nez alors qu’Astère étouffait un très discret bâillement, gardant bouche close, celle-ci se déformant à peine. Il fallait dire que la joute verbale entre Alauwyr et Anaviel ne le passionnait pas vraiment. Il voyait juste qu’il perdait du temps. Un temps précieux qu’il aurait pu utiliser à dormir ou à étudier plutôt qu’à de rester stoïquement debout à attendre sans rien faire.
    Il avait presque envie de sortir le parchemin qu’il avait dans sa poche et de le mettre à le lire là, dans la salle. Mais accaparé par sa lecture, il ne se rendrait sans doute pas compte quand on s’adresserait à nouveau à lui. Alors il abandonna l’idée, purement et simplement, et commença à observer la salle autour de lui.
    Il ignora les autres personnes présentes, se contentant d’admirer les reliefs des murs ou la voute magnifiquement sculptée de la salle.
    Soudain, un mouvement du coin de l’œil attira son attention et il posa son regard sur Alauwyr qui s’était levé de son trône et se tenait à présent debout, d’une humeur quelque peu massacrante. Grand bien lui prit d’écouter ce que le seigneur avait à dire puisque son discours ne tarda pas à le concerner.
    Il ne comprit pas cependant à quoi Alauwyr faisait allusion en parlant de crise et de reconstruction. Et comme il n’écoutait pas les bruits de couloir, il ne pouvait pas être au courant des évènements récents qui avaient frappé les ardents. Il était arrivé après la fin de la bataille qui avait opposé les chevaliers et leurs dragons contre les morts-qui-marchent. Il tenta bien de trouver une explication logique d’après ce qu’il avait pu observer jusqu’ici mais son attention fut à nouveau accaparée par le maître dragon, seigneur du Kaerl. Il plongea son regard dans le sien, sans ciller, comme précédemment.

    Il ne fallait pas voir dans ce geste une provocation. C’était tout le contraire, une marque d’attention voire même de respect. Et même si alauwyr transpirait la force et la supériorité par tous les pores de sa peau, Astère n’en ressentait aucune crainte. Il regarda Anaviel lorsque le seigneur parla de lui, plongeant son regard dans le sien, cherchant quelque chose qu’il ne trouva pas.
    Maître avait-il dit. Mais de maître il n’avait point. De maître il n’aurait point. Cependant, il ne fit pas part de sa propre opinion sur la question devant la salle comble. Pas que cela le dérangeait outre-mesure –Astère se fichait de l’opinion des autres – mais plutôt parce qu’il pensait qu’Alauwyr avait déjà été bien assez énervé par Alauwyr sans qu’il n’ait besoin d’en rajouter une couche avec sa franchise. Aussi préféra-t-il garder le silence sur cette atteinte à sa liberté et à son amour-propre.
    Puis il se perdit à nouveau dans les yeux sombres du maître du Kaerl. Avait-il des questions ? Non, pas vraiment. Il était venu parce que la procédure le voulait et il avait à présent un tuteur tout nouvellement désigné pour s’occuper de lui. Il allait sans doute avoir du temps pour étudier et Anaviel le guiderait sans doute vers les ouvrages les plus pertinents.
    Alors non, pour le moment il n’avait pas de question. Aussi se contenta-t-il de répondre, d’une voix grave, posée mais avec des accents mélodieux.

    « Non. Et je ne doute pas que si certaines me viennent à l’esprit, je trouverai les réponses du côté du maitre dragon Ïndalwë, à présent chargé de mon apprentissage. »

    Il posa à nouveau son regard sur Anaviel puis revint à Alauwyr. Il ne bougea pas, ayant remarqué que les autres aspirants avaient dû jurer serment de protéger le Kaerl ou quelque chose comme ça avant de rejoindre une fois pour toute le maître dragon qui écopait de leur éducation. Il fixa donc son attention sur Alauwyr et attendit la fin de sa cérémonie d’introduction pour se rendre aux côtés d’Anaviel.
    Il ne savait pas vraiment à quoi s’attendre. Il avait vu que l’elfe avait de l’humour et une certaine tendance à l’effronterie. Mais il ne pouvait pas le juger seulement sur ces maigres critères. Surtout qu’il n’avait aucune idée de la relation exacte qui existait entre les deux hommes. Peut-être en réalité entretenaient-ils quelque chose semblable à de l’amitié ou à de la rivalité. Quoiqu’il en soit, il refusait de mettre son nez là-dedans.
    Leurs affaires ou leurs conflits ne le regardaient pas. Et il ne comptait pas avoir à supporter Anaviel très longtemps. Il n’avait aucune indication sur la longueur de l’aspiranat mais il se doutait qu’elle devait fluctuer en fonction des pontes des femelles, puisqu’il avait lu quelque part que l’aspiranat prenait fin grâce à une épreuve appelée « l’empreinte » où il devait trouver son lié.

    Il allait devoir être patient quelques temps. Mais il ne courberait pas l’échine pour la satisfaction de l’elfe. Jamais.
Anaviel Ïndalwë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 10 Nov 2014 - 01:24 Répondre en citantRevenir en haut

Tout du long de la réprimande du Seigneur, Anaviel le toisait du regard en arborant un sourire moqueur.

Le Seigneur Noir était agacé et ça, ça plaisait à l'elfe. Après tout, il n'avait qu'à s'en prendre à lui-même. Alauwyr savait qu'Anaviel n'était pas homme à apprécier les évènements officiels, trop de parades, trop de manières, trop de politesses. Anaviel avait beau adorer ce genre de choses en tant qu'acteur secondaire, il détestait que c'en soit ainsi lorsqu'il endossait le rôle d'un personnage principal.
Chaque chose avait un prix.

Puis finalement le Seigneur cessa de réprimander le Conservateur Brun pour demander au nouvel aspirant s'il avait des questions à poser.

C'est là que l'aspirant en question surprit Anaviel.

La stature de l'homme laissait présager un torhil, il en avait la carrure après tout. Toutefois sa voix ne correspondait aux autres individus de son espèce.
Là où les torhils avaient des intonations allant vers le rauque et le rocailleux, Astère avait lui des intonations mélodieuses. Mais qu'était-il ? Etait-ce un eunuque ? Non... Si cela avait été le cas, il aurait eu un corps moins sec. Il pouvait aussi être un humain mais la lueur étrange que ce jeune avait dans les yeux avait quelque chose différent.
Il restait donc la possibilité du métissage. Certes, ce pouvait être rare mais pas impossible. Il ne restait plus qu'à se demander entre quoi et quoi...

Mais passons, Astère semblait s'ennuyer ferme dans cette salle et Anaviel n'avait guère envie de rester plus longtemps dans cette salle idiote. Il se tourna alors vers le Seigneur avec un sourire en coin.

"Bien... Maintenant que j'ai pris en charge l'aspirant que vous vouliez m'attribuer, puis-je quitter les lieux sans tarder ? Je veux dire, au vu de la situation, je suppose que plus tôt il sera formé et plus tôt il pourra devenir chevalier."

Anaviel tourna alors le dos au Seigneur sans même attendre sa réponse et murmura à Astère une fois à sa hauteur.

"Accompagne-moi sinon on n'en aura pas fini des joutes verbales. Le Seigneur aime avoir le dernier mot et j'adore lui donner tort, reste à savoir si tu lui laisseras suffisamment de temps pour lancer sa diatribe ou non."

Anaviel hâta le pas vers la porte principale, souriant doucement en se demandant si l'aspirant allait lui aussi tourner le dos à son Seigneur dès le premier jour de son tutorat.
Astère Jan Neihya
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 10 Nov 2014 - 13:17 Répondre en citantRevenir en haut

} Swing my heart across the line
In my face is flashing signs
Seek it out and ye shall find {


    C’est vrai que sa voix n’avait rien de commune avec un Torhil. Mais Astère n’en avait pas croisé beaucoup durant son périple et il n’avait jamais noté cette grosse différence entre sa voix et celle des autres. Bien sûr il ne parlait pas comme son père mais ils n’avaient pas non plus le même caractère : Torv était un homme d’action, plein de vie et possédant une voix qui porte ; Astère était plutôt réservé et solitaire, du genre à réfléchir avant d’agir, taciturne et d’une voix calme, posée, aux inflexions plutôt douces. C’est accent mélodieux était aussi sans doute dû à son amour pour le chant qu’il avait hérité de sa défunte mère. Après tout, il n’avait jamais vraiment songé à ce qui pouvait modeler la voix d’un être. Et puis personne ne le lui avait jamais fait remarquer non plus.
    Il pensait que le seigneur prendrait la parole pour lui faire répéter le serment des Ardents mais Anaviel sembla le prendre de court en s’exprimant à nouveau. Le demi reporta toute son attention sur le maître dragon, écoutant ce qu’il avait à dire. Ah bon, juste comme ça, ils devaient partir ? Mais et le serment alors ?
    Pas que le faire lui importait vraiment, il avait juste cru comprendre que c’était la procédure ici. Tien, en parlant de procédure, quelles étaient les coutumes locales concernant le seigneur du Kaerl ? Il regarda Anaviel et vit qu’il commençait à se tourner vers la porte pour partir. Sans l’attendre. Mais il avait très bien compris qu’à présent il était l’homme à suivre.
    Au terme d’une réflexion rapide, il décida de saluer Alauwyr, comme il avait vu les autres le faire – être impoli ne faisait pas vraiment parti de ses plans – et il emboita le pas à l’elfe, se retrouvant à sa hauteur en quelques enjamber grâce à ses grandes foulées.

    Il n’était pas totalement de dos au seigneur, il était plutôt tourné de trois-quarts car il avait dû fendre la foule pour rejoindre Anaviel et voyait donc le chef suprême du Kaerl du coin de l’œil même s’il ne lui accordait plus beaucoup d’attention. Il ne trouvait pas le comportement de l’elfe véritablement étrange car au cours de ses voyages il avait rencontré des personnes différentes et s’étaient fondus dans des systèmes variés dans lesquels la politesse dû au chef n’étaient jamais vraiment la même.
    Il ne pouvait donc pas se dire que ce qu’ils étaient en train de faire était mal. Mais au pire, il s’en fichait royalement. Le mal, le bien. Tout était subjectif et dépendait du point de vue de chacun.
    Il capta le murmure de l’elfe et ne rajouta rien, ne fit même pas un signe de tête pour montrer qu’il avait entendu ou compris. Cette querelle le dépassait et il n’avait pas envie d’en faire partie. Il se contenta donc de se maintenir à la hauteur d’Anaviel, jetant un regard derrière lui, observant la salle une dernière fois. Les autres maîtres s’étaient agités, la foule venue assister à la répartition aussi, chuchotant ou faisant des gestes qu’il ne parvenait pas à interpréter, en lui lançant parfois des regards peu amènes.
    Il avait du faire quelque chose de travers bien qu’il ait essayé de faire les choses correctement. Peut-être qu’il n’aurait pas du suivre l’elfe. Peut-être. Mais ce qui était fait, était fait, il n’allait pas s’attarder dessus plus longtemps. Il observa quand même la réaction d’Alauwyr, plus par curiosité que par intérêt : peu lui importait, au fond, de savoir si dès son premier jour il s’était mis le seigneur à dos.
    Personne ne lui avait rien expliqué, il ne pouvait donc pas savoir. Il pêchait donc par ignorance et personne ne pourrait le condamner pour ça.

    Il suivait la cadence soutenue de l’elfe sans effort, possédant des foulées plus grandes que les siennes, le dépassant d’ailleurs d’une bonne tête. Mais Astère savait qu’il ne fallait pas se fier à la taille et la carrure d’un adversaire. Il ne le considérait pas comme tel évidemment – pas pour l’instant du moins – mais sa curiosité autant que sa méfiance le poussait à l’observer et à se poser des questions le concernant.
    Ils avaient atteint la porte maintenant et s’apprêtaient à laisser la salle derrière eux. Il commençait à se dire que les prochaines semaines risqueraient d’être explosives, du peu qu’il avait vu de l’elfe. Car il ne ferait aucune concession et Anaviel quant à lui ne semblait pas de ceux qui acceptent l’insoumission.
    Et alors que la porte se refermait derrière eux, il commença à se demander si le seigneur avait vu en lui un élève difficile et avait confié son apprentissage au pire des maîtres dragons…
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 529
Présentation: URL
RPs: 1 113
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Jeu 13 Nov 2014 - 22:08 Répondre en citantRevenir en haut

Ce que constata Anaviel chez son nouvel aspirant ne fut pas la même chose observée aux yeux du Seigneur. Sourcillant quelque peu à la réponse calme d'Astère, Alauwyr comprit qu'il venait de confier à cet elfe agaçant un homme posé et qui savait quoi répondre, malgré la jeunesse de son esprit. Rien qu'à son arrivée, Astère n'avait pas frémi devant l'imposant Maître Noir, qui en faisait trembler plus d'un d'ordinaire. Non, celui là était resté droit, attentif et guettant le moindre instant présent, comme s'il s'instruisait à chaque minute de l'échange et de son environnement. Un individu qui s'instruisait par l'observation ? Probable. En tout cas, Anaviel ne pourra pas en faire aisément son pantin, pour tenter de ridiculiser une fois de plus le Seigneur. Il le faisait déjà bien assez sur le moment !

''Puis-tu alors trouver les réponses que tu cherches, et je te le souhaites même. ''

Peut-être que l'Aspirant, qui se tenait désormais en position trois quart poru garder en vue le Seigneur et son nouveau maître, avait pu entendre la réplique d'Alauwyr. Ou peut-être pas. Et pour laisser la bon plaisir à l'Elfe qui se retirait déjà sans sa permission, il se contenta de sourire. Qu'Anaviel en profite. Tout se paie à qui sait attendre. Un jour prochain, un jour très proche même, Le Sang elfique aura une drôle de surprise.

*Ne crois pas l'emporter sur le long terme mon cher... Un jour, tu en feras tellement trop que tu louperas une marche et ce jour là, je serai là pour le voir*

Malgré cette pensée, il ne pouvait pas ne pas avoir le dernier mot. Autant donner l'image qu'Anaviel lui donnait à son aspirant pour conclure cet échange et montrer que son maître-dragon n'était pas si bon que cela... ou pas. et pour ne pas porter de scandale à toute l'assemblée, ce fut Estenir qui porta le message final.

°Cher Elfe, veille à bien former cet Aspirant. Il serait dommage que tu démontres ton inefficacité en précipitant une formation....Je le dis au nom de mon lié, mais aussi en tant que Dragon de ce Kaerl. Peut-être que tu as un lié qui est de mon sang, mais cela ne m'interdit pas de t'interpeller comme membre demeurant au Kaerl.....°

Ainsi fut le petit rajout de la part du dragon cendré à l'égard d'Anaviel. Le pauvre Astère s'était retrouvé au milieu d'une joute verbale sans demander son avis. Et il avait gardé le silence avec un parfait stoïcisme, ne répondant lorsqu'il le fallait vraiment... Sa formation commençait bien....



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:36 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu