Playlist Tol Orëanéene Carte du Monde Index du Forum
Connexion •  Se connecter pour vérifier ses messages privés •  S’enregistrer
 
 [RP] D'écailles et d'esprit Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
Yong'Wu Zenghwei
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2012
Messages: 331
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 143
Race: Torhil
Âme Soeur: Nushi
Fonction: Haut-Représentant
Affiliation: Clan Valherien
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Lun 21 Juil 2014 - 14:26 Répondre en citantRevenir en haut

Vers la fin de Gaïaku 918


Erebus Lukas & Eidolon


Ils avaient touchés aux armes, ils avaient touchés aux livres. Il restait maintenant l'un des points les plus importants, ou tout du moins l'un des deux points les plus essentiels pour avoir l'autorisation de se Lier. Les dragons en eux même et le vol. Erebus savait, d'expérience, que le mieux était toujours de découper cette partie en deux sujets bien distincts, en deux cours bien différents mais complémentaires ; l'un demandant une interaction physique et l'autre cherchant à affiner l'esprit.

Le vol et la connaissance, l'action et la compréhension. Le soleil se levait, Erebus donnait toujours cours au matin pour laisser l'après midi ou la soirée, selon la longueur du cour, de libre à ses aspirants. Une période de repos aidait bien souvent les aspirants à mieux comprendre les choses mais surtout à être plus détendus, tandis qu'un entraînement intensif vidait leur esprit de toute logique, n'en faisant que des automates.


Il s'était levé bien avant le soleil, se préparant pour cette journée. Tout d'abord se laver comme toujours, manger solidement, s'habiller et puis rejoindre les lieux. Méthodique comme toujours, Erebus prenait son temps pour faire les choses mais au moins il les faisait bien. Aujourd'hui il allait se concentrer sur la théorie ; son aspirant était plus un penseur qu'un acteur, du moins à ce qu'il avait vu. Mais au moins celui-ci progressait-il, petit à petit, sur la voie des armes car chaque jour avait son enseignement et son entraînement.

Erebus avait beau ne pas avoir une garde-robe conséquente il possédait tout de même quelques habits, son habillement toujours dicté par les tâches il attendait donc au Valarëa engoncé dans des vêtements chauds et simples. Mitaines brunes et bottes hautes de la même couleur, toutes deux de cuir, un épais pantalon de toile grise et une tunique de la même couleur. Sur ses épaules se trouvait un long manteau en mouton visant à garder son corps au chaud, les matinées étaient encore bien fraîches.

° Que penses-tu de notre ami ? Devrions-nous accélérer le rythme de ses divers entraînements ou il est sur la bonne voie ? °

Le grand dragon tourna sa lourde tête vers son Lié avant de reposer celui-ci sur le ciel. Il semblait implorer que les rayons du soleil viennent sur ses écailles pour le réchauffer, Eidolon comme tout les siens détestait le froid qui le rendait lent autant en réflexion que physiquement. Il ouvrit légèrement les ailes pour couvrir les côtés de son corps et empêcher l'air de passer sur son ventre, enroulant sa queue autour de son côté droit.

°Il est sur la bonne voie. Certes il ne sera jamais un combattant mais nous avons aussi besoin de gens à l'arrière en cas de conflit ; médecins, scribes, penseurs, tacticiens, historiens et j'en passe. Tu as bien vu la grande guerre ; Sans les logisticiens et les diplomates nous n'aurions jamais pu écraser les Ardents. °

Le maître Lukas opina du chef tandis qu'au loin maints nuages annonçaient une pluie qui ne tarderait plus à venir. Il observa, admiratif, un moment les rayons dorés du soleil venant éclairer la chape nuageuse pour lui donner une teinte divine ; d'un or mêlé de gris sombre. Il repensa un moment à sa vie en Ys, ce ciel était si semblable à celui de son ancienne existence...

Mais il ne regrettait rien. Il se leva du banc de pierre blanche et vint poser une main sur les fraiches écailles d'Eidolon, fronçant légèrement les sourcils. Le brun avait vraiment froid, peu étonnant pour un être dont la température dépendait de la chaleur, aussi retira t-il son manteau pour le passer sur le cou du saurien.

° Il ne devrait plus tarder. Si jamais le temps ne s'améliore pas nous ferons ce cour en intérieur. Les leçons de vol seront pour une autre fois, je ne tiens pas à retrouver un bloc de glace derrière moi. °

Il tapota les écailles du dragon avec un léger sourire compatissant avant de faire quelques pas, soufflant dans ses paumes pour se réchauffer les doigts. Comme à l'habitude ces derniers temps il avait envoyé un messager chercher son aspirant pour lui dire que son maître l'attendait au Valarëa. Lorsque tout le panel de cours aura été fait il lui donnerait un horaire histoire d'éviter de réquisitionner des gens à chaque fois.

Son regard se porta sur l'entrée du Valarëa et il sourit en coin, voyant la silhouette de l'aspirant approcher. Il leva la main pour le saluer de loin avant de décrocher une gourde de peau de sa ceinture pour boire une bonne gorgée du contenu chaud. Un bon thé vert bien préservé était toujours bienvenu en un tel jour, attendant que celui-ci approche il le salua comme à l'accoutumée avant de lui tendre la dite gourde.

« Pour te réchauffer le corps si tu en as besoin.ce n'est pas de l'alcool ne t'en fais pas. »

Il rangea ensuite la gourde, que l'aspirant l'aie prise et rendue ou refusé le breuvage et se tourna vers le brun, qui frissonnait le cou couvert par le manteau d'Erebus. Le brun fit un signe de tête lent à l'aspirant pour le saluer.

° Bonjour à toi aspirant Im'Awhël, je suis content de te voir.°

Sa voix mentale était traînante, lourde de par la lenteur de son esprit à se focaliser sur quelque chose. Certes il était loin de la mort mais comme tout reptile le manque de chaleur le mettait vite au rythme de l'escargot.

« Nous allons aujourd'hui parler et étudier les dragons. Comme tu peux déjà le remarquer ils ont le sang froid et sont donc dépendants de la chaleur pour vivre ou même se déplacer correctement. Je propose donc que nous rentrions dans l'une des salles pour se mettre à l'abri du froid et que notre ami ici présent puisse t'enseigner de concert avec ma personne. »

Il l'invita d'un geste à entrer dans l'une des larges salles creusées à même la pierre et le suivit. Eidolon marchant d'un pas pesant jusqu'à l'intérieur de celle-ci avant de s'étirer pour dégripper ses articulations. Les murs étaient nus, sans ornements, mais lisses. Les traces des outils ayant servit à excaver ces lieux étaient invisibles, poncées à l'extrême pour donner l'impression d'être à l'intérieur d'une coquille de pierre grise veinée de dépôts de calcaires d'un blanc frappant.

« Tout d'abord, qu'as-tu appris sur les dragons ? Expliques le moi si tu veux bien. »

Il se tenait bien droit tandis qu'il récupérait son manteau pour le repasser par dessus ses vêtements. Le ton était amical, dénué de sévérité et invitait à se sentir à l'aise. A ne pas avoir de gêne pour répondre à la question.





Dernière édition par Yong'Wu Zenghwei le Ven 10 Juil 2015 - 12:27; édité 1 fois
Publicité





MessagePosté le: Lun 21 Juil 2014 - 14:26 Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
Meccaya Im'Awhël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 21 Juil 2014 - 19:02 Répondre en citantRevenir en haut

Meccaya trottinait vers le Valarëa. Ah ! Cette fois, iel savait clairement ce qui l'attendait ! Au premier cours, iel n'en avait eu aucune idée. Au second, iel avait au moins su que ce serait théorique. Mais dans le Valarëa, ah ! Iel savait que son maitre allait lui parler de dragons ! Cela ne pouvait être autrement !
Le pas de mon neishaan était tout sautillant et, sans s'en rendre compte, iel souriait depuis que le garde lui avait annoncé son cours. Sans y avoir jamais été, Meccaya connaissait de nom le Valarëa. Iel l'avait lu, dans ce livre qu'iel avait pu emprunter aux archives et qui traitait des dragons. Son petit coeur d'androgyne faisait des bonds de joie, entre trois côtes et deux poumons, et l'intégralité de ses pensées pouvait se résumer en un mot:

*Dragooon !*

Il y avait tant de sujets que son maitre pouvait aborder qui lui plairaient ! Il pouvait parler de l'anatomie des dragons, de l'histoire des dragons, de leurs pouvoirs, la façon de leur parler, de les soigner, des relations entre Liés... Il pourrait même y passer la journée sans que Meccaya l'interrompe ou témoigne de fatigue/lassitude.
Le neishaan leva le nez vers le ciel. Il était encore très tôt. D'où venait à Erebus cet amour des cours donnés à l'aube, mon aspirant ne pouvait le savoir. Peut-être que son maitre avait trop d'occupations dans la journée pour se permettre d'autres horaires. Mh, oui, c'était comme cela qu'iel l'imaginait. En tout cas, il paraissait au neishaan que ce matin-là était plus frais que les précédents. Des nuages au loin, bien sombres, laissaient imaginer une future pluie. Aussi Meccaya s'était-iel vêtu des habits qui lui avaient permis de voyager. S'ils étaient un peu usés, ils n'en étaient pas moins efficace. Ainsi, iel avaient une cape sombre, sa chemise à gigots, son pantalon noir enfoncé dans ses bottes. Il ne partageait pas le bon goût de son maitre d'un point de vue vestimentaire.

Ah ! C'était donc là, le Valarëa ! Meccaya reconnut immédiatement l'endroit, comme s'iel y avait déjà été. C'était exactement ce qu'en disaient ses lectures, ainsi que ce que le messager lui avait annoncé, après lui avoir indiqué le chemin à prendre. L'endroit appartenait aux dragons, et non pas aux Hommes. Sa taille en était la conséquence. Un moment, Meccaya faillit réellement comprendre comment les dragons voyaient les humains. Ils n'étaient pas négligeables, loin de là, ce n'était pas pour rien qu'ils s'étaient liés. Mais physiquement, c'étaient vraiment de petits êtres. Erebus dut le voir également, quand la silhouette de son aspirant parut. La petite tache blanche et noire qu'était mon neishaan avançait, plus lentement, impressionné et respectueux des lieux, le nez en l'air, à tout observer avec admiration, mais aussi une grande curiosité. Iel tâchait d'ancrer ce qu'iel voyait comme une merveille dans sa mémoire.
Quand enfin iel vit la silhouette de son maitre et celle, couverte d'un petit manteau, d'Eidolon, iel salua ses deux maitres de sa courbette habituelle. Instinctivement, iel s'inquiéta pour Eidolon. Pouvait-on lui demander le contraire ? Meccaya était soigneur dans l'âme, et il était même surprenant que ses recherches ne l'aient pas encore amené sur les soins à prodiguer à son dragon. Avant qu'iel puisse s'enquérir de la santé du dragon, son maitre lui proposa un thé. L'androgyne fit relativement vite la balance entre la fraicheur sur ses joues, le vent frais qui s'infiltrait dans ses habits, et la chaleur de la gourde qu'on lui proposait. Iel l'accepta autant pour réchauffer son ventre que ses mains, et fut ravi de voir qu'Erebus avait deviné qu'iel n'était pas amateur d'alcools.

"- Vous devinez bien."

Iel rendit la gourde, et reçut les salutations d'Eidolon. Oulah, iel n'allait vraiment pas bien. Sa voix était toute molle... Il devait vraiment être malade.

°Mes salutations, maitre Eidolon. Tout va bien..?°

Mais ce fut Erebus qui lui apporta la réponse. Ah, ainsi, tout allait bien, et ce n'était que l'effet du froid. Soit. C'était à la fois rassurant et inquiétant. Rassurant quant à l'état général d'Eidolon, mais inquiétant dans la mesure où, si Meccaya avait lu que les dragons étaient sensibles à la température, iel n'avait pas imaginé que cela soit à ce point. Iel n'imaginait pas que ce soit aussi handicapant. Ainsi, malgré l'annonce d'Erebus, iel resta inquiet pour Eidolon, qu'iel voulait voir en meilleure forme. L'androgyne suivit donc ses maitres à l'intérieur d'une salle. Immense, lisse et nue, par même une petite fioriture de décoration. Le regard du neishaan passa sur les murs, le plafond, puis sur Eidolon qui s'étirait. L'image lui arracha un discret sourire. Quelle belle bête...! Erebus le tira néanmoins de ses pensées, et Meccaya avoua alors:

"- J'ai lu les légendes, à leur sujet. Mais j'ai également emprunté un livre aux archives... Je ne l'ai pas encore fini. Je sais qu'il y a différentes catégories de dragons, souvent classées par couleur. Certains sont plus grands, d'autres plus petits. Tous peuvent voler. Je connais les bases de leur anatomie, je crois... Ils crachent des flammes et communiquent par la pensée avec ceux qui ont le Don. Et j'ai cru comprendre que je devrai me lier avec un dragon, une histoire d'âme soeur..."

Si sa voix avait moins de volume que celle d'Erebus, et s'iel ne sautillait pas dans tous les sens, son enthousiasme était néanmoins palpable, comme lorsque son maitre avait abordé le sujet des livres. Il saurait ainsi qu'encore une fois, le cours lui plaisait. Iel n'osait trop bouger, et avait parlé en regardant Eidolon, lequel le passionnait. C'est-à-dire qu'il était, pour le moment, le dragon que Meccaya voyait le plus souvent d'aussi près, pour ne pas dire le seul.

"- J'ignore, en revanche, s'il existe des règles particulières de politesse pour s'adresser aux dragons..."


Dernière édition par Meccaya Im'Awhël le Jeu 24 Juil 2014 - 15:21; édité 1 fois
Yong'Wu Zenghwei
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2012
Messages: 331
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 143
Race: Torhil
Âme Soeur: Nushi
Fonction: Haut-Représentant
Affiliation: Clan Valherien
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Jeu 24 Juil 2014 - 13:48 Répondre en citantRevenir en haut


Erebus Lukas & Eidolon


Eidolon se réchauffait les sangs à l'intérieur de la caverne, il sentait une vigueur nouvelle lui revenir tandis que son corps reprenait sa mobilité naturelle. Oh certes il avait semblé lent, comme tout reptile il était grippé sans chaleur, mais face à un humain il était tout de même resté vif. Ce qui avait réellement tranché était l'immense différence entre ses mouvements habituels et ceux de ce matin, il détestait la pluie et le froid.

Le brun s'étira les pattes un moment pour dégripper ses articulations avant de secouer sa large tête histoire d'avoir à nouveau la vision claire. Il tourna son regard vers l'aspirant qui lui demandait s'il existait une façon formelle de s'adresser à l'un des membres de l'espèce draconique et il ne pu s'empêcher de sourire mentalement. Un dragon n'avait pas de zygomatiques aussi ses lèvres s'ouvrirent sur les grandes dents du carnivore qu'il était dans une vision menaçante mais ses yeux trahissaient son amusement.

° Certains dragons aiment à entendre un langage fleuri et empreint d'un respect digne de celui que l'on montre à un roi. Moi je m'en moque, tu peux m'appeler Eidolon et me tutoyer, je ne me formalise pas. °

Erebus sourit presque imperceptiblement avant de donner une tape amicale sur le cou du dragon, il avait écouté attentivement les dires de l'aspirant quant-aux différences de couleurs et d'autres détails concernant ces sauriens de légendes.

« Pour faire simple tu possèdes en toi un sang très ancien qui te permet de te Lier avec un Dragon. Ce qu'il faut comprendre là dedans est qu'en fait une partie de ton âme, à ta naissance, t'as été arrachée par Flarmya et celle-ci a été placée en attente pour se trouver dans le corps d'un dragon. Vous êtes deux moitiés d'une même chose. »

Il lança un regard empreint d'une grande affection au dragon brun qui continuait de s'étirer par moments, la grande bête avait une attitude presque féline dans ses mouvements, ce qui contrastait avec sa taille et sa masse. Erebus parti s'adosser à l'un des murs lisses de la caverne avant de reprendre une gorgée de thé. Ce cour allait être donné par Eidolon, après tout il était le premier concerné.

Le grand brun jugea qu'il s'était suffisamment détendu les muscles après quelques instants et il se plaça face à l'aspirant pour le regarder de toute sa hauteur. La présence d'un tel être pouvait être intimidante si l'on ne connaissait pas le tempérament sympathique du dit Dragon. Eidolon était joueur, rieur et ne se formalisait de rien, il semblait par moments plus humain que son Lié.

° Comme tu peux le voir je suis un Dragon Brun. Le plus petit des mâles si l'on fait exception des noirs et blancs qui eux sont bien plus rares. Comme l'a mentionné tout à l'heure mon Lié nous sommes des êtres à sang froid et donc la chaleur est vitale pour nous, pour que nous puissions nous mouvoir et penser sans difficultés. Tu dis connaître les bases de notre anatomie aussi je t'écoute, je suis curieux de voir ce que tu as pu apprendre dans un livre à notre sujet, ne t'en fais pas ; point de moqueries, je me chargerai simplement de rectifier si tu te trompes sur l'un ou l'autre point. °

Il abaissa son museau pour le placer à la même hauteur que l'aspirant histoire de ne pas le troubler. Le souffle du Dragon qui s'échappait par ses naseaux était chaud, sentait le feu mais sans contenir une notion de dangerosité comme bien des dragons aimaient à laisser passer. C'était simplement la façon dont il respirait normalement.





Dernière édition par Yong'Wu Zenghwei le Ven 10 Juil 2015 - 12:27; édité 1 fois
Meccaya Im'Awhël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 25 Juil 2014 - 15:26 Répondre en citantRevenir en haut

En voyant les énormes crocs d'Eidolon se dévoiler, l'aspirant craignit d'avoir prononcé un mot maladroit. Son regard se posa sur Erebus. Avait-il remarqué la taille des crocs de son dragon ? N'allait-il pas agir pour l'empêcher de gober son aspirant comme une vulgaire cacahuète ? Il fallait à l'androgyne entendre la voix d'Eidolon pour remarquer que le dragon n'était qu'amusé, et non pas agacé. Un moment, iel admira ses deux maitres. Ils devaient entretenir un lien vraiment fort pour qu'Erebus ait compris si vite les intentions de son Lié... Enfin, voilà une chose rassurante: Eidolon n'était pas simple à vexer. Au vu de la maladresse dont pouvait parfois faire preuve le neishaan, c'était appréciable. D'autant plus qu'iel ne tenait pas plus que cela à se fâcher avec un dragon pour des soucis de sémantique, par exemple. Surtout avec un dragon aussi grand qu'Eidolon...

Meccaya n'avait encore rien lu au sujet des Valherus. Ce que lui racontait maitre Lukas était tout nouveau pour lui. Alors ainsi, son don venait de son sang ? Iel savait ses parents de noble naissance, mais pas à ce point. Ils ne lui avaient, d'ailleurs, jamais parlé des dragons. L'ignoraient-ils ? Pourquoi lui auraient-ils caché ? Peut-être qu'ils craignaient son départ vers Tol Orëa... Ou peut-être que rien de ce qu'Erebus disait là-dessus n'était vrai. Il n'avait ni démonstration, ni preuve, et Meccaya ne voyait rien dans son enfance ou dans ses ancêtres qui puissent confirmer cette théorie. Mais peut-être que cela était plus complexe qu'il n'y paraissait. Iel savait que l'hérédité pouvait offrir bien des surprises. Peut-être que les archives contenaient de quoi l'éclairer sur ce point, peut-être qu'en interrogeant ses lointains ancêtres iel trouverait où ce sang très ancien a commencé à se perdre, et comment iel s'en est retrouvé pourvu. Il faudrait y penser... Son aspiranat lui donnait tant de choses à penser.
La déesse Flarmya, iel en avait entendu parler, oui. Iel avait même vu quelques-uns de ses temples, mais n'avait jamais compris pourquoi se peiner à honorer la déesse de créatures soit-disant imaginaires. Mais à vrai dire, seule son envie de ne pas se faire houspiller par ses parents sur ses rêveries l'empêchait de porter des offrandes à cette déesse, et le poussait à s'en écarter. Mais naturellement, ici, iel n'avait plus de raison de craindre qu'on lui reproche de trop penser aux dragons. Ainsi iel aurait également à se renseigner sur Flarmya. Par les dieux, iel avait encore tant à apprendre...
L'idée que les dragons soit l'autre partie de leur âme lui plaisait beaucoup. Une jolie histoire, à laquelle iel avait envie de croire. Cela aurait expliqué bien des choses, pour lui. Tout ce temps passé à observer des illustrations avec des dragons, cette jalousie par rapport aux personnages des romans, qui avaient la chance d'en croiser... Quelque part, oui, iel aurait dû se douter qu'un dragon manquait à sa vie, iel avait tous les éléments pour le comprendre. Mais... À quoi bon savoir cela, si les dragons n'avaient pas existé ? Iel aurait tout juste su qu'iel ne serait jamais heureux. C'était une chance que Dara l'ait trouvé, sur la plage. Une vraie chance...

Le neishaan observa son maitre. Par Flarmya, le lien entre lui et Eidolon était presque palpable. Meccaya se sentit un moment très jaloux, et très impatient aussi, de retrouver l'autre moitié de son âme. Maitre Lukas s'écarta, ensuite. Dans son attitude, l'androgyne crut comprendre qu'il ne l'incitait pas à le suivre, et le laissait seul avec Eidolon. Ce dernier d'ailleurs vint face à lui, et Mecca' dut pencher la tête en arrière pour le regarder dans les yeux/le museau. Impressionné, un peu mal à l'aise. Iel n'était pas encore totalement habitué aux dragons, et peinait à se comporter avec eux comme avec des humains, moins dangereux. Eidolon n'était pourtant que gentillesse, et iel lui donna les instructions, en tâchant de mettre le neishaan à l'aise. Il faisait bien. Meccaya craignait de se tromper, et était assez sensible à la honte, dans ces moments-là. Le souffle du dragon sur son visage lui redonna pourtant un peu de courage. Meccaya hésita à ne parler qu'au dragon, ce qui lui évitait au moins de se ridiculiser devant maitre Erebus... Mais l'empêchait également de le juger, ce qui devait être son job en tant que maitre. Du moins, Mecca l'imaginait ainsu. Alors iel commença, à voix haute.

"- Vous avez plusieurs paupières..." Sa proximité avec la tête d'Eidolon le lui avait rappelé. Iel n'avait encore rien lu, par contre, sur les différentes couleurs des yeux des dragons, et imaginait que la teinte actuelle des yeux de son maitre dragon était celle qui resterait tout le temps. "Là", continua-t-iel en montrant d'une main l'une des crêtes à cheval entre le cou et le dos d'Eidolon, "C'est là où les Doués peuvent s'assoir pour voler avec vous..." Pas exactement, iel s'était trompé, à une crête près. Pour sa défense, le livre n'avait pas de schéma de ce passage. "Vous avez cinq doigts, comme nous, avec des griffes. Vous pouvez aussi attraper des objets avec votre queue, il me semble... Maitre Eidolon ? Mangez-vous exclusivement de la viande , ou tolérez-vous certains fruits ?" Iel venait d'imaginer Eidolon se saisir d'un fruit avec sa queue. L'image l'amusait, mais iel doutait de sa véracité. Les dragons avaient l'air carnivores. Iel ne s'était plus déplacé, était au niveau de l'épaule d'Eidolon, et avait montré tour à tour chacun des éléments qu'iel évoquait. Sur sa dernière question, iel s'était néanmoins tourné vers le visage du dragon.
Yong'Wu Zenghwei
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2012
Messages: 331
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 143
Race: Torhil
Âme Soeur: Nushi
Fonction: Haut-Représentant
Affiliation: Clan Valherien
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Jeu 31 Juil 2014 - 17:43 Répondre en citantRevenir en haut


Erebus Lukas & Eidolon


Les yeux du dragon oscillaient entre le vert et le bleu tandis qu'il écoutait l'aspirant énoncer le peu qu'il savait au sujet de son espèce. Il y avait tant à apprendre pour un bipède et si peu de temps pour le lui enseigner. Eidolon se fit la promesse d'aider au mieux de ses capacités le jeune androgyne sur la voie de la connaissance.

Lorsque celui-ci parla de la seconde paire de paupières il leva celles-ci avec un amusement certain pour lui indiquer qu'il était sur la bonne voie. Que ses informations étaient exactes. Le brun était tout de même assez étonné que celui-ci soit déjà au courant de cela ; il était un lecteur assidu semblait-il car peu d'aspirants qui étaient passé sous leur tutelle faisaient mention de ce détail, qui dans l'ensemble était mineur, mais pourtant si important dans la pratique.

° En effet, d'autres paupières transparentes. Elles nous permettent d'aller sous l'eau ou de lever celles-ci par grands vents pour garder la vision claire et les yeux humides. °

Il se tourna légèrement de ¾ pour laisser à l'aspirant le soin d'indiquer où se tenait un chevalier dragon et cacha son amusement en voyant celui-ci se tromper légèrement. Ce n'était pas si grave mais une erreur qu'il rectifiera plus tard, pour l'heure il laissa le Neishaan continuer, écoutant avec attention ses dires.

Erebus quant-à lui observait avec un silence presque religieux, le visage figé dans ce masque martial qui n'était autre que son expression normale. Son sang avait voulu que ses traits soient faits de cette façon et bien qu'ils ne lui offraient généralement pas la sympathie qu'il recherchait il n'en restait pas moins assez content d'avoir une face stéréotypique de maître dragon. Cela épargnait généralement qu'on ne le prenne pas au sérieux et lui offrait un charisme indéniable lorsqu'il s'agissait de donner des directives.

Il porta la gourde à ses lèvres pour reprendre une gorgée de thé tandis qu'Eidolon soulevait ses lèvres, montrant à nouveau les dents lorsque la question du régime alimentaire fit surface. Le maître manqua de sourire mais se retint pour ne pas avoir l'air insultant, des dragons mangeurs de légumes ou de fruits ? Il en rirait juste à imaginer la chose.

« Nous sommes carnivores, vous les bipèdes êtes omnivores. Mais nous partageons un trait similaire indiquant que nous savons manger de la viande. Regarde la façon dont sont placés nos yeux... »

Il remit sa large tête face à l'aspirant, l'abaissant pour que ses yeux soient bien visibles. Ceux-ci bien que situés en arrière pointaient vers l'avant, n'offrant pas une vision telle celle des cervidés mais bien celle du prédateur. Des yeux faits pour suivre une proie et non observer les alentours, les bipèdes partageaient cette caractéristique quant-à l'angle de leurs globes oculaires. Erebus était venu se placer silencieusement aux côtés du Brun, fixant avec insistance l'aspirant pour qu'il remarque la similitude.

° Tu vois maintenant ? Nous pouvons suivre des yeux ce qui se trouve face à nous, traquer. Oui nous sommes carnivores comme l'expliquent nos dents principalement composées de crocs, nous avons aussi des molaires, situées sur l'arrière pour broyer les os. Je n'ai jamais entendu parler de dragons mangeant fruits ou légumes mais c'était une bonne question, une question importante. Tu devras nourrir ton Lié lorsque celui-ci sera un dragonneau. Nous mangeons notre viande de préférence cuite... d'où notre souffle de feu. °

Comme pour ponctuer il souffla par ses naseaux, laissant l'odeur de cendres et de flammes embaumer la caverne sans pour autant devenir trop lourde. Erebus était toujours présent, un petit sourire en coin sur le visage et il entreprit de grimper à la base du cou du dragon pour lui indiquer la position exacte où se tenait un chevalier puis il tendit la main à son aspirant, gardant le sourire.

« Grimpes et poses tes questions d'ici. Il faut que tu saches ce que ça fait de se trouver sur un Dragon. Ne t'en fais pas, nous ne volerons pas aujourd'hui. Commençons en douceur. »

Eidolon baissa légèrement le cou pour faciliter les mouvements au Neishaan. Un chevalier expérimenté n'avait plus besoin de cette aide mais un aspirant, hésitant dans ses mouvements comme tout les nouveaux venus, n'était jamais contre un petit coup de pouce. D'où la main tendue du maître.

° Montes, je vais marcher un peu, poses moi tes questions mentalement si tu le peux. Ne t'en fais pas pour Erebus... je peux lui ouvrir mon esprit de telle sorte qu'il entende lorsque tu me parles par le Don. °

Le dit Erebus sourit, toujours la main tendue tout emmitouflé qu'il était sous son manteau en mouton.





Dernière édition par Yong'Wu Zenghwei le Ven 10 Juil 2015 - 12:27; édité 1 fois
Meccaya Im'Awhël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 1 Aoû 2014 - 15:52 Répondre en citantRevenir en haut

Les dragons étaient tout de même de fascinantes créatures. Il était surprenant qu'elles aient choisi de se lier aux bipèdes alors qu'elles pouvaient asservir le monde, sous leur unique joug, sans plus de craintes à avoir. Mais avaient-elles vraiment choisi de se lier ? Que s'était-il passé, au début de l'histoire ? Oh, il n'y avait sans doute pas moyen de le savoir. Du moins, pas sans plonger le nez dans un livre sur la mythologie. Toujours était-il que ces paupières translucides étaient une bénédiction. Ainsi les dragons étaient maitres des airs, mais pouvaient également devenir les maitres des océans.

Meccaya baissa le nez, quand Eidolon lui montra les signes qui prouvaient sa condition d'omnivore unique. Oui, iel avait honte d'avoir posé la question, alors que la réponse était si évidente. Iel avait naïvement pensé aux ours qui, prédateurs, pouvaient néanmoins se permettre des baies. Etant plus versé dans les soins des humains que dans les sciences des animaux, iel n'avait pas fait eu le réflexe intellectuel de faire le rapprochement entre l'anatomie du dragon et ce qu'iel savait. Dommage. Eidolon ne lui apprenait rien: iel savait, pour le placement des yeux, ou iel avait su... Mais n'avait juste pas si l'appliquer. Et se retrouvait, les joues roses, à écouter son maitre reptilien lui expliquer. Le petit compliment sur la pertinence de la question ne le toucha pas. Certes, il était vrai que savoir s'occuper de son Lié était une chose importante. Cela ne changeait pas qu'iel aurait pu le deviner.

Comme son maitre humain se hissait avec une facilité déconcertante sur Eidolon, Meccaya prenait néanmoins note de ce que lui avait dit ce dernier. Il fallait qu'iel pense que son Lié serait petit, avant de devenir un grand dragon tel que son maitre. Iel allait devoir s'en occuper, penser à tout... Oh, iel doutait ne pas pouvoir accourir vers son maitre pour lui poser une question si un jour quelque chose ne se déroulait pas comme prévu. Toujours était-il qu'en bon soigneur, Meccaya savait que le mieux restait de prévoir. Iel trouva bien quelques questions, mais... Son maitre interrompit le fil de ses pensées. Face à une telle proposition, tout le sérieux qu'il y avait dans le petit crâne de Meccaya partit en fumée, remplacé par un °Dragooooon !° tout jovial et tout gamin. Iel n'espéra qu'ensuite qu'Eidolon ne l'avait pas entendu. Le rose à ses joues ne partait pas. Oh, au pire, iel dirait que c'était le froid qui lui faisait cet effet. Pourvu qu'Eidolon n'ait rien entendu...

"- Oh, voler ne m'aurait pas dérangé outre-mesure. Maitre Eidolon, en revanche, aurait été ennuyé..."

Iel accepta la main de son maitre et apprécia également le geste d'Eidolon pour l'aider à monter. Ce n'était pas de trop. Bon sang, que ces écailles étaient lisses ! Mais iel allait tomber au premier coup de vent ! Iel se sentait... Comme la première fois qu'iel était monté à cheval. Le monde était différent, de là-haut. Et la sensation n'était pas moins étrange. Ses jambes pendaient le long du cou d'Eidolon, iel était tout courbé au-dessus de lui, ses mains posées à plat sur les écailles. Oui, iel avait vraiment l'impression d'être à nouveau un bébé cavalier. Avec tout l'apprentissage qu'il y avait à faire derrière.

° Je ne vous fais pas mal ?°

Quand le dragon commença à se mouvoir, le neishaan fut tout d'abord surpris. Iel ne s'était pas attendu à ce mouvement. C'était très différent du mouvement d'un cheval. Iel crut qu'iel allait tomber, tant cela remuait. Mais petit à petit, Iel comprit comment accompagner le mouvement sans se faire balader, comment équilibrer son poids pour ne plus avoir l'impression qu'iel allait mordre la poussière. Ce n'était pas encore parfait, mais au moins, iel angoissait moins. La pression qu'iel avait mis dans ses jambes pour ne pas tomber se relâchait petit à petit, bien qu'iel ignorât si cela avait molesté ou non son maitre dragon. Iel essayait de faire attention. Au final, heureusement qu'ils ne s'étaient pas envoyés tout de suite: la chute aurait été rapide ! Son maitre aurait sans doute été là pour le retenir, ceci dit. Il était déjà à ses côtés pour une simple marche...
Plus iel s'habituait, plus iel arrivait à nouveau à penser à autre chose en même temps. Aussi iel retrouva bientôt le fil oublié de ses pensées:

°Maitre Eidolon ? Les dragons entendent-ils... Toutes nos pensées ? Les dragonneaux, ont-ils besoin d'un maitre, eux aussi, pour apprendre à voler, par exemple, ou maitriser le feu ? Dorment-ils autant que les humains ? Je me demande s'ils ont besoin de certains soins auxquels les humains ne pensent pas... si jamais mon Lié tombe malade, y a-t-il quelqu'un au Kaerl qui sait s'occuper de la santé des dragons ?°

Il me semble qu'il y a un PNJ Céleste, maitre des soins sur Kaerl, spécialisé aussi bien en soins des dragons que des humains...
Yong'Wu Zenghwei
Maitre Dragon
Maitre Dragon

Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2012
Messages: 331
Sexe: Masculin
Présentation: URL
RPs: 143
Race: Torhil
Âme Soeur: Nushi
Fonction: Haut-Représentant
Affiliation: Clan Valherien
Alignement perso: Loyal Mauvais
Ordre Draconique: Ombre

MessagePosté le: Jeu 14 Aoû 2014 - 08:15 Répondre en citantRevenir en haut


Erebus Lukas & Eidolon


Son sourire s'élargit légèrement alors que l'aspirant lui faisait part de sa possible impatience pour le vol. Il était presque charmant de voir un jeune... homme ? Neishaan plutôt, après tout il ne lui avait pas posé cette question indécente, être si plein d'entrain pour tout ce qu'il y avait apprendre durant sa période d'aspirant. Erebus ressentait une sympathie grandissante pour l'androgyne, un lien presque familial avec celui-ci, chose qu'il n'avait que rarement avec ses semblables bipèdes en général. Après tout Meccaya avait tout pour plaire ; il écoutait avec attention, était intelligent et respectueux sans tomber dans les ronds de jambes. Non, l'aspirant idéal, qu'il allait être dur de reprendre en formation des esprits moins affûtés !

« Je suis content de voir que tu n'as pas peur du vol ! Quant-à Eidolon... laisse lui donc le temps de chauffer un peu ses muscles et si tu veux après ce cour nous pourrons faire une première session de vol. Je dois cependant t'avertir d'une chose ; une fois que tu auras traversé les cieux... tu ne pourras plus t'en passer. »

Ses lèvres s'ouvrirent légèrement sur ses dents dans un sourire denté, chose rare ! Voire exceptionnelle pour lui qui, certes souriait souvent mais rarement en montrant les dents. Il avait une dentition acceptable sans pour autant être d'un blanc éclatant ou placée avec exactitude comme si les dieux avaient minutieusement placées celles-ci. C'était un sourire franc, honnête, fait de dents larges et ternes légèrement écartées au niveau des incisives mais sans rien de choquant. Il tira donc l'aspirant vers le haut pour l'aider à grimper mais sans trop de force pour ne pas lui faire de mal et le regarda donc s'asseoir devant lui.

« Garde bien les jambes souples et n'hésites pas à redresser un peu ton dos, en te crispant tu risquerais de te faire mal sous les ondulations du cou d'Eidolon. »

°Ah si, je souffre atrocement ! Non ne t'en fais pas, tu ne m'as pas fait mal, nous avons la peau résistante malgré sa souplesse, tant et si bien que je sens à peine ta présence sur mon échine. Erebus par contre... il pèse son poids l'animal !°

Le Dragon se mit donc en route sous le gloussement d'amusement de son Lié quant-à la petite blague du brun. Évoluer dans cette petite caverne n'était pas très agréable mais cela lui permettait de se chauffer les muscles avant de sortir, de réveiller correctement son organisme et de le protéger du froid possiblement mortel des hauteurs Kaerliques. Petit à petit ses gestes se firent plus souples, moins saccadés tandis que l'aspirant posait nombre de questions depuis son cou, sa gorge mental énumérant bien des interrogations dans un flux continua qui ne manqua pas de faire sourire à la fois le bipède et le Dragon.

° Doucement doucement. Une question à la fois ! Pour répondre à la première nous n'entendons pas toutes vos pensées, seulement celles que vous laissez filtrer et celles qui passent par le don. Chez un individu non entraîné nous pouvons souvent entendre ce qui se passe dans leurs crânes car ils n'ont pas conscience qu'ils parlent mentalement, mais un esprit formé et éduqué de chevalier dragon ou d'aspirant entraîné nous sera totalement opaque à moins que celui-ci ne daigne s'ouvrir à la communication. °

Le dragon tourna la tête vers l'entrée/sortie de la caverne avant de refaire un tour, après celui-ci mettrait-il sans doute la tête dehors. D'ici là autant continuer de se réchauffer les écailles à l'intérieur, mieux valait faire un tour de plus que d'encore sentir ce froid lui percer la chair et lui transir les os. Le pas lent et pesant du brun ne faisait pas énormément de bruit ; les pattes étouffant son poids considérable de saurien pour laisser ce bruit étrangement familier ressemblant à celui d'un pied humain nu sur du carrelage, en un peu plus lourd tout de même.

° Au sujet de ton Lié par contre ; le don est fusionnel. Ce qui fait que celui-ci ressentira tout ce que tu ressentiras, qu'il entendra tout ce que tu penseras. Et inversément. Cela dépend bien entendu de la relation que vous aurez car certains chevaliers savent couper leur esprit de cette relation très spéciale mais... Erebus et moi n'en ressentons pas le besoin par exemple, chacun est libre de parcourir l'esprit de l'autre. Nous n'avons pas de secrets entre nous. °

Le dit Erebus donna une petite tape amicale sur les écailles du dragon avant de reprendre une gorgée de thé. Il avait beau avoir l'habitude des climats changeants et de l'humidité du faire de ses origines Yssiennes ce n'était pas une raison pour ne pas apprécier la douce chaleur que transmettait le thé dans son corps. Passant le bras devant le Neishaan il lui proposa donc, sans mots, une gorgée de la gourde.

Le brun se tint face à l'entrée/sortie de la caverne avant de se diriger vers celle-ci, se remémorant la seconde question qui en soi était plus compliquée qu'il n'y paraissait. Elle dépendait surtout de la personnalité du dragon bien que ces choses soient innées en chacun d'eux. Il sorti la tête, levant le regard vers le ciel d'un gris maintenant uniforme et reçu quelques gouttes sur le museau. Rien de bien grave, juste une fine bruine qui ne finirait pas en averse.

° Quant-aux dragonneaux... tout comme vous, nous mettons du temps à grandir bien que la dite croissance soit beaucoup plus rapide dans notre espèce que la votre. Dés l'éclosion nous pouvons parler, penser, résoudre certains problèmes, mais physiquement nous ressemblons assez à... des oisillons. Petits, maladroits, incapables de voler ou de cracher des flammes, avec les écailles tendres et les griffes trop souples pour qu'elles servent réellement à quelque chose. °

Il était sorti de la caverne tout en prononçant ces paroles, la tête proche du sol tel un félin méfiant il continuait d'observer le ciel, évoluant d'un pas prudent. Après quelques pas au dehors il finit par se redresser et à marcher normalement. Son corps s'était assez réchauffé pour vaincre le climat mais par mesure de sécurité il entretenait quelques flammes dans sa gueule, l'odeur de cendres se faisant légèrement plus fortes tandis que des volutes de vapeur s'échappaient de ses naseaux et de sa bouche.

° L'apprentissage du vol est lent pour un dragonneau, certains cherchent des adultes pour apprendre à voler correctement même si la majorité le découvrira de soi même. Cela dépend énormément de la personnalité qu'aura ton Lié, le feu par contre... il est assez rapide à se développer je dois dire, à deux mois je pouvais déjà créer de petites flammèches ! Mais je dois dire que je m'entraînais sur les bougies des appartements d'Erebus. J'éteignais celles-ci avant de les rallumer ! °

Erebus lâcha un petit rire à la mention de ce souvenir. Oui il se rappelait très bien le petit dragon perché sur la table de nuit, soufflant de petites flammes sur la chandelle de suif, la regardant avec des yeux curieux pour ensuite l'éteindre en expulsant de l'air par ses naseaux. Combien de temps n'avait-il pas passé à le regarder, sourire aux lèvres, pendant qu'Eidolon s'amusait à allumer et éteindre les diverses bougies ? Mais à un moment le dragon était devenu bien trop imposant pour continuer ce petit jeu, voir le saurien immense voler dans ses appartements pour allumer les chandelles à grands coups de flammes n'aurait jamais été possible.

« Cette question-ci est pour moi par contre ! Les dragons dorment aussi oui, mais tout comme les gens cela dépend du dragon. Sache cependant que de base ils ont besoin de plus d'heures que nous... surtout Eidolon ici présent. Sans ses douzes heures de repos il est grognon au matin. »

Comparé à un Erebus qui avait uniquement besoin de cinq à six heures de sommeil le repos du brun était incroyablement long. Mais c'était typique à Erebus ; il dormait peu, mangeait peu, buvait peu et n'avait pas besoin de grand chose pour vivre. En ce qui concernait le thé c'était surtout pour le plaisir de cette boisson qu'il engloutissait celle-ci, il porta d'ailleurs à nouveau la gourde à ses lèvres.

° Et maintenant ta dernière question ! Qui est très intéressante en soi et montre encore une fois que tu es un être réaliste. Beaucoup nous croient invulnérables à ces petits tracas que sont la maladie et les soins. °

Il marchait au centre du Valarëa faisant de grands tours d'un pas lent. Ses ailes s'ouvrirent légèrement et il étira celles-ci tout en poussant sur ses pattes antérieures, comme pour s'étirer. Les voilures se tendirent dans le vent et machinalement il les fit battre lentement dans les airs sans s'élever du sol. Cela avait pour vocation d'habituer le Neishaan au fait de se trouver à côté de ces deux grandes ailes en mouvements ; Eidolon et Erebus faisaient toujours les apprentissages en douceur, ne brusquant pas les aspirants.

° Nous pouvons donc, tomber nous aussi malade ou être blessés. Même si nos corps sont plus résistants et performants pour combattre les germes ou se réparer nous n'en restons pas moins... mortels, il arrive parfois que nous ayons besoin de soins ou de médecine pour nous remettre sur nos pattes mais là où nous sommes plus résistants dans l'ensemble, de simples traumatismes physiques qui demanderaient des mois à un humain pour se remettre peuvent être synonyme de mort pour nous. °

Le corps des dragons était en effet une machinerie d'exception ; grandiose dans son ensemble, résistante, puissante et agile. Mais leur faiblesse était la force des bipèdes. Un bipède pouvait se remettre d'une amputation, s'adapter, il pouvait se passer de l'un de ses membres en attendant que celui-ci se remettre là où le dragon avait besoin de l'ensemble de sa physionomie pour vivre. Le brun leva légèrement le cou vers le ciel tout en rabattant ses ailes, sa voix prenant une légère teinte de tristesse tandis que devant ses yeux se rejouaient des spectacles peu commodes.

° Perdre une patte, se briser les os des ailes, avoir les voilures déchirées... autant de mises à mort pour nous. Il arrive parfois que certains d'entre nous se remettent de tels traumatismes mais ils ne sont hélas que de rares chanceux. J'admire bien souvent la capacité des bipèdes à être capable de survivre ce à quoi nous serions condamnés. Vous êtes exceptionnels dans votre constitution. Pour en revenir aux soins, tu peux demander à voir le maître Nalesean de Dalneÿs, un Torhil n'ayant pas son pareil pour soigner indistinctement bipèdes et Dragons. Sinon il existe bien des ouvrages aux archives pour te renseigner à ce sujet... cherche donc les écrits de Cadukeus-Ezekylae, ceux-ci sont incroyablement instructifs à ce sujet ! °





Dernière édition par Yong'Wu Zenghwei le Ven 10 Juil 2015 - 12:27; édité 1 fois
Meccaya Im'Awhël
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 19 Aoû 2014 - 21:24 Répondre en citantRevenir en haut

Meccaya jetait de fréquents coups d'oeil au-dehors, vers le ciel. Voler ! Sur un dragon ! Cette seule idée suffisait à le motiver, mais aussi à le rendre tout fou d'excitation. Inutile de dire que, s'iel était aussi attentif, c'était principalement parce que, allez savoir comment, iel avait cru comprendre qu'iel aurait sa session de vol s'iel était sage. Assouplir ses jambes... Pas simple ! Son réflexe était de les serrer lorsqu'un mouvement lui paraissait trop brusque ou trop grand, et qu'iel craignait de perdre l'équilibre. C'était aussi mauvais pour un cavalier que pour un dragonnier. Se redresser n'était pas simple: iel jetait de fréquents coups d'oeil au cou d'Eidolon, comme si le regarder permettait de mieux appréhender ses mouvements. Iel aurait mieux fait de regarder devant lui, pour sûr, cela l'aurait fait se redresser. Là, iel se retrouvait à regarder à droite, à gauche, entre ses cuisses et au-dehors, et à ne se redresser que par brefs instants, lorsqu'iel y pensait.

Un sourire étira les lèvres du neishaan quand Erebus fit une remarque sur le poids de son Lié. C'était également la première fois que Meccaya entendait son maitre rire. Iel se demanda un moment comment était Erebus avec ses amis, s'il riait plus souvent et ne se retenait que pour faire bonne figure devant son aspirant. Oh, tout de même ! Erebus, craindre la réaction d'une petite bête telle que Mecca ? La belle histoire.
Iel écouta sagement Eidolon lui parler de la communication via le Don. D'autres questions lui vinrent alors: quelles pensées Eidolon entendait-il de lui ? Avait-il entendu même ce que Meccaya pensait garder pour lui ? Et Erebus, qui avait le don lui aussi, l'entendait-il ? Mais s'iel posait ces questions, n'allait-iel pas paraitre un peu... Craintif ? Ou pire: coupable ? Qui avait des choses à cacher, si ce n'étaient les coupables ? Dans ses souvenirs, Meccaya ne se souvenait pas avoir pensé quoi que ce soit de véritablement gênant. Mais iel tenait à pouvoir garder de l'intimité, au moins à l'intérieur de son crâne !
Du moins, jusqu'à ce qu'iel ait son Lié. Iel ne le connaissait pas encore, mais iel refusait d'imaginer son Lié séparé de lui, comme un vulgaire ami ou humain. Abreuvé des écrits qui disaient que le Lié était l'autre moitié de son âme, iel n'éprouvait que plus encore la nécessité de le retrouver, et n'être avec lui qu'une seule personne. Un moment iel imagina les deux Liés qui n'ouvraient pas leur esprit l'un à l'autre. Qu'avait-il pu leur arriver ? Pourquoi ces secrets ? Etait-il possible que son Lié... Ne lui fasse pas confiance ? Que Flarmya l'en protège, iel ne voulait pas connaitre cela...

Eidolon ne laissa pas à l'humeur de mon neishaan le loisir de tirer vers la mélancolie, devant l'idée que son Lié puisse lui fermer son esprit. Il évoqua les dragonneaux, en les comparant à des oisillons. L'androgyne du groupe haussa un sourcil. Des... Oisillons ? Mais, vous avez déjà vu un oisillon ? C'est laid ! Pas de plumes, l'air ridicule, pas d'yeux, tout juste bon à ouvrir le bec...! Non, impossible que les dragons ressemblent à ces... Choses ! Les dieux soient remerciés: les dragons avaient au moins des écailles à la naissance ! Voilà de quoi retrouver un peu de dignité. Iel avait hâte de voir à quoi cela ressemblait, au toucher, des écailles tendres... D'un petit geste, iel refusa le thé de son maitre, et remit bien vite ses mains sur l'encolure d'Eidolon. Ils étaient sortis de la caverne. Ils retrouvaient le léger vent extérieur. Ah, oui, se redresser. Le neishaan eut un peu peur de tomber lorsqu'Eidolon leva à nouveau la tête. Iel serra les jambes, et ne cessa que lorsque le dragon eut cessé ce mouvement, lorsqu'iel constata qu'iel pouvait, en fait rester relativement bien en selle malgré les gestes du dragon. Pour sa défense, c'était assez impressionnant, cette montagne de muscles et d'écailles qui bougeait juste devant son nez. Une étrange odeur trainait au fond de l'air, sans qu'iel parvienne à l'identifier ou la localiser.

Iel corrigeait encore sa position, alors que, pour mieux expliciter leurs propos, ses maitres distillaient dans leurs paroles des souvenirs qui leurs étaient propres. Meccaya ne pouvait s'empêcher de sourire, en imaginant son maitre, dragonneau, souffler les bougies. Iel lui imaginait un regard de chaton, de l'espièglerie, et un Lié à la fois attendri et inquiet de tant de flammes. Oui, il lui paraissait impossible qu'un être humain ne craigne pas le feu. L'adjectif "grognon", associé à Eidolon, n'était pas non plus sans amuser mon neishaan, qui peinait encore à retirer de son esprit l'idée que tous les dragons étaient de nobles êtres, sans défaut aucun, bien supérieur aux autres animaux. Comment pouvait-il porter un défaut humain...!
Les ailes de son maitre dragon s'agitèrent autour de lui. Meccaya se crispa à nouveau. Iel sentait l'air qu'elles brassaient, et avait l'impression de sentir également les muscles d'Eidolon bouger sous lui. Iel se sentait instable, et la moindre bourrasque pouvait le faire glisser ! Et encore, là, tout pouvait bien se passer: Eidolon était très grand, et la chute pouvait le blesser, mais difficilement le tuer. Mais quid d'une chute depuis les airs ? L'excitation de l'androgyne se mêlait désormais à un soupçon d'appréhension. Iel se mordit les lèvres, soigna à nouveau sa position.

Le neishaan écouta néanmoins ce qu'Eidolon lui disait. Iel croyait comprendre que, si les dragons avaient besoin de soins, ceux-ci étaient différents de ceux prodigués aux humains. Mais que les dragons puissent mourir de leurs blessures lui semblait aussi inacceptable que pour ses frères humains: il fallait trouver une solution à cela. La médecine ne pouvait se reposer sur ses lauriers, ou sur des "c'est ainsi", "c'est le destin", "il va mourir". Jadis, on mourait de peu de choses, ils avaient progressé, Meccaya en était certain ! Et il restait des progrès à faire ! Et il fallait les faires ! Ses petits doigts se crispèrent légèrement sur les écailles d'Eidolon. Iel ruminait encore la rébellion de son esprit face à cette pseudo-fatalité, lorsqu'iel s'aperçut du silence de ses maitres. Ah, oui, iel n'était pas seul..

"- Nalesean de Daleneÿs... Et Cadukeus-Ezekylae. C'est bien cela ? Bigre, avec un tel nom, je ne doute pas que son oeuvre doit être intéressante... C'est de lui que l'on tient le mot "caducée" ? Il doit être assez vieux... J'espère que l'on a progressé, depuis..."

Le premier nom n'était pas compliqué à retenir non plus: iel avait déjà connu un neishaan nommé Nalesean. Rien à voir avec l'intéressé, pour sûr, et leurs noms de famille différaient.
Comme Eidolon lui paraissait beaucoup bouger, tout à coup, il semblait à Meccaya que tous ses muscles étaient tendus, prêts à réagir. Iel se mordait la lèvre, regardait frénétiquement le sol, d'un côté et de l'autre de l'encolure d'Eidolon, pour regarder s'il restait à la même distance. Iel avait hâte, son coeur battait aussi fort qu'iel s'impatientait. Mais en même temps... Iel ne pouvait s'empêcher d'avoir peur.

"- Maitre Lukas ? En vol, il y a une position spéciale à prendre ? Je ne risque pas de tombber..?" demanda-t-il, assez fort pour couvrir le bruit des frottements de l'air -ce qui lui permettait également d'avoir l'air plus assuré qu'iel ne l'était vraiment.
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:30 Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf GuildWars :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis :: by nerevare

Anneau des JpC par TourDeJeu