Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Pour s'instruire durant une promenade Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 11 Aoû 2014 - 16:56 Répondre en citantRevenir en haut

.:: Gaïaku 918 ::.



Voilà quelques jours que Nielle était arrivée au Kaerl Englouti. Au départ, elle n'avait pas cru Alkhytis quand celle-ci l'avait informé que son apprentissage se passerait sous l'eau. Sous l'eau? Une ville sous l'eau? Sérieusement? Il y avait quand même une limite à ce qu'elle pouvait croire. Elle qui d'ordinaire était pourtant très facile à convaincre de quoi que ce sois. Dans tous les cas, la fëalocë n'avait pu rester que bouché bée quand la verte fut posée au centre de la place. Bouche entrouverte, yeux écarquillés, elle observait ce dôme où l'eau ne semblait pas pouvoir l'écraser de toute sa masse. L'air...il y avait de l'air, elle respirait sous l'eau! Incroyable...C'était le mot juste. Elle s'attendait encore à se réveiller et d'avoir rêvé tout ça. *Autant profiter de ce songe étrange...* Elle suivait distraitement sa maîtresse qui la menait à ses appartements. C'était fascinant...comment cela se faisait-il que l'eau ne lui tombait pas dessus? De la magie? Il lui faudra poser la question. Et parler à quelqu'un par la même occasion...un frisson lui parcouru l'échine. Ne pas y penser, pas tout de suite en tout cas.

Encore un nouveau monde...Encore de nouvelles mœurs à apprendre. *Au moins, à ce que j'ai compris, je ne suis pas la seule à être nouvelle. Je ne suis plus si différente que ça. Et personne ne volera mon identité, même si je ne l'ai pas encore trouvé. 18 années de vie volées, c'est trop!* Jamais une telle détermination n'avait brillé dans les yeux vert d'Anda. *Une détermination de Fëalocë* Elle sourit à cette pensée. Elle se cernait, petit à petit, elle y arriverait et pourrait partir trouvé ses parents biologiques, sa vraie famille. Mais après s'être...comment disait-elle déjà..Liée? C'est ça, après s'être Liée à un dragon elle redonnerait naissance à sa quête. Elle accéderait plus facilement aux autres continents à dos de géant lézard volant. Justement, quelques dragons avaient atteint son regard. Il y avait eu une verte, comme Belareth, mais aussi une bleue et un brun. Combien de couleur existait-il? Et pourquoi certain étaient plus grand que d'autre? *Je trouverais les réponses à mes questions plus tard, je suis sûre qu'il y a une bibliothèque par là. Pour le moment, je dois me concentrer sur Alkhytis avant de la perdre.* La blonde parlait, sans qu'Anda n'écoute réellement, encore perdue dans la contemplation de cet univers. Elle avait saisi quelques mots par ici et par là. Ce qu'elle avait surtout retenu, c'est qu'elle aurait une chambre personnelle. La fëalocë laissa échapper un énorme soupire de soulagement. Elle avait eu peur de devoir logé dans un dortoir. Elle n'aurait jamais pu dormir entourée de gens qu'elle ne connaissait pas.

Arrivée à sa chambre, elle resta encore plus muette d'admiration. Tant de luxe...elle n'en avait jamais vu autant. Alkhytis lui conseilla de se reposer un peu, et Anda ne se fit pas prier. La soie des draps était d'une douceur invitante à somnoler. Elle dormit comme un loir, jusqu'à ce que la maîtresse verte vienne la réveiller. Ah oui...il n'y avait plus vraiment de soleil pour l'éveillée... Tant pis. Alkhytis était venue l'avertir qu'elle lui laissait quelques jours pour s'habituer au Màr. Nielle sourit comme une enfant et enfila rapidement une tunique, un pantalon, son collier-chaîne et ses éternels bracelets de cuir, puis se précipita hors de sa chambre, animé d'une curiosité sans borne. Elle courait presque dans les couloirs et les gens la fixait étrangement. Elle ne savait si c'était à cause de son attitude, ou de son collier un peu particulier ou à cause de la longueur inhabituelle de ses cheveux qu’elle avait ramenés en une haute que de cheval. Peut lui importait, elle voulait juste découvrir les lieux et surtout, trouver une bibliothèque!

Chose qu'elle trouva assez facilement. Armé de son livret à dessin et d'un morceau de fusain, elle détailla l'impressionnante collection de livres. Woaw... elle devra chercher longtemps avant de trouver des livres sur les dragons. Elle voulait en dessiner, ça la démangeait depuis qu'elle avait rencontré Belareth. Mais elle en aurait pour la journée entière à éplucher les étagères...L'aspirante soupira en haussant les épaules et piocha un livre au hasard. « Politique du Kaerl Englouti » Intéressant. Elle le cala sous son bras et en choisi un autre. Encore un livre sur la politique de l'endroit. Elle piocha encore. « Nos voisins Ardents et Célestes » Elle le fixa un instant et le mis lui aussi sous son bras. Elle fit ce manège pendant près d'une heure sur le même étage. Il n'y avait que la politique qui les intéressaient ou quoi!? Elle chercha une aide du regard. Il n'y avait presque personne ici...Ah oui! Là! Une brune et un drôle d'homme aux cheveux blancs. Un Neishaan? Peut être, mais peu importe sa race, elle devait lui parler. Et ça ne l'enchantait pas du tout. Anda inspira profondément, s'armant d'un futile courage et se dirigea vers les deux gens. Timidement, elle tapota l'épaule de la brune et marmonna sans grande assurance.

– Euh...excusez-moi, je euhm, je euh je cherche la section sur les dragons. Pouvez-vous me dire où c'est?


Je ne sais pas trop qui va rencontrer Anda, donc j'ai mis les deux x) Si il y a problème j’éditerai.
Publicité





MessagePosté le: Lun 11 Aoû 2014 - 16:56 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Dymphnea Niedryn
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 269
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 209
Race: Demi-Elfe
Âme Soeur: Sele'nti
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 12 Aoû 2014 - 17:46 Répondre en citantRevenir en haut

Lorsque le fil de l'existence s'étire, il tend à se perdre dans des méandres, à se nouer sur lui-même, à créer des boucles inutiles qui se dissoudront d'elles-mêmes dès lors qu'on en aura tiré les deux bouts. Sele'nti et Dymphnea, par leur nature – l'un dragon, l'autre demi-elfe – se retrouvaient parfois à rire au nez de la vanité de l'existence et à se perdre dans des débats futiles pour le moins risible. La Demi-elfe avait accusé le dragon d'avoir à dessein pillé les réserves d'herbes de sa liée pour nuire à l'élaboration de son thé, ce que le dragon niait avec une intonation qui criait sa culpabilité. S'en était suivi une grande discussion qui tour à tour avait abordé les points suivants : la durée de vie d'une feuille de mellyrn arrachée à son arbre, sa digestibilité par un dragon, le prix de la-dite feuille sur les étals du village de Lomeanor, son prix une fois revendue sur l'agora du Màr Luimë, les taxes du kaërl concernant les produits de première nécessité pour finalement s'achever dans les étages innombrables du Màr Luimë, rayon politique, sous-section politique interne du Màr, sous-sous-section historique, car le texte définissant le caractère de la « première nécessité » au sein du Màr datait d'avant la naissance de la maîtresse blanche.

La Flèche du Cadastre est un trésor d'organisation, un outil à portée humaine en dépit des dimensions colossales de l'édifice et n'a rien d'un autel sibyllin dédié au savoir brut. Qui cherche trouve, et si la réponse n'est pas dans les livres de la Flèche, c'est qu'elle n'a pas encore été portée sur le papier ou qu'elle n'en vaut pas la peine. Si ni Sele'nti, ni Dymphnea n'avaient pu clôturer leur joute rhétorique, c'était que l'un et l'autre en avait tout bonnement oublié les enjeux. Le dragon blanc cherchait dans les annales du Màr si des dragons nés d'un mâle englouti accouplé à une femelle d'autres horizons avaient jamais été accepté d'office comme engloutis ou si les « accidents » avaient toujours été jugé au cas par cas, tandis que sa liée lisait un ouvrage sur la vie des conseillers du Màr d'il y a trois siècles. L'ouvrage était rédigé non sans amour, car il avait souvent qu'un sourire fleurisse à ses lèvres au détour d'une page. La maîtresse blanche n'aurait pas décroché de son livre si une main hésitante ne l'avait pas tiré de sa lecture.

Dymphnea leva les yeux de son livre et sourit devant la candeur de la question. A en croire l'âge et la gêne de son interlocutrice, c'était selon toute vraisemblance une jeune aspirante fraîchement débarquée au Màr Luimë.

« Une section sur les dragons ? Il y en a plusieurs. Un étage n'y suffirait pas. Cela dépend de ce que tu cherches. Il y a une étagère dévolue aux aspirants, deux étages plus haut, mais les ouvrages qui s'y trouvent ne répondent généralement pas à toutes les questions... »

° Il serait de bon ton qu'elle apprenne à curer les griffes d'un dragon et à le saluer comme il convient. ° ricana le dragon blanc sans détourner les yeux une seule seconde de son ouvrage.

° Tu exagères, certains ouvrages sont encore presque acceptables. °

Les ouvrages de la-dite étagère étaient pour certains plus que surannés, et les préceptes qui guidaient leurs pages dépendaient grandement des convictions personnelles de leur auteur respectif. Les pires d'entre eux déblatéraient sur les formules de politesse rituelles à employer pour s'adresser à un dragon, lesquelles variaient selon l'âge, la teinte et le sexe du dragon ainsi que sur la perception de son lié par la communauté draconique. Autant dire que croiser trois dragons en allant chercher le pain vous prenait la journée, sur des codes vestimentaires impensables qui s'inspiraient le plus souvent de telle ou telle cité renommée perdue en Ys, Qahra ou Orën et enfin sur une liste de corvées délirante qu'on avait un temps jugé de bon ton de confier aux aspirants avant de se rendre compte que payer des personnes privées du Don pour la réalisation de certaines basses œuvres était un mal nécessaire. Ces livres-là avaient gagné leur place aux archives un bon siècle auparavant, mais le kaërl englouti n'allait pas sans une certaine lenteur protocolaire.

« Deux étages plus haut, un rayon plus loin, tu trouveras une section sur les dragons en général, mais vu par des yeux de dragons. Ce sont des ouvrages qui ont la réputation d'avoir été dicté par les dragons à leurs liés. Ils offrent un poids de vue très intéressant sur les dragons, leur état d'esprit, leur physiologie et leur croissance, mais ils prennent garde à ne jamais aborder les bipèdes et le lien. Un autre rayon du même étage est entièrement consacré à l'Empreinte, mais chaque auteur y va de sa théorie, certains pensant que le lien se dessine dès lors qu'un candidat satisfaisant est confronté à un œuf, d'autres insistant pour clamer que le lien est pré-existant, et que la force de celui-ci attire l'aspirant jusqu'à son Màr. Il y a davantage de considération philosophiques sur le lien que de vérités appuyés sur des faits, mais tu auras un aperçu et une analyse de nombreuses empreintes s'étant déroulés au Màr Luimë. »


° Crois-tu vraiment que la portée métaphysique du lien l'intéresse ? C'est une enfant à qui l'on aura promis un gros poney, rien de plus. °


° Les poneys ont la décence de ne pas se prendre pour des Neishaans. ° riposta Dymphnea, qui n'avait jamais cédé à la tentation facile de rabaisser des aspirants pour leur ignorance du monde où ils pénétraient.

° Seulement parce qu'ils ne savent pas lire. °

Dymphnea lança un regard sceptique à son lié, mais reporta bien vite son attention sur l'aspirante.

« Enfin, si tu t'intéresses à l'histoire des dragons, celle-ci est étroitement mêlée à celle du continent et des Màrs.  »

Elle lui indiqua un autre rayon d'un autre étage, avec tous les repères nécessaires pour ne pas s'y perdre.

« Mais si tu as une question plus terre-à-terre, je suis sûre que mon lié se fera une joie de te répondre. »


L'intéressé abandonna son livre pour fusiller sa moitié d'âme du regard avant de glisser sur l'aspirante un regard indolent, doublé de l'ennui du fauve assoupi tiré de sa sieste. Attitude peu amène que sa liée désamorçait d'un sourire doux-amer, comme si elle savait qu'amener Sele'nti à faire preuve de bonnes manières lorsqu'il avait décidé du contraire était une bataille perdue d'avance.



Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 27 Aoû 2014 - 20:02 Répondre en citantRevenir en haut

Le sourire de Dymphnea rassura quelque peu la jeune fëalocë. Pendant un moment, elle avait eu peur de se trouver en face d'une personne désagréable qui l'aurait réprimandé pour l'avoir déranger durant sa lecture. Mais la demi-elfe n'en fit rien et répondit même à sa question.

– Une section sur les dragons ? Il y en a plusieurs. Un étage n'y suffirait pas. Cela dépend de ce que tu cherches. Il y a une étagère dévolue aux aspirants, deux étages plus haut, mais les ouvrages qui s'y trouvent ne répondent généralement pas à toutes les questions...

Elle écouta attentivement. Une section pour les aspirants? Ça pourrait lui être utile. Avoir été l'ignorante du village pendant des années avait grandement rabaissé son estime envers elle même. Alors, recommencé cette épreuve ne lui plaisait guère. Mais au moins elle n'était pas la seule et unique petite nouvelle dans le coin. Si elle se fiait au dire de sa maîtresse bien sûr.

– Deux étages plus haut, un rayon plus loin, tu trouveras une section sur les dragons en général, mais vu par des yeux de dragons. Ce sont des ouvrages qui ont la réputation d'avoir été dicté par les dragons à leurs liés. Ils offrent un poids de vue très intéressant sur les dragons, leur état d'esprit, leur physiologie et leur croissance, mais ils prennent garde à ne jamais aborder les bipèdes et le lien. Un autre rayon du même étage est entièrement consacré à l'Empreinte, mais chaque auteur y va de sa théorie, certains pensant que le lien se dessine dès lors qu'un candidat satisfaisant est confronté à un œuf, d'autres insistant pour clamer que le lien est pré-existant, et que la force de celui-ci attire l'aspirant jusqu'à son Màr. Il y a davantage de considération philosophiques sur le lien que de vérités appuyés sur des faits, mais tu auras un aperçu et une analyse de nombreuses empreintes s'étant déroulés au Màr Luimë.

Mais enfin, combien d'étages avait cette tour? Tant de livre à lire....Tant de connaissances à retenir. La tête lui tournait déjà. *Ne cède pas, tu as tout ton temps pour apprendre* Le sourire d'Anda disparut à la mention de l'Empreinte. Ce lien qui était censé l'unir à l'âme d'un dragon...ça lui faisait peur. Elle n'avait aucune envie de partager ce qu'elle était avec qui que ce soit! Déjà qu'on ne lui avait pas laissé de liberté... Elle considérait ce partage d'âme comme une nouvelle sorte d'emprisonnement. Elle se força un sourire à l’intention de son interlocutrice.

– Oui...l'Empreinte...

Elle avait murmuré ces mots avec un certain dédain. Puis elle remarqua le regard de la dame à l'égard du neishaan. Mais...que lui avait-il fait? Ils n'avaient pourtant échangé aucunes paroles... Étrange.

– Enfin, si tu t'intéresses à l'histoire des dragons, celle-ci est étroitement mêlée à celle du continent et des Màrs.

– Oui justement, j'ai trouvé ce livre qui parle...d'Ardents et de Célestes...qu'est-ce donc des ardents et des célestes.

Elle regarda en direction des étagères et sourit. Cette dame lui avait indiqué plus que ce qu'elle n'avait besoin. Elle en aurait de l'occupation! Elle qui appréciait lire, son bonheur fut complet. Un petit quelque chose attira son attention : les oreilles de Dymphnea. Sa chevelure brune lui avait laissé le loisir d'apercevoir les oreilles pointues de la demi-elfe. Des oreilles pointues? Elle aura tout vu! Des gens malades qui ne le sont pas, ça c'était des Neishaans. Comme le type à côté. Des humains pour le moins...banal. Des fëalocë aux cheveux de couleur soleil. De drôles de lézards géants et volants qui parlaient dans la tête grâce à une sorte de magie bizarre. Et maintenant ça! Des oreilles pointues. C'était quoi la prochaine chose qu'elle croiserait? Des chiens volants? Des chats parlants? Bref, Anda fixait avec attention cette nouveauté.

– Pardonner moi mada...demoi...euh.., c'est vrai, elle avait oublié de lui demander son nom, mais c'est normale la forme de vos oreilles? Sinon, merci pour vos informations, c'est plus que ce que j'espérais! Je voulais simplement en apprendre plus sur leurs proportions, question de pouvoir les dessiner. Enfin, établir une base avant le modèle, elle montra son carnet, je rêve de dessiner ces drôles de lézards depuis que j'ai rencontré Belareth.

Dymphnea lui sourit avant de lui désigné le neishaan.

– Mais si tu as une question plus terre-à-terre, je suis sûre que mon lié se fera une joie de te répondre.

Un frisson lui parcouru l'échine quand Sele'nti posa son regard sur elle. Il ne semblait pas vraiment vouloir lui parlé... La voilà sa crainte du départ. Puis, elle réalisa que la dame l'avait appelé son « Lié ». Ce...C'était un dragon ça!? Il ne ressemblait pas du tout à Belareth ni aux autres sauriens qu'elle avait croisé. Cette race la troublait de plus en plus. Elle se tourna vers la brune.

– Je ne crois pas qu'il ait très envie de me parler..., puis elle fixa le blanc, vous êtes vraiment un dragon!? Vous ne ressemblez pas du tout à Belareth ni aux autres dragons que j'ai croisé! Vous avez plutôt l'air d'un...d'un neishaan...

Un homme, le nez plongé dans son livre, frôla la blonde. En temps normal, Nielle l'aurait remarqué depuis longtemps, mais elle tellement absorbé par sa conversation qu'elle n'avait rien senti. Sons sen pourtant, s'était grandement énervé et avait tenté de la prévenir d'un mouvement proche. Dans tout les cas, le léger contact avait suffit à faire sursauter violemment la pauvre femme. L'homme s'en aperçut et bredouilla quelques mots.

– Oh pardon je ne vous avais pas remarqué, je lisais. Je suis vraiment désoler de vous avoir déranger.

– Non ce n'est rien..., soudain elle blêmit en voyant le visage de l'homme.

– Vous êtes pâle...vous êtes sûre que tout va bien?

Il tenta de s'approcher mais elle recula rapidement. Cet homme...il ressemblait comme deux gouttes d'eau aux maîtres qui l’avaient enfermé dans sa grotte. « Allez! Travaille fainéante! Et ramène-nous autant de pierres qu'hier. » Non...ce n'était pas possible! Il ne pouvait pas se retrouver là lui aussi! Non, non, non! Elle avait enfin réussi à tourner le dos à tout ça, mais il faillait que son passé revienne la hanté. L'homme posa délicatement une main sur l'épaule d'Anda qui manqua de mourir de peur.

– Peut être êtes-vous malade, il faudrait allez voir les infirmiers...

– NE ME TOUCHEZ PAS!!!, elle gesticula dans tous les sens pour s'échapper, LAISSEZ MOI TRANQUILLE!

– Mais je..

– Non!, des larmes de paniques coulèrent sur ses joues, Laissez-moi! Laissez-moi!

Tout le monde porta attention à aux cris. Entre temps, Anda s'était cachée derrière Dymphnea et lui serait le bras. Elle tremblait de tous ses membres, avait une respiration irrégulière et sanglotait tout en marmonnant : laissez-moi, laissez-moi, laissez-moi sans arrêt.
Dymphnea Niedryn
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 269
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 209
Race: Demi-Elfe
Âme Soeur: Sele'nti
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 10 Sep 2014 - 18:16 Répondre en citantRevenir en haut

[HRP/ J'ai été pas mal occupée récemment, mais je vais reprendre sous peu un rythme régulier. /HRP]

Dymphnea était une enfant du Màr, Demi-elfe de surcroît. De fait, elle manqua le mépris dans la voix de la Fëalocë quand elle évoqua l'Empreinte. L'évidence du lien et de l'Empreinte s'imposait à chaque aspirant et a fortiori à chaque être Nanti du Don. La maîtresse blanche aurait eu grand-peine à admettre qu'il put en être autrement ou qu'on eut pu aspirer à une autre destinée.

L'aspirante eut alors une question légitime. Ardents et Célestes. Dymphnea sentait rivé sur elle le regard goguenard de Sele'nti, amusé d'avance de ce qu'elle pourrait en dire alors que son lié avait mêlé son vol à celui d'une Incarnate. Les dragonneaux d'Alderyth n'avaient jamais présenté la cruauté facile qu'on prêtait à l'Ordre draconique d'Ombre.

« Les Ardents et les Célestes sont les représentants de deux Ordres draconiques semblables au nôtre, mais s'en démarquant par des jugements bien arrêtés sur des sujets qu'ils jugent essentiels. Les Célestes, de l'Ordre draconique de Lumière, revendiquent la bonté et l'altruisme comme moteur de toute chose. Ils habitent, à ce qu'on dit, une forteresse volante. Leurs reines dragons ont des écailles d'un or étincelant. Les Ardents, quant à eux, mettent en avant la force physique, se plient à la loi du plus fort et ne reculent devant aucune bassesse pour arriver à leur fin. Leurs reines dragons ont des écailles couleur de sang. »

° De Rubis. Non de sang. °

La remarque de Sele'nti lui arracha un sourire mais elle ne se donna pas la peine d'argumenter sur le sujet. La question suivante de la Fëalocë la prit au dépourvu et la fit rougir d'embarras. Ses oreilles ? Machinalement, Dymphnea se passa la main sur les oreilles pour s'assurer qu'elles étaient comme d'habitude.

« Je suis une Demi-elfe. Mes oreilles sont tout à fait normales pour mon ascendance elfique. »


Elle ne pouvait pas blâmer l'aspirante pour son étonnement. Les Elfes n'étaient pas si courant, et les Demi-elfes plus rares encore. Sele'nti se racla ostensiblement la gorge quand la Fëalocë évoqua les dragons sous le terme de « drôle de lézards ».

« Les dragons sont de nombreuses tailles. La Verte Belareth est une petite dragonne, comparée à d'autres dragons du Màr Luimë. Tu devrais te rendre au Cirban Telemna, là où se prélassent les dragons. Tu pourrais te rendre compte par toi même. »

Lorsque Dymphnea invita l'aspirante à parler à Sele'nti, celle-ci ne fut pas le moins du monde emballée par l'idée.

° C'est une jeune fille des plus perspicaces. ° railla le Blanc à l'attention de sa seule liée.

« Il est malaisé d'être un dragon en intérieur. Et de tourner des pages avec des griffes. » répondit Sele'nti de mauvaise grâce.

Se produisit alors un curieux événement. Un lecteur égaré frôla la Fëalocë et s'en excusa. L'aspirant régit aussi vivement que si on l'avait frappée. Il tenta de la rassurer mais la Fëalocë braquait sur lui des yeux révulsés, comme si elle faisait fasse à un monstre et non à un anodin lecteur de la Flèche du Cadastre.

Dymphnea s'était levée. Sele'nti observait la scène avec des yeux ronds, se gardant d'intervenir. Le dragon blanc avait conscience du curieux spectacle qu'il offrait, même sous forme Neishaane et n'aurait pas misé sur le fait qu'il puisse être le mieux disposé à apaiser quiconque.

La Fëalocë se cramponnait à Dymphnea en gémissant. La Demi-elfe avait congédié l'homme abasourdi d'un geste, que Sele'nti avait explicité d'une pensée. L'urgent n'était pas de comprendre ce qui effrayait l'aspirante mais de lui laisser se ressaisir.

« Personne ne s'en prendra à toi. Pas ici. Tu n'as rien à craindre. »
lui répétait Dymphnea d'une voix douce, un voile de tristesse dans ses yeux d'océan infini.

La terreur de la Fëalocë lui rappelait qu'au delà du kaërl, l'existence n'était pas aussi paisible et que certains démons se montraient plus tenace que d'autres.

« N'aie pas peur, un dragon nous protège. »

L'intéressé leva les yeux au ciel, un rictus sarcastique aux lèvres.



Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 22 Sep 2014 - 02:40 Répondre en citantRevenir en haut

Une..une forteresse volante? Vraiment? Bon, je ne devrais pas être si surprise, l'eau tient toute seule au-dessus de nos têtes. Et nos Reines à nous, de qu'elle couleur sont-elles?

C'était à croire qu'elle vivait dans un monde de conte de fée. Des villes sous-marines, des forteresses volantes et des lézards géant qui parlent. Plus rien ne l'étonnerai.
Elle fut heureuse d'apprendre ces quelques informations, sur les autres Ordres Draconiques. Elle se promit mentalement de lire le plus de choses possible sur le sujet. Entre temps, sa question avait fait rougir la demi-elfe, pour une raison quelconque. Mal à l'aise de créer un embarras, Nielle allait s'excuser, mais ce fut une toute autre affirmation qui franchit ses lèvres.

Je ne sais pas ce qu'est un elfe, dit-elle en secouant légèrement la tête.

Elle avait penser qu'on lui avait étiré les oreilles. Mais, elle avait encore une fois oublier que le monde était vaste et qu'il y existait innombrables espèces, toutes avec une particularité unique.
Un éclair de surprise passa le regard de la fëalocë. Belareth, petite? Elle devait se moquer d'elle, Belareth était assez imposante. Alors penser qu'elle était une des plus petites dragonnes du Kaerl, un frisson la parcouru. Qu'elle taille ces créatures étaient-elles capable d'atteindre? Elle irait le voir de ses propres yeux, à l'endroit que Dymphnea lui citait. Cirban Telemna...pas facile à retenir. De qu'elle langue étrange cela pouvait-il provenir... Anda entendit la voix du blanc et et tiqua. Le ton était bien moins agréable que quand la verte lui avait parler. La remarque lui arracha un légère grimace. Cet être était...détestable. Simplement, il n'y avait pas d'autre mot pour le décrire. Elle lui rendit sa mauvaise grâce.

J'imagine bien... Pardonner alors, ma piètre ignorance sur votre espèce. Suis-je bête de ne pas penser une seule seconde qu'un dragon pouvait se transformer à loisir comme un bipède! Et le fait d'avoir vu certaines salles qui semblaient adapter à vos proportions plus énormes n'a put qu'aider à ma méprise, elle fit une légère courbette dédaigneuse, encore une fois, pardonner moi.

Ce n'était pas dans ses habitudes de réagir ainsi, mais il l'avait bien cherché. Le sang bouillant de sa race avait réagi à sa place. Comme la peur l'avait fait avec l'homme qui l'avait frôler. Une intense panique l'avait prise et tout s'était passé assez rapidement. Des bris de son existence passée s'imposèrent à elle, souvenirs qu'elle croyait enterrer depuis longtemps. Le noir de la grotte brouilla sa vue et le martèlement quotidien des pioches emplit ses oreilles. Elle plaça ses mains sur ses dernières en fermant les yeux. Stop! Arrêter ce vacarme! Elle voulait hurler, mais aucun son ne se fit entendre. Enfermer et emprisonnée à cette roche, elle se sentait impuissante et vulnérable.

Pourquoi, pourquoi c'est maintenant que ça revient?

Un simple murmure. Un souffle égaré. Un son doux et rassurant fit tâche dans le décor. Un son qui n'avait pas sa place dans le souvenir et qui ramena Andaranielle à la réalité. Prudemment, elle souleva ses paupières pour entrevoir Dymphnea qui lui parlait.

Rien à craindre...mais tout est a craindre. Votre vie a du être belle, pour que vous soyez en mesure de dire une telle chose.

La tristesse qui emplissait le regard de la demi-elfe mit la blonde terriblement mal à l'aise. Elle regarda Sele'nti et sourit.

Malgré sa force, je ne pense pas qu'il soit en mesure de me protéger de mes peurs. Elles sont trop grandes.

Un instant de silence plana, durant lequel la fëalocë inspira et expira profondément. Elle se calma petit à petit, laissant les souvenirs s’effacer lentement. Puis elle fixa la brune avant de bredouiller quelques mots.

Je vous fais honte, désolé.
Dymphnea Niedryn
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 269
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 209
Race: Demi-Elfe
Âme Soeur: Sele'nti
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 9 Oct 2014 - 13:19 Répondre en citantRevenir en haut

[HRP/ Désolé du retard, j'ai été pas mal occupée ces temps-ci. /HRP]

Sele'nti feignait la lecture avec une assiduité déconcertante. Dymphnea lui lança un regard en biais qu'il ignora en toute impudence. Sans être foncièrement mauvais, le dragon blanc répugnait à s'abaisser à répondre à de si simples et légitimes interrogations, ou tout du moins en présence de témoins potentielles.

Dymphnea, en dépit de son humeur parfois fantasque, avait la patience affable qui manquait à son lié. Elle adressa un sourire encourageant à la jeune aspirante, qui tachait d'assimiler les informations effarantes qui lui étaient offertes.

« Nos reines sont des Argentées. Si tu vas au Cìrban Telemna, tu verras peut-être l'une d'entre elles. »

De par leur taille, les reines dragons étaient souvent obligées d'opter pour un point en hauteur plutôt que pour une caverne isolée, ce qui permettait de les apercevoir de loin. Les questions de l'aspirante éveillaient à son encontre une bienveillance protectrice. Elle découvrait la terre des dragons avec des yeux candides et son ingénuité vis-à-vis des Elfes prenait plus au dépourvu la maîtresse blanche que son ignorance des mœurs des dragons.

Dymphnea ne se concevait pas comme une créature exceptionnelle. Sa naissance était singulière, par son statut de demi-sang, mais la longévité accrue que conférait l'Empreinte aux liés rendait plus acceptable l'union de ses parents. Dymphnea n'avait ni frère, ni sœur, mais nul n'aurait au Màr regardé d'un mauvais oeil les noces de ses parents.

La maîtresse blanche eut un vague sentiment de vertige, comme à chaque fois qu'elle entendait regarder en face ses ascendances mêlées. Elle ne pouvait résumer le peuple des Elfes à ses oreilles pointues et à quelques rumeurs et légendes plus coriaces que d'autres. Elle n'était que l'enfant bâtard d'un peuple singulier aux traditions millénaires, à la sagesse et aux talents singuliers bien qu'à la population faible.

Dymphnea renonça à cette voie semée d'embûches, à cette explication maladroite qui ne rendrait jamais justice au beau peuple. De même que Sele'nti était plus qu'un lézard volant, elle n'était pas une humaine aux oreilles pointues, pas seulement.

La maîtresse blanche fut le témoin impuissant de l'échange peu amène que se livraient l'aspirante et son lié. Si elle put, à force de détermination, effacer le sourire qui menaçait de poindre à ses lèvres, elle ne put cacher au dragon l'amusement que lui causait le spectacle d'une aspirante candide et pourtant bien décidée à rabattre son caquet à un dragon arrogant.

Sele'nti eut un claquement de langue agacé, se détourna à regret - ou avec de feints remords plutôt crédibles - de son ouvrage, et n'eut pas le temps de rétorquer que déjà l'aspirante se voyait une nouvelle fois victime de ses propres démons. Qu'avait-elle donc vécu pour que les ombres du passé la pourchassent jusque là ? A en croire les rumeurs, certains enfants naissaient maudits des dieux, l'esprit fragile et égaré, mais Dymphnea n'était pas dame à juger la faiblesse d'autrui par le mépris et tenta d'apaiser la pauvre aspirante.

La pique que celle-ci lui lança aurait pu toucher au vif, mais les années écoulées avaient étiolé l'ombre qui survolait l'enfance de la Demi-elfe. Elle ne regrettait rien de ses actions, et elle se plaisait à croire que son existence ait été aussi belle que l'aspirante l'insinuait. Elle avait été entourée de proches aimants et s'était liée à Sele'nti, le reste n'avait pas d'importance. Elle demeurait attristée que la Fëalocë n'ait pas eu cette même chance, ou qu'elle n'ait pu faire fi de ses ombres passées.

« Tes peurs n'ont pour grandir que la place que tu leur octroie. »
rétorqua Sele'nti sans un regard.
« Il y a peu de choses qu'un dragon ne puisse fuir ou affronter. »

Dymphnea rendit sa politesse à son dragon et ne lui accorda pas la moindre attention, comme gênée malgré elle de se voir lier à une créature qui avait si peu de considération pour l'affliction d'autrui.

« Quelle que soient les choses qui t'effraient, sache qu'elles ne peuvent plus t'atteindre ici. La gardienne Nienor veille, et de même qu'elle empêche l'eau de s'infiltrer par la voûte du Kaërl, elle ne permettrait pas que l'on porte atteinte à une aspirante du Màr Luimë. »


La magie de la gardienne était plus subtile que cela, mais la Fëalocë n'était qu'une jeune aspirante terrorisée, en rien une érudite décidée à sonder les arcanes fondamentaux de la magie draconique.



Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 26 Oct 2014 - 06:40 Répondre en citantRevenir en haut

Voir la réaction de Sele'nti avait fait naître un petit sourire sur les lèvres de l'aspirante. Il n'était pas dans ses habitudes de parler de manière si peu courtoise et...il n'était pas dans ses habitudes de parler tout court. Alors, voir que ses paroles avaient de l'effet était amusant, très amusant. Ça la changeait de l’indifférence qu'on avait fait preuve à son égard.

Andaranielle laissa la maîtresse blanche la rassurer, ayant une sorte de confiance soudaine en la demi-elfe. En repensant aux dernières années, la fëalocë chercha les rares personnes, comme Dymphnea et Alkhytis, à qui elle avait été capable d'accorder sa fragile confiance. Un seul visage se présenta à son esprit : celui de sa mère adoptive. Un sentiment de nostalgie s'installa en elle, se rappelant à quel point elle avait aimé Élandre. Mais cette dernière l'avait terriblement fait souffrir et Anda leva un regard craintif sur la dame. Allait lui faire du mal aussi? Tout semblait lui prouver le contraire pour le moment.

Une grimace tacha le visage de l'aspirante aux paroles du blanc. Elle lui jeta un regard froid. Que savait-il de ses peurs, ce monsieur-dragon-sans-peurs-et-aux-pouvoirs-incroyables pour pourvoir la juger!? On ne naissait pas tous avec des écailles et une force démesurée. Où avec une réputation de créature légendaire. Nielle s'adressa à Dymphnea, faisant comme si le pseudo-neishaan n'était pas là.

Votre Lié est-il toujours aussi désagréable?

La maîtresse dragon lui répondit, puis lui parla de la gardienne. Alors, c'était bien la magie qui gardait toutes ses masses d'eau au-dessus de leur tête... Une faible étincelle de joie illumina le facial de la blonde, qui s'empressa de demander dans un ramassis de parole quasi compréhensible.

Elle se soucierai de moi? Pour de vrai? Vraiment de moi?

Le manque continuel d'attention avait durement marquer la jeune fëalocë. En plus de l'emprisonner dans l'image de Laha, les gens n'avaient jamais réellement pris le temps d'apprendre à la connaître. Elle avait toujours été vu de deux manières : soit par des gens fous de tristesse qui la voyait comme une deuxième Laha, une sorte de deuxième chance ou comme une vulgaire remplaçante qui ne méritait que le mépris. Alors, le fait que l'on s'intéresse un tant soit peu à elle lui faisait vraiment plaisir.

Une question qui la démangeait depuis son arrivé son Kaerl, se fit sentir. Nielle regarda partout, cherchant le courage de poser cette question.

Je...j'aurais encore une question.

Elle inspira profondément et se lança.

Ça fait quoi quand on est lié...On ressent quoi, on se sent comment? Comment se déroule une empreinte et comment on peut être sûr que c'est vraiment notre âme sœur?

Ce fut plutôt un flot de question qui noya la demi-elfe.

Désolé pour le court rp ^^' Les examens ont tué mon inspiration, mais ça reviendra n_n
Dymphnea Niedryn
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 269
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 209
Race: Demi-Elfe
Âme Soeur: Sele'nti
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 16 Nov 2014 - 01:29 Répondre en citantRevenir en haut

[HRP/ Désolé du retard une fois de plus, mais je suis quasiment à jour donc cela devrait rentrer dans l'ordre. /HRP]

Dymphnea s'efforçait d'ignorer son lié, peu désireuse d'alimenter la rixe verbale qui menaçait de poindre entre le dragon blanc et l'aspirante. En vérité, il était vain pour la Demi-elfe de s'essayer à ce jeu-là, car ses pensées étaient trop intrinsèquement mêlées à celles du dragon pour qu'elle put véritablement espérer s'en défaire.

L'aspirante semblait s'apaiser, et la maîtresse blanche prit le parti de s'appuyer sur cette fragile victoire, aussi légère que le dernier flocon d'hiver. Une terreur sourde brillait encore dans ses yeux d'un vert passé. Par chance, la jeune fille avait également décidé d'ignorer le dragon ce qui, à défaut d'avoir une quelconque utilité, repoussait à un peu plus tard la prochaine pique espiègle de Sele'nti.

« Oh que non. Généralement, il est bien pire. » répondit Dymphnea avec un sourire espiègle.

De toute évidence, l'aspirante souffrait d'un grave manque d'estime de soi. Dans quel trou perdu le destin l'avait-il oublié, pour que chaque parole à son encontre tint du miracle et chaque attention sincère de l'impensable ? A bien y réfléchir, Dymphnea n'était pas certaine de vouloir le savoir. Le Rhaëg était plein de trous à rats sans âme où les enfants valaient moins qu'un sac de clous.

« Bien sûr. Chaque habitant du Màr lui est précieux. »
assura Dymphnea.

Sele'nti posait sur les deux femmes un regard insondable, comme s'il retenait quelque ignominie mais répugnait à entacher d'aucune manière le nom de la gardienne. Lorsque l'aspirante avança une dernière question, la maîtresse blanche l'encourage d'un signe de tête.

La requête de l'aspirante, bien que légitime, ne manqua pas de la prendre au dépourvu. Du fait de ses échecs répétés à l'Empreinte, Dymphnea avait une vision bien plus cruellement aiguë de ce que cela faisait de ne "ne pas" être liée.

« Je... »

Je ne sais pas. Je ne sais plus. Voilà ce que s'apprêtait à répondre la Demi-Elfe avant de se ressaisir. L'aspirante n'entendait pas lancer un débat métaphysique sur la réelle nature du lien de l'Empreinte, elle désirait simplement comprendre ce qui l'attendait, et éprouvait la curiosité légitime de tout nouvel aspirant en sa situation.

« De la joie. Le bonheur de se sentir entier. Les aspirants dignes d'être candidats à l'Empreinte sont convoqués sur les sables par leur maître dragon. Ils se présentent devant la reine argentée, laquelle protège les oeufs jusqu'à l'éclosion. Une fois que les oeufs éclosent, les dragons en sortent et se dirigent vers les candidats parmi lesquels ils trouvent leur moitié d'âme. Il n'y a pas d'erreur possible. L'âme d'un seul dragon, probablement une dragonne, fera écho à la tienne, et nulle autre. »


° Ca a l'air tellement simple, présenté comme cela. ° railla Sele'nti, prétextant de se trouver une folle passion pour les registres passés du Màr.

Dymphnea regretta d'avoir ignoré son lié avec tant d'application, elle aurait pu à loisir lui faire manger son ouvrage en représailles.



Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 12 Déc 2014 - 07:15 Répondre en citantRevenir en haut

Je vous plain alors! Non, je vous admire plutôt, ce ne doit pas être facile tous les jours de vivre avec...ça

Elle avait bien insisté sur le « ça » tout en coulant un regard mi-amusé, mi-provoquant vers le blanc. Si quelques minutes plus tôt elle avait été effrayée comme une enfant d'une dizaine d'années, maintenant elle faisait honneur à son sang de fëalocë et se laissait guidé par ses émotions. Ce n'était certes pas dans ses habitudes de s'opposer ainsi face à quelqu'un, mais elle avait bien envie de remettre ce dragon à sa place. C'était tout ce qu'il méritait! Aussi, l'aspirante reporta son attention sur la dame blanche tout en attendant la prochaine réplique de Sele'nti.

Elle sourit quand Dymphnea lui assura que la gardienne se souciait d'elle, comme elle se souciait de chaque habitant du Màr. Elle était très heureuse de se sentir importante pour quelqu'un, sans avoir le sentiment de n'être qu'une sorte d'objet remplaçable.

Eh bien c'est plaisant de savoir cela. C'est rare que les gens m'affirment une telle chose.

Elle n'en dit pas plus, ne voulant pas s'étendre plus loin sur son passée. Ce n'était pas un récit qu'elle avait envie de crier sur tous les toits, et pour cause, il n'y avait aucunes raisons de se vanter!

Attentivement, elle écouta la maîtresse blanche, oubliant le dragon plus loin. Être lié semblait être si...fabuleux. Deux fois qu'on lui disait à quel point on se sentait complet, heureux. Mais la peur d'un nouvel subsistait, et il serait très certainement présent jusqu'au moment où elle rencontrerait son âme sœur.

Ça semble être un sentiment magnifique. Tellement que j'en ai presque hâte de pouvoir me présenter sur ces sables! J'attendrai la prochaine empreinte avec impatiente.

Serait-elle présente en tant que candidate ou spectatrice? Seul le temps le lui dirais.

Une dragonne? elle fronça les sourcils, pour quoi y aurait-il plus de chance que ce soit une dragonne?

Non pas qu'elle désirait un dragon mâle, mais elle ne comprenait pas cette probabilité. Pour quoi plus de chance d'avoir un tel ou un autre? Elle réfléchissait à ceci quand une autre pensée vint couper le fil de l'autre. Andaranielle se tapa doucement le front.

Ah oui! J'avais complètement oublier de vous demander votre nom! Voilà quelques minutes que nous discutons et je ne le sais toujours pas, elle toussota un peu, je me nomme Andaranielle, à qui ai-je l'honneur?

[HRP/Désolé de cet affreux retard >< si il y a problème, ma boîte à mp est ouverte!/HRP]
Dymphnea Niedryn
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 269
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 209
Race: Demi-Elfe
Âme Soeur: Sele'nti
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Ven 12 Déc 2014 - 21:48 Répondre en citantRevenir en haut

[HRP/ Pas de souci. /HRP]

Sele'nti eut un claquement de langue désapprobateur et détacha son regard de l'épais volume qu'il feignait de lire pour fusiller du regard les deux femmes.
« Cessez de parler comme si je n'étais pas là ou je serai au regret de devoir justifier ma réputation. » grogna-t-il.

Dymphnea se contenta de sourire pour toute réponse. Elle était bien placée pour savoir que l'impassibilité du Blanc était un masque qu'il se plaisait à arborer et qu'il était prompt à darder ses piques et autres mots cruels quand la fantaisie lui en prenait. Elle comprenait le désir de l'aspirante de rendre la monnaie de sa pièce au dragon, mais savait pertinemment que l'idée était loin d'être bonne.

Il y avait fort à parier que la jeune fille avait vécu pire que la condescendance d'un certain dragon blanc, mais ce n'était pas une raison suffisante pour jeter de l'huile sur le feu, surtout que Sele'nti pouvait être plus tenace que le chiendent.

° Ne pourrais-je avoir droit à une comparaison horticole plus flatteuse, dame Yphna aux épines cruelles ? °


La maîtresse blanche ignora les jérémiades de son lié pour répondre à l'aspirante :

« Ne soyez pas si empressée. Mieux vaut que vous soyez prête et nommée Candidate avant la prochaine Empreinte, sans quoi vous risqueriez d'y assister de loin plutôt que d'y prendre part sur les sables. »

Alors que Dymphnea redoutait de se montrer trop brutale en insinuant malgré elle que l'aspirante n'était pas encore prête, celle-ci lui montra une fois de plus l'étendue de son ignorance des dragons et du lien.

« Les femmes se lient généralement à des dragonnes, bleues et vertes le plus souvent. Certaines se lient aux reines argentées, d'autres encore à des Noires ou à des Blanches. Il est très rare qu'une femme se lie à un dragon mâle, à moins qu'elle n'ait quelque préférence marqué pour son propre sexe. »


Et disant cela, Dymphnea ne put s'empêcher de rougir sottement, alors que, par Flarmya, elle jurait bien n'avoir jamais désiré quiconque du même sexe qu'elle. Toutefois, elle avait âprement désiré se lier et sans elle, qui donc aurait cueilli Sele'nti sur les sables...

La maîtresse blanche fut ravie de saisir une occasion de changer de sujet et se présenta à son tour :
« Dymphnea Niedryn, et voici mon lié, Sele'nti, lequel est un dragon blanc lorsqu'il n'est pas un Neishaan. »





Dernière édition par Dymphnea Niedryn le Ven 5 Juin 2015 - 12:43; édité 1 fois
Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 26 Jan 2015 - 06:23 Répondre en citantRevenir en haut

Ne me croyez pas si empressée...

Un murmure à peine audible franchit les lèvres de la jeune aspirante. Encore un fois elle ignora le dragon blanc, comprenant qu'il ne servait à rien de discutailler plus longtemps avec lui. Il était tout simplement irrécupérable.

Je préférerai beaucoup assister de loin à la prochaine empreinte. Je suis encore terrifiée par cette histoire de lien! Je veux dire, c'est encore tout nouveau. Cela fait quoi, deux jours environ que je connais l'existence des dragons? Apprendre du jour au lendemain que des créatures de légende existent et que l'un des leur dépend de notre vie est assez...troublant.

Andaranielle se permit de respirer après ce jet de paroles. Elle devait certainement parler pour rien. Dymphnea avait sûrement du passer par là aussi! Quoi que...il y avait peut être des gens qui sont nés sous ces eaux cristallines? Elle fixa la demi-elfe, intriguée par cette idée.

Je suis un peu curieuse... Y a-t-il des gens natifs d'ici? Qui naissent et vivent parmi les dragons? après une courte hésitation elle reprit son questionnement, êtes-vous native d'ici?

La maîtresse blanche répondit, et Nielle se dit que la dame était vraiment patiente avec elle. Intérieurement, elle se senti reconnaissante envers Dymphnea qui prenait de son temps pour répondre à ses questions qu'elle jugeait idiotes. Ce fut donc avec grande attention qu'elle écouta les explications données. Ah! Il y avait donc vraiment des couleurs présélectionnées – si on pouvait le dire ainsi. Mentalement, elle compta le nombre de couleur différentes émises. Cinq..et il manquait les couleurs pour les hommes. Par Solyae! Mais combien y en avait-il!?

 ...à moins qu'elle n'ait quelque préférence marqué pour son propre sexe.

La fëalocë remarqua sans grande difficulté les rougeurs naissantes sur les joues de la demi-elfe. Elle ne put que sourire gentillement. À ses yeux il n'était pas anormal qu'une femme en aime une autre, tout comme elle ne trouvait pas ça normal. Pour tout avouer, elle n'y connaissait absolument rien en amour. Jamais elle n'avait ressenti d'attirance pour les garçons, et encore moins pour les filles. Alors elle ne se prononça pas sur ce sujet.

Son sourire s'élargit quand la brune-aux-oreilles-bizarres se présenta à son tour.

Enchantée, et j'aimerais vous remerciez d'avance d'avoir autant de patiente avec mes questions, elle s'inclina légèrement et se tourna vers le blanc, enchantée de vous rencontré aussi Sele'nti, même si vous êtes profondément désagréable comme personne, elle ne réussi pas à retenir son fin sourire moqueur.
Dymphnea Niedryn
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 269
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 209
Race: Demi-Elfe
Âme Soeur: Sele'nti
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Ven 5 Juin 2015 - 13:17 Répondre en citantRevenir en haut

Dymphnea était une enfant du Kaërl, pour qui se lier relevait de la même évidence que la nécessité de respirer, et de la même attraction qu'éprouvent les plantes croissant vers la lumière. Elle ne vit dans l'hésitation effacée de l'aspirante que pure timidité et se fendit d'un sourire encourageant.

« Le lien ne doit pas vous effraye, il se tisse plus qu'il s'impose. Ce que vous ne désirez pas partager à votre liée restera secret. Elle apprendra à respecter l'intimité de vos pensées. »


Si toutes ces choses étaient nouvelles pour l'aspirante, cela ne serait pas le cas de sa liée. Celle-ci aurait l'écho de ses aïeules pour la guider, et si certains aspirants se jetaient à corps perdu dans l'Empreinte - et Dymphnea reconnaissait avoir été de ceux-ci - d'autres avaient bien plus de réserves.

« Vous ne pourrez vous lier que si vous êtes prête. »
lui assura Dymphnea.

C'était une demi-vérité ou un demi-mensonge. Mais Dymphnea Niedryn avait formé assez d'aspirants pour savoir qu'il valait mieux qu'ils se rendent sur les sables avec détermination plutôt qu'à reculons. Les fuyards avaient tendance à irriter les reines dragons. Et le lien s'il se scellait ne se refusait pas, mieux valait leur faire admettre par la force des choses qu'ils étaient prêts malgré eux, si Flarmya en décidait ainsi. Certains aspirants s'étaient liés depuis les gradins, en dépit de la mauvaise estime de leur maître. Il ne suffirait pas à Andaranielle de s'éloigner des sables pour fuir sa destinée, si le sort la conviait.

« Je suis née ici. »
acquiesça Dymphnea.

Peut-être était-ce pour cela qu'elle avait tant de mal à déceler et déchiffrer les appréhensions de l'aspirante, là où le vaste monde de Rhaëg lui paraissait receler bien plus édifiants périls que le Kaërl et ses dragons. Sele'nti était une menace familière dont elle était bien aise. Le dragon, qui suivait le cours de ses pensées tout autant que la conversation, et bien davantage que le livre qu'il feignait de lire, lui adressa un regard à la dérobée.

« Ne remerciez pas trop ma liée, elle va prendre la grosse tête. »


° C'est plutôt toi qu'elle ne devrait pas remercier... °


° Veux-tu que je lui narre comment tes larges chevilles t'ont valu d'être Seconde du Màr ? Ou quel genre de fille tu pourrais préférer ? °
persifla Sele'nti.

Le dragon blanc souffrait assez peu d'être trop longtemps ignoré, et goûté moins encore aux farces dont il n'était pas partie prenante. Dymphnea lui envoya une pensée apaisante et ne répondit pas à ses provocations. Andaranielle ne faisait que prendre ses marques au Màr, elle n'avait pas besoin qu'un dragon l'embobinât en réinventant la politique interne du kaërl, et Dymphnea ne désirait pas plus qu'il répandît des rumeurs scabreuses sur son compte, alors qu'elle avait eu la chance il y a peu, de rencontrer un jeune homme plutôt charmant dans ses appartements.

Sele'nti laissa son livre se refermer dans un bruit sourd et s'adressa à l'aspirante.

« Vous ne devriez pas avoir peur des dragons et du lien. Beaucoup de mes pairs sont d'une compagnie ennuyeuse et placide, et s'accommoderont d'aller voler et chasser loin de votre insignifiante personne. »


Dymphnea se crispa. Si Sele'nti avai été sous son apparence draconique, elle aurait posé une main rassurante sur ses écailles, un contact apaisant autant qu'un avertissement. Elle s'en abstint, consciente de l'étrange tableau qu'elle aurait offert à la pauvre aspirante. Il était assez peu courant que les dragons affectionnassent réellement leur apparence bipède.

« Mais s'il vous venait l'envie d'ouvrir les yeux et de songer à ce que pourrait vous apporter une union réussie, peut-être toucherez-vous l'âme de quelque dragon d'intérêt. »

Les yeux du faux Neishaan ne renvoyaient pas la moindre émotion, seule sa bouche dédaigneuse trahissait l'amertume qu'il ressentait à voir ainsi l'aspirante rabaisser l'Empreinte, le lien et les dragons. C'était à cause de gens comme elle, qu'il avait failli s'éteindre sur les sables. Aurait-il pu se lier à un geignard prétentieux, trop imbu de ses propres souffrances et amoureux de sa solitude d'âme ? Quelle caprice avait eu Flarmya pour lui, avant que la demi-elfe ne l'arrache aux sables blancs ?

° Si tu as quelque reconnaissance pour ton nouveau foyer et la renaissance qu'il t'offre, rejoins-moi au dernier étage de la flèche, au prochain mouvement des lunes. °

La grande tour était l'un des perchoirs favoris du dragon, ce qui suffisait à inciter ses pairs à s'en détourner lorsqu'il était dans les parages. L'Argentée Rakauth y venait encore parfois lorsqu'elle se croyait capable d'ignorer les provocations faciles de Sele'nti, mais c'était bien la seule à pouvoir espérer quelque courtoisie de la part du Blanc en venant le déranger dans son repaire.





Dernière édition par Dymphnea Niedryn le Jeu 9 Juil 2015 - 21:55; édité 1 fois
Andaranielle Ra'Imere
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 9 Juil 2015 - 08:12 Répondre en citantRevenir en haut

La maîtresse la rassura l'aspirante encore et encore quant à sa peur de l'empreinte. Mais le cœur de la fëalocë ne s'en apaisa point, continuant de stresser et de se faire milles et un scénarios, plus horrible à ses yeux les uns que les autres. Un simple échange de commodités ne pouvait pas faire des miracles non plus, fallait-il laisser le temps faire son œuvre de ce côté. Elle finirait par accepter la réalité des choses et peut être même l'apprécierait-elle, l'attendrait avec impatiente et rêveries d'espoir. Mais pour le moment, la peur était omniprésente, ainsi que la solitude et l'égarement. Toujours perdue dans la recherche de son identité, les chamboulements du jour précédent ne l'aidaient en rien. Non, en cet instant, l'empreinte ne faisait pas partie des attentes de l'adolescente.

Un petit sourire s'accrocha au lèvres d'Andaranielle, qu'elle adressa à l'attention de Dymphnea. Il était parfaitement représentatif de ses sentiments mitigés entre l'inquiétude et la bravoure. Elle souhaitait montrer à sa compagne de discussion qu'elle était capable de surmonter ses phobies. Elle n'avait pas le droit de se plaindre, pas après que le Kaerl Englouti lui ai offert asile sans autres questions. Certes, ils étaient plus intéressés par son Don que par sa personne – si il lui était donné de se vanter d'en avoir une – mais les faits étaient là. On lui avait donné un logis, de la nourriture et des vêtements. Et pour les remercier, elle ne trouvait rien de mieux à faire que d'aller se plaindre au premier venu et de geindre telle une brebis apeurée. Pathétique.

Comme si il lisait ses pensés, le blanc choisi ce moment pour détruire encore plus son moral déjà au plus bas. Il ferma son livre brusquement, puis attaqua l'aspirante avec des paroles, la suivante encore plus cruelle que la précédente. Le pseudo neishaan faisait bien honneur à ses écailles : aucun de ses mots n'avait été dit avec hésitation, il lui avait craché au visage des propos lacérants et tristement véridiques. La jeune femme n'y trouva pas de quoi répliquer, baissant honteusement et lâchement son regard vers le sol. Elle n'avait pas besoin d'être devin pour comprendre que le blanc la méprisait, purement et simplement. Et elle ne pouvait le mettre en tort. Elle était méprisable. Elle pouvait se bercer d'illusions aussi longtemps qu'elle le voulait, se laisser croire qu'elle pouvait devenir forte, mais tout cela ne resterait que fabulations. Simples et stupides espoir de gamine mal dans sa peau. À jamais elle resterait faible. Aucun dragon ne voudra de son âme à ce rythme, sa future liée préférera certainement se laisser à la mort en voyant combien la bipède qui lui est destinée est médiocre et misérable.

L'aspirante ferma les yeux et se mordit les lèvres pour empêcher les larmes qui menaçaient d'affluer. Elle ne devait pas pleurer devant Sele'nti. Pas nécessaire de lui donner plus de chances de la ridiculiser, il en possédait déjà suffisamment. Il fallait qu'elle arrête de se torturer l'esprit ainsi, sinon la folie ne tarderait pas à devenir une amie proche. Et c'était une amie dont elle se passerait bien.

L'intrusion d'une voix froide et rude ramena la fëalocë vers le monde réel. Elle rouvrit ses paupières, pour permettre à ses prunelles d'émeraude de se poser sur son interlocuteur. Elle ne dit rien et ne pensa rien pendant un court instant, tant le dragon l'avait surprise. Essayant de reprendre contenance, elle se tourna vers la maîtresse blanche et se força un sourire. C'est avec une voix un peu tremblotante et mal assurée qu'elle parla :

Dame Niedryn, je vous remercie encore de votre patiente, mais je me vois malheureusement obliger de vous quitter. Ma Maîtresse doit sûrement me chercher à l'heure qu'il l'est. En espérant que nous nous recroiserons...

Elle s'inclina rapidement, tout en jetant un regard à la dérobé au dragon blanc.

° Prochain mouvement des lunes, c'est noté. Soit assuré que j'y serais. °

Une mince et ultime provocation, prouvant la faible, mais pourtant bien présente, détermination de la fëalocë. Elle était déjà reconnaissante au Màr et c'était avec plaisir qu'elle allait prouver à ce dragon qu'elle était digne d'être ici. Sur cette pensée, elle tourna les talons et s'en alla sans plus de cérémonies.


Dernière édition par Andaranielle Ra'Imere le Jeu 9 Juil 2015 - 22:39; édité 1 fois
Dymphnea Niedryn
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 269
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 209
Race: Demi-Elfe
Âme Soeur: Sele'nti
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 9 Juil 2015 - 17:45 Répondre en citantRevenir en haut

Dymphnea regarda disparaître l’aspirante en serrant un soupir contre son coeur. La Demi-elfe appréciait sincèrement Sele’nti, seulement, parfois, il lui semblait difficile d’accepter ce qu’il était au grand jour. Il avait bien plus souvent et volontiers houspillé que soutenu ses aspirants, et sottement, elle s’imaginait que c’était là sa conception de la formation qu’il devait leur fournir et que de fait, il se montrerait plus clément à l’égard des aspirants des autres. Il n’en était rien.

L’ancienne Seconde avait trop côtoyé les sphères politiques pour ne pas saisir le mensonge d’un sourire et lui sembla que les dernières paroles de l’aspirante sonnait faux. Non pas qu’Andaranielle ne pensât pas réellement ses remerciements, mais quelque chose en elle était toujours incomplet ou brisé, comme si elle portait une fracture ancienne que le temps n’avait pas achevé de souder, ou comme si elle était un oisillon trépignant à l’aval de son premier vol.

C’était dans ses instants là que la compagnie de Sele’nti lui pesait le plus. Dymphnea avait l’intime conviction qu’il eut pu l’obliger à affronter ses peurs, et à drainer cet abcès qui polluait ses pensées. Au lieu de quoi, le Blanc préférait se rire d’elle, se jouer de ses faiblesses comme si la comparaison l’eut pu rendre lui plus grand…

° Tu te méprends, Yphna, il me plaît d’être petit. Les grands sont lents et sots. ° riposta silencieusement le dragon, lequel s’était réfugié dans ses allures d’aristocrate raffiné, au maintien impeccable et aux manières policés.

Lui ne souffrait pas du mal qu’il dispensait et se moquait bien des conséquences funestes de ses actes.

° Elle non plus n’en souffre pas. °
grogna Sele’nti, et Dymphnea ne put que prier Flarmya qu’il ait raison en cela.



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:24 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu