Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP Epistolaire]Lettres perdues, retrouvées, échangées. Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Nechama Sa’El Han
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 23 Aoû 2014 - 22:16 Répondre en citantRevenir en haut

Gaïaku, année 918



Un lézard de feu céleste se téléporta auprès d’Aaron, lui tendant une lettre. L’écriture était soignée et pouvait facilement être discernée comme celle de son cousin. Après tout, Aaron la connaissait : il recevait régulièrement des lettres de son cousin.

Citation:
Cher Aaron,

Ceci fait maintenant une semaine que je suis parti. Figure toi que j’ai été rejoint par Meccaya : ne t’inquiète donc pas, il ne risque rien à mes cotés.

J’imagine que tu es rentré chez toi. Pour notre part, un voyage assez important nous attend. Malheureusement, je ne peux pas t’en parler… mais comprends là en notre silence –car Meccaya également doit garder secret sur notre expédition- un besoin de comprendre la nature qui nous entoure. Avais-tu déjà remarqué, par ailleurs, que lorsque le soleil est haut dans le ciel, l’once sauvage aime siffler les pommes de ses voisins ? Oui, comme les merles. C’est là une découverte fabuleuse que nous avons fait.

J’espère te revoir bientôt.

Nechama.

PS : Si tu es resté chez moi, as-tu reçu une lettre de mon ami Vaïno ?


Si quelqu’un d’autre désire nous envoyer des lettres, cela me va. Après tout, il va y avoir plusieurs échanges


Dernière édition par Nechama Sa’El Han le Ven 24 Oct 2014 - 23:30; édité 1 fois
Publicité





MessagePosté le: Sam 23 Aoû 2014 - 22:16 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Meccaya Im'Awhël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 24 Aoû 2014 - 20:06 Répondre en citantRevenir en haut

Meccaya haussa les sourcils. Nechama était-il certain de ce qu'il lui avançait ? Pouvaient-ils vraiment écrire régulièrement à leurs familles, sans crainte ? C'était permis ? Malgré la nécessité du secret autour de Tol Orëa ? Cela lui semblait aussi risqué qu'attrayant. Son cousin lui affirmait l'avoir fait, lui assurait que c'était autorisé, tant que l'on ne révélait pas le secret. Bon, bon... Meccaya songea que, si son cousin se permettait une bêtise, il n'y avait pas de raison pour qu'iel ne se la permette pas non plus. Aaron accueillerait donc l'arrivée d'un second lézard de feu, muni d'une lettre à l'écriture... Disons, ni laide ni belle. Une écriture pratique, où certains mots devaient parfois se deviner. Oui, Meccaya n'avait pas encore acquis l'écriture exécrable qu'ont nos médecins.

Citation:

Aaron,

Pardonne-moi de n'avoir pu t'écrire plus tôt.
Ne crois pas que mon silence vaut un abandon. Je vous porte, nos parents et toi, dans mon cœur à chacun de mes pas. Ma précédente lettre était bien brève. Le voyage a pour nous été aussi soudain qu'imprévu. Désormais, je peux te le dire: Nechama et moi avons fait le bon choix, ce voyage nous comble de bonheur. Je regrette que vous ne puissiez être à nos côtés pour partager cela.

Aaron, puis-je te faire part d'une requête ? J'aurais aimé que tu rappelles à nos parents que je vais bien. Que tu apaises leurs angoisses, si angoisse il y a. J'ai en tête le portrait de mère, et son visage aux traits tirés par l'angoisse. Comme ces jours où nous attendions sa famille, ces jours où ils avaient du retard, où elle imaginait les pires scénarios, quand bien même ces derniers défiaient toute vraisemblance. Invente-moi une vie si tu le veux, Aaron, mens autant qu'il faudra, ou ne mens pas et dis-lui que je vais bien et que je l'aime, mais change-lui les idées. Montre-lui ma lettre, si un signe de vie peut la consoler.

J'ai besoin que tu m'écrives, Aaron. J'ai besoin que tu me parles d'eux, de toi, que tu me racontes vos aventures. Je sais que l'écriture n'est pas ta plus grande passion, mais je t'en conjure: tiens-moi informé. Je te répondrai, sois-en certain.

Embrasse nos parents, prends soin de toi.

Meccaya



Aaron Im'Awhël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 24 Aoû 2014 - 20:24 Répondre en citantRevenir en haut

Aaron avait failli écraser le second lézard de feu d'un énorme bouquin près de lui avant même qu'il ne délivre son message. Pourtant, l'idée de se venger sur un animal si inhabituel dans les contrées d'Undomë, et si agréable à regarder avait retenu son coup. Même s'il le regrettait bien maintenant que les mots de la lettre de son cadet, à l'écriture appliquée s'étalaient sous ses yeux.
Il l'avait lue et relue, comme il l'avait fait pour celle de Nechama. Et la colère était toujours aussi brûlante, bouillonnant dans ses veines. Leur écrire ?! Etait-ce une blague ? Ils disparaissaient tous les deux, avec seulement une lettre chacun, apportée par des collègues de son cousin, leur disant qu'ils s'en allaient. Et une semaine après, ils lui envoyaient une lettre, avec une normalité détonante, comme si leur voyage était prévu de longue date.
Pire ! Ils lui quémandaient des nouvelles, des lettres et des REQUETES !

Avec un cri de rage, Aaron abattit sa main sur la table de bois dans un bruit sourd, puis fixa les flammes dans la cheminée, les feuilles tremblant dans ses mains qui ne contenaient plus ses émotions. Une larme, solitaire et silencieuse roula le long de sa joue, seul signe de l'immense vide qui l'emplissait à la vue de ces lettres presque joyeuse et débordante d'enthousiasme, alors qu'il faisait face à un abandon cinglant et douloureux.
Il observa les flammes dansantes qui se mirent à lécher le joli papier à lettre bordé de doré, lequel se recroquevilla sous l'assaut de l'appétit féroce de ce feu qui les consuma bientôt, à l'image même de l'état actuel de son coeur.

Je vous déteste..., murmura-t-il à la seule adresse du silence

Qu'ils soient heureux, il n'en avait cure.
Nechama Sa’El Han
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 24 Aoû 2014 - 20:51 Répondre en citantRevenir en haut

Le lézard de feu semblait inquiet à l’idée d’approcher trop Aaron. Si bien que, lorsqu’il amena sa lettre à Aaron, il la déposa et s’éloigna très rapidement. Il resta à disposition, caché dans la pièce, l’observant, pour savoir si celui-ci lui confierait une lettre en retour… Prêt pour partir au loin, bien évidemment.

Citation:
Cher Aaron,

Je n’ai pas eu de réponses de ta part… Est-ce que tout va bien ?

Je ne crois pas que Meccaya en ait obtenu non plus, il a l’air fortement inquiet. J’ai du le rassurer, encore et encore. Mais une réponse de ta part serait très positive : je ne pense pas que tu souhaites le voir pleurer.

Ma famille me manque, toi également. Résultat, je ne sais toujours pas si vous êtes ensembles. Ruth n’a pas voulu me répondre à ton sujet, déclarant qu’il valait mieux que ce soit toi qui me réponde car elle ne saurait le faire à ta place.

Donc je me répète mais… est ce que tout va bien ?

Notre voyage continue et il me remplit encore de joie. Nous avons rencontré plusieurs personnes qui nous accompagnent désormais, dont un certain Guilitane…. Et une certaine Lymdul qui, justement, semble être la copine de ce premier. Et si Guilitane semble être gentil… Lymdul… Tu me connais, Aaron, m’as-tu souvent entendu dire du mal des gens ? Et bien crois moi, celle-ci est très désagréable à vivre. La dernière fois, elle a été dire à Meccaya qu’il devait être plus sexy et a tenté de déchirer son haut pour dormir pour… lui faire un décolleté. C’était très gênant…

Bref…. A bientôt mon très cher cousin.
Meccaya Im'Awhël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 24 Aoû 2014 - 21:38 Répondre en citantRevenir en haut

Meccaya avait attendu. Oh, bien sûr, sa vie d'aspirant lui demandait tout son temps et toute son attention. Entre les cours, ses propres recherches, et les moments où iel crapahutait dans la Kaerl, iel ne se tournait pas vraiment les pouces. Sa table de chevet était encombrée de livres sur la médecine, sur les dragons. Des papiers volants et des carnets contenaient quelques notes qu'iel prenait. Mais cela ne l'empêchait pas d'attendre. La moindre écaille de lézard de feu réveillait son impatience et ses angoisses, et iel suffisait de peu de choses pour qu'iel se souvienne que sa famille était loin, qu'iel n'en avait pas de nouvelles. Iel avait appris que certaines personnes avaient leur famille ici, que toute la famille était Liée... Quelle belle histoire. Pourquoi la sienne n'avait-elle pas le Don ? Iel se sentait comme maudit. Mais iel n'aurait osé se plaindre: trop de jeunes gens étaient dans le même cas que lui, et iel était trop heureux de pouvoir bientôt retrouver l'autre moitié de son âme.
Un dernier regard mélancolique au plafond. Il faisait sombre, il était tard, il ne trouvait pas le sommeil. Enfant de sa mère, iel imaginait les pires scenarii, iel avait peur. Finalement, iel ralluma la petite bougie à côté de lui, et s'empara d'une feuille volante, d'encre et d'une plume.

Citation:
Aaron,

Je n'ai pas eu de nouvelles, pas de réponse. J'en viens à me demander si ma lettre t'est parvenue.
Qu'ai-je manqué, Aaron ? Qu'ai-je provoqué ? Est-ce grave ? Êtes-vous encore en Undòmë ? Il est inutile de m'y chercher. Ah, si seulement vous pouviez comprendre combien les choses sont simples... Je suis heureux là où je suis, Aaron, bien que je ne puisse en parler. Nechama est avec moi, il vous aurait prévenu si quoi que ce soit allait mal, si qui que ce soit me molestait, soyez-en sûrs. Ne me cherchez pas en Undòmë. Aaron, il faut que vous retourniez en Vaendark, que vous continuiez vos propres vies. Le destin est capricieux, et nul ne doit s'empêcher de vivre pour quelqu'un d'autre. Il faut que vous vivez, nos parents et toi. Trop de choses vous attendent pour que vous abandonniez dans l'espoir de me retrouver.

Aaron, je t'en prie, réponds-moi, dis-moi que je me trompe, que vous ne vous inquiétez pas, que vous vous en sortez très bien, que ma première lettre vous a suffit à comprendre qu'il n'y avait pas d'inquiétude à avoir. Ou dis-moi l'inverse, et je t'écrirai pour conjurer le sort. Parle-moi de Mère, de Père, parle-moi de ce que vous avez fait depuis mon départ, parle-moi de ce que tu veux, écris-moi. Je suis vivant, je vais bien, je fais de mon mieux pour te le montrer, tu vois ? Je peux difficilement faire mieux.

La moindre écaille de lézard de feu me rappelle le silence qui répond à toutes les questions que je me pose sur vous.

Prends soin de toi, veille sur eux...

Meccaya


Aaron Im'Awhël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 6 Sep 2014 - 13:56 Répondre en citantRevenir en haut

Début Flarmyaku, 918


Aaron observa la peur du petit lézard de feu, et il s'en voulu aussitôt de la manière dont il l'avait accueilli la fois précédente. Aussi, il posa les lettres pas encore ouvertes sur la table du salon, puis prit le soin de découper quelques morceaux de viande fraîche qu'il déposa dans une assiette avant de la mettre sur le rebord de fenêtre à l'attention de son messager ailé.
Puis ses yeux dépareillés se posèrent sur les deux enveloppes, portant son prénom. L'une d'une écriture appliquée mais rapide, l'autre plus droite et pratique. Son cousin et son frère. Deux êtres qu'il aimait par dessus tout.
Avant que ces derniers ne décident de l'abandonner pour partir tous les deux dans ce qui semblait être un voyage initiatique et plein de bonheur et.. et d'amour.

Voilà près d'une semaine qu'ils étaient partis, et la douleur comme la rage étaient toujours aussi grande. Aaron se refusait même à croire à ce qui lui arrivait. A croire que son petit frère pour qui il s'était tant battu, avait tout simplement décidé de l'abandonner en lui préférant son cousin... Pourtant, il aurait du le savoir, depuis le temps, que la place qu'occupait Nechama dans le coeur de Meccaya avait toujours été supérieure à celle qu'il avait réussi à se faire au fil des années.
Le jeune Neishaan ne jurait que par lui. Necha par ci, Necha par là. C'était tout juste s'il lui arrivait de se rappeler son existence lors de la visite des Sa'El Han.

Il faisait trop chaud en ce début du mois de Flarmya pour qu'un feu soit allumé. Aussi, les enveloppes, toujours fermées par le cachet de cire, trouvèrent directement le fond d'un tiroir refermé avec force de détermination. Il ne voulait pas savoir. Il s'en fichait.
Qu'ils aient ainsi la cruauté d'étaler leur bonheur sous son nez par plusieurs lettres alors qu'ils l'avaient laissé ici, tout seul, ça le dépassait... Il n'aurait jamais pensé que Necha et Mecca puissent être aussi sadiques...


- Aaron !!

Le visage du jeune homme se durcit de volonté alors qu'il attrapait une fine épée, un sourire presque mauvais aux lèvres. Il y avait bien une raison pour laquelle il pouvait remercier ces traîtres ... Il ne s'était jamais aussi bien battu que depuis cette dernière semaine.

J'arrive Tyron !
Nechama Sa’El Han
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 24 Oct 2014 - 23:30 Répondre en citantRevenir en haut

Flarmyaku, semaine 2, 918


Nechama soupira. Voilà un certain temps que Aeron ne répondait pas. Ou fut ce que le dragon à qui il confiait ses lettres ne les lui apportait pas en réalité ? Nechama, pour combler cette idée, changea de lézard de feu. Peut être le précédent était il trop farceur ? Il écrivit alors à son cousin une lettre très simple :

Citation:
Aeron…

Reçois tu ma lettre ? As-tu reçu les précédentes ?
J’espère que ce sera le cas au moins pour celle-ci. Je suis dans un lieu particulier, avec Mecca, et il est possible que le courrier que nous échangeons soit, en réalité, réceptionné. Te souviens-tu du livre de Ruth où les enfants s’envoyaient un symbole pour signaler si tout allait bien ou non ? Moi… je m’en souviens en tout cas… et même si je suis loin, et que je comprends que tu ne veuilles inquiéter Meccaya, je pense réussir à faire déplacer quelqu’un jusqu’à toi en cas d’urgence.

En tout cas… Moi… tout va très bien. Peut être même, bientôt, nous reverrons nous. Je l’espère… Tu me manques. J’imagine que tu passes tes journées à t’entrainer…

A bientôt.

Nechama Sael’Han.
Meccaya Im'Awhël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 13 Nov 2014 - 10:24 Répondre en citantRevenir en haut

Allongé sur le ventre, dans le noir. Luna quasi-absente, étoiles masquées par quelques nuages, peu de lumière pénétrait dans la chambre du petit Neishaan. Pas assez pour éclairer son visage. Seul, iel n'affichait aucune expression -à quoi bon ?-, mais son regard terne était résolument celui d'un aspirant songeur, pensif, et mélancolique. Son bras pendait dans le vide, à côté du lit, tenant faiblement un livre. Un de ses doigts marquait la page. La bougie sur sa table de chevet laissait encore échapper un peu de fumée.
Le livre avait une couverture verte, des pages jaunies par le temps. Un vieux livre, un livre trouvé aux archives. Un roman qui contait l'histoire d'un héros Céleste à qui on remettait un anneau doté d'un étrange pouvoir. C'était assez amusant de voir ainsi une histoire où les dragons étaient un élément habituel et somme toute normal de la vie, quelque chose d'aussi évident qu'un arbre, un ondin, un poney... Voir le Kaerl décrit avec autant de nonchalance, et la vie des Liés et de leurs familles. Le héros avait toute sa famille au Kaerl, il y était né. Ses parents avaient leurs dragons, il allait bientôt se lier...
Meccaya savait que le lézard de feu ne viendrait pas, ce soir.
Pas plus que les autres soirs, et pas plus que le reste de la journée. Aaron ne lui répondrait pas. Et iel ne savait toujours pas pourquoi, et iel n'avait rien pour savoir, et cela le hantait, et cela le rongeait. Une angoisse qui chaque jour prenait un peu plus ses aises en lui. Iel ferma le livre et le déposa avec douceur au sol, avant de croiser les bras sous sa tête, observant le vide. Aaron... Nechama disait ne pas avoir de réponse non plus. Se pouvait-il qu'il lui soit arrivé quelque chose ? À Aaron, son frère, celui qui mettait les torhils à terre à mains nues ? Impossible, Aaron était invincible. Aussi invincible et immortel que ses parents. Un long soupir lui échappa. Iel en avait assez de tout cela. Ne pourrait-iel donc point profiter pleinement de cette nouvelle vie qui s'offrait à lui ?
Se redressant, dans un élan de courage, iel ralluma la bougie. Encore une fois, iel attrapa l'encre, la plume et le papier.

Lettre a écrit:

Aaron,

Je ne peux rien te dire.
Mais tu sais très bien ce qui m'a toujours éloigné de toi. En cas de doute, et si tu n'as pas touché à ma chambre, tu devrais pouvoir t'en souvenir. Sur la même étagère où j'ai ma figurine de chevalier, il y a un livre à couverture rouge et noire. Lis-le attentivement. Il contient quelques erreurs.
Cela peut paraitre incroyable. Mais me crois-tu capable de te mentir ainsi ? De me moquer de toi ? Crois-tu que c'est dans ma nature, et crois-tu que je m'amuserais encore après bientôt un mois ?
Que tu me croies où non, que tu aies compris ou non, réponds-moi. Ton silence me blesse.

Meccaya
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:25 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu