Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Leçon n°2 : de la légende aux hématomes Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 204
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 119
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 15 Sep 2014 - 14:36 Répondre en citantRevenir en haut

Mi-Gaïaku 918



Les premiers rayons du soleil levant frappèrent une énorme masse de bronze rutilant. Une éclatante lumière se réfléchit sur les écailles du dragon assoupi. La chaleur matinale réchauffa la peau métallique de la bête, qui ouvrit un grand œil opalescent, avant de dénuder ses longs crocs blancs dans un bâillement de circonstances. Il se redressa sur ses pattes antérieures pour mieux s’assoir, à demi couché dans le sable de l’arène, son regard désormais parfaitement alerte. Il observa l’approche de son Lié, pour ensuite s’en désintéresser tout aussi rapidement. Un peu de sable s’accrochait à des écailles plus fines, juste à la jointure des ailes et il entreprit de gratter tout cela du museau pour l’en extraire. Thémos avait parfois la capacité de concentration d’une petite cuillère.

Eléderkan attendait, assis sur un banc au bas des gradins, le regard perdu dans le vague. Quelques oiseaux gazouillaient il ne savait où autour de la Fosse. Bercé par les bruits émis par son dragon en train de se nettoyer, il en oubliait le temps qui filait. Seule comptait l’attente, patiente, de son apprentie. Elle ne devrait pas en retard. Eléderkan était naturellement toujours en avance sur les horaires prévue. Et d’après le témoignage de Thémos, il n’aurait pas à attendre encore bien longtemps. Sans préciser sa pensée, le Bronze avait clairement fait comprendre à son Âme Sœur quel genre de pression il avait fait peser sur les épaules de Néa. Manea de Cléonor, rectifia-t-il mentalement. La petite n’avait divulgué, jusque-là, que son surnom. Son véritable nom, il avait fallu l’indiscrète habileté de Thémos pour le dénicher dans son esprit.

L’elfe avait opté pour une tenue de combat décontractée. Il portait un plastron de cuir bouillis par-dessus sa chemise. Et ses longs cheveux de neige étaient nattés en de multiples tresses ornées de boucles de métal. Sa rapière au fourreau, accroché à son ceinturon, reposait négligemment la pointe vers le sable. La Fosse se révélait propre et silencieuse à une heure aussi matinale. Posés sur le banc près du Maître Bronze, se trouvaient quelques livres tirés de l’Observatoire, ainsi qu’un bâton de bois parfaitement équilibre et quelques linges propres. De douloureuses et instructives leçons attendaient la jeune Manea de Cléonor ce matin-là.

° Elle vient. Je sens sa présence. °

Thémos braqua tous les feux de son regard sur l’une des portes de l’arène. Eléderkan suivit machinalement son regard. Et ils attendirent.





Dernière édition par Eléderkan Garaldhorf le Lun 25 Mai 2015 - 15:41; édité 1 fois
Publicité





MessagePosté le: Lun 15 Sep 2014 - 14:36 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Manea de Cléonor
Aspirante Déchue
Aspirante Déchue

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2013
Messages: 91
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 53
Race: Fëalocë
Alignement perso: Chaotique Mauvais

MessagePosté le: Sam 4 Oct 2014 - 20:43 Répondre en citantRevenir en haut

C'était le grand jour. Celui où elle allait revoir son maître depuis leur rencontre au temple. La veille, la virée avec Thémos avait fait un peu plus chavirer son cœur envers les grands seigneurs du ciel. Le saurien de leur triade représentait pour la demoiselle toute la magnificence et la grandeur que pouvait posséder quelqu'un. Après leur petite escapade, elle était partie récupérer ses affaires pour retourner dans le dortoir. Après un rapide nettoyage et un repas frugal, elle s’était couchée des images plein la tête, un léger sourire aux lèvres.

Une heure avant l'aube elle avait ouvert les yeux. C’était une habitude qu’elle avait prise dehors. Se réveiller et partir avant le lever du soleil. Ça évitait au maximum les ennuis. Sur la pointe des pieds, elle alla se saisir des vêtements qu’elle avait préparés la veille pour les enfiler. Malheureusement, elle n’avait pas de tenue qui aurait réellement pu convenir à la fosse, de ce qu’elle en avait entendu tout du moins. C’est donc sous son traditionnel voile qu’elle sortit en silence du dortoir, bien avant que le gong ne sonne le soleil.

Il lui restait un peu plus d’une heure devant elle, qu’elle mit à contribution pour aller manger dans un coin. Elle avait pris pour habitude de prendre des provisions la veille pour aller petit-déjeuner tranquillement dans une des alcôves du temple. L’endroit était en général vide à cette heure-ci et personne ne venait l’importuner.
Une fois le ventre rempli suffisamment pour ne pas souffrir de la faim avant le prochain repas, elle se leva et continua à se promener dans le temple jusqu’à ce que l’heure fatidique soit suffisamment proche pour qu’elle prenne la direction de la fosse…

La fosse… Elle avait entendu dire que c’était ici que des combats se déroulaient. Elle n’était pas très combat, voir n’aimait pas du tout ça. Elle n’avait jamais combattu et c’était toujours tenu le plus loin possible des ennuis, du moins hormis ceux qu’elle provoquait.

Les rayons commençaient à chauffer l’endroit lorsqu’elle passa la première porte de pierre de la fosse. Un couloir froid s’en suivit qui se termina par les sables tièdes de la grande ‘place’. Il était là, elle ne pouvait pas le louper, d’autant plus qu’il posait déjà son regard sur elle. Ses pieds nus foulèrent le sol encore frais, se dirigeant vers Thémos, inclinant respectueusement la tête, un sourire éclairant légèrement son visage.

- Seigneur Thémos.

Puis elle chercha des yeux le lié de celui-ci, ne tardant pas à le trouver. Ce n’était pas compliqué, il était pour le moment le seul bipède dans les parages. Elle s’en approcha tranquillement, regardant sa tenue. Elle n’était vraiment pas équipée de la même manière. Elle inclina de nouveau la tête.

- Maître Garaldhorf. Je m’excuse de me présenter devant vous dans cette tenue. Malheureusement je ne dispose pas de rien d’autre. Elle fixa la rapière. Je n’ai également aucune arme de la sorte. Je ne suis qu’une piètre combattante. Auriez vous par hasard de quoi m'équiper un peu plus convenablement s'il vous plait ?

Son instinct lui disait qu’elle n’allait surement pas aimer la séance qui allez se dérouler. Mais s’il fallait qu’elle passe par là pour un jour lier son âme à un dragon, alors elle le ferait sans rechigner.



Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 204
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 119
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 25 Oct 2014 - 14:52 Répondre en citantRevenir en haut

Les premières attentions de Manea furent pour le gigantesque dragon qui se prélassait au soleil. Rien de plus naturel. Thémos revêtait une apparence presque divinisée sous l’éclat naissant de Solyae – prétendait-il – et il en jouissait admirablement. Il n’ignorait pas quel effet il produisait sur l’Aspirante. Et il comptait bien jouer de son ascendant sur elle à l’avenir. Au cours de leur précédente entrevue, il lui avait clairement fait comprendre quels enjeux recelait son apprentissage. Eléderkan était un maître exigeant. Mais le Bronze, lui, se préoccupait davantage du dragonneau qui devrait lier son existence à l’adolescente. Que la faucheuse puisse prendre la vie d’un des siens par la faute d’une petite créature bipède… ! Cette idée le révulsait.

Alors que la nuit, sempiternelle faucheuse du jour, tombait sur le Kaerl, Thémos n’avait pas reparlé à son Lié de cette escapade sur le toit de l’Observatoire. Eléderkan n’avait pas posé de questions. Une confiance éternelle liait les deux Âmes Sœurs, en dépit de leurs différences. De même, le dragon avait oublié de mentionner que c’était à son Lié de venir chercher leur apprentie. Ce n’était que de petits mensonges par omissions, rien de grave. Les deux mâles, elfe et dragon, en comptaient des milliers depuis leur Empreinte scellée par le vœu de Flarmya. Qu’Isashani la Grande Faucheuse d’Âmes en personne veuille les pendre si ce n’était pas vrai !

Manea de Cléonor arriva donc à l’heure dite, seule et dans son habituelle tenue. Les yeux sagaces d’Eléderkan le remarquèrent tout de suite. Il se leva à l’approche de la Fëalocë. Laquelle s’excusa sans tarder de son accoutrement. L’Elfe garda un court instant le silence.

- Ce n’est rien, Aspirante de Cléonor. Cela fera l’affaire pour aujourd’hui. Des vêtements plus appropriés seront déposés sur votre lit, au dortoir des Aspirants, dans quelques jours.

Eléderkan retira une petite araignée faucheuse de sa pile de livres et prit l’un d’entre eux. Relevant les yeux sur Manea, il dit :

- Ne prenez pas cet air effarouché. Nous ne commencerons pas les leçons martiales aujourd’hui. Pour vous échauffer, je vais vous demander de courir le long de l’arène. Faites-en le tour une fois et revenez vers moi.

Son ton de commandement n’admettait aucune protestation. Il ouvrit le livre là où il y avait coincé une feuille raturée de notes.
Thémos ricana mentalement à l’adresse de son Lié. Goguenard, il fixait Manea comme s’il se fut agis d’une friandise, particulièrement appétissante, qui menaçait à tout instant de pourrir sur place.

° Il vaut mieux qu’elle apprenne vite. Ou je ne donne pas cher de sa peau face au jugement de la Grande Faucheuse !
Thémos, un peu de sérieux, s’il te plait… °


- Nous testerons l’endurance de votre corps pour mieux ouvrir votre esprit à la connaissance. Vous avez tout apprendre de votre nouvelle patrie. Commencez.

La leçon du jour porterait sur l’Histoire. L’histoire, en l’occurrence, de quelques chevaliers-dragons célèbres du Màr Tàralöm et d’ailleurs, qui avaient marqués les pages des registres et des légendes, dans la gloire, le sang et les larmes. Des hommes, des femmes et des dragons qui, telles les terribles faucheuses d'Ys - horde de femmes ailées et voraces -, avaient modifié le cours de l'Histoire à leur guise. Ils serviraient peut-être d'exemples pour Manea.



Manea de Cléonor
Aspirante Déchue
Aspirante Déchue

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2013
Messages: 91
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 53
Race: Fëalocë
Alignement perso: Chaotique Mauvais

MessagePosté le: Jeu 6 Nov 2014 - 00:01 Répondre en citantRevenir en haut

La jeune Fëalocë tiqua un peu lorsque son maître l'appela par son nom, et jeta un regard furtif vers le dragon qui avait révélé cette information. Elle aurait dû s'en douter et elle s’était montrée faible face à l'allure majestueuse du saurien. Mais elle ne pouvait lui faire totalement confiance. Ne connaissant rien aux liens qui les unissait, elle supposa que certaines informations, potentiellement toute, ne restait pas éternellement dans un camp ou dans l'autre. Elles transiteraient toujours à un moment où un autre. Elle décida de se méfier dès à présent de ce qu'elle pouvait dire, ou faire, en présence du bronze.

- Merci. Dit-elle simplement à l'énonciation du 'cadeau' qu'il allait lui faire. Il devait être sûrement aussi au courant qu'elle n'était que très rarement dans les dortoirs communs des aspirantes, préfère la tranquillité de l'observatoire. Pourtant là elle allait devoir se mêler régulièrement à la foule bruyante des filles et femmes, pour vérifier que ses affaires étaient là et pouvoir les récupérer.

Elle cligna un peu des yeux à l'énonciation de ce qu'il lui demandait de faire. Courir le long de l'arène ? Elle la parcourut des yeux. De bonne taille, elle était composée uniquement de sable. Heureusement pour elle que le soleil n'étendait pas ses rayons dessus depuis trop longtemps. Pas que ses pieds nus auraient du mal à supporter les grains fins de la matière, elle avait l'expérience et était sûrement moins sensible que beaucoup, mais elle savait d'expérience que le sable qui restait au soleil pouvait devenir particulièrement brûlant.

Ignorant les regards sur elle, elle accrocha son petit sac et se mît à courir, écoutant ce que son maître pouvait bien dire. L'Histoire ! Pendant qu'elle courait ! Quelle étrange conception de l'entraînement !

Mais Manea était endurante, elle avait vécu dans la rue, voyager par la marche la plus part du temps. Malheureusement, c'était là que s'arrêtait son endurance. La course elle ne la pratiquait que rarement, et toujours pour fuir. Elle avait appris à courir vite, mais pas longtemps, étant suffisamment fine et maligne pour échapper à ses poursuivants rapidement.
C'est donc d'une foulée rapide qu'elle commença à courir... Et dut ralentir le rythme à mi-parcours.

Ça commençait plutôt mal pour elle si dès le départ elle se montrait faible. Il ne fallait pas qu'elle fléchisse maintenant, il lui restait encore des choses à faire. Elle se concentra sur la voix de l'elfe et se força à inspirer et expirer. Elle était plus forte que ça, plus forte qu'une course à peine commencée. Il fallait qu'elle se reprenne. Elle était capable de courir pieds nus, avec son voile, dans les rues noires d'une ville, sur des pavés à l'aspect douteux. Ce n'était pas une arène, aussi grande fût-elle, qui allait l'empêcher d'atteindre son but.

Difficilement, mais sans s'être arrêté totalement, elle finit par rejoindre son maître qui continuait la leçon orale. Elle jeta un coup d'œil au dragon, puis à sa tenue. À la fin de tout ça, elle serait bonne pour un bon lavage. Heureusement qu'il faisait chaud au Kaerl et que le tissu léger séchait plutôt rapidement.

- Excusez-moi pour cette.. Piètre performance. Dit-elle lorsqu'il prêta attention à elle. Je n'ai pas pour habitude de courir sur de longue distance. Mais je veux apprendre tout ce que vous voulez m'enseigner. Elle saurait être assidue pour, s'il le faut, contrebalancer son manque de physique par l'intellectuel.



Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 204
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 119
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 16 Nov 2014 - 15:52 Répondre en citantRevenir en haut

Les sagaces yeux verts d’Eléderkan suivaient la laborieuse progression de son Aspirante autour de l’arène. Chaque foulée, relativement régulière, entraînait Manea vers l’avant mais son équilibre précaire n’était en rien aidé par sa faiblesse physique. Elle lui rappelait ces poupées de chiffons, qu’on offre parfois aux petites filles qui veulent grandir trop vite. L’adolescente manquait d’adresse et d’endurance. Ce n’était pas un réel critère de sélection pour un dragonneau tout juste éclos. Mais un chevalier-dragon se devait de maîtriser tout à la fois son esprit et son corps. Si Manea voulait parvenir à un tel degré de mérite, elle devrait faire plus d’amples efforts.

La voix forte du Maître Bronze emplissait la Fosse déserte, ricochant sur les murs de pierre et les multiples gradins. L’énumération des noms de Seigneurs et Dames, la devise de l’Ordre et les critères de couleurs pour définir à quel genre de dragon on s’adressait, furent le premier point important de la leçon. Ce n’était là que des informations de base, faciles à obtenir mais non moins importantes. La Fëalocë devait comprendre les règles du nouveau monde qu’elle arpentait, si elle voulait survivre et, mieux encore, y prendre part activement.

Lorsqu’elle revint à la hauteur de ses instructeurs, la sueur dégoulinait le long de sa tunique. Et le sable collait à ses jambes. Un coup d’œil critique suffit à prendre conscience à Eléderkan à quel type de leçons martiales elle devrait être confrontée. Mais pour l’heure, ce n’était pas le sujet.

- Ce n’est rien, Aspirante, répéta-t-il. L’apprentissage ne fait que commencer. Je saurais faire de vous un vrai chevalier-dragon du Màr Tàralöm, si vous vous pliez correctement à vos obligations. Vous êtes sous ma responsabilité jusqu’à votre Empreinte, si Flarmya le veut et donc, le moindre de vos actes sera lié à ma réputation quoiqu’il puisse arriver. Je saurais vous protéger de mes pairs et vous élevez vers la connaissance… Seulement si vous m’obéissez.

Le regard intransigeant d’Eléderkan semblait vouloir clouer Manea au sol. Flarmya donnerait des ailes à son âme lorsque la déesse la jugerait prête. En attendant, l’Elfe devrait lui apprendre à se mouvoir sur terre et à survivre. La petite paraissait déjà prédisposée à un comportement indépendant. Elle avait cultivé le secret sur son nom – et sans aucun doute aussi sur son forfait -. Ses crimes passés n’avaient aucune importance aux yeux du Kaerl Ardent. Eléderkan devait alors faire en sorte qu’ils n’entachent ni son nom, ni celui de la future Chevalière qui se tenait face à lui, le souffle court. Une tâche qui se révélerait peut-être plus ardue qu’il n’y paraissait.

Thémos semblait porter beaucoup d’attention à cette Aspirante. Nul besoin de son rang d’Inquisiteur Suprême pour deviner que le Bronze en savait plus sur elle qu’il ne voulait l’avouer. L’immense dragon cuivré, négligemment affalé dans le sable chaud, ne quittait pas la demoiselle des yeux. A chaque seconde, chaque respiration, son regard jugeait les mots et les gestes de la « petite fleur ». S’il comptait jouer de son ascendant mythique auprès d’elle pour mieux la faire fléchir, il n’oubliait pas les sales petits secrets que recelait son esprit tortueux. Il n’avait pas pu les atteindre. Manea faisait des efforts démesurés pour masquer ses pensées profondes, jusqu’à frôler une souffrance indescriptible. Le dragon ne pouvait pas faire pression sans risquer d’endommager sa santé mentale. Ce qui serait extrêmement regrettable pour sa future Âme Sœur. Cependant, Thémos n’en démordait pas. Savoir qu’on lui cachait obstinément quelque chose le poussait toujours à cultiver une curiosité dérangeante. Cela ne faisait que l’exciter davantage. Cette Aspirant se livrerait corps et âme à lui, ou il la brûlerait lui-même…

° Reste concentré, Thémos. Ou va jouer ailleurs. Tes pensées interfèrent avec son entraînement.
Dis plutôt qu’elles font échos aux tiennes mais que tu ne veux pas le reconnaître… Je ne partirai pas pour tout l’or du monde ! C’est bien trop amusant.
Très bien mais tiens-toi tranquille, dans ce cas. °


- Attrapez.

Eléderkan venait de se saisir d’un des deux bâtons de bois, le plus mince, avec la vivacité d’un serpent sur le point de mordre. Et il le lança dans la direction de son Aspirante. La réactivité de cette dernière était mise à l’épreuve. L’Elfe se saisir du second bâton, avec plus de modération et le soupesa pour en vérifier l’équilibre. L’arme factice tournoya un instant, jusqu’à en devenir floue, dans la main de l’homme de glace, avant de redevenir immobile et de frapper le sol avec la pointe.

- Tester votre endurance n’était que le premier pas. Nous allons travailler votre équilibre. Vous devez maîtriser votre corps pour mieux maîtriser votre esprit.

Il jeta un regard acéré à la jeune fille. Une seconde paire d’yeux, parcourue d’éclairs malins, se braqua sur elle sans ciller.

- Avez-vous des questions précises, concernant votre nouvelle patrie ?


Concernant les test d'équilibre, Eléderkan va demander à Manea de manier le bâton comme s'il s'agissait d'une arme. La pointer vers le haut, le bas, parer des coups imaginaires, imiter la posture défensive de son maître, se tenir sur une jambe puis l'autre etc... Voilà, je te laisse imaginer la séance :p



Manea de Cléonor
Aspirante Déchue
Aspirante Déchue

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2013
Messages: 91
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 53
Race: Fëalocë
Alignement perso: Chaotique Mauvais

MessagePosté le: Mer 19 Nov 2014 - 23:39 Répondre en citantRevenir en haut

Elle sentait le regard sur elle. Regard brûlant, cherchant à la transpercer pour en savoir plus. Mais elle se méfierait à présent et ne divulguerait que ce qui était nécessaire.

Essoufflée, mais attentive, elle posa son regard émeraude sur son maître, l'écoutant attentivement. Heureusement pour elle, il ne semblait pas lui tenir rigueur de sa piètre performance et encore heureusement, il ne lui demanda pas sur-le-champ de recommencer.
Calmant petit à petits ses poumons tentant de battre un record de vitesse, elle fut presque fière lorsqu'il lui signifia qu'il arriverait à la mener jusqu'à être un chevalier-dragon. Cela voulait dire qu'il voyait en elle suffisamment de force pour ça. Quant à lui obéir... Oui, elle le ferait, sans l'ombre d'une hésitation elle se plierait à ses exigences, si tel était le prix à payer pour pouvoir se lier.

Pour toute réponse et pas forcément à l'aise avec le regard que posait sur lui l'elfe, elle baissa la tête, l'inclinant pour montrer son obéissance. Ce n'était pas compliqué de faire ainsi preuve d'allégeance. Elle avait dû s'y soumettre pendant de nombreuses années au monastère et à l'orphelinat. Il suffisait de ne rien dire et de s'incliner. Elle gardait tout au fond de son cœur la persuasion que son âme lui appartenait, peu importait si son corps devait temporairement prêter allégeance à un autre.

Tournant légèrement la tête, elle posa ses yeux sur le dragon de cuivre qui la fixait toujours, la mettant presque mal à l'aise. Malgré ses nouvelles réticences à lui parler, elle ne pouvait s'empêcher de l'admirer et de voir en lui presque un dieu. Pourtant, elle sentait bien que parfois il cherchait dans sa tête, qu'il tentait de venir retirer des renseignements. Elle restait droite et concentrée, essayant de toute son âme de ne pas tenter de le repousser une nouvelle fois tout en gardant enfouit sa vie.

Ses instincts de Fëalocë, poussé presque à l'extrême par ce qu'elle était et sa condition de vie, l'alarmèrent d'un danger imminent et elle tourna rapidement la tête pour attraper le bâton avant que celui-ci n'arrive sur son crâne. L'instinct, elle avait toujours agi ainsi, faisant confiance à son corps et jamais au reste, ni à personne.

Abaissant le bout de bois, elle reporta son attention sur son Maître, reculant d'un pas lorsqu'il commença ses mouvements, clignant des yeux pour tenter de suivre ce qui était devenu l'extension de lui même.

L'équilibre. Voilà qui lui parlait un peu plus que l'endurance. Le combat beaucoup moins et c'était en général à ça que servait le bâton de bois.
Elle se mit néanmoins en position, prêtée à faire ce qu'il voulait.

- Qu'elle est cette guerre dont tout le monde parle. Demanda-t-elle simplement en commençant à reproduire les mouvements de son maître. Un enchaînement subtil de position, haut, bas, avant, arrière... Sur les fesses. Elle venait de se prendre les pieds dans sa tunique, atterrissant sur son fessier pas bien épais. Elle n'allait pas s'en sortir ainsi.

- Excusez-moi, dit-elle en se relevant, attrapant une petite pierre, une ficelle qui tenait une partie de ses cheveux et attacha la jupe de sa tenue de sorte à ce qu'elle fasse un pantalon*. Ça serait plus facile ainsi, au diable Gaia pour le moment.

Elle reprit l'entraînement là où elle s’était arrêtée, parant des ennemis invisibles, gauche, droite, droite, haut. Les mouvements ressemblaient à une danse aux yeux de l'aspirante qui s'appliquait du mieux qu'elle pouvait, perdant parfois l'équilibre, mais se réajustant immédiatement.

Cela lui demandait beaucoup de concentration, voulant faire au mieux, tout en gardant son esprit protégé du mieux qu'elle pouvait, mais oubliant parfois l'un au profit de l'autre lorsqu'un enchaînement demandé plus de concentration qu'un autre.

- Si les dragons ont la mémoire de leurs ancêtres, dit-elle après une parade basse, pourquoi certaines connaissances ont été oubliées ? Elle faisait mention des connaissances des Valherus. Leur prodige. Si les dragons s'en souvenaient, pourquoi les chevaliers et Maîtres ne l'utilisaient pas pour renaître sous cette puissance. C'était là une drôle de question, mais qui la travaillait depuis qu'elle avait lu une histoire sur la puissance des Valherus. Tant de potentiel gâché par la cupidité.

À la fin de la leçon, elle s'arrêta, transpirante, mais plus satisfaite que lors de sa course. Elle avait failli chuter quelquefois, mais mise à part la malheureuse rencontre entre ses fesses et le sol en début d'entraînement, elle était restée sur ses deux pieds.



Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 204
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 119
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 23 Nov 2014 - 01:09 Répondre en citantRevenir en haut

Thémos trouva de bon ton de partager son hilarité avec son Lié. Sa sournoiserie envahie l’esprit de l’Elfe aussi vivement qu’un coup de vent s’engouffrant dans une porte entrouverte. Eléderkan retint un soupir malvenu. Il ne servait à rien de trahir les déboires de leur lien psychique devant une Aspirante, qui plus est une cachotière qui vouait une si généreuse vénération aux dragons.

° La petite fleur a des épines. Méfie-toi, mon frère. Ne laisse pas ces innocentes questions te faire paraître encore plus ignorant que tu n’en as l’air auprès de moi. Qu’es-tu donc face à moi, enfant de Flarmya ? °

Il aurait été également très impoli de jurer, ou de dénoncer ouvertement la perfidie du grand dragon cuivré. Ce n’était pourtant pas l’envie qui lui manquait. Faire ravaler son filer à Thémos ne servait hélas à rien. Le dragon aimait s’amuser aux dépends des bipèdes, non pour y gagner une faveur ou servir une cause – ce qui eut été plus facilement un motif d’accusation – mais pour son seul plaisir. Le Bronze ne se laisserait jamais déposséder de ses caprices aussi grands que lui. Eléderkan avait suffisamment appris cette leçon après presque trente ans de cohabitation.

- Malgré les talents et l’assiduité de nos plus grands chroniqueurs et archivistes, l’Histoire de Tol Orëa est peuplée de zones d’ombres. Les Valherus n’ont pas été les seuls à éclabousser de sang ou de gloire les pages de notre Histoire. Plusieurs guerres significatives ont façonnés cette île et chacun des Kaerl peut en témoigner – à sa manière -. Vous devez savoir ce qu’est un Kaerl, en théorie… Tenez-vous droite ou vous serez déséquilibrée.

L’Inquisiteur Suprême ne quittait pas Manea des yeux. La jeune fille faisait d’évidents efforts. Nombres de Maître Dragons auraient déjà lancé une petite félicitation, ou manifesté un signe d’encouragement, pour motiver la recrue. Eléderkan se taisait. Ses lèvres ne se descellaient que pour expliquer les rouages du nouveau monde dans lequel allait évoluer cette recrue. Les félicitations – s’il devait y en avoir – viendraient en temps voulu.

- Pour comprendre notre situation actuelle, il nous faut voyager dans le temps et remonter plusieurs années en arrière. La première véritable guerre que connut cette île porte le nom très pompeux de Grande Guerre des Ordres. Les motifs sont incertains, les revendications vaines mais le résultat reste le même : Màr Tàralöm et Màr Menel se livrèrent à des batailles et des escarmouches violentes, pour décider d’une suprématie de tel ou tel Kaerl sur tout Tol Orëa. Le Màr Luimë, déjà for bien habitué à sons statut neutre, essaye de forcer chacun des camps à conclure une trêve. La paix fut garantie par un fragile traité de paix en 910 de notre ère.

Dernièrement, Tol Orëa connut d’autres cataclysmes, provoqués ou non par l’avidité d’un des trois Kaerls. Le dernier bouleversement date d’il y a plusieurs mois et dure encore…


Eléderkan ne possédait pas l’éloquence nécessaire pour faire passer l’émotion à travers un discours. Ce qu’il connaissait de l’art oratoire, il l’avait appris sur le tas. Un Englouti aurait craché sur sa piètre performance. Un Céleste aurait ri du manque de conviction affiché. Un Ardent écoutait, car chaque mot était une arme, surtout lorsque ces mots étaient proférés par l’Inquisiteur Suprême. On ne gagnait pas un tel rang par de jolis discours.

Manea tremblait sou l’effort. Mais Eléderkan ne lui laissait aucun répit. Thémos surveilla le vol de quelques dragons partis en chasse, dont les ombres s’allongèrent un instant sur le sable fin de la Fosse, avant de reporter une attention accrue sur la scène.

- L’hiver précédent, un nouvel ennemi est apparu. Cette menace a favorisé une alliance temporaire entre les trois Kaerls. Une étrange infection a touché certains Aspirants et chevaliers-dragons. Cet ennemi invisible, qui se fait appeler le Maître des Ombres ou l’Ombremage, a jeté un maléfice très puissant – et très subtil – sur les porteurs de cette infection : ils mourront lorsqu’Il le désirera, si les Kaerls ne se rallient pas sous sa bannière. Devant le refus d’obéir, un siège de créatures infernales a eu lieu ici même, au Màr Tàralöm – et certainement aussi dans les autres Kaerls -, dans l’espoir de faire tomber cette citadelle et nous forcer à coopérer. Le Màr a résisté. Mais la mort plane toujours sur les Liés et les dragons qui portent sa Marque Noire. La situation est pour l’instant en suspens car tout le monde songe à panser ses plaies avant de repartir dans la bataille… Rompez, Aspirante. Vous pouvez reprendre votre souffle.

Thémos jeta un regard aigu à son Lié. Abominable bête cornue, aux vastes ailes embrassant le ciel, à l’intelligence sans commune mesure, le Bronze ressemblait à s’y méprendre à un énorme colosse de métal. Le soleil frappait ses écailles à contre-jour et les deux bipèdes ne pouvaient que contempler son ombre gigantesque, projetée sur l’arène, ainsi que ses grands yeux brillants aux couleurs improbables.

° Prend garde à tes paroles…
… Elles forgeront une partie de son opinion pendant longtemps. Je le sais, mon ami. Il nous est interdit de parler à la légère de ce sujet. N’en déplaise aux Valheriens… °


- Les Valherus, nos ancêtres, avaient amassés des connaissances qui dépassent l’imagination. La connaissance est liée au pouvoir, quoi qu’en dise les généraux et les idiots. Mais le pouvoir ne fait pas tout : il faut savoir l’utiliser. Les Valherus ne sont laissés emporter par leur orgueil et leur désir de grandeur. Ils ont défiés les dieux. Tous ont été anéantis, y compris les plus sages et les plus puissants d’entre eux. Le pouvoir se gagne, se mérite mais les plus habiles à s’en servir sont ceux qui vivent longtemps. C’est ainsi que l’on reconnait ceux qui sont réellement puissants en ce monde. Les Valherus ont commis une erreur fatale, celle de sous-estimer leurs adversaire et de se croire immortels, invincibles. Le prix à payer pour leurs descendants – nous – est qu’une partie de leurs savoirs a été irrémédiablement perdue. Les dragons ne peuvent pas se souvenir d’une époque qui n’avait aucun sens. Si les Valherus, et les récents événements, nous ont bien appris une chose, toutefois, c’est qu’un secret ne reste jamais secret pour l’éternité…

Thémos acquiesça silencieusement, avant d’inexplicablement se raidir. Devinant la suite, il la redoutait. Eléderkan reposa le bâton à la verticale, pointe vers le sol et observa l’allure de son Aspirante d’un œil critique. Le silence s’étira quelques interminables secondes, avant qu’il ne reprenne la parole d’un ton moins cérémonieux :

- Avez-vous déjà tué, Aspirante de Cléonor ?

La question en cachait beaucoup d’autres. Avait-elle déjà tué un animal pour manger, ou survivre ? Dépecé ou achevé la bête blessée ? Avait-elle déjà mis fin aux jours d’une autre personne, volontairement ou non ? Avait-elle déjà éprouvé la sensation d’une lame s’enfonçant entre les côtes, du poids d’une véritable arme dans sa main frêle, de la saveur du sang sur ses suaves et petits doigts ? Avait-elle déjà voulu attenter à la vie de quelqu’un ? Eléderkan se montrait curieux. Savoir que la Fëalocë avait déjà tué, y compris intentionnellement, ne changerait rien à sa perception des choses. Lui-même avait déjà tué pour moins que ça. La violence faisait partie de la vie. Cependant, dans des temps troublés comme celui-ci, où la mort fait sa moisson, il était toujours bon de savoir si son aspirant était doté d’un réel instinct de survie.



Manea de Cléonor
Aspirante Déchue
Aspirante Déchue

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2013
Messages: 91
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 53
Race: Fëalocë
Alignement perso: Chaotique Mauvais

MessagePosté le: Lun 15 Déc 2014 - 23:03 Répondre en citantRevenir en haut

Toute concentrée à sa tâche, pour ne pas tomber ou simplement échouer, elle buvait néanmoins les paroles de son maître. Bien que moins importants à ses yeux que celle du saurien, elles se révélaient très instructives sur cette partie de l'histoire. Les livres recensaient beaucoup de choses, mais certaines périodes avaient de toute évidence, disparu où étaient dissimulées aux regards les plus jeunes et curieux.

Elle acquiesça à la question. Oui, elle savait ce que c'était. Elle avait pris soin d'apprendre les bases de ce continent. Qui y vivait, qui le contrôlait, la place et ordre de chacun. Ce genre d'informations étaient des plus aisées à trouver. N'importe quel ouvrage de Géopolitique en faisait mention.

Elle se redressa lorsqu'il lui intima, reprenant sa garde, le soleil reflétant sur le sol lui faisant parfois cligner des yeux. Elle para un nouvel assaut et manqua de se prendre un coup de bâton dans les flancs, ne valant son salut qu'à une torsion légèrement douloureuse de son poignet et qui lui arracha une légère grimace de douleur.

910... Ce traité de paix était donc récent. Était-ce pour cela que peu de livre ou parchemin en faisaient mention ? Ou bien était-ce parce que, n'ayant pas gagné, l'orgueil ardent avait pris le dessus sur la transmission du savoir.

Elle jeta un regard vers le seigneur dragon qui semblait presque désintéressé de tout ça, fixant le ciel. Telle une statue, elle ne pouvait voir ce qu'il voyait. Mais elle se contenta de le contempler une nouvelle fois, lui faisant légèrement perdre sa concentration et se faire 'toucher' par son maître. Sa fascination était une contrainte à laquelle elle n'arrivait pas à se soustraire d'elle même. Reprenant le fils de la conversation, du moins du monologue, elle se remit en position et écouta de nouveau attentivement.
Une guerre était donc en cours. Enfin une guerre... Pouvait-on parler de guerre lorsqu'un seul homme était concerné contre trois ordres complets ? Avaient ils tant perdu qu'ils ne pouvaient mettre fin à ce conflit rapidement ? Laissant l'ennemi envahir l'endroit ?

- Une nouvelle attaque est elle à craindre ? Demanda-t-elle en reposant la pointe du bâton au sol, reprenant son souffle, essuyant son front. Si tel était le cas, elles ne souhaitent pas particulièrement rester dans le coin. Elle avait des projets et pour ça, il lui fallait rester en vie. Et pour ça, il fallait qu'elle acquière plus de connaissance.

La connaissance menait au pouvoir, elle n'en avait aucun doute. Et pour les utiliser souvent, elle connaissait aussi le poids et la puissance des mots. Une parole malheureuse, un oubli dans un mensonge et une oreille avisée pouvaient détruire le plus grand plan élaboré.

Ainsi donc les dieux avaient anéanti les Valherus. L'existence d'être supérieur n'avait jamais été vraiment définie dans l'esprit de la jeune fille. Servante de Gaia, elle ne croyait pas forcément en elle. Pourtant, lors des funérailles de la prêtresse de Flarmya, elle avait tenu à ce que le rituel soit respecté. Simple suite de son mensonge ou réelle volonté d'accompagner l'âme, elle ne saurait le dire. Elle pencha légèrement la tête sur le côté, dans une mimique qui revenait régulièrement, réfléchissant à ce qu'on venait de lui dire. L'orgueil avait détruit les êtres les plus puissants. Elle ne ferait pas cette bêtise. Les dieux ne l'intéressaient pas, elle s'en fichait tant qu'ils lui laissaient la paix.
Ce qui l'embêta un peu plus fut que les dragons n'étaient pas en mesure de se souvenir de cette époque. Il lui faudrait trouver un autre moyen, un autre stratagème. Rentrer dans l'esprit d'un saurien pour fouiller cette mémoire ancestrale ? Folie et suicide... Quoi que...

Un silence s'installa. Étrange, presque... Alarmant, alors que les yeux verts de l'elfe semblaient détailler la Fealoce. Que se passait-il exactement... Pourquoi, si soudainement, l'atmosphère semblait avoir changé ?
La question vint... Et tout le corps de l'aspirante se raidit imperceptiblement. Savait-il ? Elle jeta un regard furtif au dragon. Avait-il parlé une nouvelle fois ? Il semblait pourtant aussi tendu qu'elle. Non... L'inquisiteur ne devait pas être au courant. La question devait être anodine, logique dans un temps troublé.

Elle se força à se détendre et reposa ses yeux dans ceux de son maître avant de se détourner et de repartir vers son sac, revenant avec quelque chose dans la main.

- Si la question sous-entends: est ce que je sais me défendre si besoin, la réponse est oui. Elle leva le bras et ouvrit sa main, dévoilant son poignard. J'ai déjà eu à m'en servir et je sais le faire. Enfin, elle ne s’était jamais battue au corps à corps, mais connaissait la résistance de la chaire, la chaleur du sang qui coule sur les doigts.

Ses yeux émeraude se posèrent sur la lame toujours coupante. Ce couteau... L'arme de celui qui lui avait tout prit. Le poignard de la première vie qu'elle avait ôté sans une once de pitié ou de remords... Elle se perdit un peu dans ses pensées, revoyant la scène comme si elle venait de se dérouler à l'instant, ressentant sur ses doigts la moiteur du liquide vitale qui quittait le corps de la victime. Les yeux de l'aspirante se troublèrent un peu alors qu'une légère lueur de folie s'y installa. Ses pensées commencèrent à vagabonder.... Et un bruit, un mouvement, la fit sursauter et resserrer ses doigts sur l'arme, secouant la tête, reprenant le contrôle de ses pensées. Ce n'était pas le moment de perdre le fils.



Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 204
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 119
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 19 Jan 2015 - 15:50 Répondre en citantRevenir en haut

A la question innocente de Manea, à propos de l’imminence d’une nouvelle attaque sur le Kaerl, l’elfe aurait volontiers répliqué que c’était très improbable. Qu’il s’agirait alors d’une erreur stratégique, qu’il valait mieux laisser moisir dans la peur son ennemi avant de tenter un nouvel assaut… Mais Eléderkan ne connaissait de l’Ennemi de Tol Orëa que son nom, quelques bribes de son passé et des légendes noires. Les derniers événements, les choix stratégiques de l’Ombremage suggéraient qu’il était patient, qu’il anticipait les décisions et les mouvements politiques des Kaerls, qu’il se lassait également vite devant l’absence de résultats. L’elfe connaissait encore trop mal cet ennemi pour se permettre un jugement. Il savait seulement qu’il ne fallait pas le sous-estimer.

- Nous n’en savons rien. Peut-être vivrez-vous assez longtemps pour voir sa défaite… Ou sa victoire.

L’ombre du Bronze grandit comme celui-ci se relevait. Ses ailes claquèrent, chassant le sable incrusté entre ses écailles, avant qu’il ne se drape dedans avec la grâce dangereuse qui sied aux dragons. Le regard pénétrant de Thémos glissa sur Manea sans s’y arrêter. La manœuvre était voulue : il dédaignait de poser à nouveau les yeux sur la jeune fille, lui faisant comprendre par là qu’elle aurait beau se cacher, qu’elle aurait beau mentir avec aplomb à son Lié, lui connaissait son sale petit secret. Et tant qu’elle ne l’aurait pas admis devant lui, le grand mâle refusait de lui accorder une attention qu’elle réclamait pourtant. Thémos jouait mal le rôle du confident ou du complice mais il pouvait toujours s’y essayer… Si Manea de Cléonor reconnaissait enfin les faits.

° Vous m’ennuyez ! Lorsque le spectacle redeviendra divertissant, il te suffira de me prévenir. °

Eléderkan acquiesça silencieusement mais préféra ne pas jeter de l’huile sur le feu. Habitué depuis longtemps au caractère lunatique du dragon, ainsi qu’à ses innombrables caprices, les silences faisaient partie intégrante de leurs conversations. Chacun acceptait les défauts de l’autre, sans pour autant les apprécier.

- Le Màr Tàralöm sied mal aux faibles esprits, renchérit le Maître Bronze lorsque son Lié se fut envolé. N’imaginez pas cette citadelle comme le palais des brutes sanguinaires ou des sorciers noirs. Nos valeurs sont la Volonté, la Puissance et l’Initiative. Gardez ces mots à l’esprit car ils vous serviront à l’avenir. Si vous perdez foi en vous, rappelez-vous ces trois valeurs. Notre Ordre ne s’embarrasse pas des poids morts. Vous avez déjà prouvé que vous possédiez quelque instinct de survie… C’est un bon début. Il vous faudra cependant beaucoup plus pour gagner votre place au sein de l’Ordre.

La voix de Thémos, grondante comme le tonnerre lointain par-delà de hautes montagnes, s’ajouta aux pensées bousculées de l’Aspirante.

° Rappelle-toi ta promesse. Tu vivras. Tu te battras. Tu apprendras. Et tu te lieras. Car si, par ta faute, l’un des miens meurt sur les sables, ta vie ne vaudra plus rien. °

La menace était claire. La vie des bipèdes importait peu à ce dragon. Tout au plus pleurait-il la perte des Liés, puisqu’un de ses frères ou sœurs périssait dans leur sillage. Si Manea avait déjà tué, elle devait savoir ce que cela faisait, d’être confronté à la mort, de l’avoir sous les yeux. Donner la mort permettait souvent d’expérimenter un léger sentiment de supériorité. De prendre plus de recul encore sur sa propre fin. Thémos entendait bien lui rappeler que, à l’heure actuelle, l’Aspirante n’était rien de plus qu’une larve attendant de concrétiser son existence. Manea de Cléonor était leur Aspirante. Eléderkan et lui seraient les seuls à décider de son avenir tant qu’elle demeurerait dans leur triade.

- Nous allons changer de sujet pour la leçon. Après les bases, quel sujet vous intéresse plus particulièrement ? L’histoire politique des trois Clans ? Les conquêtes et les hagiographies ? Les différentes formes de magie – bien que ce sujet soit bien plus maîtrisé par dame Del Caelan ?





Dernière édition par Eléderkan Garaldhorf le Dim 1 Mar 2015 - 19:31; édité 1 fois
Manea de Cléonor
Aspirante Déchue
Aspirante Déchue

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2013
Messages: 91
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 53
Race: Fëalocë
Alignement perso: Chaotique Mauvais

MessagePosté le: Jeu 22 Jan 2015 - 23:10 Répondre en citantRevenir en haut

Une nouvelle attaque était peut-être à craindre. Cela aurait été probablement de la folie de la part de leurs ennemis, car chacun se tenait prêt, mais n'était-ce pas de la folie, de base, que de s'attaquer à ce lieu protégé par des chevaliers et maîtres Dragon. Aussi espérait-elle simplement voir la défaite de cet ennemi, à défaut de ne rien vouloir voir du tout.

Les pensées de l'aspirante dérivèrent de nouveau lorsqu'elle perçut du coin de l'œil le dragon bouger, tournant la tête pour l'observer. Si majestueux que c'était presque une insulte que de le regarder. Pourtant elle ne s'en lassait pas, cherchant presque à retenir chaque forme d'écaille sur lesquelles se reflétait la pâleur du soleil. Pourtant il ne la regarda pas. Alors qu'hier elle était presque au centre de son attention, aujourd'hui il semblait vouloir faire comme si elle n'existait pas. Cruel qu'il était, mais sans indications elle ne pouvait comprendre ni rien faire. Et tant bien même lui disait-il clairement qu'elle nierait très certainement. Cela faisait partie d'elle, de son caractère, de sa vie.

Un peu déçue quand même, elle reporta son attention sur son maître, ignorant le mâle en train de s'envoler, écoutant l'elfe parler du Kaerl. Elle se savait doter de la volonté et savait faire preuve d'initiative. Quant à la puissance, c'était bien pour cela qu'elle était ici, pour l'acquérir. Cet endroit finalement, était peut-être plus adapté à la jeune demoiselle que quiconque pouvait le penser.
Elle acquiesça pour montrer qu'elle s'en souviendrait avant de grimacer en sentant Thémos pénétrer son esprit pour lui parler. Il fallait qu'elle remédie à cela rapidement.

Elle tourna son visage vers le ciel, lui répondant directement.

• Je vis, je me bats et j'apprends. Et je me lierai avec un de vos frères lorsque votre mère à tous le décidera.• aucun doute dans ses paroles. De l'assurance, de l'aplomb. Elle croyait en ce qu'elle disait, sinon pourquoi serait-elle ici ? Elle n'était pas plus mauvaise qu'un autre aspirant étant passé par là qui s’était lié avant elle. Sa foi n'était pas sincère, mais elle se savait maître de son destin, même si une quelconque entité supérieure décidait de s'en mêler.

Son regard s'illumina soudainement à l'évocation de la prochaine leçon et son cerveau imprima un nom probablement important. Dame Del Caelan. Apparemment quelqu'un d'important et maîtrisant quelque chose qui tenait au coeur de la demoiselle; la magie.

- Les diverses formes de Magies, dit-elle sans presque réfléchir. Les autres leçons peuvent se trouver dans les ouvrages de l'observatoire. La magie, elle, semble se dispenser principalement à l'oral.

C'était une occasion inespérée d'en apprendre plus sur ce qu'elle cherchait. Oh bien sûr elle ne le dirait pas clairement, c'était surement mal vu, mais savoir si déjà elle en avait potentiellement la possibilité était une chose importante.

- Expliquez-moi s'il vous plaît. Elle ne semble pas très présente malgré la présence des dragons. Comment se présente-t-elle ? Tout le monde peut la pratiquer ou faut-il des... Prédispositions ? En parlant, elle prit soin de ranger son poignard dans son petit sac, elle n'en aurait surement pas l'utilité pour la prochaine leçon.

- La pratiquez-vous ? Finit-elle par demander après une légère réflexion, posant ses yeux verts dans ceux de l'elfe.



Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 204
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 119
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 6 Avr 2015 - 17:20 Répondre en citantRevenir en haut

Eléderkan Garaldhorf était passé maître dans l’art de dissimuler ses émotions en toutes circonstances. Depuis plus de trente ans qu’il résistait aux tentatives d’assassinats ou d’intimidation, qu’il se frayait un chemin dans les hautes sphères du pouvoir au Màr Tàralöm, il avait su se forger une épaisse carapace de sang-froid et de flegme. Une telle armure méritait un soin attentif. Et imposait généralement le respect. Peu de choses, en ce monde, parvenaient encore à surprendre l’elfe – et quelque part, il le regrettait. Le temps de l’étonnement perpétuel était révolu depuis longtemps. Quelques fois, certains comportements lui faisaient hausser un sourcil ; et certaines lubies le laissaient particulièrement dubitatifs. Sans compter les égarements de toute espèce mortelle se questionnant sur les raisons de son existence… Eléderkan avait une théorie à ce sujet. Il se doutait que, les années de symbiose aidant, son lien avec Thémos n’avait fait qu’exacerber cette capacité qu’il avait d’analyser et de calculer tout effort intellectuel de la part de ses pairs. Grâce – ou à cause – de l’influence du dragon sur son propre esprit, le monde revêtait un caractère moins sacré et merveilleux.

Toutefois, s’il y avait bien une chose qui ne changeait pas, c’était l’antipathie qu’il vouait à la bêtise des autres. Et d’une certaine manière, il décelait un peu de cela dans les questions de sa nouvelle Aspirante. Manea était une créature complexe, difficile à cerner, qui masquait ses mauvaises pensées par une vénération sans bornes pour les dragons. Sa curiosité était toute à son honneur. Mais elle mettait de côté beaucoup d’autres notions, pourtant essentielles pour son apprentissage. Eléderkan appréciait la diversité et la volonté. Il n’instruisait pas des Aspirants pour les envoyer le plus rapidement possibles sur les sables dans l’espoir qu’ils fassent de parfaits pions sur le long terme – ou qu’ils se lient au plus vite pour en être débarrassé. Eléderkan voulait en faire des êtres forts, capables de se battre pour leurs idées et leur survie. Il n’acceptait que difficilement l’échec.

- Intéressant.

Ce fut tout ce qui franchit ses lèvres. Le silence retomba sur la Fosse. Manea était loin d’être une idiote écervelée – comme se plaisait à lui répéter Thémos depuis ce matin. Hélas, elle n’employait pas toutes ses facultés intellectuelles, ne se concentrant que sur les sujets qui l’intéressaient pour le moment. C’était faire preuve d’étroitesse d’esprit, ainsi que de bêtise, selon lui.

- La magie. Vous n’êtes pas la première à poser ce genre de questions. Beaucoup d’Aspirants issus des autres continents, qui n’ont jamais connus la vie en Tol Orëa, ont à cœur ces questionnements. Ici, la vie paraîtra très différente de ce que vous imaginiez, sans doute. Je peux le comprendre.

Lui-même n’était pas né dans un Màr mais dans un hameau isolé d’Ys. L’elfe se pencha légèrement en avant, plongeant son regard acéré dans celui de la jeune fille. Une critique se glissa dans sa tirade.

- Est-ce là tout ce vous souhaitez savoir ? Il y tant de choses à découvrir sur Tol Orëa, outre la magie. Les livres ne peuvent pas tout vous apprendre.

Il se redressa derechef, semblait s’ébrouer. Qu’importait, au final, le sujet de conversation. Manea devait reposer son corps – si peu habitué à l’effort – avant de reprendre la partie martiale de la leçon. Autant lui occuper l’esprit. Il verrait à diversifier les prochaines leçons en fonction de son emploi du temps à l’avenir.

- Mais soit ! La magie, donc. La magie est une œuvre de la déesse Mystra. C’est autant un instrument de ses caprices qu’un don pour nous autres, mortels. Elle peut être apprise mais seulement jusqu’à un certain niveau. Cela dépend du maître qui vous enseigne. En général, on distingue la bonne magie de la mauvaise, bien que cette appréciation ne dépende que des fins pour lesquelles elle est utilisée. Dans la plupart des cas, les mages sont déjà détenteurs de capacités surnaturelles, aussi différentes qu’il y a d’étoiles dans le ciel et souvent uniques selon l’individu. Ces pouvoirs peuvent se révéler dès la naissance, vers la puberté ou bien plus tard, parfois après un traumatisme.

Eléderkan s’était beaucoup intéressé à ce sujet étant jeune Chevalier. Aujourd’hui, tout cela le laissait perplexe. Il reporta son attention sur l’Aspirante qui lui faisait face, attendant sa réponse. Il connaissait quelques Introvertis qui seraient ravis de l’aider. S’il avait mentionné l’existence de Maîtresse Del Caelan, c’était parce qu’elle occupait actuellement le poste mystérieux et non moins prestigieux de Shaman du Kaerl. Mais il était hors de question de la jeter en pâture à cette Valherienne au cœur noir. Il regrettait même d’avoir prononcé son nom face à une âme aussi crédule que semblait l’être Manea de Cléonor.

- Je ne suis pas le mieux placé pour vous en parler. Je ne pratique pas la magie.

Comme si on ne s’en doutait pas déjà. L’Inquisiteur Suprême et Maître Bronze brillait pour son érudition et ses capacités martiales. La magie n’entrait pas en jeu. Pire encore, il s’en défiait.

- Je puis cependant vous conseiller quelques ouvrages et des praticiens assez souples pour se prêter à vos questions, Aspirante. Y a-t-t-il d'autres sujets qui vous attirent ?



Manea de Cléonor
Aspirante Déchue
Aspirante Déchue

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2013
Messages: 91
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 53
Race: Fëalocë
Alignement perso: Chaotique Mauvais

MessagePosté le: Sam 18 Avr 2015 - 10:48 Répondre en citantRevenir en haut

L'aspirante se mordit l'intérieur de la joue. De toute évidence elle n'avait pas posé la bonne question et cela la chiffonnait. Son Maitre semblait presque... Contrarié qu'elle ait demandé ça, bien qu'elle n'arrivait pas à déchiffrer clairement son attitude tant l'homme en face d'elle était... Neutre. Pas ou peu d'expression physique et encore moins oral. Il était difficile de se caler sur un comportement que l'on peinait à comprendre.

Elle soutint néanmoins le regard de son aîné, le fixant comme il le faisait.

- La vie ici est bien différente de l'autre monde... La magie semble y être omniprésente sans pour autant l'être. Elle inclina un peu la tête sur le côté. Par exemple... Elle a dû servir à construire cette cité. Et doit surement la maintenir, mais... je ne comprends pas comment... Comment cela est possible ? Il doit falloir beaucoup de monde pour produire autant de puissance... Non ? Elle avait parlé sans sourciller, le fixant jusqu'à ce qu'il se redresse. Elle fit alors un pas de côté pour se décaler et commença à marcher doucement, regardant autour d'elle.

- Ce n'est pas la seule chose que je souhaite savoir. Mais... cela me semble important. Je sais que tout ne se trouve pas dans les livres, dit-elle en haussant avec un petit sourire malicieux, certaines choses cachées ne se trouvent pas dedans. Elle pensa bien évidemment à l'île sur laquelle elle se trouvait actuellement. Mais, elle pointa les ouvrages restés sur les gradins, vous conviendrez que beaucoup de choses s'y trouvent. J'ai la chance de savoir lire, ce qui n'était finalement pas le cas de beaucoup de personne de 'l'autre côté'. Je peux lire ce que vous m'avez lu pour le moment... Alors j'aimerai apprendre d'autre chose... Elle revint en face de lui. Mais comment nommer ce que je ne connais pas justement ?

Elle se tut pour l'écouter expliquer. La magie était innée...? Cela la contraria légèrement, car de toute évidence, elle n'avait pas ça en elle. Et son maître ne répondit pas vraiment à la question. La jeune femme espéra simplement qu'il existait une magie qui ne nécessitait pas de la posséder en soi pour pouvoir l'utiliser. Elle inclina doucement la tête pour le remercier de son explication et de sa proposition.

- Ça serait avec plaisir. Merci pour cette introduction. Et elle repartit à marcher de l'autre côté. Elle ne tenait pas en place, mais pour une bonne raison. Son corps était douloureux et elle sentait la brûlure due à l'effort s'étendre sur elle. Pourtant, rester immobile accentuait encore plus la souffrance, ses muscles refroidissant malgré la chaleur ambiante. Alors marcher était le seul moyen qu'elle avait à disposition pour maintenir ses muscles en fonctionnement.
Elle décida qu'il était temps de changer de sujet.

- J'ai entendu beaucoup de gens parler de clan. Que sont-ils exactement ? Ont ils étaient crée après une des guerres dont vous m'avez parlé ? La politique n'était vraiment pas un centre d'intérêt chez la Fëalocë, mais il fallait qu'elle en apprenne le plus possible et qu'elle montre que d'autres choses pouvaient l'intéresser.

- Pourquoi vivre caché des autres ? Conclut-elle en revenant une nouvelle fois près de lui.



Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 204
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 119
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mar 26 Mai 2015 - 11:22 Répondre en citantRevenir en haut

Manea de Cléonor possédait l’incroyable faculté de louvoyer en eaux dangereuses avec une candeur presque effrayante. Elle ne se détournait pas de son objectif et, le pire – ou le mieux -, elle avait de bons arguments. Eléderkan aurait fort à faire pour permettre à cette petite de s’élever parmi ses pairs. Son nouveau foyer n’était pas régis par les mêmes règles que le monde extérieur - bien qu’elles se ressemblassent beaucoup.

Au moins n’aurait-il pas à lui apprendre les rudiments de la lecture et de l’écriture. Un bon pas avant. Les bâtards et les paysans ne représentaient pas une large partie de la population des Liés d’origine étrangère. Toutefois, il s’était avéré que ceux-ci apprenaient plus rapidement et avec moins de réticences les nouveaux enseignements du Màr Tàralöm. Même si cela représentait une énorme perte de temps sur leur formation en tant qu’Aspirants et que cela fatiguait la plupart des Maîtres Dragons. Eléderkan pouvait s’estimer heureux.

- Effectivement, tout l’enseignement qui vous ait promis ici ne se trouve pas dans des livres. Apprenez à observer dragons, hommes et femmes du Kaerl. Vous en apprendrez plus grâce à leurs comportements qu’avec tous les parchemins du monde.

Eléderkan déposa bâton et livre sur le banc. Il renchérit sans la regarder :

- La magie est une matière versatile mais non moins passionnante. Je vous ferais parvenir une liste des différents ouvrages à consulter ainsi que les noms de quelques confrères à qui vous adresser.

Des confrères Introvertis et dont il connaissait les moindres petits secrets. Connais tes amis comme tes ennemis le plus possible.

- Vous touchez du doigt les rouages de la politique interne du Kaerl, Aspirante. Je suis content que vous abordiez le sujet de vous-même. Il existe trois Clans au Màr Tàralöm. Ils sont l’équivalent d’une grande famille basée sur les mêmes idéaux et des ambitions semblables. Même au sein des valeurs de notre Ordre, il existe des nuances importantes. Leur existence remonte à la Chute des Valherus, lorsque leurs anciens Esclaves détenteurs du Don commencèrent à se fédérer et à coloniser les Kaerls laissés à l’abandon. La maturation des Clans fut lente, quelque peu violente selon les époques. Chaque Clan a sa propre histoire.

Les Dominants sont les plus nombreux d’entre nous. Leurs ambitions croissent vers un but unique bien qu’à multiples facettes. Ils représentent la force de ce Kaerl, son avenir et veulent exercer leur puissance, plus ou moins secrètement, sur d’autres populations pour en tirer profit. Viennent ensuite les Valheriens. Ils se disent les descendants directs des Valherus et de leurs idéaux. Ils prêchent la grandeur de l’Ordre sur le reste du monde car, pour eux, nul n’est plus noble et légitime qu’un Seigneur Dragon – Ardent – pour régner sans partage sur le Rhaëg. Quant au dernier Clan, il s’agit des Introvertis. Plus réfléchis, plus secrets, ils ont une vision plus nette sur le long terme, s’emploient patiemment à restaurer la grandeur du Màr. On les accuse – à tort ou à raison – d’être trop timorés et lents à réagir, alors qu’ils sont certainement les plus savants de nos membres. Il existe aussi des sans-Clans. Soit par choix, soit parce qu’ils ont été bannis, toujours est-il que je vous enjoins à vous méfiez d’eux.

Moi-même, je suis un Introverti. Et vous en êtes aussi, Aspirante, jusqu’à ce vous soyez liée et libérée de ma tutelle. Alors seulement pourrez-vous choisir une affiliation qui vous corresponde.


L’elfe se retourna pour observer la jeune Manea faire les cent pas devant lui. Touchante vision, de la fougueuse jeunesse, qui ne tient pas en place et recherche sans cesse des réponses. Eléderkan aurait pu s’attendrir mais il n’avait jamais eu un instinct paternel très développé. Loin de là, fendant la couche nuageuse, il sentait la force de Thémos vibrer à travers leur lien. Ainsi que son amusement. Le Bronze se targuait d’être insensible aux jérémiades de ses nombreux enfants – surtout lors des premières années – mais son Lié savait, lui, qu’il possédait une fibre beaucoup plus aimante.

- Cette question me pousse à douter de votre présence future au sein des Introvertis, répondit-il enfin avec un soupçon d’ironie. Un Dominant vous dirait que c’est pour mieux surprendre l’adversaire et avoir toujours un coup d’avance. Un Valherien répondrait que ce n’est qu’une perte de temps et que le monde n’attend que de connaître ses nouveaux maîtres. Un Introverti… Vous laisserait réfléchir seule à cette question… A votre avis, pourquoi Tol Orëa vit-elle dans le plus grand secret ?



Manea de Cléonor
Aspirante Déchue
Aspirante Déchue

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2013
Messages: 91
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 53
Race: Fëalocë
Alignement perso: Chaotique Mauvais

MessagePosté le: Dim 16 Aoû 2015 - 23:12 Répondre en citantRevenir en haut

Observer les gens. Elle le faisait déjà. Enfin du moins lorsqu’elle était en contact avec le monde extérieur, ce qu’elle cherchait à éviter la plupart du temps quand même. Par contre, les dragons… Ils étaient source de son émerveillement et elle ne loupait pas une miette à chaque fois que son regard croisait l’un d’eux. Comment ne pas être ébloui de toute façon.

Elle inclina la tête pour le remercier des prochains livres qu’il allait lui donner, ainsi que des ‘confrères’. Voilà qui serait des plus intéressant. Elle se pencherait sur la question dans son coin, vu que son Maître ne semblait pas disposé à la guider plus que ça sur cette voie.
Elle écouta avec attention l’explication politique de l’Elfe, qui semblait bien plus l’intéresser que tout ce qu’il avait pu lui raconter pour le moment.
Trois clans dans un même ordre. Cela devait représenter parfois un sérieux bazar.

- C’est très… limité. Je veux dire, n’y a-t-il pas d’autres clans ? Plus petits ? Trois, ça ne laisse pas beaucoup de choix. Une nouvelle fois, une moue pensive vint fleurir sur son visage. Avec tout le peuple du Kaerl, chacun pensé d’une des trois façons ? Elle trouvait ça presque ridicule voir presque impossible au finale. Tout le monde ne pouvait pas penser de la même façon, il devait forcément y avoir des clans dans les clans. Des groupes, qui se sont regroupés.

- Par exemple, quelqu’un qui croit en la supériorité des porteurs de Don mais qui aurait une vision du clan plus introverti. Et si quelqu’un se retrouve sans clan par choix, pourquoi doit-on les éviter ? Ne serait-il pas plus censé d’essayer de comprendre ce choix et de discuter pour le changer ou bien prendre ses idées pour améliorer la vie ? Ça lui paraissait logique. Si certains ne se retrouvaient pas dans les trois catégories, c’était que quelque chose n’allait pas, et il était toujours bon de savoir ce que les détracteurs pensaient.

Fatiguée de marcher dans tous les sens, elle décida finalement de s’asseoir sur un des nombreux bancs de pierre qui constituaient une bonne partie de l’arène. Plaçant un doigt sur ses lèvres, elle les tapota, réfléchissante à la question.

- Je ne suis d’accord ni avec l’un, ni avec l’autre. Je n’ai pas pour envie de surprendre un quelconque adversaire et je ne veux certainement pas dominé le monde, dit-elle avec un petit rire dans la voix. Non, elle aspirait à toute autre chose. Quant à la question pourquoi ?

- D’un côté, commença-t-elle en se levant de nouveau pour marcher, je pense que c’est une bonne chose. Je ne suis pas sûr que le monde actuel soit prêt à apprendre l’existence des dragons. Enfin réapprendre, puisque si on suit la chronologie, il l’a déjà connu.
Mais d’un autre côté, ils sont forts, puissants, et pourraient faire de grande chose sans être contraints de vivre cachés. Mais, ils sont plus nombreux, enfin les sans dons, donc ils pourraient prendre peur de la puissance et tenter de chasser l’intrus. Mais les Dragons sont forts, donc ils pourraient aisément les repousser non ? Quoique… La force ne fait pas tout…


Elle retourna s’asseoir, légèrement essoufflée. Finalement, je ne sais pas trop… Peut-être aurait-il fallu que jamais ils ne soient cachés et que la question ne se pose même pas… Combien de dragonneaux meurt un peu partout parce que son lié n’a jamais été trouvé… Cette idée l’attristait. Tant de petites vies volées avant même d’avoir réellement commencé. Elle soupira doucement, silencieuse quelques instants, réfléchissant un petit peu à tout ça avant de secouer la tête.

- Comment intégrons-nous les différents clans ? Est-ce qu’on est ‘choisis’ ou bien on pousse une porte et on signe quelque part ? Je ne connais pas du tout… Ce genre de pratique. Le seul ‘clan’ dont je fais partie m’a été attribué avant que je ne sois en âge de décider. L’orphelinat, Gaia… Et après elle avait été seule.

- Parlez-moi du don… S’il vous plait.



Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2012
Messages: 204
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 119
Race: Elfe
Âme Soeur: Thémos
Fonction: Inquisiteur Suprême
Affiliation: Clan Introverti
Alignement perso: Neutre Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Ven 11 Sep 2015 - 15:35 Répondre en citantRevenir en haut

- Vous avez bien compris. Il faut toutefois nuancer mes propos. Même s’il est vrai que trois Clans, donc trois courants de pensées, cela semble bien peu et réducteur pour la population de tout un Kaerl, il existe de nombreuses divergences d’opinions au sein même des Clans. L’unicité est une force et tout à la fois une faiblesse. Ainsi fonctionne le Màr Tàralöm depuis la disparition de nos ancêtres Valherus.

Une bourrasque de vent, qui n’avait rien de naturel, ébouriffa les cheveux des quelques gens d’armes qui s’entraînaient à cette heure matinale sur le sable de la Fosse. L’arène à demi désertée fut survolée par un vieux Brun au vol agité, chevauché par une épaisse silhouette vêtue de mailles d’acier. Eléderkan Garaldhorf, en fin limier et surtout en tant qu’habitué des mœurs de ses pairs, ne put s’empêcher de froncer le nez. Avec l’arrivée des premiers vrais combattants – des brutes épaisses pour la plupart selon son point de vu -, la Fosse allait se remplir de spectateurs bruyants, d’Aspirants en mal de corvées et de Sans-Dons à la recherche de sensations fortes. Cette complaisance dans la violence violait l’art même du combat. Et Eléderkan ne voulait pas assister à pareille traîtrise.

- Vous êtes un brin naïve, commenta-t-il avec un demi-sourire aussi fugace que le règne d’un éphémère. Les gens sans Clans, de l’opinion générale, sont peu recommandables pour la bonne et simple raison qu’ils sont libres de toute obligation politique. Leurs aspirations restent un mystère. Mais cette liberté est aussi leur prison : le prix est élevé pour qui veut rester indépendant ici. En revanche, vous avez bien saisi le sens de ma dernière question, même si votre réponse est toujours empreinte de candeur… Cela changera peut-être avec le temps. Quant au Don…

Il commençait à emballer leurs affaires, rajustait sa longue veste sur ses épaules lorsque surgit soudain leur sauveur. Un messager. Il salua l’Inquisiteur Suprême et lui remit un rouleau de parchemin scellé. Puis s’en fut sans demander son reste, à demi essoufflé. Pensif, Eléderkan ne pipa mot tandis qu’il déroulait le message et en prenait connaissance. Il fronça les sourcils. Signe de mauvais augures. Quelqu’un allait avoir des problèmes.

- Nous continuerons cette discussion ailleurs, Aspirante. Rassemblez vos affaires. Je dois rendre visite à une connaissance et vous allez m’accompagner.

L’elfe blanc marchait du pas vif et déterminé de qui a des affaires importantes urgentes à régler. Avec un soupçon d’irritation. Une fois éloignés de la Fosse, ils traversèrent un long corridor, tournèrent plusieurs fois sur la gauche, s’enfonçant dans un nouveau dédale de couloirs, toujours plus loin de l’air libre et des grandes avenues du Kaerl. Un portique recouvert de plantes grimpantes leur fit bientôt face. Eléderkan toqua puis entra sans attendre de réponse. Un capharnaüm puant l’encens et le parfum lourd des fleurs exotiques abritait une Maîtresse Blanche de sinistre réputation.

&

Calypso Lothië & Aïdowàng

Assise dans une chaise à haut dossier pour se prémunir des coups de poignard dans le dos, une humaine d’une cinquantaine d’années écrivait sur quelque épais registre de comptes, entourée de volumes à reliure de cuir et d’objets étranges parsemant son bureau. Elle ne daigna pas relever la tête lorsque le Maître Bronze et son apprentie pénétrèrent dans son antre. Tout au plus ses lèvres s’incurvèrent en un sourire amusé.

- Que puis-je faire pour vous, Maître Garaldhorf ? s’enquit-elle d’une vous suave.
- Aspirante, je vous présente dame Calypso Lothyë, notre plus éminente négociante, prêteuse sur gage et huissière du Màr. Non contente de travailler sous les ordres de l’Intendant Général, pour gérer l’apport de marchandises étrangères et en surveiller l’écoulement, elle prend également plaisir à semer la discorde dans l’échelle des prix lorsqu’elle en a le temps.

La femme releva enfin la tête. Ses yeux violets étincelaient. Sous une opulente chevelure blanche, qui avait jadis dû être blonde, dans cette figure faussement aimable, son sourire s’agrandit. Mais l’éclat de ses prunelles restait froid.

- Vous me flattez, monsieur.

Elle trempa sa plume d’oie dans l’encrier et recommença à inscrire des chiffres, pratiquement sans les regarder.

- Vos visites me manquaient. A une époque, vous veniez plus souvent demander mes conseils. Vous m’êtes redevable de quelques bons services, souvenez-vous-en.
- Je n’oublie rien, Maîtresse Lothyë. Rappelez-vous que vous me devez aussi une faveur. Une faveur considérable, qui pourrait bien racheter toutes vos dettes.
- Et les vôtres ! Sommes-nous quittes dans ce cas ?
(Sourire mielleux.)
- J’en doute.

Calypso se renfrogna aussitôt avec un grognement de dépit. D’ordinaire ses petites joutes verbales avec l’Inquisiteur Suprême la distrayaient. Aujourd’hui, pour elle ne savait quelle raison, elle savait qu’elle n’allait pas aimer la suite. Que ce maudit fouineur quitte son comptoir, qu’il aille voir donc chez Isashani si elle y était ! Elle avait patiemment haïs chacun des hommes qui avaient occupé cette fonction par le passé. Celui-ci ne ferait pas exception.

- Aspirante, voici une sans Clan. Sans affiliation politique clairement définie. Voilà le parfait exemple pour illustrer mes propos. Pour intégrer un Clan, c’est d’abord très simple. L’Aspirant est placé sous la tutelle du Maître et devra donc suivre son affiliation. Vous êtres Introvertie car je suis membre de ce Clan. Après votre émancipation, grâce à l’Empreinte, vous gagnez le droit de faire vos propres choix. Par une audience avec le Haut-Représentant du Clan que vous souhaitez, ou une lettre de recommandation, peu importe, vous intégrez le Clan. Ce n’est pas un choix à prendre à la légère. Tout le Kaerl sera au courant de votre choix, vous jugera pour cela et, si vous faites ce choix pour de mauvaises raisons, vous risquez de le regretter toute votre vie. N’est-ce pas, Maîtresse Lothyë ?

L’intéressée ne broncha pas. En revanche, son assistante jusque-là silencieuse, au point d’en devenir presque invisible, émit un grondement très draconique. Pâle et maigre, aux dents pointues, la Blanche de Calypso foudroyait le Maître Bronze des yeux. Même sous sa forme humanoïde, la dragonne paraissait frêle et décharnée, ce qui n’enlevait rien à son charme très inquiétant. Aïdowàng, issue d’une couvée sauvage, faisait parfois peur aux autres dragons eux-mêmes.

- Maîtresse Lothyë choisit, il y a longtemps de cela, le Clan Introverti. A la suite de quelques alliances malheureuses, elle en fut chassée. Elle fait croire à tout le monde qu’elle l’a délibérément quitté mais les plus anciens d’entre nous ne seront de cet avis.
- Vous venez pour quoi, au juste ? M’humilier davantage ? Je vous connaissais plus charitable, Eléderkan !
- Loin de moi l’idée de vous offenser, très chère. Je souhaitais seulement clarifier certains points de mon enseignement avec ma jeune élève. Et puisque je suis là, nous pourrons également discuter de cette odieuse note que je viens de recevoir…


L’elfe posa son regard sur Manea, oubliant un instant la présence de la harpie et de sa Liée. Il attendait ses réflexions.



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:38 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu