Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Un parfum de nostalgie Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 818
Présentation: URL
RPs: 274
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Dim 10 Aoû 2014 - 08:52 Répondre en citantRevenir en haut

Gaïaku 918



//ATTENTION : Ce rp concerne une autre Alyin que celle normalement présente dans le temps du rp.
Pour plus d'information, lisez mon carnet de routes! //

La fille de la Dorée Nyssath était une dragonne raisonnable. Elle avait connu quelques éclats, plus jeune, mais elle avait grandi en taille et en constance, jusqu'à devenir l'improbable créature qu'elle était alors, le fruit d'un rituel avorté, une dragonne de la taille d'un grand Bronze dont les écailles dorsales se nappaient de miel, traçant sur son corps une ligne malvenue, qui soulignait la blancheur de son ventre, de son menton, de l'intérieur de ses ailes. Regrettait-elle ce qu'elle avait été, la minuscule dragonne blanche aux écailles ornées d'un doux reflet d'or ? A répondre honnêtement, elle n'en était pas certaine. Elle regrettait l'allégresse de ses jeunes années à laquelle elle n'avait pas eu droit.

Sans le caractère complexe de sa liée, elle aurait pu s'épanouir dans ce doux paysage, sous ce ciel paisible. Aussi était-ce, le coeur ancré par ses remords, qu'elle avait usé de l'Interstice pour rejoindre son Màr, usant de l'artifice de vieux souvenirs. Ce n'était pas la première fois qu'elle y revenait, elle se sentait toujours happé vers ce lieu, parce qu'il représentait à la fois tant pour elle et tant pour sa liée.

Couchée sur l'herbe tendre qu'elle aplatissait sous son poids, elle n'avait qu'à fermer les yeux pour se représenter Alyin chantant, les notes cristallines fuyant au vent. La dragonne comprenait ce qui attirait sa liée en ces lieux, voyait le reflet que le jardin d'hiver créait de son existence d'avant, et saignait en silence que la Neishaane ne l'ait jamais introduite dans ce jardin secret. Que lui coûtait-il d'ouvrir son âme à sa dragonne ? D'aucuns diraient que cela n'avait pas d'importance, l'une et l'autre partageant un lien unique, une connivence inévitable.

Dealra protestait, plaidant que c'était tout, la même nuance qu'entre oublier une porte ouverte et veiller une nuit durant pour accueillir un être aimé. Mais il n'y avait personne pour prêter l'oreille à ses suppliques. La nuit était tombée, les plantes exhalaient une fragrance douce-amère, un parfum de nostalgie, de passés enfouis et d'avenirs perdus. La destinée tirait-elle un fil unique empreint de fatalité, où avait-elle à chaque croisée des chemins pris la mauvaise direction pour s'éloigner inexorablement de son Màr bien-aimé ?

Dealra avait couché la tête dans un bosquet fleuri, la rosée ruisselante lui chatouillait les écailles mais elle n'en avait cure. Elle aurait voulu s'endormir, bercée par le chuchotis d'un ruisseau proche, mais elle ne pouvait cesser de ressasser d'autres temps. La dragonne blanche ne regrettait aucun des jours passés à suivre les pas d'Alyin, mais c'eut été mentir de nier qu'elle n'avait jamais" cessé d'espérer la voir changer. La Neishaane avait grandi depuis, mûri peut-être, mais pas assez pour ravaler cette ineffable fierté qui la poussait à occulter ses erreurs, à préférer le déni au remord.

Dealra n'était pas ainsi. Elle eut voulu le clamer, affronter la justice des siens pour le crime qu'elle avait commis. Elle n'était en rien la seule coupable, mais la dragonne n'avait pas l'âme à se cacher derrière la faute d'autrui pour se blanchir des siennes. Mais jamais elle n'avait souhaité la mort de la Dorée, pas plus que jamais elle n'avait souhaité lui ressembler. Demeurait Alyin. Encore et toujours Alyin. Alyin, l'impertinente enfant qui aurait pu crier au Màr entier n'en avoir cure. Alyin, la Neishaane qui eut voulu une Dorée pour impressionner son village natal. Cruelle ironie, mais quand bien même Dealra avait plus que triplé de taille, plus jamais Alyin n'avait fait allusion à Vaendark.

Parfois, la dragonne ruminait d'amères pensées, songeant que Flarmya avait de bien cruels desseins.



MSN
Publicité





MessagePosté le: Dim 10 Aoû 2014 - 08:52 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Elara d'Huziel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 10 Aoû 2014 - 22:54 Répondre en citantRevenir en haut

Depuis qu’elle était arrivée au Kaerl, il y a maintenant plusieurs mois, la même question revenait sans cesse dans l’esprit de la jeune femme. Qu’est-ce qu’elle faisait là ? Elara n’était ni une érudite, ni une mage, ni rien… Demi-orpheline, la seule chose dans laquelle elle excellait était la chasse. Et ce n’était pas vraiment une activité qu’elle pouvait pratiquer ici… Même si le labyrinthe fournissait un beau potentiel d’entraînement, ça ne valait pas la forêt de son enfance, cette forêt dont elle connaissait par cœur les moindres recoins, les moindres arbustes. Et puis, elle ne savait même pas lire ! Tous les gens qu’elle croisait semblaient si… nobles, si sûrs d’eux, si instruits. Ils avaient tous l’air de savoir où ils allaient alors que plus la jeune femme y réfléchissait, moins elle comprenait ce qui l’avait poussée à suivre Alvock et Rol’lock ce fameux jour.

Cela ne faisait que l’éloigner de son but premier lorsqu’elle avait quitté son village, retrouver sa mère. Certes, l’apprentissage qu’elle suivait au Kaerl et le fait de se lier plus tard avec un dragon, si elle en était assez digne, pourrait certainement l’aider dans ses recherches, voire lui faciliter les choses. Mais en attendant, elle avait l’impression de perdre du temps et de ne pas être à sa place. Elle était complètement ignorante de tout ce qui concernait les dragons et les Kaerls et même si chaque jour elle en apprenait plus, elle avait toujours l’impression que ce n’était pas assez.

Nostalgique et presque déprimée, Elara ne parvenait plus à trouver le sommeil. Epuisée de sa journée, elle pouvait s’endormir plus ou moins facilement, mais l’adolescente se retrouvait toujours réveillée ensuite en pleine nuit. Elle passait alors le temps en affutant son épée, ou alors en entretenant son arc. Parfois, elle s’accordait quelques rêveries en contemplant le ciel depuis sa fenêtre, mais dans ces cas-là, ses interrogations finissaient toujours par revenir. Ce qu’elle préférait alors était de se rendre au jardin d’hiver. C’était un lieu calme et qui lui rappelait son chez elle, même si les plantes étaient différentes, elle se sentait comme protégée par Gaia elle-même, comme si elle était entre de bonnes mains.

Cette nuit-là ne faisait pas exception à la règle et s’étant déjà occupée de son épée et de son arc, Elara décida d’enfiler ses bottes et de se rendre au jardin. Se frottant les yeux, elle s’étira tel un chat avant d’enfiler son manteau de fourrure. L’odeur de ce vêtement lui rappelait invariablement son chez elle. Souriant pour elle-même, la jeune fille sortit silencieusement de sa chambre et prit d’un pas assuré le chemin du jardin. Une fois à l’intérieur, la Demi inspira une grande bouffée d’air, rempli de parfums différents, certains épicés, d’autres fruités, le tout mêlé à une odeur persistante de terre. La jeune femme se sentit comme revivre et c’est d’un pas énergique qu’elle emprunta les chemins tracés au petit bonheur la chance à travers la végétation. Tandis qu’elle avançait d’un pas léger, la noiraude effleurait les feuilles à proximité de ses doigts frémissants. Avisant un arbre qui semblait propice à y grimper, Elara quitta le sentier et s’arrêta au pied du tronc. Elle prit alors le temps de respirer l’odeur d’écorce avant d’apposer sa main sur la première branche. Assurant ses appuis, l’adolescente arriva bien vite sur une branche assez large pour l’abriter. Elle s’y cala alors confortablement et observa le ciel à travers la verrière.

Pour la première fois depuis longtemps, elle se sentait sereine, paisible, en sécurité. Elle aurait pu rester là des heures durant. Tout du moins, si une sensation étrange n’était pas venue la perturber… C’était comme s’il y avait une présence à proximité. Une présence qu’elle n’arrivait pas à identifier. Et ça, ce n’était pas pour lui plaire. Soudain beaucoup moins sereine, la jeune fille se redressa et observa les alentours. Au départ elle ne remarqua rien, puis, un reflet attira son regard dans un bosquet de fleurs. Curieuse, Elara descendit de son perchoir et décida de s’approcher de plus près, le plus silencieusement possible…
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 818
Présentation: URL
RPs: 274
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Lun 11 Aoû 2014 - 10:27 Répondre en citantRevenir en haut

La nuit dans le jardin d'Hiver était plus calme que silencieuse. Il y persistait un imbroglio de murmures amoindris, comme si le tapis de la végétations n'avait pu suffire à les étouffer. Crissement d'insectes, balancement des feuilles, frottement d'herbes, tout cela rappelait au visiteur nocturne que le jardin se reposait sans dormir. A deux reprises déjà, Dealra aurait juré avoir entraperçu le minois moqueur d'un dragon-fée. Celui là avec des écailles d'un brun sombre, aussi la dragonne l'ignora-t-elle, il n'avait rien à voir avec la petite créature mesquine qui se plaisait à suivre Alyin. Si elle comprenait toute l'ampleur de la rancune du petit être, elle ne pouvait en accepter les manières.

Or, ce silence ponctué de frémissement s'érailla, comme si l'on avait fit brusquement taire, non les végétaux aux mouvements placides, mais la faune tapis dans l'ombre, insectes, rongeurs et dragons chuchotant à ras de fougère. Dealra tendit l'oreille, cherchant dans cette pause artificielle la marque du hasard et ne la trouva pas. Si elle était restée Dealra du Màr Menel, elle n'en aurait eu cure. Mais elle était une dragonne sans foyer, une âme déracinée, et qu'on la surprit en ses lieux lui vaudrait pis que des ennuis. Il lui faudrait fuir son kaërl sans répondre de ses actes ou abandonner sa liée, et l'une ou l'autre action était un crève-cœur.

La dragonne se redressa, et un rayon de lune complice tenta vainement de la napper d'argent pour ne faire qu'éclaircir fugacement l'ambre de son dos. Il était aisé de fuir, l'Interstice lui fournirait l'échappatoire dont elle avait besoin. Et à cette pensée, son coeur saignait, car elle ne désirait en rien fuir les siens, c'était un choix qu'elle n'avait jamais pris, une nécessité dictée par la raison. En cet instant, la dragonne se détestait de n'être plus une insouciante créature, animée de convictions naïves. L'amertume des ans avait réveillé d'autres souvenirs ancestraux, et Dealra se surprenait à accepter que sa liée ne changea pas et que les portes du Màr lui demeurassent closes.

° Qui es-tu pour oser troubler le repos d'une enfant du Màr ? °

De l'intonation de Dealra s'échappait une douce mélancolie, un parfum d'automne aux feuilles déjà brunes. La dragonne n'avait pas cherché l'intrus du regard. C'eut été donner trop de poids à la réalité. Tant qu'elle n'avait rien vu, elle pouvait toujours croire que c'était le dragon-fée facétieux qui avait dérangé les insectes.



MSN
Elara d'Huziel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 12 Aoû 2014 - 07:39 Répondre en citantRevenir en haut

Une fois descendue le plus silencieusement possible de son arbre, l’adolescente avança d’un pas lent et contrôlé en direction du reflet. Elle s’arrêta quelques secondes et tendit l’oreille, les sens aux aguets. Pour une fois elle retrouvait des sensations habituelles, celle de la chasse et de la discrétion allant avec. Souriant intérieurement, Elara attendit quelques secondes avant d’avancer à nouveau, une fois sûre qu’il n’y avait aucun bruit mais que cette impression de présence persistait.

Avançant toujours plus, elle se demandait si ce reflet n’avait pas été finalement un tour de son esprit. Après tout, le manque de sommeil et les rêveries auxquelles elle s’était laissée prendre pouvaient facilement modifier la réalité. Mais malgré tout, son instinct lui criait que quelque chose – ou quelqu’un – était bien présent, et toutes les années qu’elle avait passé dans la forêt l’avait habituée à croire en ses impressions. Bien souvent ces dernières s’étaient révélées exactes. Après avoir observé les alentours, elle fit encore un pas, traversant un petit buisson et à ce moment une voix s’éleva.

Prise de surprise, la jeune fille ne put retenir un sursaut, ce qui eut pour effet de faire craquer des brindilles sous ses pieds… Elle pouvait dire au revoir à sa discrétion. Les muscles tendus, elle comprit que la voix profonde et avec ce quelque chose de majestueux était probablement celle d’un dragon. Elara n’y décelait aucune animosité, bien qu’un peu de méfiance peut-être, ce qui pouvait se comprendre. Après avoir déglutit avec peine, la noiraude se demanda un instant quoi répondre… Oui, c’était une bonne question, qui était-elle ? Surtout qui était-elle pour se retrouver ici ? Elle soupira un bon coup, les poings serrés, puis décida de répondre le plus simplement possible.

°Je suis Elara d’Huziel, Aspirante du Mar Menel.°

Et tout en avançant encore d’un pas, histoire d’arriver face à ce qui avait créé le reflet, elle continua.

°Je suis réellement navrée d’avoir perturbé votre repos, ce n’était pas mon intention.°

Baissant le regard en signe d’excuse, la jeune fille releva finalement la tête pour découvrir le dragon qui lui faisait face, ou plutôt, la dragonne, si son instinct ne la trompait pas.
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 818
Présentation: URL
RPs: 274
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 12 Aoû 2014 - 16:22 Répondre en citantRevenir en haut

Une aspirante... La prudence qui tiraillait l'âme de la dragonne lui suggérait de détaler au plus vite. Une aspirante avait le Don. Une aspirante connaissait des dragons. Une aspirante pouvait contacter le lié de son maître. Lui faire part de son étonnement de trouver dans le jardin d'hiver une dragonne aux écailles singulières.

Dealra se redressa. Appuyée sur ses pattes, elle observait de très haut la jeune fille. Si elle avait tendu le cou, elle aurait pu frôler du bout du museau la voûte de la verrière du jardin d'hiver.

° Je suis Dealra. ° répondit tristement la dragonne.

A quoi bon cacher son nom quand ses écailles clamaient son nom et sa culpabilité ? Si l'aspirante répétait avoir vu une dragonne blanche et or, quelle place accorder au doute ? Comment pouvait-on confondre la fille de Nyssath avec une autre. Même si la dragonne était restée tapie dans l'herbe, celle si n'était pas assez haute pou masquer les blanches écailles qui grimpaient jusqu'à ses flancs.

° Ce n'est pas grave. °
répondit Dealra en toute sincérité.

Peut-être avait-elle espéré qu'on viendrait troubler sa veille. L'inverse eut été mensonge, bien qu'elle eut préférer la compagnie d'un de ses pairs. Que devenait Nyssath ? Lui pardonnerait-elle jamais ? Oserait-elle gratifier le Màr d'une nouvelle couvée ?

° Qui donc est ton maître ? Je m'étonne qu'il te laisse te promener en pleine nuit dans les jardins. °


Il n'y avait pas de couvre-feu à proprement parler, nul danger ne guettait l'aspirante dans les couloirs noyés d'ombres. Mais le Màr Menel attendait un minimum d'assiduité et de tenue de la part de ses aspirants, ce qui impliquaient que ceux-ci se devaient de dormir la nuit. Il n'y avait nulle malice dans l'intonation de la dragonne bicolore, et rien qui laissait à penser que celle-ci dénoncerait l'aspirante à son maître. Eut-elle été réellement une dragonne du kaërl et non une créature en disgrâce qu'elle n'eut pas agi autrement. La dénommée Elara n'était une jeune fille humble et polie que le sommeil fuyait. Et étrangement, lorsqu'elle faisait ce constat en elle-même, la dragonne songeait qu'Alyin, aussi exaspérante soit-elle, lui manquait.



MSN
Elara d'Huziel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 13 Aoû 2014 - 08:28 Répondre en citantRevenir en haut

Face à la dragonne, lorsque celle-ci se redressa, Elara se sentit encore plus petite qu’à l’habitude. Et la situation lui rappela sa singulière rencontre avec Rol’lock. En y repensant, elle afficha un petit sourire amusé, si les choses s’étaient passées autrement ce jour-là, il aurait pu la transpercer d’un simple coup de griffe… Tandis qu’elle se présentait, l’adolescente remarqua la couleur singulière des écailles de la dragonne. Elle ne savait pas que les dragons pouvaient être bicolores. Plissant un brin les yeux pour être sûre de ne pas être abusée par les rares rayons de lune, la noiraude eut la certitude que les écailles sur le ventre et les flancs de la dragonne étaient blanches alors que celles de son dos avaient une teinte dorée. Etrange, mais plutôt joli –si l’on pouvait parler de la sorte d’un dragon –. Cette dernière devait faire la taille de Rol’lock, environ. Quoique peut-être un peu plus petite. Ou plus grande. Elle occupait toute la hauteur du jardin, du coup, la jeune fille avait de la peine à poser un œil neutre sur sa taille.

Elara sentait sa curiosité piquée et une multitude de question lui traversait l’esprit. Mais ne connaissant pas Dealra, la jeune fille se mordit la lèvre pour les réfréner. Apparemment, c’était plutôt à elle de répondre à une question. Soudain un peu gênée, Elara sentit ses joues rosir. Alvock ne savait pas qu’elle venait régulièrement ici en pleine nuit, et il est vrai qu’elle ne s’était jamais demandé si c’était autorisé ou pas. Elle ne voudrait pas attirer des ennuis à son maître à cause de ses envies de liberté… Elle hésita un instant avant de répondre, déstabilisée par la question.

°Euh.. Je… Eh bien… Il s’agit d’Alvock. Et il… euh… Il ne sait pas que je suis ici.°

Puis, comme si elle devait se justifier et expliquer la situation pour éviter des ennuis, elle reprit la parole.

°C’est que, je n’arrive pas à dormir…°, avoua-t-elle d’un ton nostalgique et attristé.
°Mais les jardins ne sont pas interdits la nuit, si ?°, voulut-elle se rassurer.
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 818
Présentation: URL
RPs: 274
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 14 Aoû 2014 - 17:00 Répondre en citantRevenir en haut

Alvock. Un nom aux sonorités dures qui ne trouva pas d'écho dans la mémoire de Dealra. Quoi de plus étonnant, alors qu'elle n'avait pas passé plus de quelques jours au Màr Menel, même en comptant comme jours entiers ses rares escapades coupables. C'était un parti pris sans fondement, mais au nom du maître d'Elara, elle imaginait un Torhil aux mots rares mais aux rires francs.

° Les jardins ne sont pas interdits la nuit. °

Une pensée rassurante. Un mensonge par omission. Si on les voyait ensemble, aurait-elle des ennuis ? Dealra scrutait le visage de l'humaine. Tout en elle scandait la sincérité, la volonté d'honorer les espoirs placés en elle. Non, ce n'était pas un mensonge, personne n'oserait blâmer l'aspirante d'avoir fui son insomnie dans le paisible jardin d'Hiver, eut-elle passée la nuit en compagnie d'une dragonne exilée. Mais le risque existait toujours, que l'aspirante se condamna par un mot maladroit. Ou que la faute de son errance nocturne soit rejetée sur son maître, lequel n'avait pas à lui barrer la route des jardins, mais peut être à lui déconseiller certaines fréquentations.

Dealra était née au Màr Menel, elle en embrassait les valeurs. Ce fut l'âme contrite, qu'elle ajouta :
° Mais tu auras des ennuis si l'on te trouve avec moi. Je suis celle qui ne devrait pas se trouver là. °

Résignée, la dragonne avait fléchi les pattes, reprenant sa pose de sphynx sur l'herbe tassée mais fraîche des jardins.

° Tu n'auras qu'à dire que tu avais peur, et que tu n'as pas osé t'enfuir. ° soupira la dragonne bicolore.

Ces pensées amères ne lui ressemblait pas.



MSN
Elara d'Huziel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 16 Aoû 2014 - 21:58 Répondre en citantRevenir en haut

Tout d’abord rassurée par les paroles de la dragonne, Elara se détendit. Elle n’aurait pas su quoi faire s’il lui avait fallu trouver une autre occupation nocturne lors de ses insomnies, plutôt fréquentes d’ailleurs. D’autant plus qu’elle adorait ce retour à la nature que permettait le jardin d’Hiver, car même si les bâtiments du Kaerl la fascinaient, ils ne laissaient pas autant de place à Gaia que son petit village perdu dans la forêt. Chez elle, la nature occupait plus de place que les hommes eux-mêmes, mais autant elle leur mettait des bâtons dans les roues pour leur survie, autant elle leur fournissait tout le nécessaire pour. C’était le paradoxe. Mais c’était ainsi, depuis toujours, et ça le resterait.

Enfin, tout ça pour dire, qu’elle esquissa une mine rassurée lorsque la dragonne l’informa de ce point. Mais son petit minois finit par afficher un air intrigué et curieux. Avoir des ennuis ? Celle qui ne devait pas se trouver là ? C’était quoi tous ces sous-entendus ? Depuis son arrivée, la jeune femme avait l’impression que le Kaerl était un peu un paradis sur terre, un endroit où tout, tout le monde, toutes les choses étaient parfaits. Mais les quelques mots que prononcèrent la dragonne firent valser son jugement premier en quelques secondes. Dealra se recoucha sur l’herbe et la jeune fille ressentait une espèce de regret, ou de douleur qui émanaient d’elle. Curieuse, et intriguée de voir que des événements pouvaient tracasser à ce point là un animal qui paraissait habituellement si digne, si maître de lui, Elara ne bougea pas.

Elle attendait une suite, ou des explications, mais celles-ci ne vinrent pas, à la place ce fut de nouveaux sous-entendus. Prétexter la peur ? Et puis quoi encore ! Habituée à dormir en pleine forêt, entourée de loups, elle n’avait peur de rien. Et surtout, la peur était une honte, il ne fallait jamais la montrer, toujours la surpasser, c’était bien une des choses les plus utiles qu’elle avait appris de son père. La peur n’est là que pour nous pousser à dépasser les limites, et rien d’autre. Non, elle se refusait d’en faire une excuse. Et puis, elle avait assez envie de savoir pourquoi Dealra lui parlait ainsi.

°Comment ça celle qui ne devrait pas être là ? Ca veut dire quoi ? Et puis, tu sais, je préfère encore avoir des ennuis que faire croire que j’ai eu peur de quelque chose qui ne m’effraie pas.°

Ce serait une honte ! Et puis, elle n’avait rien à se reprocher, elle se contentait de parler avec une dragonne. Ce n’était quand même pas interdit ? Ca commençait à faire beaucoup de choses mal vues… Finalement le Kaerl n’était peut-être pas aussi ouvert et parfait qu’elle l’avait tout d’abord cru.
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 818
Présentation: URL
RPs: 274
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 26 Aoû 2014 - 08:28 Répondre en citantRevenir en haut

Dealra hésitait encore. Peut-être aurait-elle déjà dû quitter les lieux. Peut-être ne faisait-elle que progresser sur une pente dangereuse et inexorable. Peut-être n'aurait-elle pas dû s'attarder dans le jardin d'Hiver du Màr Menel. Peut-être n'en avait-elle le droit. Mais quelle justice pouvait-elle attendre d'un jardin assoupi ? L'herbe ne s'aplatirait pas moins sous le poids d'une dragonne plus digne. L'aspirante dans son escapade nocturne n'aurait pas présenté plus de respect à une autre, qu'elle fut Verte ou Dorée.

Elara avait l'impertinence facile des étudiants du Màr Menel. Elle ne se riait pas du danger avec la même aisance qu'Alyin en son temps. Elle semblait simplement avoir omis qu'en dehors de la citadelle céleste, l'existences pouvait être autre que jours paisibles sans remous. L'aspirante aurait dû se défier d'un dragon étranger mais c'eut été accepter qu'une dragonne à demi-doré put être dangereuse. Elara n'était pas prête à faire face à telle vérité. Elle vivait dans un monde fabuleux, où l'on arrachait des enfants à une vie de misère pour leur promettre la compagnie inconditionnelle d'un dragon dans un monde où tous deux œuvreraient de concert pour la pérennité d'un tel rêve.

La seule chose qui ne manquait pas à Dealra était la naïveté de certains célestes.

° Je suis née sur les Sables d'Eclosion du Màr Menel. L'une de mes sœurs n'a pas eu cette chance et la faute m'en incombe. Pour cette raison, j'ai perdu ma place au kaërl. °


L'explication était douloureusement sobre. Dans cette nuit tranquille, la dragonne bicolore n'avait pas le cœur à revêtir l'orgueil de sa liée, à défendre la thèse de l'accident et la nécessité suprême de leurs sublimes intentions. Dealra puisait un réconfort inavoué dans le fait qu'Alyin ait agi pour sa survie à elle, mais chérir cette intention silencieuse c'était revendiquer sien l'égoïsme des ardents ou le pragmatisme des neutres, lequel lui rappelait parfois qu'Alyin n'était pas supposée lui survivre pas plus qu'elle n'était supposée supporter de vivre sans elle.

° Si je ne te fais pas peur, tu ne devrais pas négliger la frayeur que cause l'éventualité d'être privée des êtres qui te sont chers. °

Dealra n'avait pas choisi de vivre en paria. Pas plus qu'elle n'avait réellement choisi de suivre Alyin lorsque celle-ci s'était jetée du haut du kaërl. Peut-être Elara serait-elle différente, mais la liée qui suivrait ses pas ne la choisirait peut-être pas, pas plus elle que la voie qui s'ouvrirait sous leurs pieds.



MSN
Elara d'Huziel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 2 Sep 2014 - 20:13 Répondre en citantRevenir en haut

Finalement des explications finirent par suivre. Enfin des explications plutôt brumeuses pour ainsi dire. Elara sentait que la dragonne était indécise et un peu méfiante surtout. En tout cas, c’est l’impression qu’elle ressentait à parler avec "celle qui ne devrait pas se trouver là". Et puis, il fallait dire que ses explications faisaient arriver une nouvelle série de questions sur les lèvres d’Elara. Les Sables d’Eclosion ? On lui en avait déjà parlé, mais elle ne savait pas très bien comment les choses se passaient là bas. Enfin, elle savait que les dragons y naissaient, mais c’était tout. Et apparemment ce n’était pas assez pour comprendre la situation de la dragonne qui lui faisait face. Perdu sa place au Kaerl ? Elle était donc exilée ? Comme certains rares individus de son village… Certains, comme elle, s’exilaient de leur plein gré pour s’en aller vers d’autres horizons, alors que d’autres le faisaient sur injonction des Anciens. Mais il fallait vraiment être coupable d’actes très graves pour que les choses en arrivent à ce point. Était-ce le cas pour Dealra ? Curieuse et de plus en plus désireuse d’en savoir plus, la noiraude haussa les épaules avant de s’asseoir dans l’herbe, face au museau de la dragonne.

°Je suis déjà privée des êtres qui me sont chers. Alors je ne vois pas ce qui peut arriver de pire.°

D’un regard mélancolique tourné vers le ciel, la Demi pensa à son demi-frère. A l’heure actuelle sa femme devait déjà lui avoir donné un ou même deux bambins. Des petites têtes blondes qui courraient partout autour du feu, s’amusant parfois dans la neige avant de venir se réchauffer en mangeant de la soupe au coin de la cheminée. Et puis son père, qui devait mener toujours la même vie de chasseur, avec sa femme qui devait être bien contente du départ d’Elara. Et puis il y avait surtout Bran, son ami forgeron… Si elle avait été une autre personne, peut-être un jour auraient-ils pu avoir un avenir ensemble. Mais voilà, les choses n’étaient pas ainsi, et plutôt que de le voir marier une autre, Elara avait décidé de partir à la recherche de ses racines, tout du moins, de la partie qu’elle ne connaissait pas. Alors ils étaient déjà tous perdus pour elle…

Oh certes, elle avait lié quelques connaissances au sein du Kaerl, mais ce n’était rien de plus que des connaissances. Excepté peut-être Alvock et Rol’lock, en eux elle avait confiance, mais c'était bien les seuls. Et puis, elle ne voyait pas en quoi discuter avec une dragonne lui faisait risquer quoi que ce soit. Ou alors on avait oublié de lui faire part de certains détails concernant les dragons et le Kaerl. Reposant son regard sur Daelra, Elara pencha la tête vers le haut pour chercher son regard.

°C’est ce qui t’es arrivé ? C’est pour ça que tu ne devrais pas être là ?°

Et ça, ce n’était que les deux premières questions, elle en avait encore plein d’autres à poser ! Ca serait l’occasion d’en savoir plus sur les dragons. Affichant alors un petit sourire timide, la jeune fille ramena ses minces jambes vers sa poitrine avant de les entourer de ses bras osseux.
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 818
Présentation: URL
RPs: 274
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 10 Sep 2014 - 17:58 Répondre en citantRevenir en haut

L'aspirante s'était assise dans l'herbe tendre et son attitude tout autant que ses mots donnaient à Dealra le sentiment de faire face à une enfant. La plupart des aspirants du Màr Menel étaient comme elles, des êtres déracinés obligés par la force des choses à grandir trop vite. Mais cette maturité n'allait pas sans un reste de candeur naïve.

° Bientôt, quand tu auras achevé ta formation, tu pénétreras sur les Sables d'Eclosion en tant que Candidate à l'Empreinte. Là-bas, tu trouveras ta moitié d'âme. Une fois chevalière, tu prendras conscience que cette créature te sera désormais plus chère que ta vie-même et tu garderas une place privilégiée dans ton coeur à tout ceux qui t'auront tendu une main aidante au long de ce périple. °


La dragonne bicolore s'exprimait sans animosité et elle conclut d'un ton calme :

° Si tu venais à perdre ceux-ci, ce serait pire que tout le reste. °


Chacun des aspirants du Màr payait plus ou moins chèrement son voyage jusqu'à la citadelle volante. Il y avait parfois des âmes sans coeur pour songer qu'il était plus aisé de se construire une existence au kaërl quand on avait tout perdu. Sans attache, il n'y avait plus de place pour les regrets. Dealra n'y croyait pas. Avec plus de liens que de souvenir, on pouvait toujours avancer, faire de réels choix, et oeuvrer pour ceux qu'on avait quitté, pour les rendre fiers et retourner se mêler à eux au nom des jours perdus. Alyin, certes, ne l'avait jamais fait, mais sa liée de Neishaane avait l'orgueil tenace et les remords inexistants.

° Ma mère ne me pardonnera pas la mort de ma soeur. °

Dealra n'était pas exactement coupable, sinon de n'avoir pas su stopper sa liée dans son audacieuse folie, mais la dragonne avait l'âme trop noble pour se dissimuler derrière des mots et nier son implication dans le drame.

° Et quand bien même le pourrait-elle, je ne me la pardonnerais pas moi-même. °


La dragonne glissa son long cou dans les herbes folles du jardin, goûtant à leur timide rosée qui ne manquerait pas de briller dans les lueurs de l'aube.



MSN
Elara d'Huziel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 15 Sep 2014 - 21:07 Répondre en citantRevenir en haut

Tout en écoutant la dragonne, Elara pencha la tête sur le côté, comme si elle réfléchissait à ce que signifiaient ses paroles. Sa moitié d’âme… La Demi sang avait de la peine à se rendre compte de ce que cela pouvait bien signifier. De ce que cela pouvait bien impliquer. Et probablement qu’elle ne s’en rendrait compte que lorsqu’elle serait confrontée à la situation. Elle imaginait cela comme la relation qu’elle avait eu avec son frère, en bien plus fort. Enfin, pour le moment, elle était encore loin d’arriver aux Sables d’Eclosion… Si elle y arrivait un jour. Relevant la tête, elle soupira tout en reprenant la parole.

°Probablement. Mais je ne suis pas sûre d’arriver jusqu’à ce stade. Je ne comprends même pas pourquoi j’ai été choisie pour venir ici…°

Soupirant, elle baissa le regard et serra plus fort encore ses genoux contre sa poitrine, jusqu’à pouvoir poser son menton sur ses genoux. Pourquoi se confiait-elle ainsi ? Montrer une telle faiblesse ne lui ressemblait pas, et surtout ne correspondait pas du tout à ce qu’on lui avait toujours appris. Peut-être était-ce par qu’elle ne faisait pas face à une personne mais à un dragon ? Ou peut-être tout simplement parce que ces pensées lui pesaient sur le cœur depuis plusieurs semaines déjà ?

Mais la dragonne avait déjà continué et la jeune fille sentait comme des regrets et de la résignation dans sa voix. Elle voulut afficher un sourire rassurant mais n’était pas sûre du résultat.

°Tu crois ? Parfois, on peut être surpris en bien par les gens. °

Oh certes pas par tout le monde, mais souvent elle avait été surprise par la capacité de son père à lui pardonner ses bêtises. Evidemment, les siennes n’avaient jamais été jusque là. Mais tout dépendait comment les choses s’étaient passées, ce n’était peut-être pas vraiment la faute de la dragonne. Et puis bon, il fallait avouer qu’elle ne savait pas du tout comment se comportaient les parents dragons. La noiraude avait déjà du mal à imaginer une famille… Elle avait toujours connu les dragons solitaires, ou seulement proches de leur lié. Et pourtant elle avait pu voir qu’ils ressentaient une énorme fidélité envers les leurs, comme lors de l’attaque du Kaerl. C’était assez paradoxal. Ou en tout cas, par logique pour son raisonnement d’humaine. La suite fit cependant comprendre à Elara que le problème ne s’arrêtait pas là. Curieuse, l’oreille tendue, elle écoutait avec attention, mais aucun détail ne suivit.

°Là, c’est différent. Mais qu’est-ce qui s’est passé si ce n’est pas indiscret ? °

Probablement que la dragonne allait la remballer, mais peu importait, elle ne perdait rien à poser la question. Qui ne tente rien n’a rien lui avait-on toujours dit.
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 818
Présentation: URL
RPs: 274
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 23 Sep 2014 - 10:07 Répondre en citantRevenir en haut

L'on aurait pu juger absurde d'évoquer la magie insaisissable de l'Empreinte en présence d'une toute jeune aspirante. Mais à l'aune d'une vie de dragon, ce n'était que quelques battements de cils qui séparaient la jeune Elara du jour où il lui faudrait franchir l'enceinte des Sables d'éclosions. Elle étouffa un petit rire mental quand la jeune fille lui fit part de ses doutes.

° Tes frayes sont légitimes, aspirante du Màr Menel, car il serait présomptueux de ta part de tenir l'Empreinte pour acquis au même titre que le Don. Mais ne doute pas de ta valeur ou du hasard qui t'a mené en ces lieux. Si tu es ici, c'est que l'un de mes pairs a senti le Don en toi, et que ton âme résonne en harmonie avec le Màr. °

Les yeux de Dealra se fermèrent un instant en un signe d'apaisement, ses écailles dorées venant masquer les teintes mouvantes de ses iris.

° Tu as été menée ici dans l'espoir que tu puisses te lier à un enfant dragon, et que votre destin s'inscrive dans la lignée des chevaliers dragons du kaërl céleste. °

Il n'y avait pas place pour l'hésitation dans les pensées de la dragonne. Elle s'exprimait avec une clarté rassurante. Si l'humilité seyait à une jeune aspirante, il ne lui servait de rien de songer qu'elle usurpait sa place en des lieux où chacun oeuvrerait au dessein qu'elle se lie sur les sables.

Dealra eut un soupir de dépit. La remarque d'Elara la touchait tant par sa candeur que par sa naïveté.
° Si ma mère agissait autrement, je ne saurais en être surprise en bien. ° répondit simplement Dealra.

Quelle âme noire aurait la Dorée Nyssath, si elle tenait pour rien la mort d'une reine à naître. Devant l'interrogation ouverte, Dealra se renfrogna. Au vu de son gabarit, cela n'eut pour d'autre conséquence que de lui faire terrer la tête entre ses larges pattes.

D'une tonalité morne, la dragonne bicolore répondit. Il ne servait de rien de nier ou de cacher, la rumeur devait encore hanter les couloirs baignés de lumière du Màr Menel.

° Nous étions revenue au Màr... °

La dragonne hésita, comme si l'énormité de l'affaire lui sautait aux yeux, et la blessait d'autant d'avoir osé y prendre part.

° J'étais revenue au Màr... °
reprit-elle.

Il lui était plus aisé de prendre sur elle les torts de l'incident, entendu que sa liée ne le ferait jamais et qu'elle souffrait à l'idée de nier sa propre culpabilité. C'était sa liée, et elle n'avait pas su l'arrêter. Elle était blessée, mais cela n'excusait rien.

° Je craignais que de grands périls accompagnent la naissance d'un dragon noir. Pour l'arracher avant sa naissance à la protection de ma mère, j'ai dérobé les deux gros oeufs, seuls susceptibles de l'héberger. Le second s'est brisé accidentellement, et la dragonne dorée qu'il hébergeait n'a jamais vu le jour. °

Dealra revoyait Alyin s'en saisir. Une créature d'illusions en tout point semblable à sa liée avait refermé ses doigts sur l'oeuf, et s'était dissipée. Shayán n'avait pas songé à mal en révélant le subterfuge, mais la magie d'Alyin ne pouvait survivre au doute et ne pouvait prospérer sans qu'on crut en elle.



MSN
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:14 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu