Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP]Visite chez le barbier Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 20 Aoû 2014 - 12:04 Répondre en citantRevenir en haut

Gaiaku 918, après l'attaque des crabes géantes


Suite au rp précédent

Alkhytis l'avait guidé à travers les immenses couleurs claires et les escaliers des Tours Joyaux pour le mener sur la place de l'Agora, qui était rien moins qu'une place de marché vivement active malgré les attaques que le Kaerl avait subies. Les tentures hautes en couleurs et les marchands vantant le mérite de leurs produits dissimulaient à peine les traces de lutte des monstres marins qui avaient réussi à pénétrer au sein du Mar. Des griffures et des éclats de pierre manquants sur les murs témoignaient de l'acharnement de la lutte. Et le visage des passants étaient encore marqués par cette morosité d'avoir été confrontés à la guerre. Bon nombre de neutres s'étaient cru à l'abri de tout sous la mer. La vérité pouvait être douloureux. Mais le marché vivait et respirait malgré tout. Au moins un peu de bonheur palpitait par endroit, par un regard désireux ou heureux de faire l'acquisition d'un délicieux gâteau ou d'un bien plus matériel.

Alkhytis marchait tranquillement, jetant ici et là un regard observateur sur quelques denrées. Après tout, elle pouvait avoir un coup de tête et se décider à acheter une menue bricole pour son simple plaisir. Elle veillait aussi qu'Horatio ne se perde pas comme ne pas refaire son malaise lié à l'oppression fictive que pouvait lui induire le Dôme, imposante structure qui retenait l'eau au-dessus de leurs têtes.

La boutique d'un barbier se présenta enfin à eux et un neutre en sortait à peine. Alkhytis souriait. Horatio allait pouvoir passer de suite.

''Allez mon cher, faites vous plaisir, le barbier est déjà tout à vous''



Publicité





MessagePosté le: Mer 20 Aoû 2014 - 12:04 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Horatio Forstberg
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 22 Aoû 2014 - 15:53 Répondre en citantRevenir en haut

Le sourire qu'avait esquissé Alkhitys me conforta dans l'idée que mes efforts pour la rassurer avaient porté leurs fruits. Pour autant, un certain malaise persistait en moi. Je la suivait au dehors suite à son invitation pour me planter quelques secondes sur la pas de la porte, le regard irrémédiablement attiré vers le haut, sur cette surface cristalline qui formait un énorme dôme au-dessus de nos têtes. De nouvelles vertiges me poussèrent à fermer les yeux pour poser le regard sur le sol, je me sentais toujours un peu mal et, bien que cela ne fut mal engagé, je faisais mon possible pour l'extérioriser le moins possible. J'eu alors une nouvelle intervention mentale. Une voix que je ne connaissais pas, mais qui s'adressait à moi avec une certaine familiarité, me dit que je m'y habituerai. Ne reconnaissant, ni la voix de Celevistus, ni celle de Lathos, j'en conclus que ce devait être celle du dragon de Dame Alkhitys que, par ailleurs, je n'avait pas encore rencontrer.

Nous parcourûmes alors les rues de la cité engloutie, veillant à ne pas trop élever mon regard, ne sachant me débarrasser d'une certaine anxiété. Celle-ci devait se voir car dame Doréhor me demanda si ça allait. Je l'avais alors rassurée de nouveau comme je le pu, en avouant mon état, mais que je finirai bien par surmonter cet état.


    « ... Vous savez, on s'habitue à tout! »Lui avais-je lancé en guise de conclusion.


Autour de nous, les gens vaquaient à leurs occupations, nous atteignîmes une large place où humanoïdes et dragons se croisaient, faisaient commerce ou devisaient entre des échoppes colorées et ou une foultitude de produits étaient proposés à la vente: des produits de la mer, artisanaux ou manufacturé. Voir cette foule renforçait mon malaise, je n'ai jamais trop aimé la foule. Bien que cette agitation semblait plutôt saine et paisible, je constatais néanmoins une certaines nervosité chez les habitants de cette cité. Pendant que nous avancions parmi eux, je pu entendre quelques bribes de leurs conversations: l'un se lamentait de la perte d'un frère ou une autre de celle de son fils durant une attaque récente, un autre semblait critiquer ce qui devait être le souverain des lieux, une certaine Dinjelaï, d'autres semblait critiquer un certain Darshan et parlaient de Crocs d'argent. Tout ces éléments n'avaient pas de sens pour moi mais il avait pour ces locaux. Cela me permis d'entrevoir d'autres questions à poser à Dame Doréhor, surtout sur la situation politique du lieu, afin de m'assurer sa stabilité. Je ne voulais pas revivre une guerre. Pour confirmer les dires que j'avais pu glaner ça et là, je remarquais plusieurs endroits recouverts par des échafaudages où, manifestement, on s'afférait à des réparations sans que je ne pu dire si les dégâts étaient récent ou non.


    « Hé bien c'est partis! »


Fis-je à la suite de celle qui me devançait. Une clochette tinta lorsque nous entrâmes avant que le barbier vint nous accueillir et m'installa sur le siège destiné à ses clients. Lorsqu'il me demandait ce que je voulais, je lui commandais alors:


    «Pour les cheveux, coupez juste en dessous des oreilles, je veux que les favoris retombent au niveau de la lèvre supérieure et soient coupé court. La barbe doit disparaître pour ne laisser qu'un bouc court également et faire l'entretient de la moustache, il faudra la couper aussi pour qu'elle n'envahisse pas la lèvre supérieure. Bref, tout faire pour que je n'aie plus l'air d'un naufragé des îles.»


Le barbier eut l'air surpris par une commande aussi précise mais il se mit au travail, faisant une remarque, avec humour, sur le fait que je savais ce que je voulais et, dieu sait que je savais ce que je voulais en la matière. Je profitais alors des derniers moments pour parler pour lancer la conversation avec dame Doréhor et le barbier :


    «Dame Doréhor, pourriez-vous me parler des dirigeants de cette cité? Il m'a semblé que l'on en parlait beaucoup sur la place...»
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 9 Sep 2014 - 17:55 Répondre en citantRevenir en haut

Alkhytis s'était adossée contre un pilier en chêne et croisée les bras sur le bas de sa poitrine opulente, prenant patience des soins capillaires de son aspirant, dispensés par le barbier. Elle avait étiré un léger sourire amusé quand à la demande spécifique d'Horatio quand à ce qu'il voulait à son visage. L'air surpris du boutiquier était presque risible. A croire qu'il n'avait pas l'habitude des tendances à la mode dans le monde extérieur. Cela démontrait qu'ici dans le Màr Englouti, les apparences physiques jouaient peu quand à la place à tenir au sein de la communauté. Peut-être que le souhait d'Horatio plairait à bien des jeunes hommes avides de nouvelles choses. Ce ne serait pas étonnant, vu que la jeunesse non douée du Kaerl ne pouvait guère sortir au delà des frontières maritimes de la Terre de l'Aube.

Pendant que le barbier commençait à mettre de la mousse à raser à des endroits précis sur la peau d'Horatio, Alkhytis se fit un devoir de répondre à la question du jeune homme. Après tout, elle n'allait pas lui cacher les troubles du moment.

''Nous sommes dirigés par un Conseil composé de huit membres. La Dame du Kaerl fait partie de ce conseil. Chacun des nommés de ce conseil a une fonction bien précise. Les discussions que vous avez pu captées ne sont pas nouvelles. Enfin si... depuis l'attaque des crabes géants, la position de Dame Al'Ysiria est remise en question. Depuis que le ténébreux Drazahir nous assaille, elle s'est mise en recluse. Sans doute toute la pression du pouvoir sur ses frêles épaules a fini par l'épuiser. C'est pourtant une jeune femme dynamique et prompte à réagir. Mais elle avait été élue juste avant les drames qui nous secouèrent par la suite... ''

Elle fit une pause, tout en jetant un regard éloquent au barbier de la laisser continuer à parler de l'affaire. Le barbier était comme toute profession de soins corporels, il pouvait avoir une fichue manie de parler de tout et de rien. Elle préférait donner elle-même les faits que de voir un simple commerçant évoquer l'histoire du moment. Elle reprit donc

''La Dame a une place vitale au sein du Conseil. C'est elle qui détermine toutes les prises de décisions importantes au sein du Kaerl. Elle peut approuver ou refuser des idées ou des propositions faites au conseil et comme en ce moment, elle est comme ''absente'', le Conseil se retrouve un peu coincée... L'affaire est loin d'être simple et vu que le peuple en parle de plus en plus, il y a des chances que la politique change de mains....''

Elle se décolla de sa place et remit une mèche rebelle derrière son oreille, la calant sous une de ses lourdes tresses blondes

''Il est commun à bien des sociétés d'avoir des revirements de gouvernances durant un conflit. A peine venions d'en quitter un qu'un nouveau nous malmène encore... Je redoute sincèrement la montée en puissance de ce que nous appelons les Traditionalistes et qu'ils optent pour une fermeture de nos portes, que nous restions loin des troubles qui font trembler la Terre de l'Aube et le reste du monde... Ce serait une mauvaise idée que celle de l'autarcie. Un tel mode de vie n'a jamais apporté d'avantages... Même la quiétude souhaité dans ce style finit toujours par provoquer des heurts au sein d'une communauté. Personnellement, je suis trop habituée à aller où je veux et quand je veux en dehors de notre Màr, j'avalerai difficilement une vie de recluse et puis....''

Et puis, elle ne voulait pas dire le reste. Si jamais le Kaerl venait à se renfermer sur lui-même, Horatio se retrouvait coincée ici et même s'il avait sa famille à rejoindre à l'extérieur, ce genre d'argument ne sera pas recevable... Ah non, il ne fallait pas que le Kaerl se referme dans ses profondeurs marines...



Horatio Forstberg
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 29 Oct 2014 - 14:02 Répondre en citantRevenir en haut

Dame Doréhor me fit un bref topo de la situation sur place tandis que je sentais la mousse recouvrir mon visage. J'avais tourné les yeux légèrement vers elle, haussant un sourcil à l'évocation d'une attaque de crabes géants! J'ai horreur de ces salles bêtes vous savez, et m'imaginer qu'il y en aie des géants et qui, par-dessus le marché, s'attaquent à des gens comme nous me fit frissonner d'effrois. Aussi, la perspective d'une guerre en cours en ces contrées lointaines face à ce genre de... trucs n'était pas pour me rendre plus serein. Maintenant que je savais ce que c'était, je ne voulais pas revivre ça une seconde fois au cours du même mois!

Un autre éléments semblait avoir son importance. En effet, il semblait qu'un certain Drazahir était à l'origine de tout ce bazar. Je notais le nom de cet individus dans mon esprit mais sans le relever cependant. C'est à ce moment que le barbier se penchait alors légèrement sur moi pour me confirmer que la dénommée Dinjelaï avait abandonné son peuple. L'amertume et la colère se ressentaient dans ces paroles fugaces et chargées d'émotions. L'homme eut alors le regard attiré dans la direction de la jeune femme avant de reprendre une attitude plus neutre. Néanmoins, j'avais l'impression que cet homme rongeait son frein. Prenant un air pensif, je répondis après un court instant:


    «Je vois... Cela veux dire que cet endroit traverse une phase d'instabilité alors. Prions pour que cela ne dure pas. Pourriez-vous m'en dire plus sur le rôle de cette Dame, dame Doréhor? Car il semblerait qu'elle aie marqué les esprit»
    «ça pour sûr...»Me fit entendre discrètement le barbier.


Reprenant la parole, Dame Doréhor m'expliqua le rôle important que la Dame Dinjelaï tenait. Manifestement toutes les décisions devaient passer par sa personne et, du fait de son absence prolongée, les affaires du Kaerl ne pouvaient avancer ou se conclure efficacement. Si mes premières pensées critiques se tournèrent vers ladite Dame, apparemment pas très solide, Je me dis aussi que les problèmes que rencontraient les Luimës venaient, en partie de leur organisation. Dame Doréhor poursuivit ensuite par les possibles tournant politique que cela pouvait représenter pour le Kaerl. Une donnée qui, pour moi, avait son importance car il semblait que les partisans du replis sur soi avaient des chances de l'emporter...

L'idée d'être possiblement entravé dans ma quête pour retrouver les miens m'énerva et une colère sourde naquis en moi, me faisant serrer le point sur le rebord de mon siège. Enfouissant tout cela en moi, j'expirais un bon coup car il fallait que je reste calme dans ce monde qui, décidément, avait le don de ne plus me faire de cadeau. Après quelques secondes de réflexions, je me risquais tout de même à lancer à mon interlocutrice:


    « Personne n'a été désigné comme régent ou ce genre de chose? Une fonction aussi importante doit toujours avoir au moins un suppléant en cas de vacance prolongée non? Ce que vous me dites me surprend, il suffit de quelques jours d'absence à une personne ici, dans ce Kaerl, pour que le gouvernement vacille?! Bon sang! Dites-moi qu'il en faut plus pour en arriver là parce que si c'est le cas, je me tire ailleurs.»


Je sentis à nouveau la tension monter en moi. Je n'avais pas quitté la guerre pour une autre et, qui plus est, coincé au fond de la mer sous un domme de verre ou de cristal! La sensation de la lame me raclant la peau me calmait quelque peut, même si ce geste n'avais rien d'agressif. Il me rappelait néanmoins que je n'étais là que depuis peu et que donc, je n'étais pas grand chose... J'allait devoir me renseigner d'avantage sur ce qu'il se passait car il serait évident que cela allait avoir un impact sur mon existence parmi les Luimë. Mon regard se perdis dans le reflet du miroir en face de moi qui montrait la vitre donnant sur l'Agora et ses nombreux passant. Un autre frisson me parcourus alors, mais il n'avait rien à voir avec le premier: il allait falloir que j'aille au-devant de ces gens...
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 5 Nov 2014 - 10:33 Répondre en citantRevenir en haut

Alkhytis ne put s'empêcher de sourire devant l'impulsivité de son aspirant : décider déjà à vouloir partir dès que la communauté qu'il intégrait à peine battait de l'aide sur le domaine politique, alors qu'il se trouvait au fond de la mer...

''A peine arrivé et déjà vous voulez nous quitter ? Elle reprit un ton un peu plus sérieux. ''Je comprends que les remous de ce genre ne sont pas agréable quand on commence à découvrir un univers complètement nouveau. ''

Elle attendit que le barbier termine de peaufiner son rasage sous le menton de son élève. Il serait dommage qu'il se coupe en ouvrant la bouche pour continuer à apporter son point de vue.

''Les Neutres n'ont jamais eu recours à la Régence ou d'un équivalent, du moins jusque là. D'ordinaire, une Dame ou un Seigneur qui ne serait plus présent en fonction serait déjà remplacé. Mais notre Dame est toujours là, malgré son absence dans les Réunions. Le Kaerl continue heureusement de tourner sur les décisions plus mineures. Je vous ai dit que la Dame avait son importance quand à des décisions importantes... ''

Elle se détourna un instant de son aspirant pour regarder ce qui se tramait au dehors. Les gens allaient et venaient, vaquaient à leurs occupations quotidiennes. Quelques dragons trônaient assis sur sur les toits miroitants. Rien ne laissait deviner le drame qui s'était produit....Si on ouvrait les yeux, on remarquait le regard fatigué de certains guerriers ou encore les charrette remplies à ras bord de matériaux de construction pour commencer les travaux de réparation...Doucement, elle se retourna vers Horatio.

''Des chamboulements politiques, vous en avez connu ou alors entendu parlé. Dans l'Histoire de ce monde, tout comme la nôtre, c'est un fait indissociable des hommes et des femmes. La politique ne peut pas être stable, quelque soit le temps que cela prend. Elle peut se tenir durant des siècles comme un seul jour. Mais rassurez vous. Chez les Neutres, quand elle est perturbée, la politique provoque moins de heurts comme chez les Ardents qui vont jusqu'à lancer des duels à morts pour prendre le pouvoir ou encore comme chez les Célestes, où les passions se déchaînent tellement qu'on en arrive à vouloir tuer le prétendu Usurpateur....''

Elle se fixait sur les rumeurs qui avaient fini par arriver jusqu'à eux. Des rumeurs plus ou moins confirmé et qui faisaient certains conservateurs sur l'exemple de gouvernance Céleste. Les Ardents n'étonnaient plus personne par leur côté plus violent et classifié par moment de barbare.

'' Si jamais les troubles vous déconcertent au point que cela risque de perturber votre début de formation, il faut m'en faire part. Après tout, nous sommes amenés tous deux à travailler ensemble : moi vous instruisant et vous en apprenant. Mais il ne faut pas que la trame de la vie neutre et surtout celle de nos dirigeants vous accapare toute votre attention....''



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:56 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu