Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Il faut marcher avec ses regrets Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 25 Oct 2014 - 08:27 Répondre en citantRevenir en haut

.:: Flarmyaku 918 ::.



Des arbres?

Oui, oui des arbres! Et des fleurs, et de la verdure aussi! Un vrai jardin quoi.

Et tout ça sous l'eau? ...Je ne devrais plus m'étonner...

L'homme en face d'elle eu un rire léger avant de la saluer d'un signe de la main et de partir. Malgré elle, ses lèvres s'étirèrent en un faible sourire. De plus en plus, Andaranielle bravait sa peur des gens et allait leurs parler. Ce n'était pas si compliqué en fin de compte, suffisait d'un « Bonjour » et le tour était joué. Inspirant une goulée d'air tout en redressant fièrement la tête, Anda se dirigea vers l'Allée des Idoles avec une joie mal contenue et un moral au meilleur de sa forme.

Si le fait de vivre sous l'eau était exaltant les premiers jours, il en devenait oppressant avec le temps pour qui n'était pas habitué à cet environnement. C'était ce qui avait poussé la jeune fëalocë à parler à des habitants du Kaerl. Il ne lui était malheureusement pas possible de sortir quand bon lui semblait, il lui fallait donc une autre alternative. C'était là qu'on l'avait renseigné sur l'Allée des Idoles, une sorte de jardin. L'idée de voir de l'herbe sous l'eau l'avait amusée et convaincue. Marchant tranquillement, sa longue chevelure flottant tel un voile doré dans son dos, elle repensa aux dernières semaines. Sa rencontre avec Alkhytis et Belareth, la révélation de son Don et l’existence des dragons... ça faisait beaucoup à digéré. Même après des semaines passé sous l'eau, elle se pinçait chaque matin pour s'assurer qu'elle ne rêvait pas, et qu'elle avait réellement quitter l'image de Laha. En pensant à cette dernière, des mauvais souvenirs remontèrent, mais ils furent rapidement chassé pas un secouement de tête. Elle devait oublier tout ça...même si sa famille adoptive lui manquait terriblement. Sa vie était Màr désormais et elle appartenait à ce monde fantastique, qu'elle ne le veuille ou non.

.:: * ::.


Après s'être perdue quatre ou cinq fois, Nielle parvint enfin à trouvé l'Allée des Idoles. Son regard brillant trahissait sa joie et son admiration pour cet endroit. C'était si beau...on en oubliait presque les masses d'eau soutenues par le dôme. Presque. Enfin bref, c'était déjà une belle compensation. La blonde se promena entre les arbres, passant de temps à autre sa main dans l'herbe fraîche. Ces sensations lui avaient manquées. La seule chose qui n'était pas là pour combler son bonheur était le soleil et ses doux rayons, mais on ne peut pas tout avoir. L'aspirante était si perdue dans sa contemplation, qu'elle ne remarqua pas qu'elle se dirigeait vers un groupe formé de ses confrères et consœurs. Tous semblaient engagé dans une conversation dynamique.

De qu'elle couleur sera ta Liée d'après toi?

Aucune idée! Mais j'aimerais bien une jolie petite verte.

Un grand bronze pour moi!

Moi je veux bien d'une bleue, elle sont si belles.

Et toi? Quelle couleur de dragon tu voudrais?

Une jeune ondine toute souriante venait de s'adresser à Andaranielle, la remarquant du coin de l’œil. Celle-ci la fixait d'un air absent avant de se détourner et partir sans mots dits, plantant là l'ondine qui ne semblait rien comprendre. En fait..non, c'est Anda qui n'y comprenait rien. Elle ne partageait pas cette hâte de lié son âme à celle d'un dragon. Cette pensée la terrifiait plutôt. L'empreinte lui était complètement sorti de la tête, mais à cause de ce groupe d'aspirant, elle ne penserait qu'à ça durant des jours. Elle n'avait pas envie de se lié...d'être privé de liberté une nouvelle fois. Mais l'idée qu'une vie meurt à cause d'elle...ça la répugnait. Elle était si déchirée entre ses deux sentiments...

C'était avec un moral détruit qu'elle se laissa tomber dos à ce qu'elle avait pris pour une des statues. Mais quand elle tomba à la renverse, elle réalisa que c'était une vrai personne et ses joues s'empourprèrent dans l’embarras du moment.

Vous allez bien? Je suis terriblement désolée! J'avais cru que vous étiez une statue...ça va? Je suis vraiment désolée!

Désolé de l'attente, les exams me sont tombés dessus d'un coup T_T Et on tué mon inspiration par la même occasion. Si il y a un problème tu me le dis! Ouaii
Publicité





MessagePosté le: Sam 25 Oct 2014 - 08:27 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 25 Oct 2014 - 16:27 Répondre en citantRevenir en haut

« Le chevalier Thorne est mort. Je sais qu’il était votre ami… Je suis désolé. »

Arion Thorne était mort. Il n’était pas rentré de la quête. Le courageux, ombrageux et déterminé Fëalocë était mort. Le Croc d’Argent, lié du Brun Darakin fils de l’Argentée Rakauth, était mort. Son corps était tombé dans la poussière de la terrifiante Lande d’Eru. Et son âme s’était envolée. Pour toujours. Son sang avait coulé pour la sauvegarde de Tol Orëa. Et il était mort en territoire hostile, étranger, loin de chez lui. Sa patrie de naissance, le Màr Luimë, pouvait pleurer tous les défunts de cette guerre de l’ombre, contre Drazahir l’Ombremage. Il y en avait un, pourtant, qui n’aurait pas de sépulture dans la nécropole engloutie. Sa famille le pleurerait, y compris sa fiancée, sans avoir une tombe propre sur laquelle se recueillir. C’était peut-être insignifiant face aux destructions et au nombre de victimes qu’avait connu le Màr Luimë depuis plusieurs mois. Mais l’oubli n’emporterait pas Arion Thorne dans son sillage, pas tant que quelqu’un conserverait son souvenir.

Je n’avais pas très bien connu cet homme. A peine l’avais-je croisé, dans son uniforme rutilant de Croc d’Argent, lorsque je m’étais présenté à Maitre Kunaï pour prendre des leçons martiales. En revanche, je savais que mon Lié, sans m’en avertir, s’était lié d’amitié avec le dragon de celui-ci. D’après ce que j’avais cru comprendre, Darakin avait été un dragon paisible, franc et d’une intelligence sans malice. Peut-être même un peu peureux.

Je ressentais la perte de cet homme et de son dragon comme à travers un épais brouillard anesthésiant. Ce n’était que les émotions d’Elérion mais elles me frappaient à rebours. Tant de choses nous séparaient encore. La Marque Noire se résorbait lentement. J’étais vivant. Elérion me pardonnerait-il un jour ?

Ce fut un dragon solitaire qui, percutant brusquement une jeune femme égarée, sortit de ses tristes pensées. Face à la jeune Fëalocë se dressait ce qui semblait être un Torhil de grande taille et à la large carrure. Sous de courts cheveux blonds en bataille, son visage exprimait une parfaite maîtrise de soi. Nulle émotion clairement identifiable ne transparaissait à travers les traits anguleux et forts de cet homme dans la fleur de l’âge. Des yeux dorés, qui ne charriaient encore aucune couleur purement draconique, fixaient sans ciller la demoiselle. Laquelle venait visiblement de le prendre pour une quelconque statue de l’Allée des Idoles. Cela n’avait rien d’étonnant. Elérion pouvait demeurer immobile, figé dans le temps, d’une manière assez impressionnante. Flegmatique dragon aux longues rancunes. Peu de gens, au Kaerl, pouvaient se targuer de reconnaître l’apparence humanoïde de tel dragon sans faillir, et encore moins nombreux étaient eux qui auraient pu faire le rapprochement avec ce Torhil et l’énorme Bronze massif qu’était Elérion. Quand il s’agissait de se faire discret, il préférait opter pour cette enveloppe charnelle illusoire, même s’il la trouvait particulièrement inconfortable.

Son expression s’éclaira légèrement comme la jeune fille se confondait en excuses.

- Ce n’est rien. Je ne crains pas grand-chose… Mais vous, vous n’avez pas eu trop mal ?

Il n’était pas vexé. Moins susceptible que d’autres dragons, et plus pragmatique que certains bipèdes, Elérion étudia brièvement le visage de sa vis-à-vis. Elle ne méritait ni des remontrances pour son étourderie, ni son humeur maussade pour s’être soudain retrouvée sur son chemin.

- Je ne faisais moi-même pas attention. Je suis même plutôt flatté que vous m’ayez pris pour une statue. C’est donc que je possède un peu de leur aura hiératique et altière.

Le babillage d’Elérion l’étonna à son insu. Pourquoi parlait-il autant ? Les lèvres scellées, tandis qu’il étudiait son propre cas, sa nature draconique trahit son trouble intérieur. Par mégarde, son corps humanoïde laissa transparaître des caractéristiques typiquement étrangères pour un Torhil. Ses prunelles chavirèrent vers un orange grisé.



Visiter le site web du posteurMSN
Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 30 Oct 2014 - 02:28 Répondre en citantRevenir en haut

La pauvre aspirante tentait maladroitement de se relever. Dans sa chute, l'un de ses bracelets de cuir s'était détaché de son poignet. Bien que le port de cet accessoire soit inutile, du fait que de longues manches couvraient l’entièreté de ses bras, ça l'agaçait de savoir ses poignets découverts. Donc, tête penchée vers le sol, elle chercha son bien, le regard se déplaçant frénétiquement d'une parcelle à l'autre du plancher de verdure, tandis que sa main découverte chassait de coups secs les longues mèches qui s'obstinaient à lui brouiller la vue.

Un court instant, ses yeux s'accordèrent une pause, le temps de pouvoir observé l'homme en face d'elle. Il était grand, très grand comparé aux gens qu'elle avait déjà rencontré. Une race qu'elle ne connaissait très certainement pas. Des prunelles d'une couleur similaire au doré de la chevelure l'observaient. Et une question fut posée. Question qui prit quelques secondes à se rendre au cerveau. Si elle allait bien? On ne lui avait pas souvent posé cette question. Peu de gens l'avait fait en cas. Elle réalisa tristement qu'il lui était possible de les comptés sur les doigts de sa main. Elle secoua la tête, cherchant à chasser ces pensées et s'évalua d'un léger coup d’œil.

Non, je n'ai pas eu mal du tout. Je vais bien, elle pouffa de rire, disons que vous avez bien amorti ma chute! Mais vous n'auriez pas vu mon bracelet? Il est comme celui la.

Elle agita la main pour montrer le morceau de cuir encore en place. Elle se remit à chercher écoutant d'une oreille distraite les paroles du bronze. Un sourire timide se dessina sur ses lèvres.

J'avais peur que vous ne soyez offusqué, mais je suis heureuse que vous le preniez bien, elle abandonna, découragée, la recherche de son bracelet pour fixer son attention sur Elérion, certes, vous possédez la même prestance, vous et ces statues, mais vous avez un charme que ces bouts de pierre sans vie n'auront jamais.

Andaranielle ne disait pas cela pour lui faire plaisir. Elle disait ce qu'elle pensait. L'homme en face d'elle était très beau, c'était vrai. Mais ce genre de détails, elle ne s'y attardait que vaguement, puisque selon ce qu'elle avait vécue, elle savait que l'apparence était la plus trompeuse partie d'une personne. Elle le savait d'expérience.

Les rires du groupe d'aspirants non loin attirèrent son attention. Quand le mot « empreinte » fut prononcé, une grimace d'agacement se colla au visage de la fëalocë. Elle ne tenta même pas de le cacher et parti à grand pas dans un direction opposée au groupe.

Pourions-nous allé plus loin? Je n'ai pas envie d'entendre parler d'empreinte.

Le pseudo-torhil n'eut pas le réel loisir de répondre, étant donné que Nielle était déjà à bonne distance. Elle attendait le dragon, fixant le vide et respirant lentement, tentant vainement de se calmer. Un soupir lui échappa.

Désolé de...En tout cas. Êtes vous un aspirant vous aussi?

Ce fut à ce moment seulement qu'elle remarqua la nouvelle couleur des yeux de l'homme. Elle le fixa avec incompréhension.

Vos yeux... Ils ont changés de couleur! Que...Comment?
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 1 Nov 2014 - 01:57 Répondre en citantRevenir en haut



La jeune fille se paraissait pas blessée, ce qui rassura Elérion d’emblée. Le dragon pouvait se montrer trop brusque ou trop froid, ce que démentaient le plus souvent la chaude teinte de ses écailles ou la rocaille généreuse de sa voix télépathique. Le compliment prêtait à sourire. Elérion observa l’inconnue s’empêtrer dans ses explications à propos d’un bracelet perdu. Il se serait volontiers penché pour l’aider, si elle n’avait soudain eu un mouvement d’humeur capricieuse. Le Bronze la suivit sans une once d’hésitation. Il ne laissa réellement transparaître sa perplexité que lorsqu’ils se furent suffisamment éloignés du groupe d’Aspirants à l’enthousiasme débordant.

- Votre bracelet ne doit pas être bien loin…

Il s’interrompit brusquement. Il eut un léger mouvement de recul. Non pas pour avoir été découvert, mais parce qu’il avait baissé sa garde et laissé ses gènes draconiques parler à travers l’illusion charnelle sans s’en rendre compte. La mort d’Arion Thorne et de Darakin lui pesait sur la conscience. Plus qu’il n’avait osé se l’imaginer. Il n’avait pas voulu choquer la jeune fille.

- Je ne suis pas un Aspirant, mademoiselle. Ce changement de couleur des yeux est un trait naturel de mon espèce. Je me nomme Elérion, et vous ?

Il prit le parti de s’asseoir sur le plus proche banc, et d’inviter la jolie inconnue à en faire de même. Le dragon aurait voulu resté dans l’anonymat ce jour. Ne pas être harcelé de questions de la part d’Aspirants à l’enthousiasme triomphant. Ne pas être considéré, pendant quelques instants, comme une créature pleine de sagesse et auréolée de la gloire de ses ancêtres. Ne pas devoir expliquer que sa mémoire n’était nullement peuplée de Reines d’argent et d’acier… Mais plutôt de dragons forgés dans le feu et le sang. Elérion voulait pleurer la perte d’un ami comme le ferait un bipède. Il n’avait pas besoin qu’on lui rappelle quel sort horrible attendait un dragon privé de son Lié…

Comme cela faillit être le cas pour lui, si l’Ombremage n’avait pas été défait.

- Ce sont d’étranges bracelets que vous portez. Un cadeau de votre famille ? Je peux toutefois déduire que vous êtes une Aspirante. En votre âme sommeille le souvenir d’une âme jumelle, qui sera bientôt à vos côtés, lorsque Flarmya le décidera.

Elérion se permit un léger sourire paternel. Sous sa forme de Torhil, il avait tout du grand frère, ou du jeune oncle, qui rentre de voyage et constate comme les enfants ont bien grandis. L’inconnue, jolie ingénue, semblait mal à l’aise. Etait-ce dû à l’angoisse de ne pas se lier ? Ou celle de se trouver en présence d’un homme aux yeux multicolores ? Il ne voulait pas l’effrayer. Elle lui évoquait une biche aux abois, avec ses grands yeux clairs et ses cheveux dorés. Elérion se révélait un être calme, observateur et férocement protecteur. S’il possédait toute le pragmatisme et la liberté d’esprits des Engloutis de naissance, ses premiers pas au Kaerl Ardent l'avaient poussé à lui donner un goût prononcé pour les faibles et une infinie compassion à partager.



Visiter le site web du posteurMSN
Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 4 Nov 2014 - 03:36 Répondre en citantRevenir en haut

Vous êtes un dragon....

Andaranielle s'assit aux côtés du bronze, acceptant gentiment l'invitation. Elle avait complètement oublié que les dragons avaient la possibilité de prendre l'apparence d'un bipède. Et pourtant, sa dernière - sa seule – rencontre avec un saurien sous cette forme aurait du avoir comme conséquence qu'elle se méfie encore plus des gens. Mais bon, ça lui était sorti de la tête, tout simplement. Et puis, de toute façon, Elérion semblait être d'une bien plus agréable compagnie que Sele'nti ne l'avait été.

Je m'appelle Andaranielle, utilisez le surnom qu'il vous plaira, si l'envie vous prend, phrase ô combien répétée à cause de l'horrible longueur qu'était son prénom, hum...je me demandais, si ce n'est pas indiscret, de quelle couleur êtes-vous?

La jeune aspirante avait fait comme bon nombre de ses compères et était bien évidemment aller se renseigné sur ces reptiles intrigants. Si elle avait bien compris, il existait plusieurs couleurs de dragon, chacune ayant ses caractéristiques propres, un peu comme les espèces qui peuplaient Rhaëg. Ce qu'elle avait surtout retenue, c'est que toutes les couleurs ne se liaient pas à tout le monde. Par exemple, les vertes et les bleues ne se liaient qu'aux femmes, tandis que les bronzes et les bruns eux, se liaient aux hommes. Cela l'avait un peu étonner, puis intéresser, lisant plus attentivement chaque couleur à laquelle elle aurait une chance, ou plutôt le malheur, de se lier. Bref, elle avait posé cette question pour savoir à quel genre de caractère elle aurait à faire. Elle espérait ardemment que ce n'était pas un blanc. La fëalocë fronça soudainement les sourcils, se rappelant de quelque chose qui lui fit tourner la tête de chaque côtés.

Votre Lié n'est pas avec vous?

Ayant toujours pris le terme de « Lien » au pied de la lettre, la blonde croyait qu'il était impossible aux liés de se séparer. Haussant les épaules, elle senti l'homme à ses côtés triste. Autre information qu'elle avait trouvé durant ses lectures : l'espèce dont elle était issue possédait une sorte de sixième sens. Étant donné que le sien était sur-développé, il n'était jamais réellement en sommeil. Toujours en alerte et guettant un danger quelconque, cette fois ci, il alertait Andaranielle de l'état préoccupant d'Elérion. Elle couva le bronze d'un regard interrogatif et tenta timidement de lui poser une question.

Hum..Vous avez l'air triste...ou peut être tourmenté...est-ce que tout va bien?

Patientant pour une réponse, elle chercha discrètement du regard son bracelet perdue avant que le torhil y fasse justement allusion.

Non, ces bracelets ne sont pas des cadeaux de ma famille, ils n'ont même aucune valeur sentimentale, ce sont de simples babioles que j'ai achetées dans un marché. J'en ai besoin, c'est tout.

Certes, sa réplique était un peu sec, mais ce ne fut pas intentionnel. Simplement qu'elle n'avait pas aimé qu'il parle de sa famille, alors qu'elle tentait d'en oublier une et d'en trouver une autre. Elle sourit quand il devina son statut d'aspirante. Ça n'avait pas du être difficile à deviner.

Bien trouvé, quoi que, cela à du être simple. Je suis aspirante depuis peu, un mois environ pour être exact.

Et il fallut qu'il parle d'Âme Sœur. En un instant son sourire se figea et tout son être se raidie. Le sol fut la concentration de sa colère, un moment, et elle releva les yeux vers le dragon. Si la naïveté avait empli ses prunelles d'un doux vert pré, le froid et la colère les enflammaient dorénavant. Toutes ses émotions hargneuses n'étaient pas totalement dirigées vers Elérion, mais une partie oui.

Eh bien qu'elle prenne son temps pour se décider, le plus tard elle choisira, mieux je me porterai, elle murmura le reste de la phrase, mais son ton restait audible, jamais ce serait parfait.

La tristesse avait toute place dans le regard de la fëalocë. Elle prononça doucement les mots.

Je me suis éloignée pour ne pas entendre parler d’empreinte, alors, ne me parlez pas d'âme sœur, s'il vous plaît.

Elle força un sourire pour tenter d'accompagner ses paroles.
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 8 Nov 2014 - 16:28 Répondre en citantRevenir en haut

Elérion pouvait se targuer de posséder une excellente mémoire, aussi retint-il sans difficultés le long prénom de la demoiselle. Le dragon s’était fait démasquer comme un débutant. Il n’avait pas été convaincu non plus. Il n’aimait pas mentir. Même s’il aurait préféré qu’on le laisse en paix faire son deuil sans chercher à voir en lui un être quasi-divin. Pourtant, Andaranielle ne semblait pas particulièrement curieuse à ce propos. C’était un soulageant constat. Enfin une Aspirante qui ne lui demandait pas si elle pouvait faire une balade dans le ciel !

Il déchanta rapidement lorsqu’elle lui demanda où se trouvait son Lié – c’est-à-dire moi.

- Il n’est pas ici. Nos âme ne font qu’une mais nous ne sommes pas enchaînés l’un à l’autre. Vous le croiserez sûrement dans les rues du Màr Luimë, un jour. Il se nomme Galaad.

Dans sa voix neutre, quoique légèrement teintée de tristesse, pointait la fierté sur la fin de sa tirade. Oui, j’étais son Lié. Nous nous appartenions l’un et l’autre. Et au fond, malgré nos différences et nos conflits, nous en étions fiers. L’orgueil légendaire des dragons commençait à m’atteindre…

- Je suis un Bronze, Andaranielle. Je vous montrerais si vous voulez.

Si Elérion n’aimait guère parader et se vanter, l’attention touchante et admirative d’une jeune Aspirante faisait toujours son petit effet sur lui.

Il devenait compliqué, en revanche, d’éviter les questions embarrassantes. Par il ne savait quel charme, ou quelle intuition féminine de Fëalocë, Andaranielle devinait ses états d’âme sans efforts. Fort heureusement pour le dragon, elle dévia la conversation sur ses bracelets et, avant qu’il ne songe à lui poser la moindre question, la jeune fille parla d’Empreinte. Une chose, visiblement, qu’elle redoutait mais pas pour les raisons qu’aurait cru Elérion.

- Pourtant, en ce moment même, vous parlez à l’Âme Sœur d’un de vos semblables. (Ou presque : j’étais Neishaan, un fils des neiges et elle une fille du feu.) Ne craignez-vous pas que les dragons s’insurgent de vous voir porter si peu de considération au lien qui les unis à leur Lié ?

Un sourire étirait les lèvres d’Elérion. Pas un sourire moqueur, pas vraiment mais il suffisait de regarder les prunelles vertes du faux Torhil pour deviner à quel point la situation l’amusait. Tout en l’inquiétant un peu. D’Andaranielle sourdait une angoisse qui pourrait peut-être, un jour, mettre en péril son avenir et la vie d’une dragonne.

- Flarmya décidera de vous exaucer si elle le souhaite. Ce n’est pas votre Âme Sœur qui choisit quand naître et quand mourir. Votre Maître ne vous a-t-il pas expliqué ce qu’était réellement l’Empreinte ? s’enquit-il, redevenu sérieux, en fronçant les sourcils.

S'il continuait de converser avec elle, peut-être finirait-il par oublier la mort de Darakin et de son Lié, la nostalgie de son ancien foyer - une chose qu'il n'admettrait jamais, même sous la torture - et nos rancœurs l'un envers l'autre. Ces dernières semaines, nous nous étions fait tellement de mal, tous les deux... Les regrets chevillés à notre âme, nous ne pouvions qu'espérer que le temps guérirait nos blessures respectives. Et de trouver une harmonie, qui jusqu'alors nous faisait cruellement défaut.



Visiter le site web du posteurMSN
Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 13 Nov 2014 - 04:24 Répondre en citantRevenir en haut

Oh...j'avais mal compris cette histoire de Lien.

Elle enregistra le nom du lié d'Elérion, au cas où elle le croiserait. Le sujet ne semblait pas plaire au dragon, car elle remarqua un léger changement d'attitude chez lui. Autant ne pas parler de cela plus longtemps dans ce cas. L'aspirante eu un large sourire quand le bronze employa son nom complet.

Je vous remercie d'utiliser mon nom complet, murmura-t-elle, les gens le font rarement...

Certes son nom était très long et il pouvait devenir lassant de toujours le prononcer. Mais peu de personnes faisaient le moindre effort pour dire tout son prénom et ça, ça l'attristait beaucoup.

Oui, j'aimerais beaucoup. Je n'ai pas encore vu de Bronze, mais plus tard si ça ne vous dérange pas, elle observa les alentours, vous attireriez trop l'attention et j'aime bien cette tranquillité.

Les aspirants de tout à l'heure discutaient toujours avec beaucoup d'énergie, et elle n'avait pas du tout envie qu'ils viennent la déranger en s'émerveillant devant un Torhil prenant une forme draconique. Alors qu'elle fixait le petit groupe, Elérion revint sur le sujet qu'étais l'empreinte. Elle se renfrogna et bouda un moment.

Ne croyez pas que je ne veux pas me lier, bien au contraire! Ce serait plus qu'un honneur de pouvoir partagé l'existence d'une créature aussi fabuleuse. Mais...elle se mit à trembler faiblement, j'ai..je..j'ai peur. J'ai peur de partagé mon âme. Elle ne m'a déjà pas appartenue durant presque toute mon existence, je ne veux pas la perdre pour toujours.

Andaranielle surveillait ses paroles, sachant qu'elle se rapprochait de quelque chose de délicat : son passé. Elle tira nerveusement sur la manche de son chandail, écoutant d'une oreille distraite le dragon.

Si, si, elle m'a expliquer tout ça, elle fit une petite pause, ma Maîtresse est Alkhytis Doréhor, liée à la Verte Belareth. Vous la connaissez peut être?

Elle tentait subtilement d'éloigner la conversation de l'empreinte. Elle se souvint soudain de quelque chose.

La question que je vous avais poser précédemment...l'avez-vous éviter ou vous n'avez tout simplement pas eu le temps d'y répondre?

Il était plus qu'évident que le bronze n'allait pas bien et la jeune Fëalocë souhaitait l'aider.
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 9 Déc 2014 - 00:32 Répondre en citantRevenir en haut

Pour un jeune dragon au parcours atypique, Elérion se targuait déjà d’une propension à l’érudition et à développer une sagesse singulière. Tout cela s’évaporait tandis que son regard plongeait dans les prunelles vert d’eau de la jeune fille. Petite créature fragile, emplie de doutes, condamnée à faire des erreurs pour toucher du doigt sa destinée. Il était beaucoup plus facile d’éviter certaines maladresses lorsqu’on possédait la mémoire de ses aïeux. Elérion plaignait les dragons sauvages, quelques-uns privés de mémoire ancestrale à cause de leur rebelle de mère. Des dragonnes qui refusaient de transmettre cet héritage à une progéniture liée à une solitude éternelle et une mort bien amère.

Au contraire, les bipèdes bénéficiaient, non pas de sa pitié mais d’une forme d’admiration. Ils étaient libres de leurs choix – bien que parfois définis par les dieux ou une certaine forme de fatalité -, aptes à douter et capable de sortir grandis des épreuves. Car ils ne connaissaient pas tous les détails de leur passé, ils pouvaient refaire les mêmes erreurs, encore et encore. Par un étrange tour joué par la Vie, chaque cycle finissait inévitablement par se briser et le peuple faisait soudain de grands pas en avant. Malgré toute leur puissance, leur sagesse et leur intelligence, les Enfants de Flarmya ne pouvaient qu’attacher leurs pas à des bipèdes d’exceptions, participer aux grandes batailles comme aux plans de paix et devenir les ailes de leur Âme Sœur. Les dragons n’écrivaient pas l’Histoire.

- Je me ferais un plaisir de vous montrer ma véritable apparence, acquiesça-t-il avec un léger sourire. Où vous voudrez, quand vous voudrez.

S’il était né avec les valeurs Célestes ancrées en lui, Elérion aurait souhaité créer un monde meilleur, apporter savoirs et prospérité partout et guérir les cœurs de la vilénie. S’il avait été encore assez imprégné des préceptes Ardents pour y croire, le Bronze aurait désiré conquérir l’univers, régner en maître sur des terres lointaines et être le père de nombreuses couvées pour mieux asseoir sa suprématie.

Même s’il ne pouvait pas revendiquer une naissance sur les sables blancs du Màr Luimë, ni de pouvoir nommer une seule Reine Argentée parmi ses ancêtres, mon Lié savourait toute l’ambiguïté du statut immortel d’être un fils de Flarmya. Réécrire l’Histoire ne l’intéressait pas. Il n’éprouvait pas l’envie de faire démonstration de ses pouvoirs. Le Bien et le Mal se valaient si les moyens d’atteindre la gloire se révélaient aussi nébuleux. Voire faillibles. Il se voyait plutôt comme un guide. Il avait pour lui la lumière de la connaissance, elle-même brandie depuis de solides bases. La droiture. Il était Bronze. Et il était Englouti.

- Oui, je la connais. Surtout Belareth, répondit-il, un peu mal à l’aise. Nous chassons parfois ensemble.

Ce qui n’était pas tout-à-fait vrai. Il se souvenait surtout du jour où la Gardienne avait été menacée par un pion de l’Ombremage, dans l’infirmerie du Kaerl, où j’avais été moi-même pris en otage. Elérion avait manqué détruire entièrement un mur du bâtiment pour se porter à mon secours. La dragonne verte avait stoppé son geste au dernier moment… Je ne l’en remercierais jamais assez. Sinon j’aurais été bien plus abimé que je ne le suis !

Andaranielle poursuivait son triste monologue, en proie à une nervosité croissante. Les yeux d’Elérion chavirèrent vers un bleu paisible. Il amorça un geste pour poser sa main sur l’épaule de l’Aspirante. Il réprima sa première impulsion au dernier moment. Elle n’avait peut-être pas envie d’un contact, surtout de la part d’un quasi-inconnu. Ce n’était sans doute pas le meilleur moyen de rassurer une fille à fleur de peau. Il aurait voulu dire quelque chose pour la consoler.

Et la fameuse question revint…

° Je suis un dragon. Pourquoi me sentirais-je obligé de répondre à vos questions si je n’en ai pas envie ? Je n’ai pas à justifier mes choix ! °

Aucun de ces mots télépathiques ne s’échappa de son esprit. Il rétracta le contact mental qu’il venait d’amorcer en direction de l’esprit d’Andaranielle. Ces pensées-là étaient trop agressives. S’il s’agissait d’une Ardente, il aurait répondu exactement cela. Mais le Màr Tàralöm et ses lois brutales se trouvaient à des lieues d’ici. Il n’avait pas besoin de ranimer sa colère.

Il perdait quelques parcelles de son sang-froid. Il n’avait pas prévu d’être aussi bouleversé par la mort de Darakin et son Lié. La fin de la guerre aurait dû être une période de réjouissances ! Pourquoi était-il si mélancolique tout à coup ?

- La fin de la guerre contre l’Ombremage nous rappelle que la mort n’est pas qu’un avenir lointain, qui n’appartient qu’aux autres. Nous ne sommes pas immortels. Pas même les dragons. J’ai perdu un ami durant la quête dans la Lande d’Eru. Et j’ai manqué perdre mon Âme Sœur jusqu’à ce que les combattants reviennent enfin victorieux de cette ultime bataille.

Il plongea ses yeux changeants dans ceux de la jeune Fëalocë et la fixa sans ciller. Sa voix avait perdu ce ton léger et un brin moqueur. Il s’agissait d’un instant solennel. C’était le dragon qui parlait et non le Torhil déguisé.

- L’Empreinte ne scindera pas votre âme en deux, ni ne vous en séparera. Vous êtes née incomplète, imparfaite, avec un vide difficile à combler dans votre cœur. Votre âme réclame sa jumelle. Lorsque le dragon – ou plus sûrement la dragonne – que vous destine Flarmya naîtra, vous connaîtrez le bonheur d’avoir enfin trouvé ce qu’il vous manquait. Il s’agit d’une relation fusionnelle, comme si vous retrouviez soudain une vieille amie fidèle, ou votre frère disparu. Vous ne connaissez pas le visage de votre future Liée mais votre âme se souvient d’elle, rêve d’elle et la reconnaîtra. Il s’agit de partage et non d’aliénation. La dragonne pourrait penser la même chose. Que si elle se lie à vous, elle vous sera en quelque sorte redevable, enchaînée à vous. Certes, si elle refuse, elle se condamne elle-même à la mort. Mais cela signifierait aussi vous priver de ce bonheur. Les Âmes Sœurs peuvent être très différentes l’une de l’autre : aucune, cependant, ne peut faire du mal à l’autre sans elle-même en souffrir.

Ne rejetez pas ce que Flarmya vous promet. Il existe des sorts pires que la mort. Et la certitude de ne jamais trouver sa Liée est sans doute le pire d’entre eux.


° Elérion ? Qu’est-ce que tu fais ? Tu veux voler un peu ?
Je suis en for plaisante compagnie.
Ah, je vois… Je te laisse seul, alors ?
Exactement.
D’accord… Si tu as besoin de moi… °


Elérion chassa ma présence de son esprit presque avec désinvolture. J’étais au moins sûr d’une chose : il ne se trouvait pas aux côtés d’une jolie dragonne. Je n’avais pas à craindre son surplus d’hormones ; Ces derniers temps, ses pensées avaient tendant à parasiter les miennes, allant jusqu’à me faire faire des choses insensées. Il était temps qu’il se trouve une compagne, celui-là !

- Tout ceci devient très sérieux, vous ne trouvez pas ? Vous plairait-il de marcher un peu ? Ou de voler ?

Il ne voulait pas réfléchir. En ce moment, chaque réflexion se teintait d’une douleur diffuse.



Visiter le site web du posteurMSN
Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 19 Déc 2014 - 03:02 Répondre en citantRevenir en haut

Une faible panique fit tambouriner plus fort le cœur de la frêle fëalocë. Son sixième sens l'avait soudainement assaillie quand le bronze avait tenter un geste de réconfort. De peu elle réussi à se contenir et à ne pas se tasser sur l’extrême côté du banc. Quelle piètre aspirante elle était là. Même, elle n'était que l'ombre d'une fëalocë, espèce reconnue pour leurs redoutable faciliter à s’enflammer. Elle était tout le contraire de cette digne espèce, s'effrayant au moindre bruit comme une biche apeurée. Cette impuissance la mettait tellement en colère! Elle était si frustrée de ne pas savoir ce qu'elle était, de ne pas savoir qui elle était... De n'avoir aucune piste pour chercher ses origines l'épuisait affreusement. Cette quête semblait impossible et pourtant elle se refusait l'abandon. Pour le peu de fierté qu'elle avait, elle se devait de réussir, elle devait trouver ses parents, pour enfin trouver la véritable Andaranielle derrière ce voile d'emprisonnement qui l'avait suivi toute sa vie.

Alors qu'Andaranielle tentait de mettre au clair toutes ses émotions mêlées, elle n'avait pas tout de suite remarquer le silence d'Elérion. C'est quand elle ressentie un certain malaise qu'elle se retourna pour voir ce qu'il se passait. Une expression indéfinissable, oscillant entre le sérieux et la colère, avait masqué toute la bonne humeur du torhil. Cet air lui fit froid dans le dos, au point qu'un frisson d’effroi courra le long de sa colonne vertébrale. Cette fois ci, elle ne put s’empêcher de reculer de quelques centimètres, terrorisée par le dragon. Son instinct lui hurlait de partir *Court! Court bon sang! Enfuit-toi loin d'ici!* Et ce n'était pas l'envie qui lui manquait pour obéir à ces mots, mais sans qu'elle ne sache pourquoi, son corps refusait de bouger. Elle était figée là.

La pauvre aspirante tremblait de partout quand Elérion parla enfin, brisant ce silence pesant. Lentement, ses muscles crispés par la peur se dénouèrent au fur et mesure qu'il parlait. Qu'elle idiote elle avait été! Elle n'aurait pas du insisté, elle aurait du voir que ça le troublait. Il était venu pour faire son deuil et voilà qu'elle arrivait rien que pour l'énerver! Alors qui ne le méritait absolument pas... Elle serra durement les poings, à s'en faire blanchir les jointures. Toute la peur qu'elle avait eu pour le bronze s'était muter en colère contre elle même.

Je suis désolé, je n'aurais pas du insister. J'aurais du voir que vous n'aviez pas spécialement envie de parler de vos problèmes, elle baissa la tête et siffla entre ses dents, j'ai été si stupide!

Stupide..oui. Elle n'était qu'une pathétique fëalocë stupide et mal dans sa peau. Pas étonnant qu'elle fasse tant d'erreurs. Peut être qu'elle n'était bonne qu'à remplacer Laha finalement... Ses épaules s'affaissèrent sous toutes les insultes qu'elle s'envoyait. Il fallait sérieusement qu'elle arrête de se faire du mal ainsi, sinon elle n'irai pas bien loin. Avec un long soupir elle releva la tête et rencontra le regard du bronze qui la fixait. Elle ne détourna pas les yeux. Nielle admira la vague de couleurs qui passaient sur les prunelles d'Elérion.

Ce dernier reprit la parole, lui tenant un discourt magnifique sur le lien. Elle ne put retenir une larme d'émerveillement, qui roula sur son fin visage avant d'aller s'échouer sur le sol. Aucun commentaire ne franchit le seuil de ses lèvres. Que pouvait-on dire après ça?

Ne rejetez pas ce que Flarmya vous promet. Il existe des sorts pires que la mort. Et la certitude de ne jamais trouver sa Liée est sans doute le pire d’entre eux. 

Soudainement, Andaranielle ria doucement. Elle ne se moquait pas des propos du torhil, non. D'une certaine façon, elle relâchait toute la pression des instants précédents.

Voilà des années que l'on ma brisée, au point de me tuer, elle marqua une pause, observant un point qu'elle seule voyait, pour ensuite reposer son regard sur Elérion, et aujourd'hui, je tente de me réanimer.

Tout le sérieux du monde accompagnait ses dires. Bien sûr elle parlait au sens figurée, imageant ce qu'elle avait enduré ces seize dernières années.

Tout ceci devient très sérieux, vous ne trouvez pas ? Vous plairait-il de marcher un peu ? Ou de voler ? 

Elle ne sut ce qui poussa le saurien à lui proposer une telle offre, mais peut importait. Cela lui redonna instantanément le sourire. Andaranielle bondit sur ses pieds, comme une enfant, et se plaça devant Elérion, sautillant presque sur place.

Voler? Je peux vraiment? Sur votre dos? Ça ne vous dérange pas? Mais...où irions nous? Je doute que l'on puisse voler ici et si nous allons dehors, il faudra me bander les yeux. Je n'ai pas encore le droit de savoir où se trouve le passage secret qui mène à l'extérieur du Kaerl.

C'est ce qu'Alkhytis lui avait dit et jamais elle ne s'en était vexée. Ils n'allaient certainement pas révéler une telle information au premier nouveau venu, sous prétexte qu'il se lierait à un dragon! Il fallait mérité ce privilège, être digne de confiance. Et elle le serait.

J'aimerais bien aller à l'extérieur, un petit sourire se traça sur son visage et elle leva la tête pour regarder le plafond, j'ai hâte de revoir le soleil... elle avait souffler ce souhait, se perdant dans ses souvenirs de cet astre de lumière.
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 20 Déc 2014 - 20:40 Répondre en citantRevenir en haut

Le Bronze sous forme humanoïde hocha simplement la tête. Il n’avait pas voulu effrayer la jeune fille. Pour une fëalocë, elle paraissait bien craintive et peu expansive. Cela ne l’empêchait pas d’avoir des nerfs à fleur de peau. Et plus encore d’être très sensible aux émotions d’autrui. Celles d’un dragon pouvaient se montrer trop fortes ou violentes pour de telles personnes. Elérion aurait pu souffler un vent de fureur dans l'esprit ouvert d'une Aspirante peu expérimentée aussi facilement qu'on mouche une chandelle.

- Ce n’est rien. Vous n’êtes pas responsable.

Parlait-il seulement de son brusque accès de colère ou de la souffrance sous-jacente qui semblait hanter Andaranielle ? Peut-être des deux ?

- Vous êtes sur la bonne voie, en ce cas, la rassura-t-il d’un ton sans appel. Vous devez réapprendre à vivre, à faire confiance et votre âme s’ouvrira d’elle-même lorsque l’Empreinte se produira.

Il savait qu’elle réussirait. Non pas seulement pour sauver sa future dragonne mais pour elle-même. Andaranielle méritait de vivre pleinement. Elle se devait d’avancer. Le Màr Luimë pouvait lui offrir cette chance, celle de refaire sa vie ici et d’accepter son destin. Personne n’avait à la contraindre de faire des choix qu’elle ne voulait pas. Tout dépendait de la jeune fille et d’elle seule.

- Je peux vous emmener à l’extérieur du Kaerl si cela vous plait. Et nous n’aurions pas à emprunter l’escalier. Depuis la défaite de l’Ennemi, l’Interstice s’est rouvert. Les dragons peuvent à nouveau en faire usage. Savez-vous ce qu’est l’Interstice ?

Les yeux d’Elérion charrièrent des nuances plus calmes et plus pures. Le bleu se parait d’un vert doux et malicieux. Lorsqu’il se leva du banc de pierre, il paraissait soudain immense, tel le colosse aux écailles cuivrées qu’il masquait vainement sous cette apparence factice. Il s’écarta de quelques pas, vérifiant autour de lui qu’il n’abimerait ni les statues ni les arbres sur son passage. Une intense lumière l’environna, déforma sa silhouette. Il grandit, au point d’en devenir démesurément haut et large. Le Bronze apparut enfin sous sa forme originelle. Baissant sa tête cornue vers la jeune Aspirante, il dit :

° Essayez d’escalader ma patte. Et cramponnez-vous fermement une fois entre mes épaules. Le voyage sera bref jusqu’à l’air libre. °

Lorsqu’Andaranielle fut installée entre les piquants acérés de son dos, il ouvrit ses ailes et plongea dans une fenêtre invisible. Le temps d’un battement de cœur, Elérion jaillit hors du Kaerl Englouti, émergeant en plein vol au-dessus de la Baie d’Eau Claire. Le dragon plana un moment en cercles dans le ciel, se laissant porter par le vent marin. Puis il descendit vers la plus proche falaise et s’y posa avec le plus de douceur possible pour un être de sa taille.

° Vous voici à l’air libre, sous le soleil, comme demandé. J’espère que le voyage n’a pas été trop inconfortable. °

Assis en position du sphinx, le Bronze roulait des yeux amusés. L’Interstice n’était pas une expérience à prendre à la légère. Mais sa brièveté, en revanche, en faisait une traversée des plus sûres et des plus impressionnantes. Figé telle une statue de sel, Elérion étira ses ailes pâles puis les replia sagement le long de son corps massif.

° Le Màr Luimë est une forteresse sûre, cachée sous les eaux. Votre regard ne saurait percer le fond de la mer... Alors ? Qu’en dites-vous ? °



Visiter le site web du posteurMSN
Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 19 Jan 2015 - 02:21 Répondre en citantRevenir en haut

Elle répondit par un timide sourire aux paroles encourageantes d'Elérion. Il avait raison. Elle devait laisser le passé derrière elle, pour se tourner vers ce que le Kaerl lui offrait : une nouvelle chance. Une nouvelle chance, pour vivre et apprendre, pour découvrir le monde sans se soucier des frontières. Car bientôt, c'est à dos de dragon qu'elle ferait tout ça. Qui ne saisirait pas cette occasion?

J'en ai vaguement entendue parler, mais je sens que j'en vais en apprendre plus, répondit-elle sur un ton taquin.

Elle admira durant quelques secondes le subtil changement de couleur des iris du Bronze. Le turquoise dont il se paraît faisait presque concurrence à celui des eaux cristallines au-dessus de leurs têtes. Et alors qu'il se levait, Andaranielle le trouva étrangement grand. Peut être sa vue lui jouait-elle des tours? Sa réponse se confirma quand elle le vit doubler, voir tripler de taille devant ses yeux surpris. Une lumière vive se fit, et elle n'eut d'autre choix que de détourner le regard et de fermer les paupières. Quand elle put enfin reposer les yeux sur Elérion, celui-ci était devenu immense et colossal. De tout les dragons qu'elle avait rencontré, il était le plus grand.

Il baissa sa tête reptilienne et l'aspirante ne put s’empêcher de sursauter quand elle entendit sa voix dans sa tête. Elle hocha la tête et tenta de grimper du mieux qu'elle put tandis que les gens commençaient à remarquer le bronze. Malgré ses efforts, la fëalocë dut se résoudre à monter sur le banc pour pouvoir s'installer entre les piquants du dragon. Elérion n'attendit pas plus longtemps et il sauta dans l'Interstice.

Andaranielle fut saisie de terreur. Si le passage dans l'Interstice n'avait durer qu'une ou deux secondes, il lui sembla y avoir passer une éternité. Tout était si froid, si..vide. Partout où elle cherchait l'Allée des Idoles, elle ne trouvait que le néant. Rien. C'était sans doutes l'expérience la plus désagréable à vivre. Pour son plus grand soulagement, la Baie d'Eau Claire apparut sous eux. Le bronze plana un peu avant de se poser sur une falaise non loin. Ce fut seulement quand ils furent posés que l'aspirante respira de nouveau.

Bref tu disais? J'ai l'impression d'être rester des heures la dedans! elle souffla profondément, se remettant de sa récente expérience, merci, pour le soleil. Ça fait beaucoup de bien après.....l'Interstice.

Elle ne remarqua pas l'amusement d'Elérion. Et tant mieux, elle s'en serait vite choquée. Elle observa les eaux environnantes, savourant l'air marin sur son visage. Puis, la fëalocë prit le temps de détailler son compagnon. Elle n'avait pas encore eut la chance de rencontrer de bronze et elle était subjuguée par la beauté de ses écailles. Elle se pencha un peu pour constater l'impressionnante grandeur du saurien.

Les bronzes sont tous grand comme ça? En tout cas, tu as vraiment une belle couleur d'écailles...

Elle effleura du bout des doigts la surface lisse des écailles. Une admiration brillaient dans le vert de ses yeux. Ces créatures étaient magnifiques et elle avait la chance de les côtoyées. Elle avait même l'honneur de voir son âme liée à l'un des leurs...un jour. Andaranielle ramena son regard vers l’entende d'eau dès qu'elle eut cette pensée. Elle chercha le Màr à la place. Le temps n'était pas aux tristes idées.

C'est...magnifique, et étonnant. Jamais je n'aurais cru vivre sous les eaux un jour, ni même être là, en ta compagnie. C'est fou les tours que nous le destin non? elle rit, bon, tu voles où tu restes là? lui demanda-t-elle gentillement.

[HRP]Désolé du retard ><[HRP]
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 19 Jan 2015 - 19:42 Répondre en citantRevenir en haut

Les grandes opales liquides du dragon suivaient les gestes de son invitée. Andaranielle ressentait les choses pleinement, était capable de s’émerveiller d’un rien, tout autant que de souffrir de peurs profondes. Il lui suffisait d’effleurer les pensées qu’elle laissait vagabonder de temps à autres pour le deviner. Il n’avait pas ce don des neishaans, quelques fois dotés d’une oreille musicale très développée, qui leur permettait d’identifier toutes les subtilités des voix humanoïdes. Elérion ne pouvait compter que sur la télépathie et son sens de l’observation, pour comprendre les rouages émotionnels d’un bipède.

° Ne vous laissez pas abuser par son étonnante facilité d’usage. L’Interstice n’a rien d’un jeu d’enfant. Il faut des mois et toute la concentration possible pour qu’un dragon maîtrise cet espace-temps. Il raccourcit la durée des voyages mais ne les rend pas moins dangereux. °


Une fois son malaise dissipé, Andaranielle reporta la lumière de ses yeux verts sur le colosse de bronze. Celui-ci fut à la fois surpris et flatté d’une telle attention. Tout autre compliment, venant de quelqu’un d’autres, aurait paru charmeur, mielleux et serait possiblement devenu une flagornerie dans l’espoir d’obtenir quelque chose en retour. Ou cela aurait seulement été une marque de politesse envers un dragon qu’il est difficile de manquer lorsqu’il vous fait face. La jeune fëalocë exprimait ici la sincérité pure. Son regard admiratif glissait sur ses écailles tout autant que ses doigts et il retint un léger frisson. Il n’était pas un dragon qui recherchait les contacts, encore moins avec des bipèdes.

° Les Bronzes sont parmi les plus grands mâles de notre race. Les Empereur Noirs sont également imposants. Il est rare, toutefois, qu’ils les dépassent en taille, même s’ils les égalent. Les Reines, en revanche, sont les plus grands dragons que comptent les enfants de Flarmya. Et les Argentées du Màr Luimë sont évidemment les plus belles d’entre eux ! °

Elérion ne savait pas manier la flatterie. Il y avait certains impératifs qu’il avait appris sur le tas, en changeant d’allégeance. Délaissant la beauté sanglante des Incarnates du Màr Tàralöm, n’ayant depuis toujours aucun intérêt pour les Dorées aux écailles trop vives du Màr Menel, il se régalait dorénavant de la beauté des dragonnes grises de son foyer d’adoption. Flatter une Reine, de quel Kaerl qu’elle soit, se révélait un exercice subtil.

° Où souhaitez-vous aller, Andaranielle ? Dites-le et je serais vos ailes. °

Venant d’un autre dragon, cela aurait pu passer pour une proposition fielleuse, hypocrite ou même une boutade de courtisan trop zélé. Elérion incarnait l’honnêteté aussi bien qu’il pouvait rester flegmatique devant presque n’importe quoi. La poésie d’une telle tirade ne lui sautait pas non plus aux yeux. Il exprimait des faits, non sans adopter un ton doux pour ne pas effaroucher la jeune fille qui l’accompagnait.

° Je connais de petites îles non loin d’ici, où il fait bon pêcher et profiter du soleil. Toutefois, je ne saurais que trop vous conseiller que de ne pas s’approcher du territoire des autres Kaerls. °

Son ton redevint grave sur la fin. En effet, même s'il ne jugeait pas les Ardents et les Célestes pour leurs idéaux, il avait peu d'amis chez les uns et les autres. Et il ne servait à rien de provoquer ses voisins.



Visiter le site web du posteurMSN
Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 10 Mar 2015 - 03:52 Répondre en citantRevenir en haut

Peu importe ce qu'Elérion disait, elle n'aimerait jamais l'Interstice. Aussi pratique cela pouvait-il se révéler, il n'en restait pas moins désagréable. Laissant passer un dernier frisson, elle plaça cet horrible souvenir dans un recoin de sa tête, pour mieux apprécier les environs.

Dans un même temps, elle tenta de s'imager les tailles des dragons que le bronze lui décrivait. Elle se représenta sans trop de problèmes les noirs, mais ne put faire pareil pour les Reines. Encore plus grand que ça!? Cela semblait tout simplement impossible.

Je n'ai pas encore eu la chance d'en voir une, mais elles doivent êtres vraiment majestueuses ces Reines si elle sont si grandes!

Et effrayante. Mais elle garda cette remarque pour elle, n'étant pas sûre de savoir si elle choquerait le dragon en parlant ainsi de leurs Reines. Si elles disposaient réellement d'une telle envergure, elle méritaient bien ce qualificatif de Reines. Elle soupira. Il allait vraiment falloir qu'elle se renseigne mieux sur tout ça, si elle ne souhaitait pas paraître pour une imbécile le jour de son empreinte.

Elle réfléchit un moment, quand Elérion laissa la fëalocë choisir leur destination. Elle ne connaissait absolument rien des lieux, comment décider? À son soulagement, elle n'eut pas le temps d'y penser plus longtemps, car le bronze lui proposa de petites îles non loin. C'était déjà mieux que rien comme idée.

D'accord, allons vers ces îles, mais prends ton temps pour y aller s'il-te-plait. Je n'aurais certainement pas la chance de voler à nouveau avant un certain moment.

C'était la chose qu'elle jalousait le plus chez les dragons : leur ailes. Andaranielle avait adoré ce sentiment de liberté inimitable que le vol pouvait procurer. Et ce, dès la première seconde où elle avait décollé avec Belareth pour la Terre de l'Aube. Elle ne se lassait pas du vent qui fouettait son visage sans répit, ni de la vue imprenable qu'elle pouvait avoir depuis les mètres de hauteurs d'où elle se tenait. Voler était l'un des plus fabuleux sentiments que l'on pouvait éprouver.

Durant plusieurs dizaines de minutes, le duo avait fendu les cieux, cherchant la première île à porté de vue pour se poser. Peu de mots s'étaient échangés, étant donné que la jeune aspirante était pleinement occupée à savourer chaque instant de vol et de soleil. Elle détaillait les alentours avec les yeux d'un enfant émerveillé. Elle avait même rit en voyant un groupe de dauphins bondissant joyeusement hors de l'eau. Nielle les regarda s'éloigner dans l’immensité de la mer avec un sourire. Rien ne cesserait de l'étonner dans ce nouveau monde. Son regard se tourna vers l'horizon, ou une fine ligne se dessinait subtilement. Il lui fallut un moment pour comprendre qu'il s'agissait d'une île, et qu'Elérion avait déjà entamé un virage vers cette dernière. La fëalocë eut le bon réflexe de s'agripper plus fermement au dragon, parce qu'elle manqua de glisser quand il pencha l'aile pour tourner. Quelques battements supplémentaire suffirent pour atteindre le morceau de terre isoler et ils atterrirent en douceur.

L'aspirante se laissa prudemment glisser au sol, pour atterrir agilement sur ses pieds. Elle se retourna ensuite vers le bronze, dont les écailles brillaient de mille feux à cause du soleil. Elle sourit à cette vue magnifique avant de soudainement prendre un air intrigué. Plusieurs fois elle renifla le vide.

L'air il est... salé!?

Elle recommença à humer le vent marin, qui chatouillait son nez pour la première fois de sa vie. Salé, l'air était salé. Comme c'était étrange.
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 18 Avr 2015 - 18:50 Répondre en citantRevenir en haut

Étrange spectacle, que cette adolescente frêle comme une brindille qui glissait du flanc du colosse cuivré. L’île n’était pas très spacieuse. Cependant, elle suffirait probablement à satisfaire l’escapade d’Andaranielle. Avec pour seul chaperon vigilant, le grand Bronze endeuillé. Le dragon se coucha précautionneusement sur le sol herbeux, offrant son corps massif au vent salé venu du large. Ses larges ailes membraneuses, serties de couperets aiguisés, se replièrent le long de ses flancs en un mouvement lent pour ne pas effrayer sa jeune passagère. Précaution inutile puisque, visiblement, la fëalocë ne lui prêtait plus guère d’attention. Il la vit humer l’air, s’exclamer et, s’il l’avait pu, Elérion en aurait souris. Quelle petite innocente.

° N’avez-vous donc jamais vu la mer, Andaranielle ? °

C’était un spectacle saisissant, il était vrai. Elérion l’avait vu pour la première fois trois mois après sa sortie de l’œuf. Il n’avait pas voulu attendre que se développe sa mémoire ancestrale pour contempler l’océan. Des quelques souvenirs que j’en conservais, depuis les rivages de Jadlavian en Vaendark, et ceux que les aïeules de sa propre mère, il ne s’était pas rassasié. Il avait voulu voir cet horizon sans fin de ses propres yeux. Encore un dragonneau malhabile, aux écailles pointues et claires, à la queue alourdie par une masse d’épines ridiculement petites, le jeune Bronze de ses souvenirs avait tenté de percer la brume lointaine en espérant apercevoir d’autres terres, au-delà de la mer orientale qui séparait Tol Orëa du reste de Rhaëg.

Cette époque était révolue. Elérion pouvait voler où il le désirait, moi juché sur son vaste dos et il forgeait ses propres souvenirs. Même si aucune descendance ne pourrait en acquérir le partage, sans doute.

° D’après certains, Tol Orëa est le plus petit continent de Rhaëg. C’est une vaste île sise à l’Extrême-Orient, là où les températures sont plus clémentes. Les Valherus, en dépit de leurs mœurs brutales, endurcis par leurs incessantes querelles intestines, n’ont pas choisis ce lieu au hasard pour y bâtir leurs principaux palais. Tout le confort possible est produit sur l’île, ou acheminé par bateaux. Les gens des Kaerls possèdent quelques partenaires commerciaux, des comptoirs, sur les autres continents. L’Interstice permet de mieux faire transiter ces marchandises. Il y a du bon dans ce dangereux moyen de transport. °

Tel un fauve alangui, ses yeux brillant d’un vert joyeux, Elérion ponctua son récit sur une note amusée. Il n’avait pas manqué de remarquer le malaise d’Andaranielle lors de leur bref voyage dans l’espace-temps. Peut-être s’y habituerait-elle un jour, lorsqu’elle volerait avec sa propre dragonne.

Ils surprirent le vol lointain d’une Verte qui pêchait dans les environs. La mince dragonne attrapa un énorme poisson dans ses serres et fut bientôt poursuivie par une envolée de mouettes affamées. Hélas pour les volatiles, le poisson fut gobé sans sommation. La Verte salua d’un cri strident le Bronze placide. Puis, tout aussi vivement, elle vira pour regagner la terre ferme. Elérion reporta son attention sur la jeune fëalocë.

° Vous pourrez revenir ici quand vous le voudrez. Votre Liée sera vos ailes. En attendant, c’est un plaisir de vous prêter les miennes. °

Et le dragon d’incliner sa longue tête cornue vers elle.



Visiter le site web du posteurMSN
Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 22 Juin 2015 - 23:59 Répondre en citantRevenir en haut

Non, jamais.

Un murmure qui glissa sur les airs marins en un son cristallin audible que pour de fines oreilles. La fëalocë perdue dans sa rêvasserie n'avait émis qu'une réponse à moitié vrai. Il lui était déjà arrivé d'entrevoir la mer, en montant dans les montagnes qui bordaient les frontières d'Undòmë et de Vaendark. Une vision fugace, éphémère qui avait laissé la curieuse petite fille sur sa faim. Mais maintenant, elle vivait sous cette immensité. Elle la verrait d'une façon unique, privilège accordé à une infime quantité de personnes.

Je n'ai pas vu beaucoup de choses dans ma vie, peut être un ou deux trucs dont je pourrais me vanter, mais sinon...

La fin de sa phrase resta en suspend. Les décors de son ancien quotidien avait toujours été les mêmes, soit des galeries puis un village. Rien de bien palpitant. Certes, il y avait eu sa grotte aux images et des montagnes titanesques qu'elle avait eu le loisir d'admirer. Mais à part cela, ses yeux n'ont pu contempler grand chose d'autre. Cette triste constatation pesa lourd sur le cœur de l'aspirante, qui soupira en fixant un point connu d'elle seule sur l'horizon. La dessin fut présent heureusement, seule option qui lui permit de s'évader au delà des barreaux de sa cage. Imageant toujours et encore des dires et des rumeurs sur des endroits légendaires et paradisiaques. Solyae seul savait le nombre incalculable de pages et de cahiers noircis par les mains fines d'Andaranielle.

L'intrusion du bronze dans la tête de la blonde mis fin à son fil de pensées. Elle battit plusieurs fois des paupières, comme lorsque que l'on est ramené à la réalité après un songe étrange. Elle tourna la tête vers lui, encore un peu perdue, tandis qu'il faisait un discours sur l'utilité de l'interstice. Bon, elle devait bien reconnaître qu'il marquait quelques points, mais cela ne rendait pas ce moyen de voyage plus agréables pour autant.Un frisson lui parcourut l'échine alors qu'elle se rappelait son premier passage dedans. Une grimace comique lui colla au visage quelques secondes avant de disparaître.

Une belle Verte passa dans les environs, volant en rond au-dessus de la mer. Elle plongea soudainement pour réapparaître avec un gros poisson entre ses griffes. Quelques mouettes paresseuses semblèrent intéressées par l'idée d'un repas facile, mais la dragonne avala sa prise sans plus de cérémonies, laissant les bêtes à plumes déçues. Elle vira vers les terres après avoir lancer un cri à l'intention du grand bronze qui accompagnait Andaranielle. Ce dernier ramena son attention vers elle.

° Vous pourrez revenir ici quand vous le voudrez. Votre Liée sera vos ailes. En attendant, c’est un plaisir de vous prêter les miennes. °

Merci Elérion..

Elle sourit au colosse et alla s'étendre à ses côtés dans l'herbe fraîche. Elle savoura la douce caresse des rayons du soleil et se laissa bercer par le clapotis des vagues environnantes.

Ma Liée, je me demande..de qu'elle couleur elle sera.

Une question plus posée à elle même qu'à son compagnon. Elle tourna la tête vers Elérion, admirant une énième fois ses écailles magnifiques. Puis, avec son habituelle timidité, elle parla.

Pourrais-je avoir l'honneur de te dessiner un jour?
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2009
Messages: 353
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 235
Race: Neishaan
Âme Soeur: Elérion
Affiliation: Concerné
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 7 Juil 2015 - 18:49 Répondre en citantRevenir en haut

L’immense dragon renâcla. Non comme signe trahissant son agacement mais parce que les tergiversations des bipèdes le laissaient souvent perplexe. Notamment celle-ci : la couleur d’écaille des futurs Liés. Peu importait, au final. Elérion n’était pas sans savoir que beaucoup d’humanoïdes croyaient que la couleur de la robe écailleuse de leur dragon révélait quelque chose à propos de leur âme. Il aurait été bien en peine de les contredire. Toutefois, toute tentative pour le deviner se soldait souvent par un échec. Ce type de préoccupations métaphysiques parfaitement abstraites – et absconses - ne l’intéressaient pas. A quoi bon se torturer l’esprit en voulant modeler l’avenir ? Celui-ci arriverait bien assez vite, il était inutile de vanter les mérites de sa future Liée avant que son œuf n’ait été pondu.

Elérion reposa sa large tête cornue entre ses pattes antérieures. Il ferma les yeux, masquant le bleu serein de ses prunelles. Il sentait la présence de l’Aspirante à ses côtés.

° Il ne sert à rien de se tourmenter sur l’avenir. Votre Liée sera telle que l’a toujours rêvé votre âme. Ne vous en faites pas pour ça ! °

Somnolent sous la caresse du vent et du soleil, le Bronze se laissait couler vers des songes inassouvis, où il lui semblait avoir rêvé depuis son propre œuf. Il était né avec l’assurance d’exercer une fonction importante dans la pérennité de son espèce, avec le bonheur d’avoir trouvé son Âme Sœur dès la sortie du nid. Il n’avait jamais eu à douter dans ses jeunes années. Et depuis quelques temps, il n’envisageait plus son existence sans avoir à le faire. Sa place au sein du Màr Luimë. Notre avenir ensemble. Tout était progressivement remis en question.

° Plait-il ? °

Elérion redressa aussitôt son museau. La question d’Andaranielle le surprenait. Personne ne lui avait jamais demandé ce genre de chose. Il dévisagea un instant la jeune fille sans broncher. Quelle drôle de question !

° Me dessiner ? Pourquoi pas ! Mais prenez garde à ne pas trop flatter mon ego. Certains dragons ne sont pas réputés pour leur humilité. °

Un éclat malicieux brillait dans les vastes prunelles du reptile géant. Se détournant de la fëalocë, son regard se perdit dans les flots se fracassant contre les falaises en contre-bas. Un bâillement dévoila sa redoutable dentition.

° Je devrais vous présenter mon Lié. Vous avez une façon si différente de voir le monde… Cela dépend de chaque individu, je suppose. °

Reportant son attention sur l’adolescente, il souleva légèrement une aile traînante à son intention.

° Avez-vous froid ? Ou peut-être souhaitez-vous voir la mer de plus près ? °



Visiter le site web du posteurMSN
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:28 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu