Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Songes gigognes Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 818
Présentation: URL
RPs: 274
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mar 29 Juil 2014 - 19:46 Répondre en citantRevenir en haut

Gaïaku 918


Oh. Ce n'était qu'un songe. Alyin avait cueilli le dragon-fée vert sur le bord de sa main. Par son don, elle avait appris à transcendé la réalité, à laisser perdurer ses chimères alors même que se taisait son chant. Avec la même aisance, elle savait d'instinct comment orienter ses rêves comme un artiste eut tracé une esquisse sur papier vierge. Néanmoins, elle ressentait dans le rêve véritable une fade lassitude, le sentiment que rien de ce qui ne se tisserait là n'aboutirait d'aucune façon.

Le dragon-fée lui rendait son regard, ses prunelles scintillaient d'un vert serein, comme si la vanité du rêve mettait fin à leur querelle perpétuelle. Dans un soupir, Alyin lui rendit sa liberté pour s'asseoir au détour d'un cours d'eau. Il était semblable aux rus bien agencés qui agrémentaient le jardin d'hiver du Màr Menel. Mais celui-ci alimentait une fontaine sculptée de l'agora du Màr Luimë. La Neishaane vint s'asseoir sur le bord du bassin que saupoudrait de feuilles flamboyantes la réplique parfaite de l'arbre du Val du Màr Tàralöm.

Le dragon-fée avait disparu. Dealra était absente, les deux liées n'ayant jamais été suffisamment proche pour partager leur songe. Embusqué sous la surface de l'eau, avec pour seuls indices ses narines ruisselantes et quelques pics crevant la surface patientait Dragon. Il n'y avait pas âme qui vive dans ce condensé improbable des Màr. Nul n'eut voulu se trouver là. Les habitants des kaërls étaient ainsi qu'il leur fallait considérer leur destinée inextricable et leur Màr seul voie exclusive à emprunter.

La neige se mit à tomber, saupoudrant ce curieux paysage de flocons duveteux. Alyin avait oublié le froid et la morsure de l'hiver. Elle ne portait rien de plus qu'une vieille chemise de lin usée par ses voyages, et un pantalon de toile aux ourlets érafles. Là où la neige embrassait sa peau, elle oubliait de fondre, préférant attendre que le hasard ou le caprice de la Neishaane l'envoie voleter ailleurs.

°Dragon préfère l'eau à la neige. °


°Alors tu aurais du rester là où tu étais. °
riposta Alyin avec une franchise blessante qui lui était tristement coutumière.

°Je suivais vents et tempêtes, en rien la marque du blizzard. °
répondit Dragon, sans sembler affecté par les paroles de la Neishaane.





Dernière édition par Alyin le Jeu 7 Aoû 2014 - 19:43; édité 1 fois
MSN
Publicité





MessagePosté le: Mar 29 Juil 2014 - 19:46 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Nechama Sa’El Han
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 30 Juil 2014 - 15:20 Répondre en citantRevenir en haut

L’arrivée de Nechama en ce lieu était très simple à expliquer. Guidant la plupart de ses pas, c’était son désir d’en découvrir plus sur les dragons fées et les lézards de feu qui guidaient ses pas, ces temps ci. Alors certes, des rumeurs étranges courraient au kaerl ! Et certes il paraissait qu’il y avait l’histoire d’un enfant de Lom particulièrement puissant –ou serait ce Lom lui-même ? Nechama en doutait- qui désirait asservir tous les dragons. Et, au milieu de toute cette débandade d’évènements, l’esprit de Nechama aurait du se concentrer sur un moyen d’aider son kaerl et ses amis… Mais non, il pensait encore et toujours à cette envie d’avoir un petit être avec lui. Bien des gens auraient alors désiré un profond ami, ou une sincère amie… mais l’inquisiteur, lui, voulait un petit lié.

Alors que sa maitresse –Dara- s’occupait de Guilitane, son co-aspirant, et que Meccaya était puni par son propre maitre –un homme sombre dont le lien avec Dara semblait être plus complexe qu’il n’y paraissait, Nechama disposait donc de temps libre. Bien heureux, il en avait profité pour s’échapper discrètement jusqu’aux jardins du Kaerl céleste. Etrangement, Nechama avait autant l’impression de n’être jamais venu et du contraire. Les choses lui paraissaient inconnues et soumises à sa mémoire qui pourtant ne lui offrait aucun souvenir d’être allé une fois dans les jardins d’Hivers. Mais cela ne l’inquiéta pas : il le vit au loin… l’arbre géant !

Immensité de la nature, ses feuilles rougies se dressaient comme un soleil resplendissant. C’était donc là qu’était le nid des dragons fées ? L’ondin ne pouvait qu’aller vérifier cela ! Et les jardins finissaient étrangement différemment que dans son souvenir… y avait il réellement une fontaine et cet arbre ? Ou était-ce la magie des dragons fées qui lui offraient des illusions ? C’était là tout à fait possible…. Mais attendez, de quel souvenir parlait il ? Il n’en avait aucun… pourquoi songer à cela ?

L’inquisiteur s’en rapprocha, peu à peu. Le nid était à quelques pas de lui à peine ! Quelques cheminements. Plus ses pas le guidaient vers lui, plus il se rendait compte que celui-ci semblait immense ! Oh, l’inquisiteur devrait en parler à son frère Asulil : celui-ci serait enchanté de découvrir cette histoire ! Découvrir la vérité du labyrinthe des rêves des dragons-fées ! Nechama entendit le roucoulement si particulier d’un spécimen et décida de s’adoucir. Il devait se montrer avec délicatesse et calme… Ces créatures étaient farceuses, de plus, il ne fallait donc point s’attirer leurs volontés d’embêtement !

Pourtant, plus qu’un dragon fée, l’inquisiteur se retrouva nez à nez avec un Neishaane et son dragon. Un brun… et c’était là étrange : les bruns ne se liaient point aux femmes. Et, comble de la mise en scène, la neige commença à tomber sur les deux êtres enchantés. Si bien que Nechama se demanda s’ils étaient dans un conte de fées : en effet, la jeune femme semblait fort bien peu couverte –et les neishaanes n’étaient pas les plus solides vis-à-vis des aléas des morsures du temps et de ses maladies. L’inquisiteur s’approcha de l’héroïne délabrée, tout en faisant attention aux alentours : observer deux petites paires d’yeux… si seulement.

Dame… que faites vous donc là ? Seriez vous perdue ?

Nechama retira sa veste et la tendit à la neishaane : elle devait avoir froid tant la neige semblait apprécier le contact avec sa peau. Il attendit une réaction de sa part : la prendre ou ne point se faire, puis, l’ondin s’agenouilla pour regarder le dragon et lui sourit.

Et vous donc ? Où se trouve votre lié ?

Continuant plus fort, s’exprimant pour les deux personnes, Nechama continua ses palabres :

Je me nomme Nechama. Je suis un enfant du kaerl céleste et je suis venu pour me renseigner sur les dragons-fées… comment vous nommez vous ?
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 818
Présentation: URL
RPs: 274
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Mer 30 Juil 2014 - 20:11 Répondre en citantRevenir en haut

Alyin appréciait fort peu le dragon-fée. La malicieuse créature lui avait suffisamment ruiné l'existence par le passé pour qu'elle apprécia sa disparition. D'autant plus que Dealra n'était pas là pour le tenir à distance. La Neishaane jaugea d'un mauvais oeil l'arrivée de l'Ondin : elle avait appris à se méfier des illusions qu'elle ne contrôlait pas, et celle-ci ne pouvait être à son goût. De son séjour parmi les Célestes, elle n'avait aucunement appris à apprécier la familiarité de parfaits inconnus, son périple chez les ardents ne l'avaient pas davantage convaincus d'accorder à autrui sa considération, ou une quelconque place dans son existence.

«  Je ne suis pas perdue. » riposta Alyin sur un ton incisif.

Elle savait parfaitement où elle se trouvait. Au carrefour des Màr, à la croisées des destins, là où foisonnaient les possibilités. La Neishaane comprenait bien moins ce que l'Ondin faisait là. De toute évidence, il n'était que l'avatar d'une conjoncture. Il ne pouvait être tissé de la même étoffe quelle et Dragon. Trop fidèle à elle-même, Alyin ne pouvait pas même le concevoir.

Lorsqu'il lui tendit sa veste, Alyin le regarda faire, le visage interdit, les yeux écarquillés. La Neishaane n'était pas familière de telles manières. Elle avait grandi à l'écart du monde, comblé par son don et les illusions qu'il créait. Elle s'était liée à regret à Dealra, et n'avait fui que forcée en sa compagnie. A présent, il y avait des nuits où elle s'endormait le dos inconfortablement calé contre sa moitié d'âme, trop entourée de son odeur reptilienne pour la sentir encore. Mais la plupart du temps, les deux liées allaient chacun leur chemin, et Alyin progressait seule, avec pour seul témoin la connivence tacite de ses illusions pérennes.

La Neishaane posa simplement le vêtement sur la margelle de la fontaine. Il lui était plus simple d'agir de la sorte, de se débarrasser de cette contrariété imprévue comme elle avait chassé sans un mot l'irrespectueux dragon-fée. La neige lui était plus familière que la veste de l'Ondine. Alyin emportait la neige dans son sillage, là où ses parures n'étaient que des habits rapiécés usés par ses errances.

Dragon était différent d'Alyin, en cela qu'il n'avait jamais fui ou évité quiconque. Il sorti la tête de l'eau et ses iris se teintèrent d'un bleu profond et mouvant, aussi envoûtant que le ciel océan du Màr Luimë.

° Sous la mer. Là où les courants sont les plus forts. °


A la manière d'Alyin, lui aussi s'exprimait comme clamant l'évidence. Mais les pensées de Dragon virevoltaient comme une hymne joyeuse, comme un fol envol placardé sur une banale nécessité.

A la mention des dragons-fées, Alyin se hérissa, aussi amène qu'un chat sur lequel on aurait versé deux ou trois seaux d'eau.

« Alyin. » répondit l'intéressée, d'une voix si rude et glacée qu'on eut pu sculpter quelque chose dans ce simple mot.

° Dragon ! ° tonitrua Dragon.

Le Brun se dressa dans le bassin, créant des remous incontrôlables qui allèrent arroser les plantes jouxtant la fontaine. A la base de son cou ruisselant brillaient les étranges écailles qui le distinguaient de ses pairs, or et rouge, bleu et vert, un losange fabuleux qui signaient son être, comme un souvenir impérissable de son lié singulier.

° Dragon a vu un dragon-fée. Mais le kaërl céleste n'existe pas. ° clama le Brun comme s'il avait détenu une formidable nouvelle.

Dragon avait la mémoire de ses ancêtres et un regard plus acéré que nombre de ses pairs sur l'organisation des kaërls, en cela qu'il en avait fréquenté deux. Mais ce songe-là ne laissait pas de place à l'unicité des Màr.



MSN
Nechama Sa’El Han
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 7 Aoû 2014 - 14:52 Répondre en citantRevenir en haut

Je ne suis pas perdue.

A son ton, Nechama n’osa répliquer. Il était sans appel.

Sa sœur neishaane semblait bien peu… sociale. Car elle le fixa avec sa veste un petit moment avant de la prendre, sans le remercier, et de s’en débarrasser. Nechama se demanda ce qui avait pu faire de ce personnage aussi entouré de dragonnets une personne si solitaire ! Nechama avait l’impression d’y voir la pauvreté à l’état pur, pourtant, elle semblait s’y complaire. S’aimer dans ses haillons… non, s’aimer n’était pas le bon terme car plus Nechama l’observait, plus il se demandait si elle aimait quelque chose car, le songe changeait et autour d’elle, la nature se figeait en un monde de cristal, ceci n’étonna pas même l’ondin. C’était là le reflet des émotions que lui inspirait la neishaane : elle lui semblait comme… absente de ses propres iris. Et en lui venait le désir d’aider cette pauvre sœur : il prierait le rêveur pour elle. Et, le dragonnet le détourna de sa vision solennelle.

° Sous la mer. Là où les courants sont les plus forts. °
-Je… d’accord…

Nechama ne savait trop répondre à cela mais, à cet instant, il se demanda si un dragon pouvait être fou…. Mais il ne fallait pas contredire les dragons… on ne savait jamais. Et, le dragon, en effleurant la conscience de l’ondin, lui amena une impression de joie inversement proportionnelle à sa sœur neishaane. Et, à son contact, les choses semblaient reprendre vie. Comme si sa force de caractère était inverse à celle de sa sœur. Qui, étrangement maintenant qu’il venait de parler des dragons fées, avait désormais en son dos un vent froid qui, faisant voler ses cheveux, lui donnaient un peu un air de… créature.

Alyin.

Sa voix, si glacée. Et le vent dans son dos s’arrêta pour se fondre dans une neige et la geler, créant une masse informe. Et, à ce nom, apparut de cette masse une statue. Celle-ci prit forme d’une créature forte étrange. Elle ressemblait à une sorte de cheval. Il possédait pourtant une fourrure blanche –normal, l’animal entier aurait été blanc si du cristal n’avait pas composé sa corne : c’était une créature de glace après tout ! – et donc, il portait une corne. Celle-ci n’avait en échos à sa matière que les yeux de l’animal -qui n’étaient aucunement doux- et ses sabots. Celui-ci était plus grand que Nechama, qui pourtant n’était point petit. Froid, la création avait un sculpteur très doué et l’ondin se demanda comment celui-ci n’avait pas pu remarquer sa présence avant. Pourtant, une sculpture : ça n’apparaissait point tout seul !
Et, comme ceci avait eu lieu si vite, ou que le monde tournait au ralenti ? Nechama se tourna vers le dragon qui n’avait eu le temps de lui répondre :

° Dragon ! °
-Un dragon nommé… Dragon ? C’est bien un nom étrange ? Seriez-vous l’essence même des dragons ?

Et de l’eau qui immergea une fleur, celle-ci émit une lumière : sa vie en sortie et s’envola jusqu’à la statue de glace dont les yeux prirent vie doucement, avant de s’éteindre à nouveau. Et, cela inquiéta Nechama profondément : que ce passait il ici ? Le dragon avait il don de donner vie aux bonhommes de neiges ? Et sur son torse trônait d’étranges couleurs. Dara ne lui avait jamais parlé d’un dragon qui aurait eu en lui les résonnantes couleurs des trois kaerls. Alors oui, peut être que Dragon était le premier et le dernier dragon, le fils premier du créateur, celui qui avait son image et portait en son sein tous ses frères ? Mais il semblait bien jeune pour être le premier né du Rêveur. Nechama se promit d’en parler à Dara. Mais pire que cela, que ces émotions diverses et ses questionnements étranges, vint ensuite les paroles de l’écailleux. Car celui-ci déclara :

Et cela choqua l’ondin qui répondit alors :

° Dragon a vu un dragon-fée. Mais le kaërl céleste n'existe pas. °
-Quoi ? Mais bien sûr qu’il existe, voyons !

Nechama ne savait trop quoi répondre. Dragon avait dit cela comme si c’était une évidence ! Pourtant, l’inquisiteur n’avait pas passé tout ce temps là bas pour rien. Ce n’était une illusion et celui-ci n’était fou : le kaërl céleste existait très certainement, tout comme la sculpture existait, ou Alyin, ou Dragon. Tout comme le Rêveur avait créé ce monde céleste pour abreuver les dragons des reflets du soleil. Oui, il existait.

Dragon, il ne faut pas dire cela. De nombreuses personnes désirent la fin du kaerl ! Ils veulent le voir tomber et ce n’est pas le cas. Regarde au sol : y voyez-vous des restes de sa chute ? Il trône encore, soyez en sûrs ! Ou… auriez-vous une raison de croire cela que j’ignore moi-même ?

Et à cet instant, comme en écho à ses propos, de nombreux nuages se grisaient. Et alors qu’ils se choquaient les uns les autres, Nechama vit que le kaerl aussi sombrait : peu à peu. Il fallait l’aider, ils allaient tous chuter ! Déjà, des morceaux s’envolaient : aussi léger que possible, le souffle du vent les laissait pourtant choir ! Et, alors qu’il tombait, aucun remou pourtant n’allait avec ceci. Mais la peur l’envahissait : les nuages faisaient sombrer des orages sur le kaerl !

Il faut les aider, Dragon, Alyin ! N’y pouvez vous rien ?

Et l’éclair chuta sur eux, manquant de justesse le lac du Dragon. Un second, un troisième…. Mais Alyin, elle ne semblait pas motivée à bouger ! Il fallait les mettre à l’abri puis aller aider le kaerl, oui ! Alors Nechama l’attrapa, la hissant sur son dos –elle fit une moue de ce que Nechama estima être du dégout, mais il ne pouvait l’abandonner, et s’il ne pouvait porter Dragon qui était trop lourd, sa sœur neishaane avait un poids plume !- et allait se saisir de dragon quand la foudre les loupa de peu pour tomber sur la créature de glace. Et, mécontente, dans toute cette apocalypse, elle se mit à hurler.
Alyin
Chevalière Errante
Chevalière Errante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 818
Présentation: URL
RPs: 274
Race: Neishaan
Âme Soeur: Dealra
Affiliation: (Aucune)
Alignement perso: Chaotique Bon
Ordre Draconique: Lumière

MessagePosté le: Jeu 7 Aoû 2014 - 19:42 Répondre en citantRevenir en haut

Alyin avait dompté ses illusions d'enfance, assez pour se résoudre à ne plus laisser la volonté d'autrui abuser ses yeux. Sur le même principe, elle répugnait au mensonge, et attendait de quiconque se présentait à elle la vérité la plus pure. Pour Dragon, le monde était simple, car il ne jugeait pas la complexité comme un élément nécessaire ou parce qu'il lui manquait une moitié de son âme pour embrasser pleinement l'univers dans son ampleur. Aussi, lorsque l'Ondin acquiesça par dépit, ni Alyin, ni Dragon ne pensa une seule seconde qu'il put être sceptique ou dubitatif face à leurs révélations.

Le paysage se modifiait autour d'eux, la fontaine avait débordé pour se fondre dans un lac. Une curieuse licorne de neige avait pris forme derrière Alyin sans même que la Neishaane se retourna pour chercher la cause du vent givrant qui rugissait dans son dos. A la question posée, Dragon réfléchit un instant avant de répondre d'un pensée enthousiaste.

° Non je ne crois pas. Dragon n'est qu'un dragon ! °

Ce simple état de fait semblait le plonger dans des abysses de contentement. Lorsqu'ils en vinrent à évoquer le kaërl céleste, Alyin se détourna ostensiblement. Dragon mentait. C'était la seule explication plausible. Mais la Neishaane préférait de loin feindre n'avoir rien entendu que de se faire l'avocat de la réalité du Màr, ce à quoi l'Ondin semblait résolu.

° Ce qui n'existe pas ne peut pas choir. °
protesta Dragon.

Une tempête fit rage. Elle entendait couvrir les pensées rieuses du Brun, l'indignation de l'Ondin et les murmures désabusés de la Neishaane. D'un ciel d'un gris funeste naquirent tempêtes et éclairs. L'Ondin les exhorta à aider. Mais aider qui ? comment ? Dragon ne pouvait porter secours à des êtres qui n'existaient pas. Alyin ne pouvait porter secours à des êtres qui existaient. Et l'existence du Màr Menel n'avait pu être statuée ainsi qu'il se devait.

Les éclairs zébrèrent le ciel avant de se lasser d'agir au loin et de s'abattre sur le petit groupe. D'un bond, l'Ondin fut sur Alyin et se saisit d'elle, animé du désir de l'emmener au loin. Une profonde fissure s'insinua dans le sol, brisant la fontaine, engloutissant le lac. Lorsque la foudre frappa le lac, celui-ci était déjà sec, ainsi épargna-t-elle Dragon. Le Brun, médusé, regardait la scène avec un soupçon d'horreur dans les yeux, à moins que ce reflet d'or mouvant ne soit que celui des éclairs qui se précipitaient autour d'eux. La foudre frappa la licorne et au lieu de la réduire en cendres, elle la nappa d'un éclat doré, pareil à celui qu'avaient arboré jadis les écailles de Dealra.

Le gouffre se creusait jusqu'à ce que le jardin d'Hiver sombra vers le néant. Alyin se débattait, cherchant à se soustraire de l'étreinte de l'Ondin.

« Nous devons aller vers l'arbre ! » cria-t-elle dans la tempête. Et le Màr acheva de sombrer autour d'eux. Ne restaient que l'arbre flamboyant du Val, une demi-fontaine au pied de ce dernier, sur laquelle se perchait Dragon, dont la queue disparaissait dans le vide, ainsi qu'une étroite passerelle de roche entre l'endroit où se tenait l'Ondin et la Neishaane. Le sol en tremblait, comme s'il allait s'effondrer sous peu.

Le Màr surplomblait les chutes de Nightfall, il en avait toujours été ainsi. Mais c'était en partie le rêve d'Alyin, laquelle avait jadis sauté du Màr, laquelle avait été arrachée à la réalité par sa liée, la Blanche Dealra fusant par l'Interstice. Aussi était-ce le néant qui les lorgnait d'en bas, sa gueule insondable ouverte, avide et insatiable.

La licorne étincelante vint se porter à la hauteur d'Alyin, galopant dans le vide, hennissant au néant.

« Tu n'existes pas. »
opposa simplement la Neishaane à la licorne, laquelle se dispersa comme poussière au vent.

Le calme retomba. Dragon ouvrait sur l'Ondin et la Neishaan des yeux écarquillés. Il avait peine à concevoir pourquoi l'une avait détruit la licorne, et pourquoi l'autre avait anéanti le kaërl céleste. Lorsqu'elle eut enfin les pieds au sol - fut-il branlant - Alyin se mit à chanter. Ce n'était qu'une musique cristalline et enfantine, la même qu'elle chantait naguère dans ses montagnes natales, et qu'elle avait fredonné dans les couloirs du Màr. Il y était question d'un dragon de nacre aux yeux cruels mais pour l'heure cela n'avait pas d'importance. Le Màr Menel se recréa autour d'eux, mais c'était cette fois-ci les Sables d'Eclosion qui les jouxtait, avec en son centre l'arbre Ardent et la fontaine brisée.



MSN
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:23 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu