Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Les papillons suivent le pollen des fleurs de l'amour Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Nechama Sa’El Han
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 8 Aoû 2014 - 19:10 Répondre en citantRevenir en haut

Iolyaku – 911



Nechama – 17 ans // Ruth - 19 ans


Le temps était bien moins pire qu’on leur avait raconté. La famille ondine, en se déplaçant, avait prévu d’emporter nombre de fourrures. Leur père avait acheté la totale : des bonnets aux écharpes, ils étaient arrivés entourés d’une épaisse couche de vêtements sans oublier les gants et les bottes fourrées. Rien ne pouvait plus les arrêter : ni le vent, ni la neige ! Ils étaient déjà venus, mais c’était en Eurilyaku et donc le temps n’était qu’agréable. Là, ils arrivaient en début printemps et si on en croyait les ondins qui avaient voyagés en Vaendark prétendaient que la température y était telle que leurs doigts de pieds allaient geler. Et les trois Sael’Han avaient pris cette information au sérieux ! Et, habillés ainsi, ils avaient frappé à la porte de leurs amis et presque famille d’adoption : les Im’Awhël. Et leur père les avait observé bien étrangement et ceci était compréhensible… tous étouffaient dans leurs vêtements chauds : il faisait très doux.

Naturellement, comme on n’était pas trop sûrs qu’Aaron sache se tenir avec une Ruth devenant de plus en plus jolie, elle fut installée dans la chambrée de Meccaya quand Nechama allait avec Aaron. Les trois ondins eurent le plaisir de voir que le père Im’Awhël avait prévu nombre de visites à faire afin qu’ils ne s’ennuient pas. Nechama, à cette période, devait alterner deux travaux car cela faisait désormais un an qu’il était entré dans les rangs des prêtres. Ruth s’était montrée boudeuse à l’idée de venir. En effet, sa sœur était à sa période où les hommes tentaient de lui prouver qu’ils méritaient sa main et, adulte désormais, son père n’y pouvait rien faire de plus que de l’aider dans son jugement. Trop inquiet des profiteurs de la voir seule, son père lui avait obligé le voyage.

Pourtant, elle restait cordiale. Elle avait passé la première journée à envoyer des lettres et à rester dans la demeure. Le second jour, ils étaient tous allés dans la forêt et elle avait suivi. Tous ? Non… Aaron s’était employé à faire ses activités normales. Sa sœur avait pu prendre une fleur sauvage et désirait l’emporter à Undomë.

Pourtant, un évènement étrange avait eu lieu car deux jeunes filles étaient venues auprès de Nechama qui lisait sur une haie du jardin, en compagnie de Meccaya qui s’adonnait à la même activité. La chose inhabituelle aux yeux du jeune prêtre n’était point qu’elles furent neishaanes car il commençait à s’habituer, à force de pèlerinage, à ne plus être dans des villes ondines ce qui, lors de son premier voyage, avait été un certain dépaysement. Non, le fait étrange pour Nechama fut que l’une d’entre elle tenta de le séduire et… il ne s’y attendait pas du tout. Car les séductions inter-races étaient rares… très rares. Et Nechama n’avait, malgré ses 17 années, absolument pas l’esprit d’un jeune homme désireux de découvrir son corps. Il se savait passer un bien meilleur moment avec son cousin ou en priant le rêveur qu’avec cette misérable pimbêche.

Mais, la malchance était avec Nechama car à cet instant, Ruth arriva si bien qu’elle se décida à répondre à sa place :

Il serait enchanté de venir te retrouver ce soir à la clairière !
-Ruth ?!

Nechama sourit de façon polie et là, ce fut là, que la chose devint étrange. La jeune fille rougit et fut fort ravie de cette situation, et la seconde répondit alors en une sorte de gloussement :

Alors, vous viendrez ensembles au rendez vous avec Aaron ? Toi pour moi et Aaron pour mon amie !

Un baiser sur la joue, un petit au revoir de la main, et elles étaient parties. Nechama, durant toute cette rencontre, s’était montré fort agréable. Pourtant, à l’intérieur, cela le lassait à l’avance. On pouvait voir leurs longs cheveux resplendir au soleil, comme de l’argent. Celle qui avait tenté de séduire Nechama avait de grands yeux verts quand la seconde en avait des bleues. Légèrement plus grande et plus fine, elle avait passé son temps à regarder la maison et ses fenêtres, comme si elle cherchait quelqu’un du regard. Et, les jeunes filles disparues, Nechama, toujours sourire, reposa son livre au sol et se tourna vers sa sœur :

Je n’irai pas….
-Et pourquoi donc ? N’est il pas temps que tu rencontres des gens ?
-Je ne suis pas ici pour rencontrer des gens. Je suis venu pour passer du temps avec mes cousins et…
-Et bien Aaron y sera, ce sera une sortie entre cousins.
-Non…

Ruth haussa les épaules et s’en retira alors. Nechama soupira et observa son petit cousin qui n’avait rien dit. Nechama reprit un visage neutre, ne fronçant plus les sourcils. Il déclara alors :

Je n’irai pas Meccaya… hors de question. Je vais aller la prévenir que je n’irai pas et… Meccaya, c’est quoi son nom ?

Pourtant, ceci était les prémices d’une grande aventure. D’une grande histoire, de nombreuses péripéties qui, une fois la nuit tombée… aurait lieu. Et, comme la destinée est farceuse, le soir tombé, Nechama n’avait pu retrouver la jeune fille. La famille était déjà couchée depuis longtemps et les trois jeunes étaient en train de fainéanter dans la chambre en chuchautant : ils n’auraient du rester éveiller à cette heure ci. Pourtant, la jeune femme, contrairement aux deux autres, revenait toujours à un même sujet. Déjà habillée pour dormir, elle songeait encore à l’amour et déclara :

Non mais, tu te rends compte qu’elle va t’attendre ? Tu devrais y aller, la pauvre !
-Je ne vois pas pourquoi j’irai. Je ne sais pas où elle est cette clairière et…

Et un bruit étrange les surprit. Ils éteignirent la bougie rapidement, faisant semblant de dormir –bien que Nechama n’aurait du être ici. Ils remarquèrent rapidement que les bruits provenaient de la chambre d’Aaron et, doucement, ils s’approchèrent. Le bois du sol grinçait, le vent s’engouffrait par la chambrée, laissant à la porte le loisir de se mouvoir. C’était elle qui avait émit le bruit sourd, le claquement du vent lorsqu’elle s’était refermée. Et, de la porte entrouvertes, le trio pu remarquer que Aaron, lui, venait de faire le mur.
Publicité





MessagePosté le: Ven 8 Aoû 2014 - 19:10 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Meccaya Im'Awhël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 9 Aoû 2014 - 15:41 Répondre en citantRevenir en haut


Meccaya - 13 ans (et demi)


La venue de son cousin avait rendu Meccaya intenable. Iel comptait les jours, rangeait plus que si sa mère avait rouspété, s'était montré dissipé durant ses cours, remuant, et, très franchement, pénible à la discussion. Plus d'une fois iel avait fini puni (bien que, bon, ne nous le cachons pas: rester dans sa chambre n'était pas un problème pour mon petit neishaan). Cet état d'esprit était néanmoins pénible pour lui également, car l'empêchait de lire sans finir dérangé par ses propres pensées qui partaient dans tous les sens. Où était donc Nechama, en ce moment ? Que faisait-il ? Pourvu qu'il n'ait pas d'ennuis sur la route. Ah non parce que s'il fallait l'attendre trop longtemps, iel allait devenir fou, bave aux lèvres et compagnie ! Et ses pauvres parents le feraient abattre.
Finalement, son cousin était arrivé juste à temps pour lui éviter ce sort. Lui, et sa famille, s'étaient présentés emmitouflés dans des habits dix fois trop épais par rapport au temps qu'il faisait. Cela leur avait valu des taquineries de la part du reste de la famille sur tout leur séjour. Meccaya avait obtenu quelques jours sans cours pour accueillir dignement les Sa'El Han. Mon neishaan avait néanmoins été surpris de se voir séparé de Nechama le temps de la nuit. Oh, iel n'avait rien contre Ruth, mais était tout de même nettement moins proche d'elle, avait beaucoup moins partagé avec lui. Quand iel avait discrètement demandé à sa mère s'iel pouvait plutôt dormir avec Nechama, elle lui avait expliqué, à voix basse, qu'iel ne pouvait pas, parce que sinon ils allaient mettre Ruth avec Aaron, et Aaron... était un garçon. Ouais, l'excuse était louche, et Meccaya avait fait une drôle de tête. La même tête qu'iel faisait, désormais, chaque fois que le monde parlait d'attributs masculins ou féminins. Si, depuis un moment, iel avait compris qu'il fallait bien séparer les hommes et les femmes, iel n'appréciait néanmoins pas cette vilaine habitude des adultes, qui tournait toujours à son désavantage. Enfin, iel pouvait au moins reconnaitre que la grande Ruth n'était pas bien pénible, et pas bien bruyante non plus. Des points qui ne pouvaient que la faire apprécier. Mais qui ne suffisaient pas à ce que Meccaya cherche à se lier d'amitié avec elle.

Cela faisait plusieurs jours déjà que les Sa'El Han étaient arrivés, que l'androgyne du groupe restait auprès de son cousin de coeur, lui racontait toutes les anecdotes qu'il avait manquées, remplissait le sac de l'ondin de livres que "il faudra que tu les lises, ils sont trop trop trop encore plus trop biens". Ce qui devait signifier que leur lecture n'était pas désagréable. Iel avait également fait part à Nechama de sa réconciliation avec Aaron, et lui avait expliqué que, désormais, ils étaient grands copains, lui et son frère d'adoption.
Cet après-midi là, ils lisaient, sagement, dans le jardin. Entre deux paragraphes, il arrivait à Meccaya de s'interrompre et de raconter deux-trois choses à son cousin. Il lui arrivait aussi, lorsqu'un passage était particulièrement bien tourné, de le lire à voix haute. Rien de bien turbulent, en soit. Brusquement, deux jeunes femmes vinrent vers eux. La chose surprit Meccaya. Habituellement, les gens le laissaient plutôt tranquille, craignant Aaron... Iel ne comprit pas tout de suite le manège qui se déroulait sous ses yeux, mais les futiles paroles prononcées le déconcentraient dans sa lecture. Bon. Quand partaient-elles ? Plus elles restaient, plus elles l'agaçaient. Petit à petit, iel se trouva même à les jalouser: allaient-elles laisser SON Nechama tranquille ? Il était venu pour lui, pas pour elles ! Zou, du balais !
Ce n'est que lorsque les jeunes femmes s'attribuèrent Aaron et Nechama que l'androgyne comprit enfin ce qui s'était passé. Ah. Bien... Meccaya s'apprêtait à devenir tout triste de voir son cousin connaitre ce qui lui était inatteignable de par sa condition, mais ce dernier l'en empêcha. En l'écoutant discuter avec sa soeur, Meccaya comprit une nouvelle dimension de l'histoire: son cousin avait donc fait semblant, alors que cela ne l'intéressait pas du tout. Quel bon acteur ce cousin !

L'histoire les suivit toute la journée, où nos compères cherchèrent la dénommée Silvyannah Dashmenn. Avec plein de "h" parce que c'est cool et ça fait chier les gens. Et comme finalement, ils n'y arrivaient pas, nos vaillants héros rentrèrent à la maison, avant de se faire tirer les oreilles par leurs parents. Le soir venu, dans la chambre de Meccaya, le sujet travaillait encore son cousin, et surtout, sa cousine. Allait-elle cesser de l'embêter ainsi ? C'était tant mieux si Nechama ne pouvait la voir ! Comme ça, iel gardait SON cousin, à lui, à luiii. Puis la Silvyannah, elle n'avait qu'à ne pas l'embêter. Elle aurait dû sentir que ça ne plaisait pas à Nechama ! C'était tout sa faute, et c'était bien fait pour elle. Meccaya ne parlait pas beaucoup, ayant déjà l'impression d'avoir beaucoup trop répété les mêmes choses. Seul Nechama avait encore la patience de répondre à Ruth. Mon androgyne dessinait sagement...
Soudain, un bruit. Les parents ! Heureusement, la petite troupe avait ses réflexes de ninja. Lumières éteintes en un coup de vent, Mecca et Ruth jetés sur leurs lits, et Necha... Necha se débrouillait. Mais les bruits ne ressemblaient pas aux pas de ses parents -car en bon lecteur-ninja, Meccaya savait reconnaitre les pas de chaque membre de la famille). Non, cela venait d'à côté, c'était Aaron... Aaron qui... Partait ? Bah ? Eh ? Sans eux ? À tâtons, Meccaya chercha de quoi rallumer la bougie, et créa un peu de lumière dans la pièce. Iel échangea un regard avec Ruth, un avec Necha... Tous semblaient avoir compris.

"- Aaron est parti..." murmura Meccaya, pour dissiper tout doute. "On le suit ?"

La question était assez rhétorique. L'avis de Ruth lui importait peu, celui de Nechama un peu plus. Inutile de dire que sa présence suffisait à décupler le courage du petit neishaan. S'ils se faisaient attraper, ses parents seraient également plus cléments, n'osant véritablement tirer les oreilles de l'ondin.

"- Chhh, fais pas de bruit. Il est parti par là !", murmura-t-iel en pointant du doigt un bout du couloir.

Iel avait tout juste pris le temps d'enfiler ses chaussures et d'emmener la bougie. Finalement, Nechama le suivait. Ce qui le poussait à vouloir suivre son frère ? Eh bien, au vu des bruits qu'il avait fait, iel était persuadé que son frère cachait quelque chose, et iel voulait savoir quoi. Iel trottina, sur la pointe des pieds, jusqu'au bout du couloir.

"- Peut-être qu'il est parti à la clairière ? C'est bizarre, on ne lui a pas dit... Mais peut-être qu'il a vu les filles ?"

Iel émit ses hypothèses à voix basse, mais se tut dès que le bruit d'une porte se fit entendre. Aussitôt, iel souffla sa bougie et se cacha derrière une commode, invitant Nechama à faire de même. Mais comme les pas s'écartaient, ils purent reprendre leur route. Meccaya les emmena ainsi jusque dehors. De dehors, iel les emmena quelques rues plus loin, avant de s'arrêter, comme un chien de chasse, chercher autour de lui, l'air perdu. La rue était assez large, encombrée de tavernes illuminées de torches, animées de bardes et de buveurs. Des voyageurs arrivaient tous justes, avec leurs montures fourbues, et comparaient les prix des tavernes. De jeunes gens de l'âge de Nechama flânaient, parlaient fort, plaisantaient grassement sur les jambes des filles. Et parmi tout cela...

"- Nechama ? Tu vois Aaron ? Je crois que je l'ai perdu..." Iel prit une grande inspiration, pas très fier de lui. "On peut peut-être... Essayer de sortir de la ville. Je crois que je connais la clairière dont ta Belle parlait. On peut toujours essayer par ici..."

Iel prit le poignet de Nechama, sans plus attendre, et le tira derrière lui, l'emmenant en direction de la forêt, pas plus soucieux que cela des autres êtres qui animaient ce monde, des autres dangers qu'ils pouvaient rencontrer. Il fallait retrouver Aaron. Ca avait l'air amusant. Et avec Nechama, iel ne risquait rien...


Dernière édition par Meccaya Im'Awhël le Lun 25 Aoû 2014 - 13:34; édité 1 fois
Nechama Sa’El Han
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 22 Aoû 2014 - 15:13 Répondre en citantRevenir en haut


Nechama – 17 ans // Ruth - 19 ans


Meccaya énonçait l’évidence. Mais le plus important, était : où allait il donc ? Et cette question donnait envie à Nechama. Car il était en vacance ici et donc, pouvait-il oublier un peu son travail ? Le jeune inquisiteur voulait vivre des aventures des gens de son âge quand il était avec ses cousins, et celle-ci semblait si amusante ! Suivre Aaron : il y avait peu de risques et c’était s’introduire dans la vie privée de son cousin ! Oui, Nechama avait envie de le savoir ! De s’aventurer dans cette possibilité pour ce soir, alors que la Lune trônait haut dans le ciel. Lune qui bercerait leurs aventures… car il y en aurait, à n’en point douter.

Et puis, Meccaya se préparait déjà à s’aventurer dehors… et le pauvre, si fragile. Il pourrait être blessé. Oui, Nechama était obligé de le suivre, c’était là vital pour la survie de son cousin de cœur ! Qui sait ? Peut être y avait il en ces contrées des frères ours affamés ? Et alors, ils observeraient son cousin. Mais qui l’aiderait ? Non, sa sœur fougère n’agirait point pour le sauver, alors que les griffes de l’animal se jetteraient sur lui, lui arrachant des lambeaux de chair. Et il hurlerait, pauvre Meccaya, il appellerait Aaron, mais celui-ci serait occupé, il serait avec une fille. Il appellerait Nechama, mais celui-ci serait trop loin pour l’entendre. Il appellerait ses parents jusqu’à ce que la douleur soit trop importante et que les hurlements ne puissent plus sortir de sa gorge. Car le sang la remplirait, et il émettrait des gloussements écœurants alors que son sang jaillira comme une cascade hors de lui. Non : Nechama devait y aller. Il n’avait pas le choix !

Alors, il enfila ses chaussures et suivit son cousin. Un bruit, une personne qui sortait : son cousin semblait habitué à se cacher des yeux de ses parents. Ce n’était pas le cas de Nechama. Plutôt sage chez lui et obéissant, il n’avait encore jamais fait le mur. Enfin si, une fois, mais c’était une autre histoire avec des enfants membres du culte… soit sans grande gravité. Ils purent entendre le voix de Ruth qui les couvrit en prétextant s’être levée par besoin naturel. La porte se referma et ils purent continuer d’avancer. En sortant, Nechama remarqua qu’un des tartes aux myrtilles qu’ils avaient fait cette après midi avait disparue.

Il se trouva que son père avait appris –avec fierté- à faire auprès du chef de la famille Im'Awhël à en faire lors de leur précédent voyage chez les Sael Han. Donc, son géniteur, une fois ici, avait réclammé la possibilité d’en faire une et ils avaient fait ainsi un atelier d’activité pendant l’après midi pour tous faire une tarte aux myrtilles. Et celle-ci avait mis tellement de temps à naitre : peu jolie, elle semblait bonne. Et son père avait été si fier qu’il s’était mis à chanter. Celle de Nechama avait été immangeable. Celle de Meccaya n’avait jamais vu le jour puisqu’elle avait été dévorée par celui-ci avant même d’être cuite. Celle de Ruth était très réussie pour une première, avait dit dame Im’Awhël. Quant à celle d’Aaron… ne parlons pas des choses qui fâchent. Bref : celle de son père avait disparu… étonnamment.

Ils sortirent dans une rue animée où nombre de passants s’amusaient heureux. Mais là encore, ils ne retrouvaient pas Aaron et Meccaya l’exprima. Nechama l’appuya dans ses propos d’un signe de tête et son cousin l’attrapa pour le tirer un peu plus loin d’ici. Et, chose déplaisante, un passant les observa d’un bien mauvais œil. Nechama reconnaissait ces regards : il n’aimait pas trop les gens de ce village. Leurs enfants portaient la colère de leurs parents et avaient voulu à plusieurs reprises la reporter sur Meccaya. Une fois, seulement, l’ondin l’avait vu de ses propres yeux. Mais Aaron en avait parlé plusieurs fois. Car, si Nechama n’était pas aussi proche d’Aaron que de Meccaya, il aimait son autre cousin également, comme tel, et se sentait proche de lui également. Ils passaient plus de temps ensembles lorsque c’était Aaron qui se déplaçait et ce n’était anormal, le neishaan avait sa vie à vivre, ses amis, ici.

Mais donc, ce regard, signalait qu’il désapprouvait ce qu’il se passait. Nechama n’eut le temps de plus l’observer mais en lui, un mauvais pressentiment le prit : et s’il allait sonner chez les Im’Awhël ? Ou pis ? Ils étaient en direction de la forêt : Aaron avait il rejoint la jeune fille qui l’attendait ? Pourtant Aaron ne lui avait pas paru tellement intéressé par les jeunes demoiselles de son village. Nechama et lui en avait parlé et celui-ci avait été très évasif, s’exprimant peu. Nechama en avait déduit qu’aucune demoiselle ici ne lui donnait envie. Après tout, le village n’était pas bien grand : on en faisait rapidement le tour donc tout le monde se connaissait déjà. Si bien qu’à moins d’une nouvelle arrivée, Aaron connaissait déjà toutes les jeunes dames du coin.

Meccaya le guida vers une petite forêt. Celle-ci était différente de celles d’Undomë. Plus épaisse, plus faite pour survivre aux difficultés climatiques. Et Nechama était heureux d’y aller, il aimait toujours se balader dans la nature. On s’y sentait plus proche du Rêveur, de ses enfants doux et naturels. Il y découvrait presque sa présence dans les chants du vent entre les arbres. Nechama remarqua au sol des traces : on était passé par là. Désignant la terre de sa main libre, le jeune inquisiteur déclara à son cousin :

Meccaya, quelqu’un est passé par là ! Tu dois avoir raison. Sauf que ce n’est pas ma Belle que l’on cherche… mais la sienne. Espérons juste ne pas débarquer au… Il prit quelques secondes pour continuer … mauvais moment.

Il suivit alors son cousin. Attendant de voir où celui-ci le mènerait. Mais alors qu’ils avançaient, doucement, entre les fourrés, un bruit se fit entendre. Et clairement, ce n’était pas humain, ni de bonne humeur. C’était comme un bourdonnement insistant, grandissant, foisonnant ! Et, alors qu’il se retournait toujours en suivant Meccaya –qui connaissait bien mieux les environs que lui- l’inquisiteur remarqua un énorme frelon qui voletait dans les airs. Et, dans sa nuque, un frisson le prit tandis qu’il observait autour de lui : ses frères et sœurs frelons étaient très territoriaux et attaquaient tout être entrant dans les cinq mètres autour de leur nid.
Meccaya Im'Awhël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 25 Aoû 2014 - 14:17 Répondre en citantRevenir en haut


Meccaya - 13 ans (et demi)


Pour des raisons pratiques, Meccaya se retrouva bientôt avec la main de Nechama dans la sienne. Iel courait devant lui, sans se soucier des regards mauvais, des paroles mauvaises. Iel était heureux. Au final, son bonheur tenait à peu de choses: un cousin, et personne pour le lui voler ! Aaron aurait pu venir, ceci dit. Quand c'était Aaron, ce n'était pas du vol. Mais ces viles filles qui l'avaient accaparé cet après-midi... Rah ! Iel ne voulait pas y penser. Elles étaient sottes de n'avoir pas vu qu'il était occupé avec son cousin.

Ils allaient aller dans la forêt ! Ca allait être fort bien. Iel ignorait encore ce qu'ils allaient faire, mais ils allaient le faire ! Un bref instant, Meccaya se tourna vers son cousin. Il paraissait heureux. C'était fort bien ! Le sourire de Nechama faisait s'agrandir celui du plus petit. Iel ralentit un peu l'allure, en observant autour d'eux. La forêt était sombre, très sombre. Et encore, ils avaient de la chance: c'était un soir où Eurilya brillait de toute sa rondeur. Cela permettait vaguement de reconnaitre un semblant de chemin, quand les feuillages s'espaçaient un peu. Et Meccaya restait dans ce chemin. Iel savait qu'en sortir, s'aventurer dans le noir complet, c'était s'exposer à plusieurs chutes et bleus, en rencontrant racines, ronces et troncs imprévus. Mh ? comment savait-iel cela ? Iel l'avait lu. Croyez-vous vraiment qu'iel se serait tenté à une escapade nocturne en solitaire ?

Ils étaient entourés d'ombres et suivaient un chemin qui n'était qu'une ombre plus claire, faite de terre humide et de petits cailloux. Meccaya s'arrêta lorsque Nechama lui désigna les traces au sol. Oh, il avait bon oeil, son cousin ! En même temps, c'était son cousin, quoi. Iel se pencha également sur les traces, mais impossible de les identifier. En même temps, iel y voyait vraiment mal. Cela pouvait très bien être la Belle de Nechama, la Belle d'Aaron, Aaron lui-même, ou même sa soeur ! Mais, attendez. Il n'avait pas de soeur, non ?
Le neishaan eut un petit rire quand son cousin évoqua le "mauvais moment". Iel imaginait fort bien Aaron, sa Belle dans ses bras, et l'instant d'après Aaron qui leur courait après en morigénant et les calomniant de noms d'oiseaux, le visage tout rouge de colère et de gêne. Ouais, ce scénario lui plaisait bien. Cela valait même la peine qu'ils le mettent à exécution ! Si cela n'allait pas réellement blesser Aaron ? Pfteuh. Il comprendrait assez vite que c'était pour son bien ! Ou ne comprendrait pas, mais oublierait vite. Il était si gentil, Aaron !

Ils reprirent leur route, plus doucement, l'androgyne cherchant à suivre les traces de pas. Iel n'entendit tout d'abord pas les frelons, occupé qu'iel était à regarder le sol, en parlant, à mi-voix, à son cousin:

"- Tu crois vraiment qu'il est parti voir sa Belle ? Je ne pensais pas qu'Aaron était très intéressé par les filles. Tu sais, il passe son temps à se battre avec Tyron... Il est très fort, Aaron ! Il met des roustes à un Torhil ! Peut-être qu'en vrai, ce sont les traces de sa Belle, et elle l'attend, toute seule... Alors qu'il ne viendra jamais ! Oh, c'est trop triste, la pauvre ! Ceci dit, elle aurait pu en parler à Aaron en personne, elle n'aurait pas eu de désillusion à subir. Oh, mais on ne va tout de même pas la laisser seule ! Pauvre enfant... Mais dans ce cas, où serait parti Aaron, tout seul ? Peut-être qu'il en voit une autre. Ou peut-être qu'il est encore à taper sur Tyron. Ou alors, il a adopté un animal de compagnie, et il nous le cache ! En même temps, maman lui a dit qu'elle ne voulait pas de sanglier à la maison. Même si c'est très affectueux, elle a peur pour ses meubles, c'est bizarre... Nechama ?"

Ouais, iel piaillait beaucoup, parfois, seul avec Nechama ou Aaron. C'étaient bien les rares personnes devant lesquelles iel confiait sans honte ses pensées et états d'âme. Sans quoi iel était pudique au possible.
Enfin, iel se stoppa, sentant son cousin mal à l'aise. Iel se retourna. Ses beaux yeux noisettes s'arrondirent. Des frelons. Plein de frelons. Qui bourdonnaient, de plus en plus fort, maintenant qu'iel les avait remarqués. Des frelons qui allaient le piquer ! Mais pourquoi diable s'étaient-ils arrêtés ?

"- Bon sang, Nechama ! COURONS ! COURONS !"

Iel joignit le geste à la parole, courant devant son cousin, faisant de son mieux pour l'entrainer avec lui. Il ne serait pas malaisé pour Nechama de passer devant lui. Même si Meccaya fuyait avec toute la force de ses petites jambes, iel n'était pas bien rapide. Ils avancèrent ainsi, droit devant eux, sans plus suivre les traces, fuyant tout juste l'essaim qui leur volait après avec un bourdonnement furieux -on pouvait presque comprendre les insultes ainsi bourdonnées. Brusquement, Meccaya vit son cousin s'arrêter.

"- Mais... Que fais-tu ? Nechama, cours !"

Iel eut même le temps de lui passer devant, en courant. Iel ne comprit que trop tard l'hésitation de son cousin: on ne voyait guère ce qu'il y avait devant eux. Enfin, on le devinait, en regardant plus de deux secondes et demi. Mais pensez-vous que Meccaya allait s'arrêter, poursuivi par des frelons ? Iel courut comme un boeuf, et se retrouva à dévaler comme un dératé la pente qu'iel n'avait pas vu et qui descendait bien abruptement. Sa cheville fit un angle bizarre, et iel évita de se la fouler en tombant, puis en roulant, jusqu'au bas de la pente. Là, Nechama put entendre un grand "splouch" (pour peu qu'il ne soit pas tombé avec lui, et ne se soit pas joint à ce splouch). Son cousin venait de faire le plus beau plongeon de sa vie, dans une espèce de mare à moitié boueuse. Fort heureusement, elle n'était pas profonde. Bien vite iel parvint à se mettre à quatre pattes. Iel était trempé ! Et sans doute bien sale, mais iel l'ignorait encore. Ohlala, Mère allait râler, iel allait encore avoir les oreilles toutes rouges ! Bon sang, on n'y voyait goutte, ici. En tentant de s'extirper de là, Meccaya avança, en tâtonnant devant lui. Sa main rencontra un tas de poils. Ou de cheveux. Iel ne savait pas, mais c'était fort doux.

"- Necha..?"

Le côté positif, c'est que l'on n'entendait plus les frelons...
Nechama Sa’El Han
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 24 Oct 2014 - 23:15 Répondre en citantRevenir en haut


Nechama – 17 ans


Meccaya se mit à rire quand Nechama parla d’interrompre Aeron. Ainsi, son cousin avait cette idée. Nechama n’avait pas vu la proximité entre les deux frères se faire assez pour que Aeron acceptent cela sans se battre. Mais au pis, il suffirait de lui expliquer que sa courtisane avait tenté de courtisé Nechama. Ou lui signaler que les parents le recherchaient et Meccaya et Nechama seraient donc partis, en secret, pour le récupérer avant. Oui, cette version de l’histoire semblait la mieux. Et jamais Aeron ne tenterait de vérifier auprès de ses parents pour éviter d’être gronder.

Ils se remirent en chemin et Meccaya commença à parler autant à l’ondin qu’à lui-même. Si bien qu’il ne laissait aucun temps de pause entre ses pensées dites à voix hautes et que Nechama ne lui répondait pas. L’ondin sourit : c’était là un moment normal entre deux personnes d’une même famille. Pas de sorciers, pas de responsabilités : c’était une période agréable. Il fallait en profiter. Marcher tranquillement avec son cousin qui faisait une crise de jalousie et les quelques « Je ne sais pas » que Nechama répondait. Puis, il parlait d’animal de compagnie. Nechama alors songea à ses deux frères vieux chiens, désormais morts. Un élan de colère le prit envers les sorcières… Il ferma doucement son poing : même si ces moments d’insouciance étaient agréables, il ne fallait oublier son engagement envers le Rêveur.

Les frères et sœurs frelons arrivèrent alors… Et Meccaya réagit très rapidement –par rapport à ses habitudes- sans doute était ce normal… même un éclopé irait vite face à une nuée de frelons. Et Meccaya le prit et se mit à courir, pour sa vie. Les lieux défilaient et l’ondin tentait de se repérer pour leur cheminement retour. Plus grand que Meccaya, il le vit de loin alors, le fossé. Droit devant eux, ils fonçaient vers celui-ci et Nechama ralentit. Meccaya, lui, ne semblait pas l’avoir remarqué. Et même en tentant de l’arrêter, celui-ci continua. Nechama s’interrompit par reflexe et son cousin continua.

- Mais... Que fais-tu ? Nechama, cours !"
-Le fossé Mecca ! Tu vas tomber !

Il avait hurlé. Mais Les frères et sœurs frelons arrivèrent alors… Et Meccaya réagit très rapidement –par rapport à ses habitudes- sans doute était ce normal… même un éclopé irait vite face à une nuée de frelons. Et son cousin l’attrapa et se mit à courir, pour sa vie, ce qui était particulièrement un rythme enjoué et rapides. Les lieux défilaient et l’ondin tentait de se repérer pour leur cheminement retour. Plus grand que Meccaya, il le vit de loin alors, le fossé. Droit devant eux, ils fonçaient vers celui-ci et l’ondin ralentit. Meccaya, lui, ne semblait pas l’avoir remarqué. Et même en tentant de l’arrêter, celui-ci continua. Nechama s’interrompit par reflexe et son cousin continua. Et ce qui devait arriver, arriva : Nechama voyait le neishaan devenir de plus en plus petit, puis tout d’un coup, il le vit tomber et il n’y avait plus de Meccaya. L’inquisiteur avait remarqué que ses frères et sœurs frelons ne le suivaient plus… c’était déjà ça : ils devaient être sortis de leur territoire. Il s’approcha donc doucement de Meccaya… et là…. Il vit la scène.

Tout d’abord, il fallait décrire le lieu enchanteur. Le petit fossé sombrait en pente non raide, sur deux mètres. En son cœur s’ébattait une petite rivière au clapotis agréable. L’eau clair laissait entrevoir de petits galets qui, sous le coup des êtres qui s’ébattaient sur la rivière, tombaient dans tous les sens dans un son clair et distinct. A chaque mouvement, on pouvait apercevoir que le fond de l’eau était boueux. Si on oubliait la trace de terre retournée laissée par Mecca, et les quelques traces d’animaux sauvages, la terre meuble disposait de petites herbes naissantes et quelques bourgeons tentaient même de s’ébattre au sol. Et puis, il y avait son cousin trempé par l’eau sans doute froide. Celui-ci se relevait doucement alors que son frère le laissait poser une main sur lui. D’ailleurs, parlons-en de ce frère : léger petit détail important dans ce tableau dépeint. Il était grand, et gros. Particulièrement poilu, sa couleur maronnée fonçait en ses extrémités. Ses immenses pates disposaient de griffes longues. Sa gueule à la mâchoire puissante était parcourue de dents pointues bien ordonnées. Clairement, ce frère s’était battu à de nombreuses reprises, et une de celles-ci devait même être il y a peu de temps : des plaies parcouraient certaines zones de sa fourrure. Un frère ours… voilà ce qui était… de la chance. En fait, cela aurait pu être une sœur ourse et pourvu qu’elle ait des petits dans les environs… elle serait très agressive. Mais en tout cas, si l’animal avait faim… il tenterait de dévorer son cousin.

Et là, était un fort embêtement pour l’ondin… qu’est ce qui lui faisait justifier que la vie de son cousin était plus importante que celle de cet ours qui, peut être, sans repas direct en mourrait ? Fallait-il descendre ou rester en haut ? Nechama n’osait trop bouger. Il était armé du strict minimum : son père lui avait appris que les sorciers étaient partout. Il fallait toujours être prêt. Un tel animal aurait nécessité sans aucun doute de pouvoir l’attaquer de loin. Et si on ne l’attaquait pas… Etait ce possible que celui-ci ne se montre point agressif ?

"- Necha..?"

Son cousin l’appelait. Et l’animal grognait avant de se redresser et de beugler. Alors, Nechama attendit un signe du Rêveur. L’animal… ou lui ? Le mieux serait aucun des deux… Il ne disposait d’aucun poison mortel pour les aider… A la rigueur, il en avait un qui paraissait : mais avec une telle bête… quelle quantité faudrait il ? Et en combien de temps agirait il ? S’il agissait… Le vent le glissait en son dos : oui, il allait avancer. Et ce questionnement qui, au fond, n’avait duré qu’une seconde –mais dans l’esprit des êtres, les secondes peuvent être longues- le fit choisir de tout utiliser. L’ondin décida de ne pas sacrifier de poison et se saisit d’une pierre –le premier objet dans son environnement immédiat- et le jeta sur l’ours qui était trop occupé à regarder son cousin.

PARDOOOOON !

Ce fut sa déclaration alors qu’il jetait sur l’ours tout ce qui était à coté de lui : cailloux… bâtons… n’importe quoi. Il espérait que le poison fonctionnerait… de toute façon, il fallait courir à nouveau le temps que celui-ci agisse. A cet instant, Nechama hurla à Meccaya de courir. Le tout était de courir n’importe où, dans n’importe quelle direction… l’ondin le suivrait car, l’ours qui s’approchait de lui avait beau être son frère, l’inquisiteur n’avait absolument aucune envie de mourir ici. Alors quand une pâte se rapprocha un peu trop de lui, il se jeta au loin et se remit à courir. Son cousin semblait avoir réussi à s’éloigner de l’ours pendant que celui-ci s’occupait de l’ondin, si bien que cette fois, très clairement, ce fut Nechama qui attrapa son cousin et, le portant à moitié en le tirant, courrait pour sa vie. Les frelons…. Etrangement… lui faisaient moins peur que son frère ours furieux. Et, la chance les toucha car ils tombèrent dans un piège humanoïdes et, tombés dans leur trou, l’ours se détourna automatiquement d’eux. Sans doute se disait il qu’ils étaient bien idiots… Et Nechama commençait à se dire que cette soirée allait être épique. Très épique…

Mecca… Je te fais la courte échelle et… tu me hisseras d’en haut. Tu penses en être capable ?
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:24 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu