Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] Errance Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Horatio Forstberg
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 25 Juil 2014 - 12:25 Répondre en citantRevenir en haut

Cela faisait presque une semaine que j'attendais la personne chargée de m'instruire sur le Don. Avec Sven et Celevistus, nous étions resté deux jours dans cette cabane de chasseur. L'endroit était fort étroit et j'avais l'impression d'étouffer dans cette pièce minuscule et encombrée.

A l'aube du second jours, j'avais profité d'une absence de Sven et de son compagnon pour aller inspecter ma ferme et évaluer les dégats qu'avait pû causer l'incendie ayant couvert notre fuite. Dans ma tentative pour rejoindre ma ferme, j'avais croisé une bande de pillards. Me cachant juste à temps pour ne pas être vu, je compris de leurs échanges que Hautecol avait subits de gros dégâts et qu'une bonne partie des notables avaient été exécuté pour être remplacé part des hommes favorables à De Brok. Cela ne fit qu'amplifier mes inquiétudes envers Arnoulf, mon frère qui, jouait son rôle dans le fonctionnement de la ville en tant que responsable de la guilde des orfèvres...

Comme je le craignais, les dégats de l'incendie avait fait des ravages. De ce que j'avais pu voir de la distance ou j'étais au bord du bois, j'avais constaté que la tour sud n'avait plus son toit cônique de tuiles rouge. Le corps de logis principal semblait avoir été en partie dévasté par les flammes car une partie de la toiture s'était effondrée également. Enfin, mis à part quelques traces noires aux fenêtres de la tour et une partie du corps principal, les murs semblaient avoir bien supporté l'épreuve du feu. Je sentis alors l'émotion m'envahir en songeant au résultat de toutes ces années de dure labeur avant de revenir à notre cabane, le coeur serré.

Nous avions ensuite déménagé pour nous installer dans les ruines de la taverne de Mamie Frida. Je la connaissais bien pour avoir fait commerce avec elle et consommer ces plats délicieux. Elle faisait des préparations de gibier comme personne. Quelle ne fut pas ma peine de voir son établissement saccagé et retourné de la sorte. Nous y passâmes une nuit, incommodés par une odeur de mort. Manifestement des corps pourrissaient quelque part et ce fut une délivrance de quitter cet endroit. Pauvre Mamie Frida, j'espère qu'elle allait bien...

Nous nous éloignâmes ensuite des zones d'habitations car les jours suivant virent l'arriver d'un certain nombre de pillards et de brigands, nous forçant parfois au combat. Je compris bien vite que mon manque de confiance avec les armes était une vraie lacune et je faillis rendre gorge à plusieurs reprise. Malgré mes succès, mon moral avait du mal à se remettre et je dois avouer que le soutien que m'apportèrent Sven et Celevistus m'a beaucoup aider a tenir. Qu'ils en soient remerciés.

Nous logeâmes alors dans une cabane de pêcheurs sur l'un des lacs de la région. Je pense que c'était le lac Himmel mais je n'en suis pas très sûr. Là encore, les conditions de vie étaient des plus rudimentaires, je portais les même vêtements que lors de ma fuite et je commençais à me gratter et avoir des démangeaisons. Trouver cet endroit me permis de me baigner quoique le temps ne s'y prêtait guère. Pour une personne à l'hygiène correcte comme moi, c'était une vraie épreuve.

L'oisiveté consécutive à cette fuite et à l'attente était totalement nouvelle pour moi. Ma vie de famille bienheureuse et rangée me semblait bien loin et ma famille était une source de préoccupation permanente. Ce n'était pas facile mais j'essayais d'aller de l'avant, encouragé par les paroles de mes compagnons d'infortune avec qui je discutais très régulièrement sur ce qui m'attendrai sur Tol Orea.

Le cinquième jour fut pluvieux tant et si bien que l'abri où nous étions, mal isolé, prenait l'eau. L'humidité était partout et il faisait froid. Nous étions en train de manger Sven et moi quand Celevistus nous rejoignis, visiblement accompagné. Son calme m'indiquait qu'il connaissait les gens qui le suivait. J'en fus néanmoins surpris car je ne songeais déjà plus à cette hypothétique personne qui devait venir me chercher et je me pris à penser qu'ils devaient être des réfugiés comme moi...
Publicité





MessagePosté le: Ven 25 Juil 2014 - 12:25 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 29 Juil 2014 - 17:00 Répondre en citantRevenir en haut

L'homme qui accompagnait Celevistus jeta doucement sa capuche détrempée en arrière, dévoilant le visage d'un trentenaire. Bien que l'éclat de ses yeux affichaient une certaine fatigue, il avait une posture preste et droite. Il attrapa les pans de sa cape à la couleur unie pour l'essorer comme il put. Visiblement, il avait pris une bonne rincée.

''Si j'avais su qu'il pleuvrait autant, on serait venu plus vite...''marmonna-t-il pour lui-même.

Celevistus fit les rapides présentations. Le nouveau venu comme se nommait Hoector d'Ys, lié au Brun Lathos. Le chevalier-dragon salua Horatio en s'inclina dans une certaine dignité. A voir ses manières, la noblesse ne lui était pas inconnu. Mais il n'était pas venu échanger des mondanités... Hoector se redressa et retint comme il put un bâillement, en portant sa main devant sa bouche.

''Hum.. pardonnez moi. Nous avons volé sans presque s'arrêter. Il n'est pas difficile pour un dragon de voler en se passant de dormir, mais pour la part... Lathos a de bonnes épaules, mais ce n'est pas aussi confortable et douillet qu'un bon lit... ''Il s'adressa brièvement à Celevistus.''Je laisserai mon lié vous narrer les dernières nouvelles des sinistres évènements passés, avez vous....en regardant à nouveau Horatio.

Celevistus hocha négativement la tête.

''Bien, permettez-moi de lui raconter une fois que nous serons partis''Il veilla à ne pas laisser Horatio hors de la conversation, vu qu'il était du Kaerl désormais. ''Je ne suis que l'intermédiaire du maître qui doit vous former. Il n'a pu se déplacer en personne en raison des soucis de notre Kaerl. Mais je répondrai volontiers à vos questions une fois que nous partirons. Sans doute que Celevistus et Sven vous ont déjà éclairé sur notre histoire et ce que nous sommes, mais je vous apporterai les précisions qu'il faut. ''

L'abri ne payait pas de mine, mais il serait amplement suffisant pour que les deux nouveaux arrivés puissent se reposer. Sven les invita à s'asseoir pour partager leur repas. Hoector soupira d'aide en se mettant prêt du petit feu de camp une fois qu'il se fut débarrassé de sa cape trempée.

''Désolé si je vais me montrer présent auprès de vous, Sieur Horatio, mais seriez-vous prêt à partir dès demain ? Je sais que la situation qui est la vôtre n'est pas facile, mais je redoute que nous finissions par être complètement découvert. Mon dragon ne revêt jamais sa forme humaine sauf en extrême urgence et là... Oh je vous rassure, il s'est caché. Mais s'l venait à être vu.... Je redoute les conséquences sur vos gens.... ''

Il savait la position de la famille d'Horatio et des gens de cette région. Les accuser de pactiser avec le démon serait vraiment la dernière des choses à leur mettre dans leur misère actuelle. Hoector bien que fatigué, était déjà prêt à évacuer d'une certaine façon Horatio vers la terre de l'Aube. Celevistus et Sven resteront ici, vu qu'ils connaissent largement le coin pour veiller à la famille d'Horation.



Horatio Forstberg
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 30 Juil 2014 - 15:18 Répondre en citantRevenir en haut

... Celevistus fit alors entrer un homme du nom d'Hoector d'Ys. Ce derniers semblait être de mon âges et avait manifestement subit les aléas du temps. Tandis qu'il essorrait une cape de belle facture, je dénotais chez lui quelques signes de fatigues malgré une certaine promptitude dans sa démarche. Cet état me fut bientôt confirmé par un baîllement que notre hôte tenta veinement de soustraire à notre attention. En d'autres circonstance, j'aurai trouvé cette attitude déplacée, mais je dois avouer que depuis une semaine que nous... errions dans la campagne undomienne, j'avais commencé à faire relâche sur les bonnes mannières.

Hoector se mit alors à nous décrire brièvement sont périple... Je me sentis tressaillir lorsque je compris que celui-ci c'était fait en... volant. Durant cette semaine avec Sven et Celevistus, ils m'avaient sensibilisé au fait que voler pourrait devenir quelque chose de quotidien mais, n'ayant jamais volé moi-même, j'appréhendais grandement ce moment. J'appris également de son discours qu'il n'était qu'un intermédiaire, un autre, avant que je ne rencontre, enfin, la personne qui allait me prendre 'sous son aile' si je puis dire. Cet aveux me contrariait sur le moment. En effet, j'ai toujours eu l'occasion de discuter directement avec mes interlocuteurs finaux, créanciers, fournisseurs, etc. Me lissant mon bouc dont le manque d'entretient me rendait malade, je répondit, néanmoins, au "doué" en face de moi:


    « Je comprend... Sven et Celevistus m'ont mis au courrant de la situation au cours de cette semaine que nous avons passé ensemble. Nous avons abordé brièvement les différents Kaerls sur Tol Orea et leur relations, les dragons et leur besoin de se lier et cette histoire concernant ce type... Drazaïre... Je vous avoue que tout cela me dépasse un peu mais bon et je pense que nous auront tous le loisir d'en discuter. »


Je n'insistais pas sur ce point, avant tout pour ne pas me compromettre d'une façon ou d'une autre, mais en ce qui me concernait, je faisais surtout cela pour retrouver ma famille et veiller à nouveau sur elle... plus efficacement surtout.

Hoector finit alors de s'installer dans notre abris de fortune, on entendait toujours la pluie dehors qui tombait à des intensités variables en fonction du vent. Cela ne décourageait pas Celevistus à sortir, sans doute pour retrouver sa forme originelle et tenir compagnie au lié d'Hoector. Je le regardais partir avant de reprendre la parole:


    « Sieur D'Ys, En ce qui me concerne, plus vite nous partirons, plus vite je retrouverai les miens.» Avais-je répondus avant de continuer: « Concernant mes gens, ne vous en fait pas pour ça, cette guerre m'a fait tout perdre: Maison, terres, personnel! Seuls me reste ma famille réfugiée à l'est. »


Je fermais alors les yeux, sentant que la tension commençait à monter dans ma voix tandis que Sven, pour m'appaiser, précisait à nouveau qu'il soccuperait d'eux. J'étais vraiment en colère contre cette situation et contre De Brok, cet imbécile béliqueux, ce meurtrier sans honneur! Je mangeais alors un morceau de poisson pas trop cuit, ruminant intérieurement cette rage que j'avais accumulé, mon regard perdus dans le feu que Sven avait préparé. J'avais le sentiment que tout était à refaire et cela me déprimait mais je me ressaisis néanmoins. Je savais que, d'une façon ou d'une autre, mon état était visible des autres. Afin que ces affliction ne perturba pas d'avantage la compagnie, je relançais alors notre hôte sur se qui m'attendait, curieux d'en savoir un peu plus sur ce futur mentor:


    « Dites-moi, sieur d'Ys, que pouvez-vous me dire sur la personne qui me prendra en charge une fois en Tol Orea ? Quel est son nom, son parcours...»
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 31 Juil 2014 - 18:35 Répondre en citantRevenir en haut

Hoector s'était installé dans le recoin de la tête et accepta une part du repas préparé, offert par Sven. Il n'avait guère faim, mais se força pour ne pas perdre de forces. Le voyage de retour allait être difficile, car long et le temps n'étaient pas en leur faveur dans ces terres. Plus encore avec cet homme pour qui le destin l'avait brisé d'une certaine manière. Il comprenait la tension nerveuse dont faisait preuve ce potentiel aspirant et qu'il désirait bien plus fortement réglé les tourments du conflit qui avait décimé ses biens et ses terres pour se consacrer qu'à la protection de sa famille. Sven avait dû se montrer des plus diplomates pour réussir à convaincre un homme brisé par le destin de se joindre à eux. Oh Sven et son lié continueraient leur mission ici, assurant la protection des proches d'Horatio... Mais à le voir tendu, le vol ne serait pas facile pour eux deux.

Il laissa un moment de réflexion au jeune nobliau, juste ce qu'il fallait pour répondre à sa curiosité sur son vrai maître. Il ne connaissait pas encore assez Horatio pour anticiper sa réaction quand il apprendrait le genre de maître qui lui enseignerait tout ce qu'il aura à savoir pour être un futur chevalier-dragon. Mais qu'avait-il à perdre à le lui annoncer ? Au pire des cas, il pourrait toujours l'orienter sur un maître masculin si jamais l'idée qu'une femme lui fasse l'enseignement l’écœure. Bon nombre de régions dans le Rhaëg avait de sacrés préjugés sur les femmes.

''Elle se nomme Alkhytis Doréhor, Maîtresse verte et liée à Belareth. C'est une femme aussi vive d'esprit qu'au maniement de l"épée. Elle est fille de tisserand et a toujours vécu au contact des dragons. Bien qu'elle était destinée à être marié à un bourgeois, le destin a voulu qu'elle se lie à sa Verte. Vous ne serez donc guère perdu pour ce qui est d'un maintien et d'un parler noble, mais pour vous rassurer, elle prend rarement les gens de haut. Elle n'est pas une fervente du respect des castes sauf si on cherche à la prendre de haut et à la croire incapable. En somme, elle discute relativement bien avec n'importe, tant que le respect de base est là. et réciproque bien entendu''

Il mâcha la fin de son repas pour taire la beauté de la jeune femme. Horatio était un homme marié et Hoector ne connaissait pas la position de la jeune femme à ce niveau là. Là, Horatio le découvrira tout seul.

''Elle peut se montrer exigeante, mais jamais sans excès. Il faut le prendre pour le bien de la formation. ''

Estimant avoir éclairé la lanterne d'Horatio, il donna des précisions pour la suite de l'aventure. Enfin le début du voyage en somme.

''Nous partirons dès l'aurore. Nous profiterons des derniers instants de la nuit pour partir sans nous faire voir. Prévoyez de vous revêtir chaudement dès votre réveil, nous volerons haut demain. Nous devrions tous nous reposer maintenant....'



Horatio Forstberg
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 2 Aoû 2014 - 08:37 Répondre en citantRevenir en haut

Après ce que m'avait dis Sven et Celevistus sur Tol Orea, je ne m'étais pas imaginé devoir recevoir l'enseignement d'une femme. En effet, la vie là-bas me semblait trop rude que pour ce rôle fut occupé par une telle personne, cela m'avait fait hausser les sourcils, songeant que cela aurait pu être une boutade de sa part. Néanmoins, je laissais mon interlocuteur continuer tout en mangeant ma maigre ration.

Hoector eut le bon goût de trouver quelques points commun avec cette dame au nom pour le moins... sophistiqué. Je laissais le chevalier m'énumérer quelques uns de ces points avant que je ne tique sur le sujet de la liaison. Son association, avec un mariage avorté entre cette dame et un notable m'avait soudainement emplis de dégoût. J'avais lancé un regard inquiet vers Sven mais ce fut Celevistus qui me répondit tendis que le premier, comprenant la raison de mon embarras émit un rire léger:


    °Ne psychote pas trop, humain! La liaison dont parle sieur d'Ys n'a rien de charnel!° Déclarait alors Celevistus, légèrement dédaigneux.


Cette intervention inopinée me surpris et je ne pu m'empêcher de regarder vers le plafond, comme si j'avais des chances d'y voir le lié de Sven qui, évidement, n'y était pas. Ma dissipation en cet instant était manifeste et Hoector me répéta le programme du lendemain:


    « D'accord, reprenons nos forces dans ce cas. »


Lui avais-je répondu avant de tous nous coucher. La description qu'Hoector m'avait faite de cette femme me resta longtemps en tête et je me surpris à analyser chaque détails qui me restait en tête, tentant de m'imaginer plus précisément le genre de personne que j'allais rencontrer. J'en vins vite à la conclusion que cette dame Doréhor devait avoir du caractère, sans doute une personne raffinée car il semblait qu'elle venait d'un milieux aisé, sans doute de la classe moyenne supérieure. Ces traits se confondirent alors avec ceux de Freya, elle aussi femme de caractère et de noble condition. Mon esprit se tournait alors tout entier vers ma femme dont j'étais à présent sans nouvelle depuis plus de deux mois. L'inquiétude me gagnait alors au fur et à mesure que je songeais à elle et aux enfants, espérant que tout allait bien pour eux. Je me surpris même à prier Ouranos! Chose que je ne faisais jamais. C'est dans ces réflexions que je finis par tomber de sommeil.

Je fus réveillé le lendemain par Sven. Mangeant un bout de pain humide avec un peu de saindoux en guise de repas pas très savoureux, je me rendis compte que la pluie avait cessé. Le temps, en revanche, était resté nuageux. Il persistait une épaisse couche de nuages s'étalant à perte de vue et qui nous plongeait toujours dans une pénombre qui ne semblait pas connaître de fin... comme si un âge sombre c'était abattus sur la région. Le paysage qui s'offrait à nous dans les environs de cette pauvre cabane de pêcheur était impressionnant, presque apocalyptique... Sombrant à nouveaux dans mes réflexions...

De toute mon existence, il me sembla que je n'avais jamais été aussi absent que lors la semaine que je venais de passer. La perte que j'avais subis avait suscité en moi une vive et intense réflexion pour la combler. Instinctivement, je savais qu'il fallait que je me dégage de cette attitude car j'avais le sentiment que cela finirait par me ronger et me rendre vraiment fou car les choses ne seraient jamais plus comme avant. Sans doute était-ce dû à l'oisiveté des derniers jours, passés a attendre la venue d'Hoector. Intérieurement, j'espérais que, une fois en Tol Orea, je pourrai rapidement avoir une activité normale et m'occuper l'esprit. Si possible, peut-être tenter de contacter les miens à Froidpont ? Le fait de ne pas savoir si j'étais le père d'une fille ou d'un garçon, de savoir si il, ou elle, était en bonne santé me trottait souvent dans la tête.

Je fus alors surpris par une main qui vint tomber, aussi lourdement que soudainement, sur mon épaule, mettant un terme à mes réflexions. Me retournant alors vers le propriétaire de cette main, l'air grognon, je me dis que de m'éloigner de mes terres un moment, me permettrait aussi de m'éloigner de ces pensées négatives...
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Lun 4 Aoû 2014 - 20:27 Répondre en citantRevenir en haut

''Il est temps d'y aller. ''

La main d'Hoector se retira de l'épaule du pensif. Il lui adressa un regard empli d'un certain encouragement. Quitter ses terres sans pouvoir y retourner avant quelques temps allait être rude pour Horatio. Mais le chevalier ne pouvait permettre une effusion de mélancolie auprès de cet homme qu'il allait mener à la Maîtresse Verte. Sinon, jamais Horatio n'arriva à partir.

Les deux hommes terminèrent leurs préparatifs, se revêtant chaudement pour affronter le mauvais temps et la pluie. Lathos s'était allongé, attendant ses passagers. D'une poignée de mains fermes, les deux chevaliers Hoector et Sven s'échangèrent quelques dernières paroles avant de se séparer. Le Lié de Lathos, une fois juché sur le dos de son dragon, tendit une main vigoureuse pour aider le jeune homme à le rejoindre. Une fois solidement harnachés aux sangles de sécurité du harnais. Le dragon déploya ses ailes et les battit jusqu'à décoller, se poussant un peu avec l'aide de ses postérieurs. Le ciel était désormais à eux et rien qu'à eux. Malheureusement le temps n'était pas à la réjouissance de retourner à Tol Orëa.

Le temps se montra capricieux une bonne partie du voyage et ils durent parfois se poser pour éviter les tempêtes. Par contre, quand ils survolèrent enfin la mer, à l'aube du troisième jour, ce fut pour voler droit au sud, sans s'arrêter. De telles conditions étaient toutes nouvelles pour Horatio comme tout aussi rude. Manger, boire, dormir et s'arranger pour les commodités en plein vol n'étaient pas des plus agréables. Leurs rations se composaient de viandes séchées et légumes secs, de quoi avoir assez d'énergie à brûler pour lutter contre la lassitude, la fatigue et le froid. Hoector paraissait largement moins affecté que son compagnon de voyage, regardant toujours droit devant lui. Oh, rassurez vous, il assurait quelques conversations avec Horatio, parlant d'un peu de la Terre de l'Aube et des choses qu'il n'avait pas encore apprise? histoire de briser la pénibilité de son voyage.

Au soir du sixième jour, le dragon volait largement moins vite, se plaignant de quelques crampes. Le voyage avait été pour ainsi dire... rapide. Mais il annonça fièrement que les terres de leur patrie était enfin en vue. La nuit voilait malheureusement toutes ses splendeurs et Horatio n'aura pas l'occasion de voir son arrivée se faire en beauté... sans jeu de mot. Doucement, dans le silence nocturne, Lathos se dirigea vers l'intérieur des terres avant d'obliquer vers un miroitement. Encore une mer ?

Lathos vira pour suivre la longueur d'une plage et se posa... Soufflant comme un boeuf, il garda ses ailes étendues, prêt à repartir. Etrange.

Hoector se retourna vers Horatio.

''Maîtresse Doréhor arrive. Sa liée m'a confirmée sa venue. Par contre, comme vous débutez, vous apprendrez avec elle comment pénétrer dans le Kaerl. Pardonnez moi de ce petite acte imprévu. ''

D'un petit geste de la main, il jeta une fine poudre au nez du nobliau....


Quand Horatio se réveillera, car oui, il aura dormi, ce sera pour se retrouver dans un lit comme il avait pu en connaître quand il jouissait d'une vie heureuse. Une lumière du jour étrange pénétrait dans la pièce. Une fenêtre ouverte permettait à une petite bise fraîche d'entrer, soulevant une tenture si fine qu'elle en était presque transparente. Une silhouette se dessinait à contre-jour, grande et élancée. Une longue natte blonde nouait descendait contre son épaule pour se perdre le long de son flan.

''Ah, enfin vous vous réveillez. Vous avez bien eu besoin de dormir à ce que j'ai pu voir. Je vais vous laisser seul le temps que vous vous habillez. Un petit déjeuner vous attendra dans la pièce d'à côté. Nous bavarderons pendant que nous nous restaurerons. ''

A ces derniers mots, elle fit un léger sourire, visible sur son visage d'albâtre. Sa robe rouge émit un léger frou-frou gracieux quand elle sortit de la chambre.



Horatio Forstberg
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 6 Aoû 2014 - 19:18 Répondre en citantRevenir en haut

Nous nous étions mis en route rapidement. Après que les deux chevaliers se soient salués, j'échangeais quelques mots avec Sven sur Froidpont afin qu'ils puisse retrouver ma famille facilement. Nous prîmes alors congé pour rejoindre le fameux continent de Tol Orea...

J'en profite ici pour faire une parenthèse. Jusque-là, j'avais déjà eu l'occasion de voir Celevistus sous sa forme "primaire". Cela m'avait fort impressionné bien que sa taille, impressionnante pour moi, il devait faire un mètre quatre vingt à peu près au "garrot", semblait être une taille modeste pour sa race. Effrayé dans un premier temps de rencontrer, pour la première fois, cette créature qui n'avait, ou n'aurait, dut exister que dans mes rêves, je m'étais habitué à son contact.

Cette... sensibilisation prouva son utilité le jour du départ car je pense que je me serais enfuis si jamais j'avais vu Lathos sous sa vrai forme. Il était plus grand que son... homologue: Un avantage pour le voyage qui nous attendait. Mais, ayant gardé une certaines appréhension de ces êtres que je connaissais à peine, je l'avais trouvé menaçant. À plus forte raison lorsque ma vie était placée entre leurs pattes... Cependant, le contact avec Lathos m'avais semblé moins condescendant qu'avec Celevistus.

Le voyage en lui-même fut long, pénible et épuisant pour moi car j'eus du mal à m'habituer à l'altitude et au froid qui y régnait. De ce voyage, je retiendrai trois moments:

L'envol fut sans doute le moment le plus impressionnant. Agrippé sur cette bête ailée, je me voyais pour la première fois "arraché" à la terre. Malgré le mauvais temps, je pu voir une partie de la région de haut. Lors de notre ascension, je reconnus Hautecol d'où des colonnes de fumées montaient encore vers le ciel, une semaine après sa chute. Je cherchais aussi où était ma ferme, ou ce qui en restait, mais en vain. Nous montâmes alors au-delà de la couche nuageuse où un soleil radieux dispensait ces rayons bienfaisant. Là, le plafond gris et menaçant faisait place à un tapis d'ouate d'une blancheur immaculé, j'avais l'impression d'être dans un monde différent.

Un autre moment, moins glorieux celui-là, eut lieu au-dessus l'océan qui séparait Undomë de Tol Orëa: Après plusieurs heures de vol, voilà que je devais aller à la grosse commission et nous n'avions pas la possibilité de nous poser à cause, soit de l'absence d'île ou bien des nuages de tempêtes en dessous de nous... Hoector, qui semblait beaucoup voyager, m'appris une technique pour palier à ce genre de situation plutôt gênante à la fois pour moi, mais aussi vis-à-vis de mes compagnons de voyages, surtout Lathos...

Enfin, ce fut certainement la façon dont nous atteignîmes Tol Orea! Le soir tombait mais, çà et là, nous repérions des zones de lumières, signalant les zone d'habitations et d'agglomération, ce qui donnait un certain charme. Lathos nous fit alors atterrir sur une plage à l'écart. Malgré la bizarrerie de ce geste, j'étais heureux d'être enfin arrivé à destination et de remettre enfin les pieds sur Rhaeg. Inspectant les lieux quelques instant, j'allais entamer la conversation avec Hoector quand celui-ci me devança. Apparemment, mon mentor allait arriver. Cela ne m'arrangeait pas du tout, nous venions de faire un voyage très long, dans des conditions épouvantables, j'étais crasseux, je puais bref! Je n'étais pas dans l'état de me présenter à cette personne. Mais avant de pouvoir réagir, Hoector eut un geste étrange et je tombais dans un profond sommeil...

Lorsque je me réveillais, j'étais dans un lit. Un lit ma foi... confortable, quelques chose qui commençait à me manquer d'ailleurs! Sentir des draps propres et soyeux et un coussin moelleux sous ma tête m'emplit de bien-être. C'est alors que je pris la mesure de ce que j'avais perdu dans cette histoire... Manifestement, je n'avais plus mes vêtement, je portais une sorte de chemise de nuit en lin fin et je ne me sentais plus aussi sale que la veille. Cette transition avec la veille me semblait tellement énorme que je me mis a croire que j'étais mort.

Mon regard fut alors attiré par la fenêtre à coté de moi lorsqu'une brise légère, bienfaisante et iodée envahis la pièce. Il faisait jour mais la lumière du soleil semblait... particulière, comme si elle parvenait jusque-là en devant traverser un liquide. Je revins vite à ma premier réflexions. Mais ce qui suivis me convainquis du contraire...

Un femme à l'allure soignée et à la chevelure incroyablement longue se trouvait dans la pièce. Je ne sais pas pourquoi mais je sentis que c'était le mentor dont on m'avais parlé. Cela ne pouvait être une simple bonne, cette intuition était forte en moi: c'était mon mentor. Elle me donna rendez-vous dans la pièce d'à coté, pour discuter et petit-déjeuner, avant de me laisser. Un peu sonné par cette rencontre pourtant attendue, je m'habillais avec les vêtements qui avaient été préparés car je ne retrouvais les miens, sans doute jetés vu leur état de délabrement, avant de rejoindre mon hôtesse... 
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 9 Aoû 2014 - 08:47 Répondre en citantRevenir en haut

°Tu es sûre que ce n'est pas un demeuré ? °
°Mets toi un peu à sa place et imagine un peu toutes les épreuves qu'il a eu à affronter°
°Je peux difficilement me mettre à la place de cet aspirant vu que notre Kaerl s'est fait attaqué ! Je me fais difficilement à l'idée qu'un simple humain puisse tellement souffrir alors que nous avons eu à combattre contre des engeances marines appelées par Drazahir et que des nôtres ont été blessés ! °
°Doucement ma belle verte, tu t'emportes. Je pensais que tu avais compris depuis le temps la subtilité émotionnelle humaine...°
°Pas au point de prendre une souffrance moindre en comparaison de la nôtre. °


Alkhytis s'était détourné vers ce qui servait de weyr à sa dragonne, au sein de la même pièce commune où elle attendait la venue d'Horatio. Roulée sur elle-même, elle semblait dormir. Mais en réalité, elle veillait. La Verte se montrait encore aigrie de ce qu'elle avait fait à Aylech, cet aspirant qui avait servi de pion à Drazahir. Certains Dragons n'aimaient pas effacer la mémoire des bipèdes, mais là, autant pour sauver Galaad que la Gardienne, elle avait fait la seule à faire. Passer par le pauvre esprit torturé d'Aylech pour tenter d'atteindre Drazahir. Aylech était maintenant enfermé dans une geôle de la prison du Màr, complètement hébété et abruti depuis. Au moins, Nienor avait eu le temps de lui faire passer un message, à leur pire ennemi, avant que ne disparaisse la flamme de l'intelligence du pauvre pion. La maîtresse verte comprenait qu'il faudrait encore du temps à sa dragonne de se remettre de cet acte ignoble à ses yeux. Aylech n'était qu'une victime du comabt contre Drazahir

°Je suis avec toi ma belle et je comprends. Pardonne moi cet oubli°
°Y a pas de mal. J'avais qu'à en parler au lieu de garder cela pour moi... Ton aspirant arrive. °


Alkhytis se retourna pour faire face au jeune homme qui venait de poser le pied dans la salle commune. Elle sourit en voyant que les vêtements qu'elle lui avait trouvé lui allaient parfaitement. L'esthétisme comptait à ses yeux, même pour une personne qu'elle accueillait dans ses appartements le temps de faire connaissance et de lui expliquer ce qu'il l'attendait. La tenue que portait Horatio était des plus simples mais de bon goût. Un pantalon de lin fin marron qui s'accordait à la délicatesse d'une chemine blanche en lin encore plus fin. Quelques broderies serpentines égayaient le col ouvert. Les bottes d'un cuir noir impeccable tenaient bien à ses pieds et à ses mollets. Elle chassa immédiatement certaines pensées qui lui vinrent en s'accrochant à l'image d'un visage parfait d'elfe. Legundir, le Céleste lui manquait.

''Messire Forstberg, c'est un plaisir de vous voir. Vous avez bien meilleure mine qu'à votre arrivée. Prenons place voulez-vous. ''

D'un geste de la main, elle l'invita à s'asseoir à une table généreusement garnie de fruits, de pains frais, et de jus de fruits. Elle prit place avec grâce et adressa un sourire gênée à Horatio.

''Je sis désolée si vous avez pour habitude de manger des choses plus charnues au matin... Je préfère la délicatesse au réveil et vous avez besoin de reprendre des forces à travers cette alimentation. Hoector m'a narré vos dernières péripéties. Croyez-moi que je comprends votre douleur et que je veillerai à vous former comme il se doit quand viendra le jour où vous pourrez réclamer ce qui est vôtre. Votre famille sera en de bonnes mains et dès que l'interstice reviendra....''

S'il revenait un jour. Oh qu'elle l'espérait. Autant pour elle que pour sa dragonne.

''Je vous prie d'excuser l'attitude d'Hoector''Elle tendit un verre de jus de fruits à Horatio''Mais pour arriver ici, c'est un peu particulier. Je ne sais pas si vous avez eu l'occasion de voir dehors, mais venir par les airs est impossible. Du moins directement....''

S'il n'avait pas réagi, c'est qu'il n'avait pas encore contemplé le Dôme, qui servait de ciel à tous les neutres.



Horatio Forstberg
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 9 Aoû 2014 - 14:25 Répondre en citantRevenir en haut

Je m'étais donc vêtus des habits qui avaient été mis à ma disposition. Ils avaient un je ne sais quoi qui les rendait précieux. Leur facture semblaient bien plus fine que la plupart des étoffes que j'avais pu inspecter. Même les étoffes confectionnées par les apprenties de Jaërgith, qui pour moi étaient sincèrement de belle facture, semblaient négligées en comparaison. Cela ajoutais à l'atmosphère mystérieuse du lieu.

Lorsque je m'étais approché du miroir présent dans la pièce, je constatait a quel point ma barbe avait poussée. Dorénavant, elle était longue de plusieurs dizaines de centimètres et le chaos des poils qui y poussait lui donnait un coté broussailleux. Mes favoris, plus entretenus depuis des semaines avaient finis par la rejoindre tout comme ma moustache qui couvrait presque l'entièreté de mes lèvres. C'est alors que je pris la décision que, dé que possible, j'airai chez un barbier pour y remettre bon ordre.

Pour faire honneur à mon hôte, je veillais à laisser la pièce en ordre et disposait les draps dans le lit afin qu'il puisse aérer plus efficacement. Pendant ce temps, j'entendais les bruits du dehors, ceux typique d'une ville en pleine activité, voir même, dans une certaines effervescence. Cela me rappelait Hautecol ou bien Froidpont lorsqu'il m'arrivait d'y faire un séjour. Pour autant, quelque chose semblait cloché, comme si une sorte de nervosité, indicible, habitait la foule.

J'achevais de me préparer avant d'aller rejoindre la dame de tout à l'heure. Je la retrouvais assise à une table plutôt bien achalandée de fruits, de pains, d'oeufs... Cette profusion de nourriture que e n'avais plus vu depuis trop longtemps, me mis l'eau à la bouche. Je sentis mon estomac crier famine et je du me faire violence pour ne pas me jeter sur ces exquises denrées.

La dame, que je soupçonnais d'être la fameuse dame Doréhor, me reçus de la façon élégante. Je prenais place face à elle avant de regarder la table plus en détails, hésitant sur ce qui ouvrirait mon repas.


    « Je vous remercie. J'en déduis donc que vous êtes Dame Doréhor? Je suis enchanté de vous rencontrer enfin. Veuillez m'excuser mais je meurs de faim oui, donc j'espère que vous ne prendrez pas ombrage de mon initiative.»


Tout en tenant la conversation à mon hôte, je me mis alors à me servir, prenant du pain, un peu de confiture, un fruit et un oeuf à la coque. Une prise modeste mais bon, ce n'est pas comme sir le reste de la table allait s'enfuir non plus:


    « J'ai été recruté par le chevalier Sargith, en Undomë. Si je suis ici c'est parce que je pense que c'était, pour moi, la meilleure solution pour retrouver ma famille resté là-bas. J'ai eu l'assurance de ce dernier qu'il veillerait sur elle en attendant que je sache aller la retrouver.»


J'avais pris le verre de jus de pommes que dame Doréhor m'avait tendu avant de commencer à éplucher ma mandarine. Mes ongles ayant bien poussé, l'opération était des plus facile. Je notais son évocation d'un "interstice" et que j'avais entendu parlé à plusieurs reprise. Néanmoins, je ne relevais pas ce point, décidant de m'attarder sur la façon de rejoindre cet endroit.


    «C'est à dire ?»


Avais-je alors lancé, curieux que mon vis-à-vis m'en dise eu peut plus sur la façon dont j'avais finis par atterrir à cet endroit. Pour souligner mon attente de réponse, je m'étais mis à manger mes quartiers de mandarine tout en fixant la jeune femme devant moi.
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 13 Aoû 2014 - 16:20 Répondre en citantRevenir en haut

Alkhytis se contenta de hocher de la tête pour affirmer sur l'identité présumée évoquée par Horatio. D'une main tendue, elle présenta les victuailles. Elle savait que son futur élève n'avait sans doute pas fait un vrai bon repas depuis des semaines.

''Je vous en prie. Je ne vous tiendrai pas rigueur. Comme vous le dites si bien, vous mourrez de faim. Je ne vous en teindrai pas rigueur. ''

Elle-même se servit une tartine de pain beurrée et la grignota du bout des lèvres, sans trop faire d'excès. Après tout, elle n'était pas en fait de son aspirant pour parler mondanité. Il avait vécu le calvaire et se souciait de sa famille. L'étiquette passait donc d'office à la trappe. Puis après avoir bien savouré sa première bouchée, elle précisa un point évoqué :

''Le chevalier Sargith est un homme bien. Il ne manquera pas à sa parole. ''

Elle ne tiqua pas à l'absence de compréhension quand au sujet de l'interstice. Sans doute qu'aucun des deux neutres n'avait voulu parler de ce mode de transport instantané, qui pour l'heure était inaccessible. Sans doute avaient-il jugé sage de laisser cette explication à apporter à Alkhytis, pour ne pas effrayer Horatio. Même s'il était aisé de le franchir, il restait toujours un lieu dangereux.

''L'interstice est un pouvoir innée du dragon, qui s'en sert pour se rendre instantanément d'un point à l'autre du monde. C'est une capacité magique qu'un lié draconique a toujours possédé. Hors en ce moment, notre ennemi, Drazahir, a réussi à la bloquer. Nos pauvres amis ailés ne peuvent plus le franchir. Voyez cela comme de la téléportation. En fait, le dragon réussit à ouvrir une porte sur un plan, pour le franchir et le passer, ouvrant une autre porte sur le point où il souhaite se rendre. En quelques secondes, le temps d'un souffle. Ce plan est froid, sinistre, sans vie. Nous le percevons le temps de le franchir et c'est là qu'il parait le plus effrayant. Mais si on a confiance en son lié, si on est certain de où se rendre, le danger est inexistant....Vous apprendrez en temps voulu à vous servir. Votre dragon saura le faire. Il sait comment faire d'instinct. C'est assez pratique d'ordinaire pour voyager. Mais en ce moment, il faut parfois de longues semaines pour traverser le monde entier. ''

Ce fut à son tour de prendre une gorgée de son verre de jus de fruit. Elle avait de la chance avec Belareth, la dragonne verte ne résignait pas à voler, gardant autant la forme que une très bonne endurance. Quelques dragons feignants rongeaient leur frein en attendant le retour de l'interstice et se montraient bien piètre volants, s'essoufflant dès qu'il fallait prendre un peu d'altitude. La Maîtresse verte trouvait cela navrant, mais elle ne pouvait aller contre le mode de vie de ses pairs et de leur lié.

''Quand nous aurons retrouvé l'interstice, je vous montrerai sur le dos de Belareth.. ''

Elle ne put s'empêcher de voir Horatio dévorer littéralement son petit-déjeuner.

''Et bien... Veuillez à ne pas trop mangé Messire, vous n'êtes plus habitué à manger aussi riche. Prenez le temps de vous réhabituer. Sinon, quel point souhaiterez vous aborder aujourd'hui, une fois rassasié ? Une visite du Kaerl semble judicieuse et même préconisée... J'espère que vous ne verrez pas d'inconvénient à contempler un immense dôme au-dessus de votre tête... Notre Kaerl se trouve sous l'eau... ''



Horatio Forstberg
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 15 Aoû 2014 - 15:30 Répondre en citantRevenir en haut

Dame Doréhor se lança dans un laïus qui, de mon point de vue n'avait ni queue ni tête. Je trouvais cette histoire d'interstice tellement... énorme que j'avais beaucoup de mal à croire ce qu'elle me disait. Je songeais même à ce qu'elle puisse me raconter des histoires ce qui aurait pu susciter en moi quelque agacement. J'eu beaucoup de mal à dissimuler cette gêne qui s'était emparée de moi et qui se manifestais essentiellement par des rictus que je ne parvins pas à réprimer totalement car je pensais surtout au voyage que je venais de faire. Les distances parcourues étaient tellement grandes que mon esprit, plutôt rationnel, avait beaucoup de mal à s'imaginer de parcourir de tels distances en l'espace d'un "battement de cils".


    « Certes, certes...»


Avais-je répondus à la jeune femme, pas plus convaincus que ça, alors qu'elle envisageait de nous faire un tour dans cet... interstice. Je dévorais alors la tartine de confiture que je m'étais préparée durant ce bref exposé. Sans doute un peu trop goulûment car dame Doréhor me repris sur ce point ce qui occasionna une certains gêne en moi. Cette fois-ci elle était surtout due au fait que j'avais le sentiment de manquer de bonnes manières... Elle poursuivit ensuite sur le programme qui nous attendait: Visite du Kaerl et... Avais-je bien entendus? Je fronçais les sourcils en direction de mon hôte, signe de mon étonnement alors que je cru comprendre que nous n'étions pas tout à fait à l'air libre.


    « Je vous demande pardon?!»


Avais-je alors lâché après avoir mangé le dernier morceau de ma tartine... Dame Doréhor, dont la compréhension à mon égard était manifeste, me réitéra sa phrase m'affirmant que nous étions sous l'eau, protégé par un énorme dôme. Je ne sais trop pourquoi, je me mis alors à rire, sans doute face à ces propos qui, à ce moment là, me semblait des plus aberrants. Profitant de de ce fou rire pour retomber au fond de ma chaise, je sentais néanmoins poindre un certains malaise monter en moi.


    «Ce n'est pas possible, aucune cité ne peut survivre sous l'eau.»


Avais-je alors affirmé tranquillement, mais voyant alors l'impassibilité de mon hôte, je me levais, soutenant quelques secondes encore son regard, pour y déceler une quelconque trace qui trahirait cette mauvaise blague que je pensais qu'elle me faisait, avant de me diriger vers l'une des fenêtres. Me penchant alors vers l'extérieur pour regarder vers le ciel, force était de constater que la jeune femme avait raison, qu'il n'y avait pas de ciel, que nous étions dans une sorte de bulle de verre permettant de voir la faune marine qui nageait autour...

Je restais alors quelques instant là, penché, très inconfortablement d'ailleurs, sur le bord avant de revenir précipitamment à l'intérieur, sentant un frisson d'effrois m'envahir. Je m'adressais alors à mon hôte sur un ton un peu vif:


    «C'est impossible! Il n'existe aucune cité capable d'un tel prodige! Je vous préviens que si ...»


Je fut alors interrompus dans mes propos par un début l'hyperventilation, le fait de savoir toute cette masse d'eau au-dessus de moi m'avait emplis de peur, surtout que je ne savais pas nager. Je me mis à songer à l'air qui pouvait alors manquer... Je m'assis alors sur une chaise pour tenter de me calmer et de reprendre un rythme de respiration normal, sentant mon coeur battre comme jamais dans ma poitrine. Mon hôte ne devait sans doute pas trop s'attendre à ce genre de réaction de ma part, moi-même je n'avais jamais, aussi loin que je me souvienne, souvenir d'une telle crise d'angoisse et d'oppression et je la vis se lever pour me rejoindre...
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Sam 16 Aoû 2014 - 10:38 Répondre en citantRevenir en haut

Horatio avait fort ri, pensant à une plaisanterie de la part de la maîtresse verte. Mais face à son air sérieux sur une évidence qui lui paraissait loufoque, l'aspirant se leva de sa chaise et alla constater de lui-même la vérité qu'il commençait à craindre. Un dernier regard à Alkhytis lui confirmait qu'elle ne jouait pas la comédie. La jeune femme s'était levée aussi, se demandant si elle n'aurait pas du aborder le sujet autrement. Il était tellement naturelle pour elle de vivre ici depuis son enfance qu'elle ne pouvait pas imaginer ce que d'être ici, sous l'eau, pouvait provoquer chez des êtres qui vivaient depuis toujours à la surface. La réaction soudaine et effrayée d'Horatio lui provoqua une pointe de compassion dans son coeur, s'en voulant de la manière dont il découvrait la réalité.

Elle se rapprocha d'un pas souple vers lui, posant une main sur son épaule tressaillante. Le choc avait été plus rude encore pour le pauvre Horatio. D'une voix calme et douce, elle tenta de le rassurer.

''Il ne vous arrivera rien... Calmez-vous, essayez de respirer plus posément. Je vous garantis que vous êtes en parfaite sécurité.''

Elle laissa sa main sur l'épaule de son aspirant, espérant qu'il réussirait à retrouver son calme.

''J'avoue que c'est ma faute, j'aurai du aborder le sujet d'une façon plus adéquate. Notre cite, où plutôt notre kaerl a toujours été dans la protection de ces eaux. Pour ce prodige, la magie en est la clé. Il y a des siècles que ce dôme fut construit et il a toujours rempli son rôle et il perdurera encore bien des siècles. Ce même prodigue qui fut crée à la construction du dôme permet également d'avoir un air frais et renouvelé sans que nous ayons de remonter à la surface. Une telle cité est unique dans l’entièreté de ce monde. ''

Elle se mit face à lui, retirant sa main pour s'accroupir et être un peu plus à son niveau.

''Vous devez être un homme de logique et pratique, qui n'a toujours connu et vu que des choses naturelles et qui se comprennent. Nous côtoyons un peu plus la magie que le reste du monde il est vrai. D'où le fait que ce dôme protecteur me paraissait plus naturelle qu'à vous. Je m'excuse encore... Sachez que le dôme est sans doute l'une des oeuvres les plus impressionnantes de notre communauté... ''

Et si elle le prévenait pour les autres kaerls ? Après tout, autant évoquer que la magie des deux autres jouaient aussi sur l'entendement que pouvait avoir Horatio sur ce qu'il connaissait réellement de ce monde.

''Les Célestes vivent sur une cité volante et les Ardents au pied d'un volcan. Leur magie leur donne cette capacité... Dans un sens, je préfère contempler au réveil un groupe de baleine migrant vers le Nord que de sentir la cendre ou l'air frais. Il est certain que vous verrez plus les poissons de la même façon quand vous vous serez habitué à notre manière de vivre... Pour vous rassurer, on vous a mené par un couloir souterrain... ''

Au moins elle contrecarrait l'image qu'il aurait pu se faire sur son entrée dans ce Kaerl. Maintenant restait à savoir s'il accepterait de vivre maintenant au quotidien avec l'immensité de la mer au dessus de sa tête...



Horatio Forstberg
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 16 Aoû 2014 - 14:06 Répondre en citantRevenir en haut

Alors que Dame Doréhor tentait de me rassurer, m'en apprenant un peu plus sur ce nouveau monde qui m'attendait, je reprenais mon souffle mais, surtout, je prenais la mesure de mon erreur quand à l'idée que je m'étais faite de cette nouvelle vie. Je ne m'étais pas du tout attendu à un lieu où la magie serait aussi... exubérante. Alors qu'elle pouvait valoir le bûcher là où j'avais vécus, elle était, en ces lieux, une caractéristique essentielle et je compris bien vite qu'il me fallait vivre avec ça. La compassion dont faisait preuve mon hôtesse à mon égard m'évita certainement de dérailler car, emprunt de toutes mes certitudes sur la chose magique, que j'étais enclin à percevoir négativement, je du me faire violence pour ne pas laisser mon sentiment profond se faire jour sur le sujet. Ma crise me fut donc pour moi une excellente raison de ne rien dire de malheureux tout en tentant de me calmer et de reprendre un souffle normal. Dé que je le pu, je remerciais la jeune femme pour son aide avant que je ne me relève sur le fauteuil où je m'étais reposé, toujours haletant.


    « Je n'avais pas conscience de ce qui m'attendait... C'est évident. Mais, pour ma famille... je ne peux revenir en arrière... Je ne pourrai pas me regarder dans un miroir sinon... »


Ces paroles me vinrent alors dans ma bouche spontanément. Je songeais effectivement à ma famille avec l'angoisse de ne pas savoir ce qu'elle était devenue. Je me rendis compte alors que Dame Doréhor s'était accroupie en face de moi. La vue plongeante que j'avais sur son décolleté et laissant entrevoir une poitrine généreuse me gêna, me poussant à détourner le visage vers la fenêtre. Je pensais alors à ma femme, Freya, qui me manquait terriblement. Si son image restait vivace en moi, je ne parvins pas à me rappeler son parfum et la sensation de son touché commençait à s'estomper. Je me passais alors une main sur le visage pour me forcer à penser à autre chose, sentant l'émotion m'envahir, mon autre main serrant l'accoudoir où elle s'était posée. Bon sang qu'elle me manquait!

Malgré cette mélancolie, je me sentais suffisamment bien pour tenter de me relever. Tentative fructueuse même si j'eu quelques vertiges me poussant à me tenir par le dossier du fauteuil tout en rassurant Dame Doréhor sur le fait que j'allais mieux. Après quelques secondes où j'eu l'impression d'avoir récupéré mon souffle, je décidais de réorienter la conversation selon mes objectifs de progressions. En effet, plus vite j'apprendrais ce qu'il y avait à savoir, plus vite je pourrai retrouver les miens. Dans cette perspective, je n'avais donc pas trop de temps à perdre car cela allait faire trois bons mois bientôt, que je n'avais plus revus un seul membre de la famille Forstberg.


    « Ne nous lamentons pas plus, ma Dame. Vous avez parlé d'une visite. J'y consens volontiers. Mais je voudrais ensuite savoir comment sera dispensé cet enseignement pour lequel je suis ici. Mais, si vous me permettez, je vais boire un peu avant d'y aller.»


Désignant alors notre table de déjeuner, je me dirigeais vers elle sans attendre pour me prendre un autre jus de fruit. Bien que je venais à peine de boire, cette crise m'avait rendus ma soif. Je refaisais donc le plein de jus de pommes que je finissais ensuite en quelques traites, terminer les verre d'un coup n'est jamais bon. Les poils de ma barbes ayant poussé tout au long de mon voyage, ceux-ci me génèrent lors de cette opération de désaltèrement, me rappelant une autre chose urgente à faire... Lorsque j'eu vidé mon verre, je me retournais vers la jeune dame.


    «Ha oui, j'oubliais le plus important. Il me faut aussi un bon barbier... »
Alkhytis Doréhor
Maître Dragon
Maître Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 726
Sexe: Féminin
Présentation: URL
RPs: 472
Race: Fëalocë
Âme Soeur: Belareth
Affiliation: Concernée
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 20 Aoû 2014 - 10:39 Répondre en citantRevenir en haut

Alkhytis s'était écartée pour laisser la place à Horatio de se relever. Encore pantelant de ses émotions, il essaya de se redressa, se retenant au dossier de sa chaise. La Fëalocë se retint de lui apporter une aide secourable, quand Horatio lui affirma que cela allait mieux. La crise passait et il semblait réussir à prendre sur lui le fait qu'il devra supporter de vivre dans un environnement bien différent de ce qu'il avait connu. Il se raccrochait à l'image de sa famille, à ce qu'elle entendit, pour réussir à surmonter cette angoisse oppressante de se savoir sous l'eau, dans une ''simple'' cloche d'air. En même temps, avait-il vraiment le choix ? A moins de se laisser dépérir mentalement au point d'en devenir fou. Horatio était loin d'être un homme à se laisser abattre. Il avait survécu avec un autre membre du Kaerl le temps qu'on vienne le récupérer. Il serait prêt ç tout pour revenir à ses terres et auprès des siens... Au moins sa détermination s'afficha quand il rejoignit la table tout en changeant de sujet. La maîtresse doutait qu'il ait réussi à passer sa frayeur en si peu de temps. Elle verrait bien quand elle le mènerait dehors.

Elle ne put s'empêcher de sourire quand il demanda à aller voir un barbier. Il ressemblait en effet un peu à un vieux rôdeur qui trainassait des semaines durant sur la route. Heureusement, l'odeur n'était pas au rendez-vous d'une telle apparence.

''Je vois que vous avez fini de vous restaurer. Ne perdons donc pas de temps pour le barbier. Allons soulager cette barbe emmêlée. Vous savoir en meilleure forme une fois son état rafraîchi me satisfera . ''

Elle l'invita donc à le suivre... Et verrait comment il réagirait en voyant l'immense Dôme au dessus de sa tête, prenant toute la place d'un ciel bleu coutumier.

Suite du rp



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:43 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu