Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Le Feu et le Givre Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mer 6 Aoû 2014 - 17:52 Répondre en citantRevenir en haut

[ Suite de Quelque part sur la Côte des Pics ]
♦ Gaïaku 918, fin du mois.




Le fils d'une fëalocë et d'un humain ? Quelle ironie.. Il y avait encore un an, Runa était la cinquième épouse de l'Emir Ajdir d'Arsuh, un humain. Bien que Lokath fut trop âgé pour être son fils et elle trop jeune pour être sa mère, un rictus nerveux s'empara de la bouche de la jeune femme : elle aurait pu engendrer une telle progéniture. Mais grâce aux dieux, elle demeurait incapable d'enfanter. Elle se sentait à la fois profondément proche de ce demi-sang et à cent lieues de lui. S'ils savaient seulement qu'un seul être les unissait..
Ainsi ils continuèrent toujours à marcher, bras-dessus bras-dessous. Lokath se livra volontiers à quelques confidences sur sa vie passée et ses origines, bien que le tout semblait flou pour lui même. Une esquisse de sourire se dessina sur les lèvres de Runa, qui trouvait presque attendrissante l'histoire de son interlocuteur. Elle se surpris à réagir ainsi, mais après tout elle était elle même fille d'une sorcière de noble lignée, il lui était donc permis de rêvasser à des parents aussi extraordinaires et sortant du commun. D'autant que le simple maintien du jeune homme trahissait une engeance plus prestigieuse que celle d'un fils illégitime laissé à l'abandon dans un orphelinat de bas quartier. Lokath n'était pas qu'un batard. Elle le sentait mais n'était pas en mesure de l'expliquer.

Il lui était impossible de cacher son intérêt discret mais notable à ce que racontait le métis pendu à son bras, si bien que lorsqu'il voulut poursuivre à son "Peut-être que.." et qu'Estenir fendit les cieux d'un blanc nuageux au dessus d'eux, elle lui en voulut presque. Elle l'observa battre des ailes et se poser plus loin sur les hauteurs. Il s'adressa vraisemblablement à eux deux puisque Lokath parut réagir lui aussi aux propos de l'Empereur Noir, dont la voix rocailleuse et racée rompit leurs discussions.
Malgré sa peau d'albâtre, la fëalocë sembla blêmir. Son entrain et sa bonne humeur s'envolèrent comme un coup de vent souffle le sable. Si Lokath avait fait attention, il sentirait la princesse déchue se raidir par le simple contact de leurs deux bras. Un regard d'ambre et d'appréhension se posa sur le dragon cendré, et une pensée quasi murmurante s'égara dans l'esprit de ce dernier.

° Il a donc enfin décidé du supplice à m'infliger.. °


Runa avait-elle peur ? La furie sauvage avait-elle trouvé maître pour la dompter ? Deux questions auxquelles la réponse était non. A moins que ce ne fut un peut-être. Dans le fond, il fallait bien avouer qu'elle craignait d'éventuelles représailles à son comportement qui, après réflexion, n'était probablement pas adapté. Elle avait autant redouté ce moment qu'elle l'avait attendu. Ils avaient rompu toute relation presque dix jours plus tôt, et pendant ce temps, Runa avait autant rêvé d'excuses que de vengeance pour atteinte à sa personne. Après tout, tout était bien de sa faute, mais son déni était grand et elle refusait de porter la pleine responsabilité de leur dispute. Ses poings se serrèrent, ses traits se firent plus durs : il fallait qu'elle se donne du courage et assume les conséquences de ses écarts.

Runa prit une profonde inspiration qu'elle relâcha lentement, comme pour se préparer à leur confrontation. D'autant qu'elle n'allait pas se rendre devant son Maître les mains vides : Estenir lui ayant probablement parlé de Lokath, elle prendrait soin de l'emmener avec elle pour faire les présentation et prouver qu'elle était capable de se débrouiller seule. Cette idée était à double tranchant : ou Alauwyr apprécierait la volonté de son aspirante ou il la punirait pour sa prise d'initiatives.
Elle était trop tendue pour relever les propos de son jeune protecteur, lui qui déblatérait sur l'anneau d'or seyant la queue du dragon d'obsidienne. Assez brusquement, elle lâcha le bras de Lokath pour se mettre face à lui et l'inspecter. Il fallait qu'il soit présentable. Elle osa, assez familièrement, épousseter avec délicatesse le demi-sang et donner un minimum d'ordre à sa coiffure. Elle se tut tout au long du processus, partagée entre l'envie de rester concentrée sur sa future incartade avec le Seigneur et éviter tout échange avec Lokath dans cette situation qui pouvait paraître gênante pour eux deux. Après un regard satisfait sur son bien, Runa reprit le chemin menant aux weyrs. Le demi-sang n'aurait qu'à la suivre alors qu'elle avançait d'un pas soutenu et plutôt rapide. Il était temps qu'elle et son Maître en finissent de ces jeux d'enfants.

C'est toujours dans un silence presque dérangeant, et que le mercenaire ne comprendrait sûrement pas, qu'ils gravirent les marches conduisant aux appartements d'Alauwyr. Ils parvinrent enfin à cette large porte de bois qui séparait le couloir et les quartiers de sieur Iskuvar. Comme à son habitude, ce dernier ne s'était pas muni de la présence de gardes pour veiller sur lui, n'importe qui aurait pu entrer et lui nuire.. Enfin, encore fallait-il ne jamais l'avoir croisé et méconnaître sa carrure imposante et menaçante.
Runa jeta à Lokath un de ces regards qu'elle maîtrisait, ce genre qui vous martèle avec brutalité et fascination. Elle parla avec un ton presque solennel.

- Sois plus correct encore que tu ne l'as été avec moi. Tu vas rencontrer le Seigneur de cette cité.
Ne t'adresse pas à lui à moins de n'y avoir été convié.

Après s'être assurée qu'il ait compris la situation, la fëalocë frappa à la porte trois fois et attendit un bref moment avant d'entrer, sans avoir eu de réponse de la part de l'hôte des lieux. Elle pénétra avec la discrétion d'un félin, seulement trahie par le froissement à peine audible des pans de sa robe d'un noir ébène. Lokath ferma la porte pendant que sa protectrice cherchait du regard Alauwyr. Elle l'aperçut et s'inclina, plus en gage de paix envers son égal que de respect envers la hiérarchie. Après un temps de silence qui lui parut long mais nécessaire et juste, elle se permit de commencer les hostilités et d'asséner, franche :

- Me voilà face à vous, Maître.



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -



Dernière édition par Runa Salv le Mer 6 Aoû 2014 - 23:11; édité 1 fois
Visiter le site web du posteur
Publicité





MessagePosté le: Mer 6 Aoû 2014 - 17:52 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 535
Présentation: URL
RPs: 1 115
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mer 6 Aoû 2014 - 19:42 Répondre en citantRevenir en haut


Lokath Ildatar


A voir la réaction de la jeune femme, Lokath se demandait qui pouvait être cet Alauwyr qui provoquait une montée de stress certaine chez elle. Elle qui paraissait si sûre d'elle et si hautaine, voilà qu'elle était à la limite de paniquer. Lokath ne la connaissait pas assez pour savoir comment elle réagissait en tant normal. Mais au vue de sa réaction, l'homme cité par le dragon Estenir devait être d'un rang important. Le temps qu'elle respire un bon coup, elle se tourna vers son petit chien et tenta de l'arranger au mieux, comme si le moindre détail comptait. Le mercenaire se contentait de hausser ses sourcils d'étonnement devant un tel revirement. A croire que sa présence pourrait faire pencher la balance.

Estenir savoura en silence la gestuelle presque maladive de la petite princesse déchue à l'égard du demi-sang, pour le rendre le plus parfait possible. Elle se serait évanouie que cela en aurait été plus drôle. Dix jours qu'elle avait eu une totale liberté sans avoir de compte à rendre à personne. Dix jours où elle avait pu savourer une totale liberté et maintenant, elle était presque effrayée à l'idée de revoir son maître. Redoutait-elle une vengeance de la part du Seigneur pour son comportement ? Même le dragon noir n'avait pu lire le coeur et l'esprit de son lié pour anticiper les futurs interactions avec son aspirante. Se dandinant sur ses antérieurs, il répondit tout simplement :

°Tu verras bien par toi-même...°

A ces derniers mots, il prit son envol, laissant là la femme et son toutou terminer de se rendre présentable.

Lokath ravala quelques questions, avant d'avoir une réponse qui vint d'elle-même et complètement époustouflante. Runa allait le mener devant le Seigneur en personne ? Celui-là qui gouvernait cette cité fantastique ? Il comprenait mieux maintenant le besoin impérieux de Runa de rendre toutes les choses parfaites. Mais à la lueur de ses yeux d'ambre où une flamme fière et hautaine vibrait quelques instants, il perçut une petite flamme vacillante et apeurée. Etait-elle effrayée ? Il le crut, et garda le silence, la laissant arranger ses cheveux et sa tunique. Heureusement qu'il avait pris un bain la veille et qu'il portait en professionnel une véritable épée. Elle ne passera pas ainsi pour une jeune fille en mal de bien se faire voir. Puis toujours stoïquement, il la suivit, montant dans son sillage les escaliers menant dans les weyrs, dont celui d'Alauwyr. Il en profita pour contempler les lieux et les moyens d'accès. Il restait un mercenaire, apte à user de son environnement en cas de nécessité. Une fois devant une large porte, il eut la surprise de pas voir de garde. Un souverain n'avait-il pas des gardes en permanence avec lui ? Runa lui précisa quelques points à respecter. Dans un sens, elle lui rappelait sa place.

''Bien ma Dame. ''

Une réponse simple était le mieux à offrir à une jeune jouvencelle au bord d'une crise de nerf. Runa toqua trois fois à cette porte, patientant en gardant un port droit et digne et comme aucune réponse ne venait, elle entra de son propre chef. Lokath hésita quelques secondes avant de suivre ses pas. Il veilla à refermer la porte derrière lui avant de se retourner et faire face... Au Seigneur en personne. La jeune femme à la chevelure flamboyante s'était en train de s'incliner devant lui quand le jeune mercenaire croisa à en frémir un regard intense et dangereux, abyssal et froid. Une seconde, il crut chercher la poignée de son épée en se sentant menacé par cette forte présence qui émanait de cet homme à la longue chevelure grisée. En restant figé devant lui, il comprenait mieux la réticence de celle qu'il servait. La haute stature et la large carrure du Seigneur reflétait le guerrier éprouvé qu'il était. Son visage balafré lui donnait un air redoutable. Mais ce regard... Lokath réussit à imiter sa maîtresse et s'inclina à son tour.

Alauwyr avait accordé une brève attention à son aspirante avant de toiser l'inconnu. Les sourcils froncés, il s'attarda sur ce nouveau venu.

''Je ne crois pas d'avoir fait demander pour amener de la compagnie....''

Quelque chose chez ce jeune homme dérangeait Alauwyr, quelque chose qui provoqua une crispation des muscles de sa mâchoire. Ce fait n'échappera à personne. Les bras croisés dans le dos, dans une attitude hautaine, il rejeta son intérêt sur sa jeune élève. La présence de cet homme n'était qu'une frasque après tout, destiné à le provoquer une fois encore. Dix jours qu'il ne l'avait pas revu et leur dernière conversation dans la bibliothèque était encore fraîche dans ses souvenirs.

''J'espère que tu as su profiter de tes quelques jours de liberté. Il est temps désormais de reprendre ton instruction. Tu peux demander à ton... serviteur de sortir. Tu n'as pas besoin de lui... ''

Le port d'une épée à la ceinture de cet inconnu avait attiré le regard sombre du Seigneur. Il avait eu le temps de le détailler. Bien que plus jeune que lui, Lokath avait tout d'un rude combattant. Le dessin de ses muscles sous sa tunique sombre dévoilait une habitude du maniement de son arme. Une tunique sombre, qui s'accommodait bien avec son pantalon de même temps... Runa ne manquait pas d'idées pour espérer énerver son Maître. Cherchait-elle à lui montrer par un homme proche de sa ressemblance qu'elle pouvait falsifier son image de Seigneur pour le reléguer symboliquement à la place de valet ?

''Sauf si tu redoutes pour ta vie... je ne croyais pas capable de t'allouer les services d'un guerrier...''

Lokath qui s'était redressé en même temps que sa salvatrice se retenait de toiser cet homme à la voix froide. Lui aussi se demandait à quel jeu jouait Runa. Étrangement, outre ses yeux, cet homme le fascinait. Malveillant et puissant... Deux aspects qu'il l'attirait. Mais il ne savait pas pourquoi. Il ressentait également l'envie de se mettre entre lui et Runa, de la protéger de cette fureur effrayante qui émanait de l'être du Seigneur. Il réussit à tenir sa langue mais sa main se posa d'instinct sur le pommeau de sa toute nouvelle arme. Ce geste suffit pour qu'un sourire carnassier naquit sur le visage du Seigneur.

''Quoi qu'il soit, il serait dommage que je vienne à lui apprendre les manières... hormis ton passe temps avec lui, as-tu appris quelques domaines que je t'avais suggéré la dernière fois au sein de la Bibliothèque, ou le fait de te retrouver face à moi te donne quelques sueurs froide, guettant l'instant de la chute du couperet ? ''

Lokath étudiait pendant ce temps cet homme. Un grand souverain sans nul doute, mais il avait été autre chose derrière. Sa façon de reconnaître des signes, des gestes de combattants ne trompait pas... Alauwyr avait braqué son regard ténébreux sur la furie.

''Je ne reviendrai pas ce qui s'est passé à notre dernière... leçon. J'espère pour toi que tu as mesuré quelles étaient les limites à ne pas dépasser. Car il n'y aura pas de prochaine fois. Et toi seule pleurera le déshonneur d'être dans les mains d'un autre Maître-Dragon... ''

Runa pourrait être en droit de se demander si son maître avait tellement récupérer de cet étrange état émotionnel qui avait bien manqué de lui broyer son petit cou.

''As tu quelque chose à me faire part, Aspirante ? ''



Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Mer 6 Aoû 2014 - 23:10 Répondre en citantRevenir en haut



L'ambiance était lourde, pesante.
Une inébranlable tension embaumait l'air autour des trois individus et chacun pouvait en ressentir la pression, comme un poids appuyant sur leurs épaules. Et qu'importe leur force respective, le résultat fut le même. Les regards s'échangeaient, accablant l'un et l'autre des protagonistes avec une signification particulière pour chacun tout en laissant libre cours à des interprétations. Alauwyr toisait l'inconnu qui accompagnait son aspirante avec une certaine dureté. Une dureté qui fut telle qu'elle le transcenda : le Seigneur se crispait face à Lokath, il le fit sans censure et sans pouvoir masquer son ressenti à quiconque. La fëalocë, face à cette réaction, ne put s'empêcher de hausser un sourcil interrogateur à l'encontre de son Maître, qui semblait faire fi de toute chose si ce n'était d'observer et détailler ce jeune homme qui se tenait à ses côtés.

L'espace de quelques secondes, Runa n'était plus au centre de l'intrigue qui se jouait. Non pas qu'elle en fut blessée, elle se retrouva surtout cernée par la stature imposante de ces hommes bien plus puissants qu'elle. Comme le ferait une fillette au milieu d'une dispute, ses regards allèrent d'Alauwyr à Lokath, puis de Lokath à Alauwyr et ainsi de suite, plusieurs fois. Comme s'ils discutaient et qu'elle ne pouvait pas entendre leurs paroles mais qu'elle cherchait à comprendre la quintessence de leurs échanges. Pourtant, il n'en n'était rien. Et à mesure qu'elle les observait, une question revenait sans cesse.. mais il n'était pas encore temps de la poser.

Elle ne dit mot. Sa seule attitude fut d'écouter - faussement - sagement son Maître et peut-être était-ce, aux vues des circonstances, le meilleur comportement à adopter pour l'heure.
Alors qu'Alauwyr lui signifia de congédier son petit rescapé, elle voulut appuyer la raison de sa présence mais se tut. Elle allait devoir apprendre à tourner sa langue dans sa bouche avant de s'exprimer.. Même si sa nature en avait fait une implacable impulsive, et ce depuis l'enfance.

Prête à ne pas tarir d'éloge au sujet de son demi-sang en laisse, prête à lui avouer qu'il n'était pas qu'un serviteur sans discernement, elle se ravisa et laissa parler celui qui la commandait. Elle crut pourtant presque pressentir l'effluve d'une once de jalousie, à vouloir ainsi l'expédier au dehors, mais peut-être se trompait-elle. Pourtant, ainsi entourée de l'aura imposante de chacun de ces deux hommes, elle avait le sentiment d'être au milieu d'une arène, comme piégée par deux fauves.
D'ailleurs, lorsque Lokath porta la garde au pommeau de son épée, la jeune femme le retint en dressant une main devant lui, lui soumettant un regard qui stipulait clairement un non. Il avait beau paraître doué pour son art, ce jeune mercenaire périrait sous la lame d'Alauwyr, elle le savait. Elle l'avait vu faire. Néanmoins, l'attention défensive de Lokath lui réchauffa le coeur, dans cette pièce si froide..

* Pitié, nous ne sommes plus des enfants. *


Avec une audace toute habituelle chez la princesse déchue, Runa daigna croiser hardiment le regard d'Alauwyr. Ces ténèbres.. ce Néant.. Cette noirceur pourtant si expressive.. Difficilement, la fëalocë dut se rendre à l'évidence : cette froideur abyssale lui avait manqué. Et peut-être se perdit-t-elle ainsi longuement, dans ce vaste, glacial et obscur océan d'ébène qui avait su sonder son âme dès le premier jour. Elle avait presque secrètement désiré retrouver ce sentiment malsain d'être chassée, d'être la proie et non plus la prédatrice. Mais en voulant une telle chose, elle ne se remémorait que l'ardeur et la main de son Maître enserrant sa gorge alors qu'il la toisait dangereusement, prêt à briser sa nuque selon son bon vouloir.
Une fois de plus se confrontaient le regard sombre et hivernal d'Alauwyr à l'enfer de lave et d'or des yeux de Runa.

* J'espère que tu vas mieux.. *

Alauwyr parla avec une certaine fermeté à son encontre, prenant soin de rappeler les nouvelles règles à suivre. Une part de soulagement lui desserra le ventre en apprenant qu'elle avait le droit à sa seconde chance. Mais ce soulagement se confrontait au cynisme de ses pensées, qui ne demandaient qu'à s'exprimer avec grand bruit. Runa n'aurait pas pleuré face au déshonneur de la perte de son rang d'aspirante du Seigneur, mais sa rage aurait été grande. Elle en vint à penser que c'est Alauwyr qui aurait perdu beaucoup en la perdant elle. Peut-être se trompait-elle sur toute la ligne, mais elle avait l'impression de lui offrir quelque chose qu'il n'avait jamais connu et qu'il appréciait : une once de défi, de la résistance. Tous deux avaient, au cours de leur vie, commandé bien plus qu'obéi, sans ne jamais rencontrer de réelle protestation. Et parfois, il était bon d'être confronté à un mur pour se rappeler sa place. Pour l'instant, Runa capitulait.. en apparence.

- As tu quelque chose à me faire part, Aspirante ?

La question fut assez brutale, surtout après tout cet étalage de principes qu'il venait de lui énoncer pour lui remémorer qui était le dominateur et qui était la soumise. Elle ne sut pas quoi répondre immédiatement sans déclencher un incendie verbal, mais elle savait bien que le plus judicieux était d'éviter un sujet qui les concernait tous les deux. Elle avait cependant bien conscience de sa chance, elle ne lui dirait simplement pas merci, tout comme elle ne poserait pas le genou pour implorer sa grâce. Elle préférait mourir.
Son attention fut toute donnée à Lokath, qui restait sagement près d'elle malgré quelques regards hostiles à l'égard d'Alauwyr. De sa voix douce et suave, elle répondit :

- Lokath Ildatar.
J'ai trouvé ce naufragé, presque mort dans les roches d'une plage de la Côte des Pics de Cendre. Il s'avère qu'il possède le Don et il était mercenaire avant que l'océan ne décide de rappeler à lui le navire sur lequel il voyageait. Il.. il..


Runa fixa Alauwyr une fois de plus, puis Lokath. Elle battit des paupières plusieurs fois, pour s'assurer qu'elle n'était pas prise d'hallucinations ou que son esprit ne lui jouait pas des tours. Maintenant qu'elle avait face à elle ces deux hommes, une révélation longuement ravalée lui brûlait la langue avec une telle force que cette fois elle ne put se retenir.

- Pardonnez-moi mais votre ressemblance est.. plus que frappante..
Il possède mes yeux mais arbore vos traits de façon presque calquée. En plus jeune, plus petit..
Se peut-il que vous ayez un frère et que, par un étrange hasard, il ne se soit mis sur ma route ?


La fëalocë accorda à Lokath un regard perçant, presque accusateur. Runa se sentait perdue.. Et dans sa perdition, elle poursuivit, toujours en regardant son protecteur et protégé :

- Ne m'as-tu pas dit que tu étais d'origine Ssyl'Sharienne, comme l'était ta mère ? Et comme l'est notre Seigneur ? Tout comme.. je le suis.


Runa ne croyait pas au destin, ni même à la pureté d'un hasard innocent. Et alors qu'elle relevait des détails qu'elle jugeait anodins, une vérité explosive croissait, prête à éclater.
L'ambiance était lourde, pesante. Et elle se lestait d'avantage..



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 535
Présentation: URL
RPs: 1 115
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Jeu 7 Aoû 2014 - 16:22 Répondre en citantRevenir en haut


Lokath Ildatar


Le visage balafré d'Alauwyr resta stoïque, dans cet air glacial et aucune émotion ne brillant dans les abîmes de son regard. L'affirmation de Runa sur la ressemblance si évidente avec le dénommé Lokath ne le toucha pas. Ses sourcils s'étaient froncés à l'évocation du nom. Là où Runa pourrait s'attendre à une explosion de son maître, il ne se passa étonnamment rien. Rien hormis le poids de cette tension qui pesait sur les épaules de chacun, dans ce silence oppressant. Le Seigneur se contenta de rejoindre une petite table où se tenait pour ses habitudes une carafe en cristal empli d'un liquide ambré. Il se servit une coupe entière et la but d'une traite. Lui qui savait l'apprécier à sa juste saveur, il ne prit pas le temps de sentir la subtilité mielleuse de cet hydromel qu'il appréciait temps. Il se resservit un second verre avant d'affronter de face le duo de jeunes gens

Runa s'attendait peut-être qu'il la critique sur le choix vestimentaire qui la faisait fabuler sur la ressemblance du dit naufragé avec le Seigneur. Mais rien ne vint, sauf cette inquisition que leur jeta Alauwyr, plongeant son regard intense dans la mer ambrée de Runa, puis dans ceux de Lokath. Leur éclat identique ne lui mentait pas.

Lokath se sentit soudain mal à l'aise. La sueur rendait sa peau poisseuse et il détesta être le centre d'un tel intérêt si intense et si soudain. Pour dissimuler le malaise qu'il ressentait face à Alauwyr, il se concentra sur Runa, répondant d'abord à ses questions.

''Je viens bien du Désert, et ma mère y vivait, mais....''
''Mais le Hasard prend un doux plaisir à confronter des personnes à un tournant des existences auquel on n'y s'attend pas... Le Hasard a voulu que tu échoues ici et que ce soit Runa qui te trouve...''


Le maître noir était étonnamment calme, même si sa voix vibrante avait de quoi faire frissonner. Alauwyr avait toujours jugé être le seul décideur de son Destin. Lui seul et personne d'autre. Même quand la situation lui échappait totalement. Au moins Runa pourra se vanter bien plus tard que son maître ne la jugea pas sur une farce de très mauvais goût.

''Je trouve étrange la ressemblance qu'il a avec tes yeux, ma chère Runa....''


Il but une bonne gorgée de son hydromel avant de se faire à la réalité qui se tenait devant lui. Il avait connu bien des femmes séduisante dans sa vie de mercenaire et il s'était toujours fait à l'idée d'avoir laissé dans son sillage quelques bâtards Cette descendance probable ne compterait jamais à ses yeux. Elle ne restera que le fruit d'une nuit de plaisir, le temps d'un passage nocturne dans un lit chaud et accueillant. Mais jamais, oh jamais il n'aurait cru voir le fruit de son propre sang échouer sur la Terre de l'Aube. Même si la surprise aurait pu lui faire écarquiller les yeux, il resta de marbre à la réalité qui se reflétait dans ses yeux dépourvus de tout sentiment. Lokath... Bien que plus petit et moins large qu'Alauwyr, il arborait la même mâchoire volontaire et le nez droit. Son port altier et cette façon de se redresser dévoilait un caractère fort et sûr de ses capacités. De plus, sa chevelure blanche n'était guère commune chez les peuples du Désert.

''Je n'ai jamais eu de frère et quand bien même j'en aurai eu un, il n'aurait pas vécu longtemps pour en témoigner...''


Dans sa rude existence, Alauwyr avait appliqué les durs préceptes de la vie : tuer ou être tué. Lui avait su survivre à bien des combats. A ses yeux, les plus forts méritaient de survivre. Le pire de ses ennemis pour un homme est les liens qu'on peut tisser avec une famille... Au coeur d'une famille, la trahison pousse toujours un de ses membres à se retourner contre un autre. Et voir maintenant qu'une personne était là, en face de lui, avec une partie de son sang qui coulait dans ses veines... L'ombre effrayante de ses yeux ne disparut pas malgré le plissement qu'il eut à la darder sur ce rejeton... Sur ce cadeau empoisonné du Hasard.

Lokath finit par s'énerver. Il avait besoin de savoir ! Il fallait qu'il entende les mots que ce Seigneur gardait entre ses lèvres !

''Allez vous dire ce que vous savez à la fin ? C'est amusant pour vous, mais cela me tend les nerfs ! ''
''Quelle patience ! Le sang Feälocë ne semble pas facile à dompter en toi, n'est ce pas ? Tu veux savoir ? Très bien. Ecoute aussi Runa, car tu ne vas pas du tout apprécier. ''


Fut-ce un rictus ironique qui passa dans le coin de ses lèvres quand il leva une nouvelle fois son verre pour boire une gorgée de son doux nectar fruité ? Il n'était adressé à personne en tout cas, uniquement un ressenti intérieur d'Alauwyr.

''Nuja... Quelle femme à la beauté incomparable....est-ce-t-elle qui te nomma ? ''
''On me dit qu'elle me nomma ainsi avant qu'on m'enlève à elle et... ''
''Sais-tu que veux dire ton nom dans la langue des nomades ? ''


Comment Alauwyr pouvait-il rester aussi impassible ? La réponse était si évidente, si surprenant qu'il resta là, à attendre de dévoiler de sa propre bouche la vérité que les deux jeunes guettaient avec impatience et crainte.

''Ildatar signifie ''Fils du démon''Poursuivit-il.''Je ne lui savais pas ce côté humoristique... '
''Vous en avez pas assez de jouer les devinettes ? ''
''Modère tes paroles ! Je ne suis pas un de ces chiens qu'on te paie à écorcher ! Oh oui je sais ce que tu aies... Je n'ai pas besoin de le dire pour avouer ce que tu es. Le Sang sait reconnaître le Sang. Et Runa ne pourra pas dissimuler les pensées de son coeur... Le même regard enflammé, cette même volonté supérieure... Oui ma chère Runa, pourquoi nier l'évidence ? Il n'y a que ta lignée pour avoir cette couleur ambrée... et personne d'autres. J'ai assez vécu au Ssyl'Shar pour connaître les familles dirigeantes des Oasis..... ''


Inébranlable jusqu'au bout, le Seigneur déposa son verre vide à côté de la carafe d'hydromel, jeta un regard courroucé à ce demi-sang qui se révélait donc être un bâtard de son sang. Ses bras ses croisèrent sur son torse puissant. Silencieusement, il guetta la réaction de son aspirante, tout en surveillant le jeune homme un peu trop impulsif sur le coup... A voir sa tête d'ahuri, il aura à digérer qu'il était le demi-frère de Runa et le fils d'Alauwyr, de ce Seigneur qu'il croisa pour la première fois de sa vie. Le Hasard aimait tellement s'amuser à des jeux cruels...Et même à cette révélation, cela ne semblait pas choquer le Maître Noir. Ou alors il le dissimulait parfaitement...Peut-être qu'il luttait contre lui-même de cette fatidique évidence : celle d'avoir un fils sous le nez...Son coeur battait plus fortement que d'ordinaire, mais il battait pour le danger que représentait désormais Lokath... Alauwyr ne redoutait personne, à part lui-même....



Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Jeu 7 Aoû 2014 - 22:55 Répondre en citantRevenir en haut



La connaissez-vous, cette impression que le Destin reprend ses droits sur votre vie en toute impunité avec l'abyssale cruauté accordée à son rang d'émissaire du Chaos ? Cette impression même qui étiolait chacune des pensées de Runa comme on arrache une à une les pétales d'une fleur.
Le sourire nerveux qu'elle tenait s'effaça peu à peu, un peu plus dissipé à chaque seconde par les paroles d'Alauwyr. Sa respiration se fit de plus en plus saccadée et difficile, comme si ses poumons étaient écrasés par l'irrémédiable pression exercée par l'ambiance d'une lourdeur insoutenable. Elle n'avait pas idée de l'enchaînement d'évènements que les révélations à venir allaient déclencher..

- Je trouve étrange la ressemblance qu'il a avec tes yeux, ma chère Runa...

Lorsqu'il évoqua son prénom, avec ce timbre de voix à mi-chemin entre la menace et la prestance, la fëalocë ne put récuser un frisson de transcendance. Elle avait déjà relevé la correspondance quasi identique entre ses yeux et ceux de Lokath, elle-même désabusée de croiser au hasard d'un naufrage un homme capable de porter de telles opales comme des joyaux qu'elle pensait propre à sa pure lignée. Mais où voulait-il en venir ? Les hypothèses de Runa fusèrent à toute allure, effleurant dangereusement une vérité qui n'attendait qu'une chose : éclater au grand jour et avec fracas.
La Furie avait reporté toute son attention sur celui qui était son Maître, le fustigeant d'un regard noyé par l'envie et la nécessité qu'il poursuive son discours afin d'enfin comprendre où il voulait en venir. Elle était là, de marbre, comme figée par les simples propos du Seigneur, pendue à ses lèvres dans une insoutenable attente. Sa respiration s'accéléra peut-être, mais le reste de son corps se crispa cependant. Elle émit un sursaut discret lorsque Lokath laissa éclater sa rage impatiente de comprendre lui aussi le but d'Alauwyr. Néanmoins, elle semblait faire abstraction de toute chose en ce lieu, se retenant uniquement au démon aux cheveux d'argent plus qu'à toute chose comme s'il s'agissait de son Salut. Elle était au bord de l'explosion, prête à lui sauter à la gorge pour qu'enfin il avoue ce qu'il savait.

Il lui conseilla de prêter une oreille plus attentive encore à ses propos. Ce qu'elle fit. Et ce fut comme un coup de poignard en plein coeur..
Son souffle se coupa à la simple prononciation du prénom de sa mère : Nuja. Une fëalocë nommée ainsi, il n'en n'existait qu'une seule et unique. Une princesse de haute lignée et de sang pur, donnant à son tour naissance à une princesse de haute lignée et de sang pur, ainsi qu'à un petit prince.. et Lokath.. Runa porta à sa bouche une main tremblante pour retenir un cri de stupéfaction alors que l'immensité de ses iris d'or s'écarquilla. Enfin elle comprenait.. Le reste de l'annonce d'Alauwyr lui parut flou tant elle était sous le choc. Elle demeurait là, à mi chemin entre celui qui s'avérait être son demi-frère et celui qui, outre tenir le rôle de Maître, aurait pu être son père.
Figée, incapable de bouger et de s'exprimer, désarmée.
Ses muscles s'étaient raidis d'un même accord, comme si l'entièreté de son corps frêle avaient reçue la révélation avec la même brutalité que le reste de ses sens. Elle resta longuement ainsi, clairement prostrée et bien loin de son maintien royal de sang noble, la main toujours à ses lèvres. Le plus effarant était que le Maître Noir se tenait là, impassible en vidant ses coupes d'hydromel, déclarant sa confession comme on annonce une information futile ou dérisoire..

Après plusieurs minutes de ce silence insondable propres aux êtres viscéralement heurtés, alors que Kaziel et Zakeriel se repaissaient sans doute de leur oeuvre, la fëalocë dédaigna Alauwyr avec dégoût et accablement. La saveur amère laissée par cette forme d'aveu ne finissait d'imprégner son palais, comme une litanie silencieuse. Comme une plaie que l'autre s'amusait à aggraver encore, encore et encore.. Il lui était impossible de digérer la nouvelle..
Une émotion inconnue s'empara de Runa : pour la première fois de sa vie, des larmes naquirent de ses yeux et ruisselèrent lentement le long de ses joues. Pour la première fois de sa vie, la princesse du Désert pleurait. Elle dévisagea Lokath avec un regard empli de détresse et d'incompréhension, ne sachant quoi ajouter dans ce moment étrange de retrouvailles et de découvertes. Son demi-frère.. Ils étaient liés par le sang, qu'elle l'accepte ou non.. Que pouvait-elle bien lui dire ? Son seul mouvement fut un pas hasardeux et chancelant de recul, balayée par les dernières déclarations de son Seigneur et Maître.

D'une voix presque éteinte, au bord du murmure mais que pourtant tous deux pourraient percevoir, elle glissa à l'intention d'Alauwyr, la gorge serrée par l'émotion :

- Vous saviez.. vous saviez depuis le début, depuis le premier jour.. Dès l'instant où je vous ai révélé mon nom et que vous avez croisé mon regard.. Vous avez su qui j'étais..

Puis vint enfin le moment de laisser place à l'effervescence de sa race. Runa tenta de se calmer et elle reprit une respiration plus profonde. Peu à peu, son sang se mit à reprendre sa course effrénée, son agitation perpétuelle et insatiable. D'un geste rageur, elle essuya les dernières larmes qui s'écoulaient de ses yeux rougis comme pour chasser ce dont elle avait honte. La confession prenait peu à peu l'aspect d'une trahison odieuse et la duperie qu'elle avait subie au cours de ces dernières semaines ne resterait pas impunie.
Ses phalanges se crispèrent brutalement, comme si le démon qui la possédait avait repris sa place, prêt à tout balayer sur son passage. Runa ravala un sanglot, et d'un pas assuré qui n'était guidé que par l'impulsivité de son espèce, elle fit face à Alauwyr. De toute sa force décuplée par la hargne de punir la blague de mauvais goût dont elle était victime, la main pourtant fragile et pâle de la fëalocë prit des airs de poigne de fer alors qu'elle asséna à son souverain une gifle d'une force incontestable. Oh elle avait bien réfléchi.. Et qu'importaient les conséquences de son acte.

Sa voix était dorénavant forte et baignée d'une colère embrasée. Alauwyr ne l'avait jamais vue sous ce jour.. Elle frappa des deux poings - dans l'idée de le pousser, en vain - sur le torse encore brisé de l'humain en hurlant, enragée :

- VOUS AVEZ A JAMAIS SOUILLÉ LE NOM DE MA LIGNÉE, LE NOM DES SALV !
VOUS VOUS PRÉTENDEZ SEIGNEUR ?! VOUS N’ÊTES QUE L'INCARNATION DE LA FAIBLESSE DES HOMMES ! IL N'EST NULLE FORCE EN VOUS !


Ses doigts fins saisirent le col de la tunique de cet homme bien plus grand qu'elle pour s'y accrocher. Elle tirait de toutes ses forces pour le déstabiliser avant de finalement relâcher son étreinte, avec brutalité. Des larmes de rage s'échappèrent de ses yeux alors qu'elle fixait Alauwyr dans les ténèbres de ses opales d'onyx. Qui aurait pu croire qu'un petit bout de femme comme elle se montrerait aussi véhément ?

- Puissiez-vous périr dans la solitude et la souffrance la plus totale, déchu, exilé et meurtri, sans avoir accompli aucun des rêves que vous nourrissez avec ardeur, sans avoir laissé la moindre trace de votre passage dans ce monde qui mérite qu'on se remémore votre nom.

Sa voix était d'une froideur immense, glaciale et impitoyable. De mémoire, jamais Runa n'avait été aussi profondément et volontairement cruelle envers quelqu'un, avec pour réelle ambition de blesser, pas même envers feu son époux. Alauwyr ne pourrait rester indifférent aux propos de son aspirante car elle avait sincèrement envie de lui nuire psychologiquement, de le briser, de le faire réagir. Elle voulait qu'il souffre. Et il ne s'agissait en rien de paroles en l'air.
Peut-être dans l'espoir fou de sauver sa vie, ne serait-ce que l'espace de quelques secondes, Runa recula en fixant toujours Alauwyr avec colère et anéantissement à la fois. Ce même regard se posa sur Lokath, pour qui elle éprouvait un mélange de compassion et de haine.. Comme l'envie de le prendre dans ses bras et d'étreindre son frère, et le désir ardent d'abréger la vie de l'abomination au sang-mêlé qui brisait la pureté de sa famille.

Elle toisait son Seigneur, le coeur battant à allure folle au point tel qu'elle en souffrait. Elle était prête à subir les conséquences de ses actes. Et sans honte, sèchement, elle asséna :

- Finissons-en..

Mais elle ne vit pas la suite de cette scène. Son état de choc était grand, et sa dépense d'énergie dans cet embrasement incontrôlé de fëalocë avait puisé le peu de ses ressouces. Runa, après avoir tenté de se retenir à une chaise proche d'elle, prononçant le prénom de son demi-frère, sombra dans le sommeil profond et noir de la léthargie..



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 535
Présentation: URL
RPs: 1 115
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Ven 8 Aoû 2014 - 14:56 Répondre en citantRevenir en haut




Lokath Ildatar



Lokath était toujours figé par cette vérité, apprise en l'espace de quelques minutes, découvrant des liens qu'il avait été loin de s'imaginer. En quelques phrases, il se retrouvait être le fils bâtard d'un Seigneur dirigeant une cité d'hommes et de dragons, et le demi-frère d'une princesse du Désert. Le cri d'hystérie de sa demi-soeur justement le tira à peine de son immobilisme, contemplant un spectacle empli de haine et de rage. Runa s'était jetée sur le Maître Noir, l'assenant de coups de poings après lui avoir offert une douloureuse gifle. Face à un homme de sa force, ce n'était que des coups passables, voir à peine percutants. Pourtant, Lokath remarqua malgré ses yeux écarquillés devant une telle furie une grimace de douleur émis par Alauwyr. Même les petits poings de Runa semblait provoquer quelque chose. Une vieille blessure ? Il n'oubliera pas ce détail

Il ne put s'empêcher de faire un pas en avant quand Runa attrapa le col de la tunique de son maître, tentant de le faire choir. SA force menue ne lui apporta rien, hormis le regard pénétrant du Seigneur Ardent, qui ne cillait même pas devant la colère de la jeune femme. Même sous sa menace qui prenait des allures de malédiction, il garda un silence froid. Guettait-il la faille, l'instant propice pour entrer en scène et la remettre violemment à sa place ? Lokath ne put s'empêcher d’admirer pareil sang-froid. Runa aurait agi contre lui de la sorte, ses muscles auraient tressailli d'impatience et il aurait fini par hurler plus fortement que sa demi-soeur. Mais il n'était pas Alauwyr, il s'en rendait compte. La réaction tempétueuse se brisait sur l'homme à la longue chevelure blanche comme les flots d'une mer déchainée contre des falaises.

Des larmes coulèrent à nouveau, roulant sur les joues de l'Aspirante. Toute sa rage s'écoulait en plus d'étinceler avec force dans son regard d'ambre. Un véritable brasier naquit. Au fond d'elle-même, bien des émotions devaient la bouleverser, se choquant entre elles et la perturbant plus encore. Le regard qu'elle porta à Alauwyr suffit à le faire réagir, enfin. Mais peut-être n'aurait-elle pas le temps de voir un étrange voile passer au-dessus des abîmes qui composaient ses yeux. Quand elle se tourna ensuite vers son demi-frère, Lokath frémit. Tant de haine et tant de détresse à la fois. Il risquait à ce moment là beaucoup de choses alors qu'il n'avait encore rien construit ici ! Il voulut la prendre dans ses bras et la protéger de l'être glacial qui la dominait, si inhumain dans ses réactions impavides !

Le jeune mercenaire se tétanisa quand Runa montra des signes de vacillement, alors qu'elle s'était montré prête à recevoir le jugement de son maître. Voyant au ralenti sa soeur choir, il commença à se précipiter vers elle qu'une main la retint dans sa chute. Instinctivement Lokath se préparait à sortir son épée si jamais Alauwyr était dans l'intention de nuire à la Feälocë. Il calma rapidement sa fureur protectrice quand le maître noir prit la pauvre inconsciente dans ses bras comme si elle n'était plus qu'une chose délicate et la mena à son lit, sans adresser un seul regard à Lokath. Le jeune mercenaire s'autorisa un rapprochement. Une fois Runa allongé, Alauwyr se tourna vers lui. Il sourcillait de voir le demi-sang si proche de lui et d'être venu sans sa permission. Mais il ne fit aucun commentaire et se détourna pour se diriger vers l'immense fenêtre ouverte qui donnait sur le balcon extérieur. Sa surface était si grande qu'elle offrait suffisamment de place à un dragon de s'y poser.

''Pourquoi ? ''

Les mâchoires du Seigneur s'étaient crispées à cette simple question. Pourquoi ? Qui était-il pour oser lui demander la raison de tout ceci ?

''Je n'ai pas à te répondre. ''
''Avez-vous seulement éprouvé du remord à la mettre dans cet état ? Êtes vous seulement un homme pour rester aussi froid ?"


Lokath se sentit soudainement empoigner au col. Sans effort, Alauwyr le souleva presque du sol en serrant à deux mains le haut de sa tunique. Sa voix s'était faite plus forte et plus dangereuse.

''Ne crois que le fait que mon sang soit à moitié dans tes veines que cela te donne le droit d'oublier qui tu es et où tu te trouves ! Apprends que je te dois rien ! A peine arrivé au Kaerl que déjà tu te lances sur une pente raide et glissante. ''
''Pourquoi ne pas avoir révélé que vous connaissiez la famille de Runa ? ''
''Tu persistes hein...''


La poigne d'Alauwyr se serra plus encore. Lokath insistait oui ! Il tenait à avoir au moins cette réponse là ! Pour sa soeur nouvellement découverte !

''Oui ! Et peut-être que si vous lui aviez appris la vérité plus tôt, votre relation n'en serait pas....''
''Tais-toi... Tu parles sans savoir une fois de plus ! Même si Runa avait appris la vérité de ma bouche, cela n'aurait rien changé ! Ce qui est fait est fait. Estime toi heureux d'avoir découvert que tu avais une soeur et elle un frère ! C'est tout ce que tu as besoin de savoir ! ''


Il relâcha sans ménagement le jeune homme. Lokath fit quelques pas en arrière pour ne pas perdre son équilibre.

''Qu'allez-vous faire pour son coup d'éclat. Si jamais vous vouliez... ! ''
''Assez de ta hargne de demi-Fëalocë ! Pour répondre une ultime fois à ta sale curiosité coléreuse, elle n'aura rien à redouter de moi pour ses actes. Maintenant va t'occuper d'elle ''

Se mordant les lèvres sous l'insulte envers sa nature, Lokath serra les poings et suivit le Seigneur du regard jusqu'à ce que ce dernier se place contre un des montants de la fenêtre pour fixer le lointain. Dans une rage muette, Alauwyr frappa du poing ce même montant. Un homme si redoutable, si froid et si complexe. Lokath n'arrivait pas à le comprendre et ravala sa rancoeur. Dire qu'il était son père... Mais peut-il vraiment appeler père un homme qui l'avait engendré sans aucun désir d'avoir de descendance ? Il songera à la question plus tard et rejoignit sa demi-soeur évanoui, prenant allégrement au passage la carafe d'hydromel avec un verre. A son réveil, elle aurait besoin d'un remontant, même s'il n'était pas fort...

Il jeta un nouveau coup d'oeil à Alauwyr qui lui faisait dos. Le poing qui avait frappé le montant était toujours serré et collé contre... ce qu'il nota fut le tremblement de ce poing, que le Seigneur n'arrivait pas à contrôler... Pas si dépourvu d'émotion finalement ce Seigneur....



Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Ven 8 Aoû 2014 - 20:35 Répondre en citantRevenir en haut



Elle n'était qu'un navire pris dans la tempête. Le tumulte de ses émotions s'incarnait par des flots qui n'eurent de cesse de la frapper aux flancs, sans jamais discontinuer, et avec la force de l'Univers même. Elle s'était battue et avait lutté, mais l'océan rappela à lui cet intrus pour qui le combat était perdu d'avance. Runa s'était laissée dévorée par ce qu'elle pensait être sa force : le refoulement de certaines de ses plus grandes impulsions. Elle qui avait longuement ravalé le désir d'exprimer ses joies, ses peines, ses peurs et ses colères, comme s'autocensurant.. Tout venait de ressurgir avec la puissance d'un cheval fou. Il ne s'agissait ni plus ni moins que la fin d'un long cycle d'une sorte de frustration ou de déni qu'elle avait accumulé depuis des jours, des semaines, des mois.
Comme on se laisse aller à la mort, elle avait relâché toute cette pression et cette énergie d'un seul cri.. et son corps rendit les armes aussitôt.

Elle ne sentit pas sa chute, ni même qu'on la retint d'un choc trop important contre la pierre froide du weyr. Une fois ses paupières closes, il n'y avait plus eu que le vide, le silence et la noirceur d'un sommeil qu'elle n'avait pas choisi. Ne comprenait-elle pas qu'elle n'était rien, rien de plus qu'une jeune femme ? Les cicatrices de ses plaies n'étaient pas encore totalement refermées, et elle n'avait pas tant récupéré de son "sauvetage", après tout. Elle avait bien trop surestimé ses propres capacités.

Le vide. L'absence de toute vie et de toute chose. Même pas un signe d'Aran'Rhiod, pas un songe, rien. Peut-être ce malaise avait été nécessaire, après tout. La bataille qui l'opposa à son Maître fut brève mais coûteuse, et ce n'était ni plus ni moins que le repos forcé de son explosion émotionnelle. Si lui était resté de marbre, totalement insensible à la détresse de son aspirante, cette dernière avait souffert, souffrait et souffrirait encore de cette révélation qui tomba comme un couperet, pendant longtemps.
Nul ne pourrait dire qu'elle serait la suite des évènements à son réveil, et de quel châtiment elle écoperait pour avoir ainsi porté atteinte à son Maître, et pire encore : son souverain. Celle qui dirigeait avait oublié l'âpre saveur d'être dirigée, et les conséquences qui pouvaient découler de tout acte d'hostilité à l'encontre de son seigneur pouvaient être dramatiques.

Runa était allongée avec un certain confort. Et comme on tisse une toile, la jeune femme recouvrait ses esprits, lentement. Celle qui ne sentait plus son corps commença à percevoir à nouveau la sensibilité de ses membres inférieurs, puis de ses bras, avant-bras, mains et enfin ses doigts. Quelques spasmes incontrôlés agitèrent possiblement ses derniers alors que doucement, elle battit des paupières. Elle voulut ouvrir les yeux afin de se situer, mais un affreux mal de tête lui rappela que, pour l'heure, il valait mieux pour elle qu'elle restait sagement assoupie. Les minutes passèrent. Le bourdonnement étouffé de ses oreilles se dissipa peu à peu, comme lui signalant que son corps l'autorisait à sortir de sa torpeur. Elle observa alentours, toujours dans sa position latérale, mais chaque chose était obstruée par des étincelles d'un noir flou et opaque. Runa ferma à nouveau les yeux, et patienta jusqu'à se sentir plus éveillée.

La troisième tentative fut la bonne et elle ouvrit franchement les yeux. Elle tourna la tête à gauche et à droite pour se rendre compte qu'elle était toujours dans les appartements d'Alauwyr, et que rien de tout ça n'avait été qu'un rêve malsain..
La réalité était là, cruelle. Runa avait bien un demi-frère cadet né de l'union illégitime de sa mère et d'Alauwyr. Un demi-frère qu'elle avait découvert par le plus pur des hasards. Mais alors qu'elle était couchée là et qu'elle repensait aux circonstances de leur rencontre mutuelle, elle n'eut pas le moindre des regrets.

Elle se redressa dans le lit sans vraiment s'asseoir, se demandant qui avait pris le soin de l'y déposer après sa chute. Le bruit d'une conversation éloignée lui parvenait par brides de phrases et de mots sans qu'elle n'en perçoive le réel sujet de discussion. Au simple ton employé par la voix la plus rauque et puissante des deux, elle sentait toute l'aura échauffée de son Maître qui malmenait sans doute celui qui partageait son sang.
Runa eut envie de venir en aide à Lokath. Pour la première fois de son, existence, elle se soucia partiellement de la vie d'une tierce personne, et d'une personne qu'elle estimait. Une part d'elle même voulait se dresser entre le Seigneur Noir et son semblable et l'autre lui dictait de rester là à sa place et écouter. Il se disait sans doute des choses en dehors de sa présence, des choses qui la concernait et pour lesquelles il valait mieux que tous deux la pensent encore endormie.

Clairement, elle comprit la dernière question de Lokath tout autant que la réponse d'Alauwyr, plus clairement que le reste de ce qu'elle avait entendu, qui lui semblait trop abstrait. Elle fronça les sourcils comme dans l'idée de ne pas perdre une once de ce qu'allait rétorquer Alauwyr.. et un soupir de soulagement teinté d'incompréhension s'échappa de ses lèvres encore légèrement engourdies. Elle ne risquait réellement rien.. ? Même pas après tout ça ? L'instinct de protection de son frère se heurta à la froideur et la dureté d'Alauwyr. Eprouvait-il ne serait-ce qu'un infime sentiment à l'égard de la situation ? Runa ne le voyait pas, mais elle l'imaginait fixe, le regard vide et plongé dans le néant de l'ombre de la pièce. Ce ne fut que le bruit soudain et puissant d'un coup de poing - ou de ce qui semblait en être un - qui la fit sursauter et émerger de sa réflexion. Elle espéra que ce coup fut bien porté à l'encontre d'une surface inerte et non pas ce nouveau membre de sa famille, et elle eut sa réponse lorsqu'il la rejoignit près du lit.

Runa finit par s'asseoir dans le lit, sans parler. Elle fit pendre ses jambes au bord de la couche, et la pointe de ses pieds appuya le sol tout doucement. La tête lui tourna un peu si bien qu'elle porta une main à son front, mais elle se sentait mieux malgré un coeur qui battit plus fort pendant quelques secondes.
A la présence de Lokath, elle ne fit qu'offrir un regard triste et baigné de perdition quant à la manière de l'aborder. Après un long silence, dans un murmure et à demi-mot, elle osa enfin lui parler.

- Je suis..

* Désolée.. *

Comme si les mots ne pouvaient exprimer son ressenti, la fëalocë laissa glisser sa main d'une douceur presque choquante sur celle de son frère, avec une très grande hésitation cependant. Comme si elle cherchait à lui témoigner un soutien dans cette épreuve, dans le mutisme encore présent de la révélation de leur lien fraternel. Jamais elle n'avait ressenti ça pour quiconque, pas même pour elle même. C'était un grand bouleversement.
Toujours avec cette douceur déconcertante pour la furie qu'elle était avant de vaciller, elle se leva en s'appuyant au rebord du lit. Elle attendit un peu avant d'effectuer quelques pas chancelants et incertains afin de se diriger vers Alauwyr, sans avoir d'idée précise sur ce qu'elle allait lui dire. Son attention se reporta entièrement à sa main tremblante et serrée contre la fenêtre. Elle qui n'était pas croyante aurait pu prier les dix-sept divinités pendant des heures, seulement pour savoir ce qu'il pensait.

Runa s'approcha de lui jusqu'à être sur son côté. Elle aussi observa le paysage extérieur, ne cherchant absolument pas à croiser le regard de son Maître. Une boule de colère brûlait toujours son coeur, et maintenant qu'elle l'avait à nouveau sous les yeux elle sentait sa hargne reprendre le dessus. C'est les dents serrées qu'elle osa persifler :

- Toute atteinte à l'encontre de votre fils, mon frère, sera considérée comme une attaque personnelle envers moi-même.
Je ne m'excuserai ni pour mes paroles ni pour mon comportement, je crois que vous méritez tout ce que j'ai pu vous dire et vous infliger. Je ne vous remercie pas non plus de ne pas me punir,
bien que clairement elle masquait de la gratitude sous ses propos acerbes, je ne suis qu'une victime de vos mensonges.

Il fallait pourtant bien qu'elle comprenne que sa survie et sa réussite en Tol Orëa n'était possible que grâce à cet homme.. Elle ravala son égo et conclut, toujours dure et torturée à la fois dans la tonalité employée :

- Vous êtes néanmoins mon seul juge ici bas.
Je veux bien demeurer votre aspirante car je crains de n'avoir d'autres choix si je ne veux conclure à un échec. J'apprendrai ce que vous me demanderez d'apprendre, et effectuerai ce que vous me conseillerez de réaliser. Je ne vous offrirai rien d'autre que les maigres droits sur mon apprentissage.
Ma perte n'occasionnera rien à la sècheresse de votre cœur de pierre de toute façon, puisque vous demeurez incapable de ressentir quoi que ce soit.
Quand vous jugerez bon de reprendre ma formation, vous n'aurez qu'à me faire mander.


Sans attente, elle se retira en lui faisant clairement dos, comme une ultime offense. Runa n'avait plus peur du démon aux cheveux d'argent. La fëalocë rejoignit Lokath, ne remarquant seulement maintenant la cruche d'hydromel. Avec une certaine noblesse elle se servit un coupe qu'elle but d'une traite, comme pour se redonner du courage. Si Alauwyr n'avait que faire d'une aspirante de plus ou de moins, Runa sentait une flamme juste née s'éteindre en elle, comme on souffle la dernière bougie allumée d'une maison.. Comme si elle venait de perdre définitivement une part d'elle même. Et jamais le Seigneur ne comprendrait ça.

Elle s'adressa à son batard de demi-frère avec un certain détachement, encore incertaine de la manière dont elle devait considérer cet être. Pour l'heure, elle ne voulait que sa protection.. et le protéger.

- Si tu le souhaites toujours, rentre avec moi.. Je pense que nous aurons des choses à nous raconter.



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 535
Présentation: URL
RPs: 1 115
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 9 Aoû 2014 - 10:05 Répondre en citantRevenir en haut


Lokath Ildatar



Quand Runa se réveilla enfin, malgré les troubles qui l'envahissaient encore et qui avaient provoqués sont évanouissement, elle semblait chercher du réconfort auprès de cet inconnu qu'était Lokath, qui désormais était à ses côtés. Le jeune homme frémit quand elle posa sa main sur la sienne, partageant ainsi la même difficulté à surmonter cette épreuve. Runa en pâtissait le plus, c'était certain. Lui, qui était encore quelques minutes le fils de personne, juste un homme à l'enfance orpheline, n'aura guère de soucis à reléguer ces informations perturbantes au rang de souvenirs sans importances. Mais Runa, sa demi-soeur ? Elle découvrait que sa mère avait trahi, qu'Alauwyr lui avait menti sciemment, qu'il était son maître et surtout Seigneur et qu'elle devait subir son manque d'humanité envers elle. Là-dessus, il en revenait toujours pas. Comment pouvait-on être sans coeur à ce point ? Comment cet homme avait-il pu se forger ainsi ? Lokath comprenait mieux d'où lui venait parfois cette froideur envers certains choses, comme de tuer contre de l'argent. Mais se soucier de sa victime ne faisait pas partie de son travail. Un mercenaire tuait sans poser de question. C'était donc de ce sang d'homme que lui venait ce doux plaisir de faire couler le sang. Au moins avait-il hérité d'un bon aspect de ce mur vivant, qui lui faisait dos...

Runa réussit finalement à se lever malgré les étourdissements qui persistaient. Lokath voulut la retenir. N’était-ce pas folie que d'aller braver cet homme sombre une fois encore ? Il la suivit malgré lui, prêt à la défendre si la situation dégénérait. Elle se plaça dignement à côté du Maître Noir, qui fixait toujours l'horizon. Lui non plus ne cherchait pas à croiser la mer d'ambre des yeux de cette femme. Il était bien assez en lutte avec lui-même pour se rajouter une bataille de plus. Et cela, Runa avait du le comprendre. Elle était loin d'être stupide. Le Seigneur ne prenait pas n'importe qui en aspirant. Si elle n'avait pas un potentiel certain, il l'aurait jeté sans vergogne à un autre maître. Mais peut-être qu'elle ne le comprenait pas vraiment. Si jeune et si naïve de la vraie vie... Elle commençait seulement à mettre un pied dans son chemin et elle connaissait déjà l'amertume de ses frustrations. Est-ce que lui même découvrait une part qu'il avait toujours refusé d'admettre. La réponse était si évidente et il avait mis si longtemps à la reléguer loin de ses propres émotions. Sauf que cette fois, il peinait à la combattre ; d'où cette main tremblante. Qu'il haïssait ça !

Il garda le silence pendant que Runa discourait, imposant des conditions. Il attendit qu'elle s'écarte de lui, ainsi il n'aurait aucune tentation d'agir physiquement contre elle, comme la dernière fois dans la bibliothèque. Seulement là il se retourna, si fichant de l'insolence de la princesse déchue. Lokath ne put échapper à la froideur que lui jeta son géniteur.

''Qu'il soit de mon sang ne t'empêchera pas de veiller à ce qu'il comprenne où il se trouve et où est sa place. Qu'il tente de s'opposer à moi, de quelques façons que ce soit et je considérerai cela comme une attaque envers moi. ''


Lokath se tendit face à cette réplique. Visiblement, Alauwyr ne tenait pas à laisser les mots de Runa sans réagir et lui imposer des limites à ses propres conditions. Le voilà qu'il se retrouvait pris entre deux membres de cette famille qu'il découvrait. Il n'apprécia pas se retrouver au milieu de ce genre d'enjeux. Un seul regard d'Alauwyr suffit malgré tout à lui faire garder le silence. Le Seigneur en avait pas fini avec son aspirante, qui lui faisait toujours dos.

''Si tu veux parfaire ta formation, ce sera à toi de venir la réclamer. Ce n'est pas au Maître-dragon de se plier au désir de l'aspirant. A toi de voir ce que tu veux vraiment ! ''


A l'évocation de son coeur soit-disant de pierre, sans aucune once de sentiment, il ne put s'empêcher de faire un rictus mauvais. Que savait-elle des émotions ? Que savait-elle vraiment des remords ? Elle ne savait rien. Il réussit à juguler la colère que cela provoquait pour persister dans son ton froid.

''Que sais-tu des émotions ? En as-tu seulement eues ? Toi qui devais traiter comme tant d'autres tes serviteurs et des esclaves comme des animaux sans-âme. Oh je sais comment tu as été. Quand on a goûté à ce pouvoir, à ce délice de faire ce qu'on veut des autres les autres, il est difficile de vivre dans la normalité....Combien sont morts à cause de tes seuls caprices de princesses ? Regarde au plus profond de ton être avant de te porter juge sur moi ! ''

Ah elle voulait enfoncer son poignard dans son coeur, il lui retourna le sien dans sa propre poitrine.

''Tu es peut-être victime de mes mensonges, mais tu es la victime première de ta propre mère. Ta lignée a été bafouée par sa traîtrise. Tant de choses dont tu es si naïve. Et les découvrir te consume si vite que cela t'est insupportable... ''

Sur ces derniers mots, il se retourna, se replongeant à sa contemplation silencieuse du ciel qui les dominait.

Lokath avait su taire ses envies d'injures. Mais pour qui se prenait-il ? Il regarda une dernière fois le Seigneur Ardent, comme blasé et accorda un signe de tête à sa demi-soeur pour l'accompagner. Oui, ils avaient tellement de chose à se dire et n'oublia pas qu'avant tout, il était à sa disposition comme mercenaire à son service. Ils s'étaient accordés ainsi et il ne doutait pas que le caractère enflammé de Runa, une fois qu'il se réveillera, saura le lui rappeler.

Quand la porte de son weyr claqua, Alauwyr ferma les yeux tout en portant une main à sa poitrine, là où ses blessures demeuraient douloureuses.

°Tu devrais retourner voir Frâlan°
°Tu as écouté je présume ? °
°Bien entendu. Depuis que Runa était venue°
°Tu savais pour Lokath ? °
°J'avais des doutes quand Runa l'eut repêché sur la côte. J'aurai du veiller à ce qu'elle laisse son petit jouet de côté.°
°Non. Au moins maintenant, elle aura de quoi s'occuper vu qu'elle a un frère. Elle perdra son temps à lui parler pour apprendre à le connaître. °
°N'est ce pas dangereux ? °
°Dangereux en quoi ? Qu'ils s'allient et qu'ils complotent contre toi ? °
°Tu ne reconnais pas Lokath comme ton fils, mais il n'a pas fait qu'hériter de ton Don et de ta carrure. Son sang de Fëalocë pourrait très bien le rendre plus imprévisible que toi°°
°Alors il sentira le tranchant de ma lame une unique fois...°
°Je n'ai pas aimé la tournure que la conversation a pris. Je sais que tu commences à..°
°Suffit... S'il te plait. °
°Tu t'épuises doucement Alauwyr. Je ne voudrai pas que tu finisses par chuter à cause de ce qui est en train de se produire. °
°Il n'arrive rien, tu m'entends ! Prends le comme tu le veux, mais ce n'est qu'un passage à surmonter et quand il sera passé, il sera oublié ! °
°Un passage qui est bien long à surmonter, c'est bien cela le problème. Je vais quérir Frâlan°
°Je te l'interdis. Je sais que tu t'inquiètes beaucoup. Vois le comme de l'inquiétude à l'avenir de notre Kaerl et à cette tâche de repousser Drazahir°
°Hum... comme tu veux.


Le dragon perché sur une des nombreuses corniches des Dôl Nàrë, resta assis, pointant toujours son attention vers son lié éprouvé par ses propres émotions. Il n'était pas un bipède mais comprenait parfaitement qu'Alauwyr vivait quelque chose de bien plus intense que le court épisode avec Limna. Cette rivalité ancienne s'était réveillée avec la découverte de Runa. Si Runa avait été découverte avant qu'Alauwyr ne monte dans la hiérarchie du Kaerl, il y a bien longtemps qu'il l'aurait rejeté, voir pire... tuer. Hors il ne l'avait pas fait et malgré leur altercation verbale, elle demeurait encore son aspirante. Il y avait quelque chose au fond de l'âme d'Alauwyr que le dragon comprenait, mais pas son lié... Et cela le dévorait dans ses propres convictions... L'humain avait changé. Estenir le savait et il devra surveiller son lié avec plus d'intensité. Autant pour son lié que pour lui-même....



Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 9 Aoû 2014 - 18:06 Répondre en citantRevenir en haut



Runa entendit chacune des paroles acerbes de son Maître, mais la dureté de ses propos ne sembla pas l'atteindre. La fëalocë resta imperturbable en apparence, comme si le monde entier pouvait s'effondrer à ses pieds sans en être altérée. Elle se disait qu'après ce qu'elle venait d'apprendre et d'infliger à son corps et son âme, plus rien ne pourrait la faire choir en ce jour.
Pourtant, si elle se montrait insensible à ce qu'il annonça, quelque chose se brisa en elle. Quelque chose qui était trahi par la lueur de douleur qui miroitait dans ses yeux encore usés par les larmes. Elle avait appris à ne plus offrir sa confiance aux hommes. Et elle avait fait ce cadeau à Alauwyr, persuadée que leur relation pourtant chaotique dès les premiers instants ne pourrait péricliter. C'était le juste retour de son offrande, et une fois de plus elle se confrontait à une erreur qu'elle pensait naïvement pouvoir éviter. Runa n'était qu'une enfant, agissant comme telle. Son seul repère était son Maître et elle venait plus ou moins de le perdre.
Ils avaient joué et tous deux perdu. Pas de vainqueur pour cette fois.

* La liste de mes crimes est bien moindre comparée à la tienne !*

Alors qu'elle s'apprêtait à partir, ne désirant en entendre plus, il ajouta une dernière pique dans l'idée d'avoir le dernier mot et de blesser la jeune femme. Il rejetait toute la faute sur Nuja, celle qu'il aima une nuit et à qui il offrit un fils, puis il accusa Runa de n'être qu'une ingénue. Comme s'il était incapable d'assumer les conséquences de ses fautes, comme si la simple vue de ses démons du passé l'effrayait.. Il n'était donc pas infaillible. Il ne voulait pas accepter sa responsabilité, il ne voulait pas dénoncer son ressenti à l'égard de ces révélations.. Serait-il possible qu'Alauwyr cache ses véritables sentiments sous l'épaisse couverture d'une froideur impénétrable ? Se pouvait-il que le mercenaire possède une âme, lui qui était capable d'ôter la vie de sang froid ?

Cette ultime provocation la fit se raidir, alors même qu'elle lui tournait désormais le dos. Elle pivota et lui asséna un dernier regard vindicatif et féroce pour seule réponse. Elle ressentit à nouveau toute la pulsion ravageuse de son coeur propager dans ses veines ce sang qui était à la fois un don et une malédiction. Runa se sentait dangereusement reprendre là où elle s'était arrêtée avant de s'évanouir, et elle savait déjà que cette fois, il ne s'agirait ni plus ni moins que d'une rage pure et volcanique qui n'aurait aucune pitié, quitte à en mourir.
Cependant, le peu de sagesse qu'il lui restait lui redonna raison, ou fut-ce peut-être la présence rassurante de ce frère qu'elle découvrait qui lui supplia de ne pas empirer la situation. Ignorer et laisser le Seigneur dans la solitude était la meilleure des solutions, et secrètement elle pria qu'il en souffre ardemment si ce n'était pas déjà le cas.

C'est avec une certaine violence qu'elle claqua la porte du weyr de son Maître, quittant les lieux avec la dignité d'une reine mais avec la quintessence de son âme jetée en pâture aux flammes de l'enfer. Runa, elle, allait souffrir de cette perte. Elle ne le montrerait pas aux yeux du continent, mais Lokath pourrait le ressentir. Pourtant, à peine fit-elle un pas dans le long couloir sombre et silencieux qu'une sorte de soulagement compensa toute la tension accumulée au moment de son arrivée. Dans un mutisme profond, elle redescendit seule les quelques étages de cet immense bâtiment, suivie de son demi-frère. Leur weyr à eux était plus bas que les appartements d'Alauwyr, bien moins prestigieux. Sans doute ignorait-il d'ailleurs qu'ils avaient pu s'établir dans ce lieu sûr, bien loin des dortoirs réservés aux aspirants.

Runa ne parlait pas mais pensait beaucoup. Elle revoyait en sa mémoire la scène depuis le début : si elle n'avait jamais trouvé Lokath, si elle ne l'avait jamais ramené à Tol Orëa, si elle ne l'avait jamais présenté à Alauwyr.. Combien de temps aurait-il encore menti ? Des jours ? Des semaines ? Des mois ? Avait-il simplement l'intention de dévoiler la vérité un jour ou l'autre ? Elle se persuada que ce n'était nullement son idée, et qu'il s'était retrouvé au pied du mur, forcé de révéler le lien qui les unissait tous trois. Quelque chose en elle aurait voulu qu'elle ne trouva jamais son cadet bâtard, tout comme elle s'estimait heureuse de l'avoir sauvé du trépas sur cette plage.

Un autre point la dévorait de questions.. Pourquoi, par Kaziel, Alauwyr ne l'avait-t-il pas tuée ? Le simple fait qu'elle le gifle aurait pu lui coûter les geôles, et il n'était pas du genre à pardonner si elle se basait sur ce qu'elle commençait à connaître de lui.. Pourquoi ? Lui qui tuait avec autant de facilité qu'on cligne des yeux, pourquoi lui avait-t-il laissé la vie sauve ? Pourquoi Estenir restait-t-il si cruellement silencieux ? Et allait-t-il chercher à lui nuire ? Ces interrogations allaient la hanter, longuement, jusqu'à la persécuter.. Car les réponses elle ne l'obtiendrait que des intéressés et ils ne se confieraient sans doute jamais. Runa avait cette impression d'avoir touché un point sensible, presque secret, peut-être un sentiment que le Seigneur Noir ne soupçonnait même pas de posséder : de l'affection. Cette même affection que Runa refusait d'accepter, et qui avait été détruite à l'instant même où elle frappa son souverain. C'était une torture pour elle, une torture de ne pas comprendre..

La fëalocë entra chez elle, le visage miné et fulminant, dans cette perpétuelle dualité de son fort intérieur. Nith s'inclina pour saluer sa maîtresse et son compagnon, mais il n'eut pas à les observer bien longtemps pour comprendre que quelque chose n'allait pas. Il haussa un sourcil surpris et inquiet, et préféra ne pas en demander d'avantage, retournant à ses tâches avec une discrétion reptilienne.
Runa saisit de sur la table une carafe dont elle huma la contenance, s'assurant qu'il s'agissait bien d'alcool. Elle se servit une coupe d'un vin cuit plutôt fort et avec une grande brutalité qui ne lui était pas coutumière, elle ouvrit la large fenêtre qui menait au balcon, laissant les tenants frapper la pierre du weyr avec grand bruit. Elle resta ainsi, rongée par la colère et la douleur d'un chagrin certain. Ce débordement émotionnel réveilla ses plaies, et elle porta une main compressive à la plus grave de celles qu'elle avait reçue cette nuit là dans le Ssyl'Shar, grimaçante.

Peut-être entendit-t-elle les pas de Lokath qui se rapprochait d'elle. Une larme solitaire s'échappa de l'antre de ses yeux, qu'elle essuya rageusement. Elle but une longue gorgée de vin et fixa le lointain. Runa tremblait, Runa avait besoin de soutien.

- Demande.. Quoi que tu veuilles savoir, demande.



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 535
Présentation: URL
RPs: 1 115
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 9 Aoû 2014 - 19:29 Répondre en citantRevenir en haut


Lokath Ildatar


La crainte qu'éprouvait Runa envers Estenir était légitime. Ne lui avait-il pas avoué qu'il lui réglerait son compte si jamais elle venait à faire du mal à son lié ? Dans un sens, c'est un peu ce qu'elle avait commis. Mais le reptile cendré n'était pas stupide. Il avait compris la situation et même s'il était intervenu, en quoi cela aurait été aidé son lié ? Il n'aurait fait que rajouter de l'huile sur le feu. Même s'il savait que la jeune aspirante redouterait le couperet de son jugement, il n'apportera aucune réponse. Il estimait qu'elle s'était assez punie comme cela. Mais il veillait de loin sur son lié, si jamais le duo fraternel venait à décider de s'unir pour se venger contre Alauwyr. Les émotions bouleversées des bipèdes poussaient parfois à certaines extrémités...

Mais revenons au Weyr à la base inoccupée. Après avoir jeté un regard courroucé à Nith qui était trop présent à son goût dans ces moments tendus, se rapprocha de sa demi-soeur. Cette dernière l'entendit et termina de boire son verre de vin. Lokath ne savait pas si elle avait la tendance facile en matière d'alcool mais préféra ne pas demander. Elle tremblait tellement de rage et cette larme qu'elle essuyait du revers de sa main... Etait-ce vraiment la femme volontaire et autoritaire qui l'avait sauvé ? Il pourrait profité de sa faiblesse pour s'imposer doucement à elle. Mais il n'avait pas fait encore assez ses marques dans ce nouvel environnement pour se sentir fort et être capable de battre de ses propres ailes. Il était encore tellement ignare des coutumes des lieux... et de ses habitants à deux jambes comme à écailles. Il avait encore besoin d'elle... Mais dans un sens, savoir qu'il avait une soeur, lui avait avait été si seul pendant tellement longtemps. Peut-être qu'il serait plus judicieux de rester humain en acceptant le cadeau qu'il avait désormais à portée de bras que de devenir un homme aigri et froid comme l'était son père... si on pouvait appeler cela un père...

Runa tremblait toujours. Elle voulait qu'il demande des choses, qu'il pose des questions. Elle voulait parler. Mais les mots ne faisait pas tout. Il fit l'audace de se rapprocher d'elle et de la prendre dans ses bras, comme un frère aîné le faisait auprès de sa petite soeur épeurée.

''Tout ce que je demande, c'est de protéger celle qui m'a sauvée.''

Peut être qu'elle n'allait pas apprécié ce contact, mais il en avait cure. Après tout, il accomplissait son devoir à savoir de la protéger d'une certaine manière. N'était pas là le devoir d'un frère aussi, même si Runa semblait être la première née ? Puis il attendit qu'elle se soit calmée, après ou non s'être défoulée ; sa dette était loin d'être remboursée.

''Il te suffit d'ordonner et j'aurai occire cette ordure. Ainsi tu n'auras plus à souffrir... Tu ne mérites pas ce que tu endures...''

Lokath était prêt à aller affronter Alauwyr en personne, autant pour lui faire payer sa sale arrogance que pour laver les affronts qu'il avait subi. Un père ne traitait pas son fils de la sorte ! Avant même que Runa puisse répondre à cette ouverture, on toqua à la porte et avant même que Nith se dirige pour aller ouvrir, un homme en bure blanche l'ouvrit et congédia d'un geste le serviteur. Même Nith reconnaissait le Maître Guérisseur Esthen Frâlan. Celui ci lanca un regard averti sur Runa et son protégé, soupirant de s'être déplacé pour des choses secondaires. Estenir l'avait sommé d'aller voir Runa et Lokath.

''Satané dragon, il ne sait vraiment pas mesuré l'importance que j'ai ici. Bref... On a exigé que je vienne et visiblement, je ne me suis pas déplacé pour rien. Dame Runa, vous êtes en train de vous surmener, le teint de votre peau en témoigne. Souhaitez-vous un fortifiant ? Je vois que vous semblez en avoir besoin...''

Le Maître Guérisseur jeta un certain regard envers Lokath.

''Et vous Messire, vous êtes naufragé n'est ce pas ? J'aurai besoin de connaître vos antécédents pour déterminer si vous avez besoin de mes services... ou pas''

Lokath hallucinait. Qui avait pu envoyer ce guérisseur ? Runa ne semblait pas en avoir besoin, hormis peut être cette douleur qu'elle essayait de contrer de sa petite main. En tout cas, il se retint de se montrer acerbe à l'égard d'Esthen. A croire que sa venue impromptue était calculé. Depuis sa toute récente expérience qui lui avait appris qu'il avait un père et une soeur dans ce même Kaerl, il se méfiait grandement des coups du hasard. Un seul mot de sa soeur et il agirait. Ses doigts el démangeaient, au point de caresser la garde de son épée... Un seul et il était même prêt à aller pourfendre son propre géniteur pour effacer la douleur de sa demi-soeur...



Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Sam 9 Aoû 2014 - 21:44 Répondre en citantRevenir en haut



Elle fut si surprise de cette attention que son réflexe primordial avait été de repousser Lokath à la seule force de ses bras, mais elle était bien trop impuissante pour avoir l'énergie nécessaire de contrer l'étreinte. Quelque part, ce demi-frère la dégoûtait par sa seule naissance, il était une erreur, une profanation. Mais la fillette éperdue qui gisait encore dans le corps adulte de Runa luta, et la femme céda à la détresse de la petite fille. Doucement, lentement, elle enserra son frère et se blottit contre lui. Ce simple contact chaleureux lui fit du bien, plus qu'elle ne le penserait. Mais de toute sa vie, aucun père, frère, époux ou amant ne l'avait tenu contre lui pour la rassurer ou la protéger. Et lorsqu'il avoua vouloir la défendre, c'est tout son corps qui émit un frémissement de bonheur. Sa loyauté était un cadeau au prix inestimable.
Son coeur était lourd pourtant. Peut-être allait-t-elle regretter d'avoir sauvé cet homme, un jour, mais aujourd'hui elle le voyait comme son bien le plus précieux, et rien ne pourrait avoir l'audace de les séparer.

Avec une certaine force il exprima son ardent désir de mettre un terme à l'existence d'Alauwyr. Elle sentit là toute sa fougue de fëalocë, son impulsivité maladive et presque incontrôlable qui prenait le dessus sur tout. Peut-être finalement la mixité de son sang était un atout, car sa rage n'en viendrait jamais à le rendre fou. La jeune femme elle, s'était calmée en l'étreignant, mais elle voulut le mettre en garde au moment où on toqua à la porte. Une pensée lui enserra la gorge, pensant que ce pouvait être Alauwyr ou même Estenir, mais le premier n'aurait pas pris la peine de frapper et le second se serait tout bonnement adressé à elle télépathiquement. Et lorsque la tunique d'un blanc immaculé d'Esthen passa l'embrasure, elle fut soulagée bien que perplexe.

Avant de se défaire des bras de Lokath, elle voulut l'aviser de ses conseils. Ce qu'elle fit en murmurant, afin que le Guérisseur ne puisse entendre. Elle fixait celui de qui elle partageait le sang dans toute l'immensité infernale de ses iris d'ambre et de miel, similaires au siennes

- Il te tuera et je ne souhaite pas sa mort. Ni la tienne.
Et il souffrira plus dans la vie que dans le trépas..
Mais gare, car tu parles de tuer ton Seigneur, ton roi, ton souverain, ton père et mon maître.. Penses comme tu l'entends, tu peux le haïr, le maudire et le mépriser, je ne te l'interdirai jamais.. mais attention à ce que tu souhaites.


Qui aurait pu croire que la Furie avait des moments de sagesse ? Ils étaient rares, ces moments, et il fallait les apprécier à leur juste valeur..
Il y avait une certaine douceur dans sa voix, mais la suite de ses paroles fut plus froide. Car Runa avait conscience qu'en gagnant un lien fraternel elle se mettait en danger : Lokath serait une potentielle faiblesse. Elle se détacha de lui, comme pour rappeler qu'il fallait garder entre eux une certaine distance.

- Mais que sais-tu de ce que je mérite ou non ? Ou de ce que toi tu mérites ?
Apprenons à nous connaître.. En attendant, personne ne te fera de mal.


Pour finir de le dissuader de commettre quelque chose de hautement répréhensible, elle serra l'avant bras du demi-sang de sa petite main, et d'une voix tout aussi susurrante conclut :

- Ne pense pas si fort de telles choses car si moi même je les perçois, Estenir les entendra aussi.


Elle s'assura qu'il ait bien entendu tout ce qu'elle avait à lui dire avant de se redresser de son éternel maintien royal, s'avançant vers le Guérisseur avec une assurance trahie par un certain état de fatigue. Une fois qu'elle jugea être à bonne distance, elle s'inclina respectueusement envers cet homme qu'elle estimait pleinement pour l'avoir accueillie lorsqu'Alauwyr l'avait rejetée. Un sourire discret et à peine forcé s'étira sur ses lèvres alors que le brave homme pestait.

- Maître Esthen.
Je suis navrée qu'on vous ai fait vous déplacer mais si votre venue est fortuite elle est des plus appréciable. Qui vous a fait mander ? Je n'ai rien ordonné.
Elle jeta un regard interrogateur à l'encontre de Nith avant de poursuivre.
Si vous aviez quoi que ce soit qui puisse me détendre, je l'accepterai volontiers cependant.. J'en ai grand besoin.

Runa n'avait pas utilité de surjouer son état, son simple visage était marqué par l'épuisement de ce qu'elle venait d'endurer. Elle s'approcha de Sieur Fralan avec le baume au coeur. Il était le seul homme pour qui elle éprouvait un tant soit peu de respect en ce continent.
Après une brève pause, elle finit par lâcher, plus amère :

- Il y a quelqu'un qui aurait grand besoin de vous, mais je crains que vous ne soyez reçu à grands éclats de verres brisés et d'injures. Et à tout avouer, l'idée qu'il se contraigne à se passer de vos services me plaît au plus haut point.

La déclaration fut rude et sonna comme une sentence clairement souhaitée. Esthen ne pourrait ignorer la rugosité des propos de la fëalocë, mais elle ne lui laissa pas le temps nécessaire pour rétorquer quoi que ce soit.

- Si vous vouliez ausculter ce jeune homme afin que je sois assurée de sa bonne santé, je vous en serai gréée. Vos talents dépassent allègrement les miens en matière de Santé.



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 535
Présentation: URL
RPs: 1 115
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 10 Aoû 2014 - 08:18 Répondre en citantRevenir en haut


Lokath Ildatar


Le jeune mercenaire ravala sa frustration. Sa soeur, même dans ses émotions chamboulées, ne désirait pas se venger comme il lui avait proposé. Pourtant cela aurait été tellement plus simple, plus radical. Mais dans un sens, elle modérait ses ardeurs. L'idée était bonne mais trop dangereuse. Le dragon Estenir, qu'Alauwyr connaissait donc, pourrait très bien entendre. Lokath se pinça les lèvres, il avait oublié cette capacité de lire dans les esprits. Et Runa tenait apparemment à sa place ici dans ce Kaerl, ne voulant créer aucun remous Cela s'était entendu d'ailleurs : elle avait fait l'évocation de tous les titres pompeux d'Alauwyr sauf un seul, où la possessivité était présente. Son Maître....Puis elle s'écarta de lui sous les dernières recommandations, comme pour lui rappeler qu'il n'était que son demi-frère reconnu que depuis peu.

Quand elle s'inclina devant l'humain dans sa bure immaculé, il crut d'abord avoir affaire à un prêtre. Il inclina la tête pour le saluer avant de comprendre qu'il était un Guérisseur. Lui aussi fut étonné de sa venue et interroger froidement Nith du regard. Comme pour sa soeur, le pauvre serviteur muet leva ses mains tout en redressant ses épaules pour signifier qu'il n'a rien fait. Si cela ne venait donc pas du serviteur, mais de qui alors ?

Esthen profita de l'approche docile de la jeune femme pour déjà l'ausculter visuellement. Même si elle se tenait droit, son vosage était marqué par la fatigue et quelque chose manquait dans ses yeux : leur éclat. Là ils étaient ternes et encore un rougies de ses dernières larmes. Il avait toujours été compréhensible envers ses patients et discret sur ce qu'il y avait pu se passer, mais à l'entendre cracher sur le dos d'une personne précise suffit à lui expliquer le fil de la trame. Elle évoquait Alauwyr. Qu'est ce qui avait pu se passer encore entre eux d'eux ? A l'entendre espérer qu'il se passe de ses services lui fit légèrement hausser un sourcil. Puis il regarda le grand jeune homme qui se tenait non loin de Runa. Au moins il sera pas venu pour rien. Runa lui confirmait d'ausculter ce nouveau venu. Il fut un peu surpris qu'on ne lui avait pas mené plus tôt, car d'ordinaire les personnes échoués sur les côtes de Tol Orëa souffraient de bien des maux. A le voir droit et à l'air inquisiteur, il ne semblait pas être souffreteux. d'un signe de tête poli, il accepta sans broncher cette charge. Après tout, il était là pour soigner les gens non ?

D'un léger sourire et une main tendue en douceur vers une chaise proche, il invita Runa à s'asseoir. Il aperçut un verre de vin qu'il saisit immédiatement et posa sa sacoche sur la table, qu'il ouvrit pour dévoiler bon nombre de plantes séchées et de petites fioles. Il passa un doigt expert sur ses remèdes et prit celui qui lui fallait. Il versa le contenu d'une petite bouteille ronde dans le verre de vin qu'il tendit poliment à la jeune femme.

''Tenez. Ce sera un peu amer, mais cela vous détendra comme vous le demandiez. C'est un remède de ma composition. Il est simple mais efficace pour détendre quelque peu les nerfs et lutte contre la fatigue du corps. ''

Il ne pourrait nier le fait qu'Alauwyr l'enverrait sur les roses, même si le Seigneur avouait lui aussi un grand respect pour Esthen Frâlan. Mais le Maître Noir n'avait techniquement pas besoin de soins de l'ordre du physique... Ses compétences étaient limitées pour le reste... Le ton acerbe qu'avait usé la jeune femme à l'égard de son Seigneur soulignait qu'elle aussi devait souffrir d'une douleur autre que physique. Peut-être qu'il devrait aller consulter quelques ouvrages dans l'Observatoire quand à ce mal psychique qui semblait les dévorer...Au moins approfondirait-il ses connaissances. Ces dernières semaines ont été chargés pour lui, autant pour les blessés de la dernière grande attaque que pour former des novices...

''S'il ne me convoque pas, c'est qu'il n'a pas besoin de mes services. Mais son lié veille. Il veille même sur vous d'ailleurs? PAr le fait que vous êtes l'Aspirante de son lié. C'est lui qui m'a sommé de venir ici. Buvez lentement en vidant votre esprit, vous aurez ainsi l'impression que le remède agit déjà...''

Ce n'était qu'une simple suggestion, qui convainquait que la moitié de ses patients pour ce remède là, mais tant que le guérisseur arrivait à soulager quelqu'un... D'un pas leste, il s'approcha de Lokath. Quelque chose gênait le Maître Guérisseur quand il commença à le regarder... Cette posture, ce visage... Se pourrait-il que...

°Oui Maître Guérisseur. Il est bien du sang d'Alauwyr. Mais évitez de poser des questions à ce sujet là, ce bipède a causé assez d'ennui rien que par sa présence°
°Je comprends. Dois-je prendre certaines précautions particulières°
°Aucune... Il est juste le '' joujou'' de l'Aspirante Runa. Pour le reste, je vous fais confiance.°


Estenir en personne, une fois de plus. Le dragon du Seigneur devait veiller de loin à cette situation tendue. La confiance que lui portait le grand cendré prouvait bien que le Maître Guérisseur savait faire preuve de secrets professionnels. N'avait-il pas agi ainsi depuis qu'il exerçait son métier ?

Outrepassant la ressemblance avec son souverain, Esthen se rapprocha un peu plus et porta une main au menton du jeune homme et puis darda un regard expert sur son regard. Lokath se tendit.

''Je m'excuse de cette petite manipulation, mais elle m'est nécessaire pour vous évaluer. Je cherche des carences possibles sur votre physique. ''

Lokath tut ses possibles protestations. Il était plus habitué à voir des rebouteux et des charlatans qui se prétendaient guérisseurs. Esthen semblait d'un autre niveau.

''Votre teint est un peu pâle malgré votre peau bronzée. Mangez un peu plus de fruits dans vos repas pour les jours à venir, et tout rentrera dans l'ordre. Pas de mal de tête ou de douleurs autre part ? ''Lokath hocha négativement de la tête''Donc pas d'insolation.... pas de cela non plus. Bien. Vous êtes un homme solide et en bonne santé malgré votre naufrage. Et vous avez été dans de bonnes mains dès le début. ''

Il accorda un très léger sourire de félicitations à la jeune femme. De l'avoir découvert rapidement sur la plage avait beaucoup contribué à le maintenir en ''bon état''. Puis il attrapa sa sacoche, qu'il replia soigneusement. Aux derniers moments, il prit un petit pot.

''Ce jeune homme est en parfaite santé. Hormis mon conseil sur l'alimentation, tout va bien. Il peut vous remercier également. Tenez, j'allais oublier. Prenez ce baume. Apposez en une fois par jour avant d'aller vous coucher. Ce sont pour vos blessures. Cela aidera la peau à s'assouplir pour ne pas souffrir des tiraillements de la cicatrisation et surtout l'aider à la régénération. Si tout va bien, dans quelques semaines, vous ne verrez plus rien. Il faudra un regard expert pour voir que vous avez été... entaillée. ''

Comme toute jeune et belle femme, il savait que la délicatesse de la peau importait beaucoup sur l'apparence. Runa ne devait pas y échapper et savoir qu'elle pourrait faire disparaître la disgrâce de ses blessures, elle ne pourrait rater l'occasion. Puis il s'inclina dignement.

''Permettez moi de me retirer. N'hésitez pas à faire appel à mes services si vous estimez en avoir besoin. ''[/n]

Nith referma la porte derrière Esthen quand le guérisseur fut sorti. Lokath se gratta la nuque, encore médusé. Sa soeur avait donc été blessée ? Première nouvelle. En même temps, il ne la connaissait pas encore. Peut-être qu'il était temps de commencer. Ca aiderait Runa à ne plus penser à son cher... maître et lui à ce père....

[b]''Ce guérisseur a l'air d'être doué dans son domaine. Hum, il a parlé de blessures ? Tu as donc été blessée ? ''


Il se renfrognait déjà à l'idée que ce soit Alauwyr qui ait commis cet acte.



Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 10 Aoû 2014 - 12:59 Répondre en citantRevenir en haut



Runa était loin d'être réticente à l'idée d'obéir sans broncher à un ordre d'Esthen. Cet homme était honorable, plus que tous ceux qu'elle avait connu et elle ne jouerait donc pas la furie vindicative. Ce fut donc sans la moindre répartie que la jeune femme s'assit, avec une élégance brisée par son état. Son regard était de paire curieux et distant alors qu'elle observait ses faits et gestes experts. Elle crut reconnaître quelques plantes ou ingrédients employés par le Maître Brun et comme sa confiance était quasi totale, elle se détacha de l'ouvrage du guérisseur pour arborer un regard plongé dans le vide de la pièce principale du weyr. Lorsqu'il eut fini la décoction et qu'il tendit la coupe à la fëalocë, cette dernière darda d'un oeil sévère la couleur et l'aspect du liquide. Elle fronça le nez à la seule odeur du breuvage. Elle ferma les yeux en chassant les mauvaises pensées et humeurs qui la hantait et avala d'une traite le remède. Ce fut en grimaçant de dégoût qu'elle reposa le verre de vin vide, espérant que la saveur âcre s'effacerait rapidement de son palais. Elle espéra que ce philtre agirait rapidement, et elle qui n'était déjà pas habituée à boire de l'alcool se surpris à boire si vite du vin. La tête lui tournerait sans doute rapidement..

Son attention fut pleinement réveillée à l'évocation d'Estenir qui était le véritable responsable de la venue d'Esthen. Etait-ce là une noble intention ou simplement un désir de coup d'oeil à garder sur les deux tortionnaires de son Lié ? La jeune femme fronça les sourcils, presque mécontente de savoir qui était l'instigateur de cette venue inopportune. L'Empereur Noir veillait, fut-ce son intention bonne ou mauvaise.. Runa pouvait presque sentir toute l'opalescence de son regard reptilien posé sur elle. Elle sentait à nouveau un certain malaise, sans pouvoir en donner l'origine.
Les minutes défilèrent, lentement, et peu à peu l'aspirante se laissait aller à la médecine de Sieur Fralan. Elle se sentait effectivement plus légère et moins encline à évoquer ce qui la faisait souffrir. Son corps paraissait moins lourd et son chagrin presque éteint. C'était bien plus étrange qu'une simple ivresse, comme si elle était possédée d'un détachement profond à toute chose, et que même les faits qui la concernait paraissaient moindres, à des lieues d'ici. Plutôt efficace, pensa-t-elle..

Ce fut au tour de Lokath d'être pris en charge, et Runa se tourna sur sa chaise pour observer l'auscultation de son frère avec peut-être, une légère inquiétude. Elle se tenait aux propos du Guérisseur, raccrochée à son jugement avec l'intérêt d'avoir bien fait elle même les premiers soins. La réponse aux félicitations d'Esthen fut un simple sourire rassuré. Runa était assez satisfaite du compliment de plus aguerri qu'elle. Elle voulut se lever, appuyant fermement ses mains sur le rebord de la table pour donner une impulsion certaine à son corps endormi, mais en sentant qu'elle perdait pieds elle préféra se rasseoir sagement. Elle aurait aimé être lovée dans un lit douillé et se laisser aller au traitement administré par le Maître Guérisseur. Alors qu'il allait quitter les lieux, il lui tendit un pot qui renfermait un baume cicatrisant. Elle aurait préféré qu'il taise ces faiblesses mais le mal était fait. Elle ouvrit le pot en tournant le couvercle dans sa paume, porta le contenu à son nez et huma la crème presque sans odeur, dubitative. L'attention la toucha néanmoins, et elle s'efforça de se redresser pour promptement faire une révérence chaloupée à Maître Esthen avant qu'il ne parte.

- Ce guérisseur a l'air d'être doué dans son domaine. Hum, il a parlé de blessures ? Tu as donc été blessée ?

La question avait été maladroite mais l'état dans lequel se trouvait Runa allait faciliter sa confession. La teneur du vin et l'action du calmant d'Esthen savaient délier la plus acérée des langues. Et plus les secondes défilaient, plus la fëalocë se sentait baignée d'une docilité toute nouvelle et non naturelle. Elle était toujours assise quand elle l'invita à s'asseoir d'une main, quémandant de l'eau à Nith dans la foulée.

- J'ai reçu trois coups de poignards assez conséquents, il y a quelques semaines. L'oeuvre des assassins du Sultan qui étaient à ma poursuite. La fièvre me gagna l'espace de quelques jours.

Sa lucidité était encore bien présente, et quelque chose en elle la contraignait à ne pas en dire plus que ce qu'il demandait. Pas pour le moment. Elle avouait déjà volontiers avoir été blessée, mais elle ne donnerait pas aussi facilement les raisons du contrat mis sur sa tête par le souverain même du Ssyl'Shar. Nith déposa une carafe d'eau et des coupes propres, il en servit une à Runa et elle but une gorgée pour se rafraichir le palais.
Un sourire sarcastique au possible déguisa ses paroles avec une intonation tout aussi cynique :

- Tu veux savoir ce qu'il y a de plus ironique ? C'est Alauwyr qui m'a sauvé la vie au péril de la sienne, il en a eu la plupart des côtes brisées, d'ailleurs..

La visage de la furie se teinta d'une aura morose, sans doute sous l'effet du relaxant. Elle ne se rendit pas compte qu'elle avait possiblement commis une erreur en donnant aussi facilement la fragilité du Seigneur Noir, que seule elle connaissait. Lokath pourrait aisément utiliser cette information dans son désir de vengeance..

- S'il n'avait pas été là avec son Lié, tu ne m'aurais probablement jamais connue. Ce qui n'est pas tant un mal en soi..
Mais je ne t'aurais pas non plus secouru de ton naufrage.


Elle regarda son frère avec une certaine asthénie mais intéressée par ses réactions.



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 535
Présentation: URL
RPs: 1 115
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 10 Aoû 2014 - 13:50 Répondre en citantRevenir en haut


Lokath Ildatar



Lokath ne s'était pas fait prié pour prendre place en face de sa soeur et profita de la carafe pour se servir un verre d'eau. Nith devrait apprendre que sa place était en dessous de la sienne et non pas à son égal. Rien que le fait de servir uniquement Runa suffit à comprendre ce message muet. Il jeta un regard offensé à Nith, qui haussa des épaules. Cet homme là jouait un drôle de jeu, même s'il était muet. Sans doute que l'or donné par Runa avait suffit à acheter sa loyauté rien que pour elle... Une bonne réplique cinglante et menaçante devrait suffire pour rabaisser le serviteur et lui faire comprendre que lui, Lokath, était lié à Runa. Il se calma rapidement, en se rappelant qu'il n'était que l'invité pour l'instant. Il devait encore creusé son trou. Au moins eut-il le plaisir d'entendre un petit récit de la tendre bouche de sa demi-soeur.

Ainsi elle s'était attirée la colère du sultan, pour avoir ses assassins à ses trousses. Il se demanda si la venue d'Alauwyr était fortuite ou prémédité. Trop de choses se liaient, comme dans un parfait engrenage. D'ailleurs le mouvement de celui-ci avait provoqué comme le narrait Runa, la venue de la princesse déchue sur ces terres fantastiques et par la même occasion, le ramassage du jeune mercenaire sur les plages. Si Alauwyr n'avait pas sauvé Runa, jamais Lokath n'aurait pu la croiser et sans doute serait-il mort sur cette plage déserte qui l'avait vu s'échouer. Tout s'agençait trop bien, trop parfaitement. Indirectement, il devait la vie non pas à Runa, mais à Alauwyr, cet homme sinistre et froid.

Devant l'air morose de sa demi-soeur, lui-même fit la grimace. Alauwyr laissait son empreinte rien que d'un simple passage... Il but vivement son verre d'eau. Il était encore plus acerbe et morose que sa soeur sur le coup de ce qu'il venait d'apprendre.

''Je ne dois la vie qu'à une seule personne et il s'agit de toi. Ce n'était pas lui qui était là quand j'étais étendu sur le sable. Même si Estenir semble être son dragon, Alauwyr n'est qu'un homme opportuniste. Je ne vois que cela. Il n'a eu qu'une chance insolente, rien de plus''

Il lui devait la vie de toute façon via un autre chemin... Par sa rencontre d'un soir avec leur mère commune. Sans Alauwyr et sa mère volage qu'il ne connaîtrait sans doute jamais, il avait pu ouvrir ses yeux ambrés sur l'existence de ce monde. et son existence. Néanmoins il eut une satisfaction personnelle, qu'il garda bien pour lui. Alauwyr avait été blessé lors du sauvetage de Runa. Le combat avait dû être violent pour que ce redoutable Seigneur n'en ressorte pas indemne. Pourtant, il paraissait être un combattant accompli. Les marques sur son visage et sa large carrure en témoignait. Le vieux lion finissait sans doute par être moins performant. Voila un point qui était intéressant. Lui Lokath, le jeune lionceau, attendrait son heure pour frapper... Même si sa soeur le lui avait interdit. La patience était une vertu et elle récompensait toujours les plus hardis à voir son aboutissement.

''Trois coup de poignards... Pourtant les assassins sont réputés pour ne pas manquer leur cible. Tu as du te montrer forte pour réussir à leur faire manquer leur accomplissement légendaire. Et ton sang est fort est fort pou ravoir réussi à t'en remettre en si peu de temps. Ma part humaine bafoue cette puissance...''

Il fit un rictus dégoûté, comme il reconnaissait que sa nature de demi-sang n'était pas si forte que cela. Oh il reconnaissait certains défauts, mais intérieurement, il savait ce qu'il valait. Il caressait juste sa soeur dans le sens du poil pour la conforter et lui redonner cette lueur vive qu'elle avait d'ordinaire dans son regard tumultueux : celle d'une femme déterminée. La fatigue et les péripéties de la journée avaient du l'épuiser.

''Tu devrais aller te reposer. Un peu de sommeil te fera un peu de bien...''

Il s'était déjà levé et avait tend une main généreuse pour l'aider à se lever de sa chaise et la mener à son lit.



Runa Salv
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2014
Messages: 410
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 221
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Sarzeghnet
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 10 Aoû 2014 - 15:20 Répondre en citantRevenir en haut



C'est le regard perdu dans le vide devant elle qu'elle déclara, sans réelle émotion dans le timbre de sa voix :

- Il m'a sauvée alors qu'il était venu me tuer pour mieux rapporter ma tête au Sultan. Remercie éventuellement les dieux de s'être montrés joueurs ce jour là..

Elle conclut son annonce d'un sourire figé et presque malsain, totalement noyé du cynisme le plus noir. On sentait bien que la situation complète lui faisait grand mal. Mais la potion d'Esthen reprit le dessus, et ce fut un silence éteint qui émana de Runa, trop hagarde pour exprimer quoi que ce soit d'autre de sensé. Elle se perdait dans ses divagations.
Pourtant, elle gardait cette faible part de lucidité qui la faisait réagir à ce que pouvait bien exprimer son demi-frère. La fëalocë se redressa fièrement et avec une certaine élégance lorsque le demi-sang avoua la force de sa soeur. Il est vrai qu'à bien y penser, trois assassins pour elle seule.. c'était l'ultime honneur qu'avait pu lui faire le Sultan, dans sa condamnation. Là était toute la pureté du sang qui coulait dans ses veines, et cette nuit là sa rage fut une bénédiction totale. Elle se souvenait assez difficilement de tout, emportée dans un coma profond à cause de l'épuisement et de sa lutte pour la survie. Il ne lui venait que des brides de souvenirs, des images éparses.. des visions de feu, de mort et de sang versé, d'un vermeil chaud et luisant imprégnant ses mains. La Furie s'était bien battue, pour une princesse sans force.

Cependant, Lokath se rabaissait. Et il se dégoûtait à se rabaisser, relayant son sang humain au titre d'une tare qui affaiblissait sa part d'ardent fëalocë. Runa pensait de la sorte, elle qui habituellement exécrait les sangs mêlés.. Mais son demi-frère était une carte de choix sous son apparence impure. Il était fort, tant physiquement que mentalement, et tout aussi enflammé qu'elle. Il était un allié, et possiblement le seul ami qu'elle serait jamais capable de se faire, même s'il était à surveiller. Il parlait peu, ce jeune homme, mais toute la véhémence de ses propos, de ses gestes et de ses regards véhiculait une fièvre bouillonnante qui répandait les douces effluves du souffre. Quelque part, Runa était plus fière de son demi-frère que de son frère de sang pur..
Dans un élan de clairvoyance, elle parvint à rassembler ses pensées pour formuler ces mots :

- Utilise ton défaut comme un atout et non comme l'anathème imposé par la faute de notre mère.
Tu partages mon sang et celui de ton père, si détestable mais puissant puisse-t-il être. Tu es promis à un bel avenir pour peu que tu t'en donnes les moyens. J'y veillerai.

C'est en se tenant à la main de son protecteur que la fëalocë se leva, vacillante et presque trébuchante. Sa main libre se retint au rebord de la table tandis que de l'autre ses doigts enserrèrent faiblement la paume plus vigoureuse du jeune homme. Droguée et bien moins vigilante qu'à l'accoutumée était Runa.. Mais peut-être que ce petit passage à vide soulagement un tant soit peu sa conscience tiraillée depuis la brutale entrevue avec son Maître.
Ses iris d'ambre fixèrent Lokath, animé par cette étrange lueur doucereuse.

- J'ai dormi toute ma vie, je ne veux pas me coucher.
Mhh.. j'ai une autre idée, qui te plaira je pense.. Habille toi, nous sortons.


Nith donna négligemment une fine cape au sang-mêlé puis vint vêtir plus docilement sa maîtresse. Leur petite joute silencieuse était plutôt amusante à regarder et n'était pas prête de finir. Au moins, elle était bien moins violente que celle qui opposait père et fils. Runa ne tenait pas vraiment debout, aussi elle sortit du weyr en prenant la main de son demi-frère, consciente qu'elle ne pourrait pas marcher seule ou sans aide. Elle se demandait aussi quelle idée lui passait par la tête pour vouloir l'emmener là où elle voulait l'emmener. Finalement, elle prit le bras de son cadet et elle l'incita à marcher à ses côtés.
Ils avancèrent ainsi, paisiblement, jusqu'à arriver à l'infrastructure familière des Bains. Lokath ne connaissait pas ce lieu car ils n'étaient pas passés devant lors de leur courte promenade avant de se rendre au marché. De l'extérieur déjà émanait ce parfum lourd d'humidité et de chaleur propre à l'ambiance de ces termes aménagées à même la pierre polie et les sources d'eau volcanique.

Ils pénétrèrent donc les alcôves de roche taillé, traversant des couloirs nombreux qui donnaient tous accès à de larges et profondes vasques aux températures divergentes. L'adepte de froideur comme l'amateur de chaleur y trouvait son bonheur.

Runa se dirigeait vers l'un des bassins les plus éloignés, plutôt satisfaite de constater que les lieux étaient quasi désert en ce début d'après midi. Lorsqu'ils arrivèrent, la simple vue de l'eau cristalline la détendit, sensation appuyée par l'épais brouillard de vapeur chaude produit par l'étuve.
Elle se détacha de la retenue exercée sur son frère et lui fit dos. Son étoffe qui lui servait de manteau tomba au sol. Une main après l'autre et chacune leur tour, elle fit descendre les épaulettes de sa robe et cette dernière glissa le long de sa peau d'un satin blanc et nacré. Elle défit les épingles qui retenaient sa chevelure incarnate en un large chignon, et la cascade alizarine et ondulée formée par ses cheveux s'échoua sur ses hanches nues. Avec toute sa délicatesse de princesse, Runa se glissa dans l'eau et s'immergea totalement. Lokath n'avait qu'à rejoindre sa soeur.



Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent..
- Sic gorgiamus allos subjectos nunc -

Visiter le site web du posteur
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2009
Messages: 1 535
Présentation: URL
RPs: 1 115
Race: Humain
Âme Soeur: Estenir
Affiliation: Clan Dominant
Alignement perso: Chaotique Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Dim 10 Aoû 2014 - 16:32 Répondre en citantRevenir en haut


Lokath Ildatar


Lokath avait été ébahi de découvrir les bains. Oh il connaissait les thermes que les plus riches des Oasis mettaient en avant, mais aucune n'affichait une telle grandeur et une telle quantité de bassins, certains étant d'une taille démesurée. Il laissa sa logique parler. Les dragons. Les dragons eux aussi devaient aimer des bains. Même s'ils avaient des écailles, il restaient des animaux et certains de ces êtres vivants prenaient soin de leur santé corporelle. Le jeune homme n'osa pas imaginer la quantité de puces et de tiques qui devaient se régaler sous leur cuirasse écailleuse. Oui, les dragons devaient se baigner régulièrement, sinon vu leur taille, on aurait senti un sale odeur dans leur sillage

Pendant que le mercenaire restait stupéfait des lieux vides, alors que d'ordinaires ce genre d'endroit était toujours bondé de monde, Runa se détacha de lui et commença à se dévêtir. Lokath avait tourné par mégarde la tête pour la voir lui faire dos... Mais cela ne lui empêcha malgré lui de voir la cascade écarlate tressauter sur le bas de ses hanches, tout en couvrant avec splendeur la blancheur digne des neiges éternelles. Il déglutit et se mordit les lèvres. Son coeur fit un bon dans la poitrine. Runa était une femme à faire pâlir les Déesses elle-même. Il se retourna en rougissant. C'était sa demi-soeur ! Il ne pouvait pas avoir des pensées de ce genre à son égard. Une once de regret lui parvint malgré tout. Quelle dommage qu'elle soit sa soeur justement...Il se mordit plus profondément les lèvres pour chasser ces brides d'émotions malsaines. Le clapotis de l'eau l'informa qu'elle pénétrait enfin dans l'eau merveilleusement claire. Il tourna la tête pour la contempler malgré tout. L'eau était comme un écrin liquide qui remontait doucement contre son corps gracieux, épousant la moindre de ses perfections. Il ferma les yeux en se détournant. Si elle le voyait, elle pourrait très bien trouver quelque chose d'odieux à lui faire faire pour laver l'affront qu'il était en train de lui faire.

Le clapotis de l'eau persista et il s'intéressa à une serviette. Il profita d'une large colonnade pour se cacher. Il préférait apparaître comme puribond aux yeux de Runa que de se changer sous ses yeux. Ne la connaissant pas assez, il préférait ne pas prendre ses aises immédiatement. Il attrapa la serviette pour la mettre autour de ses reins et d'un pas assuré, il pénétra à son tour dans l'eau. La Fëalocé devait s'être immergée car il ne la voyait plus dans l'eau ondulante. Il se laissa glisser dans l'eau et trouver une marche à bonne hauteur pour avoir l'eau à hauteur de sa poitrine. Soupirant d'aise il ferma les yeux et savourant le contact rafraîchissant de ce bassin. Puis il les rouvrit, étonné de pas entendre sa belle et si ''tendre'' frangine. A moins qu'elle ne soit une sirène, il estimait qu'elle était la dessous depuis un moment déjà.

''Runa ? ''

La jeune princesse n'était pas du genre à faire des farces au goût douteux. Encore moins dans l'état morne dans lequel elle se trouvait. Commençait à s'inquiéter, il plongea à son tour sous l'eau et fouilla les environs. Elle n'était pas là. Il refit surface, sondant la surface pour voir si elle serait réapparue. Aucune trace !

''Runa ! ''

Bien entendu, dans des situations critiques, il n'y avait jamais personne. Et si elle connaissait ces bassins mieux que lui pour esquiver sa présence et le laisser en plan pour être seul ? Possible mais peu probable. Et dans ces bassins, il était loin de se douter qu'il y avait des dispositifs pour vider les eaux usées avec une certaine efficacité, pour mener cette même eau en décantation dans d'autres bassins mais plus souterrains... Encore fallait-il qu'il le sache. Pendant qu'il replongeait sous l'eau pour la rechercher avec plus de persévérance, quelques bulles éclatèrent à la surface.



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:25 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu