Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Une nuit pour douter Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Ñiniel Iserimir
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2013
Messages: 143
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 86
Race: Ondine
Âme Soeur: Vahi’Naerii
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 1 Oct 2014 - 23:37 Répondre en citantRevenir en haut

Fin Gaïaka 918
Quelques jours après l'Empreinte



Dans les rues la musique résonnait contre les murs et remontait en une harmonieuse mélodie jusqu'au balcon de la Chevalière.
La nuit était douce, et la chaleur était aérée par une légère brise.

Assise sur une banquette, la tête près de l'ouverture, elle sentait, entendait et voyait toute cette calme plénitude qui apaisait son esprit reposé.
Vahi'Nearii était assoupie sur les jambes de sa Liée qui ne se lassait pas de passer sa main sur ses écailles d'or. Sous cette armure mouvante se protégeait un corps encore petit et fragile qui n'aspirait qu'à grandir et gagner en puissance.

Il ne pleuvait presque jamais au Kaerl Céleste. La tête dans les Nuages, ils étaient plus proches des étoiles, ce qui ravissait l'Ondine. Mais la pluie les épargnait et tombait en dessous du Màr Menel. Ñiniel ne pouvait se l'expliquer, était-ce vraiment le cas ou était-ce une libre interprétation de ce beau temps interminable?

Elle aurait voulu qu'il pleuve. Elle aurait voulu voir les toits de la Cité boire les gouttes et les habitants claquer les pas dans les flaques. Elle aurait aimé voir l'orage et écouter gronder le tonnerre depuis ce cocon qui était le sien. Ses mains tournées vers le ciel auraient accueilli avec soulagement ces gouttes d'eau offertes par milliers. Elle aurait souhaité offrir son visage aux bourrasques fraîches et humides avant le retour de Solyae. De ses rayons, il aurait illuminé les reflets de l'eau gisant encore partout au Màr Menel, dévoilant un spectacle magnifique aux regards avertis d'une telle beauté.

C'est en un temps songeur que, dans ses nouveaux appartements, elle repensa à l'Empreinte passée. Ce fut un moment si puissamment gravé dans son esprit qu'il suffisait d'une bribe de mémoire pour que reviennent en elle toutes les émotions qui furent siennes. Elle se souvenait de la venue de sa Liée alors que l'espoir s'était évanoui. Vahi'Nearii semblait aimer, certes son frère et ses sœurs, mais aussi sa mère, Rintrah. Pour Ñiniel, ce fut un magnifique spectacle que de voir une mère donner vie à son enfant, et d'enfin contempler ce que beaucoup nomment l'instinct maternel.

Elle ne pût se retenir de diverger pour juger sa propre situation par rapport à celle de sa petite Liée.

Sa mère à elle lui avait manqué toute sa vie, et plus personne ne la connaissait. Aucune image n'était gravée dans son esprit. Ce n'était même pas un souvenir sur les étagères de sa mémoire, seulement une légère poussière qui recouvrait les tiroirs de son enfance.

*Ñiniel...*

La petite tête dorée s'était mise à bouger. Rànen s'envola aussitôt : cela ne faisait que peu de jours qu'elle était revenue liée à son âme-sœur, et le Kalel'y allait devoir apprendre à vivre avec une Dragonne, ce qui demanderait naturellement du temps.

La caresse se stoppa, la langoureuse mélodie du spectacle de rue se tut, et la nuit sombre réveilla Ñiniel par son éclat.

*...Tu es dans l'erreur...*

Piquée au vif, surprise dans ses pensées, ses souvenirs et même ses doutes, l'Ondine sentit son visage rougir, et elle ne tarda pas à prendre un air boudeur.

*Il est difficile de s'étendre dire que ce que l'on pense est faux. La pensée n'est pas parole et j'ai eu la faiblesse de croire qu'elle était inatteignable...*

La petite Dragonne Dorée releva le museau, à demi-endormie.

*Je n'entends pas les pensées que tu ne souhaites pas me faire entendre....pour le reste, je ne ressens qu'un état. Je t'ai sentie mélancolique et amère. Là est ton erreur. Ces sentiments ne sont pas dignes de toi, Chevalière Iserimir...*

Elle avait raison, et l'Ondine le savait. Mais il est des choses parfois difficiles à entendre, et Ñiniel ne se sentait pas encore prête à accomplir ce travail sur elle qu'elle jugeait peut-être trop hâtif et pressant.

*Et si nous allions rendre visite à Asulil et Maodan. Nous ne les avons pas revus depuis l'Empreinte, et je voudrais en parler avec lui."

Cela faisait aussi partie des événements qui rendaient Ńiniel songeuse. Elle prenait maintenant pleine conscience de la rencontre avec Heryn Amlug et des conséquences qui s'imposent à elle, et bientôt au Kaerl Céleste. Les suppositions fusaient de toutes parts dans sa tête, et Ñiniel avait envie de les partager. Qui plus est, elle souhaitait mettre au point un plan commun avec le Torhill.

Lors de l’Empreinte, il lui avait été dit de répandre la rumeur du retour de la Dame Déchue. Il était certain qu’elle comptait revenir, et elle comptait sur leur aide que celui-ci se fasse en douceur, sans émeute. Ils devaient maintenant préparer le Kaerl Céleste à son retour, et à sa volonté de justice. Heryn Amlug se disait innocente des maux dont elle était accusée.

Que signifie la réclusion de la Dame Déchue? Comment pourrait-elle revenir? A-t-elle assassiné son époux?!

*Je suis prête à visiter mon frère! Allons-y!*


~~~~~~



Elles se levèrent d’un bond commun, et l’Ondine prit Vahi’Nearii dans ses bras. La petite Dragonne était tout à fait capable de marcher, mais elles devaient faire preuve de discrétion. Dans l’obscurité on distinguerait moins bien une Ondine portait quelque chose dans ses bras plutôt qu’une Ondine suivie d’un étrange compagnon à quatre pattes.

Elles s’engouffrèrent dans les couloirs de la nouvelle aile où elles demeuraient dorénavant. Le passage y était moins fréquent que dans les Spires des Aspirants, et il était peu probable qu’elles se fassent surprendre. Vahi’Nearii guida sa Liée à la porte de son frère.

Sous la porte lourdement ciselée, la lumière s’échappait discrètement vers le couloir. Ñiniel gratta doucement à la porte.

« Asulil….c’est Ñiniel….pouvons-nous entrer ? »

La lumière sous la porte vacilla, signe que quelqu’un approchait. Quelque secondes plus tard, la lumière déchira tout un flanc de la porte du Chevalier, dévoilant Asulil par son entrebâillement. Ñiniel rentra.

Le nouvel appartement d’Asulil était très bien agencé. Certes, la disposition des meubles, de style différent, donnait un aperçu tout nouveau d’un appartement de Chevalier, mais de taille et pièces égales, ils avaient certaines similitudes.

Ñiniel fit quelques pas, puis s’adressa à Asulil d’un ton bas, comme pour ne réveiller personne.

« Je…il faut qu’on parle d’Heryn Amlug…je ne sais pas quoi faire… »

Il fallait dire qu’elle était perdue : elle ne savait que croire. La preuve de l’innocence de Dame Amlug ne leur avait pas été présentée, et Persée n’avait jamais évoqué le nom de l’actuel Seigneur sous un mauvais jour ; l’Ondine était confuse et avait besoin d’aide pour démêler la situation.

« Tu…tu la crois ? Tu crois que nous devons faire ce qu’elle nous a demandé ? »

Ñiniel déposa Vahi’Nearii au sol qui s’empressa aussitôt de rejoindre son frère Meodan.


~~~~~~



La petite Dorée n’était pas fâchée d’enfin dégourdir ses pattes et de changer d’air. Elle n’avait pas encore mis le museau dehors depuis leur arrivée au Kaerl Céleste, et l’envie de sortir la démangeait furieusement.

Mais Vahi’Naerii ne râlait jamais à propos de la situation qu’elle parvenait à comprendre et se contentait parfaitement d’un changement de cachette en compagnie de son frère. Meodan semblait aller bien, elle en fût heureuse.

« Hmpf…combien de temps encore à piétiner entre ces murs ? »

Elle déploya ses ailes bruyamment et secoua la tête.

« Comment vas-tu ? »




Publicité





MessagePosté le: Mer 1 Oct 2014 - 23:37 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Asulil Addraeddry
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2013
Messages: 436
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 111
Race: Torhil
Âme Soeur: Maodan
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 5 Oct 2014 - 22:30 Répondre en citantRevenir en haut

Asulil regardait dehors, fixant les étoiles qui éclairaient le ciel. Aucun nuage à l’horizon comme à chaque fois. Il avait déjà vu la pluie, dans le désert, mais depuis qu’il était ici, il ne l’avait plus revu. Pas une goutte d’eau tombant du ciel. Mais ici, elle ne devait pas avoir le même impact que dans les oasis. Lorsque les nuages laissaient tomber leurs précieux trésors, la vie qui semblait avoir quitté les terres arides revenait, illuminant chaque rocher de fleurs qui n’attendaient que cette délivrance. Seulement ici les plantes n’avaient pas besoin d’attendre pour se développer. Elles étaient arrosées régulièrement, surement par toute une équipe dédiée uniquement à ça.

Perdu dans ses pensées, qui vagabondaient près des dunes du désert, il ne vit pas Maodan monter sur la palissade et marcher le long avant de s’accroupir et de… Il fut retenu in extremis par un Asulil qui le choppa presque par la queue en le tirant en arrière.

- Je n’allais pas sauter voyons, tu es trop prudent.

- Mais oui mais oui, aller vient là.

Il le posa au sol alors que Maodan fila dans la pièce principale pour tenter de s’envoler de la table plutôt que de la plateforme. Le Torhil le regardant en soupirant doucement, mais amusé.

- Je pense que tu es encore un peu jeune, n’as-tu aucune patience ?

- J’ai suffisamment attendu avec mes sœurs dans l’œuf.

Il le laissa s’amuser à tenter de voler et se déshabilla pour aller se coucher. Il ne dormait pas beaucoup depuis leur retour. Tout ce qu’il s’était passé depuis cette empreinte… Avant et après… Les choses qu’avait demandées Dame Amlug. Répandre cette rumeur. Comment pouvait-il le faire ? Ce n’était pas une bonne chose. Pourtant il avait bien vu la vérité, ce qu’il s’était passé. C’était compliqué pour lui qui ne s’était jamais intéressé à la politique ou au complot.
Ça ajouté au fait qu’il avait pénétré l’esprit du mal incarné du moment, ses heures de sommeil étaient réduites. Heureusement pour lui, son lié, son âme sœur, était présent à ses côtés, et le lien avait balayé nombre de ses soucis et surtout un petit personnage qui s’était incrusté dans sa tête. Restait parfois des visions parfois peu amusantes et des sursauts lorsqu’un cri se faisait entendre, mais rien d’autre.

Dans le miroir en pied qui ornait sa nouvelle chambre, enfin petit appartement, il regardait la marque qui continuait à refluer doucement. Elle avait quitté quasiment la totalité du haut de son corps, mais elle restait présente ailleurs. La sensation était toujours autant désagréable, mais il avait hâte que tout ça disparaisse, que ça soit loin, que les choses redeviennent comme avant…
Il se reçut un dragonneau sur les épaules qui le fit basculer en avant, se retenant in extremis.

- Tu réfléchis trop. Il n’y a plus personne dans ta tête, Drazahir n’est plus là, on est juste tous les deux alors arrêtes.

Asulil ne dit rien, mais sourit doucement, allant se mettre sur le lit après avoir récupéré son dragon. Il s’allongea avec lui dans les bras et ferma les yeux, laissant le léger ronronnement de son lié le bercer… Jusqu’à ce que Maodan se redresse d’un coup.

- Vahi’Nearii approche. Pas toute seule.

Et quelques minutes plus tard, Ñiniel toqua à la porte. Il se releva et ouvrit rapidement. Elle ne devait pas rester trop longtemps à l’extérieur. Une dorée c’était quelque chose de rare, et la seule actuellement qui était connu pour attendre une ponte, c’était Rintrah.

- Entre vite. Il referma la porte derrière elle est là verrouilla de nouveau. Il lui indiqua un fauteuil pour s’asseoir, se mettant lui-même en face. Mîw, qui s’était réveillé avec toute cette agitation, alla se poser sur les genoux du Torhil.

Parler d’Heryn Amlug, oui… Il le fallait. Mais de toute évidence, il en savait plus qu’elle.

- Oui… Je la crois. En fait… Mon… enfin.. On m’a déjà dit qu’il y avait un souci… Avec notre Seigneur. Et l’homme que Rintrah a tapé est… L’époux mort de Dame Amlug.
Je ne sais pas s’il le faut… Il le faudrait, je pense, mais… pourquoi a-t-il fait ça ? C’est son frère.


Asulil avait du mal avec le concept que quelqu’un ait pu faire une chose pareil.

--><--


Maodan alla cueillir sa sœur, content de la voir. Elle serait surement la seule qu’il verrait pendant un moment, les deux autres étant partis bien loin.

- Je ne sais pas, j’ai bien envie de sortir aussi. Il tournait un peu en rond parfois, tentant d’attraper ce qui passait à porter de griffe au balcon.

- Je veux sortir, mais ça va, il est gentil. Et toi princesse, comment tu vas ? Il lui donna un petit coup de museau gentil sur la tête.



Ñiniel Iserimir
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2013
Messages: 143
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 86
Race: Ondine
Âme Soeur: Vahi’Naerii
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 16 Oct 2014 - 21:10 Répondre en citantRevenir en haut

Le torse dénudé du Torhill dévoila la Marque de Drazahir, qui, telle les serres d'un rapace, refermait toujours son emprise chaque jour. Elle ne saurait dire si elle avait progressé ou non, c'était la première qu'Asulil laissait apparaître ainsi. Ñiniel n’en avait jamais vraiment parlé avec Asulil, mais tandis qu'il se tenait là, devant elle, plus rien ne pouvait faire oublier ce qui ce soir était devenu évident. Elle baissa les yeux, n'osant lui demander s'il y avait eu une quelconque amélioration depuis la fameuse quête dont ils furent les héros malgré eux.

Elle avait tissé des liens particuliers avec Asulil ; il lui avait fallu un peu de temps avant de se sentir en confiance, mais cela, elle le devait à son passé. Le Torhill était devenu un ami duquel elle se sentait maintenant proche. Néanmoins, il y avait toujours des sujets qu’elle ne pouvait aborder de peur de faire rejaillir certaines souffrances et de lui imposer un sujet qu’il dont il ne souhaitait peut-être pas discuter.

Elle prit place là où il lui fut proposé de s'asseoir. Comme à l'accoutumé, elle releva les jambes et les plia sur le côté. La finesse de l'Ondine lui permettait de ne pas avoir de contrainte avec la chaise, et détestait laisser ses pieds au sol.

Lorsqu'Asulil lui annonça que l'inconnu du Màr Lìtsë était l'époux d'Heryn Amlug, elle crut tout d'abord ne pas bien comprendre : celle qui était en fuite, accusée d'assassinat sur la personne de son époux, se retrouvait être cachée en sa compagnie depuis tout ce temps. La preuve de son innocence était avec elle depuis le début, et pourtant ils n'avaient rien révélé.

Il y avait certes la possibilité qu'ils aient préféré vivre loin de Zackheim de Galastden, mais cette éventualité soulevait d'autres questions que Ñiniel refusait d'entendre. Ils ne pouvaient porter de jugements hâtifs, car sur cette toile politique, beaucoup de liens se rejoignent.
Le regard soucieux et anxieux mais néanmoins empli de lucidité, elle souhaitait des précisions de la part d'Asulil. Souhaitait-elle réellement des précisions ou ne voulait-elle entendre que ce qu'elle attendait?

"Asulil, quelle sorte de souci avec notre Seigneur as-tu pu entendre? Cela peut changer beaucoup de choses, mais il faudra me convaincre...."

A la seconde où Ñiniel termina de prononcer ces mots, elle se rendit aussitôt compte que le ton employé aurait pu être mal interprété. Elle tenta de rattraper ce malentendu involontaire et justifia immédiatement ses propos.

"Notre Ancalikon est proche de notre Seigneur, et je ne crois pas utile de te rappeler ce qu'elle représente à mes yeux...."

La situation n'était pas facile pour l'Ondine et ses sentiments étaient de nouveau partagés : elle estimait beaucoup son ancienne Maîtresse-Dragon, et elle ne pouvait croire en son implication dans une telle affaire. D'ailleurs, quelle était son implication réellement? Persée avait peut-être été abusée elle aussi par leur Seigneur pour qui elle n'aurait été qu'un jouer entre ses mains.
De l'autre côté, il fallait se rendre à l'évidence, pour quelle autre raison que la peur de l'actuel Seigneur la Dame Déchue et son Mari se seraient-ils réfugiés si loin, si longtemps?

Quelle que soit la conclusion de leur discussion, l'Ondine savait qu'elle sortirait de cet endroit en colère: soit contre elle-même, stupide Ondine qui se laisse berner par une Ancalikon traître à son Màr, soit contre ceux qui entachent sa réputation. Elle sentait déjà sa gorge se serrer et ses poings se fermer à cette idée. Elle tentait de rester de marbre face à cette situation pour laquelle Asulil n'était en rien responsable, et croisa simplement les bras, comme pour mieux se recroqueviller sur sa chaise, comme pour mieux se protéger.

Mais elle savait qu'elle ne pourrait pas laisser ses émotions la submerger pour l'heure; quelque soit les révélations que le Torhill allait lui faire, ils allaient tous deux devoir parler de l'attitude à adopter quant à ce qui leur avait été demandé de faire. Y'aurait-il une manière plus efficace qu'une autre? Y'aurait-il dans tous les cas plusieurs façons de procéder?

Ñiniel poussa un soupir tandis qu'elle plongea son regard dans l'immensité du ciel nocturne. C'est cette nuit qu'elle devra prendre sa décision. Tout était-il aussi simple? Noir ou blanc, serait-il plus facile de choisir? Au fond d'elle, Ñiniel savait que tout n'était que gris nuancé. Saurait-elle vraiment le camp qu'elle choisirait?

----------------


Tandis que les deux bipèdes traitaient de sujets politiques auxquels elle n'attachait aucune espèce d'importance, Vahi'Nearii se laissa chahuter gentiment par son frère et tenta faussement de ne pas se laisser faire en agitant la patte gauche comme pour chasser un insecte indésirable.

Il était le grand frère protecteur, et peu importait la couleur des écailles, leur caractère et relation se sont construits dans l'œuf avant que leurs écailles n'apparaissent. Vahi'Nearii était la dernière arrivée, et à ce titre elle était la petite sœur de tous. Elle tenterait de s'en accommoder malgré son caractère bouillonnant de future Reine.
Il suffisait que Maodan l'appelle "Princesse" pour qu'elle s'attendrisse aussitôt. Si parfois elle s'en amusait, elle appréciait de se savoir couverte de marques d'affection de la part de ses frère et sœurs, et les laissait toujours faire.

Vahi'Nearii posa ses pattes postérieures quelques instants, comme si cela l'aidait à réfléchir.

"Ça va. Tout le caractère de ma Liée est à forger mais je vais en faire quelque chose je pense....quoique...là, elle me semble plutôt énervée...."dit-elle dans un petit rictus de satisfaction.

Le caractère de la petite dorée était déterminé; celui de Ñiniel était encore malléable, et loin de décevoir Vahi'Nearii, cela l'enchantait : elle espérait ainsi pouvoir la faire grandir à sa manière, et ce, pour le meilleur. Le Lien qui les unissait dorénavant rendait presque tout possible aux yeux de la petite Dorée qui se délectait à l'idée de faire grandir et évoluer sa Liée.

De l'Ondine, elle recevrait évidemment affection et attention pour son plus grand bonheur: la petite Dorée aimait jouer de son statut de "Princesse", au risque, parfois, de ne plus savoir quand ce jeu devait s'arrêter.

Elle se redressa et se dirigea silencieusement sur le balconnet de l'appartement pour capter un peu d'air, cet air qui lui faisait tant défaut pour le moment. Comme Maodan avant elle, Vahi'Nearii se hissa sur le bord.

"Je suis contente de savoir que ton Lié est gentil. Mais ces Marques sur son torse...qu'est ce que c'est?"




Asulil Addraeddry
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2013
Messages: 436
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 111
Race: Torhil
Âme Soeur: Maodan
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 30 Oct 2014 - 23:51 Répondre en citantRevenir en haut

Asulil capta le regard de son ami sur ses marques. Il aurait dû les cacher, comme il le faisait à chaque fois, mais l'urgence de la faire entrer dans la chambre pour que personne ne la voie lui avait fait oublier ce petit détail. La laissant, il se releva finalement pour enfiler rapidement une chemise claire, cachant ainsi aux yeux de l'Ondine les balafres du passé.

Il décida aussi qu'il allait préparer du thé. La soirée promettait d'être longue et un bon thé à la menthe bien chaud permettait toujours de garder les idées claires.
Le dos tourné, il l'écoutait parler, cherchant ce qu'il pouvait bien lui dire sur le seigneur actuel. Il n'avait rien de concret, que des sensations... Comment pouvait-il la convaincre avec ça ? Le voulait-il vraiment ? Ne devait-elle pas chercher elle-même. C'était trop compliqué, la politique était trop compliquée. Dès qu'il pourrait, et que Maodan serait assez grand, il partirait vers le désert. Retrouver ses livres, et partir en quête des dragons fées et lézards de feu.

Il retourna s'asseoir et posa les deux verres pleins ainsi que la théière sur une petite table.

- Je n'ai... Rien de concret en fait... Plutôt des... Sensations d'une personne importante qui a l'habitude de ça.... En qui j'ai confiance. Il porta la boisson chaude à ses lèvres. Je sais que le mariage n'est pas 'politique' mais 'sincère', un concept un peu flou pour le Torhil, mais il en comprenait les grandes lignes. Je sais que... que le dragon du frère du régent, donc le mari de la dame, n'était pas mort alors que normalement ils ne survivent pas sans leur lié. D'ailleurs il ne pouvait pas imaginer vivre sans le sien maintenant. Il jeta un coup d'œil à Maodan qui semblait en pleine conversation avec sa sœur.

- Pourtant... Sachant ça... Il n'a pas cherché à le retrouver alors qu'il avait disparu.... Et surtout... Enfin... Tu sais le petit lézard de feu qui est venu nous chercher ? C'est celui de Dame Amlug, il a discuté avec Mîw qui m'a montré... Il a vu, le soir où... Ça s’est produit, le Seigneur Galastden avec un poignard dans la chambre du couple.

Il ne savait rien d'autre, mais cette dernière information était tout de même assez... Étrange.

- Je sais l'estime que tu portes à ta maîtresse, mais.. Peut-être ne savait-elle pas ? Il ne faut pas oublier qu'elle a tué les dragons d'ombres. Elle avait donc juré en quelque sorte, par son poste, de protéger le Kaerl. Aussi, si elle avait été au courant, mais qu'elle n'avait rien dit... Niniel en serait profondément affecté.

- Je ne sais pas si je veux te convaincre... Tu ne lui en as pas parlé ? Est-ce qu'elle sait au moins d'où tu reviens ? De toute évidence non... Sinon elle aurait questionné l'Ondine sur l'origine du dragonneau et une longue conversation en aurait sûrement découlé.

Asulil se releva et tourna un peu en rond, grattant machinalement la marque qui tirait sur son corps.

- Je pense.. Qu'on doit en parler. Il est vivant, elle ne l'a donc pas tué... S'ils reviennent... Ils pourront expliquer ce qu'il s’est passé cette nuit-là.
Mais si Zackheim était coupable et qu'il apprenait le possible retour du couple alors qu'eux même faisaient courir la rumeur, les deux nouveaux chevaliers ne seraient-ils pas en danger ?

--><--

Il souffla sur sa patte lorsqu'elle voulut le chasser. On ne le chassait pas comme un vulgaire insecte, non, mais ! Il était l'aîné, le grand frère, le seul frère d'ailleurs, et il devait protéger ses sœurs. Et pousser son lié à s'affirmer un peu plus aussi.

• Le mien est... Triste et perturbé. Il ne comprend pas tous les mécanismes compliqués de la politique bipède.• Ce qui désespérait grandement le Bronze qui aurait bien aimé que son âme sœur soit un peu plus... Visionnaire et engagé. Il n'avait aucune confiance en lui et préférait rester loin des sources de conflits. Il l'avait vu tourner en rond, tirailler par son sens du devoir et de la justice, avec son aversion pour les choses compliquées.

Il se leva tranquillement et suivit sa sœur sur le balcon. Qu'est-ce qu'il avait envie de sauter pour essayer de s'envoler. Mais Asulil était trop peureux avec ça et l'attrapait toujours avant qu'il ne tente quoi que ce soit. Pourtant il lui avait dit qu'il ne ferait pas le grand saut, mais le Torhil avait peur.

Son regard se fit plus sombre lorsqu'elle évoqua les marques sur le corps de son bipède maladroit. Il savait ce que c'était, ce qu'elle représentait et avait appris le passé. Ce n'était pas joyeux.

• Il s’est fait attraper par un mort pas vraiment mort. La marque est apparue à partir de ce moment. C'est celle de Drazahir, un bipède dont le dragon avait perdu la raison et qui est devenu fou. Il s'en est servi pour contrôler ceux qui étaient stigmatisés. •

Mais le Torhil s'en était servi contre le mage, avec Asshai, la liée de sa sœur Amunaptra. Au prix de leur santé mentale.

• Et la tienne, pourquoi elle porte une pierre aussi bizarre et dangereuse ? Et pourquoi Kishi est venu te voir ?• Malgré qu'ils soient frères et sœur, la marque de Kishi n'était apparue que sur le front de la princesse, dans le secret des trois autres.



Ñiniel Iserimir
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2013
Messages: 143
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 86
Race: Ondine
Âme Soeur: Vahi’Naerii
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 11 Nov 2014 - 20:38 Répondre en citantRevenir en haut

Mîw lui avait montré ce que le Lézard de Feu d’Heryn avait vu. Cet élément s’avéra convaincant pour Ñiniel qui tenta de rassembler toutes les pièces en un puzzle crédible. C’était tout de même une information d’importance qu’Asulil venait de lui confier ; c’était du Seigneur du Kaerl Céleste dont il était question. Aurait-il voulu prendre la place d’Heryn Amlug en fomentant un complot contre elle ? Si tel était le cas, la raison restait à découvrir.

L’attention qu’eut le Torhil à l’égard de sa Maîtresse sût lui décrocher un sourire sur le visage de l’Ondine. Ñiniel appréciait la considération qu’il avait pour celle qui ne pouvait croire en la culpabilité de Persée.

Mais il avait raison. Ñiniel n’avait pas encore vu Persée. Instinctivement, elle trainait des pieds pour la revoir après leur Empreinte. Elle redoutait même le moment où l’information parviendrait à ses oreilles. Toute la discrétion était encore de mise, mais le bruit que quelques Aspirants étaient revenus d’une Empreinte Sauvage commençait à se faire savoir. C’était là le meilleur moyen de brouiller les pistes en d’empêcher les curieux de creuser la vérité quant à cette mystérieuse histoire ; il valait parler d’une Empreinte Sauvage que de taire une Empreinte Majeure. L’Ondine n’avait cessé de penser à ce qu’elle dirait lorsque sa Maîtresse-Dragon se tiendrait devant elle. Si elle ignorait encore la vérité, il finirait par découvrir qui sont ces énigmatiques Aspirants qui ne se montrent pas. La situation lui provoquait de terribles insomnies tant elle ressassait cette rencontre redoutée. Ce petit délai qui lui était imparti était une intolérable souffrance et torture : elle ne trouvait pas de solution.

Imitant Asulil, elle se releva de sa chaise un poussant un soupir las.

« Lorsqu’elle verra Vahi’Nearii, elle saura de qui elle est la fille…je devrais lui dire avoir croisé la route de Rintrah et de sa Liée…si elle est complice, elle avertira aussitôt le Seigneur de Galastden… si elle est innocente, elle ira quand même avertir le Seigneur du Kaerl …. »

Ñiniel tût ce qu’elle savait au sujet de Persée. C’était son histoire, et elle ne se sentait pas capable de la révéler à la place de l’Ancalikon. Toujours est-il que Persée le lui dirait….forcément…. le cœur de l’Ondine se pinça. L’Amour est capable de tout songea-t-elle amèrement.

Elle lança un regard en direction de sa petite Liée. Sa couleur la condamnait à une vie ostensible et apparente, et la sienne aussi. Seraient-elles prêtes à ca ?

Asulil entra dans le vif du sujet, laissant là les pensées de Ñiniel. Perdue dans ce vide, elle laissa ses yeux s’y suspendre.

« Oui….tu as raison. Son retour est inéluctable après tout…autant le faire savoir… »

L’Ondine se rendit compte que seul le retour d’Heryn lui permettrait de solutionner son problème. Il fallait qu’Heryn revienne avant qu’elle ne croise Persée. Tout du moins fallait-il qu’elle le sache, et le Seigneur du Kaerl aussi. Ainsi pourra-t-elle cacher Vahi’Nearii encore un peu. Ces Aspirants revenant d’une Empreinte Sauvage ne seraient plus qu’un souvenir dont plus personne ne se soucierait.
Elle était persuadée que le temps résoudrait tous ses soucis présents. Il ne fallait pas qu’elle voit Persée avant qu’Heryn ne soit revenue.

« Quand fera-t-elle son retour ? » demanda-t-elle presque trop vivement à Asulil. Ce n’était pas une question à son encontre, elle savait pertinemment qu’il l’ignorait tout autant qu’elle. Personne ne put leur dire précisément quand elle reviendrait.

La seconde, en revanche, interrogeait réellement le Torhill. Il avait certainement réfléchi à la question et avait peut-être un semblant de réponse à lui apporter.

« Et pourquoi un tel complot ? La soif de pouvoir ?»

Le mari d’Heryn Amlug était tout de même son propre frère. Que pouvait pousser Zackheim de Galastden à s’en prendre ainsi à son frère ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


"Tu ne perds pas le nord toi...bien vu "grand frère"! Oui je suis marquée par la demi-sœur de notre mère à tous!"

Elle secoua la tête fièrement, comme pour mieux mette en évidence la Marque blanche en forme d'étoile dont elle était floquée. Vahi'Nearii n'avait pas besoin de cela pour se distinguer, sa robe dorée le faisait déjà suffisamment pour elle; mais la petite dorée adorait ce sentiment et ne tarissait pas sur le sujet. Elle aimait être au centre des attentions.

"J'ai eu une vision une fois...pour le moment cela reste flou..."

Il est vrai que la vision n'avait pas été limpide pour Vahi'Nearii. Cela était arrivé peu de temps avant l'arrivée des candidats à l'Empreinte. Vahi'Nearii, tout comme ses frères et sœurs, était en train de dépérir en attendant vainement de pouvoir se lier.
Il semblerait que lorsque Ñiniel fut choisie pour faire partie des candidats, Kishi elle-même ait décidé d'apparaître à Vahi'Nearii. Elle n'était pas tout à fait certaine de ce qu'elle avait vu et entendu, mais cette Marque était la preuve que tout n'était pas qu'affabulation.
Toutefois, elle entreprit de continuer au mieux son récit, de peur que Maodan ne croit qu'elle ne lui dissimule certaines choses.

"...mais elle m'a demandée de veiller sur ma Liée car un jour elle aura besoin d'aide. Je crois savoir que cela a un lien avec le passé, et tant que je n'aurai pas accès à notre mémoire ancestrale, je suis aussi ignorante que toi...et puis "le" passé? Le passé de qui, de quoi? C'est assez vague....tout du moins c'est ainsi que je m'en souviens....et c'est lorsque j'ai vu la Pierre que j'ai commencé à faire le lien..."

Elle marqua une petite pause, fière de son jeu de mot. Elle se demandait si Maodan l'avait saisi. Ses yeux brillaient d'excitation.

"Toi aussi tu l'as senti? Cette Pierre a une aura vraiment étrange n'est-ce pas? Je crois qu'elle appartenait à sa mère...mais c'est un sujet sensible que je n'ai pas encore abordé. J'attends un peu pour cela, il n'est pas encore temps de brusquer les choses, je n'ai de toute façon pas toutes les cartes en main."

Elle tenta de se raisonner après toute cette tirade enflammée.

"Mais ça n'a peut-être aucun rapport. Je ne vais pas commencer à m'inventer des histoires sans avoir plus d'éléments. Ce sera ma première épreuve : apprendre la patience!"




Asulil Addraeddry
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2013
Messages: 436
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 111
Race: Torhil
Âme Soeur: Maodan
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 19 Nov 2014 - 00:02 Répondre en citantRevenir en haut

Asulil soupira de nouveau. Tout ça a été trop compliqué. Pourquoi est-ce que c'était tombé sur eux ? Sur lui ? Il n'avait rien fait de mal. Il aurait voulu juste rentrer au Kaerl et continuer ce qu'il avait commencé. Au lieu de ça, il se retrouvait à parler politique avec son ami. Le sujet le dépassait totalement et il aurait aimé que ça ne soit qu'un mauvais rêve. Mais non... C'était bien réel...

- Ne pourrais-tu pas lui demander de ne rien dire, de te faire confiance jusqu'à ce que... un truc se passe ? Un truc oui, parce qu'il ne savait pas du tout ce qu'il pouvait arriver. Il ne savait pas ce qu'il se passait entre l'Ancalikon et le Seigneur et il s'en fichait un peu à vrai dire. Il ne comprenait pas ces choses-là.

- Je ne sais pas quand elle va revenir, ni ce qu'elle va faire. Reprendre sa place ? Sûrement oui. Mais après ? Et comment ? Elle ne pouvait pas arriver en criant 'la place est à moi' ou quelque chose du genre. Et puis... Comment vont réagir les autres ? Allaient-ils crier ? Se révolter ? Soutenir l'un ou l'autre ? Et si personne ne voulait du retour de la Dame et de son Mari ?

Et revenir quand ? Peut-être attendait-elle un signe ? Quelque chose de leur part ? Il ne savait pas, elle n'avait rien dit, personne ne leur avait rien dit .

Quant à la dernière question... Il ne savait pas non plus .
- Tout ça me dépasse. Je ne comprends rien à la politique. Je ne comprends même pas comment on peut inventer un truc pareil. Il a mît en danger tellement de monde ! Et les dragonneaux de Rintrah, je croyais que la vie des dragons valait plus que tout ici. Du moins c'est ce qu'on lui avait dit. Fallait-il juger le seigneur actuel pour ce crime aussi. Car s'il n'avait pas fait enlever le mari, l'empreinte aurait eu lieu ici, normalement.
- Trop de vies on étaient gâchées par sa faute. Il devait payer pour ça. Mais comment ? La peine de mort ? Impensable. La prison ? Oui... Mais était-ce assez suffisant ?

Un coup de vent fit voler les papiers sur la table du Torhil qui sursauta violemment, une peur soudaine dans les yeux. Il n'avait vu que du coin de l'œil le mouvement et certaines images étaient revenues à la surface. Il se précipita quand même pour tout ramasser après avoir constaté qu'il n'y avait rien, espérant que son amie n'ait rien vu. Il retomba sur un papier officiel qu'il avait reçu.

- Tu l'as eu aussi ? C'était une belle invitation officielle. De celle qui était faite dans un parchemin fin , avec une écriture aux reflets irisés. Elle parlait d'un banquet pour fêter la fin de la guerre, les exploits héroïques, se souvenir des disparus et fêter les deux nouveaux chevaliers. Et il devait venir avec son lié, bien entendu.

- Je n'ai pas spécialement envie d'y aller... En plus c'est risqué, ils risquent de tout découvrir.

--><--

•Il faut bien que l'un d'entre nous ait les pieds sur terre,• dit-il en souriant mentalement. C'était surtout de l'inquiétude au final, mais il ne l'avouerait pour rien au monde.

Il remonta sur la balustrade pour tenter une nouvelle fois de s'envoler, mais ne fit que battre des ailles dans le vide avant de tomber à moitié sur sa sœur.

• Je n'aime pas ce dont tu me parles et je ne laisserai pas une pierre vous faire du mal.• Même s'il devait aller l'arracher du cou de la liée pour ça, il le ferait. Demi-sœur ou pas de leur mère à tous, elle n'avait pas à jouer ainsi avec eux. Il se promit de surveiller attentivement cette pierre noire qui ne lui inspirait pas confiance.

• Je trouve que l'on a été assez patient comme ça. On tourne en rond sans pouvoir sortir et nous montrer.• Il se figea soudainement et braqua ses yeux vers Asulil lorsqu'il ressentit la peur panique.
• Il a peur, encore. Chaque mouvement qu'il ne voit pas clairement le fait sursauter et paniquer• Maodan s'en voulait presque de ne pas avoir été là plus tôt. Il aurait empêché ce grand dadais de pénétrer dans l'esprit de ce Drazahir et aurait donc empêché les séquelles qu'il avait rapportées. Et encore, l'autre n'était plus là. Enfin presque plus.

• Nous devons agir• il remonta une nouvelle fois sur la rambarde et sauta cette fois en direction d'Asulil qui se retrouva au sol avec un dragon sur le corps.

• Nous irons à cette petite fête et nous nous montrons. Et Vahi’Nearii, aussi. Et vous leur direz tout.•

- Tu es fou. Dit-il en le poussant pour pouvoir se lever. Si le seigneur l'apprend alors que nous sommes là, il va nous faire emprisonner... Ou pire. Il avait quand même enlevé son propre frère et fait croire à sa mort.

• Qu'il essaie• rétorqua le mini Bronze en montrant les crocs. Il ne laisserait personne faire, du mal à sa fratrie nie, à son bipède. • Et puis Princesse est d'accords avec moi.• sans vraiment lui avoir demandé, il l'avait décidé ainsi. C'était le seul moyen. Et ainsi la dorée aurait son lot d'yeux braqués sur elle.





Dernière édition par Asulil Addraeddry le Lun 20 Juil 2015 - 20:36; édité 1 fois
Ñiniel Iserimir
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2013
Messages: 143
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 86
Race: Ondine
Âme Soeur: Vahi’Naerii
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Ven 5 Déc 2014 - 22:22 Répondre en citantRevenir en haut

À la proposition qu'Asulil lui fit au sujet de Persée, Ñiniel leva un sourcil, puis l'autre. Elle se dirigea vers la fenêtre près des jeunes Dragons, et s’accorda quelques instants pour réfléchir tout en regardant le Kaerl endormi. Ñiniel n'était pas tout à fait sûre de la réaction qu'aurait sa Maîtresse-Dragon, mais une chose était claire, elle la redoutait. Ce n’était pas tant la crainte de Persée que sa réaction et les explications qu’il lui faudrait fournir pour justifier les derniers événements. L'Ondine n'aimait pas les conflits, et préférait se taire puis oublier plutôt que d'aller à l'affrontement et régler les problèmes de cette manière quelque peu épuisante. Rien -ou en tout cas peu de choses- ne méritait autant d'attention de la part de la jeune Chevalière. Par ce refus du conflit, elle ne pouvait qu'accorder peu d'importance aux événements qui la touchaient, et parfois la blessaient. Et surtout, elle ne supporterait pas de lire la déception de Persée sur son visage. Pas après ce qu'elles avaient traversé.

Après avoir fait les cent pas, Ñiniel retourna à sa place. Elle tapota les accoudoirs avec ses doigts tout en fixant le sol, concentrée sur ses projections de l'esprit. Elle s'imaginait la rencontre et étudiait la faisabilité de ce qui lui demandait Asulil. Ce n'était qu'une banale question à poser après tout! Mais tellement d'autres éléments entraient en jeu, et il était difficile de prévoir tous les coups.

"Je tâcherai de lui demander...après tout, cela ne coûtera rien d'essayer. Ce n'est qu'un peu de temps dont nous allons avoir besoin. Elle me l'accordera sûrement..."

Mais elle n'était pas convaincue et considérait toute approche à ce sujet peu fructueuse. Elle savait pertinemment que Persée lui en voudrait de ne pas lui avoir parlé de Vahi'Nearii plus tôt. Comment pourrait-il en être autrement ? A sa place, elle serait terriblement attristée de ne pas avoir été mise dans la confidence par son Aspirante. Lentement le souvenir de leur épreuve dans le Labyrinthe se mît à resurgir. De manière incompréhensible, et comme si un voile venait de se déchirer, elle avait l'étrange sensation d'avoir occulté cet instant depuis trop longtemps. Et si après tout cela n'avait été que mauvais présage? La peur de faire le mauvais choix lui tenaillait le ventre. Qui devait-elle croire?

Les questions d'Asulil continuaient d’affluer et faisaient écho aux siennes. Finalement ils n'étaient guère avancés.
L'Ondine se voulut tout de même rassurante envers son ancien co-aspirant. Elle grima son visage d’un sourire chaleureux accompagné d’un regard appuyé et assuré.

"Tu as raison; nous ne sommes pas des politiciens, et ne connaissons rien aux rouages de la politique du Màr Menel...et s'il nous faut juger, je veux tout d'abord comprendre!"

Tandis qu’elle parlait, Ñiniel accompagna ses paroles d'un geste ample et rapide comme pour signifier qu'il était temps, ici et maintenant, qu'on leur explique de quoi il retournait. Mais elle ne put faire ce mouvement entièrement car son dos la rappela à l'ordre, provoquant une horrible grimace sur son visage de glace.

Elle commençait à s'inquiéter: se remettrait-elle un jour complètement de ses blessures? Les jours se suivaient sans se ressembler: parfois elle ne ressentait rien et gambadait au grès de ses envies dans les Spires ou sur la Grand'Place toujours animée. Il y avait toujours tant de choses à observer et découvrir sur cette place. L’Ondine y restait parfois de longs moments à observer les passants, écouter les chants et tirades, découvrir de nouvelles senteurs…c’était un condensé de voyage tout en restant au même endroit. Certains jours pourtant, elle préférait rester dans ses appartements, porte close et rideaux tirés, où elle passait du temps avec sa Liée consignée et reposait sa colonne dorsale qu'elle sollicitait peut-être un peu trop.

Comme un signe qui l'incitait à la tempérance, elle se reprit.

"Et puis, cette décision ne nous revient peut-être pas après tout....nous ne sommes "chargés" que d'annoncer la nouvelle de son prochaine retour..."

Le vent fit alors voler quelques feuilles, et coupa court le discours d'Asulil. Il s'affaira aussitôt à les ramasser de manière presqu’un peu trop exagérée. Ñiniel aurait du lui proposer son aide, mais son dos la supplia de rester assise et de ne surtout pas le faire souffrir.

Avant même qu'elle ne se sente gênée de son inaction, le Torhill lui tendit un papier qu'elle crut reconnaître. Elle l'attrapa en tendant sa main et le parcourut rapidement. Elle reconnaissait bien cette invitation. Si le banquet l'avait tentée, le fait de convier Vahi'Nearii l'avait rendue des plus méfiantes; il était utopique de croire que le secret était bien gardé, et certaines personnes haut placé devaient être dans la confidence, elle n'en doutait pas. Mais pourquoi devait-elle dévoiler aux yeux de tous la robe étincelante de sa Liée qui trahirait forcément son ascendance. Tant qu'ils n'avaient pu informer la population du retour d'Heryn Amlug, elle ne voulait pas prendre le risque de susciter tant de surprise.

"Je ne compte pas y aller non plus. Une petite Dorée ferait polémique, et nous ne savons pas à qui nous fier. Et puis, qui a lancé cette invitation?"

~~~~~~~~~~~~


Maodan, dans une simulation de vol, manqua de faire tomber Vahi qui ne pût s'empêcher d'émettre un grognement. Elle ne put s’empêcher de s’attendrir néanmoins devant cet essai d’envol. Son frère était décidemment le plus entreprenant de tous. Mais elle avait le caractère le plus acéré et ne pouvait se retenir de le gratifier d’une petite remarque.

*Si tu es aussi habile que ce que je vois-là en vol, préviens-moi lorsque tu seras dans les airs que je me calfeutre aux thermes en attendant de pouvoir sortir sans danger...*

Elle aimait bien taquiner son frère. Selon elle, Maodan jouait un peu trop les protecteurs avec elle et ses sœurs, mais Vahi n'osait rien lui dire. Il prenait ce rôle très à cœur et cela touchait la petite Dorée qui au fond d'elle-même appréciait tant de prévenance de la part de son frère de couvée. Leur lien était particulier et très fraternel, et Vahi'Nearii savait toute la chance qu'elle avait de ce rapport entre eux.

Elle ne releva donc pas la remarque de Maodan à propos de la Pierre de sa Liée. Ce n’était de toute manière plus le sujet puisque son frère bouillait d’inaction.

*Ñiniel aussi a peur…elle veut me protéger. Elle oublie que j’ai déjà un frère pour cela !* conclue-t-elle d’un air complice à Maodan. Elle le laissa bondir sur Asulil et rejoignit tranquillement le petit groupe. Elle acquiesça de la tête lorsque celui-ci annonça qu’elle était d’accord avec son plan.

*Nous irons…nous ne sommes pas faits pour rester là à attendre. Nous sommes les enfants de Flamrya et nous n’avons pas à nous cacher pour ce que nous sommes !* dit-elle dans un rugissement. La fierté de Vahi’Nearii avait parlé, laissant là une Ñiniel interdite.




Asulil Addraeddry
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2013
Messages: 436
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 111
Race: Torhil
Âme Soeur: Maodan
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 7 Jan 2015 - 07:06 Répondre en citantRevenir en haut

Asulil resta un peu interdit devant le comportement des deux dragons. Ils avaient décidé d'y aller et hormis les enfermer à double tour, il ne voyait pas de moyen de les en empêcher. Mais c'était de la folie, de la pure folie. Quiconque avec un peu de bon sens savait ça...

• Dis que je n'ai aucun bon sens aussi•

• Non non... Non...• répondit-il simplement, sachant pertinemment que le bronze avait compris ce qu'il voulait dire. Enfin penser.

- C'est juste que... c’est impossible. En vous exposant de la sorte, tout le monde saura qui vous êtes et qu'on a dû mentir... Ils vont poser des questions auquel nous serons obligés de répondre, dire ce que nous savons accuser... Accuser le régent actuel de meurtre. C'est de la folie, il va nous enfermer pour... Je ne sais pas moi, complot ou n'importe quoi d'autre !

• Tu t'inquiètes trop. Nous sommes la preuve vivante que le complot vient de lui. Et ton mini... Mîw, pourra les convaincre comme ils ont convaincu ta sœur. Nous ne vivrons plus cachés !•

Et sur ses mots il se dirigea vers la sortie en trottinant presque, retenu par Asulil qui s’était levé.

- La cérémonie est dans quelques jours... Et je crois que c'est quelque chose qui est fait tout le temps, dit-il pour répondre à l'interrogation de Niniel sur qui avait lancé l'invitation. Le bronze se détourna et retourna près de sa sœur, posant son postérieur sur le sol, fixant les bipèdes.

• Nous irons, c'est comme ça. Il ne faut pas avoir peur. Nous savons que vous voulez nous protéger, mais les dragons ne sont pas faits pour vivre en cage, même si elle est dorée. Nous allons dépérir si nous devons attendre le retour de notre mère, surtout que nous ne savons pas quand elle viendra.• Il ne connaissait pas son lié Tohril depuis longtemps, mais il le connaissait déjà par cœur. Il savait que c'était ce genre de discours qui était enclin à lui faire changer d'avis et prendre tout les risques qu'il faudrait. Il fallait qu'il le pousse vers l'avant alors un petit texte dramatique ne faisait pas de mal. Dans l'absolu c'était vrai, il avait juste tourné les choses d'une certaine façon.

Les yeux du chevalier se baissèrent, un peu coupables. Son lié avait raison. Ce n'était pas une vie de dragon que d'être enfermé de la sorte. Mais il avait peur. Déjà parce qu'il ne savait pas vraiment comment s'y prendre, sa formation avait été plutôt courte, ensuite parce qu'il ne savait pas vraiment où il mettait les pieds. Restait loin des conflits était la meilleure façon de rester vivant. Malheureusement, il semblait qu'on leur avait attribué des seconds rôles importants. Il jeta un regard vers Niniel et inspira profondément.

- Très bien... Nous irons à cette réception et nous irons avec vous. Il faudra faire attention... Et espérer qu'il n'y aura pas de problèmes. Ça, il n’en doutait pas, mais l'espoir faisait vivre. Mîw roucoula doucement en allant de lover dans son cou, montrant des images apaisantes. Maodan gronda doucement. Cette petite bestiole était arrivée avant lui, mais il ne lui laisserait pas son lié entièrement. Il le tolérait, car il savait son importance aux yeux de son bipède, mais cela s'arrêtait ici.



Ñiniel Iserimir
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2013
Messages: 143
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 86
Race: Ondine
Âme Soeur: Vahi’Naerii
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 28 Jan 2015 - 21:46 Répondre en citantRevenir en haut

L'annonce d'Asulil avait rassuré Ñiniel autant qu'elle venait de lui asséner un certain coup. D'un côté elle n'avait pas à prendre cette décision, car tous ici l'avaient fait pour elle et il n'y avait plus qu'à lâchement suivre ce chemin si résolument tracé. De l'autre côté, il ne lui restait plus qu'à l'emprunter courageusement, ce qui la terrifiait : savait-elle seulement ce qui l'attendrait au bout? Elle tenta de se rassurer en belles paroles et doux espoirs qui peu à peu meublèrent le silence terrifiant de vagabondage et autres idées grotesques. Ñiniel ne voulait pas laisser sa pensée piégée au grès d'un vagabondage incontrôlable qui ne la mènerait nulle part.

Elle se leva délicatement afin d'épargner son dos et s'avança vers la table d'Asulil pour y reposer l'invitation.

"Bien : nous devons accorder notre discours dans ce cas, et voici ce que je propose. Nous n'accuserons personne, et encore moins de meurtre. Nous nous contenterons de révéler le retour d'Heryn Amlug qui rétablira toute la vérité à ce moment précis."

Il était déjà bien suffisant de provoquer la surprise du retour d'Heryn Amlug. Les réactions ne seront pas toutes les mêmes et la discorde s'installera bien vite parmi la foule; il ne servait à rien d'attiser le feu selon l'Ondine....surtout pas. Elle s'imaginait déjà, Asulil et elle, avancer au milieu de la salle par le chemin que leur ouvraient les convives stupéfaits de leur Lié respectif. Elle voyait déjà Asulil prendre la parole, - car elle n'oserait jamais - et....Ñiniel les voyait étouffer dans une foule divisée par leurs opinions. C'était plus fort qu'elle, elle ne pouvait s'empêcher d'imaginer le pire et ne trouvait pas d'autre fin à leur action préméditée. Point trop n'en fallait donc, l'annonce du retour d'Heryn Amlug serait suffisant.

Mais Vahi'Nearii, qui écoutait tout oreille tendue et qui comprenait fort bien la prudence de sa Liée, dut intervenir avant qu'Asulil ne donne la réplique à Ñiniel.

*Tu oublies un détail....*

*Lequel?*


La petite Dorée s'étendit sur le sofa et s'étira de tout son long avant de poser la tête sur ses pattes antérieures. Elle se serait presque laissée bercer par l'histoire que les deux Chevaliers mettaient au point.

*Si vous ne parlez pas du retour de celui que tout le monde croit mort, ils ne voudront pas attendre les révélations de sa prétendue meurtrière....qui ne sera même pas là pour prouver ce que vous direz.*

Pour l'Ondine, parler du frère du Sieur serait un outrage supplémentaire, une vexation risquée. Pourquoi chercher à provoquer la colère du Seigneur de Galastden? Elle restait sur ses positions initiales et refusait de se laisser convaincre.
Ne contrôlant pas encore parfaitement le Lien, et n'ayant pas l'habitude de discuter par la pensée, Ñiniel s'exprima à voix haute:

"Si nous le faisons, nous allons provoquer la fureur de Zackheim qui nous jetera immédiatement en prison!"

La petite Dragonne laissa un temps de silence afin que Ñiniel prenne le temps de réfléchir et de se calmer. L'Ondine se laissait trop contrôler par ses émotions et ce n'était ni l'heure ni l'endroit pour les laisser prendre le dessus; il fallait garder la tête froide. Empreinte de sagesse, elle patienta encore quelques instants afin d'être parfaitement certaine qu'elle s'adressera à une Chevalière calme et réfléchie.

Sans relever la tête ni même jeter un œil sur sa Liée, Vahi'Nearii ne posa qu'une question à Ñiniel.

*N'est-ce pas de toute façon le sort qui nous sera réservé?*

La jeune Dragonne avait énoncé cela avec une nonchalance déconcertante qui laissa Ñiniel sans voix. La Chevalière, décontenancée, prit la peine de retourner s'asseoir comme pour mieux prendre le temps d'y réfléchir. Elle observa sa Liée d'un air songeur: Vahi ne semblait pas s'en inquiéter outre mesure et se voyait déjà dans les culs de basse fosse. Comme s'il était impossible d'en réchapper, elle n'attendait plus que ce mauvais moment passe.

L'Ondine ne répondit pas et son visage de glace laissa transparaître la résignation. Elle croisa ses bras et s'enveloppa de tout son être dans sa chaleur corporelle. En "choisissant" de tout révéler au banquet, elle avait choisi de prendre ce risque; autant considérer la chose comme acquise après tout. Ils allaient avoir froid et faim. Le pire serait peut-être l'attente interminable du retour de celle qui les sortirait de là. Étaient-ils seulement vraiment sûrs que l'on viendrait les chercher?

*Si elle ne vient pas, quelqu'un d'autre viendra nous aider....nous ne sommes pas les seuls à connaître la vérité. Et nous n'avons tué personne, nous n'y resterons pas longtemps...*

Le ton rassurant employé par Vahi donnait presqu'envie à Ñiniel d'y croire. Mais d'expérience, elle savait que rien ne se déroulait jamais comme prévu; elle avait appris à se méfier de tout, et tous ces "si" étaient trop peu fiables pour qu'elle se laisse ainsi persuader. Et "si" personne ne venait? Et "si" on décidait de faire d'eux des exemples? Et "si" on voulait les faire taire?

*...et "si" Heryn Amlug arrivait au banquet? Et "si" on décidait de vous croire? Et "si" on avait espéré une telle nouvelle depuis longtemps?*

L'Ondine lança un regard fulgurant sur Vahi. Elle n'avait pas l'habitude de la repartie qui se déroulait dans sa tête et qu'elle ne contrôlait pas. Il était dérangeant que l'on puisse lire dans ses pensées, et même si Vahi était sa Liée, sa moitié d'âme, il lui fallait encore un peu de temps pour trouver la situation confortable. La Chevalière avait toujours considéré ses pensées comme secrètes et inatteignables, et voilà que maintenant elles étaient percées au grand jour avec une facilité hallucinante. Qui plus est pour lui dire qu'elle avait tort et que ses réflexions ne menaient à rien.

"Fort bien! Puisque nous n'arrivons pas à nous mettre d'accord, je ne vois qu'une solution...."

L'Ondine décida de s'en remettre à son compagnon, qui lui aussi allait subir le même sort qu'elle. Il était légitime qu'il s'exprime sur ce sujet aussi, et Ñiniel avait plus que besoin de son aide. Elle se tourna vers le Torhill, avide de connaître son avis.

"Asulil, qu'en penses-tu? Jusqu'où devons-nous pousser la révélation?"






Dernière édition par Ñiniel Iserimir le Ven 30 Jan 2015 - 03:13; édité 1 fois
Asulil Addraeddry
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2013
Messages: 436
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 111
Race: Torhil
Âme Soeur: Maodan
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 29 Jan 2015 - 23:01 Répondre en citantRevenir en haut

Le Torhil écouta ce que son amie avait à dire, mais il n'était pas d'accord. Juste annoncer le retour de Dame Amlung serait au mieux inutile, au pire, dangereux.

- Je ne suis pas sûr que... Il n'eut pas le temps de finir qu'une voix l'interrompu en le faisant sursauter.

• Attends, elle parle avec la princesse. Tu allais dire une bêtise en plus. Tout dire c'est abattre toutes tes cartes d'un coup, c'est dangereux.•

• Ne dis pas de bêtise, on ne peut pas juste dire que la Dame revient. Pourquoi elle reviendrait alors qu'elle est normalement condamnée ?•

Nouveau sursaut lorsque Nini s'exprima à voix haute. La prison ? De quoi parlait-elle ? Le fallait-il ? Oui sûrement...

• Je n'ai pas spécialement envie d'aller en prison. Qui sait combien de temps nous allons y rester avant qu'elle revienne. Je sors tout juste d'un œuf dans lequel je t'ai attendu bien trop longtemps et tu veux de nouveau nous faire enfermer ?•

• Nous n'avons pas le choix. Il faut dire ce que nous savons. De toute façon, si on n'en dit qu’une partit, ils nous interrogeront surement ! Alors je préfère tout dire dès les départs et en public plutôt que de subir je ne sais quoi dans un cachot obscur.•

Maodan regarda longuement son lié, presque étonné de le voir réagir ainsi. Presque parce qu'il savait pertinemment que le grand brun maladroit qui fuyait les conflits et surtout la politique pouvait cacher quelqu'un de beaucoup plus réfléchit. Il ne s'attendait juste pas à le voir aller de l'avant tout de suite. Un genre de sourire découvrit ses crocs, presque amusés.

• Je n'ai quand même pas envie de finir mes jours dans une prison. Mère à intérêt à venir rapidement.•

• Il n'y a pas qu'elle. Je suis sur que d'autres personnes ne savent pas quoi penser de cette histoire. Et puis... La maîtresse de Niñiel pourra nous aider, j'en suis sur.•

• Tu espères beaucoup. Fait les choses par toi même si tu veux obtenir ce dont tu as envie• Le dragonneau s'étira et alla se mettre sur la table après l'avoir poussé pour être au plus proche. Il était le mâle de la couvé, il devait dominer en toute circonstance.

• J'ai envie que tout cela s'arrête et que nous soyons tranquilles. Si pour ça il faut aller en prison alors au moins nous aurons dit la vérité !• Et on ne peut pas laisser un tel homme diriger le Kaerl ! Il sursauta à sa propre voix, n'ayant pas fait attention qu'il ne parlait plus qu'à son âme soeur.

- Enfin... Je veux dire que... c’est mal et... il ne dit plus rien, écoutant simplement la Neishaane parler. De toute évidence elle n'était pas non plus en accord avec celle qui allait partager sa vie.

- Je pense qu'il faudrait... Presque tout dire. Avança-t-il timidement en jetant un œil au bronze. Je veux dire... Si on dit simplement que... la dame va revenir... On va surement nous enfermer et nous poser des questions et... Personne ne pourra vérifier que les informations que transmettra le seigneur seront vraies... Vu ce qu'il a fait déjà... Alors que si... On dit en public que la dame revient avec son époux qui a été victime... Je ne sais pas, d'un coup monté... Sans dire qui par exemple...

• Parce que tu penses que les gens vont se satisfaire d'un simple 'victime d'un coup monté '. Ils voudront des preuves. Princesse et moi sommes les preuves n'y que vous avez-vu mère, mais pour le reste...•

- Il y a Mîw !

Maodan ricana presque en pensée, mais se retint de justesse, posant sa tête sur ses pattes avant.

• S'il ne se fait pas bouffer avant• ce n'était pas une menace qu'il destinait, mais plutôt une mise en garde. Si leur ennemi connaissait l'existence de cette 'preuve' alors elle risquait fort de disparaître.

Asulil regarda Niñiel, un peu perdu.

- Je crois que... C'est tout ou rien... Dit-il, résigné.





Ñiniel Iserimir
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2013
Messages: 143
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 86
Race: Ondine
Âme Soeur: Vahi’Naerii
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 31 Mar 2015 - 21:44 Répondre en citantRevenir en haut

Asulil n'avait pas tort. Ils devraient tout dire et ne rien cacher; mais Ñiniel ne cessait de se demander s'ils pouvaient porter une telle accusation sans connaître la "vérité"? L'Ondine avait choisi de faire confiance mais se trouvait dans une position délicate lorsqu'il lui était demandé de défendre la version d'une histoire au détriment d'une autre. Elle n'en avait pas été le témoin, et cela transgressait ses valeurs. N'ayant pas assisté à ce qui avait déclenché tout cela, elle ne pouvait avoir sa propre vérité. Rien n'était jamais tout blanc ou noir, il y avait certainement des parts d'ombre de chaque côté. Elle finit par arriver à une conclusion à demi-mot.

"Peut-être réfléchissons-nous trop...."

D'une certaine manière, la réflexion les poussait à l'inaction. Il était évident qu'ils ne pouvaient prévoir la réaction qui dominerait les invités. Cependant, Ñiniel était en train de penser de façon très pragmatique : dès lors que Vahi'Nearii franchirait les portes, il ne faudrait que quelques instants pour que tous comprennent d'où venait cette nouvelle portée. Y avait-il besoin d'un discours finalement? La jeune femme en doutait.

Le bruit commençait déjà à courir et tout le monde était pressé de voir les nouveaux Liés. On entendait des noms murmurés et d'autres élucubrations beaucoup plus farfelues. Il n'y avait rien de surprenant à cela: toutes les rumeurs naissaient parce que les informations manquaient. L'arrivée d'une petite Dorée pourrait faire aussi partie de ces murmures.

Toujours est-il qu'ils ne seront pas livrés à eux-mêmes. Il ne fallait pas oublier ce détail; certains, comme Nalesean, savaient. Le Guérisseur a suivi le même chemin qu'Asulil et Ñiniel depuis la recherche des clés d'Ouranos jusqu'à l'Empreinte sauvage dont ils furent les candidats. Ñiniel devait encore parler à Persée, mais ne faudrait-il pas se fier à eux lorsque le moment sera venu?

"Il ne faudra que peu de temps aux personnes présentes au banquet pour comprendre qui sont Vahi et Maodan, et ce que cela signifie. Finalement il n'y aura peut-être aucun discours à tenir..."

Tandis qu'elle s'était prononcée, l'Ondine eut envie d'air frais et de grands horizons, de ceux qui à leur image insufflent des nouvelles pensées et leur permet de vagabonder au grès de l'esprit. Ñiniel se releva et s'approcha du balcon pour admirer la cité endormie. Le spectacle était paisible et calmait ses pensées angoissées, pour le plus grand bonheur de sa Liée qui attendait patiemment que les deux bipèdes se décident.

Vahi'Nearii s'accorda encore une trêve de patience avant de ne plus laisser d'autre choix aux deux Chevaliers pour les présenter, elle et Maodan, à tous. Elle espérait qu'ils y arriveraient seuls et se fit donc la discrète observatrice de leur discussion.

C'est Ñiniel la première qui reprit la parole.

"Faisons confiance à nos amis dans la place : le Guérisseur et l'Ancalikon du Kaerl Céleste seront dans la confidence. Il y en aura certainement d'autres. Ils sauront quoi faire si nous ne sommes pas à la hauteur...mais tout se passera bien, non?"

Il ne fallait pas s'attendre au pire, même si l'Ondine avait une fâcheuse tendance à le prévoir, pour ne pas risquer d'être déçue. Elle avait récemment pris conscience que cela la freinait dans les choix qu'elle faisait, souvent trop prudents. Il lui fallait maintenant réfléchir en prenant en compte toutes les possibilités, et pas seulement les pires. Et dans le meilleur des cas, le retour de la Dame réjouirait tout le monde et le banquet serait honoré.

*Je vois que petit à petit tu te ranges de mon côté....*

Adossée à la grande fenêtre, Ñiniel se retourna en direction de Vahi. Elle se demanda si la voix de sa Liée était celle de la raison, sa belle et forte conscience qui parfois lui manquait tant. Qu'était-ce donc qu'une âme sœur? Assurément pas une âme accordée à l'autre jusque dans les moindres nuances. Peut-être deux âmes dont les avis divergents les aident à devenir meilleures.

*Hum...tu as raison, oui. J'imagine que le courage me fait un peu défaut parfois...*

Vahi'Nearii était satisfaite. Elle complétait parfaitement sa moitié d'âme et savait qu'elle aurait pour deux ce qui manquait parfois à Ñiniel. Ne s'étaient-elles pas liées pour ne faire qu'un seul être complet? La petite Dorée avait de grandes ambitions pour son Ondine, et parce qu'elle savait que cela serait possible, bien que parfois difficile, elle n'était que plus fière de s'être liée à elle.

Ñiniel s'adressa alors à Asulil; elle savait qu'elle pouvait compter sur lui, et avait besoin de son support tout comme lui pouvait compter sur elle. Ils avaient tous les deux vécu les mêmes aventures depuis l'attaque de Nidhhög, et elle avait l'impression que le banquet allait conclure avec regret cette belle histoire. Elle espérait qu'ils resteraient proches même après cela et sauraient entretenir leur relation. Elle serait toujours heureuse de partager leurs souvenirs communs, mais souhaitait aussi en vivre de nouveaux avec lui. C'est ainsi qu'une amitié perdure.

"Asulil, j'aimerais que nous nous rendions au banquet ensemble."

Elle ne se rendait pas totalement compte de ce que la venue d'une nouvelle Reine Dorée pouvait engendrer: serait-on cloué sur place, voudrait-on la toucher, serait-on indifférent de savoir qu'elle est la fille de Rintrah, éprouverait-on un profond respect en l'apercevant? L'Ondine n'en avait aucune idée mais préférait parer à toute éventualité. Elle ne savait pas encore comment répondre aux questions que l'on pourrait naturellement se poser, mais espérait toutefois que l'amorce serait plus aisée à deux. Elle continua d'élaborer le déroulement du banquet avec prudence, en évitant de prendre le risque d'établir un véritable scénario établi.

"Pour le reste, je crois que nous aviserons. Nous ne pourrons jamais prévoir ce qui arrivera mais au moins y serons-nous tant que faire se peut préparés. Je suppose que les questions se poseront naturellement et que nous y répondrons tout aussi naturellement. Qu'en penses-tu?"

Elle repensa au petit lézard de feu, compagnon du Torhil qui venait de l'évoquer, et se souvint qu'il avait été le témoin de leur aventure. Asulil avait eu une idée formidable en le nommant. Il étayerai leurs dires si nécessaire, ce qui soulagea immédiatement l'esprit échauffé de Ñiniel qui ne pouvait s'empêcher d'envisager la geôle. Elle conclût naturellement sa réflexion de cette manière optimiste.

"Et puis, Mîw pourrait être d'un grand soutien pour convaincre les plus sceptiques! C'est parfait!"

L'enthousiasme de l'Ondine était démesuré par rapport à cette nouvelle, mais ce détail heureux venait d'éclaircir soudainement le noir tableau qu'elle s'était dessiné. Tout devint plus clair et surmontable, certainement un peu trop. Il n'y avait pas de demi-mesure dans ce que ressentait Ñiniel : tout était très souvent exagéré, et le moindre tracas la plongeait dans un profond désarroi, situation inextricable de laquelle aucune aide ne saurait venir à bout. À l'inverse, une petite joie inattendue illuminait sa journée comme jamais. Elle a su se contenter de ces moindres faits pour combler ainsi ses jours de solitude lorsqu'elle était plus jeune. Avec les années, Ñiniel avait appris à les partager avec d'autres. Il lui fallait maintenant apporter à chaque instant, chaque moment, sa vraie valeur parmi tous les tons donnés, et ne plus se contenter des deux principales. Et si là, elle se rendait compte de son optimisme débordant, elle se jura la prochaine fois d'essayer, encore une fois, d'être un peu plus modérée dans ses réactions.

Vahi'Nearii, qui était restée calme et silencieuse jusque là, trouva le moment opportun pour transmettre à tous la pensée qui la taraudait depuis un certain moment maintenant. Il était peut-être temps que les deux Célestes cessent enfin de se laisser dépasser par leurs doutes ô combien insignifiants.

*Il y aura des célébrations d'Empreinte bien plus difficiles que celle-ci....*

Elle faisait bien sur référence à ses sœurs célestes de sang, ardentes de cœur. Elle supputa que l'accueil réservé à Akieron et Amunaptra ne serait pas des plus chaleureux, et cela l'ennuyait beaucoup. Son âme s'assombrissait à mesure que l'idée de savoir ses sœurs risquaient de vivre des moments particulièrement durs l'envahissait. Qu'adviendrait-il d'elles?




Asulil Addraeddry
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2013
Messages: 436
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 111
Race: Torhil
Âme Soeur: Maodan
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 20 Juil 2015 - 21:33 Répondre en citantRevenir en haut

Asulil restait assis, pensif, un peu ailleurs. Il réfléchissait au temps qui était passé depuis cette chaude journée dans le désert. Il était loin le temps où il montait maladroitement la garde devant un village où il n’y avait pas grand-chose. Loin le temps où une créature ailée était venue lui dire qu’il était promit à de grandes choses qu’il se rapprocherait de Gaia. Il avait compris depuis le temps qu’il lui avait menti et qu’il ne se rapprocherait probablement pas de sa déesse comme ça. Mais ce n’était plus important. Il avait trouvé autre chose de bien plus important.

Il poussa un léger soupire, et ferma les yeux, rejetant la tête en arrière. L’idée de prendre Maodan et Mîw, un sous chaque bras, et de retourner dans son désert lui traversa l’esprit avant de sursauter en retirant la main de derrière ca tête qui venait de se faire mordiller par le saurien..

°Maodan !°

°Il est hors de question qu’on parte là-bas. On a des choses à faire ici °

°Oui oui, on ne partira pas, ne t’inquiète pas, je pensais ça comme ça°

°Niñiel a raison, vous réfléchissez trop°

°Pardon ?°

°Ecoute un peu ce qu’elle dit° En effet l’ondine était en train de parler et Asulil n’était pas vraiment attentif.

- Oui… Surtout Vahi. Non Maodan, je ne sous-entends pas que tu es moins prestigieux que ta sœur, mais il faut bien avouer que la couleur de ses écailles laisse peu de place au doute non… Le dragonneau, qui n’avait même pas le temps de répliquer, émit un bref grognement avant de tourner la tête.

Aucun discours… Il en doutait tout de même… Il n’allait pas juste venir faire coucou puis repartir sans rien dire ni expliquer. Non… Il ne pourrait surement pas… Mais que dire… La vérité oui, mais comment… Allaient-ils devoir raconter tout ce qui s’était passé au manoir aussi… Tous les deux avaient vécu des épreuves qu’ils ne voulaient jamais recommencer… Son regard se posa sur sa camarade. Elle qui avait dû apprendre un savoir si ancien que même les dragons se refusaient de s’en souvenir… Elle qui avait subi, avec l’autre demoiselle, la puissance des clés qui n’auraient jamais dû être prononcées. Elle qui avait probablement en mémoire lesdites clés. Deux gardiennes des clés… Elle n’en avait jamais parlé si bien que le Torhil ne savait pas comment elle pouvait le vivre. Silencieux, il la regarda se lever, silencieux, se demandant comment elle allait vraiment. Avaient-ils tous besoin de ça ?
Un coup de museau l’incita à se lever et rejoindre la demoiselle sur le balcon, s’accoudant sur la barrière qui avait été réparée. C’est ici que pour lui la guerre avait commencé, lorsque Faydan avait essayé de le prévenir et que l’aspirant à l’époque avait failli tomber. Son regard parcouru la cité endormie où seules quelques lumières subsisté çà et là. Il avait l’impression que c’était hier…

- Je ne sais pas si d’autres sont au courant. S’ils l’étaient, pourquoi ne pas avoir réagi avant ? Pourquoi avoir laissé les choses se faire ainsi ? Mais oui, tout se passera bien, il n’y a pas de raison. Et puis, quoi qu’il arrive, nous ne serons plus jamais seuls. Ajouta-t-il en se retournant, posant son regard sur les deux âmes sœur restait à l’intérieur. Quoiqu’il pouvait se passer à partir de maintenant serait toujours moins douloureux que ce qui aurait pu être avant.
Il acquiesça lorsqu’elle affirma qu’ils répondraient simplement aux questions. Ils ne mentiraient pas, c’était sûr et répondraient comme ils le pourraient aux interrogations. Mais ils n’auraient surement pas toutes les réponses… Et si le seigneur nié tout en bloc, malgré les preuves, que valaient la parole de jeune chevalier ayant rencontré une renégate contre un seigneur ayant sauvé une grande partie de son peuple.

° Rien ne te dit qu’il était là°

°Il s’est adressé à nous pour nous donner la mission du manoir°

°Oui, mais l’as-tu vu partir avec vous ? Combattre ? Aller avec les chasseurs ?°

°Non…°

°Alors rien ne te prouve qu’il a tout fait pour sauver son peuple° conclut le dragonneau en descendant de la table d’un bond.

À son évocation, le petit dragon-fée pioupiouta dans le coup du chevalier, s’envolant pour aller se poser sur l’épaule de Niñiel, chantant de nouveau.

- Oui, il est là, sourit amusé le Torhil, et je ne risque pas de l’oublier. Et bien sûr que nous irons ensemble, je ne l’imaginai pas autrement. Ils avaient découvert les choses ensemble, ils les divulgueraient ensemble. Mais il perdit bien vite son sourire lorsque la dorée évoqua l’autre célébration. Bien loin d’ici, deux nouvelles chevalières allaient peut-être se faire rejeter par leur Kaerl parce que leurs âmes s’étaient liées à des dragonnes au sang doré.

°Elles vont bien° Affirma Maodan en s’approchant de sa sœur. °Nous le sentirions si ce n’était pas le cas et nous irions les chercher° affirma-t-il avec détermination. Qu’elles soient loin ou pas ne changerait rien si elles devaient souffrir d’une quelconque façon. Ils trouveraient le moyen d’y aller.

Le cœur d’Asulil se serra un peu en pensant à ça, mais plus encore, son esprit vagabonda du côté de la bipède. Asshai… Finalement, il ne connaissait rien d’elle, mais plus qu’avec les autres, il se sentait lié. Ils avaient pénétré ensemble l’esprit du mage, avaient vu les mêmes horreurs, les mêmes souvenirs, les mêmes sensations. Un violent frisson le prit et il se frotta le poignet d’un geste nerveux.

- Crois-tu… Qu’il faudrait que l’on s’habille d’une certaine façon ? Demanda-t-il pour essayer de changer de sujet. Porter une tenue particulière ? L’Ancalikon t’a dit quelque chose à ce propos ? Ce n’était pas son ancien maître, disparu depuis l’empreinte, qui aurait pu l’aider dans cette tâche. D’ailleurs il n’allait pas non plus venir l’aider lors de ce banquet. Ou autre chose qu’on devrait savoir ? Faire ? Elle compte faire quelque chose ?

Serait-elle là pour les soutenir ? Allait-elle trahir son seigneur pour les aider ? Avait-elle prévu quelque chose…





Ñiniel Iserimir
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2013
Messages: 143
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 86
Race: Ondine
Âme Soeur: Vahi’Naerii
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 11 Aoû 2015 - 22:48 Répondre en citantRevenir en haut

Toujours Vahi'Neari serrait les crocs et sa mâchoire s'était renfrognée tandis qu'elle se mit à grogner. Elle se savait prête à tout pour ses frère et sœurs, et malheur à ceux qui toucheraient une seule de leurs écailles. Elle rageait de se savoir encore impuissante et espérait seulement qu'en attendant tout se passerait bien. Elle répondit fermement à son frère, ignorant la discussion de leurs Liés.

*Je n'attendrai pas qu'elles aillent mal pour les revoir...j'ai trop besoin de mes sœurs pour souffrir leur absence...*

La petite Dorée n'osait imaginer ce dont elle serait capable pour leur venir en aide. Elle émit un petit gémissement plaintif en regardant tristement Maodan.

*Je voudrais tant qu'elles soient avec nous...*

Ñiniel dégagea sa nuque de sa chevelure blanche pour y accueillir Mîw qui voletait jusqu'à elle. Comme pour Rànen, elle le gratifia d'une petite caresse et lui murmura quelques mots complices.

"Nous on leur montrera ce qui s'est passé.. "

Les questions vestimentaires d'Asulil apportèrent un brin de fraîcheur à l'Ondine qui sauta sur l'occasion pour changer le ton de leur conversation. Le banquet, sa douleur au dos qui faisait resurgir le souvenir de la violente attaque de Nidhögg et le mystère de son pendentif étaient parfois si présents qu'elle passait parfois à côté des choses simples de la vie. Mais le pire était peut-être les violents maux de tête dont elle était sujette depuis leur retour au Kaerl. Elle avait cessé tout entrainement au combat pour l'instant et se souciait beaucoup de son rétablissement, mais malgré tout le repos et les soins apportés, son état n'avait pas montré grande amélioration. L'Ondine allait peut-être devoir se résoudre à ne jamais être une Chevalière digne de ce nom, et surtout d'une Reine Dorée. Cette perspective la hantait, mais elle s'efforçait de garder le sourire. Ne venait-elle pas de trouver son Âme Sœur?
Asulil présenta une porte de sortie à ces noires pensées; Ñiniel en avait presqu'oublié que tout n'était pas si compliqué. Elle se mit à sourire franchement et posa amicalement sa main sur l'épaule de son ami.

"Je passerai te voir demain et te donnerai quelques conseils lorsque j'aurai vu ta garde robe si tu le souhaites... demain ou une prochaine fois: nous avons encore un peu de temps. L'occasion est trop belle pour ne pas s'apprêter!"

Puis elle posa vaguement les yeux sur la cité endormie, comme si elle cherchait a retrouver quelqu'un.

"Quant à Persée, je ne l'ai pas revue; j'espère bien la voir avant le Banquet, mais je ne sais même pas si elle est au Màr Menel...sait-elle seulement que je suis liée à la fille de Rintrah? Je ne sais comment aller à elle et lui annoncer..."

Elle poussa un bref soupir. Fidèle du Seigneur actuel dont le frère - bien vivant - fut prétendument assassiné par Heryn, Persée risquait de ne pas apprécier la "surprise". Mais la toute nouvelle Chevalière tentait de se concentrer sur un problème à la fois.

"...et je ne veux pas y penser maintenant!"

Son regard se leva sur le ciel de nuit. Les étoiles étaient plus visibles et semblaient plus proches que jamais sans les lumières de la Cité Volante. L'Ondine le parcourut avec délectation, heureuse de constater que les astres étaient toujours à leur place, solides et fidèles guides des marins. Elle replongea quelques instants dans ses souvenirs, sa fuite d'Orën et sa traversée en bateau. Pendant ces mois de voyage, on avait essayé de lui parler et de la faire parler en lui racontant tout ce qu'il fallait savoir sur les étoiles.

Cachées dans la sombre chevelure de Kishi, les sept étoiles de la Constellation du Dragon se dévoilèrent à l'Ondine. En l'observant attentivement, Ñiniel devinait la nuée de milliers d'étoiles que la constellation encadrait. Les sept plus brillantes, lorsqu'elles étaient reliées, dessinaient grossièrement un dragon en plein vol. En continuant sur la trajectoire des deux étoiles inférieures qui formaient la queue du dragon, son regard s'éloigna et tomba plus bas sur une étoile d'un ton légèrement rosé. Cette étoile, l'étoile Nordus, chère aux marins, pointait toujours le Nord et pour qui connaissait la lecture des astres de Kishi, les aidait à ne jamais perdre leur route. Ñiniel pouvait contempler les astres la nuit entière et se perdre sur les chemins de la carte stellaire.

Elle arracha ses pensées à la nuit et quitta doucement la fenêtre, forçant Mîw à quitter son épaule, puis s'approcha de Vahi'Nearii. L’Ondine passa doucement la main sur la tête dorée de sa Liée, légère caresse d’une âme sur sa sœur.

*Ne serait-il pas opportun de laisser nos amis dormir maintenant? Il commence à se faire tard et nous les avons suffisamment dérangé pour cette nuit il me semble...*

Vahi'Nearii dodelina de la tête et bailla.

*Si vous pensez que tout est dit, nous pouvons aller dormir...*

La petite Dorée se leva lentement et avança vers son frère pour lui souhaiter bonne nuit. Elle blottit sa tête contre le flanc de Maodan et le poussa doucement.

*Dors bien...nous nous revoyons bientôt!*

Vahi'Nearii se posta devant la porte et attendit Ñiniel. Ce faisant, elle crut opportun de saluer le bipède de son frère. Après tout, ils risquaient de se côtoyer un certain temps, et il était important d’entretenir de bonnes relations avec le Lié de Maodan.

*Bonne nuit à vous Sieur Addraeddry*

Ñiniel s'approcha elle aussi de la porte, et tandis qu'elle s'apprêtait à la franchir, elle se tourna vers Asulil. Elle lui adressa un petit sourire qui accompagnait un regard plus décidé d'ordinaire. Plus le temps passait, et plus elle trouvait cette situation ridicule.

"Tu sais ce qui me fait rire? Ce n'est qu'une confrontation à un banquet; comme un grand déjeuner en famille où l'un de ses membres a une annonce à faire...un départ à l’aventure, un secret à dévoiler, que sais-je encore. Mais je suis sûre que peu importe finalement l'importance des annonces: on y réfléchit tous autant que nous le faisons, jusqu’au moment où l’on a plus le choix : et finalement, ça n’est jamais aussi difficile que ce qu’on s’était imaginé, non ?"




Asulil Addraeddry
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2013
Messages: 436
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 111
Race: Torhil
Âme Soeur: Maodan
Affiliation: Maison Amberle
Alignement perso: Neutre Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 16 Aoû 2015 - 23:12 Répondre en citantRevenir en haut

Le bronze s’approcha de sa sœur et frotta doucement son museau contre le sien, dans une étreinte qui se voulait rassurante, protectrice.

°Dès que nous pourrons, nous irons les voir, et personne ne pourra nous en empêcher° Et ce n’était pas les prétendues barrières repoussant les membres des autres Kaerls qui les en empêcheraient. Elles étaient leur sœur, leur sang, et personne ne leur interdirait de passer. Ignorant la discussion à côté qui dérivait sur des choses futiles et typiquement bipèdes, il resta auprès de sa sœur, se couchant non loin pour toujours garder un œil sur son âme sœur.

Le petit dragon fée roucoula aux paroles, se frottant à la main féminine. La caresse était différente de ce qu’il avait l’habitude, mais elle n’en était pas moins agréable. Il décida de rester un peu ici et se lova dans la chaleur du cou de l’Ondine. Quant au Torhil, il sourit doucement à son amie, acquiesçant à sa proposition.

- Oui, d’accords. Viens demain et je te montrerai ce que j’ai. Ça risque d’être très rapide par contre, ajouta-t-il un peu gêné. Il avait bien sa tenue de cérémonie, mais était-ce l’occasion… ? Peu importait, c’était surtout l’occasion de continuer à vivre en pensant à autre chose. Il n’évoqua plus du coup la Maîtresse de son amie. Le sujet semblait plus que sensible et ce n’était pas le moment d’évoquer ce genre de chose.
Il leva les yeux avec elle, se demandant ce qu’elle pouvait bien regarder. Bien qu’issu du désert, là où, disait-on, les étoiles étaient les plus belles de toutes, il n’en connaissait pas le sens. Personne ne lui avait appris à les lire. Il reconnaissait seulement les mêmes alignements, nuit après nuit. Mais ici, elles semblaient différentes. Plus proches déjà, et… un peu différentes. Peut-être que les étoiles changeaient d’un endroit à un autre. Il ne savait pas, il ne pouvait pas le savoir.

Bien que le ciel soit magnifique, son regard était plus attiré par le bas. Par les ombres qui dansaient à la lueur de certaines flammes, par les mouvements furtifs des gens de la nuit. La vie continuait malgré tout ce qu’il s’était passé et c’était très bien comme ça. Le temps faisait son œuvre et bientôt, on ne parlerait de cette bataille que pour évoquer tristement les morts, la victoire de leur ordre ou encore la défaite d’un puissant mage noir. Le temps permettait d’oublier… mais lui, le nouveau chevalier, n’avait pas ce luxe. Cette capacité, qui était avant plus don que malédiction, devenait lourde à porter. Il n’arrivait pas à oublier les morts, les combats, les blessures. Il était hanté par les visages figés de terreur qui n’avait pas eu le temps de comprendre ce qu’il se passait.
Parfois il aurait aimé oublier lui aussi…

Il fut tiré de ses pensées par le piaillement presque indigné de Mîw qui alla se réfugier en haut d’une bibliothèque. Il somnolait bien dans le cou de cette demoiselle.
Maodan se frotta de nouveau à sa sœur doucement, affectueusement.

°Dors bien aussi. Que Mère veille sur tes rêves. Et Kishi aussi° ajouta-t-il et posant le museau sur la marque. Il effleura ensuite l’esprit de l’Ondine pour lui souhaiter également une bonne nuit, s’étirant en bâillant.

Asulil sursauta un peu en entendant Vahi lui parler. Il commençait à avoir l’habitude de son lié, mais chaque chose en son temps.

°Bonne nuit Vahi’Naerii°. Il s’approcha ensuite de la porte pour accompagner Niñiel et la fixa alors qu’elle se tournait vers lui, une lueur dans les yeux. Il sourit doucement. Oui, elle avait raison.

- Je n’ai jamais connu ce genre de situation, mais tu as sans doute raison. De toute façon, ce qui est fait est fait et on ne reviendra pas dessus. Et puis tout se passera bien, parce que nous sommes ensemble. Il parlait à la fois du fait qu’ils avaient trouvé leur âme sœur et qu’à deux, enfin quatre, tout était toujours plus facile. Il posa doucement sa main sur son épaule, la serrant un peu, doucement, pour lui donner un peu de courage. Les rapports sociaux n’étaient pas vraiment son truc, aussi il ne savait jamais vraiment comment réagir dans ce genre de situation.

- Bonne nuit Niñiel, repose-toi bien. Demain nous apportera d’autres réponses. Un dernier sourire et il la laissa partir dans la nuit, refermant la porte.

Oui, demain était un autre jour…

[Fin du RP]



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:29 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu