Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Barreaux et cages Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Aeon Givrecroc
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 7 Sep 2014 - 14:44 Répondre en citantRevenir en haut

Début Flarmyaku 918



Cela fait maintenant trois jours qu'Aeon est enfermé, prisonnier suite à la mort de sa dernière amante. La rumeur a rapidement couru en ville qu'un prostitué avait tué une des dames de la ville, et nombreux étaient ceux qui déjà réclamaient sa tête à corps et à cri. Le procès, pour peu qu'il y en ai un, ne durerait guère, et il est évident qu'il ne tournerait pas en faveur du jeune humain. Le mieux qu'il puisse espérer à ce niveau, c'est la prison à vie, ce qui avait très très peu de chances d'arriver. Nul doute que le véritable meurtrier ferait pression pour que l'on tue le jeune homme.

Aeon pousse un soupir en s’appuyant contre le mur de sa cellule, levant les yeux au plafond, tentant de récapituler la série d’évènements qui l’avaient mené là. Et par là même, de chercher un moyen de s’enfuir, ou de réussir à se sortir de ce guêpier. Après avoir rapidement fait le tour, la conclusion s’imposa d’elle-même : sans un miracle ou une aide extérieur inespérée, ce serait totalement impossible. Il ne pouvait donc plus faire qu’une chose, se mettre au fond de sa cellule, et prier pour obtenir le dit miracle.

Un bruit sourd contre les barreaux de sa prison lui fait détourner sa tête, regardant vers un garde qui se trouve juste devant la porte de sa cellule. Il tient en main un plateau repas, sur lequel se trouve un repas certes simple, quelques radis, une pomme de terre et des pilons de poulets, mais en quantités suffisantes que pour le nourrir à sa faim. Il regarde le mâle d’un air amusé, visiblement content de le voir derrière les barreaux. Il jauge rapidement le jeune homme du regard, méprisant et supérieur, ricanant ensuite légèrement.

A ta place je profiterais de ce repas, raclure. Y a de grandes chances que ce soit ton dernier ! Demain, tu pendras au bout d’une corde, te balançant doucement pendant que les corbeaux te bouffent les yeux !

Il éclate de rire, balançant le plateau dans la cellule, la moitié de son contenu tombant dès lors au sol. Il se détourne alors, abandonnant le jeune gigolo à son sort. Aeon s’avance, ramassant ce qui lui parait encore mangeable, chassant la poussière qui s’y trouve d’un coup de manche*

Je ne suis pas encore condamné !Par tous les dieux, j’ai même pas encore été jugé ! Où est la justice là-dedans ? Je suis forcément coupable, je n'ai même pas mon mot à dire sur la question?

Il s’époumone visiblement dans le vide, aucune réponse ne lui venant des gardes locaux, ayant visiblement appris à ne pas s’occuper des cris et plaintes de prisonniers. Il pousse alors un long soupir avant d’aller s’assoir sur le banc qui lui sert également de couchette, dévorant lentement les restes de son plateau.

Enfoiré de seigneur… j’aurais dû me douter qu’un jour ça finirait par arriver… Qu’ils finiraient par me trahir et trouver un moyen de me foutre dans un sacré nœud de problèmes ! L'argent... et le pouvoir! Pouha! Il semblerait que Luskan avait raison finalement, et qu'ils finissent par corrompre les gens!


Aeon finit rapidement de manger, posant son plateau près du bord de la cellule, attendant dès lors que quelqu’un le reprenne. Il s’étant sur sa couchette, les mains derrière la tête, fermant les yeux en continuant à se concentrer sur le problème, cherchant une solution appropriée.
Publicité





MessagePosté le: Dim 7 Sep 2014 - 14:44 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Dymphnea Niedryn
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 269
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 209
Race: Demi-Elfe
Âme Soeur: Sele'nti
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 8 Sep 2014 - 15:16 Répondre en citantRevenir en haut

Le continent du Ssyl'Shar est une terre hostile aux journées étouffantes et aux nuits glacées. Dymphnea l'appréciait comme on aime les fragrances exotiques, de loin et par petites touches. Ce qui ne l'empêchait pas de trouver dépaysant d'aller se perdre quelques fois dans ses marchés colorés, où se mêlaient vendeurs d'étoffes précieuses et marchands de bestiaux - le plus souvent des chèvres racornies -, tire-laines et mendiants aux guenilles en lambeaux.

Sele'nti la laissait vaquer pour gagner le ciel, se jouant des courants capricieux pour aller narguer l'astre à la chaleur accablante. Il s'abstenait généralement de chasser, préférant garder le recours de l'Interstice pour voler au secours de sa liée si nécessaire. Dymphnea avait la prudence de se munir de son épée mais on avait bien vite tendance à croire que la Demi-elfe s'était laissée tenter par une virée fantasque et qu'elle n'en était munie que par caprice. Aucun voleur aussi audacieux fut-il n'avait jamais osé supposer que Sele'nti n'avait des crocs et des griffes que par caprice de Flarmya, aussi était-il une menace dissuasive des plus efficaces.

° Dis plutôt que tu as peur qu'une certaine marchande de perles me demande où est passé le si charmant Neishaan qui m'accompagnait la dernière fois ! °


Sele'nti ne répondit pas à la provocation gratuite de sa liée. Si loin de Tol Orëa, les gens du communs étaient sujets à de multiples superstitions. Sele'nti pouvait bien prétendre n'être pas un Neishaan mais un monstre sanguinaire, il ne faisait qu'arracher des sourires intrigués à ces dames.

Agacé, le dragon blanc s'en était allé voler à la périphérie de la cité, se posant sur le toit d'une muraille basse. Un garde en faction avait manqué de s'évanouir en le voyant et s'était enfui en courant, abandonnant sa lance. Sele'nti avait bien essayé de lui intimer le silence, mais ses pensées n'avaient pas même pu l'effleurer.

Un groupe plus important et plus téméraire de gardes revint à l'assaut. Leur chef lança un regard à Sele'nti, fit le tour de ses gards et lâcha :
« M’a pas l’air bien dangereux votre crapaud. »

De toute évidence, le chef des gardes en faction n'avait pas obtenu son poste pour son excès de zèle.
« On est payé pour que personne sorte de là. Jamais eu la consigne d'empêcher quiconque de l'extérieur de grimper sur les toits, monstre inclus. »

° Bien dit. ° répondit Sele'nti à l'intention du groupe, mais aucun ne fut à même de capter ses pensées.

Alors que le dragon se voyait contraint d'admettre qu'aucun des bipèdes présents n'avait la capacité d'entendre son ironique bénédiction, il perçut la présence du Don. Sa liée n'ayant pas l'habitude de faire ses emplettes dans les prisons, il fallait donc que quelqu'un soit capable d'entendre les dragons et peut-être de devenir un aspirant acceptable. On faisait rarement de vieux os dans les prisons du Ssyl'Shar, la chose était donc possible...

Sele'nti se laissa planer jusqu'au chemin de ronde, puis jusqu'à la cour. Il replia ses ailes avec élégance, avança d'une démarche assurée, baissa la tête en signe de paix à l'encontre des bipèdes éberlués qu'il croisait. Généralement, le dragon blanc préférait passer inaperçu. Il ne survolait jamais les villes et les villages en rase-mottes. Mais il savait aussi pertinemment que, si les gardes de la prison ébruitait le récit de ce jour, il n'en ressortirait rien qu'une mauvaise excuse pour dissimuler l'évasion honteuse d'un prisonnier ou une sorte d'hallucination collective.

Le dragon blanc parcourut les couloirs, descendit un escalier et, alors qu'il s'avançait vers les cellules des prisonniers, fit face à un garde peu rassuré, qui lui bredouilla que les visites n'étaient pas autorisées. D'un grognement hérissé de dents, Sele'nti se fraya un passage, le garde jugeant qu'en fin de compte, si un monstre blanc dévorait l'un ou l'autre des prisonniers cela n'avait pas tant d'importance. Certains de ses camarades, qui n'avaient suivi le dragon que pour rire sous cape commençaient à lancer des paris pour savoir qui le monstre dévorerait ou non. L'un voulait le voir dévorer le voir dévorer une jeune catin efflanquée, coupable d'avoir soi-disant refiler le mal d'entre ses cuisses à un honnête homme de la ville, les autres pariaient sur un troubadour au joli minois qui aurait bien mérité de se voir raccourci d'une tête.

Sele'nti se coucha en sphinx dans le couloir, à la hauteur de la cellule d'Aeon.
° Ca n'a pas l'air très bon. ° lui signifia-t-il en lorgnant d'un oeil moqueur son plateau de fortune.



Aeon Givrecroc
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 8 Sep 2014 - 22:05 Répondre en citantRevenir en haut

Enfermé au fin fond de la prison, concentré sur son problème de survie évident, c’est à peine si Aeon entend le remue-ménage qui se déroule au-dessus de lui. Il fouille sa mémoire, ses connaissances passées pour tenter de trouver une solution au problème qui l’accapare pour le moment, ne parvenant même pas à envisager un début de fuite ou d’échappatoire. Rien.

C’est dans cet état d’esprit qu’il entend pour la première fois parler le dragon installé à côté de sa cellule. Aussi, dans l’état de concentration mêlé de désespoir dans lequel il se trouve, ne se rend-il pas immédiatement compte que la voix résonne dans son crâne et non dans la pièce autour de lui. Il pousse un soupir, essayant de reprendre place dans la réalité, avant de se tourner lentement vers le couloir.

Les prisons ne sont pas vraiment reconnues pour…


Il s’arrête au milieu de sa phrase en se rendant compte de la personne, ou plutôt de la chose, à qui il s’adresse. Toute une série d’émotions passent alors par son crâne, quasiment simultanément : surprise, incompréhension, terreur. Il a un monstre à côté de cellule, un lézard géant pourvu d’ailes qui le regarde. Ou plus précisément qui regarde les restes sur son plateau… Se pourrait-il que ce soit lui qui ait prononcé cette dernière phrase ? Il avait, bien sûr, entendu des légendes et des histoires sur les dragons. Il avait même joué le rôle d’un dragon dans un spectacle à thème lorsqu’il vivait encore avec le cirque. Mais jamais, jamais il n’aurait cru que ces bêtes fantastiques existaient vraiment.

Il fait donc, après ce très bref temps de réalisation, la seule chose qui lui paraisse logique à ce moment : se reculer le plus possible contre le mur du fond de la cellule, aussi loin que possible de ce lézard de feu potentiellement mortel, en priant les dieux pour qu’il ne soit pas affamé, et qu’il ne lui en veuille pas personnellement, pour une raison ou un autre. Un bref instant, un éclair de paranoïa lui fait croire que c’est le véritable meurtrier qui lui envoie le dragon pour le faire taire de façon… définitive, avant de chasser cette idée, complètement ridicule, aussi rapidement qu’elle est venue. Après tout, personne ne sais comment contacter un dragon, pas vrai ?

Il déglutit, terrifié à la vue du puissant reptile de feu, cherchant une arme, un bouclier, quelque chose pour se défendre. Il finit par se jeter sur le plateau à nourriture, qu’il tient devant lui comme un bouclier, bien conscient que la bête face à lui pourrait réduire ce misérable obstacle en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Que… qu’est-ce que vous me voulez… vous allez pas me manger hein ? Noooooon nooooon…personne ne veut manger le bon vieux Aeon… il est trop maigre pour ça pas vrai ? Je... pitié?
Dymphnea Niedryn
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 269
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 209
Race: Demi-Elfe
Âme Soeur: Sele'nti
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 9 Sep 2014 - 10:06 Répondre en citantRevenir en haut

Ainsi donc, ce grand gamin aux allures de roublard avait le Don... Sele'nti eut un rictus carnassier, ce faux sourire qui n'avait d'autres conséquences que d'offrir à la vue des dents tranchantes et menaçantes. Sele'nti avait beau être un petit dragon, on lui collait facilement l'étiquette "dangereux" lorsqu'on n'avait pas la chance d'être un maître dragon lié d'une créature plus conséquente. Et le Ssyl'Shar n'était pas réputé pour ses dragons.

L'humain amorça une réponse, avant de s'aviser de l'entièreté de la situation. Le dragon blanc dut se retenir de lever les yeux au plafond. A trop adapter son apparence Neishaane il finissait par trouver plaisante certaines mimiques des bipèdes, mais elles manquaient désespérément d'allure sur un dragon.

Son interlocuteur ne finit pas sa phrase, jugeant manifestement qu'il était malvenu de parler gastronomie avec un lézard ailé géant. Sele'nti ne le blâmait pas. A sa place, il aurait certainement fini par manger une chaise plutôt que de se consacrer à un recueil détaillé comparant les diverses prisons du Ssyl'Shar.

L'humain recula, s'enfuyant en fond de cage avec un dérisoire plateau comme bouclier. Le dragon blanc eut un sifflement agacé. S'il avait véritablement eut le dessein de manger quelqu'un, il se serait épargné les couloirs et les escaliers de la prison.

° Je préfère quand ma nourriture n'est pas pourrie à l'intérieur. °

La justice du Ssyl'Shar n'était peut-être pas la meilleure du monde. Peut-être l'étrange gaillard avait-il juste joué de malchance. Mais statistiquement, quand on pioche ses aspirants parmi les repris de justice, on ne s'attend pas à les découvrir immaculés comme neige fondante. Dymphnea avait formé pire vaurien, elle n'était pas à un près.

° Cessons de parler de nourriture. °

Pour un dragon que l'usage de l'Interstice condamnait à une diète temporaire, la conversation n'était pas des mieux choisies.

° Rares sont les bipèdes capables de m'entendre. Tu es le seul dans toute cette prison. Tu as un don. Le Don. Alors cesse de te comporter comme si tu avais une souris dans tes chausses. °

Le dragon blanc avait posé la tête entre les pattes et prit l'intonation de devoir forcé qu'il employait lorsqu'il se laissait convaincre par sa liée de former leurs aspirants. Sele'nti était un instructeur de mauvaise grâce, habitué aux faits que les dragons naquissent nantis d'évidences pérennes. Il était réticent à accepter que les bipèdes n'aient pas eu cette idée judicieuse et que ceux-ci ne gardassent aucun souvenir des murmures attentionnés de leur mère au point qu'il faille perpétuellement tout leur réexpliquer depuis les bases.

° Là d'où je viens, chaque individu de mon espèce se lie pour l'existence entière avec un bipède doué du Don. Ils deviennent alors l'un pour l'autre aussi important que leur propre existence. J'avais dans l'idée de t'emmener là-bas. °


En vérité, Dymphnea était assez peu regardante sur le passé de ses aspirants fut-il sombre ou doré. Etant née au Màr, elle était tout à fait consciente que l'existence était plus aisée entre ses murs que pour les gens du commun sur la multitude des continents. Elle avait coutume de penser que, si ses aspirants avaient mal agis, c'était qu'ils n'avaient pas forcément eu d'autres choix à leur portée, ou que ceux-ci avaient trop peu de chance de leur apporter satisfaction. Mais Dymphnea n'était pas là.

° Seulement, je suis l'un des plus petits spécimens de mon espèce. Mes pairs sont presque tous plus grands que moi et plus fiers aussi, et je ne puis exclure qu'ils ne soient pas intéressés par l'idée de se lier à un coupe-jarret froussard tiré des bas-fonds du Ssyl'Shar. °

Le dragon blanc tourna la tête vers Aeon, ses yeux miroitant, opalescents, indéchiffrables.

° Qu'as-tu donc fait pour te retrouver dans ce trou à rats ?°



Aeon Givrecroc
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 10 Sep 2014 - 16:15 Répondre en citantRevenir en haut

Aeon, lentement, progressivement, finit par se calmer. La surprise, et la panique, qu’avait provoqué l’apparition du dragon est passée, et il le regarde à nouveau, plus interrogatif cette fois, tentant de comprendre ce que fait là l’immense animal. Il ne peut s’empêcher d’admirer le reptile, la blancheur de ses écailles et sa finesse naturelle, reprenant ses esprits lorsqu’il lui parle, écoutant son histoire de Don, de plus en plus attentif.

Il ignore si le dragon lui ment ou non. Cependant, une chose est sure, cela vaut la peine d’écouter. Si ce qui est dit est vrai… Les implications sont nombreuses. La première, et la plus évidente, est bien entendu que cela entraine sa sortie de cette geôle et sa survie immédiate. Ce qui, globalement est un assez bon point.

Mais à plus long terme… Se lier ainsi avec un dragon, à vie avait un nombre d’avantage assez important. Outre le simple fait que cela lui donnerait un prestige et une allure invraisemblable. Quant à l’idée que l’autre soit plus important que soit… il n’y croit pas. Pas vraiment. Non pas qu’il ne pense pas qu’on puisse se lier d’amitié avec ces créatures, celle en face de lui lui prouvant clairement qu’elles possèdent intelligence et… caractère. Mais un lien aussi profond… Non. Il n’y croit pas.

Enfin, lorsque Sele’nti termine son laïus de présentation, sur sa question finale, le jeune voleur grimace, craignant que sa réponse ne lui plaise guère. Après tout, même s’il sait qu’il n’a pas commis le meurtre pour lequel il est enfermé, Aeon n’a aucune façon de le prouver, ne pouvant compter que sur sa bonne foi en la question. Un dragon accepterait-il comme Lié un assassin ? Pire, le meurtrier d’une femme endormie ? Il déglutit alors, avant de regarder le dragon, se préparant à utiliser ce qui reste son moyen de conviction principal : son charme inné.

Je suis enfermé ici par erreur, j’en ai bien peur… On m’accuse d’un meurtre ignoble, d’un assassinat cruel, et sans pitié, dans lequel je le jure, je ne suis pas impliqué ! C’est le véritable meurtrier qui tente de me faire accuser à sa place. Mon seul et unique crime aura été de trop aimer les femmes, et d’avoir voulu séduire la mauvaise. Je ne pense pas mériter la mort pour autant !

Il s’incline, respectueux, devant le dragon qui l’observe, se doutant qu’il joue sa vie sur cette rencontre. Lorsqu’il se relève, c’est le visage humble qu’il regarde Sele’nti, reprenant la parole d’une voix plus calme.

Je n’ai hélas nulle preuve de ce que j’avance, nul moyen de vous prouver ma bonne fois. Je ne peux que vous demander de me croire sur parole, et sur ma bonne foi. J’accorde que croire un homme enfermé dans une cellule est complexe, mais j’ose espérer qu’une créature telle que vous peut voir au-delà des apparences, et juger un être pour ce qu’il est, et non ce qu’il semble être !

Il baisse la tête à nouveau, attendant le jugement du dragon.
Dymphnea Niedryn
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 269
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 209
Race: Demi-Elfe
Âme Soeur: Sele'nti
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 11 Sep 2014 - 11:10 Répondre en citantRevenir en haut

Sele'nti était, en dépit des apparences qu'il se plaisait à se donner, un dragon patient. Ses accès étaient rares et s'il rechignait à les instructeurs et les mentors, c'était davantage par mépris de l'image qu'il offrait ainsi que par réelle impatience. Il laissa donc à l'Humain le temps de se ressaisir et d'admettre que les monstres ne taillaient pas nécessairement le bout de gras avec leur garde-manger.

Peut-être s'imaginait-il encore que ce beau discours n'était là qu'au seul bénéfice d'endormir sa méfiance. Les légendes étaient plus enclines à peupler leurs lignes de lézards volant dévoreurs d'enfants que de créatures prêtes à aliéner leur vie à des bipèdes insignifiants. Sele'nti n'en avait cure. Si le doute persistait, il s'étiolerait lorsque l'Humain verrait l'Agora du Màr Luimë, ses petites boutiques proprettes agencées sous le vol majestueux des dragons. La banalité de cette vision suffisait à appuyer la réalité du kaërl.

Enfermé par erreur... Sele'nti eut un rictus carnassier. Il ne jugeait pas l'Humain coupable ou innocent - il s'en moquait comme d'une guigne en vérité - mais ne se laisserait pas convaincre que celui-ci n'avait pas d'une manière ou d'une autre, été enfermé parce qu'il avait une bonne tête de coupable ou parce qu'on avait réellement des choses à lui reprocher. La justice était parfois un peu expéditive au Ssyl'Shar, mais on se donnait la peine d'enfermer les criminels pour un simulacre de jugement avant de les laisser pendouiller au bout d'une corde. Si on avait juste voulu faire un exemple du sort de l'Humain, la première place publique venue eut été tout aussi adaptée.

° J'ai trouvé un aspirant, Yphna. °
adressa-t-il à sa moitié d'âme.

° Vraiment ? Ne le tourmente pas trop. °
lui répondit l'intéressée, qui n'avait pas besoin de voir son lié à l'oeuvre pour savoir de quelle rudesse il pouvait parfois faire preuve dans ses révélations.

Le dragon jeta un regard en biais au prisonnier. Il était assez probable que celui-ci ne lui dit pas tout, prêt à accorder suffisamment de moralité à un dragon pour s'imaginer qu'il le jugerait selon des moeurs humaines. Sele'nti s'en moquait. Au mieux, c'était un meurtrier, peut-être un violeur. Au pire, c'était un bougre naïf bercé de contes enfantins qui s'imaginait qu'une femme pouvait suivre son désir ou son cœur plutôt que l'amère loi des hommes.

° Il a scellé son propre sort, il croupit au fond d'une prison. ° riposta le dragon, narquois.

° Est-ce une raison pour ajouter à son supplice ? Des crocs et des énigmes, et tu ferais pire geôlier que beaucoup. °

Le dragon blanc riva son regard d'opale sur l'Humain.
° Je ne creuserai pas tes mensonges, prisonnier. S'ils révoltent mes pairs, alors tu seras seul sur les Sables, condamnés à voir triompher les autres Candidats, tandis que tu resteras seul. Si ton être est de quelque valeur, alors tu te lieras à un dragon et le ciel tremblera sous son vol. °

Sele'nti se redressa d'un bond leste, cracha les flammes sur la serrure de la grille au point d'en rendre le métal malléable et s'appuya de tout son poids sur la porte qui crissa dans ses gonds.

° Nous ne faisons que discuter courtoisement. Je doute qu'il craigne mes railleries. C'est un meurtrier. °

La serrure lâcha et la grille alla heurter le mur dans un claquement sourd.

« Le monstre ouvre les portes ! » beugla un garde. Un de ses collègues lui répondit, évoquant l'interdiction formelle de s'échapper le bâtard qui avait trucidé la femme du dirigeant local. Personne n'avait envie de jouer les héros, mais la crainte des représailles hiérarchiques avait toujours un petit effet. Un petit groupe de gardes revinrent, l'un tenant une lance en tremblant, les autres des hallebardes et les deux derniers, plus futés, de redoutables arbalètes.

Le dragon blanc cracha le feu une seconde fois, pour intimer aux gardes de rester à distance.

° Je crains qu'en vérité il soit trop difficile de te tirer d'ici. Mieux vaut que je te dévore, d'autres pourraient user de ton Don, ce serait... regrettable. °

Les arbalétriers n'osaient pas tirer. Ils ne voulaient pas que le prisonnier s'échapper. Qu'il meure étripé par un dragon ne serait qu'un malencontreux accident. Ils ne risqueraient pas de s'attirer la colère d'un monstre qu'ils n'étaient pas certains de pouvoir contrôler dans un souterrain. Peut-être avaient-ils pour projet d'abattre le fuyard potentiel plus que lui-même, mais Sele'nti n'avait pas l'intention de s'attarder pour le savoir.

Ce qu'il savait, sans la moindre hésitation, c'était qu'il lui fallait entrer au contact de l'aspirant pour l'attirer dans l'Interstice. Aussi s'approchait-il d'une démarche menaçante, montrant les crocs obligeant l'Humain à reculer en fond de cellule. Il n'aurait plus qu'à se saisir de lui pour disparaître.

° Les habitants du Ssyl'Shar sont promptes aux négociations les plus terre-à-terre, peut-être serait-il possible de racheter la vie de ton prisonnier. °
l'avisa Dymphnea, qui avait manifestement pesé un certain temps sa décision avant de proposer d'acheter la liberté d'un meurtrier.

Sele'nti sourit intérieurement.



Aeon Givrecroc
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 16 Sep 2014 - 15:13 Répondre en citantRevenir en haut

Bon point. Visiblement le dragon avait trouvé au minimum son histoire intéressante. Bon point. Il avait brulé les verrous de sa cage, le libérant pour de bon. Mauvais point ? A peu de choses près tout le reste. La présence des gardes, la menace que ces derniers faisaient poser sur eux deux, et principalement et surtout, le fait que son sauveur menace dès a présent de le manger.


Très très mauvais point.


Je ne suis pas certain que ce soit véritablement la meilleure des solutions ! Après tout, nous pouvons, j'en suis sur, nous arranger avec ces charmants messieurs. Après tout, il est connu que les gardes locaux font preuve d'une grande sagacité ! Et des hommes si sages ne voudraient pas se mettre sur la route d'un lézard géant cracheur de feu fermement décidé à faire sortir un prisonnier de sa cellule !


Aeon déglutit, regardant l'immense bête qui avance sur lui en reculant lentement, rapidement bloqué par le mur du fond de sa cellule. Il tend alors les bras devant lui, geste dérisoire afin de tenter de repousser ce qui semble être sur le point de le dévorer, mettant ainsi un terme à sa vie. De manière plus prématurée encore que prévu. Le jeune homme fait tourner ses méninges, tentant de trouver la meilleure solution possible à son problème, tout en cherchant une échappatoire du regard.


Sans compter, seigneur dragon, qu'il ne faudrait pas que je vous rende malade ! Après tout, cela fait bien longtemps que je suis ici maintenant... Et vous avez vu l'état de cette cellule, et la nourriture que l'on nous sert ! Je dois être un véritable foyer à maladie... Vous ne voudriez pas de cela dans votre estomac n'est-ce pas ? Je... Je suis sur que si nous promettons de ne jamais revenir... et de les laisser en vie, ces charmants gardes affirmeront que vous m'avez tué !


Il supplie le dragon du regard, espérant toujours pouvoir s'en sortir sans dommages. Dans le pire des cas, il pourrait toujours essayer de glisser sous la bête, et de passer entre les gardes, les immobilisant un instant à l'aide de son ombre. Ses chances de s'en sortir étaient presque nulle, mais presque aucune chance, c'est nettement plus que le nombre qui l'attendait entre les crocs d'ivoires du dragon.


[HRP : c'est vraiment court et il m'a fallut du temps, je suis vraiment désolé T_T Je suis moins doué que je ne le pensais pour la longueur]
Dymphnea Niedryn
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 269
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 209
Race: Demi-Elfe
Âme Soeur: Sele'nti
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 18 Sep 2014 - 11:03 Répondre en citantRevenir en haut

[HRP/ Aucune importance, tu n'es pas payé à la page. =p J'ai pris la liberté d'accélérer les choses, si ça te convient pas, mp moi. x)/HRP]

Sele'nti eut un grognement désapprobateur, qui eut au moins l'effet apprécié de le conforter dans son rôle de prédateur affamé. Fallait-il vraiment qu'il rappelle aux gardes que le dragon pouvait l'enlever ? A voir l'émoi que son sort suscitait, plusieurs personnes étaient manifestement disposées à risquer leur vie pour s'assurer que celle du meurtrier supposé prit fin.

Le dragon blanc s'efforça de ne pas réagir. Les monstres et les fauves ont cela en commun qu'on loue plus souvent leur instinct et leur férocité que leur capacité à percevoir comme intelligible les discours des bipèdes.

L'aspirant potentiel eut la seule bonne idée de réagir ainsi qu'il convenait avec une appréhension aussi sincère que véritable. Il n'y a pas d'issue, sinon la grille affaissée où patientent nerveusement les arbalétriers.

Le dragon blanc esquisse un sourire carnassier, amusé malgré lui par l'argumentation du prisonnier. Ignore-t-il que le choix d'un prédateur se porte toujours sur le plus faible du troupeau, et que la brebis galeuse sera toujours la première à y passer ? Il n'est guère permis de faire la fine bouche quand on espère chasser sans trop s'épuiser. Et si Sele'nti est l'un des plus habiles au vol de son espèce, il ne peut se rire aisément de la vengeance d'un troupeau déchaîné.

Quant aux gardes, Sele'nti avait grand-peine à croire que ceux-ci accepteraient de le faire passer pour mort sans avoir sous la main sa dépouille éviscérée. Mais ce n'était qu'un détail à présent. La distance qui le séparait du prisonnier s'amenuisait. Les gardes s'en remettaient à ce qu'ils avaient vu. Ils s'attendaient à ce que le dragon dévore le prisonnier.

Sele'nti bondit. Malgré sa petite taille, il n'avait pas en intérieur l'habileté qu'il avait dans les airs. S'il déployait les ailes, elles seraient bloquées par les murs de la cellule. Il sauta donc lourdement sur le prisonnier et, avant que celui-ci n'ait eu le temps de se débattre ou même d'accuser le choc, il se fondit dans l'Interstice, emportant avec lui Aeon dans une éternité glacée.

Le temps pour Sele'nti d'affermir sa prise, et ils troquèrent le froid d'entre les mondes pour la tiédeur délicieuse des Bains céruléens. Sans ménagement, Sele'nti lâcha son trophée dans un bassin -en ayant pris soin d'en choisir un dont la profondeur ne dépassait pas le mètre. Le dragon blanc n'était pas assez mesquin pour essayer de noyer ses futurs aspirants, et bien trop pour ne prendre aucun plaisir à l'hypothèse de devoir les repêcher.

° Je gage qu'il faudra peut-être plus qu'un bain pour vous rendre présentable. Si je ne puis vous défaire de votre statut de repris de justice, peut-être pourrons-nous faire quelque chose pour vos allures de vauriens. °
l'avisa Sele'nti, narquois.

Le dragon avait pris place dans un bassin d'eau très chaude, et il laissait l'eau le laver du sable du désert. Vaine tentative, car il lui faudrait tôt ou tard retourner au Ssyl'Shar au service de sa dame.



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:22 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu