Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] De vapeur et d'eau Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Baldrik Corbeciel
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2014
Messages: 32
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 21
Race: Humain
Maître: Aléiya d'Elvrydden (
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 24 Juil 2014 - 13:25 Répondre en citantRevenir en haut

Gaïaku, 918. Fin du mois.


L'infirmerie était située dans le même endroit que les bains, la proximité de ceux-ci aidaient les patients à prendre une cure ou simplement à oublier la douleur grâce à l'eau thermale soit chaude soit froide qui se trouvait dans les différents bassins. Baldrik n'était pas pudique, certes il connaissait les convenances mais ayant passé plus de temps en compagnie de ses soudards que de la haute naissance il avait apprit à faire fît de celles-ci et ne pas se soucier des regards sur son anatomie découverte.

Il appréciait néanmoins la solitude des bains lorsque le soleil s'était couché, ses plaies guérissaient mais certaines réclamaient du temps. Et puis son corps avait besoin de se relaxer de temps en temps, voilà pourquoi il avait prit la direction des bains sans se munir de béquille pour une fois. Si les guérisseurs l'avaient enjoints à continuer d'en utiliser une il se jugeait apte à marcher sans, Baldrik n'était en rien un éclopé.

Il avait combattu durant des guerres, tenu des sièges, il était en pleine condition physique et cela se voyait non sans mal sur les muscles noueux de son corps. S'il n'était pas une créature massive faite pour les armes lourdes, son physique d'épéiste se laissait aisément deviner sur une anatomie longue et souple mais bien robuste. Ce qui avait toujours fait sa fierté était sa largeur d'épaule et de poitrine, les deltoïdes étaient bien marqués et sortaient de sa carrure tandis que les pectoraux saillants donnaient l'impression d'une cage thoracique trop imposante.


Il s'était dévêtu et avait placé ses vêtements sur un banc à l'entrée des bains avant de plonger dans l'un de ceux-ci à l'eau fumante. Il poussa un long soupir de bonheur, basculant sa tête en arrière tout en appréciant l'eau douce et chaude sur sa chair, un véritable délice ! Il se demanda un moment comment le Kaerl arrivait à garder l'eau à cette température sans avoir une armée de serviteurs faisant des aller-retours armés de baquets d'eau bouillie, en son domaine il prenait bien souvent des bains froids ; c'était bon pour l'esprit disait-on, mais surtout par économie de temps.


Les serviteurs de son castel n'avaient pas spécialement le temps de s'amuser à faire bouillir de l'eau pour le bain du Duc et il le comprenait, voilà pourquoi il les avait toujours ménagés. Baldrik était un homme bon avec son peuple, il comprenait leurs difficultés car il avait vécu sans le sous dans une immense bâtisse de pierres froides et sans âme. Il secoua la tête lentement tout en souriant ; il devait profiter de l'instant présent et ne plus penser à ses terres. Lorsqu'il se sera Lié en ces lieux il pourra reconquérir ses terres, reconquérir le royaume et le reformer, il trouvera certainement des alliés ici pour l'aider dans son entreprise.

Pour l'instant il devait simplement se remettre sur pied et apprendre à vivre sur ce nouveau chemin qui s'étendait face à lui. Si le Kaerl était un repère de malfrats en tout genre il avait fini par daigner leur offrir le bénéfice du doute, chose rare pour sa personne, car il n'avait généralement aucune pitié pour des individus sans foi ni loi. Combien n'en avait-il pas fait châtié ? Combien de meurtriers n'avait-il pas décapité de sa propre main pour montrer que la justice était froide et implacable ?

Il ouvrit son oeil unique pour explorer visuellement les environs. Tiens il n'avait pas remarqué que d'autres personnes étaient présentes. Généralement les bains étaient déserts à cette heure. Il haussa légèrement les épaules et se ''décrocha'' du bord pour faire quelques brasses, serrant les dents sous les cicatrices qui tiraient avant de retourner s'accrocher à un autre bord pour offrir le haut de son dos aux autres occupants des lieux.

Il n'était pas spécialement pudique mais il n'allait tout de même pas offrir un gros plan de ses organes génitaux aux autres occupants des lieux.



Publicité





MessagePosté le: Jeu 24 Juil 2014 - 13:25 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 113
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 50
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 24 Juil 2014 - 18:34 Répondre en citantRevenir en haut

Le bâtiment avait déjà capté son regard par son grand dôme vitré, ses hautes parois de porcelaine bleutée mais il avait surtout attiré son oreille avisée de coureur de jupons. : des bruits d'éclaboussures, des rires mutins, des soupirs d'aise... Oui, il y avait bien des demoiselles derrière ces murs et à en juger par l'ambiance sonore, légèrement amplifiée par la forme concave de cette singulière construction, il s'agissait de Thermes ou de Bains.

C'était jour de relâche pour le fraîchement nominé Aspirant et les "Bains Céruléens" - comme l'indiquait , fort à propos, une plaque de marbre sur le fronton - faisaient partie des endroits encore inexplorés de son nouveau Royaume, le Kaërl Englouti. Il était passé devant à plusieurs reprises dans la journée et à présent, la douce moiteur du soir et ses muscles noués par cette longue ballade touristique l'incitaient à en franchir le seuil majestueux...sans compter d'autres intentions bien moins louables.

- Le Bonsoir, Aspirant. Soyez le bienvenu dans ce lieu de soins et de détente.

L'ondin à l'âge incertain qui stationnait derrière le comptoir de roche polie lui adressa un sourire tout aussi lisse. Sasha se demanda tout d'abord comment l'inconnu avait connaissance de son statut, puis s'étonna de trouver l'accueil encore ouvert à une heure si tardive. Il fit quelques pas, s'abîmant dans la contemplation des coraux multicolores et coquillages nacrés tapissant les murs et poussa un cri lorsqu'il aperçut un banc de sardines argentées filer sous ses semelles.

- Qu'est-ce que ...? hoqueta-t-il, écarquillant les yeux en découvrant les fonds marin sous ses pieds. Un sol transparent ? Sasha éclata de rire , prenant l'Ondin à témoin de cette incroyable extravagance. Laissez-moi deviner, les bassins aussi donnent sur l'eau de mer ?

- Mhh, pas exactement messire. roucoula l'autre en se coulant de l'autre côté de son comptoir. Ceux qui ont construit cet édifice, il y a de cela bien des siècles, avaient à cœur de rester en harmonie avec la gente marine et de ne point en troubler la vie naturelle. Les bassins sont faits de cette même matière transparente sous vos pieds. Il s'accroupit et en tapota la surface, qui rendit un son mat. Nullement troublé par le bruit, un poulpe vint se nicher contre son poing fermé et fit palpiter ses ventouses. Vous voyez ? Incroyablement épais, isolé thermiquement et phoniquement. Ainsi, les hôtes de ces eaux peuvent vaquer en paix , sans que l'agitation des baigneurs ne les gêne. Ingénieux, n'est-il pas ?

Oui, cela va sans dire ! s'esclaffa Sasha, goguenard. Néanmoins, je me demande si la faune  apprécie d'avoir vue quotidienne sur nos attributs . Ahah !

L'Ondin eût un rictus suivi d'un étrange et musical raclement de gorge, on n'aurait su dire s'il retenait un ricanement ou un toussotement gêné.

- Suivez-moi. susurra-t-il en retournant vers le comptoir à petits pas feutrés. Les deux battants que vous voyez-là desservent des bassins aux températures variées et à l'eau exquise, ainsi que de nombreuses cascades servant au massage des muscles endoloris. Puisque nous traitons aussi des patients du Dispensaire, que vous pouvez rejoindre en gagnant le couloir situé derrière vous, nous avons des bassins spécialisés et employons souvent des soigneurs pour traiter les plaies, aider à la cicatrisation. J'en suis un moi-même. Sa voix éthérée grimpa d'un ton dans les mielleux. Si un jour vous venez pour des soins, ce que je ne vous souhaite guère car vous semblez en pleine force de l'âge, demandez Mani'el Vas'linë. J'officie aux bains des messieurs, dont la porte est celle marquée par le Dragon de saphir.  dit-il en inclinant la tête de façon exquise.

Assoupi par la dithyrambe mélodieuse de l'Ondin, Sasha fut brusquement ramené à la réalité par un accès de contrariété. Des bains non-mixtes ? Quelle déception ! Ce lieu avait plus de faste que les Grandes Thermes Salées de l'Archipel d'Ys et on ne pouvait se baigner avec les femmes ? Même ces barbares de la Djevelens Tenner, avec lesquels il avait passé trois horribles années d'un hiver sans fin, se baignaient ensemble. Vieillards, matriarches, familles entières d'Orions mijotaient dans des sources brûlantes bordées de neige et de terre craquelée par le gel . A l'époque déjà, Sasha aimait à observer le galbe féminin au sortir des bassins, mais il était bien plus souvent occupé à redouter le moment où il devrait quitter cette bénie chaleur pour exposer ses miches au froid mortel.

- Aspirant, tout va bien ? Vous frissonnez... souffla Mani'el en posant une main blanche sur son épaule, empreinte de sincère et tendre sollicitude.

- Grands Dieux, ce type est si suave et si moelleux qu'il a du être un édredon de plumes dans une autre vie ! songea Sasha pour lui-même, adressant à son hôte un regard malicieux. Ce n'est rien, mon brave. Vos mots sont si convaincants que je me languis déjà des vapeurs et des eaux chaudes derrière cette porte !

- Ah, la bonne heure Aspirant ! C'est toujours un plaisir que d'avoir de nouveaux usagers ! clama-t-il avec une ferveur déconcertante.

L'Ondin s'empressa aussitôt de lui mettre serviette à l'épaule et de s'épancher en recommandations chantonnantes sur le bon usage des Bains. Lorsqu'il atteint enfin les vestiaires, Sasha croisa des baigneurs sur le départ, devisant à voix basse pour ne point troubler la paix des bains qui se vidaient.

- Nom de ..grrmbl... Ce Mani'el m'a fait perdre de précieuses minutes. Espérons que ces dames aiment assez les bains nocturnes pour rester un peu.

Il prit son temps pour se déshabiller, attendant que les trainards désertent enfin les lieux. Les minutes qui suivirent furent consacrées à une étude minutieuses des moindres recoins, cherchant un quelconque point d'observation, une faille sur les vestiaires de ces dames. En vain.

- Ma foi, ces Valhérus étaient bien pudiques. Tant pis pour moi. se résigna-t-il en haussant les épaules. Un doux rire claironna alors derrière les murs carrelés de marbre, suivi d'une séries de gloussements, de délicats froissements de soie. Le marin soupira, rêveur, puis décida d'en rester là pour ne point raviver de douloureux souvenirs. Ces mois de dérive en mer, seul et loin de tout...et maintenant cette nouvelle vie, cet endroit, ces gens et ces...Dragons improbables... Pourquoi tu ne peux pas t'empêcher de penser aux femmes malgré tout, mh...?

Sasha se souvint qu'une de ses régulières (elle avait l'habitude de l'accueillir lorsqu'ils mouillaient au port de Karasdorg), une Felaocë sublime mais incroyablement jalouse, lui avait jeté à la face que c'était l'effet d'un "conplexe d'Eau-dipe" mal assouvi, lors d'une ses interminables colères. Le marin n'avait guère eu l'occasion d'en savoir plus car elle l'avait ensuite mis à la porte en l'insultant "d'animal" , "d'insatiable débauché" et autres joyeusetés du genre. Bah, qu'y faire, de toute façon ?  se dit-il en jetant négligemment sa serviette sur l'épaule. On ne pouvait lui reprocher de vouloir des lèvres et des bras aimants dans ce monde dont il ne connaissait rien.

Il interrompit le fil de ses pensées pour s'esbaudir devant les Bains. La vaste coupole de verre aperçue tantôt jetait sur les eaux calmes des bassins un reflet argenté. Aux murs, des gueules de Dragons veinées de nacre vomissaient un flux d'eau chaude et délicieusement parfumée. Seul le gargouillement des fontaines et les chuchotements des derniers baigneurs animaient le calme feutré de l'endroit. Le nez en l'air , un sourire ébahi aux lèvres, Sasha gagna le plus grand bassin dont le seul occupant se tenait de dos, ses larges épaules charpentées collant à la margelle. Alors qu'il en longeait le bord, le Septon remarqua que la peau du bougre était couturée de cicatrices, dont certaines encore fraîches, et de contusions. Il allait lui demander si le bain était réservé aux soins quand il écrasa un pain de savon noir, ramolli par la chaleur ambiante.

- OOooh m...!

Le marin dérapa en agitant les bras, tenta de se rétablir sur son pied amputé mais les orteils en moins n'aidaient pas dans ce genre de situation glissante. Il tomba donc dans le bassin avec un "plouf" bruyant et éclaboussa vigoureusement les alentours. Lorsqu'il émergea, il n'était qu'une bouche hilare sous un rideau de cheveux noirs.

- HA ! Hahah , pardon mon brave ! s'excusa-t-il en s'ébrouant pour remettre sa chevelure en place, découvrant ses cicatrices au visage et son franc regard d'aigue-marine. Sur le pont d'un bateau, rien ne peux me faire chavirer  mais j'ignorais encore que je suis maladroit sur les sols sous-marins !

L'homme en face ne semblait pas avoir bougé et braquait sur lui une face détrempée. Ses traits émaciés et volontaires avaient ce calme marmoréen des grandes noblesses et pourtant, son unique œil véronèse lançait des éclairs sous l'ombre de l'arcade,  le détaillant des pieds à la tête. L'individu ne s'attendait sans doute pas à cette douche brutale.

- Allez, détendez-vous, vous n'allez pas prendre grief contre un pauvre handicapé n'est-ce pas ? Entre couturés, on se comprends. plaida-t-il en agitant son pied mutilé hors de l'eau. Nos corps ont connu de meilleurs jours, l'ami, et nous sommes ici pour nous changer les idées, alors souffrez que je rattrape cette pitoyable entrée en matière.

Il s'assit sur un des bancs immergés, voisin du borgne, et tendit une main sincère.

- Je suis Sasha El'Tiwas, Aspirant de Maury Siph et de sa Liée, la Bleue Noph'ora. C'était la première fois qu'il se présentait ainsi, mais il eut la sensation qu'il allait le répéter de nombreuses fois à l'avenir. Mon entraînement n'a pas encore débuté car il m'a été accordé quelques jours pour découvrir le Kaërl. Je viens juste d'arriver chez les Engloutis. A qui ai-je l'honneur, camarade de baignade ?
       





       



Baldrik Corbeciel
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2014
Messages: 32
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 21
Race: Humain
Maître: Aléiya d'Elvrydden (
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Dim 27 Juil 2014 - 00:10 Répondre en citantRevenir en haut

Il venait à peine de pencher la tête en arrière, fermant son oeil unique pour apprécier la douce chaleur de l'eau. Qu'il était bon d'être ici, il n'arrivait toujours pas à croire tout ce luxe qui l'entourait et qui pourtant semblait si commun aux natifs des lieux. Avaient-ils donc toujours eu de l'eau chaude dans laquelle se prélasser ? Les fonds marins visibles ne les émerveillaient-ils point ?

Il haussa mentalement des épaules, écartant définitivement ses interrogations pour simplement se concentrer sur le fait de barboter dans un endroit irréel jusqu'à ce que de l'eau vienne asperger son visage, la dite eau avait été précédée par une exclamation et puis le bruit d'un corps tombant dans l'eau. Intrigué il ouvrit l'oeil pour voir remonter des flots une tête cachée sous des cheveux d'ébènes et à la bouche grande ouverte sur un rire.

''Mon brave'', il fronça légèrement le sourcil avec un léger mécontentement, car l'autre était paralysé dans une attitude neutre en plus d'être barré de la cicatrice qui mangeait le côté gauche de son visage. Avait-il donc l'air si handicapé pour qu'on l'affuble de ce pseudonyme ? Il était Duc par les burnes d'Ouranos !

Il ne rit point à la blague, bien trop... surprit par l'apparition soudaine de cet homme et son attitude assez hors du commun. Il se rappela bien vite que cet endroit était composé de biens des gens d'origines différentes mais que la plupart, voir la majorité, avaient un passif de criminels. Il finit par se détendre, se fendre d'un sourire à la tentative d'humour quant-aux cicatrices, son sourcil se relâchant et le regard beaucoup moins courroucé, la paupière se relevant légèrement sous un rire muet qui ne s'imprima cependant point sur ses lèvres.

« Soit, je passerai l'éponge pour cette fois. En signe d'amitié envers vos coutures uniquement. N'allez tout de même pas croire que je me montrerai magnanime si vous n'étiez pas membre de la confrérie des couturiers extrémistes. »

Il resta sérieux un moment avant de se fendre d'un très léger rire et de tendre l'avant-bras au dit Sasha qui s'était présenté. Un nouveau et un aspirant, au moins avaient-ils plus en commun qu'un peu de fil passé dans la chair, c'était toujours bon à prendre.

« Duc Baldrik Corbeciel, Aspirant de la Maîtresse Argentée Aléiya et de sa Liée Serenah. Comme vous pouvez le voir je suis actuellement en pleine forme et en passe de passer chevalier dragon ! Ces coutures indiquent bien évidemment mon statu social en ces lieux. Plus sérieusement je suis nouvel arrivant moi aussi et à part me prendre des remontrances de la part des médecins je n'ai pas fait grand chose. »

Il lui serra l'avant-bras à la façon des chevaliers en lui offrant un maigre sourire en coin. Son humour était un peu pince-sans-rire, l'homme avait presque toujours l'air sérieux mais peut-être était-ce à cause de la partie gauche de son visage qui ne pouvait tout bonnement plus exprimer grand chose ?

Soit, il retourna se percher sur un des bords translucides du bassin avant de continuer la discussion. Ce Sasha avait l'air d'avoir la langue bien pendue et il fallait bien se serrer les coudes entres petits nouveaux. Certes ni l'un ni l'autre n'étaient de première fraîcheur au vu de leurs âges respectifs mais à quoi bon se prendre la tête pour cela ? Au moins avaient-ils droit à l'expérience.

Il lui jeta un regard amical tout en faisant mollement aller ses jambes couturées et pleines de bleues dans l'eau histoire de se dégripper les articulations.

« Quelle était votre profession avant de vous faire coudre la peau et d'arriver ici ? »



Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 113
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 50
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 30 Juil 2014 - 22:30 Répondre en citantRevenir en haut

L'homme était de ceux qui font de l'humour sans y paraître, un genre qui se prêtait tout à fait à sa carrure : quand la lippe du trappu individu tressaillait, on était en droit de se demander si c'était le signe annonciateur d'un sourire sincère ou d'un rictus de mauvaise augure. Néanmoins, le baigneur arrosé fit contre mauvaise fortune bon cœur et répondit à la poignée de Sasha en lui tendant un avant-bras sur lequel il lui fut impossible de refermer les doigts.

Baldrik, ou plutôt le Duc Baldrik , était déjà à la fin de son Aspiranat malgré son statut de nouvel arrivant. Avec une pointe de jalousie, le Septon pensa qu'à l'instar du reste du monde, il devait y avoir sur Tol des élus avec des prédispositions naturelles à la « Chevalerie » Draconique, de ceux qui ont toujours une toise d'avance sur les autres. Ce brave Baldrik, avec son allure de nobliau adoubé et l'autorité naturelle émanant de son personnage, avait du finir son apprentissage les doigts dans le nez, comme il incombe à tout bien-né des castes plus « pures ».

- D'ailleurs quel était le nom de son Duché déjà ? se demanda Sasha en pensée, alors que son nouveau compagnon poussait quelques boutades supplémentaires sur les coutures. Courbe...Cor...Il se pétrifia. Corbeciel ?! LE Duché de Corbeciel ? Je n'y crois pas... Ce bougre vient d'Undomë, il est du pays !

La voix de Baldrik lui parvint en sourdine , parmi le raffut confus de ses émotions.

- […] profession avant de vous faire coudre la peau et d'arriver ici ? 

Il eût un silence un peu gênant, où l'oeil borgne sembla considérer l'air béat et goguenard de l'Aspirant avec perplexité.

- Je … Ah ! Je ne sais pas si on peut parler de « profession  », l'ami ! Le Septon revenait à la réalité, encore ahuri par l'insolente coïncidence. J'ai mené de nombreuses vies, mais je me définis comme un marin et un boucanier avant tout. Il eût le zèle de ne point citer les Chiens de Mer et Le Lévrier, bien qu'il fut peu probable que Baldrik ne les connaisse. Son duché comptait parmi les terres intérieures du Royaume de Clairciel, dont Sasha connaissait les côtes. Quant aux cicatrices, elles ne datent pas d'hier, ce sont de vieilles amies. Il caressa celle qui lui barrait la joue droite et l'autre, plus discrète, fendant son sourcil gauche. Cette dernière était de loin sa préférée car, pour une raison étrange, elle mettait ces dames en émoi et c'était aux yeux de Sasha comme un baume sur les sombres souvenirs se cachant derrière. Elles me rappellent que les rêves ont un prix...et qu'aucun serment ne peut lier définitivement les hommes...

La chaleur des bains parut soudain perdre quelques degrés et l'oeil unique se voila étrangement. Sasha mordit ses lèvres qui brûlaient de questions. Que diable faisait le jeune Duc Orion de Corbeciel ici ?! Il n'était que peu retourné vers ces terres maudites depuis la mort de sa mère mais de temps à autres, le Lévrier faisait escale à Brumesoir ou à la pointe de Clairciel. Il fallait que les affaires vaillent le détour car longer les côtes Rubicondes pour atteindre cet Orient « civilisé » était souvent synonyme de traversée périlleuse. Les guet-apens de pirates à la petite semaine, les pluies de flèches des sentinelles paranoïaques avaient d'ailleurs finalement dissuadé son Capitaine d'y retourner...et Sasha avait perdu tout espoir de retrouver un jour la piste de sa sœur, Layla. Néanmoins, le nom de Corbeciel lui était resté en mémoire car on jasait en ville. On parlait de ce Duché autrefois fastueux devenu le plus pauvre du Royaume, et des tensions les opposant aux Cerfbois. Peu de choses flatteuses en vérité, car on devisait aussi sur la roideur de son jeune Duc et la ridicule obsession de sa Maison pour les « traditions sauvages » . Si Sasha n'avait guère d'affection pour les sauvages Orions - authentiques ceux-là – qu'il avait côtoyé trois ans durant, il les respectait pour leur bravoure face aux précaires conditions de vie dans les montagnes, conditions que la plupart des citadins de ces villes côtières aisées ne connaîtraient jamais. C'était justement la raideur et la loyauté à leurs traditions qui soudaient les communautés dans les hivers les plus rigoureux. Il avait donc eut pour ce Duché un bref élan de compassion, d'autant plus qu'il n'était pas sans richesses :

-J'ai acheté d'excellentes pièces de gibier et de fourrures venant de Corbeciel. dit-il doucement, pour briser le silence. La furette blanche est particulièrement difficile à chasser, et j'en sais quelque chose...mais celles venant de Corbeciel étaient toujours intactes , tuées nettes, sans une bavure. Une fois j'ai même convaincu notre Intendant d'investir dans un lot de fourrures de Rat des Neiges. Le marin s'esclaffa à ce bon souvenir. Nous les avons revendus une fortune aux bourgeoises d'Ys et d'Orën, en prétendant qu'il s'agissait de mouffettes rares, venant du Grand Froid ! Se gaussant, il envoya une claque complice sur l'épaule de Baldrik , visant difficilement entre ses cicatrices. Vous dont les terres avoisinent la Djevelens Tenner, connaissez comme moi ces saletés de Rats des Neiges, affreusement laids avec leurs longues griffes, leur museau éclaté et leurs yeux aveugles. On en ferait même pas un ragoût !

Il ne savait quoi penser de ce monologue de banalités, était-ce vraiment judicieux ? Baldrik , avec ses balafres fraîches et son air renfrogné avait-il vraiment envie de parler du pays ? D'ailleurs, s'il était ici, c'est donc qu'il avait renoncé (de plein gré?) aux « terres » en question. L'Aspirant jugea qu'il serait plus sage d'attendre la réaction ducale avant de s'enfoncer trop loin.

     





Dernière édition par Sasha El'Tiwas le Mer 10 Juin 2015 - 13:37; édité 1 fois
Baldrik Corbeciel
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2014
Messages: 32
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 21
Race: Humain
Maître: Aléiya d'Elvrydden (
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 5 Aoû 2014 - 03:08 Répondre en citantRevenir en haut

Il voyait un certain trouble sur le visage du marin. Décidé à se montrer un peu plus sympathique il lui offrit un léger sourire affable pour que celui-ci se mette plus à l'aise, comme s'il ne l'était pas assez. Et rapidement celui-ci retrouva son goût à la parole, celles-ci se déversant sans mal de ses lèvres tandis qu'il lui expliquait son ancienne... ''profession''. Il opina brièvement du chef lorsque celui-ci fit mention de ses cicatrices et de ce qu'elles lui remettaient en mémoire ; voilà de nobles paroles sorties de la bouche d'un ancien pirate, car pour Baldrik boucanier était surtout un synonyme de cette ''profession'', il n'en fit cependant pas mention, préférant ne pas s'attirer l'ire de chaque personne en ces lieux.

Que cette vie soit du passé pour lui tant mieux ! Il était maintenant un aspirant du Kaerl Englouti tout comme lui et Baldrik se mit à coeur de graver ces mots dans son esprit. Il devait apprendre à faire fît du passé des autres et à les apprécier tels qu'ils étaient. Une idée germa dans son esprit et il la garda de côté, il devait avant voir quel genre d'homme était face à lui avant de hurler sur tout les toits son projet...


Son sourcil s'haussa d'étonnement ; L'homme connaissait son Duché et le prouvait de par ses paroles : les marchandises achetées et revendues étaient bels et bien des produits qu'ils exportaient le plus possible au vu des mines de métaux précieux inaccessibles pour Corbeciel. Celles-ci se trouvaient en effet plus au sud dans la couronne d'Ysvar et les taxes exorbitantes que leur avaient imposés les Cerfbois pour faire transiter leurs marchandises jusqu'aux ports avait fait naitre une certaine contrebande dans les terres du Duc. Contrebande qu'il avait au final invitée à venir chez lui et croître ; au moins ceux-ci avaient rapporté de l'argent au Duché pour le faire croître, que les Cerfbois aillent se faire foutre.

« Vous connaissez donc mes terres ! Je suis content de voir quelqu'un du pays ! » son sourire s'élargit pour devenir vrai, le genre de sourire qui étaient bien rares sur son visage. Baldrik avait beau être un homme honnête il se voilait souvent dans des expressions de convenance, non pas par couardise ou hypocrisie mais surtout pour le bien de tous. Sa voix venait de prendre une teinte plus amicale, les syllabes moins hachées de son statu de Duc laissèrent place à celles de l'homme, plus douces. « Et vous avez bien fait de les vendre comme tel ! Après tout ont-ils les mêmes chez eux ? Alors disons qu'elles étaient bel et bien des mouffettes du Grand Froid ! »

Il s'esclaffa honnêtement, la claque sur l'épaule réveillant un hématome mais la joie de voir un compatriote, même lointain, lui faisait si chaud au coeur qu'il passa outre. Sa bouche grande ouverte sur un rire franc et amical, il s'imaginait les bourgeoises habillées de furettes et se gaussant d'avoir acheté des produits de luxe. Il était vrai que celles-ci valaient de bonnes pièces mais en tant que marchandises rares ? Ils devaient avoir fait un profit monstrueux ! L'une de ses mains vint contre son estomac et il toussa, le rire avait réveillé bien des douleurs dans sa cage thoracique et il se mit en tête de les faire passer en se tapotant le ventre. Après quelques secondes il releva la tête, toussotant encore quelque peu mais écoutant la question du marin en faisant l'impasse sur ses douleurs.

« Les rats des neiges... » son sourcil non paralysé se fronça légèrement, non pas de colère quant-à la question mais plutôt face au souvenir de ces sales créatures. « Peste soit de ces bêtes de Kaziel, deux ans avant que je ne soit... contraint à venir en ces lieux ces créatures ont été prises d'un coup de folie et s'en sont prise à un village frontalier à la Djevelens tenner. Ces maudites bêtes ont tué des nourrissons et causé une épidémie, trois semaines nous les avons traquées avec les chiens pour toutes les tuer. Selon les guérisseurs locaux elles étaient atteintes de rage... » il se détendit légèrement, souriant en coin avant de continuer. « en même temps avec une telle gueule moi aussi je serai enragé ! » Et il reparti d'un grand rire, en se tenant les côtes.



Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 113
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 50
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 7 Aoû 2014 - 18:27 Répondre en citantRevenir en haut

L'ancien marin eut un petit sourire. A aucun moment, il n'avait explicitement avoué au Duc être originaire d'Undomë, seulement d'en avoir commercé les marchandises... mais le borgne avait visé juste. Les enfants d'Undomë étaient de toute manière réputés pour se reconnaitre entre eux. Baldrik avait dû supposer qu'un marin connaissant la faune montagnarde Orionne ne pouvait qu'avoir grandi dans le coin. Les Dieux m'en préservent ! songea-t-il furtivement, un frisson lui courant sur l'échine. Je n'ose imaginer quel genre de Sasha j'aurais pu être si j'étais né homme dans cette société matriarcale du Grand Froid, brrrr... Il y avait une autre possibilité : peut-être...avait-il pris l'accent Oriental au terme de ces interminables trois années passées dans la Djevelens. Cette pensée lui donna tout d'abord une folle envie de se laver la langue à grande eau mais le rire caverneux de son confrère l'en distrait et lui redonna du baume au cœur.

Le Duc, qui devisait maintenant en confiance avec lui, ne devait pas être homme à rire souvent. L'étrange torsion de son visage et de sa bouche relevaient plutôt du rictus, et alors qu'il se tenait les côtes en s'esclaffant, on l'aurait dit plié sous la douleur d'une blessure, ce qui n'était après tout pas impossible, cela devait tirer sur ses cicatrices...

- Tout de même , c'est chose étrange de se gausser après avoir parlé d'une épidémie ayant tué des nourrissons... Ce type est du genre à rire jaune on dirait.

Fidèle à lui-même, Sasha se contenta d'assimiler placidement ce fait, sans émettre de jugement de valeur. Si l'on en croyait les indices jalonnant leur échange, le Duc de Corbeciel avait été "forcé" de quitter ses fonctions et cela s'était sans doute déroulé avec pertes et fracas, à en juger par la fraîcheur des meurtrissures couturant son corps. Qui sait par quoi le Chevalier en devenir était passé pour être ainsi ? Les rumeurs entendues en Clairciel le disaient austère, inflexible... Mais le Septon ne voyait ici qu'un homme simple, blessé en son âme et corps, cherchant à deviser simplement avec son égal...sans doute pour oublier des souvenirs fort déplaisants. Il sentit naître pour ce Duc déchu une forme de sympathie étrange, mêlée de compassion et de curiosité un peu malsaine. Il décida néanmoins de se tempérer pour l'instant et de pas insister sur les raisons ayant forcé Baldrik à abandonner ses fonctions. Bien qu'il n'ait aucun intérêt pour les hommes, l'intrépide Aspirant ne pouvait s'empêcher de comparer le début d'une camaraderie comme celle-ci à un premier rendez-vous avec une charmante. Sasha savait fort bien que s'il voulait la belle dans son lit, il ne fallait pas la brusquer, la laisser parler d'elle sans soulever de sujets délicats ou déplacés, trouver des points d'intérêts communs. Même schéma pour Baldrik, sauf qu'il était ici question d'enclencher et une amitié et non de l'amener dans sa couche, heureusement d'ailleurs !

Et puis, est-ce vraiment important de savoir ce qui s'est passé au désormais lointain Duché de Corbeciel ? J'ai décidé d'envoyer l'Orient au Diable dès que j'en suis parti et qui sait si je reverrais jamais Undomë un jour ? Cette pensée lui serra étrangement le cœur, il avait beau essayer de se convaincre que plus rien ne l'y attachait, c'était pertinemment faux et il le savait. Nouvelle vie, nouveau Royaume, fais-toi à cette idée mon vieux !

Pour tromper sa lassitude, il immergea son corps jusqu'au menton et se concentra sur la douce moiteur détendant ses muscles. Ils étaient désormais seuls dans les bains et un silence feutré, teinté d'une lumière laiteuse filtrant à travers le dôme, les nimbait. Après quelques secondes de silence à écouter le gargouillement relaxant de l'eau, Sasha raviva la conversation :

- Vous êtes un homme surprenant, Baldrik. Au fil de mes voyages, il m'a été donné de rencontrer nombre de représentants de la ... Il chercha les bons mots pour ne point froisser l'égo du Duc déchu...de la "petite noblesse" tels que vous. Selon les ports où nous avons mouillé, nous avons croisé tantôt d'arrogants bâtards de quelque Roi cherchant à assouvir leur frustration en exerçant un règne tyrannique sur leurs petites gens, tantôt de modestes nobliauds autrefois paragons de Chevalerie et désormais vieillards paisibles et bedonnants. Ses yeux aigue-marine se posèrent avec malice sur son camarade borgne. Mais jamais je n'ai rencontré de Duc daignant accompagner ses hommes dans une...battue aux Rats. Le Septon eut un petit rire qu'il noya en immergeant sa bouche taquine l'espace d'un instant. Puis il réalisa que ses paroles pouvaient paraître versatiles, comme d'habitude. Ne vous méprenez point, je ne mets pas votre témoignage en doute. Vous semblez fidèle au peu que je sais de Baldrik, Duc de Corbeciel, et je vous crois... J'ai vécu trois ans avec une des communautés les plus sauvages et reculées de la Djevelens, les Bjàrnðsnjár. Peut-être en avez-vous entendu parler, bien que leurs terres se situent nettement plus au Sud que les vôtres. Quoiqu'il en soit, je connais la mentalité Orionne des Grands Froids et l'humilité de leurs Chefs. Il serait de toute manière inutile de chercher à démêler le vrai du faux ici, n'est-ce pas ? Il leva son bras trempé en direction du plafond voûté, serti d'une mosaïque céruléenne se déclinant en motifs complexes. Vous doutiez-vous un instant que pareil endroit existait ? Que vous seriez appelé à gagner d'autres titres de noblesses et de Chevalerie ? A être lié à un... Drakan ? conclut-t-il avec emphase, choisissant l’appellation commune des Undoméens pour cette créature fantastique. C'était d'ailleurs un bon sujet pour repartir sur des bases de conversations neutres, libérées de leurs passés respectifs. A ce sujet, vous m'avez dit être bientôt convoqué pour l'Empreinte... Comment vous sentez-vous ? Je ne fais que commencer mon Aspiranat mais j'ai pour ce ...Rituel une curiosité dévorante.

 



Baldrik Corbeciel
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2014
Messages: 32
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 21
Race: Humain
Maître: Aléiya d'Elvrydden (
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Jeu 18 Sep 2014 - 08:45 Répondre en citantRevenir en haut

Le dit Sasha lui était sympathique. Cet homme était quelqu'un qui avait vécu à la dure et non pas grassement dans une maison chaude avec couvertures de soie et femme à ses côtés. Non pas que Baldrik eu quelque chose contre ce genre de personnes, il ne faut pas se méprendre à ce sujet, juste qu'il lui était plus aisé de se montrer amical envers des gens qui eux aussi avaient eu la vie difficile.

Orphelins et mendiants étaient tous frères de misère, d'accord il n'était ni l'un ni l'autre mais l'adage fonctionnait quand même. Il inclina légèrement le chef à la mention ''d'homme surprenant'' non sans sourire mais tout de même flatté que celui-ci l'affuble comme cela de tels mots. Baldrik cachait ses plaies sous un comportement rappelant sans mal les portraits mal dégrossis que l'on faisait de lui ; le soudard, le noble de basse classe.

“Bah la plupart des autres nobles n'ont pas comprit quel était leur devoir. Celui de Duc est de protéger mon peuple, qu'importe la façon de le faire, que cela soit en chassant des rats ou en émasculant des violeurs.”

Dans son esprit il sut avoir possiblement commi un petit impair avec cette dernière révélation. Corbeciel n'était pas réputée tendre pour les criminels et son Duc encore moins, la mention de l'émasculation avait beau être vraie elle pouvait mettre mal à l'aise certaines personnes. Non pas qu'il appréciait de faire cela, grand Ouranos non : ça le dégoutait au plus haut point, mais c'était la loi et il aimait la loi de tout son être.

Son sourcil valide se fronça légèrement à la mention d'une des peuplades sauvage de la Djevelens, oui il les connaissait. Une partie d'entre eux continuait depuis des générations de mener une guerre de guérilla au sud de Corbeciel et il en avait souvent eu plein les basques de ces maudits. Mais soit, le dit Sasha ne lui était en rien un ennemi, ici il était un parent d'Undòmë.

“Oui je connais les Bjàrnðsnjár ainsi que leurs parents éloignés portant le même nom qui sév... se trouvent au sud de chez moi. Hélas ceux-ci n'ont jamais voulu entrer pleinement dans le Duché, ils se content de vivre au sud de chez moi.”


Il avait presque fait mention des rebelles. Baldrik s'était rattrappé de peu, son esprit légèrement embrumé par les quelques décoctions qu'on le forçait à ingurgiter n'était pas des plus clairs. Mentalement il se maudit et se dit de se reprendre pour ne pas perdre la main ; après l'émasculation il n'allait tout de même pas se mettre à parler de guerre non ? Ce ne faisait pas bon genre et finirait de marquer un point final dans la case réputation de boeuf bagarreur.

Le sujet revint à des choses plus directes ; le Kaerl, les Drakans; il avait d'ailleurs sourit en entendant ce terme; leur avenir en ces lieux. Son visage redevint plus sérieux un moment, montrant sans mal qu'il réfléchissait à la question qui était vaste sans l'être.

“Non non, je suis bien loin de passer leur Empreinte, c'était de l'humour. Je suis comme vous un tout nouveau venu malgré mes airs de vieillot. Pour me montrer totalement honnête une personne qui m'aurait parlé de tout ceci au pays je lui aurait ris au nez. Mais maintenant que je suis ici... avec tout ça autour...”

Il regarda passer des poissons de son oeil unique, son esprit encore bien trop choqué par tout ceci pour qu'il réalise pleinement qu'au final il se trouvait bien des mètres sous l'océan. Les Drakans, un ordre draconique ancien, un don unique présent en chaque membres capables de se lier...

“Non je ne m'en doutait nullement. J'ai toujours été homme à ne pas croire aux fables et me trouver ici dans un lieu empreint d'un si grand mystère me désarçonne quelque peu. Quant-à vous, Sasha, le fait de vous trouver ici ne vous est-il pas tout aussi étrange ? Après tout marin se doit de rester au dessus des flots non ?”

Petite blagounette, elle passait ou cassait, mais son regard légèrement pétillant laissait voir que ce n'était en rien une attaque ou une pique quelconque. Une tentative de dédramatiser la situation dirons-nous.



Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 113
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 50
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Ven 24 Oct 2014 - 12:31 Répondre en citantRevenir en haut

Sasha eût un petit sourire en coin lorsque la sévérité du Sieur Corbeciel pointa sous sa bonhommie apparente. L'homme était visiblement du genre à diriger son duché d'une main juste mais intransigeante et quelque part, cela valait mieux dans ces contrées froides et isolées, où la survie du plus fort pousse parfois les hommes dans leurs plus terribles retranchements.

Que les Bjàrnðsnjár et leurs cousins Barbares soient une épine dans le...pied (pour rester poli) du Duc ne l'étonnait guère. Ayant vécu parmi ces peuplades aux fortes traditions ancestrales, à commencer par le maintien et la garde de leurs territoires de chasse et d'exploitation minière, le Septon savait combien il était pénible d'être leur voisin. La tribu qui avait adopté sa petite famille n'était pas réputée pour être belliqueuse mais le moindre incident diplomatique pouvait aisément déclencher conflits et tensions avec les royaumes voisins. Le Duché de Corbeciel, à son souvenir, n'entrait pas dans la liste noire des Bjàrnðsnjár. Du temps de son règne, Baldrik avait sans doute eût l'intelligence de se tenir à distance respectueuse et de maintenir entre eux une cohabitation neutre.

- Tant mieux... Le marin eût un soudain frisson sur l'échine, malgré la chaleur réconfortante de l'eau. Ces sauvages se battent avec des lances, des arcs et des glaives rudimentaires, ils ne feraient pas le poids. L'espace d'un instant, il vit le corps de Layla étendu dans la neige, son regard vitreux tourné vers le ciel cotonneux, une tâche écarlate fleurissant sous elle. Il frissonna et s'immergea de plus belle dans le bassin. Les "Femmes-Fortes" comme ma soeur apprennent à tenir une lance dès 14 ans...Ces maudits l'enverraient en première ligne si une guerre éclatait, au nom d'une prétendue destinée établie par des Dieux factices... Quelle ignominie !

Fort heureusement, le Duc déchu avait changé de sujet. On parlait maintenant du Kaërl, et de leurs impensables destinées liées à l'endroit. Contrairement a ce qu'il avait d'abord pensé, Sasha appris que Baldrik était également nouveau en ces lieux. Il s'en sentit rasséréné, en faire un franc camarade n'en serait que plus facile.
Songer à cette nouvelle vie loin de tout ce qu'il avait connu et appris avait quelque chose de salvateur en cet instant, même si cela ressemblait fortement à une fuite en avant, exercice dont le marin était coutumier. A la question de son voisin, il renversa de nouveau la tête pour contempler la voûte décorée et eût un petit rire sourd.

- Vous savez Baldrik, j'ai intégré la vie marine assez tardivement, mais j'ai vite compris que les marins , les vrais...ceux qui sont nés avec un bout en main, sont des gens extrêmement superstitieux. J'avais entendu toutes sortes de choses sur les tréfonds de l'eau, de la créature marine qui charme par son chant et entraîne les pauvres diables dans les profondeurs, aux cités atlantes peuplées d'hommes-poissons...Mais jamais, ô grand jamais je ne m'étais imaginé chose pareille. Il parcourut de nouveau les bains du regard, s'attardant sur les fresques murales décorées de dragons d'Argent et de Nacre. Quand je pense que tout cela à été bâti par un ancien peuple de Sages montant des Dragons...Disparu il y a des siècles, nos ancêtres semblerait-il... Sasha eût pour Baldrik un regard complice et goguenard. Cela ne ressemble-t-il pas aux fables de comptoir que fomentent les pauvres hères imbibés, lorsqu'ils ont les dents du fond qui baignent ?! HAHAHA !

Le rire fusa et rebondit sur les parois carrelées des bains déserts, troublant l'ambiance vaporeuse et feutrée de l'endroit. Parler de comptoir et de badauds enivrés avait remis de l'entrain au cœur du marin , qui commençait à se lasser de baigner dans cette soupe chaude. La nuit était déjà bien avancée mais le Duc un peu roide ne semblait pas du genre à s'égayer avec quelque jolie donzelle ou une pinte bien fraîche. Néanmoins , l'intrépide Sasha sentait l'envie d'embarquer ce nouveau compère dans une autre aventure. Que faire ? ...Après quelques secondes de réflexion, un compromis lui vint en tête

- Si vous êtes nouveau ici, vous n'avez sans doute guère eu le temps de visiter les tréfonds du Kaërl, si ? Je m'y attèle depuis quelques jours déjà, et les Bains Céruléens étant désormais dûment testés et approuvés, je vous propose une petite ballade nocturne. Il repassa mentalement en revue la carte du Kaërl confiée par sa Maîtresse, que son sens de l'orientation de Chasseur avait assimilé en quelques instants. Il y a bien ce lieu à l'Est de l'Agora, l'Allée des Idoles, que je n'ai pas encore visité. Souhaiteriez-vous m'y accompagner ? A moins que l'eau chaude vous ai trop ramolli...tança-t-il avec un sourire narquois. Allez, ce pourrait-être amusant ! insista-t-il, enthousiaste, sans prendre la peine de se demander ce qui pouvait bien amuser un Duc Déchu et blessé. Il paraît que l'endroit est charmant et se prête aux déambulations tardives !   



Baldrik Corbeciel
Aspirant(e)

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2014
Messages: 32
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 21
Race: Humain
Maître: Aléiya d'Elvrydden (
Alignement perso: Loyal Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mar 19 Mai 2015 - 14:11 Répondre en citantRevenir en haut

Il appréciait ce gaillard. Certes Baldrik n’était pas du genre à se lier facilement d’amitié aussi ne poussa t-il pas le vice jusqu’à sentir un véritable sentiment d’attachement amical avec le marin mais il fallait le dire : celui-ci arrivait à vous faire oublier l’étrangeté de la situation par son phrasé et son langage corporel.

Il opina légèrement du chef lorsque celui-ci lui dit que lui non plus n’aurait jamais imaginé tel endroit possible, l’enjoignant silencieusement à continuer sur sa lancée. Et puis petit à petit l’un de ses sourcils se haussa, lentement, à la mention de sage, montant des dragons et bâtissant une cité fantastique sous les flots. Le regard de Sasha prévenait déjà à l’éclat qui suivit aussi se mit-il à rire lui aussi, cessant un peu de porter son costume de Duc pour ne porter que celui de l’homme, sa bouche s’ouvrit grand et laissa échapper un grand rire.

« J’avoue ne pas encore avoir eu le plaisir de visiter cet endroit. À part ce qui est de l’infirmerie bien entendu. »

Il réfléchit quelques instants aux dires de Sasha, c’était tentant, vraiment tentant mais si il se sauvait comme cela de l’infirmerie sans dires mots il aurait peut-être des problèmes et… et puis zut ! Il tapa dans ses mains, faisant écho comme un unique applaudissement de prise de décision et se leva en grognant.
« Je propose tout de même que nous remettions des vêtements. Je ne sais s’il est bien vu de se promener nu ici. »
Il fixait le marin de son œil unique, le visage grave, sérieux au possible, l’œil fixe et d’acier. On devinait sans mal que cet homme en avait commandé d’autres et était rompu à ce genre de figure. Il laissa en suspens quelques secondes avant de se fendre d’un grand sourire amusé et se mit à claudiquer vers ses braies de blessé.

« Le nom ‘’Allée des Idoles’’ laisse à penser à un endroit soit somptueux soit horriblement malsain et empreint de superstition. Si jamais ils sacrifient les gens là-bas… faites au moins mine de m’aider à courir pendant quelques secondes avant de m’abandonner. »

Rire monosyllabique tandis qu’il passait avec une certaine difficulté, mais gardant contenance, ses braies. Lorsque ceci fut fait, d’une main il serra la ceinture et opina du chef avant de passer une main dans ses cheveux qui avaient poussés depuis le temps sans pour autant être spécialement longs.

] Toutes mes excuses pour le temps de réponse



Sasha El'Tiwas
Candidat(e) à l'Empreinte

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2014
Messages: 113
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 50
Race: Humain
Maître: Maury Shyph (PNJ)
Affiliation: Apolitique
Alignement perso: Chaotique Neutre
Ordre Draconique: Neutre

MessagePosté le: Mer 27 Mai 2015 - 13:29 Répondre en citantRevenir en haut

Sasha commençait à s’habituer à l’humour « pince-sans-rire » de son nouveau compagnon. Il était de toute manière bon public quant il s’agissait d’humour (les marins ne donnent guère dans la boutade fine) et partit d’un rire franc lorsque Baldrik évoqua l’idée d’une ballade cul à l’air au milieu des autels sacrificiels.    
 
   
- Vous savez, ce n’est qu’une simple promenade bordée de massifs et de statues. Quoiqu’on en dise, cette cité sous-marine s’évertue à nous faire penser que nous évoluons dans un environnement banal ! Son sourire jeta un éclat ivoirin dans la pénombre couvrant les bassins. Mais je suis ravi que vous adhériez à mon projet, mon cher Duc. J’ai le cœur aventureux et l’âme impudente, rares sont ceux qui acceptent de me suivre dans mes entreprises. Gageons qu’il s’agira d’une simple ballade nocturne entre amis !     
     
L’Aspirant avait tenu ces derniers propos sans y croire une seconde. Depuis son arrivée miraculeuse, il avait vécu tant de situations improbables et d’évènements singuliers que même son ancien quotidien de marin-ès-boucanier semblait ennuyeux. Tol Orëa, la Terre de Tous Les Possibles… Enfant, il n’aurait rêvé mieux que cette vie d’aventures où le hasard est seul maître du Destin. Se lever tous les matins en songeant que rien n’est écrit et voir s’ouvrir devant soi un horizon de découvertes, d’opportunités qui ne demandent qu’à être saisies !     
     
Sasha se répétait chaque jour que c’était ce genre de vie qu’il avait toujours recherché…mais il ne parvenait pas à se défaire de l’absence mordante des êtres aimés. Depuis sa rencontre avec Mikaal – cela fait presque vingt ans maintenant...Que le temps passe vite ! – il savait que l’Aventure n’était que plus belle et plus vivante lorsqu’on la partageait avec ceux qui en avaient le goût. Et malgré ses airs froids et ducaux, Baldrik Corbeciel semblait être de ceux qui s’ennuient si leurs journées ne sont pas marquées par l’extra-ordinaire.     
     
Quelle ruine…Me voilà devenu un être social désormais. songea-t-il alors qu’ils se dirigeaient tout deux vers les vestiaires, laissant derrière eux un sillage d’empreintes mouillées. Il fut un temps où je n’avais guère besoin de compagnie pour tromper cette solitude quotidienne, la vie de nomade ne m’a point tourné en animal grégaire…Mais celle de boucanier, si. Un beau paradoxe !     
     
Lorsqu’ils furent vêtus comme il se doit, ils quittèrent les Bains. L’Ondin Mani'el Vas'linë était toujours à son poste derrière le comptoir de marbre poli, il lança dans leur dos un adieu presque trop enthousiaste :    
     
J’espère que vous avez apprécié votre détente parmi nous, messieurs ! Si vous êtes plutôt des « oiseaux de nuit », sachez que nous organisons aussi des baignades nocturnes jusqu’à l’aube certains soirs de semaine. Le pack  « massages » est compris dedans ! lança-t-il alors que les gaillards accéléraient le pas pour échapper à cette infatigable réclame commerciale sur pattes.     
     
L’air au dehors était frais, parfumé, délicatement nimbé de cette nuit argentée typique du Kaërl. Les yeux de Sasha brillaient comme ceux d’un félin dans la pénombre. Il extrait de sa poche une tabatière de vieux cuir, achetée sous le manteau à un colporteur de l’Agora. Fumer était une mauvaise habitude lui venant du milieu marin, mais il estimait que c’était toujours plus élégant que de chiquer le tabac et cracher de gros glaviots noirs aux pieds des gens, comme le faisaient les Chiens de Mer.     
     
- Ca vous tente ? demanda-t-il à Baldrik après s’être planté une mince cigarette entre les lèvres. Servez-vous.     
     
Il lui paraissait peu probable que l’athlétique-ducal-guerrier Baldrik de Corbeciel soit le genre à s’adonner à ce genre de vice, mais cela relançait la conversation. L’Allée des Idoles commençait à se dessiner dans l’ombre. Tout semblait calme    
     
     
Pas de soucis pour le délai !  Clin d'Oeil Je te propose, comme évoqué tantôt, de relancer le RP à dans le topic ad-hoc (l’Allée des Idoles, donc)  quand tu en auras le temps et l’envie. Tu peux bien sûr clôturer cet échange là si tu souhaites faire intervenir Baldrik une dernière fois. Je reste à ta disposition par mp si tu souhaites discuter de nos prochaines aventures ! ^^  
   
     



Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:30 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu