Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Reflets Trompeurs Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 115
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 51
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Ven 1 Aoû 2014 - 17:29 Répondre en citantRevenir en haut

"La Porte s'ouvrira pour ceux qui la cherchent"
          

C'était sur cette phrase que se concluait le petit volume "De la Mystérieuse Galerie des Miroirs et ses Reflets Trompeurs" que Sasha avait récemment parcouru à la Flèche du Cadastre.

Après deux semaines d'entraînement intensif, Maury avait accordé un peu de repos à son Aspirant qui, fort de nouveaux et intriguants savoirs, avait décidé de marcher sur les traces des Valherus. Le Kaërl Englouti, il en avait exploré les moindres recoins et ce dès son arrivée ...mais restait cette fameuse "Galerie" dont sa Maîtresse ne voulait toucher mot, à part pour lui déconseiller de s'y rendre. Un mystère tacite planait autour du lieu, qu'on disait aussi dangereux qu'énigmatique , calice d'épiphanies comme d'illusions traîtresses.
Après avoir glané quelques informations auprès des Neutres, Sasha apprit que la Galerie servait aussi de "salle d'entraînement" pour les Chevaliers les plus aguerris, afin d'aiguiser leur esprit et leurs réflexes, d'affronter leurs peurs les plus enfouies. Les Aspirants en étaient tenus à l'écart car jugée trop dangereuse pour les débutants à l'esprit malléable et le Septon, en l'occurrence, était un sujet particulièrement vulnérable. Néanmoins, la curiosité de Sasha l'emportait toujours sur la moindre notion de prudence et d'appréhension, pour peu qu'il sache se trouver de fausses excuses :

- Tout ira bien. se conforta-t-il en pensée, alors qu'il sillonnait les alentours du Cirban Telemna à la recherche de la « porte qui s'ouvre pour ceux qui la cherchent » . Je suis bien loin de cette...mésaventure avec Galaad et Elérion. Maury m'a appris à contrôler mon esprit depuis, enfin...je crois ? Il faut dire que leurs exercices n'étaient pas toujours couronnés de succès, l'esprit du marin restait indomptable, farouche, comme électrisé par l'Île Impossible et sa magie ambiante. Baste ! Cela fera bien l'affaire, il ne peut y avoir en cette Galerie pires visions que celles éveillées par l'alcool mauvais, et je n'ai plus peur des monstres depuis mes huit ans.

Un déclic retentit sur sa gauche et Sasha tourna le regard sur une porte de bois décorée d'un motif nacré en spirale, là où il n'y avait qu'un vieux mur de pierre veiné de mousse l'instant d'avant.

- Ah te voilà coquine, voyons où tu mènes.

Comme si la porte était douée d'intelligence, elle s'ouvrit lentement pour lui. Le marin eut un petit sourire triomphant et s'engouffra sans autres formes de discours dans le couloir sombre. Sasha tâtonna un moment dans le noir, ne sentant sous la pulpe de ses doigts qu'une pierre rêche et humide puis soudain, la lumière fut. Elle provenait d'une longue fente au plafond, projetant cette lueur argentée si typique du Kaërl Englouti le long d'un autre couloir, plus large, dont les parois étaient tapissées de grands miroirs.

- Ainsi donc, voilà la fameuse Galerie ! songea le marin avec l'enthousiasme d'un orpailleur ayant trouvé un filon. Quel genre "d'entraînement" font-ils ici ? Le Lieu ne s'y prête guère.

La semi-obscurité, l'étroitesse du lieu et surtout la présence de ces miroirs partout aux alentours devait interdire l'usage d'armes, de magie ou de toutes grandes opérations. Que faisaient donc les Chevaliers qui se rendaient ici ? Que pouvaient-il faire à part suivre ce long couloir et de se reluquer dans ses multiples reflets ? Sasha jaugea d'ailleurs qu'un petit coup d’œil à son allure ne serait pas de trop, histoire de vérifier si le charme marin opérait toujours.

- Hum. Je n'ai jamais été aussi athlétique... constata le Septon avec un pointe d'autosatisfaction, tâtant un biceps. Dommage qu'il n'y ait aucune 'moiselle à qui je puisse en faire profiter ! Quant au reste, j'ai le cheveu terne et une mine de déterré ! grommela-t-il pour lui-même, frottant l'ombre grise qui creusait son regard. Maury m'épuise et ce mois passé sous l'eau me décolore. Un bon soleil, nullement filtré par les profondeurs, et une brise iodée feraient le plus grand bien à cette grise mine de briscard.

Un soudain frisson lui hérissa l'échine lorsque son regard passa sur une silhouette se découpant dans l'ombre, juste derrière lui. Sasha songea tout d'abord qu'il s'agissait de son propre reflet, mais la silhouette leva lentement les bras, tendant vers lui des mains arquées, indistinctes, aux doigts crochus. Il fit violemment volte-face, le cœur battant et le corps alerte, pour découvrir un couloir vide.

- AH-AH ! lança-t-il à la Galerie, furieux de s'être laissé impressionner. Très réussi, j'ai compris l'idée hein ! La magie des Valherus, les illusions, la projection des peurs les plus profondes, tout ça. Bouuuuuh ! hulula-t-il en agitant les mains près de son visage, les yeux au ciel. Maintenant que ceci est acté j'aimerais pouvoir continuer mon exploration tranqu...

Sa mâchoire se décrocha alors qu'il revenait au miroir en face de lui. Un sublime minois avait remplacé le sien :


          

La belle – elle ne devait pas avoir plus de vingt ans – s'apprêtait comme on le ferait devant un miroir ( sans blague ? ) , tentant de discipliner sa crinière de feu avec un peigne d'os rudimentaire, en vain. Esquissant une divine moue boudeuse, elle posa l'objet et se pencha si près que Sasha fut en mesure de compter ses tâches de rousseur. Il aurait pu s'abandonner à la vision enchanteresse de ces lèvres pulpeuses mais quelque chose le troubla d'avantage.

- Ces yeux...Ce regard...

Leur forme légèrement relevée en amande, leur couleur d'aigue-marine lui étaient cruellement familières. La jeune femme se baissa pour récupérer quelque chose et lorsqu'elle se redressa, elle tenait à la main un diadème d'argent blanc et d'ivoire que Sasha ne connaissait que trop bien.

- La Couronne des Matriarches ! Mais alors, c'est...non cela ne se peut !

La demoiselle posa la tiare sur sa chevelure indomptée et eut un regard étrange en s'admirant ainsi, L'âge, les traits de l'inconnue, ces yeux qu'ils avaient tout deux hérité de leur mère...tout collait. Sasha oublia aussitôt sa verve de tantôt sur les illusions trompeuses.

- Layla...LAYLA !! Il frappa le miroir de ses poings mais seul l'écho de sa voix lui répondit. C'est moi Sasha , ton frère ! C'est moi...

Son cri mourut de lui-même dans l'air sec de la Galerie. Il se tut et s'accorda encore quelques minutes à contempler cette sœur perdue, fut-elle réelle ou non, un sourire tendre et triste aux lèvres.

- Si ce miroir est vraiment une fenêtre sur le temps, alors que les Dieux soient remerciés pour ta beauté et ta santé , petite sœur. Tu ne te souviens probablement pas de moi, mais saches que je t'aime. murmura-t-il encore avant de se détourner, presque à regrets.

Sasha reprit son exploration, mais il se laissa porter par ses pas le long de la Galerie, les pensées ailleurs.
L’Aspirant ne faisait guère plus attention aux multiples reflets qui le suivaient, le pied traînant et la tête basse. Aussi ne réagit-il pas tout de suite lorsqu'il frôla une épaule au détour d'un virage, avant de réaliser que le contact était bien réel. Il eut un sursaut.

- Je... Il plissa les yeux, détaillant le visage gracile ombré de deux grands yeux d'un bleu sombre. Vous êtes ...réelle ? Sasha eut un petit rire narquois. Vingt minutes dans cette Galerie et je perds déjà la boule...Ce bouquin ne mentait pas.

L'inconnue restait muette pour l'heure, son visage semblait blafard sous l'étrange lueur feutrée et ivoirine nimbant l'endroit.

- Qui êtes-vous ? Vous vous êtes perdue ?


Dernière édition par Sasha El'Tiwas le Jeu 7 Aoû 2014 - 19:57; édité 1 fois
Publicité





MessagePosté le: Ven 1 Aoû 2014 - 17:29 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Dymphnea Niedryn
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 269
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 209
Race: Demi-Elfe
Âme Soeur: Sele'nti
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Ven 1 Aoû 2014 - 20:32 Répondre en citantRevenir en haut

Il y avait eu comme une vibration subtile, un changement dans la texture même de l'air ambiant. Dymphnea l'avait senti avant même que Sele'nti ne le confirma d'une pensée. L'Interstice s'était rouvert, si tant est que la brèche se soit jamais close. Le dragon blanc n'avait pas manqué d'évoquer leur retour, de rappeler qu'il leur était désormais possible de se rendre sans plus attendre en Undòmë. Sauf qu'à la vérité, Sele'nti n'avait évoqué l'affaire qu'avec sa légèreté coutumière, prêt à soulager sa liée de ces missions de peu d'intérêt qu'il n'assurait que par devoir paternel. Sa demi-elfe de liée favorite n'avait qu'à demeurer au Màr en son absence.

Dymphnea était une enfant du Màr. A la vérité, il avait fallu des années à son lié pour appréhender la notion dans son entièreté. Pour un observateur purement objectif, Sele'nti - et tous ses pairs - étaient eux aussi des enfants du Màr. Mais le Blanc ayant passé son existence entière à se chercher des liens et des attaches, il était malaisé de comprendre combien sa liée pouvait s'être entichée de l'âme du Màr, de ses couloirs exigus hantés d'une lueur aigue-marine au parfum d'embruns que portait bien souvent une brise fallacieuse, en passant par ses âmes orgueilleuses, fuyantes ou pluvieuses qu'abritaient le kaërl. Sachant cela, il n'avait pu comprendre la tempête qui ravageait le cœur de la Demi-elfe.

° Je ne tarderai pas, Yphna.°

Dymphnea ne répondit pas immédiatement. Elle avait été Seconde du Màr, elle avait malgré elle remis un pied sur le devant de la scène lorsque son lié avait trouvé moyen de convoler avec une Argentée - et non des moindres ! -. De toute évidence, elle était une maîtresse dragon accomplie en passe de devenir une dame sans âge du fait de son héritage elfique et de la magie du lien draconique. Et pourtant, elle était encore et toujours l'enfant aux yeux rêveurs, la jeune adolescente malhabile aux maladroites palabres. Elle avait parlé jadis au nom des siens, mais s'était-elle jamais débarrassé de la détestable sensation d'avoir dans les veines non plus du sang mais l'eau glacée d'un torrent ? Et avait-elle jamais eu le choix, tandis que les mots acérés de son lié attisaient les regards avides ou furieux qui tous convergeaient vers elle, dans l'expectative qu'elle répondit de tout ?

Sele'nti s'était-il seulement ce jour rappelé à sa nature, au fait que les dragons n'aient pas à se mêler des affaires des bipèdes, de politique interne moins encore ? Dymphnea en était bien aise.

° As-tu donc peur de recroiser Rakauth ? Je doute qu'elle oserait arracher la tête d'un père de ses enfants, dut-elle ne jamais pouvoir te changer d'aucune manière. A moins que ce soit elle qui t'évite... °

Ces paroles venimeuses ne lui ressemblaient pas, mais suffirent à alerter Sele'nti sur l'orage qui couvait. Mais le Blanc n'avait rien d'un dragon prudent.

° Je crois davantage que c'est sa liée qui t'évite. Mon offrande au Màr ne peut suffire à redorer ton blason. °

Le coup porta. Dymphnea avait failli à son Màr. Elle avait désertée son poste en son temps. Sele'nti aussi, en un sens, mais étant ce qu'il était - fol et dragon - nul n'aurait jamais pensé à l'en blâmer, sinon pour sa malice.

Et Sele'nti était parti chasser. Il ne tarderait pas à revenir, il attendrait d'avoir achever sa digestion avant de disparaître. Et Dymphnea se retrouverait seule avec ses démons, tiraillée entre ses souvenirs étouffants et sa frayeur d'affronter passé et présent entremêlés. Que dirait son maître d'elle, ses parents, Lalwendë ?

Si elle n'était pas présente dans ses appartements, Sele'nti la chercherait-il ? Lui qui l'avait si souvent piégé, se souciait-il encore de la protéger ? Avait-elle encore quelque valeur à ses yeux maintenant qu'il avait triomphé des reines, en mêlant à son vol Incarnate et Argentée ? Sa progéniture avait-elle plus de poids à ses yeux que leur lien singulier ? Aurait-il du mourir sur ses sables et elle vivre une vie de remords à pleurer une dragonne condamnée ?

Le poids de ses pensées tourbillonnantes s'était fait trop lourd à porter, et Dymphnea avait quitté ses appartements en claquant la porte derrière elle comme une adolescente furieuse. En un geste futile et auto-destructeur, elle avait pris le chemin de la Galerie des Miroirs. L'Oracle seul savait combien elle haïssait cette galerie. Elle avait failli y perdre la vie, et lorsqu'elle y songeait de trop près, dans ses mauvais jours, elle se disait que les choses auraient été mieux ainsi, car elle avait perdu pis en s'y rendant.

Les miroirs lui rendaient son animosité, lui renvoyant sa simple image, celle d'un visage sévère aux yeux de mer houleuse, cerné d'une chevelure indomptable. Elle eut trop apprécié l'évasion d'un songe ou d'une vision aussi pernicieuse soit-il, aussi demeuraient-ils aussi insondables que son lié demeurait coi.

Dymphnea avait bien entendu une voix, mais elle avait appris à ne pas se fier à la Galerie, ni à ce qu'elle voyait, ni à ce qu'elle entendait. De son pas pressé, elle manqua de peu de heurter un humain. D'un âge proche du sien, elle ne put s'empêcher de se demander s'il s'agissait d'un nouveau chevalier. Son visage ne lui était pas familier, mais la couvée de Rakauth et de Selen'ti, en dépit de toutes les frayeurs des rumeurs, n'avait pas été des moindres, et Dymphnea n'avait pas la prétention de pouvoir nommer tous les chevaliers du Màr, même du temps où elle avait été Seconde.
« Exvu… Excusez-moi », balbutia-t-elle.

Sa maladresse la fit rougir, mais elle reprit rapidement contenance, pour affronter un moment de solitude intérieur. Elle n’était pas sous son meilleur jour, elle eut pu pleurer ou hurler si on l’avait cherché, sa colère devait certainement se lire dans ses yeux et même sa mise n’était pas tout à fait à la hauteur de son rang. Ses cheveux tenaient de la bataille perdue d’avance, sa robe bleu était d’une étoffe de qualité, mais réclamait qu’on cessa de la malmener et qu’on la déplissa plus qu’un peu et ses bottes avaient plus que souffert d’un certain périple sur Undome. Eut égard à ce qu’elle était, et avait été, elle eut été heureuse de défiler sans demander son reste.

« Dymphnea. »

Elle avait préféré taire son nom et plus encore celui de son lié. Sele'nti était du rang de ces malédictions que les honnêtes gens évitent de mentionner. Et si elle parlait de lui, le Blanc serait bien capable de saisir les mots au vol dans son esprit.

« Et vous êtes ? »

L'encourager à parler était une piètre manoeuvre. Mais venant de la part de quelqu'un qui se parlait tout seul dans les couloirs de la galerie, peut-être ne rechignerait-il pas à saisir la perche...



Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 115
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 51
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 10 Aoû 2014 - 13:17 Répondre en citantRevenir en haut

Les yeux de Sasha s'habituaient maintenant à la semi-obscurité et il eût le loisir d'observer la jeune femme plus en détail.
En bon enfant d'Undomë, il avait l’œil pour reconnaître les métisses et cette "Dymphnea" avait le trait ciselé et le regard moiré des demi-elfes. Elle semblait confuse et nerveuse, à en juger par la légère sueur perlant à son haut front d'albâtre et ses yeux de chat-huant . Sans doute avait-elle passé un mauvais quart d'heure dans ces dédales interminables, en compagnie de visions peu sympathiques. Elle lui demanda son nom.

- Sasha. répondit-il simplement, en écho à sa sommaire présentation de tantôt.

Comme si conventions et statuts n'avaient plus lieu d'être en cette Galerie des Illusions, il jugea inutile d’ânonner l'habituel refrain sur sa Triade. Si "Dymphnea"  (un prénom un peu fantasque seyant tout à fait à une semie-elfe, néanmoins il pouvait aussi s'agir d'un pseudo !) ne souhaitait en dire plus sur son identité, alors il ferait de même... Mais sa curiosité naturelle revint bien vite au galop.

- Qui est donc cette demoiselle ? Le Septon fouilla dans sa mémoire à la recherche de traits similaires aux siens, aperçus au détour d'un repas à l'auberge ou d'une simple balade nocturne, en vain. Est-elle Neutre ? A-t-elle un Lié ? Je n'ai entendu ce nom nulle part, je n'ai jamais vu son visage... songea-t-il en se disant qu'il aurait gardé en mémoire si joli minois. Étrange...

Un mouvement furtif dans le coin de son regard l'obligea à ciller. La silhouette efflanquée de Mikaal se déplaçait d'un miroir à l'autre derrière son dos, semant dans son sillage d'intelligibles murmures.

- Cet endroit commence à me filer la pétoche. grommela-t-il en frottant son bras pour en calmer la chair de poule. Vous avez vu ?

Question stupide. La magie à l’œuvre dans ce lieu devait sans doute s'ajuster aux inconscients, comme lui, comme elle, décidant d'en parcourir les couloirs. Comment cette inconnue pouvait-elle voir le frère de cœur de Sasha, qui n'appartenait pas à son histoire ? Il coupa court à son interrogation d'un geste agacé de la main.

- Bah, peu importe...

Le regard insistant de Dymphnea lui vrilla les nerfs. Elle le dévisageait avec une telle acuité qu'il se sentit mis à nu. Qu'espérait-elle ? Qu'il se dissolve en particules éthérées dans l'air ? Qu'il regagne sa place dans un miroir ?

- Calmes-toi mon vieux, elle est sur ses gardes et c'est bien normal. Regarde donc l'effet qu'a cette Galerie sur toi, tu deviens nerveux et irritable.

L'Aspirant inspira vivement pour chasser la tension tirant ses traits. Il s'essaya à un sourire pour prouver sa bonne foi, mais le cœur n'y était pas. Partout autour de lui, les reflets trompeurs passaient furtivement sur le tain des miroirs, fuyant toujours son regard en laissant derrière eux une trace nacrée et intangible, telle une empreinte rétinienne.

- On dit...que ces miroirs sont des fenêtres ouvertes sur les mondes. murmura-t-il en se rapprochant doucement de Dymphnea, comme pour la tenir dans la confidence. Je n'avais entendu que rumeurs et légendes sur cet endroit, j'ai donc décidé de voir par moi-même et maintenant que je suis là... Je n'ai plus confiance en ce qu'observent mes yeux.

Sasha ignorait ce qui le poussait à s'adresser ainsi à l'inconnue. Ils auraient pu tout deux passer leur chemin et continuer leur périple dans ce corridor. Mais une impression de danger imminent venait de le saisir aux tripes...Un instinct étrange le mettant en garde contre ces ombres, à présent immobiles derrière la surface lisse des miroirs, semblant l'observer malgré leurs visages dilués par un flou étrange. Dymphnea, son souffle court , la chaleur de son corps nerveux, la lumière de son regard hébété avaient quelque chose de « réel » et de rassurant.

- Bon. Assez joué. Le marin fronça les sourcils. Il n'était pas du genre à se laisser envahir par des peurs irraisonnées, mais il était toujours attentif à son instinct, aux sensations « primaires », animales, qui pulsaient dans ses veines. Et ces dernières n'exprimaient rien de bon, présentement. Je crois en avoir vu assez. Puis, se tournant vers la semie-elfe. Je ne sais pas par où vous êtes entrée, peut-être existe-t-il plusieurs portes, mais j'ose espérer que vous connaissez la sortie.   
Dymphnea Niedryn
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 269
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 209
Race: Demi-Elfe
Âme Soeur: Sele'nti
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 10 Aoû 2014 - 16:48 Répondre en citantRevenir en haut

Dymphnea s'était ressaisi et se morigéna pour son attitude. Soit le dénommé Sasha était tout aussi pris au dépourvu qu'elle, soit il n'avait pas de lié. Avait-il simplement le Don ? Elle manqua de peu de s'excuser de nouveau, mais la chose eut paru plus inconcevable encore. La vérité, c'était que la galerie des miroirs la terrorisait qu'elle eut saisi n'importe quelle excuse pour s'en détourner ou en atténuer le venin.

S'ils avaient affronté un danger rationnel, une menace appréciable et susceptible de répondre du tranchant d'une épée, elle eut été ravie de pouvoir se cacher derrière un homme comme Sasha. En l'occurrence, pour affronter de sournoises puissances occultes, il semblait que le jeune homme bien bâti n'ait pas connu assez d'hivers pour être d'un appui rassurant. Même en présence de son maître, Dymphnea eut encore frémi, ne puisant aucun réconfort en ces lieux, quand bien même les miroirs placides ne lui renvoyaient rien d'autre que son regard inquiet tel une biche aux aguets.

Un murmure se fit entendre dans son dos, et la maîtresse blanche dut se faire violence pour ne pas tourner la tête pour en chercher la source. Si mettre un nom et un mot sur un phénomène le rendait d'ordinaire moins étrange, cette règle n'avait pas lieu d'être au sein de la Galerie.

« Non. » murmura Dymphnea.

C'était un mensonge éhonté, elle avait bien vu une ombre à la lisière de son champ de vision, glisser d'un miroir à l'autre. Mais le reconnaître, c'était déjà concéder trop de pouvoir à la galerie. Elle avait aperçu un jeune homme fluet qu'elle ne reconnut pas, bien qu'elle devina qu'il s'agissait du même à avoir lâché les murmures dans son dos. Il ne suffisait pas de les ignorer pour échapper aux miroirs.

« Un triste conte du Màr narre l'histoire d'un aspirant fuyant la punition de son maître et se perdant dans la Galerie. Pour échapper aux miroirs, il aurait alors décidé de fermer les yeux pour s'extraire du labyrinthe. »

La maîtresse blanche s'était finalement détourné de Sasha pour s'approcher d'un miroir et en frôler la surface du bout des doigts, les voyant sans les regarder réellement.

« Avançant à tâtons, l'aspirant progressait le long du mur de droite, encore et toujours, certains que sa persévérance le mènerait à la sortie là où la peur ne faisait que mettre ses sens aux abois. »

Un étrange peigne ouvragé, presque familier, apparu entre les doigts de la Dymphnea du miroir, et la maîtresse blanche se retourna de nouveau, préférant faire face à Sasha qu'à ses propres démons.

« Alors qu'il approchait de la sortie de la Galerie, il trouva sans le savoir un miroir sans substance de la hauteur du mur et s'avança à travers. L'aspirant fut piégé pour l'éternité. »

Dymphnea n'aimait pas ce conte, moins encore sa morale. Oeuvrer de logique ainsi que le dictait le Màr ne servait alors de rien pour se dérober à l'emprise d'une puissance supérieure. Pour avoir désobéi à ses maîtres et pénétré dans la Galerie sans leur aval, l'aspirant méritait donc un sort pire que la mort ?

« Les miroirs sont un mythe pérenne, il ne suffit pas d'y poser les yeux pour le briser. »

Il était plus aisé pour Dymphnea d'évoquer des généralités concernant la Galerie. En la reléguant au rang des curiosités du Màr, elle perdait un peu de sa superbe et de sa terrifiante emprise sur la banalité du quotiden du kaërl. Sa dernière question la glaça. S'en remettre à autrui pour s'échapper de la Galerie, c'était sa ruse. Il était rare qu'elle y pénétra seule, rare qu'elle en sortit.

« Je l'espère. » répondit la maîtresse blanche dans un murmure, s'arrachant à la contemplation du jeune homme qui lui avait permis un temps d'échapper aux miroirs.

Lorsqu'elle se retourna, il lui sembla que le couloir entier avait changé. Elle n'engagea pas Sasha à la suivre, non par malice, mais parce qu'elle n'avait pas la moindre assurance de retrouver leur chemin.

Alors qu'elle approchait d'un croisement, elle aperçu de nouveau le jeune homme du miroir qui les lorgnait du coin de l’œil, plus particulièrement Sasha.

« Il semble vous connaître... J'espère que vous n'avez rien fait pour lui déplaire ! »

La Demi-elfe s'exprimait d'une fois chantante, plus encline au rire qu'aux larmes mais c'était un leurre, un pied-de-nez au sort narquois qui espérait la voir ramper dans la Galerie.



Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 115
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 51
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 21 Sep 2014 - 19:17 Répondre en citantRevenir en haut

A cette question, Sasha secoua la tête, un sourire déformé par le malaise étirant faiblement ses lèvres.

- C'est un am ... Il ne daigna guère accorder un regard au spectre de Mikaal. Son frère de cœur, le véritable Meridion de ses souvenirs, était à l'autre bout du Monde et sûrement bien trop pris par sa nouvelle vie de famille pour penser à un vieux frère perdu en mer. L'Aspirant reprit d'une voix blanche : C'est l'illusion d'un ami d'enfance. Un homme bon et inoffensif.

 Le marin s'astreignait désormais à utiliser des termes plus rigoureux . Rationaliser l'invraisemblable Galerie allait peut-être en chasser les maléfices ? Après tout, sa nouvelle compagne semblait elle-même évoluer dans cet environnement comme dans un rêve, son regard d'eaux troubles passant sur les silhouettes intangibles sans marquer d'arrêt, pour se réfugier dans le sien. Seule la pâleur de son teint, de furtifs frissons hérissant la délicate chair de son cou au passage des Ombres dans son dos, trahissaient la crainte viscérale l'habitant. Elle connaissait l'endroit, ses dangers retors, les légendes en contant les mystères. Peut-être y était-elle même déjà venue ? Il ne faisait néanmoins aucun doute, malgré les airs insouciants qu'elle se donnait à présent, que Dymphnea n'aimait pas la Galerie des Miroirs - Sasha non plus, après en avoir découvert la véritable nature , à dire vrai - alors, que faisait-elle là ? Avait-elle été "piégée",  elle aussi ?

 - J'ignore ce que l'Entité habitant ces lieux attends de ceux qui osent s'y aventurer. Sasha repensa au sinistre conte évoqué tantôt. Elle les capture, les trompe, sème la confusion dans leurs esprits en les renvoyant à quelques fantômes du passé... Il eût un regard par-dessus l'épaule de Dymphnea, son Reflet Trompeur la suivait en silence, quelques pas en arrière , le teint cireux et les yeux caves. La pâle copie serrait contre son cœur, dans l’étau de ses doigts diaphanes et crispés, un joli peigne ouvragé. Quelque objet symbolique lié au vécu de la semie-elfe, sans doute. Il fit l'impasse, l'instant ne se prêtait guère à sa curiosité de fouine habituelle. Je suis encore plus étonné de savoir qu'il s'agit d'un lieu d'entraînement, du moins, si les ouvrages que j'ai feuilleté à La Flèche disent vrai ! Je veux dire...Quel intérêt peut avoir un entraînement de ce genre, quel en est le but premier ? Être confronté à de vieilles peurs d'enfants ? Confronter ce que nous avons laissé derrière nous ? Tester notre sens de l'orientation ? Quel damné Maître enverrai son Aspirant là dedans ?!

Il lui sembla d'ailleurs, alors qu'ils empruntaient de nouveau un virage, qu'ils étaient déjà passés par là. Ou pas ? Les corridors, plongés dans la pénombre poussiéreuse , semblaient se répéter, se prolonger à l'infini. Leurs reflets apparaissaient parfois aux détours des chemins, venant à leur rencontre, confus , les yeux brillants d'appréhension. L'irritation et la frustration finirent par tenailler Sasha, dont le pas et le souffle gagnèrent en nervosité.

- C'est inutile, Dymphnea. grommela-t-il alors qu'ils cheminaient depuis vingt minutes en silence et en vain. Il me semble que je suis entré ici il y a quelques minutes à peine, et pourtant j'ai la sensation d'avoir marché des heures, sur des lieues et des lieues...

L'homme essuya la sueur, étrangement glacée, qui perlait à la naissance de sa chevelure, puis leva les yeux. Là-haut, bien au dessus de leur tête, le plafond craquelé laissait filtrer quelques dais de lumière ou chatoyait une poussière sablonneuse. Ils ne s'étaient donc pas enfoncés sous la surface. Ils tournaient tout simplement en rond. L'Aspirant eût un regard étrange pour sa voisine.

- Je t'ai suivie...Mais tu m'as l'air tout aussi perdue que moi. Pourtant, quelque chose me dit que...enfin, tu sembles... connaître l'endroit. Je me trompe ? Il lui sembla qu'elle se raidissait, l'éclat nacré de ses yeux luisant plus que de coutume. Il eût un geste d'impatience. Bon, peu importe ! Agacé, il prit quelques pas d'avance, la devançant. Si tu es Neutre, peut-être es-tu déjà Chevalier ? N'as-tu pas un Lié que tu pourrais appeler à l'aide ? Quelque expertise de ce genre d'endroit ? Il y a bien quelque chose que nous pouvons faire pour...

Au détour d'un nouveau virage, une soudaine lumière, un courant d'air.

- Ah ! Enfin ! La porte par laquelle Sasha était entré s'ouvrait au bout du corridor, son Dragon incrusté au bois lançant de clairs et charmants scintillements dans la semie-pénombre de la Galerie. J'ai cru que nous n'allions jamais y arriver, quelle veine !

Sasha s'élança d'un pas vif, pressé d'en finir avec cette marche forcée, de respirer enfin la brise légèrement saline et piquante, si typique du Kaërl Englouti. Il lui sembla que Dymphnea esquissait un geste pour le retenir, il entendit un hoquet étranglé , mais cette satanée porte était là, devant lui ! Et sa jolie décoration iridescente reflétait la lumière d'un sympathique après-midi, qu'il avait bien l'intention de terminer devant une pinte fraîche pour se remettre de cette mésaventure.

- Minute... Cet espèce de Dragon Argenté sur la porte...

C'était ce qui avait appâté son regard tantôt, l'appelant, l'attirant vers la Galerie.

- Je n'ai pas refermé derrière moi après avoir pénétré ces lieux maudits, cela je m'en souviens. Il ralentit le pas, quelque chose clochait. Mais la porte ne s'ouvrait pas dans ce sens, pas vers l'intérieur de la Galerie...Le battant décoré devrait être à l'extérieur, cette porte ...est à l'envers !

Un piège, voila ce que c'était. Et il marchait droit dessus. L'Aspirant s'arrêta dans sa lancée, à quelques instants de franchir ce seuil ouvert comme une gueule béante attendant d'être nourrie.

- Tu es un idiot Sasha...  Pffou, c'était moins une ! Tu aurais du écouter la demoiselle, pour une fois.

 Le marin fit volte-face sur la Galerie, s'apprêtant à s'excuser auprès de sa compagne laissée en arrière,  mais quelque chose avait changé... Ses miroirs s'étaient fait aveugles, ouvrant sur un vide sans fond, et le plafond craquelé disparaissait maintenant sous d'épaisses ténèbres. Seule l'insolente illusion, cette seule et unique issue si fausse soit-elle, était désormais source de lumière. Et dans son faisceau Dymphnea le dévisageait avec une expression mêlée de consternation et d'horreur. Son pâle et doux visage, éclairé ainsi, ressemblait à un de ces masques de céramique que l'on porte au Théâtre, de ceux que l'on revêt pour jouer des pièces tragiques.

Dans son dos , la porte claqua violemment, pulsant sur eux une bourrasque chargée de murmures, qui laissa sur leurs peaux la sensation d'être frôlés par des mains invisibles. Puis ce fut le noir complet.  
Dymphnea Niedryn
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 269
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 209
Race: Demi-Elfe
Âme Soeur: Sele'nti
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 13 Oct 2014 - 12:45 Répondre en citantRevenir en haut

[HRP/ Désolé du retard, j'ai été pas mal occupée ces derniers temps./HRP]

Dymphnea frissonna. Un ami ou l'ombre d'un ami. Voilà qui aurait dû être une nouvelle rassurante. Mais la Demi-elfe se méfiait de la perversité de la Galerie, si prompte à se jouer des émotions des visiteurs, usant des souvenirs pour ancrer ses victimes et de la proximité pour blesser. Ses propres démons se terraient derrière les vitres translucides, en filigranes des mornes reflets que renvoyaient les miroirs. En évoquant le spectre qui semblait suivre l'humain, elle avait espéré conjuré sur lui la malice des lieux, tâchant de se convaincre que rien dans le passé de l'humain n'était pire que sa propre malédiction.

L'incertitude la hantait, et elle regrettait d'avance cette piètre manoeuvre. Elle ne connaissait l'autre que de nom, et ses propres frayeurs n'auraient dû la nantir de tant de présomption. Il avait sûrement sa propre part d'ombre, comme n'importe quel habitant du Màr. Par chance, l'intéressé changea de sujet, ne donnant pas l'occasion à la Galerie de donner plus de substance au spectre de son enfance.

Que désirait la Galerie? Dymphnea n'en savait rien. Elle craignait la Galerie comme on redoute la maladie, la guerre ou la famine. Elle craignait davantage ceux qui pouvaient s'en rire et en user que sa simple évocation. Existait-il une entité en dormance, une âme oubliée dans la trame même des miroirs scintillants ? La question sonnait plus étrange que ne le serait jamais la réponse quelle qu'elle fut.

Dymphnea se focalisait sur son interlocuteur, comme si un soudain handicap l'avait obligée à la nécessité de saisir ses mots en les lisant sur ses lèvres. Sasha ne mentait pas. Ou s'il mentait, il mentait comme mentent les bipèdes, au dessein de ruse et de moquerie, une malice tangible et compréhensible, loin de la malveillance des miroirs. Lorsqu'il évoqua combien ce lieu lui paraissait inadapté à l'entraînement des aspirants, la maîtresse blanche eut un rire forcé, tant son amusement était sincère et l'endroit mal choisi.

«  La plupart des maîtres du Màr rechigneraient à laisser leurs aspirants s'approcher de la Galerie. »
Elle y compris, mais c'eut été mesquin de l'affirmer alors que son propre lié y avait dépêché plus d'un aspirant dans son dos, pas défi ou pour avoir éveillé chez eux une curiosité de mauvais aloi. Lorsqu'elle l'avait pris sur le fait, le dragon s'était contenté de rétorquer que la Galerie faisait partie intégrante du Màr et qu'il était sot d'espérer voir quiconque s'en écarter éternellement. Plus tôt ils y seraient confrontés, plus tôt ils prendraient leur distance.

Sele'nti devait avoir raison, sans quoi comment justifier que tous deux soient venus se perdre en ces lieux ? D'une bien puérile résolution, elle avait désiré que Sele'nti s'inquiéta pour elle. Mais n'aurait-elle pas pu se rendre au Cìrban Telemna et choisir à cette intention une toute autre destination où elle aurait pu attendre le secours de son lié en s'épargnant terreur et désagrément ? A mesure qu'elle formulait cette interrogation muette, elle crut apercevoir dans un lointain miroir la silhouette du dragon blanc, animé d'un rictus narquois.

« Il y eut un temps où les maîtres dragons se montraient plus sévères qu'actuellement. Ils considéraient que le Don ne destinaient pas les aspirants à se lier mais leur donnait simplement le droit de se confronter aux épreuves qui leur permettrait de gagner le droit de pénétrer sur les sables et de se confronter au jugement d'une reine argentée. A en croire les anciens écrits, la Galerie faisait partie de ces fameuses épreuves, jusqu'à ce que des accidents funestes surviennent. Les mentalités avaient changé à telle point qu'on préférait fêter l'Empreinte accidentelle d'un aspirant peu reluisant plutôt que de le voir recevoir une sanction adaptée tandis qu'un dragon qui eut pu être son lié périssait sur les sables. »


Dymphnea eut un haussement d'épaules.

« Je suppose que celui qui ressortait de la Galerie des miroirs étaient mieux vu que celui qui s'y perdait, mais je ne saurais vous dire en quoi cela faisait de lui un meilleur aspirant et un meilleur futur chevalier. »

Dymphnea voyait dans ces folies élitistes la marque impérissable de l'héritage des Valherus, mais évoquer leur mémoire au milieu de la Galerie lui paraissait trop stupidement dangereux pour qu'elle s'y risqua. Elle avait laissé à Sasha le soin de les guider, comme on se décharge d'une tâche ingrate pour ne chercher qu'à juger des travaux finis. Elle ne tarda pas à le regretter, son sang se glaça lorsque l'humain lui expliqua à demi-mot qu'il s'était égaré.

Ils ne pouvaient se perdre en ces lieux. Le marbre clair veiné de bleu du plancher était plus que familier, la signature pérenne du Màr Luimë, son foyer natal. Ils ne pouvaient se perdre. Sasha l'avait suivie. Dymphnea voulut protester. C'était elle qui le suivait. Elle n'avait pas voulu rebrousser chemin. Retourner sur ses pas, c'était risquer de croiser sa propre route, de réveiller les démons du passé. Tourner en rond, se perdre, c'était en fin de compte gagner un peu de temps, entre un passé furieux et un avenir incertain.

« Je connais la Galerie autant qu'on peut la connaître. C'est un lieu changeant. » répondit Dymphnea avec un sourire d'excuses.

Ses propos indiquaient que lui n'avait pas de lié. S'il avait le Don, ce n'était qu'un aspirant et dans tous les cas, Dymphnea se trouvait hiérarchiquement responsable de lui, ce qui signifiait qu'elle ne pouvait ni lui avouer sans détour qu'elle était elle-même perdue, ni le laisser croupir entre deux corridors miroitants.

« Mon lié est parti chasser, il ne reviendra pas de suite. » protesta Dymphnea.

Appeler Sele'nti à l'aide ? Il était hors de question qu'elle affronta les sermons du dragon blanc sans que sa vie ne soit expressément en danger. Il n'aurait de cesse de la railler des mois durant et il était bien assez arrogant de nature pour n'avoir pas besoin de l'excuse d'être dans son bon droit.

Par chance, Sasha sembla reconnaître son chemin et la maîtresse blanche lui emboîta le pas. Dymphnea s'arrêta brusquement. Dans une alcôve de pierre, aussi fausse que l'univers entier qui s'invitait dans les miroirs, un faux Sele'nti lui lançait un regard goguenard. Là où Sasha se dirigeait, une porte s'incrustait dans les miroirs, le reflet moqueur d'une des nombreuses entrées de la Galerie des miroirs. Il était si aisé d'y entrer...

Sasha s'aperçut de son erreur avant d'avoir tenté d'ouvrir la porte. Les murs s'étaient effacées, happés par l'ombre, nappés de néant. Dymphnea hésitait à rejoindre Sasha. Le sol avait perdu de sa substrance, et elle craignait de disparaître à son tour au moindre pas esquissé. Elle aurait pu fermer les yeux et avancer, mais le souvenir du conte était trop pérenne dans sa mémoire. Si elle franchissait la porte fallacieuse, les yeux fermés, que deviendrait-elle.

La porte scintillante les appelait, avant de se clore dans un fracas noyé d'ombres.

« Sasha ? » appela Dymphnea. Elle s'accroupit, et tâta le sol autour d'elle. Au toucher, il était aussi froid et lisse qu'avait toujours été le marbre de la galerie. Ses doigts touchèrent un objet. Elle s'en saisit, comme on attrape une corde salvatrice avant de reconnaître la forme anodine d'un peigne ornementé aux dents strictement alignée. Elle le lâcha aussitôt et l'objet teinta sur le sol qu'elle ne pouvait voir.

« Sasha, je pense que nous devrions faire demi-tour. »
Dymphnea avait voulu insuffler dans sa phrase une assurance qu'elle ne ressentait pas et de fait, sa voix avait tremblé. Elle se redressa maladroitement, se retourna lentement comme craignant de ne pouvoir s'arrêter à un simple demi-tour si elle n'y mettait pas toute sa volonté.

Il y eut un fugace éclat de lumière, comme si un feu follet avait dansé dans le reflet des miroirs mais Dymphnea connaissait trop les lieux pour se laisser avoir aussi aisément. Elle avait perçu la lumière à la lisière de son champ de vision mais n'avait pas tourné la tête. Il leur fallait quitter ce cul-de-sac sans issue.

« Suivez-moi. » murmura la Demi-elfe, qui entendait rebrousser chemin dans ce corridor aux ombres épaisses. Son héritage elfique lui permettait de se déplacer aisément dans la nuit la plus profonde, mais l'obscurité de la Galerie n'avait rien à envier au tissu d'ombre de la nuit, elle était un pan de pures ténèbres indécelables, froides et sans concession.



Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 115
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 51
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Ven 24 Oct 2014 - 13:29 Répondre en citantRevenir en haut

[ HRP : Aucun souci, je suis pas un exemple d'assiduité non plus x) ]


La Galerie, ou du moins les entités qui en régissaient l'étrange magie,  les avaient pris au piège comme un vulgaire gibier de proie. Plongé dans cette pénombre surnaturelle, l'endroit semblait encore plus malsain et fallacieux.  Sasha ne sut s'il devait faire confiance à la sensation pourtant concrète du sol dallé sous ses pieds, ni se fier au rythme régulier mais nerveux du souffle de Dymphnea, toute proche. Bien que cela ne lui soit pas arrivé depuis des lustres, une entêtante et désagréable sensation de peur s’immisça en lui. Taquiner le danger, marcher sur la corde raide, frôler la mort...Il connaissait tout cela. Le Septon avait vécu une vie jalonnée de périlleux défis et de dangereuses tentations auxquels il n'avait jamais su résister. Il avait toujours été de ces caractères ambitieux et indolents qui pensent que la vie ne vaut pas la peine d'être vécue lorsqu'on craint de mourir à chaque instant, sa venue en solo dans ce redoutable lieu en était la preuve. Mais cette fois...cette fois c'était différent. Tout ceci relevait pourtant de l'illusion ! Malversations de quelque esprit frappeur cherchant à provoquer la confusion, la désorientation et pourtant...cette sensation de danger imminent, ce bas instinct lui causant une envie folle de prendre ses jambes à son cou pour sauver sa peau... Il ne parvenait pas à s'en débarrasser.

- Je sens des...On nous observe dans le noir. Les yeux azurins du marin parcoururent nerveusement l'épaisse pénombre. Faut-il que je me fie à ce que je vois ? A ce que je sens ? Tout ici n'est que tromperie , et pourtant...

Le son d'un objet léger tombant au sol le fit sursauter. Il sentit le Chevalier se redresser dans un froissement précipité.

- Sasha, je pense que nous devrions faire demi-tour.

La voix de Dymphnéa était grêlée d'une angoisse qu'elle voulait taire. A ses mots, la mâchoire du marin se contracta si violemment que le grincement de ses dents fut parfaitement audible dans le silence inquiétant. Si même un Chevalier Neutre , en parfaite connaisseuse des lugubres histoires accompagnant cet endroit, venue ici de son plein gré (du moins, c'est ce qu'il semblait) commençait à manifester de l'effroi, alors il y avait vraiment de quoi s'inquiéter.

- Après tout, sans leurs Dragons, ils sont aussi exposés et fragiles que de simples citoyens. songea-t-il, une nouvelle vague d'adrénaline parcourant ses veines alors qu'il lui semblait entendre des pas feutrés sur sa gauche. Nous voilà tout deux dans la même galère, au coeur de ces ténèbres malsaines, calice de monstres imaginaires. Une retombée en enfance dont je me serais bien passé, en vérité...

La jeune femme lui intima soudain de le suivre. Sasha allait lui faire vertement remarquer qu'il n'avait pas le don de nyctalopie lorsqu'il se souvint : sa compagne était métissée de Sang Elfe. Enfin, la situation tournait à leur avantage! Dymphnea allait être ses yeux, ses jambes, son guide...même si jusque là, déambuler à deux dans cet endroit maudit leur avait plutôt apporté le double d'ennuis et de visions dérangeantes. Qu'importe. Il lança son bras devant lui au hasard et après quelques tâtonnements infructueux sentit sous ses doigts le galbe gracieux d'un bras féminin. Il laissa glisser sa paluche de marin le long de la peau douce jusqu'à la refermer sur les doigts fins.

- Voilà, je vous tiens. murmura-t-il, serrant délicatement la main du Chevalier dans la sienne. Ne voyez-là aucun sous-entendu graveleux, même si cela peut m'arriver, mais cela à quelque chose de rassurant de sentir la main d'une femme dans la mienne en cet instant. Il leva le nez, cherchant encore une fois à percer la pénombre , en vain. Je ne sais où vous comptez m'emmener, mais il faut faire vite, nous ne sommes pas seuls... Peau et poils de son bras gauche se hérissèrent soudain, on venait de le frôler...et le Chevalier se trouvait à sa droite. Les voyez-vous, Dymphnea ? Ou ne sont-ce que les mirages de mon esprit qui commence à perdre pied ? Il y a des silhouettes confuses, que mon oeil peine à distinguer...elles se détachent à peine de l'ombre, elles me tournent autour sans me toucher...Des murmures passent à mes oreilles comme des brises glacées, je ne suis pas sûr de comprendre. C'est comme si... Ses doigts puissants serrèrent plus vivement la main gracile de la semie-elfe. C'est comme si les reflets trompeurs étaient sortis de leurs miroirs.

Comme toute réponse, Dymphnea accéléra le pas. Cette fois-ci, Sasha ne remit pas en cause son sens de l'orientation, surtout maintenant qu'il avait saisi toute la nature de ce "lieu changeant". Il aurait pu la suivre jusque dans les ténèbres les plus noires en cet instant. Bientôt, ils se mirent à courir. Autour d'eux, les murmures se faisaient plus audibles, plus pressants. Sasha savait désormais qu'il n'était pas le seul à apercevoir des lueurs suspectes du coin de l'oeil, à saisir au détour d'un virage la présence tacite d'une silhouette connue, laissant sur sa nuque la brûlure d'un regard alors qu'ils passaient. A de nombreuses reprises, Dymphnea vira brusquement de bord ou changea de direction après un court arrêt...et le marin , bien que quasiment aveugle en cet instant, savait qu'elle venait de voir le signe d'un danger potentiel.

- Sortirons-nous jamais de ce piège infernal ?! Le souffle de Sasha s'était fait brûlant dans sa gorge, la main de Dymphnea dans la sienne était moite d'angoisse et d'efforts. Sait-elle au moins où elle va ? Comment savoir quel chemin est le bon, quelle sortie n'est pas piégée ? Dans l'ardeur et l'angoisse du moment, Sasha se remémora rapidement tout ce qu'il avait pu retenir de ses précédents lectures. Ces foutus bouquins n'en disent rien !! Je mettrais ma main à couper que les auteurs n'ont jamais posé le pied ici...Rââh !

Ils s'arrêtèrent un instant pour reprendre leur souffle. La semie-elfe retira sa main de la sienne, il la sentit s'asseoir à ses côtés dans un froissement de tissu. La chaleur de son corps échaudé par l'effort et son souffle saccadé attestaient de sa présence, rassurante, réelle.

- Ne pourrais-tu pas appeler ton Lié à l'aide via le Lien mental qui vous connecte ? demanda soudain le Septon, trop nerveux pour se soucier du soudain passage au tutoiement. Il paraît que l'appel d'un Chevalier vers son Dragon et vice-versa peut couvrir des mille et des mille, d'autant plus si c'est un appel de détresse. Il ferma les yeux et poussa un long soupir essoufflé. Quoique, la Galerie serait bien capable de phagocyter ce genre de magie, plus rien ne me surprends maintenant ...

Sashaa....Sashaaââ... le murmure éthéré venait d'un couloir voisin, comme le chant d'une brise engouffrée dans une fissure de la pierre. Reviens...Reviens-nouus...Abandonnés...Seuls...Si froid, si froid...!

C'en était trop. Le Septon se leva d'un bond, les poings serrés, le regard aiguisé par une colère sourde fouillant la pénombre.

- ASSEZ !! L'écho de ce cri empreint de rage rebondit longuement dans les couloirs. Cessez de vous jouer de nous , vous n'arriverez à rien ! Extraire des souvenirs et des images mortes de nos mémoires pour les agiter comme des pantins ou des épouvantails devant notre nez est vain...VAIN !! Vous m'entendez ?! Maintenant cessons ce jeu stupide et montrez-nous la sortie !

Un silence austère lui répondit. Il se rassit dans un grognement, mais une sensation de froid et de vide déclencha aussitôt une impression de malaise chez-lui. Il avança la main, tâtonna le sol dallé... L'endroit où se trouvait Dymphnea l'instant d'avant était vide, et les dalles sous sa paume entièrement glacées, comme si elle ne s'était jamais assise là. Sa chair se hérissa, il serra les dents.

- Dymphnea ? Aucune réponse. Peut être était-elle partie explorer les environs pour trouver un chemin plus sûr. Es-tu là ? Réponds ! Peut être que ces satanées ombres n'était pas aussi intangibles, elles pourraient lui avoir fait du mal. DYMPHNEA !! OU ES-TU ? Ou peut-être que Dymphnea, Chevalier Neutre au Lié absent, égarée sans raison rationnelle dans ce lieu maudit n'avait jamais existé, peut-être qu'elle n'était qu'une projection, une illusion de plus, tissée et envoyée par la Galerie pour lui faire miroiter l'espoir d'une sortie. Peut-être était-il déjà devenu fou....Sasha serra les dents et pressa son front contre ses genoux, mordant la chair de ses lèvres a s'en faire mal. Reprends-toi, reprends-toi mon vieux...Ce n'est pas le moment de flancher. C'est ce qu'ils veulent. Ils vont t'avoir si tu lâche prise !
Dymphnea Niedryn
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 269
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 209
Race: Demi-Elfe
Âme Soeur: Sele'nti
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Ven 14 Nov 2014 - 23:12 Répondre en citantRevenir en haut

[HRP/La palme du retard me revient une fois de plus, mais cette fois-ci, je devrai reprendre mon rythme de croisière./HRP]

Les paroles de son comparse avaient fait voler en éclat le peu de conviction qu'elle avait acquis. Si quelque chose l'observait lui, quelque chose l'observait elle, quelque chose qu'elle ne pouvait pas voir. Elle scrutait les ombres, apercevant parfois le reflet éteint d'un miroir au loin, mais son regard n'accrochait que le déroulé placide de paysages mensongers, et nulle présence, comme si elle avait pu s'en saisir comme d'une main aidante, se raccrochant à la perspective qu'elle n'était pas complètement seule dans cette galère.

Dymphnea n'avait jamais eu peur de la nuit. De par son ascendance demi-elfe, et de par la marque d'une dragonne non-née, les ténèbres nocturnes n'avaient jamais rien eu pour elle d'insondable comme seul pouvait l'être l'épais néant qui les nappait, elle et Sasha, généré par la malveillance de la Galerie. La maîtresse blanche était finalement parvenue à maîtriser ses tremblements, accroupie, les mains crispées l'une sur l'autre, elle s'était redressée avec lenteur, comme grisée par le coup de cette effroyable expérience. Peut-être Sele'nti avait-il raison. Peut-être se plaisait-elle, par devers elle, à courtiser les périls enfouis sous le vernis des miroirs. A venir narguer la magie des lieux pour lui rappeler avec une arrogance étourdie qu'elle lui avait survécu.

Elle entreprit d'ouvrir la marche ainsi qu'elle l'avait proposé, avec le sentiment désolant de creuser sa propre tombe et, pis encore, d'être envoûté par l'ouvrage. Elle sursauta quand Sasha se porta à sa hauteur. Ce n'était pas le contact qui la surprit, bien que rares furent les hommes à poser à la légère la main sur elle, eut égard au dragon sournois qui protégeait ses arrières, c'était l'apparition soudaine d'un pan de réalité qui la prit au dépourvu. Sasha. Sasha existait. Elle l'avait rencontré dans la Galerie, mais c'était bien avant que les miroirs ne leur jouent réellement des tours. Elle se cramponna comme une forcené à la main tiède de Sasha tout autant qu'à l'idée audacieuse qu'il était réel, ou vivait au quotidien le même songe éveillé qu'elle-même.

Sa paume trahissait la rugosité d'une vie de labeur. Sa chaleur lui rappelait que la Galerie mentait, et qu'il y avait encore quelque feu ardent en son monde, au delà du néant de la Galerie.

Son allusion maladroite força un sourire malvenue à ses lèvres, aussi improbable qu'une plaisanterie enfantine dans un cimetière.

« Je ne vois pas de quoi vous voulez parler. » mentit fermement la Demi-elfe, niant jusqu'à l'existence des ombres mouvantes à la lisière de son champ de vision.

La nature de ce qu'ils fuyaient n'avait pas de réelle importance. Il leur fallait partir, et rien d'autre n'importait. Elle entraîna à sa suite son compagnon d'infortune sans le consulter à aucun moment sur la direction à prendre ou la stratégie à adopter. Le suivre ne l'avait amenée qu'à des extrémités plus sombres encore dans ce sinistre dédale. Elle s'était cru la cible privilégiée des lieux, la victime préférentielle du labyrinthe miroitant mais elle n'en était plus si sûre. La Galerie considérait de toute évidence Sasha comme un met de choix.

La voix du marin lui parvint comme de très loin, comme si la maille épaisse de ses propres pensées en avait étouffé la portée.

« Nous y sommes presque. » insista la maîtresse blanche sans lui prêter attention comme si elle pouvait dissiper ses frayeurs au moyen de quelques paroles au vernis rassurant.

Son comparse ne se laissa pas abuser et revint à la charge, lui suggérant avec insistance de contacter son lié. Dymphnea soupira. Elle ne se sentait pas le droit de lui mentir davantage et pourtant, elle était réticente à appeler Sele'nti, à succomber à cet aveu silencieux de sa propre faiblesse, à reconnaître devant témoin l'emprise qu'avaient sur elle la Galerie des miroirs et un certain dragon blanc.

Elle s'affaissa, prétextant l'épuisement physique là où ne présidait que la défaillance mentale. Elle ne savait quoi répondre, ne trouvait aucune parole à formuler qui ne sonna comme une fausse excuse. Avant qu'elle ait pu se résoudre à une décision quelle qu'elle fut, bonne ou mauvaise, le marin se redressa d'un bond.

Dans la pénombre translucide des lieux, il invectiva des spectres outrés. L'un d'eux, une jeune femme au diadème étincelant semblait plus que peiné par ses propos. Il ne semblait pas la voir, et lorsqu'elle lança un regard désolé autour d'elle, Dymphnea eut la douloureuse impression que ce geste lui était destiné. La Demi-elfe se releva à son tour et recula préventivement de quelques pas. Elle avait déjà bien assez à faire avec ses propres démons.

° Sele'nti. ° murmura-t-elle.

Une bouffée de chaleur la transcenda alors que son lié se raccrochait à elle, la ténacité narquoise du dragon atténuant son inquiétude fébrile. Le dragon savait où elle se trouvait. Il lui épargna ses railleries mais elle sentit qu'il s'était abstenu volontairement de la moquer. La complicité du lien la rasséréna.

Sele'nti ne pouvait pas la sortir de là par la magie de l'interstice. Il était réellement parti chasser et, sa proie engloutie, il eut été périlleux pour lui d'user de l'interstice. Le dragon s'était posé sur le tronc affaissé d'un arbre mort et, superposant sa vision à celle de sa liée, tâchait de la guider hors de la Galerie. A l'abri de la magie pernicieuse des miroirs, Sele'nti avait une vision bien plus limpide que celle de sa liée.

Suivant les indications du dragon, Dymphnea se déplaça de quelques pas, et sentit un mur étincelant à sa droite.

« Par ici. » souffla-t-elle à Sasha.

Plus tard, viendrait peut-être l'heure de l'interroger sur les spectres arrogants qui le harcelaient. De lui demander qui était cette jeune femme couronnée au regard perdu. De lui expliquer pourquoi tant de peignes ornementés la narguait dans ces mêmes miroirs. Plus tard.

« Ne regarde pas en arrière. » lui intima-t-elle.

Dymphnéa fit de même, espérant qu'il aurait assez de bon sens pour la suivre, vers la sortie véritable cette fois.



Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 115
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 51
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 7 Déc 2014 - 14:12 Répondre en citantRevenir en haut

A peine s'était-il assis qu'elle surgissait de l'ombre, comme sous l'effet d'une poussée inverse.

- Ah ! Te voilà, j'ai bien cru t'av...
- Par ici.

Le ton était ferme, jouissant d'une nouvelle assurance. Le marin se laissa emporter sans autres atermoiements. Il était las de lutter contre ces visions insidieuses, las de passer pour un fou aliéné aux yeux de la Demi-Sang. Alors qu'ils s'aventuraient de nouveaux dans les corridors au rythme déterminé de Dymphnea, il laissa trainer un regard fourbu sur les miroirs sans tain mais n'y vit que l'éclat terne d'une surface morte. La Galerie relâchait son emprise sur eux. Pourtant, sa tête bourdonnait désagréablement, le Septon serra les dents à l'apparition de cette sensation familière.

- J'ai ressenti la même chose ce soir là... Lorsque ces damnées ombres ont tenté de forcer mon esprit. Malgré l'impulsion de l'adrénaline dans son corps, il se sentit glacé. Serait-ce possible que...? Cet endroit est-il imprégné de la même male force ? Non, quelle que soit l'entité qui fait vivre cet endroit , c'est en train de ...s'estomper.

Il suivait toujours les pas hâtés du Chevalier, l'allure se fit pressante alors que l'ombre autour d'eux semblait faner sous un mystérieux jour. Le bourdonnement devint fourmillement sur le cuir chevelu de Sasha. L'esprit crépitant d'étrange signaux, il comprit enfin :

- Ce n'est pas les Ombres que je...perçois. Mais la voix d'un Dragon !

L'impétueuse et taiseuse Dymphnea les guidait donc vers la sortie en suivant son Lien. Le marin salua l'initiative par un éclat de voix réjoui, qui fut bientôt cueilli par la brise saline du Màr Englouti. Ils étaient enfin sortis de ce cauchemar.

- Par tous les Dieux des Océans... Sasha s'emplit d'une généreuse goulée d'air et de soleil. J'ai cru que tout cela n'aurait jamais de fin !

L'Aspirant s'assit sur une souche proche pour reprendre son souffle, avant de braquer un regard hébété sur sa voisine sertie d'ivoire et de nacres.
Une Blanche ? Étrangement, il pensait sa compagne de mésaventure liée à une Bleue, ou une Verte ...Quoique, cette créature semblait bien volumineuse pour une femelle. Il fut distrait par le bruit d'une lourde porte claquant dans son dos mais lorsqu'il se retourna, la porte de la Galerie s'était déjà évaporée, disparaissant comme elle était venue quelques heures - du moins, c'était l'impression que lui laissait sa confuse notion du temps - auparavant.

- Au diable vat ! Je ne reposerai plus un pied dans ce sinistre Palais des Glaçes, même si cela doit me coûter tous les regards noirs et les remarques cyniques de Maury ! Ce constat fait, il songea qu'il était temps d'adresser au saurien ci-présent les salutations et remerciements d'usage. J'imagine que c'est vous qui avez guidé votre Liée hors d'ici ? Le marin inclina la tête. Je ne saurais assez vous remercier, Dame Dragon. J'ai croisé le chemin de Dymphnea par hasard... Sasha glissa un regard sur la métis, qui semblait guetter leur échange d'un oeil roide. La Galerie est néanmoins un horrible endroit pour faire de nouvelles rencontres, on ne m'y reprendra plus...J'espère ne pas l'avoir mise en danger.

Cela disant, l'esprit éclairci par la fin de ce calvaire, Sasha ne pouvait s'empêcher de ressasser de lancinantes questions. Que diable un Chevalier faisait-il dans pareil endroit, loin de son Lié ?! Sasha n'en était pas à sa première excursion aux fins incertaines, mais il savait sa brûlante curiosité et son défi du danger indissociables de sa personne. Dymphnea était visiblement de ces faux imperturbables, dont le sang bouillonnant se cache derrière une insouciance marmoréenne, des décisions tranchées.

- Et un sacré courage.
admit le Septon, se souvenant à quel point il s'était laissé déconfire par leur mésaventure. Sans sa détermination et l'aide de sa Liée, nous aurions sans doute rejoint ces sinistres reflets dans le silence des miroirs. Il revit en pensée la Dymphnea au teint de cire et aux yeux caves, son obsédant petit peigne sculpté serré dans ses mains blanches. C'est étrange... Je réalise maintenant que le seul "fantôme" s'étant jamais présenté à Dymphnea est...son propre reflet. Lorsque la Galerie s'est refermée,les miroirs m'ont renvoyé de glauques échos de Mikaal, des Chiens, j'y ai vu ma mère, ma soeur...mais jamais ma propre image.

Sasha réalisa que son regard s'était appesanti sur le Chevalier, il retrouva aussitôt son aplomb et adoucit ses traits d'un sourire sincère.

- Merci à toi également, Dymphnea. Reçois mes profondes excuses pour ces élans de panique peu virils et ces grands cris... Pour la première fois depuis longtemps, ce fut à lui de rougir devant une belle. Je ...hum... J'ai perdu mon sang-froid, ce qui ne m'était pas arrivé depuis des décades, et je serais encore probablement dans les corridors à tourner en rond si tu n'avais pas croisé ma route.
Dymphnea Niedryn
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2008
Messages: 269
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 209
Race: Demi-Elfe
Âme Soeur: Sele'nti
Alignement perso: Neutre Strict
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 9 Déc 2014 - 11:42 Répondre en citantRevenir en haut

Dymphnea eut un sourire crispé mais ne se joignit pas à l'exclamation joyeuse de Sasha. La Galerie était imprégnée de bien trop de magie pour qu'elle refusa l'idée qu'un dieu des mers demeurait tapis, entre les surfaces trompeuses, attendant patiemment qu'une proie sotte ou égarée vint se perdre entre ses mains et lui remettre une bribe de son histoire et de sa destinée.

Pis que cela, pour s'être déjà rendue à plusieurs reprises, Dymphnea jugeait trop optimiste de parler de "fin". Que Flarmya en soit témoin, rares étaient ceux qui ne retournaient jamais à la Galerie quelque expérience, effroyable ou mauvaise, qu'ils en aient eu la première fois. Un jour ou l'autre, Sasha se risquerait à franchir ces mêmes portes, et la Galerie se souviendrait. La maîtresse blanche garda ses sombres considérations pour elle seule.

« Oui. Nous sommes sortis. »
acquiesça-t-elle, jugeant trop inquiétant pour son compagnon de ne rien lui répondre.

Elle avisa alors Sele'nti qui les attendait, figé dans l'une de ses attitudes sculpturales, une expression fermée et des yeux d'opales indéchiffrables. Elle sourit intérieurement. Le dragon agissait souvent de la sorte lorsqu'on l'obligeait à agir gratuitement, préférant feindre le caprice que de reconnaître qu'il ait pu trembler pour sa liée. Égal à lui-même, il n'accorda pas plus d'un demi-regard à l'aspirant et répondit à ce dernier par un grognement peu amène. Dame dragon... Dymphnea, par hasard dans la Galerie... Espérant que celle-ci n'avait pas été en danger... C'était plus qu'assez pour tacher de sang ses iris, s'il ne s'était pas pris de la fantaisie de se prétendre impassible.

« Sasha... Restons en là. Mon lié n'est pas friand de remerciements. »
s'immisça Dymphnea avec un doux sourire.

Le jeune homme semblait réellement affecté par les miroirs. En vérité, Dymphnea ne l'était pas moins, seulement, elle avait jadis payé le prix fort pour sa curiosité, et elle portait le deuil de ce qu'il lui en avait alors coûté. Sasha était sorti tremblant, mais dans un jour ou deux, ce ne serait plus qu'un mauvais souvenir, et il se lierait certainement lorsque l'occasion se présenterait.

Leurs pas s'étaient croisés, leurs destins n'étaient en rien liés l'un à l'autre. De cela, Dymphnea éprouvait un vague soulagement.

« Ne t'excuse pas, Sasha. Sans Sele'nti à mes côtés, sûrement aurais-je fait de même. »
mentit Dymphnea.

Elle n'aurait pas fui, elle se serait effondrée comme la première fois, terrassée par la souffrance.

Des questions restaient en suspens. Elles n'avaient pas compris ce que cherchaient ces spectres si familiers à Sasha et si étrangers pour elle. Elle n'expliquait pas que le peigne ait pu être tangible sous ses doigts, qu'il ait pu affleuré ce degré de réalité. Une partie d'elle regrettait de ne pas l'avoir gardé pour pouvoir l'observer au grand jour ou se soulager de l'évidence de son caractère chimérique. Une autre partie d'elle regrettait de l'avoir touché.

« Chacun se perd en ses lieux. »

Elle s'était perdue jadis. Elle avait trouvé Sele'nti mais n'était pas certaine de s'être retrouvée jamais.



Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 115
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 51
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 21 Déc 2014 - 18:35 Répondre en citantRevenir en haut

"Mon Lié"... Il s'agissait donc d'un Mâle ?!

Sasha ravala un rictus nerveux en sentant la pointe brûlante du regard saurien sur sa nuque. La bestiole n'avait, selon les dires de sa Maîtresse, guère l'air commode de toute manière. Mieux ne valait pas en rajouter. Aussi Sasha se concentra-t-il sur son intriguante âme-sœur, le premier Chevalier de sa connaissance à faire ses ballades de santé dans un labyrinthe possédé et dangereux. La première également à être liée à un Dragon du sexe opposé...

Ces quelques exceptions, il en avait lu les traces dans les traités politiques et les manuels d'histoire. Elles n'étaient pas légion sur Tol Orëa, et cachaient souvent des histoires troublantes de couvaison mouvementée, de tissage du Lien atypique ou encore...d’appétit "contre-nature". Le marin posa un regard en demie-teinte sur Dymphnea, alors que cette dernière éventait ses excuses en prétendant qu'elle aurait également perdu la tête sans la présence du Lien (cela paraissait difficilement concevable d'ailleurs, puisqu'elle n'avait offert au danger qu'un profil indifférent et lisse, sans aucune prise. )

- Tiens, tiens. Notre semie-elfe serait-elle de ce bord là ? cancana-t-il en pensée, contenant avec peine l'arrivée d'un sourire en coin. Bah après tout je n'ai rien contre ça, les marins ne sont-ils pas les premiers des hypocrites dans leur fausse fierté virile ? Quand on sait ce qui se passe en cale lors des longues traversées...hé hé ! Alors chez ces Dames, pourquoi pas ?...Hum...

Le Septon s'empressa de ramener à bon port son esprit à la dérive. Dymphnea ne méritait pas cette goujaterie, sachant qu'il serait encore roulé en boule dans un coin du Labyrinthe à sangloter sans son intervention. Il sourit avec bon coeur lorsque , dans un souffle, la jeune femme lâcha encore quelque fatalité sur le Labyrinthe.

- Et il est donné à chacun d'y retrouver sa voie, puisque nous en sommes sortis. compléta-t-il pour enfin se délester enfin du poids du danger. Nous devons nous réjouir !

C'est d'ailleurs ce qu'il allait faire, comme à chaque fois qu'il se sortait d'une mauvaise passe en y laissant quantité de plumes (et une bonne dose de fierté en l'occurrence) . Oublier. Passer à autre chose. Comme l'eau file sous la coque d'un navire, la vie selon Sasha n'était qu'un flot houleux vous portant irrémédiablement vers la fin alors...a quoi bon s'épuiser à nager à contre-courant ? Il évalua rapidement ses chances d'inviter Dymphnea à prendre une pinte mais la bienséance, autant que le regard de braise de son Lié, l'en dissuadèrent. La Dame souhaitait sans douter trouver quelque repos...et il s'était assez donné en spectacle pour aujourd'hui.

- Je vais vous laisser tranquilles à présent, et retourner à mes humbles occupations d'Aspirant. Le frisson glacé de la réalité lui effleura soudain l'échine. Il reprenait les leçons avec Maury demain, aux premières lueurs. Entrainement au vol... Je crois...Ses mots s'évanouirent un instant dans un soupir consterné. Je crois que je vais aller me coucher céans, en fait. Encore une fois, merci à vous deux.

Aussi prit-il congé en se signant d'un sincère salut marin. Décidément, cette île avait bien des leçons à lui enseigner. Que de personnalités surprenantes peuplant cette étrange cité sous les mers ! Il eut un instant le vertige en pensant que ses dernières aventures n'étaient qu'à l'échelle d'un Kaërl de Tol Orëa, parmi tant d'autres. Cela le fit sourire, puis bailler... Ce vaste monde allait pour l'instant se réduire à un couchage bien douillet.


  
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:19 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu